Navigation – Plan du site

Présentation

Norbert Waszek
p. 5-16

Texte intégral

  • 1  Signalons ainsi, parmi beaucoup d’autres, les travaux — mentionnés dans notre bibliographie détail (...)
  • 2  Cf. F. Azouvi et D. Bourel, De Königsberg à Paris. La réception de Kant en France (1788-1804), Par (...)
  • 3  Avec, tout particulièrement, les travaux de Ludwig Landgrebe (1954), Emil Fackenheim (1956/1957), (...)
  • 4  L. Landgrebe, Die Geschichte im Denken Kants, Studium Generale, t. 7, 1954, p. 533-544, reproduit (...)
  • 5  Cf. M. Riedel, Geschichtstheologie, Geschichtsideologie, Geschichtsphilosophie. Untersuchungen zum (...)

1Jamais, sans doute, l’actualité de la philosophie kantienne de l’histoire ne se manifesta plus clairement qu’en 1995 : le bicentenaire du traité kantien Vers la paix perpétuelle (publié en 1795), qui marque aussi le cinquantenaire de la fin de la seconde guerre mondiale et de la création des Nations Unies, fut salué par la parution d’une profusion d’allocutions, d’essais et d’études approfondies qui, toutes, soulignent l’intérêt de cette pensée de l’histoire pour notre temps1. Ceci ne saurait manquer d’étonner le lecteur quelque peu introduit dans les études kantiennes : singulièrement, il faut en effet en revenir à la toute première réception de Kant en France, pour trouver une appréciation aussi positive de la philosophie kantienne de l’histoire. C’était d’ailleurs justement, à l’époque — celle de la France révolutionnaire -, la traduction en français du traité de Kant Vers la paix perpétuelle qui avait défrayé la chronique2 ! Mais cette première réception française de Kant fait exception. Tout au long du xixe siècle et presque jusqu’à nos jours, la philosophie universitaire et, tout particulièrement, la philosophie universitaire allemande, considéra avec un certain mépris ceux d’entre les écrits de Kant qui traitent de la philosophie de l’histoire : ces « écrits mineurs », explicitement rédigés par leur auteur pour le grand public. L’étude intensive des trois œuvres majeures de Kant, les trois Critiques, laissa longtemps dans l’ombre sa philosophie de l’histoire. Un renouveau d’intérêt pour cette philosophie ne commence à se manifester que longtemps après la seconde guerre mondiale, pendant les années 1950 et 19603 — et même alors, il est frappant de constater que la plupart des commentateurs adoptent un ton apologétique, lorsqu’ils en viennent à la philosophie kantienne de l’histoire. Ludwig Landgrebe, par exemple, qui fut l’un des pionniers, en Allemagne, de son renouveau, combattait encore, dans un article publié en 1954, qui eut par la suite beaucoup d’influence, le préjugé hérité de la tradition historiciste allemande, selon lequel « la philosophie de Kant serait "a-historique" »4. Et plus récemment, en 1973, Manfred Riedel, rappelant que Wilhelm Dilthey avait préféré se tourner vers Herder, Schleiermacher et Ranke plutôt que vers Kant dans son effort de fondation des sciences de l’esprit, exigeait toujours la réouverture des actes du procès Kant vs Herder, et une révision du jugement5.

  • 6  Cf. sur ce point les réflexions de Georg Cavallar dans Pax Kantiana. Systematisch-historische Unte (...)

2Ce ne fut sans doute pas uniquement, d’ailleurs, l’avis, partagé par beaucoup d’interprètes, selon lequel la philosophie kantienne de l’histoire n’est pas à la hauteur de la philosophie critique, qui explique le long mépris en lequel elle fut tenue. Si tel avait été le cas, un problème de fond, au moins, aurait mérité une analyse philosophique : le problème de savoir quelle est la relation exacte entre les écrits de Kant sur la philosophie de l’histoire et ses œuvres majeures ou, pour exprimer ceci autrement, quelle place précise il convient d’assigner à la philosophie de l’histoire dans l’œuvre totale de Kant. D’autres raisons renforcèrent sans doute beaucoup, ou même suscitèrent, le dédain pour cette philosophie6. Nous n’en évoquerons ici qu’une seule : le rejet nationaliste, par bien des interprètes, de toute perspective « cosmopolitique ».

  • 7  Cf. par ex. H.-G Gadamer, Vérité et méthode. Les grandes lignes d’une herméneutique philoso- phiqu (...)
  • 8  Cf. en particulier les travaux de Karl Lamprecht (1897), Fritz Medicus (1900, 1902, 1903), Conrad (...)
  • 9  F. Medicus, Zu Kants Philosophie der Geschichte mit besonderer Beziehung auf Karl Lamprecht ; Kant (...)
  • 10  F. Medicus, 1902, p. 1 — cp. ibid., p. 224 : « On sait que Kant ne posséda jamais le sens aigu néc (...)
  • 11  Cf. Medicus, 1902, p. 224.
  • 12  Ibid.

3Sur cet aspect, lui aussi, un enseignement peut être tiré de ce que Hans-Georg Gadamer appelle « histoire de l’efficience » (Wirkungsgeschichte)7 — de l’histoire de la recherche sur Kant, et de l’influence exercée par cette histoire. Car il y avait déjà eu, pendant la vingtaine d’années qui va de la fin du xixe siècle au début de la première guerre mondiale, une vague d’intenses discussions, précisément sur cette partie de son œuvre8. La position nationaliste de bien des interprètes ressort très clairement des contributions allemandes à cette discussion. Fritz Medicus qui, à l’époque, consacra trois articles volumineux (150 p. en tout)9 à la philosophie kantienne de l’histoire peut ici servir d’exemple. Toute l’attention et le soin qu’il porte à l’analyse de la philosophie kantienne de l’histoire ne l’empêchent pas de souligner constamment que l’« histoire ne fut pas le point fort de Kant »10. Les faiblesses de Kant dans l’évaluation des événements historiques sont plus suggérées que clairement exprimées : les prémisses nationalistes étaient-elles si présentes à l’esprit du lecteur allemand contemporain ? — Dans certains passages, Medicus permet pourtant à son sentiment de malaise de s’exprimer de façon plus explicite. Lorsqu’il traite de la Paix perpétuelle, par exemple, il permet à son émotion de s’exprimer : il lui est, écrit-il, « personnellement très désagréable d’avoir à indiquer toutes les faiblesses et les obscurités de ce traité »11. Le fait même que Kant n’aurait sans doute pas accordé à « Frédéric le Grand l’autorisation de mener les deux guerres de Silésie et la guerre de Sept ans » constitue déjà pour lui, de toute évidence, une pierre d’achoppement — et dans le commentaire qu’il fait de la critique, par Kant, du premier partage de la Pologne, il annonce enfin la couleur : « Ceci, après tout, aurait permis, par le sacrifice d’un corps étatique pourri, de libérer la Prusse orientale de son dangereux isolement, et de la mettre en rapport avec les autres parties du royaume... »12 Ainsi s’annonce, en 1902, ce que l’on dénomma l’« esprit de 1914 » — qui se concevait, on le sait, comme une riposte consciente à l’esprit de 1789...

4A la lumière de ces prémisses nationalistes, le rejet du contenu philosophique même des écrits kantiens sur l’histoire apparaît tout à fait conséquent. Car la philosophie de l’histoire de Kant, justement, ne peut nullement être réduite à la scène allemande de l’époque aussi étroitement que semble le croire cette conception de la civilisation allemande qui ne réussit à penser celle-ci que comme une culture toujours en repli sur elle-même. Par ses sources, déjà, la conception kantienne de l’histoire doit beaucoup à des auteurs français (Montesquieu, Voltaire, Rousseau), anglais (Hobbes, par ex.), et écossais (Ferguson, Hume, Robertson, Smith) : c’est dans la confrontation avec ces auteurs qu’elle se développe.

  • 13  Cf. Klaus Weyand, Kants Geschichtsphilosophie. Ihre Entwicklung und ihr Verhältnis zur Aufklärung, (...)
  • 14  Cf. Ch. Renouvier et F. Pillon, La doctrine républicaine, ou ce que nous sommes, ce que nous voulo (...)
  • 15  Cf. La critique philosophique...,1reannée, t.I, 18 avril 1872, p. 165-166. La phrase est citée par (...)
  • 16  Cf. V. Delbos, Rousseau et Kant, Revue de métaphysique et de morale, 1912, n° 20, p. 429-439. Sur (...)
  • 17  5. Cf. V. Delbos, La philosophie pratique de Kant, Paris, Alcan, 1905, particulièrement p. 101 à 1 (...)
  • 18  Dieter Henrich, l’un des pionniers d’une telle lecture « contextualiste » de Kant, a d’ailleurs so (...)
  • 19  Cf. Norbert Waszek, Christian Garve als Zentralgestalt der deutschen Rezeption schottischer Aufklä (...)

5On ne s’étonnera pas de constater que ces faits, aujourd’hui solidement établis et confirmés tant par les recherches détaillées de Klaus Weyand que par les présentations synthétiques de Manfred Riedel13, furent souvent reconnus beaucoup plus clairement, et bien plus tôt, par les interprètes non allemands de Kant et, tout particulièrement, par les commentateurs français. Notons par exemple qu’en 1872 — la date est éloquente — le polytechnicien Charles Renouvier (1815-1903) soulignait non seulement que « l’Allemagne, patrie de Kant, mais qui n’a jamais goûté de Kant que sa rebutante scolastique, paraît encore plus éloignée que la France d’entrer dans la pensée mère du criticisme et d’en embrasser les affirmations morales »14, mais aussi, dans un article intitulé « L’esprit germanique et l’esprit latin », que Kant, après tout, était par ascendance plus écossais qu’allemand !15... Victor Delbos, au début du siècle, s’intéressait déjà non pas seulement au rôle joué par Rousseau dans la formation de la pensée de Kant16, mais aussi à l’influence de penseurs anglais et écossais comme Shaftesbury, Hutcheson et Hume sur la formation de sa pensée pratique17. Le fait même que, dans certains des articles qu’il écrit sur l’histoire, Kant se soit adressé explicitement au public de l’Aufklärung allemande comme, par exemple, aux lecteurs de la Berlinische Monatsschrift, devrait non pas affaiblir, mais bien plutôt renforcer cette thèse d’une ouverture à l’étranger. Car l’une des raisons, et ce n’est pas la moindre, pour laquelle Kant critique par exemple Herder, son disciple d’autrefois, est que celui-ci avait critiqué plusieurs des auteurs étrangers que nous venons de nommer, dont Kant, lui, se sentait proche. Dans leur reconstruction du contexte intellectuel dans lequel se développa la pensée de notre auteur, bien des interprètes — nous le verrons encore un peu plus loin (cf. p. 11 s. ci-dessous) — accordent aujourd’hui, à juste titre, beaucoup d’importance aux « philosophes populaires » (Popularphilosophen) allemands et, tout particulièrement, à Christian Garve (1742-1798)18 — mais ceci non plus, précisons-le tout de suite, ne peut servir d’argument contre l’enracinement tout « européen » de la pensée historique kantienne. Car Garve fut justement l’un de ceux qui jouèrent un rôle majeur dans la réception en Allemagne de tous ces auteurs que l’on rattache à l’Age des Lumières en Ecosse : David Hume, Adam Smith, Adam Ferguson19.

  • 20  Cf., dans l’édition de l’Académie (citée sous l’abréviation AA), vol. II, p. 305-313 ; et en trad. (...)
  • 21  Cf. John Millar, An Historical View of the English Government, London, A. Straben & T. Cadelle, 17 (...)
  • 22  Cf. David Hume, The History of Great Britain. The reigns of James I and Charles I, éd. par Duncan (...)

6Il convenait de reprendre aujourd’hui en détail, et de façon approfondie, l’étude du rôle joué par des penseurs comme Rousseau ou Hume non pas seulement dans l’élaboration du criticisme lui-même, mais aussi dans la formation de la pensée historique kantienne. Dans ce volume, plusieurs contributions (B. Geonget, K. Herb, N. Waszek) traitent de ce thème et montrent en particulier combien Kant fut proche, dans sa philosophie de l’histoire, de modèles empruntés aux Lumières françaises et écossaises. Quelques exemples illustreront ce point : dès les premières leçons, de très grande importance pour l’élaboration de sa philosophie de l’histoire, que Kant donna sur la « Géographie physique » (pendant le semestre d’hiver 1765-1766), il proclame, dans l’Annonce de ses cours qu’il rédige lui-même, que, pour juger « de la situation des États et des peuples sur la terre », il convient d’accorder plus de poids à « la situation de leurs pays, les productions, les mœurs, l’industrie, le commerce et la population » qu’à des « causes contingentes de la conduite et du destin d’hommes singuliers »20 : contre l’historiographie dynastique et militaire d’autrefois, il prend parti pour une histoire qui privilégie l’examen d’aspects géographiques, économiques et sociaux, et celui des mentalités. Ce choix montre déjà quelles sont les véritables sources de sa pensée historique : Montesquieu et Voltaire, ainsi que l’historiographie philosophique de l’école écossaise, encore plus proche de lui dans le temps. Hume, Robertson et Ferguson se percevaient d’ailleurs eux-mêmes comme des successeurs de Montesquieu. C’est ce que montre par exemple la formule bien connue que l’un des plus jeunes représentants de cette école, John Millar (1735-1801), utilisa avant de célébrer ses compatriotes et prédécesseurs écossais comme les « Newton » de l’histoire : « Le grand Montesquieu montra la voie. Il fut le Bacon de cette branche de la philosophie. »21 Dans son Histoire de Grande-Bretagne, Hume s’exprime de façon très semblable à Kant lorsque, au cours d’une description du régime de Jacques Ier, parlant de sa méthode, il écrit : « L’ordre paroît demander que nous arrêtant dans l’intervalle des deux regnes, nous abandonnions un peu le stile historique, pour faire une revûë de l’état du Roïaume, par rapport au Gouvernement, aux Mœurs, aux Finances, aux Armes, au Commerce & au Savoir. Si l’on ne se forme point une juste idée de toutes ces parties, l’Histoire ne peut être fort instructive, & devient souvent inintelligible. »22

  • 23  Cf. RR, p. 23 ; AA, VIII, p. 18 ; trad, franc, de Stéphane Piobetta, La philosophie de l’histoire, (...)
  • 24  Par ex. K. Weyand (1963), p. 64 s., et G. Cavallar (1992), p. 265 s.
  • 25  Cf. Adam Ferguson, An Essay on the History of Civil Society, Edinburgh, A. Kincaid & J. Bell, 1767 (...)

7La thèse célèbre de Kant en philosophie de l’histoire, selon laquelle « chez l’homme [...], les dispositions naturelles qui visent à l’usage de sa raison n’ont pas dû recevoir leur développement complet dans l’individu, mais seulement dans l’espèce »23, a elle aussi été rapportée par plusieurs auteurs24 à l’Essai sur l’histoire de la société civile (1767) d’Adam Ferguson, dans lequel se trouve le passage suivant : « Pour les autres espèces animales, l’individu grandit de l’enfance à la maturité ; en l’espace d’une seule existence il parvient à la perfection de ce que lui a donné la nature ; mais pour l’homme, l’espèce, aussi bien que l’individu, a son progrès ; elle construit pour le futur sur les acquis du passé ; et, successivement, elle parvient à un degré de perfection dans l’usage de ses facultés qui ne peut être que le produit d’une longue expérience et des efforts combinés de plusieurs générations. »25

  • 26  Cf. sur ce point M. Mori (1990), p. 83.

8Il est également intéressant de constater que Kant s’inspire, dans sa philosophie de l’histoire, de modèles de progrès social et historique qui accordent à la nature conflictuelle et antagoniste du mouvement plus de poids que ne lui en accordaient les idéaux d’harmonie, dominants dans la pensée politique et sociale allemande à son époque26. Il ne peut être question d’examiner ici le rôle central accordé au conflit et à des situations conflictuelles par des penseurs anglais (comme Hobbes ou Mandeville) et écossais (Hume, Smith ou Ferguson), dans leur étude du développement de la personnalité individuelle et des institutions sociales. Mais il est manifeste que Kant est beaucoup plus proche de cette vision réaliste, dure et même parfois froide des choses que ne l’étaient Lessing, ou par exemple Voltaire.

  • 27  Parmi les nombreuses publications sur ce thème, citons seulement les études de Dieter Henrich, Hut (...)
  • 28  Voir, à ce sujet, les travaux de Philip Merlan, Hamann et les Dialogues de Hume, Revue de métaphys (...)
  • 29  Cp. Fritz Pinkuss, Moses Mendelssohns Verhältnis zur englischen Philosophie, Philosophisches Jahrb (...)
  • 30  Sur Kraus voir Johannes Voigt, Das Leben des Professor Christian Jakob Kraus, Königsberg, Nicolovi (...)

9Cet examen de l’influence exercée sur Kant par le mouvement des Lumières en Angleterre et en Ecosse devrait évidemment être complété par une étude des lectures de Kant lui-même en la matière27 — et par l’étude des auteurs allemands qui, dans l’entourage intellectuel de Kant, purent lui servir de médiateurs dans la réception de la tradition britannique. Quelques noms célèbres viennent ici immédiatement à l’esprit : celui de Johann Georg Hamann28, par exemple, ou encore celui de Moses Mendelssohn29. Mais c’est un vaste champ de recherche, largement inexploré, qui s’ouvre ici à nous. Des personnages moins connus, comme Christian Jakob Kraus (1753-1807), pourraient en effet se révéler fort intéressants pour notre sujet. Kraus ne fut pas seulement un collègue de Kant à l’Université de Königsberg et, un temps, son voisin. Il fut aussi le traducteur en allemand des Essais de Hume, et un pionnier de la réception d’Adam Smith en Allemagne30.

  • 31  L’article sur Garve, par Dominique Poncet, dans le Dictionnaire des philosophes (2e éd., sous la d (...)
  • 32  Sur les raisons possibles de cette lacune, cf. dans mon article cité ci-dessus (p. 9, n. 2), la n. (...)
  • 33  Cf. par ex. Reinhard Buchwald, Schiller. Leben und Werk, Wiesbaden, Insel, 5e éd., 1966, p. 182-18 (...)
  • 34  Surtout grâce à la nouvelle édition de ses œuvres — Christian Garve, Gesammelte Werke, en 15 vol.  (...)
  • 35  Cf. Roland Mortier, Diderot, Ernesti, et la « Philosophie populaire », Essays on Diderot and Enlig (...)
  • 36  Cp. les définitions données par Helmut Holzhey dans Popularphilosophie, Historisches Wörterbuch de (...)

10La « philosophie populaire » mériterait elle aussi plus d’attention qu’on ne lui en a accordé jusqu’à présent, en France31 — comme d’ailleurs en Allemagne32. Longtemps, les germanistes spécialistes de Friedrich Schiller furent les seuls à préserver la mémoire de Garve, qui avait été l’un des auteurs préférés de Schiller pendant ses études à la « Karlsschule »33. Ce n’est que récemment qu’un renouveau d’intérêt se manifeste pour Garve34 — et pour la « philosophie populaire », dont l’importance ne devrait pas être sous-estimée. A l’origine du concept de Popularphilosophie, rappelons-le brièvement ici, se trouve le discours de Johann August Ernesti, De philosophia populari (1754), qui reprend, pour la généraliser, l’exigence formulée par Diderot pour les sciences naturelles : « Hâtons-nous de rendre la philosophie populaire. »35 Le terme de Popularphilosophie désignera ensuite, pendant le xviiie siècle, un courant de l’Aufklärung explicitement opposé à l’approche scolastique du Wolffisme — donc particulièrement ouvert à l’étranger — qui appellera à la réalisation d’une nouvelle conception de la philosophie : une philosophie pratique, proche de la vie, compréhensible pour tous36.

  • 37  Par exemple dans la première partie de son écrit « Sur le lieu commun : il se peut que ce soit jus (...)
  • 38  Sur la relation entre Garve et Kant, cf. les études suivantes : Albert Stern, Über die Beziehungen (...)

11On sait que Kant critiqua à plusieurs reprises la position de Garve37. Mais sa critique même montre que, loin d’ignorer ou de mépriser ce représentant de la « philosophie populaire », il prenait Garve et le courant de pensée auquel Garve appartenait très au sérieux38. Dans sa contribution à ce volume, Reinhard Brandt montre ainsi que le but poursuivi par Kant dans son Anthropologie n’est pas très éloigné de celui que se proposaient de réaliser les adeptes de ce courant : élaborer une « philosophie pour la vie quotidienne » (Philosophie für das Leben). L’article de Heiner Klemme met lui aussi en évidence la signification pour Kant de cette « philosophie populaire » : Klemme souligne que lorsque, dans les réflexions méthodologiques de sa Critique de la raison pratique, Kant développe le sens du terme de Praxis, il apporte en fait une réponse aux partisans de la « philosophie populaire ».

  • 39  Cf. E. Cassirer, La philosophie des Lumières, trad. franc, par Pierre Quillet, Paris, Fayard, 1966 (...)
  • 40  Cf. Ernst Cassirer, Kants Leben und Lehre, Berlin, Bruno Cassirer, 1918, 2e éd., 1921, p. 237 : «  (...)

12L’étude de Garve et de la « philosophie populaire » mais aussi, plus largement, du contexte intellectuel dans lequel s’élabora la philosophie kantienne de l’histoire conduit donc à souligner l’importance, pour cette pensée, du mouvement des Lumières — de l’Aufklärung allemande, mais aussi des Lumières en France, en Angleterre et en Ecosse. Mais elle soulève aussi une question de fond, dont dépend toute l’évaluation d’une telle philosophie : quel crédit faut-il accorder au vieux préjugé bien connu, selon lequel le mouvement des Lumières aurait été « anhisto-rique » ? Ernst Cassirer, déjà, combattait ce préjugé dans l’un des chapitres les plus célèbres de son livre sur La philosophie des Lumières, intitulé « La conquête du monde historique » : « Cette idée si courante que le xviiie siècle est un siècle typiquement "anhistorique" est elle-même une idée sans aucun fondement historique : rien de plus qu’un mot d’ordre lancé par le romantisme, une devise pour partir en campagne contre la philosophie des Lumières... »39 Ce fut aussi — et ce n’est sans doute pas un hasard — Ernst Cassirer qui, dans les nombreuses études qu’il consacra à Kant, souligna toute l’importance de sa pensée historique40. N’est-ce pas au contraire le préjugé partagé par bien d’autres interprètes, selon lequel l’Aufklärung aurait été « anhistorique », qui rend compte du mépris dans lequel ils tinrent les écrits sur l’histoire de Kant ?

  • 41  Le ton des phrases par lesquelles débute son article célèbre sur Le dix-huitième siècle et le mond (...)

13Wilhelm Dilthey — pour beaucoup, l’un des pères fondateurs des « sciences historiques » modernes — ne peut être accusé de partager ce préjugé : il a, bien au contraire, fait tout son possible pour le réfuter41. Comme nous l’avons noté au début de cette présentation, ce fut pourtant vers Herder, Schleiermacher et Ranke plutôt que vers Kant qu’il se tourna, dans son projet de fondation des sciences historiques — même s’il inscrivit ce projet lui-même dans le sillage de nul autre que Kant : par sa « nouvelle critique », sa « critique de la raison historique », Dilthey entendait en effet accomplir pour les « sciences de l’esprit », et donc pour l’histoire, ce que Kant n’aurait réalisé que pour les sciences de la nature et, plus particulièrement, pour la physique. Le « sens historique », la compréhension de l’« historicité » auraient été, selon lui, l’apanage de Herder plutôt que de Kant. Par-delà la question de savoir comment interpréter ce que, par-delà Herder, Dilthey lui-même entendait par « historicité », c’est bien sans doute d’abord la nature du débat entre Herder et Kant qu’il convient de reprendre : dans sa contribution à ce volume, Pierre Pénisson tente ainsi de déterminer le véritable enjeu de cette dispute célèbre, trop souvent ramenée à une opposition entre deux approches totalement incompatibles dans leur principe même.

  • 42  Paris, Vrin, 1964.
  • 43  Cf. son Introduction à la philosophie de l’histoire, Paris, Gallimard, 1938, nouv. éd., 1986, p. 3 (...)

14Plus près de nous, il est intéressant de constater que, par-delà toutes les différences, Raymond Aron, l’auteur même qui introduisit en France la « théorie allemande de l’histoire » et à l’école duquel des générations, dans notre pays, réfléchirent sur l’histoire, semble avoir entretenu un rapport à Kant assez similaire à celui de Dilthey. Dans La philosophie critique de l’histoire42, Raymond Aron prenait pour point de départ la question de Dilthey : peut-on, et comment, transposer la méthode kantienne — faite pour les sciences de la nature — en histoire ? Et tout comme Dilthey, il se détournait lui-même, dans ses écrits, des textes que Kant consacra explicitement à l’histoire43. Mais ne faut-il pas se demander, avant de s’en détourner, quelle place ces textes occupent dans le système critique kantien lui-même ? Dans ce volume, plusieurs contributions (Brandt, Muglioni) abordent cette question, pour lui donner d’ailleurs des réponses différentes. C’est ainsi du noyau même de la philosophie critique, de la révolution copernicienne, que, dans sa contribution à ce volume, Jean-Michel Muglioni entend établir la nécessité, pour Kant, d’une philosophie de l’histoire : l’idée d’autonomie, qui fonde la révolution copernicienne, est d’abord d’essence pratique. Telle est la raison pour laquelle une philosophie de l’histoire, pensée au point de vue du droit politique et cosmopolitique, serait non seulement compatible avec le criticisme, mais aussi nécessaire à son accomplissement. Dans Histoire et droit chez Kant, Bernard Bourgeois rejoint et renforce ces conclusions lorsqu’il explique que pour Kant, fondamentalement, c’est le droit qui prescrit à l’histoire son origine, son cours et jusqu’à sa fin : la républicanisation de l’État. Comme le montre Helmut Holzhey dans sa contribution à ce volume, le néo-kantien Hermann Cohen avait déjà conçu l’histoire, à partir de Kant, comme l’« application de principes éthiques », et identifié le droit comme « véhicule de l’histoire ».

  • 44  Tel fut le titre d’un colloque organisé il y a quelques années : Kant oder Hegel ? Stuttgarter Heg (...)
  • 45  « Kant und seine Ausleger. Wie doch ein einziger Reicher so viele Bettler in Nahrung Setzt ! Wenn (...)
  • 46  Ce que l’on a dit dans cette introduction au sujet de l’influence exercée par l’Histoire de Grande (...)
  • 47  G. W. F. Hegel, Leçons sur l’histoire de la philosophie, t. 5 : La philosophie moderne, éd. et tra (...)
  • 48  Sur les rapports nuancés entretenus par Hegel envers les différents courants des Lumières, cf. par (...)
  • 49  Cp. au sujet du rapport de Kant à la Révolution française les travaux récents de Tosel (1988), D’H (...)
  • 50  Joachim Ritter, Hegel et la Révolution française, Paris, Beauchesne, 1970, p. 28 s.

15Notant l’opposition fondamentale de la philosophie kantienne de l’histoire à tout historicisme, Bourgeois s’oppose aussi à toute « hégélianisation » indue de Kant, marquant la différence principielle entre la conception kantienne des rapports de l’histoire au droit et, par-delà ceux-ci, des rapports du temps à l’éternité, et la conception hégélienne. Kant, ou Hegel44 ? Éternel problème : pour rappeler ce que disaient déjà Goethe et Schiller de « Kant et ses interprètes » — « quand les rois construisent, les charretiers ont à faire... »45. Mais il faut prendre garde à ne pas confondre nos propres questions avec celles d’autrefois. Pour ce qui concerne la philosophie de l’histoire, il serait en tout cas erroné de construire une opposition rigide entre Kant et Hegel, par exemple sur la base de la critique hégélienne de l’éthique kantienne. En ce domaine, Hegel et Kant — le point mérite, ici aussi, d’être souligné ~ s’inspirèrent souvent des mêmes sources46. En un sens, ils faisaient aussi partie du même camp : celui des héritiers des Lumières. Mais tout comme Kant, on l’a rappelé, fut particulièrement proche non pas tant de l’Aufklärung allemande que de certaines idées des Lumières françaises et écossaises, ainsi Hegel, lorsqu’il traita de l’Aufklärung, des Lumières et de l’Enlightenment, fut beaucoup plus dur envers un courant déterminé de l’Aufklärung allemande, la Verstandesaufklärung, qu’envers le mouvement des Lumières lui-même. Hegel mentionne surtout dans ce contexte les idées « éclairées » d’auteurs comme J. A. Eberhard (1739-1809) et J. N. Tetens (1736-1807), qu’il dénonce comme une imitation superficielle, vide et ennuyeuse du mouvement des Lumières lui-même47. Une telle dénonciation ne l’empêche pourtant nullement de puiser à fond dans les œuvres de Diderot et de Rousseau, de Hume et de Smith, et de bien d’autres encore48. Cet ancrage dans le mouvement des Lumières, qui suit des lignes parallèles chez Kant et chez Hegel, s’accompagne d’une évaluation fort similaire, par les deux philosophes, des événements politiques de leur temps. Dans son examen de la théorie kantienne de l’histoire telle qu’elle se dégage du Conflit des facultés, Michèle Crampe-Casnabet nous rappelle ici la signification que Kant attribua à la Révolution française, et met en lumière la valeur universelle, pour lui, de la liberté. Ici encore, nous ne sommes pas très loin de Hegel, dont l’éloge de la Révolution française est bien connu : dans son interprétation déjà classique de Hege49, Joachim Ritter soulignait non seulement que le rapport à la Révolution française est constitutif de la philosophie de Hegel, mais aussi que son appréciation de la Révolution et de son fondement même, la liberté, se trouve à la base de sa philosophie de l’histoire50. Il n’est donc pas surprenant de constater qu’entre Kant et Hegel, nombreux sont ceux qui virent une continuité plutôt qu’une rupture : Jacques D’Hondt, dans sa contribution à ce volume, va ainsi jusqu’à voir, chez Kant, « plus qu’un simple pressentiment de la doctrine hégélienne de la "ruse de la raison" »...

16Ce volume s’achève par une liste bibliographique, aussi complète que possible, des ouvrages et études consacrés à la philosophie de l’histoire de Kant. L’auteur de ces lignes espère que cette bibliographie sera considérée non pas comme la marque d’un pédantisme superflu, mais comme un outil de travail, indispensable à ceux qui abordent le sujet, et comme une base de données, qui pourrait permettre d’analyser les différentes vagues de réception de cette philosophie. Qu’il me soit enfin permis, en conclusion, d’exprimer toute ma gratitude à MM. Michel Espagne et Jacques Le Rider qui ont bien voulu accueillir ce volume dans la Revue germanique internationale ainsi qu’à tous ceux qui m’ont aidé à le réaliser.

Haut de page

Notes

1  Signalons ainsi, parmi beaucoup d’autres, les travaux — mentionnés dans notre bibliographie détaillée en fin de volume — de G. Cavallar (1992), R. Brandt (1995), V. Gerhardt (1995), J. Habermas (1995), O. Höffe (1995), P. Kleingeld (1995), A. Nuzzo (1995).

2  Cf. F. Azouvi et D. Bourel, De Königsberg à Paris. La réception de Kant en France (1788-1804), Paris, Vrin, 1991.

3  Avec, tout particulièrement, les travaux de Ludwig Landgrebe (1954), Emil Fackenheim (1956/1957), Jean Lacroix (1958), Théodore Ruyssen (1962), Éric Weil (1963) et Klaus Weyand (1963). Il serait possible de prolonger cette lignée jusqu’aux importants travaux de Manfred Riedel (cf. tout particulièrement Riedel, 1973a et b).

4  L. Landgrebe, Die Geschichte im Denken Kants, Studium Generale, t. 7, 1954, p. 533-544, reproduit dans L. Landgrebe, Phänomenologie und Geschichte, Darmstadt, wbg, 1968, p. 46-64, ici p. 46.

5  Cf. M. Riedel, Geschichtstheologie, Geschichtsideologie, Geschichtsphilosophie. Untersuchungen zum Ursprung und zur Systematik einer kritischen Theorie der Geschichte bei Kant, Philosophische Perspektiven, t. 5, 1973b, p. 200-226, ici p. 226. Cf. aussi la présentation rédigée par Riedel pour son édition de Kant, Schriften zur Geschichtsphilosophie, Stuttgart, Reclam, 1974, 2e éd., 1985 (citée sous l’abréviation RR), ici p. 20.

6  Cf. sur ce point les réflexions de Georg Cavallar dans Pax Kantiana. Systematisch-historische Untersuchung des Entwurfs « Zum ewigen Frieden » (1795) von Immanuel Kant, Wien, Köln, Weimar, Böhlau, 1992, p. 264 — et l’Introduction, p. VII s., pour le paragraphe qui suit.

7  Cf. par ex. H.-G Gadamer, Vérité et méthode. Les grandes lignes d’une herméneutique philoso- phique, trad. E. Sacre, Paris, Seuil, 1976, p. 140 s.

8  Cf. en particulier les travaux de Karl Lamprecht (1897), Fritz Medicus (1900, 1902, 1903), Conrad Schmidt (1903, 1906), Théodore Ruyssen (1904), Ernst Troeltsch (1904), Karl Robert Brotherus (1905), Victor Delbos (1905).

9  F. Medicus, Zu Kants Philosophie der Geschichte mit besonderer Beziehung auf Karl Lamprecht ; Kants Philosophie der Geschichte ; Kant und Ranke. Eine Studie über die Anwendung der transzendentalen Methode auf die historischen Wissenschaften, Kant-Studien, t. 4, 1900, p. 61-67 ; t. 7, 1902, p. 1-22 et 171-229 ; t. 8, 1903, p. 129-192.

10  F. Medicus, 1902, p. 1 — cp. ibid., p. 224 : « On sait que Kant ne posséda jamais le sens aigu nécessaire à l’évaluation de choses historiques... »

11  Cf. Medicus, 1902, p. 224.

12  Ibid.

13  Cf. Klaus Weyand, Kants Geschichtsphilosophie. Ihre Entwicklung und ihr Verhältnis zur Aufklärung, Köln, Kölner Universitätsverlag, 1963 (Kant-Studien, Supplément n° 84). Cf. aussi Manfred Riedel, RR, Présentation, par ex. p. 8.

14  Cf. Ch. Renouvier et F. Pillon, La doctrine républicaine, ou ce que nous sommes, ce que nous voulons, in La Critique philosophique, politique, scientifique, littéraire, n° 1, 8 août 1872, reproduit dans S. Douailler, R.-P. Droit et P. Vermeren, Philosophie, France, xixe siècle. Écrits et opuscules, Paris, Le Livre de Poche, 1994, p. 748.

15  Cf. La critique philosophique...,1reannée, t.I, 18 avril 1872, p. 165-166. La phrase est citée par B. Bourgeois dans un article très instructif consacré à Kant en France, in Kant, philosophie politique, 2, 1992, p. 17 à 38, ici p. 34.

16  Cf. V. Delbos, Rousseau et Kant, Revue de métaphysique et de morale, 1912, n° 20, p. 429-439. Sur Les sources françaises de la pensée de Kant, cf. aussi, plus récemment, l’ouvrage de Jean Ferrari, Paris, Klincksieck, 1979.

17  5. Cf. V. Delbos, La philosophie pratique de Kant, Paris, Alcan, 1905, particulièrement p. 101 à 106. Dans l’Italie d’aujourd’hui, Massimo Mori va dans le même sens : « Bien que la philosophie kantienne de l’histoire soit tout à fait dans la ligne de son époque, elle n’est cependant pas caractéristique de l’Aufklärung allemande. Elle est plus proche des modèles classiques, anglo-français, des Lumières, contre lesquels Herder s’était tourné depuis 1774. » Cf. M. Mon, Aufklärung und Kritizismus in Kants Geschichtsphilosophie, Aufklärung, t 5/1 : Die deutsche Aufklärung im Spiegel der neueren italienischen Forschung, éd. par Sonia Carboncini, 1990, p. 81-102, ici p. 82 s.

18  Dieter Henrich, l’un des pionniers d’une telle lecture « contextualiste » de Kant, a d’ailleurs souligné précisément le rôle de Garve, dont il a publié trois extraits dans son édition de Kant-Gentz-Rehberg : über Theorie und Praxis, éd. avec une présentation par D. Henrich, Frankfurt/Main, Suhrkamp, 1967, ici p. 131-159.

19  Cf. Norbert Waszek, Christian Garve als Zentralgestalt der deutschen Rezeption schottischer Aufklärung, in Schottische Aufklärung. A Hotbed of Genius, éd. par D. Brühlmeier, H. Holzhey et V. Murdoch, Berlin, Akademie, 1996, p. 123-145.

20  Cf., dans l’édition de l’Académie (citée sous l’abréviation AA), vol. II, p. 305-313 ; et en trad. franc., E. Kant, Œuvres philosophiques, t. 1, éd. F. Alquié, Paris, Gallimard (Pléiade : citée sous l’abréviation Kant : Œuvres), 1980, p. 522.

21  Cf. John Millar, An Historical View of the English Government, London, A. Straben & T. Cadelle, 1787, cité d’après l’édition de Londres, J. Mawman, 4 vol. , 1812, vol. 2, p. 429 s.

22  Cf. David Hume, The History of Great Britain. The reigns of James I and Charles I, éd. par Duncan Forbes, Harmondsworth, Pelican, 1970, p. 219, trad, franc. : Histoire de la Maison de Stuart sur le Trône d’Angleterre, 3 vol. , Londres, 1760,I, p. 155.

23  Cf. RR, p. 23 ; AA, VIII, p. 18 ; trad, franc, de Stéphane Piobetta, La philosophie de l’histoire, Paris, Aubier, 1947, rééd. avec une présentation de P. Raynaud, Opuscules sur l’histoire (sigle OsH), Paris, Garnier-Flammarion, 1990, p. 71.

24  Par ex. K. Weyand (1963), p. 64 s., et G. Cavallar (1992), p. 265 s.

25  Cf. Adam Ferguson, An Essay on the History of Civil Society, Edinburgh, A. Kincaid & J. Bell, 1767, trad, franc, de M. Bergier, Essai sur l’histoire de la société civile, 2 vol. , Paris, Desaint, 1783, révisée, annotée et introduite par Claude Gautier, Paris, PUF, 1992, p. 110.

26  Cf. sur ce point M. Mori (1990), p. 83.

27  Parmi les nombreuses publications sur ce thème, citons seulement les études de Dieter Henrich, Hutcheson und Kant, in Kant-Studien, t. 49, 1957-1958, p. 49-69 ; Über Kants früheste Ethik. Versuch einer Rekonstruktion, Kant-Studien, t. 54, 1963, p. 404-431 ; ainsi que les travaux récents de Michel Malherbe, Kant ou Hume, ou la raison et le sensible, Paris, Vrin, 1980, 2e éd., 1993 ; Günter Gawlick et Lothar Kreimendahl, Hume in der deutschen Aufklärung. Umrisse einer Rezeptionsgeschichte, Stuttgart-Bad Cannstatt, Frommann-Holzboog, 1987 ; L. Kreimendahl : Kant-Der Druchbruch von 1769, Köln, Dinter, 1990 ; Manfred Kuehn, Scottish Common Sense in Germany, 1768-1800. A contribution to the history of critical philosophy, Kingston/Montreal, McGill-Queen’s University Press, 1987.

28  Voir, à ce sujet, les travaux de Philip Merlan, Hamann et les Dialogues de Hume, Revue de métaphysique, 59 (1954), 285-289 ; Kant, Hamann-Jacobi and Schelling on Hume, Rivista critica di storia filosqfia, 22 (1967), 481-494 ; ainsi que Charles W. Swain, Hamann and the Philosophy of David Hume, Journal of the History of Philosophy, 5 (1967), 343-352.

29  Cp. Fritz Pinkuss, Moses Mendelssohns Verhältnis zur englischen Philosophie, Philosophisches Jahrbuch der Görres-Gesellschaft, 42 (1929), 449-490.

30  Sur Kraus voir Johannes Voigt, Das Leben des Professor Christian Jakob Kraus, Königsberg, Nicolovius, 1819 ; Harald Winkel, Zur Entwicklung der Nationalökonomie an der Universität Königsberg, Die Institutionalisierung der Nationalökonomie an deutschen Universitäten, éd. par N. Waszek, St. Katharinen, Scripta Mercaturae, 1988, 109-121 ; N. Waszek, Adam Smith in Germany, 1776-1832, Adam Smith. International Perspectives, éd. par H. Mizuta et Ch. Sugiyama, London, Macmillan, 1993, 163-180.

31  L’article sur Garve, par Dominique Poncet, dans le Dictionnaire des philosophes (2e éd., sous la direction de Denis Huisman, Paris, PUF, 1993, t. I, p. 1093 s.), est trop court pour être satisfaisant ; et le recueil récent, pourtant très complet, de Gérard Raulet sur l’Aufklärung — les Lumières allemandes, Paris, Flammarion, 1995, ne mentionne Garve que deux fois, p. 88 et 464 ; cf. cependant, tout récemment, le volume collectif, Popularité de la Philosophie, ENS Editions, Fontenay-Saint-Cloud, 1995.

32  Sur les raisons possibles de cette lacune, cf. dans mon article cité ci-dessus (p. 9, n. 2), la n. 19, p. 126 s.

33  Cf. par ex. Reinhard Buchwald, Schiller. Leben und Werk, Wiesbaden, Insel, 5e éd., 1966, p. 182-186.

34  Surtout grâce à la nouvelle édition de ses œuvres — Christian Garve, Gesammelte Werke, en 15 vol. éd. par Kurt Wölfel, Hildesheim, Olms, 1985 s. — et grâce aux travaux récents de Zwi Batscha, Despotismus von jeder Art reizt zur Widersetzlichkeit. Die Französische Revolution in der deutschen Popularphilosophie, Frankfurt, Suhrkamp, 1989. Cf. aussi Doris Bachmann-Medick, Die ästhetische Ordnung des Handelns. Moralphilosophie und Ästhetik in der Popularphilosophie, Stuttgart, Metzler, 1989 ; et Claus Altmayer, Aufklärung als Popularphilosophie, St. Ingbert, Röhrig, 1992 (on trouvera dans ces ouvrages toutes les références à la littérature antérieure) ; cf. enfin, en français, Popularité de la Philosophie [voir ci-dessus, p. 11, n. 5].

35  Cf. Roland Mortier, Diderot, Ernesti, et la « Philosophie populaire », Essays on Diderot and Enlightenment in honor of Otis Fellows, éd. par J. Pappas, Genève, Droz, 1974, 207-230 ; et cp., du même auteur : Existe-t-il au xviiie siècle, en France, l’équivalent de la « Popularphilosophie » allemande ?, Studia Leibnitiana, 15 (1983), 41-45.

36  Cp. les définitions données par Helmut Holzhey dans Popularphilosophie, Historisches Wörterbuch der Philosophie, éd. par J. Ritter et K. Gründer, vol. 7, Basel, Schwabe, 1989, 1093-1100 ; et par C. Altmayer (1992) [voir n. ci-dessus], 7-15.

37  Par exemple dans la première partie de son écrit « Sur le lieu commun : il se peut que ce soit juste en théorie mais, en pratique, cela ne vaut point », cf. AA, VIII, p. 278-289 ; trad. franc, dans Kant : Œuvres, III, p. 255-269.

38  Sur la relation entre Garve et Kant, cf. les études suivantes : Albert Stern, Über die Beziehungen Chr. Garve’s zu Kant, Leipzig, Denicke, 1884 ; Paul Müller, Chr. Garves Moralphilosophie und seine Stellungnahme zu Kants Ethik, Borna-Leipzig, Noske, 1905 ; Michael Stolleis, Die Moral in der Politik bei Christian Garve, thèse en droit, Université de Munich, 1967, ici : 97-112 ; et plus récemment : Klaus Petrus, « Beschrieene Dunkelheit » und « Seichtigkeit ». Historisch-systematische Voraussetzungen der Auseinandersetzung zwischen Kant und Garve, Kant-Studien, 85 (1994), 290-302.

39  Cf. E. Cassirer, La philosophie des Lumières, trad. franc, par Pierre Quillet, Paris, Fayard, 1966, p. 263.

40  Cf. Ernst Cassirer, Kants Leben und Lehre, Berlin, Bruno Cassirer, 1918, 2e éd., 1921, p. 237 : « L’importance de ces écrits [des articles sur la philosophie de l’histoire] pour la ligne interne de développement de l’idéalisme allemand n’est donc guère moins grande que celle de la Critique de la raison pure, pour les problèmes dont elle traite... »

41  Le ton des phrases par lesquelles débute son article célèbre sur Le dix-huitième siècle et le monde historique (cf. Wilhelm Dilthey, Gesammelte Schriften, t. III, Leipzig/Berlin, Teubner, 1927, p. 209) est déjà totalement différent : « L’Aufklärung du xviiie siècle, qui est accusée d’être anhis-torique, a produit une nouvelle conception de l’histoire, et Voltaire, Frédéric le Grand, Hume, Robertson, Gibbon ont réalisé celle-ci, dans de magnifiques ouvrages historiques. »

42  Paris, Vrin, 1964.

43  Cf. son Introduction à la philosophie de l’histoire, Paris, Gallimard, 1938, nouv. éd., 1986, p. 358 : « Kant confond la philosophie de l’histoire avec l’éthique qui juge le passé et détermine la fin, mais c’est là une philosophie particulière de l’histoire, caractéristique d’une époque et d’une attitude, et non pas représentative d’un genre... » Jean-Michel Muglioni, qui cite ce passage dans La philosophie de l’histoire de Kant (Paris, PUF, 1993, p. 13, n. 3), souligne fort justement que « les lecteurs d’inspiration marxiste exceptés [...], on n’invoque guère Kant dans les débats sur l’histoire qui agitent le siècle ».

44  Tel fut le titre d’un colloque organisé il y a quelques années : Kant oder Hegel ? Stuttgarter Hegel-Kongress 1981, Über Formen der Begründung in der Philosophie, éd. par Dieter Henrich, Stuttgart, Klett-Cotta, 1983.

45  « Kant und seine Ausleger. Wie doch ein einziger Reicher so viele Bettler in Nahrung Setzt ! Wenn die Könige baun, haben die Kärrner zu thun » ( Schillers Werke, vol. I, Stuttgart, Cotta, 1865, p. 334).

46  Ce que l’on a dit dans cette introduction au sujet de l’influence exercée par l’Histoire de Grande-Bretagne de Hume sur la philosophie de l’histoire de Kant peut être poursuivi au sujet de la pensée de Hegel. Cf. mon article : David Hume als Historiker und die Anfänge der Hegelschen Geschichtsphilosophie, Hegel in Bern, éd. par H. Schneider et N. Waszek, Frankfurt/Bern, P. Lang, 1996.

47  G. W. F. Hegel, Leçons sur l’histoire de la philosophie, t. 5 : La philosophie moderne, éd. et trad. par Pierre Garniron, Paris, Vrin, 1985, p. 1748 s.

48  Sur les rapports nuancés entretenus par Hegel envers les différents courants des Lumières, cf. par ex. mon livre — The Scottish Enlightenment and Hegel’s Account of Civil Society (Dor-drecht/Boston/London, Kluwer, 1988, p. 14 s.) — qui met aussi en évidence l’influence sur Hegel des Écossais. Sur Hegel et les Lumières françaises, cf. par ex. Hegel et le siècle des Lumières, publié sous la direction de Jacques D’Hondt, Paris, PUF, 1974.

49  Cp. au sujet du rapport de Kant à la Révolution française les travaux récents de Tosel (1988), D’Hondt (1992) et Bourgeois (1993b) — pour les détails de ces publications et les travaux antérieurs, cf. notre bibliographie en fin de volume.

50  Joachim Ritter, Hegel et la Révolution française, Paris, Beauchesne, 1970, p. 28 s.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Norbert Waszek, « Présentation », Revue germanique internationale [En ligne], 6 | 1996, mis en ligne le 09 septembre 2011, consulté le 30 avril 2017. URL : http://rgi.revues.org/573

Haut de page

Auteur

Norbert Waszek

Est maître de conférences et codirecteur du département d’études germaniques de l’Université Paris VIII. A publié notamment The Scottish Enlightenment and Hegel’s Account of « Civil Society », Dordrecht/Boston/London, Kluwer, 1988 ; Edouard Gans : Chroniques françaises, Paris, Cerf, 1993 ; ainsi que de nombreux autres travaux consacrés à la philosophie et la civilisation allemande moderne et contemporaine

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page