Navigation – Plan du site
L’angoisse du reflet

La France et l’esprit allemand. L’image de la France chez Wilhelm Dilthey

Marion Marquardt
Traduction de Diane Meur
p. 87-101

Résumés

L’article étudie la fonction de l’image de la France dans l’œuvre de Wilhelm Dilthey (1833-1911), considéré comme témoin représentatif de l’horizon intellectuel allemand lors de la fondation du reich en 1870 et 1871. Dilthey déduit de la tradition prussienne des réformes après 1807 — qu’il évalue comme spécifiquement allemande, de l’histoire politique après 1830 et des projets de constitution de 1848 le modèle politique idéal d’un Etat-nation fondé sur la constitution et le droit, un modèle dont il voit la réalisation politique dans la voie prussienne vers l’unification du reich. Cette conception est expressément définie comme un contre-projet au modèle français qui résume les tendances sociales négatives du xixe siècle, des tendances que Dilthey cherche à écarter de l’Allemagne en les attribuant à la nation française. Mais au tournant du xxe siècle il apparaît clairement qu’il s’agit des problèmes structurels de toutes les nations modernes et qu’on ne peut les régler par des attributions nationales, ce qui se reflète notamment dans une réévaluation tendancielle de la France dans l’œuvre de Dilthey.

Haut de page

Texte intégral

1A la personne et l’œuvre de Wilhelm Dilthey (1833-1911) se trouve généralement associée l’image du théoricien des sciences humaines et de leur méthodologie, qui tint une place centrale de médiateur entre l’esprit historique du xixe siècle et les problématiques radicalement ontologiques de la phénoménologie et de l’existentialisme du xxe siècle. Quant à son rôle de témoin très politisé et engagé de l’évolution historique qui amena les idéologies et les politiques nationales du xixe siècle à se cristalliser en une structure étatique, l’Empire allemand, il apparaît, sur l’arrière-fond de sa production théorique, comme un élément biographique plutôt marginal. Qu’il ait en outre suivi et commenté cette évolution depuis l’euphorie démocratique initiale du libéralisme allemand jusqu’aux prodromes de la Première Guerre mondiale, en passant par le triomphe de Bismarck ; que cet intérêt particulier pour l’histoire contemporaine, loin de passer après ses travaux de philosophie et d’histoire des idées, ait eu sur eux une influence fondamentale, ce fait est jusqu’ici largement resté hors de l’horizon de la recherche.

2Aussi n’est-il pas étonnant que les travaux consacrés à l’enracinement de la pensée diltheyenne dans le contexte historique contemporain du xixe siècle et du début du xxe siècle soient plutôt rares. La question de sa vision de la France y tient pourtant de loin la première place, et ce, à plusieurs titres. D’une part, l’évolution politique de l’Allemagne au xixe siècle a elle-même été sous divers aspects liée à la France. D’autre part, la France représentait aussi, pour Dilthey, un modèle culturel dont le rayonnement avait depuis des siècles fondamentalement marqué l’histoire des idées en Europe et en Allemagne, c’est-à-dire avant tout, pour lui, en Prusse. Et surtout, le positivisme français et la littérature française qui s’en inspirait constituaient pour Dilthey un point de friction intellectuelle qui contribua à déterminer sa propre construction théorique, depuis ses écrits de jeunesse jusqu’à l’herméneutique et la typologie des visions du monde de son œuvre tardive. Ces trois aspects de sa vision de la France — rapport de force directement contemporain, lié à la fondation de l’Empire allemand, étude critique de la France comme puissance culturelle dominante en Europe depuis le xviie siècle, et références polémiques au positivisme et au naturalisme modernes — se sont conjugués chez Dilthey.

3Même l’évolution politique en Allemagne, Dilthey ne l’a jamais simplement considérée comme une froide arithmétique de faits et de forces, mais comme une lutte d’idéologies nationales. La révolution de Juillet a selon lui fait entrer l’Allemagne dans la compétition engagée entre les nations européennes pour réorganiser la société d’après des principes modernes.

  • 1  Wilhelm Dilthey, Gesammelte Schriften (désormais repris sous le sigle GS), Berlin et Leipzig, 1914 (...)

4« [Avec les années 1830 s’achève une grande époque. Maintenant, avec la révolution de Juillet, l’Allemagne est entrée dans le grand mouvement politique et social européen, partout radical.] Désormais, action conjuguée de l’aspiration à l’unité et à la puissance nationale et de l’aspiration à la liberté. Chacune des nationalités l’aspiration suprême. »1

  • 2  GS, vol. 11, p. 222.
  • 3  GS, vol. 12, p. 125.
  • 4  Lettre de Wilhelm Dilthey à Hermann Baumgarten, 5 mai 1862, in Briefe Wilhelm Diltheys an Rudolf H (...)

5L’abandon des efforts réactionnaires de restauration de l’Ancien Régime est commun à toutes les nations. Dilthey notait ici, de manière explicitement positive, le rôle précurseur de la France : « Autant dans la vie intellectuelle qu’en politique, en Allemagne, dans les sphères supérieures du monde intellectuel très généralement, lutte contre la réaction européenne. Elle a réuni tous les pays civilisés. En particulier l’influence de la France sur les écrivains allemands a été extraordinairement forte. »2La construction positive d’un modèle social qui puisse directement guider une pratique politique serait pourtant grevée par des différences qui tiennent précisément à l’histoire nationale. Ainsi Dilthey, dans son article « Les Annales prussiennes » (1861), situait la mission prussienne entre deux positions théoriques fondamentales, qui étaient en même temps représentées par deux formes étatiques. Celles-ci étaient d’une part le « rationalisme politique », d’autre part les « idéaux de la Restauration » comme « conséquences politiques du romantisme »3. Elles renvoient à l’alternative : France ou Autriche, en tant que modèles politiques capables d’aider la Prusse à se déterminer librement dans la voie de l’unité nationale. Dilthey n’y voyait pas seulement des positions idéelles, mais de véritables modèles pratiques d’action pour le gouvernement prussien, comme le montre une lettre à Hermann Baumgarten (1825-1893), datée de 1862, dans laquelle Dilthey s’exprimait en termes critiques sur la tendance plutôt conservatrice de la Prusse : « Il semble presque que le gouvernement pousse la sottise jusqu’à user aussi, par une froide réserve, la majorité actuelle du parti progressiste, comme il a usé les constitutionnels, pour manier à nouveau l’alternative : démocratie ou Etat féodal militaire. Combien de fois déjà, depuis la Révolution française, n’a-t-on pas recouru à cette ruse gouvernementale ! »4 La teneur du modèle autrichien ne peut être examinée ici. Aux yeux de Dilthey, en tout cas, il était inapte à fonder un Etat national démocratique.

  • 5  Les deux premiers articles figurent dans GS, vol. 12, celui sur les historiographes allemands dans (...)
  • 6  GS, vol. 12, p. 42.
  • 7  GS, vol. 12, p. 46.
  • 8  GS, vol. 12, p. 58 sq.

6Bien plus intensive est en revanche l’étude du cas français. Il est ici frappant que Dilthey, dans ses articles explicitement présentés comme politiques, mais en fait historiques, des années 1860 et du début des années 1870, ait toujours évoqué la France à partir d’une thématique allemande, et même plus exactement prussienne, de sorte que le point de vue comparatif domine dès le départ. Tout aussi révélateur est le choix de la période historique. Il s’agissait de l’époque allant de la Révolution française, dans ses rapports avec la réorganisation de l’Etat prussien, et du mouvement politique allemand des Révolutions de 1830 et 1848, jusqu’aux prodromes de l’unification allemande : « Pensée et œuvre politiques de Schleiermacher » (1862) ; « La réorganisation de l’Etat prussien, 1807-1813 » (1872) et « Historiographes allemands » (1865-1874)5. Dilthey visait moins à fournir des analyses scientifiques qu’à récapituler dans des esquisses biographiques une expérience directement historico-politique qui lui permettait de mettre en lumière sa position sur l’unification. Dans l’article de 1862 sur Schleiermacher, il partait d’abord de la situation particulière de l’intelligentsia bourgeoise avant l’effondrement de la Prusse (1806-1807), qui n’aurait selon lui eu aucune part au pouvoir étatique réel. Il y voit l’un des vices fondamentaux de la Prusse, qui, avec l’organisation encore féodale de sa structure étatique, était nécessairement condamnée à l’échec dans sa situation de concurrence avec la France. L’essentiel des réformes alors inaugurées consistait selon Dilthey dans le programme de l’Assemblée nationale française : « La réforme de la société était reconnue comme nécessaire avant l’entrée en scène de Stein. L’œuvre que la Révolution, en France, avait réalisée au prix d’une effusion de sang par une surenchère d’édits radicaux, dans une société déchirée par des haines mutuelles, il s’agissait simplement de ne pas la laisser inutilisée en Allemagne. »6 Dans ce texte, Dilthey n’évoque pas seulement la teneur idéologique de la Révolution, mais aussi et surtout les étapes pratiques de la dissolution des structures socio-économiques féodales et de la naissance d’individualités libres, y compris économiquement. Ce sont : l’abolition de la sujétion héréditaire, la libre acquisition de la propriété foncière qui cesse ainsi d’être un privilège aristocratique pour devenir « propriété libre »7, la vente des domaines d’Etat ; à cela s’ajoute la réforme de l’administration, de l’enseignement et de l’armée. A tous ces domaines la Révolution française aurait donné une extraordinaire impulsion novatrice dans la restructuration de la société française. C’est pour cette raison que la France se serait la première transformée en Etat-nation moderne et qu’elle aurait pris de l’avance sur les autres pays européens. Alors que retentit encore l’écho de la guerre franco-allemande, Dilthey défend l’œuvre de la Révolution française. Elle aurait contraint la Prusse à transformer ses structures socio-économiques et, en même temps, fait naître en Allemagne la pensée nationale en tant que force politique — dans la mesure où il devenait clair que la France napoléonienne n’était plus le lieu de l’émancipation de l’humanité, mais un Etat national ayant des intérêts nationaux particuliers, que l’on ne pouvait, sous peine d’être écrasé, affronter que par une ambition nationale tout aussi consciente. « Aujourd’hui, sous l’influence des derniers événements, on méconnaît souvent l’influence que la France a eue sur notre évolution politique. Certes, nous devons modifier notre interprétation de ce qui s’est passé pendant la Révolution. L’héroïsme de la Commune, aujourd’hui, jette rétrospectivement un jour sinistre sur l’héroïsme des comités révolutionnaires d’alors. En apprenant aujourd’hui, par la force des choses, à distinguer le mensonge de la vérité dans la phraséologie française, nous nous voyons obligés d’opérer rétrospectivement la même distinction dans les discours des chefs de la Révolution. Mais cette juste critique n’empêche pas une juste reconnaissance. Notre nation a reçu de la Révolution et de la propagande qui en émanait des impulsions qui nous ont été extrêmement précieuses. La Révolution française a influé sur la réforme allemande. Elle l’a fait en soulevant des idées nouvelles dans l’esprit populaire et dans la classe des écrivains, et en leur proposant d’autres buts. Elle l’a fait en obligeant le gouvernement allemand, par la force des armes et par la prépondérance politique qu’elle s’était acquise en Europe sous la conduite de Napoléon, à engager une course à la liberté contre l’Empire français issu de la Révolution. »8

  • 9  GS, vol. 12, p. 46.
  • 10  GS, vol. 12, p. 37.

7Cette « révolution d’en haut »9 — selon le concept introduit par Dilthey lui-même — en se servant des expériences de la Révolution française et en les adaptant simultanément aux conditions nationales, n’aurait pris sa véritable portée que lors de l’unification allemande. Considéré sous l’angle d’une téléologie rétrospective, le modèle politique « allemand » de la « révolution d’en haut » se serait en dernière analyse avéré être une réussite. « Elle [la réorganisation de la Prusse depuis 1807, M. M.] a acquis, à la lumière de ce qui s’est produit depuis 1866, une signification tout à fait nouvelle. Aujourd’hui seulement, nous voyons quelles étaient les capacités de l’Etat allemand ainsi réorganisé. »10 La constitution historique du « mouvement allemand », de « l’esprit allemand », se trouve donc dès le départ dans une situation de concurrence avec le modèle français.

  • 11  GS, vol. 12, p. 125.

8Celle-ci s’observe à nouveau dans les circonstances de la révolution de Juillet, que Dilthey voyait, dans son substrat politique, comme la continuation logique de la Révolution de 1789. Ici aussi, la France imposa la révolution comme acte politique concret, tandis qu’en Allemagne la conversion d’un Friedrich Christoph Schlosser (1776-1861) et d’un Georg Gottfried Gervinus (1805-1871) à l’historiographie politique, qui trouvait dans les Annales allemandes son organe scientifique, représentait aux yeux de Dilthey la « révolution d’en haut ». « L’instrument principal du nouveau mouvement avait été l’histoire... Thiers et Guizot prirent leurs sièges ministériels... A cet important changement répondit en Allemagne un changement simultané, moins visible, mais bien plus décisif. Dans ce cas aussi, son centre de gravité se trouvait dans les universités et dans les sciences historiques. »11

  • 12  GS, vol. 11, p. 177.
  • 13  GS, vol. 12, p. 69.
  • 14  GS, vol. 12, p. 37.

9En 1848 l’élan fut également donné par la France. La révolution qui eut effectivement lieu en Allemagne ne pouvait pourtant pas être intégrée sans condition par Dilthey dans le modèle du mouvement allemand. Dans l’article sur Friedrich Dahlmann, il donne son avis circonstancié sur la signification de la révolution. Son aspect positif serait l’orientation sur la question constitutionnelle comme substrat idéal. Et Dilthey constate ainsi avec satisfaction la concordance entre l’ébauche de constitution produite par Dahlmann en 1848, dans ses grandes lignes, et « ce que le travail de l’histoire elle-même a produit ensuite »12. En tant que force historique, par contre, elle serait un échec, n’ayant pas su trouver dans la dynastie prussienne une puissance politique réaliste qui, « d’en haut », eût été en mesure de convertir la révolution en réforme sociale. La révolution allemande de 1848, en se contentant de proclamer une prétention au pouvoir politique, sans base de pouvoir, aurait répété les erreurs de la Révolution française et ainsi abandonné la voie du mouvement allemand, ouverte en 1807. Dans les expériences parisiennes de Wilhelm von Humboldt pendant les années de la Révolution française, Dilthey voit la préfiguration de cette appréciation de la révolution de 1848 : « Son bon sens, passé à l’école de Kant, rejetait toute la méthode par laquelle la nouvelle constitution française avait été élaborée. C’est ici que prend naissance une importante vision historico-politique, qui éclaire également l’histoire de notre constitution générale de 1848. La constitution française a été formée « selon les purs principes de la raison » et ne pourra, par conséquent, se maintenir. Car, sans expérience, la raison n’est pas politiquement créatrice et, sans les circonstances réelles, ses produits ne sont pas viables »13. C’est en présentant et en appréciant comparativement l’histoire politique depuis la Révolution française jusqu’à l’unification allemande que Dilthey conclut à la supériorité du modèle allemand. L’Allemagne était pour lui la plus jeune des nations européennes, celle qui avait dû lutter le plus longtemps et le plus durement pour conquérir son droit à la vie, et dont il interprétait donc l’existence et l’autodéfinition en tant qu’Etat national comme le triomphe de sa voie particulière, culminant dans sa victoire sur la France. « Nous sommes les derniers-nés de la grande famille des peuples européens. Cela se sent lorsqu’on compare par exemple la vérité mûre et sans illusion de Voltaire ou de Machiavel avec les élans obscurs et puissants de nos grands poètes et penseurs. Cela se sent lorsque, dans un wagon de chemin de fer, entre les visages burinés des prisonniers de guerre français où se lit la conscience de toutes les passions et de tous les recoins de la vie, on aperçoit le visage naïf, dirais-je, d’un soldat allemand. »14

  • 15  GS, vol. 12, p. 128.

10La France servait donc avant tout d’arrière-fond négatif sur lequel Dilthey profilait son modèle d’organisation nationale moderne de la société, rattaché à la mission de la Prusse. Ce modèle lui-même ne peut être exposé ici dans le détail. Ses principaux éléments sont la définition de l’Etat national comme Etat de droit constitutionnel, dans lequel l’idée, issue de la Réforme et du mouvement idéaliste allemand du xviiiesiècle, d’autonomie de l’individu se trouve conciliée avec l’organisation et le pouvoir étatiques. Tel est le but qu’il assignait en 1861 à la Prusse dans la marche vers l’unification allemande — une Prusse qu’en vertu de l’évolution historique esquissée plus haut il jugeait aussi prédestinée à constituer, grâce à l’esprit supérieur du mouvement allemand, la nation allemande en puissance de realpolitik. « Vouloir aujourd’hui conforter les infatuations d’un prussianisme spécifique serait pour toute revue un tort et une sottise... Mais si l’idéalisme est véritablement allemand qui cherche partout dans l’intelligence le premier facteur de tout ce qui arrive, alors l’Allemagne entière doit assurément être fière de l’histoire d’un Etat qui, dans des luttes décisives pour son existence, a été deux fois refondé grâce à une énergie purement intellectuelle, et dont la position, d’après sa situation et son étendue, repose sur sa vivacité intellectuelle, et non sur des circonstances naturelles. Cette énergie de l’esprit sûr de sa puissance est à la fois l’origine de la Grande Prusse et le caractère de la nation allemande. Et, de ce point de vue, on peut assurément désigner la Prusse comme l’Etat de l’intelligence, aussi bien que l’Etat le plus allemand. »15

  • 16  A ce sujet, voir surtout la lettre de juin 1866 à son père, dans Der junge Dilthey. Ein Lebensbild (...)
  • 17  GS, vol. 12, p. 65.

11Quoique un peu déçu de ce que l’Empire allemand soit précisément né d’une violation de la constitution16, Dilthey s’attachait à l’idée de la réforme intellectuelle de la société par une « révolution d’en haut » sous les auspices du pouvoir. A présent, la tâche d’harmonisation entre esprit et pouvoir devait être remplie par l’Empire allemand lui-même. « On peut dire que la querelle entre ces deux forces que sont l’étatisme vieux-prussien, étroit et prosaïque, et l’enthousiasme de la nouvelle Allemagne intellectuelle née au siècle dernier, n’est même pas encore apaisée aujourd’hui. Leur réconciliation est l’une des grandes tâches du nouvel Empire allemand. »17

  • 18  Ibid.
  • 19 GS, vol. 12, p. 47 sq.

12Et ici aussi, dans sa représentation de l’Etat constitutionnel, il se démarque explicitement du modèle démocratique français, lequel serait né du libre jeu des forces qui font l’histoire sans avoir trouvé, dans la représentation de l’autonomie éthique de l’individu, un correctif intellectuel autant que moral. A nouveau Dilthey se reporte à la critique de la Révolution française par les réformateurs prussiens pour illustrer une mise à distance du modèle français qui doit plutôt être comprise à partir du contexte historique contemporain. Ainsi, à propos de Wilhelm von Humboldt, il écrit : « Il rejetait l’idée directrice qui était intrinsèquement à la base de la constitution établie pendant la Révolution française. Cette idée n’était rien d’autre que le prolongement de l’idée directrice de l’Ancien Régime. Le gouvernement, responsable du bien-être physique et moral des citoyens, ébauche une somme de mesures pour régler ce bien-être. Humboldt désignait à juste titre cette maxime comme « le plus accablant et le plus fâcheux des despostismes »18 Au lieu de cela, Dilthey poursuivait l’idée, due à Stein, de « l’autonomie administrative comme fondement de la formation politique de la nation... tiré du plus profond de l’esprit original allemand » : « Et il est extrêmement curieux de voir que Stein discernait clairement l’antagonisme entre la liberté française et cette liberté à laquelle il songeait. » Et Dilthey cite à présent Stein, en se rangeant visiblement à son avis : « En France, la nation n’est admise qu’en apparence à participer aux affaires publiques, son corps législatif n’est que l’une des autorités administratives d’enregistrement, le mécanisme de sa bureaucratie est compliqué, coûteux, intervient dans tout et est dirigé par la volonté arbitraire et brutale d’un individu. »19

  • 20  Cette réunion de la France et de l’Angleterre en un modèle intellectuel de V « Ouest », opposé au (...)
  • 21  GS, vol. 1, p. IX et XIX.
  • 22  Ainsi par exemple chez Christopher Zöckler, Wilhelm Dilthey und die Hermeneutik. Diltheys Begründu (...)

13Si, dans la période précédant l’unification, l’intérêt dominant de Dilthey allait à la France comme puissance politique, son intérêt pour le positivisme français et anglais, pour la philosophie moderne des « penseurs de l’Ouest »20, prit dans les années suivantes une place centrale, jusqu’à l’Introduction à l’étude des sciences humaines (1883). Ce déplacement vers le plan philosophico-théorique d’une « critique de la raison historique » et d’un « fondement épistémologique des sciences humaines »21 est souvent représenté par les exégètes comme le passage d’interrogations ayant trait au social à des problématiques intra-théoriques22. Cependant il semble que la pratique sociale n’ait pas non plus tout à fait compté pour rien dans cette évolution. Pour Dilthey, il s’agissait de donner une forme intellectuelle et théorique à son idée de l’Empire allemand comme Etat constitutionnel. Ce qui dans l’avènement de l’Etat national allemand n’avait qu’imparfaitement réussi, à savoir l’accord entre le pouvoir et les valeurs intellectuelles, devait à présent être rattrapé et approfondi par une « révolution d’en haut » théorique. Cette conjonction ne peut elle non plus être examinée ici que pour ce qui touche au thème de la comparaison avec la France. Ici, Dilthey se concentrait sur l’étude du positivisme.

  • 23  Voir à ce sujet les notes et souvenirs biographiques de Dilthey lui-même dans GS, vol. 5 et 11, ic (...)
  • 24  Erich Rothacker, Einleitung in die Geisteswissenschaften, 2e éd., Tübingen, 1930. Voir en particul (...)
  • 25  GS, vol. 5, p. 53 sq.
  • 26  Dilthey a recensé l’ouvrage d’Adolf Schmidt, Panser Zustände während der Revolutionszeit (2 vol.), (...)
  • 27  GS, vol. 6, p. 91. La représentation que se faisait Dilthey du processus créateur de l’invention d (...)
  • 28  GS, vol. 6, p. 237.
  • 29  GS, vol. 6, p. 243.

14Pour en comprendre la signification, il faut brièvement évoquer la fonction de la réception du positivisme en Allemagne. Erich Rothacker, dans son Introduction aux sciences humaines (1919), faisait remarquer que le positivisme avait depuis les années 1860 accru son influence en Allemagne. Dilthey lui aussi, dans le milieu des privat-dozents berlinois, entra en contact avec les idées du positivisme23. Le positivisme avait ceci d’attrayant qu’il présentait aux sciences de la nature un modèle théorique clos, qui, d’une part, se basait sur la notion positive d’expérience et, d’autre part, fournissait des modèles d’interprétation praticables. En Allemagne, il rencontrait dans ces domaines une sorte de vide théorique, car le système philosophique hégélien s’était écroulé et l’Ecole historique, dont Dilthey lui-même suivait la tradition conçue comme nationale et allemande, n’avait pas produit de véritable philosophie. La question de l’interprétation de la connaissance naturelle et de sa transposition technique était pourtant, pour le xixe siècle, plus qu’une simple problématique intra-théorique. Elle reflétait la part matérielle et économique de la société bourgeoise moderne avec toutes ses conséquences sur la transformation des structures sociales et des relations de valeurs. La connexion entre le positivisme et les questions sociales du xixe siècle, déjà établie en France par Saint-Simon (1760-1825) et son disciple Auguste Comte (1789-1857), rencontra en Allemagne, comme le soulignait Erich Rothacker, non seulement un intérêt purement théorique, mais aussi un mouvement social24. On comprend ainsi que l’étude du positivisme par Dilthey ait eu un aspect négatif et critique, puisque Dilthey avait déjà récusé les forces socio-économiques comme destructrices et inaptes à fonder un Etat constitutionnel démocratique dans son appréciation de la Révolution française. En revanche il en évaluait positivement l’impulsion anti-métaphysique, l’orientation vers les faits d’expérience et l’ambition d’utiliser la théorie comme modèle d’explication et d’action applicable pratiquement aux processus sociaux. La polémique, si intra-théorique en apparence, contre le positivisme s’avère ainsi être la face complémentaire de la polémique de Dilthey contre le principe, révélé par l’histoire française, des mouvements sociaux comme agents de l’évolution de la société. Elle est elle aussi une lutte d’idéologies nationales, dans la mesure où Dilthey, dans son « fondement épistémologique des sciences humaines », avait en effet à cœur de jeter les bases théoriques du concept allemand de « révolution d’en haut ». Cette connexion était établie par Dilthey dès 1875 — trois ans seulement après ses articles sur les réformateurs prussiens et plus de dix ans encore avant le premier volume de l’Introduction à l’étude des sciences humaines (1893) — dans son article « De l’étude de l’histoire des sciences de l’homme, de la société et de l’Etat » : « Les sciences de l’homme, de la société et de l’histoire ne forment pas un ensemble d’une constitution logique qui serait analogue à la structure des sciences de la nature... Cette hypothèse fondamentale de Comte a connu de multiples modifications, introduites en particulier par les chercheurs anglais qui conçoivent tous l’histoire des sciences humaines et son avenir d’une manière qui s’écarte complètement du fond de la recherche allemande. »25 Le geste politique de la distinction entre les penseurs « de l’Ouest » et la tradition allemande devient explicite dans une recension datée de 1876, dans laquelle Dilthey donne un avis plus circonstancié sur le déroulement et le résultat de la Révolution française de 1789. Il en voit la cause dans l’incapacité du modèle politique « réactionnaire » de l’Ancien Régime à réformer la société par l’intéressement et l’intégration des forces politiques du Tiers Etat. La Révolution aurait toutefois aggravé encore « la misère et la soif de jouissance », dans la mesure où elle aurait chassé les couches productrices de richesse sociale et leur fortune par l’abandon de la protection légale de la propriété. La détresse matérielle qui amena la Révolution en était la conséquence nécessaire, de même que la « dégradation des mœurs », qui se traduisait notamment par le goût du jeu, le crime, l’augmentation des divorces, le débordement de la distraction dans les bals et les théâtres, etc. Le modèle politique « réactionnaire » aurait déclenché la Révolution ; le modèle politique « révolutionnaire », par la terreur exercée par une minorité, aurait supprimé les liens sociaux sans réussir à produire un concept positif, économiquement viable et moralement constructif. La « leçon » que Dilthey tirait de la Révolution française, c’était la nécessité, face aux « signes avant-coureurs de la révolution sociale », de se mettre en quête d’un tel concept qui, conformément à la tradition allemande, indique la voie médiane entre progrès et régression. « La science doit, dans une bien plus large mesure qu’auparavant, parvenir à la maîtrise de ces ébranlements subits qui, comme des épidémies, s’abattent parfois sur la société avec une violence destructrice. »26 La polémique contre le positivisme, ainsi que la tentative de lui opposer un modèle explicatif proprement allemand, n’est compréhensible que sur cet arrière-plan. Chez Dilthey elle prend le plus de virulence et d’intensité lorsqu’il y va de la valeur fondamentale du modèle allemand : l’idée d’autonomie éthique de l’individu. Aussi l’intérêt théorique de Dilthey, jusqu’en 1900, se cristallise-t-il autour du problème de la psychologie qui, dans l’orientation théorique du positivisme comme science naturelle explicative, tenait l’homme pour un mécanisme, physiologiquement déterminé, de réaction aux stimuli ; il lui opposait une psychologie totale, « descriptive et classificatrice », qui décrivît l’homme comme une totalité de la personnalité, susceptible d’une détermination typologique. Prenant l’exemple de l’interprétation de l’acte artistique créateur, il critiquait la psychologie positiviste française qui, sur la base de l’hypothèse non vérifiée selon laquelle l’activité supérieure de l’esprit serait absolument déterminée par les influences biologiques et par celles du milieu, interprétait le génie comme une disposition maladive : « En France, ce point de vue a été paré du prestige d’une théorie psychiatrique. C’est que la France, depuis le grand Pinel, n’est pas seulement le siège principal de la science psychiatrique mais aussi celui des fantaisies psychiatriques. Elles sont un romantisme du matérialisme. Renaudin affirmait que maint génie devait ses plus belles inspirations à l’hallucination. Lélut voyait dans le démon de Socrate une hallucination de ce genre, et Moreau voulut prouver dans un gros livre que le génie n’était en somme qu’un état d’exaltation, situé au-delà des bornes de la santé mentale. »27 Cette critique du positivisme comme idéologie spécifiquement française avait pour prolongement le rejet par Dilthey de la littérature française moderne, sa critique des « excès du roman français qui se pose en rival des sciences humaines »28. Certes il saluait leur portée véridique, la thématisation des rapports sociaux réels, que la littérature française plaçait bien plus haut dans l’échelle des problèmes contemporains que ne le faisait la littérature allemande. Mais en dernière analyse elle réduisait l’homme, selon lui, à une bête déterminée, parvenait à détruire analytiquement les fausses interprétations métaphysiques, mais non à leur substituer d’autres valeurs. « Cette littérature veut avant tout exprimer le pénible sentiment que les règles de la société sont devenues vieilles, obsolètes, fragiles, insoutenables. Il existe à Paris, dans la contiguïté du socialisme, une nouvelle littérature. Ces auteurs décrivent, et minent ce qu’ils décrivent. Ils savourent cette civilisation vermoulue, et la haïssent. Ils s’en enivrent, puis montrent du doigt la maladie et la mort qui y résident. Mais l’on ne peut détruire que lorsqu’on a présenté l’état des faits avec une vérité, une profondeur et une précision parfaites. La poésie et l’art nouveaux veulent donc, en second lieu, être un naturalisme. Ils veulent faire voir le réel tel qu’il est, et l’analyser. Ils veulent être l’anatomie et la physiologie d’une part donnée de la réalité. Ce qui, humainement et socialement, vit, respire et palpite aujourd’hui autour de nous, ce dont chacun fait l’expérience dans son corps et son âme propres, elle veut, tant que la science ne s’en charge pas encore, le prendre sous son scalpel. Elle préfère donc à l’action la profondeur psychologique. Elle veut connaître. Selon les idées en vogue à Paris, point central de ce mouvement, et qu’on trouve aussi bien chez Balzac, Taine et Zola, la tendance littéraire dominante veut avant tout mettre en lumière l’aspect physiologique, voire bestial, de la nature humaine, les instincts irrépressibles dont l’intellect ne fait qu’éclairer la voie. »29

  • 30  Ibid.
  • 31  GS, vol. 11, p. 221 sq.

15Pour récapituler l’essentiel de la vision diltheyenne de la France jusqu’à la fin du siècle environ, disons qu’elle joue le rôle d’un résumé symbolique de toutes les évolutions sociales et théoriques modernes. Dans les révolutions françaises de 1789, 1830 et 1848, dont Dilthey souligne explicitement la cohérence interne comme processus de naissance de la société bourgeoise, ont commencé à se faire jour, dans leur faculté de façonner l’histoire, les forces sociales du xixe siècle « qui pensaient amener la transformation de la société européenne selon les principes d’une vie intellectuelle tournée vers le monde d’ici-bas et déterminée par lui » et ont ainsi fait « trembler le sol de la vieille Europe »30. Dilthey récusait cette évolution comme réduction démoralisatrice de l’homme à son existence purement matérielle, mais de toute évidence il ne pouvait pas non plus se soustraire à la fascination exercée par la France en tant que société radicalement moderne. Tous ces éléments de sa vision de la France se retrouvent dans le portrait qu’il dresse de Napoléon III. Cette description n’est pas directement contemporaine de la période mouvementée de l’unification, mais tente rétrospectivement d’expliquer la charge émotionnelle qu’eut cette personnalité pour sa génération. L’exaltation charismatique et la démonisation du personnage y mettent particulièrement bien en lumière l’attraction-répulsion suscitée par le modèle français dans la perspective de Dilthey : « ... et à l’ouest, le césarisme démocratique de Napoléon III, qui progresse régulièrement jusqu’en 1860. On n’imagine pas aujourd’hui combien cet énigmatique et impénétrable César nous préoccupait, lui et sa puissance politique croissante. [Avec son regard voilé et son âme énigmatique — énigmatique non par sa profondeur, mais par ses contradictions : bellicisme napoléonien, affirmation de grandes idées sur la scène publique et dissimulation sournoise de sa politique, principe des nationalités et tradition napoléonienne de domination française — il paraissait semblable au sphynx, énigmatique parce qu’il ne cessait de devenir autre.] Une puissance fondée sur le suffrage universel et égal, démocratique dans son origine, soutenant pour la première fois dans l’Europe moderne les intérêts du quart état montant et leurs buts — sans précédent, de ce point de vue, depuis l’Empire romain, mais en même temps, dans le gouvernement responsable de l’empereur, résumant tout le système administratif centralisé en une personne souveraine qui portait seule la responsabilité, puisqu’elle procédait du suffrage démocratique ; responsable devant la masse, vivant de son approbation et totalement dépendante d’elle. Masse elle-même déterminée avant tout par son intérêt économique, empereur obligé par conséquent de le satisfaire. C’était le premier déploiement de l’esprit socialiste comme puissance d’Etat. Mais en même temps, étant tout de même soutenue par l’armée et par les traditions napoléoniennes, et comme la politique étrangère avait été la principale pierre d’achoppement du précédent régime (monarchie de Juillet !), elle était obligée de se maintenir par une extension de sa puissance à l’étranger. Opposée aux capacités intellectuelles dès le départ. Ainsi naquit la tension avec l’Allemagne : elle existait avant la nouvelle politique prussienne et s’en trouva aggravée, jusqu’à ce que la guerre allemande éclate. Orageux et lourd était l’air de cette époque réactionnaire, avec pour réaction les luttes de pouvoir de la politique étrangère et en même temps l’orientation socialiste croissante du quart état... »31

  • 32  Lettre de Wilhelm Dilthey au comte Yorck, datée du 10 février 1897, dans Briefwechsel zwischen Wil (...)

16La vision diltheyenne de la France est donc plus qu’un simple cliché typologique sur les nationalités. Elle est plutôt le résumé symbolique des principales tendances sociales du xixe siècle. Dans ses écrits tournant autour de l’unification allemande, Dilthey crut d’abord pouvoir, à partir de la tradition intellectuelle réclamée pour la Prusse du « Mouvement allemand », distancier cette problématique sociale en en faisant un modèle historique purement national et français, ou du moins la neutraliser dans les valeurs de la tradition allemande. L’impulsion qui animait ses intentions théoriques. procédait alors de ses expériences politiques réelles touchant l’Empire allemand, lequel évoluait tout à fait différemment de ce à quoi visait Dilthey dans sa « révolution d’en haut », dans son « fondement épistémologique des sciences humaines ». La rupture constatée par la recherche dans l’évolution philosophique de Dilthey, sa réévaluation de Hegel, sa conversion à l’histoire des idées, à l’herméneutique et à la typologie des visions du monde sont très étroitement liées à ce contexte d’expérience sociale. Cela transparaît surtout dans sa correspondance avec le comte Paul Yorck de Wartenburg, dans laquelle on trouve, après la démission de Bismarck, des jugements de plus en plus critiques sur la politique gouvernementale prussienne. Dilthey la reconnaissait incapable de réaliser, ne serait-ce qu’approximativement, son idéal d’Etat de droit constitutionnel. Bien au contraire, elle répliquait aux tensions croissantes de la politique intérieure par de brutales mesures disciplinaires, qui touchaient également le domaine universitaire. L’intégrité morale ou même simplement juridique de l’individu, sur laquelle reposait la vision diltheyenne de l’Allemagne, s’en trouvait mise à mal. Ainsi il dresse en 1897 cet amer bilan : « La vieille Allemagne, avec la force qui lui est propre, s’appuyait sur des existences fondées de manière autonome. C’est de celles-ci qu’on se débarrassera en premier lieu, jusqu’à ce qu’il n’y ait plus rien que la masse et le gouvernement : alors on sera sans doute proche de la fin. »32

  • 33  L’article « Das Allgemeine Landrecht », qu’Erich Weniger dans son avant-propos caractérise comme l (...)
  • 34  Lettre de Wilhelm Dilthey au comte Yorck, datée du 25 décembre 1896, dans Briefwechsel zwischen Wi (...)

17Le modèle politique, tenu pour spécifiquement allemand, de la « révolution d’en haut » n’avait visiblement pas fonctionné dans la real-politik de la construction de l’Etat national allemand. Dans son texte sur le Code civil prussien33, Dilthey en tirait les conséquences en démarquant son modèle politique de la réalité de l’Etat national allemand et en transférant dans la perspective historique son idéal d’Etat de droit constitutionnel. Cependant, cela ne laissa pas d’avoir des conséquences sur sa vision de la France, qui dès le départ avait joué le rôle d’écran de projection de l’esprit allemand. Si Dilthey avait d’abord attribué à la France le complexe positivisme-naturalisme-mouvement social, il pouvait à la fin du siècle voir le retour de cette conjonction comme problématique purement intra-allemande. Dans une lettre du 25 décembre 1896, il commentait le scandale du prix Schiller, refusé aux Tisserands (1892) de Gerhart Hauptmann sur l’objection personnelle de Guillaume II. Il est ici frappant de le voir prendre parti pour le naturaliste allemand Gerhart Hauptmann et pour la « tendance sociale », à laquelle la politique prussienne ne savait répliquer que par l’oppression et non par une alternative sociale fondée sur des valeurs. « Les étudiants soutiennent radicalement Hauptmann : car, étant troublés au plus profond d’eux-mêmes, ils aspirent à ce genre de positions sociales et philosophiques extrêmes... La cassante prise de parti de l’empereur nuit... bien plus qu’elle ne sert... L’incurie de la bureaucratie sous laquelle nous sommes condamnés à vivre a amené une telle stagnation des mesures, au milieu des aspirations sociales et religieuses au progrès, que la jeunesse ne le supporte plus. »34

18Ce qui se reflète dans ce passage, c’est l’idée de plus en plus consciente chez Dilthey que l’on ne peut distancier par des clichés nationaux les contradictions fondamentales de la société bourgeoise moderne, qui sont plus largement de nature structurelle. Dilthey lui-même n’a jamais consommé la rupture avec les modèles de pensée nationaux du xixe siècle, comme le montre déjà simplement l’essai d’une « histoire de l’esprit allemand », qui devait encore une fois invoquer la tradition de pensée de la révolution intellectuelle. Mais ses tentatives de médiation, dans le cadre de son herméneutique et de sa typologie, montrent pourtant clairement l’aspiration philosophique à radicaliser les problèmes de la modernité comme étant ceux de la philosophie européenne, ou — pour reprendre la terminologie de l’époque — occidentale.

  • 35  GS ; vol. 3, p. 97 sq.

19En conséquence il se tourne de plus en plus, à la fin du siècle, vers l’histoire européenne des idées, même lorsqu’il traite des thèmes allemands, comme dans « Frédéric le Grand et les Lumières allemandes » (1900-1901). Il y caractérise aussi, parallèlement, l’« esprit français », symboliquement incarné par la personne de Voltaire. Dans sa description de l’esprit français, on trouve à présent des attributs tels que la « souveraineté de la pensée », l’« égalité juridique », l’« humanité comme totalité solidaire », l’« autonomie de la volonté agissante », désormais dotés d’une connotation bien plus positive, et qui auraient selon lui illustré la France depuis le xviie siècle jusqu’au xixe siècle, en passant par la Révolution française. « Humanité, progrès, solidarité des intérêts — ces grandes idées remplissent toute la période. Elles constituent l’âme de l’œuvre de D’Alembert, Diderot et Turgot, et elles se transmettront aux Cabanis, Condorcet, Destutt de Tracy, dont les idées ont ensuite eu un tel retentissement pendant la Révolution. »35

  • 36  GS, vol. 8, p. 196.

20Dans l’introduction posthume à son Cours : Système de la philosophie, il retraçait encore une fois toutes les tendances contemporaines dont son œuvre philosophique résultait, en tant qu’elle tentait de leur donner sens dans un modèle de société orienté vers la pratique. Les puissances constitutives de l’histoire, pour lui, étaient maintenant avant tout les « forces économiques » et leur corollaire, « la modification de la position sociale des classes », qui débouchaient sur une lutte pour la redistribution du pouvoir politique et de la propriété. A leurs côtés figure le mouvement philosophique, désormais conçu comme européen, qui selon lui aurait fait naître « la conscience du droit et de la personnalité » et est désormais représenté aussi bien par Voltaire et Rousseau que par Kant et Fichte. La tendance intellectuelle des sciences de la nature aurait ensuite promu, « après que Quesnay eut constitué l’économie nationale comme théorie des lois de la vie économique », l’idéal « de transformer la société sur la base de ses lois naturelles ». Et la Révolution française, enfin, apparaît ici chez Dilthey comme la césure inaugurant le droit démocratique des peuples à l’autodétermination, lequel serait seul en mesure de faire la synthèse entre les forces sociales de la société et le statut moral et juridique de l’individu. « Enfin, le sujet qui accomplit cette transformation a changé. Les timides tentatives de réforme des princes éclairés ont de plus en plus, depuis la Révolution française, laissé place à la volonté souveraine qui pousse les peuples à se donner leurs règlements économiques, politiques et sociaux. La liberté d’association, la puissance croissante de la représentation populaire et l’élargissement du suffrage universel direct impliquent la possibilité de transposer dans la pratique la connaissance des lois de la vie sociale. »36

Haut de page

Notes

1  Wilhelm Dilthey, Gesammelte Schriften (désormais repris sous le sigle GS), Berlin et Leipzig, 1914 sq., vol. 11, p. 219 sq.

2  GS, vol. 11, p. 222.

3  GS, vol. 12, p. 125.

4  Lettre de Wilhelm Dilthey à Hermann Baumgarten, 5 mai 1862, in Briefe Wilhelm Diltheys an Rudolf Haym 1861-1873, éd. par Erich Weniger, Berlin, 1936, p. 18.

5  Les deux premiers articles figurent dans GS, vol. 12, celui sur les historiographes allemands dans GS, vol. 11.

6  GS, vol. 12, p. 42.

7  GS, vol. 12, p. 46.

8  GS, vol. 12, p. 58 sq.

9  GS, vol. 12, p. 46.

10  GS, vol. 12, p. 37.

11  GS, vol. 12, p. 125.

12  GS, vol. 11, p. 177.

13  GS, vol. 12, p. 69.

14  GS, vol. 12, p. 37.

15  GS, vol. 12, p. 128.

16  A ce sujet, voir surtout la lettre de juin 1866 à son père, dans Der junge Dilthey. Ein Lebensbild in Briefen und Tagebüchern 1852-1870, éd. par Clara Misch, Berlin et Leipzig, 1933, p. 214 sq.

17  GS, vol. 12, p. 65.

18  Ibid.

19 GS, vol. 12, p. 47 sq.

20  Cette réunion de la France et de l’Angleterre en un modèle intellectuel de V « Ouest », opposé au modèle allemand, se trouve notamment dans : GS, vol. 5, p. 5, et vol. 8, p. 77. Elle contredit dans une certaine mesure l’unité, également évoquée par Dilthey, de l’esprit « germanique » qui au xviiie siècle, par suite de la réception de Shakespeare, aurait libéré l’Allemagne du modèle français. Dans le débat esthétique du xixe siècle, l’Entwicklungsroman du type des romans de Charles Dickens eut aussi la préférence sur le roman social français. Ici l’on voit clairement les fonctions variables que remplissent les typologies nationales qui, sur le plan purement logique, devraient s’exclure mutuellement. La récusation de la « pensée de l’Ouest » se prolonge chez les successeurs de Dilthey jusqu’après la Première Guerre mondiale. Voir à ce sujet Ernst Troeltsch, Der Historismus und seine Überwindung, réimpression de l’édition berlinoise de 1924, Aalen, 1966, p. 35, où Troeltsch traite de la « philosophie empiriste et positiviste de l’Europe de l’Ouest ».

21  GS, vol. 1, p. IX et XIX.

22  Ainsi par exemple chez Christopher Zöckler, Wilhelm Dilthey und die Hermeneutik. Diltheys Begründung der Hermeneutik als « Praxiswissenschaft » und die Geschichte ihrer Rezeption, Stuttgart, 1975. Il constate une « rupture » intra-théorique entre son œuvre de jeunesse d’inspiration kantienne et ses écrits placés sous le signe de la réception de Hegel à partir du tournant du siècle. L’unité de la pensée de Dilthey n’apparaît pourtant que sur l’arrière-plan de son champ d’expérience politique tournant autour de l’unification allemande, et de son modèle idéal d’Etat de droit constitutionnel.

23  Voir à ce sujet les notes et souvenirs biographiques de Dilthey lui-même dans GS, vol. 5 et 11, ici en particulier l’article sur son ami de jeunesse Wilhelm Scherer.

24  Erich Rothacker, Einleitung in die Geisteswissenschaften, 2e éd., Tübingen, 1930. Voir en particulier les pages 190 et s.

25  GS, vol. 5, p. 53 sq.

26  Dilthey a recensé l’ouvrage d’Adolf Schmidt, Panser Zustände während der Revolutionszeit (2 vol.), qui intégrait des rapports de police jusque-là inexploités, dans les Illustrierte Deutsche Monatshefte de Westermann, avril 1876, p. 75-77 pour la première partie, mai 1876, p. 209-216 pour la seconde. Cité p. 215 sq.

27  GS, vol. 6, p. 91. La représentation que se faisait Dilthey du processus créateur de l’invention dans le psychisme du poète se trouve essentiellement illustrée par un article qui fit époque dans la germanistique allemande, consacré à Novalis, et intégré dans L’expérience spirituelle de la poésie (Das Erlebnis und die Dichtung).

28  GS, vol. 6, p. 237.

29  GS, vol. 6, p. 243.

30  Ibid.

31  GS, vol. 11, p. 221 sq.

32  Lettre de Wilhelm Dilthey au comte Yorck, datée du 10 février 1897, dans Briefwechsel zwischen Wilhelm Dilthey und dem Grafen Paul Yorck von Wartenburg 1877-1897, éd. par Sigrid von der Schulenburg, Halle, 1923, p. 231.

33  L’article « Das Allgemeine Landrecht », qu’Erich Weniger dans son avant-propos caractérise comme le « testament » de Dilthey (p. VIII), se trouve dans GS, vol. 12.

34  Lettre de Wilhelm Dilthey au comte Yorck, datée du 25 décembre 1896, dans Briefwechsel zwischen Wilehlm Dilthey und dem Grafen Paul Yorck von Wartenburg, op. cit., p. 228.

35  GS ; vol. 3, p. 97 sq.

36  GS, vol. 8, p. 196.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marion Marquardt, « La France et l’esprit allemand. L’image de la France chez Wilhelm Dilthey », Revue germanique internationale [En ligne], 4 | 1995, mis en ligne le 05 juillet 2011, consulté le 26 avril 2017. URL : http://rgi.revues.org/513

Haut de page

Auteur

Marion Marquardt

Enseignante à l’Université de Tours, littérature allemande

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page