Navigation – Plan du site

Problèmes d'histoire interculturelle

Michel Espagne
p. 5-24

Résumés

L’article décrit quelques axes théoriques de la recherche actuelle sur les transferts culturels. Le motif journalistique de la crainte de l’Allemagne renvoie à une structure en miroir des relations franco-allemandes que les idéologies du rapprochement ont en partie occultée. Les deux aires culturelles se constituent l’une par rapport à l’autre et sont d’une certaine façon l’une dans l’autre. L’étude de ces imbrications fondatrices passe notamment par une sociologie culturelle des groupes de médiateurs, mais encore par une histoire des disciplines de sciences humaines, elles aussi constituées par des transferts, un type d’interaction qui exclut les comparaisons terme à terme. L’Allemagne peut être étudiée ailleurs, dans les marques qu’elle imprime aux cultures environnantes. Car le jeu de miroir ne permet pas d’isoler les relations franco-allemandes mais les inscrit dans des configurations triangulaires plus larges dont l’intérêt est d’esquisser les bases d’une histoire interculturelle de l’Allemagne. Cette histoire des marges et des imbrications serait par définition une histoire décentrée, à l’écart des héros de l’histoire culturelle.

Haut de page

Texte intégral

1Le discours sur l’Allemagne oscille souvent entre la juxtaposition de stéréotypes et des invocations pathétiques qui ont au moins en commun d’occulter la position de celui qui les prononce. Comme si le thème journalistique et polymorphe de la crainte enveloppait, dans la longue durée, une peur de soi-même face à l’Allemagne.

Valeur heuristique de la peur ?

2La langue française conserve peut-être les traces d’une très ancienne peur de l’Allemagne. Les mots reîtres et lansquenets qui désignent la soldatesque brutale du Moyen Age ne sont-ils pas d’origine allemande ? Toujours est-il que cette peur s’est estompée au cours des siècles laissant place à une certaine indifférence durant l’époque des Lumières et à une admiration pour une spectaculaire éclosion intellectuelle au xixesiècle. La peur, l’inquiétude, l’angoisse ne surviennent qu’après 1870, lorsque la ligne bleue des Vosges, d’un horizon géographique finit par délimiter un horizon mental. La peur ne fait que s’attiser, en dépit de la victoire de 1918, au souvenir des charniers de Verdun et autres lieux. Moins que l’occupation du territoire français en 1940, la « solution finale » semblait avoir marqué un ultime niveau dans la stratification géologique d’une peur largement partagée par d’autres pays européens, des Pays-Bas à la Russie. Reléguée dans un lointain passé par l’ancrage de la République fédérale allemande dans un ensemble organique européen, auquel correspondait l’ancrage de la République démocratique dans un ensemble non moins organique des pays du centre et de l’est européens, la peur inspirée par le monde germanique a semblé un instant se réveiller lors d’une réunification qui rappelait la loi des séries. Chaque élargissement de la puissance politique de l’Allemagne se traduisant par un conflit européen, ce nouvel épisode n’était-il pas lourd de crises futures ? Quelque marginales qu’elles aient été, les nostalgies de territoires orientaux, Poméranie, Silésie, Prusse orientale acquirent la valeur de signes précurseurs au même titre que les exactions isolées d’adolescents conscients de la force provocatrice des vieux symboles. Ou bien lorsqu’on s’avisait du fait que « l’histoire ne se répète pas », on transposait ses angoisses à la vie économique, convaincu que l’hégémonie serait cette fois celle d’une monnaie. Il est vrai que l’opinion publique allemande ne s’est pas toujours avisée de l’effet grossissant de la crainte, y compris dans des domaines infimes de la vie sociale. Toujours est-il que le regard porté sur l’Allemagne, longtemps marqué par un sentiment de crainte, a déclenché lui-même diverses stratégies de contournement. On observe très tôt une tendance à établir une opposition entre la bonne et la mauvaise Allemagne, entre Weimar et Sedan. Une variante de cette attitude intellectuelle consiste à interpréter des données de la culture allemande, comme Fichte, dans un sens républicain et jacobin, ou à favoriser un penseur comme Nietzsche pour son admiration des pays latins. Parfois la crainte se renverse en une fascination masochiste pour des auteurs qui, à la manière de Ernst Jünger et Martin Heidegger, ont cultivé l’ésotérisme aristocratique. Parfois la crainte déclenche une volonté de connaissance objective et d’appropriation. En revanche elle a pour conséquence de dissimuler ce qui, en France ou dans les cultures d’Europe centrale et orientale, pouvait être strictement allemand, ce qui en Allemagne pouvait être proprement français ou slave. La peur renie les métissages.

3La peur de l’Allemagne n’est pas, il est vrai, propre aux observateurs extérieurs, elle caractérise de façon récurrente une relation du monde germanique vis-à-vis de lui-même. Jürgen Habermas n’a pas été le dernier à dénoncer un nationalisme du DM ; Günther Grass n’a pas été le moins inquiet des conséquences de la réunification. A des titres divers les romans de Heinrich Böll ou les poèmes de Paul Celan sont aussi placés sous le signe de la peur. Cette angoisse réflexive n’est-elle pas déjà présente chez Heine, dans L’histoire de la religion et de la philosophie en Allemagne par exemple, où les divers protagonistes de la philosophie idéaliste sont censés préparer une terrifiante révolution qui inspirera notamment aux Français une terreur religieuse ? La peur de l’Allemagne est aussi traditionnellement une peur que l’Allemagne a d’elle-même, un mode d’appréhension de soi-même. Ce singulier parallélisme entre écrivains allemands et observateurs extérieurs conduit à s’interroger sur la qualité de la peur. N’est-elle pas, au-delà de la prise en compte de menaces ponctuelles, très différente selon les époques, l’indice d’une appartenance ? Comme si la peur française ou slave relevait d’une même attitude réflexive vis-à-vis de l’Allemagne que celle des Allemands eux-mêmes. La peur serait dès lors celle que l’on peut éprouver pour un miroir qui renvoie une image, sa propre image, à laquelle on ne veut pas s’identifier, que l’on essaie de tenir à distance et qui est pourtant le principal point de départ à partir duquel on puisse se définir. La métaphore du miroir n’est pas ici une concession à la psychanalyse, elle se veut plus originelle et plus englobante que celle de la peur, mais surtout elle est susceptible d’inspirer un autre type d’approche de l’histoire culturelle allemande.

Quelques contraintes théoriques

  • 1  Edmond Vermeil, L’Allemagne. Essai d’explication, Paris, Gallimard, 1945.
  • 2  Claude Digeon, La crise allemande de la pensée française (1870-1914), Paris, 1959.
  • 3  Jacques Rivière, L’Allemand. Souvenirs et réflexions d’un prisonnier de guerre, Paris, NRF, 1918.

4L’imaginaire réciproque de la France et de l’Allemagne, de l’aire germanique et des espaces limitrophes, implique un certain nombre de conduites qui ont longtemps caractérisé les spécialistes de sciences humaines et sociales dans leur rapport à la question allemande. A l’ère du soupçon dont les travaux de Charles Andler consacrés au pangermanisme et plus récemment encore l’histoire de l’Allemagne d’Edmond Vermeil1 pourraient constituer le prototype, succède une volonté de rapprochement, de mise en évidence des moments les plus fascinants de la culture allemande. C’est de cet esprit que procèdent tous les livres du germaniste Henri Lichtenberger et, à époque récente, des ouvrages comme La crise allemande de la pensée française2. En fait la méfiance ou la peur et la fascination se constituent autour des mêmes objets et des mêmes caractéristiques. D’où l’éminente ambiguïté d’ouvrages comme L’Allemand de Rivière3 qui se présentent comme des tirades haineuses fondées sur une admiration pour le dynamisme irrépressible de la vie culturelle outre-Rhin. L’admiration et la dénonciation procèdent d’un même mouvement, habitent souvent les mêmes auteurs dont la germanolâtrie peut être — et réciproquement — une germanophobie renversée.

5Les idéologies du rapprochement franco-allemand, de la réconciliation ont longtemps mis en avant la fascination et tenté de refouler le soupçon. Elles dominent l’historiographie de l’Allemagne publiée en France depuis les années 1960 et soulignent volontiers, dans les livres de Alfred Grosser, Joseph Rovan, Georges Castellan, les traits de l’histoire culturelle allemande qui permettent d’espérer, après une réconciliation reléguant dans l’oubli les conflits anciens, une osmose européenne. Singulièrement l’historiographie du rapprochement et de la réconciliation est focalisée autour des problèmes politiques et traite avec une relative indifférence les questions d’histoire sociale et intellectuelle. Nourrie de science politique, elle a toute la clarté apparente de cette discipline mais en épouse aussi les limites et les simplifications, se cantonne dans des considérations institutionnelles. Il s’agira de montrer que l’Allemagne officielle, telle que la Loi fondamentale et les élections permettent de l’appréhender, est parée des vertus qui rendraient possible une démocratie supranationale. A cet égard l’Allemagne, on a alors en vue les anciens Länder de la République fédérale, est présentée régulièrement comme un modèle dont les pays voisins pourraient bien s’inspirer. Les auteurs de ces analyses étant parfois d’anciens Allemands qui ont jadis quitté le pays pour des raisons politiques, leur jugement n’en prend que plus de poids. Accessoirement il pose le problème de la nature des différences entre deux aires culturelles puisque l’identité des observateurs fait de ces approches historiographiques une forme d’auto-contemplation, oblige à se demander si un regard extérieur peut véritablement exister.

  • 4  Voir Sandrine Kott - Thierry Nadau, Pour une pratique de l’histoire sociale comparative, in Genèse (...)

6Toujours est-il que l’Allemagne et la France, censées opérer un rapprochement politique, sont l’objet de comparaisons. Le principe de la comparaison qui a pénétré progressivement jusqu’à l’histoire sociale de l’espace franco-allemand semble dépasser les alternances de méfiance et de fascination qui caractérisent souvent le discours sur l’Allemagne. Le principal reproche qu’on puisse lui adresser tient en revanche au fait qu’il pétrifie les oppositions entre deux aires culturelles, en fait des oppositions essentielles, et compromet les possibilités de communication4. Ou plutôt celles-ci sont renvoyées à un espace tiers complètement extérieur aux cultures en présence et abstrait. Immanquablement se pose aussi le problème du lieu où se situe l’observateur qui procède à la comparaison, de son histoire intellectuelle, de ses appartenances propres. L’ambiguïté de l’attirance et de l’angoisse qu’inspire l’Allemagne aux nations voisines ne peut ni s’expliquer ni se dominer par des comparaisons, fussent-elles aussi précises que celles des collaborateurs de la Revue internationale de l’éducation qui comparaient à la fin du xixesiècle les livres acquis respectivement par les bibliothèques de Nancy et de Strasbourg allemande. Les comparaisons ne mettent pas en évidence les relations profondes et substantielles qui sous-tendent les effets de peur, de rejet, de miroir entre l’Allemagne et les aires culturelles qui l’entourent. La mise en évidence de ces liens implique prioritairement une approche de ce qui, à l’intérieur même de la culture française, ressortit à une référence allemande, de ce qui dans l’aire germanique ressortit à une référence française. Il ne s’agit pas ici de remettre en question le comparatisme au sens large, l’ambition de rapprocher les histoires nationales et de les transformer en une histoire européenne commune, mais de mieux évaluer le sens du terme même de comparatisme et les méthodologies qu’il peut recouvrir. Dans le cadre de ce comparatisme au sens large la notion de transfert culturel pourrait apparaître comme une étude de la part prise par l’Allemagne dans la constitution des nations voisines et inversement comme une recherche de la part prise par les aires limitrophes dans l’histoire culturelle du monde germanique.

L’autoconstitution par l’Allemagne

  • 5  Edgar Quinet, Herder. Idées surt la philosophie de l’histoire de l’humanité, Introduction aux œuvr (...)

7Alors que la recherche sur la fortune d’une importation culturelle dans son contexte d’accueil vise à mesurer une distance, un déplacement, la fidélité par rapport à l’original, une tout autre approche reste possible. Indépendamment de la connaissance réelle que la France du xixesiècle a pu avoir de la philosophie allemande, la référence à l’étranger permet de constituer une idéologie nationale. Fondée sur une interprétation anti-sensualiste du kantisme, telle que la propose Charles de Villers, enrichie de la reconstruction très politique de l’hégélianisme qu’esquisse Victor Cousin, corrigée par l’engouement de Pierre Leroux pour Schelling, l’identité philosophique de la France du xixesiècle s’élabore à travers un discours sur l’Allemagne. L’intérêt de Renan et de Littré pour D. F. Strauss, l’histoire herdérienne de la culture que propose Edgar Quinet5, la relecture sociologisante de Hegel entreprise par Hyppolite Taine, la place accordée par Jean Jaurès à Fichte dans la compréhension du socialisme et même dans l’interprétation de la Révolution française sont autant de jalons d’un transfert culturel qui ne se contente pas d’enrichir mais structure véritablement une idéologie nationale. Il n’est pas jusqu’à la laïcité qui ne puisse être interprétée comme la transposition très politique de concepts universalistes, hégéliens et kantiens, empruntés à l’idéalisme allemand. Au demeurant Kant restera la référence centrale de la philosophie scolaire sous la IIIe République.

  • 6  Michel Espagne, Die Rezeption der politischen Philosophie Fichtes in Frankreich, in Kosmopolitismu (...)

8Pourtant l’utilisation de l’étranger n’implique aucune forme de dépendance, ce sont toujours des conjonctures intellectuelles du contexte d’accueil qui déterminent l’emprunt de telle ou telle doctrine dont la réinterprétation même est tributaire d’une tradition locale d’interprétation de l’Allemagne. Xavier Léon continuera à voir en Fichte un jacobin alors que depuis longtemps ses contemporains allemands reconnaissent en lui la figure de proue du nationalisme allemand6. La référence à l’Allemagne n’est pas un renvoi ponctuel, elle est le résultat d’une construction qui mérite d’être étudiée comme la genèse d’un discours ou d’un texte. Avant la parution de traductions fidèles ou de présentations circonstanciées, des fragments de discours, des notes manuscrites, des cours, des correspondances, des rencontres attestées constituent la matrice très souvent inexplorée d’un discours sur l’étranger, voire même de textes singuliers.

  • 7  Michael Werner, « Histoire littéraire » contre Literaturgeschichte, in Genèses, 14-1994, p. 4-26.
  • 8  Michael Werner, A propos des voyages de philologues français en Allemagne avant 1870 : le cas de G (...)

9Les sciences humaines — l’histoire, les études littéraires, la philosophie — sont tout particulièrement le lieu où au xixesiècle et pour une large part au xxes’exprime et se définit l’identité nationale. Alors que l’histoire des sciences humaines, discipline à vrai dire encore fort peu développée, ne peut que conforter la réflexivité du national lorsqu’elle se limite à une aire culturelle particulière, elle peut tout au contraire fournir l’occasion de voir en quoi le national se fonde sur une perception, une assimilation ou un rejet de l’autre. Les études littéraires dans la France du xixesiècle oscillent entre une transmission des formes rhétoriques selon une culture scolaire qui poursuit les méthodes d’enseignement des collèges jésuites, renouvelées par l’attention qu’apportent les Idéologues aux structures de la grammaire universelle, et d’autre part une tentative d’acclimater en France une approche historico-philologique des textes. De Gaston Paris à Gustave Lanson se joue une tentative d’adapter à l’étude de la littérature française une méthode fondée sur l’arrière-plan historique, les variantes linguistiques et les manuscrits de genèse. Que l’on rejette l’historicisme de Lanson ou qu’on s’adonne à une analyse philologique des textes, la culture de l’héritage littéraire national se définit en relation avec la science reine de l’université allemande7. L’analyse des textes anciens par Gaston Paris est tout particulièrement redevable à l’impulsion donnée à cette discipline par la grammaire des langues romanes de Friedrich Dietz8.

  • 9  Voir M. Espagne et M. Werner (éd.), Les études germaniques en France 1900-1970, Paris, CNRS-Editio (...)
  • 10 Jürgen Fohrmann / Wilhelm Vobkamp (éd.), Wissenschaftsgeschichte der Germanistik im 19. Jahrhundert (...)
  • 11 Christoph König et Eberhard Lämmert (éd.), Literaturwissenschaft und Geistes-geschichte 1910 bis 19 (...)

10La recherche des modalités de cette transplantation implique que l’on accorde une attention toute particulière à la naissance et au développement des études germaniques. La discipline des littératures étrangères qui, à partir de Claude Fauriel (1830), s’établit dans les facultés des lettres représente en fait une première forme d’enseignement de la littérature et de la culture allemandes à travers la France. On peut observer l’effet que cette fenêtre ouverte sur l’étranger exerce sur l’ensemble de l’édifice universitaire. Car les professeurs de littératures étrangères — souvent des germanophones — rayonnent au-delà des limites strictes de leur discipline, fondent même parfois de nouvelles orientations disciplinaires. Rapportée aux littératures étrangères, la littérature française elle-même perd son ambition universaliste et devient une littérature nationale parmi d’autres. Car la curiosité vis-à-vis de l’étranger reste déterminée par les conjonctures françaises. Lorsque les études allemandes proprement dites s’implantent dans les universités françaises à partir de 1901, elles acquièrent d’abord le statut d’observatoire d’une culture potentiellement dangereuse9. Et c’est seulement à travers ce statut ambigu qu’elles satisfont une curiosité plus générale, voire nourrissent un véritable intérêt pour l’altérité allemande. L’histoire de la germanistique allemande montre à l’inverse que, dans sa phase primitive, l’effort pour rassembler des collections de textes allemands, pour ébaucher une histoire littéraire (par exemple chez un Gottsched) procèdent d’un esprit de confrontation avec les ambitions de la littérature française10. Le culte de Goethe ou l’histoire de l’esprit qui va se développer dans les années 1920 à la suite des travaux de Wilhelm Dithey11 ne sont pas moins dirigés contre des conceptions étrangères de la littérature. La germanistique allemande elle aussi, science par excellence de l’identité allemande, ne répond pas à une pure curiosité réflexive mais se construit en relation avec un modèle français.

Véhicules sociologiques des transferts culturels

  • 12 Thomas Grosser, Reiseziel Frankreich. Deutsche Reiseliteratur vom Barock bis zur Französischen Révo (...)
  • 13  Voir Helga Jeanblanc, Les libraires imprimeurs allemands à Paris, sous la monarchie de Juillet, Pa (...)
  • 14  Michel Espagne, Françoise Lagier, Michael Werner, Le maître d’allemand. Les premiers enseignants d (...)
  • 15  Voir Frédéric Barbier, Finance et politique. La dynastie des Fould xviiie-xixesiècles, Paris, Arma (...)
  • 16  Voir Jean Mondot, Jean-Marie Valentin, Jürgen Voss (éd.), Deutsche in Frankreich, Fran-zosen in De (...)

11L’étude des importations ou exportations de biens culturels, de la circulation des systèmes de représentations entre les pays d’Europe, et plus particulièrement entre la France et l’Allemagne, a parfois souffert d’un intérêt insuffisant pour les véhicules sociologiques du transfert. Car les idées, les livres, les comportements sont transportés et transmis par des individus et plus encore par des groupes qui franchissent matériellement la frontière. Comprendre la part allemande de la culture française, c’est soumettre à une analyse de sociologie historique des groupes souvent de faible dimension. Les registres des passeports offrent le plus souvent une information trop extensive pour être utilisable. A l’inverse les voyageurs dont la mémoire du séjour en France s’est conservée par un récit de voyage publié ne représentent qu’un groupe restreint12. Les dossiers de naturalisation offrent des documents plus riches et quantitativement plus représentatifs, mais au cours du xixesiècle les procédures de naturalisation n’ont concerné qu’une partie des étrangers établis en France. De plus la diversité des personnalités enregistrées empêche les études de groupes. Or les modifications qu’un groupe peut apporter au contexte d’accueil passent par son activité sociale, sa profession. L’activité sociale est donc un bon critère de définition d’un groupe d’étrangers à étudier. Les musiciens allemands dans la France du xviiie-xixe, les médecins allemands dans le Paris, du xixeconstituent à l’évidence des catégories dont on peut attendre la transmission d’un savoir. Les journalistes allemands ou les éditeurs-libraires dans le Paris, de la monarchie de Juillet13, les enseignants de langues recrutés sur le tas vers 183014, les banquiers dans la France de la Restauration15, les graveurs ou les ébénistes venus d’outre-Rhin durant la période pré-révolutionnaire16 ont déjà fait l’objet de suffisamment d’investigations pour que l’étude du rayonnement d’étrangers de même profession dans un contexte d’accueil paraisse pertinente. On souhaiterait évidemment regrouper comme les éléments d’un puzzle les traces de la présence de telle ou telle catégorie sociale dans la société française pour esquisser un tableau global de la présence allemande. Mais peut-être cette ambition doit-elle rester un horizon lointain des recherches, à l’instar d’une définition globale du national qui transformerait un concept opératoire en réalité substantielle. Contrairement à une sociologie comparée, une sociologie des transferts culturels concerne des populations restreintes dans les deux sociétés mises en présence. Elle a l’avantage d’éviter les rapprochements plus ou moins subjectifs et arbitraires et de mettre l’accent sur des réductions constatées d’hétérogénéité culturelle.

12Si les transferts culturels sont dans une large mesure une question de pratique sociale, la profession n’est pas le seul trait distinctif. Il faudrait aussi tenir compte des critères politiques ou religieux. Alors que les Juifs allemands n’ont jamais représenté qu’un pourcentage très marginal de la population allemande globale, ils constituent dans la population allemande ou germanophone de Paris, durant la première moitié du xixesiècle, un sous-ensemble aussi important du point de vue quantitatif que par son rayonnement. L’importation de biens culturels allemands va souvent s’opérer par le prisme de problèmes particuliers au judaïsme. Le processus de leur intégration, la réduction des moments d’hétérogénéité ne doivent en aucun cas se mesurer seulement à la disparition de traits originels : ils impliquent aussi la transformation visible du milieu d’accueil. Parmi les défenseurs les plus acharnés de la laïcité on trouvera dans le Paris de la IIIe République nombre de descendants de Juifs allemands, une communauté que ressoudera l’épisode de l’affaire Dreyfus. Confessions et activités professionnelles sont parfois liées. Les marchands de vin de la Baltique qui s’implantent à Bordeaux au xviiiesiècle ne sont pas seulement des négociants versés dans les techniques commerciales, mais également des protestants qui s’engagent dans un système d’unions mixtes avec leurs coreligionnaires français. La réduction de l’hétérogénéité culturelle aboutira à la constitution, dans un contexte catholique, d’une élite protestante qui prendra par moments en main les destinées politiques de la cité et participera activement à la gestion des activités culturelles. Le croisement des réseaux aboutit à la constitution de lieux où se noue une mémoire allemande en France, sans que pour autant ces lieux aient la même fonction dans la mémoire nationale ni la même structure. Pour de tout autres raisons que Bordeaux, la Provence est sans doute aussi un lieu de mémoire allemande.

13Les lieux de mémoire allemande dont le repérage est un des moments de l’étude des transferts culturels se définissent à partir des traces laissées par des médiateurs, mais au-delà des personnes ils concernent aussi des objets, des livres par exemple. Autant que la bibliothèque sur les Lumières allemandes rassemblée à Troyes en Champagne par un émigré, l’abbé Hubert, on peut dire que la bibliothèque de l’armée de terre de Vincennes avec ses fonds sur l’ennemi traditionnel des guerres d’Ancien Régime constitue un lieu paradoxal de mémoire allemande.

Transferts et frontières disciplinaires

14Lorsqu’un livre, une théorie, une tendance esthétique franchit la frontière entre deux espaces culturels et passe par exemple d’Allemagne en France, sa signification, liée au contexte, se modifie par là même. En liant cette transmutation au franchissement de la limite entre deux espaces nationaux, on attribue, il est vrai, au critère du national une importance singulière par rapport à d’autres critères transversaux. L’importation de la philologie allemande dans la France du xixesiècle ne peut occulter ni l’existence d’une philologie française liée aux méthodes historiques en œuvre à l’Ecole des chartes, ni la présence en Allemagne même d’un mode purement rhétorique d’approche des textes. D’une certaine manière, rhétorique et philologie existent des deux côtés de la frontière mais sont représentées par des cercles différents. Un paysan breton n’est-il pas plus proche d’un paysan du Mecklembourg que d’un médecin ou d’un architecte parisien ? En hypostasiant le critère de l’appartenance culturelle nationale, on perd de vue l’intérêt d’analyses plus détaillées qui en limiteraient l’impact.

  • 17  Jacques Guillerme (éd.), Les collections. Fables et programmes, Paris, Champ Vallon, 1993 ; France (...)

15Pourtant l’espace de communication délimité par une langue nationale se caractérise bien par la tendance à organiser les objets du savoir selon un code spécifique doté de sa propre systématicité implicite. On serait tenté de rappeler ici le phénomène des théâtres classificatoires inventés par la Renaissance pour organiser les objets qui composent le monde ou plus modestement une collection, un cabinet de curiosités. Hérités des systèmes médiévaux et antiques de la mémoire artificielle, ces théâtres répartissent, pour des raisons de simplification rationnelle, les savoirs transmis sous leur forme la plus traditionnelle, celle de citations d’auteurs classiques. Mais, en même temps, cette répartition des savoirs mémorisés tend à aboutir à une exigence de systématicité, d’universalisation rationnelle17. Encore s’agit-il de rationalisations diversifiées, car il existe plusieurs formes de théâtres qui impliquent et définissent chacun un observateur idéal placé en son centre. D’un théâtre à l’autre les mêmes éléments se répètent, mais ce qui est déterminant reste leur place relative dans l’ensemble ébauché. Les transferts culturels peuvent s’analyser comme les passages d’un théâtre à l’autre, ou comme des objets qui ressortissent simultanément à l’un et l’autre des deux théâtres. Tout n’est pas nécessairement différent d’un côté et de l’autre de la frontière, mais un léger décalage modifie la place de l’objet dans le système. Fichte n’occupe pas la même fonction dans la philosophie française de la IIIe République et dans la philosophie allemande de l’ère wilhelminienne. Le Nietzsche sur lequel travaillait Andler en 1914 n’était pas celui que les soldats allemands étaient censés lire dans les tranchées. L’alchimie des fondeurs de métaux dans l’Allemagne du xviie-xviiien’a pas la même valeur que leurs mêmes théories traduites par d’Holbach et intégrées à l’Encyclopédie. La gestion bibliographique d’un fonds de livre n’a pas le même sens dans une bibliothèque allemande et dans une bibliothèque française.

16Alors que des comparaisons terme à terme entre deux théâtres atténuent la diversité des aires culturelles, leur rencontre grâce à un élément à double entrée a un intérêt heuristique évident, celui de révéler les différences structurelles dissimulées par des parallélismes sémantiques. Car un même mot peut bien exister en allemand et en français pour faire référence à l’ethnologie ou à la philosophie, il n’en recouvre pas moins des réalités aussi différentes que les systèmes de référence. Les échos sémantiques forment même l’un des principaux obstacles à l’étude d’un passage d’Allemagne en France et plus généralement d’une culture à une autre. Les éléments des deux théâtres mis en relation sont parfois des objets singuliers, mais le théâtre s’organise également en catégories plus générales du savoir, en disciplines. Les territoires que délimitent les divisions disciplinaires de part et d’autre de la limite entre aires culturelles ne se recouvrent que partiellement. Inversement les passages peuvent s’opérer à travers l’articulation de disciplines a priori différentes. Passant en France dans le cours du xixesiècle la philosophie allemande ou la théologie historique de D. F. Strauss tendent à enrichir la science politique. La philologie se métamorphose volontiers en linguistique, le droit vient enrichir la réflexion historique. Les transferts culturels mettent en cause plusieurs dimensions disciplinaires, l’articulation entre plusieurs disciplines. Ce faisant, ils éclairent la nature réelle et l’histoire des disciplines de sciences humaines — mais aussi parfois de sciences exactes — dans chacun des espaces considérés, les arrachent à l’évidence illusoire liée à leur situation dans le contexte d’un seul et unique théâtre.

Le diffusionnisme allemand

  • 18  Voir l’article de Fred Schader dans le présent recueil.

17Comme toutes les aires culturelles, l’Allemagne tend à se diffuser. Bien que ce rayonnement s’opère dans toutes les directions, l’histoire des relations, on préférera dire des imbrications et des transferts franco-allemands, présente des spécificités qui en font un objet d’étude fondamental. Cela ne tient pas seulement aux trois guerres franco-allemandes qui depuis 1870 ont mobilisé les énergies des adversaires au point de transformer chaque fois les caractéristiques de l’environnement social et politique. Plus largement la vie idéologique, philosophique, littéraire de chacun des deux pays se construit en référence à celle de l’autre, comme si était en permanence à l’œuvre, depuis l’époque où Herder entreprend une déconstruction de la culture française, un véritable système de production des différences, une schismogenèse dont les manifestations pourraient être aussi bien la lecture de Nietzsche de Daniel Halévy que la fondation de l’Empire allemand dans la galerie des Glaces de Versailles18. Cette production des différences ne va pas sans divers paradoxes. Le premier tient au fait que les moments de distanciation sont en même temps des moments de proximité. La distanciation implique la réception d’éléments de la culture étrangère par rapport auxquels il s’agit de se définir. L’intuition de l’unité à travers la différence s’exprime au demeurant dès le début du xixesiècle dans l’œuvre de philosophes politiques marqués par l’hégélianisme, comme Moses Hess, qui attribuent à chaque pays d’Europe et plus particulièrement à la France, l’Allemagne et l’Angleterre une figure dans un devenir de l’esprit. Une des réserves que l’on peut formuler à l’encontre des invocations rituelles des relations franco-allemandes tient précisément au fait qu’elles se présentent souvent comme la construction d’un avenir alors que les imbrications entre les aires culturelles se rencontrent effectivement dans le passé et participent même au déclenchement des crises qui ont marqué l’histoire récente. Enfin la production des différences n’est pas un équilibre stable, mais les diverses phases de réception et d’interprétation de l’autre se cumulent, les phases antérieures présidant à la constitution d’une sorte d’herméneutique réciproque.

  • 19 Alexander Demandt (éd.), Deutschlands Grenzen in der Geschichte, Munich, Beck, 1990.

18Pour des raisons tenant au temps long de son histoire, l’aire culturelle germanique a des frontières19 floues : de l’Alsace au Holstein, du Tirol du Sud à la Silésie, des pays baltes à la Bohême, elle forme du point de vue strictement géographique un ensemble dont les contours semblent se diluer dans des glacis aux populations mixtes. De Neubrandenburg à Narva on observe les traces discontinues, par îlots distincts, d’une conquête germanique des terres slaves remontant au Moyen Age. Le diffusionnisme allemand, qui n’exclut pas un diffusionnisme concurrent français, italien ou russe, réalise une expansion beaucoup plus grande si l’on s’affranchit de la géographie ethnique pour prendre en considération les formes de rayonnement culturel, d’exportation de modèles ou de représentations. Non seulement Trieste et Dorpat mais à bien des égards le Paris de la monarchie de Juillet ou le Moscou du « Village étranger » relèvent de l’aire culturelle germanique. Constatation sans pertinence au stade du postnational ? Peut-être, mais les configurations du passé du moins ne sauraient s’expliquer sans un recours aux interactions entre espaces nationaux. Comment concevoir au demeurant une relativisation des espaces nationaux qui s’exprimerait a priori comme une manifestation de bonne volonté gratuite, et ne partirait pas d’une connaissance exacte des formes d’interaction déjà éprouvées. La question du diffusionnisme culturel prend une acuité particulière en Europe centrale où la fluidité des limites entre les ethnies définit une zone mixte, un espace de métissage où sur la base de nouvelles combinaisons fleurissent une esthétique, une littérature, un mode de vie, et même la forme étatique de l’Autriche-Hongrie. Elle touche ici la définition de l’aire germanique elle-même, car c’est autour de l’Europe centrale que se joue, au moins dans l’imaginaire collectif, le conflit entre une Allemagne nordique et une germanité habsbourgeoise, voire même entre une Allemagne occidentaliste et une Allemagne tournée vers l’Est.

  • 20  Denis Kohler, Naissance de l’historiographie grecque moderne, in Michel Espagne et Michael Werner (...)

19Si un objet se définit avant tout à partir de ses limites, la question des frontières de l’Allemagne, du diffusionnisme de la culture allemande au cours des deux derniers siècles n’est pas seulement un complément naturel des études allemandes, une question de comparatisme, mais bien une voie royale pour approcher les formes d’expression intellectuelle de l’Allemagne proprement dite. Peut-être y a-t-il accessoirement là, pour les études germaniques non allemandes, le moyen de sortir de l’aporie qui les conduit à mimer une science totalement réflexive, une « science allemande », à demeurer reléguées dans l’humble statut de moindre participation à une connaissance élaborée ailleurs. La culture allemande se définit par ses relations à l’autre, par les empreintes qu’elle laisse en lui, comme Hamann à Riga, Kafka à Prague, Winckelmann à Rome, Heine à Paris, Hölderlin à Bordeaux. Plus encore que les souvenirs des écrivains, les institutions savantes, les tendances esthétiques, les architectures sont souvent les réceptacles de traces. Pour échapper à la circularité de l’auto-contemplation, les études allemandes devraient précisément partir de l’extérieur, relever patiemment des empreintes. La science allemande du xviiiesiècle se lit à travers les épisodes de l’histoire de l’Académie russe, et même si l’expérience n’a jamais été encore tentée, on pourrait lire en creux une histoire culturelle de l’Allemagne du xixesiècle à travers les premières décennies de l’indépendance grecque et les efforts pour élaborer, selon les conseils des experts bavarois, un système éducatif, une historiographie, voire une architecture de la Grèce moderne20. Lessing existe par la lecture qu’ont propagée les philologues juifs allemands réfugiés dans les collèges de la France du xixesiècle. Schiller existe aussi par le culte que lui ont voué les auteurs de ballades russes. Une vieille science imprégnée de géopolitique qui consistait à rechercher sur l’ensemble du globe terrestre les colonies germaniques pour les marquer par des hachures ou des points plus ou moins rapprochés pourrait être réactivée dans un esprit tout différent. Les empreintes allemandes, notamment au sein des aires culturelles limitrophes, ne seraient plus les signes d’expansion d’une force vouée à la seule connaissance réflexive, mais les lieux de métissage où une aire culturelle peut s’éprouver par le regard et les limites que lui applique l’autre.

Un triangle franco-germano-russe

  • 21  Michel Espagne, Le paradigme de l’étranger. Les chaires de littérature étrangère au xixe siècle, P (...)

20L’analyse de la communication linguistique tient depuis longtemps compte du fait qu’en dehors de l’émetteur et du récepteur d’un signal un tiers joue souvent un rôle déterminant, soit que le sens du message dépende de sa présence, soit qu’il joue directement le rôle de réfèrent extérieur. On pourrait dire de même que dans les transferts culturels il n’existe pas de relations purement bilatérales. La fondation des instituts culturels français à Florence et à Madrid au début du siècle s’explique en partie par le souci d’empêcher l’Allemagne d’occuper seule, y compris dans le domaine scientifique, les études latines21. La découverte de la musique russe dans la France de la fin du xixesiècle correspond en partie à un souci de faire contrepoids au wagnérisme. Il serait en fait souhaitable, lorsqu’on étudie les transferts entre deux aires culturelles, de faire intervenir dans l’analyse l’ensemble de l’environnement. A défaut on peut au moins tenter de suivre les interactions simultanées de trois espaces. A l’évidence l’Angleterre ou l’Italie interviennent en tiers dans les transferts culturels franco-allemands. Pourtant le choix de la Russie comme troisième sommet d’un triangle peut se justifier pour des raisons tout à fait objectives. L’espace russe est l’aire culturelle limitrophe à l’est, de même que la France borne l’Allemagne à l’ouest. Passer de France en Russie comme Diderot, ou de Russie en France, comme Alexandre et Ivan Tourgueniev, implique pour des raisons géographiques qui se poursuivent dans un déterminisme culturel une traversée de l’espace germanique. Sur le chemin de la Russie Diderot s’arrête à la galerie de Dresde, et au retour se munit pour sa fille de partitions de Karl Philipp Emmanuel Bach. Les membres, souvent francophones, de l’Académie des sciences de Berlin, entretiennent des relations suivies avec leurs confrères de Saint-Pétersbourg. Entrée dans l’histoire européenne un peu plus tard que la France et l’Allemagne, la Russie depuis Pierre le Grand apparaît comme un importateur de modèles culturels et les deux sources d’importations sont l’Allemagne, déjà durablement présente dans les territoires baltes et la France. Sur le sol russe, la France et l’Allemagne entrent dans une relation de conflit ou de complémentarité. Alors que le règne de l’impératrice Elisabeth (1742-1762) sacrifie davantage au modèle allemand, le modèle français l’emporte sous Catherine, qui pourtant est elle-même allemande. Dans la constitution de ses modèles herméneutiques, la Russie hésitera entre la philologie allemande et les études littéraires à la française. Si les peintres russes du début du xxesiècle sont tributaires du cubisme, ils n’en vivent pas moins, comme Kandinsky, dans une osmose avec les tendances de la peinture allemande. L’Entente cordiale qui rapproche la IIIe République des tsars contre l’expansion de l’Allemagne wilhelminienne ne donne qu’une explication très imparfaite à la constitution de ce triangle. Ce n’est pas seulement un réflexe de méfiance partagée qui justifie le réseau des relations entre la France, la Russie et l’Allemagne. Zola et Dostoïevski vont avoir dans l’Allemagne de la fin du xixe des réceptions parallèles.

  • 22  Michel Cadot, La Russie dans la vie intellectuelle française (1830-1856), Paris, Fayard, 1967 ; Ch (...)
  • 23  Voir la double série dirigée par Lew Kopelew, Deutsche und Deutschland aus russischer Sicht, Russe (...)
  • 24  L. Kobilinski-Ellis, W. A. Joukowski. Seine Persönlichkeit, sein Leben und sein Werk, Pader-born, (...)

21Alors que l’étude des relations franco-russes22, germano-russes23, franco-allemandes est devenue chaque fois une véritable science, l’interaction des trois espaces n’a guère été explorée que sous l’angle réducteur des alliances diplomatiques qui ne tiennent guère compte des imbrications culturelles plus profondes. Ainsi le lyrisme russe du xixesiècle connaît avec le poète Joukovski, lui-même fils d’un hobereau et d’une esclave turque, un élan décisif. Or Joukovski24 n’a pas seulement séjourné à Dor-pat mais a passé une partie de sa vie en Allemagne, notamment à Düssel-dorf, et son œuvre poétique consiste pour une bonne part en traductions de poèmes étrangers. Il a traduit le Français Parny dont le néo-classicisme a été une source d’inspiration importante pour la poésie de l’époque de Pouchkine, mais il a surtout traduit ou plutôt adapté des poètes allemands. Sa traduction réinterprétation de la Lenore de Bûrger dans la ballade Ljudmila fait partie au même titre que son adaptation de la Cassandre de Schiller ou de l’Ondine de La Motte-Fouqué, des textes fondateurs d’une langue poétique russe. Le modèle allemand, évinçant un modèle français et se combinant à lui, vint favoriser l’éclosion d’œuvres qui sont considérées comme les plus marquées par une conscience nationale, voire nationaliste russe.

  • 25  Paul Delsemme, Teodor de Wyzewa et le cosmopolitisme littéraire en France à l’époque du symbolisme (...)
  • 26  Voir André Schaeffher, De Bussy et ses rapports avec la musique russe, in Musique russe, éd. par P (...)
  • 27  Voir Joëlle Caullier, La belle et la bête. L’Allemagne des Kapellmeister dans l’imaginaire françai (...)

22A l’inverse on observe dans la France des dernières décennies du xixesiècle un engouement pour la musique russe qui est manifestement lié aux relations des musiciens français à l’Allemagne. Bien que les premiers commentateurs de la musique russe en France, tel Teodor de Wyzewa25, aient fait partie des introducteurs du wagnérisme, Tchaikovski ou Moussorgski sont perçus comme des remparts contre le wagnérisme et le goût prononcé de Debussy pour la musique russe26 est certainement à mettre au compte d’une résistance à la musique allemande. Encore cette relation triangulaire ne peut-elle être envisagée comme une relation d’exclusion réciproque : les chefs d’orchestre allemands invités à Paris, au tournant du siècle et auréolés de tout le crédit qu’on accorde aux Kapell-meister ne répugnent pas à mettre, tel Arthur Niekisch, la musique russe à leur programme27. L’ambition de Diaghilev de réaliser avec les ballets russes un Gesamtkunstwerk ne rencontre un tel écho en France que parce que le wagnérisme a préparé la réception de ce type d’art. C’est un jeu de rôles qui se met en place, un jeu où la relation de la musique française à la musique allemande est surdéterminée par la référence russe. Alors que les relations franco-allemandes ou germano-russes s’inscrivent dans la durée et se poursuivent sans ruptures, les configurations triangulaires sont marquées par la discontinuité, n’ont pas à chaque moment de l’histoire la même prégnance. Pourtant l’histoire culturelle de l’Allemagne pourrait fort bien être relue à la lumière de telles constellations.

Pour une histoire interculturelle

23L’étude des imbrications franco-allemandes, éventuellement élargies à des pays tiers, n’aboutit pas à une comptabilisation de différences et de ressemblances mais à la découverte que chacun est partiellement dans l’autre. Les nations ne doivent pas être conçues comme des instances distinctes se définissant puis, dans un second temps, entrant en relation entre elles mais plutôt comme des ensembles tels que chacun se structure d’emblée à partir d’une altérité présente en lui. L’idée d’analyser les formes d’identité nationale à partir de l’étranger va, il est vrai, à l’encontre de la fonction implicitement accordée aux historiographies qui est de conforter dans le domaine politique, littéraire, esthétique, économique l’identité du groupe au nom duquel elles s’expriment. Lorsqu’une approche historique embrasse l’espace européen, elle tend à juxtaposer les diverses perspectives nationales, à se situer au niveau d’une méta-histoire. On pourrait en revanche fort bien concevoir que l’ouverture à l’étranger se situe en deçà du niveau où se constitue l’identité ethnique, que l’historiographie conforte les appartenances multiples du processus historique.

  • 28  Michel Espagne et Matthias Middell (éd.), Von der Elbe bis an die Seine. Kulturtransfer zwisqchen (...)

24L’histoire culturelle des divers Etats allemands depuis le xviiiesiècle tend ainsi à être envisagée d’un point de vue téléologique qui les inscrit virtuellement dans un ensemble germanique global dont est exclue tout au plus l’Autriche. Ce n’est que sur l’arrière-plan de cette unification virtuelle qu’on envisage les relations des Etats avec telle ou telle aire culturelle étrangère. En fait les régions de ce qui deviendra l’Allemagne ont éventuellement pu avoir des relations presque aussi étroites avec des espaces culturels non germaniques qu’avec l’ensemble dans lequel elles s’inscrivent. Un exemple à cet égard très éclairant est celui de la Saxe électorale à partir d’Auguste-le-Fort28. Par son prince électeur, le pays est longtemps directement associé à la Pologne. La présence des Juifs polonais comme clients principaux des foires de Leipzig montre toutefois que l’union n’est pas restée purement politique. En dépit de cette ouverture à l’Est, la Saxe reste très tournée vers le Sud et vers la France. Les artistes français et italiens abondent à la cour de Dresde où, par suite de la conversion du prince électeur au catholicisme, les représentants de la hiérarchie romaine occupent une place influente. En butte aux convoitises de ses voisins prussiens et autrichiens, la Saxe électorale va devoir fonder son activité économique sur un commerce en dehors des limites de l’espace germanique, vers les Balkans, la Russie, l’Angleterre, la Turquie, l’Amérique du Sud. Entre la France et la Saxe s’établissent des relations privilégiées : elles ne tiennent pas seulement à la présence d’étudiants français à Leipzig dès le xviiiesiècle, à l’attention portée par les journaux et hommes de lettres de Leipzig aux révolutions françaises, mais aussi à la faiblesse manifestée par le prince électeur, au moment de la Bataille des nations, vis-à-vis des troupes françaises, au rôle conquis par Leipzig dans le commerce européen du livre, par l’Université du xixesiècle dans le classement implicite des universités européennes prestigieuses. Une histoire interculturelle, presque clandestine, de la Saxe fait apparaître au cœur de l’aire culturelle allemande un lieu dont l’identité tient précisément à l’écheveau des relations avec d’autres cultures. A l’exemple de la Saxe se dessine la possibilité d’une histoire interculturelle de l’Allemagne qui ne consisterait pas à remettre en question la cohérence organique des diverses parties qui la composent, mais à présenter cette unité comme seconde par rapport à son ancrage dans un tissu d’interactions culturelles en Europe.

25Le projet d’histoire interculturelle de l’Allemagne se heurte à vrai dire à divers obstacles liés aux habitudes des historiens. Le premier provient du souci de montrer clairement les articulations entre l’histoire économique, l’histoire sociale et l’histoire culturelle. Les transferts culturels ne s’opèrent pas nécessairement à tous ces niveaux simultanément. Le nombre des Juifs polonais à Leipzig est toujours resté aussi marginal par rapport à la population autochtone que celui des Italiens de Dresde. L’importance d’un échange économique ou d’un échange culturel ne se reflète pas nécessairement dans un mouvement démographique de la même ampleur. L’articulation des différents niveaux d’analyse historique, en particulier l’articulation entre l’économie, la démographie et la culture, est plus délicate à établir dans une approche interculturelle que dans une approche identitaire. S’opposant à des modèles établis, l’histoire interculturelle implique un déplacement de l’attention et des accents vers des phénomènes considérés souvent comme marginaux, comme relevant d’un chapitre complémentaire et annexe des histoires nationales. Un autre obstacle est lié à l’état des archives. Selon un cercle vicieux qui n’attire l’attention que d’un nombre limité d’historiens, les documents et archives sont conservés et surtout classés pour illustrer la mémoire nationale, et sur la base des ordres traditionnels les historiens ne peuvent effectivement que se consacrer à l’illustration de cette mémoire nationale. Aussi le projet d’histoire interculturelle implique-t-il la définition de séries archivistiques nouvelles (passeports, naturalisations, réseaux de correspondance internationale, étudiants, hommes d’affaires, fonctionnaires étrangers) qui, au moins abstraitement, esquissent la base documentaire pour l’étude d’un objet nouveau.

Réseaux et décentrements

  • 29 Rohith-Gerald Delikhan, Apologie der Briejkultur. Historische Geltung und hermeneutische Anforderun (...)

26Une histoire interculturelle pourrait se fonder sur les relations observées de telle ou telle grande figure de la vie intellectuelle avec une aire culturelle étrangère de façon à démontrer que l’impulsion donnée à l’identité reposait en fait sur une transmutation d’importations étrangères. On observera le poids de la référence à Herder chez Edgar Quinet, l’importance de la philologie allemande dans la constitution des théories de Renan et par là on montrera la place prise par ces formes de pensée germaniques dans la définition de l’idéologie française au xixesiècle. A l’inverse, la référence française dans l’œuvre de Gottsched mettra en lumière le rôle de la littérature française dans la cristallisation d’une littérature spécifiquement allemande. Aussi nécessaire qu’il soit, ce type d’investigation reste trop exclusivement centré sur des individualités dont le rayonnement est considéré comme déterminant. Autour d’elles se révèlent à l’observation attentive des médiateurs plus discrets dont les interrelations et les liens avec les figures consacrées assurent une circulation des idées et des comportements. De tels réseaux, dans la mesure où ils traversent la frontière, ne permettent pas seulement d’ébaucher une histoire sociale des relations interculturelles, une vie quotidienne, une microhistoire des transferts, où l’échange des idées s’ancre dans un échange beaucoup plus prosaïque de considérations historiques générales ou de biens matériels, ils peuvent constituer la base d’une histoire des études littéraires ou plus généralement des sciences humaines réellement transculturelles. A la comparaison a posteriori des romantismes ou des Lumières à travers l’Europe se substituerait la mise en place de nouveaux concepts, d’emblée transnationaux. Le philologue et orientaliste de Göttingen Michaelis a eu dans la France du xviiiesiècle, par exemple chez Volney, un écho qui vraisemblablement signale des relations étroites. Le poète et professeur de Leipzig Gellert entretenait avec des élèves de passage en France une correspondance qui l’éclairait sur la situation intellectuelle du moment à Paris. Une exploration de l’immense correspondance inédite du petit poète du xviiiesiècle Gleim29 avec ses nombreux amis écrivains dans les lettres allemandes serait l’occasion de suivre les représentations et la connaissance de l’étranger. De façon générale les réseaux de correspondance édités et utilisés non plus en fonction de l’importance des scripteurs, mais comme source d’histoire sociale, pourraient éclairer la circulation des biens culturels.

  • 30  Karlheinz Stierle, Der Mythos von Paris. Zeichen und BewuBtsein der Stadt, Munich/Vienne, Carl Han (...)

27L’opportunité d’une histoire littéraire et d’une histoire des sciences humaines transculturelle se fait au demeurant sentir dans des projets historiographiques ponctuels qui, comme le projet de Passagenwerk de Walter Benjamin, dessinent en filigrane, à travers une histoire de la société française de la monarchie de Juillet et du Second Empire, une histoire culturelle de l’Allemagne du xxesiècle. Le livre consacré récemment par Karlheinz Stierle au Mythe de Paris30se présente comme une étude du discours littéraire sur Paris, entre Rousseau et Baudelaire. Mais l’étude de ce discours, qui se situe d’une certaine manière dans le prolongement de la quête de W. Benjamin, se veut l’analyse du discours que la ville tient sur elle-même, d’une prise de conscience de l’esprit de Paris. Non seulement cette recherche de la réflexivité répond à des catégories allemandes, mais elle se doit d’accorder au passage une place importante à Heine ou Borne. L’histoire littéraire de Paris, tend vers une histoire interculturelle.

  • 31  Voir la grande histoire de la germanistique allemande au xixe siècle, Jürgen Fohrmann et Wilhelm V (...)
  • 32  Michel Espagne et Michael Werner, La correspondance de J. G. Wille, in Francia. For-schungen zur w (...)

28La mise en place d’une histoire littéraire et d’une histoire des sciences humaines interculturelles à travers l’étude de réseaux suppose la capacité d’opérer un décentrement. Les héros de l’histoire littéraire ou de l’histoire des études littéraires sont sortis tout armés de l’atelier où se forgent les consciences nationales pour être alignés dans quelques Panthéon ou Walhalla, prêts au combat contre tout empiétement sur le territoire national symbolique. Le culte de Goethe dans le Weimar wilhelminien fait pendant à celui de Hugo, la révérence vis-à-vis d’un Nisard rejoint celle que suscite un Wilhelm Scherer31. Aux héros éponymes, une histoire interculturelle substituera des groupes ou des réseaux. Notons à ce propos que le décentrement qu’impose une analyse interculturelle, en faisant émerger une sociologie de la vie intellectuelle relativise une fois de plus les frontières disciplinaires. Si l’on peut à la rigueur considérer que deux érudits européens entrant en relation à la fin du xixesiècle peuvent centrer leurs échanges presque exclusivement sur la discipline dont ils relèvent tous deux, la situation ne peut être la même au xviiiesiècle. Les échanges du graveur de Paris Jean Georges Wille entretient avec ses amis allemands32 concernent l’histoire de l’art, l’histoire littéraire, l’économie des œuvres d’art et la politique générale — tous ces domaines étant souvent présents dans une seule lettre. Les correspondances commerciales du xviiiesiècle ne traitent pas seulement de l’échange des marchandises, mais de tout le contexte culturel qui rend possible cet échange. Le sentiment des scripteurs d’appartenir à une même catégorie sociale, reconnaissable à ses références religieuses ou intellectuelle (la Bildung), en fait partie. Les réseaux marchands permettent le lent transfert de représentations esthétiques ou littéraires. Les nombreux musiciens allemands qu’on rencontre dans les orchestres parisiens ou provinciaux de la France du xixesiècle ont certainement permis une pénétration en profondeur, encore méconnue de traditions de la musique pratiquée en Allemagne. Mais il est peu probable que leur médiation se soit strictement limitée à la vie musicale et n’ait pas été le vecteur d’autres importations. Le décentrement qu’imposerait une historiographie interculturelle de l’espace germanique à partir de groupes sociaux et de réseaux est aussi un décentrement disciplinaire.

29Les articles rassemblés dans le présent recueil illustrent des aspects très divers de la réflexion engagée sur les transferts culturels et l’histoire interculturelle de l’Allemagne. Ils explorent les possibilités historiographiques d’appréhender les imbrications entre les aires culturelles, que ce soit au niveau macro-historique des fondations symboliques de deux empires, à celui d’entités géographiques aux définitions contradictoires (l’Europe centrale), à celui de régions (la Saxe) ou d’individus (Chamisso). Ils montrent la place centrale occupée par l’autre dans la constitution d’une conscience nationale, ils s’attachent à étudier des moments de crise (Andler en 1908) mais aussi des réfractions plus discrètes et fondamentales (les assurances sociales). On ne s’étonnera pas que les communautés juives, mieux affranchies des évidences nationales, aient été parmi les véhicules les plus efficaces des importations culturelles. Mais les études juives se sont elles aussi constituées au miroir de l’Allemagne, un miroir dont les philologues français du xixesiècle n’ont guère pu éviter les effets de réfraction. Certes l’effet de miroir joue par rapport à l’autre, et Dilthey a besoin de s’appuyer sur la limite française pour dessiner les contours d’une « histoire de l’esprit », mais il a aussi une fonction interne, comme celle de la langue allemande dans le lyrisme de Paul Celan. Il ne génère nullement l’uniformité — la peur allemande n’est pas la peur russe — mais suscite au contraire des constructions aussi singulières que cette Pologne prussienne et juive que Heine parcourt dans les années 1820. Le miroir fait coïncider de façon troublante l’intérieur et l’extérieur.

Haut de page

Notes

1  Edmond Vermeil, L’Allemagne. Essai d’explication, Paris, Gallimard, 1945.

2  Claude Digeon, La crise allemande de la pensée française (1870-1914), Paris, 1959.

3  Jacques Rivière, L’Allemand. Souvenirs et réflexions d’un prisonnier de guerre, Paris, NRF, 1918.

4  Voir Sandrine Kott - Thierry Nadau, Pour une pratique de l’histoire sociale comparative, in Genèses, 17, 1994, p. 103-111, et Michel Espagne, Sur les limites du comparatisme en histoire culturelle, in Genèses, 17, 1994, p. 112-121.

5  Edgar Quinet, Herder. Idées surt la philosophie de l’histoire de l’humanité, Introduction aux œuvres de Herder, Paris, Levrault, 1827.

6  Michel Espagne, Die Rezeption der politischen Philosophie Fichtes in Frankreich, in Kosmopolitismus und Nationalidee, Fichte-Studien, 2/1990, p. 193-222.

7  Michael Werner, « Histoire littéraire » contre Literaturgeschichte, in Genèses, 14-1994, p. 4-26.

8  Michael Werner, A propos des voyages de philologues français en Allemagne avant 1870 : le cas de Gaston Paris et de Michel Breal, in Michel Parisse (éd.), Les échanges universitaires franco-allemands du Moyen Age au xxe siècle, Paris, Editions recherches sur les civilisations, 1991. p. 139-155.

9  Voir M. Espagne et M. Werner (éd.), Les études germaniques en France 1900-1970, Paris, CNRS-Editions, 1994.

10 Jürgen Fohrmann / Wilhelm Vobkamp (éd.), Wissenschaftsgeschichte der Germanistik im 19. Jahrhundert, Metzler, Stuttgart, 1994.

11 Christoph König et Eberhard Lämmert (éd.), Literaturwissenschaft und Geistes-geschichte 1910 bis 1925, Francfort-sur-le Main, Fischer, 1993.

12 Thomas Grosser, Reiseziel Frankreich. Deutsche Reiseliteratur vom Barock bis zur Französischen Révolution, Opladen, Westdeutscher Verlag, 1989 ; Hélène Barbey-Say, Le voyage de France en Allemagne de 1871 à 1914, Presses universitaires de Nancy, 1994.

13  Voir Helga Jeanblanc, Les libraires imprimeurs allemands à Paris, sous la monarchie de Juillet, Paris, CNRS-Editions, 1995.

14  Michel Espagne, Françoise Lagier, Michael Werner, Le maître d’allemand. Les premiers enseignants d’allemand (1830-1850), Paris, Maison des sciences de l’homme, 1991.

15  Voir Frédéric Barbier, Finance et politique. La dynastie des Fould xviiie-xixesiècles, Paris, Armand Colin, 1991.

16  Voir Jean Mondot, Jean-Marie Valentin, Jürgen Voss (éd.), Deutsche in Frankreich, Fran-zosen in Deutschland 1715-1789, Sigmaringen, Thorbecke, 1992.

17  Jacques Guillerme (éd.), Les collections. Fables et programmes, Paris, Champ Vallon, 1993 ; Frances A. Yates, L’art de la mémoire, Paris, Gallimard, 1975.

18  Voir l’article de Fred Schader dans le présent recueil.

19 Alexander Demandt (éd.), Deutschlands Grenzen in der Geschichte, Munich, Beck, 1990.

20  Denis Kohler, Naissance de l’historiographie grecque moderne, in Michel Espagne et Michael Werner (éd.), Philologiques I. Contribution à l’histoire des disciplines littéraires en France et en Allemagne, Paris, Maison des sciences de l’homme, 1990.

21  Michel Espagne, Le paradigme de l’étranger. Les chaires de littérature étrangère au xixe siècle, Paris, Cerf, 1993.

22  Michel Cadot, La Russie dans la vie intellectuelle française (1830-1856), Paris, Fayard, 1967 ; Charles Corbet, L’opinion française face à l’inconnue russe 1799-1894, Paris, Didier, 1967.

23  Voir la double série dirigée par Lew Kopelew, Deutsche und Deutschland aus russischer Sicht, Russen und Rufiland aus deutscher Sicht.

24  L. Kobilinski-Ellis, W. A. Joukowski. Seine Persönlichkeit, sein Leben und sein Werk, Pader-born, Verlag Schöningh, 1933.

25  Paul Delsemme, Teodor de Wyzewa et le cosmopolitisme littéraire en France à l’époque du symbolisme, Presses universitaires de Bruxelles, 1967, 2 vol.

26  Voir André Schaeffher, De Bussy et ses rapports avec la musique russe, in Musique russe, éd. par Pierre Souvtchinsky, Paris, PUF, 1953, t. 1, p. 95-138.

27  Voir Joëlle Caullier, La belle et la bête. L’Allemagne des Kapellmeister dans l’imaginaire français (1890-1914), Tusson, Du Lérot, 1993.

28  Michel Espagne et Matthias Middell (éd.), Von der Elbe bis an die Seine. Kulturtransfer zwisqchen Sachsen und Frankreich im 18. und 19. Jahrhundert, Deutsch-franzôsische Kulturbibliothek, Band 1, Leipziger Universitätsverlag, 1993.

29 Rohith-Gerald Delikhan, Apologie der Briejkultur. Historische Geltung und hermeneutische Anforderungen der Briefe aus dem Gleimkreis, Konstanz, 1988.

30  Karlheinz Stierle, Der Mythos von Paris. Zeichen und BewuBtsein der Stadt, Munich/Vienne, Carl Hanser Verlag, 1993.

31  Voir la grande histoire de la germanistique allemande au xixe siècle, Jürgen Fohrmann et Wilhelm VoCkamp (éd.), Wissenschaftsgeschichte der Germanistik im 19. Jahrhundert, Stuttgart-Weimar, Metzler, 1994.

32  Michel Espagne et Michael Werner, La correspondance de J. G. Wille, in Francia. For-schungen zur westeuropäischen Geschichte, Bd. 17/2 (1990), p. 173-180.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Espagne, « Problèmes d'histoire interculturelle », Revue germanique internationale, 4 | 1995, 5-24.

Référence électronique

Michel Espagne, « Problèmes d'histoire interculturelle », Revue germanique internationale [En ligne], 4 | 1995, mis en ligne le 06 juillet 2011, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://rgi.revues.org/504 ; DOI : 10.4000/rgi.504

Haut de page

Auteur

Michel Espagne

Chercheur au CNRS, études allemandes

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org