Navigation – Plan du site

Réhabilitation des préjugés et crise des Lumières

Michel Delon
p. 143-156

Résumés

La lutte contre les préjugés est indissociable de toutes définitions des Lumières. L’auteur rappelle la définition du préjugé dans le Dictionnaire de Trévoux, chez Voltaire, l’Encyclopédie, Dumarsais et D’Holbach ou le révolutionnaire Lequino, etc. Pourtant les Anti-Lumières ont à réhabiliter le préjugé (Pierre Nicole) défendant la légitimité de ces « suppléments de raison ». Plus tard chez de Maistre et Bonald tenant pour ainsi dans les mêmes termes que Herder qu’ils refusent pour l’homme « les véritables éléments de son bonheur ». Et le préjugé, honni par les Lumières, est ce qui, en place du cosmopolitisme de révolutions délétères et infinies, laisserait place à l’histoire, « l’expérience du temps ». Il n’est pas jusqu’à Mme de Staël qui ne déplore la perte de 1’ « esprit national, ces préjugés qui nous unissent ». L’article montre ainsi combien les Lumières suscitent et même nécessitent les Contre-Lumières, constituant l’époque comme crise des Lumières.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Le débat proprement philosophique est retracé par Werner Schneiders dans Aufklärung und Vorurteils (...)

1La lutte contre les préjugés est indissociable de toute définition des Lumières. Comme la lumière se caractérise par opposition avec l’ombre, la claire pensée ne s’affirmerait que contre le préjugé, il n’y aurait de progrès que dans le recul des erreurs, nées de la passivité intellectuelle et du respect superstitieux de la tradition1. Tout effort pour réhabiliter le préjugé ou, du moins, pour en comprendre l’origine et le succès serait alors à verser au compte d’une crise des Lumières. Le sectarisme du combat mené au nom de la raison porterait en germe une réaction et une valorisation de tout ce qui dans l’homme échappe à la claire raison. Si un tel manichéisme est sensible dans les polémiques qui font rage en France autour de l’entreprise encyclopédique, puis dans l’appréciation de l’œuvre des philosophes, il ne correspond nullement à la réalité du travail intellectuel d’une époque.

2Le Dictionnaire de Trévoux fournit la base lexicale du débat. Les définitions à l’entrée « Préjugé » ne se limite pas à l’acception négative. « Préjugé, en termes de métaphysique, c’est un jugement porté sans un examen suffisant, une préoccupation d’esprit qui se fait ou par erreur de nos sens, ou par l’opinion que nous concevons, ou par l’exemple ou la persécution de ceux que nous fréquentons. » Trévoux précise la gradation qui différencie la précipitation, hâte à conclure, du préjugé qui entérine le jugement hâtif en un jugement faux. Mais le dictionnaire signale deux acceptions, sensiblement divergentes : l’une appartient à la langue courante et donne comme synonymes de préjugé « apparence, motif, considération externe » ; l’autre est un ternie de palais et correspond à un jugement à l’avance ou à ce que nous appelons jurisprudence. Le préjugé « en termes de métaphysique » est le contraire du jugement juste, alors que, dans les deux autres cas, il apparaît proprement comme un préjugé, c’est-à-dire la première estimation d’une situation ou d’un problème dans l’attente d’un examen approfondi.

3Le Dictionnaire philosophique de Voltaire distingue encore deux registres du préjugé. « Il y a des préjugés universels, nécessaires, et qui sont la vertu même. Dans tout pays, on apprend aux enfants à reconnaître un Dieu rémunérateur et vengeur ; à respecter, à aimer leur père et leur mère ; à regarder le larcin comme un crime, le mensonge intéressé comme un vice, avant qu’ils puissent deviner ce que c’est qu’un vice et une vertu. » La raison individuelle doit s’incliner devant le consensus universel. Elle finit toujours par ratifier ce que la pression sociale lui a demandé d’admettre a priori. Bien des évidences sensorielles partagées par tous les hommes sont pourtant fallacieuses, bien des vérités se révèlent locales. Voltaire passe alors à la dénonciation de quatre types de préjugés : sensoriels, physiques, historiques, religieux. L’illusion s’explique par un effet d’optique, par une extrapolation ou une induction hasardeuse, par la manœuvre intéressée d’un imposteur. L’utile préjugé est devenu un non-jugement pernicieux. « Votre jugement veut-il s’élever contre ces préjugés, vos voisins, et surtout vos voisines, crient à l’impie, et vous effrayent ; votre derviche, craignant de voir diminuer son revenu, vous accuse auprès du cadi, et ce cadi vous fait empaler s’il le peut. » Le préjugé signifie alors intolérance, ostracisme et appel à la persécution. Le bon préjugé se situerait du côté de l’intérêt public et de la nature, le mauvais du côté de l’imposture particulière et de l’artifice.

4Le chevalier de Jaucourt dans l’Encyclopédie analyse longuement les causes du préjugé qu’il définit comme un « faux jugement que l’âme porte de la nature des choses, après un examen insuffisant des facultés intellectuelles ». Il dénonce « cette malheureuse pente de l’âme vers l’égarement » qui préfère le faux au doute, le simple au complexe, l’apparent au réel et, selon les moments, l’ancien au nouveau, au nom de la tradition, puis le nouveau à l’ancien, au nom de la mode. A « cette maladie de l’entendement » s’ajoutent les préjugés d’âge et de tempérament, de climat et de pays, d’école et de parti, autant de situations qui conduisent à accorder la priorité au point de vue individuel sur le point de vue général. Hâte ou précipitation selon la leçon cartésienne, le préjugé se caractérise aussi par l’incapacité à sortir de soi, à dépasser une situation particulière, à la relativiser pour accéder à la vue globale. La philosophie des Lumières se bat au nom de valeurs universelles, qu’elles se nomment la Nature ou l’Humanité. Elle accuse les Eglises de confisquer et de déformer les principes généraux de la morale, et les institutions politiques et sociales d’entraver la libre marche de la raison.

  • 2  Essai sur les préjugés, ou de l’influence des opinions sur Us mœurs et sur le bonheur des hommes. (...)
  • 3  Ibid., p. 67 et 77.

5Parmi les traités les plus radicaux, l’Essai sur les préjugés de Dumarsais, publié après sa mort en 1770, et les Lettres à Eugénie ou préservatif contre les préjugés du baron d’Holbach (1768) sont de violentes machines de guerre contre le christianisme. Le titre complet du traité de Dumarsais marque le lien entre la définition d’une philosophie nouvelle et la dénonciation des préjugés : Essai sur les préjugés, ou de l’influence des opinions sur les mœurs et sur le bonheur des hommes. Ouvrage contenant l’apologie de la philosophie. La connaissance y est donnée pour l’unique fondement d’une bonne morale et d’une bonne politique. Tant que les hommes en seront privés, ils resteront condamnés au malheur. Le préjugé étant « un jugement porté avant d’examiner, il est clair que toutes les opinions religieuses et politiques des hommes ne sont que des préjugés, vu qu’ils ne peuvent examiner les premières sans crime, et les dernières sans danger »2. Alors que la force de l’homme consiste dans la circulation des idées, dans la possibilité d’échanger des expériences, de confronter des savoirs limités pour accéder à un savoir plus global, toute volonté d’asservir sa raison, de lui imposer un dogme le fait régresser vers l’animalité, la barbarie ou l’enfance. La raison fondée sur l’expérience est principe d’universalité, le préjugé principe d’égoïsme ou de particularisme. « Chacun plaide en ce monde pour l’erreur ou le préjugé qui lui est favorable, comme chaque homme corrompu plaide en faveur du vice qui lui plaît. » L’argumentation vaut pour la morale, mais aussi la politique et la religion. Les nationalismes naissent d’intérêts limités : « Pour peu que l’on ouvre les yeux, on sentira que c’est à l’ambition des princes et aux divisions insensées des prêtres, que sont dus ces tristes préjugés qui rendent quelquefois des nations ennemies pendant une longue suite de siècles. » Une note enfonce le clou : « Il est évident que ce sont uniquement les intérêts des princes et des prêtres qui font naître ces aversions nationales qui mettent à chaque instant l’univers en feu. »3 La tolérance et le libre débat ouvrent la perspective d’un progrès, que les préjugés s’obstinent à fermer. Dumarsais marque bien le lien entre les préjugés intellectuels qui cherchent un modèle dans l’Antiquité et la tradition, et les préjugés sociaux qui font dépendre l’individu de sa naissance. La solidarité semble définitivement établie entre préjugé et passé. Les Lettres à Eugénie ou préservatif contre les préjugés appliquent la même argumentation au cas d’une jeune femme, malheureuse pour n’avoir pas su s’arracher aux habitudes et aux préjugés religieux.

  • 4  Ibid., p. 23.
  • 5  Mme Gacon-Dufour, Le préjugé vaincu, ou Lettres de Mme la comtesse de ** et de Mme de ** réfugiées (...)

6L’idée de révolution restait connotée négativement par Dumarsais qui vantait la liberté de penser comme « le préservatif assuré contre les révolutions, les fureurs, les guerres, les attentats que la superstition et le fanatisme ont de tout temps produits sur la terre »4. Les préjugés détruits (1792) du conventionnel Lequinio marquent le passage des Lumières à la Révolution. Aucun principe n’est plus à l’abri du jugement individuel, la critique révolutionnaire s’attaque à toutes les illusions, elle propose de réduire les trônes en poudre et les Bibles en cendres. Mais le propre des Lumières qui combinent la confiance cartésienne dans la raison à une genèse sensualiste de la pensée est de ne pas se contenter de traités théoriques. C’est toute une littérature de fiction qui accompagne, développe, médiatise, la lutte contre les préjugés. Les titres seuls sont parlants. Le préjugé à la mode, comédie de Nivelle de La Chaussée (1735) reste une sage satire du libertinage mondain. A la scène également, Le préjugé vaincu de Marivaux en 1746 et Nanine ou le préjugé vaincu de Voltaire en 1749 montrent la victoire du sentiment sur le conformisme social, de l’égalité des droits sur la hiérarchie et de la valeur individuelle sur le privilège. Les romans ne sont pas en reste : Les préjugés trop bravés et trop suivis de Mme Falque (1755) abandonnent dans la réédition de 1774 le balancement entre conformisme et anticonformisme pour devenir Le danger des préjugés, Mme Gacon-Dufour à la veille de la Révolution et Coiffier au lendemain reprennent comme titre l’expression de Marivaux et de Voltaire, Le préjugé vaincu5. Le sentiment, comme force de l’individu et de la nature, devient une pulsion irrépressible qui bouscule toutes les résistances de la tradition.

  • 6  Pierre Nicole, Préjugés légitimes contre les calvinistes, Paris, 1671, p. 13-14.

7On ne s’étonne donc pas que toute réhabilitation du préjugé puisse apparaître comme appartenant aux Anti-Lumières. Le Dictionnaire de Trévoux rappelait que les préjugés constituent parfois « des suppléments à la raison », devenant alors « nécessaires pour préparer l’esprit, pour suspendre sa décision trop précipitée, et combattre sa première préoccupation ». Le préjugé sert de contrepoids à d’autres préjugés ou d’hypothèse dans l’attente d’une confirmation. C’est ainsi que, tout au long de l’âge classique, le débat théologique s’est référé aux « préjugés légitimes ». Pierre Nicole publie en 1671 les Préjugés légitimes contre les calvinistes. Pierre Jurieu réplique en 1686 par les Préjugés légitimes contre le papisme. Le point de vue de ces théologiens est de fournir un premier argumentaire en attendant une controverse plus systématique. Les simples apparences, les considérations externes constituent un préjugé que viendra légitimer une étude approfondie. « On a cru, explique Nicole, qu’il était utile de montrer à ceux de la religion P. R. [prétendument réformée] que les préjugés généraux, que la seule vue de ce qui paraît dans le dehors de leur société, leur fournit, donnent un sujet suffisant de la rejeter sans entrer même dans une discussion particulière des dogmes qu’elle leur propose. Car il est certain que ces préjugés doivent faire partie de cet examen auquel ils s’engagent, et que, s’ils sont suffisants pour leur faire conclure qu’ils ne doivent point chercher la vérité ni espérer le salut dans cette société à laquelle ils se trouvent unis, ils devraient se tenir heureux qu’on les eût exemptés par là de la nécessité de s’engager plus avant dans la discussion des dogmes particuliers, qui est toujours plus pénible et très longue, pour ne pas dire très dangereuse. »6

8Chacun des grands débats religieux du xviiie siècle a donné naissance à un traité similaire : le jansénisme aux Préjugés légitimes contre la constitution Unigenitus (s.d.), la suppression des jésuites aux Préjugés légitimes contre le livre intitulé Extraits des assertions dangereuses et pernicieuses en tout genre, etc., soutenues et enseignées par les soi-disants Jésuites (1762) et la Révolution à des Préjugés légitimes sur la constitution civile du clergé (1791). Le premier de ces traités se réfère à saint Paul pour préciser cet emploi positif du préjugé : « Il y a des personnes, dit saint Paul, dont les péchés sont connus avant le jugement et l’examen qu’on en pourrait faire ; il y en a d’autres qui ne se découvrent qu’ensuite de cet examen. Ce que l’apôtre dit là des personnes, il l’applique tout de suite aux œuvres. Nous en faisons l’application à la Bulle Unigenitus. Elle a des vices qui sont connus et qui se montrent à tous les esprits attentifs, avant le jugement et l’examen qu’on en pourrait faire ; et elle en a d’autres qui ne se découvrent qu’ensuite de cet examen. Ces vices que la Bulle porte, pour ainsi dire, écrits sur son front, forment contre elle les préjugés que nous devons exposer. » Lorsque Chaumeix entre dans la bataille de l’Encyclopédie, il recourt logiquement à cette forme générique : il intitule sa longue réfutation en huit volumes : Préjugés légitimes contre l’Encyclopédie, et essai de réfutation de ce dictionnaire (Bruxelles, 1758-1759). Les philosophes sont les pourfendeurs de préjugés dans un monde d’ombre et de lumière, les antiphilosophes croient aux « préjugés légitimes ».

  • 7  Mme de Genlis, La religion considérée comme l’unique base du bonheur et de la véritable philosophi (...)

9Mme de Genlis s’indigne de l’intolérance des encyclopédistes qui condamnent tous leurs adversaires au nom du préjugé. « J’ai passé ma vie à entendre les philosophes se moquer des préjugés de ceux qui n’ont pas de philosophie, et depuis vingt ans que je suis dans ce monde et que j’étudie les mœurs et les caractères des gens qui composent la société, je n’ai trouvé de préjugés profondément enracinés et véritablement dangereux que parmi les philosophes. »7 Le préjugé n’est que l’opinion de l’autre, et si les opinions des femmes et des gens du peuple, pourfendues par les philosophes, sont fausses, elles ne tirent du moins pas à conséquences, alors que les opinions politiques des philosophes mèneraient aux catastrophes. « Qu’importe à la société que nous soyons effrayés à la vue d’une salière renversée, que nous regardions le vendredi comme un jour malheureux, que nous supposions de grandes vertus à un crapaud desséché, ou que quelque paysan appelle de certains météores des esprits follets, etc., les préjugés de ce genre sont faciles à détruire. » L’illusion qui consiste à isoler l’individu et lui donner le droit de juger de tout se révèle autrement dangereuse. A l’argument selon lequel le préjugé est réduction au particulier, l’antiphilosophie répond que la raison individuelle ne peut juger seule des croyances et des gestes qui assurent la permanence de la société.

  • 8  Joseph de Maistre, De la souveraineté du peuple. Un anticontrat social, éd. Jean-Louis Darcel, Par (...)
  • 9  Ibid., p. 150.
  • 10  Ibid., p. 168.

10La réhabilitation du préjugé est autrement explicite quand, quelques années plus tard, on oppose aux Lumières le bilan de la Terreur. Joseph de Maistre et Bonald par exemple attaquent la raison philosophique au nom de valeurs transindividuelles et transhistoriques qui installent l’homme dans des réseaux, seuls capables de lui donner sens. L’être humain serait moins un animal raisonnable que religieux et social. « Il n’y a rien de si important pour lui que les préjugés. Ne prenons point ce mot en mauvaise part. Il ne signifie point nécessairement des idées fausses, mais seulement, suivant la force du mot, des opinions quelconques adoptées avant tout examen. Or ces sortes d’opinions sont le plus grand besoin de l’homme, les véritables éléments de son bonheur, et le palladium des empires. Sans elles, il ne peut y avoir ni culte, ni morale, ni gouvernement. »8 La raison individuelle est vouée aux errements, aux contradictions et finalement à l’anarchie. Seule une « raison universelle ou nationale », faite d’une alliance des dogmes religieux et politiques, peut fournir des certitudes et assurer des permanences. L’universalité à laquelle se réfère Joseph de Maistre n’est pas l’universalisme abstrait, elle renvoie à la constitution de communautés autour de traditions, transmises de génération en génération avant même toute velléité de pensée indépendante. Les peuples qui résistent au temps et bravent les dangers sont ceux qui savent croire et se soumettre : « La foi et le patriotisme sont les deux grands thaumaturges de ce monde. » L’utilité sociale l’emporte sur la vérité rationnelle, les erreurs peuvent être historiquement sublimes. Les coutumes imposées par les prophètes ou les législateurs sacrés sont « ces préjugés conservateurs, pères des lois et plus forts que les lois »9. Les Lumières condamnent les peuples aux révolutions sans fin et aux malheurs. Elles prétendent détruire « les préjugés et surtout le fanatisme », « mais ces mots de préjugé et de fanatisme signifient, en dernière analyse, la croyance de plusieurs nations »10, c’est-à-dire leur principe même de vie.

  • 11   « Sur les préjugés » (7 novembre 1810), Œuvres complètes de M. de Bonald, pair de France et membr (...)
  • 12  Même argument dans une des Pensées morales de Bonald : « Les philosophes qui se sont élevés avec t (...)

11Bonald développe une argumentation semblable lorsqu’il distingue l’éducation qui transmet ces valeurs religieuses et morales, de l’instruction qui n’apprend que des connaissances rationnelles. Il joue sur les deux acceptions du mot, selon les Lumières et selon la Contre-Révolution : « Les préjugés sont des opinions venues de l’éducation, et trop souvent les opinions sont des préjugés venus de l’instruction. »11 Les préjugés renfermeraient un savoir alors que le savoir philosophique ne serait que préjugés au mauvais sens du terme. Le peuple, fort de ses seuls préjugés, reçus dans l’enfance, peut être considéré comme instruit tandis que ceux qui « mettent en problèmes la morale et les devoirs » sont des hommes à préjugés. Ainsi les usages et habitudes physiques, les préceptes moraux, inculqués aux enfants, ne peuvent être que des préjugés, de même que la langue dont nous faisons l’apprentissage avant même d’être en mesure de nous interroger sur ses fondements12. La religion, contre ce que propose Jean-Jacques Rousseau qui attend l’âge de raison pour en parler à Emile, doit être transmise dès le plus jeune âge aux enfants comme une évidence qui ne peut être l’objet de discussion. Seuls ces préceptes peuvent assurer l’unité d’une société que Bonald veut monothéiste, monarchique et monogame, alors que l’individualisme et le libre examen conduisent à l’idolâtrie, à la polygamie et à la démocratie. Ces premiers préjugés sont souvent déformés en préjugés superstitieux qui sont autant d’exagérations ou de dégénérations des vérités fondamentales.

  • 13  Lettre à un philosophe sur les préjugés (1802), dans Le printemps d’un proscrit, suivi de l’Enlève (...)
  • 14  La Harpe se fait également un malin plaisir d’opposer Voltaire aux encyclopédistes : « Je sais que (...)

12La définition présentée par Joseph Michaud dans sa Lettre à un philosophe sur les préjugés rejoint celle que donnait Joseph de Maistre. « Si on consulte l’étymologie des mots, les préjugés ne sont autre chose que des opinions généralement reçues sur un point qui n’a point été approfondi ; ce sont des jugements portés avant l’examen. »13 Sur la simple raison individuelle, ils ont l’avantage de représenter une sagesse collective, historique et sentimentale. Ils incarnent « l’expérience de plusieurs générations et d’un grand nombre d’hommes éclairés ». L’individu solitaire ne peut reparcourir seul l’histoire de l’humanité, il lui faut accepter l’héritage de « l’expérience et du temps ». Alors que Jaucourt dans l’Encyclopédie mettait en garde contre « la prévention pour les raisons affirmatives », Michaud souligne ce que le doute a de destructeur et d’insatisfaisant. « Rien n’est plus insupportable pour l’esprit humain que l’état d’incertitude ; l’âme cherche sans cesse un point d’appui sur lequel elle puisse se reposer. » Les préjugés assurent la continuité de l’Etat et la cohésion de la société, ils offrent à l’individu un système de valeurs qui lui permette de se dépasser. Les croix et les rubans sont purement symboliques, ils relèvent de cette gloire qui est peut-être entre les préjugés « le plus grand de tous ». Michaud rappelle pour finir à son correspondant que Voltaire lui-même s’opposait à Dumarsais et admettait de bons préjugés14.

  • 15  Lamennais, Essai sur l’indifférence en matière de religion, Paris, Garnier, s.d., t. I, p. 52.

13Michaud dénonce l’état d’incertitude, Lamennais stigmatise l’indifférence, et comme lui, oppose la philosophie des Lumières à elle-même, quand elle prétend écarter les croyances et les opinions fondatrices. Le christianisme serait né de l’indifférence généralisée dans l’ancien monde païen, il devrait renaître dans l’indifférence de l’Europe postrévolutionnaire : « La philosophie elle-même, bien que décidée à ne voir dans ces doctrines que des préjugés, en a reconnu de nos jours la nécessité indispensable. « Il faut sans doute des préjugés aux hommes, dit un de ses plus célèbres disciples, dans un ouvrage où il enseigne l’athéisme, sans eux point de ressort, point d’action ; tout s’engourdit, tout meurt. » Ainsi la mort de la société, la mort du genre humain serait le résultat de la victoire que la sagesse moderne s’efforce de remporter sur ce qu’elle nomme les préjugés. »15Pour s’arracher à l’indifférence et à la fatalité de la décadence, il faut, selon Lamennais, dompter la raison et lui faire reconnaître une vérité supérieure à elle, une vérité de type religieux. « En toute religion, même fausse, il y a quelque chose de généreux et de favorable à l’humanité. »

  • 16  Zibaldone, 24 mai 1821, dans Edition thématique du Zibaldone, établie par Mario Andrea Rigoni, t. (...)
  • 17   6 avril 1821, ibid., p. 76-78.

14Quand ils affirment le besoin de principes antérieurs au jugement individuel, Maistre, Bonald ou Lamennais sont convaincus que le christianisme et l’absolutisme monarchique constituent ce corps de doctrine capable d’assurer la tranquillité de l’Europe. Un penseur italien comme Leopardi, réfléchissant sur la force du patriotisme français et sur la crise des Lumières, en vient à l’idée d’une illusion nécessaire, sans pour autant adhérer au dogme contre-révolutionnaire : « S’il était vraiment utile, voire indispensable au bonheur et à la perfection de l’homme, qu’il se libérât des préjugés naturels (j’entends par préjugés naturels ceux qui ne sont pas le fruit d’une ignorance corrompue), pourquoi la nature les aurait-elle enracinés si profondément dans notre esprit, pourquoi aurait-elle opposé tant d’obstacles à leur destruction et exigé le concours de tant de siècles pour en venir à bout ou seulement les affaiblir ? »16 « L’amour de la patrie ou de la nation » est une de ces illusions vitales qui procèdent de la nature, et la France du xviiie siècle dont les philosophes ont décrié avec le plus de véhémence les préjugés, fournit un des meilleurs exemples de l’efficacité du préjugé pour susciter le dévouement patriotique et assurer la force du pays17.

  • 18  Rétif, Le paysan perverti (1775), « 10/18 », 1978, t. I, p. 235. Le seul moyen de rendre à l’homme (...)
  • 19  La paysanne pervertie (1784), « G.-F. », 1972, p. 409. Gaudet s’était réjoui de travailler un espr (...)
  • 20  La paysanne pervertie, p. 452-453.
  • 21  Ibid., 453-454.
  • 22  La philosophie de M. Nicolas, dans Monsieur Nicolas, ou le Cœur humain dévoilé, Paris, Pau-vert, 1 (...)

15La littérature de fiction, mobilisée par les Lumières pour dire le danger des préjugés, participe également à leur réhabilitation. Rétif de La Bretonne projetait un « ouvrage à faire : Les préjugés justifiés ». Il l’esquisse dès La paysanne pervertie, son roman de 1784. Le personnage de Gaudet incarne une philosophie des Lumières dévoyée et cynique. Par sa « force d’esprit », son « dégagement des préjugés »18, il s’impose au frère et à la sœur qui ont quitté leur campagne natale pour réussir à Paris. Il les corrompt sexuellement et moralement. Selon son mot, il les « dépréjuge ». Puis devant les résultats catastrophiques de son éducation, il nuance ses principes. «J’ai détruit vos préjugés, parce que j’ai cru qu’ils nuiraient à votre bonheur [...] je n’ai jamais eu l’idée, en vous dépréjugeant l’un et l’autre, que vous en viendriez là. »19 Le bonheur qui fondait la lutte contre les préjugés peut fonder leur réhabilitation. Gaudet dresse un tableau à deux colonnes, qui fournit, en regard les uns des autres, les arguments contre les préjugés puis en leur faveur. La croyance aux diables, aux anges et aux revenants est sans doute un préjugé, mais son utilité peut la justifier. La confiance dans les médecins également, mais elle suffit parfois à guérir les malades. « Je ne mets pas la religion au rang des préjugés, mais il y a des préjugés dans la religion qui paraissent très préjudiciables au bonheur du genre humain », ajoute Gaudet qui se répond à lui-même : « Les prétendus abus de la religion sont devenus nécessaires avec le changement des circonstances. »20 Gaudet évoque encore la foi dans la signification des rêves, « le préjugé de la différence des conditions » et la chasteté féminine. « Je m’arrête ici. Tout ce que vous nommez préjugés [...] peut également se justifier : pour réformer les abus, il faudrait avoir des moyens assurés d’empêcher que les nouveaux usages n’en fissent pas naître de plus dangereux. [...] Il faut des lumières peu communes, un esprit aussi rare que juste pour ne pas avoir besoin de préjugés, de loi, de frein. »21 Dans La philosophie de M. Nicolas, Rétif reprend cette argumentation qu’il présente comme l’esquisse d’un livre qu’il n’aura jamais l’occasion de rédiger ; il donne une vingtaine d’exemples qui vont des superstitions particulières (les rencontres, les araignées, les cris des oiseaux, le sel répandu et les fourchettes en croix) aux principes sociaux généraux (la religion, l’utilité des lois, la hiérarchie sociale et sa cascade de mépris). Chacun de ces préjugés se révèle finalement utile, qu’il ait une base physique ou bien psychologique. L’argumentaire, amorcé dès La paysanne pervertie, est antérieur à la Révolution, mais Rétif lie au traumatisme révolutionnaire son projet d’un livre entier consacré aux « préjugés justifiés ». Il reprend à son compte la palinodie de Gaudet, son personnage romanesque : « Je crois en vérité que, d’après l’expérience, je louerais le gouvernement espagnol, comme très sage, d’avoir interdit toute discussion sur la religion ; tandis que d’un autre côté, je serais tenté d’approuver, avec des modifications, l’adstriction à la glèbe des paysans russes et polonais. Il est étonnant combien l’expérience change nos idées ! Je bénis quelquefois à présent ce que j’ai maudit, et je maudis ce que je bénissais. »22

  • 23  M. de La Mettrie ou les superstitions, dans Œuvres de Ch. Nodier, Paris, 1832-1837, t. V, p. 223.

16Le projet de livre a sans doute inspiré Charles Nodier pour un de ses contes, intitulé « M. de La Mettrie, ou les superstitions ». Nodier y peint La Mettrie en athée, épris de paradoxes et pourfendeur de préjugés. Il défend contre lui que tout prétendu mensonge, accrédité parmi les peuples, est « fondé sur une vérité morale fort essentielle ». Les superstitions les moins rationnelles dont il ébauche à son tour une liste (les couverts en croix, le treizième à table, les araignées ou les hirondelles) trouvent leur explication. Il revient sous forme d’une métaphore à l’acception juridique du terme : le préjugé est défini comme « une chose qui était jugée avant nous, un principe consacré par l’aveu unanime des nations, et contre lequel il ne reste d’arguments que dans la tête d’un rêveur étourdi et suffisant qui se croit appelé à casser sans nouvel appel les arrêts de l’expérience »23. La tradition, garante de cette expérience séculaire, a été saccagée par des philosophes aussi peu lucides que La Mettrie ou des révolutionnaires qui sont allés jusqu’à la Terreur.

  • 24  Le voyageur philosophe dans un pays inconnu aux habitants de la terre, Amsterdam, 1761, t. II, p. (...)

17On ne peut lire ces analyses sans être frappé par le retour des mots « expérience », « utilité » qui appartiennent au vocabulaire des Lumières. Autant le rationalisme cartésien par son opposition radicale entre la vérité et l’erreur peut tomber sous le coup des critiques qui se multiplient entre xviiie et xixe siècles, autant le sensualisme de Locke et de Condillac qui relativise la connaissance comme un cheminement à partir de l’expérience sensorielle, est conceptuellement disposé à concevoir le préjugé comme une étape, comme un moment nécessaire d’une phylo- ou d’une ontogenèse. La liste des « préjugés justifiés » n’est pas propre à la réaction contre-révolutionnaire et antiphilosophique, on en trouve une déjà dans une utopie de 1761, Le voyageur philosophe dans un pays inconnu aux habitants de la terre de Listonai, pseudonyme de Villeneuve. Ce pays inconnu des terriens est la Lune et l’inversion du point de vue « au clair de terre » permet de réduire certaines certitudes à l’état de préjugés ou réciproquement de fournir une justification de plusieurs préjugés. Un chapitre est consacré aux « causes de tant de lois bizarres, de coutumes singulières, d’usages extravagants ou barbares »24. C’est un véritable cabinet de curiosités anthropologiques que le lecteur est invité à visiter. Il découvre des peuples qui pratiquent les sacrifices humains, des enfants qui dévorent leurs parents, des veuves qui se font brûler avec leur époux, des hommes qui mettent les femmes en commun, des femmes qui se prostituent au temple de Vénus... Les cas de superstitions qui seront discutés par Rétif et Nodier sont ici replacés dans une perspective anthropologique plus large qui relativise les us et coutumes à travers le monde et du même coup la frontière entre préjugé et raison.

  • 25  De l’esprit des lois, liv. VIII, chap. XXI. Aussi l’analyse de l’honneur par Montesquieu (liv. III (...)
  • 26  L’esprit des usages et des coutumes des différents peuples (1776), Londres-Paris, 1785, t. I, p. 6 (...)

18Lorsque Montesquieu compose L’esprit des lois ou Demeunier L’esprit des usages et des coutumes des différents peuples, que font-ils sinon établir une logique de l’absurde, une rationalité du désordre ? L’un et l’autre traitent de manière systématique ce que les auteurs précédemment cités abordaient anecdotiquement. Montesquieu s’interrogeant sur la cohérence des groupes suspend son jugement, il ne se hâte pas de condamner. Reconnaissant la complexité des faits sociaux, il cherche à comprendre la fonction des croyances et des rites. Le préjugé le plus absurde rationnellement, en dehors de tout contexte, trouve un sens du point de vue de la société : « Il y a souvent quelque chose de vrai dans les erreurs mêmes. »25Demeunier, quand il recense les habitudes dans chacun des grands domaines de la vie, part du principe qu’elles sont raisonnables dans leur origine, explicables dans les déformations qui ont abouti aux aberrations, rapportées par les voyageurs, recopiées par les compilateurs. La condamnation morale ne doit pas bloquer la compréhension, court-circuiter la réflexion. Il ne s’agit pas, pour cet homme des Lumières et ce révolutionnaire convaincu, de justifier les préjugés mais de les replacer géographiquement et historiquement dans leur contexte. « Comment ce préjugé a-t-il pu se répandre ? »26, se demande Démeunier qui recense les coutumes concernant l’ostracisme des femmes durant leurs règles. Il ne peut l’approuver, mais il ne veut pas non plus accepter la pure absurdité. A l’origine, il suppose toujours un besoin qui a dégénéré, une expérience qui a été mal interprétée. Alors que l’histoire apparaît souvent aux philosophes des Lumières comme une longue suite de massacres et de violences, l’ethnologie qui se fonde alors en tant que science établit une généalogie de la monstruosité humaine, une dynamique de l’erreur. Le geste scientifique qui explique l’aberrant renvoie au geste politique ou pédagogique qui suppose que l’aberrant peut toujours être réformé ou résorbé. Le bizarre et le scandaleux reprennent sens, ils s’inscrivent dans un devenir, pour le pire ou le meilleur.

  • 27  Voir l’article « Grecs (philosophie des) » de l’Encyclopédie et le commentaire de Jacques Proust, (...)

19Rédigeant les articles d’histoire de la philosophie pour l’Encyclopédie, puis les réunissant sous le titre d’Histoire générale des dogmes et des opinions philosophiques depuis les plus anciens temps jusqu’à nos jours (1769), Diderot lui-même se retient de céder au vertige de la pure déraison comme Voltaire dans l’Essai sur les mœurs à la fascination de la cruauté humaine. Trévoux après Fontenelle parlait du préjugé comme d’un supplément de la raison ; Diderot après Strabon et Brucker évoque « le supplément de la superstition » (superstitione prœterea) qui fait agir les foules insensibles au seul langage de la raison. Il ne se contente pas de ranger le préjugé à sa place lexicale, il cherche à l’évaluer historiquement et à en extraire un savoir naturel : « En considérant attentivement tout ce système, on reste convaincu qu’il sert en général d’enveloppe tantôt à des faits historiques, tantôt à des découvertes scientifiques. »27 L’encyclopédiste tire « la vérité des fables » à la façon dont les pères de l’Eglise cherchaient dans la mythologie et la poésie antique une annonce maladroite de l’Evangile. Le préjugé et la superstition recouvrent souvent une vérité relative, provisoire, tâtonnante. Aberrants quand ils sont isolés, ils retrouvent une signification dans l’histoire de l’esprit humain. Si le philosophe au nom de la raison universelle reproche au superstitieux et au fanatique de rester esclaves d’un point de vue particulier, il ne peut lutter contre le préjugé qu’en l’expliquant, en l’insérant dans un contexte, en replaçant le particulier dans le général, sans ignorer le poids des différences concrètes.

  • 28 Corinne (1807), XVI, VIII, Ed. S. Balayé, « Folio », 1985, p. 467.
  • 29  Des réactions politiques, an V, dans Ecrits et discours politiques, éd. par O. Pozzo di Borgo, Par (...)

20Il est polémique d’attribuer à la seule réaction de la fin du xviiie siècle une réflexion sur la fonction du préjugé qui est inséparable de l’anthropologie des Lumières. Il appartenait à la génération qui fut témoin et acteur de la Révolution d’infléchir et d’approfondir cette réflexion. Les membres du groupe de Coppet en particulier, sensibles à la diversité religieuse et nationale de l’Europe, ont marqué la place du préjugé entre la liberté individuelle et la nécessité sociale, entre le désir de réforme et la prudence conservatrice. Mme de Staël dans Corinne fait justifier par le père d’Oswald le devoir qu’il lui impose d’épouser une compatriote, faute de quoi « il perdrait cet esprit national, ces préjugés, si vous le voulez, qui nous unissent entre nous et font de notre nation un corps, une association libre, mais indissoluble, qui ne peut que périr avec le dernier de nous »28. La critique du préjugé ne peut être menée sans prendre en compte la personnalité des groupes nationaux. La réforme qui se fait au nom des principes abstraits doit reconnaître de quel poids sont les préjugés concrets. Dès les années du Directoire, Benjamin Constant en prend conscience : « Les préjugés ont eu ce grand avantage qu’étant la base des institutions, ils se sont trouvés adaptés à la vie commune par un usage habituel : ils ont enlacé étroitement toutes les parties de notre existence ; ils sont devenus quelque chose d’intime ; ils ont pénétré dans toutes nos relations ; et la nature humaine qui s’arrange toujours de ce qui est, s’est bâtie, des préjugés, une espèce d’abri, une sorte d’édifice social, plus ou moins imparfait, mais offrant du moins un asile. »29Mme de Staël et Benjamin Constant montrent le pouvoir mortifère des préjugés, ils n’en ignorent pas la fonction structurante pour la société. Leur attachement aux principes va de pair avec le souci des circonstances et des situations particulières.

  • 30  Je me suis interrogé sur la notion de « crise des Lumières » dans Crise ou tournant des Lumières ? (...)
  • 31  Telle est la conclusion de Pierre-André Taguieff dans La force du préjugé. Essai sur le racisme et (...)
  • 32  P.-A. Taguieff place en épigraphe une formule de Montesquieu : « J’appelle ici préjugés, non pas c (...)

21Constant évoque « quelque chose d’intime ». « Il y a une broderie poétique tellement unie avec le fond qu’il est impossible de l’en séparer sans déchirer l’étoffe », remarquait Diderot à l’article « Grecs » de l’Encyclopédie. La volonté d’arracher l’homme à ses préjugés au nom des principes abstraits, durant la Révolution française, ne s’est pas faite sans un grand déchirement d’étoffe. La pensée des Lumières peut être considérée comme un système de valeurs qui s’oppose à celui de la tradition religieuse : l’expérience des grands déchirements est alors le moment de sa crise30. Elle échappe à ce statut historiquement situé en se pensant comme une dynamique qui dépasse le dogme dans un travail de la réflexion, inscrit la contradiction au cœur même de son devenir et refuse de choisir entre l’abstraction du général et les différences concrètes31. Le Neveu de Rameau est l’emblème d’une telle conception des Lumières : le philosophe s’y met en scène et en cause, aux prises avec ses tentations et ses contradictions. Le préjugé n’y est plus seulement l’erreur de l’autre, mais la part d’ombre qui réside dans chaque pensée32. Cheminant entre la morale et l’esthétique, entre le devoir et le plaisir, Diderot désigne les forces du désir et de l’inconscient qui sous-tendent la philosophie, les pulsions troubles et collectives qui traversent toute rationalité individuelle, et le besoin de valeurs au-delà de la simple connaissance du réel.

Haut de page

Notes

1  Le débat proprement philosophique est retracé par Werner Schneiders dans Aufklärung und Vorurteilskritik. Studien zur Geschichte der Vorurteilstheorie, Fromann-Holzboog, 1983 et par Jong-Cheol Kim dans une thèse restée dactylographiée, La critique des préjugés en France au xviiie siècle, de Montesquieu à Dumarsais, Université de Paris I, 1991, sous la direction de Jean Deprun.

2  Essai sur les préjugés, ou de l’influence des opinions sur Us mœurs et sur le bonheur des hommes. Ouvrage contenant l’apologie de la philosophie, par M. D. M., Londres, 1770, p. 7.

3  Ibid., p. 67 et 77.

4  Ibid., p. 23.

5  Mme Gacon-Dufour, Le préjugé vaincu, ou Lettres de Mme la comtesse de ** et de Mme de ** réfugiées en Angleterre (Paris, 1787) et Coiffier, La marchande de modes, ou le préjugé vaincu, dans Ouliana, ou l’Enfant des bois, nouvelles polonaises et autres nouvelles (Paris, an IX-1801). Olympe de Gouges a composé une comédie Le danger des préjugés ou l’Ecole des jeunes gens.

6  Pierre Nicole, Préjugés légitimes contre les calvinistes, Paris, 1671, p. 13-14.

7  Mme de Genlis, La religion considérée comme l’unique base du bonheur et de la véritable philosophie, Paris, 1787, p. 359.

8  Joseph de Maistre, De la souveraineté du peuple. Un anticontrat social, éd. Jean-Louis Darcel, Paris, PUF, 1992, p. 147. Le texte date de 1794-1795.

9  Ibid., p. 150.

10  Ibid., p. 168.

11   « Sur les préjugés » (7 novembre 1810), Œuvres complètes de M. de Bonald, pair de France et membre de l’Académie française, Paris, Migne, 1859, t. III, col. 803.

12  Même argument dans une des Pensées morales de Bonald : « Les philosophes qui se sont élevés avec tant d’amertume contre ce qu’ils ont appelé des préjugés auraient dû commencer par se défaire de la langue elle-même dans laquelle ils écrivaient, car elle est le premier de nos préjugés, et il renferme tous les autres » (ibid., col. 1387).

13  Lettre à un philosophe sur les préjugés (1802), dans Le printemps d’un proscrit, suivi de l’Enlèvement de Proserpine par M. Michaud, 6e éd., Paris, 1811, p. 305.

14  La Harpe se fait également un malin plaisir d’opposer Voltaire aux encyclopédistes : « Je sais que les sages vont répondre par un seul mot, qui répond à tout, préjugé. Je pourrais répliquer par un vers fort beau et qui, pour eux, n’est pas d’un homme à préjugés, puisqu’il est de Voltaire : « La voix de l’univers est-elle un préjugé ? » (Irène) » (Cours de littérature, Paris, 1826, t. XVIII, p. 39).

15  Lamennais, Essai sur l’indifférence en matière de religion, Paris, Garnier, s.d., t. I, p. 52.

16  Zibaldone, 24 mai 1821, dans Edition thématique du Zibaldone, établie par Mario Andrea Rigoni, t. I : Le massacre des illusions, Paris, Ed. Allia, 1993, p. 79-80.

17   6 avril 1821, ibid., p. 76-78.

18  Rétif, Le paysan perverti (1775), « 10/18 », 1978, t. I, p. 235. Le seul moyen de rendre à l’homme toute sa dignité, selon Gaudet, « c’est de dépouiller tous les préjugés, de briser ces entraves d’une éducation mesquine qui nous courbe sous leur joug » (p. 268).

19  La paysanne pervertie (1784), « G.-F. », 1972, p. 409. Gaudet s’était réjoui de travailler un esprit « entiché de préjugés » comme celui de son élève, il voulait « fouler aux pied le préjugé devant lui » (p. 153). Il utilise le néologisme préjugiste, dans la série « préjugiste, intolérant, cagot » (p. 170) et à propos des vertus « qu’un préjugiste eût regardées comme des vices » (p. 219). Mercier intègre le terme quelques années plus tard à sa Néologie, ou Vocabulaire de mots nouveaux, à renouveler ou pris dans des acceptions nouvelles. (1801)

20  La paysanne pervertie, p. 452-453.

21  Ibid., 453-454.

22  La philosophie de M. Nicolas, dans Monsieur Nicolas, ou le Cœur humain dévoilé, Paris, Pau-vert, 1959, t. VI, p. 111.

23  M. de La Mettrie ou les superstitions, dans Œuvres de Ch. Nodier, Paris, 1832-1837, t. V, p. 223.

24  Le voyageur philosophe dans un pays inconnu aux habitants de la terre, Amsterdam, 1761, t. II, p. 169.

25  De l’esprit des lois, liv. VIII, chap. XXI. Aussi l’analyse de l’honneur par Montesquieu (liv. III, chap. VI) ne se réduit-elle ni au conformisme de Denesle dans Les préjugés du public sur l’honneur (Paris, 1766) ni au radicalisme révolutionnaire de Bergasse dans ses Observations sur le préjugé de la noblesse héréditaire (Londres, 1789). Le premier se défend de vouloir « réformer le genre humain » (Les préjugés, p. III), le second conclut : « Plus je l’examine, ce préjugé, moins je vois, je le jure dans toute la sincérité de mon cœur, les raisons dont il serait possible de se servir pour le défendre » (Observations, p. 34).

26  L’esprit des usages et des coutumes des différents peuples (1776), Londres-Paris, 1785, t. I, p. 68-69.

27  Voir l’article « Grecs (philosophie des) » de l’Encyclopédie et le commentaire de Jacques Proust, Raison, déraison dans les articles philosophiques de l’Encyclopédie, Saggi e ricerche di littérature francese, XVIII, 1979.

28 Corinne (1807), XVI, VIII, Ed. S. Balayé, « Folio », 1985, p. 467.

29  Des réactions politiques, an V, dans Ecrits et discours politiques, éd. par O. Pozzo di Borgo, Paris, Pauvert, 1964, t. I, p. 66.

30  Je me suis interrogé sur la notion de « crise des Lumières » dans Crise ou tournant des Lumières ?, Aufklärung als Mission. La Mission des Lumières. Akzeptanzprobleme und Kommunikationsde-fizit. Accueil réciproque et difficultés de communication, Ed. par Werner Schneiders, Marburg, Hitze-roth, 1993.

31  Telle est la conclusion de Pierre-André Taguieff dans La force du préjugé. Essai sur le racisme et ses doubles, Paris, La Découverte, 1987.

32  P.-A. Taguieff place en épigraphe une formule de Montesquieu : « J’appelle ici préjugés, non pas ce qui fait qu’on ignore de certaines choses, mais ce qui fait qu’on s’ignore soi-même. »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Delon, « Réhabilitation des préjugés et crise des Lumières », Revue germanique internationale, 3 | 1995, 143-156.

Référence électronique

Michel Delon, « Réhabilitation des préjugés et crise des Lumières », Revue germanique internationale [En ligne], 3 | 1995, mis en ligne le 06 juillet 2011, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://rgi.revues.org/494 ; DOI : 10.4000/rgi.494

Haut de page

Auteur

Michel Delon

Université Paris X
200, avenue de la République
92001 Nanterre

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org