Navigation – Plan du site
Identités et imbrications

La Saxe et la France : pour une histoire régionale interculturelle

Katharina Middell et Matthias Middell
p. 201-214

Résumés

La région et les modes de réalisation de l’identité nationale entretiennent dans les traditions française et allemande des rapports très différents. Il y a donc là le risque de voir naître des malentendus et des asymétries. La Saxe qui par suite de l’union avec la Pologne mais aussi de l’importance de son commerce international constitue une région exportatrice ainsi que le centre éditorial dans l’Empire allemand et est très largement marquée par les relations interculturelles, se défend contre sa marginalisation à la suite de la guerre de sept ans en proposant le modèle d’une Allemagne orientée sur l’Europe qui réagit avec une grande sensibilité aux événements et aux états d’esprit en dehors des frontières. Une histoire de la présence réciproque de la Saxe et de la France dans leurs mémoires respectives reste encore à écrire. Elle pourrait constituer un point d’entrée dans une historiographie européenne qui serait autre chose qu’une addition des histoires nationales.

Haut de page

Texte intégral

I

  • 1  Sur les tendances actuelles des recherches en histoire sociale voir Charlotte Beisswingert, Zum St (...)
  • 2  Marc Bloch, Pour une histoire comparée des sociétés occidentales, in Revue de synthèse historique, (...)
  • 3  Cette tendance a fait l’objet d’une critique en dix points par Michel Espagne, Sur les limites du (...)
  • 4  Sur le plan théorique le groupe de recherche au CNRS placé sous la responsabilité de Michel Espagn (...)
  • 5  Hans-Manfred Bock, Zwischen Locarno und Vichy. Die deutsch-französischen Kultur-beziehungen der dr (...)

1De la France et de l’Allemagne l’historiographie donne l’image de deux pays frères, présentant tous les symptômes de parenté et de distance qu’attribue une commune mythologie à ce genre de constellation : amitié et fidélité marquées ou bien hostilité tantôt ouverte tantôt sournoise. Leur différence incite à toujours recourir aux mêmes stéréotypes. Or l’historiographie franco-allemande, qui quantitativement l’emporte sur toutes les autres comparaisons dans l’histoire européenne, reproduit la perception de cette différence en même temps qu’elle la structure. Au xixe siècle les processus identitaires du nationalisme se sont nourris de leur opposition : on sait avec quelle force ils ont agi. Les historiens des deux pays (et plus d’un commentateur étranger à leur suite) se sont employés, au prix d’un engagement acharné, à faire de ce couple un couple d’antipodes culturels et l’emblème de l’opposition entre la germanité et la romanité, les autres configurations s’y trouvant rattachées ou subordonnées ou étant plutôt définitivement occultées de la conscience historique européenne. Certes l’historiographie de notre siècle a à plusieurs reprises tenté des innovations méthodologiques susceptibles de dépasser les schémas simplistes imposés par la fixation sur une différence franco-allemande de type national. Les études comparatistes ont connu un essor remarquable1. Un regard plus attentif révèle cependant que précisément là où elles confrontent des séries de données apparemment cohérentes ou bien comparent des processus sociaux à la lumière d’abstractions issues des théories de la modernisation, elles font fi des avertissements de Marc Bloch2. Celui-ci n’avait-il pas rappelé qu’on risque, en partant de similitudes sémantiques, d’ignorer les différences fonctionnelles de phénomènes historiques au sein des cultures ?3 Or en l’occurrence l’historiographie ne se contente pas de laisser tout simplement de côté un aspect du problème. Elle construit même par ce type de comparaison des entités nationales qu’elle se représente comme pratiquement imperméables au voisinage au lieu de souligner l’interaction des groupes sociaux et de leurs pratiques culturelles. Pour pallier ce défaut de l’historiographie comparatiste, de nouvelles orientations sont apparues depuis une dizaine d’années visant à élargir son champ à la question du transfert culturel4. Même si leur qualité sur le plan théorique et la solidité de leur fondement empirique sont indéniables, elles n’ont fait jusqu’à présent qu’explorer le terrain. Hans-Manfred Bock, coresponsable d’un colloque récent sur les relations culturelles franco-allemandes dans l’entre-deux-guerres, portait sur les années 30 de notre siècle un jugement que l’on pourrait étendre à d’autres périodes : « [...] l’argumentation présentée par les diverses contributions à l’étude des relations culturelles franco-allemandes pendant la période concernée ne se réfère pas encore à un ensemble de questionnements et de concepts communs [...] qui est en règle générale seul à pouvoir faire d’une étude isolée une étude de cas. »5La recherche sur les transferts est axée autour de nombreux projets de coopération le plus souvent centrés par discipline. Elle porte sur des comparaisons au niveau des études d’histoire, de littérature, de langues, de musicologie, d’art et de sciences de la culture et s’est surtout préoccupée du xviiie et du xixe siècle. Le déploiement de ce programme de recherches, formulé de façon détaillée depuis 1985, à travers nombre de volumes collectifs et de monographies, est en même temps un indice qui marque la volonté des études allemandes et historiques en France de se tourner plus nettement vers l’histoire culturelle, une orientation impliquant une approche interdisciplinaire et une coopération internationale.

  • 6  Jürgen Voss, Deutsch-französische Beziehungen im Spannungsfeld von Absolutismus, Aufklarung und Ré (...)

2La recherche allemande (sans exclure souvent une étroite collaboration franco-allemande) a de son côté fait des efforts dans plusieurs directions6. Il suffira de citer la recherche dans le domaine de l’histoire du livre et de la presse dont la reconnaissance est maintenant acquise et qui s’occupe très activement des relations franco-allemandes, l’histoire des relations économiques et diplomatiques ou encore les apports de l’histoire littéraire et de l’histoire de l’art.

  • 7  Citons parmi beaucoup d’autres études : Jürgen Voss (éd.), Deutschland und die franzo-sische Révol (...)
  • 8  En ce qui concerne le comparatisme incluant partiellement le transfert culturel voir Helmut Berdin (...)
  • 9  Rolf Reichardt, Die französische Revolution und Deutschland. Thesen fur einen kompa-ratistischen k (...)
  • 10  Hans-Jürgen Lüsebrink, Rolf Reichardt, Die « Bastille ». Zur Symbolgeschichte von Herr-schaft und (...)
  • 11  Rolf Reichardt, Bastillen in Deutschland ? Gesellschaftliche AuBenwirkungen der franzosischen Revo (...)
  • 12  Voir note 4 et un exposé de la méthode de ce groupe de recherche par Rolf Reichardt, « Freimüthigk (...)

3Ne serait-ce que quantitativement c’est toutefois à la Révolution française que revient la prééminence (prééminence encore accrue par les recherches et les publications suscitées par le Bicentenaire)7. Mais de récentes études ont finalement conclu que, même dans un champ apparemment aussi bien exploré8, la comparaison reposait sur une série de malentendus nés de la confrontation de situations dont la similitude n’était qu’apparente et d’une absence de représentations plus précises quant à la réciprocité des influences9. On ne peut éviter de tirer les conclusions qui s’imposent et de réorienter, du moins en partie, l’historiographie. Tracent la voie des publications récentes sur l’utilisation de la symbolique de la Révolution française en Allemagne10 et sur la perception des monuments dans une dimension interculturelle11 de même que le grand projet sur le transfert culturel franco-allemand et la sémantique historique de 1770 à 1820 qui tend entre autres à reconstituer la bibliothèque des traductions allemandes d’écrits révolutionnaires français12.

  • 13  Rainer Hudemann, Georges-Henri Soutou (éd.), Deutsche undfranzösische Eliten im 19. und 20. Jahrhu (...)
  • 14  Sur les recherches en cours, dont le nombre est significatif, on tirera les meilleures information (...)
  • 15  Hans-Manfred Bock..., ibid. (bibliographie exhaustive, p. 837-862).
  • 16  Franz Knipping, Jacques Le Rider (éd.), Frankreichs Kulturpolitik in Deutschland 1945-1950, Munche (...)

4Il faut en outre noter l’avancée importante que marquent de nouvelles études comparées sur les élites françaises et allemandes aux xixe et xxe siècles13. Ces investigations ont mis en lumière la spécificité de chacune des deux sociétés ou plutôt de certains de leurs éléments et leur interrelation. Un grand nombre de travaux s’est par ailleurs consacré aux influences réciproques, à l’exportation et à l’importation de concepts et de biens culturels matériels14. Il a déjà été question du vaste corpus d’études concernant les échanges culturels entre les deux pays au cours des années 20 et 30 du xxe siècle, années de tension particulière dans les rapports franco-allemands15. Quant à la politique culturelle de la France après la deuxième guerre mondiale elle a suscité plus d’attention depuis les dernières années et a fait l’objet d’une grande quantité de contributions16.

5Les nouvelles tendances, observées à large échelle, s’inscrivent dans une certaine conjoncture qui est celle du nouvel intérêt porté à l’histoire culturelle. Celle-ci ne rend pas caduque l’histoire événementielle mais elle la replace dans le contexte plus vaste d’une théorie de la production de discours, des présentations et des perceptions. Les réflexions sur le rôle de l’élément étranger dans la mémoire culturelle sont déterminées par les tentatives de déconstruction des grands récits. En même temps, elles débordent la discussion sur les lieux de mémoire parce qu’elles la rattachent aux thèses de l’interculturalité.

  • 17  Les matériaux utilisés par Rolf Reichardt pour la reconstitution de la bibliothèque des traduction (...)

6Cette historiographie, qui se distingue sur de nombreux points fondamentaux de celle qui était pratiquée jusqu’à présent, est confrontée au défi d’avoir à définir ses propres critères. Quand on considère le chemin parcouru, on peut affirmer que la recherche sur les transferts, par le matériau empirique qu’elle a accumulé et qui appelle la conceptualisation, tend vers une telle définition. L’examen de la dimension régionale dans les transferts culturels qui, après avoir été plutôt négligée17, connaît depuis ces dernières années un regain d’intérêt, renvoie à la catégorie de l’espace. Une recherche sur les transferts, qui prétend déconstruire l’histoire-récit fondatrice de la nation en intégrant l’apport de la pénétration interculturelle, doit problématiser l’utilisation des entités spatiales dans lesquelles ces récits se situaient comme naturellement. Le concept de région semble offrir un instrument particulièrement adéquat dans la mesure où il n’est pas totalement figé dans une apparence de parfaite continuité par des frontières ethniques, linguistiques ou politiques mais s’est enrichi au cours de la discussion sur la régionalité de déterminations géographiques, économiques et culturelles.

7Dans l’état actuel des recherches deux orientations permettent de préciser l’espace géographique dans lequel se développe un transfert culturel franco-allemand. Il peut arriver d’une part que des groupes sociaux entretiennent des contacts culturels d’une telle intensité avec des régions éloignées qu’il paraît approprié de parler d’une région fondée sur un transfert culturel : elle ne se constitue pas sur la base du contexte géographique mais sur celle du contexte culturel. Michel Espagne a appliqué cette perspective à une étude sur la colonie allemande de Bordeaux. Une deuxième orientation, plutôt héritière du concept de région de l’historiographie traditionnelle, est illustrée par les relations franco-saxonnes : une région allemande définit sa position et son identité à l’intérieur de l’entité territoriale multiculturelle que constitua longtemps l’Empire allemand notamment par son rapport à des cultures extérieures à l’espace linguistique germanique.

II

  • 18  Ce point est plus largment développé dans Matthias Middell, » In Grenzen unbegrenzt » Überlegungen (...)
  • 19  Michael Werner, Des artistes allemands en France au xviiie siècle. Le cas Wille, in Jean Mondot, J (...)

8La région et les modes de réalisation de l’identité nationale entretiennent dans les traditions française et allemande des rapports très différents. Il y a donc là le risque de voir naître des malentendus et des asymétries18. Il apparaît toutefois que les identifications régionale et prénationale, particulièrement en situation de rencontre avec des cultures étrangères, sont dans un rapport de réciprocité complexe depuis la naissance de l’Etat moderne aux xviie et xviiie siècles. La remise en question du cosmopolitisme des élites traditionnelles avec son expression privilégiée, le grand Tour d’Europe (Kavalierstour), l’éclatement de l’espace de vie régional ou local dans une société soudée par la guerre, les ambitions hégémoniques des Etats (prélèvement des impôts et enrôlement forcé essentiellement mais aussi structuration transrégionale des instances de basse juridiction) et les moyens de communication modernes (presse, pamphlets, commerce du livre) suscitèrent, au cours de la deuxième moitié du xviiie siècle, des interrogations de plus en plus fréquentes sur la nature de la région face à l’identification à la nation. Les personnes qui se trouvaient jouer le rôle de médiateurs culturels avaient une conscience particulièrement aiguë de cette tension : « Il est significatif que cette affirmation d’une identité allemande s’opère "à l’étranger", au contact de la culture française [...] Les jeunes artistes venus de Saxe, de Bavière et du Palatinat ne se sentent véritablement des Allemands qu’à partir du moment où l’entourage français les désigne comme tels (et leur fait sentir leur différence). »19 Le processus n’eut cependant pas pour résultat de simplement substituer au sentiment d’appartenance à la région le rattachement à la nation. Dans de nombreux cas la région chercha bien plutôt sa confirmation en maintenant le souvenir de l’appartenance première à une culture européenne, en intensifiant l’intégration d’éléments de culture « étrangers » et en jouant la carte de l’ouverture vis-à-vis des nations en train de devenir étrangères.

9Le cas de la Saxe illustre parfaitement cette figure à trois composantes : d’une part une intégration dans l’Empire national allemand qui répond à des critères d’hégémonie, d’autre part l’affirmation d’une identité régionale face à la poussée de modèles de perception prussiens et enfin un transfert culturel multiple en direction de l’Europe et de l’outremer. Cette figure détermine en Saxe les processus de construction d’une identité depuis le xviiie siècle.

  • 20  Heinz Duchardt, Das Zeitalter des Absolutismus, Munchen, 1989, p. 98.
  • 21  Michel Espagne, in Comparatif, p. 118 (réception par Volney entre autres).
  • 22  La Saxe électorale est-elle le tribunal de la langue et de la littérature pour les autres province (...)
  • 23  Le passage incriminé du Magazin fur deutsche Sprache d’Adelung concernait précisément la comparais (...)
  • 24  Berlinische Monatsschrift, p. 16.
  • 25  Il peut paraître tout à fait significatifs de clivages inscrits dans la longue durée qu’un film tr (...)

10Dès le xviiie siècle en effet la densité relative des relations diplomatiques entre la France et la Saxe — pour la période qui va de la paix de Westphalie à la Révolution française on peut répertorier 31 ministres plénipotentiaires français à la cour de Dresde — paraissait disproportionnée à plus d’un responsable français. Se faisaient face en effet une grande puissance militaire et économique qui, surtout dans la deuxième moitié du siècle, se détournait de plus en plus de l’Europe continentale pour regarder vers l’Atlantique et de l’autre côté un Etat tout juste capable d’entretenir une armée pour la parade et une classe politique molle pour faire tampon entre la Prusse et l’Autriche. Le déclin politique de la Saxe sur la scène internationale sautait aux yeux. Ce pays qui avait peut-être manqué la chance, quand elle lui était encore donnée, c’est-à-dire jusqu’au milieu du xviiie siècle, de s’établir comme puissance de rang européen, investie d’une vraie possibilité d’action20, se vit cependant crédité d’un rayonnement et d’une ouverture culturels considérables. Mais même ceux-ci faisaient l’objet de virulentes controverses, en particulier dans le domaine de la langue. Les travaux du philologue Johann Christoph Adelung, conseiller aulique et premier bibliothécaire à Dresde depuis 1787, avaient eu pour effet de « faire du haut-saxon le critère de la langue allemande aux yeux de l’étranger »21. Mais Johann Erich Biester publia dans le numéro de février de sa Berlinische Monatsschrift une critique circonstanciée de la position d’Adelung. Il remettait en cause l’idée selon laquelle le haut-saxon devrait servir de modèle à la langue et à la littérature allemandes dans leur ensemble. Il révélait que cette représentation ne faisait plus l’unanimité à la fin du xviiie siècle22. Sans doute Biester avait-il raison. Adelung était influencé par les traditions française et italienne où des académies d’érudits établissaient des « dictionnaires » censés fixer la langue classique au risque de la figer. Biester voit dans ces dictionnaires classiques les « livres de la loi de ces nations ». Non sans esprit il les qualifie de « livres symboliques » et leur oppose la tolérance de la pensée des Lumières, pour laquelle langue et littérature sont des domaines dynamiques, et qui n’avait que faire de les voir réglementées par quelque « langue normative attique »23 que ce soit. En tout cas il observe déjà au niveau de la prononciation — il émettra les mêmes jugements négatifs quand il analysera par la suite la « langue proprement dite », les belles-lettres et le goût — que la facture de la langue se caractérise même chez les couches cultivées par cette « intonation chantante » parfaitement sémite et rebutante, cette exécrable manière de dire mir pour voir, la confusion tout à fait étrange du b et du p, du d et du t »24 et qu’elle ne doit en aucun cas faire figure de modèle et de norme pour les autres provinces allemandes. Biester dénonçait la « grossièreté des outils linguistiques » des Saxons, et Adelung défendait l’idée de leur hégémonie culturelle, « l’éclat de la Saxe contre la gloire de la Prusse »25, en s’appuyant sur leur statut de norme aux yeux de l’étranger.

  • 26  Voir par exemple la minutieuse étude de Jörg Ludwig, Amerikanische Kolonialwaren in Sachsen 1700-1 (...)
  • 27  M. Espagne, Französisch-sächsischer Kulturtransfer..., p. 104-105.

11La relation peut bien être généralisée. La Saxe qui par suite de l’union avec la Pologne mais aussi de l’importance de son commerce international constitue une région exportatrice26 ainsi que le centre éditorial dans l’Empire et est très largement marquée par les relations interculturelles, se défend contre sa marginalisation à la suite de la guerre de sept ans en proposant « le modèle d’une Allemagne orientée sur l’Europe qui réagit avec une grande sensibilité aux événements et aux états d’esprit en dehors des frontières [...] La perte d’importance de l’Etat de Saxe au xixe siècle correspond, et ce n’est pas un hasard, à un processus d’approfondissement de la frontière franco-allemande »27.

  • 28  Katrin Keller (éd.), « Mein Herr befindet sich gottlob gesund und wohl ». Sächsische Prinzen auf R (...)
  • 29  Katrin Keller (éd.), « Mein Herr befindet sich gottlob gesund und wohl ». Sächsische Prinzen auf R (...)
  • 30  Katrin Keller, Dresden schien zu meiner Zeit ein recht bezaubertes Land..., Zur Fest-kultur am Hof (...)

12Parallèlement à d’autres cours allemandes du xviie et du début du xviiie siècle, qui s’efforçaient de refléter l’éclat de l’absolutisme de Louis xiv28, les documents conservés des voyages de formation des princes et futurs princes électeurs de Saxe Johann Georg et Friedrich August29 de même que la culture de la cour et les fêtes30 à Dresde montrent comment s’opérait en Saxe l’adaptation de modèles français aux besoins de la société. En outre le mélange d’influences italiennes et viennoises avait son importance pour une culture de l’apparat qui, même dans ses aspects esthétiques, devait avoir un effet intégrateur vis-à-vis d’un fort mouvement corporatif et des nouveaux sujets polonais. La conversion d’Auguste au catholicisme ne put être acceptée qu’au prix d’une politique intérieure et d’une politique des cultes tolérantes. L’aspect culturel de cette double appartenance confessionnelle dut agir comme un critère de sélection dans le processus de réception des modèles français.

  • 31  Siegfried Hoyer, Frankreich in der Sicht des sächsischen Hofes und Adels, in ibid., p. 22-30.
  • 32  Sur l’importance quantitative de l’immigration huguenotte, voir Katharina Middell, Hugenotten in K (...)
  • 33  Christine Lebeau, Beispiel eines Kulturtransfers zwischen Frankreich und Sachsen : die neue Regier (...)

13Dans le courant du xviiie siècle interviennent en outre les revendications des Réformés qui exigent la reconnaissance de leur confession. Or dans la ville commerçante de Leipzig, on rencontre, issus de leur groupe, de nombreux grands négociants, proches d’une noblesse récente qui elle-même a souvent assuré la réception des Lumières et des théories physiocratiques31. Les huguenots représentent un groupe que l’on a souvent négligé jusqu’ici32, la recherche sur l’histoire régionale s’étant de façon générale peu intéressée à l’étude socio-historique des médiateurs qui ont entretenu le dialogue avec des cultures étrangères. Grâce au travail de Christine Lebeau33 nous avons du moins des informations plus précises sur la dépendance des réformateurs de Saxe durant l’époque du rétablissement à l’égard des théories françaises de l’Etat et de la société. Il semble que le modèle d’un « gouvernement d’experts » cherchant à arracher les finances de l’Etat à l’emprise de la Cour et du souverain qui ne suivaient pas de critères rationnels d’utilisation du budget ait été plus près de se réaliser en Saxe, dans les conditions de crise qui suivent la Guerre de sept ans, qu’en France, où la chute de Turgot marqua la fin des espoirs des physiocrates en une influence radicale sur le cours des réformes.

14Ce fort intérêt pour les modèles administratifs et politiques français dans le troisième quart du xviiie siècle est le point de départ d’une intense réception de la France après l’explosion de la Révolution française.

  • 34  Voir pour la Thuringe l’étude de cas effectuée par Werner Greiling dans les Cahiers d’études germa (...)
  • 35  I. Jentzsch, Zur Geschichte des Zeitungslesens in Deutschland am Ende des 18. Jahrhunderts. Mit be (...)
  • 36  Voir notre article 1789-1830-1848. Französische Revolutionen in den Leipziger Zeitun-gen, in Espag (...)

15On peut suivre cette attention croissante grâce à la presse qui, en Saxe, se concentrait dans trois lieux : à Leipzig, lieu d’édition par excellence des périodiques de l’époque des Lumières, dans la ville de résidence Dresde et en Lusace avec des lieux éditoriaux comme Zittau, Görlitz et Bautzen ou paraissaient d’importantes Intelligenzblätter (Affiches). Alors que les Leipziger Zeitungen avaient déjà une longue tradition comme quotidien au profil politique marqué, les périodiques de Saxe orientale relèvent de la catégorie des Intelligenzblätter qui ailleurs dominaient complètement la réorganisation de l’opinion publique politique34. Même s’il est pratiquement impossible d’obtenir des informations détaillées sur la lecture contemporaine des journaux (bien que nous disposions de quelques repères pour ce qui est de la lecture collective)35, on peut, à partir de l’offre de nouvelles, reconstruire des images de l’étranger qui permettent de déduire chez le lecteur des besoins que le journaliste a supposés, non sans rencontrer de succès éditorial. Les Leipziger Zeitungen contenaient au moins depuis le milieu du siècle une part de nouvelles de l’étranger de plus de 50% en moyenne36. A côté des événements guerriers et des nouveaux développements dans les cours d’Europe les plus intéressantes au point de vue de la politique économique, le journal fixe les nouveautés et les informations culturelles sur des publications actuelles, sans faire cependant concurrence aux journaux littéraires.

16Avec la crise du printemps 1789, la France s’est très vite substituée à ce qui dominait dans les relations journalistiques, l’Angleterre et l’Amérique du Nord, dont le destin économique concernait les couches supérieures de Saxe, intéressées par les exportations. Une phase de comptes rendus objectifs sur la Révolution française s’engagea, une phase qui ne fait apparaître ni les conjonctures d’enthousiasme ni les conjonctures de dépression qu’on observait jusqu’à présent dans la perception de la Révolution propre au reste de la presse allemande. La distance dans l’espace produisait un certain détachement, la révolte de 1790 qui secoua la Saxe fut bientôt refoulée et ne suscita manifestement du côté de la presse aucun besoin d’en rester plus longtemps à une controverse sur les principes de la Révolution. Le ressentiment antiprussien empêcha d’un autre côté tout enthousiasme pour justifier quelque campagne que ce soit.

17Entre 1793 et 1795, la France devint « l’ennemi » dont la situation de politique intérieure ne semblait pas se situer au même niveau de civilisation que celui de la Saxe. La résistance à tout débat sérieux sur le jacobinisme et la terreur laisse supposer un pacte entre le journaliste et ses clients. La guerre, qui devait aussi coûter bientôt la vie à des enfants du pays, réduisit la perception à la question de l’armée française et de la convention nationale. Bien que les Leipziger Zeitungen n’aient pas opéré le virage en direction du journalisme d’opinion, qui dans ces années-là a déterminé pour bien des régions la naissance de la presse moderne, elles n’échappèrent pas à ses effets sur le plan sémantique. Le retour à un journalisme plus détaché intervient dès 1794, après qu’ait été renoué un réseau de correspondants déchiré pour peu de temps. L’attention restait aiguë, mais fortement concentrée sur les cours des assignats et de la bourse et sur la politique extérieure.

  • 37  Christine Schulz a bien montré cette attitude à travers l’exemple d’un pasteur et professeur de th (...)
  • 38  Matthias Middell, La réception de l’idée républicaine au xixe siècle : le cas des journaux leipzig (...)

18Le nombre des partisans enthousiastes de la Révolution dans la ville négociante et universitaire de Leipzig semble réduit sinon insignifiant, comme l’ont montré les recherches d’Alain Ruiz et de René Marc Pille. Mais beaucoup plus large était le cercle de ceux qui, par expérience des confrontations et des coalitions, concluaient à la possibilité de chemins différents de l’évolution historique : que ce soit sous la forme de la conviction protestante, systématisée notamment par Hegel, selon laquelle la Réforme avait déjà réglé bien des exigences de la Révolution française37, ou que ce soit dans la discussion autour des différents modes de réalisation de l’idée républicaine et de l’unité nationale, une discussion qui en 1848-1849 occupait l’opinion publique de Saxe confrontée d’un côté à un rythme différent de la Révolution à Dresde et à Leipzig d’une part et d’autre part aux territoires dominés par la Prusse ou l’Autriche38.

  • 39  Der franzôsische Buchhandel und Leipzig zwischen 1700 und ca. 1830, in Espagne, Middell, ibid. p. (...)

19A côté de la presse le commerce du livre joue un rôle important dans le transfert culturel. Les décisions des éditeurs concernant leur programme, les possibilités de traduction et les nombreux efforts d’ouverture d’un marché international sont les fils conducteurs à partir desquels ils tiennent en main un système de communication européen. Leipzig et Paris constituent un axe privilégié dans ce commerce du livre, depuis que le puissant commerce de commission leipzigois avait pu imposer, contre la concurrence de la foire de Francfort, le « passage par Leipzig ». On peut supposer que ce processus de concentration, qui se substitue à la diversité régionale avec sa pratique de la copie d’édition, a favorisé la relation à un commerce du livre lui aussi fortement centralisé. Frédéric Barbier a montré l’ascension de Leipzig dans le commerce franco-allemand du livre et il se révèle que Leipzig n’a pu l’emporter sur ses concurrents allemands, mieux situés par rapport au marché d’Europe occidentale, qu’avec la seconde révolution du commerce du livre, c’est-à-dire avec la fabrication et la diffusion dans une logique d’industrialisation39. L’hégémonie de Leipzig dans le commerce allemand du livre, qui se concrétise notamment dans la fondation et dans l’activité du Börsenverein, inspira la construction d’un espace européen dont la garantie institutionnelle occupa les congrès internationaux de libraires dans le dernier quart du xixe siècle.

  • 40  La relation entre librairie et philologie académique est montrée à travers divers exemples par Bâr (...)
  • 41  Voir plus généralement Michel Espagne, Le paradigme de l’étranger et Michael Werner, « Histoire li (...)

20La conjoncture des relations de librairie entre Leipzig et Paris était liée depuis les années 1840 du xixe siècle à l’essor des nouvelles sciences, elles-mêmes dépendantes de la professionnalisation de la philologie40. De la sorte s’ouvre un nouveau cycle de relations entre la Saxe et la France qui ne consiste plus principalement dans le transfert de modèles de pensée sociopolitiques mais s’oriente sur les formes sociales de savoir, sur sa production et sa diffusion académiques41. La discussion sur la littérature nationale n’avait-elle pas en Allemagne des fonctions compensatoires dans une compréhension de la nation qui s’orientait sur le modèle de la cohérence culturelle et, pour des raisons évidentes, beaucoup moins sur le modèle de l’Etat-nation.

  • 42  Pour Leipzig sont mentionnés plusieurs cas personnels par Michel Espagne, Die Univer-sitât Leipzig (...)
  • 43  Plus généralement à travers l’exemple de l’historiographie : Christian Simon, Staat und Geschichts (...)
  • 44  Friedrich Eulenburg, Die Entwicklung der Universität Leipzig in den letzten hundert Jahren, Leipzi (...)
  • 45  Roger Chickering, Karl Lamprecht. A German Academic Life (1856-1915), New Jersey, 1993, p. 294-297
  • 46  Rüdiger vom Bruch, Weltpolitik als Kulturmission. Auswärtige Kulturpolitik und Bildungsbür-gertum (...)
  • 47  Résumé par Steffen Sammler, « Histoire nouvelle » und deutsche Geschichtswissenschaft. Der EinfluB (...)
  • 48  Katharina Middell, Das Institut fur Kultur — und Universalgeschichte bei der Universität Leipzig u (...)

21C’est surtout à partir de 1871 qu’augmenta considérablement le flot des intellectuels étrangers dans les universités allemandes42, la défaite militaire et la consolidation d’un Etat national allemand, observées de France avec inquiétude, nourrirent l’intérêt pour un système de formation, dont l’adoption critique laissait espérer en France une meilleure position dans la compétition. L’Université de Leipzig se trouvait durant ces années dans une concurrence directe avec les deux autres universités allemandes dominantes, Munich et Berlin43. Riche de tradition, elle cherchait, par ses innovations dans le domaine institutionnel et pédagogique, à attirer davantage d’étudiants : la fondation d’instituts d’application dans les sciences naturelles et en médecine relève de cette tendance au même titre que la transformation des enseignements de sciences humaines en séminaires dotés de leur propre bibliothèque et un style d’enseignement fondé sur des coopérations44. Connu bien au-delà des limites de la Saxe, le groupe des positivistes, autour du psychologue Wundt, du géographe Ratzel, du spécialiste de la presse et de l’économie politique Bücher, de l’historien Lamprecht et d’autres, plaida pour des réponses interdisciplinaires à la conscience de crise qui caractérise la fin du xixe siècle45. Leipzig devint ainsi un centre d’attraction pour les étudiants étrangers et joua en même temps la carte de ses bonnes relations internationales à l’est comme à l’ouest de l’Europe dans la rivalité qui l’opposait à ses concurrents. L’institut d’histoire culturelle et d’histoire universelle de Karl Lamprecht, né d’une controverse à l’intérieur de l’institut historique sur les limites de l’innovation institutionnelle, fut la tentative la plus poussée de faire de l’internationalisme46 et de l’interdisciplinarité les principes structurants d’une formation en histoire culturelle. On connaît bien le lien entre ces tentatives et les efforts de réforme qui ont eu lieu en France notamment grâce à la médiation de l’historien belge Henri Pirenne47. Mais c’est seulement à date récente qu’on a examiné plus en détails l’importance pour le modèle d’enseignement de Lamprecht des enseignants français invités48. L’argument de l’historien de la culture de Leipzig, selon lequel, pour comprendre plus précisément les cultures étrangères, il fallait que leurs représentants fournissent des introductions, visait une conception nouvelle, susceptible de bouleverser la perspective étroitement nationale de l’histoire culturelle. Elle devait en même temps procurer à l’Université de Saxe une avance sur d’autres, notamment sur l’Université de Berlin, dont les représentants avaient été les adversaires exaspérés de Lamprecht dans la « querelle méthodologique » (Methodenstreit).

  • 49  Pour la vie musicale voir le travail de Thomas Schinkôth, Französische Musik und Musiker im Leipzi (...)

22La Première Guerre mondiale interrompt durant plus d’une décennie des contacts féconds pour les deux côtés, et dont l’influence sur le processus de professionnalisation dans les sciences humaines et sociales n’a nullement été étudié à fond. Ce n’est pas un hasard si l’isolation dans laquelle la Première Guerre mondiale a relégué la vie culturelle allemande compromit l’importance de la Saxe, qui avait toujours profité de l’ouverture et s’était révélée un point d’entrée pour les pratiques culturelles étrangères. On s’étonne par conséquent à peine que, précisément à Leipzig et à Dresde, des efforts pour dominer cet isolement devinrent très vite sensibles49. Ce serait sûrement une simplification abusive du problème que d’opposer la perception de la France en Saxe à d’autres variantes régionales, par exemple à une perception prussienne. A y regarder de près, il apparaît plutôt que le transfert culturel franco-allemand, du moins à partir du milieu du xviiie siècle, ne peut être véritalement examiné que dans une double perspective : d’abord comme transfert culturel entre régions (d’où dans certains cas peut résulter la formation d’un espace culturel commun) et d’autre part comme élément d’une conquête problématique de l’identité, qui porte aussi bien des traits régionaux que nationaux mais est marquée aux deux niveaux par la perception de l’étranger. Un tel programme de recherche a déjà prouvé son utilité, dans la mesure où des dépôts d’archives jusque-là négligés furent redécouverts, de nouveaux thèmes de recherche formulés et associés à un questionnement théorique. Il est dans la nature de la chose que de nouveaux problèmes se manifestent en cours de route. Une histoire de la présence réciproque de la Saxe et de la France dans leurs mémoires respectives reste encore à écrire. Elle pourrait constituer un point d’entrée dans une historiographie européenne qui serait autre chose qu’une addition des histoires nationales.

Haut de page

Notes

1  Sur les tendances actuelles des recherches en histoire sociale voir Charlotte Beisswingert, Zum Stand des deutsch-französischen Vergleichs, in Comparativ, 1993, n 4, p. 160-162 ; Sandrine Kott, Thierry Nadau, Pour une pratique de l’histoire sociale comparative. La France et l’Allemagne contemporaines, in Genèses, n° 17, septembre 1994, p. 103-111.

2  Marc Bloch, Pour une histoire comparée des sociétés occidentales, in Revue de synthèse historique, 1928, p. 15-50, et l’ouvrage collectif, Hartmut Atsma, André Burguière (éd.), Marc Bloch aujourd’hui. Histoire comparée et sciences sociales, Paris, 1990.

3  Cette tendance a fait l’objet d’une critique en dix points par Michel Espagne, Sur les limites du comparatisme en histoire culturelle, in Genèses, n° 17, septembre 1994, p. 112-121.

4  Sur le plan théorique le groupe de recherche au CNRS placé sous la responsabilité de Michel Espagne et Michael Werner mérite d’être en particulier mentionné : voir leur esquisse du problème dans Michel Espagne, Michael Werner (éd.), Transferts. Les relations interculturelles dans l’espace franco-allemand (xviiie-xixe siècles), Paris, 1988 ; Transferts culturels franco-allemands, numéro spécial de la Revue de Synthèse, 1988 ; Deutsch-französischer Kulturtransfer im 18. und 19. Jahrhundert. Zu einem neuen interdisziplinären Forschungsprogramm des CNRS, in Francia, 13 (1985), Miinchen,1986, p. 502-510 ; La construction d’une référence culturelle allemande en France. Genèse et histoire, in Annales ESC, 1987, p. 969-992. Du côté allemand c’est essentiellement le groupe de spécialistes de la Révolution française rassemblé autour de Rolf Reichardt et Hans-Jürgen Lüsebrink qui œuvre à une théorie à partir de l’histoire des concepts (Begriffs-geschichte) et des traductions (Handbuch politisch-sozialer Grundbegriffe in Frankreich 1680-1820, München, 1985 sq., 15 vol. jusqu’à présent).

5  Hans-Manfred Bock, Zwischen Locarno und Vichy. Die deutsch-französischen Kultur-beziehungen der dreiBiger Jahre als Forschungsfeld, in Hans-Manfred Bock, Reinhart Meyer-Kalkus, Michel Trebitsch (éd.), Entre Locarno et Vichy, Paris, 1993, p. 26.

6  Jürgen Voss, Deutsch-französische Beziehungen im Spannungsfeld von Absolutismus, Aufklarung und Révolution, Bonn, Berlin, 1992, et Jean Mondot, Jean-Marie Valentin, Jürgen Voss (éd.), Deutsche in Frankreich – Franzosen in Deutschland 1715-1789, Sigmaringen, 1992.

7  Citons parmi beaucoup d’autres études : Jürgen Voss (éd.), Deutschland und die franzo-sische Révolution, München, 1983 ; Eberhard Weis, Deutschland und Frankreich um 1800. Aufklarung, Révolution, Reform, Mùnchen, 1990 ; Otto Büsch, Monika Neugebauer-Wölk (éd.), PreuBen und die revolutionäre Herausforderung, Berlin, New York, 1991.

8  En ce qui concerne le comparatisme incluant partiellement le transfert culturel voir Helmut Berding, Etienne François, Hans-Peter Ullmann (éd.), Deutschland und Frankreich im Zeitalter der französischen Révolution, Frankfurt am Main, 1989.

9  Rolf Reichardt, Die französische Revolution und Deutschland. Thesen fur einen kompa-ratistischen kulturhistorischen Neuansatz, in Karl Otmar von Aretin, Karl Hârter (éd.), Revolution und konservatives Beharren : Dos alte Reich und die französische Révolution, Mainz, 1990.

10  Hans-Jürgen Lüsebrink, Rolf Reichardt, Die « Bastille ». Zur Symbolgeschichte von Herr-schaft und Freiheit, Frankfurt am Main, 1990.

11  Rolf Reichardt, Bastillen in Deutschland ? Gesellschaftliche AuBenwirkungen der franzosischen Revolution am Beispiel des Pariser Bastillesturms, in Ralph Melville, Claus Scharf, Martin Vogt, Ulrich Wengenroth (éd.) ; Deutschland und Europa in der Neuzeit. Festschrift fur Karl Otmar Freiherr von Aretin zum 65. Geburtstag, Stuttgart, 1988, p. 419-467 ; un autre exemple de l’intérêt que suscitent les monuments est le monument de la bataille des nations à Leipzig qui a fait l’objet de multiples études : voir les articles de Hans-Jürgen Lüsebrink et de Friedemann Schmoll dans Cahiers d’études germaniques, 1995, n° 28, et le colloque consacré à ce monument en 1994 à Leipzig (Katrin Keller, Hans-Dieter Schmid (éd.), Dos Völkerschlachtdenkmal – Geschi-chte und Symbolik, Leipzig, 1995, sous presse).

12  Voir note 4 et un exposé de la méthode de ce groupe de recherche par Rolf Reichardt, « Freimüthigkeit, doch kein Sans-Cülotismus... ». Transfer und Transformation der französis-chen Révolution in Verdeutschungen franzôsischer Revolutionsschriften 1789-1799, in Michel Espagne, Michael Werner (éd.), Transferts..., p. 273-326 ; Elisabeth Botsch, Die Bibliothek der französischen Révolution in Deutschland, Verdeutschungen franzôsischer Revolutionsschriften, in Karl Otmar von Aretin, Karl Hârter (éd.)..., p. 29-36 ; Rolf Reichardt, Problème des kultu-rellen Transfers der französischen Revolution in der deutschen Publizistik 1789-1799, in H. Böning (éd.), Französische Revolution und deutsche Öfèntlichkeit, München, New York, Londres, Paris, 1992, p. 91-146.

13  Rainer Hudemann, Georges-Henri Soutou (éd.), Deutsche undfranzösische Eliten im 19. und 20. Jahrhundert, Munchen, 1994.

14  Sur les recherches en cours, dont le nombre est significatif, on tirera les meilleures informations du Bulletin du comité franco-allemand de recherches sur l’histoire de la France et de l’Allemagne aux xixe et xxe siècles (8 numéros depuis 1990). Comme histoire des relations scientifiques citons : Reinhart Meyer-Kalkus, Die akademische Mobilität zwischen Deutschland und Frankreich (1925-1992), Bonn, 1994.

15  Hans-Manfred Bock..., ibid. (bibliographie exhaustive, p. 837-862).

16  Franz Knipping, Jacques Le Rider (éd.), Frankreichs Kulturpolitik in Deutschland 1945-1950, Munchen, 1988.

17  Les matériaux utilisés par Rolf Reichardt pour la reconstitution de la bibliothèque des traductions révolutionnaires lui permettent d’établir des cartes mettant en évidence la distribution régionale des centres du transfert : Die deutsche Bibliothek der Französischen Revolution oder : Wie jakobinisch war die Revolutionsrezeption im Südwesten ?, in Volker Rödel (éd.), Die französische Revolution und die Oberrheinlande (1789-1798), Sigmaringen, 1991, p. 147-179, ici p. 169 ; allant dans la même direction : Etienne François, Géographie du livre et réseau urbain dans l’Allemagne moderne, in La ville et l’innovation, Paris, 1987, p. 59-74. Le colloque intitulé Transfert culturel et imbrications régionales organisé en mai 1994 à Paris par Michel Espagne et Matthias Middell a lancé le débat théorique sur régionalité et transfert. Ce colloque, le deuxième, émanait d’un groupe établi à Paris et à Leipzig et centré autour du transfert franco-saxon : Michel Espagne, Französisch-sächsischer Kulturtransfer im 18. und 19. Jahrhundert. Eine Pro-blemskizze, in Comparatif, n° 3, 1992, p. 100-121 ; Michel Espagne, Matthias Middell (éd.), Von der Elbe bis an die Seine. Kulturtransfer zwischen Sachsen und Frankreich im 18. und 19. Jahrhundert, Leipzig, 1993.

18  Ce point est plus largment développé dans Matthias Middell, » In Grenzen unbegrenzt » Überlegungen zu Regionalisierung und Kulturtransfer, in Cahier d’études germainiques, 1995, n° 28.

19  Michael Werner, Des artistes allemands en France au xviiie siècle. Le cas Wille, in Jean Mondot, Jean-Marie Valentin, Jürgen Voss (éd.), Deutsche in Frankreich – Franzosen in Deutschland, Sigmaringen, 1992, p. 176.

20  Heinz Duchardt, Das Zeitalter des Absolutismus, Munchen, 1989, p. 98.

21  Michel Espagne, in Comparatif, p. 118 (réception par Volney entre autres).

22  La Saxe électorale est-elle le tribunal de la langue et de la littérature pour les autres provinces allemandes ?, in Berlinische Monatsschrift (1783-1796), édité par Friedrich Gedike und Johann Erich Biester, textes choisis édités par Peter Weber, Leipzig, 1986, p. 15-22.

23  Le passage incriminé du Magazin fur deutsche Sprache d’Adelung concernait précisément la comparaison avec Athènes : « Cette province — et de laquelle pourrait-il s’agir sinon de la Saxe — devint l’Attique et la Toscane allemandes. Elle servit d’appui et de guide à un goût encore imparfait et hésitant. — A son apogée cette Athènes sut susciter la reconnaissance générale ; toutes les provinces vinrent chercher ici le goût et les arts ; les auteurs vraiment classiques que nous avons se sont sans exception formés en Haute-Saxe ou au moins sur des modèles issus de Haute-Saxe, — la vraie raison qui fait qu’en Allemagne les belles-lettres font actuellement fausse route, ce n’est pas qu’il leur manque un appui, c’est qu’elles ne veulent pas reconnaître leur appui naturel.

24  Berlinische Monatsschrift, p. 16.

25  Il peut paraître tout à fait significatifs de clivages inscrits dans la longue durée qu’un film très populaire dans la RDA des années 1980 opposait dans son titre même la Prusse militaire et la Saxe culturelle.

26  Voir par exemple la minutieuse étude de Jörg Ludwig, Amerikanische Kolonialwaren in Sachsen 1700-1850. Politik, wirtschaftliche Entwicklung und sozialer Wandel, Leipzig, 1994.

27  M. Espagne, Französisch-sächsischer Kulturtransfer..., p. 104-105.

28  Katrin Keller (éd.), « Mein Herr befindet sich gottlob gesund und wohl ». Sächsische Prinzen auf Reisen, Leipzig, 1994.

29  Katrin Keller (éd.), « Mein Herr befindet sich gottlob gesund und wohl ». Sächsische Prinzen auf Reisen, Leipzig, 1994.

30  Katrin Keller, Dresden schien zu meiner Zeit ein recht bezaubertes Land..., Zur Fest-kultur am Hofe Augusts des Starken, in Espagne, Middell, ibid., p. 52-73.

31  Siegfried Hoyer, Frankreich in der Sicht des sächsischen Hofes und Adels, in ibid., p. 22-30.

32  Sur l’importance quantitative de l’immigration huguenotte, voir Katharina Middell, Hugenotten in Kursachsen : Konturen eines wenig beachteten kulturellen Transfers, in Cahiers d’études germaniques, 1995, n° 28.

33  Christine Lebeau, Beispiel eines Kulturtransfers zwischen Frankreich und Sachsen : die neue Regierungskunst in Sachsen zur Zeit des Rétablissements (1762-1786), in Espagne, Middell, ibid., p. 124-139.

34  Voir pour la Thuringe l’étude de cas effectuée par Werner Greiling dans les Cahiers d’études germaniques, 1995, n° 28. Il semble que le type des Intelligenzblätter (Affiches) soit plus proche du type de la presse provinciale en France avant la Révolution qu’un périodique déjà très « moderne » comme les Leipziger Zeitungen.

35  I. Jentzsch, Zur Geschichte des Zeitungslesens in Deutschland am Ende des 18. Jahrhunderts. Mit besonderer Berücksichtigung der gesellschaftlichen Formen des Zeitungslesens, Leipzig, 1937 (phil. Diss.) ; Martin Welke, Gemeinsame Lektüre und frühe Form von Gruppenbildung im 17. und 18. Jahrhundert. Zeitungslesen in Deutschland, in Otto Dann (éd.), Lesegesellschaften und bürgerlicke Emanzipation. Ein europäischer Vergleich, München, 1981, p. 29-53.

36  Voir notre article 1789-1830-1848. Französische Revolutionen in den Leipziger Zeitun-gen, in Espagne, Middell, ibid., p. 140-159.

37  Christine Schulz a bien montré cette attitude à travers l’exemple d’un pasteur et professeur de théologie de Leipzig : Heinrich Gottlieb Tzschirner, Leipziger Theologieprofessor, Superintendent und Feldpropst in den Befreiungskriegen : Anmerkungen zu dem Frankrei-chbild eines Spätaufklärers, in Espagne, Middell, ibid., p. 179-194.

38  Matthias Middell, La réception de l’idée républicaine au xixe siècle : le cas des journaux leipzigois 1848-1849, in Marita Gilli (éd.), L’idée d’Europe, vecteur des aspirations démocratiques : les idéaux républicains depuis 1848, Besançon, 1994, p. 93-102.

39  Der franzôsische Buchhandel und Leipzig zwischen 1700 und ca. 1830, in Espagne, Middell, ibid. p. 257-275 ; Id. Martin Bossange, Paris und Deutschland, in Mark Lehmstâdt (éd.), Buch und Buchhandel im frühen 19. Jahrhundert, Leipzig, 1994 (sous presse).

40  La relation entre librairie et philologie académique est montrée à travers divers exemples par Bârbel Plôtner, Zur vermittelnden Rolle sâchsischer Verleger in der Frühzeit der ver-gleichenden Keltologie, in Espagne, Middell, ibid., p. 295-313 ; Helgajeanblanc, Die Firmenges-chichte von Brockhaus & Avenarius. Die Beziehungen zwischen Leipziger und Pariser Buchhändlern im 19. Jahrhundert, in Espagne, Middell, ibid., p. 280-282.

41  Voir plus généralement Michel Espagne, Le paradigme de l’étranger et Michael Werner, « Histoire littéraire » contre Literaturgeschichte. La genèse d’une vision historienne de la littérature en France et en Allemagne pendant la première moitié du xixe siècle, in Genèses, n 4 (1994), p. 4-26.

42  Pour Leipzig sont mentionnés plusieurs cas personnels par Michel Espagne, Die Univer-sitât Leipzig als deutsch-französische Ausbildungsstätte, in Espagne, Middell, ibid., p. 330-353 ; Id., Französisch-sächsischer Kulturtransfer im 18. und 19. Jahrhundert. Eine Problemskizze, in Comparatiw, 1992, n° 2, p. 118-119.

43  Plus généralement à travers l’exemple de l’historiographie : Christian Simon, Staat und Geschichtswissenschaft in Deutschland und Frankreich 1871-1914, 2 vol. , Frankfurt am Main, New York, Paris, 1988.

44  Friedrich Eulenburg, Die Entwicklung der Universität Leipzig in den letzten hundert Jahren, Leipzig, 1909 ; Lothar Rathmann (éd.), Aima mater Lipsiensis. Geschichte der Karl-Marx-Universität Leipzig, Leipzig, 1984.

45  Roger Chickering, Karl Lamprecht. A German Academic Life (1856-1915), New Jersey, 1993, p. 294-297.

46  Rüdiger vom Bruch, Weltpolitik als Kulturmission. Auswärtige Kulturpolitik und Bildungsbür-gertum in deutschland am Vorabend des Ersten Weltkrieges, Paderborn, 1982.

47  Résumé par Steffen Sammler, « Histoire nouvelle » und deutsche Geschichtswissenschaft. Der EinfluB deutscher Historiker auf die Herausbildung der Geschichtskonzeption von Marc Bloch, in Karl Lamprecht weiterdenken (éd. Gerald Diesener), Leipzig, 1993, p. 258-271 ; voir aussi Lutz Raphaël, Historikerkontroversen im Spannungsfeld von Berufshabitus, Fâcher-konkurrenz und sozialen Deutungsmustern. Lamprechtsstreit und franzôsischer Methodenstreit um die Jahrhundertwende in vergleichender Perspektive, in Historische Zeitschrift, vol. 251 (1990), p. 325-363.

48  Katharina Middell, Das Institut fur Kultur — und Universalgeschichte bei der Universität Leipzig und seine Beziehungen zu Frankreich bis zum Ausbruch des Ersten Weltkrieges, in Espagne, Middell, ibid., p. 354-379.

49  Pour la vie musicale voir le travail de Thomas Schinkôth, Französische Musik und Musiker im Leipziger Kunstleben zwischen 1880 und 1930 ; Versuche einer Annäherung, in Espagne, Middell, ibid., p. 380-387, et pour la vie universitaire Gerald Diesener, in Cahiers d’études germaniques, 1995, n° 28.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Katharina Middell et Matthias Middell, « La Saxe et la France : pour une histoire régionale interculturelle », Revue germanique internationale, 4 | 1995, 201-214.

Référence électronique

Katharina Middell et Matthias Middell, « La Saxe et la France : pour une histoire régionale interculturelle », Revue germanique internationale [En ligne], 4 | 1995, mis en ligne le 22 septembre 2011, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://rgi.revues.org/527 ; DOI : 10.4000/rgi.527

Haut de page

Auteurs

Katharina Middell

Enseignant à l’Université de Leipzig, histoire

Matthias Middell

Enseignant à l’Université de Leipzig, histoire

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org