Navigation – Plan du site

L’« Aufklärung » allemande inconnue : à propos de l’œuvre de Karl Philipp Moritz (1756-1793)

Anneliese Klingenberg
Traduction de Marcelo Gandaras
p. 55-70

Résumés

L’œuvre de Karl Philipp Moritz représenterait une libération d’une Aufklärung obsédante. Pourtant, si l’on examine l’activité de Moritz comme journaliste, psychologue, pédagogue, théoricien du langage, et traducteur, on voit apparaître le lien entre Aufklärung et idéalisme. Si l’idéalisme esthétique de Moritz, sous la forme de « la totalité harmonieuse », n’apparaît explicitement qu’en 1785, il appartient cependant à un contexte global, d’où l’Aufklärung est rien moins qu’absente. Moritz est philologue, auteur de nombreuses grammaires vulgarisatrices allemandes et anglaises, de nombreuses traductions et préfaces à des traductions. Ces travaux, jusqu’ici peu étudiés, ne sont pas du tout « alimentaires » seulement, comme on le croyait. Ils montrent très clairement que l’idéal politique et cosmopolitique des Lumières est bien présent chez Moritz. Ils reposent notamment sur une théorie du langage onomatopoïétique commune à bien des auteurs allemands du dernier tiers du xviiie siècle, mais c’est bien avec cette matrice que Moritz peut concilier rationalité pédagogique et politique des Lumières avec un idéalisme esthétique et la reconnaissance des particularités culturelles — particulièrement pour Moritz l’Angleterre puis l’Italie. Ce n’est donc pas ni un auteur d’après les Lumières, ni non plus un écrivain aux activités hétéroclites, ni non plus seulement une « figure de transition », mais bien l’auteur qui, sans l’unité massive d’une opposition, produit une œuvre qui serait une crise ultime et intestine de l’Aufklärung.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  B. Wachsmuth, Geeinte Zwienatur. Aufsätze zu Goethes naturwissenschaftlichem Denken, Berlin, Weima (...)

1« Au xixe siècle, les scientifiques comme les littéraires tenaient les ouvrages de sciences naturelles de Goethe pour le résultat d’un certain dilettantisme. L’étude de ces ceuvres, surtout dans la seconde moitié du siècle, leur causait une certaine gêne, voire un malaise certain », c’est ce qu’écrivait en 1966 Bruno Wachsmuth, alors président de la Société Goethe. « Même lorsqu’au début des années 90, l’édition de Weimar offrit à la postérité la pensée de Goethe sur la Nature, en lui consacrant l’honneur de toute une partie autonome dans l’œuvre complète, la plupart des commentateurs littéraires fit comme si cette section des œuvres complètes de Goethe pouvait être négligée. »1

  • 2  H.J. Schrimpf, Karl Philipp Moritz, Stuttgart, 1980, p. 22.

2Remplace-t-on Goethe par Moritz, sciences naturelles par philologie et traductions, travail journalistique et documents administratifs : on a alors exactement l’état dans lequel se trouve l’exégèse de Moritz aujourd’hui. Même Hans-Joachim Schrimpf, qui en 1980 regrettait que la plupart des exégètes de Moritz ne connaissent qu’insuffisamment les textes, ne rejette-t-il pas une grande partie de cette œuvre ? : « Certaines parties de l’oeuvre sont des écrits alimentaires, rédigés à la va-vite, comme par exemple, les nombreuses introductions populaires à la gram-maire élémentaire, les traductions et les éditions. »2

3L’évolution de la recherche sur Moritz montre bien à quel point les études littéraires nous ont transmis un reliquat du xviiie siècle, redé-coupé pour les besoins du xixe : libéré d’une Aufklärung obsédante, réduit a de la poésie, sanctifié en littérature nationale, érigé en instance garante de l’unification nationale. Elle montre en outre que le développement de chacune des sciences particulières modernes s’est substitué à la conscience de l’universalité de la pensee d’Aufklärung et que — malgré les possibilités de collaboration interdisciplinaire données aujourd’hui —, celle-ci n’a pas encore resurgi.

4Valorisation et sélection sont certes les conditions premières de la tra-dition. Il semble néanmoins que dansl’Allemagne du xixe la sélection des ceuvres du xviiie siècle allemand — du fait des conditions historiques particulières — ait été des plus rigoureuses et des plus partiales : des domaines entiers de la production littéraire et scientifique furent exclus de la tradition. L’œuvre des classiques — l’exemple de Goethe le démontre — fut certes réduite, mais le domaine qui fut réduit avec le plus d’acharnement et que nous nous efforçons à présent de faire sortir de l’oubli en fouillant dans les poubelles de l’histoire de la littérature, c’est l’Aufklärung tardive. Car l’œuvre de l’Aufklärer tardif Karl Philipp Moritz fut, elle aussi, particulièrement réduite.

  • 3 Über die bildende Nachahmung des Schönen.
  • 4  Cf. Schrimpf, op. cit., p. 119-120.

5L’histoire des idées, à la fin du xixe siècle, avait réduit les quelques cinquante titres publiés par Moritz dans les trente-sept ans de son existence à une seule œuvre — le traité Sur l’imitation plastique du Beau3. Mais, puisqu’après avoir refoulé les strates préparatoires à cette œuvre, elle devenait inexplicable, on finit par Pattribuer à la plume de Goethe4.

6Entre-temps la recherche a découvert le romancier et le théoricien de Part, le psychologue et le pédagogue Karl Philipp Moritz et elle a présenté de nombreux résultats très intéressants. Ceux-ci cependant provien-nent de la lecture d’une seule et même partie de l’ceuvre, et nul jusqu’ici n’a apparemment jugé nécessaire de porter son regard sur les ceuvres attribuées à d’autres disciplines que la sienne. L’exégèse de Goethe admet entre-temps comme une évidence qu’il n’est plus possible d’interpréter Faust sans avoir connaissance des pensées de Goethe sur le vulcanisme et le neptunisme et que l’analyse de ses poèmes passé par l’étude de la mor-phologie et de la théorie des couleurs. Que les ceuvres du xviiie siècle demandent à être traités comme une entité, que les disciplines concernées aujourd’hui par ces ceuvres doivent collaborer, si l’on veut que l’univer-salité de la pensee de l’Aufklärung devienne évidente — voici ce qui ne va pas de soi en dehors de la recherche goethéenne : la philologie et la psychologie, l’histoire de Part et la pédagogie commencent tout juste à s’en-tendre sur leur compétence respective pour l’ceuvre de Moritz ; la linguistique historique et la philologie ne se sont, jusqu’à présent, pas encore concertées sur cette question. Le philologue Mark Boulby a bien tenu compte de la philosophie du langage de Moritz dans son ouvrage de 1979 ; la recherche, cependant, n’en a pas vraiment pris connaissance et ce n’est qu’aujourd’hui que l’on comprend à quel point la philosophie du langage de Karl Philipp Moritz influa sur le développement de la lin-guistique en Allemagne : l’exclusion de l’ceuvre de Moritz hors de la tradition a produit en effet une représentation erronée du déroulement du xviiie siècle allemand en philologie aussi bien qu’en linguistique. La redécouverte du philosophe du langage Moritz montre comment celui-ci poursuivait ses différents intérêts en partant d’une représentation du monde close et comment il appliquait les principes fondamentaux de ce système de pensée à tous les domaines de son activité, créant des liens d’analogie déconcertants. Ainsi développait-il, dès 1782, dans sa théorie du langage, deux des principes-clef de sa théorie de l’art, celui d’« imitation plastique » et celui d’« idée d’organisme ». Quiconque se contente de la connaissance des ceuvres de théorie de l’art, dont la production commence en 1785, aboutira toujours à des conclusions erronées quant aux sources, le contexte et la fonction de ces idéés. Car la question de savoir si les fondements, qui font exiger une oeuvre d’art fermée « organi-quement » sur elle-même, imitant plastiquement le cosmos, ont été posés en 1782 à Berlin ou en 1788 à Rome, est d’une influence capitale sur la représentation que nous nous faisons du déroulement du xviiie siècle allemand, du rapport de l’Aufklärung au classicisme.

7Ainsi, si nous tenons à nous faire une image correcte du xviiie siècle allemand, il ne nous reste qu’une chose à faire : revenir aux sources. Ce qui est plus facile à dire qu’à faire. Si la technique moderne, avec les photocopies, les films, les microfiches, nous permet même d’accéder à des textes disséminés, nous sommes confrontés — dès lors qu’il s’agit de se pencher sur un écrivain du xviiie siècle dans toute l’amplitude de son œuvre — à des masses de textes aux formes et ramifications les plus diverses pour lesquels de nouveaux modes d’archivages et de présentation doivent être trouvés.

8Explicitons cette problématique en partant de quatre champs d’intérêt de Moritz, jusqu’ici peu pris en considération : les travaux de Moritz sur les langues allemande et anglaise, ses traductions de l’anglais, son tra-vail de rédacteur à la Vossische Zeitung et ses textes administratifs.

9Il suffit de cette énumération pour se rendre compte à quel point cette oeuvre est composée de formes différentes et à quel point elle s’inscrit dans les contextes les plus divers : dans l’histoire de la langue et l’histoire et les méthodes d’enseignement des langues étrangères, dans les traditions et les méthodes de traduction et dans l’histoire de la réception de l’Angleterre, dans celle de la presse, et celle des académies berlinoises. Mais aussi disparates que ces travaux puissent nous paraître aujourd’hui, en tant qu’étapes de ses projets, de son enthousiasme d’Aufklärer, de sa stratégie d’écrivain, ils émanent d’un véritable système de pensée ; si nous voulons parvenir à nous faire une idée historique fidèle, nous aurons à les traiter.

  • 5 Deutsche Sprachlehre für die Damen.
  • 6 Vom Unterschied des Akkusativs und Dativs oder des mir und mich (...) für solche, die keine gelehrt (...)
  • 7 Englische Sprachlehre für die Deutschen.
  • 8 Allgemeine Briefsteller, welcher eine kleine deutsche Srpachlehre enthält.

10Karl Philipp Moritz entama sa carrière d’auteur dans le Berlin de 1779, à l’âge de vingt-trois ans, comme professeur de langues et philologue, et durant les trente-sept ans de sa courte vie, il réussit à faire paraître dix publications sur la langue allemande, trois sur la langue anglaise et une sur l’italien. Le nombre surprenant d’exemplaires vendus suffit à lui seul à réfuter l’affirmation selon laquelle il s’agirait la de feuilles alimentaires sans importance aucune : quand un Cours de langue allemande à l’usage des dames5de 560 pages est édité en 1782, 1791, 1794 et 1806, quand le livre De la différence de l’accusatif et du datif, de moi et de je [...] à l’usage de ceux qui n’ont pas une connaissance des langues érudites6l’esten 1780, 1787, 1792 et 1825, la Grammaire anglaise pour les Allemands7, en cinq éditions entre 1784 et 1801, et même le Secrétaire universel comprenant un bref cours d’allemand8, en dix éditions, entre 1793 et 1832 qui atteint un chiffre de vente de 50 000 : c’est bien que ces ouvrages correspondent à un besoin réel du public.

11Et ce n’est pas que Moritz fût le seul à s’intéresser aux choses de la ngue : les questions sur son origine, le rapport entre le langage et la msée, le langage littéraire et le langage parlé, intéressaient tous les penseurs de l’époque et étaient considérées par eux comme un des principaux problèmes de la condition humaine. Ainsi parmi les Aufklärer berlinois, Nicolai, Zöllner, Gedike, Mendelssohn, Engel et Meierotto publièrent des travaux linguistiques.

12Ainsi, Moritz, dans la septième lettre du Cours de langue allemande à l’usage des dames, se penche-t-il sur la question de l’origine du langage. Dieu a-t-il donné a l’Homme un langage tout fait ? Ou alors, l’Homme l’a-t-il développé de lui-même en partant du cri de l’animal ? Et quel rapport existe-t-il entre le langage et la pensée ? Une pensée sans langage est-elle concevable ?

  • 9 Deutsche Sprachlehre für die Damen in Briefen, Berlin, 1782, p. 93-94.

13La réponse de Moritz est déjà tout à fait influencée par sa théorie de l’imitation plastique : « Aussi longtemps que l’homme était encore sans langage, lit-on, le monde a dû être pour lui une sorte de chaos, où il ne pouvait rien distinguer, où tout était vide et désert, où régnaient la pénombre et l’obscurité. Mais quand le langage éveillait par ses premiers sons la faculté de représentation sommeillante, il commença de faire jour, et l’aube perça — la création, qu’auparavant l’homme voyait comme une masse informe et inculte, reçut peu à peu image et forme dans sa représentation, le bleu nuage se déplaça dans le ciel au-dessus de sa tête, et à ses pieds s’étendit la surface de la terre. Les eaux s’assemblèrent en océans et en fleuves, et à sa vue la terre s’éleva. Les cèdres et l’herbe prirent dans son idée ampleur et forme. Le soleil dans le ciel s’arrondit dans ses yeux. Chaque animal reçut sa forme, et se montra à lui dans sa cons-titution propre. »9

  • 10 Ibid., p. 91.
  • 11 Ibid., p. 288.
  • 12 Ibid., p. 289.

14Moritz résout la question de savoir si l’Homme a développé le langage à partir du cri des animaux ou si celui-ci lui a été donné tout fait par Dieu, en posant que Dieu a mis : « une telle différence dans les choses » que l’Homme, pour les nommer, s’est vu, « en quelque sorte tirer les mots de la bouche ». L’homme imiterait par ses organes de la parole la forme des objets qui l’entourent et nommerait celles-ci avec le son qui résulte de cette imitation10. Moritz illustre sa thèse avec le mot Kuhle [ravin]. « Un homme regarda peut-être pour la première fois dans un abîme, du danger duquel il voulait avertir un enfant ou son voisin ; quoi de plus naturel que sa langue indiquât dans la direction du creux de son palais, cherchant ainsi à imiter dans sa propre bouche ce qu’il voyait ? le son ou, à la sonorité grave, devait rendre audible le signe qu’il avait voulu donner [...] L’enfant, ainsi prévenu, rebalbutiait ces sons entendus jadis à chaque fois qu’il revoyait cette profondeur... »11 D’après Moritz, ce principe de la genèse du langage n’est pas perceptible dans chaque mot de la langue d’aujourd’hui, cependant les plus anciens mots du vocabulaire dialectal montreraient que : « C’est en suivant cette loi principale, selon laquelle l’homme fait imiter par ses organes de la parole les objets extérieurs, que les sons les plus simples se sont unis les uns aux autres pour faire des mots. »12

  • 13 Deutsche Sprachlehre.

15Pour Moritz, donc, le langage est le moyen par lequel l’homme arrivé à se reconnaître, à se représenter comme « but pour soi », à aider les autres à parvenir à la conscience de soi ; c’est le moyen par lequel il discrimine, ordonne et imite son environnement ; ce n’est que par lui qu’il réalise pleinement la Création. Le langage est le moyen qui reflète l’harmonie de l’univers dans l’homme, voire en est le garant. Tous les intéréts poursuivis par Moritz dans toutes ses différentes activi-tés littéraires futures ont pour lien ces idées de base ; ils s’élaborent dès 1782 dans son Cours de langue allemande13, donc avant même son voyage en Angleterre.

  • 14  Anton Reiser, op. cit., p. 215.

16A quel point la trame et les caractères des trois romans de Moritz sont influencés par sa théorie du langage, voire à quel point certaines parties des romans de celui-ci ne peuvent être décryptées qu’à l’aide de la connaissance de sa théorie du langage — voici ce qui sera explicité par quelques exemples. Ainsi Anton Reiser exerce-t-il ses facultés de jugement et de classification, sa force de pensée et d’expression en copiant des sermons, en tenant un journal et en faisant des extraits de livres. C’est l’aisance à parler ainsi acquise qui le fera remarquer par ceux qui lui permettront d’accéder à la culture scolaire ; c’est bien par cette force d’expression et de pensée qu’Anton réussira à se tirer de sa misère : « Le simple fait de copier les passages principaux d’un texte lui inculquait un intérêt poussé pour la chose traitée. Car lorsque en lisant le livre, il prenait la page sur laquelle il avait couché ce qu’il y avait lu, il en profitait pour ne jamais perdre des yeux le tout lorsqu’il s’occupait du détail... » Et il dit sur un ton quasiment biblique : « Dans sa pensée se produisait une nouvelle création. C’était dans son esprit comme une aube nouvelle, comme si le jour se levait peuà peu et comme s’il se rassasiait à la lumière bienfaisante. »14

  • 15  Andreas Hartknopf, Eine Allegorie, in Werke, t. 1, p. 440.

17Dans Andreas Hartknopf, le héros va même jusqu’à identifier « le mot » avec Dieu. Le Fils, le Père, le Saint-Esprit et le Mot constituent pour Hartknopf une « quaternité » sacrée et, par la force de ses mots, il réussit, comme son oncle, l’aubergiste Knapp [Bref], à réinsuffler la volonté de vivre même aux hommes qui avait renonce à eux-mêmes en tant que « fin en soi ». Knapp, qui de coutume ne dit que : « oui, oui » et « non, non » est : « Aussi bref avec ses mots, en vue de se réserver toute la force et l’insistance de la parole pour le moment où il voulût en quelque sorte réaliser une nouvelle Création dans l’âme d’un homme, et séparer la lumière du soleil. »15

  • 16  Geschichte des Königlich Potsdamschen Militärwaisenhauses, Berlin et Potsdam, 1824, p. 481 (soulig (...)

18Ainsi donc, de même que les premiers hommes qui, d’après Moritz, en discriminant, ordonnant, nommant grâce à « l’imitation plastique », accomplirent l’ceuvre de Dieu, de même, chacun peut procéder une nouvelle fois a cet acte de création en soi et en son voisin, par l’emploi « juste » de la parole, du mot. Et c’est bien la conviction brûlante de Moritz, que l’homme doive le faire : auprès des jeunes et des défavorisés corporels ou sociaux. Ce n’est qu’en rapport avec ce contexte de philosophie de la langue que s’explique la fonction attribuée par Moritz dans ses romans, au mot, « égal à Dieu ». Lui-même a vécu suivant cette maxime. Ceci n’est pas seulement confirmé par ses insistantes « conversations avec mes élèves » et son travail avec des sourds-muets ; en atteste également le certificat que la direction de l’orphelinat militaire de Potsdam, où 6000 garcons et filles étaient gardés dans les conditions les pires, fit a Moritz, âgé de vingt-deux ans, après une période de travail de cinq mois, en 1778 : « Si grand que soit notre regret de le perdre, y lit-on, nous ne voulons pas entraver son bonheur futur et ne pouvons donc que certifier sincèrement que durant son court séjour ici même il a rempli sa fonction avec autant d’habileté que de fidélité et de probité et qu’il a délivré les preuves les plus irréfutables de son habileté à apprendre des notions à des enfants même presque totalement dénués de cognition. »16

  • 17 Über den Begriff des in sich selbst Vollendeten.

19Dans Andreas Hartknopf, en 1785, Moritz laisse mourir en martyrs ses pasteurs de la « quatrième déité », et en 1785 paraït avec l’essai Sur le concept de ce qui est parfait en soi17son premier essai esthétique. En 1788, il approfondit le principe de la création par l’imitation plastique en esthétique : à l’instar de la totalité belle et harmonieuse de la langue, dans De l’imitation plastique du beau — et les causes de cela restent à établir —, il donne à l’œuvre d’art « parfaite en soi » le sens d’un « tout existant pour soi et reflétant sans entraves les relations du grand tout de la nature dans sa complète plénitude ».

  • 18 Reisen eines Deutschen in England imjahre 1782 in Werke, t. 2, p. 9.

20Les écrits de Moritz sur la langue et la littérature anglaise, font partie de son oeuvre au même titre que ses travaux sur la langue allemande. Voici comment en 1782, il commence les lettres à Gedike, relatant son voyage à travers l’Angleterre : « Enfin, mon cher G., je me trouve entre les bords heureux de ce pays oü je rêvais si fort et depuis si longtemps d’aller, et où j’ai si souvent été en pensée. »18 Et ce ne sont pas la de vains éloges : Dans presque tous les domaines de la vie, Moritz s’orientait à partir de l’Angleterre ; il lisait et commentait les ceuvres de littérature et de philosophie anglaises avec grand engagement et cherchait à les divulguer en Allemagne, ce qui explique la surprenante étendue de son œuvre traductrice de l’anglais, et ses grammaires anglaises.

  • 19 Prolog, auf einem gesellschaftlichen Theater zu Hannover gehalten.
  • 20  Tabelle von der Englischen Aussprache.
  • 21  Tabelle von der Englischen Ethymologie.
  • 22 Anweisung zur englischen Accentutation nebst vermischten Aufsätzen die englische Sprache betreffend
  • 23 Englische Sprachlehre für die Deutschen.

21Moritz, de par sa naissance à Hanovre, était un sujet de la cou-ronne anglaise et, comme le héros d’un de ses romans, Anton Reiser, il avait eu le privilège de tenir le discours d’anniversaire de la reine, le 18 janvier 1776, dans le gymnase de la vieille ville. Lors de ses études à Wittemberg, il maïtrisait apparemment si bien la langue anglaise qu’il pouvait financer sa vie en donnant des cours d’anglais. Déjà les deuxième et troisième publications du jeune homme — après le Prologue, tenu à une société théâtrale de Hanovre19— étaient consacrées à l’anglais : en 1779 devaient paraïtre le Tableau de la prononciation anglaise20, ainsi que le Tableau de l’étymologie anglaise21, ce dernier ayant été réédité trois fois jusqu’en 1787. En 1781 suivirent les Indications sur l’accentuation anglaise, accompagnées d’essais divers touchant la langue anglaise22et, en 1784, après le voyage de Moritz en Angleterre, le Cours de langue anglaise pour les allemands23.

  • 24 Königs Englischer Wegweiser.
  • 25 Englische Sprachlehre für die Deutschen, 5e éd., Berlin, 1801, p. III sq.
  • 26 Reisen eines Deutschen..., op. cit, p. 34.

22Nul probablement n’apprend plus aujourd’hui l’anglais avec les livres de Moritz, et ce sera aux historiens de la langue et de la pédagogie de nous dire s’ils ont quelque valeur dans l’histoire de ces disciplines. Mais lorsque Moritz déclare dans la préface de sa Grammaire anglaise de 1784 qu’il a surtout « tenté de porter attention aux ressemblances et dissem-blances des langues anglaise et allemande », qu’il s’est servi à cet effet de l’Itinéraire de la langue anglaise par König24, mais qu’il a dû le changer parce qu’il était d’une « frappe trop latinisante »25, alors il semble bien que l’idée de « la totalité harmonieuse » de chaque langue maternelle ait influé sur sa méthode d’enseignement des langues. Quoi qu’il en soit, ces ouvrages font partie de son oeuvre : ils illustrent l’étendue de son engagement pour l’Aufklärung et ses efforts pour faire connaître aux Allemands un pays, où même « le plus pauvre des charretiers » se sent « homme et Anglais »26.

  • 27  Cf. Horst Schlechte, Die Staasreform in Kursachsen. 1762-1763, Berlin, 1958, p. 64 sq.
  • 28  Christian Garve, Anhang einiger Betrachtungen über Johann Macfarlands Untersu-chungen über die Arm (...)

23Moritz n’était pas le seul à être transporté d’espoir en pensant à l’Angleterre : déja en 1762-1763 quelques-uns des chefs de la réforme étatique saxonne s’étaient référés à la science politique et économique anglaise avec une telle insistance qu’on avait fini par les appeler le parti « anglais » ou « républicain »27. Et quelqu’un comme Christian Garve justifiait en 1785 ses traductions de l’anglais en disant : « Nous serions encore moins éclairés sur nombre de matières politiques et économiques, si les auteurs anglais ne nous avaient pas précédés de leur flambeau. Nous avons appris de leurs livres une multitude de faits qui sont d’une validité et d’une utilité universelles, et que nos auteurs allemands avec tout le zèle possible n’eussent pu rassembler en leur patrie. »28

  • 29  Grundlinien der Pyschologie, natürlichen Theologie, Moralphilosophie und Logik.

24On sait que la traduction, surtout la traduction commentée, faisait partie des principales activités des Aufklärers allemands. Les traductions de Goethe et de Schiller ont été le plus naturellement du monde incorporées aux éditions complètes de leurs œuvres et dans l’édition de Garve procurée par Kurt Wölfel, six des quatorze volumes sont consacrés aux traductions commentées par Garve. Il n’en est que plus surprenant que la recherche n’ait jusqu’à présent d’aucune façon étudié les traductions de Moritz. Entre 1784 et 1793, sept traductions commentées de l’anglais parurent sous le nom de Moritz, lesquelles, comme ses grammaires, étaient destinées à divulguer en Allemagne ses idées sur l’Angleterre comme étant un pays plus propice à l’épanouissement du citoyen. Moritz présente quatre romans à ses concitoyens : Maria d’Elizabeth Blower, Anna St. Ives de Thomas Holcroft, Vacenza ou les dangers de la crédulité de Mary Robinson et Les souffrances de la familie Delborough de Susannah Gunning. A ces romans, viennent s’ajouter les Remarques sur un voyage à travers les Flandres, l’Allemagne, l’Italie et la France d’Adam Walker, les Règles du style de vie élégant et de la connaissance du monde de John Trusler ainsi que les Eléments of Moral Science de James Beattie sous le titre : Principes fondamentaux de la psychologie, la théologie naturelle, la philosophie morale et lalogique29.

  • 30  Karl Friedrich Klischnig, Erinnerungen aus den zehn Lebensjahren meines Freundes Anton Reiser. Als (...)
  • 31  Moritz à Goethe, le 15 mars 1793, in Briefe an Goethe. Ausgabe in Regestform, t. 1, Weimar, 1980, (...)

25Tous les livres édités sous le nom de Moritz n’ont pas été traduits par lui-même. Ainsi le roman d’Elizabeth Blower, Maria, fut-il traduit par Friederike Unger, Moritz ne les a que revus et préfacés. Karl Friedrich Klischnig note dans ses Souvenirs que c’est lui qui aurait traduit la seconde partie de Vacenza et la majeure partie de Anna St. Ives. Mais Trusler, Beattie et Walker auraient été traduits par Moritz lui-même30. Il est cependant évident qu’il y a eu d’autres contributeurs. Ainsi, Moritz, dans sa dernière lettre à Goethe du 15 mars 1793, dit-il que David Veit a « bien traduit de l’anglais » pour lui — sans cependant nommer de titre31. Et la qualité du style des traductions n’est donc pas toujours homogène.

26Considérons à présent trois de ces traductions sous l’angle de leur rapport à l’ensemble de l’ceuvre de Moritz et des problèmes d’édition qui en résultent.

  • 32 Regeln einer feiner Lebensart und Weltkenntniß zum Unterricht für die Jugend und zur Beherzigung fü (...)
  • 33 Ibid., p. 6.
  • 34 Ibid., p. 30
  • 35 Ibid., p. 31.

27D’abord parurent, en 1784, les Règles du style de vie élégant et de la connaissance du monde pour l’enseignement de lajeunesse et à l’attention des adultes, par D. John Trusler, extrait des Letters to his son du Earl de Chesterfield. Le texte, qui aurait pu avoir été écrit pour Anton Reiser et son auteur, commence ainsi : « Puisqu’il manque à la majorité des jeunes gens, lorsqu’ils font leur entrée dans le monde, une main avenante qui, de son habileté et de son expérience, les guide et leur apprenne convenablement à connaïtre le monde, j’estime ne pas pouvoir rendre à l’humanité en deve-nir de plus grande faveur que d’essayer de faire prendre aux pas du jeune homme une direction convenable et de lui apprendre a trouver sa voie dans la cohue. »32 Et « Quand un individu gauche et incivile entre pour la première fois dans une pièce, il veut faire une révérence et son épée, pour peu qu’il en porte, se mêle entre ses jambes et le fait presque trébucher. Confondu et penaud, il chancelle jusqu’à l’autre bout de la pièce et s’assied sur la chaise même où il ne fallait surtout pas qu’il prît place. Alors, il commence à tripoter son chapeau qu’il fait tomber aussitôt ; et en ramassant ce dernier il fait tomber sa canne, en ramassant celle-ci, c’est le chapeau qui tombe à terre [...]. »33 Et, après avoir illustré toutes les autres déconvenues qui peuvent survenir lors d’un repas : « Il ne tient pas son couteau, sa fourchette et sa cuiller comme les autres gens ; il se sert de son couteau de telle façon que sa bouche est perpétuellement menacée d’être sectionnée ; il se cure les dents avec sa fourchette, promène ses doigts dans sa bouche et replonge dans le plat la cuiller qu’il a eu déja dix fois dans la gorge », il résumé : « Tout ceci n’est certes pas un crime, mais c’est une telle contravention à l’urbanité et à l’amabilité que cela vous rend méprisable aux yeux du monde et rend n’importe quel homme ridicule en société [...]. »34Se rendre ridicule parce que l’on n’est pas conforme aux normes de la société et être froissé dans sa dignité humaine, c’est l’une des expériences fondamentales de l’enfant Karl Philipp Moritz. Et il est bien conforme au contexte de l’Anton Reiser, au même titre qu’à l’image générale de l’Aufklärer Karl Philipp Moritz, que, pendant qu’il est en mesure de mettre en mots sa propre histoire, il veuille fournir une therapie pour la vie réelle à ceux qui partagent sa souffrance au moyen d’une traduction de Trusler en allemand. Par ail-leurs, il ne s’interdit pas de dire dans ses « remarques du traducteur » ce qui le met mal à l’aise dans les enseignements de Trusler-Chesterfield : par exemple il réprouve les « faux-semblants de convention » ou la captatio de sympathie, etc.35.

  • 36 Maria. Eine Geschichte in zwei Bänden. Aus dem Englichen übersetzt, Berlin, 1786, sans indication d (...)
  • 37  Ibid., p. 13.

28En 1786, paraît, chez Johann Friedrich Unger la traduction par Friederike Unger du roman Maria d’Elisabeth Blower, préfacée par Moritz. Il nous apprend qu’ayant été empêché de traduire lui-même le roman, il s’est contenté de revoir et comparer avec l’original la traduction faite par un autre. C’est la « bonté intérieure de ce roman, qui se démarque des autres aussi bien par des situations intéressantes que par des descriptions très justes de caractères » qui l’aurait poussé a la traduction ; « certains passages trop verbeux et fatigants ayant été supprimés et ceux qui sont intéressants ayant été rapprochés »36. La traduction trés libre du texte d’origine est très courant à l’époque, ce que l’on voit par exemple chez Garve. Mais où Moritz, aura-t-il vu la « bonté intérieure » du roman ? : « Le père de Marie était un médecin réputé dans l’une des grandes villes de la province anglaise. C’était un homme parfaitement érudit, qui avait beaucoup de talents et un caractère avenant. Il descen-dait du cadet d’une vieille familie très respectable. Aussitôt terminées ses études, il se maria à une personne sans fortune et de petite extraction. Pour cette raison, son père le raya de son testament, et sa familie le rejeta » (début du deuxième chapitre de L’histoire de Marie)37. La familie issue de cette « mésalliance » vit heureuse, les deux enfants jouissent d’une excellente éducation mais, à cause d’une série de cruels hasards, à la mort de leurs parents ils se retrouvent totalement démunis. Le fils part chercher son bonheur dans les Antilles, la fille, Maria, mi-demoiselle de.compagnie, mi-fille adoptive, perd sa liberté, jusqu’à ce que, malgré toute sorte de cabales, il lui soit permis, d’épouser un futur Lord.

29Le roman illustre ce qu’il y a de déraisonnable dans les différences de classe et dépeint les caractères les plus différents : l’amie des animaux est un bel-esprit, qui traite ses gens avec mépris ; le noble qui se croit tout permis vis-à-vis des gens qui dépendent de lui ; le futur Lord Aubry, malheureux à cause d’un mariage d’argent auquel sa familie Pa contraint et qui ne trouvera son bonheur qu’avec la mort de sa femme, lorsqu’il pourra vivre avec Maria ; à ces portraits s’ajoutent ceux de critiques, de journalistes et de gens de théâtre.

  • 38  Rezension von Schillers, Kabale und Liebe, in Vossische Zeitung V, 21 juillet et 6 septembre 1784, (...)

30Le 4 septembre 1784, dans sa critique, célèbre et suspecte, à la Vossische Zeitung, Moritz avait reproché à Cabale et amour de Schiller son « langage intempéré » et ses caractères : « Mais que nous veut-on avec des monstres, tels, par exemple, l’effroyable Franz Moor dans Les brigands, ou ce président sur cette scène de théatre, puisque L’on n’apprend à aucun moment comment ces hommes sont devenus ainsi ? »38 Dès lors sommes-nous en droit de voir une réponse à Cabale et amour dans la présentation par Moritz d’un roman, admiré pour « l’excellence de ses portraits » qui résout sans fin tragique les problèmes des conditions sociales ?

31Dans le roman épistolaire de Holcroft Anna St. Ives, paru en 1792 et traduit la même année par Moritz, le problème des conditions est traité au moyen de six correspondants d’opinions divergentes. La noble Anna St. Ives est convaincue de l’égalité de naissance entre tous les Hommes ; elle croit cependant que la « raison » lui impose de respecter les préjugés de classe de sa familie. Les passions devant se subordonner à la raison, elle est prête à épouser le noble que sa familie lui a choisi en dépit de l’amour qu’elle porte au fils du jardinier du château. Ce dernier qui, par des hasards heureux est doté d’une très bonne éducation morale et intel-lectuelle ainsi que d’un caractère des meilleurs, veut lui prouver qu’elle agit selon des « principes erronés ». Une multitude d’accidents et de péripéties viendront alors révéler que le noble est un vaurien et rendront manifestes les vertus du roturier : convaincu du bien-fondé de ses prérogatives, imbu de sa personne et égoïste, le noble ira jusqu’au crime pour atteindre les objectifs qu’il s’est fixés, alors que le roturier, sauveur inlas-sable, parviendra finalement à convertir sa bien-aimée à ses principes « justes », après quoi plus rien ne pourra entraver le happy-end.

32Or, en 1792, les principes « justes », sont ceux de William Godwin et de Thomas Paine. Thomas Holcroft (1745-1809), fils de cordonnier, et lui-même palefrenier, précepteur, acteur puis dramaturge et romancier, avait traduit Une folie journée de Beaumarchais et Herrman et Dorothée de Goethe. Aux côtés de Thomas Paine et de William Godwin il s’engagea dans son pays pour les idéaux de la Révolution française, ce pourquoi — et Moritz n’en sera plus le témoin — il fut accusé de haute trahison en 1794.

  • 39  Anna St. Ives, Aus dem Englischen übersetzt von Karl Philipp Moritz, Berlin, 1792, t. 1, p. 166.

33C’est par ces phrases que Anna St. Ives décrit à son amie la situation dans la France pré-révolutionnaire : « Et à présent, Louise, je pourrais satisfaire votre curiosité par un récit du voyage mélancolique, où je vous raconterais que dans ces contrées, les champs n’ont pas de clôture, les vaches sont aussi maigres que leur pâtre, les chaumières et ses habitants d’une allure misérable... »39

  • 40 Ibid., t. 3, p. 34.
  • 41 Ibid., p. 36.

34Anna rêve d’un monde, où : « Il ne serait pas seulement possible, mais aussi tout à fait aisé et tout à fait naturel à l’homme de vivre et de subvenir à ses besoins dans une concorde fraternelle, la félicité, la paix et la vertu, si on parvenait enfinà annuler toutes les différences de biens et de naissance ; si l’on parvenait à supprimer les faux besoins du luxe, suite nécessaire de la propriété privée ; si tout chacun était obligé de travailler pour compenser les manques de la nature et pour rien d’autre ! — et si tous s’unissaient et voulaient offrir tout leur temps, celui-ci suffirait même pour produire des arts et des sciences et pour promouvoir la sagesse et la vertu. »40 « Mais regardez autour de vous et niez, si vous le pouvez, que le misérable système actuel, dans lequel chacun prend soin de sa seule personne, au lieu que tous travaillent pour tous, produit de la méfiance, de la crainte, de la colère et des disputes, le mépris mutuel et la haine. Mais au lieu que les nations, que tout un monde d’hommes orientent leurs efforts vers un grand et seul but, vers la perfection et le bien-être du tout, chaque familie constitue un état en elle-même qui n’est lié aux autres que par l’intérêt et la malignité, alors qu’il est séparé de ces complices d’un jour par les mêmes et par mille autres passions ; on vit, les uns contre les autres, comme dans un armistice, et on est pret à tout instant de retom-ber en une guerre ouverte. »41

  • 42 Ibid., p. 202.

35Anna et son ami s’entretiennent très souvent de leur espoir de voir un jour une société humaine heureuse. Ainsi, Anna rapporte-t-elle à son amie : « Hier, on est revenu sur ce sujet. Frank était présent, et son imagination, remplie de cet objet sublime, esquissa un tableau intrépide et brillant de la félicité de l’état de la société, lorsqu’on ne pensera plus a la propriété privée, lorsque les esprits seront réunis pour l’étude du beau et du vrai, lorsque les pensées de l’homme ne se fixeront plus sur des buts indignes... »42

36Thomas Holcroft, dans ce roman de 1792, se base sur les idées que William Godwin formulera dans son livre Inquiry concerning political justice en 1793 : la suppression de la propriété privée fera le bonheur des hommes qui désormais ne seront plus séparés par le système de classes et ne seront plus dominés que par la seule « raison ».

  • 43  Denkwürdgkeiten zur Beförderung des Edlen und Schönen, in Werke, t. 3, p. 205.
  • 44 Versuch einer kleiner praktischen Kinderlogik.
  • 45 Denkwürdigkeiten aufgezeichnetzur Beförderung des Edlen und Schönen.
  • 46 Anna St. hes, t. 1, p. V.

37Il est très improbable que, en un temps où le ministre prussien de la Justice et du Culte, Johann Christoph Wöllner, faisait planer une menace sérieuse sur les fonctionnaires et les savants berlinois éclairés, Moritz ait publié sous son nom un tel texte en 1792, s’il n’avait été en accord avec ces theses et s’il n’avait voulu contribuer à leur divulgation. On com-prend dès lors l’attitude de Moritz vis-à-vis de la Révolution française, jusqu’ici très peu claire : que le hasard de la naissance qui sépare l’humanité en une partie « utilisable » et une partie « civilisée »43 est inaccep-table ; que la liberté, l’égalité et la fraternité doivent être promues par l’action raisonnable de tout chacun et par une Aufklärung patiente, et doivent être le but de tous les efforts de l’homme, Moritz l’a dit très claire-ment dans les années 1785 et 1786, dans l’Essai d’une petite logique pratique pour les enfants44, Curiosités, esquissées pour l’avancement du noble et du beau45et dans Andreas Hartknopf. Allégorie. Sa traduction du roman de Halcroft confirme que Moritz tenait encore à ces idées en 1792, ce que sa propre oeuvre après 1786 ne montre pas si clairement. Nous ne pouvons établir si Moritz suit Holcroft jusque dans sa vive revendication de suppression de la propriété privée comme condition à une communauté heureuse entre les hommes. Dans sa préface de six pages, Moritz qualifie les idées sociales de Holcroft de « tournures tout à fait particulières de l’esprit » et justifie encore une fois la traduction par l’excellence des portraits : le roman contiendrait « une série de caractères intéressants, originaux, bien esquissés qui se rencontrent de façon surprenante, mais naturelle et qui par ces frottements mutuels, par des passions communes que chacun cherche à satisfaire à sa manière, font apparaître aux yeux du lecteur les ressorts les plus secrets de leurs cceurs et les formes les plus particulières de leur esprit. Cette manière de traiter son sujet exige de bien connaître le hommes, un génie poétique et la maîtrise de la langue ; et notre auteur l’a choisie parce qu’il dispose de ces talents et qu’il a une parfaite expérience des hommes »46.

38Egalement les autres livres tirés de l’anglais montrent que le programme de traduction de Moritz fait partie intégrante de son œuvre, l’éclaire et la commente. Ainsi les Eléments ofMoral Science de Beattie, sui-vis d’un commentaire de trente-trois pages qui reprend les thèses philosophiques de Moritz sur la langue de 1782, ou encore le roman Vacenza de Mary Robinson, auteur souvent critiqué et souvent loué dont l’œuvre comporte un poème intitulé : « Le progrès de la liberté. »

  • 47  H. Eybisch, Anton Reiser. Untersuchungen zur Lebensgeschichte von K. Ph. Moritz und zur Kritik sei (...)

39Le travail de Moritz comme rédacteur de la Vossische Zeitung du 1er septembre 1784 à juillet 1785 n’est pas moins important pour son ceuvre, mais il est encore plus difficile d’y accéder et de le comprendre : le travail reste à faire. Les quelques critiques théâtrales éditées n’ont pas été comparées aux éditions originales et donnent, en outre, une image complètement insuffisante du travail journalistique de Moritz. Même le jugement d’Eybisch doit exceptionnellement être rejeté ici, puisqu’il se méprend — ce qui n’est pas surprenant pour son temps — justement sur ce rapport entre Aufklärung et « idéalisme », qui nous intéresse ici : « Dans les critiques théâtrales de Moritz les connaissances artistiques et l’idéalisme artistique se confondent de façon plus contradictoire encore avec un engagement pour l’Aufklärung et avec des objectifs moraux. »47

  • 48 Ideal einer vollkommenen Zeitung.

40Moritz, allant dans le sens de son article L’idéal d’un journal parfait48, va presque jusqu’à considérer le journal comme sa propre entreprise : il fait la critique des représentations des théâtres berlinois, il publie des critiques littéraires, il annonce ses conférences et ses publications, il fait la narration d’histoires pouvant servir d’exemple du point de vue de l’Aufklärung et dans lesquelles un comportement humain exemplaire est illustré ; et, conformément à l’usage des journaux, il mélange tout ça comme bon lui semble.

  • 49 Über praktische Vorbereitungsanstalten zum Predigtamt.
  • 50  Cf. Moritz à Ernst Anton Heiliger, le 9 septembre 1780, in Text & Kritik, édité par Heinz Ludwig A (...)
  • 51  Von gelehrten Sachen. Über praktiche Vorbereitungsanstalten zum Predigtamt. Nebst einer Nachricht (...)

41On ne saura sans doute jamais vraiment quels textes sont de lui, quelles nouvelles il a pu revoir et corriger et lesquelles reviennent à d’autres plumes. Ainsi, la critique de l’ouvrage Sur les dispositions pratiques pour se préparer à l’exercice du sermon49, par exemple, de son ancien recteur Heinrich Philipp Sextroh, parue dans le numéro du 18 septembre 1784, peut lui être indubitablement attribuée, puisqu’il y fait allusion à des expériences qui n’appartiennent qu’à lui. Sextroh avait été nommé pasteur à l’église Albani de Göttingen en 1779 et Moritz qui avait postulé à sa succession en 178050, lui avait rendu visite en été 1783. « Il est vraiment très réjouissant, lit-on au début de la critique, de voir que l’on commence désormais en nombreux endroits à donner aux prêches une orientation qui convient davantage à la vie réelle et au bien-être véritable des hommes, au lieu de parler du bonheur éternel à quoi il faudrait éveiller par les larmes et les soupirs, cependant que l’on oubliait et méprisait tout à fait le bonheur séculaire, tenu pour du fumier ; et pourtant seul le vrai bonheur ici-bas peut nous ouvrir la voie vers des félicités plus hautes et il en est la meilleure préparation. Et le mérite d’un homme est d’autant plus grand, qui, enseignant du peuple, consolateur des pauvres, ami des malades et des faibles, cherche à aider par ses conseils et son exemple, animé d’un zèle inlassable. » Sextroh officiait dans un nouvel hôpital qui recevrait toute personne ayant besoin d’aide, sans considération de sa religion et de ses capacités financières. « L’auteur de ce compte rendu à lui-même assisté avec beaucoup d’émotion à un office dominical dans cet hôpital où les malades étaient couchés dans leurs lits d’une propreté parfaite, la moitié couchés, l’autre moitié assis, écoutant la prêche courte et peu fatiguante de ce jeune homme qui savait trouver exactement le bon ton pour toucher les cceurs. »51 Ainsi, l’analyse du travail rédactionnel de Moritz promet non seulement d’apporter de nouvelles informations sur sa biographie, mais encore d’éclairer le contexte dans lequel il se pla-çait par son action pratique et son oeuvre littéraire. Les positions que défend Moritz dans l’appréhension des problèmes esthétiques et poétologiques, dans ses critiques littéraires et dramatiques, sont plus encore aptes à illustrer l’enracinement de sa théorie de l’art, traitée habituelle-ment de « classique », dans une conscience de soi appartenant à l’Aufklärung. C’est-à-dire : ces neuf mois de travail pour la Vossische Zeitung doivent être, eux aussi, considéré comme partie intégrante de l’œuvre de Moritz.

  • 52 Acta betreffend die Arbeiten der Deputation Deutscher Mitglieder der Akademie zur Vervollkomm-nung (...)
  • 53  Le dossier de députation comprend des lettres de Moritz au curateur de l’Académie des sciences, le (...)

42Dernier problème, enfin : les écrits administratifs de Moritz en tant que sociétaire des deux académies berlinoises qui se trouvent dans les dossiers des archives secrets d’Etat prussiens, au ministère des Affaires culturelles, et dans un dossier de l’Académie royale prussienne, aujourd’hui Berlin-Brandenbourg, des sciences. Eybisch a traité les lettres de Moritz adressées au chevalier von Heinitz, curateur de l’Académie des arts, qui se trouvent dans les dossiers du ministère des Affaires culturelies, comme des lettres privées et les a publiées. Le corpus, quelques 120 pages, n’a pas été cependant travaillé jusqu’a présent (on trouve dans les protocoles des bulletins d’emprunt de une à trois notices depuis 1909). Les Actes concernant les travaux de la députation de sociétaires allemands de l’Académie pour l’avancement et le perfectionnement de la langueallemande52, par exemple, n’ont jamais encore été pris en considération par la recherche sur Moritz. Seuls des historiens de l’académie et des historiens de la langue les avaient eues en mains. Cela provient du fait que Hugo Eybisch a considéré la vie et l’œuvre de Moritz exclusivement à partir du roman Anton Reiser et donc seulement jusqu’a la date d’achèvement de celui-ci, et de ce que la recherche sur Moritz — à l’exception des travaux inédits de Johannes Nohl — n’a pas procédé depuis à aucun travail d’élaboration des sources. Ainsi donc, les trois dernières années de la vie de Moritz, son intégration dans l’Aufklärung berlinoise, dans la politique scientifique et culturelle prussienne et les débats d’idées et de politique sous la tutelle de Woellner, sont jusqu’à présent restés pour ainsi dire inconnus53.

Haut de page

Notes

1  B. Wachsmuth, Geeinte Zwienatur. Aufsätze zu Goethes naturwissenschaftlichem Denken, Berlin, Weimar, 1966, p. 6.

2  H.J. Schrimpf, Karl Philipp Moritz, Stuttgart, 1980, p. 22.

3 Über die bildende Nachahmung des Schönen.

4  Cf. Schrimpf, op. cit., p. 119-120.

5 Deutsche Sprachlehre für die Damen.

6 Vom Unterschied des Akkusativs und Dativs oder des mir und mich (...) für solche, die keine gelehrte Sprachkenntniß besitzen.

7 Englische Sprachlehre für die Deutschen.

8 Allgemeine Briefsteller, welcher eine kleine deutsche Srpachlehre enthält.

9 Deutsche Sprachlehre für die Damen in Briefen, Berlin, 1782, p. 93-94.

10 Ibid., p. 91.

11 Ibid., p. 288.

12 Ibid., p. 289.

13 Deutsche Sprachlehre.

14  Anton Reiser, op. cit., p. 215.

15  Andreas Hartknopf, Eine Allegorie, in Werke, t. 1, p. 440.

16  Geschichte des Königlich Potsdamschen Militärwaisenhauses, Berlin et Potsdam, 1824, p. 481 (souligné par nous).

17 Über den Begriff des in sich selbst Vollendeten.

18 Reisen eines Deutschen in England imjahre 1782 in Werke, t. 2, p. 9.

19 Prolog, auf einem gesellschaftlichen Theater zu Hannover gehalten.

20  Tabelle von der Englischen Aussprache.

21  Tabelle von der Englischen Ethymologie.

22 Anweisung zur englischen Accentutation nebst vermischten Aufsätzen die englische Sprache betreffend.

23 Englische Sprachlehre für die Deutschen.

24 Königs Englischer Wegweiser.

25 Englische Sprachlehre für die Deutschen, 5e éd., Berlin, 1801, p. III sq.

26 Reisen eines Deutschen..., op. cit, p. 34.

27  Cf. Horst Schlechte, Die Staasreform in Kursachsen. 1762-1763, Berlin, 1958, p. 64 sq.

28  Christian Garve, Anhang einiger Betrachtungen über Johann Macfarlands Untersu-chungen über die Armuth, Leipzig, 1785, in Gesammelte Werke, éd. par K. Wölfel, Hildsheim, Zürich, New York, 1986, p. 64-65.

29  Grundlinien der Pyschologie, natürlichen Theologie, Moralphilosophie und Logik.

30  Karl Friedrich Klischnig, Erinnerungen aus den zehn Lebensjahren meines Freundes Anton Reiser. Als ein Beitrag zur Lebensgeschichte des Herm Hofrat Moritz, Berlin, 1794, p. 267 sq.

31  Moritz à Goethe, le 15 mars 1793, in Briefe an Goethe. Ausgabe in Regestform, t. 1, Weimar, 1980, p. 199.

32 Regeln einer feiner Lebensart und Weltkenntniß zum Unterricht für die Jugend und zur Beherzigung für Erwachsene von D. John Trusler. Aus dem Englischen übersetzt mit einer Zugabe von Karl Philipp Moritz, Berlin, 1784, p. 3.

33 Ibid., p. 6.

34 Ibid., p. 30

35 Ibid., p. 31.

36 Maria. Eine Geschichte in zwei Bänden. Aus dem Englichen übersetzt, Berlin, 1786, sans indication de page.

37  Ibid., p. 13.

38  Rezension von Schillers, Kabale und Liebe, in Vossische Zeitung V, 21 juillet et 6 septembre 1784, réédité dans Schriften zur Astethik und Poetik, pat H. J. Schrimpf, Tübingen, 1962, p. 301-306.

39  Anna St. Ives, Aus dem Englischen übersetzt von Karl Philipp Moritz, Berlin, 1792, t. 1, p. 166.

40 Ibid., t. 3, p. 34.

41 Ibid., p. 36.

42 Ibid., p. 202.

43  Denkwürdgkeiten zur Beförderung des Edlen und Schönen, in Werke, t. 3, p. 205.

44 Versuch einer kleiner praktischen Kinderlogik.

45 Denkwürdigkeiten aufgezeichnetzur Beförderung des Edlen und Schönen.

46 Anna St. hes, t. 1, p. V.

47  H. Eybisch, Anton Reiser. Untersuchungen zur Lebensgeschichte von K. Ph. Moritz und zur Kritik seiner Autobiograhie, Leipzig, 1909, p. 118.

48 Ideal einer vollkommenen Zeitung.

49 Über praktische Vorbereitungsanstalten zum Predigtamt.

50  Cf. Moritz à Ernst Anton Heiliger, le 9 septembre 1780, in Text & Kritik, édité par Heinz Ludwig Arnold, n° 118-119 : Karl Philipp Moritz, Munich, 1993, p. 11-14.

51  Von gelehrten Sachen. Über praktiche Vorbereitungsanstalten zum Predigtamt. Nebst einer Nachricht von dem köng. Pastoralinstitut in Göttingen, von Heinrich Philipp Sextroh, Göttingen, 1783, Vossische Zeitung, 18 septembre 1784.

52 Acta betreffend die Arbeiten der Deputation Deutscher Mitglieder der Akademie zur Vervollkomm-nung u. Ausbildung der Deutschen Sprache.

53  Le dossier de députation comprend des lettres de Moritz au curateur de l’Académie des sciences, le comte Herzberg, des protocoles des séances de députation de la main du secrétaire de la députation, Karl Philipp Moritz, des décisions que Moritz et les autres membres livrèrent à la députation, ainsi qu'un court essai de Moritz sur La culture de la langue allemande (Über die Cultur der deutschen Sprache). Ces exemples montrent que Moritz, comme les autres membres de la députation : Meierotto, Teller, Ramler, Engel et Zöllner, s'exprime sur les problèmes de la députation et que ces textes ne peuvent être compris que dans le contexte du dossier sur lequel ils s'ex-priment. Ils ne peuvent donc être publiés que dans le contexte du dossier dont ils traitent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anneliese Klingenberg, « L’« Aufklärung » allemande inconnue : à propos de l’œuvre de Karl Philipp Moritz (1756-1793) », Revue germanique internationale [En ligne], 3 | 1995, mis en ligne le 06 juillet 2011, consulté le 29 mai 2017. URL : http://rgi.revues.org/482

Haut de page

Auteur

Anneliese Klingenberg

Forschungsschwerpunkt Europäische Aufklärung
Leipzigerstr. 3/4 10117 Berlin

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page