Navigation – Plan du site
Identités et imbrications

Chamisso et les Huguenots berlinois. Un lien paradoxal entre l’Emigration et le Refuge

René-Marc Pille
p. 215-221

Résumés

L’exemple de Chamisso, fils d’émigrés français accueilli à bras ouverts en 1796 par les descendants des Huguenots réfugiés à Berlin, laisse penser que les rapports entre ces deux groupes d’exilés furent moins hostiles que leurs antagonismes religieux et culturels auraient pu le laisser supposer. Le dépouillement des papiers de Chamisso conservés à la Staatsbibliothek de Berlin révèle les liens étroits qu’il tissa avec l’une des familles les plus en vue de la Colonie française : Le pasteur Jean-Pierre Erman lui ouvrit les portes du Collège français, le physicien Paul Erman le poussa vers les études scientifiques, tandis qu’Adolf Erman, rentrant d’une expédition en Sibérie, traduisit à son intention les poètes décembristes. Ce sont notamment les Huguenots berlinois qui transmirent à Chamisso la pensée française des Lumières. Toutefois seule une étude approfondie sur les rapports mal connus entre le Refuge et l’Emigration permettra de conclure à la singularité ou non d’un tel cas de symbiose.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  La biographie de Chamisso la plus fouillée reste à ce jour la thèse de René Riegel, Adalbert de Ch (...)
  • 2  Cf. R.-M. Pille, Adelbert von Chamisso vu de France. 1805-1840. Genèse et réception d’une image, P (...)
  • 3  Cf. Eduard Muret, Geschichte der Französischen Kolonie in Brandenburg-PreuBen, unter besonde-rer B (...)

1On connaît la singulière destinée de Louis-Charles Adélaïde de Chamisso (1781-1838), fils d’émigrés champenois établis en Prusse sous la Révolution, qui devint sous le nom d’Adelbert von Chamisso, dans la langue de son pays d’adoption, l’un des écrivains allemands les plus populaires de son temps, et dont les travaux de botanique, nourris de son voyage autour du monde entrepris sur un navire russe de 1815 à 1818, lui valurent l’estime des sommités naturalistes de l’époque1. L’auteur de Peter Schlemihl constitue à ce titre un bel exemple de transfert culturel qui, s’il concerne principalement les relations franco-allemandes, ne saurait être envisagé sans faire référence aux divers espaces linguistiques qu’il a été amené à fréquenter et auxquels il a ouvert la poésie allemande2. Quant aux quelque 20 000 Huguenots réfugiés dans l’électorat de Brandebourg à la suite de la révocation de l’édit de Nantes, ils furent à l’évidence le ferment économique et culturel de la Prusse moderne3. Il se trouve en effet que cet état, apparu tardivement sur la scène européenne et mal remis de la saignée démographique provoquée par la guerre de Trente ans, avait fait de l’accueil des minorités religieuses persécutées — les Juifs en sont un autre exemple — un levier essentiel de son développement. On ne saurait donc trop souligner que la spécificité de la

  • 4  Cf. Steffi Jersch-Wenzel, Preufien als Einwanderungsland, in Manfred Schlenke (éd.), Preufien. Bei (...)

2Prusse au sein du monde germanique tient aussi au fait qu’elle a été un pays d’immigration4.

  • 5  Cf. id., Juden und Franzosen in der Wirtschqft des Raumes Berlin/ Brandenburg zur Zeit des Mer-kan (...)
  • 6  L’ouvrage de référence sur l’émigration reste Fernand Baldensperger, Le mouvement des idées dans l (...)
  • 7  Cf. notamment Christian Velder, Dos Verhältnis Adelberts von Chamisso zu Weltbürgertum und Weltlit (...)
  • 8  Le très riche NachlaB de Chamisso, vendu par ses descendants à la PreuBische Staatsbiblio-thek en (...)
  • 9  Notamment le volumineux dossier de surveillance Rep. XI 91 b fasc. 66 consulté par Baldensperger a (...)

3L’histoire de ces diverses minorités a donné lieu très tôt à une abondante littérature, notamment pour ce qui est du Refuge, dont la mémoire est conservée à Merseburg dans les riches archives du Französisches Kolo-niedepartement. En revanche les rapports qui ont pu s’établir entre les différentes communautés n’ont encore fait l’objet que d’études ponctuelles5. Quant aux émigrés français ayant fui la Révolution, ils forment un cas à part dans la mesure où, subissant un exil qu’ils espéraient provisoire, ils forment un groupe au caractère essentiellement « volatile ». Venus en grand nombre de l’Allemagne rhénane à partir de 1794 pour échapper à l’avance des armées révolutionnaires consécutive à la bataille de Fleurus, la plupart rentreront en France en 1802 après le décret de floréal en ayant guère laissé de traces dans la mémoire collective de leur pays d’accueil6. Elles existent pourtant et permettent, du moins dans le cas de Chamisso, de s’interroger sur la façon dont a pu s’effectuer la rencontre entre les descendants des réfugiés protestants et ces proscrits d’un nouveau style. Il apparaît en effet que, dès leur venue à Berlin en 1796, le jeune Chamisso et les siens, pourtant de religion catholique, tissèrent des relations étroites avec la communauté huguenote, à laquelle l’écrivain devait rester lié tout au long de sa vie. Si les faits en question sont dans l’ensemble bien connus de la recherche7, il n’en est pas moins nécessaire d’en reprendre l’exposé en l’enrichissant de sources nouvelles puisées dans les papiers de Chamisso8 ainsi qu’au Staatsarchiv de Merseburg9.

4L’étude de ces liens souffre toutefois d’une lacune importante, dans la mesure où aucun document ne permet de comprendre pourquoi ni comment ils ont pu se nouer aussi rapidement. Voici en quelques mots les éléments biographiques dont on dispose à ce jour. A la veille de leur venue à

  • 10  Pour plus de détails cf. R.-M. Pille, La venue des Chamisso à Berlin, in Etudes germaniques, janvi (...)

5Berlin les Chamisso s’étaient scindés en deux groupes pour des raisons économiques. Les parents avaient trouvé refuge à Bayreuth avec leurs trois plus jeunes enfants, dont le futur écrivain, tandis que les aînés Hippolyte et Charles, anciens pages du roi de France, assuraient la subsistance de leur famille grâce à leur talent de miniaturiste qu’ils exerçaient dans les multiples cours princières d’Allemagne, accompagnés de leur frère Prudent, abbé de son état. Leurs pérégrinations les ayant menés jusqu’à Berlin, ils réussirent à s’introduire à la cour de Prusse et à obtenir pour leur famille le droit de venir les rejoindre, non toutefois sans avoir échappé de peu à une expulsion du territoire10. Il se trouve en effet qu’un rapport ministériel établi à partir d’une enquête de police avait émis un avis on ne peut plus défavorable sur ces candidats au séjour, soupçonnés, comme la plupart des émigrés, d’être avant tout des parasites en mal de subsides :

  • 11  Rapport du General-Directorium au Geheimes Cabinets-Direktorium du 23 mars 1796. Staats-archiv Mer (...)

Es wäre zu wünschen, daB, statt der Grafen, Chevalliers und Geistlichen, aus welchen fast allein die hier ihre Zuflucht nehmenden Emigrierten bestehen, nütz-liche Ouvriers zur Vermehrung und Vervollkommnung der hiesigen Fabriquen sich einfanden. Denn das Mahlen der drey Gebriidern Grafen de Chamisso dùrfte wohl mehr ein Vorwand zu ihren hiesigen Aufenhalt und ein Mittel, sich Beisteuern bei den Hôfen zu verschaffen, als eine wichtige Erwerbsquelle sein11.

  • 12  Papiers de Chamisso, n° 179 a.
  • 13  Plus précisément chez Benjamin du Titre (1748-1828), frère cadet du richissime négociant Etienne d (...)
  • 14  Baldensperger, Le mouvement des idées, vol. 1, p. 320-321.
  • 15  Pille, La venue des Chamisso à Berlin, p. 33. Dès leur venue en Prusse les Huguenots bénéficièrent (...)
  • 16  Cf. Wilhelm Erman, Jean-Pierre Erman, ein Lebensbild ans der französischen Kolonie, Berlin, 1914. (...)
  • 17  Staatsarchiv Merseburg, Rep. 122 7 D 1, vol. II, Intus : Chamisso.

6Or voilà que surgit un premier paradoxe. Alors que, dans une lettre d’avril 1796 adressée à Bayreuth, l’abbé Prudent de Chamisso, en quête d’un gagne-pain, déplore que son « titre d’émigré royaliste » lui ferme les portes de la Colonie française12, il trouve quelques semaines plus tard un emploi de précepteur chez les Du Titre, une des familles huguenotes les plus en vue de Berlin13. Autre paradoxe déjà relevé par Baldensperger14, Hippolyte et Charles de Chamisso, ainsi que leur père lorsqu’il les eut rejoints, furent reçus membres de la juridiction française de Berlin dont relevaient les Huguenots depuis l’époque du Refuge15. On constate enfin sans y trouver d’explication que les Chamisso furent accueillis à bras ouverts par l’une des personnalités les plus éminentes de la Colonie française, le pasteur Jean-Pierre Erman (1735-1814), qui siégeait alors au consistoire et dirigeait le Collège français de Berlin16. Celui-ci se fit bel et bien le protecteur des Chamisso tout au long de leur séjour dans la capitale prussienne. C’est lui qui appuya la requête du comte de Chamisso se plaignant d’avoir dû acquitter des droits de Chancellerie lors de son admission au sein de la juridiction française17. C’est enfin grâce aux démarches de ce même Erman que le futur écrivain, alors page de la reine de Prusse, put suivre les cours du Collège français. Le discours que le jeune Chamisso prononça lors de son admission à l’automne 1798 témoigne, par delà les excès de la rhétorique scolaire, de la gratitude envers celui qui fut le mentor de ses jeunes années :

  • 18  Papiers de Chamisso, n° 4. Sur le Collège français, dont l’actuel lycée est la continuation, cf. C (...)

Je dois particulièrement cette faveur aux bontés de Monsieur Erman, il voyait en moi un jeune étranger à qui son appui pouvait être utile ; il prévint mes vœux, fit lui-même les premières démarches et m’ouvrit le chemin de l’instruction. C’était suivre la pente naturelle de son cœur qui ne lui permet pas de négliger l’occasion de rendre service. Il sait même cacher jusqu’à l’apparence du bienfait afin de décharger l’ingrat du fardeau de la reconnaissance. Mais que les âmes sensibles savent apprécier ses vertus, sa délicatesse ! Au respect, à l’admiration qu’elles exigent se joignent les sentiments que l’on doit à un père18.

  • 19  Musenalmanach auf das Jahr 1804, herausgegeben von L. A. v. Chamisso und K. A. Varnhagen. Leipzig, (...)
  • 20  Papiers de Chamisso, n° 216 b.

7Un autre exemple mérite attention. Lorsqu’en 1804 Chamisso publia en collaboration avec Varnhagen un Almanach de Muses contenant ses premières poésies allemandes, il en envoya plusieurs exemplaires aux têtes couronnées, en particulier à la reine de Prusse19. Or le brouillon des dédicaces révèle qu’il existe deux versions de chaque texte, l’une de la main de Chamisso, l’autre de celle d’Erman20. Il apparaît donc clairement que son mentor, mieux au fait des usages du monde, lui a tenu la plume à cette occasion.

  • 21  Nommé titulaire de la chaire de physique à l’Université de Berlin lors de sa fondation en 1810, Pa (...)
  • 22  Cf. Nikolaus Dorsch, Julius Eduard Hitzig, Literarisches Patriarchat und bürgerliche Karriere, Fra (...)

8La deuxième personnalité de la Colonie française de Berlin qui eut une influence déterminante sur le devenir de Chamisso n’est autre que le fils du précédent, le physicien Paul Erman (1764-1851), qui avait eu le jeune émigré comme élève lorsqu’il enseignait au Collège français21. Par ailleurs Paul Erman avait épousé en 1802 la sœur d’un ami intime de Chamisso, le criminaliste Julius Eduard Hitzig (1780-1849), Juif converti qui tenait à Berlin une librairie renommée22.

9Disciple de Kant, Paul Erman fut un farouche adversaire de la Natur-philosohie et de tout ce qu’il est convenu d’appeler la science romantique. C’est ainsi que dans une lettre de 1806 adressée à Chamisso, alors officier dans l’armée prussienne en campagne contre l’armée de Napoléon, il brocarde les adeptes de la craniologie ou phrénologie, théorie alors en vogue du docteur Franz Joseph Gall (1758-1828) — on parle aussi de gallisme — qui prétendait déterminer le caractère d’un individu d’après l’examen de ses protubérances crâniennes :

  • 23  Papiers de Chamisso, n° 224 b.

Quand vous serez sur un champ de bataille, songez que l’Allemagne attend vos observations craniologiques ; voyez si par hasard les morts ne se trouveraient pas avoir l’organe de la mortalité : cela serait bien précieux à avérer, et démontrerait le système qui n’est encore que presque démontré, mais c’est égal23.

  • 24  D’après un billet d’A. v. Humboldt à Chamisso, ibid., n° 248.

10C’est grâce à la recommandation de Paul Erman que Chamisso fit la connaissance d’Alexander von Humboldt à Paris en 181024, lequel le fera élire en 1835 à l’Académie des Sciences de Berlin. Paul Erman, qui en était alors le secrétaire, lui notifia la nouvelle sur un ton persifleur :

  • 25  Il s’agit du botaniste Carl Sigismund Kunth (1788-1850), auteur d’un Flora Berolinensis (1813) don (...)
  • 26  Chamisso faisait alors une cure dans les montagnes de Silésie.
  • 27  Papiers de Chamisso, n° 244 d. Les Huguenots occupaient une place prépondérante à l’Académie de Be (...)

La Gazette de Berlin & une communication directe dont votre parrain académique M. Kunth25 a désiré se charger lui-même, vous ont instruit de votre avènement au fauteuil. Ma fonction de secrétaire est de vous notifier, très excellent ami d’ancienne date & collègue de nouvelle, que votre diplôme est expédié en due forme. Hitzig, que j’ai consulté, me dissuade de vous envoier là-bas cette volumineuse pancarte26. J’admire & j’envie votre réceptivité si, placé aussi haut que vous l’êtes, cette ovation peut vous faire quelque plaisir27.

  • 28 Reise um die Erde durch Nord-Asien und die beiden Oceane, in den Jahren 1828, 1829 und 1830 aus-gef (...)
  • 29  Georges Cuvier, Recueil des éloges historiques, vol. 2, Paris, 1819, p. 120.

11Il faut enfin mentionner les relations que Chamisso a entretenues avec la troisième génération de cette famille huguenote en la personne du physicien Georg Adolf Erman (1806-1877), également professeur à l’Université de Berlin, tous deux ayant en commun le fait d’avoir réalisé le tour du monde. Le périple qu’Adolf Erman entreprit de 1828 à 1830 dans le but d’étudier le magnétisme terrestre l’avait notamment amené à parcourir le Kamtchatka et l’Alaska russe une dizaine d’années après le passage de Chamisso28. Adolf Erman perpétuait ainsi la tradition, inaugurée sous Pierre le Grand, de confier à des Allemands l’exploration scientifique de l’Empire russe. Le Franconien Georg Wilhelm Steller (1709-1746), compagnon de Béring lors de l’expédition polaire de 1741, le Berlinois Peter Simon Pallas (1741-1811) qui explora la Sibérie sous Catherine II, ainsi qu’Alexander von Humboldt en sont les exemples les plus célèbres, ce qui fit dire à Cuvier que les savants allemands « nous ont fait connaître sous tous ses rapports l’immense territoire de la Russie ; qu’ils l’ont fait connaître [...] au gouvernement russe lui-même »29.

  • 30  Ryleïev y célébrait le compagnon de révolte de Mazepa, mort exilé en Sibérie au siècle précédent. (...)
  • 31 Die Verbannten, in SW, vol. 1, p. 402-410.
  • 32  Secrétaire perpétuel de l’Académie de Saint-Pétersbourg, l’historien et voyageur Gerhard Friedrich (...)

12Chamisso eut également avec Adolf Erman des rapports que l’on pourrait qualifier de médiation politico-littéraire. Ce dernier avait rencontré en Sibérie le poète romantique russe Aleksandr A. Bestoujev-Marlinski (1797-1837), déporté pour avoir participé à l’insurrection décembriste de 1825, puis avait réalisé pour Chamisso une traduction allemande du récit épique Voïnarovski de Kondrati F. Ryleïev (1795-1825), qui fut pendu après l’échec de la conjuration30. Chamisso tira de tout cela deux longs poèmes composant le cycle des Bannis où il s’en prend avec véhémence au despotisme tsa-riste31. Il semble toutefois qu’il ait été surtout séduit par la répétition d’un événement qui s’était produit après d’un siècle d’intervalle, à savoir la rencontre en Sibérie d’un explorateur allemand et d’un proscrit russe, Müller et Voïnarovski en 1736, Adolf Erman et Bestoujev en 1829, parallèle qui lui permettait de confronter les thèmes du voyage et de l’exil32.

  • 33  Cf. Gùnther Schmid, Chamisso als Naturforscher. Eine Bibliographie, Leipzig, 1942.
  • 34  Cf. Werner Feudel, Chamisso als politischer Dichter [thèse dactylographiée], Halle, 1964.
  • 35  Cf. R.-M. Pille, Chamisso et le groupe de Coppet. Fragments d’une correspondance inédite, in Cahie (...)

13La permanence des liens qui unirent Chamisso à la communauté huguenote de Berlin exercèrent sur lui une influence déterminante dans la mesure où ils expliquent en grande partie son orientation scientifique, qui se caractérise par un empirisme rigoureux et à laquelle il est redevable de n’avoir jamais donné dans l’irrationalisme, même au plus fort de sa période romantique33. D’une manière générale il est certain que la pensée française des Lumières, qu’il découvrit au Collège français et dont il ne devait jamais renier l’héritage, prépara son évolution ultérieure vers le libéralisme34. Dans le cadre d’une étude plus vaste qui reste à faire sur Chamisso et la pensée protestante, il faudrait également évoquer ses relations avec le groupe de Coppet, notamment avec Auguste de Staël, qui fut particulièrement actif au sein du mouvement philanthropique d’inspiration protestante apparu sous la Restauration35.

  • 36  Ferdinand Brunot, Histoire de la langue française, vol. 8, Paris, 1967, p. 539-541. Cf. Frédéric H (...)
  • 37  Ce sujet avait inspiré au siècle dernier un récit romancé. G. Hesekiel, Refugiert und Emi-grirt, e (...)
  • 38  Mme de Genlis, Mémoires inédits, 10 vol., Paris, 1825 ; vol. 4, p. 320-336, vol. 5, p. 1-70.

14Les liens de Chamisso avec les Huguenots berlinois ont été supposés paradoxaux dans la mesure où ils se tissèrent entre deux milieux d’exilés français si radicalement différents qu’ils paraissaient hostiles a priori, moins sans doute pour des raisons religieuses que culturelles, qui s’expliquent par l’écart temporel manifeste séparant les deux communautés. Il est vraisemblable que les émigrés établis à Berlin eurent pour les Huguenots et de leur français abâtardi la même condescendance que Voltaire à l’égard du « style réfugié »36. Or le cas de Chamisso contredit tout à fait cette vision des choses. Il faudrait toutefois disposer d’une étude générale sur les rapports entre le Refuge et l’émigration afin de conclure à la singularité ou non des rapports étudiés ici37. L’exemple de Mme de Genlis semble indiquer qu’il y eut d’autres rapprochements entre les deux groupes. Logeant chez une certaine Mme Bocquet, de la Colonie française, elle dit avoir fréquenté assidûment aussi bien les Huguenots que les grandes familles juives de Berlin38. Cela donnerait à penser qu’un siècle après la révocation de l’édit de Nantes les descendants des Huguenots chassés de leur pays virent en ces nouveaux proscrits fuyant la Révolution moins des catholiques que des réprouvés, donnant ainsi une belle leçon de tolérance. L’expérience de l’exil aurait-elle finalement rapproché les deux communautés ? Mme de Genlis le laisse entendre en rapportant l’anecdote suivante :

  • 39  Mme de Genlis, La botanique historique et littéraire, Paris, 1810, p. 116.

On voit auprès de Berlin un arbre historique, aussi intéressant que curieux. Il est chargé de vers, d’inscriptions et de noms français, tracés par les premiers réfugiés, qui, à l’époque de la révocation de l’édit de Nantes, reçurent l’hospitalité dans le Brandebourg. Ces caractères, prodigieusement grossis par le temps, couvrent entièrement le tronc de cet arbre antique, et la mélancolie touchante qui règne dans presque toutes les inscriptions prouve assez que toutes les consolations d’une noble hospitalité ne peuvent faire oublier la patrie. Depuis, de nouveaux fugitifs, reçus avec la même générosité, ont souvent pris pour but de leurs promenades champêtres ce monument vénérable d’une douloureuse émigration, et plus d’une fois leurs pleurs ont coulé sous son ombrage39.

Haut de page

Notes

1  La biographie de Chamisso la plus fouillée reste à ce jour la thèse de René Riegel, Adalbert de Chamisso, Sa vie et son œuvre, Paris, 1934. Cf également Werner Feudel, Adelbert von Chamisso. Leben und Werk, 3, erw. Aufl. Leipzig, 1988. L’édition la plus documentée de son récit de voyage est Reise um die Welt, in Adelbert von Chamisso, Sämtliche Werke in zwei Bänden. Nach dem Text der Ausgaben letzter Hand und den Handschriften. Textredaktion Jost Per-fahl. Bibliographie und Anmerkungen von Volker Hoffmann, Munchen, 1975 (cité : SW), vol. 2, p. 9-500.

2  Cf. R.-M. Pille, Adelbert von Chamisso vu de France. 1805-1840. Genèse et réception d’une image, Paris, 1993.

3  Cf. Eduard Muret, Geschichte der Französischen Kolonie in Brandenburg-PreuBen, unter besonde-rer Berücksichtigung der Berliner Gemeinde, Berlin, 1988. Le tricentenaire du Refuge a donné lieu à de nombreuses publications, notamment Gottfried Bregula (éd.), Hugenotten in Berlin, Berlin, 1988.

4  Cf. Steffi Jersch-Wenzel, Preufien als Einwanderungsland, in Manfred Schlenke (éd.), Preufien. Beiträge zu einer politischen Kultur (— Ausstellung « PreuBen — Versuch einer Bilanz », Berlin 1981, Katalog in 5 Bd, Bd. 2), Hamburg, 1981, p. 136-161.

5  Cf. id., Juden und Franzosen in der Wirtschqft des Raumes Berlin/ Brandenburg zur Zeit des Mer-kantilismus (= Einzelveröffentlichungen der Historischen Kommission zu Berlin, Bd. 23), Berlin, 1978.

6  L’ouvrage de référence sur l’émigration reste Fernand Baldensperger, Le mouvement des idées dans l’émigration française (1789-1815), 2 vol., Paris, 1924. Cf. également Jean Vidalenc, Les émigrés français, Caen, 1963.

7  Cf. notamment Christian Velder, Dos Verhältnis Adelberts von Chamisso zu Weltbürgertum und Weltliteratur [thèse dactylographiée], Freie Universitàt zu Berlin, 1955, p. 22-43.

8  Le très riche NachlaB de Chamisso, vendu par ses descendants à la PreuBische Staatsbiblio-thek en 1937, entreposé près de Meissen durant la dernière guerre, emporté en URSS en 1945 puis restitué à la RDAen 1957, est conservé à la Staatsbiblothek zu Berlin/Unter den Linden. Cf. R.-M. Pille, Les papiers d’Adelbert de Chamisso (1781-1838). Répertoire raisonné de la partie française du fonds Chamisso de la Deutsche Staatsbibliothek de Berlin !RDA, thèse [dactylographiée] pour le doctorat de 3e cycle, Université de Provence, Aix-en-Provence, 1985. Cité Papiers de Chamisso.

9  Notamment le volumineux dossier de surveillance Rep. XI 91 b fasc. 66 consulté par Baldensperger avant la dernière guerre, lorsqu’il était conservé au Geheimes Staatsarchiv de Berlin. Baldensperger, Le mouvement des idées, vol. 1, p. 319, n. 1.

10  Pour plus de détails cf. R.-M. Pille, La venue des Chamisso à Berlin, in Etudes germaniques, janvier-mars 1986, n° 1, p. 24-35.

11  Rapport du General-Directorium au Geheimes Cabinets-Direktorium du 23 mars 1796. Staats-archiv Merseburg, Rep. XI 91 b, fasc. 66, F 1.

12  Papiers de Chamisso, n° 179 a.

13  Plus précisément chez Benjamin du Titre (1748-1828), frère cadet du richissime négociant Etienne du Titre (1734-1817), dont la femme s’était rendue célèbre par son franc-parler et ses extravagances. Cf. Hermann Kügler, Madame du Titre, eine fröhliche Berlinerin aus Biedermeierta-gen. Ein Beitrag zur Volkskunde son Berlin, Berlin, 1937.

14  Baldensperger, Le mouvement des idées, vol. 1, p. 320-321.

15  Pille, La venue des Chamisso à Berlin, p. 33. Dès leur venue en Prusse les Huguenots bénéficièrent d’une juridiction autonome, privilège qui fut officiellement aboli en 1794 par l’introduction de l’Allgemeines Landrecht für die PreuBischen Staaten mais qui fut maintenu dans la pratique jusqu’en 1809. Cf. Klaus Brandenburg, Die Rechtsprechung in der Kolonie, in Hugenotten in Berlin, p. 281-297. Le cas juridique des Chamisso pourrait s’expliquer par le fait qu’un décret de Frédéric II, promulgué en 1751 dans un contexte de crise économique, autorisait les Français, sans distinction de religion mais moyennant finances — il s’agissait alors d’attirer en Prusse des artisans de la soie —, à solliciter leur admission au sein de la Colonie. Cf. Jürgen Wilke, Zur Geschichte de französischen Kolonie, in ibid., p. 54-87 ; p. 78.

16  Cf. Wilhelm Erman, Jean-Pierre Erman, ein Lebensbild ans der französischen Kolonie, Berlin, 1914. J.-P. Erman est surtout connu comme historiographe du Refuge. J.-P. Erman, P. Chr. Fr. Reclam, Mémoires pour servir à l’histoire des Réfugiés françois dans les Etats du Roi, 9 vol, Berlin, 1782-1800.

17  Staatsarchiv Merseburg, Rep. 122 7 D 1, vol. II, Intus : Chamisso.

18  Papiers de Chamisso, n° 4. Sur le Collège français, dont l’actuel lycée est la continuation, cf. Christian Velder, 300 Jahre Französiches Gymnasium Berlin, 300 ans au Collège français, Berlin, 1989.

19  Musenalmanach auf das Jahr 1804, herausgegeben von L. A. v. Chamisso und K. A. Varnhagen. Leipzig, bei Cari Gotdob Schmidt. 1804.

20  Papiers de Chamisso, n° 216 b.

21  Nommé titulaire de la chaire de physique à l’Université de Berlin lors de sa fondation en 1810, Paul Erman a consacré ses recherches à l’électricité voltaïque. Cf. Wilhelm Erman, Paul Erman, ein Berliner Gelehrtenleben, Berlin, 1927.

22  Cf. Nikolaus Dorsch, Julius Eduard Hitzig, Literarisches Patriarchat und bürgerliche Karriere, Frankfurt am Main, 1994. Il semble que les liens aient été particulièrement étroits entre les Huguenots et la communauté juive de Berlin. Jean-Pierre Erman n’avait-il pas ouvert les portes du Collège français aux enfants juifs en 1783 ? Erman, J. –P. Erman, p. 51.

23  Papiers de Chamisso, n° 224 b.

24  D’après un billet d’A. v. Humboldt à Chamisso, ibid., n° 248.

25  Il s’agit du botaniste Carl Sigismund Kunth (1788-1850), auteur d’un Flora Berolinensis (1813) dont Chamisso avait rédigé l’appareil critique.

26  Chamisso faisait alors une cure dans les montagnes de Silésie.

27  Papiers de Chamisso, n° 244 d. Les Huguenots occupaient une place prépondérante à l’Académie de Berlin. Cf. Conrad Grau, Die Berliner Akademie der Wissenschaften und die Hugenotten, in Hugenotten in Berlin, p. 327-362.

28 Reise um die Erde durch Nord-Asien und die beiden Oceane, in den Jahren 1828, 1829 und 1830 aus-geführt von Adolf Erman, 2 Abt., 5 Bd, Berlin, 1833-1848. Chamisso en rédigea la partie consacrée à la flore, donnant au bouleau du Kamtchatka le nom de Betula ermanii.

29  Georges Cuvier, Recueil des éloges historiques, vol. 2, Paris, 1819, p. 120.

30  Ryleïev y célébrait le compagnon de révolte de Mazepa, mort exilé en Sibérie au siècle précédent. Le manuscrit de cette traduction est conservé dans le fonds Chamisso (K. 27, M. 7), où se trouvent également 13 lettres inédites d’A. Erman à ce dernier écrites entre 1830 et 1836 (K. 27, M. 6). Contrairement à la correspondance citée jusqu’alors, toutes sont en allemand, ce qui dénote une acculturation rapide des Huguenots berlinois au cours du xixe siècle.

31 Die Verbannten, in SW, vol. 1, p. 402-410.

32  Secrétaire perpétuel de l’Académie de Saint-Pétersbourg, l’historien et voyageur Gerhard Friedrich Müller (1705-1783) fut au xviiie siècle un des meilleurs connaisseurs de la Russie. Une polémique avec Voltaire à propos de la francisation des noms russes lui a valu de la part de ce dernier un quolibet d’un goût douteux : « C’est un Allemand ; je lui souhaite plus d’esprit et moins de consonnes. »

33  Cf. Gùnther Schmid, Chamisso als Naturforscher. Eine Bibliographie, Leipzig, 1942.

34  Cf. Werner Feudel, Chamisso als politischer Dichter [thèse dactylographiée], Halle, 1964.

35  Cf. R.-M. Pille, Chamisso et le groupe de Coppet. Fragments d’une correspondance inédite, in Cahiers d’Etudes germaniques, 1995, n° 28, p. 269-300.

36  Ferdinand Brunot, Histoire de la langue française, vol. 8, Paris, 1967, p. 539-541. Cf. Frédéric Hartweg, Zur Sprachsituation der Hugenotten in Berlin im 18. Jahrhundert, in Beiträge zur Romanischen Philologie, 1981, n° 20, p. 117-127.

37  Ce sujet avait inspiré au siècle dernier un récit romancé. G. Hesekiel, Refugiert und Emi-grirt, eine brandenburgisch-französische Geschichte in drei Büchern, Berlin, 1869.

38  Mme de Genlis, Mémoires inédits, 10 vol., Paris, 1825 ; vol. 4, p. 320-336, vol. 5, p. 1-70.

39  Mme de Genlis, La botanique historique et littéraire, Paris, 1810, p. 116.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

René-Marc Pille, « Chamisso et les Huguenots berlinois. Un lien paradoxal entre l’Emigration et le Refuge », Revue germanique internationale, 4 | 1995, 215-221.

Référence électronique

René-Marc Pille, « Chamisso et les Huguenots berlinois. Un lien paradoxal entre l’Emigration et le Refuge », Revue germanique internationale [En ligne], 4 | 1995, mis en ligne le 06 juillet 2011, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://rgi.revues.org/530 ; DOI : 10.4000/rgi.530

Haut de page

Auteur

René-Marc Pille

Maître de conférences à l’Université de Nanterre, études allemandes

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org