Navigation – Plan du site
L’angoisse du reflet

Charles Andler en 1908 : un Germaniste pris entre la France et l'Allemagne

Antoinette Blum
p. 27-44

Résumés

Au printemps de 1908, Charles Andler, professeur de langue et de littérature germaniques à la Sorbonne entreprit un voyage d’études en Allemagne avec des étudiants. A son retour, il devint la cible de la presse de droite et des manifestations bruyantes orchestrées par l’Action française au Quartin latin. La droite perçoit un lien étroit entre le dreyfusisme de ce dernier, sa foi socialiste et son ouverture envers l’Allemagne. Un tel voyage représentait un acte de trahison. La presse de gauche prend la défense d’Andler ; ses collègues tout comme des admirateurs inconnus, qu’ils soient français ou allemands, lui expriment leur soutien. La Ligue des droits de l’homme, quant à elle, convoque une réunion importante pour défendre publiquement Andler. L’affaire Andler sera également débattue dans la presse de langue allemande. La réaction de la Droite française au voyage d’Andler représente le dernier cri de vengeance des vaincus de l’affaire Dreyfus avant le transfert des cendres de Zola au Panthéon, la suprême consécration de la victoire dreyfusarde.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

11908 est une année marquante. L’affaire Dreyfus se clôt symboliquement sur le transfert, le 4 juin, des cendres de Zola au Panthéon. Les mois qui précèdent cette suprême consécration de la victoire dreyfusarde sont idéologiquement chargés. L’Action française, qui connaît un grand essor depuis près de dix ans, a inauguré le 21 mars le premier numéro de son nouveau quotidien. La nouvelle Action française et d’autres journaux de droite, tels que La Libre Parole, La Patrie, L’Echo de Paris, ne cessent dans leurs colonnes de fustiger la panthéonisation de Zola. C’est le dernier cri des vaincus avant que le rideau ne se baisse sur la marche victorieuse des forces du « bien ». Dans un tel climat idéologique s’inscrivent les manifestations politiques provoquées par le voyage d’études en Allemagne de Charles Andler avec dix-huit étudiants.

  • 1  Sur Andler, voir la biographie d’Ernest Tonnelat, Charles Andler. Sa vie et son œuvre, publication (...)

2Rappelons qui fut Charles Andler, cet Alsacien de quarante-trois ans, ancien normalien, agrégé d’allemand et philosophe de formation, dreyfusard et socialiste. Un profil qui pourrait être celui-là même de Lucien Herr, bibliothécaire de l’Ecole normale, figure socratique de la IIIe République, dont il est le meilleur ami. Professeur de langue et de littérature germaniques à la Sorbonne et, à partir de 1926, au Collège de France, Andler est l’auteur de la première étude magistrale sur Nietzsche en langue française et d’ouvrages marquants sur le socialisme allemand1. De nos jours encore, il est reconnu comme le fondateur de la germanistique en France.

3C’est à la demande de Louis Liard, vice-recteur de l’Université de Paris, qu’Andler entreprit pendant les vacances de Pâques de 1908 un voyage d’étude en Allemagne avec des étudiants de la Sorbonne. L’idée d’un tel voyage revenait à Louis Faubert, fondateur à Paris d’un club de conversation allemande et italienne, et à Wilhelm Süsserott, fondateur d’un club analogue à Berlin. Pour bénéficier d’un voyage à prix réduit, les étudiants — qui provenaient de différentes facultés — devaient être accompagnés d’un professeur, d’où la raison pour laquelle Liard s’était adressé à Andler. Selon Andler, ce fut à contre-cœur qu’il avait accepté de servir de guide à dix-huit étudiants qu’il ne connaissait pas et dont seul un petit nombre avait quelques notions d’allemand.

  • 2  Lettre ouverte d’Andler au Temps, 10 mai 1908. Andler y explique comment le voyage avait été organ (...)

4Andler avait pour tâche de les initier aux « choses d’Allemagne »2pour qu’ils fussent à même de mieux apprécier ce qu’on les conviait à visiter : gymnases, facultés, musées, hôpitaux, palais, usines, ports de commerce. Il incombait aussi à Andler de remercier les particuliers, les municipalités et les chefs de service des organismes qui les avaient reçus. Les allocutions qu’il eut à prononcer furent faites avec l’approbation de Cambon, l’ambassadeur de France à Berlin.

  • 3  Ibid.

5Le but que se proposaient les sociétés franco-allemandes sur l’initiative de qui ce tour avait été lancé était purement commercial. De tels échanges devaient, selon eux, aider au rapprochement commercial et industriel entre les deux pays. Selon Andler donc, ni les organisateurs de ce voyage, ni lui-même, qui ne s’était jamais cru « investi d’un rôle politique »3, n’avaient voulu donner un caractère politique à ce séjour allemand. Pourtant c’est bien ainsi qu’il fut perçu dans les milieux de droite.

Le rôle de l’action française

6L’Action française ne perd pas de temps pour protester contre le voyage d’Andler. A travers son nouveau quotidien elle prépare les manifestations de rues qui se déclencheront au retour. Le 24 avril, elle mentionne le voyage des étudiants en Allemagne. Le 25 avril, elle cite dans ses colonnes, sans commentaire, trois opinions de poids, celle du critique Jules Lemaitre, un des membres de la Ligue de la Patrie française passé à l’Action française, de Maurice Barrès et de Juliette Adam, ancienne gambettiste de renom, également passée à l’Action française, pour qui le voyage des étudiants représente rien de moins que la « glorification de l’oubli » de 71, une « abdication coupable », une « trahison criminelle », en somme un « crime national ». Le 4 mai, le jour de la reprise des cours universitaires, l’Action française annonce pour le soir même — en première page de son journal — une réunion « Contre l’oubli de 71 ». Le 5 mai, en manière de publicité politique, elle étale sur plusieurs colonnes de son quotidien de larges extraits des interventions faites la veille.

7Au cours de cette réunion, prirent la parole, entre autres, Henri Vaugeois, codirecteur avec Léon Daudet de L’Action française, Pierre Lasserre, Maurras, Abel Manouvriez et Léon Daudet. Les thèmes abordés seront repris dans les semaines qui suivent par la presse de droite. L’excursion au cours de laquelle les étudiants ont « fraternisé » (Vaugeois) avec l’Université de Berlin représente une « manifestation antifrançaise » (Manouvriez) dirigée par un « barbare sorbonnard » (Manouvriez), un professeur révolutionnaire.

  • 4  Rapport du 5 mai de la Préfecture de police de Paris (BA 1341, ff. 118-119).

8En fait, c’est l’enseignement républicain qui est mis en cause car c’est lui qui tente de dénationaliser la jeunesse française à la fois sur le plan politique et intellectuel : d’une part, cet enseignement prêche « le pacifisme » et « l’oubli des injures » (Lasserre), d’autre part, il prétend « fusionner » la culture française et allemande (Lasserre). Mais derrière la Sorbonne se profile la République, la grande coupable, cette république qui « a enfanté » Dreyfus (Lasserre) et n’a pas su « prépare [r] la revanche » (Robain) 4.

  • 5  Voir L’Action française du 5 mai 1908.

9Pour l’Action française, l’Allemagne est le miroir qui renvoie à la France sa propre image, une image de faiblesse sur le plan intellectuel et politique. La France subit la culture allemande, notamment en matière de philosophie et de musique. Bien que sa propre culture soit, d’après les partisans de l’Action française, supérieure à la culture germanique, la France s’est laissé imprégner d’apports allemands. Cette batardisation sur le plan culturel est le reflet de l’humiliation politique de la France qu’entretient une République affaiblie et divisée par les tensions idéologiques qui la traversent. Face à elle se dresse la Monarchie allemande qui, elle, au contraire, offre le spectacle de sa puissance et de son unité politique5.

10La séance se clôt sur la prise de parole par Daudet : dans cette nouvelle affaire l’Action française ne se départira pas de l’attitude qui a été la sienne à l’égard de l’affaire Dreyfus. Elle se mobilisera jusqu’à « vengeance complète ». L’Action française tient parole : deux jours plus tard, sous son instigation, Andler devient la cible de manifestations bruyantes à la Sorbonne et au Quartier latin.

Les manifestations du quartier latin

11Le 7 mai, le jour de sa rentrée, Andler ne pourra donner son cours public sur le lyrisme allemand contemporain. Une cinquantaine de jeunes gens nationalistes et cléricaux, dont un grand nombre de l’Institut catholique, avaient envahi l’amphithéâtre Guizot où se tenait son cours et criaient « Conspuez ! A Berlin ! ». Leur manifestation provoque une contre-manifestation composée d’environ cent cinquante étudiants de la Faculté des lettres venus sur les lieux pour défendre Andler. Les tentatives de celui-ci pour imposer le calme et faire son cours se révèlent vaines et il doit quitter la salle. Les manifestants se déplacent alors dans la cour d’honneur de la Sorbonne, pour se diriger ensuite vers la place de la Sorbonne, autour de la statue d’Auguste Comte et, après, se déverser dans les rues du Quartier latin.

  • 6  On Chahute ! On Chahute, L’Humanité, 15 mai 1908.
  • 7  Au Quartier latin : violentes bagarres, La Libre Parole, 15 mai 1908.
  • 8  A la Sorbonne, La Dépêche, Journal de la démocratie, 9 mai 1908.

12Pendant plus de deux semaines le Quartier latin se maintint ainsi en état d’effervescence. Au début de chaque manifestation, les partisans et les adversaires d’Andler, tels « les héros d’Homère »6, se scrutaient avant de se lancer dans une nouvelle bataille. Parmi les manifestants — qui ne se limitaient pas aux seuls étudiants — figuraient toutes les couleurs politiques : socialistes, sillonnistes, républicains, d’une part, et toute la gamme des nationalistes avec l’Action française en tête, de l’autre. De plus, selon la presse nationaliste et antisémite, les Andlériens se composaient d’une véritable faune humaine : de nombreux juifs, « métèques », « mulâtres »7, Russes, Arméniens, Roumains, Italiens, Anglais, Allemands. Les partisans d’Andler scandaient : « Vive Andler ! A bas L’Action française ! Vive la République sociale ! A bas Barrès ! Barrès à Charenton ! » tandis que ses adversaires criaient : « Conspuez Andler ! A bas Andler ! Andler à Charenton ! Vive Barrès ! Vive L’Action française ! Vive le Roi ! » Les uns chantaient L’Internationale, les autres La Marseillaise ; certains arboraient un drapeau rouge, d’autres un drapeau tricolore — « emblèmes » qui incitaient à la bagarre et qui étaient aussitôt « arrachés et foulés aux pieds » par les manifestants8. La police dut intervenir pour disperser les rassemblements et procéder à des arrestations.

13Il fut question de suspendre les cours d’Andler jusqu’au retour du calme au Quartier latin. Mais finalement la décision fut prise de fermer son cours au grand public, acte par lequel se rompait la tradition selon laquelle les auditeurs avaient la possibilité d’assister librement aux cours publics donnés en Sorbonne. La nouvelle mesure n’autorisait l’accès à l’enceinte de la Sorbonne qu’aux étudiants de la Faculté des lettres et des sciences qui présenteraient une carte d’étudiant, et les portes des salles de classe étaient gardées par des huissiers. C’est ainsi qu’Andler put dispenser son enseignement malgré les manifestations qui se poursuivaient au-dehors.

Les réactions de la presse

14Pendant ces journées chaudes du Quartier latin, de nombreux articles signés d’auteurs ou de grands noms de la presse de l’époque paraissent sur l’affaire Andler, surtout dans les journaux de droite. Nous relevons les noms de Maurice Barrès et, parmi les membres de l’Action française, ceux de Léon Daudet, Charles Maurras, Pierre Lasserre, Maurice Pujo, Henri Vaugeois. A gauche, ceux de Célestin Bouglé et Gérault-Richard.

La Gauche

  • 9  Les Revenants, La Dépêche, 17 mai 1908.
  • 10  Manifestations, La Dépêche, 11 mai 1908, p. 1. Les citations de Bouglé qui suivent sont toutes de (...)

15Dans deux éditoriaux de La Dépêche de Toulouse, le sociologue et ancien dreyfusard Célestin Bouglé défend Andler contre les attaques de L’Action française. Il se place sur le même plan que les nationalistes — la défense de la culture française, de la patrie française. Contrairement à ce qu’affirment « les revenants » qui font une « cynique utilisation du patriotisme »9 et ont une notion surannée du nationalisme, le voyage d’Andler vise justement à défendre l’intégrité de ces valeurs nationales. La culture française n’est pas homogène, selon Bouglé, sa littérature s’est enrichie aux cours des siècles grâce à des emprunts faits à des pays voisins. C’est donc dans « l’intérêt même de notre culture française »10 que les rencontres avec les étrangers doivent se multiplier.

  • 11  Paraît également quelques jours après la première manifestation une lettre ouverte adressée au dir (...)

16Par ailleurs, d’après Bouglé, les contacts entre la France et l’Allemagne sont encore plus importants pendant cette période rendue particulièrement tendue par les intérêts conflictuels des deux pays au Maroc. De tels « rapprochements de groupe à groupe » peuvent aider les deux peuples à résister à leur « ennemi commun » qu’est l’ambition coloniale, à savoir « l’esprit impérialiste ». A travers son voyage, Andler n’a fait que poursuivre, « à travers la réalité concrète, l’œuvre de transmission scientifique à laquelle il s’est voué ». En bref, il a ainsi rempli sa mission de professeur, celle « d’intermédiaire intellectuel » entre les deux pays11.

La Droite

17Trois articles de Léon Daudet d’une extrême virulence méritent notre attention : « La dernière classe », « Les Métèques au Quartier latin » et « D’Andler à Dreyfus par Zola ». Le premier et le troisième article — de brillants morceaux de bravoure — pourraient figurer dans une anthologie de journalisme satirique.

  • 12  D’Andler à Dreyfus par Zola, L’Action française, 22mai 1908.

18Pour Léon Daudet, se prononçant lors de la réunion de l’Action française que nous avons déjà mentionnée, l’affaire Dreyfus est la grande coupable dans cette nouvelle affaire, l’affaire Andler. C’est la crise fondatrice qui a fait perdre à la France son identité nationale et l’a livrée aux mains des étrangers. L’affaire Andler n’est donc que le symptôme du mal dont souffre la patrie depuis dix ans. Selon une telle optique, les manifestations nationalistes du Quartier latin sont celles d’une jeunesse qui « avait senti que la promenade d’Andler ramenait à Zola et à Dreyfus, par Berlin »12.

  • 13  Daudet, Les métèques au Quartier latin, L’Action française, 17 mai 1908.
  • 14  Ibid.
  • 15  Ibid.

19En effet, d’après Daudet, par sa résonance internationale, 1’ « Affaire du traître Dreyfus », « cette plaie béante », fut la première affaire qui fit « appel »13 à toute la faune internationale en quête d’aventures, de révolutions. Les manifestations andlériennes suivent la voie tracée dix ans plus tôt ; elles sont le fait de toute une faune internationale, la « charogne juive » en tête, « reconnaissabl[e] à la crinière et à l’odeur »14. Cette tutelle que les étrangers exercent sur la vie politique française a aussi pénétré l’enseignement français. Créant un amalgame entre mouvement littéraire et mouvement politique, Daudet écrit qu’au sein même de l’Université « [l]e bas romantisme dreyfusard », c’est-à-dire l’étranger, « souille partout notre classicisme naturel »15.

  • 16  L’Action française, 10 mai 1908.
  • 17  L’affirmation du préceptorat impérial d’Andler est basée sur une pure invention. Voir A. J. B., An (...)

20Dans « La dernière classe »16, une parodie du conte émouvant de son père, il fait une démonstration théâtrale de l’emprise de l’étranger sur les hauts lieux du savoir. Nous ne nous trouvons plus en 1871 dans la salle de classe d’un instituteur alsacien qui donne sa dernière leçon de français devant ses élèves et les vieux du village, jour fatidique avant la remise de l’école aux vainqueurs prussiens. En 1908, nous sommes assemblés à six heures du matin à la Sorbonne dans une salle où trône un buste de Zola entre deux drapeaux rouges. Andler y a convoqué tous ses fidèles en anticipation de l’offensive que lui prépare l’Action française. Sont réunis autour de lui non pas des Français de souche, mais des « métèques », dreyfusards et traîtres de toutes catégories, les morts et les vivants : les anarchistes russes, norvégiens et turcs, les juifs Durkheim, Basch et Alfred Naquet, les frères Reinach —Joseph, Salomon et Théodore — ainsi que tous les noms à résonance juive — les Kohn-Kahn-Kühn, les Lévy —, les protestants dont une trentaine de Monod, les républicains, qu’ils soient professeurs, écrivains ou généraux, tels Gabriel Séailles, Charles Seignobos, Anatole France et Louis André, les internationalistes, Jaurès et Hervé, les traîtres français — l’enseigne de vaisseau Ullmo et le général Bazaine. Devant une telle assemblée des nations non françaises, Andler, à l’instar de l’instituteur Hamel, commence sa dernière leçon, mais non pas en bon français, mais en un français germanisé dont Daudet offre au lecteur un pastiche (« Mesdames, meine herren, mes chers amis, Ce n’est pas sans une profonde émotion que je, de Berlin avec élèves revenu, à vous mes sentiments de gratitude présente »). Et Andler clôt sa leçon, non pas en écrivant au tableau noir, comme le vieil instituteur alsacien, un seul « Vive la France » mais en y traçant : « Vive l’Allemagne ! Vive la France ! », symbole même de son internationalisme traître. Rien d’étonnant, selon la droite, aux actes de trahison d’Andler. Ce dernier n’était-il pas l’ancien précepteur du Kronprinz, le fils de Guillaume II17 ?

  • 18  Protestation des étudiants français, La Libre Parole, le 21 mai 1908. Remarquons que cette protest (...)

21Ce thème d’une université française sous l’emprise de l’étranger est repris dans la « Protestation des étudiants français » placardée le 20 mai sur les murs du Quartier latin. L’arrogance de leur déclaration et le mépris témoigné à l’égard de l’étranger sont frappants. La France y est définie comme « première née de la Civilisation occidentale, héritière de Rome et d’Athènes » ; elle subit une bâtardisation en s’étant laissé imprégner par « la culture primaire », c’est-à-dire par une culture barbare, qu’elle soit celle de Rousseau ou de Kant, « de l’anarchiste russe » Tolstoï ou du « Vénitien pornographe » Zola18.

22Le voyage d’Andler en Allemagne n’est qu’un prétexte, le support dont Daudet et les nationalistes ont besoin pour construire un scénario qui clame la perte de l’identité de la France. L’Allemagne, l’ennemi numéro un, n’occupe pas un site privilégié dans ce panorama, n’étant que le symptôme, parmi d’autres, d’une France qui a vendu ou perdu son âme.

23Même si ce fut avant tout l’Action française qui organisa et mena la bataille contre Andler, Barrès, fort de son prestige, prépara lui aussi le terrain pour les manifestations anti-andlériennes. Son premier article, intitulé « Le voyage de trente et un maladroits » parut le 5 mai en première page de L’Echo de Paris, le lendemain de la réunion mobilisatrice de l’Action française.

24Comme Daudet, Barrès perçoit un lien étroit entre le dreyfusisme d’Andler et son ouverture envers l’Allemagne : « Il semble bien que ce soit l’affaire Dreyfus qui ait germanisé Charles Andler », dit-il dans « Le voyage des trente et un maladroits ». Avant l’Affaire on n’aurait pu dénier le « nationalisme alsacien-lorrain » de ce dernier, même s’il était déjà un « humanitaire-anarchiste ».

  • 19  « Le voyage des trente et un maladroits ».
  • 20  Ibid.
  • 21  Encore nos trente maladroits, L’Echo de Paris, 11 mai 1908.

25Quoique sarcastique par endroits et ironique à l’égard d’Andler, Barrès, contrairement à Daudet, soulève une question fondamentale, celle des rapports que la France entend entretenir avec l’Allemagne. Selon lui, le voyage d’Andler était dangereux sur le plan politique. A Berlin les autorités allemandes avaient accueilli les étudiants en diplomates français : réceptions et toasts furent offerts en leur honneur. Aux yeux du monde on aurait pu se croire à « l’aube »19 d’une grande réconciliation franco-allemande. C’est la raison pour laquelle les participants d’un telle excursion avaient été « naïf[s]20 », et Andler, qui n’était plus depuis longtemps un étudiant, mais un professeur titulaire en Sorbonne, irresponsable. Si un étudiant désirait aller en Allemagne, il pouvait le faire à titre individuel en s’adressant aux agences de voyages Cook ou Lubin, au lieu de se joindre à la « caravane »21 d’Andler. Non seulement ce dernier avait servi de guide aux étudiants, mais il n’avait pas su empêcher que ce voyage ne revêtît un caractère officiel. C’était au Quai d’Orsay d’établir de tels contacts avec l’Allemagne.

  • 22  « Le voyage des trente et un maladroits ».
  • 23  Ibid.

26D’après Barrès, le manque de réalisme d’Andler provenait du milieu qui l’avait formé, l’Ecole normale avec ses « paradoxes ingénieux et confus »22. En fait, Barrès voit en Andler, 1’ « intellectuel » dreyfusard qui se meut parmi des abstractions qui n’ont rien à voir avec la réalité politique. C’est non seulement le dreyfusisme, mais aussi l’université républicaine, qui sont mis en cause ici. Pour conclure son premier article, Barrès lance un appel à l’université : qu’elle se reprenne, se désolidarise d’Andler et proclame que les « pères n’acceptent pas qu’on dresse leurs fils à les trahir »23.

  • 24  « Encore nos trente maladroits ».

27Même si, selon Barrès, 1’ « autorité magistrale »24 d’Andler ne sort pas grandie d’une telle expédition en Allemagne, ce voyage aura servi de leçon aux participants, mais non pas dans le sens où l’entendaient les organisateurs. Témoins de la réaction française à un tel voyage, ces jeunes ont pu comprendre le rôle que les Allemands avaient voulu leur faire jouer. Et Barrès conclut son second article, « Encore nos trente maladroits », sur une note optimiste : cette prise de conscience de leur part n’a pu que raviver leurs « sentiments alsaciens-lorrains » et leur « patriotisme ».

28Pour appuyer son argument — à savoir le rapport entre randonnée en Allemagne et patriotisme français — Barrès renvoie ses lecteurs à une lettre qui lui fut adressée par un jeune professeur agrégé d’allemand et qu’il se charge de faire publier dans L’Echo de Paris. La lettre parue le 16 mai n’est pas signée, mais son auteur dit avoir été l’élève d’Andler l’année précédente. Cet agrégé procède d’une manière habile : il prétend être ouvert à l’Allemagne, il y a fait plusieurs séjours d’études et chaque fois, au début, tout l’attire ; il n’a pu qu’être frappé par les « solides vertus germaniques ». Si ses sentiments se sont modifiés, c’est dû à l’attitude des Allemands envers les Français. Derrière leur hospitalité, leur soi-disant admiration pour tout ce qui est français, se cache leur « mépris » pour les Français. Par exemple, les Allemands traitent les chefs français d’ « incapables » et les soldats français de « brutes ». Ne trouve grâce à leurs yeux que ce qui n’est pas authentiquement français : Nancy, « cité germanique » où l’on parle « teuton » dans les rues ; Jaurès et Zola : le premier des deux hommes « assemble », selon eux, « nos qualités les plus rares » tandis que le second, « son compère, représente la France littéraire ».

29Les impressions d’Allemagne de ce jeune professeur sont, selon lui, celles de tout Français ayant séjourné outre-Rhin. Le voyageur français ne peut donc que revenir en France avec un conscience ravivée de la valeur de tout ce qui est « vraiment » français. Selon cet agrégé, les bienfaits d’un voyage en terre germanique ne sont, en effet, pas négligeables : « Quiconque a connu leur métaphysique abstruse, leur pesante philologie, leur romantisme malsain, rentre dans l’atmosphère gauloise avec une joie, un bien-être insoupçonnés. »

30Dans cette lettre, un voyage d’études à l’étranger est dévié de son but originel : ce n’est plus la rencontre de l’autre qui importe, ni la remise en question de soi à travers l’autre ; l’autre sert ici de véhicule pour réaffirmer sa propre supériorité. Nous pourrions aussi dire que, dans l’optique de Barrès, ce jeune professeur agrégé « rachète », par sa lettre, la « trahison » des « fils » en se montrant solidaire des « pères ». Mais en le faisant, il trahit une autre figure d’autorité, son maître Andler.

  • 25  Nous pourrions évidemment nous demander si cette lettre est authentique. Barrès aurait aussi pu la (...)

31Avec la publication de cette lettre25, Barrès enrôlait un contemporain des étudiants pour donner une leçon de civisme à la jeunesse et les retourner contre un des symboles du prestige intellectuel de la Sorbonne.

Les discours d’Andler en Allemagne

  • 26  Nous avons retrouvé chez Mme Françoise Westphal, la petite-fille d’Andler, le brouillon des deux d (...)

32L’opposition de Barrès au voyage des étudiants fut-elle aussi motivée par sa connaissance du caractère des discours qu’Andler avait prononcés en Allemagne ? Au ton et au contenu de ces discours, nous pouvons nous le demander. Le premier fut prononcé le 25 avril à l’Université technique de Charlottenburg, l’autre, le 27 avril, à la mairie de Schöneberg26.

  • 27  Rappelons que ce fut sous l’instigation de Guillaume II qu’au début du xxe siècle la « Technische (...)

33Dans ces deux allocutions Andler félicite l’Allemagne des progrès faits dans le domaine de l’enseignement supérieur et déclare qu’ils pourraient servir d’exemples à la France. Il flatte ainsi la fierté allemande. Reconnaissant « l’importance nationale de cette université [l’Université technique] »27, Andler déclarait : « Nous savons que les plus grands capitaines d’industrie et les meilleurs architectes de l’Allemagne y ont puisé leur formation. Et l’activité scientifique ambitieuse, l’esprit d’invention, tels qu’ils sont cultivés ici, ne sont pas les derniers à avoir permis à la nation allemande de résoudre les grands problèmes architectoniques et technologiques qui se sont posés au cours des dernières décennies d’essor économique.

34Nous voulons maintenant apprendre comment travaille votre peuple. »

35Comme le craignait Barrès, Andler semblait aussi accorder à leur voyage un statut tout au moins semi-officiel. Le groupe était, selon Andler, « une ambassade de la jeunesse », une délégation de jeunes qui serait suivie un jour, espérait Andler, de délégations officielles : « Il faudra bien qu’un jour, quand les circonstances voudront bien le permettre, que des gens plus haut placés que nous et des experts viennent à notre place. » En conclusion, Andler proclamait que c’était grâce à leur visite que les étudiants et lui-même avaient pu apprendre de l’Allemagne : « Mais le fait que nous avons pu embrasser l’organisation planifiée de la culture technique en Allemagne, le fait qu’un guide aussi averti nous ait permis de comprendre ce qui est réalisé ici, voilà qui restera dans nos mémoires comme un trésor et une expérience pour la vie entière. »

36Les éloges enthousiastes qu’Andler prodiguait à l’Allemagne sont un panégyrique de sa capacité de combler le fossé entre les activités d’ordre intellectuel et technique, et ceci dans le but de favoriser l’éclosion des forces de la nation. Andler semblait ainsi voir en l’Allemagne le chef incontestable de la nouvelle ère technologique. C’était un chef qu’on devait imiter.

  • 28  Dès 1904 Andler avait exprimé sa méfiance à l’égard de certains chefs de la social-démocratie alle (...)
  • 29  Voir d’Andler, Le socialisme impérialiste dans l’Allemagne contemporaine. Dossier d’une polémique (...)

37En effet, ces discours avaient de quoi choquer les consciences nationales françaises, qu’elles soient de droite ou de gauche. Jusqu’à quel point traduisaient-ils les sentiments d’Andler à l’égard de l’Empire ? Sans aucun doute, Andler, comme beaucoup d’intellectuels français, admirait les progrès scientifiques et la force de travail des Allemands. Mais, d’autre part, il craignait la poussée du chauvinisme et du militarisme allemands28. Fait ironique, après avoir été la « bête noire » des nationalistes français en 1908, Andler deviendra, en 1912-1913, celle du Parti socialiste pour avoir déclaré publiquement sa méfiance à l’égard de la social-démocratie allemande29.

Lettres adressées à Andler

38Si Andler dut subir en 1908 des attaques de part et d’autre, il rencontra aussi diverses formes de soutien : lettres d’amis ou d’étrangers, réunions d’étudiants et de la Ligue des droits de l’homme.

  • 30  Lettre du 9 mai 1908. Toutes les lettres auxquelles nous nous référerons sont inédites. Elles se t (...)
  • 31  Lettre du 8 mai 1908.

39Parmi les lettres de ses collègues, nous avons retrouvé celle de Xavier Léon, directeur de la Revue de métaphysique et de morale, qui dénie aux manifestations toute portée politique, les qualifiant de « "chahut" idiot » digne tout au plus du « mépris » d’Andler30. Pour Victor Basch, à l’époque chargé de cours d’allemand, elles représentent « l’invasion des Barbares »31.

  • 32  Lettre du 15 mai de R. Petitdidier.
  • 33  Lettre du 18 mai de Ph. [ ?] Baert.
  • 34  La signature est illisible. La lettre est datée du 7 mai.

40D’autres lettres, celles d’inconnus, expriment à Andler leur « approbation enthousiaste »32, leurs « félicitations »33 pour sa tentative d’un rapprochement franco-allemand. Selon un nommé Chatin-Ginouvin [ ?]34— un représentant de la Concorde internationale des solidaristes et des pacifistes — Andler a « servi la cause de l’humain solidarisme » et pourrait ainsi devenir un de leurs chefs.

41Certaines lettres parlent de la portée politique ou culturelle d’un tel voyage ou encore s’attardent sur le comportement des nationalistes français. Pour Baert, de toute apparence un lecteur de français en Allemagne, de tels échanges peuvent enseigner aux Allemands, un peuple « à la ténacité positive », « lettré et désireux de s’instruire », les qualités sociales qui leur manquent : « l’élégance », « le bon ton » et « le savoir-vivre » français. Aucune critique des Allemands chez cet universitaire, tout au plus une évocation de leur nationalisme lorsqu’il se réfère à un « orgueil de nationalité » chez ce peuple resté « simple ». Bref, une nation travailleuse, instruite, ambitieuse, mais mal dégrossie. Le rôle d’Andler aurait été de faire valoir les grâces françaises !

42Deux lettres, celle d’un ancien élève d’Andler, le normalien Pierre Comert, l’autre d’un certain Petitdidier, professeur d’histoire à Nantua, discutent avant tout de l’attitude des nationalistes, évoquant leur hypocrisie et les contradictions dont ils font preuve.

  • 35  Lettre du 8 mai 1908.

43Selon Comert, les jeunes nationalistes s’insurgent contre le voyage d’Andler comme si ce n’étaient pas leurs propres pères qui — en 1871 — s’étaient agenouillés devant l’Allemagne et avaient signé le traité de Francfort. Comert juge donc le voyage utile parce qu’il révèle que l’éducation politique de ces jeunes est à faire. Ils devront apprendre « qu’ils ne peuvent plus ignorer l’Allemagne »35.

44Petitdidier écrit une lettre d’un tout autre ton. Il ne fait rien moins que le procès des nationalistes, responsables de « cette stupide politique de "chiens de faïence" » qui existe entre la France et l’Allemagne. Il en cite une des conséquences. C’est ce « blocus » pratiqué par la France à l’égard de son voisin qui, d’après lui, explique le manque de communication ferroviaire entre la France et l’Alsace. Et Petitdidier ironise : « Isoler les Alsaciens de nous, voilà le moyen de stimuler leur fidélité ! » Les nationalistes ne sont à ses yeux que des « malfaiteurs publics » à qui on devrait faire subir un sentiment d’exil comparable à celui que ressentent les Alsaciens : « Que l’on déporte Barrès et ses acolytes [...] dans quelque encoignure de la frontière où il [s] ai[en]t le loisir de bouder l’Allemagne. » Mais non content d’un tel exil par trop douillet pour ces nationalistes qu’il semble considérer comme des traîtres, Petitdidier se ravise aussitôt et déclare : « Si ces gens ne méritaient Fresnes, c’est Charenton qu’il leur faudrait. »

  • 36  Lettre du 8 mai 1908.
  • 37  Selon le dire d’un autre élève d’Andler, le germaniste Jean Fourquet.
  • 38  Andler, aussi, joua un rôle, et non des moindres, dans son évolution.
  • 39  Comme Andler, Bianquis est d’origine protestante.

45Parmi les lettres que nous avons retrouvées, c’est celle de Geneviève Bianquis36, l’élève préférée37 d’Andler et futur professeur à l’Université de Dijon, qui est la plus dense et significative sur le plan politique et personnel. G. Bianquis témoigne de l’autorité intellectuelle et morale dont jouissait Andler dans le milieu universitaire : « Vous avez eu pour vous et pour tout ce que vous représentez d’idées généreuses toute la Sorbonne et l’Ecole normale, contre cette bande d’énergumènes sortis d’on ne sait où. » Les « idées généreuses » dont Andler est porteur correspondent à celles transmises par la Révolution française « qui a voulu la fraternité des peuples ». Ainsi, suggère-t-elle, c’est Andler et ceux qui le soutiennent qui se situent dans « la véritable tradition française » et non pas les nationalistes, comme le prétendent ces derniers. Si les Andlériens se réclament de la tradition révolutionnaire, c’est l’affaire Dreyfus, « la grande passion de [s]on enfance », qui est pour G. Bianquis — et sans doute pour toute sa génération — la crise formatrice. C’est de cette époque qu’elle date sa « défiance extrême38 à l’égard de tout ce qui est réaction, catholicisme, antisémitisme, protestantisme rétrograde39, modérantisme de tout genre. Et aussi une vivante sympathie pour le socialisme, même et surtout internationaliste. »

46Comme Daudet et Barrès, G. Bianquis crée un lien étroit entre dreyfusisme et andlérisme, mais selon une tout autre optique.

47Autre aspect frappant de cette lettre. Tout en étant choquée par les manifestations, G. Bianquis comprend la position des nationalistes. Elle aussi se réclame d’un sentiment d’honneur national qu’elle juge fort mal défendu par les nationalistes : « Nous sommes, avoue-t-elle, confus surtout de nous sentir, malgré tout et parce que Français, solidaires de cette démonstration honteuse. » Elle semble ici suggérer que ceux qui soutiennent Andler éprouvent néanmoins un malaise à l’égard de son voyage qui — se plaçant sous le signe d’une amitié franco-allemande — peut paraître effacer le passé. G. Bianquis reconnaissait que cette expédition à laquelle les autorités allemandes avaient réservé un accueil enthousiaste risquait d’être mal interprétée par plus d’un Français, qu’il soit de droite ou de gauche. Mais ajoute-t-elle : « Nous qui vous connaissons, nous savons comme il est inepte de vous accuser de sympathie exagérée pour l’Allemagne et l’esprit allemand. Mais comment faire entendre raison à de pareils sauvages ? »

La réunion de la Ligue des droits de l’homme

  • 40  Par exemple, les étudiants radicaux et radicaux-socialistes convoqueront, pour le 23 mai, une réun (...)
  • 41  Voir le compte rendu de la réunion dans le Bulletin officiel de la Ligue des droits de l’homme, 30 (...)
  • 42  Cité dans le Bulletin officiel de la Ligue, p. 869.

48Pendant les manifestations des réunions40 furent organisées pour débattre de l’affaire Andler. Mais c’est la Ligue des droits de l’homme qui, le 22 mai, organisa la plus importante réunion41 consacrée à défendre publiquement Andler. Deux mille personnes répondent à 1’ « Appel » que la Ligue avait affiché au Quartier latin. Cet appel, inscrit sous le signe de l’affaire Dreyfus, s’insurge contre les « Revenants » — « les féaux du roi » — et leur tentative de « salir la pure mémoire du plus héroïque des artisans de la révision »42. Pendant la réunion prennent la parole Francis de Pressensé, le président de la Ligue, Victor Basch et Ferdinand Brunot, professeur d’histoire de la langue française à la Sorbonne.

49Nous retrouvons dans ces discours des membres de la Ligue les thèmes évoqués par G. Bianquis : la Révolution française, l’affaire Dreyfus, l’Entente internationale. En défendant Andler, c’est l’héritage révolutionnaire qu’ils défendent, cet héritage que l’affaire Dreyfus avait réaffirmé avec éclat.

  • 43  Bulletin officiel, p. 871.
  • 44  Ibid.
  • 45  Cité dans le Bulletin, p. 869.

50La Ligue entend battre les nationalistes sur leur propre terrain en affirmant que ce sont les républicains — les dreyfusards des dernières années — qui représentent la véritable tradition française, et non les défenseurs du « nationalisme intégral ». Ceux-ci ne sont que des « Revenants » — qui veulent rejouer l’affaire Dreyfus, — des « fantômes du passé »43, les vestiges d’une France archaïque, pré-révolutionnaire, renfermée sur elle-même. Cette négation de l’évolution historique de la France est une négation du « génie français »44. La Ligue retourne contre les nationalistes les épithètes que ceux-ci utilisent pour désigner leurs adversaires : ce sont eux les faux patriotes et non pas les républicains, ce sont eux les « barbares »45 et non pas les étrangers.

  • 46  Cité dans le Bulletin, p. 873.

51Dans un discours émouvant le Lorrain Brunot définit ce qu’il entend par patriotisme : « C’est précisément parce que j’aime mon pays que je répudie cette forme haineuse de patriotisme »46 que représente le refus de dialogue ou de tout contact avec l’Allemagne. Brunot suggère ici que le patriotisme haineux est un patriotisme vide de toute substance car il a besoin de cette haine pour construire sa propre identité qu’il a érigée par opposition aux autres.

  • 47  Cité dans le Bulletin, p. 872.
  • 48  Cité dans le Bulletin, p. 873.
  • 49  Ibid.

52A travers des exemples personnels, Brunot explique le lien entre patriotisme authentique et désir de connaître l’autre : sentant « qu’il fallait connaître ses adversaires »47, ce fut par patriotisme lorrain qu’il se rendit dans sa jeunesse en Allemagne. Seul un séjour outre-Rhin lui apprit que la conscience allemande n’était pas monolithique : s’y trouvaient des voix pour qui l’annexion représentait un crime. Par ailleurs, il affirme que l’avenir intellectuel de la France dépend d’une connaissance de cette Allemagne qui « règne en maîtresse »48 sur plus d’un domaine scientifique. Et pour ceci « [s]achez l’allemand et l’Allemagne »49 proclame Brunot à son auditoire et à ses étudiants.

  • 50  Cité dans le Bulletin, p. 874.
  • 51  Ibid.

53Pour la Ligue le voyage d’Andler s’inscrit bien dans un tel projet. « Derrière Andler [...] c’est l’esprit nouveau »50, l’esprit d’ouverture sur le monde que les nationalistes tentent d’atteindre. Une telle ouverture est la condition sine qua non du « rayonnement » de la France, de Paris, de la Sorbonne « sur le monde »51. Toute censure intellectuelle semblable, telle celle qui s’est produite à l’égard du voyage d’Andler, toute manifestation xénophobe contre ceux que l’Action française appelle les métèques et les juifs, porte atteinte au rayonnement de la France, à son identité en tant que foyer lumineux de l’Europe.

  • 52  Cité dans le Bulletin, p. 876.

54La réunion de la Ligue paraît clore les débats engagés autour d’Andler. Le lendemain, en signe de reconnaissance, ce dernier leur adresse une lettre qui exprime sa crainte que cette affaire ne débouche sur une autre affaire mettant en cause avec lui « toute la Ligue des droits de l’homme, et tout le dreyfusisme. Mais, ajoute Andler : « Vous me retrouverez à vos côtés dès le jour des funérailles de Zola. »52

Les réactions en Allemagne

La presse

  • 53  Studentenkrawall und Schlägerei in Paris, Neue Freie Press, Vienne, 15 mai 1908. Pour la presse de (...)

55Les manifestations provoquées par le voyage d’Andler ne passent pas inaperçues dans la presse de langue allemande. Elles font l’objet de simples comptes rendus ou donnent lieu à des articles à teneur politique. D’après la Neue Freie Press de Vienne, Andler a été accusé par la droite française d’avoir encouragé un rapprochement entre la France et l’Allemagne et d’avoir voulu « livrer » la jeunesse française aux « Prussiens ». Et c’est Barrès dans un article paru dans L’Echo de Paris (il s’agit sans doute de son premier article paru le 5 mai) qui « a mis de l’huile sur le feu »53.

  • 54  Wenn einer eine Reise tut..., Strasburgerpost, Strasbourg, 12 mai 1908.

56L’article du Strasburgerpost est intéressant par les réserves qu’il émet à l’égard de l’accueil quasi officiel accordé aux étudiants français. Tout en qualifiant l’hospitalité allemande « d’enthousiasme méritoire »54 le journal estime « déplacées et maladroites » de telles marques d’attention (les étudiants furent traités « avec une si grande attention [...] et de tels égards »). Ce style de réception était devenu un « piège » pour les organisateurs. En effet Barrès, Daudet et leurs « disciples » se sont saisis de « leur hospitalité bien intentionnée » pour s’en prendre à l’excursion estudiantine. Une occasion inespérée fut ainsi offerte aux nationalistes en quête d’un prétexte pour dénoncer toute tentative d’un rapprochement franco-allemand.

  • 55  « Ein Nachspiel zu dem Besuch französischer Studente in Deutschland », Breslau, 10 mai 1908. Le no (...)

57Tout comme son confrère strasbourgeois, le correspondant d’un journal de Breslau55 perçoit un lien entre l’accueil « extrêmement chaleureux » et quasi officiel réservé au groupe d’étudiants de Paris et la réaction de Barrès et des « têtes brûlées » du « nationalisme intégral ». Il va même jusqu’à dire que c’est cette hospitalité même qui a permis aux nationalistes de donner un tel essor aux manifestions de la Sorbonne. Aucune sympathie chez ce journaliste de Breslau à l’égard des organisateurs de ce voyage d’études ou à l’égard d’Andler. C’est même sur un mode ironique qu’il les évoque. Par exemple, il apparente cette tentative de rapprochement franco-allemand à la pièce de Shakespeare, Peines d’amour perdues. Quant à l’amitié d’Andler pour l’Allemagne, elle ne signifie que peu de chose, puisqu’il est socialiste, ami de Jaurès et traducteur de Marx. C’est un « internationaliste » qui aurait pu aussi bien être un Chinois, qu’un Français ou un Allemand. Le journaliste paraît ainsi mettre en doute le patriotisme d’Andler ou son sentiment d’appartenance nationale. D’où le peu de cas qu’il fait des liens de celui-ci avec l’Allemagne. L’auteur de l’article rejoint la droite française pour qui Andler est « un sans-patrie ». Continuant sur sa lancée ironique, il déclare que seul le Vorwärts, dont les convictions politiques correspondent à celles d’Andler, aurait pu organiser une réception en l’honneur d’Andler, si toutefois le journal social-démocrate possède un vrai salon.

Lettres d’Allemagne

  • 56  Ce fut un certain H. Harder de Hamburg, de 1’ « Organisation allemande pour la paix » (« Deutsche (...)

58A l’occasion de son voyage, Andler reçut d’Allemagne des témoignages individuels de soutien ou de sympathie, dont un poème composé par un certain Carl Ludwig Siemering de Berlin56. Ces vers d’un idéalisme surprenant sur l’amitié franco-allemande sont dédiés à Andler :

59[Y a-t-il plus belle promesse qu’une étroite association de la France et de l’Allemagne ? / La fidèle alliance de l’Allemagne et de la France dans le bonheur et le malheur doit être notre première loi / La France et l’Allemagne liées d’amitié organisent la paix du monde.]

60La foi idéaliste de Siemering fut vite démentie par les événements du mois de mai. Il ne tarde pas à réagir. Le 8 mai, au lendemain des premières manifestations, il écrit à Andler que la réaction de la presse nationaliste française et allemande représente un exemple de la « solidarité » de la « conspiration internationale du mensonge » (internationalen Lügenwerks). Le chauvinisme, qu’il soit français ou allemand, « l’organisation de la haine entre les peuples » ne connaissent pas de frontières. Cette association internationale de la haine représente un travestissement de l’Entente internationale que Siemering avait appelée de ses vœux dix jours plus tôt dans son poème.

  • 57  La date du caché postal est illisible.

61Andler reçut également une carte57 d’un jeune inconnu, C. A. Wille d’Iéna. Cet étudiant en philosophie se présente à Andler comme « un de [ses] admirateurs allemands » qui désire l’assurer de son soutien actif pour « les idéaux » auxquels ce dernier « souscrit ».

  • 58  Fait intéressant à noter, la maison d’édition de Süsserott était également l’agence générale pour (...)

62Nous avons aussi retrouvé une longue lettre de l’éditeur berlinois, Wilhelm Süsserott, un des organisateurs de la rencontre franco-allemande58. Fait intéressant, Süsserott nous apprend que l’empereur Guillaume II avait envoyé un télégramme de remerciements à la suite de la rencontre franco-allemande. Pour l’éditeur, c’était la preuve que 1’ « Allemagne officielle », tout au moins celle autour de l’Empereur, ne s’était pas laissé influencer par la presse allemande, hostile au voyage d’Andler.

63Cette lettre est aussi une expression de l’admiration de Süsserott pour Andler en tant que professeur et en tant qu’intermédiaire dans les relations franco-allemandes : « La grande impression que vous avez produite en Allemagne est ineffaçable. Un premier homme de courage ! Pourquoi la France n’en a-t-elle pas davantage ? Pourquoi tous les professeurs ne sont-ils pas aussi courageux et les étudiants derrière eux ? »

Conclusion

64Malheureusement nous ne savons pas quelle fut la réaction d’Andler aux événements du printemps de 1908. Nous n’avons retrouvé aucune lettre qui exprime ses opinions personnelles ou politique sur ses hôtes allemands. De même les blessures qu’il aurait ressenties à la suite des manifestations hostiles ou des articles si mordants à son égard nous sont inconnues.

65L’expérience de 1908 fut sans aucun doute éprouvante pour Andler mais ne l’empêchera pas d’accepter en 1911 une seconde mission en Allemagne, plus « officielle » mais moins propre à servir des visées politiques. A nouveau Liard lui demande de représenter l’Université de Paris lors de la célébration du centenaire de l’Université de Breslau. L’année suivante, en 1912-1913, la polémique publique qu’Andler engagera avec le Parti socialiste français attestera à nouveau qu’il n’est pas homme à éviter des confrontations pénibles.

  • 59  Cité dans Eugen Weber, L’Action française, trad. de l’anglais par Michel Chrestien, Paris, Fayard, (...)
  • 60  Voir à ce sujet Jean-François Sirinelli, Génération intellectuelle, Khâgneux et normaliens dans l’ (...)

66L’affaire Andler est à plus d’un titre un épisode révélateur de l’histoire culturelle et politique de la France au début du xxe siècle. Ce fut à travers elle que les vaincus de l’affaire Dreyfus tentèrent de rejouer l’Affaire sur un mode symbolique et de lui donner un acte final d’où ils sortiraient vainqueurs. Même si elle ne put avoir le dernier mot, l’Action française était parvenue à mobiliser les différents groupes nationalistes et ranimer au sein du Quartier latin l’effervescence combative de 1898-1899. Satisfait de cette victoire, Henri Vaugeois pouvait écrire le 16 mai : « Le nationalisme, notre sentiment de 1898, notre mouvement initial. Voilà ce qu’on redécouvre, identique, intact, chez ces jeunes gens. »59 Une occasion rêvée avait été offerte à l’Action française pour régler son compte à l’un des « intellectuels » qui avaient « fait » l’Affaire. Le voyage d’Andler aura servi de terrain d’essai, de scénario pour ses répétitions avant sa grande « première » du 4 juin. Mais même avec cette clôture officielle de l’affaire Dreyfus, l’Action française continuera — au cours des décennies à venir — à orchestrer d’autres affaires au sein du Quartier latin60. L’affaire Andler fut la répétition générale de toutes ces affaires ultérieures.

Haut de page

Notes

1  Sur Andler, voir la biographie d’Ernest Tonnelat, Charles Andler. Sa vie et son œuvre, publication de la Faculté des lettres de Strasbourg, n° 77, Les Belles Lettres, 1937.

2  Lettre ouverte d’Andler au Temps, 10 mai 1908. Andler y explique comment le voyage avait été organisé et l’esprit dans lequel il devait se dérouler.

3  Ibid.

4  Rapport du 5 mai de la Préfecture de police de Paris (BA 1341, ff. 118-119).

5  Voir L’Action française du 5 mai 1908.

6  On Chahute ! On Chahute, L’Humanité, 15 mai 1908.

7  Au Quartier latin : violentes bagarres, La Libre Parole, 15 mai 1908.

8  A la Sorbonne, La Dépêche, Journal de la démocratie, 9 mai 1908.

9  Les Revenants, La Dépêche, 17 mai 1908.

10  Manifestations, La Dépêche, 11 mai 1908, p. 1. Les citations de Bouglé qui suivent sont toutes de cet article.

11  Paraît également quelques jours après la première manifestation une lettre ouverte adressée au directeur du Temps. Cette lettre de soutien à Andler, rédigée par René Audierne, normalien qui prépare une agrégation de philosophie, est contresignée par quatre cent trente étudiants (Le Cours de M. Andler, Temps, 13 mai 1908.)

12  D’Andler à Dreyfus par Zola, L’Action française, 22mai 1908.

13  Daudet, Les métèques au Quartier latin, L’Action française, 17 mai 1908.

14  Ibid.

15  Ibid.

16  L’Action française, 10 mai 1908.

17  L’affirmation du préceptorat impérial d’Andler est basée sur une pure invention. Voir A. J. B., Andler est un ancien précepteur du Kronprinz, dit-on à l’Ecole normale, L’Action française du 13 mai.

18  Protestation des étudiants français, La Libre Parole, le 21 mai 1908. Remarquons que cette protestation, contrairement à celle qui soutient Andler, n’est pas signée.

19  « Le voyage des trente et un maladroits ».

20  Ibid.

21  Encore nos trente maladroits, L’Echo de Paris, 11 mai 1908.

22  « Le voyage des trente et un maladroits ».

23  Ibid.

24  « Encore nos trente maladroits ».

25  Nous pourrions évidemment nous demander si cette lettre est authentique. Barrès aurait aussi pu la fabriquer.

26  Nous avons retrouvé chez Mme Françoise Westphal, la petite-fille d’Andler, le brouillon des deux discours d’Andler. Nous citons des extraits de celui qu’il fit à la « Technische Hoch-schule » de Charlottenburg. Dans le texte apparaissent des irrégularités dans l’orthographe ainsi que des variantes dans le choix des mots.

27  Rappelons que ce fut sous l’instigation de Guillaume II qu’au début du xxe siècle la « Technische Hochschule » acquit un statut universitaire. L’ambition de l’empereur était de faire de ce type d’instituts des centres intellectuels pour le développement de la puissance économique et militaire de l’Empire.

28  Dès 1904 Andler avait exprimé sa méfiance à l’égard de certains chefs de la social-démocratie allemande. Voir sa correspondance avec Lucien Herr, Correspondance entre Charles Andler et Lucien Herr, 1891-1926, édition établie, présentée et annotée par Antoinette Blum, préface de Christophe Charle, Presses de l’Ecole normale supérieure, 1992.

29  Voir d’Andler, Le socialisme impérialiste dans l’Allemagne contemporaine. Dossier d’une polémique avec J. Jaurès (1912-1913), Paris, Bossard, 2eéd., 1918.

30  Lettre du 9 mai 1908. Toutes les lettres auxquelles nous nous référerons sont inédites. Elles se trouvent en la possession de Mme Westphal à Melun. Je remercie Mme Westphal de m’avoir autorisée à citer les documents en sa possession.

31  Lettre du 8 mai 1908.

32  Lettre du 15 mai de R. Petitdidier.

33  Lettre du 18 mai de Ph. [ ?] Baert.

34  La signature est illisible. La lettre est datée du 7 mai.

35  Lettre du 8 mai 1908.

36  Lettre du 8 mai 1908.

37  Selon le dire d’un autre élève d’Andler, le germaniste Jean Fourquet.

38  Andler, aussi, joua un rôle, et non des moindres, dans son évolution.

39  Comme Andler, Bianquis est d’origine protestante.

40  Par exemple, les étudiants radicaux et radicaux-socialistes convoqueront, pour le 23 mai, une réunion au café Procope à laquelle prendront part également des étudiants nationalistes. Voir les Archives de la préfecture de police de Paris (Cote BA 1524).

41  Voir le compte rendu de la réunion dans le Bulletin officiel de la Ligue des droits de l’homme, 30 juin 1908, p. 869-876.

42  Cité dans le Bulletin officiel de la Ligue, p. 869.

43  Bulletin officiel, p. 871.

44  Ibid.

45  Cité dans le Bulletin, p. 869.

46  Cité dans le Bulletin, p. 873.

47  Cité dans le Bulletin, p. 872.

48  Cité dans le Bulletin, p. 873.

49  Ibid.

50  Cité dans le Bulletin, p. 874.

51  Ibid.

52  Cité dans le Bulletin, p. 876.

53  Studentenkrawall und Schlägerei in Paris, Neue Freie Press, Vienne, 15 mai 1908. Pour la presse de langue allemande, nous n’avons lu que les coupures de journaux retrouvées chez Mme Westphal.

54  Wenn einer eine Reise tut..., Strasburgerpost, Strasbourg, 12 mai 1908.

55  « Ein Nachspiel zu dem Besuch französischer Studente in Deutschland », Breslau, 10 mai 1908. Le nom du journal n’est pas indiqué sur la coupure à laquelle nous avons eu accès.

56  Ce fut un certain H. Harder de Hamburg, de 1’ « Organisation allemande pour la paix » (« Deutsche Friedensgesellschaft ») qui, le 29 avril, communiqua ce poème à Andler. Ce dernier était donc toujours en Allemagne quand le texte fut écrit.

57  La date du caché postal est illisible.

58  Fait intéressant à noter, la maison d’édition de Süsserott était également l’agence générale pour plusieurs journaux, dont la Samoanische Zeitung, la Deutsche Marokko-Zeitung et la gazette Amtsblatt fur das Schutzgebiet Togo.

59  Cité dans Eugen Weber, L’Action française, trad. de l’anglais par Michel Chrestien, Paris, Fayard, 1985, p. 71.

60  Voir à ce sujet Jean-François Sirinelli, Génération intellectuelle, Khâgneux et normaliens dans l’entre-deux-guerres, Fayard, 1988.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoinette Blum, « Charles Andler en 1908 : un Germaniste pris entre la France et l'Allemagne », Revue germanique internationale [En ligne], 4 | 1995, mis en ligne le 05 juillet 2011, consulté le 25 mai 2017. URL : http://rgi.revues.org/506

Haut de page

Auteur

Antoinette Blum

Professeur à l’Université de New York, français

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page