Navigation – Plan du site
Identités et imbrications

La nation revisitée en 1870-1871. Visions et redéfinitions de la nation en France pendant le conflit franco-allemand

Michael Werner
p. 181-200

Résumés

A partir d’une analyse détaillée d’articles parus entre août 1870 et décembre 1871 en France, on tente de reconstruire l’espace intellectuel ainsi que les argumentaires qui ont conduit, à ce moment, à une redéfinition de la nation. Selon l’opinion communément répandue, cette redéfinition repose sur le postulat d’une opposition franco-allemande entre une conception fondée, d’un côté, sur l’adhésion politique volontariste et, de l’autre, sur des critères ethniques et culturels. L’examen du corpus selon l’échelle de la courte durée montre qu’on se trouve en réalité devant un jeu subtil de miroir, où les arguments et les représentations circulent dans les deux sens, faisant écho à une actualité en rapide évolution. A travers l’éventail de l’opinion se dessinent les différentes tentatives de mettre en conformité des schémas d’explication empruntés à la mémoire historique et la perception de l’événement. L’analyse montre enfin comment aussi bien les réfutations que les reprises de qui apparaît comme le « modèle allemand » servent à recomposer une cohérence identitaire française fortement ébranlée.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Claude Digeon, La crise allemande de la pensée française, Paris, PUF, 1957 (rééd. 1992).

1Deux remarques préliminaires me serviront à cadrer mon propos. D’abord une observation sur les types de temporalité qui rythment l’histoire intellectuelle moderne : il est des époques plus propices que d’autres à la redéfinition et à la révision des catégories qui fondent le rapport à l’histoire, et notamment de celles qui articulent ce rapport sur le national. Tel est le cas, par exemple, de la France pendant et immédiatement après le conflit franco-prussien de 1870-1871. La thèse, toujours pertinente en termes d’histoire intellectuelle, de Claude Digeon1 a mis en évidence les logiques qui ont présidé à ce type de révision, surtout lorsqu’elles s’appliquent à des échéances moyennes, de l’ordre d’une génération. Digeon a cependant laissé de côté la très courte durée, celle où s’appréhendent les oscillations de la conjoncture intellectuelle en butte à l’événement. L’échelle de ces microévolutions n’est pas en soi pertinente, mais son étude peut le devenir à des moments charnière, à des tournants historiques qui bousculent l’enchaînement naturel de la tradition et font apparaître des ruptures significatives. D’où l’intérêt d’étudier ces moments cruciaux, ces tournants.

  • 2  Cf. Gérard Noiriel, La question nationale comme objet d’histoire sociale, Genèses. Sciences social (...)
  • 3  Friedrich Meinecke, Weltbürgertum und Nationalstaat, München, Oldenbourg, 1908. Pour une révision (...)

2La seconde observation touche à l’opposition, devenue un lieu commun, entre une conception française et une conception allemande de la nation : l’une serait de nature démocratique, fondée sur des critères politiques, sur l’adhésion volontaire à des valeurs communes, alors que l’autre serait de nature organiciste, liée à des données culturelles, voire ethniques, indépendantes de la volonté individuelle2. A cette opposition, formulée pour la France par Renan dans celle du « plébiscite de tous les jours » et de l’ethnie, correspond, pour l’Allemagne, celle entre Kulturnation et Staatsnation que Friedrich Meinecke a popularisée au début du siècle3 : la France se serait formée selon la logique de l’Etat- nation, sur l’idéologie et le sentiment d’appartenance à un Etat constitué. En revanche l’identité nationale allemande se serait constituée, faute d’unité politique réalisée, sur des valeurs d’ordre culturel. Les deux théories ont en commun qu’elles construisent un jeu d’opposition franco-allemande, une distribution de rôles en miroir. L’autodéfinition est intrinsèquement liée à la définition de l’autre, elle y est inscrite en creux. Or ce type de construction a posteriori s’est élaboré à partir d’une expérience précise : le conflit de 1870-1871. Et à l’intérieur de ce conflit, la question de l’appartenance de l’Alsace-Lorraine à la France ou à l’Allemagne a servi de principal point de cristallisation.

  • 4  Outre l’étude de Digeon, citons le travail novateur de Christophe Charte, La république des univer (...)
  • 5  Celle-ci a été analysée dans le cadre du livre de Michael Jeismann, Das Vaterland der Feinde. Stud (...)

3De ce double constat on peut conclure l’intérêt que présente une analyse fine des argumentaires développés au moment des faits. C’est ce à quoi nous nous proposons de procéder, d’abord pour le côté français, où le choc a été reçu de façon plus évidente, mettant à nu la fragilité des vues qui paraissaient pourtant solidement établies. Il est clair que, pour être vraiment pertinente, l’étude sera à compléter par l’examen des argumentaires allemands correspondants, à la fois dans la courte et la moyenne durée. Mais dans le débat français, les phénomènes d’emprunt et de transfert, enfin les enjeux d’une redéfinition de la nation apparaissent, sans doute, avec plus de netteté. Car si l’on connaît bien les phénomènes à moyen terme que le choc de la défaite y a déclenchés, dans le domaine de l’enseignement et des institutions universitaires par exemple4, ou encore concernant la restructuration du champ politique, on est beaucoup moins familier des réactions à chaud, dont la connaissance est pourtant indispensable pour qui voudrait établir une généalogie des révisions en question. Pour notre enquête nous nous appuierons de préférence non pas sur la presse quotidienne5, mais sur des textes et articles de revue qui, tout en réagissant sur-le-champ, tentent d’introduire une première distance par rapport à l’événement. Le corpus des articles de la Revue des Deux-Mondes parus en 1870 et 1871 occupe, à ce sujet, une place de choix.

La nationalisation des perspectives

  • 6  Voir S. Audoin-Rouzeau, 1870. La France dans la guerre, Paris, 1989 ; J. Stengers, Aux origines de (...)
  • 7  Cf. Jeismann, op. cit., p. 173-182.

4La guerre de 1870 apparut en France comme le retour massif d’une histoire qu’on avait cru révolue. Les derniers soldats étrangers avaient quitté le territoire en 1815. Depuis, les guerres s’étaient déroulées sur d’autres continents, ou alors sur des terrains européens bien circonscrits. Malgré le signal planté à Sadowa, la guerre que la France venait de déclarer à la Prusse avait gardé un côté théorique6. Il est vrai que la propagande bonapartiste déployait de grands efforts pour soutenir l’idée que la fierté nationale avait été foulée aux pieds au-delà du supportable et que, par conséquent, l’heure était au rassemblement national, par-dessus tous les clivages politiques7. Mais il est difficile de savoir jusqu’à quel point cette propagande, qui tendait à une sorte de nationalisation du conflit, a réellement pu prendre. En dépit de l’engagement verbal d’une grande partie de l’opinion publique en faveur des objectifs nationaux proclamés par Napoléon III, en dépit aussi des efforts pour donner, par le rappel de 1792 et de 1813, une profondeur historique à la trame événementielle, la mobilisation ne paraissait pas soulever l’enthousiasme populaire. Si bien que, la République proclamée, les républicains n’avaient aucun mal à présenter le guerre comme une opération de conquête, un conflit de type dynastique, qui avait entraîné la France dans une aventure malheureuse, suivant une logique relevant de l’ancien régime.

5On sait cependant que cette présentation des faits n’a pas donné lieu à des tentatives sérieuses de faire la paix. Le gouvernement de la Défense nationale considéra comme son premier devoir de protéger la patrie envahie et menacée dans sont intégrité territoriale. Du côté allemand, la paix n’avait pas non plus de grandes chances de se réaliser avant l’accomplissement de l’œuvre d’unification nationale. Dans les deux camps, la logique de la nationalisation du conflit l’avait emporté. En France d’ailleurs, comme nous l’avons vu, c’est la République qui mène cette évolution à son terme.

Le recours à l’histoire

6Le processus de réorientation intellectuelle qui s’engage alors en France se caractérise par un appel répété et varié à l’histoire. Pour interpréter l’événement inattendu, surprenant, on cherche des parallèles dans l’histoire nationale. Il s’agit, d’une part, de mieux cerner le rôle de la Prusse et de l’Allemagne dans ce qui arrive aux Français, et, de l’autre, d’établir des continuités historiques propres à l’histoire de France et susceptibles de mettre en relief l’actualité immédiate. L’intrusion de l’événementiel se traduit donc d’abord par des constructions spécifiques de l’histoire, et ceci essentiellement à deux niveaux : la réactivation ou l’actualisation des stéréotypes existants et la consolidation érudite d’hypothèses politiques, les deux procédés, par ailleurs largement éprouvés, pouvant se fondre et donner lieu à des croisements caractéristiques.

L’invasion barbare

  • 8  Voir en particulier l’article de Fustel de Coulanges, L’invasion germanique au ve siècle. Son cara (...)

7La première constellation utilisée à ce titre est celle du barbare envahissant le sol français. Michael Jeismann a montré comment cette représentation repose, très largement, sur le rappel de 1792 : la France, pays détentrice au plus haut degré des valeurs de la civilisation, est envahie par des barbares de l’Est qui viennent piller ses richesses et détruire ses trésors. Pendant la Révolution, cette représentation mettait en scène la lutte entre les défenseurs des idéaux universels des droits de l’homme et les combattants de la réaction, surgissant des forêts germaniques pour rétablir la féodalité. En 1870 la situation a, bien sûr, profondément changé. La culture historienne du public s’est développée, autorisant, en principe, des développements plus circonstanciés. On peut se référer à plusieurs invasions historiques, des différentes vagues de Germains depuis les Vandales, les Goths et les Francs jusqu’aux cosaques de 1815. Mais le schéma reste réducteur et ne prête pas aux différenciations subtiles, et ce n’est qu’avec un certain recul que les historiens français commenceront, à partir de 1872, à reconsidérer la question8. Pour l’heure, dans le feu de l’action publiciste, Auguste Barbier publie le 1er octobre à la Revue des Deux-Mondes une série de poèmes dont le premier, intitulé « Les fils des Huns », se termine par un quatrain qui ne fait pas dans la dentelle :

  • 9  A. Barbier, Devant l’ennemi, Revue des Deux-Mondes, 1er octobre 1870, p. 559-562, ici p. 560.

Horreur ! et voilà bien des siècles qu’on dépense
Esprit et cœur pour en arriver là,
Pour voir recommencer avec plus de science
L’œuvre sans nom des hordes d’Attila9 !

  • 10  Revue des Deux-Mondes des 1er et 15 octobre 1870 (p. 546-558 et 601-623).
  • 11  Revue des Deux-Mondes du 1er septembre 1871, p. 46-79.
  • 12  Revue des Deux-Mondes du 15 octobre 1870, p. 617.

8Le terme d’invasion se généralise pour désigner l’occupation militaire. Alfred Mézières publie successivement deux articles sur « L’invasion en Lorraine », puis « L’invasion en Alsace »10. Ernest Lavisse fait suivre « L’invasion dans les départements du Nord »11. Dans toutes ces présentations on associe étroitement invasion et barbarie. Dans son récit des événements d’Alsace, Mézières écrit à propos du bombardement de la bibliothèque de Strasbourg : « Ne soyons plus si fiers après cela de la civilisation moderne, ne parlons plus dans nos écoles de la barbarie des Arabes qui brûlaient les bibliothèques. La barbarie revient parmi nous, et c’est le peuple le plus instruit qui nous la ramène. »12 Et de conclure :

  • 13  Ibid.,p. 622.

Est-ce la peine d’ouvrir des écoles dans toutes les communes, de ne compter qu’un illettré sur 100 habitants, d’encourager et d’honorer partout les travaux de l’esprit, de favoriser la spéculation désintéressée, de doter avec magnificence tous les établissements d’instruction publique, d’entretenir les universités les plus savantes et les plus studieuses de l’Europe, pour recommencer dans le monde le rôle d’Attila et pour continuer les barbares13 ?

  • 14  Charles Giraud, La réunion de l’Alsace à la France, Revue des Deux-Mondes, 15 décembre 1870, p. 71 (...)

9Il est à noter que Mézières, germaniste et professeur de littératures étrangères à la Sorbonne, se borne à signaler la contradiction et à dénoncer le comportement des troupes allemandes. Mais même chez les modérés, l’invasion reste synonyme d’atteinte brutale à la civilisation, de destruction violente des acquis de l’humanité. D’autre part, si elle sert à accuser l’ennemi, elle dispense aussi une consolation, puisée précisément dans l’histoire. Ainsi l’historien Charles Giraud peut-il résumer son étude, publiée le 15 décembre 1870, sur « La réunion de l’Alsace à la France » par cette adresse aux Allemands : « Votre perfide habileté échouera contre notre patriotisme; la France a eu raison de toutes les invasions. Dieu aidant, elle aura raison de la vôtre. »14

10Mais la notion d’invasion ouvre également à d’autres analogies historiques. Alfred Maury compare, dans un article du même mois de décembre 1870, l’action du roi de Prusse à celle de Philippe de Macédoine, premier représentant dans l’histoire de cet « esprit de conquête », qui s’en prit, en l’occurrence, à Athènes, berceau de la civilisation.

  • 15  Alfred Maury, Une Prusse dans l’Antiquité, Revue des Deux-Mondes, 1er décembre 1870, p. 405-428, i (...)

Tenons les yeux constamment fixés sur cette moderne Macédoine qu’on appelle la Prusse, rappelle Maury, et sachons nous convaincre que nous ne pourrons efficacement repousser son agression qu’en faisant preuve d’une moralité et d’une sagesse, d’un esprit de concorde, de détachement et de discipline, qui manquaient aux Athéniens du ive siècle avant notre ère, et dont l’absence amena leur décadence politique15.

  • 16  Ibid., p. 428.

11Le parallèle, s’il permet de dénoncer le caractère mi-barbare mi-civilisé de la Prusse, reste cependant ambigu, puisque non seulement il fait intervenir l’argument « allemand » de la décadence française, mais semble sceller le sort de la France face à la nouvelle Macédoine. Maury a beau affirmer que « les coïncidences ne sauraient se continuer partout et toujours »16 : l’analogie semble suggérer une issue fatale.

Rationalité et perversion de la conquête

  • 17  Alfred Maury, Les guerres dés Français et les invasions des Allemands, Revue des Deux-Mondes, 15 f (...)

12Très logiquement donc Maury donne, à deux mois d’intervalle, un éclairage différent sur la question17. Interrogeant toujours l’histoire, et répondant indirectement aux arguments allemands qui justifient l’annexion de l’Alsace en invoquant les conquêtes de Louis XIV, Maury s’emploie à établir une différence de nature entre l’action militaire des rois de France et celle des pouvoirs allemands :

  • 18  Ibid., p. 579. Léon Feer (Louis XIV et le nouvel Empire allemand, Revue des Deux-Mondes, 1er mai 1 (...)

La différence qui sépare nos guerres de celles des Allemands [...] réside dans le but qu’on s’efforçait d’atteindre. La France a toujours aspiré à exercer en Europe une prépondérance à laquelle elle croyait avoir droit par la supériorité de sa civilisation et de ses lumières. [...] L’Allemagne a eu d’autres visées ; c’est moins sa domination politique et morale qu’elle prétend établir que des débouchés à l’excès de sa population qu’elle cherche à créer. Ce sont non pas des soldats qu’elle envoie hors de ses frontières, mais des colons armés. Elle fait des invasions, tandis que nous en Europe nous faisons seulement des guerres18.

  • 19 Ibid., p. 591.
  • 20 Ibid., p. 597.
  • 21 Ibid., p. 595. Il est intéressant de voir que Maury se réfère ici aussi à la Germanie de Tacite : « (...)
  • 22  Voir aussi dans l’article d’E. Beaussire du 1er février 1871 une remarque équivalente : « Il faudr (...)

13Les conquêtes de Louis XIV étaient en réalité des « adoptions » et ne servaient tout au plus qu’à « élever une barrière contre les invasions possibles des Germains »19. La France a simplement retrouvé ses « frontières originelles » du temps de la Gaule romaine. Ce qui ne l’a cependant pas mise à l’abri du « torrent de l’invasion germanique » qu’il faut à tout prix arrêter20. Maury va jusqu’à considérer l’immigration des ouvriers, artisans et commerçants allemands en France, phénomène d’une certaine égales doivent être blâmées, autant la régénération des races inférieures ou abâtardies par les races supérieures est dans l’ordre providentiel de l’humanité » (cité ampleur au xixe siècle, comme une « infiltration » savamment orchestrée pour préparer le terrain aux militaires : « Des pionniers, des enfans perdus, chargés pour ainsi dire de faire les logemens de l’armée, et qui leur ont ensuite servi d’espions. »21 Ce faisant, Maury inaugure donc cette obsession de l’espionite22 qui jouera le rôle qu’on connaît dans les rapports de la France à l’Allemagne vers la fin du siècle. D’autre part il donne également dans l’image, qui fera elle aussi fortune, de la France décadente, affaiblie par la négligence et le goût du plaisir, minée par une masse de travailleurs immigrés laborieux, travaillant pour un salaire moindre avec davantage d’application, population dans laquelle il inclut même les universitaires :

  • 23  Ibid., p. 595. Avant Renan et d’autres, Maury forge ainsi l’image de la science et du labeur allem (...)

Il n’est pas jusqu’aux savants allemands qui ne soient venus s’offrir ici au rabais, et l’on a maintes fois rencontré chez eux plus d’instruction et de zèle que chez les nôtres. Tous ces Germains parlaient d’ailleurs couramment notre langue, tandis que nous ne prenions pas la peine d’apprendre la leur. Ils savaient de la sorte ce qui se passait chez nous, tandis que nous ignorions ce qui se passait chez eux23.

14Il est vrai que ce type d’interprétation amalgame l’histoire, la psychologie des peuples et les failles psychologiques dans la représentation de l’étranger. Mais le mélange peut se révéler d’une redoutable efficacité.

  • 24  L’œuvre resta inachevée. Cf. F. Hartog, Le xixe siècle et l’histoire : le cas de Fustel de Cou-lan (...)

15Plus classiquement, le retour rassurant à l’histoire s’opère chez des hommes de métier comme Fustel ou Ch. Giraud. Fustel de Coulanges, qui travaille à l’époque à une grande fresque de la guerre et de son préhistoire immédiate24, établit un autre parallèle, à savoir entre Bismarck et mécanique dans le perfectionnement des armes et des engins, cet emploi des procédés de la physique pour la transmission des ordres ou l’exploration à distance des lieux, cette attention apportée aux moindres détails, tout cela n’est-il pas l’œuvre

  • 25  N. Fustel de Coulanges, La politique d’envahissement : Louvois et M. de Bismarck, Revue des Deux-M (...)
  • 26  

16Louvois25. Chez Fustel ce n’est pas le schéma de l’invasion des barbares studieux dans la civilisation oisive, mais l’opposition entre « l’esprit de conquête » et « l’esprit de travail ». Toutefois, Louvois ne fait pas figure de contre-exemple positif de Bismarck le méchant. Fustel les range au contraire dans le même sac, celui de la « politique d’envahissement ». A travers son parallèle, il entend mener une démonstration triple : imputer d’une part, en répondant indirectement à l’accusation allemande, les conquêtes françaises du xviie siècle à un seul responsable français « coupable », déchargeant par là même et Richelieu et Louis XIV ; souligner que ce type de comportement appartenait à un autre âge et était révolu dans une Europe du xixe siècle acquise aux valeurs de travail, de prospérité, de liberté et de paix ; enfin suggérer, en indiquant les piètres résultats obtenus par Louvois, que l’entreprise anachronique de Bismarck étant condamnée à l’échec26. Fustel se garde donc de tout chauvinisme. Tout au contraire, il demande aux Allemands de ne pas tomber dans les erreurs françaises du passé. Bismarck a, selon lui,

  • 27  Ibid., p. 29.

assumé une lourde responsabilité en se chargeant des destinées d’une nation entière, et en prenant pour ainsi dire dans sa main toute la vie et toute l’âme de cette nation. Il en devra un terrible compte. Le mal qu’il nous aura fait lui sera aisément pardonné ; on ne lui pardonnera pas celui qu’il aura fait à son pays27.

17Le recours à l’exemple historique apporte donc une dimension prophétique. D’une certaine façon, les dés ont déjà été jetés :

  • 28  Ibid., p. 28.

Cette guerre aura des effets incalculables sur l’état moral de l’Allemagne. Elle changera le caractère, les habitudes, jusqu’au tour d’esprit et à la manière de penser de cette nation28.

  • 29  Charles Giraud, La réunion de l’Alsace à la France, Revue des Deux-Mondes, 15 décembre 1870, p. 71 (...)
  • 30  Ibid., p. 740.

18Charles Giraud répond, lui, sur un autre terrain. Dans le registre de l’érudition classique il entend établir que la réunion de l’Alsace à la France en 1648 était tout à fait régulière, conforme au droit international et par conséquent définitive29. Giraud n’entre donc point dans des considérations sur les nationalités, ni même sur la volonté de la population. Le « titre à la possession de l’Alsace »30 est aussi authentique que légitime, et nul ne saurait le remettre en question, au mépris du droit international.

19L’utilisation la plus évidente de l’exemplum historique est enfin l’invocation du modèle prussien de la régénération. Dans la mesure où elle intervient, par ailleurs, au centre même des débats sur la nation, nous allons voir plus loin sa signification dans le transfert de concepts et de modèles entre les champs allemand et français. Retenons ici simplement la nature polysémique de cet exemple, qui permet les interprétations et actualisations à la fois contradictoires et complémentaires bien connues : imiter la Prusse pour mieux la combattre, dénoncer sa conduite tout en s’en inspirant, enfin élaborer un contre-modèle sur la base d’une analyse la plus méthodique possible des forces et faiblesses du modèle, c’est-à-dire en restant prisonnier de ses données structurelles : voilà les données d’un débat intellectuel qui va prendre une large place pendant les premières décennies de la IIIe République.

La définition de la nation

20Confrontés à des définitions divergentes de la nation, au nom desquelles étaient formulées des revendications politiques et territoriales, les intellectuels français n’ont réagi qu’avec un certain retard sur le plan « théorique ». Il s’agit, de toute façon, d’un processus relativement lent qui, pendant les années 1880 et 1890, va se morceler, à mesure que la nation devient l’enjeu d’une lutte des partis, en plusieurs opérations partiellement contradictoires. Cela dit, pour les années 1870-1871, il convient de noter que, d’une part, presque tous les éléments de la question étaient déjà présents avant même la guerre, mais que, de l’autre, celle-ci introduit dans le débat une nouvelle dynamique évidente, donnant à l’ensemble des infléchissements caractéristiques. Pour le premier point, il suffit de rappeler les propos que Renan a tenus dès 1868, dans la préface des Questions contemporaines :

  • 31  E. Renan, Questions contemporaines, Paris, M. Lévy, 1868, p. XXVI.

[...] du moment qu’on a rejeté le principe du droit divin des dynasties, il n’y a plus de solide que le principe du droit des peuples ; or, les peuples n’ont d’existence qu’en tant qu’ils sont des groupes naturels formés par la communauté approximative de race et de langue, la communauté de l’histoire, la communauté des intérêts31.

21Après 1870, Renan — en ce qui le concerne et à supposer que « peuple » équivaut à « nation » — n’avait qu’à déplacer certains accents, souligner davantage la « communauté de l’histoire » et la « communauté des intérêts », au détriment de la race et de la langue. Mais il est vrai que, chez bon nombre de discutants, ces inflexions ne se sont pas faites sans tâtonnements ni détours.

22L’un a trait aux développements de la question des « nationalités ». Fonder cette qualité sur les critères de race (au sens « social », non biologique), de langue et de culture ne paraissait de prime abord pas déraisonnable, surtout lorsqu’on prenait soin d’y associer l’histoire. La position à prendre face à l’argumentation d’un Mommsen n’était donc pas évidente. Dans sa réponse aux Lettres aux Italiens, A. Geffroy, grand spécialiste du germanisme, développe une réflexion caractéristique :

La théorie dite des nationalités, destinée à garantir à chaque peuple, si elle est appliquée sincèrement, son indépendance nationale, très bienfaisante alors comme expression d’un droit nouveau, a malheureusement servi jusqu’à nos jours moins de réparations que d’injustices et de sophismes. L’application en est trop délicate et glissante pour ne pas prêter à de perfides équivoques, dont savent profiter les puissants. Quelles règles suivre dans les revendications qu’elle semble provoquer ? Est-ce la langue qui sera le signe indubitable de la nationalité ? Que la France alors se voie adjuger la Belgique avec quatre ou cinq cantons de la Suisse. Est-ce la primitive communauté de berceau ? Que l’Allemagne s’empare donc de la Suisse allemande et de la Hollande, et qu’elle restitue les débris de la Pologne. Cela fait, on aura constitué en Europe un petit nombre de grandes agglomérations mal cimentées, dont l’anarchie et les rivalités jalouses amèneront des déchirements et des chocs terribles.

  • 32  A. Geffroy, Un manifeste prussien, Revue des Deux-Mondes, 1er novembre 1870, p. 122, ici p. 134 sq

Il est clair que la théorie des nationalités doit tenir un grand compte des droits créés ou modifiés par l’histoire, et que la principale règle de cette théorie doit être d’observer surtout, de respecter dans tous les cas les voeux du peuple. En quelle mesure ces deux conditions s’appliqueraient-elles à la revendication des deux provinces françaises au profit de l’Allemagne ou de la Prusse32 ?

23La conclusion qui s’impose et que Geffroy recommande aux Allemands est de soumettre la question au suffrage des Alsaciens et Lorrains. Ce qui revient à privilégier l’interprétation démocratique, volontariste du concept de nationalité, au détriment de ce qu’on commençait à appeler l’acception « ethnographique ». Dans la mesure où la « démocratie » faisait en même temps l’objet d’un débat contradictoire — en particulier à partir du soulèvement de la Commune —, ce glissement de sens ne faisait pas l’affaire de tout le monde.

24Chez le celtologue Henri Gaidoz la question prend une nuance légèrement différente, puisqu’il insiste sur l’unité de la nation en même temps que sur les différences régionales :

C’est assurément en France que dans ce siècle on a le plus parlé du principe des nationalités ; c’est en France que les nations privées de leur indépendance par une conquête étrangère ont trouvé les plus ardentes et les plus sincères sympathies. [...] Or que nous disait ce mot de nationalité pour lequel nous étions si disposés à dépenser notre sang et notre argent ? Nous entendions par là une réunion d’hommes ayant la ferme volonté de former un corps politique distinct, un Etat indépendant. Les données ethnographiques ne faisaient qu’accentuer et mettre pour ainsi dire en relief la question morale. Nous demandions aux opprimés non pas de quelle race ils descendaient, mais à quelle nation ils voulaient appartenir ; nous considérions des peuples comme des personnes morales qui sortent par leur activité propre de la servitude des faits, de la fatalité du passé, et qui règlent leur destinée à leur guise, selon leurs sentiments ou leurs intérêts.

  • 33  H. Gaidoz, Les revendications du pangermanisme, 1er janvier 1871, p. 385-405, ici p. 387 sq.

Cette unité, qui est notre consolation et qui seule peut être notre salut dans la crise terrible que nous traversons, cette unité est d’autant plus forte, d’autant plus respectable, qu’elle est non pas un fait brutal, non pas le résultat fortuit de la communauté de race, mais une conscience, un contrat des âmes, reposant sur ce concours de volontés libres qui seul fait une nation33.

  • 34  Il vise en particulier R. Boeckh, Der Deutschen Volkszahl und Sprachgebiet in den Europäischen Sta (...)
  • 35  Gaidoz, Les revendications du pangermanisme, p. 405.

25Gaidoz note par ailleurs que les Allemands34 mettent le principe « des nationalités » au singulier : « la » nationalité qu’ils disent défendre et qu’ils font ressortir de l’ordre de la nature consiste en une vision très unilatérale des choses, puisqu’elle ne sert que d’habillage théorique au désir de conquête du « pangermanisme ». Après l’Alsace, Gaidoz voit succomber le Luxembourg, la Hollande, puis, à la suite d’une politique d’émigration ciblée, des régions de l’Europe centrale et orientale. Le pangermanisme ne veut voir respecter le principe de la nationalité qu’au profit des seuls peuples germaniques et tend à inféoder, au nom de la « supériorité de la civilisation allemande », ses voisins à l’ouest et à l’est35. Derrière cette argumentation on voit se profiler l’accusation récurrente d’avoir trahi et asservi la science à des intérêts politiques particulièrement répréhensibles.

Nation et « race »

26A propos de la définition de la nation par la « race » on assiste cependant à des inversions et glissements significatifs. Car toute une série d’intervenants se mettent à relever que les Prussiens, qui se veulent les champions de la germanité, sont en réalité, au plan racial, un mélange où des éléments non germaniques dominent. Chez Renan, dans un article du début du conflit qui ne se résigne pas encore à l’inévitable, ce caractère mixte peut encore révéler des atouts, puisqu’on peut l’interpréter selon le schéma de la génération par les marges :

  • 36  E. Renan, La guerre entre la France et l’Allemagne, Revue des Deux-Mondes, 15 septembre 1870, p. 2 (...)

Formation récente dans le corps germanique, la Prusse en recélait toute la force effective. Par le fond de sa population, elle était plus slave que germanique ; mais ce n’était point là un inconvénient, tout au contraire. Ce sont presque toujours des pays mixtes et limitrophes qui font l’unité politique d’une race ; qu’on se rappelle le rôle de la Macédoine en Grèce, du Piémont en Italie36.

27Mais l’interprétation dominante penche plutôt de l’autre côté : dans la mesure où elle n’est pas vraiment germanique, la Prusse n’a au fond pas le droit de parler pour l’Allemagne. C’est le zoologiste Armand de Quatrefages qui pousse le plus loin la démonstration. Tout en se disant hostile aux « applications de l’anthropologie à la politique », il veut apporter la preuve que

  • 37  A. de Quatrefages, Histoire naturelle de l’homme. La race prussienne, Revue des Deux-Mondes, 15 fé (...)

les éléments ethnologiques de cette nation (i.e. la Prusse) sont tout autres que ceux qui ont donné naissance aux nations vraiment allemandes. Des conditions climatériques spéciales ont maintenu et accentué les différences originelles. En réalité, au point de vue anthropologique, la Prusse fait à peine partie de l’Allemagne37.

28Selon Quatrefages, la Prusse est constituée de deux éléments autochtones, l’un slave et l’autre finnois, auxquels se sont greffées deux composantes étrangères, l’une germanique, du fait de l’invasion des chevaliers teutoniques, et l’autre française, à la suite de l’installation des Huguenots dans le Brandebourg. Il en a résulté un métissage important, où, sous l’effet du « milieu », le caractère des « races indigènes », slave et finnoise, reste prépondérant. A partir de ce diagnostic, Quatrefages adresse un avertissement aux Allemands victimes des accapareurs prussiens :

  • 38  Ibid., p. 669. L’article de Quatrefages donna d’ailleurs lieu à une controverse franco-allemande a (...)

La véritable Allemagne comprendra, sentira un jour qu’il y a dans mes paroles tout autre chose que le ressentiment d’un vaincu ; mais il sera trop tard : elle expiera cruellement la faute qu’elle a commise en faisant reposer son avenir sur une erreur anthropologique38.

29Souvent d’ailleurs, le reproche d’antigermanisme est adressé aux chefs mêmes de la Prusse :

  • 39  Ch. Giraud, La réunion de l’Alsace à la France, Revue des Deux-Mondes, 15 décembre 1870, p. 741.

« M. de Bismarck descend d’un ancien chef des tribus slaves qui ont peuplé son pays natal. [...] M. de Moltke est aussi d’origine wende. Quant aux Prusses de race, ils n’étaient pas encore civilisés au xiiie siècle. [...] Or les peuples tiennent toujours de leur origine et des maîtres qui les ont gouvernés. »39

30Dans tous ces cas on retourne donc aux Allemands l’argument d’une définition de la nation par la race, entendue soit au sens biologique soit au sens social. Ce faisant, les critiques français sont néanmoins entraînés dans la logique et dans les argumentaires qu’ils voudraient combattre. Le fait de dénoncer le caractère non germanique de la Prusse ou de ses dirigeants peut à son tour être rendu aux accusateurs français : l’Alsace serait-elle donc plus allemande que la Prusse ?

L’Allemagne et la Prusse

  • 40  E. Renan, La guerre entre la France et l’Allemagne, p. 281.

31De façon générale, les liens de l’Allemagne et de la Prusse sont diversement appréciés. Au début du conflit, la tendance est à la dissociation des deux ensembles. Renan lui-même insiste pour énumérer les différences : le rôle de la Prusse en Allemagne ne peut être que passager. L’œuvre de l’unification accomplie, la Prusse sera absorbée par l’Allemagne : les principes prussiens, existence d’une armée forte et d’une petite noblesse, ne résisteront pas aux forces sociales qui conditionnent la formation de toute nation moderne, à savoir l’épanouissement d’une bourgeoisie industrielle et opulente. D’où la prédiction de Renan : « C’est ce qui me fait dire avec assurance : La Prusse passera, l’Allemagne restera. »40

  • 41  Cf. C. Digeon, op. cit., p. 157-164.

32Le philosophe bonapartiste E. Caro, grand protagoniste de la théorie des deux Allemagnes41, voudrait sauver la bonne Allemagne de Kant contre la Prusse de Bismarck et de Moltke. En décembre 1870, il n’a pas encore enterré l’idée d’une réconciliation entre la France et l’Allemagne :

  • 42  E. Caro, La morale de la guerre. Kant et M. de Bismarck, Revue des Deux-Mondes, 15 décembre 1870, (...)

Cette réconciliation, je ne l’estime durable qu’à deux conditions : la première, c’est que l’Allemagne revienne aux nobles leçons d’Emmanuel Kant et désavoue à tout jamais celles qu’elle a reçues de M. de Bismarck. La seconde condition, c’est que l’unité, qui est, je le reconnais, dans la destinée de la race germanique et que nous ne devons ni entraver, ni troubler, se fasse par l’esprit allemand, non par l’esprit prussien42.

33Sa description de « l’esprit germanique » se lit comme l’invocation d’une représentation ancienne, une image de l’avant-guerre, un refus de prendre acte des nouvelles réalités allemandes :

  • 43  Ibid.

L’esprit germanique, personne plus sincèrement que nous n’en a senti et reconnu l’honnête et naturelle grandeur. Tous nous rendons hommage, en France, à cette simplicité des mœurs de la famille chez nos voisins d’outre-Rhin, à cette sincérité de la vie, à cette profondeur de l’émotion poétique et du sentiment religieux. Il s’y joint, comme par surcroît, la plus grande liberté du travail intellectuel, la haute culture scientifique, et cette conscience réfléchie du droit qui se montre dans leurs livres, qui vient confirmer l’instinctive moralité du peuple, et qu’un dernier progrès réalisera, j’espère, un jour dans leur politique43.

  • 44  Ibid., p. 590.

34Et Caro compte pourtant parmi ceux qui dénoncent avec le plus de vigueur, entre autres dans le même article, la politique « diabolique » de la Prusse, les exactions de ses « hordes » militaires. De Bismarck, qui est « vraiment un phénomène dans l’ordre moral »44, il noircit le portrait à volonté.

  • 45  Même Fustel, dans son travail inachevé sur l’histoire de la guerre, s’en tient encore, tout au moi (...)

35Sa distinction radicale n’est, au fond, possible que parce qu’il concentre toutes les caractéristiques de l’Allemagne moderne, de la science au génie militaire, de l’hégélianisme au machiavélisme, sur la Prusse, exemptant les Etats allemands qui s’étaient montrés récalcitrants en 1866. A ceux-ci, aux Hanovriens, Saxons, Bavarois, etc., jugulés par la force, il laisse, sans insister d’ailleurs, car les ambiguïtés sont évidentes, les qualités de la « bonne Allemagne », pour mieux pouvoir charger les Prussiens45.

36Le ton vis-à-vis de l’Allemagne tout entière est déjà plus dur dans un second article, paru en janvier 1871. Tout en constatant le réveil des sentiments patriotiques en France, Caro instruit le procès des élites intellectuelles parisiennes du Second Empire qui se sont agenouillées devant la science d’outre-Rhin :

Dans certains groupes d’élite, il était passé en règle absolue, on le sait, d’exalter les aptitudes critiques, scientifiques, esthétiques, des autres peuples, particulièrement du peuple allemand, en sacrifiant les nôtres, qui, tout en étant d’une nature spéciale, ont assurément leur valeur et sont au moins égales aux autres dans leur diversité. On se gardait avec soin de toute prédilection nationale comme d’un signe d’étroitesse d’esprit. La haute culture scientifique, c’était le nom de l’idole à laquelle nous étions tenus de sacrifier de gaieté de cœur nos prétentions surannées en faveur de ce vieil esprit français qui, au xviie et au xviiie siècle, avait fait la conquête du monde [...]

  • 46  E. Caro, L’idée de la patrie. Ses défaillances et son réveil, Revue des Deux-Mondes, 15 janvier 18 (...)

Par une sorte de conjuration secrète entre ces beaux esprits qui à certains égards se traitaient entre eux comme des affidés, il était établi que, pour entrer dans le cénacle, il fallait prendre le mot d’ordre transmis par quelque oracle germanique, soit M. Strauss, M. Gervinus ou M. Mommsen. On n’avait le droit d’être écouté qu’à ce prix. Si l’on ne revenait pas d’un pèlerinage à ces sources mystérieuses du savoir et de la vraie critique, on ne pouvait dépasser les premiers degrés de l’initiation. On restait les déclassés de la fausse science, les parias de la culture inférieure. Et dans ces conclaves d’initiés quel enthousiasme pour les révélations qui traversaient le Rhin, le fleuve sacré ! Quelles exégèses respectueuses et attendries autour de la parole sainte, apportée de Gœttingue ou de Berlin ! Comme on s’empressait de croire à tous ces prophètes nébuleux de l’hégémonie germanique ! Nous savons maintenant à quoi nous en tenir sur les prétentions et les procédés de la suprématie allemande; nous avons pu juger le but et les moyens46.

37Au vu des événements, à l’approche de la proclamation de l’Empire allemand à Versailles, la ligne de partage entre la Prusse et l’Allemagne devient de moins en moins crédible. L’Allemagne tout entière doit endosser la responsabilité de ce qui se passe sous les yeux des Français.

  • 47  Sur Beaussire, cf. les indications chez M. Espagne, Le paradigme de l’étranger. Les chaires de lit (...)
  • 48  Emile Beaussire, Les haines nationales. La France et l’Allemagne, Revue des Deux-Mondes, 1er févri (...)
  • 49 Ibid., p. 503.
  • 50 Ibid., p. 505.

38Emile Beaussire, spécialiste de philosophie et littérature allemandes47, entend construire une autre généalogie de la haine germano-prussienne vis-à-vis de la France. Au xviiie siècle, la nation littéraire allemande s’est légitimement constituée par la « haine » de la nation française dont les lettres dominaient l’Europe. Même les tirades chauvinistes d’un Arndt ou d’un Koerner étaient justifiées tant qu’il s’agissait de libérer l’Allemagne du joug napoléonien. A partir de 1815 cependant, les Allemands « n’avaient plus aucun prétexte de haine contre la France »48. Si une large fraction des Allemands a néanmoins continué à cultiver l’inimitié, c’est que la doctrine hégélienne a produit chez eux une philosophie de l’histoire « qui opposait les races aux races, les nations aux nations, les époques aux époques »49. A l’interprétation théorique s’ajoute l’explication psychologique : tout en étant jaloux de la France, les Allemands se considèrent comme les représentants d’une race supérieure. Il s’agissait alors, pour eux, de traduire en politique leur « suprématie dans le champ de la pensée »50. Face à cette haine généralisée, l’heure n’est plus aux distinctions subtiles.

  • 51 Ibid., p. 510.

Et à ce moment encore [i.e. lors de la défaite de Sedan] la plupart des Français s’efforçaient de distinguer entre la Prusse et l’Allemagne ; il a fallu que tous les peuples allemands nous donnassent sous nos yeux des preuves multipliées de leur mauvais vouloir pour nous forcer à les comprendre dans nos justes sentiments d’indignation. Aujourd’hui l’œuvre est faite51.

39La haine allemande suscite, en réaction légitime, la haine française. Même si celle-ci se veut plus mesurée et, en tout cas, juste dans ses causes, l’engrenage fatal d’un conflit sans fin semble enclenché.

40Enfin Alfred Mézières, en opposant l’Allemagne cosmopolite de Goethe à celle de Bismarck, fait jouer, lui, une autre distinction. L’évolution des Allemands depuis Goethe mettait à mal l’idée même de progrès de la civilisation :

  • 52  A. Mézières, L’invasion prussienne en 1792 et en 1870. Goethe et les Allemands aujourd’hui, Revue (...)

Comment supposer surtout qu’entre deux nations dont la vie sociale était en quelque sorte confondue, la guerre ne prendrait jamais un caractère de férocité qui nous reporterait aux plus tristes époques des luttes religieuses du xvie siècle52 ?

41La conclusion que Mézières tire de sa comparaison entre 1792 et 1870 rejoint celle de bon nombre de ses compatriotes :

  • 53  Ibid., p. 111.

42« L’Allemagne [...] joue en ce moment contre nous, avec plus d’âpreté et moins d’excuse, le rôle qu’elle nous a tant reproché de jouer contre elle entre 1806 et 1813 [...] »53.

43Il faut donc œuvrer pour que se produise une réaction en France comparable à celle qu’a connue l’Allemagne à l’époque de Napoléon.

Imitation de l’Allemagne, imitation de la Prusse

44Là encore, on observera que les éléments essentiels de la question avaient été présents avant même le conflit de 1870. Renan, parmi d’autres, donna le ton dès 1868 :

  • 54  E. Renan, Questions contemporaines, Paris, Hachette, p. XXI.

L’apparition subite et triomphante de l’Allemagne dans le champ de la grande bataille européenne a inspiré l’idée d’imiter les armes et les institutions militaires qui ont produit un si grande supériorité. Pour les armes, rien de plus simple. Pour les institutions militaires, la difficulté est déjà grande. Qu’on prenne garde de vouloir en tout ceci les effets sans la cause, les fruits sans l’arbre et les racines. L’organisation prussienne est le fruit d’un esprit national enté sur une solide philosophie. Imiter l’organisation, sans imiter l’esprit qui l’a produite, serait peu sage. On pourrait être surpris de recueillir d’institutions analogues imposées à des esprits différents des résultats tout divers. Que faut-il donc imiter ? Les écoles allemandes, les universités allemandes, l’éducation morale de l’Allemagne, la façon allemande de traiter les questions religieuses54.

45Mais la guerre produit, dans ce débat, un formidable coup d’accélérateur. Et très clairement, à l’inverse de ce que nous avons vu pour la représentation française de l’Allemagne en tant que nation, le mouvement va, à cet égard, de l’Allemagne vers la Prusse. C’est la Prusse du baron Stein, de Scharnhorst et de Humboldt qui constitue le véritable modèle.

46Dès que se dessine la défaite française, le recours au modèle prussien devient une réaction courante. Renan annonce la couleur en septembre 1870 :

  • 55  E. Renan, La guerre entre la France et l’Allemagne, Revue des Deux-Mondes, 15 septembre 1870, p. 2 (...)

La réaction de la Prusse contre l’oppression de l’empire fut très belle. On sait comment le génie de Stein tira de l’abaissement même la condition de la force, et comment l’organisation de l’armée prussienne, point de départ de l’Allemagne nouvelle, fut la conséquence directe d’Iéna55.

  • 56  K. Hillebrand, La société de Berlin de 1789 à 1815 ; III : Le réveil d’une nation, Revue des Deux- (...)
  • 57  N. Fustel de Coulanges, La politique d’envahissement. Louvois et M. de Bismarck, Revue des Deux-Mo (...)
  • 58  Alfred Maury, Les guerres des Français et les invasions des Allemands, Revue des Deux-Mondes, 15 f (...)

47La rédaction de la Revue des Deux-Mondes accompagne un article de K. Hillebrand sur « La société de Berlin de 1789 à 1815 », rédigé avant la guerre, d’une note insistant sur l’utilité qu’il y avait à « montrer comment une nation se réveille et renaît à la vie »56. Fustel de Coulanges se joint aux protagonistes de la « régénération » à l’image de la Prusse57, tout comme A. Maury qui conclut sa comparaison des guerres françaises et des invasions allemandes : « Eh bien ! nous venons d’avoir notre déroute d’Iéna et d’Auerstædt ; sans imiter en tous points nos vainqueurs, sachons profiter d’un exemple qui nous coûte si cher. »58

48La forme la plus évoluée de ce topo récurrent se trouve encore sous la plume de Renan, dans La réforme intellectuelle et morale de la France :

  • 59  E. Renan, La réforme intellectuelle et morale de la France, Paris, Hachette, 1871 (le livre parut (...)

Il existe un modèle excellent de la manière dont une nation peut se relever des derniers désastres. C’est la Prusse elle-même qui nous l’a donné, et elle ne peut nous reprocher de suivre son exemple. Que fit la Prusse après la paix de Tilsit ? Elle se résigna, se recueillit. Le territoire qui lui restait était tout au plus le cinquième de ce qui nous reste ; ce territoire était le plus pauvre de l’Europe, et les conditions militaires qui lui étaient faites semblaient de nature à le condamner pour jamais à l’impuissance. Il y avait de quoi décourager un patriotisme moins âpre. La Prusse s’organisa silencieusement ; loin de chasser sa dynastie, elle se serra autour d’elle, adora son roi médiocre, sa reine Louise, qui pourtant avait été une des causes immédiates de la guerre. Toutes les capacités de la nation furent appelées ; Stein dirigea tout avec son ardeur concentrée. La réforme de l’armée fut un chef-d’œuvre d’étude et de réflexion ; l’Université de Berlin fut le centre de la régénération de l’Allemagne ; une collaboration cordiale fut demandée aux savants, aux philosophes, qui ne mirent qu’une condition à leur concours, celle qu’ils mettent et doivent mettre toujours, leur liberté. De ce sérieux travail poursuivi pendant cinquante ans, la Prusse sortit la première nation de l’Europe. Sa régénération eut une solidité que ne saurait donner la simple vanité patriotique, elle eut une base morale ; elle fut fondée sur l’idée du devoir, sur la fierté que donne le malheur noblement supporté59.

49Ce qui confère sa pertinence au modèle prussien, c’est moins son efficacité historique que l’actualité vient de prouver, sous des formes il est vrai contestables, mais plutôt sa capacité à engendrer un patriotisme véritable, base indispensable pour la mobilisation de la nation.

  • 60  N. Fustel de Coulanges, De la manière d’écrire l’histoire de France en France et en Alle-mange dep (...)
  • 61  Ibid., p. 251.
  • 62  Ibid.

50S’agissant d’historiographie, Fustel lui-même, qui avait échoué dans son projet d’une histoire actuelle de la guerre et de ses antécédents, érige en modèle les historiens allemands au service de la nation : à la différence des Français, déchirés par les luttes de parti et les « discordes intestines », les historiens berlinois travaillent en armée disciplinée pour le culte de la patrie. « L’érudition en France est libérale ; en Allemagne elle est patriote. »60 D’où le constat, quelque peu nostalgique, que l’époque de la belle érudition impartiale et désintéressée à la française est révolue et qu’il est donc inévitable qu’à l’instar des adversaires allemands, « l’érudition elle-même s’arme du bouclier et de l’épée »61. On voit bien l’ambiguïté du propos : pour se préserver « contre le flot de cette invasion d’un nouveau genre les frontières de notre conscience nationale et les abords de notre patriotisme »62, il faut avoir recours aux méthodes de l’ennemi, pourtant opposées aux traditions françaises : la défense de la nation ne peut s’effectuer que par l’emprunt au modèle national étranger.

La nation revisitée par l’ennemi

51La définition de la nation n’est donc pas seulement une affaire de traditions et d’application de critères tels que la langue, la race, l’histoire ou le consentement volontaire; elle relève aussi des circonstances historiques mouvantes, elle est affaire de conjonctures. Renan fait cette remarque au début de sa réflexion sur les rapports de la France et de l’Allemagne :

  • 63  Renan, La guerre entre la France et l’Allemagne, p. 268.

Une nation ne prend d’ordinaire la pleine notion d’elle-même que sous la pression de l’étranger. La France existait avant Jeanne d’Arc et Charles VII ; cependant c’est sous le poids de la domination anglaise que le mot de France prend un accent particulier. Un Moi, pour prendre le langage de la philosophie, se crée toujours en opposition avec un autre moi. La France fit de la sorte l’Allemagne comme nation63.

52Si la France a engendré la nation allemande, celle-ci va maintenant, en retour, provoquer la régénération de la nation française :

  • 64  Renan, La réforme intellectuelle et morale de la France, p. 638.

53S’il est vrai que c’est le patriotisme français qui, à la fin du dernier siècle, a réveillé le patriotisme allemand, il sera peut-être vrai aussi de dire que le patriotisme allemand aura réveillé le patriotisme français sur le point de s’éteindre64.

54Cette présentation permet, on le sait, deux types de retournement. D’une part, en supposant l’interaction entre les nations, elle ouvre la perspective vers un avenir meilleur. Dans les termes de Fustel :

  • 65  N. Fustel de Coulanges, La politique d’envahissement. Louvois et M. de Bismarck, p. 29.

Il n’est pas impossible que cette guerre soit le commencement de notre régénération ; elle est peut-être aussi le commencement de la décadence de l’Allemagne65.

  • 66  Cf. aussi l’article d’A. Sorel, La Prusse et les deux Empires, Revue des Deux-Mondes, 1er mai 1872 (...)

55Tout le diagnostic allemand de la situation française, en particulier celui qui se décline sur les thèmes du ramollisement des mœurs et de la décadence, de la vanité et de la soif de la gloire, est donc virtuellement retourné à l’expéditeur. Dans la mesure où la Prusse commet les mêmes fautes que Napoléon en 1806, elle s’engage fatalement sur la voie de la déchéance66. Appliqué à la situation française de 1870, le modèle allemand de la naissance nationale indique que le renversement du rapport de force n’est, au fond, qu’une question de temps. Tôt ou tard, l’Allemagne sera rattrapée par ses propres argumentaires, par les principes qui ont fondé sa propre existence nationale.

56D’autre part on assiste à un second retournement : contrairement à ce qu’on a pu croire par la suite, ce n’est pas la France, mais bien la Prusse qui apparaît aux locuteurs français de l’époque comme le modèle de l’Etat- nation. Chez Fustel, la définition du patriotisme, sentiment qui est à la base de la nation, se fait dans la relation à l’Etat :

  • 67  Fustel, Fragments de l’Essai historique sur la guerre et la commune, publié par F. Hartog, op. cit (...)

Le patriotisme consiste dans le respect de l’Etat, dans la confiance à son égard, et dans la disposition à lui sacrifier tout intérêt et même tout amour-propre67.

  • 68  Ibid.

57Or, cette disposition vis-à-vis de l’Etat on ne la trouve, selon Fustel, guère en France, où l’Etat « n’est jamais qu’un parti au pouvoir »68, alors qu’elle est commune en Prusse. C’est en Prusse qu’il y a véritablement fusion de l’Etat et de la patrie, unité de la nation et du régime politique.

58Peu importe si cette vision n’est pas obnubilée par les brouillards français du moment. Ce qui compte au premier chef, c’est à la fois la perception de l’étranger et l’utilisation qui en est faite. Et de ce point de vue, il faut bien constater que le modèle du « patriotisme » prussien, de l’adhésion de tout et chacun aux principes de l’Etat, va nourrir la réflexion française qui s’engage alors. La distinction entre une nation prussienne et une nation allemande peut s’avérer opératoire, même si, à ce sujet encore, elle tendra à s’estomper progressivement.

  • 69  Citons, pour mémoire, les termes de la deuxième lettre à D. F. Strauss : « L’individualité de chaq (...)
  • 70  Nous laissons volontairement de côté les effets, considérables, de la Commune sur ces débats. Ils (...)

59On constatera donc qu’à côté des fameuses antinomies franco-allemandes autour du concept de nation, construites, entre autres, par Renan à partir de la même époque69, persistent des emprunts et transferts de concepts qui sont autant de reprises et de réinterprétations de ce qui paraît être la réalité allemande. La perception de cette réalité et le jeu d’oppositions qu’elle engendre forment autant de points de cristallisation d’un propos « français » sur la question. Les réflexions en question de Renan servent en priorité le champ des relations internationales70. Les définitions de Fustel visent plutôt la recomposition intérieure de la France. Mais aussi bien les réfutations que les reprises s’inscrivent dans un débat d’idées transfrontalier, dans un courant d’échange qu’il est indispensable de connaître si on veut reconstituer le travail du sens.

Haut de page

Notes

1  Claude Digeon, La crise allemande de la pensée française, Paris, PUF, 1957 (rééd. 1992).

2  Cf. Gérard Noiriel, La question nationale comme objet d’histoire sociale, Genèses. Sciences sociales et histoire, 4 (1991), p. 72-94.

3  Friedrich Meinecke, Weltbürgertum und Nationalstaat, München, Oldenbourg, 1908. Pour une révision de cette opposition concernant la période de la Révolution, cf. O. Kaltscheuer, C. Leggewie, Deutsche Kulturnation versus französische Staatsnation ? Eine ideengeschichtliche Stichprobe, in H. Berding (éd.), Nationales BewuBtsein und kollektive Identität. Studien zur Entwicklung des kollektiven BewuBtseins in der Neuzeit, 2, Frankfurt am Main, Suhrkamp, 1994, p.112-162.

4  Outre l’étude de Digeon, citons le travail novateur de Christophe Charte, La république des universitaires, 1870-1940, Paris, Editions du Seuil, 1994.

5  Celle-ci a été analysée dans le cadre du livre de Michael Jeismann, Das Vaterland der Feinde. Studien zum nationalen Feindbegriff und Selbstverständnis in Deutschland und Frankreich 1792-1918, Stuttgart, Klett-Cotta, 1992.

6  Voir S. Audoin-Rouzeau, 1870. La France dans la guerre, Paris, 1989 ; J. Stengers, Aux origines de la guerre de 1870 : gouvernement et opinion publique, Revue belge de philologie et d’histoire, 34, 1956, p. 701-747; E. Kolb (éd.), Europa vor dem Krieg von 1870. Màchtekonstellationen — Konfliktfelder — Kriegsausbruch, München, Oldenbourg, 1987.

7  Cf. Jeismann, op. cit., p. 173-182.

8  Voir en particulier l’article de Fustel de Coulanges, L’invasion germanique au ve siècle. Son caractère et ses effets, Revue des Deux-Mondes, 15 mai 1872, p. 241-268, qui rouvre le débat entre « germanistes » et « romanistes ».

9  A. Barbier, Devant l’ennemi, Revue des Deux-Mondes, 1er octobre 1870, p. 559-562, ici p. 560.

10  Revue des Deux-Mondes des 1er et 15 octobre 1870 (p. 546-558 et 601-623).

11  Revue des Deux-Mondes du 1er septembre 1871, p. 46-79.

12  Revue des Deux-Mondes du 15 octobre 1870, p. 617.

13  Ibid.,p. 622.

14  Charles Giraud, La réunion de l’Alsace à la France, Revue des Deux-Mondes, 15 décembre 1870, p. 716-741, ici p. 741.

15  Alfred Maury, Une Prusse dans l’Antiquité, Revue des Deux-Mondes, 1er décembre 1870, p. 405-428, ici p. 428. A propos du rapport entre invasion/barbarie d’un côté et colonisation/ civilisation de l’autre on se rappellera qu’à la même époque un esprit éclairé comme Renan considère comme un nécessité la colonisation des « races inférieures ». Cf. La Réforme intellectuelle et morale de la France, Paris, 1871, où on lit par exemple : « La colonisation en grand est une nécessite politique tout à fait de premier ordre. Une nation qui ne colonise pas est irrévocablement vouée au socialisme, à la guerre du riche et du pauvre. La conquête d’un pays de race inférieure par une race supérieure, qui s’y établit pour le gouverner, n’a rien de choquant. L’Angleterre pratique ce genre de colonisation dans l’Inde, au grand avantage de l’Inde, de l’humanité en général, et à son propre avantage. La conquête germanique du ve et du vie siècle est devenue en Europe la base de toute conservation et de toute légitimité. Autant les conquêtes entre races dans l’édition Bouquins, E. Renan, Histoire et paroles, Paris, R. Laffont, 1984, p. 628 sq.).

16  Ibid., p. 428.

17  Alfred Maury, Les guerres dés Français et les invasions des Allemands, Revue des Deux-Mondes, 15 février 1871, p. 577-597.

18  Ibid., p. 579. Léon Feer (Louis XIV et le nouvel Empire allemand, Revue des Deux-Mondes, 1er mai 1872) défendra des positions analogues.

19 Ibid., p. 591.

20 Ibid., p. 597.

21 Ibid., p. 595. Il est intéressant de voir que Maury se réfère ici aussi à la Germanie de Tacite : « Déjà Tacite disait des Germains : "Ils aiment les présens, mais ils ne se croient pas obligés par ceux qu’ils reçoivent. [...]" Le caractère allemand n’a pas changé à cet égard depuis dix-huit siècles » (p. 595).

22  Voir aussi dans l’article d’E. Beaussire du 1er février 1871 une remarque équivalente : « Il faudra nous dispenser [...] de cette coûteuse hospitalité qui a entretenu dans nos murs, dans nos ateliers et jusque dans nos foyers un peuple d’espions » (E. Beaussire, Les haines nationales. La France et l’Allemagne, Revue des Deux-Mondes, 1er février 1871, p. 491-512, ici p. 511). La France découvre à l’époque la présence d’une importante immigration allemande. Voir aussi A. Mézières, L’invasion prussienne en 1792 et en 1870. Goethe et les Allemands aujourd’hui, Revue des Deux-Mondes, 1er février 1871, p. 92-111, ici p. 107.

23  Ibid., p. 595. Avant Renan et d’autres, Maury forge ainsi l’image de la science et du labeur allemands responsables de la défaite française. Cf. p. 596 : « Nous nous imaginions être encore la première nation de l’Europe, nous nous représentions Paris comme le phare de l’humanité, quand les Allemands n’avaient déjà presque plus rien à nous envier. Or c’est cette diffusion des lumières chez la masse du peuple qui a valu à ceux-ci les succès qui nous accablent. Du courage, de la résolution, nous en avions autant qu’eux ; mais ils ont fait servir toutes leurs connaissances à doubler leurs forces. Cette parfaite intelligence de la topographie, de la castramétation, cette étude exacte de la stratégie, cette ingénieuse intervention de la chimie et de la du travail, de la science, et le produit de l’application que les Allemands mettent à tout ce qu’ils font ? »

24  L’œuvre resta inachevée. Cf. F. Hartog, Le xixe siècle et l’histoire : le cas de Fustel de Cou-langes, Paris, PUF, 1988, p. 225-262.

25  N. Fustel de Coulanges, La politique d’envahissement : Louvois et M. de Bismarck, Revue des Deux-Mondes, 1er janvier 1870, p. 5-30.

26  

Cf. par exemple : « Si l’œuvre de M. de Bismarck est encore inachevée, celle de Louvois a produit depuis longtemps toutes ses conséquences ; il nous est donc possible de juger l’arbre par ses fruits » (ibid., p. 23).

27  Ibid., p. 29.

28  Ibid., p. 28.

29  Charles Giraud, La réunion de l’Alsace à la France, Revue des Deux-Mondes, 15 décembre 1870, p. 716-741.

30  Ibid., p. 740.

31  E. Renan, Questions contemporaines, Paris, M. Lévy, 1868, p. XXVI.

32  A. Geffroy, Un manifeste prussien, Revue des Deux-Mondes, 1er novembre 1870, p. 122, ici p. 134 sq.

33  H. Gaidoz, Les revendications du pangermanisme, 1er janvier 1871, p. 385-405, ici p. 387 sq.

34  Il vise en particulier R. Boeckh, Der Deutschen Volkszahl und Sprachgebiet in den Europäischen Staaten. Eine statistische Untersuchung, Berlin, 1870.

35  Gaidoz, Les revendications du pangermanisme, p. 405.

36  E. Renan, La guerre entre la France et l’Allemagne, Revue des Deux-Mondes, 15 septembre 1870, p. 264-283, ici p. 268.

37  A. de Quatrefages, Histoire naturelle de l’homme. La race prussienne, Revue des Deux-Mondes, 15 février 1871, p. 647-669, ici p. 647 sq.

38  Ibid., p. 669. L’article de Quatrefages donna d’ailleurs lieu à une controverse franco-allemande avec Rudolf Virchow.

39  Ch. Giraud, La réunion de l’Alsace à la France, Revue des Deux-Mondes, 15 décembre 1870, p. 741.

40  E. Renan, La guerre entre la France et l’Allemagne, p. 281.

41  Cf. C. Digeon, op. cit., p. 157-164.

42  E. Caro, La morale de la guerre. Kant et M. de Bismarck, Revue des Deux-Mondes, 15 décembre 1870, p. 577-594, ici p. 594.

43  Ibid.

44  Ibid., p. 590.

45  Même Fustel, dans son travail inachevé sur l’histoire de la guerre, s’en tient encore, tout au moins au début, à la distinction entre la Prusse et l’Allemagne. Cette « haine de la France », il ne la voit qu’en Prusse, tout comme il oppose société prussienne et société allemande (cf. Hartog, op. cit., p. 234 sq.).

46  E. Caro, L’idée de la patrie. Ses défaillances et son réveil, Revue des Deux-Mondes, 15 janvier 1871, p. 243-266, ici p. 249 sq.

47  Sur Beaussire, cf. les indications chez M. Espagne, Le paradigme de l’étranger. Les chaires de littérature étrangère au xixe siècle, Paris, Ed. du Cerf, 1993, p. 165.

48  Emile Beaussire, Les haines nationales. La France et l’Allemagne, Revue des Deux-Mondes, 1er février 1871, p. 491-512, ici p. 502.

49 Ibid., p. 503.

50 Ibid., p. 505.

51 Ibid., p. 510.

52  A. Mézières, L’invasion prussienne en 1792 et en 1870. Goethe et les Allemands aujourd’hui, Revue des Deux-Mondes, 1er janvier 1871, p. 92-111, ici p. 107.

53  Ibid., p. 111.

54  E. Renan, Questions contemporaines, Paris, Hachette, p. XXI.

55  E. Renan, La guerre entre la France et l’Allemagne, Revue des Deux-Mondes, 15 septembre 1870, p. 264-283, ici p. 268.

56  K. Hillebrand, La société de Berlin de 1789 à 1815 ; III : Le réveil d’une nation, Revue des Deux-Mondes, 1er novembre 1870, p. 5-26, ici p. 5.

57  N. Fustel de Coulanges, La politique d’envahissement. Louvois et M. de Bismarck, Revue des Deux-Mondes, 1er janvier 1871, p. 5-29, ici p. 29.

58  Alfred Maury, Les guerres des Français et les invasions des Allemands, Revue des Deux-Mondes, 15 février 1871, p. 577-597, ici p. 597.

59  E. Renan, La réforme intellectuelle et morale de la France, Paris, Hachette, 1871 (le livre parut le 15 novembre 1871). Nous citons d’après E. Renan, Histoire et paroles, Paris, R. Laffont, 1984, p. 616-617.

60  N. Fustel de Coulanges, De la manière d’écrire l’histoire de France en France et en Alle-mange depuis cinquante ans, Revue des Deux-Mondes, 1er septembre 1872, p. 241-251, ici p. 243 et 245.

61  Ibid., p. 251.

62  Ibid.

63  Renan, La guerre entre la France et l’Allemagne, p. 268.

64  Renan, La réforme intellectuelle et morale de la France, p. 638.

65  N. Fustel de Coulanges, La politique d’envahissement. Louvois et M. de Bismarck, p. 29.

66  Cf. aussi l’article d’A. Sorel, La Prusse et les deux Empires, Revue des Deux-Mondes, 1er mai 1872, p. 35-64.

67  Fustel, Fragments de l’Essai historique sur la guerre et la commune, publié par F. Hartog, op. cit., p. 240.

68  Ibid.

69  Citons, pour mémoire, les termes de la deuxième lettre à D. F. Strauss : « L’individualité de chaque nation est constituée sans doute par la race, la langue, l’histoire, la religion, mais aussi par quelque chose de beaucoup plus tangible, par le consentement actuel, par la volonté qu’ont les différentes provinces d’un Etat de vivre ensemble. [...]
« Notre politique, c’est la politique du droit des nations ; la vôtre, c’est la politique des races : nous croyons que la nôtre vaut mieux. La division trop accusée de l’humanité en races, outre qu’elle repose sur une erreur scientifique, très peu de pays possédant une race vraiment pure, ne peut mener qu’à des guerres d’extermination, à des guerres « zoologiques », permettez-moi de le dire, analogues à celles que les diverses espèces de rongeurs ou de carnassiers se livrent pour la vie. Ce serait la fin de ce mélange fécond, composé d’éléments nombreux et tous nécessaires, qui s’appellent l’humanité. Vous avez levé dans le monde le drapeau de la politique ethnographique et archéologique en place de la politique libérale ; cette politique vous sera fatale » (Renan, Histoire et paroles, p. 650 sq.).

70  Nous laissons volontairement de côté les effets, considérables, de la Commune sur ces débats. Ils affectent les analyses de tous les protagonistes, mais introduisent une dimension supplémentaire qui risque, ici, de biaiser les résultats obtenus.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michael Werner, « La nation revisitée en 1870-1871. Visions et redéfinitions de la nation en France pendant le conflit franco-allemand », Revue germanique internationale, 4 | 1995, 181-200.

Référence électronique

Michael Werner, « La nation revisitée en 1870-1871. Visions et redéfinitions de la nation en France pendant le conflit franco-allemand », Revue germanique internationale [En ligne], 4 | 1995, mis en ligne le 06 juillet 2011, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://rgi.revues.org/525 ; DOI : 10.4000/rgi.525

Haut de page

Auteur

Michael Werner

Directeur d’études à I’Ehess, historien

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org