Navigation – Plan du site

« Nul Auguste pour protecteur » : Conscience bourgeoise et loyauté du fonctionnaire dans la Société du Mercredi1 à Berlin

Ursula Goldenbaum
Traduction de Marcelo Gandaras
p. 127-141

Résumés

A partir d’archives nouvellement travaillées U. Goldenbaum soulève un, voire une série de paradoxes de VAufklärung. De hauts fonctionnaire berlinois se rassemblent secrètement pour fonder une société des amis de VAufklärung, dévoués au progrès, aux réformes, à l’hygiène. Le plus important des paradoxes est que pour servir le bien public il faille être secret — pour conserver sa liberté — et dans le nombre de ses réformes la société prévoit l’interdiction des sociétés secrètes, ce qui conduira en effet à sa propre dissolution. Le rapport entre usage privé et public de la liberté se problématise autrement que chez Kant chez ces responsables politiques, fidèles à Frédéric II dans la mesure où il représente l’autorité apte à insuffler les Lumières et pour autant qu’il peut être lui-même partisan d’un progrès social et politique. Le paradoxe devient contradiction lorsque les membres de cette société se posent la question de la censure. Il est clair pour la plupart d’entre eux que le peuple n’est jamais immédiatement « mûr pour la liberté », qu’il faut — au nom même de la Raison — limiter la diffusion des Lumières et laisser une place au préjugé. La contradiction se trouve dans la nature du peuple : soit spontanéité à laquelle nuiraient les Lumières, soit brutalité inapte à les recevoir. Entre le savoir vrai, exempt de toute censure, et la réalité inéclairée, ces Aufklärers donnent à la religion la fonction pédagogique — bien plus que théologique — tout à la fois de divulgation et de limitation des Lumières. Ainsi au sein même de cette Société, située en quelque sorte dans le vecteur dur de l’Aufklärung, entre Berlin, ville du savoir aufklärer relativement libre, et Potsdam, ville du pouvoir éclairé relativement despotique, ces conseillers d’Etat réalisent les Lumières comme mouvement de crise, et en somme produisent leur propre disparition.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Mittwochsgesellschaft.
  • 2  Cf. Friedrich Nicolaï, Gedàchtnisrede auf Johann Jacob Engel, Berlin, 1806, p. 30, ainsi que son n (...)
  • 3  A. Stölzel, Die Berliner Mittwochsgesellschaft über Aufhebung oder Reform der Univer-sitäten (1795 (...)
  • 4  Deutsche Staatsbibliothek, Stiftung preussischer Kulturbesitz, Ms. boruss., fol. 443.
  • 5  G. Birtsch Die Berliner Mittowchsgesellschaft, in Über den Prozefi der Aufklärung im 18. Jahrhunde (...)
  • 6  Cf. B. Nehren, op. cit., p. 92-95. Voir aussi Geheime Gesellschaften, édité par P. Chr. Ludz, Wolf (...)

1L’existence de la « Société du mercredi berlinoise » ne fut connue, par des publications de Friedrich Nicolaï2, que quelques années après sa dissolution, époque où en Allemagne, le mouvement de l’Aufklärung avait déjà fait place à de nouveaux courants intellectuels. C’est pour cette raison, qu’au xixe siècle, l’annonce, somme toute piquante, de l’existence d’une société secrète de fonctionnaires prussiens parmi les plus loyaux ne suscita d’abord que peu d’intérêt. Ce n’est que vers la fin du xixe siècle que l’intérêt historique pour cette société trouva son expression, dans un petit nombre de traités isolés, ainsi que dans quelques publications de sources disséminées3. Dans l’un de ces traités, le bibliothécaire de la Staatsbibliothek allemande, H. Meisner, attire l’attention sur un in-folio découvert par lui aux archives4 ; il contient les papiers de l’un des membres de la Société du mercredi, le médecin particulier du roi, J. K. W. Möhsen. Parmi ces papiers se trouvent les statuts de la Société, des listes de membres, ainsi que des manuscrits. Depuis quelques décennies, avec le renouveau de l’intérêt porté à l’Aufklärung, la curiosité des chercheurs grandit5 : cette société secrète, en effet, est l’incarnation même de l’un des paradoxes de l’Aufklärung, qui aspire d’une part à la publicité et à la divulgation des lumières de la raison et d’autre part agit dans des sociétés secrètes6.

  • 7  L. F. W. von Goeckingh, Friedrich Mcolaï Leben und literarirscher Nachlass, Berlin, 1820 ; C. Goss (...)

2Les nouvelles recherches s’appuient principalement sur les manuscrits cités ci-dessus, seul stock de sources important relatif à la Société du mercredi. On trouve évidemment des renseignements supplémentaires dans les biographies, ainsi que dans les publications des membres de la société7 ; les manuscrits contenus dans cet in-folio, qu’il s’agisse des statuts ou des motions, sont d’autant plus intéressants qu’ils n’étaient pas destinés à être publiés et qu’ils témoignent ainsi des convictions intimes des sociétaires. Un protocole exhaustif des séances, des discours et des suffrages contiendrait sans doute plus de 2 000 pages. Dans l’in-folio, 350 pages sont conservées, ce qui correspond à un sixième. Avec les biographies des membres de la Société et leurs publications, nous disposons de sources aptes à nous donner une impression vivante de l’activité de la Société.

  • 8  Ms. boruss. 443, p. 238 v°.

3Un ton amical, impartial, voire d’une ironie bienveillante sous-tend les commentaires et interventions. Ainsi, Svarez place au début de son commentaire sur la description exagérée des terribles dangers de la superstition, de l’exaltation (Schwämerei), et de l’enthousiasme (Enthusiasmus) pour l’Aufklärung, telle que la faisait Gedike, par ces mots, piquants : « Quand même le danger de l’exaltation ne fût pas aussi grand que Monsieur l’auteur, rempli d’un enthousiasme louable pour la bonne cause de la saine raison, semble l’apercevoir... »8

  • 9  Même si l’invitation écrite de Biester pour l’entrée de Mendelssohn à la Société du mercredi inter (...)
  • 10  Dans ses statuts Ms. boruss., fol. 443, p. 1 sq.
  • 11  Mittwochsgesellschaft.
  • 12  Gesellschaft der Freunde der Aufklärung.

4Il ressort des manuscrits que la Société se constitua à la fin de l’année 17839. Son règlement10 comportait deux noms, une appellation extérieure, « Société du mercredi »11, puisque les membres voulaient se rencontrer un mercredi sur deux de la Saint-Michel à Pâques et un sur quatre de Pâques à la Saint-Michel, ainsi qu’un nom secret — « Société des amis de l’Aufklärung »12. D’entrée de jeu, dès le premier point des statuts, il est convenu qu’une discrétion absolue sera gardée sur toutes les questions concernant la Société. Ce vœu de discrétion s’explique par le second point des statuts, selon lequel tout membre de la Société devait jurer sur l’honneur de « faire preuve d’une tolérance totale à l’égard de toutes les opinions, dûssent-elles paraître saugrenues, et d’éviter toute forme d’animosité envers elles, que ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur de la Société ». Ceci devait poser le fondement d’une discussion totalement libre et d’une franchise parfaite sur les thèmes de l’Aufklärung. Afin d’assurer le secret, on limita d’abord le nombre de membres à douze, plus tard à vingt-quatre et on soumit l’acceptation de chaque nouveau membre au suffrage unanime de tous les sociétaires. L’activité de la Société devait consister en des conférences et leur discussion, une conférence devant être tenue à chaque rencontre, suivie d’abord d’une discussion orale. Dans les jours et semaines suivants, les membres s’exprimaient encore une fois par des commentaires écrits, qui, joints au protocole du discours, étaient envoyés de maison à maison dans une caisse fermée dont chaque membre avait la clef. Le secret absolu sur l’activité de la Société devait être renforcé par le fait que les commentaires écrits étaient signés suivant un code grâce à des combinaisons de chiffres ; il est donc d’autant plus difficile de lever aujourd’hui l’anonymat des manuscrits.

  • 13  Sur le programme d’une Aujklärung populaire au moyen des sermons et des cantiques sur le fond de t (...)
  • 14 Die Bestimmung des Menschen. 129

5Dans les manuscrits en question, se trouve une liste des membres datant des premiers temps de la Société, elle contient vingt noms dont tous d’une façon ou d’une autre sont ceux de fonctionnaires de l’Etat prussien. La totalité, ou presque, du consistoire supérieur était sociétaire13, à savoir les pasteurs Johann Samuel Dietrich, Wilhelm Abraham Teller, Johann Joachim Spalding, Johann Friedrich Zöllner, ainsi que le pédagogue Friedrich Gedike, ce qui est bien caractéristique de l’Aufklärung berlinoise. Parmi les autres sociétaires on compte le pasteur berlinois Johann Georg Gebhardt et les pédagogues W. H. Schmidt et Johann Jakob Engel, qui sera plus tard directeur du Théâtre national, ainsi que le conseiller auprès du directoire du lycée « Joachim » et du chapitre de la cathédrale Karl Franz von Irwing. Spalding était l’auteur du livre La vocation de l’Homme (1748)14, dans lequel on peut voir une sorte de Bible de l’Aufklärung allemande et dont Moses Mendelssohn n’est pas le seul à avoir fortement subi l’influence. Ce livre s’appuie en grande partie sur le wolffianisme. Zöllner écrivait dans la Berlinische Monatsschrift, où il avait posé la fameuse question « Qu’est-ce que les Lumières » à laquelle Kant avait donné la réponse plus fameuse encore : « La sortie de l’Homme hors de sa minorité imputable à lui-même. »

  • 15 Aristotelest und Basedow oder Fragmente iiber Erziehung und Schulwesen bein den Alten und Neueren.

6La biographie de Gedike montre bien à quel point les fonctionnaires éclairés de Prusse se concertaient et se protégeaient mutuellement : en 1775, après ses études de théologie à Francfort-sur-l’Oder, il prit un poste de précepteur chez Spalding. En 1776 il fut proposé par celui-ci comme recteur adjoint au gymnase de Friedrichswerder, où il devint sous-directeur en 1777 et directeur en 1779. Il soutint avec grand engagement la réforme scolaire du ministre éclairé von Zedlitz, que ce dernier voulait mettre en œuvre en dépit même de la volonté du roi. Gedike dédia son livre Aristote et Basedow ou fragments sur l’éducation et le système scolaire chez les anciens et les modernes (1779)15 au ministre von Zedlitz, dont la protection lui valut d’être nommé conseiller consistorial supérieur en 1784. En 1787 il fut admis au collège supérieur de l’école. Cependant, après l’édit religieux de Wôllner et la chute du ministre von Zedlitz, il dédia un second livre au nouveau ministre Wöllner et abandonna sa fonction d’éditeur à la Berlinische Monatsschrift, soucieux qu’il était de ne pas mettre en péril l’élection à l’Académie qu’on lui avait fait miroiter. Cette attitude n’est cependant pas typique des autres Aufklärers berlinois. J. E. Biester, secrétaire de la Société du mercredi et bibliothécaire royal, ancien secrétaire du ministre von Zedlitz, resta, intrépide, éditeur de la Berlinische Monatsschrift et renonça à être admis à l’Académie ; Teller, quant à lui, se désista de son poste en 1788, après l’édit de Wöllner.

  • 16 Preussisches Allgemeines Landrechts.
  • 17  Voir G. Birtsch, Zum konstitutionelen Charakter des preufiischen Allegemeinen Landrechts von 1794, (...)
  • 18  Cf. Uber die Preussische Justizverfassung, in Berlinische Monatschrift (dans la suite indiqué BM), (...)

7Le haut conseiller privé de Justice, Karl Gottlieb Svarez et le conseiller assistant Ernst Ferdinand Klein étaient d’autres membres de la Société du mercredi. Il s’agit là des deux principaux auteurs du Droit commun de l’Etat de Prusse16, sous l’égide de Frédéric II et élaboré sous le ministre de la Justice von Carmer, la discussion publique en ayant été autorisée par le roi17. Cette discussion fut menée dans la Berlinische Monatsschrift également18.

  • 19  Voir l’indication de G. Birtsch, Die Berliner Mittwochgesellschaft, in Uber den Prozefi der Aufklà (...)
  • 20  Von der bürgerlichen Verbesserung der Juden.
  • 21  Les nouvelles sur l’émancipation des Juifs en France après la Révolution coïncident jusque dans le (...)

8Les membres J. H. Wloemer et K. A. von Struensee, plus tard ministre, venaient du ministère des Finances, ainsi que L. F. G. Goeckingk, connu surtout comme poète et qui rallia la Société début des années 90 seulement ; tous trois étaient conseillers secrets du Trésor. Autres membres : les médecins privés du roi, K. W. Möhsen, et le conseiller privé Selle, médecin à la Charité, critique de Kant et apprécié par ce dernier, ainsi que le conseiller de Justice Friedrich Wilhelm von Beneke et le conseiller de la Chambre de Justice Johann Siegfried Mayer19. L’archiviste privé et conseiller militaire Wilhelm von Dohm est l’un des membres d’une notoriété davantage assise, ne serait-ce que pour son livre De l’amélioration civile des Juifs (1781)20, qui n’influa pas seulement fortement sur la discussion de l’émancipation juive en Allemagne, mais dont les positions furent prises en compte dans l’émancipation des Juifs dans la France postrévolutionnaire21. Il était connu également en tant qu’éditeur du Deutsches Museum et travaillait aux affaires extérieures.

9Les deux exceptions à la règle étaient Friedrich Nicolaï, libraire, éditeur de l’Allgemeine Deutsche Bibliothek et auteur de romans « éclairés » et Moses Mendelssohn, comptable, fabriquant de soie et philosophe célèbre depuis, qui ne voulait pas assister aux séances, mais qui, à titre de membre honorifique, prenait part à la discussion écrite.

  • 22  R. Vierhaus, Friedrich Nicolaï und die Berliner Gesellschaft in Friedrich Nicolaï, 1733-1811, Berl (...)

10« Tous — ainsi Rudolf Vierhaus décrit-il l’objectif commun à ces hommes — qu’ils fussent administrateurs, pédagogues, théologiens ou hommes d’affaires voulaient influer sur l’opinion publique suivant les idées de l’Aujklärung. Ils ne cherchaient pas la clandestinité, n’étaient pas des conspirateurs ou des esprits subversifs ; ils voulaient promouvoir la réforme au sein de la Société et de l’Etat existants. Dans la définition de cet objectif basé sur des convictions fondamentales communes, il existait cependant des différences de point de vue considérables, par exemple, quant au rythme du processus de l’Aufklärung, aux moyens de l’Aujklärung et quant au jugement à porter sur certains phénomènes, tels la Révolution française ou certaines institutions prussiennes. »22

  • 23  Quand de plusieurs parts on reproche à ce projet de comporter malgré tout des sujets théologiques, (...)
  • 24  Ms. boruss. 443, p. 1 f.

11Cette attitude se reflète clairement dans le choix des thèmes à discuter au sein de la Société. Ainsi souhaite-t-on expressément que les conférences ne traitent pas les sujets suivants : « La théologie au sens strict23, la jurisprudence, la médecine, les mathématiques, la critique littéraire et les informations de la presse, mais bien cependant les résultats tirés de ces sujets en vue de l’Aufklärung et du bonheur de l’Humanité. La communication consistera, selon le souhait des auteurs, soit en un véritable exposé qui ne devra pas être trop long et devra contenir des points de discussion ; soit on proposera quelque matière à débat, le conférencier devant apporter un précis des points dont il sera question, afin qu’on puisse en dresser le procès verbal » — c’était bien une société prussienne — « ou alors, en dernier lieu, de telles matières seront présentées en s’inspirant de la lecture d’extraits d’un ouvrage »24.

  • 25  S. (varez), In wie fern können und müssen Gesetze kurz sein ?, in BM, t. 12, p. 99-112. Le titre d (...)

12On a déjà dit que de nombreux membres de la Société étaient auteurs dans la Berlinische Monatsschrift, bien que celle-ci, contrairement à ce que pourrait faire croire la présence de Biester et Gedike parmi les éditeurs de la revue, ne fût pas l’organe de presse explicite de la Société. Le traité de Mendelssohn sur l’Aufklärung se place dans la suite immédiate des diverses discussions engagées au sein de la Société, des ébauches assez complètes se trouvant dans les manuscrits. Il en va certainement de même pour l’essai de Svarez où il pose la question de savoir si les textes de loi doivent être courts25. Mais même plus largement, on discerne une connivence marquée entre les objectifs et les thèmes traités au sein de la Société et dans la revue. La notion de communication mutuelle qui régnait dans les différents centres de l’Aujklärung se montre également en ceci que dans les conférences de la Société, on lisait des revues et des livres nouveaux et qu’on en débattait ; par exemple, les Ephemeriden der Menschheit et le Staatsanzeiger de Schlözer.

  • 26  La question : « Est-il utile de tromper le peuple ? » a été donnée à l’Académie par le roi, sous l (...)
  • 27  Ms. boruss. 443, p. 124 sq.

13L’Aufklärung est l’un des premiers de ces thèmes ; sa discussion, quant au nombre et à l’importance des commentaires, est très bien illustrée. Après que ce thème eut déjà été antérieurement au centre de la discussion, dans la séance du 17 décembre 1983, Möhsen posa la question suivante : « Qu’est-ce que l’Aujklärung ? », c’est-à-dire en quasi-simultanéité avec la contribution de Zöllner dans le numéro de décembre de la Berlinische Monatsschrift. En même temps Möhsen propose d’analyser l’état de l’Aufklärung, de procéder à une lecture critique de l’écrit du roi, selon lequel la langue allemande serait inadaptée à la promotion de l’Aufklärung ; analyser les prix du célèbre concours de 1778 s’il est « utile de tromper le peuple »26. Il est à noter que malgré la distance des membres de la Société du mercredi vis-à-vis de l’Académie, avec son orientation anti-wolffienne et francophile, les essais primés dans les concours influaient fortement sur le débat public. A la dernière proposition cependant, Dohm, lapidaire, répondra en demandant que l’on procède plutôt à une « analyse qui leur soit propre, indépendante et libre » susceptible de réponses plus convainquantes. Il ne veut pas croire qu’il soit « si difficile d’établir qu’il n’est pas nécessaire de tromper le peuple et que Vérité et Aufklärung feront toujours le bonheur de l’Homme »27.

  • 28 Ibid.

14La question de savoir ce qu’est l’Aufklärung émeut tous les membres de la Société et suscite une discussion, où l’on aborde déjà les sujets cruciaux des années à venir et où l’on formule des questions qui élargissent le contexte. Au même moment, le caractère éminemment politique de cette question, si anodine apriori, apparaît. Déjà dans la première motion de Klein, on peut lire, « que l’interrogation sur l’Aufklärung influera toujours sur la question de savoir à quel point la liberté de presse existe »28.

  • 29  Svarez, Vorschläge zur Zensurgesetzen, in Ms. boruss., p. 272 (3 mai 1784).
  • 30  Ms. boruss. 443, p. 124 sq.
  • 31 Ibid.

15Et en effet, Svarez, dès la conclusion de cette discussion qui se sera étendue jusqu’à avril 1784, présentera son discours Sur les lois de censure29. Dans son commentaire du discours sur l’Aufklärung, Klein rend déjà l’opinion de la majorité des membres quand il demande qu’on fasse une différence entre la censure pour le grand nombre et celle pour les érudits : « Les calendriers, catéchismes, hebdomadaires et autres livres destinés au grand nombre sont placés sous la censure mais seulement dans la mesure où ils comprennent certaines propositions et non pas dans la mesure où ils en excluent. Ce serait pure tyrannie que de contraindre un écrivain à énoncer certaines propositions... Il en est tout autrement lorsque j’émets cette proposition dans une dissertation philosophique. »30 Svarez partage cette opinion ; lui aussi veut que dès le début l’Aufklärung se fasse suivant les différentes classes d’individus. Il demande que « l’on laisse en un premier temps partout les opinions reçues (quand même ce seraient des préjugés). Que l’on s’efforce seulement d’introduire peu à peu et insensiblement des mobiles plus exacts et plus nobles, que jusqu’ici le peuple rejetait. Lorsque le nouvel édifice sera consolidé et que le peuple se sera habitué à cette première éducation il sera toujours temps de combattre et d’abolir chaque préjugé... Mais que l’écrivain éclairé n’aille pas par son exégèse et sa démonstration bannir de l’esprit du vulgaire l’enfer et le diable dans le sens habituel de ces termes. Il faut d’abord ériger un nouvel édifice plus sûr ». Mais pour le public éclairé il exige encore : « Une liberté de presse et d’impression sans bornes aucunes. En revanche, pour les petites lectures, à mon sens, une censure très attentive est extrêmement nécessaire. »31

16Mendelssohn, Nicolaï, von Irwing et Dohm ont une toute autre position. (Selle prépare sa propre conférence sur ce thème.) Mendelssohn veut amener les membres de la Société à repenser la nécessité — à leurs yeux évidente — d’une censure de la lecture populaire ; à cet effet, il pose les questions suivantes :

17« 1 / Je voudrais que l’on cherche dans l’histoire les exemples où l’Aufklärung en général ou une liberté débridée pour exprimer son opinion a jamais réellement nui à la félicité publique.

18« 2 / Lorsqu’on examine les avantages et les désavantages que l’Aufklärung et les révolutions qui ont pu en naître ont apportés, on doit distinguer les premières années de crise et les époques qui les suivent. Elles sont parfois en apparence dangereuses, mais elles sont au fond les prémisses de l’amélioration.

  • 32  Ibid.

19« 3 / Quand même il serait vrai que certains préjugés, devenus nationaux, doivent être, selon les circonstances, respectés par tout homme de bon sens, la question reste encore : les limites de ceux-ci, doivent-elles être déterminées par des lois et des censeurs, ou bien, comme pour les limites du bien-être, laissées à l’appréciation et la justesse de la conviction de tout chacun ? Comme par nature ils sont nécessairement variables, des lois constantes ne peuvent en déterminer la quantité ni le but et ne peuvent être laissées au bon vouloir des censeurs, il me semble qu’ils sont dans tous les cas plus nuisibles que la liberté la plus débridée. »32

  • 33  Ms. boruss. 443, p. 149-156. Ce faisant il se réfère à un article de la Berlinische Monatsschrift  (...)

20En dehors de la Conférence de Svarez sur les lois de censure suscitée par cette discussion, il y eut différentes conférences sur la possibilité d’une Aufklärung populaire. C’est probablement Möhsen qui, en 1785, proposa de revoir les anciens livres populaires, c’est-à-dire les livres à usage domestique, calendriers et autres hebdomadaires, et de les remettre, ainsi améliorés, en circulation33.

  • 34  Ms. boruss, p. 149-156 (15 février 1786).

21Dans la même conférence, il s’attaque à l’opinion rousseauisante selon laquelle le paysan, à l’âme non encore corrompue et aux forces encore intactes, aurait un accès plus facile à l’Aufklärung que les classes éduquées : « Si l’on considère, face aux représentations théoriques, l’obscurité naturelle de l’entendement et l’ignorance brute du paysan, mais aussi les superstitions et en particulier les préjugés, qui lui ont été si fortement inculqués par un enseignement, des parents, une école et même la chaire, tous de la même farine, sans compter l’absence de fréquentations quotidiennes qui aiguiseraient les sens, alors il est certain qu’il est bien plus dur d’éclairer l’entendement du paysan et de lui extirper ses préjugés que ce que ces philosophes se sont imaginés jusqu’ici. » Il parle de façon très réaliste de ses expériences en tant que médecin de campagne et décrit les charges imposées aux paysans d’une part par les militaires, d’autre part par le servage comme les principaux obstacles auxquels on butte lorsqu’on essaye d’expliquer à ces derniers le sens de l’enseignement obligatoire et de l’amélioration du contrôle médical pour leurs enfants34. Et il cite l’argumentation des paysans ; « Pour les maladies, [les enfants] sont dans la main de Dieu... quand ils sont en bonne santé il ne m’aident même pas, puisqu’il faut que j’envoie les grands à l’école et que je ne les aie plus pour garder les oies et les vaches... et quand les garçons et les filles grandissent et que nous pourrions les employer au travail des champs et à la ferme, il faut les envoyer servir à la cour : les filles reviennent rarement dans l’état où elles étaient parties, parce que la plupart du temps elles sont avec les valets. Messieurs les pasteurs sauront que c’est neuf mois après que naissent la plupart des enfants. C’est à la Saint-Michel qu’ont lieu la plupart des mariages et il faut ne pas y regarder de trop près, il faut se laisser faire et donner la fille à un mauvais gars, incapable de la nourrir. Quand le garçon est grand et fort et qu’il pourrait servir de valet à ses parents, il doit partir à l’armée. Quand il revient, c’est un vaurien, un dépravé, paresseux à la tâche, un boulet pour nous autres les parents, rebelle contre ses parents et le domaine. »

  • 35  Ms. boruss. 443, p. 66 sq.
  • 36  Cf. U. Goldenbaum, Von der Angst des Erkennens. Zum 200. Todestag Moses Mendels-sohns, in Deutsche (...)

22En avril 1786 une conférence sur la théorie de la connaissance fut tenue35, elle n’atteste cependant pas des capacités philosophiques particulières à la Société. Le thème fut certainement inspiré par la querelle sur le spinozisme de Lessing, surtout après la mort de Mendelssohn, à la suite de laquelle l’un des membres, Engel, s’immisça directement dans la controverse avec Jacobi — portant sur le point de savoir si Jacobi, avec son bref ouvrage sur Lessing, avait une part de responsabilité dans la mort de Mendelssohn36. Le débat sur Spinoza contribua, en Allemagne, en tout cas jusqu’à ce que la philosophie transcendantale de Kant, soudainement, cinq ans après la parution de la Critique de la raison pure, se trouvât au centre de l’intérêt philosophique.

  • 37  Über den wahren Geist des reinen Deismus, in BM, t. 4, p. 231-237. Selle, Uber Natur und Offenbaru (...)
  • 38  Ms. boruss. 443, p. 184 r°-186 v°.

23Deux conférences sur le déisme (un essai sur ce thème parut également dans la Berlinische Monatsschrift)37 montrent bien ce qu’est l’Aufklärung berlinoise. On y dégage le véritable esprit de cette religion raisonnable et l’instauration d’un office particulier pour cette religion naturelle — tel qu’il était pratiqué en Angleterre — y est jugée comme étant une rechute dans la religion positive38.

  • 39  K. F. von Irwing, Die Freiheit zu denken, ein unschädliches natürliches Recht aller Menschen, in M (...)
  • 40  Ms. boruss. 443, p. 329 (6 août 1790).
  • 41  Ms. boruss. 443, p. 314.
  • 42  Ms. boruss. 443, p. 318 sq. Cf. aussi NM, t. 7, p. 93 sq. et les volumes suivants.
  • 43  Ms. boruss. 443, p. 166, 180, 225. Voir aussi Xaverius Grofiinger in Wien An die Herren Herausgebe (...)
  • 44  Ms. boruss. 443, p. 180 sq.

24Dans les manuscrits, se trouve également une conférence sur « la liberté de penser — un droit non nuisible de l’Homme39 », mais aussi des conférences sur des questions d’ordre pratique et social, telles la nécessité, dans l’intérêt des soldats, d’un meilleur contrôle des médecins de régiment40 ; tel — conférence de Selle probablement — sur l’accueil gratuit à l’hôpital de la Charité de toutes les femmes, fussent-elles débauchées, afin de juguler la transmission des maladies41 ; une conférence très intéressante, probablement de von Möhsen, sur la corrélation entre les tables de mortalité et le prix du blé en Prusse42 ; des comptes rendus de la lecture des Lettres de Gros-singer à la Berlinische Monatsschrift, une critique de la situation berlinoise43, de Möhser sans doute, comme le prouve les papiers de la société44.

  • 45  Über das Recht der Gemeind in Glaubensachen und ihren religiosen Angelegenheiten, in Ms. boruss. 4 (...)
  • 46  Ms. boruss. 443, p. 271 v°.

25En dernier lieu, on y trouve, jointes à ce qui dans les manuscrits est appelé l’édit Royal du 9 juillet qui n’est rien d’autre que l’édit religieux de Wöllner de 1788, deux conférences où l’on exige la liberté dans toutes les questions religieuses pour les paroisses, et, de façon générale, la séparation entre Etat et Eglise45. On y appelle ouvertement les sociétaires à résister à l’édit et on sait que Teller résilia sa fonction dès 1788, parce qu’il n’était pas prêt à proclamer du haut de sa chaire la doctrine demandée. Concernant la légitimité de l’édit, il y est dit en toute clarté : « Or, s’il n’est pas un despote [le roi], il dispose d’un conseil dont la tâche est de se concerter sur la rédaction des textes de loi, aussi ce dernier aurait-il dû être entendu préalablement. »46

  • 47 Freiheit und Eigentum abgehandelt in acht Gesprächen iiber die Beschlùsse der Franzbsischen Nationa (...)
  • 48  Ms. boruss. 443, p. 42 et p. 3.
  • 49  E. Hellmuth, op. cit., p. 245 sq.

26Nous savons par d’autres sources que les événements de la Révolution française également firent l’objet de débats au sein de la Société. On peut se faire une idée sur ces débats par le petit livre de von Klein paru en 1790, Liberté et propriété47. Imitant les discussions réelles, il fit reprendre, par des personnes fictives aux noms changés, les discours dont il avait été témoin dans la Société — Svarez et Selle s’y reconnurent clairement. Après la discussion sur la Révolution française, Svarez et von Möhsen tiennent deux conférences, où le premier traite de la possibilité d’exonérer d’impôts certaines classes sociales et le second, dans un aperçu de l’histoire fiscale de la Marche du Brandebourg, démontre que de tels impôts ont existé par le passé, que l’exonération n’est donc nullement un droit naturel48. Cette intervention suscita une multitude de réactions. L’auteur de la première conférence, Svarez, était bien conscient que l’exonération d’impôts pour l’aristocratie n’était, dorénavant nullement un droit accepté par tous, ce que montre bien sa présentation perspicace de la critique portée contre cette exonération. Mais comme il ne veut pas toucher à ces prérogatives traditionnelles, il les qualifie de « droits acquis » qui doivent être garantis par le souverain. Il met cependant en garde contre l’attribution de nouveaux privilèges. E. Hellmuth explique, à juste titre, cette attitude par le fait : « Que dans ses convictions en matière de droit, l’aspect de sauvegarde des droits acquis jouait un rôle primordial, ne serait-ce que par crainte de voir s’opérer des retournements radicaux au sein de la société. »49 Von Möhsen, par contre argumente d’un point de vue historique. Puisqu’il fut un temps où l’aristocratie de la Marche n’avait pas été exonérée d’impôts, il ne voyait aucune raison de se prononcer maintenant pour un tel privilège, car cette exonération serait dépourvue de toute légitimité légale.

  • 50  Sur le débat et l’appréciation du droit commun cf. le résumé des différences, insistant d’une part (...)
  • 51  Voir n. 27.
  • 52  Ms. boruss. 443, p. 49 sq.
  • 53  G. Birtsch, op. cit., p. 317.

27Dans la discussion de ces questions au sein de la Société du mercredi, on était tout à fait conscient du conflit que devait induire l’incompatibilité entre les exigences de leur programme d’Aufklärung et les intérêts du roi et des représentants conservateurs de la différence des conditions. Ce conflit devait éclater ouvertement lors de l’élaboration du droit commun et des débats autour de sa mise en œuvre50. Concernant la réforme du système d’éducation, il y eut également un différend fondamental avec Frédéric II et avec l’aristocratie terrienne, le servage interdisant, de fait, aux paysans d’envoyer leurs enfants à l’école, main-d’œuvre trop indispensable à la survie de l’exploitation. Möhsen en a référé auprès de la Société du mercredi51. Les théologiens, de même, agissaient, voyant bien qu’ils ne pourraient pas compter sur l’appui du roi éclairé dans l’application à la vie paroissiale de leur théologie éclairée. Cette crainte se confirma par exemple en 1780-1781, lors de leur tentative d’introduire leur cantique éclairé, lorsque le roi se plia aux protestations venant des luthériens orthodoxes. Déjà dans son catalogue de questions pour la discussion du 17 décembre 1783, Möhsen se plaint du peu d’intérêt que le roi porte à l’Aufklärung populaire par les prêches, lui reprochant ceci : « Nonobstant qu’il prescrit à toutes les Facultés et à toutes les Sciences le genre de leur propos et l’ordre de celui-ci ; nonobstant qu’il ne peut ignorer que les théologiens, par leur influence sur le cœur des hommes, peuvent dans leurs sermons éclairer des centaines d’hommes et extirper maintes erreurs plus vite et mieux que ne le sauraient faire les livres ; il passe outre, s’en excusant en disant : que c’est bien à propos qu’il veut observer, en matière théologique, un silence respectueux, puisque l’on dit que c’est là une science divine, sanctuaire où il est interdit aux laïcs de pénétrer. »52 G. Birtsch a donc tout à fait raison de faire remarquer que la thèse selon laquelle les prédicateurs prussiens se voulaient des médiateurs de la politique royale n’est juste que très partiellement, et que ces prédicateurs, bien plutôt, étaient les défenseurs d’une théologie rationaliste et éclairée entièrement indépendante et ils ont délibérément mis leur sacerdoce au service de la propagation de l’Aufklärung : « Même les membres de haut rang du consistoire qui soutenaient l’Aufklärung se refusaient expressément à traiter dans leurs sermons de sujets politiques ou économiques. Bien que ces théologiens éclairés se prétendissent apolitiques et que le but principal de leurs sermons ne fût pas non plus de propager une doctrine chrétienne du salut, ils s’attelèrent à l’élaboration d’un code moral sain. Dès 1748, Spalding, dans ses réflexions sur la "vocation de l’homme", avait montré la voie. Ses buts derniers étaient la vérité et la justice, la recherche de la vérité par une réflexion sérieuse et le libre usage de la raison, ainsi que l’application de la notion de justice dans les louanges de la religion dont le but, en définitive, était de "rendre l’homme bon et content", d’après Spalding, cette doctrine morale devait passer avant l’exégèse. »53

  • 54  Motion de Gedike, le 16 janvier 1784 à propos de l’exposé « Qu’est-ce que les Lumières ? », Ms. bo (...)
  • 55  Ms. boruss. 443, p. 1.
  • 56  Ms. boruss. 443. Proposition de Möhsen sur les clubs de lecture.
  • 57  Dans sa critique des règlements de l’hôpital de la Charité, Selle en appelle expressément au devoi (...)

28Les membres de la société voyaient bien la différence de leurs intentions avec celles du roi et des états supérieurs, mais aussi la particularité de leur propre condition au sein de la société. Ceci s’exprime, par exemple, chez Gedike, qui, dans un débat sur la possibilité d’une Aufklärung populaire, déclare : « Le point véritable d’où doit partir l’Aufklärung, est la condition moyenne, centre de la Nation, d’où les rayons de l’Aufklärung se frayeront progressivement leur chemin vers les extrémités, les conditions inférieures et supérieures. Nous ne devons, cependant, ni espérer ni craindre que ces derniers, en tout et pour tout, accèdent à un niveau d’Aufklärung, qu’il n’est donné qu’à la condition médiocre d’atteindre. »54 Cette conscience qu’avaient les sociétaires du caractère bourgeois marquant l’avant-garde du mouvement de l’Aufklärung, dont ils étaient eux-mêmes partie intégrante, s’exprime clairement dans le règlement : « Les Excellences ne sont pas admises »55. Ceci est souligné par une remarque pleine de fierté civique, probablement de Möhsen : « Je me rappelle que lors de l’instauration de notre société la question avait été posée de savoir si on voudrait ou non y accepter des personnes de condition noble. On sait par quelle raison nous l’avons interdit..., nous n’avons nul Auguste pour protecteur, ni mécène, ni mécénat que nous devrions craindre lors de nos débats. Nous ne tenons pas aux gratifications... ce n’est pas la soif de gloire ou d’éloges qui peut dicter notre jugement, puisque nous demeurons inconnus et que l’intime conviction est la gratification unique et excellente, qui sert autant qu’il est en nous les meilleurs de nos concitoyens et de nos descendants, sans aucune visée extérieure. »56Plus largement ces phrases reflètent le paradoxe dans lequel se trouvait l’élite des fonctionnaires prussiens : car si leur loyauté de principe envers le roi et la monarchie était au-dessus de tout soupçon et s’ils ne cessaient de souligner la modération des réformes visées, ils se posaient, de fait, en opposants par rapport aux structures politiques et sociales existantes, leur action ne visant nullement une simple amélioration de celles-ci, mais bel et bien un changement qui ne correspondait pas aux intentions du roi « éclairé » et en aucune façon à celles des classes conservatrices. Si l’on se penche plus attentivement sur les sujets et sur les controverses de la Société, l’on comprend plus aisément pourquoi il a semblé nécessaire aux fonctionnaires éclairés bourgeois de se donner pour forum une société secrète et exclusivement bourgeoise. La fondation de la Société du mercredi est l’expression de la politisation progressive de l’Aufklärung berlinoise depuis le début des années 80. Alors que les débats théologiques qui avaient marqué, jusqu’ici, le caractère de l’Aufklärung pouvaient être menés publiquement dans la Prusse frédéricienne et au-delà de ses frontières, les nouveaux sujets — telle que la question politique de l’élaboration de concepts pour la réforme éducative et judiciaire, ou l’amélioration du système de santé, qui doit aussi profiter aux classes inférieures, l’Aufklärung populaire, l’autoréflexion naissante sur l’Aufklärung qui divisait les esprits même sur le plan politique, etc. —, tout cela rendait nécessaire d’oser franchir les frontières qui conduisent audomaine de la politique. Des positions critiques sur des institutions publiques comme l’hôpital de la Charité, par Selle, ou par exemple, sur la gestion des stocks des magasins à blé au profit de l’appareil militaire, par von Möhsen, pouvaient ainsi s’exprimer très librement dans les discussions de la Société du mercredi : mais à la condition expresse que rien de tout cela ne parvienne à l’extérieur57.

  • 58  I. Mittenzwei, Zur Entwicklung des Handels- und Manufakturbürgertums in den deut-schen Territorial (...)

29Dans la monarchie absolue la compétence en matière politique appartenait au souverain absolu ; ses fonctionnaires devaient se considérer comme les instruments de sa politique et non pas comme des êtres politiques propres. Dans cette logique, des personnes privées comme Nicolaï ou Mendelssohn avaient d’autant moins le droit de s’exprimer publiquement sur les questions juridiques, politiques ou économiques. Les membres de la Société du mercredi étaient, quand au principe, en accord avec cette situation ; en attendant l’évolution progressive espérée, à l’intérieur du système et sous un roi éclairé, ils s’accommodaient de ne formuler leurs critiques qu’en un lieu privé. La conviction intime qui leur faisait tous saluer le programme de l’absolutisme éclairé, était marqué par une loyauté profonde à l’égard du roi « éclairé », Frédéric II. Ils s’attelèrent cependant à l’amélioration progressive de la vie sociale, de l’administration, des droits, de la culture et du bien-être public par un changement structurel du système juridique, de l’enseignement public de la politique économique et agricole. En deçà de certaines limites, concédées par le roi « éclairé », on pouvait effectivement parler d’une convergence certaine, bien que délimitée, entre les intérêts des Aufklärer et ceux du roi : « Le rapport de Frédéric II à l’Aufklärung agissait fortement sur ces Aufklärer s prussiens : politique du soi-disant absolutisme éclairé, qui fit naître des illusions et nourrit l’espoir d’une réorganisation de la vie sociale par ou avec l’Etat en place. »58 La possibilité d’influer immédiatement sur l’élaboration du droit commun devait leur paraître confirmer leur attente. Or, ni les idées pour ces projets de réforme ni les travaux préparatifs, ni la discussion, n’émanèrent du roi, ils ne furent pas non plus activement soutenus par lui mais tout juste concédés, et seulement sur la base d’un projet très habilement formulé. L’activité innovatrice fut le seul fait des fonctionnaires éclairés du roi. Reste que, parmi tous les autres, le concept d’une Aufklärung par l’enseignement scolaire, aussi bien que par la propagation d’une morale éclairée par les prêches et les cantiques éclairés, était tout à fait étranger aux intentions de Frédéric.

  • 59  Cf. J. G. Zimermann, Fragmente iiber Friedrich den Grossen, 1788. La réponse de Gedike et de Biest (...)
  • 60  Allgemeine Betrachtungen iiber den PreuBischen Staat, in BM, t. 13, février 1789, p. 127-168 (trad (...)

30Ainsi, il n’est pas surprenant que les Aufklärers berlinois, dont, dans les années 80, le centre était la Société du mercredi, fussent, au regard de leurs opinions politiques et théologiques, attaqués comme opposants à la monarchie prussienne. Zimmermann, qui connaissait personnellement les Aufklärers berlinois et qui avait en outre pu constater par lui-même leur attitude distancée par rapport au successeur non éclairé de Frédéric, est d’avis que : « L’Aufklärung berlinoise, au regard des problèmes constitutionnels et gouvernementaux est une dévotion à Mirabeau ; au regard de la religion, c’est la répudiation de nos premiers principes religieux, la négation de la révélation divine, un traitement arbitraire de la Bible et une sape secrète de son autorité divine. »59 Si l’on relit ce que Mirabeau publia dans la Société du mercredi » et son credo sur l’art de gouverner : « Paix et liberté ! Liberté civile pour tous les sujets ; liberté d’activité ; liberté de commerce ; liberté de religion ; liberté de pensée et liberté de presse ; liberté des choses et des hommes ! »60, il semble que Zimmermann ait fidèlement rendu les positions des Aufklärers berlinois. Ce sont là effectivement leurs convictions, surtout celle des membres de la Société du mercredi ; il suffit, pour s’en rendre compte, de lire le Droit Commun en s’attachant à ses tendances innovatrices face au statu quo prussien, en dépit de ses aspects conservateurs, indéniables ; il suffit, également, de se pencher sur la « Théologie berlinoise », où, effectivement, le prêche se concentre non pas sur les vérités de la révélation, mais sur l’énonciation d’idées morales éclairées (allant jusqu’à des conseils hygiéniques), aussi problématique que cela puisse être du point de vue théologique. Zimmermann cependant se trompe quand il déduit de tout cela que les fonctionnaires prussiens sont habités par des convictions antigouvernementales radicales. Sa motivation dénonciatrice est évidente.

31La « Société des amis de l’Aufklärung » exista jusqu’à sa dissolution en 1800. La raison principale — ironie de l’histoire — consiste dans la situation paradoxale, qui fit que, après l’entrée en vigueur du Droit Commun, dont les auteurs principaux étaient deux membres de la Société, les sociétés secrètes furent expressément interdites. On ne voulait pas contrevenir à la loi, mais on ne voulait pas non plus devoir se faire enregistrer auprès du président de la police von Schulenberg, aussi se sépara-t-on. Les années chaudes de l’Aufklärung berlinoise étaient de toute façon révolues...

Haut de page

Notes

1  Mittwochsgesellschaft.

2  Cf. Friedrich Nicolaï, Gedàchtnisrede auf Johann Jacob Engel, Berlin, 1806, p. 30, ainsi que son nécrologue sur W. A. Teller, Berlin, 1807, p. 26. Voir aussi Über meine gelehrte Bildung, Berlin et Stettin, 1799, p. 64 sq.

3  A. Stölzel, Die Berliner Mittwochsgesellschaft über Aufhebung oder Reform der Univer-sitäten (1795), in Forschungen zur Brandenburgischen und Preussischen Geshichte, t. II (1889), p. 201-222 ; H. Meisner, Die Freunde der Auklârung, die Geschichte der Berliner Mittwochsgesellschaft, in Festschrift zur 50 jährigen Doktorjubelfeier Kart Weinholds am 14 Januar 1896, édité par O. Bremer et al, Strasbourg, 1896, p. 43-54 ; L. Keller, Die Berliner Mittwochsgesellschaft. Ein Beitrag zur Geschichte der Geistesentwicklung Preussens am Ausgange des 18. Jahrhunderts, in Monatshefte der Comenius-Gesellschaft, 5 (1896), cahier 3/4, p. 67-94.

4  Deutsche Staatsbibliothek, Stiftung preussischer Kulturbesitz, Ms. boruss., fol. 443.

5  G. Birtsch Die Berliner Mittowchsgesellschaft, in Über den Prozefi der Aufklärung im 18. Jahrhundert. Personen, Institutionen und Medien, édité par H. E. Bödeker et U. Hermann, Gôttin-gen, 1987, p. 94-112 ; H. Möller, Aufklärung in Preussen. Der Verleger, Publizist und Geschichtsschreiber Friedrich Nicolaï, Berlin, 1974 ; E. Hellmuth, Naturrechtsphilosophie und bürokralischer Werthorizont. Studien zur preussischen Geistes- und Sozialgeschischte des 18. Jahrhunderts, Göttingen, 1984 ; N. Hinske, posface à la quatrième édition de Was ist Aufklàrung ? Beitràge aus der Berlernischen Monatsschrift, Darmstadt, 1988, p. 580-589 ; B. Nehren, Selbstdenken und gesunde Vernunft. Über eine wie-deraufgefundene Quelle zur Berliner Mittwochsgesellschaft, in Aufklàrung, t. I/1, Hambourg, 1986, p. 87-101 ; Ursula Goldenbaum, Der « Berolonimus » : die preufiische Hauptstadt als Zentrum geistiger Kommunikation, in Deutschland und Aufklàrung in Berlin, édité par W. Fôrster, Berlin, 1989, p. 339-362.

6  Cf. B. Nehren, op. cit., p. 92-95. Voir aussi Geheime Gesellschaften, édité par P. Chr. Ludz, Wolffenbùtteler Studien zur Aufklärung 5/1, Heildeberg, 1979.

7  L. F. W. von Goeckingh, Friedrich Mcolaï Leben und literarirscher Nachlass, Berlin, 1820 ; C. Gossler, Juridische Miszellen, 1810, cahier 1, p. 88.

8  Ms. boruss. 443, p. 238 v°.

9  Même si l’invitation écrite de Biester pour l’entrée de Mendelssohn à la Société du mercredi intervint déjà au printemps (voir la lettre de Biester à Mendelssohn, n° 590 dans édition du Jubilé, Stuttgart-Bad Cannstatt, 1977, p. 96 sq. et 373) la fondation proprement dite n’eut lieu qu’en novembre. En tous cas rien n’indique que la Société se soit rencontrée avant l’automne 1983. Voir également B. Behren, op. cit., p. 90.

10  Dans ses statuts Ms. boruss., fol. 443, p. 1 sq.

11  Mittwochsgesellschaft.

12  Gesellschaft der Freunde der Aufklärung.

13  Sur le programme d’une Aujklärung populaire au moyen des sermons et des cantiques sur le fond de tolérance religieuse traditionnelle en Autriche, voir G. Birtsch, The Christian as subject, in The transformation of political culture, édité par E. Hellmuth, Oxford Universsity Press, 1990, p. 309-326.

14 Die Bestimmung des Menschen. 129

15 Aristotelest und Basedow oder Fragmente iiber Erziehung und Schulwesen bein den Alten und Neueren.

16 Preussisches Allgemeines Landrechts.

17  Voir G. Birtsch, Zum konstitutionelen Charakter des preufiischen Allegemeinen Landrechts von 1794, in K. Kluxen, W. J. Mommsen (éd.), Politische Ideologien und Mationalstaatliche Ordnung. Festschrift fiir Theodor Schieder, München, Wien, 1968, ainsi que E. Helmmuth, Naturechtsphilosophie..., op. cit., p. 241-249.

18  Cf. Uber die Preussische Justizverfassung, in Berlinische Monatschrift (dans la suite indiqué BM), t. 3, p. 243-249, 330-335, 521-530 ; t. 4, p. 56-63. Neuer Weg zur Unsterblichkeit fur Für-sten, in BM, t. 5 p. 247 ; J. Möer, Sollte man nicht jedem Städtchen seine besondre politische Verfassung geben ?, in BM, t. 5, p. 499-507. Anzeige der Abhandlungen über den Entwurf eines allgemeinen Gesetzbuches fur PreuBischen Staaten, welchen die ausgesetzten Preise und das Acessit zuerkannt wurden, in BM, t. 5, p. 91-96 ; E. F. Klein, Ist es Schuldgkeit oder Gnade, wenn ein Fürst sein Land wohl regiert ?, in BM, t. 5, p. 304-328.

19  Voir l’indication de G. Birtsch, Die Berliner Mittwochgesellschaft, in Uber den Prozefi der Aufklàrung in Deutschland, op. cit., p. 102.

20  Von der bürgerlichen Verbesserung der Juden.

21  Les nouvelles sur l’émancipation des Juifs en France après la Révolution coïncident jusque dans le détail avec les formules de Dohm. Elles entrèrent en vigueur le 13 novembre 1791. De même l’édit de tolérance de Jospeh II en 1792 est marqué par l’œuvre de Dohm. En Prusse un édit du 11 mars 1812 donnait l’égalité civile à tout Juif qui était déjà Juif « protégé » (Schutzjude). Certaines mesures du reste avaient déjà été prises sous Frédéric Guillaumme II, telle que l’abolition de la capitation (Leibzolls) et la contrainte solidaire de la communauté juive. Cf. H. Möller, Aufklàrung, Judenemanzipation und Staat, in Deutsche Aufklärung und Judenemanzipation. Internationales Kolloquium anläBlich des 250. Geburtstages Lessing und Mendelssohn, Dezember 1979, Université de Tel-Aviv, 1979, p. 138-140.

22  R. Vierhaus, Friedrich Nicolaï und die Berliner Gesellschaft in Friedrich Nicolaï, 1733-1811, Berlin, 1983, p. 91.

23  Quand de plusieurs parts on reproche à ce projet de comporter malgré tout des sujets théologiques, il y a lieu de prêter attention à la deuxième partie de la phrase. Certes la religion et ses institutions occupaient une place centrale dans la Société du mercredi, à titre de médium de l’Aufklärung, mais justement pas la théologie à proprement parler. Cf. B. Nehren, op. cit., p. 95-96, qui renvoie à l’intérêt théologique capital chez F. A. Tholuk. Cf. du même, Die Gesellschaft der Freunde der Aufklärung in Berlin im Jahre 1783, in Litterarischer Anzeiger für christliche Theologie und Wissenschaft überhaupt (1830), notamment p. 60. Cf. également H. Meisner, op. cit., p. 52.

24  Ms. boruss. 443, p. 1 f.

25  S. (varez), In wie fern können und müssen Gesetze kurz sein ?, in BM, t. 12, p. 99-112. Le titre de l’essai évoque la notice fameuse de Frédéric II à propos de la deuxième partie du projet du Droit commun en Prusse : « Les lois doivent être courtes. »

26  La question : « Est-il utile de tromper le peuple ? » a été donnée à l’Académie par le roi, sous l’incitation de d’Alembert. L’Académie recomposa une réponse positive et une négative. Voir à ce sujet W. Krauss, Eine politische Preisfrage im Jahre 1780, in Studien zur deutschen und französischen Aujklärung, Berlin, 1963, p. 63-72 (Mue Beiträge zur Literaturwissenschaft, t. 16) de même que Cornelia Buschmann, Die philosophischen Preisfragen und Preisschriften der Berliner Akademie der Wissenschaften im 18. Jahhrundert, in Aujklärung in Berlin, 1989, p. 165-228, et sur le thème en question p. 220-223.

27  Ms. boruss. 443, p. 124 sq.

28 Ibid.

29  Svarez, Vorschläge zur Zensurgesetzen, in Ms. boruss., p. 272 (3 mai 1784).

30  Ms. boruss. 443, p. 124 sq.

31 Ibid.

32  Ibid.

33  Ms. boruss. 443, p. 149-156. Ce faisant il se réfère à un article de la Berlinische Monatsschrift : « Il faudrait tenter de procéder à une grande analyse des livres populaires distribués sur le marché, ainsi que les livres de cuisine, de médecine, d’élevage et les calendriers, selon leur tirage, moyennant quoi on verrait la valeur des livres et on pourrait les distribuer gratuitement dans les boutiques, dans des éditions améliorées et l’on ferait payer par contre la littérature de paccotille. »

34  Ms. boruss, p. 149-156 (15 février 1786).

35  Ms. boruss. 443, p. 66 sq.

36  Cf. U. Goldenbaum, Von der Angst des Erkennens. Zum 200. Todestag Moses Mendels-sohns, in Deutsche Zeitschrift für Philosopha, n° 34 (1986), Cahier I, p. 42-47.

37  Über den wahren Geist des reinen Deismus, in BM, t. 4, p. 231-237. Selle, Uber Natur und Offenbarung, in BM, t. 4, p. 121-141.

38  Ms. boruss. 443, p. 184 r°-186 v°.

39  K. F. von Irwing, Die Freiheit zu denken, ein unschädliches natürliches Recht aller Menschen, in Ms. boruss. 44, p. 291-299 (18 février 1784).

40  Ms. boruss. 443, p. 329 (6 août 1790).

41  Ms. boruss. 443, p. 314.

42  Ms. boruss. 443, p. 318 sq. Cf. aussi NM, t. 7, p. 93 sq. et les volumes suivants.

43  Ms. boruss. 443, p. 166, 180, 225. Voir aussi Xaverius Grofiinger in Wien An die Herren Herausgeber der Berlinischen Monatsschrift, in BM, t. 4, p. 201-223 ; t. 6, p. 116-132.

44  Ms. boruss. 443, p. 180 sq.

45  Über das Recht der Gemeind in Glaubensachen und ihren religiosen Angelegenheiten, in Ms. boruss. 443, p. 270-271 : « Lorsqu’on parcourt l’histoire des peuples pour déterminer leur caractère moral, on remarque presque toujours que les lois civiles ont davantage abstenu les hommes de s’adonner aux vices et à la justice et les ont conduit à la vertu plus que la religion ne le fait. C’est dire que la plus grande garantie contre la violence et l’injustice dépent davantage des lois de l’Etat et non pas des maximes religieuses. Si l’historien veut chercher à savoir combien une nation est vertueuse, il lui faut connaître la bonté de leurs lois, et comme la violence s’y exerce pour leur donner le poids qui leur sied, ou bien, quand il s’agit d’Etats monarchiques, chercher comment le souverain lui-même conserve, exerce et suit les lois qu’il a en partie confirmées et en partie faites » (Ms. boruss., p. 334-336 v°).

46  Ms. boruss. 443, p. 271 v°.

47 Freiheit und Eigentum abgehandelt in acht Gesprächen iiber die Beschlùsse der Franzbsischen Nationalversammlung, Berlin et Stettin, 1790.

48  Ms. boruss. 443, p. 42 et p. 3.

49  E. Hellmuth, op. cit., p. 245 sq.

50  Sur le débat et l’appréciation du droit commun cf. le résumé des différences, insistant d’une part sur les aspects conservateurs, d’autre part sur les aspects innovateurs et modernes, E. Hellmith, op. cit., p. 16-20.

51  Voir n. 27.

52  Ms. boruss. 443, p. 49 sq.

53  G. Birtsch, op. cit., p. 317.

54  Motion de Gedike, le 16 janvier 1784 à propos de l’exposé « Qu’est-ce que les Lumières ? », Ms. boruss. 443, p. 124 sq.

55  Ms. boruss. 443, p. 1.

56  Ms. boruss. 443. Proposition de Möhsen sur les clubs de lecture.

57  Dans sa critique des règlements de l’hôpital de la Charité, Selle en appelle expressément au devoir de silence, pour se protéger de ses supérieurs : « Je m’appuie sur la loi du secret à laquelle nous nous sommes obligés et je ne dois donc pas redouter d’être traité par les autorités supérieures de (...) rebelle à présenter à l’inquisition » (Ms. boruss. 443, p. 314).

58  I. Mittenzwei, Zur Entwicklung des Handels- und Manufakturbürgertums in den deut-schen Territorialstaaten, in Zeitschrift für Geschichtswissenschaft, n° 2 (1975), p. 187.

59  Cf. J. G. Zimermann, Fragmente iiber Friedrich den Grossen, 1788. La réponse de Gedike et de Biester contre ces accusations se trouvent dans BM, t. 15, 1790, p. 360 sq. et 377.

60  Allgemeine Betrachtungen iiber den PreuBischen Staat, in BM, t. 13, février 1789, p. 127-168 (trad. allemande d’un extrait de De la monarchie prussienne sous Frédéric le Grand, Londres, 1788, t. 5, p. 360-407), p. 167.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ursula Goldenbaum, « « Nul Auguste pour protecteur » : Conscience bourgeoise et loyauté du fonctionnaire dans la Société du Mercredi à Berlin », Revue germanique internationale, 3 | 1995, 127-141.

Référence électronique

Ursula Goldenbaum, « « Nul Auguste pour protecteur » : Conscience bourgeoise et loyauté du fonctionnaire dans la Société du Mercredi à Berlin », Revue germanique internationale [En ligne], 3 | 1995, mis en ligne le 06 juillet 2011, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://rgi.revues.org/492 ; DOI : 10.4000/rgi.492

Haut de page

Auteur

Ursula Goldenbaum

Forschungsschwerpunkt Europäische Aufklärung
Leipzigerstr. 3/4 10117 Berlin

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org