Skip to navigation – Site map

5 | 1996
Germanité, judaïté, altérité

Deutschtum, Judentum, Alterität
Germanness, Jewishness, Alterity

Lorsque Heine définissait la Judée comme la Marche de Brandebourg du monde oriental, il mettait l’accent sur l’un des paradoxes les plus massifs de l’histoire culturelle allemande. Alors que nombre de ses représentants éminents de Marx à Freud, de Mahler à Paul Celan, étaient de confession ou d’origine juive, le judaïsme a représenté l’altérité par excellence. Les témoignages de la symbiose judéo-allemande ne manquent pas depuis Mendelssohn, et cette symbiose ne signifie pas effacement complet d’une identité mais enrichissement au contact d’une pensée singulière comme celle d’Herman Cohen ou de Walter Benjamin.

Pourtant la différence affirmée par rapport au judaïsme a souvent été assez marquée pour s’exprimer par la métaphore des sexes, pour assimiler, dans des discours fantasmatiques, judaïté et féminité. La question juive devient dès lors un symptôme et une forme de la question allemande. Le recensement des modes d’imbrications, l’analyse des métaphores sexuelles ouvrent un accès aux crises intellectuelles de l’Allemagne récente. Les contributions à ce volume sondent les contradictions de l’osmose et de la différence.

  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org