Navigation – Plan du site
II. Germanité, judaïté, sexualité

Freud et les concepts de Race et de Sexe

Sander L. Gilman
Traduction de Marie-Thérèse Weal
p. 99-122

Résumés

Vers 1900 l’idée de race devient une catégorie psychologique. Elle désigne une prétendue vision du monde juive. Freud se penchera sur l’idée de race à travers l’énigme que représente « la même constitution psychique » propre aux Juifs. D’autre part, au cœur du débat sur le psychisme juif, réside la pratique de la circoncision, donc le corps juif. Freud va être pris dans la contradiction suivante : vouloir penser à la fois une psychologie collective (la judéité) et une science (la psychanalyse). Lorsqu’il s’agira de comprendre la féminité, Freud reprendra le discours de la biologie raciale et conclura à la même incapacité scientifique à saisir le désir féminin. Le rapport entre le corps de la femme et celui du Juif, s’opère à travers le langage argotique viennois. Lorsque Freud redéfinit « le masculin » et « le féminin » indépendamment des organes sexuels respectifs de l’homme et de la femme et que du même coup il ôte à la sexualité la reproduction comme fin dernière, n’est-ce pas de façon indirecte pour penser la judéité ?
C’est en analysant la théorie freudienne à la lumière de ses propres concepts que le refoulement et la projection de l’image du juif apparaissent clairement dans la théorie psychanalytique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Les nombreux ouvrages consultables sur la question sont en particulier : Ulla Haselstein, Poets an (...)

1L’identité « juive » de Freud fait depuis longtemps l’objet d’une exégèse savante1. Récemment encore, Harold Bloom écrivait :

  • 2  Harold Bloom, The Strong Light of the Canonical :Kafka, Freud, and Scholem as Revisionists of Jewi (...)

« En quoi l’œuvre de Freud est-elle éminemment « juive » ? Je ne suis pas très impressionné par les thèses qui suivent le schéma : d’Œdipe à Moïse, et se concentrent ainsi uniquement sur la relation œdipienne de Freud à son père. Elles m’apprennent uniquement que Jacob, le père de Freud, était juif, et, à n’en pas douter, de nombreux ouvrages ou articles traiteront à l’avenir de la relation de Freud à sa mère, incontestablement juive, elle aussi. Je ne suis pas plus convaincu par ceux qui tentent de rattacher Freud aux traditions ésotériques juives. On peut certes dire que Freud en tant que médecin psychologue fonda une sorte de gnose, mais on ne trouve pas d’éléments gnostiques dans le dualisme freudien. De même, entreprendre d’établir un lien entre La science des rêves et de supposés antécédents talmudiques ne me convainc pas plus. Cependant, comme je l’ai déjà dit, au cœur même de la pensée freudienne, le concept de refoulement me semble profondément juif ; je dirai même, normativement juif, dans son organisation. La mémoire freudienne et l’oubli freudien sont une mémoire très juive et un oubli très juif. Et c’est précisément parce qu’ils ont recours à un type de mémoire juive, un mode parodique en quelque sorte, que les écrits de Freud sont profondément juifs, même si c’est de façon trop originale2. »

  • 3  Voir, par exemple, Emmanuel Velikovsky, The dreams Freud dreamed, Psychoanalytic Review, 30 1941, (...)
  • 4  Peter Homans, The Ability to Mourn :Disillusionment and the Social Origins of Psychoanalysis, Chic (...)

2Je tenterai de donner ici quelques éléments de réponse au problème posé par Bloom. Sigmund Freud, en tant que médecin juif intégré à la société viennoise de la fin du xixe siècle, aura fait sienne, parmi toutes celles qui avaient cours alors, la définition raciale du juif. Et, qu’il y eût recours consciemment ou non, c’est cette définition qui façonna la doctrine psychanalytique. Il semble d’ailleurs, à en juger par le grand nombre de rêves dont le contenu latent ou manifeste pose le problème de son identité « juive » dans le monde violemment antisémite qui l’entoure, que Freud lui-même ait le premier soulevé cette question3. Aussi pouvons-nous examiner l’image qu’utilise Peter Homans pour cerner l’idée de « judéité », à savoir « qu’elle est comme la clé par rapport à son empreinte dans la cire ou la statue par rapport à son moule. De même la psychanalyse émergea pour ainsi dire comme l’image négative de son environnement juif »4. Si Homans considère cette désidéalisation des hommes juifs auxquels Freud s’était attaché comme la clé de ce mouvement, nous estimons quant à nous qu’elle résulte en partie du combat de Freud autour de la définition même de science, qui fut au cœur de l’orientation initiale de son groupe. Et sa fixation apparente sur l’explication biologique des phénomènes psychologiques — fixation qui depuis les vingt dernières années suscite d’ailleurs un grand intérêt parmi les historiens — doit être rattachée à la conception de la science à l’époque comme domaine où ont lieu des débats concernant son propre moi.

  • 5  Gustave Le Bon, Applications de la psychologie à la classification des races, Revue philosophique, (...)
  • 6  Pour la traduction française, nous avons cité, dans la mesure où elles étaient déjà disponibles, l (...)
  • 7  Gustave Le Bon, Psychologie des foules, PUF, 1975, p. 92.

3Dans les années 1870, l’idée de race est pour Freud un facteur restrictif dans la mesure où elle implique un modèle de développement biologique immuable. Après le tournant du siècle, cette idée acquiert une valeur plus positive. En passant d’une catégorie purement biologique à une catégorie purement psychologique, elle devient signe du statut particulier de la vision du monde juive. C’est approximativement au moment où Freud étudie à Paris avec Jean-Martin Charcot, en 1886, que le sociologue antisémite Gustave Le Bon publie ouvertement sa thèse sur l’hérédité des caractères psychologiques d’une race, caractères qui selon lui proviennent autant de la biologie que de l’environnement social5. Ces idées sont au centre du travail que Freud mènera par la suite sur la psychologie collective et qui est une critique implicite de l’antisémitisme qu’il avait ressenti à Paris aussi intensément qu’à Vienne. Freud cherche à réfuter la conception biologique de la race qui selon Le Bon se résumerait aux « innombrables caractéristiques communes transmises de génération en génération, qui [en] constituent le génie »6. Pour ce dernier la race constitue le « premier facteur » contribuant à façonner les comportements latents des foules. Il affirme avoir « montré ce qu’est une race historique, et comment, dès que ses caractères sont formés, ses croyances, ses institutions, ses arts, en un mot tous les éléments de sa civilisation deviennent l’expression extérieure de son âme »7. Pourtant Freud inscrira plus tard dans le psychique, sinon au niveau du corps la différence qu’il perçoit entre les Juifs et les Aryens. Car Freud perçoit bien une différence. Certes elle est inexprimable, mais n’en existe pas moins. C’est la fameuse mystérieuse essence juive évoquée par des anthropologues comme Richard Andrée, mais à laquelle, contrairement à ce dernier, Freud donne une valeur spécifique positive.

  • 8  Sigmund Freud, Allocution aux membres (de la Société) B’nai B’rith, Œuvres complètes, en cours [OC (...)
  • 9  Theodor Reik, Trente ans avec Freud, éd. Complexe, 1975, p. 41.

4En 1926, Freud déclare dans son adresse aux membres de la B’nai B’rith, à l’occasion de son soixante-dixième anniversaire, qu’être Juif voulait dire partager « beaucoup d’obscures puissances de sentiments [viele dunkle Gefühlsmächte], d’autant plus violentes qu’elles se laissaient moins saisir en des mots, et tout aussi bien la claire conscience de l’identité interne et la quiétude apportée par une même construction animique [die Heimleichkeit der gleichen seelischen Identität] »8. Ses contemporains, Theodor Reik par exemple — seul psychanalyste, aux côtés de Freud et d’Eduard Hintschmann, à appartenir à la Société B’nai B’rith — « furent particulièrement frappés » par la pertinence d’une telle définition9.

  • 10  William James, The Principles of Psychology, 2 vol., New York, Henry Holt, 1890, 2, 678.
  • 11  Sigmund Freud, Briefe an Arthur Schnitzler, Neue Rundschau, 66, 1955, 100.

5La version freudienne de l’ethnopsychologie du Juif tournait les thèses de Le Bon concernant la biologie de la race, en évoquant le modèle lamarckien de William James sur la transmission « des mêmes propensions émotionnelles, des mêmes habitudes, des mêmes instincts, sans changement d’une génération à une autre »10. Ce qui obnubile Freud quant à la vie psychique propre au Juif, c’est l’étrange nature des aspects connus mais refoulés de la vie mentale d’un individu — préoccupation que l’on retrouve du reste dans son essai sur l’étrangeté. Comme il l’écrit à son alter go, le Juif viennois Arthur Schnitzler : « Le judaïsme me demeure très cher sur le plan émotionnel11. »

  • 12  Philip Rieff, Freud : The Mind ofthe Moralist, New York, The Viking Press, 1959, p. 261.
  • 13  Sigmund Freud, Psychologie collective et analyse du moi, in op. cit., p. 126.
  • 14  William McDougall, TheGroup Mind, Cambridge, Cambridge University Press, 1920, p. 159-160.

6Le débat autour de la signification de ce que Phillip Rieff considère comme des généralités victoriennes et édouardiennes sur le « caractère immuable des Juifs » doit être compris comme inhérent à la quête scientifique que poursuit la psychologie à la fin du siècle dernier12. Pour Freud ce psychisme juif qu’il croit discerner n’est pas seulement une question de constitution mentale, il relève aussi de sa constition émotionnelle. Sur ce point, il aura trouvé un soutien de poids chez William McDougall, dont l’étude de 1920 sur The Group Mind (l’Esprit collectif) joua un rôle décisif quant à l’élaboration de ses propres idées sur la psychologie collective13. McDougall estime que la fusion des tribus hébreues en une nation « joua un rôle essentiel quant à la consolidation de ladite nation, implantée et nourrie comme elle le fut par une succession de grands maîtres, de prophètes [...] La conscience de soi nationale ainsi formée devint le premier facteur, ou plutôt la première condition de la continuation de l’existence du peuple juif en tant que peuple, ou tout au moins celle sur laquelle toutes les autres reposent : l’exclusivité de leur religion, l’objection au mariage mixte, l’espoir en la restauration future de la fortune de la nation, etc. »14. La conscience de soi juive amène à l’instauration d’institutions qui conservent cette « même construction psychique ». Pour McDougall, mais pas nécessairement pour Freud, c’est ce sentiment d’un dessein commun dans la sphère politique, qui définit le Juif. L’important, cependant, est que tous les traits de l’esprit juif — y compris les particularités affectives — s’enracinent dans cette « même construction psychique ».

  • 15 B’nai B’rith :Zwi Perez Chajes Loge, 1895-1975, Vienna, B’nai B’rith, 1976, et H. Knoepf-macher, Si (...)
  • 16  Voir le chapitre : « Les rites de puberté des primitifs », p. 173, dans l’ouvrage de Theodor Reik, (...)

7Lorsque Freud, s’adressant à ses « frères » de la Société B’nai B’rith, leur parle de leur construction psychique commune, d’une certaine façon, il évoque par là même la présence du corps juif. En effet, c’est lorsqu’il adhéra à une nouvelle loge de la B’nai B’rith viennoise — qu’il aida du reste à organiser dans les années 1870 et 1880 — que Freud entretient les liens les plus étroits avec des Juifs15. Or « B’nai Brith » signifie « fils de l’Alliance » et, bien que ce nom fût choisi pour remplacer celui de « Bundes-Brüder » (une loge juive allemande fondée à New York en 1843), pour les juifs viennois de la fin du siècle, il évoque immédiatement la circoncision. Comme le dit Theodor Reik en 1915 : « L’alliance conclue par les patriarches juifs avec leur dieu se présentera [...] comme le récit (soumis à des corrections ultérieures) glorifiant une initiation masculine. L’alliance de la Brith et de la circoncision est tout aussi peu fortuite que le repas d’alliance par lequel les fidèles de Yahvé s’identifiaient à lui. L’ensemble des lois (le mot Brith peut également signifier « loi ») qui se trouve en étroit rapport avec la conclusion de l’alliance sur le Sinaï peut donc être comparé aux événements marquant les rites de puberté. »16 Le sentiment d’une « construction psychique commune » est donc étroitement lié à un corps juif particulier et à l’alliance rituelle que celui-ci rappelle. Essentiel donc est l’acte de circoncision. C’est le signe distinctif du corps masculin juif pour la science médicale, au tournant du siècle dernier.

  • 17  Voir l’analyse de ce concept où aucune référence n’est faite à la littérature médicale ou aux ouvr (...)
  • 18  Ludwig Wittgenstein, Culture and Value, éd. G. H. von Wright and Heikki Nyman, Oxford, Blackwell, (...)
  • 19  Sigmund Freud, Correspondance, 1873-1939, Gallimard, 1979, p. 13.

8On présume à cette époque-là en Europe qu’il existe un « esprit juif » qui transcende toute conversion ou assimilation17. Et cet esprit est généralement perçu négativement. Ludwig Wittgenstein peut écrire par exemple des Juifs et de Freud que « même le plus grand des penseurs juifs n’est pas plus que talentueux. (Moi, par exemple.) J’ai tout lieu de croire que je ne pense en fait que de façon reproductive. [...] Peut-on prendre le cas de Freud et de Breuer comme un exemple de reproductivité ? »18 Autrement dit, l’esprit juif manque d’authentique originalité : il est prosaïque. Ce sont les termes mêmes de Freud à Emil Fluss dans les années 1870 : « Je me représente bien votre état d’âme : quitter son beau pays, une famille bien aimée — les plus beaux alentours — des ruines à proximité — mais je m’arrête, sans quoi je deviendrai aussi triste que vous. C’est d’ailleurs vous qui savez le mieux ce qu’il vous faut quitter ! [...] Ah, Emil, pourquoi êtes-vous un Juif prosaïque ? Certains artisans à la sentimentalité germano-chrétienne ont, en de semblables circonstances, composé de magnifiques poèmes19. » Cette opinion fait écho à l’interprétation négative de cette « construction psychique commune » des Juifs telle qu’elle était exprimée dans bon nombre de débats anthropologiques et culturels.

  • 20  Sigmund Freud, L’angoisse, Introduction à la psychanalyse, Payot, 1987, p. 373.
  • 21  Ibid., p. 373.

9De fait, de telles idées sur les Juifs en impliquent d’autres, relatives à leur pathologie. Or Freud est d’accord, à un niveau tout à fait élémentaire, avec l’idée que la façon de penser juive est pathologique. Dans sa Conférence de 1917 sur l’« angoisse », Freud évoque le modèle lamarckien de la transmission héréditaire des caractères acquis afin de soutenir le point de vue que « le noyau » de l’angoisse « [...] est constitué par la répétition d’un certain événement important et significatif, vécu par le sujet. Cet événement peut n’être qu’une impression très reculée, d’un caractère très général, impression faisant partie de la préhistoire non de l’individu, mais de l’espèce. »20 Ou, pourrait-on ajouter, de la préhistoire de la race. Et Freud poursuit : « Pour me faire mieux comprendre, je vous dirai que l’état affectif [...] présente la même structure que la crise d’hystérie, qu’il est, comme celle-ci, constitué par une réminiscence déposée21. » L’angoisse du Juif est analogue, mais pas identique à la souffrance de l’hystérique.

  • 22  Moritz Lazarus et Heymann Steinthal, Einleitende Gedanken über Völkerpsychologie, Zeitschrift für (...)
  • 23  Wilhelm Wundt, Elements of Folk Psychology :Outline of a Psychological History of the develop-ment (...)
  • 24  Sur Freud et Wundt, voir Christfried Tögel, Freud und Wundt : Von der Hypnose bis zur Völkerpsycho (...)
  • 25  James Mark Baldwin, Mental Development in the Chili and the Race, New York, The Macmillan Company, (...)

10Or, pour la science médicale de la fin du xixe siècle l’homme juif d’Europe centrale est l’archétype de l’hystérique. La psychopathologie juive s’inscrit dans l’individu à travers l’expérience collective. On peut remonter à l’origine de cette idée en se penchant sur les théories de l’ethnopsychologie telles que les formulent, dans les années 1860, deux hommes de science juifs : le psychologue Moritz Lazarus et son beau-frère, le philologue Heymann Steinthal. Dans le numéro inaugural de leur revue de linguistique et d’ethnopsychologie, Zeitschrift für Völkerpsychologie und Sprachwissensachft (notons au passage le lien entre esprit et langue), les auteurs exposent brièvement leurs hypothèses concernant la possibilité de connaître l’esprit22. L’objet de leur étude est la « psychologie des êtres humains en groupe (Gemeinschaft) ». Contrairement à d’autres domaines de la psychologie où, à cette époque, seuls des travaux de clinique ou de laboratoire permettent de définir un domaine d’étude, l’ethnopsychologie repose sur des données historiques, culturelles ou ethnologiques. Or leurs travaux suivent essentiellement le paradigme médical. En effet, Lazarus avait étudié la physiologie avec le matérialiste Johannes Müller et avait cofondé, en 1867, avec le neurologue berlinois Wilhelm Griesinger, la Société médico-psychologique. Ainsi, bien qu’ils aient eu pour objectif de détacher leurs travaux de la physiologie matérialiste, ils resteront prisonniers de la rhétorique scientifique matérialiste sur l’hérédité et souscriront à la théorie lamarckienne de la transmission héréditaire mnémonique quant à la constitution de l’esprit. Le grand psychologue expérimental Wilhelm Wundt demeurera le grand défenseur de leur idées sur « les créations mentales universelles »23 jusque très avant dans le xxe siècle. Et Freud fera grand usage de l’analyse que fait Wundt de ces idées dans Psychologie de la vie quotidienne (1901) et Totem et tabou (1913)24. Ainsi, comme le dit un des autres inspirateurs de Freud, le psychologue de Princeton, James Mark Baldwin, la psychologie de l’individu est un résumé de « l’histoire de la race ». On peut s’attendre à ce que « fonctionnent certaines grandes analogies entre le développement nerveux et le développement mental. L’une d’entre elles est la déduction des étapes de l’histoire de la race à partir des phases de l’histoire de l’individu [à travers la répétition de la phylogenèse dans l’ontogenèse, connue en biologie sous le nom de « recapitulation » [...] »25. L’histoire de l’humanité serait à chercher dans le développement de l’individu. Cependant, cette « mémoire de la race » a une connotation très différente pour un lecteur juif de Wundt et de Baldwin.

11Il est nécessaire à Freud de penser le psychisme en dehors du corps ; il lui faut en finir avec l’idée d’une constitution raciale fixe et immuable déterminant toute pensée et tout acte. Il en va du reste de même pour les ethnopsychologues qui semblent encore incapables, en dépit de leurs efforts pour éviter les écueils du concept de race, de jamais vraiment séparer l’esprit du corps.

  • 26  Sigmund Freud, Sur une Weltanschauung, in Nouvelles conférences d’introduction à la psychanalyse, (...)
  • 27  Ibid., p. 212.
  • 28  Jacques Le Rider, Freud zwischen Aufklärung und Gegenaufklärung, in Jochen Schmidt (éd.), Aufkläru (...)
  • 29  Cité par Theodor Reik dans Le rituel, éd. citée, p. 25.

12Freud écarte la Weltanschauung germanique comme « une notion spécifiquement allemande dont la traduction dans des langues étrangères soulève sans doute des difficultés »26. Car ce n’est pas le rigide paradigme du savoir qui attire Freud, mais plutôt le modèle « scientifique » d’appréhender le monde qui, même s’il « postule l’homogénéité de l’explication du monde », ne le fait « qu’en tant que programme dont l’accomplissement est déplacé dans l’avenir »27. Cela n’est pas trop allemand et permet au Juif une position d’homme de science28. Vers le milieu des années 1930, Freud peut faire montre d’indifférence lorsque les nazis brûlent ses livres, comprenant qu’il s’agit là de la réaction allemande à sa propre « construction psychique ». Ernest Jones rapporte ainsi ses propos : « Ils m’ont dit que la psychanalyse était opposée à leur Weltanschauung, et je suppose qu’elle l’est. » Et d’ajouter : « Il parlait sans émotion et sans grand intérêt, comme s’il s’agissait de quelqu’un qui lui était complètement étranger29. » C’est le positiviste qui prévaut en Freud lorsqu’il s’agit de comprendre la vision du monde juive.

  • 30  Lazarus et Steinthal, Einleitende Gedanken, op. cit., p. 5.
  • 31  Moritz Lazarus, Über das Verhältnis des Einzelnen zur Gesammtheit, Zeitschrift für Völkerpsycholog (...)
  • 32  Lazarus et Steinthal, Einleitende Gedanken, op. cit., 35.
  • 33 Ibid., p. 35-36.
  • 34 Ibid., p. 37.
  • 35 Ibid., p. 37.
  • 36  Ibid., p. 38.
  • 37  Ibid., p. 39.

13Lazarus et Steinthal appellent les groupes qu’ils étudient « des peuples » (Völker), mais ils insistent sur le fait qu’ils sont constitués par les individus qui les composent et ne sont pas des « races » biologiques immuables30. Lazarus écrit ceci : « Les êtres humains sont des créations de l’histoire ; tout en nous, autour de nous, est le résultat de l’histoire ; pas un mot, pas une pensée, pas un sentiment ou une émotion qui ne dépende de quelque façon de déterminations historiques31. » Les critères de définition d’un peuple sont mouvants et relatifs à chaque groupe. Ainsi les critères définissant un Français ne sont pas les mêmes que ceux qui définissent un Allemand32. Et bien qu’« un peuple soit une construction purement subjective », celle-ci s’exprime « dans la conscience commune qu’ont un grand nombre d’individus à l’intérieur du groupe »33. Cette « conscience commune » existe au départ grâce à « la même origine » et à « la proximité des demeures » des membres du groupe34. Quant à « la similitude de la physionomie et surtout de l’anatomie corporelle, elle est due à la parenté »35. Pour eux, ce fait « objectif » de la parenté biologique jette les bases de la nature « subjective » de la constitution psychique d’un peuple36. Mais les fondements biologiques de cette thèse sont clairs : les Irlandais, par exemple, mangent des pommes de terre, parce que, vivant en Irlande, ils en acquièrent le réflexe. C’est ce qui fait qu’ils deviennent Irlandais, et ils sont Irlandais parce qu’ils mangent des pommes de terre37. Ne pourrait-on pas dire de même des Juifs qu’ils sont Juifs parce qu’ils pratiquent la circoncision sur les enfants de sexe masculin et qu’ils pratiquent la circoncision sur les enfants de sexe masculin parce qu’ils sont Juifs. Mais l’endroit où se situent ces caractéristiques acquises n’est pas le corps, mais la langue du Volk. Lazarus et Steinthal élaborent une définition de l’identification au groupe qui s’enracine certes dans une parenté biologique (et, partant, cette parenté est pour eux observable et démontrable), mais celle-ci engendrera de façon délibérée le sentiment de cohésion du groupe. Autrement dit, chez eux, ce n’est pas la « race » qui définit la mentalité du groupe. Celle-ci se constitue à partir d’éléments fortuits, telles la naissance ou la situation géographique, et ne repose pas sur le lien du sang. C’est pourtant l’observable et le biologique qui structurent leur thèse.

  • 38  Sigmund Freud, Malaise dans la culture, Œuvres complètes, vol. 18, p. 276.
  • 39  Dans ce contexte, voir Dagmar Barnouw, Modernism in Vienna : Freud and a normative poetics of the (...)

14Freud quant à lui voit la constitution de la mentalité d’un groupe comme un réflexe vital tempéré par le contexte social dans lequel se trouve l’individu. Voici ce qu’il dit à propos de la subjectivité du bonheur dans son ouvrage de 1930, Malaise dans la culture : « Si fort que soit l’effroi qui nous fait reculer devant certaines situations, celle du galérien de l’Antiquité, du paysan de la guerre de Trente ans, de la victime de la Sainte Inquisition, du Juif qui s’attend au pogrom, il nous est malgré tout impossible de nous mettre par empathie à la place de ces personnes, de deviner les modifications qu’ont entraînées l’état originel de stupeur hébétée, l’hébétude progressive, la cessation des espérances, les modes plus ou moins grossiers ou plus ou moins raffinés de narcotisation en ce qui concerne la réceptivité aux sensations de plaisir et de déplaisir38. » On comprend — puisqu’il dit « nous » — que Freud ne s’identifie pas à la victime, pas plus qu’il ne l’exige de son lecteur39. Certes on l’admet, lorsqu’il cite l’Antiquité, le xvie ou le xviie siècle. En revanche, bien que ce soit un exemple quasi historique, puisqu’il s’agit d’une référence à la Russie de la fin du siècle, Freud devrait se sentir directement concerné par le pogrom. Or ce n’est pas le cas. Freud ne semble pas se sentir impliqué dans les événements qui ont lieu au moment même où il écrit Malaise dans la culture.

  • 40  Smiley Blanton, Journal de mon analyse avec Freud, puf, 1973, p. 41-42.
  • 41  Sigmund Freud, Pour le cinquantième anniversaire d’Ernest Jones, OC, vol. 18, p. 243.

15Mais Freud (comme antérieurement dans sa recension de Forel) refuse que les définitions traditionnelles fassent de la race un concept pertinent dans le domaine scientifique. Smiley Blanton rapporte que durant son analyse avec Freud, ce dernier fit le commentaire suivant : « Mon héritage en tant que Juif m’a aidé à supporter les critiques, l’isolement, le travail solitaire [...]. Ces difficultés, en fait, m’ont aidé dans la découverte de l’analyse. Mais que la psychanalyse en elle-même soit un produit juif me paraît être une absurdité. En tant qu’œuvre de science, elle n’est ni juive, ni catholique, ni païenne40. » Il écrit en 1929 à Ernest Jones à l’occasion de son anniversaire : « Il échut à la psychanalyse, comme première tâche, de mettre à découvert celles des motions pulsionnelles qui sont communes à tous les êtres humains vivant aujourd’hui, et que les vivants d’aujourd’hui ont même en commun avec les hommes des temps préhistoriques et des temps originaires. Il ne lui en coûta donc aucun effort pour se placer au-dessous des diversités qui ont été provoquées, parmi les habitants de la terre, par la pluralité des races, des langues, des pays41. »

  • 42 Sigmund Freud — C. G. Jung, Briefwechsel, éd. William McGuire et Wolfgang Sauerländer, Francfort/Ma (...)
  • 43  Ernest Jones, La vie et l’œuvre de Sigmund Freud, vol. 2, puf, 1961, p. 45. Voir aussi le récit de (...)
  • 44  Ernest Jones, La vie et l’œuvre de Sigmund Freud, vol. 2, éd. citée, p. 158-159.

16Or ceci s’adresse à un homme pour qui il éprouva « un sentiment de distance lié à la race » (Rassenfremdheit) lorsqu’il le rencontra pour la première fois en 190842. Ernest Jones rapporte d’ailleurs ainsi leur première rencontre : « [Freud me dit que] d’après la forme de ma tête, je ne pouvais pas être Anglais, mais Gallois43. Cette réflexion me surprit, d’abord parce qu’il est rare de trouver sur le continent quelqu’un qui connaisse l’existence de mon pays natal, et ensuite parce que je soupçonnais que ma dolichocéphalie pouvait être aussi bien teutonne que celte44. » Quant à la réponse de Jones à cette remarque de Freud, elle est formulée dans la langue de la biologie raciale, car l’on prenait pour acquis ces catégories et l’usage que l’on en faisait.

  • 45  Anatole Leroy-Beaulieu, Israël chez les nations, Calmann-Lévy, 1983, p. 257.

17Ce qui semble être chez Freud une contradiction révèle en fait la résistance qu’il avait à l’égard de l’idée de psychologie collective et son effort pour repenser cette notion. On voit du reste s’exprimer sa conviction de la compatibilité d’une science neutre avec la notion d’ethnocentrisme, dans une lettre du 8 juin 1913 à l’un de ses disciples juifs les plus fidèles, le psychanalyste hongrois, Sandor Ferenczi : « Certes, il existe de grandes différences entre l’esprit juif et l’esprit aryen. Nous les observons tous les jours. D’où assurément, par-ci par-là, de petits écarts dans la façon de concevoir la vie et l’art. Mais l’existence d’une science aryenne et d’une science juive est inconcevable. Les résultats scientifiques doivent être identiques quelle que puisse être la façon de les présenter45. » Pourtant, si cette différence d’« esprit » est notée, elle n’en est pas pour autant définie.

  • 46 Ibid.
  • 47  Fritz Wittels, Sigmund Freud : His Personality, his Teaching, and bis School, trans. Eden et Ceder (...)
  • 48  Smiley Blanton, op. cit., p. 42.
  • 49  Abraham Kardiner, Mon analyse avec Freud, Belfond, 1978, p. 105-106.

18Pour de nombreux adversaires de l’antisémitisme politique du tournant du siècle dernier, il se trouvait « [...] en effet, bon nombre de savants juifs, mais [pas] de science juive », pour ne citer qu’Anatole Leroy-Beaulieu46. Pour Freud, quant à lui, il est évident qu’il avait compris que le fait d’être juif préparait « le terrain » pour cette nouvelle science qu’était la psychanalyse tout en réduisant les chances qu’elle pouvait avoir d’accéder au statut de « science neutre ». En 1910, lors du second Congrès de Psychanalyse, il prévenait ses collègues viennois (c’est-à-dire : juifs) en déclarant sans ambages : « Vous êtes juifs, pour la plupart et, par là, inaptes à gagner des amis à la doctrine nouvelle. Les Juifs doivent se contenter du modeste rôle qui consiste à préparer le terrain. Il est absolument essentiel que je forme des liens avec des milieux scientifiques moins restreints [...]. Les Suisses nous sauveront [...]47. » Pourtant, ces mêmes Suisses, du moins C. G. Jung sinon Eugen Bleuder, ne virent en fait rien d’autre en la psychanalyse qu’une science « juive ». Freud montre qu’il en est conscient lorsqu’il déclare à Smiley Blanton en 1930 qu’il a essayé de placer Jung à la tête du mouvement psychanalytique parce qu’« [...]il y avait le danger que l’on considère la psychanalyse comme quelque chose d’essentiellement juif »48. Ou encore lorsqu’il dit à Abraham Kardiner qu’« Il éprouvait de grandes craintes pour l’avenir de la psychanalyse. [Et qu’]il croyait qu’elle s’effondrerait car elle apparaîtrait avec le recul de l’histoire comme une « science juive » »49. Certes, la psychanalyse devait se libérer, mais elle ne pouvait le faire de cet esprit juif qui, du moins selon Freud, l’avait engendrée.

  • 50  Sigmund Freud, Correspondance, 1873-1939, éd. citée, p. 466
  • 51  Sigmund Freud / Karl Abraham, Gallimard, 1991, p. 42 (lettre de Freud à Abraham, 3 mai 1908). (« D (...)
  • 52  Pour le contexte concernant cet échange, voir Peter Homans, The Ability to Mourn : Disillusionment (...)
  • 53  Sigmund Freud / Karl Abraham, éd.citée, p. 43 (lettre d’Abraham à Freud, 11 mai 1908).

19Dans une lettre rédigée en anglais, à l’occasion de la mort en 1936 de son ami et premier adepte en Angleterre, Montague David Eder, Freud évoque encore cette « construction psychique commune » qui distingue les Juifs : « Nous étions tous les deux Juifs et savions l’un de l’autre que nous avions en commun au fond de nous cette miraculeuse chose qui — encore inaccessible à une quelconque analyse, fait le Juif50. » Freud s’exprimera plus d’une fois de cette façon dans ses échanges avec ses amis juifs. Ainsi mentionne-t-il, dans une lettre du 3 mai 1908 à Karl Abraham, leur « appartenance raciale » (Rassenverwandtschaft) qu’il oppose aux idées « aryennes » de Carl Gustav Jung51. Cette lettre reflète d’ailleurs l’angoisse qu’a Freud de voir la psychanalyse stigmatisée comme une « affaire de nation juive »52. Comme il devait l’écrire plus tard à Jones, la science ne devrait pas souffrir de telles appellations. Hélas, il n’en fut rien. Du reste, Abraham comme Freud voyaient une pointe de vérité dans cette accusation, laquelle vérité s’enracinait dans le fait que les Juifs avaient leur propre vision du monde : « Qu’il me soit plus facile de marcher avec vous qu’avec Jung, je l’avoue volontiers. J’ai toujours ressenti, moi aussi, cette parenté intellectuelle. Le mode de pensée talmudique ne peut pas avoir soudainement disparu de nous. Il y a quelques jours, j’ai été captivé dans le Mot d’esprit d’une manière singulière, par un petit paragraphe. En le considérant plus précisément, j’ai trouvé que, dans la technique de l’opposition et dans toute sa composition, il était tout à fait talmudique53. »

  • 54  Ibid., p. 53.

20Dans sa réponse à Karl Abraham, Freud ne nie pas cette « parenté intellectuelle » mais la décrit de la façon suivante : « Vous dirais-je que ce qui m’attire en vous, ce sont des traits apparentés, juifs (verwandte, jüdische Züge) ? Nous nous comprenons54. » Tant Abraham que Freud acceptent l’accusation (voire lui donnent une valeur positive) selon laquelle les Juifs possèdent une langue secrète, occulte, que l’on remarque dans la façon dont ils usent ou plutôt abusent du langage. C’est l’accusation souvent portée à l’encontre des Juifs dont on dit qu’ils mauscheln, qu’ils ont leur jargon propre.

  • 55  Freud à Ferenczi, le 28 juillet 1912, cité in Peter Gay, op. cit., p. 266.
  • 56  Freud à Rank, le 18 août, 1912, ibid., p. 266.
  • 57  Aldo Carolenuto, A Secret symmetry : Sabrina Spielrein between Jung and Freud, trans. by Arno Pome (...)
  • 58  Theodor Reik, Trente ans avec Freud, éd. citée, p. 33.

21En 1912, alors que sa rupture avec Jung est manifeste, Freud, dans une lettre à Ferenczi exprime « avec tristesse l’échec de ses efforts pour amalgamer les Juifs et les goyim au service de la psychanalyse ». [...] car « ils se séparent comme l’huile et l’eau »55. Et l’on comprend mieux les sentiments de Freud à l’égard de Jung, le « goy », à la lecture de la lettre qu’il rédige un mois plus tard pour Otto Rank, où « les Juifs et les goyim » deviennent « les Juifs et les antisémites »56. En août 1913, s’adressant à l’ancienne maîtresse de Jung, Sabrina Spielrein, Freud dit encore : « Nous sommes juifs et le demeurons. Les autres ne feront que nous exploiter et ne nous comprendront ni ne nous apprécieront jamais. »57 Il réitère cette opinion en 1914, dans une lettre où il explique à Theodor Reik que sa critique de l’interprétation théologique que donne le pasteur luthérien et psychanalyste, Oskar Pfister, de la psychanalyse est « trop bonne pour ces goys »58. Ainsi, non seulement les Juifs ont une mentalité différente de celle des Aryens, mais cette différence est irréductible. Les Juifs demeureront à jamais une énigme pour les Aryens.

  • 59  Sigmund Freud, Les résistances contre la psychanalyse, Œuvres complètes, vol. 17, p. 135.
  • 60  L’auteur de La psicanalisi :studii ed appunti critici, Turin, Bocca, 1926, Enrico Morselli, pensai (...)
  • 61  Freud, Correspondance, 1873-1938, éd. citée, p. 397.

22Dans les commentaires de Freud sur les « Résistances à la psychanalyse », il écrit en 1926 : « [...] qu’il soit permis à l’auteur de soulever, sous toute réserve, la question de savoir si sa propre personnalité de Juif qui n’a jamais voulu cacher sa judéité n’a pas eu part à l’antipathie de l’environnement à l’égard de la psychanalyse. [...] Peut-être n’est-ce pas non plus un pur hasard si le premier représentant de la psychanalyse fut un Juif. Pour professer sa croyance en elle, il fallait une passable dose de disponibilité permettant d’assumer le destin de l’isolement dans l’opposition, destin qui est plus familier au Juif qu’à un autre59. » Même si Freud exprime tout à la fois de la fierté et de la crainte à l’idée que la psychanalyse soit assimilée à une entreprise juive, il écrit cependant en 1926 au psychanalyste italien Enrico Morselli60 : « Je ne sais pas si votre jugement est justifié quand vous considérez la psychanalyse comme un produit direct de l’esprit juif, mais si c’est le cas, je n’en serais pas honteux. Bien que je me sois détaché depuis longtemps de la religion de mes ancêtres, je n’ai jamais perdu le sentiment de solidarité envers mon peuple (Volk) et je vois avec satisfaction que vous vous dites l’élève d’un homme de ma race (Stammesgenossen) le grand Lombroso61. »

  • 62  Sigmund Freud, Lettre à l’éditeur de la Jüdische Preszentale Rurich, Œuvres complètes, vol. 17, p. (...)
  • 63  Josef Philip Hes, A note on an as yet unpublished letter by Sigmund Freud, Jewish Social Studies, (...)

23Bien que « d’importance capitale pour [lui] en tant que sujet présentant un intérêt scientifique », Freud ne se reconnaît pas dans le judaïsme en tant que religion, mais plutôt, comme il l’écrit dans une lettre de 1925 dans le « [...] fort sentiment d’appartenance à mon peuple (mit meinem Volk) »62. Dans sa réponse aux vœux formulés par le Grand Rabin de Vienne à l’occasion de son soixante-quinzième anniversaire, Freud souligne la parenté psychologique des Juifs : « Vos propos ont résonné en moi d’un écho particulier qu’il n’est pas nécessaire que je vous décrive. Quelque part dans mon âme, dans un de ses recoins les plus dissimulés, je suis un Juif fanatique. Je suis très étonné de me découvrir tel, malgré tous mes efforts pour être sans préjugés et impartial. Que puis-je faire contre mon âge63 ? »

  • 64  Sigmund Freud, Totem et Tabou, Gallimard, 1993, p. 67 (GW, 14, 569).

24D’ailleurs en 1934 dans sa préface à l’édition hébraïque de Totem et tabou, Freud met clairement en avant une définition du Juif raciale (ou du moins ethnopsychologique) non religieuse : « Aucun des lecteurs de ce livre ne saurait aisément se mettre à la place de l’auteur et éprouver ce qu’il éprouve, lui qui ne comprend pas la langue sacrée, qui est totalement détaché de la religion de ses pères — comme de n’importe quelle autre religion-, qui ne peut partager des idéaux nationalistes et n’a pourtant jamais renié l’appartenance à son peuple, qui ressent sa nature (Eigenart) comme juive et ne voudrait pas en changer. Si on lui demandait : Mais qu’est-ce qui est encore juif chez toi, alors que tu as renoncé à tout ce patrimoine (Gemeinsamkeiten), (Volksgenossen) ? Il répondrait : Encore beaucoup de choses, et probablement l’essentiel. A l’heure qu’il est il serait toutefois incapable de le formuler en termes clairs. Mais sûrement qu’un jour ce sera accessible à la compréhension scientifique64. »

25Mais nous verrons que dans le monde scientifique freudien, le Juif n’est pas seul à demeurer une énigme.

Du discours sur la race à la conception des sexes

  • 65  Sigmund Freud, L’organisation génitale infantile, La vie sexuelle, PUF, 1969, p. 114.
  • 66  Paul Näcke, Über Kontrast-Träume und speziell sexuelle Kontrast-Träume, Archiv fur Kriminal-Antrop (...)
  • 67  Sigmund Freud, Trois essais sur la théorie sexuelle, éd. citée, p. 59 (GW, 5, 50).

26Les propos de Freud sur le caractère énigmatique du Juif sont parallèles à ceux qu’il tient sur la femme. La perplexité du médecin psychologue devant l’essence juive est égale à celle qu’il éprouve devant la sexualité féminine, voire devant les phases de son développement : « Malheureusement nous ne pouvons décrire cet état de choses que chez l’enfant mâle ; la connaissance des processus correspondants chez la petite fille nous fait défaut65. » Freud écrit ceci en 1923. Certes il était alors couramment admis, en particulier par les sexologues de la fin du siècle dernier, tel Paul Näcke par exemple, « que les hommes seront incapables de jamais percer (eindringen) la psychologie de la femme et vice versa »66. Mais Freud, lui, pose le problème de façon univoque : seule la femme est une énigme. Freud à cette époque reprend ce qu’il exposait dès 1905 dans Trois essais sur la théorie sexuelle : « La signification du facteur de la surestimation sexuelle peut être le mieux étudiée chez l’homme, dont la vie amoureuse a seule pu faire l’objet de recherches, alors que celle de la femme — du fait, d’une part, de l’étiolement que lui impose la civilisation (Kulturverkümmerung), d’autre part en raison de la discrétion (konventionelle Verschwiegenheit) et de l’insincérité (Unaufrichigkeit) conventionnelles des femmes — est voilée d’une obscurité encore impénétrable67. » Le ton péjoratif de cette description fait écho au discours antisémite, largement répandu au tournant du siècle — y compris dans la littérature médicale de l’époque — sur la nature secrète du Juif et la mentalité juive.

  • 68  Sigmund Diamond, Sigmund Freud. His jewishness, and scientific method: The seen and the unseen as (...)
  • 69  Sigmund Freud, Les théories sexuelles infantiles, La vie sexuelle, éd. citée, p. 16.

27Les termes que Freud utilise à propos de l’incapacité scientifique à saisir l’essence juive sont identiques à ceux qu’il emploie pour parler de l’essence féminine68. Dans les deux cas, il reprend le discours de la biologie raciale, avec tout ce que cela implique d’essences cachées et de forces obscures, afin d’expliquer les actions des individus. Seule l’essence du moi peut être connue : « Des circonstances externes et internes défavorables font que les informations dont je vais faire état portent principalement sur l’évolution sexuelle d’un seul sexe, à savoir le sexe masculin69. » Mais alors, l’homme juif n’est-il pas réellement de sexe masculin ou bien Freud élabore-t-il une théorie des sexes, en l’occurrence du sexe masculin, où il pourrait se penser mais d’où les hommes juifs seraient, eux, exclus ? En effet, d’après ce que nous pouvons glaner de ses propres remarques, Freud n’applique pas ce qu’il présume connaître du moi à l’essence juive, il se contente de l’appliquer à la connaissance du sexe masculin. L’incapacité à saisir le Juif et le caractère secret de l’esprit juif reproduit le discours sur le corps juif, maladif et foncièrement autre.

  • 70  Voir l’analyse détaillée des débats psychanalytiques portant sur « l’envie de pénis », in Shahla C (...)
  • 71  Sigmund Freud, La question de l’analyse profane, Œuvres complètes, vol. 18, p. 36.
  • 72  Voir Sander Gilman, Difference and Pathology : Stereoptypes of Sexuality, Race, and Madness, Ithac (...)
  • 73  Sigmund Freud, Introduction à la psychanalyse, éd. citée, p. 140.
  • 74  Voir par exemple F. D. F. Souchay, De l’homologie sexuelle chez l’homme, Rignoux, 1855. Cette ques (...)

28La question de la connaissance de l’Autre et du moi est au cœur d’un des aspects les plus complexes et les plus controversés de la théorie freudienne, à savoir le sens qu’accorde Freud à l’anatomie respective de l’homme et de la femme70. Dans son essai de 1926 sur l’analyse profane, Freud parle de la vie sexuelle de la femme comme du dark continent du psychisme humain : « Nous n’avons pas à avoir honte de cette différence ; la vie sexuée de la femme adulte n’est-elle pas d’ailleurs un dark continent pour la psychologie ? Mais nous avons reconnu que la fille ressent péniblement le manque d’un membre sexué égal en valeur au membre masculin, se considérant pour cela comme de valeur inférieure, et que cette « envie de pénis » constitue l’origine de toute une série de réactions féminines caractéristiques71. » J’ai exposé ailleurs les conséquences de cette expression quant à la représentation médicale de la femme noire au xixe siècle72. Qu’il suffise de noter ici le vocabulaire de Freud et le sentiment d’infériorité qu’il impute à la femme à cause de son « envie de pénis ». C’est dans ce contexte que Freud pose la question du sens qu’accorde la femme à ses propres organes génitaux, et plus particulièrement au clitoris : « La femme possède en effet dans son appareil génital un petit membre semblable à la verge de l’homme, et ce petit membre, le clitoris, joue dans l’enfance et dans l’âge qui précède les rapport sexuels le même rôle que le pénis masculin73. » Certes les théories psychanalytiques contemporaines rejettent pour la plupart cette idée, que l’on ne trouve plus aujourd’hui que dans les thèses relatives aux structures homologues des organes génitaux74. On a cependant prêté trop peu d’attention à ce que Freud a pu exactement entendre par là.

  • 75  Karl Reiskel, Idioticon viennense eroticum, Anthropophytheia, 2, 1905, p. 9. Freud fait référence (...)

29La comparaison entre le clitoris et un « pénis tronqué » ou un moindre pénis, reflète l’opinion largement répandue dans la Vienne du tournant du siècle selon laquelle il existe un rapport entre le Juif de sexe masculin et la femme. Dans l’argot viennois de l’époque le clitoris est tout simplement connu sous le vocable de « juif » (Jud)75 ; et pour dire d’une femme qu’elle se masturbait, on disait qu’elle « jouait avec le juif ». Le « petit organe » de la femme devient le pars par toto du Juif et son membre circoncis. Cette association péjorative des deux corps parce qu’ils possèdent l’un et l’autre un organe sexuel « défectueux » traduit la vision qu’a l’époque du sexe masculin : il n’est ni féminin ni juif.

  • 76  La féminité, Nouvelles conférences sur la psychanalyse, éd. citée (p. 155 dans l’édition de Gallim (...)
  • 77  Élaine Showalter, The Female Malady : Women, Madness, and English Culture, 1830-1980, New York, Pa (...)

30Mais pour Freud, le clitoris, le « juif », devient un signe de masculinité. Jusqu’en 1931, dans son essai sur la féminité, Freud souligne encore la nécessité pour la sexualité féminine de passer de la phase masturbatoire de la zone génitale masculine, le clitoris, à la sexualité adulte du rapport vaginal. Pour devenir adulte et se définir antithétiquement par rapport à l’homme, la femme doit abandonner le signe de maculinité que représente le « juif », soit le clitoris76. L’analogie entre le corps et l’esprit juifs d’une part, et le corps et l’esprit de la femme d’autre part, est fréquente, au tournant du siècle. Cette conception de la femme est déjà celle de la science médicale allemande. L’ensemble du vocabulaire médical relatif à la femme souligne son infériorité physique et intellectuelle par rapport à l’homme. Et les termes utilisés sont précisément ceux que l’on retrouve dans le discours tenu sur les Juifs. Ainsi comme l’a si brillamment montré Élaine Showalter, considère-t-on que la femme court de grands risques de maladies mentales77.

  • 78  N.d.T. :Cesare Lombroso, La femme criminelle et la prostitution (1895), F. Alcan, 1896(Jérôme Mill (...)
  • 79  John M. Eyler, Victorian Social Medicine : The Ideas and Methods of William Farr, Baltimore, The J (...)

31De surcroît, la femme, comme le Juif, se distingue par son odeur. Comme le Juif, de façon atavique. Le fondateur de l’anthropologie criminelle moderne, le Juif italien, Cesare Lombroso, nous a fourni une interprétation de l’origine du sentiment de la pudeur chez l’homme « primitif ». Il fait observer que dans les langues romanes, le vocable désignant la pudeur vient de la racine putere, ce qui, selon lui, indique que l’origine de ce sentiment réside dans le dégoût suscité par les odeurs corporelles. Il « démontre » cela en faisant remarquer que les prostituées font preuve d’une « pseudo-pudeur primitive », la crainte d’être repoussante pour l’homme, puisqu’elles répugnent à ce qu’on leur examine le sexe lors des menstruations78. La santé publique associe dans sa conception de la maladie l’odeur des menstrues et la puanteur des déchets, aussi bien humains qu’animaux, et c’est cette conception qui est encore la plus répandue à la fin du xixe siècle. Edwin Chadwick, le plus ardent défenseur de l’hygiène publique au début de l’époque victorienne (qui s’inspira de l’œuvre théorique d’auteurs allemands dont par exemple E. B. Heberstreit) concevait la maladie comme la conséquence de la putréfaction des effluves. Pour ce médecin ; « Toute odeur est maladie79. » Le lien entre l’hygiène publique et la femme (et ses sécrétions) corruptrices passe par l’odeur.

  • 80  Sur la représentation de la femme dans la médecine à la fin du siècle dernier, voir Lilian Berna-S (...)

32Plus on se penche sur la question de la féminité, et plus on affirme que la science ne réussira jamais vraiment à en saisir l’essence. Celle-ci dépasse l’entendement masculin. Aussi bien dans les derniers écrits philosophiques de Schopenhauer que dans les écrits du contemporain de Freud, Paul Julius Möbius, les propos concernant l’infériorité de la femme s’accompagnent de la récrimination d’être incapable d’en comprendre la nature80. Le fossé infranchissable entre l’observateur scientifique « neutre » et l’objet observé réside dans le fait que l’objet ne partage pas les mêmes stratégies de la perception que celles de l’observateur : juif ou femme, l’objet n’est pas adéquat.

  • 81  Sigmund Freud, Autoprésentation, Œuvres complètes, vol. 17, p. 85.

33Au cours de ses travaux sur l’importance de la vie sexuelle, Freud a redéfini la sexualité de façon à atténuer l’accent qu’il avait mis au départ sur l’anatomie sexuelle et son lien avec la sexualité de l’« adulte normal ». La sexualité étant désormais définie par rapport à l’idée de dégénérescence, il n’est plus possible de reconnaître, à première vue, « le masculin » du « féminin ». La sexualité fait maintenant partie de la structure mentale de tout être humain. Et la bisexualité de chaque individu ôte à l’anatomie sexuelle toute signification particulière. Chaque être humain exprime une des nombreuses qualités d’esprit parmi le large éventail allant de celles qui sont purement « masculines » à celles qui sont purement « féminines » : « Premièrement, la sexualité est détachée de ses relations par trop étroites aux organes génitaux et elle est posée comme une fonction du corps plus englobante, tendant au plaisir, qui n’entre que secondairement au service de la reproduction ; deuxièmement, sont mis au nombre des motions sexuelles toutes celles qui sont simplement tendres ou amicales, pour lesquelles notre usage de la langue utilise le mot multivoque d’« amour ». J’estime toutefois que ces élargissements ne sont pas des innovations, mais des restaurations, ils signifient la suppression de rétrécissements inappropriés du concept, auxquels nous nous sommes laissé entraîner. Détachée des organes génitaux, la sexualité a l’avantage de nous permettre de subsumer l’activité sexuelle des enfants et des pervers sous les mêmes points de vue que celle des adultes normaux, alors que la première était jusqu’ici totalement négligée et la seconde acceuillie certes avec de l’indignation morale, mais sans compréhension81. »

34En ôtant à la sexualité la reproduction, comme fin dernière, Freud affaiblit l’argument selon lequel les pratiques sexuelles juives (la circoncision ou le mariage endogène) sont à l’origine de la pathologie juive. A la fin du siècle dernier, « juifs » et « pervers » sont des catégories virtuellement interchangeables.

  • 82  Cité par Ernest Jones dans op. cit., vol. 2, p. 445. Voir William G. Niederland, The source of Fre (...)

35C’est environ dans la même période où Freud parlait de l’impossibilité de connaître le Juif, qu’il déplorait, en interrogeant son amie et analysant, la princesse de Grèce, Marie Bonaparte, de ne pas savoir ce que voulaient les femmes82. Tous les commentaires de Freud vont dans le même sens, à savoir celui de l’incapacité à connaître la femme en tant qu’« objet » (au sens qu’il donne à ce terme) différent du moi. Freud introduit pourtant le « juif » — dans son sens argotique de clitoris — dans le corps féminin. Mais, nous savons déjà que l’essence du corps juif est à la fois trop bien connue pour être insaisissable et trop insaisissable pour être connue. Elle est simultanément « familière » et « étrange ».

  • 83  Voir Jacques Le Rider, Modernité viennoise et crises de l’identité, PUF, 1990, p. 197-222.
  • 84  Heinrich Singer, Allgemeine und spezielle Krankheitslehre der Juden, Leipzig, Benno Konegen, 1904, (...)
  • 85  Adolf Jellinek, Der Jüdische Stamm : Ethnographische Studien, Vienna, Herzfeld & Bauer, 1869, p. 8 (...)
  • 86  Felix von Luschan, Altweiber-Psychologie, Deutsche medizinische Wochenschrift, 42, 6 jan-vier, 191 (...)
  • 87 Ernest Jones, op. cit., vol. 2, p. 127.

36Les contradictions de Freud sur la signification et la fonction de l’idée de race et de l’appartenance raciale et sa supposition que la nouvelle science psychanalytique affaiblit l’idée de race en tant que catégorie scientifique est le thème central de l’ouvrage de Jacques Le Rider, Modernité viennoise et crise de l’identité83. On retrouve dans certaines images, métaphores et structures profondes de la théorie freudienne la même idée du Juif qu’avait la science qui donna corps à la grande science médicale de cette même époque, et dont furent nourris Freud ou d’autres médecins juifs. Or il est un fait que la représentation de l’homme juif s’est « féminisée » au cours de l’histoire occidentale (c’est-à-dire : chrétienne). D’ailleurs, en 1904, tout en acceptant l’opinion selon laquelle les Juifs formaient une race unique, le médecin de Elberfeld, Heinrich Singer, fait la remarque suivante : « En général à l’examen on constate que le corps du Juif se rapproche énormément du type corporel féminin84. » L’opinion de Singer fait écho à l’opinion anthropologique plus ancienne, partagée entre autres par l’ethnologue juif, Adolf Jellinek, qui déclare sans hésiter : « Lorsque l’on considère les différentes races, il est évident que certaines sont plus masculines, d’autres plus féminines. Les Juifs appartiennent à ces dernières. Ils sont une de ces tribus à la fois plus féminines et qui ont fini par représenter (repräsentieren) le féminin parmi les autres peuples. Une juxtaposition du Juif et de la femme persuadera le lecteur de la vérité de cette thèse ethnographique. » La preuve physiologique qu’avance Jellinek a trait à la voix du Juif : « Bien que je me refuse à établir une comparaison physiologique, je ferai remarquer que les voix de basse sont beaucoup plus rares chez les Juifs que les voix de baryton85. » Le stéréoptype de la comparaison du Juif (comprendre ici : de l’homme juif) avec la femme (y compris la femme juive) est l’un des plus courants dans les débats autour du l’idée de race. On le trouve du reste exprimé tout à fait explicitement dans les attaques contre Freud et la psychanalyse. Luschan traite Freud, Wilhem Fliess et Hermann Swaboda, de communauté pseudo-religieuse, comparable à la communauté scientifique chrétienne, et emploie l’expression de « psychologie de vieille bonne femme » (Altweiber-Psychologie)86que Konrad Rieger avait forgée à propos de toutes ces entreprises « pseudo-scientifiques ». En 1916, dans sa riposte à Félix von Luschan, un des plus grands « experts » sur la nature juive, Freud ne peut (d’ailleurs) s’exprimer lui-même qu’en termes de race en déclarant dans une lettre adressée à Sandor Ferenczi que « [...] un vieux Juif est plus résistant qu’un royal Teuton prussien »87.

37Lorsque l’on considère la conception qu’a Freud de sa propre différence, on constate que c’est la relation entre les idées de race et celles de la différence entre les sexes qui en circonscrit les contours. C’est en analysant la théorie freudienne à la lumière de ses propres concepts critiques que le refoulement et la projection de l’image du Juif apparaît clairement dans la théorie psychanalytique ; ce n’est pas dans le cadre d’une théorie de la race (comme on le voir plus tard chez C. G. Jung), mais dans le cadre de la conception freudienne des sexes.

38En s’inspirant de travaux antérieurs respectivement publiés en 1925 et 1931, Freud écrit dans ses Nouvelles conférences d’introduction à la psychanalyse de 1933 au sujet du rôle du médecin devant la question des sexes : « La conférence d’aujourd’hui ne devrait pas, elle non plus trouver place dans une introduction, mais elle peut vous donner un échantillon d’un travail analytique de détail et je peux vous dire deux choses pour vous la recommander. Elle n’apporte rien que des faits observés, presque sans aucune addition de spéculations, et elle s’occupe d’un thème qui peut prétendre à votre intérêt comme presque aucun autre. De tout temps les hommes se sont creusé la tête sur l’énigme de la féminité.

Häupter in Hieroglyphenmützen Häupter in Turban und Schwarzem Barett, Perückenhäupter und tausend andere Arme, schwitzende Menschenhäupter... (Heine, Nordsee.)

39Têtes à calottes hiéroglyphiques, Têtes en turbans et barettes noires Têtes coiffées de perruques et mille autres Pauvres têtes humaines baignées de sueur... (Heine, Nordsee VII, Fragen.)

  • 88  Sigmund Freud, Nouvelles conférences d’introduction à la psychanalyse, éd. citée, p. 151-152.

« Vous aussi, vous ne vous êtes sans doute pas exclus de cette réflexion, dans la mesure où vous êtes des hommes ; on ne l’attend pas des femmes qui se trouvent parmi vous, elles sont elles-mêmes cette énigme. Masculin ou féminin est la première différence que vous faites quand vous rencontrez une autre créature humaine et vous êtes habitués à effectuer cette différence avec une assurance dénuée d’hésitation. La science anatomique partage votre certitude sur ce point, et pas beaucoup au-delà. »88

  • 89  Ludwig-Hirschfeld, Was nicht im Baedeker steht : Wien und Budapest, Munich, R. Piper, 1927, p. 56.
  • 90  Abraham Kardiner, Mon analyse avec Freud, éd. citée, p. 136.
  • 91  Martin Freud, Freud, mon père, Denoël, 1975, p. 16.

40Ce raisonnement peut se lire dans les termes du discours sur la race. Nous allons nous permettre de le transposer ainsi : « Il existe une différence biologique inhérente entre les Juifs et les Aryens et ceci joue un rôle déterminant pour vous définir (vous, mon auditeur) ainsi que votre culture. » Le « vous » auquel le « je » s’adresse est manifestement le lecteur aryen, car il est sous-entendu que le lecteur juif, lui, n’est qu’un élément du problème. L’Aryen est l’observateur et le Juif, l’objet observé. Lorsque nous rencontrons quelqu’un dans la rue, « nous » nous demandons immédiatement (nous, c’est-à-dire le locuteur et son interlocuteur, tous deux aryens) : est-ce un « Juif » ou un « Aryen » et nous établissons cette distinction à partir de certitudes fondées sur des suppositions relatives aux différences anatomiques. Un guide de Vienne de l’époque corrobore d’ailleurs cela. Tout Viennois en rencontrant un autre se demandait s’il avait devant lui un Juif89. Cette différence biologique semble même pouvoir se manifester à travers le vêtement ou la culture. Pour preuve, ce que relate le jeune psychanalyste juif américain, Abraham Kardiner, à savoir le revers qu’il subit à Vienne auprès d’une jeune femme rencontrée à un bal masqué, lorsqu’il fut clair, au moment où ils se démasquèrent, qu’il était juif90. Ou encore — vicissitude bien plus rude ~ ce que rapporte Martin Freud, le fils aîné de Sigmund Freud : « Je me souviens d’une promenade que je fis avec elle [sa tante] à Vienne lors de laquelle nous fûmes dépassés par un homme tout à fait ordinaire, probablement un gentil, qui, autant que je m’en rende compte, ne nous avait pas prêté attention. C’est pourquoi je mis l’attitude de tante Dolfi sur le compte d’une phobie pathologique — ou de sa stupidité : elle m’avait agrippé le bras avec terreur en murmurant : « As-tu entendu ce que cet homme a dit ? Il m’a appelée sale Juive puante et il a ajouté qu’il était temps que nous soyons tués. »91 »

  • 92  Voir le chapitre « The Jewish Reader : Freud reads Heine reads Freud, » dans l’ouvrage de Sander L (...)

41Mais, continuons. Selon Freud, nous faisons une fausse hypothèse lorsque nous affirmons que le caractère uniforme de l’identité de tous les « hommes » par opposition aux « femmes » peut être établi en termes d’anatomie des organes génitaux. Freud poursuit son raisonnement en montrant que ce déterminant physiologique est central à toute discussion sur la nature de la différence sexuelle. Or, dans ce texte, Freud se perçoit de sexe masculin et cite un auteur masculin, Heinrich Heine, qui représente le Juif, lui-même représentant la femme malade et ceci, dans le contexte de l’incapacité à « connaître » la vérité de ce « continent noir » que constituent les femmes92. Pour le lecteur antisémite « aryen », les références de Heine devaient évoquer un ensemble d’associations assez différent de celles qu’elles avaient dans le texte original. Heine était un écrivain juif de tout premier pour la culture allemande (ce qu’il demeure du reste). Les lecteurs sensibles à la judéité de Heine auront associé les turbans orientaux, les hiéroglyphes égyptiens, la sueur des pauvres du ghetto, les perruques des têtes rasées des mariées juives orthodoxes, à des signes indirects de différence raciale et non pas à de simples marques de différence sexuelle. On est donc en présence d’un Juif (Freud) citant un autre Juif (Heine), sur un thème essentiellement juif, la vie sexuelle humaine. Freud réussit à contourner cette connotation seulement grâce à une conception du masculin dans laquelle il peut s’inclure avec Heine et ses interlocuteurs aryens masculins. En effet Freud poursuit sa thèse, toujours dans cette même conférence, en mettant en question la dichotomie apparente entre « le masculin » et « le féminin » et en concevant un continuum universel entre ces deux pôles. Comme dans le cas de la différence biologique entre « Juifs et « Aryens », il réduit la distinction entre « le masculin » et « le féminin », en démontrant le caractère transitoire de ces deux pôles-frontières apparemment fixes. Le désir qu’a Freud d’abandonner dans le domaine de la biologie des sexes des distinctions aussi rigides est à mettre en parallèle avec son désir de Juif intégré d’abandonner de pareilles distinctions dans le domaine de la biologie raciale.

42Le texte freudien fait entendre la voix d’un homme participant au discours scientifique dominant sur la science des sexes. Dans la transposition que nous avons opérée, la voix devient celle de l’Aryen et de la pensée dominante aryenne. Lorsqu’en réécrivant le texte en question comme s’il s’agissait de race nous imaginions Freud comme l’agresseur, il pourrait sembler que nous ayons tort puisque Freud transforme le problème de la relation entre le sujet et l’objet en une question d’identité sexuelle : celui qui « se creuse la tête » (le sujet) est « le masculin » et le problème (l’objet), « le féminin ». Mais ceci présume que la définition que donne du corps masculin comme uniforme et constant est bien celle qu’en donne la pensée scientifique dominante de son époque. Or le corps de l’homme juif est marqué, par l’acte rituel de la circoncision et de bien d’autres façons encore. De fait, l’anatomie des organes génitaux n’implique pas tant deux catégories distinctes (et opposées), mais plutôt trois — les organes génitaux de l’homme juif constituant une catégorie à part. En concevant un corps « masculin » universel afin de remettre en question les idées sur la nature particulière du corps juif, Freud transmue donc des concepts relatifs à la race en concepts relatifs aux sexes. Mais la force de ces concepts est telle que nous ne percevons pas le processus de sublimation dont ils sont le résultat et que nous les admettons comme base de discussion du masculin et du féminin comme s’ils étaient des concepts princeps de la doctrine freudienne.

Haut de page

Notes

1  Les nombreux ouvrages consultables sur la question sont en particulier : Ulla Haselstein, Poets and prophets : The Hebrew and the Hellene in Freud’s cultural theory, German Life and Letters, 45 (1992), 50-65 ; Harold Bloom, Freud ; Frontier concepts, jewishness, and interpretation, American Imago, 48 (1991), 135-152 ; Yosef Hayim Yerushalmi, Le Moïse de Freud : judaïsme terminable et interminable, Gallimard, 1993 ; Jerry V. Diller, Freud’s Jewish Identity ; A Case Study in the Impact of Ethnicity, Rutherford, NJ, Fairleigh Dickinson University Press, 1991 ; Jacques Le Rider, Modernité viennoise et crises de l’identité, PUF, 1990, p. 197-222 ; Gérard Haddad, L’enfant illégitime : sources talmudiques de la psychanalyse, Paris, Point hors ligne, 1990 ; Ken Frieden, Freud’s Dream of Interpretation, Albany, State University of New York Press, 1990 ; Emanuel Rice, Freud and Moses :The Long Journey Home, Albany, New York, The State University of New York Press, 1990 ; Y. H. Yerushalmi, Freud on the « Historical Novel » : From the Manuscript Draf (1934) of Moses and Monotheism, International Journal of Psychoanalysis, 70 (1989), 375-395 ; Renate Böschenstein, Mythos als Wasserscheide. Die jüdische Komponente der Psychoanalyse : Beobachtungen zu ihrem Zusammenhang mit der Literatur des Jahrhundertbeginns, in Hans Otto Horch et Horst Denkler (eds), Conditio judaica : Judentum. Antisemitisemus und deutschsprachige Literatur vom 18. Jahrhundert bis zum Ersten Weltkrieg, Tübingen, Max Niemeyer, 1989, p. 287-310 ; Edward Shorter, Women and Jews in a private nervous clinic in late nineteenth-century Vienna, Medical History, 33, 1989, 149-183 ; Robert S. Wistrich, The Jews of Vienna in the Age of Franz Joseph, Oxford, The Littman Library of Jewish Civilization /Oxford University Press, 1989, p. 537-582 ; Jakob Hessing, Der Fluch des Propheten : Drei Abhandlung zu Sigmund Freud, Rheda-Wiedenbrück, Daedalus, 1989 ;Jacques Chemouni, Au-delà de la psychanalyse : l’identité juive, Frénésie, 7, 1989, 99-124 ; Jerzy Strojonowski, Polish-Jewish background of psychoanalysis, XXXeCongrès international d’histoire de la médecine, 1986, Düsseldorf, No Publisher, 1988, p. 1224-1230 ; Francine Beddock, L’héritage de l’oubli — de Freud à Claude Lanzmann, Nice, Z’éditions, coll. « Trames », 1988 ; Paul C. Vitz, Sigmund Freud’s Christian unconscious, New York, The Guilford Press, 1988 ; David S. Blatt, The development of the hero : Sigmund Freud and the reformation of the Jewish tradition, Psychoanalysis and Contemporary Thought, 11, 1988, 639-703 ; Susan Heenen-Wolff, « Wenn ich Oberhuber hieße... » : Die Freudsche Psychoanalyse zwischen Assimilation und Antisemitismus, Francfort/Main, Nexus, 1987 ; Peter Gay, Un juif sans Dieu : Freud, l’athéisme et la naissance de la psychologie, puf, 1989 ; Mordechai Rotenberg, Re-biographing and Deviance : Psychotherapeutic Narrativism and the Midrasch, New York, Praeger, 1987 ; Jacques Chemouni, Freud interprète de l’antisémitisme, Frénésie, 4, 1987, 117-136 ; Jacques Chemouni, Freud et les associations juives. Contribution à l’étude de sa judéité, Revue française de psychanalyse, 4, 1987, 1207-1243 ; h. Bloom, Grenzbegriffe, Interpretation und jüdisches Erbe bei Freud, Psyché, 40, 1986, 600-616 ; L. J. Rather, Disraeli, Freud, and Jewish conspiracy theories, Journal of the History of Ideas, 47, 1986, 111-131 ; J. Kirsch, Jung’s transference on Freud : Its Jewish element, American Imago, 41, 1984, 63-84 ; Elliott Oring, The Jokes of Sigmund Freud : A Study in Humor and Jewish Identity, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 1984 ; Stanley Rosenman, A psychohistorical source of psychoanalysis — Malformed Jewish psyches in an immolating setting, Israel Journal of Psychiatry and Related Sciences, 21, 1984, 103-116 ; H. Baruk, Moïse, Freud et le veau d’or, Revue historique de la médecine hébraïque, 37, (1984, 19-23 ; Elaine Amado Lévy-Valensi, Le Moïse de Freud ou la référence occultée, Monaco, Éditions Rocher, 1984 ; Stanley Rosenman, The late conceptualization of the self in psychoanalysis : The German language and Jewish identity, Journal of Psychohistory, 11, 1983, 9-42 ; Harold Bloom, Jewish culture and Jewish memory, Dialectical Anthropology, 8, 1983, 7-19 ; Mortimer Ostow, Judaism and Psychoanalysis, New York, Ktav, 1982 ; Susan A. Handelman, The Slaying of Moses :The Emergence of Rabbinic Interpretation in Modern Literary Theory, Albany, State University of New York Press, 1982, p. 129-152 ; Theo Pfrimmer, Freud : lecteur de la Bible, Paris, PUF, 1982 ; Max Kohn, Freud et leyiddisch : le préanalytique, Paris, Christian Bourgois, 1982 ; Sigmund Diamond, Sigmund Freud, his jewishness, and scientific method : The seen and the unseen as evidence, Journal of the History of Ideas, 43, 1982, 613-634 ; Peter Gay, Six names in search of an interpretation : A contribution to the debate over Sigmund Freud’s jewishness, Hebrew Union College Annual, 53, 1982, 295-308 ; Marie Balmery, Psychoanalyzing Psychoanalysis :Freud and the Hidden Fault of the Father, trans. Ned Lukacher, Baltimore, The Johns Hopkins University Press, 1982 ; Dennis B. Klein, Jewish Origins of the Psychoanalytic Movement, New York, Praeger, 1981 ; Justin Miller, Interpretations of Freud’s jewishness, 1924-1974, Journal of the History of the Behavorial Sciences, 17, 1981, 357-374 ; David Aberbach, Freud’s Jewish problem, Commentary, 69, 1980, 35-39 ; Carl Schorske, Freud : The psycho-archeology of civilizations, Proceedings of the Massachusetts Historical Society, 92, 1980, 52-67 ; C. Musatti, Freud e l’ebraismo, Belfagor, 35, 1980, 687-696 ; Carl E. Schorske, Fin-de-siècle Vienna :Politics and Culture, New York, Alfred A. Knopf, 1980, p. 181-207 ; Moshe Halevi Spero, Judaism and Psychology :Halakhic Perspectives, New York, KTAV, 1980 ; Marianne Knill, Sigmund, fils de Jacob : un lien non dénoué, Gallimard, 1983 ; Hugo Knoepfmacher, Sigmund Freud and the B’nai B’rith, Journal of the American Psychoanalytic Association, 27, 1979, 441-449 ; Fred Grubel, Zeitgenosse Sigmund Freud, Jahrbuch der Psychoanalyse, 11, 1979, 73-75 ; Avner Falk, Freud and Herzl, Contemporary Psychoanalysis, 14, 1978, 357-387 ; Jeffrey Masson, Buried memories on the Acropolis : Freud’s response to mysticism and anti-semitism, International Journal of Psychoanalysis, 59, 1978, 199-208 ; Peter Gay, Freud, Jews, and other Germans, New York, Oxford University Press, 1978, p. 29-92 ; N. K. Dor-Shav, To be or not to be a Jew ? A dilemma of Sigmund Freud ?, Acta Psychiatrica et Meurologica Scandinavica, 56, 1977, 407-420 ; O. Herz, Sigmund Freud und B’nai B’rith, in B’nai B’rith Wien, 1895-1975, Vienna, B’nai B’rith, 1977, p. 50-56 ; A. Falk, Freud and Herzl, Midstream, 23, 1977, 3-24 ; Martin S. Bergmann, Moses and the evolution of Freud’s Jewish identity, The Israeli Annals of Psychiatry and Related Disciplines, 14, 1976, 3-26 ; Paul Roazen, Freud and his Followers, New York, Alfred Knopf, 1975, 22-27 ; Reuben M. Rainey, Freud as a Student of Religion, Missoula, Mont., American Academy of Religion, 1975 ; Léon Vogel, Freud and Judaism : An analysis in the light of his correspondence, trans. Murray Sachs, Judaism, 24, 1975, 181-193 ; Robert Gordis, The two faces of Freud, Judaism, 24, 1975, 194-200 ; S. Rothman, Men and ideas : Freud and Jewish marginality, Encounter, 43, 1974, 46-64 ; Marthe Robert, D’Œdipe à Moïse : Freud et la conscience juive, Paris, Calmann-Lévy, 1974 ;John Murray Cuddihy, The Ordeal of Civility : Freud, Marx, Lévi-Strauss and the Jewish Struggle with Modernity, New York, Basic Books, 1974 ; A. L. Merani, Freud y el Talmud : seguido de critica de los fundamentos de la psicopatologia, Mexico City, Grijalbo, 1974 ; Max Schur, Freud : Living and Dying, New York, International Universities Press, 1972, p. 22-27 ; David Singer, Ludwig Lewisohn and Freud : The Zionist therapeutic, The Psychoanalytic Review, 58, 1971 : 169-182 ; Peter Loewenberg, « Sigmund Freud as a jew » : A study in ambivalence and courage, Journal of the History of the Behavioral Sciences, 7, 1971, 363-369, ainsi que A hidden zionist theme in Freud’s « My Son, the Myops... » dream, Journal of the History of Ideas, 31, 1970, 129-132 ; D. Capps, Hartmann’s relationship to Freud : A reappraisal, Journal of the History of the Behavioral Sciences, 6, 1970, 162-175 ; Ignaz Maybaum, Creation and Guilt :A Theological Assessment of Freud’s Father-Son Conflict, Londres, Vallentine, Mitchell, 1969 ; M. S. Maravon, Contribution à l’étude critique de la psychopathologie du juif : psychanalyse du juif, thèse, Paris, 1969, p. 25-51 ; Earl A. Grollman, Judaism in Sigmund Freud’s World, New York, Appleton-Century, 1965 ; David Bakan, Sigmund Freud and the Jewish Mystical Tradition, New York, Van Nostrand, 1958 ; Ernst Simon, Sigmund Freud : The Jew, Leo Baeck Institute Yearbook, 2, 1957, 270-305 ; Karl Menninger, The genius of the Jew in psychiatry, Medical Leaves, 1, 1937, 127-132, republié dans A Psychiatrist’s World : The Selected Papers of Karl Menninger, éd. Bernard H. Hall, New York, The Viking Press, 1959 ; W. Aron, Notes on Sigmund Freud’s ancestry and Jewish contacts, RIVO Annual of Jewish Social Sciences, 2, 1956, 286-295 ; Samuel Felix Mendelsohn, Mental Healing in Judaism :Its Relationship to Christian Science and Psychoanalysis, Chicago, Jewish Gift Shop, 1936 ; A. A. Roback, Jewish Influence in Modern Thought, Cambridge, MA, Sci-Art Publishers, 1929, p.152-197 ; Arnold Kutzinki, Sigmund Freud, ein Jüdischer Forscher, Der Jude, 8, 1924, 216-221 ; Enrico Morselli, La psicanalisi :studii ed appunti critica, 2 vol., Turin, Bocca, 1926 : A. A. Roback, Freud, chassid or humanist, B’nai B’rith Magazine, 40, 1926, 118 ; A. A. Roback, Is psychoanalysis a Jewish movement ?, B’nai B’rith Magazine, 40, 1926, 118-119, 129-130, 198-201, 238-239.

2  Harold Bloom, The Strong Light of the Canonical :Kafka, Freud, and Scholem as Revisionists of Jewish Culture and Thought, The City College Papers, n° 20, New York, The City College, 1987, p. 43.

3  Voir, par exemple, Emmanuel Velikovsky, The dreams Freud dreamed, Psychoanalytic Review, 30 1941, 487-511, ainsi que les ouvrages de Masson et Loewenberg, op. cit.

4  Peter Homans, The Ability to Mourn :Disillusionment and the Social Origins of Psychoanalysis, Chicago, The University of Chicago Press, 1989, p. 71.

5  Gustave Le Bon, Applications de la psychologie à la classification des races, Revue philosophique, 22, 1886, 593-619, ainsi que Le rôle des Juifs dans la civilisation, Paris, Société des Amis de Gustave Le Bon, 1985. Voir aussi l’analyse des thèses de Le Bon sur les Juifs dans l’ouvrage de Robert Nye, The Origins of Crowd Psychology : Gustave Le Bon and the Crisis of Mass Democracy in the Third Republic, Londres/Beverly Hills, CA, Sage, 1975, p. 56 ; et Elisabeth Roudinesco, La bataille de cent ans, 2 vol., Paris, Ramsay, 1982, en particulier les chapitres « L’inconscient à la française (de Gustave Le Bon à l’Affaire Dreyfus) », 1, 181-221, et « Judéité, israélisme, antisémitisme », 1, 395-411.

6  Pour la traduction française, nous avons cité, dans la mesure où elles étaient déjà disponibles, les nouvelles traductions de l’édition des Œuvres complètes de Sigmund Freud, en cours de publication aux PUF. Nous avons eu recours à d’autres éditions pour tous les ouvrages contenus dans le volume XIX : Nouvelle suite des leçons. Autres textes 1931-1936 qui sort au moment où nous allons sous presse. [N.d. T.]

7  Gustave Le Bon, Psychologie des foules, PUF, 1975, p. 92.

8  Sigmund Freud, Allocution aux membres (de la Société) B’nai B’rith, Œuvres complètes, en cours [OC], PUF, vol. 18, p. 116. (GW, 17, 49-53). [Autre traduction « Mais il restait assez de choses capables de rendre irrésistibles l’attrait du judaïsme et des Juifs, beaucoup d’obscures forces émotionnelles — d’autant plus puissantes qu’on peut moins les exprimer par des mots —ainsi que la claire conscience d’une identité intérieure, le mystère d’une même construction psychique », Freud, Correspondance 1873-1939, éd. citée, p. 398. [N.d.T.]

9  Theodor Reik, Trente ans avec Freud, éd. Complexe, 1975, p. 41.

10  William James, The Principles of Psychology, 2 vol., New York, Henry Holt, 1890, 2, 678.

11  Sigmund Freud, Briefe an Arthur Schnitzler, Neue Rundschau, 66, 1955, 100.

12  Philip Rieff, Freud : The Mind ofthe Moralist, New York, The Viking Press, 1959, p. 261.

13  Sigmund Freud, Psychologie collective et analyse du moi, in op. cit., p. 126.

14  William McDougall, TheGroup Mind, Cambridge, Cambridge University Press, 1920, p. 159-160.

15 B’nai B’rith :Zwi Perez Chajes Loge, 1895-1975, Vienna, B’nai B’rith, 1976, et H. Knoepf-macher, Sigmund Freud and the B’nai B’rith, Journal of the American Psychoanalytic Association, 27, 1979, 441-449.

16  Voir le chapitre : « Les rites de puberté des primitifs », p. 173, dans l’ouvrage de Theodor Reik, Le rituel, Denoël, 1974. [Theodor Reik, Die Pubertätsriten der Wilden : Über einige Übereinstimmungen im Seelenleben der Wilden und der Neurotiker, Imago, 6, 1915-1916, 125-144, 189-222.]

17  Voir l’analyse de ce concept où aucune référence n’est faite à la littérature médicale ou aux ouvrages de psychologie, dans Steven Beller, Vienne et les Juifs, Nathan, 1991, p. 83-95.

18  Ludwig Wittgenstein, Culture and Value, éd. G. H. von Wright and Heikki Nyman, Oxford, Blackwell, 1980, p. 18-19.

19  Sigmund Freud, Correspondance, 1873-1939, Gallimard, 1979, p. 13.

20  Sigmund Freud, L’angoisse, Introduction à la psychanalyse, Payot, 1987, p. 373.

21  Ibid., p. 373.

22  Moritz Lazarus et Heymann Steinthal, Einleitende Gedanken über Völkerpsychologie, Zeitschrift für Völkerpsychologie und Sprachwissenschaft, 1, 1860, 1-73. Dans ce contexte, voir leur correspondance : Moritz Lazarus und Heymann Steinthal :Die Begründer der Völkerpsychologie in ihren Briefen, éd. Ingrid Belke, 2 vol., Tübingen, Mohr, 1971-1986. Quant au lien avec la médecine de la fin du xixe siècle, voir Heinz-Peter Schmiedebach, Die Völkerpsychologie von Moritz Lazarus (1824-1903) und ihre Beziehung zur naturwissenschaftlichen Psychiatrie, XXXeCongrès international d’histoire de la médecine, 1986, Düsseldorf, n.p., 1988), p. 311-321.

23  Wilhelm Wundt, Elements of Folk Psychology :Outline of a Psychological History of the develop-ment ofMankind, trans. Edward Leroy Schaub, Londres, George Allen & Unwin, 1916, p. 2.

24  Sur Freud et Wundt, voir Christfried Tögel, Freud und Wundt : Von der Hypnose bis zur Völkerpsychologie, in Bernd Nitzsche (éd.), Freud und die akademische Psychologie : Beiträge zu einer historischen Kontroverse, Munich, Psychologie Verlags Union, 1989, p. 97-106. Sur leur influence réciproque, voir Tilman J. Elliger, S. Freud und die akademische Psychologie : Ein Beitrag zur Rezeptionsgeschichte der Psychoanalyse in der deutschen Psychologie (1895-1945), Weinheim, Deutscher Studien Verlag, 1986, et aussi Carl Eduard Scheidt, Die Rezeption der Psychoanalyse in der deutschsprachigen Philosophie vor 1940, Francfort/Main, Suhrkamp, 1986.

25  James Mark Baldwin, Mental Development in the Chili and the Race, New York, The Macmillan Company, 1898, p. 14-15. Voir Sigmund Freud, Trois essais sur la théorie sexuelle, Gallimard, 1987.

26  Sigmund Freud, Sur une Weltanschauung, in Nouvelles conférences d’introduction à la psychanalyse, Gallimard, 1984, p. 211.

27  Ibid., p. 212.

28  Jacques Le Rider, Freud zwischen Aufklärung und Gegenaufklärung, in Jochen Schmidt (éd.), Aufklärung und Gegenaufklärung in der europäischen Literatur, Philosophie und Politik von der Antike bis zur Gegenwart, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1989, p. 475-496.

29  Cité par Theodor Reik dans Le rituel, éd. citée, p. 25.

30  Lazarus et Steinthal, Einleitende Gedanken, op. cit., p. 5.

31  Moritz Lazarus, Über das Verhältnis des Einzelnen zur Gesammtheit, Zeitschrift für Völkerpsychologie und Sprachwissenschaft, 2, 1862, 437.

32  Lazarus et Steinthal, Einleitende Gedanken, op. cit., 35.

33 Ibid., p. 35-36.

34 Ibid., p. 37.

35 Ibid., p. 37.

36  Ibid., p. 38.

37  Ibid., p. 39.

38  Sigmund Freud, Malaise dans la culture, Œuvres complètes, vol. 18, p. 276.

39  Dans ce contexte, voir Dagmar Barnouw, Modernism in Vienna : Freud and a normative poetics of the self, Modern Austrian Literature, 22, 1989, p. 327-344, sur la question de Freud et la constitution du moi.

40  Smiley Blanton, Journal de mon analyse avec Freud, puf, 1973, p. 41-42.

41  Sigmund Freud, Pour le cinquantième anniversaire d’Ernest Jones, OC, vol. 18, p. 243.

42 Sigmund Freud — C. G. Jung, Briefwechsel, éd. William McGuire et Wolfgang Sauerländer, Francfort/Main, Fischer, 1974, p. 71, The Freud/Jung Letters : The Correspondence Between Sigmund Freud and C. G. Jung, éd. William McGuire ; trans. Ralph Mannheim and R. F. C. Hull, Princeton, Princeton University Press, 1974, p. 145, Sigmund Freud-C. G.Jung. Correspondance, 1906-1914, 2 vol., Gallimard, 1975.

43  Ernest Jones, La vie et l’œuvre de Sigmund Freud, vol. 2, puf, 1961, p. 45. Voir aussi le récit de cette rencontre dans l’autobiographie du même auteur : Free Associations : Memories of a Psycho-Analyst, Londres, Hogarth Press, 1959, p. 166.

44  Ernest Jones, La vie et l’œuvre de Sigmund Freud, vol. 2, éd. citée, p. 158-159.

45  Anatole Leroy-Beaulieu, Israël chez les nations, Calmann-Lévy, 1983, p. 257.

46 Ibid.

47  Fritz Wittels, Sigmund Freud : His Personality, his Teaching, and bis School, trans. Eden et Ceder Paul, Londres, George Allen & Unwin, Ltd., 1924, p. 140. Cette traduction corrige de nombreuses erreurs (soulignées par Freud) de l’original allemand. (Cité par Peter Gay, Freud : une vie, Hachette, 1991, p. 252. [N.d.T.].)

48  Smiley Blanton, op. cit., p. 42.

49  Abraham Kardiner, Mon analyse avec Freud, Belfond, 1978, p. 105-106.

50  Sigmund Freud, Correspondance, 1873-1939, éd. citée, p. 466

51  Sigmund Freud / Karl Abraham, Gallimard, 1991, p. 42 (lettre de Freud à Abraham, 3 mai 1908). (« De par notre même appartenance raciale, vous êtes plus proche de ma constitution intellectuelle, tandis que lui, comme chrétien et comme fils de pasteur, trouve son chemin vers moi seulement en luttant contre de grandes résistances intérieures... la psychanalyse a été soustraite au danger de devenir une affaire de nation juive » [N.d. T.].)

52  Pour le contexte concernant cet échange, voir Peter Homans, The Ability to Mourn : Disillusionment and the Social Origins of Psychoanalysis, éd. citée, p. 35-41.

53  Sigmund Freud / Karl Abraham, éd.citée, p. 43 (lettre d’Abraham à Freud, 11 mai 1908).

54  Ibid., p. 53.

55  Freud à Ferenczi, le 28 juillet 1912, cité in Peter Gay, op. cit., p. 266.

56  Freud à Rank, le 18 août, 1912, ibid., p. 266.

57  Aldo Carolenuto, A Secret symmetry : Sabrina Spielrein between Jung and Freud, trans. by Arno Pomerans, John Shepley, Krishna Winston, New York, Pantheon, 1982, p. 120-121. (En français : Sabrina Spielrien entre Freud et Jung, Aubier-Montaigne, 1981.)

58  Theodor Reik, Trente ans avec Freud, éd. citée, p. 33.

59  Sigmund Freud, Les résistances contre la psychanalyse, Œuvres complètes, vol. 17, p. 135.

60  L’auteur de La psicanalisi :studii ed appunti critici, Turin, Bocca, 1926, Enrico Morselli, pensait que la psychanalyse avait été découverte par un Juif en raison de la prédisposition juive à trouver des solutions théoriques aux problèmes matériels. Voir aussi son essai : La psicologia etnica e la scienza eugenistica, International Eugenics Congress, 2 vol., Londres, Eugenics Education Society, 1912, 1, 58-62. Sur Morselli voir Patrizia Guanieri, Individualità difformi : la psichiatria antropologica di Enrico Morselli, Milan, F. Angeli, 1986.

61  Freud, Correspondance, 1873-1938, éd. citée, p. 397.

62  Sigmund Freud, Lettre à l’éditeur de la Jüdische Preszentale Rurich, Œuvres complètes, vol. 17, p. 147 (GW, 14, 556).

63  Josef Philip Hes, A note on an as yet unpublished letter by Sigmund Freud, Jewish Social Studies, 48, 1986, 322.

64  Sigmund Freud, Totem et Tabou, Gallimard, 1993, p. 67 (GW, 14, 569).

65  Sigmund Freud, L’organisation génitale infantile, La vie sexuelle, PUF, 1969, p. 114.

66  Paul Näcke, Über Kontrast-Träume und speziell sexuelle Kontrast-Träume, Archiv fur Kriminal-Antropologie und Kriminalistik, 28, 1907, p. 13.

67  Sigmund Freud, Trois essais sur la théorie sexuelle, éd. citée, p. 59 (GW, 5, 50).

68  Sigmund Diamond, Sigmund Freud. His jewishness, and scientific method: The seen and the unseen as evidence, Journal of the History of Ideas, 43, 1982, 613-634. Nous aimerions aussi évoquer ici l’ouvrage de Jean-François Lyotard sur Heidegger et les Juifs où l’auteur interprète l’absence de commentaires sur la Shoah de la part de Heidegger comme signe du refus de se souvenir. Ce refus serait à rattacher au rôle d’objet de projection par excellence que jouent les Juifs dans le monde chrétien. Pris dans un tel système de représentations, le Juif n’a pas le choix : son essence incorporant les horreurs projetées sur sa personne et s’incarnant — tout à fait littéralement — dans son être physique, il lui faut oublier ce qu’il est Jean-François Lyotard, Heidegger et les Juifs, Galilée, 1988).

69  Sigmund Freud, Les théories sexuelles infantiles, La vie sexuelle, éd. citée, p. 16.

70  Voir l’analyse détaillée des débats psychanalytiques portant sur « l’envie de pénis », in Shahla Chehrazi, Female psychology : A review, Journal of the American Psychanalytic Association, 34, 1986, 141-162.

71  Sigmund Freud, La question de l’analyse profane, Œuvres complètes, vol. 18, p. 36.

72  Voir Sander Gilman, Difference and Pathology : Stereoptypes of Sexuality, Race, and Madness, Ithaca, NY, Cornell University Press, 1986, p. 76-108.

73  Sigmund Freud, Introduction à la psychanalyse, éd. citée, p. 140.

74  Voir par exemple F. D. F. Souchay, De l’homologie sexuelle chez l’homme, Rignoux, 1855. Cette question revêt une importance capitale pour la thèse développée par Thomas Laqueur, dans son ouvrage : La fabrique du sexe : essai sur le corps et le genre en occident, Gallimard, 1992.

75  Karl Reiskel, Idioticon viennense eroticum, Anthropophytheia, 2, 1905, p. 9. Freud fait référence à ce texte dans L’homme aux rats, Cinq psychanalyses, PUF, 1969, p. 239.

76  La féminité, Nouvelles conférences sur la psychanalyse, éd. citée (p. 155 dans l’édition de Gallimard, 1963, Anne Berman).

77  Élaine Showalter, The Female Malady : Women, Madness, and English Culture, 1830-1980, New York, Pantheon, 1985.

78  N.d.T. :Cesare Lombroso, La femme criminelle et la prostitution (1895), F. Alcan, 1896(Jérôme Millon, 1991), p. 442. « Remarquable est plutôt l’étrange forme de pudeur qu’on observe chez beaucoup de prostitutées, celle d’avoir honte de se laisser visiter quand elles ne sont pas propres, particulièrement quand elles ont leurs menstrues ; elles opposent parfois, sous ce rapport, une résistance supérieure à la pudeur de la femme honnête. Pour qui réfléchit que la pudeur dérive de putere, ou du dégoût qui provenait des sécrétions vaginales putréfiées et que comme nous l’avons vu le premier salut amoureux, la première forme de baiser fut le flair, que nous voyons chez les animaux quand ils se rencontrent, de sorte que pour beaucoup de sauvages le salut n’est pas : « Comment allez-vous ? », mais « Comment sentez-vous ? », telle doit être, semble-t-il la vraie forme de la pudeur des prostituées, comme elle dut être à l’origine pour les sauvages : c’est-à-dire la crainte d’inspirer du dégoût à l’homme par ses sécrétions vaginales. C’est, en somme, une forme depudeur complètement impudique. »

79  John M. Eyler, Victorian Social Medicine : The Ideas and Methods of William Farr, Baltimore, The Johns Hopkins University Press, 1979, p. 100.

80  Sur la représentation de la femme dans la médecine à la fin du siècle dernier, voir Lilian Berna-Simons, Weibliche Identität und Sexualität : das Bild der Weiblichkeit im 19. Jahrhundert und in Sigmund Freud, Francfort/Main, Materialis Verlag, 1984 ; sur Möbius voir Francis Schiller, A Möbius Strip, Fin-de-siècle Neuropsychiatry and Paul Möbius, Berkeley, University of California Press, 1982. Freud prend ses distances par rapport à l’ouvrage de Möbius sur la féminité. Il considère que les limitations des femmes sont plutôt la conséquence du refoulement de la sexualité féminine dans la culture occidentale. [Pour la critique de Freud à l’encontre de Möbius, voir La civilisée et la maladie nerveuse des temps modernes, in La vie sexuelle, PUF, 1969, p. 42 (GW, morale sexuelle 7, 143-167)].

81  Sigmund Freud, Autoprésentation, Œuvres complètes, vol. 17, p. 85.

82  Cité par Ernest Jones dans op. cit., vol. 2, p. 445. Voir William G. Niederland, The source of Freud’s question about what women want, American Journal of Psychiatry, 146, 1989, 409-410.

83  Voir Jacques Le Rider, Modernité viennoise et crises de l’identité, PUF, 1990, p. 197-222.

84  Heinrich Singer, Allgemeine und spezielle Krankheitslehre der Juden, Leipzig, Benno Konegen, 1904, p. 9.

85  Adolf Jellinek, Der Jüdische Stamm : Ethnographische Studien, Vienna, Herzfeld & Bauer, 1869, p. 89-90.

86  Felix von Luschan, Altweiber-Psychologie, Deutsche medizinische Wochenschrift, 42, 6 jan-vier, 1916, p. 20.

87 Ernest Jones, op. cit., vol. 2, p. 127.

88  Sigmund Freud, Nouvelles conférences d’introduction à la psychanalyse, éd. citée, p. 151-152.

89  Ludwig-Hirschfeld, Was nicht im Baedeker steht : Wien und Budapest, Munich, R. Piper, 1927, p. 56.

90  Abraham Kardiner, Mon analyse avec Freud, éd. citée, p. 136.

91  Martin Freud, Freud, mon père, Denoël, 1975, p. 16.

92  Voir le chapitre « The Jewish Reader : Freud reads Heine reads Freud, » dans l’ouvrage de Sander L. Gilman, The Jew’s Body, New York, Routledge, 1991, p. 150-168.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sander L. Gilman, « Freud et les concepts de Race et de Sexe », Revue germanique internationale [En ligne], 5 | 1996, mis en ligne le 26 septembre 2011, consulté le 23 mai 2017. URL : http://rgi.revues.org/558

Haut de page

Auteur

Sander L. Gilman

Professeur à l’Université de Chicago

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page