Navigation – Plan du site
Identités et imbrications

L’inimitié des nations. Contribution à une théorie de l’identité politique

Michael Jeismann
Traduction de Olivier Mannoni
p. 235-245

Résumés

L’article tente à partir du phénomène de l’hostilité nationale de fournir les éléments d’une théorie de la constitution des identités politiques. D’où vient le potentiel d’aggressivité propre aux nations ? Telle est la première question centrale, la seconde concernant les raisons de la constitution d’une identité nationale. Deux thèses, synthétisant les recherches récentes, seront développées.
Selon la première l’hostilité entre les nations est constitutive de l’idée même de nation. La nation ne se définit qu’en se démarquant et en se distinguant. L’ennemi est la projection nécessaire de tout ce que la nation ne doit pas être. Un modèle dualiste s’impose, dont la structure n’est pas liée à une unité politique particulière. A partir de là, on peut aussi déterminer la continuité d’un « nouveau » et d’un « ancien » nationalisme.
La seconde thèse se rapporte à l’aptitude particulière du nationalisme à adopter diverses traditions et idéologies et à fixer ainsi les processus d’identité depuis l’individu jusqu’à l’Etat. Il y va en particulier d’une composante émotionnelle et affective du nationalisme.

Haut de page

Texte intégral

I

1Les espoirs du bref printemps des peuples des années 1989 et 1990 ont peu à peu cédé la place à un processus mondial de fermentation qui, sur les germes d’inimitiés anciennes, semble produire constamment de nouveaux antagonismes : entre cultures ou « civilisations », entre religions, entre segments sociaux. Et contrairement à ce qui se passait au temps du système politique des blocs, il ne s’agit pas d’inimitiés réglementées, mais d’inimitiés sans règles. Ce type d’hostilités existait certes déjà dans le système d’ordre politique de l’après-guerre ; il s’agissait cependant avant tout de conflits de deuxième et troisième ordre, de conflits par délégation. Le trait caractéristique le plus marquant de ces inimités, du point de vue européen comme du point de vue américain, était leur distance. Les guerres étaient certes des sources de bouleversements, elles pouvaient susciter des mouvements de protestation politique, mais elles demeuraient lointaines. Ce n’est plus le cas aujourd’hui. Les zones où s’exprime cette inimitié se sont rapprochées. Et il est difficile de déterminer le rôle joué par les nationalismes traditionnels dans ce processus d’aggravation des antagonismes.

2Un potentiel d’agression nationaliste pourrait-il se reconstituer, et si oui, dans quelles conditions ? On est mal armé, sur le plan théorique, pour répondre à cette question. Bien sûr, il existe des tentatives d’explication historiques. On peut schématiquement les répartir en deux catégories. Le premier modèle d’explication, qui s’attache avant tout à la politique extérieure, considère les agressions nationales comme un élément supplémentaire dans la concurrence que les Etats européens se livrent en permanence — un élément que l’on a cessé de pouvoir maîtriser quand il est devenu un phénomène de masse. Une donnée nouvelle, sans doute, mais dont l’effet et l’impact sont demeurés liés au contexte des intérêts et des conflits à long terme en politique extérieure. Les agressions nationales et les « images de l’ennemi » (Feindbilder) constituaient donc un défi à l’art diplomatique dans la mesure où les Etats puissants devaient les intégrer à leurs calculs.

  • 1  On trouvera un bon aperçu des ouvrages relativement anciens sur ce sujet dans les diverses discipl (...)

3L’autre explication relève de la politique intérieure. Elle est connue sous le nom d’« intégration négative ». Selon cette interprétation, les hostilités nationales étaient attisées et utilisées par les élites gouvernantes afin de garantir leur propre pouvoir. L’ennemi extérieur était une sorte de paratonnerre qui permettait de dévier, au sein de chaque pays, les revendications ou conflits politiques et sociaux gênants. On devra cependant se demander pourquoi les masses étaient à tel point disposées à se laisser manipuler ainsi. La recherche historique sur la propagande, mais aussi les propagandistes eux-mêmes savaient en tout cas que l’endoctrinement est uniquement capable de renforcer et d’aviver des jugements de valeur et des conceptions préétablis et déjà acceptés, mais qu’il n’a pas la possibilité de les engendrer lui-même. Seul peut être convaincu celui qui veut l’être au bout du compte. Si un peuple n’est pas disposé à faire siennes de telles idées, aucune propagande ne peut parvenir à ses fins. Une vaste zone d’ombre s’ouvre ainsi dans le concept de « l’intégration négative », parce que l’idée que les contemporains se font d’eux-mêmes n’est perçue que sous des aspects politico-fonctionnels1.

4Les deux approches explicatives illustrent la manière dont le nationalisme est instrumentalisé au profit de la technique du pouvoir ; elles ne cherchent pas, ce faisant, la cause des agressions nationales. Cette lacune est aussi due au fait qu’en règle générale, on utilise un schéma d’évolution qui mène d’un nationalisme révolutionnaire ou libéral à un nationalisme au bout du compte intégral et agressif. Mais parvenu à ce point, on doit s’arrêter et s’interroger. Comment le premier mouvement national allemand, au temps des Guerres de libération, avait-il pu esquisser l’image d’une nation allemande spécifique, si ce n’est à partir de l’inimitié vouée à Napoléon, à la nation française et aux Français en général ? L’attitude d’Arndt, qui « bouffait du Français », n’était pas un dérapage, comme l’estimait encore Treitschke. Il était au contraire nécessaire et constitutif. Mais cela ne vaut pas pour la seule Allemagne : ce n’est pas un hasard si la revendication de souveraineté du peuple-nation révolutionnaire français de 1792 fut exprimée au moment même où l’on déclarait la guerre à l’Autriche.

  • 2  B. Anderson, Die Erfindung der Nation. Zur Karriere eines erfolgreichen Konzepts, Francfort-sur-le (...)
  • 3  Voir à ce propos M. Jeismann, Das Vaterland der Feinde. Studien zum nationalen Feindbegriff und Se (...)

5La recherche récente sur le nationalisme souligne à juste titre que la « nation » était un projet, un artefact qui reposait sur la volonté de détenir quelque chose ensemble, d’avoir des points communs : c’est ce qui a permis ce mouvement emphatique où les peuples découvrirent qu’ils formaient une nation, en constatant qu’ils avaient une histoire, une langue et une culture nationales communes2. Mais c’est aussi ce qui explique pourquoi il leur a fallu se démarquer des autres. Ce n’est donc pas retomber dans une histoire idéaliste des idées que d’affirmer que la « nation » repose d’abord sur une conception fondamentale du « national » à laquelle la totalité des instrumentalisations ultérieures sont demeurées attachées. Cette conception de la nation s’est développée dans un va-et-vient entre deux pôles : la conscience nationale d’une part, la notion et l’image de l’ennemi de l’autre3. Pour analyser ce rapport interactif, on ne peut pas plus se contenter du concept de nationalisme que d’une simple interprétation du « national » à l’aune des intérêts politiques et socio-économiques.

  • 4  Littéralement : l’art de l’Etat. Synonyme de diplomatie. (N.d.T.)
  • 5  Cf. à ce propos : M. Jeismann (éd.), Obsessionen. Beherrschende Gedanken im wissenschaftli-chen Ze (...)

6Même si nous ne pouvons entrer dans les détails des conceptions nationales réciproques, il faut tout de même au moins nous poser une question : comment ces démarcations nationales pouvaient-elles avoir une telle intensité, pourquoi le fait de discerner une différence chez l’autre entraînait-il toujours une inimitié fondamentale et pratiquement ineffaçable ? Il faut chercher les causes de ce phénomène dans une forme particulière de conscience de soi dont les caractéristiques se retrouvent dans la plupart des nations européennes, même si elles s’expriment de différentes manières. Cette conscience de soi découlait de la représentation du « peuple élu » : chaque nation croyait qu’étaient incarnées en elle des valeurs « humanistes » suprêmes qu’elle devait protéger. Que cette mission nationale ait été expansionniste et universaliste, comme en France, ou chrétienne, morale, et par surcroît réflexive comme en Allemagne et dans quelques autres nations d’Europe centrale, a sans doute eu des effets jusque dans les dispositions relevant de la politique de l’Etat-nation ; mais cela ne changea rien aux analogies des « vocations » nationales. Lorsque les intérêts de la nation étaient identifiés à l’« humanité », lorsque, donc, des aspirations inconciliables entraient en conflit, la frontière entre l’opposition politique, d’une part, et l’inimitié existentielle, de l’autre, était vite franchie. Au-delà de cette frontière, la diplomatie et le Staatskunst4 traditionnel ne remplissaient plus leur rôle : le calcul des intérêts n’entrait plus en jeu lui non plus. Paradoxalement, cet état de fait s’annonce justement dans le discours des « intérêts nationaux », souvent invoqués au xixe et au début du xxe siècle, intérêts dont la concurrence n’a pas été déclenchée par des calculs politiques linéaires, mais par une spirale de revendications chargées d’éléments hautement émotionnels. La paix difficile conclue après la guerre franco-allemande de 1870-1871 en offre un exemple, tout comme le déclenchement de la Première Guerre mondiale. Le présupposé fondamental du « vieux » nationalisme peut, aujourd’hui encore, être considéré comme un indicateur lorsque l’on cherche à identifier de « nouveaux » nationalismes. Quand on ne relève ni la conscience d’une mission à remplir, ni la certitude d’être un peuple élu, il est vraisemblable que l’on se trompe en utilisant la catégorie du nationalisme. On voit aussi plus clairement ce qu’était et ce que peut être l’unité d’action de la nation, qu’elle soit souhaitée ou réelle : elle est pratiquement le point d’ancrage qui offre à des idéologies extrêmement diverses le sol apparemment ferme d’une communauté. La définition de cette communauté peut être de nature politique, religieuse, culturelle ou encore biologique. Le nationalisme vit ainsi d’une relation symbiotique dans laquelle le « national », en tant que fondement, représente la valeur de la collectivité, et se caractérise par des qualités relativement immuables respectant des modèles de base dualistes, antinomiques, et qu’il fallait ensuite doter de teintes spécifiques. La relation établie entre ce fondement qui, sous la forme de l’Etat-nation, xixe et xxe siècle, était plus porteur et plus résistant qu’aucune autre unité d’action, d’une part, et les conceptions spécifiques (de nature politique ou autre), d’autre part, engendra ces catégories de loyauté et d’identification, difficilement dissociables les unes des autres. Ce sont ces catégories, prises dans leur ensemble, qui constituaient le nationalisme. Chacune de ces strates, aurait difficilement pu développer à elle seule une telle force d’association. Le fait que même après qu’on ait dissocié les contenus spécifiques de ces catégories, le « national » soit capable d’emmagasiner les énergies émotionnelles et politiques telles des espèces de réserves dormantes, montre l’importance du « national » dans son rôle de fondement commun. Mais pour que le nationalisme apparaisse réellement, il faut que la liaison décrite plus haut soit activée. La classification politique ne peut donc appréhender qu’une partie du phénomène, parce qu’elle prend pour le tout un simple élément de ce processus de constitution stratifié5. Elle passe ainsi à côté de la partie essentielle de ce qui faisait l’attrait du nationalisme.

II

7On peut reconstituer clairement ce processus en étudiant le cas de la relation entre la nation et la religion. Le lien entre le nationalisme et la religion n’est pas seulement évident : il est également à la fois difficile à appréhender et contradictoire ; les conflits dans l’ex-Yougoslavie ne le montrent que trop bien. Quand on désigne ce lien par le concept de « religion politique », on pense d’abord à une sorte d’esthétique politique. Les mythes, les symboles, les métaphores, la « liturgie du national » apparaissent sous la forme d’un patrimoine transféré du monde religieux dans le monde politique. Mais ce transfert est hermétique, parce qu’à son terme il n’est plus possible de déterminer sans équivoque le destinataire et l’envoyeur. Il désigne d’abord des emprunts formels dont la possibilité et l’efficience tiennent uniquement au fait qu’ils correspondent à une symbiose flottante entre la nation et la religion. L’autel de l’Eglise et l’« autel de la patrie » ne sont pas simplement dressés l’un à côté de l’autre : ils sont interchangeables. Les religions peuvent être pratiquement « nationalisées », et les nations pourvues d’augures religieux. On tient ici une cause de la gigantesque force affective qui permet à la nation de provoquer l’attachement, une origine des éléments irrationnels, des témoignages de foi nationale ou de « mission » nationale. Du reste, cette force émotionnelle et politique dont l’explication est restée, jusqu’à ce jour, un défi pour la recherche sur le nationalisme, ne se comprend pas tout naturellement, comme s’il s’agissait d’une sorte de dot de la religion. Comment ce va-et-vient lourd de conséquences entre « l’amour de Dieu » et « l’amour de la patrie » a-t-il seulement été possible ? Telle est la question que le concept de « religion politique », loin d’y répondre, ne fait que poser. En bref, il aide à sortir d’une perplexité à laquelle il vaudrait mieux se confronter.

  • 6  G. Kaiser, Pietismus und Patriotismus im literarischen Deutschland. Ein Beitrag zur Säkularisation (...)

8Depuis les travaux de Gerhard Kaiser et Hasko Zimmer6, on sait que les motifs transposés de la religion vers la nation sont des thèmes (que l’on peut déterminer avec précision) de l’interprétation du monde et des rituels de l’harmonie collective dans la foi. Il a fallu ce transfert pour que la nation devienne le sujet d’une histoire sainte que l’on devait fonder d’un point de vue non seulement historique et immanent, mais aussi religieux et transcendant.

  • 7  C. Cruise O’Brian, God Land, Londres, 1989.

9L’un des thèmes majeurs de cette histoire sainte était celui du « peuple élu » ; Connor Cruise O’Brien en a retracé l’historique dans un essai brillant, mais dont on n’a guère tenu compte jusqu’ici dans la recherche historique allemande7.

10Au début de son essai, O’Brien opère une distinction qui lui permet de suivre le lien du nationalisme et de la religion pendant une longue période, depuis l’Ancien Testament jusqu’au « National Prayer Breakfast » aux Etats-Unis. En tant que doctrine ou idéologie, le phénomène du nationalisme semble ne plus jouer un rôle important à la fin du xxe siècle, où que ce soit dans le monde. Il existe en revanche un deuxième type de nationalisme, que l’on peut désigner, sans beaucoup de précision, comme un nationalisme émotionnel ; celui-là, dit O’Brien, constitue un phénomène très ancien et toujours très actif.

  • 8  A. Borst, Der Turmbau zu Babel. Meinungen über Ursprung und Vielfalt der Völker, 4 vol., Stuttgart (...)

11Une telle construction intellectuelle n’est certainement pas très heureuse et appelle littéralement les objections ; mais au fil de l’essai, on comprend que par les termes de « nationalisme émotionnel », O’Brien ne désigne rien d’autre que le besoin qu’ont les peuples de se démarquer les uns par rapport aux autres et de pouvoir se sentir supérieurs — et sur ce point, la conception de « peuple élu » et de « Terre sainte » jouait un rôle central. Cet essai constitue ainsi un pendant à l’œuvre monumentale d’Arno Borst Der Turmbau zu Babel, dans laquelle celui-ci étudie les « opinions sur l’origine et la multiplicité des peuples »8.

12La question centrale, dans l’essai de O’Brien est la suivante : comment les actions singulières d’ordre laïque et politique, acquièrent-elles une qualité religieuse ? Depuis la religion juive jusqu’à la philosophie naturelle de Rousseau et la fonction exercée par le marxisme dans les mouvements nationaux de ce que l’on appelle le Tiers Monde, en passant par le christianisme précoce, (la religion chrétienne comme religion d’Etat romaine), cette question ouvre une perspective sur les situations mêlées et des superpositions. Du point de vue de l’idéal-type, on peut distinguer trois catégories d’imbrication entre la nation et la religion.

131 / La conception d’abord religieuse du « peuple élu », qui ne doit pas seulement à Dieu humilité et soumission, mais peut aussi être puni par celui-ci, ou même être abandonné au profit d’un autre peuple. Un code religieux rigoureux, une loi située au-dessus du « peuple élu » limite la tentation du despotisme et de l’autoritarisme à l’égard d’autres peuples. Cela n’exclut pas la fierté « nationale », mais cela la contient d’une certaine manière. La représentation religieuse élève un peuple en même temps qu’elle le discipline.

142 / Dans la deuxième variante, le statut de peuple élu est attribué à long terme. La « sainte nation », puisque c’est ainsi que l’on peut désigner cette catégorie, se trouve sans doute toujours, dans la conception qu’elle a d’elle-même, placée sous la volonté et la loi de Dieu. Le privilège durable accordé à cette « sainte nation » peut bien sûr mener, selon O’Brien, à ce que ses membres se sentent appelés à régner sur d’autres peuples. Ils se sentent encore soumis à Dieu, mais sur Terre la « sainte nation » a le droit, et même le devoir, de soumettre à son tour.

153 / La « nation divinisée » ne connaît aucune espèce de loi, aucune instance au-dessus d’elle-même. C’est elle, ses intérêts et ses besoins propres, qui constituent la loi légitimant son action. Dans la mesure où elle transforme la nation en idole, elle nie le droit d’autres nations à l’existence.

16Sur quel présupposé était fondé le passage de la religion à la nation (un passage qui peut s’opérer par glissement) ? Le christianisme précoce avait « extraterritorialisé » la notion de « Terre promise » en révoquant l’Ancien testament ; le Royaume de Dieu n’était pas de ce Monde. On avait ainsi, commencé par éliminer le terreau qui permettait l’idolâtrie des actions politiques. Mais l’élévation de la foi chrétienne au statut de religion d’Etat, sous Constantin et Theodose, constitua une rupture avec la tradition des premiers temps du christianisme. Elle eut de lourdes conséquences. Désormais, non seulement l’Etat et la religion étaient liés l’un à l’autre, mais l’empereur et le roi pouvaient se placer entre Dieu et les croyants, en revendiquant le droit d’exercer, à titre de vicaires, le pouvoir de Dieu sur la Terre. Mais dès lors que le gouvernant laïc était sanctifié dans sa fonction, les moyens permettant de garantir l’exercice de son pouvoir de gouvernement étaient eux aussi pour ainsi dire sanctionnés par l’instance divine. La sécularisation du martyre chrétien pendant les Croisades se situait exactement sur cette ligne d’identification du politique et du religieux. Avec la naissance du système moderne des Etats européens, on créait en outre les conditions d’une concurrence entre des ambitions analogues, qui se référaient toutes au christianisme. Les ennemis « nationaux » étaient alors aussi les « ennemis de Dieu ».

  • 9  H. Gollwitzer, « Für welchen Weltgedanken kämpfen wir ? Bemerkungen zur Dialektik zwischen Identit (...)

17Quand, avec les Révolutions américaine et française, le « peuple » prit la place du roi, des éléments religieux entrèrent eux aussi dans la conception de la « souveraineté populaire ». Il s’agissait avant tout de thèmes relevant de l’utopie sociale, ceux de l’égalité et du bonheur pour tous, qui apportèrent à la nation un surcroît considérable de légitimité. Ce sont aussi ces éléments qui contribuèrent de manière décisive à l’attrait exercé par le « national ». Dans le national, les barrières sociales étaient virtuellement supprimées, car ce n’était pas l’appartenance à une classe, mais l’appartenance nationale qui devait constituer le caractère essentiel de l’identité. Quelle que soit la similitude avec laquelle cette structure de base traverse toutes les conceptions nationales modernes, les conséquences politiques en furent très diverses dans le détail, comme peut le montrer une comparaison entre les Révolutions française et américaine. Dans le cas de l’Allemagne, comme l’a fort bien démontré Heinz Gollwitzer dans son essai sur la dialectique entre les idéologies de l’identité et les idéologies de l’expansion dans l’histoire allemande, la réalité est que l’idée de mission nationale, qui avait encore animé les révolutionnaires français, ne pouvait être reprise9. Le premier mouvement national allemand, en se démarquant de la France napoléonienne, avait en effet élevé l’élément national particulier, das Deutsche, « l’allemand », au rang de qualité spécifique. On revendiquait certes pour cette qualité une validité universelle, une possibilité de s’appliquer à toute l’humanité, mais elle enveloppait tout de même une tendance à l’expansion, puisque seul l’Allemand pouvait être deutsch. A cela s’ajouta le fait qu’en Allemagne, on n’abandonna pas du tout, au cours du xixe siècle, le lien entre la légitimation dynastique et la légitimation religieuse ou cléricale. Cela provoqua, sans doute, une identification politique lourde de conséquences (notamment de l’Eglise protestante) avec « le roi et la patrie », mais ces formules traditionnelle de la légitimité du pouvoir purent aussi sinon empêcher, du moins affaiblir l’avènement d’une nation qui se donnait à elle-même le rang de loi. Toutes les tentatives menées du côté allemand à l’ère de l’impérialisme pour ouvrir une brèche dans cette réflexivité allaient échouer, tant dans l’idéologie que dans la propagande. Il fallut attendre l’aide des constructions artificielles de la biologie raciale pour que ce frein à l’expansion soit totalement levé.

18L’enchevêtrement de la nation et de la religion, le remplacement de l’une par l’autre, impliquaient aussi un transfert de fonctions considérable : la nation devint une instance de création de sens, non plus seulement collective, mais aussi individuelle ; elle permettait désormais l’interprétation du monde tout autant que la stabilisation du sujet. La condition en était une « culture » du nationalisme affirmée, qui pénétrait en profondeur dans la vie quotidienne.

III

19Comment pouvait-on éprouver ces traits communs nationaux qui échappaient à la contemplation immédiate ? Comment se développaient les liens et les identifications affectifs ? Que la nation, au xixe siècle, ait accédé au statut d’identité politique primaire, n’avait en fin de compte rien d’évident. Il existait des liens traditionnels puissants, de nature locale ou régionale ; l’Eglise et le monde religieux demeurèrent des autorités incontestées. Par opposition, le socialisme offrit lui aussi, dans la seconde moitié du siècle, des possibilités d’identification passant par une idéologie pour ainsi dire globale, qui agissait autant sur le mode collectif que sur le mode individuel. On pourrait en dire autant du libéralisme ou de l’antisémitisme. Chacune de ces identifications idéologiques et politiques pouvait se référer à la « scientificité », mais aucune, jusqu’à la Première Guerre mondiale, ne put échapper au « national », qui n’a jamais disposé d’une théorie faisant autorité. Comment peut-on expliquer cette supériorité de la « nation » ? Quelle promesse était tellement séduisante, tellement proche, qu’elle fît pâlir toutes les autres ?

20La grande promesse du nationalisme était : l’égalité dans l’unité. Tandis que la plupart des programmes idéologiques et politiques considéraient l’unité ou « l’harmonie » comme un simple moyen, ou n’accordaient globalement que peu d’attention à cette question, le nationalisme fit de l’unité une fin en soi. L’égalité dans l’unité n’appelait pas de réformes ni de bouleversements sociaux ou politiques ; leur seule condition indispensable résidait dans la croyance que chaque membre d’une nation, indépendamment de son statut social, en tant qu’Allemand, Français, Italien ou Espagnol, était en droit de se sentir égal à ses semblables (précisément dans cette qualité). Toutes deux, l’unité et l’égalité, reposaient ainsi avant tout sur les mêmes sentiments « nationaux ». Il faut rappeler dans ce contexte que même l’idée de « citoyen » n’incluait pas seulement la participation politique, mais aussi l’identification émotionnelle. La revalorisation de l’état de soldat, qui s’opéra au xixe siècle dans toutes les nations européennes, en est un bon indice. Si l’Etat moderne pré-national reposait précisément sur la séparation entre les idéologies et les croyances individuelles ou spécifiques à un groupe d’une part, et la politique d’autre part, cette dichotomie disparaissait en revanche dans l’idée de la « nation ».

21Cette unité était aussi la manière la plus rapide de mener une démocratisation, que l’on pouvait très largement mettre en œuvre indépendamment du système politico-social existant. Bien entendu, cette unité et cette égalité étaient des formes admettant des contenus politiques très différents : missionnaires et humanistes pendant la Révolution française, religieux et réflexifs dans l’Allemagne des guerres de libération ou en Pologne, impérialistes pendant le dernier tiers du xixe siècle. Les conceptions de la biologie raciale, elles aussi, purent prendre l’unité nationale comme point de départ. L’ouverture politique de l’unité nationale explique sa faculté d’adopter des idéologies très différentes, faculté que nous avons déjà soulignée plus haut. Un autre élément s’y ajouta alors : plus que toute autre idéologie politique, le nationalisme était capable d’assumer une tradition.

22Il était capable d’assumer une tradition et dépassait même en cela le conservatisme, car il s’entendait fort bien à dynamiser les traditions et, dans cette mesure, ne courait pas le risque d’être accusé de réaction. Cette faculté d’absorption, de dynamisation et de transformation allait aussi apparaître de manière particulièrement durable dans le domaine de l’administration de l’Etat, mais surtout dans le domaine culturel. Quelques exemples pourront illustrer cette idée.

23Ainsi, le « national » s’est glissé dans les formes traditionnelles de la sociabilité et dans les anciennes cultures de la fête. Les chorales patriotiques, la célébration des commémorations historiques, l’édification de monuments à la mémoire des « grands hommes » ou des morts au champ d’honneur, faisaient en général appel à des mécanismes de socialisation assez anciens, et en particulier à des éléments de la religiosité populaire. La référence à la nation recentrait peu à peu la communication sociale et la transformait discrètement.

24La même idée s’applique à la constitution de l’Etat ; pour les particularismes et les dynasties en Allemagne, les régionalisme » dans beaucoup d’autres pays européens, l’Etat-nation n’était pas forcément un partenaire menaçant. Ils pouvaient au contraire avoir les uns envers les autres un comportement additif, symbiotique, ou vivre dans une sorte de hiérarchie des exigences identitaires.

  • 10  Voir à ce propos : G. Noiriel, La tyrannie du National, Paris, 1991.
  • 11  A. Sfeir-Semmler, Die Maler am Panser Salon. 1791-1880, Francfort-sur-le-Main, 1992.

25Le processus de transformation nationale a reçu une nouvelle impulsion décisive dans la seconde moitié du xixe siècle. Avec l’école et l’armée, l’Etat-nation disposait de deux instruments situés à des charnières importantes de la définition sociale, et pouvait ainsi faire largement accepter certaines dispositions nationales fondamentales. Cela dit, l’Etat n’était pas la seule instance, ni même, peut-être, la plus importante, de la « nationalisation des masses »10. Les masses se « nationalisèrent » elles-mêmes en acceptant et en publiant des textes s’appuyant, quelles que soient les différences d’opinions politiques, sur un ensemble fondamental de représentations nationales de soi-même. Le marché de l’art et de la culture contribua à renforcer ce genre de dispositions. Ainsi, un nombre non négligeable de musées régionaux actuels en Allemagne doivent leur existence aux efforts accomplis par les Etats particuliers pour garantir leur place originelle dans la nation. En France, on trouvait le fameux « Salon », c’est-à-dire l’exposition des arts figuratifs du pays, issue d’une manifestation encouragée par le mécénat royal, en association avec l’Académie. Le système bien rodé des décorations accordées aux artistes, l’attention particulière que l’Etat-nation français prêta au Salon sous tous les régimes, depuis la Révolution jusqu’à la IIIe République, et pour finir le fait que l’on ait explicitement invité les artistes à rendre hommage à l’histoire et au génie de la France : tout cela montre l’importance que l’Etat-nation accordait à sa représentation culturelle. Dans les faits, aucun domaine de l’art et de la science ne demeura exclu du centrage sur la nation, au contraire : tout une série de sciences modernes — comme la germanistique ou l’économie populaire — ont vu le jour exclusivement parce qu’elles se référaient à la nation11.

26Au cours des dernières décennies, le sport a pris une importance singulière dans la propagation de l’idée nationale. Les grands événements internationaux (comme les Jeux olympiques, qui remplaçaient le combat guerrier par la compétition sportive entre les nations), contribuèrent tout particulièrement à l’identification nationale. Selon les chefs militaires, ils favorisaient l’endurance, la force nerveuse et les vertus guerrières. Il y avait enfin une foison d’objets de la culture nationale usuelle : jouets pour enfants, jeux de cartes, corbeilles à pain ornées des portraits de Bismarck ou de Hindenburg, et bien d’autres objets courants —jusqu’aux bagues des cigares !

  • 12  Quelques ouvrages innovateurs à ce propos, et où l’on trouvera la bibliographie essentielle : F. G (...)

27En Europe comme aux Etats-Unis, la recherche historique sur ces phénomènes se trouve à un niveau d’évolution inégal ; à quelques exceptions près, comme le recueil de Nora Les lieux de mémoires, elle se limite à un recensement positiviste. Compte tenu de la naissance d’un « nouveau » nationalisme, et si l’on considère la manière dont on reprend aujourd’hui les idées nationalistes en dehors de l’Europe, il serait souhaitable d’aboutir à une théorie des mécanismes d’identité et d’intégration nationales, semblable à celle que le sociologue Eugen Lemberg avait déjà tenté de mettre au point. Il faudrait en outre observer dans le détail et au ralenti, si je puis m’exprimer ainsi, la faculté caméléonesque de transformation qui est celle du nationalisme. Cela permettrait non seulement d’avoir un aperçu sur les mécanismes de l’identité politique, mais aussi d’obtenir des énoncés sur les constances indispensables à la détermination du nationalisme — pour autant que ce terme ne dégénère pas lui-même en une étiquette globalisante et passe-partout. En travaillant sur une théorie des mécanismes identitaires, enfin, on pourrait tenter de déterminer si le nationalisme ne peut pas, d’une certaine manière, passer d’une unité d’action politique donnée à l’unité immédiatement supérieure. Une Europe unifiée reprendra-t-elle à son compte ces motifs nationalistes qui ont marqué auparavant le rapport des diverses nations européennes les uns avec les autres ? La chose, en tout cas, ne paraît pas exclue, et elle est peut-être plus vraisemblable que la supposition selon laquelle les diverses nations reprendraient, dans la perception politique collective, le rang qu’elles occupaient aux xixe et xxe siècles. Ce qui paraît certain, en revanche, c’est que la recherche sur le nationalisme doit repartir sur une nouvelle base12 ; la question de « l’ancien » nationalisme ne perdra pas, en tout cas, de sa signification et de son actualité fondamentales, même si le « nouveau » nationalisme devait porter depuis longtemps un autre nom.

Haut de page

Notes

1  On trouvera un bon aperçu des ouvrages relativement anciens sur ce sujet dans les diverses disciplines in H. A. Winkler (éd.), Nationalismus, Königstein/Ts. 1985 (2e éd.), et O. Dann (éd.), Nationalismus und sozialer Wandel, Hambourg ? 1978.

2  B. Anderson, Die Erfindung der Nation. Zur Karriere eines erfolgreichen Konzepts, Francfort-sur-le-Main, 1993 (version anglaise 1983).

3  Voir à ce propos M. Jeismann, Das Vaterland der Feinde. Studien zum nationalen Feindbegriff und Selbstverständnis in Deutschland und Frankreich 1792-1918, Stuttgart, 1992.

4  Littéralement : l’art de l’Etat. Synonyme de diplomatie. (N.d.T.)

5  Cf. à ce propos : M. Jeismann (éd.), Obsessionen. Beherrschende Gedanken im wissenschaftli-chen Zeitalter, Francfort-sur-le-Main, 1995.

6  G. Kaiser, Pietismus und Patriotismus im literarischen Deutschland. Ein Beitrag zur Säkularisation, Wiesbaden, 1961 ; H. Zimmer, Auf dem Altar des Vaterlandes. Religion und Patriotismus in der deutschen Kriegslyrik des 19. Jahrhunderts, Francfort-sur-le-Main, 1971

7  C. Cruise O’Brian, God Land, Londres, 1989.

8  A. Borst, Der Turmbau zu Babel. Meinungen über Ursprung und Vielfalt der Völker, 4 vol., Stuttgart, 1957 et s.

9  H. Gollwitzer, « Für welchen Weltgedanken kämpfen wir ? Bemerkungen zur Dialektik zwischen Identitäts — und Expansionsideologien in der deutschen Geschichte », in K. Hildebrandt et R. Pommerin (éd.), Deutsche Frage und europäisches Gleichgewicht, Vienne, 1985, p. 83-109.

10  Voir à ce propos : G. Noiriel, La tyrannie du National, Paris, 1991.

11  A. Sfeir-Semmler, Die Maler am Panser Salon. 1791-1880, Francfort-sur-le-Main, 1992.

12  Quelques ouvrages innovateurs à ce propos, et où l’on trouvera la bibliographie essentielle : F. Gschnitzer, R. Koselleck, B. Schönemann et K.-F. Werner, Volk, Nation, Nationalismus, Masse, in O. Brunner, W. Conze, R. Koselleck (éd.), Geschichtliche Grundbegriffe. Historisches Lexikon zur politisch-sozialen Sprache in Deutschland, Stuttgart, 1992, p. 141-431. Ainsi que, tout récemment : D. Langewiesche, Nationalismus im 19. und 20. Jahrhundert : zwischen Partizipation und Agression, in : Gesprächskreis Geschichte, D. Dover (éd.) (Institut de recherche de la Fondation Friedrich Ebert), Bonn-Bad Godesberg, 1994.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michael Jeismann, « L’inimitié des nations. Contribution à une théorie de l’identité politique », Revue germanique internationale [En ligne], 4 | 1995, mis en ligne le 06 juillet 2011, consulté le 26 avril 2017. URL : http://rgi.revues.org/533

Haut de page

Auteur

Michael Jeismann

Critique à la FAZ, historien

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page