Navigation – Plan du site

Lettre à Christian Jakob Kraus

Johann Georg Hamann
Traduction de Pierre Pénisson
p. 211-215

Notes de la rédaction

Lettre de Johann Georg Hamann à Christian Jacob Kraus du 18 décembre 1784. Kraus est élève, collègue et ami de Kant. Il enseigne la philosophie pratique et les sciences politiques à Königsberg. La lettre de Hamann, dont l’opposition à l’Aufklärung est connu surtout par sa Métacritique sur le purisme de la raison (1784) ou Golgatha et Scheblimini (contre VAufklärung de Mendelssohn), ne peut se comprendre que si on la met en regard avec le texte de Kant « Qu’est-ce que les Lumières ? ». Hamann en effet reprend certains des thèmes, y fait allusion, les déforme, les brouille par ses jeux de mots, suivant les habitudes de son Stylus atrox et suivant sa volonté d’être génial et critique à tout prix. Il s’agit sans doute moins ici dans son rapport à Kant d’une opposition anti-aufklärer, religieuse par exemple (cf. Henry Corbin, Hamann philosophe du luthéranisme, Paris, Berg International, 1985) que d’une pratique ironique, déconstructrice en quelque sorte, ou encore de ce qu’il nomme persiflage : « réduction d’un objet à ses justes proportions ».

Texte intégral

1Clarissime Domine Politice

  • 1  Renvoie au Carmen macaronicum de Tifi degli Odasi où diverses langues se mêlent au latin.
  • 2  Numéro de décembre 1784 du Berlinische Monatsschrift, où Kant avait publié sa réponse à la questio (...)
  • 3  En anglais : jargon & aussi jeux de mots et aussi langue hypocrite ; & jeu de Hamann sur le nom et (...)
  • 4  Cf. Flögel auteur d’une Histoire de la littérature comique.
  • 5  Par quoi cant-style devient Kant-Stil.
  • 6  Ane — (asmus avec un point = asinus).

2Mes os vieux et raides ne valant plus grand-chose pour la philosophie péripatéticienne, et mes visées de promenades labyrinthiques ne regardant plus toujours sur les tables ab ovis ad poma mais parfois entre elles, il me faut bien avoir recours à cette plume d’oie macaronique1 vous mandant mes remerciements pour le mensuel de Noël2 à Berlin en cant-style3, que le comique historien4 de la littérature comique a donné per e5 comme un asmus cum puncto6 par le style kantien.

  • 7  Horace, Lettres I, 6, 1 qui comporte le sapere aude de Kant et un nil admirari : ne rien admirer, (...)

3A propos du Sapere aude ! le Noli admirari7 provient de la même source ! clarissime domine politice ! Vous savez combien j’aime notre

4Platon et combien volontiers je le lis, et je me plais à me placer sous sa tutelle pour diriger mon entendement, cum grano salis cependant, puisque je n’y trouve pas une faute imputable à moi-même par manque de cœur.

  • 8  Judaïsme = Mendelssohn, christianisme = Kant, répondant tous deux à la question qu’est-ce que les (...)

5Rappeler aux règles de l’explication un professeur de logique & critique de la raison pure serait quasiment un crime de lèse-majesté ; mais comme vous m’avez repris votre Hutchinson sans avoir remplacé sa morale, je ne possède aucun autre organon dans les maigres réserves de ma bibliothèque. Et je ne suis non plus aucunement à même de m’expliquer par quel hasard judaïsme et christianisme8 s’accordent dans la liberté de pensée tutélaire, puisqu’aussi bien le bibliothécaire royal me retira le plus impitoyablement du monde le deuxième numéro de l’année, quelques grandes que soient les forces avec lesquelles j’ai contribué de tous mes vœux, de mes rappels, objurgations et remerciements, à l’accouchement du chiliasme platonicien cosmopolitique.

6C’est pourquoi il me plaît de voir que la parabole de la minorité et de la tutelle, plus esthétique que dialectique, n’explique pas les Lumières, et les éclaircit et les accroît encore moins. Mais à ses yeux le proton pseudos (terme très riche de sens, que nulle absence de grossièreté ne saurait rendre dans notre langue maternelle allemande) réside dans le maudit adjectif, ou qualificatif : à soi-même imputable.

7Ne pas pouvoir n’est pas vraiment une faute, comme l’admet notre Platon lui-même, et ce ne devient faute que par la volonté, et son défaut de détermination et de courage — ou à titre de conséquence de fautes commises antérieurement.

  • 9  Renvoie à la deuxième phrase du texte de Kant : « L’état de tutelle est l’incapacité à se servir d (...)
  • 10  Jeu sur élucubration et lucubratio au sens de travail nocturne à la lumière d’une chandelle.

8Mais qui est donc le vague autre9, qui apparaît par deux fois, anonymement ? Voyez, Domine Politice, combien peu volontiers les métaphysiciens nomment leurs personnages par leur vrais noms, et tournent autour du pot comme des chats apeurés ! et cependant je regarde les Lumières de notre siècle non pas d’un œil félin, mais avec des yeux humains purs et sains, sans doute quelques peu affaiblis par les ans, les lucubrations10 et les friandises, mais ils ne m’en sont pas moins mille fois plus chers que l’œil d’une Athena glaukopis éclairé par le clair de lune.

  • 11  C’est-à-dire ici liberté de celui qui désire qu’on l’instruise.
  • 12  C’est-à-dire Kant.

9C’est pourquoi je redemande à nouveau, en toute liberté catéchétique11 : qui est cet autre prophétisé par le chiliaste cosmopolitique12 ?

  • 13  Leiter, à prendre au sens agricole et juridique.
  • 14  Vormund, au sens juridique du terme.

10Qui est cet autre ours fainéant, dit encore tuteur13, auquel pense l’auteur sans avoir le cœur de le nommer ? Réponse : le funeste curateur14qu’il faut comprendre implicitement comme le corrélat du mineur. Condamné à mort. La tutelle coupable par sa propre faute, et non pas le mineur.

11Pourquoi le chiliaste procède-t-il si proprement avec cet éphèbe Absalon ? Car il se compte lui-même dans la classe des tuteurs et veut ainsi être considéré par ses lecteurs mineurs. Ainsi la minorité n’est coupable par sa propre faute que pour autant qu’elle s’en remet à la direction d’un tuteur ou d’un guide aveugle ou invisible (ainsi que le beugle le catéchumène poméranien devant le pasteur du village). C’est lui le condamné à mort. Maintenant en quoi consistent l’impuissance ou la faute du mineur à tort accusé ? Dans sa propre paresse et sa pusillanimité ? Non ! dans la cécité de son tuteur qui fait croire qu’il voit et qui, partant, doit répondre de toute la faute.

  • 15  eximiert, libéré de ses obligations.

12Quelle conscience morale peut donc bien avoir un raisonneur et un spéculateur, bien au chaud dedans son poêle et coiffé de son bonnet de nuit, qui reproche aux mineurs leur pusillanimité, quand le tuteur aveugle a, pour protéger son infaillibilité et son orthodoxie, une armée nombreuse et disciplinée ? Comment se moquer de la paresse de ces mineurs, quand on voit que le tuteur éclairé et pensant par soi-même — l’eximé15 badaud de tout ce théâtre étant l’explication — ne les prend pas même pour des machines, mais pour les simples ombres de sa taille gigantesque ? il ne les craint nullement puisqu’ils sont ses esprits domestiques, les seuls à l’existence desquels il croit.

  • 16  En français dans le texte.
  • 17  A entendre également au sens comptable du terme.
  • 18  Tu ne sortiras pas de là que tu n’es payé ton dernier quadrant (Matth. 5, 26).

13De cela une seule chose ressort : crois - exerce - compte, si tu veux que le D... ne t’emporte. N’est-ce pas là « sottise des trois parts »16 ? Et quelle est la pire ? Une armée de clercs ou de sbires, de mouchards ou de tires-laine ? Suivant le cours inopiné et déconcertant des choses humaines, par quoi presque tout en gros est paradoxal, croire me semble plus dur que déplacer des montagnes, évoluer et s’exercer — ainsi que la liquidation17 de la minorité, donec reddant novissimum quadrantem18.

  • 19  En français dans le texte.

14Les Lumières de notre siècle ne sont donc qu’une aurore boréale, dont un chiliaste cosmopolitique ne peut rien prophétiser que dedans son poêle et en bonnet de nuit : tout bavardage et toute ratiocination des eximés mineurs sur le tuteur des tuteurs eux-mêmes mineurs mais munis de « couteaux de chasse »19, de poignards, une aurore boréale froide et stérile sans lumière pour l’entendement paresseux et sans chaleur pour la volonté poltronne — et toute la réponse à la question posée est une illumination aveugle pour tous les mineurs qui marchent au milieu du jour.

  • 20  En français dans le texte.
  • 21  Jeu sur le surnom de J. G. Hermann, alias Freiherr von Morczini et formé sur le modèle de Homeroma (...)
  • 22  Soit : mage de la douane = Hamann.

15Ecrit à la veillée du quatrième et dernier dimanche de l’Avent, en 1784, « entre chien et loup »20.
L’obligé du Clarissimi Domini Politici et Morczinimastix21, délivré par sa liberté ex- & ésotérique, Méconnu des poètes et des statisticiens Le Magus in telonio22.
Dans la pénombre aussi Dieu a donné de nobles taches Et ils agissent sans qu’on les voient
Matth. XI, 11
N.S.

  • 23  Se fussent-ils tûs, ils seraient restés philosophes (Boëce).
  • 24  Jeu avec le fameux anch’io sono pittore du Corrège.

16Ma transfiguration des Lumières kantiennes en vient donc à dire que les vraies Lumières consistent en une sortie de l’homme mineur hors de sa tutelle coupable au plus haut degré par elle-même. La crainte du Seigneur est le début de la sagesse — et cette sagesse nous rend poltrons devant le mensonge, et paresseux devant le faux récit — mais d’autant plus courageux face aux tuteurs, qui ne peuvent tuer tout au plus que la chair et vider tout au plus que l’escarcelle — et d’autant plus miséricordieux à l’égard de nos frères humains, d’autant plus féconds pour les œuvres bonnes de l’immortalité. La distinction entre l’usage public et privé de la raison est aussi comique que celle que fait Flögel entre le risible et le ridicule. En réalité il convient de réunir dans les deux personnages le mineur et le tuteur, mais faire des deux des contradicteurs hypocrites, c’est une arcane non nouvelle qu’on n’a pas le droit de prêcher. Que me sert l’habit de fête de la liberté si je m’y trouve sous les chaînes de l’esclave ? Platon fait-il partie du beau sexe ? — ce qu’en vieux garçon il décrit. Dans la paroisse les femmes doivent se taire. Et si tacuissent, philosophi mansissent23. Chez elles (c’est-à-dire à la chaire, sur la tribune, et à la chancellerie) qu’elles bavardent autant que d’envie ! Elles y parlent en tuteur et doivent tout oublier et contredire tout chacun dès que dans leur minorité à elles-mêmes imputables elles doivent bricoler pour l’Etat. Ainsi l’usage public de la raison et de la liberté n’est rien qu’un dessert, un dessert lubrique. L’usage privé c’est le pain quotidien dont on devrait se priver pour l’autre usage. De même la minorité coupable par elle-même est une offense faite à tout le beau sexe, et mes trois filles refuseront de la subir. Anch’io sono tutore24 ! et non pas larbin ou laquais d’un curateur — mais en voilà assez de l’innocence mineure. Amen !

Haut de page

Notes

1  Renvoie au Carmen macaronicum de Tifi degli Odasi où diverses langues se mêlent au latin.

2  Numéro de décembre 1784 du Berlinische Monatsschrift, où Kant avait publié sa réponse à la question « Qu’est-ce que les Lumières ? ».

3  En anglais : jargon & aussi jeux de mots et aussi langue hypocrite ; & jeu de Hamann sur le nom et le style de E. Kant.

4  Cf. Flögel auteur d’une Histoire de la littérature comique.

5  Par quoi cant-style devient Kant-Stil.

6  Ane — (asmus avec un point = asinus).

7  Horace, Lettres I, 6, 1 qui comporte le sapere aude de Kant et un nil admirari : ne rien admirer, transformé pas Hamann en noli admirari : ne pas admirer.

8  Judaïsme = Mendelssohn, christianisme = Kant, répondant tous deux à la question qu’est-ce que les Lumières dans le même numéro du journal.

9  Renvoie à la deuxième phrase du texte de Kant : « L’état de tutelle est l’incapacité à se servir de son entendement sans la conduite d’un autre. »

10  Jeu sur élucubration et lucubratio au sens de travail nocturne à la lumière d’une chandelle.

11  C’est-à-dire ici liberté de celui qui désire qu’on l’instruise.

12  C’est-à-dire Kant.

13  Leiter, à prendre au sens agricole et juridique.

14  Vormund, au sens juridique du terme.

15  eximiert, libéré de ses obligations.

16  En français dans le texte.

17  A entendre également au sens comptable du terme.

18  Tu ne sortiras pas de là que tu n’es payé ton dernier quadrant (Matth. 5, 26).

19  En français dans le texte.

20  En français dans le texte.

21  Jeu sur le surnom de J. G. Hermann, alias Freiherr von Morczini et formé sur le modèle de Homeromastix, désignant les grammairiens prenant par leur critique Homère comme l’otage de leur savoir.

22  Soit : mage de la douane = Hamann.

23  Se fussent-ils tûs, ils seraient restés philosophes (Boëce).

24  Jeu avec le fameux anch’io sono pittore du Corrège.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Johann Georg Hamann, « Lettre à Christian Jakob Kraus », Revue germanique internationale, 3 | 1995, 211-215.

Référence électronique

Johann Georg Hamann, « Lettre à Christian Jakob Kraus », Revue germanique internationale [En ligne], 3 | 1995, mis en ligne le 06 juillet 2011, consulté le 28 juin 2017. URL : http://rgi.revues.org/499 ; DOI : 10.4000/rgi.499

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org