Navigation – Plan du site
I. La symbiose judéo-allemande

Les intellectuels mobilisés : notes sur le combat des Juifs allemands dans les années 1928-1933

Simon Epstein
p. 67-72

Résumés

L’article montre la lutte contre le fascisme des intellectuels juifs (à l’exception des sionistes et des communistes) dans les années qui précèdent la prise de pouvoir par Hitler. Un des fronts est celui des tribunaux où les juristes juifs poursuivent les pubications racistes. Des journalistes publient régulièrement sous forme d’articles ou de brochures des dénonciations de l’antisémitisme. Le Central-Verein crée même une structure de propagande (Büro Wilhelmstraße) qui travaille de concert avec le Reichsbanner, la milice socialiste. Les campagnes d’opinion entrent dans une phase d’activité particulièrement intense lors des campagnes électorales. Les étudiants juifs pour leur part sont organisés dans un Service de défense juif (jüdischer Abwehr-dienst) qui complète l’Association des anciens combattants (Reichsbund jüdischer Frontsoldaten). Malgré leur défaite on ne peut nier que les Juifs allemands se soient opposés au nazisme en un combat acharné.

Haut de page

Texte intégral

1Les nazis sont un groupuscule politique marginal en 1928 (2,6% des voix aux élections de mai) et parviennent au pouvoir absolu en 1933. Comment les Juifs allemands, leurs intellectuels en particulier, vont-ils se comporter pendant ces cinq années critiques ? Comment vont-ils faire face à un antisémitisme exponentiel qui rallie à lui une fraction toujours croissante de la population du pays ?

2Notre rapide survol se fondera, au plan sociologique, sur une définition aussi large que possible du concept d’intellectuel : il mettra l’accent sur les catégories (juristes, journalistes, écrivains, étudiants) plus que sur les individus. Il sera en revanche restrictif dans son champ de vision et négligera délibérément deux importantes familles de pensée. Les intellectuels juifs communistes, parce qu’ils sont d’avis que la question juive est un phénomène marginal qui ne justifie pas qu’on s’en préoccupe. Les intellectuels sionistes, parce qu’ils sont fidèles aux postulats constitutifs de l’idéologie nationale juive et nient par avance toute efficacité au combat contre l’antisémitisme. Les premiers sont optimistes et croient en l’imminence de la révolution prolétarienne. Les seconds sont pessimistes et considèrent que la haine antijuive constitue un phénomène inexorable. Les uns et les autres – pour des raisons fort différentes – sont ainsi réfractaires à la lutte antiraciste et n’y participent pas.

  • 1  Sur le Central Verein et l’ensemble du combat des Juifs allemands, entre autres : Arnold Paucker, (...)

3Il reste une masse qui suit le Central Verein. Cette organisation fondée en 1893 compte 70 000 adhérents (ce qui est beaucoup, pour un total de 600 000 Juifs allemands qui forment 1 % de la population du pays) répartis en plusieurs centaines de sections locales. C’est la plus grande structure du judaïsme allemand, et la plus puissante des organisations de défense du judaïsme occidental. Doté de ressources financières considérables, soutenu par un appareil administratif qui compte plus de cent permanents, le Central Verein se spécialise dans le combat juridique et publicistique contre l’antisémitisme. Il s’est illustré lors des deux crises antijuives précédentes : celle de la fin du xixesiècle et celle des années 1920-1923. Il est d’orientation émancipatrice, c’est-à-dire qu’il prône l’appartenance des Juifs à la nation allemande et entend défendre avec acharnement leur égalité de droits acquise au siècle dernier. Les nationalistes juifs lui reprochent de conduire les Juifs à l’assimilation. L’extrême gauche ne lui pardonne pas d’être une organisation bourgeoise1.

  • 2  Sur l’activité juridique juive contre les nazis, entre autres : Ambrose Doskow and Sidney B. Jacob (...)

4Son premier front est celui des tribunaux. La République de Weimar est libérale et pratique une liberté d’expression très étendue, ce qui ne facilite pas la tâche des juristes juifs attachés à poursuivre en justice les publications racistes. Certains articles du Code pénal et certaines dispositions constitutionnelles leur permettent cependant de mener de belles batailles judiciaires et même, assez fréquemment, de faire condamner des journaux racistes pour diffamation. L’effort déployé s’apprécie au nombre des avocats juifs – certains sont salariés du Central Verein, mais les volontaires sont majoritaires – engagés dans l’action. Un congrès réunit ainsi en 1927 400 avocats représentant 80 villes pour décider des tactiques à suivre et pour harmoniser les méthodes d’action. Les résultats sont souvent encourageants : des journaux nazis seront temporairement fermés, leurs directeurs seront condamnés à des amendes ou à des peines de prison. Un avocat juif parvient même en 1930 à faire témoigner Hitler à un procès, et lui faire subir un interrogatoire humiliant et serré qui a pour effet de le mettre en rage. Bien entendu, le harcèlement juridique auquel ils sont soumis n’empêche pas les nazis de progresser dans l’opinion et de réaliser les grandes percées électorales qui en fin de trajectoire les porteront au pouvoir2.

5Ce sont surtout les journalistes et les écrivains juifs qui sont mis à contribution. Ils écrivent dans le CV Zeitung hebdomadaire, ainsi que dans l’édition mensuelle destinée aux non-Juifs. Ils rédigent aussi les livres et les brochures qui, par dizaines, propagent le message antiraciste. Les textes s’articulent autour des quatre grands axes thématiques qu’on retrouve traditionnellement dans toute campagne contre l’antisémitisme : 1 /évocation des atrocités passées (bûchers médiévaux, inquisition, pogromes) pour montrer à quoi la haine peut conduire si on la laisse se développer ; 2 /réfutation systématique et documentée des calomnies adverses : internationale juive, bolchevisme juif, parasitisme juif, meurtre rituel, trahison, etc. ; 3 /présentation positive de la contribution des Juifs à la société allemande dans tous les domaines (scientifique, littéraire, économique et militaire) et à toutes les époques ; 4 /dénonciation des menaces que l’antisémitisme fait peser sur l’ensemble du pays (sur son régime politique, sur son image dans le monde, sur son « âme ») et non seulement sur les Juifs. Au total, la campagne associe arguments humanitaires (les Juifs sont des hommes comme les autres) et arguments utilitaires (les antisémites s’attaquent aux Juifs mais visent en fait la démocratie allemande). Elle fait valoir que persécuter les Juifs serait à la fois injuste et dangereux. Une attention toute particulière est apportée à l’éducation antiraciste de la jeunesse.

  • 3  Anti-Anti -Tatsachen zur Judenfrage, Berlin (éditions multiples). Anti-nazi – Handbuch in Kampf ge (...)

6En approche offensive et non plus défensive, le Central Verein publie de nombreuses informations – peu flatteuses on s’en doute – sur les racistes en général et les nazis en particulier. Le but est de les dénigrer auprès du public et d’empêcher ainsi les électeurs de leur accorder leurs votes. Citons deux titres dans le flot impressionnant des publications qui peuvent être consultées aujourd’hui dans les bibliothèques spécialisées d’Allemagne ou d’Israël. l’Anti-Anti est un ensemble de fiches cartonnées, soigneusement indexées et aisées à utiliser, qui contiennent tout ce qu’il faut savoir sur la question juive et l’antisémitisme. l’Anti-Nazi est conçu sur un modèle analogue mais traite du parti nazi : ses chefs, son financement, les dangers qu’il fait courir à l’Allemagne, les mensonges de sa propagande, etc. Les deux recueils se complètent l’un l’autre et font l’objet d’une diffusion massive auprès des journalistes, des politiciens et des enseignants. Ils seront fréquemment réédités jusqu’en 1933, et leur tirage cumulé se mesurera en centaines de milliers d’exemplaires3.

  • 4  Les nazis obtiennent 5 % des voix aux régionales de Saxe en mai 1929, 7 à 8 % des voix à diverses (...)

7Le Central Verein ne se contente pas des publications qu’il édite sous son nom propre et dont il revendique ouvertement la paternité. Préoccupé par le redressement électoral nazi de l’année 19294, il crée une structure de propagande indirecte, appelée le Büro Wilhelmstrasse (le bureau de la Wilhelmstrasse). Le nouvel organisme édite des brochures, tracts, affiches et journaux antinazis qu’il signe de sigles fictifs destinés à masquer leur origine. Le camouflage a pour but d’accroître la crédibilité du message antinazi dont on présume – non sans logique – qu’il sera plus performant si ce sont des non-Juifs qui le diffusent, et non des Juifs. Les premiers peuvent en effet invoquer l’intérêt général de la démocratie allemande, alors que les seconds, soucieux de défendre leur communauté attaquée, sont soupçonnés de manque d’objectivité. La méthode permet aussi de moduler la propagande antiraciste en fonction des catégories de population (intellectuels, ouvriers, paysans) ou des sensibilités politiques (gauche, centre, droite).

  • 5  Sur le WB : Arnold Paucker, Hans Reichmann, op. cit.

8Le BWtravaillera de concert avec la Reichsbanner, la milice socialiste, et lui procurera des quantités massives de matériel antinazi qu’elle répercutera dans le public par l’entremise de ses sections. Il édite l’Alarm, qui paraîtra régulièrement jusqu’à l’effondrement de la République. Ce journal, rédigé sur un mode agressif, publie de nombreuses caricatures antinazies, et s’applique à retourner contre l’adversaire la férocité polémique dont il fait preuve à l’égard des Juifs et des démocrates. L’Alarm tente ainsi d’imposer un nouveau style de propagande antinazie et de mobilisation républicaine. Il est animé par une équipe d’intellectuels et de journalistes juifs, aidés de quelques non-Juifs. Le WBse dote aussi d’un système de renseignement qui réunira une documentation détaillée, au niveau national mais aussi au niveau local, sur les nazis. Il brûlera ses archives en 1933 pour éviter qu’elles ne tombent aux mains de l’ennemi triomphant5.

  • 6  CV. Zeitung, 26 octobre 1928.
  • 7  Der Schild, 10 juillet 1930 ; Jewish Télégraphie Agency, 4 juillet 1930.
  • 8  CV. Zeitung, 22 janvier 1932 ; Jewish Telegraphie Agency, 18 janvier 1932.
  • 9  Source : le CV. Zeitung en juillet et au début d’août 1932.

9Les intellectuels juifs sont naturellement amenés à prendre la parole dans les meetings du Central Verein, qu’ils soient dits « protestataires », s’adressant prioritairement à la communauté juive, ou « explicatifs », visant dans ce cas un auditoire non juif qu’il s’agit de convaincre. Extrayons quelques exemples de la masse des comptes rendus qui nous sont restés. Le Central Verein organise-t-il, en octobre 1928, une impressionnante réunion de protestation contre les profanations de cimetières juifs qui se multiplient depuis quelques années ? L’écrivain Julius Bab est à la tribune. Il pressent que « ces forfaits [les profanations] sont un symptôme de la décomposition interne du peuple allemand »6. Le RjFrassemble-t-il 4 000 anciens combattants juifs dans un meeting de mobilisation contre les nazis berlinois, en juillet 1930 ? Écoutons Georg Bernhard, homme de presse particulièrement influent dans l’Allemagne de Weimar. Son discours entremêle deux rhétoriques héroïques : l’allemande récente (la Grande Guerre) et la juive antique (les Macchabées contre les Grecs)7. Le Central Verein tient-il trois grands meetings simultanés dans la capitale, le 16 janvier 1932 ? L’écrivain Bruno Weil, auteur d’une Histoire de l’Affaire Dreyfus, préside l’une des réunions. Les résolutions adoptées expriment la détermination des Juifs allemands à défendre leurs droits menacés8. Quelques chiffres illustreront l’ampleur du mouvement. Dans les semaines particulièrement mouvementées qui précèdent les élections législatives du 31 juillet 1932, le Central Verein tient à lui seul 18 meetings en Bavière, 19 en Rhénanie-Westphalie, autant en Poméranie, 7 en Brandebourg... 10 meetings juifs sont convoqués àBerlin entre le 12 et le 14 juillet 19329.

  • 10  Les nazis font 18,3 % aux législatives du 14 septembre, atteignent 37,4 % des voix à celles du 31 (...)
  • 11  Sur la propagande directe et indirecte du Central Verein pendant la campagne électorale de 1930, o (...)

10Les campagnes d’opinion combinant publications et meetings entrent en phase hyperactive lors des campagnes électorales, lesquelles sont très fréquentes dans les dernières années de la République10. Les archives existantes nous permettent de mesurer l’effort consenti par le Central Verein aux élections de septembre 1930. Lançant plusieurs appels dramatiques àla population juive, il crée un Kampffonds (Fonds de Combat) qui collecte une somme équivalente, dans les monnaies d’époque, à 240 fois (!) le budget de la LICA française pour toute l’année 1930. Cette disproportion phénoménale des ordres de grandeur n’empêchera pas l’organisation de Bernard Lecache de reprocher plus tard aux Juifs allemands de n’avoir rien tenté pour bloquer la progression électorale nazie... L’effort se jauge aussi aux quantités de matériel diffusé par le Central Verein pendant le mois d’août et la première moitié du mois de septembre 1930. On compte entre autres plusieurs éditions spéciales de l’Alarm (quelques centaines de milliers d’exemplaires) ; un journal destiné àl’électorat de droite (800 000 exemplaires) ; des affiches, affichettes, badges et tracts antinazis (plusieurs millions de pièces)11. Ces quantités se retrouveront lors des campagne électorales de l’année 1932.

  • 12  Sur les organisations de défense paramilitaire du judaïsme allemand, entre autres : Ulrich Dunker,(...)

11Les étudiants juifs pour leur part forment la base de recrutement du Jüdischer Abwehr Dienst (Service de défense juif), fondé en 1927. Il a pour but de compléter les unités de défense de la grande association des anciens combattants juifs, le Reichsbund jüdischer Frontsoldaten (RjF). Il donne à ses membres une formation aux sports de combat ainsi qu’aux combats de rue. Intégrés au dispositif général de défense de la communauté juive allemande, les jeunes du JADparticipent àla protection des synagogues et des locaux juifs, et assurent le service d’ordre des meetings du Central Verein12. On comprend aisément qu’ils pèseront peu face aux SA qui sont 100 000 en fin 1930, 400000 en 1932 et 1 million en 1933. Encore plausible à la fin des années 1920, quand les nazis ne représentaient qu’une faible partie de la population allemande, le rapport des forces devient vite intolérable. Les militants du RjFet du JAPont bien le soutien de la police berlinoise et de la Reichsbanner socialiste, mais ils se retrouveront seuls en 1933 : la première se nazifiera promptement, tandis que la seconde s’effondrera sans combattre.

  • 13  Un exemple d’affrontement entre étudiants juifs et nazis : Jewish Télégraphie Agency, 23 janvier 1 (...)

12Les étudiants juifs sont aussi confrontés, dans les universités mêmes, aux violences de leurs condisciples racistes. Le problème devient critique après 1930 et surtout en 1932, car les nazis sont encore plus forts dans la population étudiante qu’ils ne le sont dans la population générale. Regroupées en autodéfense, les organisations étudiantes juives se battent courageusement, mais ne peuvent résister à l’écrasante supériorité numérique de leurs adversaires13.

13Il s’avère en conclusion que les Juifs allemands ont pris la menace nazie très au sérieux et lui ont opposé un combat massif, sophistiqué et désespéré à la fois. S’ils furent anéantis, ce n’est pas faute d’avoir lutté, c’est tout simplement parce que l’ennemi était trop fort. Cette vérité élémentaire ne sera pas perçue par les communautés juives de l’étranger (Pologne, France, États-Unis, etc.), lesquelles, dès le printemps 1933, propageront le mythe de la passivité des Juifs allemands face à l’hitlérisme. Ce mythe s’incrustera dans la conscience collective juive, déteindra sur l’historiographie contemporaine et y fera figure de certitude indiscutée.

Haut de page

Notes

1  Sur le Central Verein et l’ensemble du combat des Juifs allemands, entre autres : Arnold Paucker, Der jüdische Abwehrkampf gegen Antisemitismus und Nationalsozialismus in den letzten Jahren der Weimarer Republik, Hambourg, 1969 ; Hans Reichmann, Der drohende Sturm. Episoden aus dem Kampf der deutschen Juden gegen die nationalsozialistische Gefahr 1929 bis 1933, In zwei Welten. Siegfried Moses zum Fünfundsiebziegsten Geburstag, Tel Aviv, 1962 ; Simon Epstein, L’antisémitisme français aujourd’hui et demain, Paris, 1984, p. 37-39, 59-79, 98-103, 201-203.

2  Sur l’activité juridique juive contre les nazis, entre autres : Ambrose Doskow and Sidney B. Jacoby, Antisemitism and the Law in pre-nazi Germany, Contemporary Jewish Record, septembre-octobre 1940. Le Congrès des juristes : CV. Zeitung, 13 juillet 1927. Hitler contraint de comparaître à la barre des témoins au procès de Schweidnitz : CV. Zeitung, 20 juin 1930.

3  Anti-Anti -Tatsachen zur Judenfrage, Berlin (éditions multiples). Anti-nazi – Handbuch in Kampf gegen die NSDAP, Berlin (éditions multiples).

4  Les nazis obtiennent 5 % des voix aux régionales de Saxe en mai 1929, 7 à 8 % des voix à diverses consultations municipales et régionales en automne, et 11,3 % aux régionales de Thu-ringe en décembre.

5  Sur le WB : Arnold Paucker, Hans Reichmann, op. cit.

6  CV. Zeitung, 26 octobre 1928.

7  Der Schild, 10 juillet 1930 ; Jewish Télégraphie Agency, 4 juillet 1930.

8  CV. Zeitung, 22 janvier 1932 ; Jewish Telegraphie Agency, 18 janvier 1932.

9  Source : le CV. Zeitung en juillet et au début d’août 1932.

10  Les nazis font 18,3 % aux législatives du 14 septembre, atteignent 37,4 % des voix à celles du 31 juillet 1932 et retombent à 33,1 % le 6 novembre de la même année. Les présidentielles de mars et avril 1932 permettent à Hindenburg de battre Hitler et d’être réélu président, au deuxième tour il est vrai.

11  Sur la propagande directe et indirecte du Central Verein pendant la campagne électorale de 1930, on consultera notamment le CV. Zeitung des mois d’août et septembre.

12  Sur les organisations de défense paramilitaire du judaïsme allemand, entre autres : Ulrich Dunker, Der Reichsbund jüdischer Frontsoldaten, 1919-1938. Geschichte eines jüdischen Abwehrviereins, Düsseldorf, 1977.

13  Un exemple d’affrontement entre étudiants juifs et nazis : Jewish Télégraphie Agency, 23 janvier 1932.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Simon Epstein, « Les intellectuels mobilisés : notes sur le combat des Juifs allemands dans les années 1928-1933 », Revue germanique internationale [En ligne], 5 | 1996, mis en ligne le 26 septembre 2011, consulté le 22 mai 2017. URL : http://rgi.revues.org/550

Haut de page

Auteur

Simon Epstein

Directeur de recherche à l’Université hébraïque de Jérusalem

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page