Navigation – Plan du site

Georg Forster : citoyen du monde ou individu apatride ?

Wolfgang Promies
Traduction de Marcelo Gandaras
p. 71-81

Résumés

Que Georg Forster ait été jacobin — de ceux qui voulurent l’annexion de la Rhénanie à la République française — fait de lui une figure à la fois singulière et exemplaire de la Crise des Lumières. Qu’il ait parcouru le monde avec le capitaine Cook fait de lui l’incarnation du cosmopolite. Mais il devra renoncer à son action politique. Les commentateurs du xixe siècle verront en lui l’image de l’échec, jusque dans le détail de sa biographie : échec de qui prétend juger d’un point de vue cosmopolitique, allant jusqu’à penser, contre Kant par exemple, que les races humaines ne sont pas définies, mais qu’il ne s’agit que de la variation d’une même humanité. Echec surtout de qui ne se serait pas assez enraciné dans le sol allemand. L’article montre précisément en quoi Georg Forster est tout à la fois au-delà de l’époque triomphante des Lumières, après la Révolution française et dans le nationalisme naissant, et antérieur aux Lumières, dans un xviiie siècle où littérature et politique, philosophie et anthropologie appartiendraient à un même savoir et un même engagement, et non pas à des disciplines spécialisées et nationalement limitées. Georg Forster serait ainsi de part en part crise des Lumières.

Haut de page

Texte intégral

1« Georg Forster, ce grand voyageur et naturaliste, fait lui aussi partie de ce grand nombre d’hommes singuliers et remarquables, qui apparurent vers la fin du siècle dernier dans le monde littéraire allemand. Il attire notre attention non seulement par son esprit et ses écrits, par ses relations avec nombre de ses contemporains les plus étranges, mais aussi, à un degré non moindre, par sa destinée mouvementée, par la fin de sa vie si troublée, aux effets terribles pour lui-même, comme une malédiction. Ainsi, la vie de Georg Forster nous prêche-t-elle l’ancienne leçon, selon laquelle le plus brillant des dons spirituels n’aura toujours de valeur que lorsqu’il s’appuie sur une volonté consciente et sur un amour fidèle de la patrie. »

  • 1  Zeitschrift für weiblicke Bildung.
  • 2  Töchter-Album.

2C’est par ces mots que l’écrivain Wilhelm Joseph Buchner commence en 1869 son hommage à Georg Forster. Ce directeur d’une école secondaire pour jeunes filles à Krefeld, et directeur du Journal pour l’éducation féminine1 publiait son hommage à Georg Forster dans le funeste Album des filles2 que publiait Thekla von Gumpert depuis 1854, avec un succès certain dans son ambition de préparer la jeune fille allemande à ses devoirs futurs dans la société et pour la patrie.

3En réalité, ce n’est pas tellement sur la vie de Georg Forster que pèse une malédiction, mais bien plutôt sur sa postérité, et ceci pour deux raisons. D’une part, il y a la légende du jacobin, qui quitte sa patrie et rejoint les barbares révolutionnaires honnis par la bourgeoisie allemande du xixe siècle et ses porte-parole, voire même les scientifiques, qui auraient dû, tout de même, être mieux informés que cela ; d’autre part les germanistes, influencés par ces légendes, quand bien même ils ont jugé nécessaire de faire mention de Georg Forster, ont soigneusement séparé l’écrivain de l’homme politique pratique. A tout cela vient s’ajouter le fait que, du xixe siècle jusqu’aux années 60, la plupart des historiens de la littérature ont conçu l’histoire littéraire comme l’histoire de la seule littérature de bel-esprit — ce que Forster n’est en aucune manière et n’aurait aucunement voulu être. Le xviiie siècle avait pleine conscience du nombre et de l’étendue des productions littéraires, qui ne se réduisent pas à la rédaction de romans, de poèmes ou de drames, mais qui comprenaient tous les domaines imaginables et descriptibles de la puissance créatrice de l’homme. Le xixe siècle a oublié cela et nous ne le redécouvrirons que bien tard dans notre siècle.

« Amour de la patrie »

4Un mot devenu de plus en plus comme la quintessence de l’allemand patriotique au courant du xixe siècle, signifiant aussi bien sens de la race, du sang et du sol. Pour celui qui avait vu le monde au xviiie siècle dans l’un des petits Etats du patchwork appelé l’Empire allemand, le mot de patrie s’appliquait juste, qu’on songe à Lichtenberg, à la ville, aux alentours, où le hasard avait voulu qu’on naquît. Quand Lichtenberg, ce qui ne lui arrivait pas souvent, parlait de sa « patrie », il se référait à Darmstadt, l’endroit où il avait vécu enfant et jeune homme. Georg Forster naquit par hasard à Nassenhuben près de Danczig, village qui faisait alors partie de la Pologne. Il était le fils aîné du pasteur Reinhold Forster qui s’intéressait bien plus aux sciences naturelles et à l’éducation de son fils qu’à l’instruction spirituelle de sa paroisse rurale. Buchner, déjà cité auparavant, rapporte une anecdote des années de jeunesse de Georg Forster : « Qui offre un aperçu différent, mais peu réjouissant sur le caractère futur de cet homme. » Georg, attiré par les friandises, aurait souvent cédé à la tentation d’aller dans une boulangerie où il avait accumulé des dettes. « Un jour qu’il s’y rendait encore, il lui arriva de trouver une pièce d’or ; il s’acquitta aussitôt de ses dettes et, avec l’argent restant, porté par la joie profonde de cette soudaine richesse, il acheta un dé à coudre en or pour sa sœur Wilhelmine. » Et Buchner fait alors la morale aux lectrices de l’Album des filles : « Nous reconnaissons dans ce trait apparemment insignifiant non seulement l’immense bonté qui fut, sa vie durant, une qualité excellente de l’âme de Georg Forster, mais également cette insouciance quant aux choses de ce monde, ce manque de cette sagesse domestique dont même les plus grands talents ne doivent se départir, sauf à être perpétuellement taraudés par les ennuis ; Georg Forster à dû payer cette incapacité à se plier aux circonstances par beaucoup de chagrins et plus d’une fois, il a dû la payer de son indépendance d’esprit. »

5« Cette incapacité de se plier aux circonstances... » ce pourrait être un titre pour la vie de Forster aussi ; mais ces mots conviennent plus parfaitement à certaine mentalité bourgeoise, inextirpable jusqu’a ce jour.

6En 1765, Reinhold Forster fut chargé par la tsarine Catherine II de faire l’inspection des colonies allemandes de la Volga. Il accepta cette entreprise et emmena son fils Georg avec lui. Ce voyage en Russie s’acheva dès 1766 ; Reinhold Forster ne reçut pas les émoluments qui lui avaient été promis. Il décida alors de s’établir en Angleterre, où il emmena, encore une fois, son fils aîné d’abord, le reste de la famille étant censé les rejoindre ultérieurement. Georg doit contribuer aux frais du ménage, il traduit du russe et du français en langue anglaise et donne des cours particuliers de français et d’allemand à des élèves du secondaire, tandis que son père enseigne l’histoire naturelle au Collège de Warrington ou gagne sa vie en donnant, lui aussi, des cours particuliers. Quelques années plus tard, Reinhold Forster s’installe à Londres, où Georg entamera un apprentissage chez un négociant de textiles. 1772 est une année décisive pour le père et pour le fils : le gouvernement britannique invite Reinhold Forster à accompagner à titre de naturaliste le capitaine Cook dans son deuxième tour du monde. Forster père accepta à la condition que son fils pût l’accompagner pour le seconder dans les travaux de dessin et de préparation des plantes, ce qui lui fut accordé. L’objectif principal de ce tour du monde était l’exploration de l’océan austral, mais surtout du légendaire continent austral, l’antarctique. Le voyage passa par le cap de Bonne-Espérance, se poursuivit par des intrusions dans l’océan Polaire, passa par la Nouvelle-Zélande, la Polynésie et la Mélanésie, l’île de Pâques et le retour se fit par la Terre de Feu. Trois années durant, de 1772 à 1775, Cook, dans ce deuxième voyage d’exploration, essaya de découvrir ce continent austral contre vents et marées : en vain. Mais aucun navigateur avant lui n’avait pénétré aussi loin dans l’océan polaire austral. En tout cas, Reinhold et Georg Forster rentrèrent à Londres remplis d’impressions susceptibles d’être couchées sur le papier et illustrées. Or, l’amirauté britannique voyait cela d’un tout autre œil, puis qu’elle s’était brouillée avec Reinhold Forster et lui avait retiré ses droits de publication de ses recherches. C’est ainsi qu’en 1777 parut le livre A voyage Round the World en deux tomes, rédigé par Georg Forster d’après les notes de son père ; œuvre qui parut en Allemagne de 1778 à 1780 et fit florès.

7Il ne s’agissait pas du fait qu’un jeune homme eût été trois années durant en voyage autour du monde, ce qui pouvait paraître, il est vrai, suffisamment exotique en soi au xviiie siècle, surtout dans l’Allemagne de l’époque si solidement enracinée dans son terroir. Les navigateurs savaient évidemment dès le départ à peu près à quoi il fallait s’attendre. C’est pourquoi Cook avait emporté de la choucroute, moyen très utile pour lutter contre le scorbut, ce qui n’empêcha pas que le jeune Forster souffrit, sa vie durant, de maladies de carence et qu’il en soit mort en définitive. Il est important à cet égard de se représenter à quel point un tel voyage autour du monde, qui durait des années entières, s’accompagnait de privations et de fatigues. Dans le cas du voyage qui nous intéresse, il est charmant de lire, ce que Buchner notait en 1869 : « De nos jours, où un voyage autour du monde n’est guère qu’une promenade un peu longue et coûteuse, où la toute-puissante vapeur soutient les efforts de l’homme, où, surtout, presque chaque coin des côtes de tous les continents a été exploré et cartographié dans tous ses détails, nous ne pouvons plus nous représenter quelle audace il fallait pour l’aventure d’un pareil voyage. »

8Le critique de 1869 a eu finalement raison sur certains points, à d’autres égards, il faut dire qu’il ne pouvait sans doute pas savoir qu’un tour du monde serait un jour certes toujours coûteux, mais qu’il n’est plus, de nos jours, une affaire de longue durée ; ce qui, justement parce que chaque coin des côtes de tous les continents a été entre-temps étudié et enregistré, n’a pas précisément contribué à la découverte de nouvelles terres et de nouvelles peuplades, comme nous le savons. Sur les plages des côtes lointaines et étrangères, les touristes, de façon générale, préfèrent rester entre eux. Le voyage de Cook n’était justement pas un voyage d’aventure, mais un voyage d’exploration, sans cesse interrompu par des intempéries, ce qui le força plusieurs fois a se retirer avec ses hommes sur des îles habitées déjà connues à l’époque, telle l’île de Tahiti. Le jeune Forster décrit ainsi l’arrivée sur cette île : « Ce fut un matin — et nul poète a jamais pu en décrire un de plus beau — que nous vîmes l’île de Tahiti à deux lieues devant nous. Le vent d’est qui nous avait accompagné jusqu’ici, avait cessé, et une petite brise venant de la terre nous apportait les senteurs les plus rafraîchissantes, les plus merveilleuses et ridait la surface de la mer. Des montagnes couronnées de forêts levaient leurs fiers sommets dans toutes sortes de postures majestueuses et s’enflammaient déjà des premiers rayons du soleil. Sous celui-ci, l’œil pouvait voir des enchaînements de collines basses à pente douce, qui, à l’instar des montagnes, étaient couvertes de forêts et dont la surface était un jeu de couleurs entre différents verts des plus charmants et entre des bruns automnaux. Devant ces collines se trouvait la plaine à laquelle des arbres à pain et d’innombrables palmiers, dont les cimes royales s’élevaient loin au-dessus de ceux-là, donnaient de l’ombre. Tout semblait encore plongé dans le sommeil le plus profond. Il faisait à peine jour, et des ombres silencieuses flottaient encore, ça et la, au-dessus du paysage. Mais, peu à peu, on distingua en dessous des arbres une multitude de maisons et de canots, qu’on avait tiré sur la plage de sable. A une demie lieue de la côte, une longue ligne d’écueils bas s’étirait parallèlement à la terre, et la mer venait se briser sur eux en un remous d’écume. Mais derrière eux, la mer était polie comme un miroir et promettait un mouillage des plus sûrs. Le soleil se mit à présent à éclairer la plaine. Les habitants se réveillèrent, et le tableau se mit à vivre. »

9Voici une très belle description de ce qu’on pouvait voir du bord d’un voilier silencieux, qui s’approche d’une île sans l’aide de la vapeur ou d’une autre force motrice, île qui avait été découverte dès 1606 par un navigateur espagnol, explorée plus en détail par un capitaine anglais au xviie siècle et que Bougainville avait rappelée à la mémoire des Européens curieux en 1768, lorsqu’il l’avait baptisée « Nouvelle Cythère » à cause de l’immoralité prétendue de ses femmes. Avant les touristes, vers la fin du xviiie siècle, ce furent les missionnaires qui vinrent sur l’ïle, des Anglais d’abord, puis des Français. Georg Forster décrit l’état des sociétés d’un point de vue qui n’est pas celui de l’Européen ; il s’efforce visiblement de rendre compte de l’état d’une société en essayant de la comprendre et de la rendre compréhensible en épousant un point de vue interne. C’est cela même qui distingue des autres sa narration de voyage. Elle est, comme il le disait lui-même, une narration de voyage « philosophique », et se démarque volontairement de la multitude d’autres narrations de voyage de son siècle. L’information sur les cultures et sociétés étrangères pour le public sédentaire ne se faisait naturellement que par des récits de voyage que publiaient les voyageurs. En ce qui concerne les cultures et les sociétés extérieures à l’Europe, il était souvent quasiment impossible de faire la différence entre la vérité et la fiction, peut-être même d’aucuns souhaitaient-ils qu’il en fût ainsi. Dans la bibliothèque savante de Lichtenberg, par exemple, les récits de voyage du monde entier occupent une place considérable. Si l’on comptabilise les extraits qu’on trouve dans ses cahiers de notes et les références données par lui dans ses publications, on est en mesure de dire que pour lui, parmi les différents domaines de la littérature scientifique, cette discipline occupe un rang supérieur à celui de la physique ou d’autres sciences. A l’opposé, Jean-Paul ne permit à son petit maître d’école Wuz, judicieusement, mais certes pour des raisons économiques, que de s’acheter le catalogue de la foire du livre, d’après les titres duquel son petit maître d’école se mettait alors à écrire lui-même les livres dont il avait lu les titres et qui avaient inspiré sa fantaisie, l’un d’eux est le récit de voyage de Cook. D’un côté, il y avait ainsi au xviiie siècle la nouveauté déconcertante de l’existence d’autres cultures et sociétés, de l’autre côté les préjugés nés de l’ignorance. Ainsi, Georg Forster est effectivement l’un des premiers à avoir promu l’ethnologie, c’est-à-dire une science qui ne partait pas du principe suivant lequel la culture européenne et sa représentation de ce que devait être la vie en société doivent être l’aune pour juger les autres cultures. A l’égard de la biographie de Forster, il importe de signaler que ce voyage autour du monde, la rencontre et l’étude d’autres cultures et d’autres formes de rapports entre les hommes, l’ont marqué durablement, y compris politiquement, ce qui n’est pas le cas pour nombre de ses contemporains allemands. On observe l’une des répercussions de l’expérience accumulée par Forster, et de sa conception des choses véritablement « philosophique », dans le débat public entre lui et cet autre penseur allemand, qui ne quitta jamais sa coquille à Königsberg. En effet, en une démonstration excellente du point de vue stylistique et scientifique, dans le Deutsches Museum, Forster répond à Immanuel Kant, qui, dans la Berlinische Monatsschrift en 1786, avait publié ses arguments sur les « races humaines » — un mot que Forster, comme il l’écrit lui-même, n’apprécie guère. Dans cette démonstration, Forster, tantôt « métaphysicien », tantôt anthropologue, montre que tout est lié dans la nature, et il est peut-être le premier à faire allusion à la possibilité de multitudes de générations autochtones spontanées, et semble inspiré par une conception génétique de la nature, longtemps avant Darwin. Face à cette question qui l’occupe bien plus sérieusement, celle de savoir si l’humanité descend d’un ou de plusieurs couples, paraît bien académique à Forster : « Mais en séparant les nègres, en tant que lignée d’origine différente, de l’homme blanc, ne coupons nous pas le dernier fil par lequel ce peuple maltraité était lié à nous et par lequel il trouvait quelque protection et grâce devant la cruauté européenne ? Permettez-moi plutôt de demander, si l’idée que les noirs sont nos frères a, où que ce soit et ne serait-ce qu’une seule fois, fait baisser le fouet levé de l’esclavagiste ? Ne torturerait-il pas, de sa rage de bourreau et plein d’une joie démoniaque, s’il était entièrement convaincu qu’elles sont faites de son propre sang, ces pauvres et patientes créatures ? Des hommes d’une lignée commune qui avaient bénéficie des bienfaits méconnus d’une morale policée ne se sont pas comportés mutuellement d’une façon plus indulgente et charitable. Où est donc le lien, aussi fort soit-il, qui puisse empêcher des Européens dégénérés de régner aussi despotiquement sur leurs semblables blancs que sur des nègres ? N’est-ce pas plutôt une conscience de soi noble et la résistance de ceux qu’on voulait maintenir sous son joug qui ont, ici ou la, contenu l’arrogance du tyran ? Comment donc croirions-nous qu’une thèse intenable puisse être le seul fondement du système de nos devoirs, puisqu’elle n’a pas su empêcher une seule infamie du temps où l’on croyait à sa validité ? Non, mon ami, quand les moralistes partent d’un concept erroné, c’est vraiment de leur faute, si leur édifice se met à chanceler et s’effondre comme un château de cartes. C’est une éducation pratique qui illustre chaque principe par des exemples concrets et poignants et qui permette de faire des abstractions en partant de l’expérience, qui saura peut-être amener l’homme à sentir ce que l’homme doit à l’homme, voire ce que chaque race animale, avec lesquelles l’homme agit de façon tout à fait arbitraire, est en droit d’exiger de lui ; la foi de charbonnier n’a jamais su y parvenir et n’y parviendra jamais. »

  • 3  En français dans le texte.

10Après 1775, lorsque Georg Forster rentra en Allemagne, il était en quelque sorte un jeune homme prodige, allant d’assemblée en assemblée. Il rencontra nombre d’intellectuels, tels Heyne à Göttingen, son futur beau-père Lichtenberg, qui deviendra son ami, avec qui il publia d’abord un magazine scientifique, et pour le Calendrier de poche de Göttingen duquel il écrivit de sympathiques contributions. Mais en réalité, ce temps d’après le tour du monde fut un temps mouvementé, sur lequel pesait le souci de se voir attribuer un poste rémunéré. En 1779, on fait appel à lui pour qu’il enseigne l’histoire naturelle au Carolinum de Kassei, où il restera jusqu’en 1784. Epoque étrange : Georg Forster, qui avait été auparavant membre d’une loge de Francs-maçons, se joint ici aux Rose-Croix qui croyaient encore, à la façon des alchimistes, parvenir à faire de l’or ou à trouver la pierre philosophale. Malgré la proximité de Göttingen et de Kassei, c’était un éloignement déroutant aux yeux du professeur de physique expérimentale Lichtenberg. C’était la sans doute une répercussion de l’air du temps de ces années 80 du « siècle des Lumières » finissant. Les essais de Lichtenberg dans le Göttingisches Magazin, tels celui sur les prophètes de l’apocalypse, sur l’exaltation de notre temps, l’explication produite probablement juste à temps du point de vue historique d’une gravure de Hogarth au titre « Crédulité, superstition et fanatisme, une société mélangée », prouvent à quel point des « irrationalismes » contemporains agitèrent particulièrement les années 80 de ce siècle-là (aussi) et poussèrent des écrivains aufklärer comme Lichtenberg à tailler leur plume et à intervenir. Pour un certain temps, Forster fit partie de cette « société ». Et l’éloignement spirituel se transformera en 1784 en un éloignement géographique : Forster accepta sa nomination à l’université polonaise de Wilna en Lituanie, où il signe pour huit ans. La décision la plus malheureuse de sa vie, comme on le voit dans ses lettres à ses amis en Allemagne : nul échange spirituel avec ses collègues de l’université, nul livre, nulle possibilité d’épanouissement dans le domaine scientifique, et de surcroît il devient le témoin de conditions sociales inimaginables. Doit-on dire que son mariage en 1785 avec Thérèse Heyne, la fille d’un universitaire de Göttingen fût une sorte d’échappatoire ? Lichtenberg, en tout cas, qui les connaissait tous deux, n’était pas très optimiste sur cette liaison. Avant même le mariage, il confiait à l’ami commun Sömmerring : « Forster est pour l’amour au sens propre, Thérèse est pour l’amour « à la grenadière »3 », et il réitérait en 1785 : « Je crois également que ce bateau-feu (en parlant de Thérèse Heyne) deviendra un très bon bateau de pêche si seulement Forster monte à bord souvent, bouche la fuite principale et jette les matières combustibles par dessus bord. Mais quelle fuite, quelle fuite ! » Les craintes de Lichtenberg ne tarderont pas à se confirmer...

11En 1788 le projet d’une expédition de plusieurs années commandé par le gouvernement russe tombe à l’eau à cause de la guerre entre la Russie et la Turquie ; Forster est nommé bibliothécaire à l’Université de Mayence sur recommandation de l’historien Johannes von Müller, détenteur précédent du poste. Mayence n’est certes pas Wilna, mais on y est assez à l’étroit. Le cercle que Forster réunit autour de lui est composé de quelques intellectuels, tous plus ou moins issus de la sphère universitaire. Le fait que ce soit dans l’archevêché et l’électorat de Mayence que l’on ait essayé de mettre sur pied la première république sur le sol allemand est surprenant, surtout au vu de la ségrégation particulièrement sévère qui y était pratiquée entre des couches principalement paysannes et artisanales, et la bourgeoisie et une aristocratie retirée dans sa tour d’ivoire. Mais avant d’entrer dans la phase active de son engagement politique, Forster, en 1790, entreprend un voyage avec le jeune Alexander Von Humboldt d’où il rapporta une œuvre littéraire en soi, les Vues du Bas-Rhin, du Brabant, des Flandres, de la Hollande, d’Angleterre et de France en avril, mai et juin 1790. Tout comme sa description des tableaux gothiques de Cologne enrichit l’histoire de l’art, tout comme sa plongée dans l’art vieil allemand découvre un intérêt qui marquera les décennies à venir, sa traduction du Sakontala, de l’indien Kalidasa, conduit les auteurs du classicisme et du romantisme allemands à s’occuper de l’Inde exotique.

12En 1792, les troupes françaises révolutionnaires prirent Mayence. Une « Société des amis de la liberté et de l’égalité » est fondée, dans laquelle Forster entra après avoir quelque peu hésité. Bientôt, il fut élu président du Club des Jacobins de Mayence et il agit par ses discours et ses libelles en faveur des principes de la Révolution française. En 1793, il se rendit à Paris en fonction de député de la convention nationale allemande rhénane pour demander le rattachement de la Rhénanie à la France. La progression des troupes de la coalition lui interdirent de rentrer à Mayence.

13Un arrêté le déclara « séparatiste », ce qui lui valut d’être exclu de leurs rangs par les académies de Petersbourg et de Kassei. L’attitude de la Société des Sciences de Göttingen, par contre, est remarquable à cet égard, puisque Heyne écrivit un « promemoria » au gouvernement de Hanovre qui avait insisté pour qu’on exclut Forster de l’Académie de Göttingen également. Voici la réponse de Heyne : « Puisque la Société n’est pas un corps politique, mais une société purement scientifique et dont l’activité n’a trait qu’au seul domaine de la science, ce ne serait pas moins qu’une outrecuidance aux suites fatales pour elle-même, si elle voulait avoir le front de donner à ses sociétaires des notes publiques en matière politique et de les exclure. Ceci serait contraire au sens, à la fin et à l’esprit mêmes d’une société scientifique, où il n’est jamais question que de matières scientifiques et jamais de matières politiques. La société, ainsi, ne ferait que se mêler de ce qui ne la regarde pas, ce pourquoi elle mériterait plutôt des réprimandes de la part de Hanovre. »

14Le gouvernement de Hanovre ne poursuivit pas cette affaire, ce qui témoigne de son bon sens politique. Mais il reste qu’il s’agit la, dans l’histoire allemande moderne des hommes et des institutions scientifiques — si l’on pense, par exemple, au comportement des universitaires durant le IIP Reich, d’une prise de position impressionnante face à la tentative des autorités d’influer sur l’université, ses institutions et son personnel !

15Georg Forster est mort le 10 janvier 1794 à Paris, d’après Buchner « seul, sans patrie », de la « goutte scorbutique », d’une crise d’apoplexie ou d’une autre maladie : pour ce qu’en savaient les médecins de l’époque !... Et Buchner, parlant pour un grand nombre d’écrivains, de germanistes et d’historiens, résumé : « Ainsi, les erreurs de Georg Forster s’étaient cruellement vengées. Il avait préféré la liberté à la patrie ; il n’avait pas trouvé la liberté et avait perdu la patrie. Ayant erré, sa vie durant, d’un endroit à un autre, il trouva, fugitif et méprisé, une tombe inconnue dans un pays étranger. Cette fin tragique nous réconcilie avec ses erreurs et les lourds endettements de sa dernière année. Forster nous montre que même l’individu noble et aspirant au plus haut vacille sans aucun soutien s’il ne peut s’appuyer sur un amour fidèle de la patrie. Car l’homme n’est pas seulement citoyen du monde, destiné à embrasser tous ses frères avec le même amour ; il est aussi citoyen d’un Etat, il fait partie d’un peuple, appelé à faire respecter la puissance et l’honneur de celui-ci et à le défendre résolument face à l’étranger. »

16Le malheureux Forster : talentueux, allemand, mais politiquement perdu. Ce jugement est encore compréhensible dans le contexte des mesures contre-révolutionnaires prises par les gouvernements dans tous les pays. La réaction de Lichtenberg à la question de l’ami commun, Sömmerring, qui demandait s’il ne voulait pas écrire un texte nécrologique pour l’ami qu’avait été Georg Forster, nous paraît cependant moins pardonnable : « Oh ! comment j’aurais aimé, comment j’aurais aimé lui consacrer quelques feuilles, si j’étais encore le libre penseur et écrivain sans descendance, insoucieux de l’avenir, comme je l’étais jadis ! Maintenant, il n’est que de librement penser. »

17Ce fut alors le jeune Friedrich Schlegel, qui, dans une de ses Caractéristiques de 1797, tenta de décrire Forster comme un « écrivain de société » qui a toujours loué la « vraie popularité », celle « qui n’est pas seulement faite d’une médiocrité conséquente ». Et Georg Gottfried Gervinius n’était pas moins convaincu de l’importance de cet auteur, lorsqu’il lui consacra un long essai en 1843 pour rendre justice à cet auteur méconnu et délaissé, car « le jugement public en Allemagne à commis toute une série d’injustices répétées à son égard, sans avoir jusqu’a présent rien entrepris pour rétablir sa réputation, et lui accorder celle qui lui revient ».

18Le souci principal de Gervinius dans son hommage à Forster était de dépeindre un caractère « qui avait trouvé le passage si difficile de l’idée au fait, du principe à son application, du savoir à l’action ». Il écrivait sur Forster, mais son destinataire c’était la bourgeoisie allemande d’avant 1948, et Gervinius savait fort bien que « dans notre peuple, le sens et le concept » d’une telle unité de la théorie et de la pratique avaient « tout juste commencé de se réveiller ».

19Il est indéniable que ce n’est pas la science littéraire bourgeoise qui a remis à l’ordre du jour la lecture et l’étude de Forster, mais que sont des germanistes de la République démocratique allemande, qui, selon les vœux de l’Académie des sciences à Berlin-Est, depuis la fin des années 50, publient les œuvres complètes, les journaux et les lettres de Forster et ont ainsi suscité une nouvelle vague d’autant plus intensive de l’exégèse de cet écrivain de l’Aufklärung. Le fait que Forster ait été lourdement décrit dans les commentaires comme un écrivain jacobin faisait partie des habitudes de l’époque. Que la germanistique de l’Ouest ait emboïté le pas et se soit dès lors occupée également de Forster, cela fait partie également des habitudes de cette discipline dans son va-et-vient entre l’Est et l’Ouest.

20Georg Forster n’était certainement pas un jacobin, mais il était, pour avoir parcouru le monde et par conviction, un partisan zélé de l’Aufklarung ; et pour lui, cela voulait dire être un défenseur de l’humanité, ce qui, en dépit qu’on en ait, était incompatible avec la terreur, avec la toute-puissance de la guillotine. Le 15 novembre 1793, peu de semaines avant sa mort, il écrivait à Ludwig Ferdinand Huber, l’amant et le futur époux de sa femme : « La grandeur de l’époque est une grandeur gigantesque, comme vous le constatez ; mais c’est exactement pour cela qu’elle demande les sacrifices les plus extraordinaires. Je crois, finalement, que je peux sacrifier tout ce qu’elle peut me demander, si mon humanité est sauvée par ce biais. Peler et mettre sur le feu mes pommes de terre moi-même ? — que ne peut-on pas, pourvu que l’on veuille ? Or pour adoucir cette âpre écorce à la spartiate, il me faut le réconfort de l’esprit par les doux sentiments que procure la communication. Ne voyez-vous pas que les sans-culottes doivent vraiment régner dans les esprits des gens ? Le mépris de l’argent, de la richesse, de la possession ne provient plus de l’envie ou de l’hypocrisie : le riche même en a été contaminé, la richesse dont il ne peut plus jouir à présent n’en est presque plus une, sa valeur s’est envolée. Le luxe et l’apparat n’honorent plus un homme, ils le déshonorent. « Allons, puisqu’il en est ainsi, au diable l’argent ! » doit se dire tout homme riche qui ait un tant soit peu de raison. Je dois manger, me loger, m’habiller comme un sans-culotte, tout ce qui est en surcroît est mort et inutilisable. Prenez-le ! pour ce qui est de moi, oui, je veux le céder ; je serai ainsi certain de mon honneur et de mon renom, ce qui est un trésor qui vaut plus en ces temps que des magots morts. C’est dans cette révolution de la pensée que réside la force de la république. »

21Il est bon d’entendre aujourd’hui de telles réflexions de la part d’un écrivain politique qui ne pouvait pas prévoir les combats actuels, et dont la perspective n’allait pas aussi loin que celle de Georg Buchner quelques décennies plus tard. Forster, sauf le respect qu’on doit à Gervinius et son engagement politico-historique si peu conventionnel dans l’Allemagne de son temps, n’a pas été celui que Gervinius a voulu voir en lui. Il n’a justement pas été le penseur et l’écrivain qui passé à l’acte, mais plutôt un individu hésitant, voire résigné, parce que l’action et ses suites lui donnaient à penser. Ceci devient parfaitement évident dans une lettre à sa femme Thérèse du 21 août 1793 : « Chaque journée et chaque heure qui passé me convainquent un peu plus que ma carrière politique est finie. La même probité et le même sens de l’honneur qui me faisait jusqu’ici rester fidèle à mes principes me convainquent à présent que si, au vu de mes connaissances d’antan, j’avais bien raison, ou si du moins je pouvais penser bien faire en sortant de ma vie privée d’écrivain et en m’immisçant dans la véritable gestion des affaires publiques, j’aurais tout aussi tort à présent d’y rester, si la direction qu’on a donné à la roue de la machine publique ne prenait très bientôt une toute autre direction, ce qui paraît impossible. Je suis un ami fervent de la liberté et de la république, je souhaite le salut du genre humain et je ne voudrais jamais prendre une plume à la main si j’espérais qu’une vertu âpre et abnégatrice puisse devenir le sens universel ; aucune mesure prise contre les ennemis internes ou externes de la patrie ne saurait me paraître trop sévère. Je serais même prêt à en saluer celles qui sont superfétatoires et inutiles si elles insufflaient, fortifiaient et élevaient à la plus grande hauteur l’esprit libertaire. Oh, mes amis ! faites confiance à mon regard calme et aiguisé par tant d’expériences. Tout cela n’est que doux rêves détruits par l’état de débauche du genre humain. Si j’avais su, il y a dix mois, il y a huit mois, ce que je sais aujourd’hui, je serais sans aucun doute allé à Hambourg ou à Altona parmi les professeurs et non pas au club. Et je pèse exactement mes mots en disant cela. Il est tout simplement impossible qu’un homme de ma façon de penser, de mes principes et de mon caractère puisse se maintenir dans un poste public et puisse ainsi servir l’Etat... Les opinions ne sont pas libres, elles ne jouissent pas de l’impunité et ne peuvent en jouir dans le violent état des choses actuel. Ce disant, je me juge moi-même, dès que j’entre dans un cercle d’influence public. Vertu, probité, bonnes intentions, sacrifices, tout cela n’est rien, le schibboleth est tout, et l’homme libre, peut-il laisser cela lui être tout ? Sans lui, il y a méfiance éternelle, calomnie, persécution, tribunal et donc l’impossibilité de faire le bien ; avec lui, même si je dois avouer, voire affirmer que l’on ne peut pas faire le bien si l’on n’agit pas en alliance avec les autres, auxquels on fera des concessions sur d’autres sujets où on est en désaccord — avec lui, disais-je, un sens de la responsabilité morale peut prendre possession de nous lorsque passion et immoralité sont en jeu, auquel un homme raisonnable ne saurait se soumettre aussi longtemps qu’il croit encore à la vertu. »

Haut de page

Notes

1  Zeitschrift für weiblicke Bildung.

2  Töchter-Album.

3  En français dans le texte.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Wolfgang Promies, « Georg Forster : citoyen du monde ou individu apatride ? », Revue germanique internationale, 3 | 1995, 71-81.

Référence électronique

Wolfgang Promies, « Georg Forster : citoyen du monde ou individu apatride ? », Revue germanique internationale [En ligne], 3 | 1995, mis en ligne le 06 juillet 2011, consulté le 20 juillet 2017. URL : http://rgi.revues.org/484 ; DOI : 10.4000/rgi.484

Haut de page

Auteur

Wolfgang Promies

TU Institut für Sprach- und Literaturwissenschaft
Hochschulstr. 1
6100 Darmstadt

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org