Navigation – Plan du site

Parallèle historique1 de nos deux philosophies nationales

Jean Bernard Meriam
p. 181-210

Texte intégral

  • 1  Lu le 6 juin & le 31 août 1797. Depuis lors jusqu’à l’impression de ce Mémoire (en 1800) il s’est (...)

1Ce Parallèle sera purement historique. Il ne s’agit point ici d’examiner ces deux philosophies en elles-mêmes, ni d’en apprécier la valeur intrinsèque, mais de comparer des faits & des circonstances qui les ont préparées, ou accompagnées & suivies dès leur apparition, & durant leur marche progressive, enfin leur sort passé, présent, futur même autant qu’il sera possible de le prévoir ou de le conjecturer.

2Quoique cette comparaison ne décide rien pour le fond des choses, je ne la crois pas inutile ni destituée de tout intérêt aux yeux du philosophe même : aussi l’histoire des sciences nous a-t-elle, de tout temps, conservé ces sortes de détails, qui ne laissent pas quelquefois de refluer indirectement sur la destinée de ces sciences.

3Ils deviennent intéressans dans le pays que nous habitons, qui est le même où ces deux philosophies ont pris naissance, où elles ont pullulé, & d’où elles se sont propagées par toute l’étendue de l’Allemagne.

4L’une des deux fut particulièrement accueillie par la grande reine Sophie Charlotte, & l’ouvrage où elle étale ses attraits les plus séduisans, fut commencé pour complaire à cette princesse. Et dans la suite n’est-ce pas de la plus célèbre de nos universités qu’elle prit son premier essor dans la carrière qu’elle a fournie avec un succès si étonnant ?

5L’autre, née de nos jours dans la capitale de la Prusse, s’est bientôt répandue, & continue à se répandre depuis la mer Baltique, & vers les royaumes du Nord, & au de-là des rives méridionales du Rhin, où elle semble vouloir planter ses trophées sur le sommet des Alpes.

6Si ma vocation pour l’entreprise dont je me charge avoit besoin d’être justifiée ; je dirois d’abord que j’ai vécu sous les deux règnes ou sous les deux régimes, comme on voudra les appeler ; que j’ai vu la première de ces philosophies dans sa culmination, comme aujourd’hui je vois la seconde non seulement monter au même niveau, mais tendre fortement à s’élever plus haut.

7J’ajouterais que sans prédilection pour aucune théorie ni pour aucun système, je les regarde tous d’un œil calme & impartial, me bornant à mon rôle favori de simple spectateur dans le monde philosophique & dans le monde littéraire.

8Je n’attache pas la moindre importance à mes observations comparatives, que tous mes contemporains ont été également à portée de faire, & que plusieurs d’entr’eux auront faites mieux que moi. Dans le temps où j’achevois de rédiger les miennes, des écrits nouvellement publiés dans la même vue, ou dans des vues approchantes, m’auraient fait supprimer cette foible esquisse, sans la réflexion que conçue, tant bien que mal, en langue françoise, elle pourrait avoir le mérite de la nouveauté hors des frontières Germaniques, où notre philosophie & nos querelles spéculatives sont presque totalement ignorées.

Les chefs de ces deux philosophies. Les caractères différentiels de leurs doctrines. Leur langage ou leur style

9Le nom de Leibnitz suffit pour réveiller l’idée d’un génie du premier ordre, tel qu’il faut des siècles pour en produire de semblables, & dont la mémoire traversera tous les siècles. Esprit universel, il porta dans les connaissances humaines ce coup d’œil pénétrant qui en démêle jusqu’aux derniers replis, les éclaire d’un nouveau jour, & les refond dans des moules nouveaux.

10Mais, dans le vaste champ qu’il embrassoit, il se contenta pour l’ordinaire de concentrer ses idées en peu de mots ; après quoi il les abandonnoit pour tourner sa curiosité inépuisable sur d’autres sujets. De là vient qu’il ne semble toucher qu’en passant là où il verse la lumière la plus profonde, & répandre ses trésors sans presque s’en apercevoir.

  • 2  Ad. ann. 1684. De cognitione, veritate & ideis.
  • 3  Nouveaux Essais sur l’Entendement humain.

11C’est ainsi qu’il proposa d’abord ses plus sublimes découvertes en Physique, en Géométrie, & la plus sublime de toutes, celle du calcul infinitésimal. Il montra la même indifférence pour sa philosophie, que vous trouverez jetée sur trois pages dans les Actes de Leipzig2, & puis laissée là pour n’y revenir que par occasion, dans ses réponses à Bayle, dans sa dispute avec le Dr Clarke, & dans un ouvrage posthume très-précieux, mais enseveli, avec ses autres manuscrits, jusqu’en 1763, dans la bibliothèque royale d’Hannovre, où je le vis cette même année entre les mains du sous-bibliothécaire, qui s’occupoit à le copier3.

12On sait que la philosophie de Leibnitz, par les soins de son disciple Wolf, prit cet ascendant dont nous l’avons vue en possession durant plus d’un demi-siècle. Ce n’est que depuis une quinzaine d’années que cet édifice pompeux commence à s’ébranler sur sa base, & semble vouloir crouler.

13Une philosophie plus récente que nous avons vue naître, menace en effet le Leibnizianisme ou le Wolfïanisme d’une ruine fatale. On ne saurait contester à son inventeur, Mr Kant, un esprit original, profond & subtil, avec les talens nécessaires pour le faire valoir. En le comparant avec Leibnitz & Wolf, je serois tenté de le placer sur la même ligne philosophique avec le premier, & plus haut que le second, dont le principal mérite consiste dans la rédaction méthodique des idées de son maître.

14Ce qui le rend encore très-estimable à mes yeux, c’est qu’il ne recherche ni les avantages ni les frivoles honneurs du monde, & qu’en vrai philosophe, renfermé dans sa vie contemplative, il ne brigua jamais pour se faire un parti : de sorte qu’il ne doit qu’à son génie l’éclatante fortune que dans un âge déjà fort avancé il voit faire à sa nouvelle doctrine.

15M’étant déclaré neutre, & ne faisant ici que l’office d’historien, je me dispense d’un long étalage des systèmes ou des théories de ces philosophes, dont il suffira de tracer en gros les caractères différentiels.

16La Métaphysique, selon Wolf, est non seulement une vraie science, mais la première, la grande science, qui contient les élémens de toutes les autres, la reine qui leur dicte ses lois.

17Elle établit les êtres simples, qui seuls jouissent d’une existence véritable, & dont l’agrégat compose l’Univers. Tout ce qui se passe en nous, nos perceptions, nos pensées, nos connoissances, nos sentimens, nos désirs, nos volontés, ne sont que des représentations, ou obscures, ou confuses, ou distinctes, de cet agrégat ou de cet Univers.

18Dans la Métaphysique sont comprises quatre sciences, quoique ce nom n’appartienne proprement qu’à la première, qui explique l’essence des êtres, leurs propriétés générales, leurs modes, leurs relations. La deuxième a pour objet la collection de tous les êtres, ou le monde ; la troisième le monde spirituel, & en particulier l’âme humaine ; la quatrième enfin l’existence, la nature, les attributs, les actes & l’influence de la divinité.

19L’harmonie préétablie, l’harmonie universelle, le meilleur monde, les indiscernables, & les autres doctrines de Leibnitz, remises sur l’enclume par Wolf, tiennent à ces quatre sciences, & dépendent des mêmes principes, mais particulièrement du grand principe de la raison suffisante, le pivot sur qui tout tourne, l’arc-boutant du système, le ressort qui fait procéder ce système suivant une méthode rigide & avec une évidence pleinement démonstrative.

20Mais voyons à présent ce que devient tout ce splendide appareil dans la nouvelle théorie de notre philosophe de Kœnigsberg !

21J’y cherche en vain notre chère Métaphysique ; elle a disparu comme un songe : la science reine est descendue de son trône, & ce trône est renversé.

22De la révision exacte de nos facultés, de leur domaine & de ses limites il s’ensuit que tout ce qu’il nous a plu d’appeler sujet, substance, être réel subsistant par lui-même, nous est si profondément caché que nous n’oserions en affirmer l’existence ni aucune propriété quelconque, ni même leur possibilité ; que ce ne sont-là pour nous que des zéro, ou des quantités inconnues, des x algébriques. Il ne reste tout au plus à ces mots si sonores qu’une signification logique, ordinale ou ordonnatrice, si je puis m’exprimer ainsi, pour régler nos connoissances, les rapporter sous des classes, & à des unités intellectuelles ou rationnelles. Le principe de la causalité, & son frère le grand principe de la raison, se bornent au même usage, & ne s’appliquent plus à rien de réel.

23Par là tout le champ de notre savoir est restreint à des perceptions sensibles, externes & internes, qui toutes vont s’encadrer dans les formes préexistantes de l’Espace & du Temps, à des notions intellectuelles, qui se rangent sous des Catégories également préexistantes, & à des déductions que la raison pure va tirer de ces matériaux.

24Voilà les colonnes d’Hercule, lesquelles nous ne saurions passer sans nous perdre dans un Océan immense, & qui n’a plus de rivages.

25Nous voici donc resserrés en une sphère bien étroite. Nous ne sommes sûrs de l’existence de quoi que ce soit dont nous n’ayons aperception immédiate. La raison ne nous découvre aucun être hors de nous ni en nous. La méthode démonstrative porte ici absolument à faux, puisque les existences ne se démontrent point ; & le grand principe de la raison suffisante n’y suffit plus.

26Sous cet aspect l’on devine le sort des sciences si réelles aux yeux des Wolfiens, de l’Ontologie, de la Cosmologie, de la Pneumatologie, & de la Théologie naturelle, dont les objets conservent tout au plus une possibilité éloignée, vague, incertaine, précaire.

27Cependant, si la théorie rigoureuse s’aheurte à ces bornes que Kant lui a marquées, il trouve ou il cherche, dans sa philosophie pratique ou morale, de quoi suppléer à cette défectuosité. Un besoin moral très-pressant qui nous entraîne vers le souverain bien, nous prouve notre durée au de-là du tombeau, & l’existence de Dieu, sans laquelle notre progression vers ce bien seroit inconcevable. De là il déduit, non une démonstration, qui hors de la Géométrie ne sauroit avoir lieu, mais une certitude morale dans laquelle nous devons acquiescer, de ces vérités qui nous intéressent si fort.

28On l’a taxé d’inconséquence dans cette déduction. Mais c’est de quoi je ne juge point.

29Au reste, sa philosophie n’est, à proprement parler, ni sceptique ni dogmatique, mais l’un & l’autre à la fois. Dans sa destruction du Dogmatisme il suit la marche sceptique de Hume. Cependant il ne néglige pas de poser, de son côté, des thèses fixes, sans leur donner le nom de dogmes, mais qui font le même effet. Son Scepticisme même prend un ton aussi péremptoire que le Dogmatisme. Sur le tout, le nom de Criticisme qu’il a adopté, paroît le mieux assorti à sa philosophie, & désigner le mieux l’esprit qui y règne.

30Ces deux mots peuvent suffire pour donner une idée générale de ces deux philosophies, & de leur différence, qui va jusqu’à la contrariété.

31Je serai tout aussi court par rapport au langage ou au style de nos philosophes, en les considérant comme écrivains.

32Leibnitz commença par publier ses idées neuves en latin, dans des recueils littéraires écrits en cette langue. Mais lorsqu’il s’agissoit de leur donner plus d’étendue, & plus de vogue, il se servit d’un véhicule mieux adapté à cette fin, de la langue françoise, dès lors langue universelle, & surtout langue du beau monde & des cours, dont le suffrage n’étoit rien moins qu’indifférent à ce grand homme.

33Voici là-dessus ses propres paroles.

  • 4  Il s’agit ici de ses Nouveaux Essais sur l’entendement humain, opposés à celui de Locke. Voir la l (...)

34On dira que je ne devois point écrire en français. Mais je vois que si je mettais ces pensées en latin (car de les mettre en allemand, il n’y songeoit pas même, ni ne pouvoit alors y songer), elles ne seraient lues que par des gens de lettres ; au lieu que le livre de Locke, depuis qu’on l’a mis en françois, se promène dans le grand monde hors de l’Angleterre4.

35Son style françois est aisé, coulant, plein d’aménité. Il l’assaisonne de traits puisés dans sa vaste érudition, & dans la littérature agréable dont son esprit étoit orné, de même que de beaux traits d’une imagination brillante, témoin cette sublime pyramide des mondes qui termine la Théodicée.

36Son disciple & commentateur Wolf eut la sagesse de renoncer au titre de bel esprit & de bel écrivain, & n’aspira qu’à la clarté, à la justesse de l’expression, à présenter les pensées de Leibnitz dans un ordre lumineux & d’une manière instructive. Il écrivit dans sa langue maternelle, qu’il a le premier familiarisée avec la Philosophie & avec les notions abstraites. Aussi sa Métaphysique allemande est-elle encore aujourd’hui préférée à ces volumineux in-quarto latins où dans la suite il délaya cette science avec tant de prolixité.

37J’imputerois en partie aux sujets & à la méthode ce que son langage peut avoir de sec & de raboteux : en quoi plusieurs Wolfiens subdélégués ne l’imitèrent que trop scrupuleusement, & se disputèrent même l’honneur, si c’en est un, de le surpasser. L’agrément de la diction leur sembloit répugner à la solidité des pensées ; & ils semblent avoir regardé la lourde pesanteur comme partie intégrante du vrai esprit philosophique.

38Je ne m’arroge point d’apprécier le style de notre philosophe Prussien, qui a aussi philosophé en allemand. Des juges qui se croient compétens, y trouvent des périodes souvent trop longues, trop de parenthèses enchâssées dans des parenthèses, & en général des inégalités. Mais ne seroient-elles pas inévitables dans des sujets aussi compliqués, & qu’il lui a fallu éplucher avec un soin en apparence si minutieux ? Ce que je crois y remarquer, c’est un langage approprié aux matières qu’il traite, mais dont la délicatesse & la nouveauté exigent souvent des expressions détournées du sens que nous avions coutume d’y attacher, de sorte qu’on ne saurait s’y habituer qu’à force d’étude & de méditation. J’avouerai même que ces termes & leurs dissections m’y paroissent plus multipliés que chez les Wolfiens ; ce qui y répand une teinte scolastique pour le moins égale, sinon plus forte, que chez ces derniers.

39M. Kant a d’ailleurs semé dans ses écrits le degré d’élégance que comportoit leur étoffe, laquelle pour l’ordinaire n’y est pas peu récalcitrante. Mais dans les occasions où il peut se débarrasser de cette gêne, son style prend de la force, & produit des morceaux vraiment éloquens.

40Parmi les auteurs sortis de son école, il en est certainement qui à beaucoup d’esprit & de pénétration joignent le grand art de bien écrire : les Epîtres philosophiques de l’un d’eux se liront toujours avec plaisir. Mais en échange il n’en manque pas de ceux qui dégoûtent par leur fausse finesse, par leur affectation déplacée de paroître profonds & originaux à force de courir après des termes recherchés ou inintelligibles, ou dont le sens n’aboutit qu’à de vaines subtilités.

Les succès de ces deux philosophies

41Considérons maintenant la fortune & les succès de ces deux philosophies dans le monde pensant & scientifique.

42Leibnitz, après avoir engendré ses idées par la force de son génie, les dispersa dans plusieurs écrits, sans ambitionner l’honneur de se faire chef de secte.

43Il ne chercha point surtout à s’entourer d’une secte nationale. Nous avons vu qu’il n’écrivoit point dans la langue de sa nation, mais en latin, & préférablement en françois, pour se faire entendre aux penseurs de toutes les nations.

  • 5  De la conformité de la foi avec la raison, p. 76.

44Il y réussit parfaitement. Des spéculations aussi neuves, & qui dévoient paroître fort extraordinaires, annoncées sous ce nom illustre, éveillèrent l’attention des philosophes les plus distingués des terres étrangères. Bayle les envisagea à sa manière, & les combattit par des objections très-spécieuses, que Leibnitz tâcha de résoudre dans sa Théodicée, où il traite son adversaire comme les grands hommes devraient toujours se traiter, avec ces égards & cette politesse qu’ils se doivent réciproquement. Je ne relis jamais, sans être vivement affecté, la fin de son Discours préliminaire5, où il en appelle à Bayle lui-même, déjà mort, & qu’il suppose revenu de ses erreurs dans des régions où il voit les choses de plus près, & où les yeux de son entendement ne sont plus offusqués par les brouillards qui flottent sur le globe terrestre.

Candidus insuetum miratur limen Olympi, Sub pedibusque videt nubes & sidera Daphnis.

  • 6  P. 389.

45Le célèbre Jean le Clerc & d’autres savans se plurent à regarder les doctrines ou les hypothèses de la Théodicée comme un beau roman, comme un simple jeu d’esprit, & interprétèrent même dans ce sens un endroit de la Préface où l’auteur déclare son dessein de tout rapporter à l’édification6. En quoi ils lui font certainement tort. Car qu’est-ce qui empêcherait d’être vrai, & d’édifier tout ensemble ? & au contraire qu’y a-t-il en toute chose de plus édifiant que la vérité ?

46Le pays où le Leibnizianisme trouva le moins d’accueil, fut la Grande-Bretagne, à cause de sa prédilection pour la philosophie de Locke, née dans son sein, & qui d’ailleurs présentoit un aspect plus naturel, plus simple, plus populaire. A quoi se joignit probablement la jalousie nationale, fomentée par le fameux procès sur la découverte du calcul des infinis. C’est ce qui fit entrer Leibnitz en lice avec le D. Clarke, mais à qui il fut obligé de céder le champ de bataille par la même raison qui le lui avoit fait céder par Bayle : il ne survécut point à la fin de cette dispute.

47Mais sa philosophie y survécut ; ou pour mieux dire, elle avoit attendu cette époque pour devenir véritablement une secte, plus renfermée désormais, il est vrai, dans l’enceinte de l’Allemagne, mais où elle alloit exercer un empire presque absolu.

48Elle en a toute l’obligation à Wolf, qui en rassemblant les riches matériaux épars dans les écrits de son maître, s’appliqua, avec un soin infini, à les répartir, & en les subordonnant les uns aux autres, à en combiner un corps de doctrine ou un système complet, semblable à un chêne robuste, dont toutes les branches, sorties d’une racine & d’une tige communes, & enlacées entr’elles, s’élèvent fièrement dans les airs ; ou bien à un édifice imposant par son architecture régulière, & affermi sur des fon-demens inébranlables.

49On doit à Wolf le témoignage d’avoir rempli cette tâche aussi bien qu’elle pouvoit l’être, & d’avoir le premier donné, ou essayé de donner, une philosophie systématique, ordonnée & démontrée comme le font les Elémens d’Euclide.

50Outre cette qualité essentielle attachée au Wolfianisme, & qui le ren-doit particulièrement propre à l’usage didactique, bien des circonstances accessoires concoururent à lui gagner une vogue prodigieuse.

  • 7  Philosophus cathedrarius.

51Et d’abord, Mr Wolf commença par l’enseigner lui-même dans une des premières universités d’Allemagne, & par là se vit à portée d’en faciliter les progrès, & d’étendre sa sphère d’activité dans toute sorte de directions. Cette ressource avoit manqué à Leibnitz, ou plutôt il ne s’étoit pas soucié de la mettre en œuvre. Il est néanmoins indubitable que le docteur cathédrant7 a de grands avantages à cet égard sur le philosophe qui ne spécule que pour lui-même & ses lecteurs.

52Ensuite, ce qui releva considérablement son crédit, ce fut la haine de ses envieux, l’acharnement injuste de ses ennemis, & les persécutions qu’ils lui suscitèrent : l’histoire de tous les âges nous apprend qu’il n’est point de moyen plus sûr de donner cours à des doctrines quelconques, & de leur amener une foule de prosélytes. Personne jamais ne jouit de ce bonheur comme Wolf. Sa migration forcée de Halle à Marbourg, sa rentrée glorieuse & triomphante dans Halle remplissoient les cent bouches de la Renommée ; & la jeunesse studieuse accourut de toute part pour se former sous un tel maître.

53Plusieurs de ces étudians, devenus maîtres à leur tour, se mirent à commenter, à abréger, à allonger, à façonner en mille manières la merveilleuse philosophie dont leur esprit s’étoit imbibé, & à la prêcher avec emphase du haut de leurs chaires professorales ou magistériales. En fort peu de temps, tous les auditoires de la Germanie en retentirent, & se transformèrent en écoles Wolfiennes.

54La philosophie de Kant ne s’est pas élevée tout-à-fait par les mêmes voies.

55Ce philosophe, que nous avons placé entre Leibnitz & Wolf, mais plus près du premier, ne paroît pas avoir voulu recourir aux moyens secondaires quoiqu’ils fussent également en sa disposition. Professeur, comme Wolf, ce n’est pourtant pas en cette qualité qu’il chercha à conquérir & à consolider ses conquêtes : du moins n’avons-nous pas vu l’université où il professe, inondée de peuplades d’étudians, comme autrefois celles de Halle & de Marbourg, ni de sa part le moindre empressement à les y évoquer.

56Il est, ainsi que le fut Leibnitz, redevable de sa fortune aux productions de son esprit, mais d’une fortune d’autant plus rapide qu’il n’eut pas pour elle la même insouciance. Ce ne sont pas des fragmens, des pièces occasionelles, détachées, éparpillées, fugitives, mais des expositions plénières, profondément méditées & revues, développées avec une intelligence & une finesse exquises, & avec une persévérance infatigable.

57Cette philosophie si bien organisée devoit naturellement intéresser tous les spéculateurs de profession & tous les esprits curieux. De sorte que sans autre entremise de la part de son inventeur, soit par son prix interne, soit par les attraits de la nouveauté, soit par tous les deux à la fois, elle se fraya d’elle-même le chemin vers sa prééminence actuelle.

58Les philosophes que je compare ont essuyé, essuient encore des incursions hostiles sur leur territoire scientifique, je veux dire dans leurs systèmes & dans leurs théories. Malgré cela le Wolfianisme a longtemps maintenu son rang de secte dominante. Et aujourd’hui le Kantianisme, ou le Criticisme, à travers les mêmes obstacles, s’achemine à grands pas vers le même rang, & s’il ne l’a pas déjà atteint, paroît sur le point de l’atteindre.

59Après avoir suivi ces deux philosophies dans leur ascension vers l’Apogée, arrêtons-nous pour contempler divers effets qu’elles ont produits, & sur leurs sectateurs, & sur leurs antagonistes, & sur tous les esprits ; comme aussi leur influence, tant directe que collatérale, sur les sciences, sur les opinions, sur le monde moral, & jusque dans la vie commune. Parmi ces phénomènes nous en découvrirons peut-être de propres à nous expliquer les causes du destin variable qu’elles ont subi, & à nous faire présumer celui que l’avenir leur prépare.

Le zèle de nos philosophes et les effets qu’il produit

60Ce sont des spectacles bien singuliers, ceux que l’esprit des sectes, & le zèle qui les enflamme, offrent à un observateur de sang-froid.

61Qu’un amant transi regarde sa maîtresse comme une divinité terrestre ; qu’un chevalier errant coure le monde pour lui prouver à coups d’estoc & de taille que sa Dulcinée est l’abrégé de toute perfection ; que le fanatisme porte les hommes à toute sorte d’excès ; le feu des passions, les égaremens d’une imagination visionnaire & déréglée me le rendent explicable.

62Je m’explique encore mieux les douces émotions que nous causent les productions des beaux-arts, comment les chef-d’œuvres de la Peinture, de la Musique, de la Poésie, de l’Eloquence peuvent nous transmettre une portion de ce noble enthousiasme, jeter dans nos âmes des étincelles de ce feu céleste dont les artistes furent animés en les composant.

63Dans les sciences mêmes je conçois qu’une découverte inattendue, la solution subite d’un problème longtemps & vainement cherchée peut affecter les Archimèdes d’une extase momentanée.

64Il n’en est pas de même de ce zèle constant & inaltérable pour les spéculations sèches & abstraites de la froide Métaphysique. Que ce zèle pût déranger les cerveaux, les exalter au Don-Quichotisme, y exciter même des convulsions, c’est ce que j’aurois de la peine à croire, si l’histoire, l’expérience, & des faits indubitables ne me l’attestoient.

65Dans tous les temps, on a vu ce zèle démesuré s’échauffer plus ou moins, à proportion que les philosophes ont pris un air plus ou moins imposant & un ton plus ou moins tranchant, plus pour les dogmes que pour les opinions, plus dans le Lycée, sous le Portique, dans les jardins mêmes d’Epicure, que dans les Académies de Platon & d’Arcésilas, mais moins que partout ailleurs chez les Pyrrhoniens.

66Sous le règne de l’Ecole il dégénéra en tyrannie. Il fut plus modéré chez les Cartésiens, par la marche & la nature même de leur philosophie, qui commença par le doute universel. Locke y donna peu de prise, parce qu’il s’abstint du ton impérieux, & que loin d’aspirer à être chef de secte, il n’aspira qu’à n’être d’aucune secte.

67Leur renaissance & celle du zèle sectaire étoient réservées à nos jours & à notre patrie.

68Le Scolasticisme, avec ses principaux symptômes, se ressuscita dans la philosophie de Wolf ; & celle qui veut aujourd’hui la bouleverser ou l’anéantir, est bien loin d’en être exempte.

69Si nous les confrontons à cet égard, nous serons frappés de voir ces mêmes symptômes résulter également de causes si diverses, ou pour mieux parler, de doctrines qui se contrarient si fort. Et cela ne nous autoriseroit-il pas à soupçonner que d’autres motifs, sortis non de l’entendement mais du cœur humain, s’y seront insensiblement mêlés ?

70Ces motifs devoient puissamment coopérer avec la persuasion de la solidité de leurs doctrines philosophiques ; & cette persuasion je la vois également enracinée dans les deux écoles.

71Chez les Wolfiens il n’y a pas de quoi s’en étonner. Se croyant illuminés des rayons de l’Evidence, que leur manquoit-il ? Il n’y auroit en effet point de situation plus souhaitable ; & cette conviction intime d’être convaincu sur toute chose doit naturellement inspirer une confiance illimitée.

72Cependant elle n’est pas moindre chez nos philosophes critiques, & découle de la même source, de la persuasion d’avoir exactement déterminé le peu qu’il nous est possible de savoir, & le grand nombre de choses qu’il faut nous résoudre à ignorer, d’avoir balayé le champ de la Philosophie, & d’en avoir extirpé les ronces, les épines, les plantes parasites. C’est ce que Mr Kant nomme le profit négatif de son Criticisme, mais sur lequel il est tout aussi positif que le dogmatiste le plus entêté de son dogmatisme. Et ses adhérens le font encore davantage.

73De cette douce confiance, illusoire ou fondée, n’importe lequel des deux, devoient naître & sont nées les plus superbes prétentions.

74Avant eux, vous disent-ils les uns & les autres, l’esprit humain, plongé dans d’épaisses ténèbres, s’ignoroit lui-même, n’avoit ni règle, ni compas, ni ligne à plomb, ni mesure quelconque pour se guider, point de principe fixe, & ne faisoit qu’errer dans un espace vague, parmi des demi-vues, de fausses lueurs, des notions confuses & imparfaites.

75Or comme j’entends tenir ce langage des deux côtés avec la même suffisance, je me trouve ici dans un étrange embarras. D’un côté l’on me crie que Leibnitz & Wolf ont fait luire le plein jour sur toutes les connoissances possibles ; ce que pour le repos de ma conscience philosophique j’aimerois fort à croire : mais de l’autre, voici un des plus célèbres professeurs qui vient me certifier sur sa parole que jusques à Kant la philosophie n’exista point.

76Cependant elle existoit si bien sous l’ancien régime qu’il n’y avoit plus rien à y refaire, pas la moindre chose à ajouter ni à retrancher. Tout étoit dit, tout tiré au clair, tout muni de preuves irréfragables : il ne restait qu’à renoncer aux recherches ultérieures, à toute déviation d’un système si bien construit, & à s’y renfermer comme dans une forteresse inexpugnable.

77Wolf lui-même parle de sa philosophie & de sa méthode dans des termes si fastueux. Mais il est vrai aussi que tant que cette opinion prévaloit, la liberté de penser & d’examiner en devoient beaucoup souffrir, & les esprits demeurer systématiquement engourdis.

78Le nouveau régime les a d’abord réveillés de ce sommeil léthargique. Mais est-ce pour toujours ? & ne risquons-nous pas d’y retomber ?

79Quand je me retourne dans ce nouveau régime, je m’aperçois qu’on y fait également des efforts pour m’y inscrire & m’y circonscrire. S’il n’a pas tous les dehors d’un système, il en a la ténacité. Il a aussi tout épuisé, mis le sceau sur toutes nos connaissances ; & ses déductions ne sont pas moins infaillibles que les démonstrations de l’autre.

80Ne vois-je pas le premier sectateur de Kant, homme d’esprit d’ailleurs & écrivain très-élégant, s’indigner contre les philosophes ses confrères, les accuser de stupeur, de préjugés, ou d’une crasse indolence, pour n’avoir pas embrassé, dès son apparition, la théorie critique dans sa totalité, pour ne l’avoir pas promulguée, & dans leurs ouvrages, & sur leurs chaires doctrinales, dans les termes scientifiques de sa propre création. Suivant lui, ils ne devoient dès lors plus parler d’autre chose que de perceptions pures, de formes pures sensitives, de catégories de l’entendement pur, de types purs des notions intellectuelles, de l’amphibolie des notions réflexives, d’idées & d’antinomies de la raison pure. Car tout devoit être pur dans ce sanctuaire, dirai-je du Purisme ou de la Pureté ?

81Enfin, l’admiration zélée des doctrines nouvelles ne tarde pas à rejaillir sur les inventeurs, & de là sur les promoteurs les plus fervens de ces doctrines. Chaque secte porte son chef dans les nues. Déjà parmi les anciens, Epicure, ce philosophe athée, trouva un poête qui non content de le nommer

  • 8  .... confringere ut arca

Le premier qui du monde a brisé la barrière, Et de l’immensité parcouru la carrière8,

  • 9  Deus, Deus, inclyte Memmi, ibid., liv. V, v. 8.

82le substitue en termes formels à la Divinité détrônée9.

83Tout cela n’a point diminué dans notre siècle de lumières ; ce sont les mêmes ravissemens ou les mêmes vertiges : nous répétons en mauvaise prose des licences à peine pardonnables à un grand poëte, et nous y renchérissons...

84Je craindrois de vous fatiguer en faisant résonner ici les louanges immenses prodiguées à la philosophie de Wolf & à sa personne, & renvoyées par tous les échos de nos écoles, en parlant des statues & des autels qu’on sembloit lui destiner, ou de la médaille frappée en son honneur, & dédiée, dans son inscription, à l’Hermès Trismégiste de notre siècle, & de je ne sais combien d’autres explosions volcaniques du zèle immodéré de ses passionnés admirateurs, dont les ouvrages de ce temps-là portent encore l’empreinte.

85Je suis fâché, mais obligé de le dire : notre nouvelle philosophie loin de demeurer ici en arrière, paroît vouloir dépasser sa sœur aînée en ce genre d’extravagances.

86Des hommes tels que Leibnitz, Wolf, Kant, sont certainement dignes de reconnoissance & d’éloges. Mais ne voit-on pas que ces nuées d’encens dont on les parfume, au lieu de les honorer & de rehausser leur réputation, seroient plus propres à y nuire ? Et puis, n’est-il pas honteux que de soi-disans philosophes se livrent à des exagérations puériles, à une idolâtrie absurde, à des paroxysmes d’énergumènes ?

87Mais soit. Appelez, si vous voulez, les patriarches de vos sectes, des hommes immortels, la gloire des siècles, les lumières du monde, les soleils ou les étoiles polaires de la Philosophie : ce n’est pas peu ; cependant je vous le passe. Mais où suis-je quand je les entends titrer de vicegérens de Dieu sur la terre, de nouveaux créateurs ou sauveurs ; quand je lis que Kant est venu achever le grand ouvrage commencé par Jésus-Christ, & dans un autre endroit, que Christ nous a manifesté Dieu en chair, & Kant Dieu en esprit ? En vérité l’on m’excusera ; mais le jugement le plus charitable que l’on puisse porter sur de tels panégyristes, ne seroit-ce pas de les croire échappés je ne sais d’où ?

Leurs procédés en matière de dispute ou de controverse

88Tout ce qui est nouveau ou fait semblant de l’être, éprouve des difficultés & des contradictions. Il faut alors ou avoir sans cesse les armes à la main, ou bien vous reposer tranquillement sur la force de vos raisons. A mesure qu’elles auront pris un certain degré de consistance, & gagné du terrain, les attaques seront moins à craindre : des avocats habiles plaideront votre cause : des guerriers formés dans votre camp rompront la lance pour vous, sans compter nombre de champions subalternes dont les poumons vigoureux seront capables au moins de jeter l’alarme dans le camp ennemi.

89Wolf, qui croyoit son système à l’abri de tout revers, se fâchoit pourtant toutes les fois que l’on osoit y trouver à redire. Mr Kant n’a pas plus mauvaise opinion de sa théorie ; & je vois cependant qu’on lui reproche de se montrer trop irascible en défendant son grand Impératif, quoique l’irascibilité n’y soit point érigée en principe. Mais des insultes injustes peuvent les avoir provoqués ; & après tout, pour être philosophe on ne cesse pas d’être homme.

90Vous remarquerez encore chez eux les mêmes moyens de repousser les traits de leurs antagonistes. Leur réponse constante aux objections, c’est qu’on ne les a pas compris. Leibnitz déjà se plaignoit de ne l’être point : Wolf ne parloit pas autrement ; & c’est-là le refuge ordinaire de leurs élèves, aussitôt qu’on les serre un peu de près.

91Il est fâcheux sans doute qu’il soit si facile de se tromper sur le sens de propositions que l’on se vante d’avoir exposées avec une si haute évidence. Car cela incline bien des gens à se défier de cette évidence, à soupçonner même que ces propositions pourraient bien n’en être pas susceptibles.

  • 10  Collegia privata, privatiora, privatissima.

92Pendant les disputes sur la Monadologie, je me souviens d’avoir lu la lettre d’un célèbre Leibnizien, où il est dit, en parlant des incrédules qui rejettent les Monades « Ils ont beau faire ; ils ne pénétreront jamais nos mystères. » Mais les mystères sont-ils admissibles dans les sciences humaines, qui dépendent de la raison naturelle ? Ou répondra-t-on peut-être que les anciens philosophes avoient les leurs, lesquels ils dévoiloient aux initiés dans leurs leçons ou dans leurs conférences ésotériques ? Et seroit-ce de là que nos professeurs modernes, & Wolf tout le premier, auraient copié leurs leçons privées, plus privées, & très-privées ou intimement secrètes ?10

93Mr Kant déclare que ses assertions ne sauraient être réfutées, mais qu’il est très-aisé de se méprendre sur leur vrai sens.

94Je conviens du premier point, quant à ses assertions négatives ou à la partie sceptique de son livre, que l’on réfutera difficilement par des preuves démonstratives. Mais ici il nous reste au moins de régler notre assentiment sur les plus fortes probabilités ; & combien de choses ne croyons-nous pas sans être en état de les démontrer ? leur nombre surpasse de beaucoup celui des démontrables !

95Quant à ses assertions positives ou théoriques, je ne déciderai pas si elles ont été bien ou mal réfutées, ou si elles peuvent l’être. Tout ce que je sais, c’est qu’elles sont encore en litige, & que la contestation ne me paroît pas finie.

96Enfin, quant à la facilité de se méprendre sur leur sens précis, ce que Leibnitz & Wolf ont également affirmé de leurs dogmes, j’ai si peu de peine à le croire que sans m’arrêter à aucune philosophie en particulier je le crois en général de toutes les spéculations transcendantes : subtilisées au de-là d’un certain point, notre entendement se trouve dans l’impuissance de les suivre ; & pour peu qu’il s’y obstine, le voilà sous un ciel nébuleux, ou dont il ne s’échappe tout au plus que des rayons si atténués & si affoiblis que le meilleur prisme ne saurait les décomposer. Rien de plus vrai ni de mieux dit que cet apophthègme de Montaigne : Les extrémités de notre perquisition tombent toutes en éblouissement.

97Si les spéculateurs du plus grand renom ne sont pas toujours à l’abri de ces inconvénients, à combien plus forte raison n’y seront pas exposées ces têtes légères qui se livrent inconsidérément au penchant séducteur de bâtir des systèmes ou des corps de doctrine ? Ils se laissent entraîner par la beauté apparente de leurs plans, sans prévoir les crevasses & les lacunes qui se manifesteront dans l’exécution de ces plans. Alors vous les verrez réduits à souder, à radouber, à replâtrer, à pallier le mieux qu’ils peuvent. Ils auront recours à de secondes définitions de ce qu’ils avoient défini, à des divisions & des subdivisions, à des distinctions où il faudra distinguer de nouveau, à hâcher leurs idées en parcelles menues, à les effiler tellement que le dernier fil devient imperceptible à leurs propres yeux. Or comment voulez-vous que je vous comprenne si vous cessez de vous comprendre vous-même ?

98Ce n’est point-là ce qu’on reproche à la philosophie de Wolf, qui part de premiers principes ou d’axiomes qu’elle suppose évidens par eux-mêmes, & par conséquent incontestables. Ce qu’on y trouve à redire, c’est le passage brusque des abstractions aux substances, du monde des idées au monde des êtres, de définitions nominales & arbitraires à des réalités, d’avoir voulu par là transporter & maintenir la marche géométrique dans des sujets incompatibles avec elle ; ce qui, malgré tous ses soins pour l’empêcher, ne manque pas de faire souvent rouler son système sur des notions ambiguës, que la Géométrie ne connoît point.

99Le dessein louable du philosophe critique, c’est d’épurer nos facultés de tout alliage hétérogène, d’assigner au juste leur portée, de découvrir jusqu’où elles vont, ce qu’elles donnent & ce qu’elles refusent. Et c’est avec prudence qu’il ne poursuit pas sa théorie au de-là de certains premiers élémens, sans vouloir creuser les élémens de ces élémens ; ce qui ne finiroit jamais, & ne feroit qu’égarer la raison dans un labyrinthe inextricable. Mais malgré cela les recherches où cet examen l’engage, demandent, pour être bien saisies, une contention d’esprit soutenue, sans laquelle, comme il l’assure, on ne sauroit en effet éviter de fréquentes méprises. Et je m’étonne d’autant moins de voir ses disciples & ses commentateurs eux-mêmes n’être pas d’accord dans l’explication de plusieurs articles assez essentiels de sa doctrine. N’est-il pas plaisant, par exemple, de les voir disputer entre eux si leur maître est idéaliste ou s’il ne l’est pas ? que ne vont-ils le demander à lui-même ?

100Pour moi, j’avoue que si je trouve des difficultés dans les écrits de Kant, il m’arrive plus souvent encore de comprendre moins ces mêmes commentateurs, qui au lieu de les dissiper, ne font que les accumuler par les subtilités ténébreuses où ils s’enfoncent. Tels de leurs ouvrages, que sur les éloges que je leur avois vu prodiguer, je m’étois empressé de lire, n’ont fait que m’embrouiller davantage. Ils me découvrent dans mon esprit tant de qualités positives & négatives, tant de formes & de formalités, & dans ses opérations je ne sais combien de nuances microscopiques, que je n’ai jamais pu parvenir à y déterrer. Je veux bien m’en prendre à mon peu d’intelligence ; mais je confesse franchement qu’à cet égard la philosophie de Leibnitz & de Wolf s’ajuste mieux à ma foible compréhension.

Applications de ces deux philosophies

101Voyons maintenant ces deux Philosophies agissantes hors de leur propre district.

102La Métaphysique Wolfienne, en vertu de la haute idée que l’on s’en formoit, devoit primer par dessus toutes les autres sciences, qui ne vivent que du suc nourricier de ses principes, & ne se soutiennent que par l’appui salutaire de sa méthode.

103Aussi les vit-on toutes successivement se ranger sous ses drapeaux, & régler leurs évolutions sur ses ordres absolus. Son application la plus prochaine Wolf la fit à la Morale ; d’où elle se fraya un passage aisé au Droit de la Nature & des Gens ; de là à la Politique, à la Jurisprudence civile & criminelle, & ainsi de suite.

  • 11  V. celle de Wolf même, dans ses Horae subsecivae.

104On ne l’appliqua pas moins aux sciences physiques, à la Chimie, à l’Anatomie, que l’on fondoit sur la raison suffisante, & non-seulement à la théorie mais à la pratique de la Médecine. Il existe des Dissertations longues & curieuses, où l’art de guérir est assujetti à la marche méthodique, & qui donnent des recettes pour composer des recettes11.

105Qui ignore les transformations qu’elle fit subir à la Théologie ? Il est surtout remarquable que les diverses communions du Christianisme s’en prévalurent également pour y établir les articles de foi qui les différencient & les opposent le plus entr’elles. Son accoutrement scolastique lui ouvrit les collèges & les monastères de la Catholicité. Elle fit plus de progrès encore dans les écoles protestantes : la confession d’Augsbourg fut systématiquement expliquée par un célèbre théologien Berlinois, & l’Exégèse de l’Ecriture sainte mathématiquement déduite. Il parut aussi des Démonologies démonstratives. Enfin, notre église réformée a produit aussi deux Théologies façonnées à la Wolfienne, qui ont eu de la réputation dans leur temps, & ne l’ont pas encore entièrement perdue, la Théologie dogmatique de Wittembach & la polémique de Stapfer.

106Du sein de nos grandes écoles le fond & la forme de la doctine Wolfienne furent transportés par ses adeptes dans les fonctions où les appeloient les postes qu’on leur confia, dans les départemens politiques & civils, dans l’enseignement populaire, dans toute sorte de transactions publiques.

Au barreau l’avocat en hérissoit son style, Et le docteur en chaire en sema l’Evangile.

107On plaidoit, on prêchoit, on catéchisoit en effet dans ce goût ; de quoi il seroit facile d’exhiber des documens authentiques & nombreux, si on les demandoit.

108Enfin, ce jargon philosophique ou philosophesque se glissa jusque dans la vie commune, dans le langage de la conversation & le style épistolaire, où le portèrent des étudians frais-émoulus dans les universités. On conçoit le bel effet que cela devoit faire. Je me souviens d’avoir vu des pièces de ce genre que l’on aura de la peine à croire sérieuses, quoique cela ne soit nullement impossible, vu la manie du temps, d’avoir vu, dis-je, des formules de propos galans scientifiquement élaborées, des billets-doux en axiomes, théorèmes, lemmes & corollaires, sans oublier les postulats. Ce qu’il y a de sûr, c’est que ce charlatanisme avoit soufflé son infection d’un bout à l’autre de l’Allemagne.

109Le mauvais goût d’alors y contribua sans doute ; mais il fut à son tour entretenu, & sa durée prolongée par ce délire métaphysique.

110Il est vrai qu’on créa aussi une science exprès pour les Beaux-Arts, moyennant laquelle leurs charmes & leurs perfections, avec la nature même du Génie & du Goût, vont se résoudre dans des principes abstraits, science que l’on décora du nom d’Esthétique ou de sentimentale. Mais c’est une grande question si cette science a jamais influé sur le sentiment, si elle a jamais produit, si elle produira jamais un poëte, un peintre, un artiste seulement médiocre. Ce que l’on a observé, c’est que Wolf lui-même jugeoit des choses de goût en homme qui n’en avoit guère, & un peu comme l’aveugle des couleurs : cependant des auteurs très-graves regardent ce que ses disciples ont écrit sur l’Art poétique comme des preuves manifestes de cette influence de la méthode des géomètres sur la

111Poésie. Ils en disent autant de l’Eloquence & de l’étude même des langues géométriquement traitée.

112Tout cela étoit bon pour ces temps-là. Mais que dans un temps aussi éclairé que le nôtre, où les Arts se sont si fort perfectionnés, où notre langue s’est enrichie de chef-d’œuvres en prose & en vers, où les hommes de lettres, secouant la poussière du cabinet, vivent un peu plus dans le monde & dans la bonne société, que de nos jours, dis-je, & au milieu de nous, ces propos pédantesques pussent être sérieusement répétés, c’est ce qu’on ne s’imaginerait pas, si nous n’en avions des preuves sans réplique & sans nombre, vivantes, parlantes, écrites & imprimées.

113La philosophie de Kant fait, à l’égard de toutes ses applications, le pendant de celle de Wolf, & ses courtes annales nous y découvrent précisément les mêmes phénomènes, plus fortement marqués encore par leur contraste avec la culture & avec les mœurs modernes.

114Je n’ai pas besoin de prolixes citations pour prouver ce qui saute aux yeux de quiconque prend la peine de feuilleter les plus fraîches productions sorties de nos presses, ou seulement les journaux & les gazettes littéraires où elles sont annoncées. Il les verra presque toutes moulées sur la philosophie à la mode, & la physionomie de la Raison pure tracée sur tous les sujets que l’on y discute, les plus sublimes comme les plus triviaux, ne fût-ce que pour donner à ces derniers un faux air d’importance & de profondeur.

115Les élèves de Kant, après avoir prédit à toutes les connoissances humaines une révolution calquée sur la Critique de cette Raison pure, travaillent sans relâche à exécuter cette révolution.

116Leur maître avoit établi la Physique sur ses principes abstraits. Et depuis lors nous avons des traités de Physique, de Physiologie, une Chimie toute entière, le Droit positif, la Législation, la Politique, des cours d’Histoire même, qui le croirait ? arrangés d’après les maximes de la Raison pure. On nous inculque de la prendre pour guide dans la lecture des poëtes, pour en mieux saisir le sens & les beautés, & nous y former le cœur & l’esprit. C’est à quoi assurément ces poëtes ne s’attendoient pas ; & j’ose douter qu’ils méritassent d’être lus, s’ils avoient versifié a priori, & avoient voulu allumer leur verve dans cette glacière.

117A s’en rapporter à quelques-uns de nos enthousiastes, il n’y aurait eu avant Kant ni morale ni religion. D’autres heureusement ont la complaisance de rencontrer aussi de la morale & de la religion dans les écrits des prophètes, des évangélistes, des apôtres, quoiqu’ils n’eussent pas étudié le livre de la Raison pratique. C’est sur ce livre que tous nos catéchismes vont désormais se refondre ; & déjà il en existe un qui commande la chasteté aux enfans de par l’Impératif catégorique. L’année passée il a paru des magasins & des journaux catéchétiques de trois ou quatre espèces.

118Les prédicateurs Wolfiens sont oubliés ; mais après un assez long intervalle les Kantiens viennent les remplacer. Les sermonnaires, les recueils d’homélies, les oraisons sacrées de toute façon, se multiplient de jour en jour, les préceptes religieux y sont étayés sur leur grande base impérative ; ce qui les rend peu intelligibles au commun de leurs auditeurs, & encore moins propres à faire sur leur âme de salutaires impressions, à cause de ce soin extrême d’en éloigner tout désir & toute idée de félicité, ce puissant motif si constamment employé dans l’Evangile pour nous exciter à la vertu, & dont le cœur humain semble avoir un besoin indispensable. Ces mêmes maximes sont aussi énoncées avec le même apprêt dans un ouvrage intitulé Philosophie de la Religion.

119L’on jugera bien que la Théologie proprement dite devoit passer par le même alembic, & de scientifique, comme elle l’avoit été sous Wolf, devenir critique & pure. Son sort, ou son désastre, c’est de changer de forme selon la philosophie du jour. On l’a vue Aristotélicienne, Platonicienne, scolastique, Cartésienne, Lockienne, Wolfienne ; enfin depuis peu elle se pare de l’uniforme de notre nouvelle philosophie. Kant lui-même, & plusieurs de ses amis ont tenté de concilier leurs spéculations avec les dogmes reçus ; mais comme leur grand moyen consiste à allégoriser ces dogmes, & qu’en forgeant des allégories à plaisir, il est aisé de concilier tout avec tout, ils n’ont pas été généralement approuvés.

120Ce qui se conçoit mieux du Wolfianisme que de notre philosophie pure, & qui cependant n’en est pas moins certain, c’est que celle-ci pénètre de plus en plus dans l’Allemagne catholique. Dans des évêchés dont les princes souverains s’honorent véritablement de protéger les sciences, nous voyons déjà des maîtres salariés pour y donner des leçons, & des maîtres pleins de chaleur pour leur grand maître, qui soutiennent aussi qu’avant lui il n’y eut point de philosophie, & se déchaînent également contre ces malheureux Eudémonistes qui font entrer le bonheur comme motif dans la pratique de la morale.

121Je ne sais pas encore, mais je serois curieux de le savoir, comment ils font pour adapter à leurs doctrines transcendantes une théorie qui n’admet rien de transcendant, & dont l’idéalisme même, quoiqu’il porte ce nom, proscrit toute transcendance réelle.

  • 12  Le manuscrit qui contient cette preuve, se trouve dans la bibliothèque d’Hannovre dont j’ai parlé (...)

122Le dogme de la Transsubstantiation semble au moins supposer des substances, & même des substances matérielles. Cependant, si le mot substance n’est qu’une dénomination logique, si les corps ne sont que des phénomènes, & dans la philosophie de Kant ils le sont encore plus que dans celle de Leibnitz, ils tireront peut-être de là une solution des difficultés élevées contre ce dogme, d’autant plus que Leibnitz même avoit déjà entrepris de prouver qu’il n’implique rien de contradictoire12.

123En tout cas, il leur resteroit une autre ressource, & peut-être la meilleure de toutes, celle que le célèbre évêque d’Avranches avoit indiquée depuis long-temps, & que Pascal avoit aussi embrassée : c’est de conclure des bornes étroites de notre entendement si bien constatées par Kant, ou de ce Que le dit évêque nomme la foiblesse de l’esptit humain, la nécessité de soumettre la raison à la foi, & aux décrets de l’Eglise. —Je me trompe pourtant, &je m’aperçois qu’ils ne s’en tiendront pas là ; puisqu’ils trouvent dans leur Raison pure tous les dogmes orthodoxes de leur église, jusqu’à la primauté du Pape, & à l’infaillibilité de cette même église. J’apprends de plus que l’un d’entr’eux a imaginé une métaphysique mathématicienne, qui fait dominer dans toutes les choses de l’Univers le nombre de trois ; ce qui ne lui laisse point de doute sur la Trinité, placée à la tête de ces choses.

124Cette philosophie, comme celle de Wolf, soumet à son domaine les objets du Goût, des Belles-Lettres, & des Beaux-Arts, dont elle compose à son tour une science subordonnée aux principes qui lui sont propres, & bâtie sur des déductions plausibles. Je souhaiterais pourtant que les termes qu’elle a forgés pour cette science, y demeurassent, sans passer dans le commerce de la vie, ou comme on prétend l’avoir déjà remarqué, sur les lèvres du beau-sexe, qu’elles pourraient défigurer par des contorsions fantasques.

125Enfin, une application bien plus désirable de la nouvelle philosophie, & la plus désirable de toutes, nous est pronostiquée avec beaucoup d’emphase : c’est la réforme morale du genre humain & le bonheur universel qui en émanera jusqu’à la fin des siècles. Ces espérances flatteuses seront immanquablement réalisées par la Raison pratique de Kant.

126Il est incontestable que si tous les individus de l’espèce humaine étoient justes, sages, vertueux, & remplissoient exactement les devoirs moraux, leur somme totale, ou le genre humain, seroit aussi parfait & aussi heureux que d’ailleurs la constitution fragile de l’homme lui permet de l’être. Mais ces devoirs ne sont-ils pas les mêmes, également prescrits, également reconnus, adoptés avec la même sincérité dans tous les systèmes de Morale ? Or c’est uniquement de leur pratique, & non des principes abstraits d’où ils dérivent, que vous pouvez attendre les heureuses conséquences que votre imagination vous peint de couleurs si riantes.

127Direz-vous que votre Raison pratique est d’une tout autre énergie pour porter les hommes au bien ? Mais c’est ce que je ne vois pas fort clairement. Et d’abord elle remonte si haut dans le monde intellectuel que l’on risque de se perdre sur ses traces. Puis, à force de s’épurer, & de se dégager de toute vue de bonheur, ce n’est plus qu’une spéculation ; elle n’agit point sur le sentiment, & ne présente aucun vrai motif au commun des hommes, j’ajoute, ni aux philosophes mêmes, qui après tout ne sont pas pétris d’un limon différent, & ne semble être faite que pour des intelligences d’un ordre supérieur ; si tant est que l’on puisse en concevoir d’entièrement détachées de tout désir & de tout intérêt pour leur propre bien-être.

128Enfin, tout en convenant de la vérité abstraite du principe moral de Mr Kant, bien des gens ne conviennent pas qu’il soit le premier & le seul qui ait posé ce principe. Selon eux, plusieurs philosophes, & Wolf entr’autres, avoient déjà fondé la Morale sur la Raison, qui dès lors peut se nommer raison pratique. Et l’anglois Wollaston n’a-t-il pas réduit la certitude morale, & les écarts de cette certitude, au Vrai & au Faux, dont nos actions peuvent être les signes tout aussi bien que nos paroles ?

129Malgré tout cela, je n’en suis pas moins enchanté du tableau que trace à nos philosophes leur amour ardent pour la Raison pratique. Quelle belle poésie que le monde régénéré, la paix perpétuelle, les hommes s’élevant à la perfection & au bien suprême, où ils parviendront sans y songer, & précisément parce qu’ils n’y songent point. Ne vois-je pas les jardins du paradis, & les champs Elysées s’ouvrir devant moi, une terre nouvelle ou plutôt un nouveau ciel sur la terre, où l’âge de Saturne, la vierge Astrée, & une meilleure race de mortels viendront descendre du haut Olympe,

Jam redit & virgo, redeunt Saturnia régna, Jam nova progenies coelo demittur alto.

130Pourquoi, hélas, en ouvrant les yeux dans le monde où je suis, me semble-t-il quelquefois y apercevoir tout autre chose ? Pourquoi au moins l’aurore de cette glorieuse époque ne vient-elle pas poindre sur mon horizon pendant le peu de jour qu’il me reste à vivre ? Seroit-elle réservée pour ma postérité ? Dieu le veuille ! En attendant nous aurons le loisir de continuer notre parallèle.

Question

131Voici une question, à laquelle je voudrois trouver une réponse satisfaisante.

132Il est de fait que dans le présent siècle, qui touche à sa fin, l’Allemagne a constamment été le vrai théâtre de la Philosophie, qui nulle part ailleurs n’a joué des scènes aussi animées, aussi bruyantes, turbulentes même, & dont rien n’a pu interrompre le cours, ni les disputes des souverains, ni les guerres intestines & étrangères, ni le sort désastreux ou périlleux de tant de provinces & de peuples. Tous ces troubles n’ont pu troubler nos têtes métaphysiciennes, ni suspendre leurs élans vers les régions hyperphysiques, ni les batailles qui s’y livrent, ni les victoires & les défaites qui les ont signalées.

133Or je demande pourquoi il n’en est pas de même dans les autres pays policés, surtout dans ceux à qui l’Allemagne doit la première irradiation des lettres, des sciences, de la philosophie : pourquoi y règne-t-il tant d’indifférence & de flegme pour des choses que nous évaluons à un prix si excessif ?

134Je doute qu’il ait jamais paru un livre plus hardi, & plus effrayant par ses paradoxes, que le Traité de la nature humaine par David Hume. Et voilà ce livre qui ne fait pas la moindre sensation, qui, de l’aveu de son propre auteur, meurt en naissant. Lorsqu’au bout de dix années il se remontre sous une forme différente, on y fait bien quelque attention ; il est examiné, pesé, réfuté même par quelques philosophes épars en Angleterre & en Ecosse ; mais loin de susciter du tumulte ou des insurrections, on ne s’associe ni en sa faveur ni pour le combattre ; on l’abandonne au jugement de chaque lecteur, & à sa destinée quelconque.

135Mais la théorie contenue dans ce livre n’est pas plutôt reproduite, avec quelques modifications, par notre philosophe de Kœnigsberg, que les esprits commencent à fermenter & bientôt à bouillonner : l’incendie gagne tous les bancs de nos écoles, & monte à la hauteur où nous le voyons.

136J’ignore si l’esprit de patriotisme y entre pour quelque chose. Car observons bien que depuis à-peu-près cinquante ans, ce paradoxe ou cette hérésie Humienne n’est pas inconnue sous notre climat philosophique, sans cependant avoir altéré le repos de nos sublimes métaphysiciens : ils se contentèrent de la regarder d’un œil dédaigneux, & de la traiter avec le plus profond mépris ; qu’ils soupçonnoient peu alors qu’elle pût devenir un jour l’instrument fatal de leur chute !

137Mais, pour frapper ce coup, il fallut qu’elle passât entre les mains d’un philosophe de leur nation : ce n’est que depuis cette date qu’elle figure, avec tant de lustre, sous le ciel germanique, & y porte la terreur dans tous les systèmes.

138Ceci ne m’explique pourtant pas tout-à-fait ces grandes commotions dont nous avons été, dont nous sommes encore les témoins, & qui ont pris leur essor sous les deux régimes dont je fais la comparaison historique.

139Je puis me tromper ; mais voici au moins une des causes qui probablement y auront contribué.

140Chez les autres nations éclairées & civilisées, les hommes pensans vivent plus isolés, ne tiennent pas de si près les uns aux autres, & ont moins d’intérêts communs à débattre. Ils s’adonnent à leurs spéculations dans la solitude du cabinet ou dans le loisir de la retraite. Leurs écrits, s’ils ont quelque mérite, ne s’en répandent pas moins, & trouvent des approbateurs & des censeurs : on les juge librement, mais de particulier à particulier, & puis les choses en demeurent là. Lors même qu’il en naît des disputes plus ou moins vives, elles ne s’aigrissent jamais jusqu’à former des factions & des complots. Il paroîtroit même absurde de se passionner à outrance pour des sujets qui ne concernent en aucune façon le bien public ou le salut de la patrie.

141Il en est un peu autrement en Allemagne, où les gens de lettres composent davantage des classes séparées. Le grand nombre de nos universités, collèges, & institutions semblables, étant situées en proximité les unes des autres, & par là plus souvent exposées à des concurrences & à des conflits, leurs préfets, ceux qui les dirigent & y administrent l’instruction, sont plus intéressés à y faire valoir leurs talens, & pour leur honneur & pour leur profit. Et comme dans le stade où ils courent ils ne sauroient se promettre la palme que de la réputation prépondérante qu’ils auront acquise, & des applaudissemens d’un auditoire affluent, il en résulte des jalousies, des intrigues, des tentatives de se supplanter : foiblesses humaines, dont la philosophie ne guérit pas toujours, & qu’en eux leur position peut excuser.

142Leurs doctrines ou leurs opinions sont ventilées dans des programmes, dans des thèses publiquement soutenues & discutées, dans leurs leçons, leurs correspondances, dans leurs écrits, & dans les journaux qui en accélèrent la circulation. De là proviennent des associations, des corporations, des ligues offensives & défensives. Ne pouvant être tous chefs de secte, la plupart s’enrôlent sous quelque chef célèbre, dont ils abrègent ou élargissent, divulgent & défendent les oracles avec un zèle extraordinaire.

143Voilà à-peu-près comment je crois avoir vu autrefois se former & se maintenir le parti Wolfien, & de nos jours celui de Kant, sans nier cependant que leurs sectateurs, du moins les plus dignes d’estime d’entr’eux, ne les ayent embrassés de bonne foi, par conviction ou avec une ferme persuasion.

144Aussi long-temps qu’il en existe deux pour s’entrebalancer, ou se disputer la préférence, il n’y a pas grand mal. Dans le parlement de la Philosophie, comme dans le parlement Britannique, le parti d’opposition est peut-être nécessaire ou du moins utile. Cette collision, ce frottement des esprits les uns contre les autres alimente l’amour des sciences, fait jaillir des idées neuves, & seconde le jeu libre de la raison. Le malheur est que l’un des deux ne tarde pas à gagner le dessus, & à s’emparer des rênes du gouvernement. Dès lors plus de liberté : la vraie philosophie gémit sous l’oppression, & la science se convertit en métier.

145C’est ce qui arriva sous le Wolfianisme : la république philosophe y devint en effet un corps de métier, & avoit ses tribunes, qui bannissoient ou confisquoient comme de la contrebande tout ce qui n’étoit pas marqué de leur timbre, & fabriqué avec leur privilége spécial.

146Je souhaite de toute mon âme que cet abus ne renaisse pas sous la nouvelle économie qui va s’établir sur les débris de la précédente. Mais ce que j’en vois jusqu’ici, favorise peu mes souhaits, & semble confirmer d’autant plus mes conjectures sur l’origine & les causes d’un vice très-difficile à extirper.

Le sort de nos deux philosophies hors de l’Allemagne

147Si la philosophie indigène des peuples étrangers n’occasionne point chez eux ces fortes agitations dont nos sommes continuellement frappés, on ne sauroit guères s’attendre que la nôtre puisse les y occasionner. Aussi n’a-t-elle pas voyagé fort loin au de-là des mers, du Rhin, & des Alpes. Et jusqu’à présent la similitude se maintient à cet égard entre la philosophie de Wolf & celle de Kant : toutes deux elles demeurent presque confinées dans leur terre natale.

148Rendons cette justice à l’Allemagne que si ses productions scientifiques & littéraires sont moins connues au dehors, elle par contre n’ignore & ne nous laisse ignorer de rien, que nulle part ailleurs on n’est mieux instruit de l’état des sciences & des lettres, & des fruits qu’elles font mûrir sur tous les sols Européens, hors même de l’Europe. C’est ici sans contredit une belle prérogative.

149Nos journaux, nos papiers publics, parmi lesquels il y en a de très-excellens, nous rendent un compte exact de tout ce qui se transige dans le monde savant, de tous les livres nouveaux qui se publient dans toutes les langues. Je dis plus : presque tous ces livres, sans excepter les plus médiocres ou les plus mauvais, sont aussitôt traduits dans la nôtre, & leurs traductions souvent annoncées d’avance de plusieurs lieux, quelquefois même avant que les originaux ayent paru, & sur le simple bruit qu’ils vont paroître : tant il y a toujours de plumes en l’air prêtes à les entreprendre. Elles ne sont pas, comme on se l’imagine bien, toutes du même calibre : il y en a parmi elles beaucoup de fabriquées à la hâte par des ouvriers mercenaires ; mais on les distingue facilement de celles où des hommes intelligens ont mis la main, & dont le nombre n’est pas modique. Quoi qu’il en soit, tout cela trouve ses chalands, & ne laisse pas de faire percer la lumière dans plusieurs branches de la société.

150On ne nous rend pas la même justice sur les territoires étrangers : nos productions s’y transplantent plus rarement ; notre langue n’y est pas cultivée, ou plutôt n’y est guères connue. Et c’est-là une des raisons de ce que je viens de remarquer touchant nos deux philosophies : j’ai dit qu’elles ont fait des progrès peu sensibles dans les contrées externes.

151Celle de Leibnitz, il est vrai, attira d’abord, comme nous l’avons vu, l’attention de l’Europe philosophe, & plus même hors de l’Allemagne que dans son sein. Les uns l’admirèrent comme un essai heureux de solutions nouvelles ; les autres comme le rêve sublime d’un homme de génie. Mais fondue en système, germanisée & latinisée par Wolf & son école, elle ne sortit guères plus de nos limites, ou, si l’on réussissoit à la faire passer au de-là, y fut moins goûtée qu’auparavant. Elle ne put même prendre pied dans les provinces Bataves, quoiqu’elle y trouvât un apôtre aussi habile que zélé dans la personne du célèbre Kœnig. Si, comme on le prétend, elle a sauté par dessus les murs de quelques couvens d’Italie, elle semble se tenir discrétement renfermée dans leur enceinte, & y vivre en recluse.

152La philosophie de Kant ne paroît pas prospérer davantage hors de notre patrie. Le bruit courut, il y a quelque temps, qu’elle avoit ses missionnaires à Londres, qui y donnoient des leçons réglées ; & depuis peu les gazettes nous apprennent que ces leçons sont imprimées ; mais il règne encore un profond silence sur le succès de cette mission, & sur les conversions qu’elle auroit opérées, lesquelles, pour se rendre croyables, auraient besoin de certificats bien fidèles, & d’autant plus que les papiers anglois disent assez clairement le contraire, & parlent d’un ton fort leste de cette nouvelle philosophie, en bornant tout son mérite à celui d’un nouveau vocabulaire métaphysique.

153La transmigration de cette philosophie éprouve d’ailleurs les mêmes obstacles que celle de sa sœur aînée, & de plus grands encore, non seulement à cause de sa structure aussi délicate que complexe, & de son néologisme, mais aussi parce que jusqu’à présent elle est toute Teutonique. Je ne saurois juger comme l’on s’y est pris pour l’habiller à l’Angloise ; mais je présume qu’elle se prêterait difficilement à l’idiôme françois, dans lequel cependant les idées Leibniziennes se rendent avec aisance ; de quoi Leibniz lui-même a donné l’exemple & la preuve, comme après lui la marquise de Châtelet, & d’autres bons écrivains parmi lesquels nous comptons plus d’un de nos confrères ; au lieu que je douterais que l’on voulût ou pût satisfaire aujourd’hui la curiosité de l’abbé Sieyes par rapport au Kantianisme, quoique je souhaitasse qu’on le tentât. Les journalistes de France nous disent pourtant qu’un jeune politique, Adrien Lezay, a fait cette tentative sur la Paix perpétuelle de Kant, en ajoutant qu’il a su nettoyer les idées du philosophe de toute la scolastique qui les défigure. Mais de vouloir faire la même opération sur la Critique de la Raison pure, ce seroit une tâche bien autrement scabreuse.

154Je sais ce que l’on a coutume de répondre. On attribue cette inattention à notre philosophie, cette indifférence pour elle, d’un côté à l’orgueil Anglois, qui n’estime que les plantes crues sur son propre terroir, & réprouve tout ce qui est exotique, de l’autre, à la volatilité françoise, qui rend cette nation incapable de se coller, comme nous faisons, aux recherches abstruses, & de rien approfondir. On leur rend donc la pareille, soit en méprisant tout haut leurs prétendus exploits philosophiques, soit en les honorant tout au plus d’un sourire d’indulgence, ou d’une généreuse commisération.

155L’Allemagne, à nos yeux, est la vraie, la seule patrie des philosophes, le centre ou le foyer d’où la Philosophie darde ses rayons, le siége souverain d’où elle promulgue ses arrêts. Il est vrai qu’ils ne sont pas absolument irrévocables : nous les voyons s’entre-détruire, & les systèmes que nous croyions à l’abri de toute attaque culbutés par des systèmes postérieurs. Mais le dernier en date, le dernier qui surnage, est toujours le meilleur : il ne laisse plus rien à désirer ; il bravera le naufrage des temps, & ira droit à l’éternité.

156Pour déprécier la philosophie étrangère, on lui donne le nom d’empirique, en attachant à ce mot je ne sais quelle idée dégradante. D’après Locke & les Anglois qui ont marché sur ses pas, des philosophes du continent, Condillac, Bonnet & d’autres ont suivi la route de l’expérience, qui leur paroissoit la plus naturelle & la plus sûre. Et sans m’ériger en juge, je ne vois pas au fond ce qu’il y auroit si fort à reprendre ; il me semble plutôt que finalement on est toujours obligé d’en revenir là : les spéculateurs mêmes les plus transcendants ne sauroient s’en dispenser, & sont empiriques dans le sens que ce terme présente à mon esprit.

157Je ne crois pas, à la vérité, que mon âme, si les découvertes modernes ne permettent d’en avoir une, je ne crois pas, dis-je, que cette âme ne soit autre chose qu’une table rase ; il faut au moins lui supposer la faculté innée de lire les caractères qui viennent se tracer sur cette table, avec la force d’y réagir, & de les approprier à des usages intellectuels. Mais cela n’empêche point que toutes nos connoissances ne partent originairement de l’expérience. Cette faculté, cette force même dont je viens de parler, ne me sont pas connues avant qu’elles se déploient, & que leur action m’avertisse de leur existence. J’en dis autant des idées innées de Leibntiz ; elles resteroient purement innées, sans que nous en sussions rien, si les impressions faites sur nos sens ne leur donnoient lieu de se développer & de se rendre, pour ainsi dire, ostensibles. Enfin, il en est ainsi des formes sensitives & des formes intellectuelles, qui demeureroient vides & cachées, si nos perceptions & nos notions ne venoient s’y empreindre & remplir leur vacuité : c’est aussi de quoi Mr Kant est le premier à convenir.

158Ainsi l’observation & l’expérience demeurent toujours les sources vraies & primitives de tout ce que nous apprenons, de tout ce que nous savons. Et, à proprement parler, ce qui préexiste ou existe en nous a priori, nous ne le découvrons qu’a posteriori. L’on a donc beau vouloir décrier l’Empirisme ; il maintiendra ses droits imprescriptibles.

Leur état présent & futur

159Le Wolfianisme, après un long empire, commença à décliner.

160On se lasse de tout à la longue, mais ce qui est outré, n’est guères durable : les passions les plus fortes sont les premières à s’éteindre, & bientôt leur feu se change en glace. Rien ne fit plus de tort au système divin de Wolf que d’avoir été divinisé. Les éloges excentriques, les épithètes ampoulées qu’on lui prodigua, & tout ce fanatisme sectaire dégoûtèrent peu-à-peu les observateurs calmes, leur parurent peu philosophiques, insipides & tirant même sur le ridicule. Bientôt on se défia & du fond & de la forme : enfin l’on osa briser les entraves & sortir de captivité, pour respirer un air plus serein & plus salubre.

161Les progrès du goût & de la belle littérature hâtèrent ce déclin. La méthode céleste déplut par sa siccité inhérente, qui faisoit fuir les Muses, les Grâces, les Amours, aussi bien que par la platitude fréquente de ses applications ; & nos beaux-esprits ne lui furent pas avares de leurs sarcasmes.

162Déjà dans des temps fort antérieurs, elle avoit été assez plaisamment parodiée & persifflée dans une brochure intitulée Le cordonnier scientifique, mais qui fit peu d’effet, & à cause de son auteur, fils de l’ennemi mortel

163& injuste de Wolf, & parce que cette méthode, alors dans son croissant, préoccupoit tous les esprits en sa faveur.

164Mais lors même qu’elle brilla en son plein midi, le poëte Gellert, dont j’admirois l’audace, la turlupina dans sa fable du Renard & de la Pie. Il alla plus loin dans un de ses contes inscrit l’Auteur immortel, où il fait le portrait de Wolf d’une manière non méconnoissable, & lui prédit la destinée de ses vastes volumes après sa mort, prédiction qui s’est assez vérifiée.

165Toutes ces causes, en partie très-frivoles, minèrent, par leur concours, le crédit de la philosophie systématique, & firent pencher cette grande planète vers son couchant. Ce qui la conserva encore stationnaire, ce fut l’assistance que lui prêtèrent des hommes de beaucoup de mérite. Imbus de ses principes, & convaincus de leur vérité, ils ne croyoient pas devoir l’abandonner ; mais ils sentirent que pour son propre avantage il falloit lui faire changer de face, émousser ce qu’elle avoit d’anguleux, polir ses parties dures ou duriuscules, & en la dépouillant de toute pédanterie scolastique la monter au ton du siècle, & la parer modestement des fleurs de l’éloquence. Ils y réussirent, & personne mieux peut-être que le célèbre Mendelson, qui tient un rang distingué parmi nos auteurs classiques. La philosophie qu’il chérissoit avec une affection si tendre que la crise où il la vit exposée par la Critique de la raison pure, peut avoir hâté ses derniers momens, cette philosophie pourra disparoître ; mais les écrits du philosophe Israélite vivront, & la postérité le lira avec le même plaisir que Platon son guide & son modèle.

166Ces écrivains avoient dégagé le système Wolfien de son air rébarbatif sans lui rien ôter de sa force réelle, qu’au contraire ils renforçoient encore par des élucidations ingénieuses : ce qui prouve qu’elle ne dépendoit pas uniquement de son attirail scientifique.

167Cette même considération en détermina d’autres à se libérer tout-à-fait, & à voler de leurs propres ailes. Ils retournèrent à la méthode observatrice & expérimentale ; & voilà comment par eux la Métaphysique est redevenue la Physique de l’esprit humain. Un ouvrage des plus importans de ce genre c’est l’Organon de notre ancien confrère Lambert, dans lequel il se rapproche fort des principes & de la marche de Locke. Il y fit succéder son Architectonique, nouvelle Ontologie, où il fixe les premières & les plus simples notions de la Philosophie & des Mathématiques. Un autre de nos confrères a rendu à ce livre un service essentiel en l’élaguant, & en rédigeant la redondance des idées & du style de Mr Lambert à une élégante brièveté.

168Deux professeurs, l’un à Leipzig, l’autre à Gœttingue, des philosophes Berlinois, que je ne nomme point pour éviter toute ombre de flatterie, ont encore excellé dans ces sortes d’essais, mais qui leur valurent le sobriquet d’Empiriques, si c’en est un, ou bien aussi le titre d’Eclectiques, parce qu’ils prenoient par-tout, & admettoient indifféremment ce qui leur paroissoit vrai & bien vu, sans déférer aux noms & aux autorités, sans se rendre cliens ou satellites de qui que ce soit. J’ai déjà dit que la première de ces épithètes ne me paroît pas injurieuse mais honorable ; & j’en dis autant de la seconde.

169Ces nouveaux empiriques ou éclectiques tenoient la balance pour le moins en équilibre contre les fauteurs de l’ancien système, lesquels d’ailleurs, épandus ça & là, ne formoient déjà plus une chaîne si étroite, & n’étoient plus si bien corporifiés ; lorsque dans le ciel du Septentrion apparut le nouvel astre, ou le nouveau météore de la Philosophie critique, & vint ouvrir une scène très-alarmante pour les uns & les autres, mais surtout pour les Wolfiens. Car le philosophe qui observe & expérimente, peut sans crainte proposer le résultat de ses expériences & de ses observations ; il peut y revenir, les refaire, les changer, les varier à son gré : de même, le philosophe qui choisit, car c’est ce que signifie le mot d’Eclectique, demeure toujours le maître de son choix, il peut se plier & se replier selon les occurrences ; au lieu que la concaténation systématique exclut cette flexibilité ; sa raideur y résiste ; tout ou rien, durer ou rompre, voilà sa devise.

170Le dernier trait de mon parallèle seroit le plus curieux, si pour le bien débrouiller il ne falloit pas le don de lire dans l’avenir.

171Il est visible, pour quiconque sait voir, que le règne de Kant a succédé, succède ou succédera à celui de Wolf, que de jour en jour il prend des accroissemens, qu’il fermente au même degré, & produit la même effervescence dans les esprits, que par toute l’Allemagne il est prôné, préconisé avec le même zèle, & que ses acolythes sont en contiguïté entr’eux, comme autrefois les Wolfiens.

172Mais quelle sera sa destinée future ? quelle sa durée ? Ce règne sera-t-il aussi long que le Wolfien ? sera-t-il perpétuel ?

173Ici je demeure en suspens, parce que je ne suis ni prophète ni fils de prophète.

174Si je devois m’en rapporter aux admirateurs ou adorateurs de Kant, je n’hésiterais pas un moment à me déclarer pour la vérité, la permanence, l’immutabilité, l’immortalité de leur philosophie. Mais ma foi commence à vaciller quand je me souviens d’avoir reçu autrefois des assurances non moins positives & sacrées par rapport à la philosophie de Wolf. Et cependant qu’est-il arrivé ?

175A m’en fier à un des plus notables Kantiens, tout le monde philosophe s’est déjà courbé sous leur joug ; leurs adversaires ont disparu de l’arène,

Et le combat finit faute de combattans.

176Mais cela est-il bien certain ? ou aurois-je les yeux fascinés au point de voir encore des combats à droite & à gauche, & cette arène que l’on me peint comme déserte, foulée par des athlètes vaillans de toute espèce & de toute couleur, dogmatiques, empiriques, éclectiques, sceptiques enfin, les plus dangereux de tous ? Le Kantianisme a bien pour lui la supériorité du nombre ; il se fortifie journellement par des acquisitions & des alliances récentes, & de toute part l’on s’empresse à militer sous ses enseignes. Soit. Mais encore ici la période Wolfienne m’avoit offert le même spectacle : & cette période s’est écoulée, & ce spectacle s’est évanoui.

177Tout est sujet à des variations & à l’inconstance, les sciences comme toute autre chose, & la philosophie plus que toute autre science. Qui pourra donc me garantir que celle qui tient aujourd’hui le haut bout, n’en soit déplacée tôt au tard par une émule qui viendra ouvrir de nouvelles perspectives, donnera un nouveau tour aux anciennes idées, ou changera les nomenclatures, car souvent il n’en faut pas davantage. Et n’entrevoyons-nous pas déjà des tentatives pareilles dans le lointain, mais qui pourront se rapprocher ?

178Il n’est pas à croire que cela arrive si tôt ; puisque le génie d’un Kant seroit requis pour inventer, compasser, arrondir un plan qui pût lutter contre le sien. Néanmoins cela peut être amené sur les ailes du temps : il peut avoir un successeur comme il a succédé à Leibnitz, à côté duquel son nom s’enrégistreroit alors dans le temple de Mémoire ; & en tout cas il y auroit là de quoi se consoler. Mais qui sait même si en mourant il laissera un Wolf pour appui de sa cause & propagateur de sa théorie ? Son école assurément nourrit des hommes dignes de lui rendre ce bon office ; mais auront-ils toujours le même courage, la même persévérance, un zèle aussi brûlant ? seront-ils également secondés & favorisés par les temps, les lieux, les circonstances ?

179Je ne parle pas de ses sectateurs d’une classe inférieure, qui ne seroient propres qu’à tout gâter, ainsi que leurs semblables l’ont fait sous le Wolfianisme. N’étant rien par eux-mêmes, & désirant de paroître quelque chose, ils s’accrochent à un nom illustre, & s’érigent en trompettes de sa gloire, que par leurs phrases admiratives, & leurs exclamations d’écoliers, ils terniroient plutôt si elle pouvoit être ternie, mais à qui ils préjudicient dans l’opinion publique en y reflétant un jour défavorable. Et c’est ce qui devroit préserver ses partisans du premier ordre, dont le mérite solide est reconnu, de la contagion d’un si mauvais exemple.

180Enfin, quand je promène mes regards en arrière sur les anciens philosophes de la secte de Wolf, & leurs immenses lucubrations, qui autrefois causèrent tant de rumeur ; & qu’à l’exception d’un petit nombre, je les vois reléguées à l’oubli, & moisir dans la poussière ; quand je me représente les gros in-quarto mêmes de leur maître qui ne sont plus guères que révérés comme des reliques ; que de réflexions viennent s’offrir à mon esprit ? Celle-ci entr’autres. Je me dis alors : les découvertes, les hypothèses, les opinions, les erreurs mêmes des grands hommes ne périront point ; mais dépouillées de tout ce vaste & inutile apparat dont on les a surchargées, on ne les connoîtra que sommairement, réduites à leur quintessence ; & on ne les en connoîtra que mieux. Cela ne devroit-il pas servir de leçon aux écrivains philosophes de nos jours ? Qu’ils s’étudient à la brièveté, à la précision, à saisir le point lumineux des sujets, hors duquel plus ils entassent de diatribes les unes sur les autres, plus ils se rendront obscurs & ennuyeux, & ne feront que se perdre dans un stérile verbiage, qui ne leur survivra point, ou mourra dès leur vivant.

181J’aurois tout le premier dû suivre cette maxime, je devrois au moins finir ici, s’il ne me restoit sur le cœur une dernière réflexion, que m’inspire le lieu même où j’ai l’honneur de parler.

Conduite de notre académie à leur égard

182Quelle a été la contenance & la conduite de notre Académie ? quel rôle a-t-elle fait, & fait-elle encore au milieu de ces dissensions & de ces révolutions du monde philosophe ? Je réponds sans hésiter : le seul qui lui convenoit, le seul qui convient à une Académie.

183Dans notre ancienne Société royale, quoique fondée & présidée par Leibnitz, il n’étoit pas question de philosophie, pas même de la sienne. Ce n’est qu’à la fondation de l’Académie présente, sous le grand roi Frédéric II, que la classe philosophique, dont nous jouissons exclusivement à tous les instituts d’ailleurs de même nature que le nôtre, y fut introduite par son ordre, & sous la direction du président de Maupertuis, qui n’adhérant à aucune secte particulière y introduisit à son tour une pleine liberté de penser & de manifester sa pensée, en respectant ce qui est respectable, & en se contenant dans les bornes de la décence & de l’honnêteté.

184J’ai toujours cru que ce ne fut pas un malheur pour nous d’être d’abord présidés par un étranger célèbre, qui à ses autres qualités joignoit la connoissance du monde & des hommes, plutôt que par un nourrisson d’université, cloué à tel ou tel système. Car je le demande, que seroit devenue notre classe de Philosophie sous Wolf lui-même, ou sous quelque coryphée de sa tribu ou d’une tribu quelconque ? une secte, régentée par un chef de secte, tout ce qu’il y a de plus contraire à une Académie, & d’où le vrai esprit philosophique & académique eût été totalement exilé.

185Au lieu que grâces au tour heureux imprimé dès le commencement à cette classe, nous n’y avons jamais eu de secte avouée, quoique nous y eussions des hommes de toute secte, aussi bien que des hommes de nulle secte, qui malgré la différence de leurs sentimens vivoient ensemble dans une parfaite harmonie en frères & en amis.

186Ce qui favorisa puissamment cette disposition pacifique, & contribua à l’entretenir, c’est d’abord la sage précaution de reléguer de chez nous toute controverse personnelle ; ensuite l’absence de tout motif d’intérêt entre des savans qui n’ont point d’auditeurs ou de disciples à se contester & à s’enlever ; enfin cet adoucissement, cette politesse des mœurs d’une grande capitale, qui du trône & des cours brillantes dont il est environné, descend toujours, plus ou moins, à travers tous les étages de la société civile, où par conséquent l’humeur acariâtre & querelleuse des métaphysiciens passerait pour un effet de mauvaise éducation, ou donneroit la comédie à ceux qui aiment à rire.

187J’oserois encore affirmer que ce même Eclecticisme qui a rempli, en quelque façon, l’intervalle entre Wolf & Kant, a coulé en grande partie de chez nous, ou du moins a été fortement encouragé par nos philosophes : il régnoit dans leur classe ; & c’est la seule secte ou non-secte qui doit respirer dans une Académie.

188La nôtre en a fait preuve en tout temps, surtout dans la distribution de ses prix, où l’on ne vote point par prévention partielle, mais toujours pour les pièces qui semblent avoir traité le mieux la question, & en avoir donné la solution la mieux motivée. Cela s’est vu encore en dernier lieu, lorsqu’il s’agissoit du Palladium de la philosophie Germanique, de sa progression ou rétrogradation depuis Leibnitz & Wolf. Le prix a été partagé entre les sectes actuellement en guerre ouverte, je veux dire entre ceux qui avoient plaidé le plus plausiblement pour chacune de ces sectes ; la troisième part a été décernée à l’auteur d’une opinion mitoyenne, & l’accessit à un défenseur modéré du Kantianisme, qui y ramène très-ingénieusement la vraisemblance de la substantialité, ou ce qu’il nomme un réalisme relatif. Décision vraiment éclectique & vraiment académique.

189Puis-je me flatter d’avoir observé la même neutralité dans mon Parallélisme ? Je le croirai, si j’ai satisfait les hommes raisonnables des deux partis opposés. Mais j’en serai bien plus sûr, si j’ai le bonheur de déplaire aux zélateurs hyperboliques de l’un & de l’autre.

Haut de page

Notes

1  Lu le 6 juin & le 31 août 1797. Depuis lors jusqu’à l’impression de ce Mémoire (en 1800) il s’est passé bien des nouveautés curieuses dont je pourrais l’enrichir, si je ne croyois de mon devoir de laisser les choses sous l’aspect qu’elles me présentaient dans ce temps-là.
J’observe encore que si je ne cite ni les écrits ni les noms des auteurs modernes & vivans, les traits que j’en rapporte n’en sont pas moins authentiques, comme en cas de besoin il me serait facile de le prouver.

2  Ad. ann. 1684. De cognitione, veritate & ideis.

3  Nouveaux Essais sur l’Entendement humain.

4  Il s’agit ici de ses Nouveaux Essais sur l’entendement humain, opposés à celui de Locke. Voir la lettre citée dans la préface de l’éditeur de ses Œuvres philosophiques, p. XIII, n. 6. Les mêmes raisons l’ont porté à écrire sa Théodicée en françois, comme il le déclare & dans la préface & dans une de ses Lettres. Il voulut même qu’elle fût imprimée en Hollande, comme l’avoient été les objections de Bayle, pour mieux se répandre de là par toute l’Europe.

5  De la conformité de la foi avec la raison, p. 76.

6  P. 389.

7  Philosophus cathedrarius.

8  .... confringere ut arca

Naturae primus portarum clausira cupiret. Ergo vivida vis animi pervicit, & extra Processit longe flammantia moenia Mundi,

Atque Omne immensum peragravit mente animoque, Lucret. Lib. I. w. 77. feqq.

9  Deus, Deus, inclyte Memmi, ibid., liv. V, v. 8.

10  Collegia privata, privatiora, privatissima.

11  V. celle de Wolf même, dans ses Horae subsecivae.

12  Le manuscrit qui contient cette preuve, se trouve dans la bibliothèque d’Hannovre dont j’ai parlé plus haut.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Bernard Meriam, « Parallèle historique de nos deux philosophies nationales », Revue germanique internationale [En ligne], 3 | 1995, mis en ligne le 06 juillet 2011, consulté le 25 avril 2017. URL : http://rgi.revues.org/497

Haut de page

Auteur

Jean Bernard Meriam

Germanophone d’origine, bâlois, jean Bernard Merian (1723-1807) écrit en français. Il est surtout connu en France pour son Sur le problème de Molyneux (1770-1779) (édité par Francine Markovits, Paris, Flammarion, 1984). Son activité et son œuvre sont dans l’Académie royale de Berlin, où il dirige d’abord la classe de philosophie puis celle de Belles Lettres, avant de devenir en 1797 — année du mémoire publié ici — secrétaire perpétuel à la suite de Formey. Kant était certes membre extérieur de l’Académie, et l’Académie, dans toutes ses classes, à commencer par celle de physique, se voulait propagatrice du progrès technique et des Lumières. Merian avait défendu surtout Lambert et Hume. La réaction au criticisme kantien fut du reste chez presque tous les Académiciens surtout une crainte que l’expérience sensible soit destituée de ses droits (voir François Azouvi et Dominique Bourel, De Königsberg à Paris, Paris, Vrin, 1991, chap. I). C’est le chassé-croisé entre Lumières dans l’Académie de Berlin et Aufklärung kantienne ainsi qu’entre Allemagne et France, Lumières et Révolution, clarté wolffienne et « obscurité » kantienne qui invite à publier in extenso ce mémoire qui est assurément une forme originale de crise des Lumières. Nous reproduisons ici le texte d’après son édition dans les Mémoires de l’Académie en ne modernisant que le f. (N. d. t.)

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page