Navigation – Plan du site
Identités et imbrications

La double fondation de la IIIe République et de l’Empire allemand, 1870-1871

Fred E. Schrader
Traduction de Olivier Mannoni
p. 223-234

Résumés

Au début du xixe siècle, on constate que les images française et allemande de la nation ont toutes les deux besoin de l’autre pour mieux se définir. La guerre de 1870-1871 y introduit un élément nouveau et unique en Europe du côté français, le Second Empire démontre son état de décomposition à travers sa défaite politico-militaire, et cède à une IIIe République provisoire et pragmatique ; de l’autre côté, l’unification de l’Allemagne se fonde sur cette défaite française, en prenant la forme d’une unification militaire et princière, et en créant un impérialisme héréditaire prussien. Plus encore, dans l’optique des élites prussiennes, la France est condamnée par la providence à la Volksherrschaft qui, par son caractère politique supposé inférieur et chaotique, correspondrait à son naturel national. Inversement, le choix politique de cette nouvelle Allemagne se voit lui-même rigoureusement restreint. Tout en se constituant par opposition substantielle, l’Empire allemand et la IIIe République sont désormais fatalement liés l’un à l’autre sans que ces deux mondes de représentations politiques et intellectuelles puissent communiquer.

Haut de page

Texte intégral

1Au xixe siècle, l’idée d’identité nationale s’est emparée de l’historiographie pour démontrer que la nationalité a traversé l’histoire comme une constante pour ainsi dire suprahistorique. On soupçonne qu’il existerait quelque chose comme une idée nationale universelle, que chaque peuple concrétiserait à sa manière.

2Nous nous interrogerons ici au contraire sur la constitution historique des identités nationales en France et en Allemagne : d’abord dans les représentations intellectuelles, depuis la fin du xviiie siècle et jusqu’au début du xixe ; lors de la double fondation de la République française et celle de l’Empire allemand, en 1870 et 1871 ; enfin, au cours du petit demi-siècle qui sépare cette date de la Grande Guerre.

I

  • 1  Simon-Nicolas-Henri Linguet, Tableau de l’Etat politique actuel du globe, 1778.

3Dans l’Europe du xviiie siècle, on observe que le vieux concept de nationes, orienté sur les anciennes « tribus », devient le lieu d’une sorte de fermentation politique. Les Français de l’époque relèvent que des « mots » comme l’Etat, la représentation et la nation se tiennent au centre des confrontations politiques et sociales de la France, alors qu’on n’en avait pratiquement pas entendu parler sous Louis XIV. Mais les conflits ne suffisent pas à préciser la définition des concepts. Louis XV soutient que la nation est représentée uniquement dans la personne du roi (« la nation ne fait pas corps »), tandis que les parlements, les plus hautes cours de justice, revendiquent justement ce rôle représentatif. Dans cette confusion, le spécialiste du droit public qu’est Linguet affirme découragé, que seule la nation elle-même ignore où elle se trouve et même si elle existe vraiment1.

  • 2  Jean Roels, Le concept de représentation politique au xviiie siècle français, Louvain, Nauwe-laert (...)
  • 3  Cf. la définition de ce qui est considéré comme nationalité française dans la Constitution de 1793 (...)
  • 4  Albert Mathiez, La Révolution et l’Eglise. Etudes critiques et documentaires, Paris, Armand Colin, (...)
  • 5  Michael Erbe, Ein Nachhall der Französischen Révolution ? Zur Verfassungsdiskussion in Frankreich (...)

4La Révolution française constitue sur ce point une rupture, dans la mesure où elle impose une version défendue par le personnel politique de la Constituante, dont la formation est majoritairement juridique : à l’aide de diverses techniques, on désigne des hommes qui représentent face au peuple empirique une abstraction, un corpus fictum, précisément la nation en tant que corps. De la sorte, la nation se constitue comme un acte politique2. Elle accueille non seulement les étrangers établis en France3 mais elle s’ouvre aussi aux autres peuples du globe. Ce concept de nation contient une idée emphatique de la liberté, qui le rend propre à remplir une mission. Face à lui, les « barbares » : les ennemis intérieurs, ceux du clergé et de la noblesse, alliés aux ennemis extérieurs, les princes de l’Europe. En 1792, c’est surtout le député Jacques-Pierre Brissot qui marque durablement cette conception de la nation. D’autre part, un Anacharsis Cloots est regardé avec méfiance par Robespierre parce qu’il défend précisément une conception nationale cosmopolite4. Pourtant cette représentation de la nation, étonnamment opératoire, n’a plus jamais vraiment disparu depuis en France. Sous la Restauration, on renoue sans doute explicitement avec l’Ancien Régime, mais l’élément représentatif demeure vivant au moins dans les débats. Il redevient dynamique quand, avec les événements de 1830, le monarque renonce au titre classique de roi de France et de Navarre, et adopte celui de roi des Français. Par la suite, en France, les confrontations politiques ultérieures tourneront effectivement autour de la forme à donner à la représentation politique et de la manière d’éviter aussi bien la guerre civile que toute sorte de despotisme5.

  • 6  Hagen Schulze, Gibt es überhaupt eine deutsche Geschichte ?, Berlin, Siedler, 1989.

5Dans le regard allemand, la France demeure le pays de la Révolution. On le surveille avec la plus grande méfiance : on vérifie si le retour des Bourbons va effectivement de pair avec une restauration, ou si l’on ne prolonge pas la souveraineté populaire sous le manteau de la monarchie. Pour Friedrich von Gentz, le simple fait que le roi accepte une charte a un parfum révolutionnaire. Face à cette France, un des grands problèmes consiste à aboutir à une idée de la nation allemande, et à définir ce qu’il y a d’« allemand » en elle. Le Saint Empire, démantelé en 1806, offre à peine un indice sur ce point, avec son appendice nationis germanicae. Pour Metternich, la nation allemande ne représente guère plus qu’un « mauvais roman ». Goethe et Schiller se disent incapables de trouver ce pays. Heinrich Heine lui aussi a peu d’espoir : « Où commence la nature allemande ? Où s’achève-t-elle ? On le remarque peut-être au fait qu’un Allemand boit de la bière ; effectivement, en bon fils de la Germanie, il doit boire de la bière. »6

6A cette aporie des définitions s’ajoute, pour tout, obscurcir une triple tendance. Comme les Reichsstände, et tout particulièrement les princes du Saint Empire d’après la paix de Westphalie de 1648, n’avaient guère intérêt à ce que l’on mette en œuvre une politique allemande cohérente, et comme la culture de l’aristocratie et des résidences est francophone, une politique unificatrice dirigée contre le morcellement de l’Empire prend une tournure nettement antifrançaise. En deuxième lieu, si l’on ne veut pas reprendre à son compte le concept offensif, missionnaire, de la nation révolutionnaire, on est forcé d’ébaucher des contre-projets qui soient eux aussi opératoires et tout aussi efficients. En troisième lieu, la politique napoléonienne de conquête et d’occupation incite à la formation d’une identité nationale antifrançaise.

  • 7  Otto W. Johnston, Der deutsche Nationalmythos. Ursprung eines politischen Programms, Stuttgart, J. (...)

7Certes, il existe aussi des voix puissantes qui désirent utiliser dans un sens positif la politique de Napoléon : parmi les personnages de premier plan, le baron Johann Christoph von Aretin qui, dans son texte Die Pläne Napoleons und seiner Gegner (Les projets de Napoléon et de ses adversaires, 1809) mise sur la réalisation d’un cosmopolitisme allemand dans le cadre européen et d’une manière générale sur le caractère contradictoire d’une conception de la nation allemande centrée sur le nord de l’Allemagne, ou plus précisément sur la Prusse7. En effet, la contradiction interne du concept prussien consiste à imaginer, à promettre la liberté nationale allemande afin d’éliminer la domination napoléonienne, tout en rétablissant une nouvelle souveraineté prussienne. Même si l’historiographie ultérieure tente de passer ce fait sous silence, la restauration prussienne a purement et simplement persécuté les figures dont elle avait jadis assuré la renommée pour créer une opinion publique nationale (Jahn, Schleiermacher, Reimer, le Tugendbund...). Sous la Restauration, la publicité nationale passe pour une haute trahison. Mais cette même opinion avait été littéralement commanditée par les Prussiens du temps de l’occupation napoléonienne. Le baron vom Stein avait, apparemment sous le coup de la lecture de l’Histoire de la guerre de la Vendée et des chouans (1806) de l’antirépublicain Alphonse Beauchamp, établi une nouvelle définition et un nouveau fondement de la nation qu’il tente de réaliser. Le programme de Beauchamp est essentiellement centré autour de cinq points :

— le public accessible à la propagande nationale composé des couches dominantes et possédantes, y compris l’administration ;

— la signification du sang que l’ennemi a fait couler et qu’il faut protéger, la fonction du deuil et de la haine ;

— le rôle de la langue commune, considérée comme un lien unificateur ;

— la fonction de la génération actuelle, maillon de la chaîne qui lie les générations du passé et celles du futur ;

  • 8 Op. cit.

— la nécessité d’une éducation nationale insistant sur ces trois derniers points8.

8Ainsi, la francophilie originale d’un Emst Moritz Arndt se renverse, presque innocemment :

Was ist des Deutschen Vaterland ? Wo Zorn vertilgt den welschen Tand, Wo jeder Franzmann heiBet Feind, Wo jeder Deutscher heiBet Freund-Das soll es sein !

Das ganze Deutschland soll es sein !

9Et Arndt précise en 1813 : « Je veux la haine des Français, pas seulement pour cette guerre, je la veux pour longtemps, je la veux pour toujours [...]. Que cette haine brûle comme la religion du peuple allemand, comme une sainte démence dans tous les cœurs [...]. Je veux la haine [...] parce que la misérable singerie et la bâtardise qui font dégénérer notre splendeur [...] et qui ont livré en proie notre puissance et notre honneur aux étrangers, me déplaisent. »

  • 9  Michael Jeismann, Das Vaterland der Feinde. Studien zum nationalen Feindbegriff und Selbstver-stän (...)

10De l’autre côté, l’occupation allemande, notamment prussienne, qui a suivi les guerres de libération, n’est pas oubliée en France. Si, en Allemagne, les actions germaniques menées contre Varus peuvent être considérées comme de lointains signes précurseurs du désir d’unification allemande — ce qui est historiquement absurde —, la lecture de Tacite fait découvrir en France un autre type de Germains : celui des occupants barbares qui se querellent entre eux et qui se vendent à l’ennemi comme troupes auxiliaires. C’est par exemple ce dont témoigne Edgar Quinet, qui discerne pourtant le dilemme des Allemands, confrontés à la nécessité de trouver un concept de nation qui soit aussi fort que le français9.

11On a ainsi posé, si l’on veut, les jalons de la perception que les deux pays ont l’un de l’autre. Les révolutions de 1848-1849 n’y changent que des nuances. Les difficultés tiennent toujours au problème des libéraux allemands de déterminer les rapports entre les peuples, les princes et la nation (ou les nations) : un problème qui perdure sans être résolu.

12La fondation de l’Empire allemand aura lieu vingt années plus tard ; on la célèbre comme un processus d’unification nationale, en se référant à tort, une fois encore, aux guerres de libération et à un patriotisme national que l’on avait auparavant d’abord intensifié, puis réprimé.

II

13Il est pratiquement impossible de recenser dans l’historiographie la série de publications sur les causes, le début et le déroulement de la guerre franco-allemande de 1870-1871. Cela vaut aussi pour l’étude des motifs, des intentions et des stratégies de ses acteurs : pour Napoléon III, par exemple, pour Bismarck, pour l’armée et les princes allemands, pour le roi de Prusse et son entourage, pour les hommes politiques français de tous bords. En revanche, on n’a pas tenu suffisamment compte du fait que, dans cette guerre, s’imbriquent deux processus qui vont être décisifs pour les deux pays :

  • 10  Jean-Marie Mayeur, Les débuts de la IIIe République, 1871-1898, Paris, Seuil, 1973 ; Id., La vie p (...)

14— Du point de vue français : la capture de l’empereur, au matin du 2 septembre 1870, la proclamation de la République le 4, les élections de l’Assemblée nationale siégeant à Bordeaux, le 8 février 1871 — avec une majorité royaliste divisée —, la fuite du gouvernement à Versailles, la proclamation de la Commune de Paris le 28 mars, le traité de Francfort entre Versailles et Bismarck le 10 mai, et l’écrasement de la Commune les 21 et 27 mai. Le 5 juillet, le comte de Chambord refuse de renoncer au drapeau blanc, le 9, la majorité des députés royalistes proclament leur fidélité au drapeau bleu-blanc-rouge. Le 13 novembre, Thiers, désormais président, reconnaît que la République existe et qu’elle sera conservatrice10.

15— Du point de vue allemand : la bataille de Sedan le 1er septembre, le bombardement de Paris de septembre à décembre 1870, tandis que le quartier général allemand, avec le roi Guillaume Ier de Prusse, s’établit à Versailles (qui est également le quartier général du Kronprinz, en tant que commandant de la IIIe armée, de Moltke et de Bismarck) ; pour la nouvelle année, la constitution de l’Union germanique entre en vigueur ; le 18 janvier 1871, toujours à Versailles, Guillaume est proclamé empereur d’Allemagne ; le 26 février, on signe la paix préliminaire de Versailles, avec l’annexion de l’Alsace-Lorraine ; le 1er mars, les troupes allemandes défilent sous l’Arc de Triomphe à Paris ; le 21 mars, le Reichstag se réunit, en avril, il adopte la Constitution du Reich. Le 16 juin, à Berlin, grand défilé allemand au cours duquel on expose les insignes militaires pris à l’armée française.

  • 11  Même dans des travaux récents, cf. Wolfgang J. Mommsen, Das Ringen um den nationalen Staat. Die Gr (...)

16Telles sont les deux chronologies nationales. Elles regardent toujours l’autre comme absolument étrangère, comme très éloignée11. Mais cette histoire ne devient véritablement intéressante qu’au moment où l’on superpose les deux trames. On discerne alors, en effet, que les deux regards se rapportent tacitement l’un à l’autre, et sont pour ainsi dire soumis à une double évaluation. Pour ne citer que quelques points :

  • 12  Bismarck est visiblement traumatisé par l’insurrection de la Commune comme fait social dans sa por (...)

17Du point de vue français, la République est une victoire sur l’Empire failli ; dans la logique allemande, elle n’est qu’une conséquence de la victoire politico-militaire sur la France. Dans l’optique allemande, la défaite française scelle la fondation du Reich, et ce à Versailles, le foyer de la monarchie absolue et antigermanique. Dix jours plus tard, Paris est livrée aux soldats de la nouvelle Allemagne, qui laisse à la France le temps d’élire son Assemblée nationale et permettent aussi au gouvernement de partir pour Versailles. Le Reich admet avec une neutralité bienveillante que les troupes française vaincues assiègent, sous le commandement de Mac-Mahon, la capitale en avril-mai et écrasent la Commune12.

  • 13  Lothar Gall, Bismarck. Der weiBe Revolutionär, Frankfurt am Main, Ullstein, 1983, p. 511. — Il est (...)

18Si l’on superpose donc les deux historiographies nationales, une chose apparaît clairement : Le nouveau Reich trouve sa confirmation dans la défaite de Napoléon III, et la IIIe République se fonde également sur cette défaite. Bismarck ne soutient pas seulement son existence par l’aide qu’il lui apporte dans le combat contre la guerre civile sociale, mais aussi par sa politique étrangère. Rien n’exprime mieux cette réalité que son conflit avec le comte Harry von Arnim, des services diplomatiques prussiens au Vatican et, depuis l’automne 1871, ambassadeur à Paris. Celui-ci estime naturel de soutenir les monarchistes dans la jeune République française après l’échec de Henri V. Bismarck le lui interdit expressément. Comme Arnim ignore cet ordre, il est muté à Constantinople, puis, sous des conditions humiliantes, mis à la retraite. Le motif de Bismarck est clair : Au niveau de la diplomatie internationale, la République française doit à tout prix être isolée du concert des monarchies européennes. Elle doit servir, dans le monde entier, d’exemple effrayant de la manière dont la « démocratie républicaine » conduit un pays au désastre13.

19La moindre des choses que l’on puisse constater ici, c’est le fait que la constitution du Reich a une forte composante française, et qu’à l’inverse la IIIe République doit littéralement se définir par l’intermédiaire du Reich. Elle porte cependant aussi le poids du traumatisme qu’a constitué l’écrasement de la Commune de Paris. En fait, il s’agit d’une crise lourde de conséquences qui va traverser les deux pays : une crise non seulement du pouvoir, mais aussi de l’univers intellectuel et de l’identité politique.

  • 14  Op. cit., p. 452, 467.

20Commençons par les vainqueurs : ils ne semblent pas du tout apprécier leur situation. Ils invoquent trop fréquemment Dieu et la Providence. Les victoires paraissent incompréhensibles. En Allemagne, on considère avec une incroyable lucidité la véritable crise de cette période historique que l’élite politique vit, par exemple en Angleterre, comme une révolution aux dimensions globales. Pour citer encore une fois Bismarck : « J’ai souvent peur que cette surestimation arrogante de nous-mêmes ne nous vale encore une punition », écrit-il à la fin novembre 1870. « J’éprouve la plus grande angoisse », répète -t-il fin décembre à Versailles ; et il le redira plusieurs fois encore. Heinrich von Sybel exprime à sa manière un sentiment identique quand il s’exclame, juste après la proclamation du Kaiser : « Par quoi a-t-on mérité la grâce que nous fait Dieu en nous permettant de vivre des événements aussi grands et aussi puissants ? » Mais il ajoute : « Et comment vivra-t-on ensuite ? »14La conscience d’une crise ne peut guère se manifester plus nettement.

21Une autre singularité saute aux yeux : Treitschke, Freytag, Bismarck, et même encore Engels ou Marx replacent la guerre dans une lignée directe des relations entre « l’Allemagne » et « la France », telles qu’on peut les observer en remontant jusqu’à François Ier et Charles Quint. Dans l’optique prussienne tout particulièrement, « la France » n’a cessé d’attaquer « l’Allemagne », sans jamais lui laisser de répit ; non seulement Strasbourg, l’Alsace et la Lorraine étaient « allemands », mais l’Allemagne a désormais besoin de détenir des territoires français pour assurer sa propre sécurité. S’il est vraiment impossible de vivre en bon voisinage, il faut au moins apaiser l’agressivité française.

  • 15  Ernst Deuerlein, Die Gründung des Deutschen Reiches 1870-1871 in Augenzeugenberichten, Düsseldorf, (...)

22Immédiatement après la bataille de Sedan et la capitulation de l’empereur français, la guerre est présentée comme un moyen d’unification nationale : dans l’armée, dit-on, les huit batailles victorieuses ont déjà réalisé de fait l’unité allemande ; désormais, une initiative des princes suffirait pour donner corps, formellement, à cette unification. On parle — c’est un archaïsme — d’une unification des tribus (Stämme) allemandes, et le lien avec le Saint Empire paraît évident. On souligne d’autre part, au quartier général, que ce mouvement d’unification nationale ne sera point antimonarchiste, et qu’il n’a pas non plus pour objectif l’anéantissement des Etats allemands. Les hommes politiques parlent souvent, pendant cette période, du « cadre spirituelle de l’armée » (geistige Atmospäre des Heeres). On considère que Versailles est une ville parfaitement adéquate, non seulement comme quartier général, mais aussi comme point de fondation politique. Le ministre d’Etat prussien — sans portefeuille — Martin von Delbrück évoque ainsi les « sentiments patriotiques que les drapeaux de victoire allemands inspirent, sur le lieu d’où l’on a, voici deux cents ans, ordonné la dévastation du Palatinat »15.

  • 16  Op. cit., p. 278 sq.

23Bismarck imagine cependant la question impériale moins dans la tradition du Saint Empire germanique que dans celle d’un césarisme rigoureusement moderne. Il ne s’agit pas d’un empire électoral, mais d’une couronne héréditaire. Le plus important, à ses yeux, c’est que l’initiative vienne des princes et surtout pas des représentants — c’est ce qu’il expliquera, le 27 novembre, à un Louis II de Bavière récalcitrant. Guillaume Ier, pour sa part, considère que son nouveau titre, s’il ne représente pas formellement le rétablissement de la dignité impériale de l’ancien Empire, serait plutôt une déchéance pour la Prusse et pour lui-même16.

24En France, après Sedan et la proclamation de la République, on considère qu’avec la chute du Second Empire, le fauteur de guerre et donc le motif du conflit ont disparu. Devenue une République, la France mènera désormais, dit-on, une guerre défensive contre une armée d’invasion allemande. Pratiquement tous les représentants du monde politique et intellectuel français défendront spontanément ce point de vue — tout comme les hommes politiques étrangers. Face à lui, en Allemagne, on trouve une idée qui se propage elle aussi avec une évidence étonnante, une idée défendue non seulement par Bismarck, mais aussi, et d’une manière apparemment toute spontanée, par des hommes comme Strauss, Ranke, Treitschke, Freytag et bien d’autres : l’idée qu’on ne peut et que l’on ne doit pas faire ici une distinction entre les constitutions en France. Dans cette perspective, la seule réalité est que depuis « toujours », que ce soit sous l’Ancien Régime, sous la Ire République ou sous les Napoléon, l’Allemagne a constamment été victime des agressions françaises.

  • 17  Autre exemple : Jean Jaurès, La Guerre franco-allemande, 1870-1871 (1908), Paris, PUF, 1971.
  • 18  Adrien Dansette, Histoire religieuse de la France contemporaine, Paris, Flammarion, 1965, p. 340 s (...)

25Pour la classe politique et les intellectuels français, la défaite est un traumatisme durable. On l’interprète en premier lieu comme une défaite non pas technique, mais morale ; Ernest Renan, par exemple, publie en 1871 un livre dont le titre vaut programme : La Réforme intellectuelle et morale de la France. Il y regrette la superficialité, la frivolité, l’irresponsabilité et le manque de transcendance dans la politique et la société française17. Dans les couches populaires, la même sensation s’affirme à travers un mouvement de masse proprement religieux où se mêlent l’expiation, les pèlerinages, l’éveil à la foi et les expériences miraculeuses, en si grand nombre d’ailleurs que l’Eglise ne sait presque plus les maîtriser.18

26La France étant désormais une République, l’invasion allemande sus-

27cite immédiatement, sans même qu’on le veuille, des parallèles historiques : on se souvient de la République — celle, révolutionnaire, de 1792 — qui prit les armes pour assurer sa défense. On rappelle que l’élimination de la royauté par la Convention a coïncidé avec le repli de l’armée prussienne, qui quitta Verdun le 21 septembre après la canonnade de Valmy. Quand on parcourt la presse française des mois qui suivirent septembre 1870, on retrouve partout cette analogie. On y rattache certains espoirs et certaines craintes :

28— des projets révolutionnaires d’établissement d’une démocratie directe, tels qu’ils se réalisent d’une manière explosive au sein de la Commune de Paris ; la Terreur est une partie intégrante de ce concept ;

29— des modèles monarchiques de restauration, qui se concentrent rapidement sur le comte de Chambord, exilé en Autriche et qui revendique le titre d’Henri V ; de ce point de vue, la IIIe République et le bonapartisme ne sont plus qu’un souvenir ;

30— la consolidation du suffrage universel qui sera désormais menée par une nouvelle génération de républicains.

  • 19  Henri V ne dira pas : « Paris vaut bien un drapeau tricolore. » Enfant de l’émigration, il vit dan (...)
  • 20  Elles prévoient : le suffrage universel (pour hommes) comme légitimation de tout pouvoir ; la créa (...)

31La Commune de Paris est écrasée par les troupes françaises, avec l’assistance bienveillante de Bismarck. Le comte de Chambord échoue parce qu’il ne parvient pas à passer un compromis avec la société réelle française ni à réinventer et à réanimer sa dynastie19. Les seuls à survivre politiquement, dans ce groupe, sont les orléanistes. Ceux-là, qui n’ont cependant pas de « peuple » derrière eux, pour reprendre les termes de Daniel Halévy, mais représentent plutôt leur propre catégorie sociale, attendent la mort d’Henri, qui n’a pas de descendance. Il décédera en 1883. Entretemps, ils s’arrangent avec cette République d’abord conçue comme une étape provisoire, mais dont il seront au bout du compte partie intégrante. Faute de pouvoir résoudre la question de la monarchie, ils proposent la création d’un sénat modérateur, conservateur, une sorte de Chambre haute. Les nouveaux républicains finissent par l’emporter dans cette guerre de positions, avec les trois lois à portée constitutionnelle des 24-25 février et du 16 juillet 187520. Cette République n’est pas idéologique, mais pragmatique : c’est un compromis qui se consolide au fil des décennies. Elle parvient surtout à occuper définitivement la place symbolique réservée à la nation.

32En Allemagne, au contraire, l’identité nationale est constamment définie négativement, par opposition à la France. Explicitement, le pays ne dispose pas de système représentatif mais demeure une fédération des princes (Fürstenbund). On interprète comme un signe de supériorité la position de pointe que l’on a acquise non seulement militairement, mais aussi dans la science, la recherche et la technologie. Mais la tentative de fondation intérieure du Reich échoue. La monarchie et l’armée demeurent l’élément de base et le « ciment moral » de cette identité nationale. Précisément pour cette raison ce n’est pas la IIIe République mais le Reich allemand qui s’isolera en Europe et finira par se dissoudre dans la Grande Guerre.

33Il suffit peut-être d’observer la manière dont les deux nations abordent les mêmes problèmes pour mieux discerner ce phénomène. Les confrontations avec l’Eglise et le mouvement ouvrier sont révélatrices. En France, la campagne de laïcisation n’est pas menée par simple raison d’Etat. On en fait le noyau de l’identité nationale, de l’école républicaine dans le pays tout entier. Inversement, la République parvient ainsi à s’attacher, tout en les neutralisant, les forces des mouvements socialiste, syndicaliste et même anarchiste, tous favorables à la laïcisation. Fait caractéristique, les problèmes sociaux plus graves n’apparaîtront ici qu’au cours des dix années précédant la Première Guerre mondiale. C’est précisément ce type d’intégration que l’on ne parvient pas à mener à bien dans le Reich. Après dix années de Kulturkampf, il ne reste plus guère à mettre au compte de Bismarck que la loi contre les jésuites, la supervision de l’Ecole par l’Etat, le mariage civil obligatoire et l’enregistrement d’une fonction cléricale (?). L’illégalité des sociaux-démocrates, en 1878-1890, confirme l’évolution. L’exclusion intérieure, la persécution judiciaire de toute une classe sociale, qui ne désire que de s’intégrer dans un « Etat libre » (Gotha, 1875), s’avèrent finalement intenables face à la réalité et au poids de la « question sociale ».

34Le rapport entre l’Etat et la société correspondent à cette situation. En France, la République découvre que la société est par excellence son propre domaine. Dans le Reich, la société est masquée, comme si elle était littéralement indésirable. Non seulement la social-démocratie, mais tout ce qui porte le nom de « social » est passé sous silence, considéré comme indécent. A ce phénomène correspondent également la différence dans la manière dont s’est constituée la discipline de la sociologie et le manque de communication entre les sociologies des deux pays. Là encore, la sociologie d’un Emile Durkheim paraît plus accueillante, a davantage le goût de la lecture, de la citation, de l’interprétation des publications étrangères que la sociologie d’un Max Weber ou même encore d’un Georg Simmel, où l’absence systématique de références explicites se remarque immédiatement.

III

35Il est évident qu’un élément particulier de la constitution négative de l’identité nationale trouve sa source du côté allemand : le fait que la France soit pour ainsi dire condamnée par les vainqueurs à vivre sous la démocratie, la Volksherrschaft, selon l’expression de Bismarck. Dans son calcul politique qu’il sait imposer, le supposé chaos de la république et de sa représentation parlementaire doit apparaître comme typiquement français. Par contraste, la supériorité du système allemand moderne doit se manifester avec d’autant plus d’éclat. Ce qui est en jeu ici, c’est l’assignation irréversible de traits de caractère nationaux à une constitution politique spécifique et bien déterminée historiquement. Ceci est une véritable innovation politique — comme celle de l’Empire — et il en découle toute une série de conséquences.

36La France se voit donc attribuer, pratiquement en guise de punition, la forme de la république. Il est tout de même étonnant que celle-ci non seulement devienne la forme capable d’intégrer presque toutes les familles politiques, mais de mettre même au point pour elles un projet spécifique qui leur permet d’esquisser leurs programmes. Cela n’implique pas seulement la mise en place d’un réseau étroit de clubs républicains au sein duquel on recrute les représentants locaux, régionaux et nationaux de la classe politique, mais aussi un ancrage du républicanisme, qui devient une religion capable d’éviter la guerre civile, jusque dans le village le plus reculé. Ce système s’avère étonnamment durable, malgré la succession de petits scandales et de crises qui agitent la IIIe République.

37C’est désormais l’assignation d’une constitution politique déterminée à l’autre nation qui exerce des effets en retour sur la structure interne de l’Allemagne nouvelle. Il est évident que la représentation prussienne de la Volksherrschaft en France transforme aussi inexorablement en ennemis intérieurs les partisans allemands de la république et de la démocratie.

  • 21  Gall, op. cit., p. 496 sq. et passim.

38Personne n’a plus souffert de ce verdict automatique que les sociaux-démocrates allemands. Leur distinction entre la guerre de défense patriotique et la guerre dynastique offensive était déjà considérée comme une trahison de la patrie — à plus forte raison leur défense de la Commune. Désormais, pour Bismarck la social-démocratie vit « avec nous dans la guerre et se déchaînera avec la même force que les Français, dès qu’elle se sentira assez forte pour le faire »21. A travers une répression politique directe, il abandonne à l’ennemi intérieur du Reich une partie croissante de la société civile. La social-démocratie peut ainsi organiser un mouvement ouvrier allemand qui se distingue par un patriotisme sensible, blessé.

39Max Weber a reproché à Bismarck de ne pas avoir laissé à la bourgeoisie de possibilité d’expression politique. Il paraît que ce manque fait partie des éléments constitutionnels de l’Empire allemand. En 1870, on définit en effet l’unité nationale comme celle des princes, dans une démarcation négative par rapport à toute forme de représentation politique, mais surtout à la Volksherrschqft dont on a fait un épouvantail. Ce concept de la nation cesse ainsi de pouvoir communiquer avec toute autre notion analogue à l’étranger. Il se rattache en vain à la tradition du Saint Empire. Ce que Bismarck cherche précisément à faire apprécier au nouveau Kaiser comme un avantage du Reich à créer, c’est l’élimination de tous les éléments qui auraient pu se développer dans le sens d’une constitution représentative : le fait que l’on ait imposé l’empire dynastique au lieu de l’empire électoral des princes.

40Même si, au xviiie siècle, les peuples européens se sont attribué des caractères nationaux ; si, au cours des guerres napoléoniennes et des guerres de libération, les nations se sont définies négativement les unes par rapport aux autres, il n’en reste pas moins que la double fondation de la République française et de l’Empire allemand a été fatale à celui-ci : il n’a pu résoudre les contradictions qu’il avait lui-même créées, et il a fini par périr par ce qui lui avait donné le jour, c’est-à-dire par la guerre. L’unité nationale ne paraît pas, du reste, être allée en profondeur. En 1918, le front de ceux qui, après la capitulation militaire du Reich, refusent très sérieusement le traité de Versailles et veulent se replier sur la Prusse traditionnelle peut montrer à quel point l’unification intérieure du Reich n’était pas accomplie.

  • 22  Jacob Burckhardt à Friedrich von Preen du 27 septembre 1870 ; Friedrich Nietzsche, Unzeitgemafie B (...)

41Des contemporains particulièrement lucide en nourrissaient le soupçon. Ainsi Jacob Burckhardt note, le 27 septembre 1870 : « Un nouvel élément est présent en politique [...]. On cherche à humilier le vaincu en le plaçant aussi bas que possible pour qu’il ne se croie plus capable, à l’avenir, de faire quelque chose de correct. Il se peut qu’on atteigne cet objectif ; si l’on en sera soi-même meilleur et plus heureux, c’est une autre question. Oh, comme elle se trompera, la pauvre nation allemande, si elle veut, chez elle, déposer le fusil dans le coin et s’adonner aux arts et au bonheur de la paix ! Alors, on s’écriera : surtout continuez les exercices ! Et personne ne pourra plus dire, au bout d’un certain temps, à quoi sert encore la vie. » Trois ans plus tard, Friedrich Nietzsche conclut que la pire conséquence de la guerre contre la France est une erreur générale dans l’opinion publique : que la culture allemande ait aussi vaincu dans le combat militaire — une démence, une erreur qui transforme inévitablement la victoire en défaite : « La défaite, mieux, l’extirpation de l’esprit allemand au profit du "Reich allemand" »22.

Haut de page

Notes

1  Simon-Nicolas-Henri Linguet, Tableau de l’Etat politique actuel du globe, 1778.

2  Jean Roels, Le concept de représentation politique au xviiie siècle français, Louvain, Nauwe-laerts, 1969. — Pour les relations avec le droit ecclésiastique, cf. A. Darquennes, De Juridische Structuur van de Kerk volgens Sint Thomas van Aquino, Louvain, Universiteitsbibliotheek Leuven, 1949.

3  Cf. la définition de ce qui est considéré comme nationalité française dans la Constitution de 1793, Acte constitutionnel, art. 4 : « De l’état des citoyens ».

4  Albert Mathiez, La Révolution et l’Eglise. Etudes critiques et documentaires, Paris, Armand Colin, 1910, p. 91 sq. et passim.

5  Michael Erbe, Ein Nachhall der Französischen Révolution ? Zur Verfassungsdiskussion in Frankreich zwischen 1814 und 1830, dans : Gudrun Gersmann, et Hubertus Kohle (éd.), Frankreich 1815-1830, Stuttgart, Steiner, 1993, p. 61-71.

6  Hagen Schulze, Gibt es überhaupt eine deutsche Geschichte ?, Berlin, Siedler, 1989.

7  Otto W. Johnston, Der deutsche Nationalmythos. Ursprung eines politischen Programms, Stuttgart, J. B. Metzler, 1990, p. 201-208.

8 Op. cit.

9  Michael Jeismann, Das Vaterland der Feinde. Studien zum nationalen Feindbegriff und Selbstver-ständnis in Deutschland und Frankreich 1792-1918, Stuttgart, Klett-Cotta, 1992.

10  Jean-Marie Mayeur, Les débuts de la IIIe République, 1871-1898, Paris, Seuil, 1973 ; Id., La vie politique sous la IIIe République, 1870-1940, Paris, Seuil, 1984 ; Maurice Agulhon, Histoire vagabonde, t. I, Paris, Gallimard, 1988, p. 283-318.

11  Même dans des travaux récents, cf. Wolfgang J. Mommsen, Das Ringen um den nationalen Staat. Die Gründung und der Ausbau des Deutschen Reiches unter Otto von Bismarck 1850 bis 1890, Berlin, Propyläen, 1993. On a l’impression que l’étranger, et tout particulièrement la France, ne jouent pratiquement aucun rôle pour la constitution de l’Empire de 1870-1871. Inversement, la fondation de la IIIe République sous la protection de Bismarck n’est pas thématisée.

12  Bismarck est visiblement traumatisé par l’insurrection de la Commune comme fait social dans sa portée européenne. Il imagine une communauté solidaire des Etats, surtout des monarchies du continent.

13  Lothar Gall, Bismarck. Der weiBe Revolutionär, Frankfurt am Main, Ullstein, 1983, p. 511. — Il est évident que cette intervention politique du chancelier mine la solidarité traditionnelle de l’internationale de la noblesse européenne.

14  Op. cit., p. 452, 467.

15  Ernst Deuerlein, Die Gründung des Deutschen Reiches 1870-1871 in Augenzeugenberichten, Düsseldorf, Karl Rauch, 1970, p. 133. — Cette documentation vaut une traduction française.

16  Op. cit., p. 278 sq.

17  Autre exemple : Jean Jaurès, La Guerre franco-allemande, 1870-1871 (1908), Paris, PUF, 1971.

18  Adrien Dansette, Histoire religieuse de la France contemporaine, Paris, Flammarion, 1965, p. 340 sq.

19  Henri V ne dira pas : « Paris vaut bien un drapeau tricolore. » Enfant de l’émigration, il vit dans le monde chimérique d’une France des mythes et des légendes. Le fait que le catholicisme se place dans ce camp détermine, malgré son enracinement dans la France rurale, son affaiblissement politique.

20  Elles prévoient : le suffrage universel (pour hommes) comme légitimation de tout pouvoir ; la création de deux chambres, l’Assemblée et le Sénat ; l’institution du président élu par l’Assemblée nationale, président qui forme pour sa part le gouvernement et peut dissoudre l’Assemblée ; la responsabilité des ministres devant l’Assemblée. Il n’y a pas de loi fondamentale, pas de déclaration des Droits de l’homme. A partir de ces trois lois, on résoudra positivement toutes les questions qui se poseront.

21  Gall, op. cit., p. 496 sq. et passim.

22  Jacob Burckhardt à Friedrich von Preen du 27 septembre 1870 ; Friedrich Nietzsche, Unzeitgemafie Betrachtungen, Deuerlein, op. cit., p. 144 sq. et 344 sq.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fred E. Schrader, « La double fondation de la IIIe République et de l’Empire allemand, 1870-1871 », Revue germanique internationale, 4 | 1995, 223-234.

Référence électronique

Fred E. Schrader, « La double fondation de la IIIe République et de l’Empire allemand, 1870-1871 », Revue germanique internationale [En ligne], 4 | 1995, mis en ligne le 06 juillet 2011, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://rgi.revues.org/532 ; DOI : 10.4000/rgi.532

Haut de page

Auteur

Fred E. Schrader

Historien, professeur à l’Université de Paris VIII

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org