Navigation – Plan du site
Genèse et sources de la philosophie de l’histoire kantienne

Aux origines de la philosophie kantienne de l’histoire : l’anthropologie pragmatique1

Reinhard Brandt
Traduction de Myriam Bienenstock
p. 19-34

Résumés

Contrairement à la conception de la nature humaine de David Hume et contrairement à l’anthropologie de Feuerbach et de Nietzsche, la psychologie empirique ou anthropologique kantienne se constitue comme une discipline coexistant avec la métaphysique et le criticisme — mais elle ne constitue pas une partie de la philosophie critique proprement dite. Kant développe d’abord, dans ses premiers cours (1772-1773), l’idée d’une psychologie empirique en tant que science théorique, dissociée du cadre métaphysique dans lequel l’insérait encore Baumgarten. Vers la fin de 1773 s’opère un tournant vers la philosophie pratique ou « pragmatique » : l’intention de Kant est alors « de révéler grâce à l’anthropologie les sources de toutes les disciplines pratiques ». L’anthropologie pragmatique a pour Kant le même but que celui que s’étaient assigné les « philosophes populaires », avec leur philosophie « pour la vie quotidienne ».

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Cet article reprend certains points développés plus en détail dans R. Brandt, Kants pragmatische A (...)
  • 2  Cf. la lettre de J. W. Goethe à Christian Gottlob Voigt datée du 19 décembre 1798, in Goethes Werk (...)
  • 3  Cf. Athenaeum. Eine Zeitschrift, hg. von A. W. Schlegel und F. Schlegel, II, 2, Berlin, 1799, rééd (...)

1Lorsqu’en 1798, six ans avant sa mort, Kant publia ses conférences sur l’anthropologie pragmatique sous forme de livre, son œuvre ne suscita aucun enthousiasme. Goethe apprécia, certes, le livre, mais trouva qu’en tout il n’était pas réjouissant ; et il écrivit : « Malgré les parties remarquables, pénétrantes, délicieuses, où notre vieux maître se révèle toujours le même, le livre m’a paru dans maints endroits d’un esprit étroit et, çà et là, plus souvent encore exclusif. Un sage ne devrait pas se servir si souvent du terme de fou... »2 Friedrich Schleiermacher se mit en rage : quelqu’un qui n’a rien de plus à dire sur le thème de l’anthropologie pragmatique « ne peut même pas être médiocrement informé de ce qui se passe autour de lui » ; et il ajouta : « Jamais un livre ne fut moins une œuvre que celui-ci. » Kant aurait compilé quelques observations, certaines pertinentes, d’autres — le plus grand nombre — grotesques et déplacées, et il n’aurait été capable d’établir ni le lien entre psychologie et physiologie, ni la connexion entre système scientifique et présentation populaire3. Cette critique touchait une œuvre dont, vingt-cinq ans auparavant, le contenu avait fasciné le public de Königsberg.

2Elle contribua à faire de l’Anthropologie du point de vue pragmatique une œuvre rarement considérée, si ce n’est en anthropologie, une discipline qui se constituait alors comme telle. Les présentations, même les plus complètes, de l’œuvre de Kant ne l’évoquent que de façon tout à fait marginale et souvent, ce que l’on reproche à la doctrine morale de la philosophie critique, c’est précisément ce que l’on trouve, exposé en détail, dans l’Anthropologie.

  • 4  Cf. le cours de 1772-1773, dit Anthropologie-Philippi, 2 c. Ce texte doit paraître dans le vol. XX (...)

3Ce fut pendant le semestre d’hiver 1772-1773 que Kant enseigna pour la première fois l’anthropologie, ou psychologie empirique. Récemment nommé professeur ordinaire de logique et de métaphysique, il n’était pas obligé de donner ce cours, dont il fit donc un séminaire (Privatkolleg). A l’époque, l’anthropologie, et plus précisément l’anthropologie dans son orientation pragmatique, connaissait une heure de gloire. Comme tout grand philosophe, Kant, lui aussi, vivait plus ou moins en osmose avec ceux d’entre les courants intellectuels de son temps qui étaient à la mode, et qui avaient du succès. Or il était alors très à la mode, dans les cercles littéraires, d’étudier l’homme et le monde dans lequel l’homme vit, tout en se plaignant en même temps de ce que l’on se soit soucié de tout au monde, sauf de la connaissance de l’homme lui-même. Au début de son cours, Kant se plie à cette mode : « Rien ne semble plus important pour l’homme que cette science, et pourtant c’est elle qui, jusqu’à présent, a été la plus négligée. »4 L’étude de la nature de l’homme devait donc enfin être entre prise, dans une discipline autonome. Ce passage ne put être repris en 1798, dans le livre publié sur la base des conférences, car à cette date les anthropologies et psychologies expérimentales (Erfahrungsseelenkunden) avaient réussi depuis longtemps, dans les universités comme sur le marché littéraire, et étaient même considérées comme un acquis per manent. Dans les romans comme dans les récits, dans les biographies comme en poésie, la description stéréotypée des caractères avait été remplacée par une observation plus fine des sentiments humains, et par une nouvelle expression linguistique, plus appropriée.

  • 5  Jean-Jacques Rousseau, Œuvres complètes, vol. IV, éd. par B. Gagnebin et M. Raymond, Paris, Gallim (...)
  • 6  John Locke, Some Thoughts concerning Education, London, Awnsham and John Churchill, 1693, lre trad (...)

4L’orientation spécifiquement pragmatique de l’anthropologie kantienne ne naquit pas, elle non plus, de spéculations propres à Kant. Elle s’insère plutôt dans le cadre du renouveau général qui affecte la conception de l’éducation, au début des années 70. Éduquer non pas seulement pour l’école, mais aussi pour le monde : la façon dont Kant présente ici pour la première fois l’anthropologie pragmatique comme une discipline académique constituait justement l’un des mots d’ordre de la pédagogie de l’Aufklärung. Ainsi s’exprimait Rousseau, dans l’Emile : « Quand je vois que dans l’âge de la plus grande activité l’on borne les jeunes gens à des études purement spéculatives, et qu’après, sans la moindre expérience ils sont tout d’un coup jetés dans le monde et dans les affaires, je trouve qu’on ne choque pas moins la raison que la nature, [...]. Par quel bizarre tour d’esprit nous apprend-on tant de choses inutiles, tandis que l’art d’agir est compté pour rien ? »5 Ce que Kant voulait présenter au public, c’était précisément cet « art d’agir », réclamé depuis l’écrit sur l’éducation de Locke6. L’étude précise de la nature humaine, entreprise du point de vue pratique, devait permettre de compléter la métaphysique scolastique traditionnelle et la culture érudite par une éducation d’homme du monde. Écoles et universités ne devaient pas abandonner l’érudition, mais plutôt s’ouvrir en même temps aux nouveaux besoins de la société civile. Lorsqu’en 1772-1773, pendant le semestre d’hiver, Kant avait commencé son cours, le succès en avait été assuré. Lorsque, vers le milieu des années 90, il le donna pour la dernière fois, la situation avait changé : le sujet relevait désormais d’une pratique académique stagnante, qui ne pouvait plus réussir à fasciner qui que ce soit.

5Si Kant avait fait un livre de ses conférences dès le milieu des années 70, l’image que nous nous faisons aujourd’hui de lui serait tout à fait différente. Les philosophes populaires (Popularphilosophen) n’auraient rien trouvé à lui objecter parce que, dans son anthropologie, il se comportait lui-même comme l’un des leurs. La légende selon laquelle Kant était un professeur sans aucune expérience du monde, qui ne quitta jamais sa ville et dont les déplacements monotones permettaient à ses concitoyens de mettre leurs montres à l’heure — cette légende, imaginée par un romantisme lui-même étranger au monde, aurait été pulvérisée par l’anthropologie kantienne des années 70 : une anthropologie dont le contenu était novateur, très au fait du monde, plein d’esprit et de leçons tirées de l’expérience. Le maître élégant, le joueur de billard récemment promu professeur ordinaire, exposait là ses observations et ses dernières lectures. Il prenait position sur des questions de mode et de sociabilité, il donnait des conseils sur la façon la plus sage de se comporter envers soi-même et envers les autres. Ses conférences proposaient en même temps une introduction encyclopédique à l’étude, elles traitaient de problèmes de la connaissance et du goût esthétique, de la volonté et du désir, ou encore des tempéraments et de la physionomie, des races, des différences entre espèces, du caractère des nations et de la question de savoir où tout ceci devait conduire : quelle est la fin, quel est le but de l’histoire en laquelle nous sommes pris ? L’histoire s’accorde-t-elle avec les exigences de la moralité, qui sont pour nous un devoir, ou est-elle indifférente à la loi de la liberté ? A ces questions, Kant offrait la solution suivante : nature et liberté conspirent de façon à ce que la nature ne soit pas un enfer, et à ce que la liberté, avec sa loi morale, ne se réduise pas à une chimère étrangère au monde. L’histoire possède une loi immanente de progrès moral et juridique.

  • 7  Des notes prises par un étudiant, publiées en 1831 par J. J. Bergk alias Starke, portent bien, dan (...)

6Mais jusqu’en 1798, l’ample système de la nature et de la culture développé par Kant dans l’anthropologie pragmatique resta dissimulé dans l’ « Albertina ». Quelques manuscrits de conférences parvinrent, certes, à des lecteurs intéressés, en dehors de Königsberg. Mais en Allemagne, savants et hommes de lettres ne purent prendre acte de Kant, l’anthropologue. Ceci ne doit cependant pas nous empêcher de reconnaître en même temps que, dans l’ensemble de l’œuvre de Kant, l’anthropologie pragmatique pourrait bien manquer, sans qu’on le remarque. Car elle fait aussi peu partie de la philosophie critique propre ment dite que la géographie physique, par exemple. Ce ne fut pas Kant, d’ailleurs, qui la dénomma anthropologie philosophique7. Pour la philosophie, l’anthropologie pragmatique est encombrante. Elle constitue le lieu de naissance de la philosophie kantienne de l’histoire, ainsi que des premières idées de l’écrit : « Qu’est-ce que les Lumières ? » — mais il est impossible de lui trouver une place dans le programme philosophique d’ensemble de Kant.

  • 8  Kritik der reinen Vernunft, A 805, Kant : Œuvres, I, p. 1365. Cf. AA, XI, p. 429. Cp. avec la lett (...)
  • 9  Cf. AA, VII, p. 397 et 398 de l’édition de 1907, ou p. 399 et 400 de l’édition corrigée de 1917 (« (...)
  • 10  Les cours sur l’anthropologie manquèrent longtemps dans l’édition de l’Académie, qui passait du vo (...)

7Elle ne répond pas non plus à la quatrième des questions célèbres posées par Kant — « Qu’est-ce que l’homme ? » — une question que Kant n’ajouta peut-être aux trois autres — « Que puis-je savoir ? » ; « Que dois-je faire ? » ; « Que puis-je espérer ? » — que dans les années 908. La question « Qu’est-ce que l’homme ? » ne se retrouve ni dans les notes de cours prises par les étudiants et auditeurs de Kant, ni dans les notes rédigées par Kant lui-même pour ses cours. Elle n’apparaît que dans un manuscrit, rédigé par Kant en préparation du livre et préservé, aujourd’hui encore, à Rostock : formulée dans le champ de l’anthropologie9, elle n’est pas reprise dans le livre lui-même. Elle se trouve en contradiction avec le sobre inventaire d’observations et expériences, par lequel Kant voulait introduire les étudiants au commerce avec les hommes, et avec eux-mêmes. L’anthropologie pragmatique n’est pas non plus identique à l’anthropologie, qui devait fonctionner comme complément de la philosophie morale abstraite : l’impératif catégorique n’est pas mentionné une seule fois, et il manque aussi, corrélativement, la réflexion de Kant sur la réalisation de cet impératif, conditionnée anthropologiquement. Dans la philosophie proprement dite de Kant, l’anthropologie pragmatique constitue une construction annexe, dont la vraie grandeur n’apparaît qu’aujourd’hui, avec la publication, dans l’édition critique, des textes sur l’anthropologie10.

  • 11  Tel est le titre de la copie dite Philippi. Dans l’édition de l’Académie, ce manuscrit ne sera pas (...)

8L’écrit publié en 1798, qui provient des cours sur l’anthropologie donnés de 1772-1773 (semestre d’hiver) à 1795-1796, a comme titre « Anthropologie du point de vue pragmatique ». Dans le premier cours sur l’anthropologie, ou « connaissance naturelle de l’homme » (Naturerkenntnis des Menschen)11, on ne trouve aucune référence à une tâche spécifiquement pratique du cours mais plutôt, à la place, l’idée d’une psychologie empirique en tant que science spéculative, non orientée vers la praxis. Dans cet article, nous présenterons d’abord la première conception que se faisait Kant de l’anthropologie comme « psychologie empirique », puis sa transformation en une anthropologie pragmatique — la discipline, qui se trouve à l’origine de la philosophie de l’histoire.

  • 12  Anthropologie-Philippi, 1 r.

9Dans sa conception initiale, le cours de 1772-1773 traite non pas de l’homme en son orientation pragmatique, de l’homme agissant parmi d’autres hommes, mais de la psychologie empirique, dissociée de son articulation à la métaphysique. La « Psychologia empirica », empruntée à la Métaphysique de Baumgarten, sert de fondement au cours. Mais dans l’idée de Kant, la psychologie empirique n’est plus une métaphysique. C’est simplement une « connaissance qui vient de l’observation et de l’expérience »12. Kant, qui s’est déjà engagé sur la voie de la réélaboration, en projet depuis 1766 environ, de la métaphysique — avec la structure duelle, totalement neuve, d’une métaphysique de la nature et d’une métaphysique des mœurs — , extrait tout l’aspect empirique de l’articulation d’ensemble constituée par le pouvoir de connaître et de désirer et le sentiment de plaisir et de déplaisir. A la partie empirique, il ajoute alors, par-delà l’esquisse des trois pouvoirs de l’âme, des questions empiriques supplémentaires.

  • 13  Cf. dans l’éd. de 1733, le § 79 (C. Wolff, Ausführliche Nachricht..., in Gesammelte Werke, hg. u. (...)
  • 14  AA, II, p. 308 ; Kant : Œuvres, I, p. 517.
  • 15 AA, II, p. 309 ; Kant : Œuvres, I, p. 517 s.
  • 16  AA, II, p. 309 ; Kant : Œuvres, I, p. 516.

10L’émancipation de la psychologie empirique par rapport à la métaphysique se préparait depuis longtemps. Certaines des idées formulées par Kant à ce sujet renvoient manifestement à l’écrit de Christian Wolff intitulé Ausführliche Nachricht von seinen eigenen Schriften (1725). Wolff explique là pourquoi, dans la Deutsche Metaphysik, il a situé la psychologie empirique avant la cosmologie : « J’ai traité d’une partie de la psychologie avant la cosmologie. La raison en est la suivante. Je divise la psychologie en deux parties. L’une traite de ce que l’on connaît de l’âme humaine par expérience, mais l’autre explique tout à partir de la nature et de l’essence de l’âme et montre la raison de ce que l’on observe. Je nomme la première partie "Psychologia empirica", mais la seconde "Psychologia rationalis". La "Psychologia empirica" est en fait une histoire de l’âme, et peut être connue sans nulle autre discipline. La "Psychologia rationalis" présuppose au contraire que la cosmologie est connue », et « ... j’ai ainsi posé une partie de la psychologie, à savoir l’Empirica, avant la Cosmologie, parce qu’elle est plus facile que celle-ci et semble plus amène à des débutants, auxquels on ôte ainsi le déplaisir qu’ils ont eu en ontologie, lorsqu’ils ont dû prêter attention à différentes choses bien plus exactement qu’ils ne sont habitués à le faire. »13 Voici ce qui fut noté dans l’Anthropologie-Philippi, pendant le premier semestre de cours : « Il y a bien des avantages à considérer la connaissance de l’homme comme une science particulière. En premier lieu, il n’est pas besoin d’étudier, par amour pour elle, toute la métaphysique » (2v). Et dès l’Annonce sur le programme de ses leçons pour le semestre d’hiver 1765-1766, Kant avait fait subir à la Métaphysique de Baumgarten « un léger détour »14 : « Je commence donc, après une petite introduction, par la psychologie empirique qui est proprement la science de l’expérience métaphysique de l’homme... (die metaphysiche Erfahrungswissenschaft vom Menschen). »15Doit suivre ensuite la doctrine de la nature (Naturlehre), empruntée aux chapitres majeurs de la cosmologie ; et ce n’est qu’ensuite que l’on poursuit analytiquement par l’ontologie16. Déjà ici, en situant la psychologie empirique au commencement, Kant se sert donc du même modèle didactique que Wolff.

  • 17  Anthropologie-Parow, 1.
  • 18  Cf. A, 848 — in Kant : Œuvres, I, p. 1396. Sur l’exclusion de la psychologie empirique hors de la (...)

11En 1770, Kant critique sévèrement la différenciation graduelle de l’empirique au rationnel que l’on trouve chez Wolff et, plus générale ment, dans la tradition leibnizienne : il ne s’agit pas de situer l’a posteriori et l’a priori à des degrés différents sur l’échelle de clarté et de distinction qui conduit de l’intuition sensible au concept d’entendement. Les origines, dans la connaissance, de l’a posteriori et de l’a priori sont distinctes en principe. Il est définitivement établi pour Kant, depuis 1770, que la métaphysique traite des conceptus puri de la forme de l’intuition et de l’entendement et que, par suite, une discipline comme la psychologie empirique doit nécessairement en être tenue à l’écart. Voici comment ceci est formulé dans les notes de cours dites Anthropologie-Parow, qui datent, elles aussi de l’hiver 1772-1773 : « La psychologie empirique est une sorte de doctrine de la nature. Elle traite des manifestations (ou phénomènes : Erscheinungen) de notre âme qui font l’objet de notre sens interne, et ce de la manière même dont la doctrine empirique de la nature, la physique, traite des phénomènes... On voit donc immédiatement combien cette doctrine est peu susceptible de constituer une partie de la métaphysique, puisque celle-ci a comme thème uniquement les Conceptus puri, c’est-à-dire soit des concepts qui sont donnés simplement par la raison, soit des concepts dont au moins la connaissance a un fondement dans la raison. »17 Des « phénomènes » (Erschei nungen) : ce sont là, selon l’écrit de 1770, les phaenomena du mundus sensibilis. Conformément à la distinction entre le sens externe (de l’espace) et le sens interne (du temps), la physique et la psychologie deviennent deux entreprises parallèles. On trouve dans la Critique de la raison pure un écho tardif de cette éviction de la psychologie empirique hors de la métaphysique : « La psychologie empirique doit donc être entièrement bannie de la métaphysique, et elle en est déjà entièrement exclue par l’idée de cette science. »18

  • 19  Baumgarten parle de l’anthropologie non pas dans la « Psychologia empirica », mais seulement dans (...)

12Et voici maintenant l’idée complémentaire : sous le nom, également utilisé par Baumgarten, d’anthropologie19, Kant se crée une discipline de la psychologie empirique, afin de rédiger tranquillement la partie rationnelle eu égard au plan d’une critique de la raison pure, mais d’assigner tout de même une place aux représentations des empiristes — une place, où examiner et présenter leurs représentations, qu’ils méconnaissent eux-mêmes : les lois d’association des idées, par exemple.

  • 20  « Il ne suffit pas non plus de savoir bien d’autres sciences, si ce n’est la connaissance de soi d (...)
  • 21  La raison pour laquelle elle ne fut pas reçue comme telle est que les « philosophes populaires » ( (...)

13La psychologie empirique, ou anthropologie, ne constitue pas une partie de la philosophie critique, ou de la philosophie transcendantale : s’il est vrai que, dans une note, Kant forge, par jeu, le concept d’anthropologia transcendentalis, il n’entend pas donner par là un titre à la psychologie empirique ou à l’anthropologie (anthropologie pragmatique comprise)20. Ni en 1772, ni plus tard, celle-ci n’a une place déterminée a priori dans le système — nul ne remarquerait son absence chez Kant — et, parallèle ment, elle n’est pas non plus conçue systématiquement selon la table des catégories ou le schéma de l’analytique et de la dialectique. L’anthropologie empirique ou pragmatique ne relève pas de la philosophie au sens strict du terme. Elle constitue plutôt, pour Kant, la « philosophie populaire » (Popularphilosophie) proprement dite, ou encore une philosophie pour notre vie21.

  • 22  Cf. W. Dilthey, Die Funktion der Anthropologie in der Kultur des 16. und 17. Jahrhun derts, in Dil (...)
  • 23  Cf. sur ce point les indications données dans la troisième partie de notre article, Ausge wählte P (...)

14Contrairement à l’anthropologie de l’époque de la Renaissance, par exemple, qui faisait figure de discipline militante et hostile à la métaphysique22, contrairement aussi à la conception de la nature humaine de David Hume, ou à la psychologie de Michael Hissman, un disciple de Feder, contrairement à l’anthropologie de Ludwig Feuerbach et de Nietzsche, et à certaines tendances de la philosophie populaire contemporaine, la psychologie empirique ou anthropologie kantienne se constitue comme une discipline coexistant avec la métaphysique et le criticisme. Elle n’a pas pour fonction de réduire les théorèmes métaphysiques à des processus et des motivations que la psychologie aurait réussi à dévoiler, mais elle constitue une étude sui generis. L’anthropologie complète la philosophie critique, elle ne veut ni ne peut la détruire. Telle est la représentation que s’en fait Kant. Il reste, bien sûr, à déterminer si elle réalise effectivement ses intentions pacifiques23.

  • 24  Cf. son traité des Animae brutorum, dans Metaphysica (§ 792 — § 795).
  • 25  Cf. la première phrase du premier paragraphe de l’Anthropologie de 1798 : « Que l’homme puisse dis (...)
  • 26  On se contentera d’attirer l’attention sur le fait que, dans la Critique de la faculté de juger, i (...)

15Avant d’en venir au passage de l’anthropologie empirique à la pragmatique, nous ajouterons ici quelques indications sur la première conception, celle de 1772-1773. Le concept de l’anthropologie ne se retrouve pas, chez Baumgarten, dans la Psychologia empirica : une constatation qui met en évidence une différence importante entre Baumgarten et Kant. L’anthropologie kantienne est sans doute une psychologie empirique, mais lorsqu’on la compare à Baumgarten elle ne l’est que sous une forme restreinte, qui semble d’abord triviale : Kant limite la psychologie à l’homme. C’est de l’homme qu’il s’agit, décidément pas des animaux. Lorsque Baumgarten commence sa psychologie empirique par la proposition : « Si quid in ente est, quod sibialicuius potest esseconscium, illud est ANIMA » (§ 504), il se rapporte aussi, à travers elle, à la conscience animale24. C’est précisément à cette place que Kant situe immédiatement la conscience de soi, qui ne revient qu’à l’homme ; et du même coup, il fait de la nature non humaine dans son ensemble une chose envers laquelle les êtres humains, dotés de conscience de soi, peu vent se comporter à leur goût25. Dans la tradition leibnizienne, il est possible de concevoir graduellement les étapes qui conduisent de la vie de l’âme animale à celle de l’âme humaine, et de l’anthropoïde aux Hottentots et aux Blancs. Pour Kant, il y a là une cassure infinie, sur les bords de laquelle la psychologie empirique se situe immédiatement d’un côté, du côté non animal, ce qui permet son identification à l’anthropologie, la connaissance naturelle spécifique de l’homme. On trouvera bien, çà et là, quelques regards obliques jetés vers la psychologie animale, mais rien qui trahisse un intérêt quelconque pour la détermination systématique du rapport entre la vie de l’âme animale et la vie de l’âme humaine26.

  • 27  Sur le rôle qu’aurait pu jouer Rousseau dans ce tournant vers la thématique du Moi effectué par Ka (...)
  • 28  Si, comme on vient de le montrer, Wolff place la psychologie empirique au sommet de son système (d (...)

16Encore un point : le cours de 1772-1773 sur l’anthropologie contient déjà ce tournant vers la conscience de soi, et ce pour la première fois : dans les remarques anthropologiques des années 60, il manque encore ce qui lui correspond, à savoir la réflexion du Moi ; et celle-ci manque aussi dans la dissertation de 1770. Les notes du cours sur l’anthropologie constituent donc le premier document témoignant d’une philosophie qui placera en son centre la problématique du Moi ; et une telle philosophie pose « le Moi » (das Ich) — conditionné aussi par ce qu’avait apporté la Meta-physica de Baumgarten, dans sa psychologie empirique — au début de l’en semble (alors que la Critique de la raison pure part de l’esthétique et de la table des jugements de la logique générale)27. Dans le système général de Wolff et de Baumgarten, la psychologie suit la cosmologie. Dans sa Psychologia empirica, Baumgarten détermine ainsi l’âme comme le pouvoir de la pensée, mais les pensées comme des représentations d’un monde antérieurement donné : « Cogitationes sunt repraesentationes. Ergo anima mea est vis repraesentativa » (§ 506). Le « quoi », le contenu des représentations est l’univers, médiatisé par le corps propre de chacun qui occupe une place déterminée (positus) dans l’univers et, de là, le perçoit (§ 507-§ 509)28. Chez Kant, le renvoi de la psychologie à la cosmologie est dès le départ résilié. L’âme n’est plus située en un lieu antérieurement donné du cosmos. Il se peut que ceci provienne de la théorie subjectiviste de l’espace et du temps proposée dans la dissertation de 1770 — du moins, ceci en rend compte. Dans la Critique de la raison pure, la critique de la psychologie rationnelle et la dénonciation de ses raisonnements comme paralogismes se placera donc, de façon très conséquente, avant l’antinomie de la cosmologie.

  • 29  Il est présumé ici que dans le cours sur l’anthropologie Kant se conforme au développe ment de ses (...)
  • 30  On sait que, sur ce point, Schopenhauer s’opposera à Kant. Herder, quant à lui, tente d’échapper à (...)

17Et ceci signifie que, chez Kant, la conscience de soi humaine n’est plus saisie, comme chez Wolff et Baumgarten (ou encore chez Ernst Platner), comme une conscience par laquelle je me distingue de ce qui est autre — du monde donné — et par laquelle je connais ainsi distincte. Chez Kant, l’idée du Moi est confrontée à elle-même. La psychologie empirique, l’anthropologie pragmatique, commence par l’analyse de l’intuition du Moi, de la représentation du Moi, sans que s’introduise en elle la distinction d’avec l’autre. « La première pensée qui nous vient, lorsque nous nous représentons nous-même, exprime le Moi » (Philippi, 3r) — dans ce Moi, l’homme non seulement est conscient de lui-même, mais il se connaît (selon toute apparence, jusqu’à la découverte des paralogismes, pendant la seconde moitié des années 70)29 comme une essentialité substantielle, immatérielle. Ceci signifie que l’anthropologie de Kant ne part pas de « l’homme entier » comme d’une unité du corps et de l’âme, mais représente d’abord le Moi simplement comme une âme, qui découvre, dans la suite de l’exposition, qu’elle a un corps. (L’esthétique transcendantale construit l’espace comme forme du sens externe et garantit par là que la différence entre des corps quelconques et mon propre corps n’est pas donnée originaire ment, avec l’intuition externe.)30

  • 31  AA, VII, p. 120-121 ; Kant : Œuvres, III, p. 940 s.
  • 32  Cf. les multiples références littéraires d’Erich Adickes dans le vol. XV de l’édition de l’Académi (...)

18Psychologie empirique : la question des sources est pour Kant d’une importance extrême, car son objection à la métaphysique traditionnelle résulte de la question de savoir quelle source, et quelle justification possible peut avoir la connaissance — cette connaissance qui fut, certes, déclarée claire et distincte, mais dont les sources restent peu claires. Dans le domaine de l’a priori, seule entre en ligne de compte l’intuition pure (une invention, ou découverte, de Kant), ou encore la pensée pure et sa relation à l’intuition, que celle-ci soit ou non libre de sensations ; sinon, ce qui se présente comme connaissance ne pourrait être démontré tel, par l’identification de ses sources et par sa reconstitution. Dans la psychologie empirique, Kant, contrairement à Hobbes ou Hume par exemple, précise, pour renforcer ce qu’il dit, de quelles sources il s’inspire : de romans et pièces de théâtre, de l’histoire universelle, de biographies, et de l’inépuisable domaine de l’expérience de soi et des autres — même difficile31 ; sources auxquelles il faut ajouter les cas limite pathologiques, dont parlent les publications mensuelles ou hebdomadaires. Il y a encore une autre source, qui n’est pas mentionnée : les recueils d’anecdotes32.

  • 33  AA, VIII, p. 91. Définition du concept de race humaine, in Kant, La philosophie de l’histoire, tra (...)

19Kant ne dit pas que la psychologie empirique et son successeur, l’anthropologie pragmatique, ne peuvent mentionner de sources empruntées à l’expérience parmi les titres sous lesquels le matériau empirique est subsumé. Mais qu’il y ait la faculté de connaître, le sentiment de plaisir et de peine et la faculté de désirer, et qu’il ne soit possible de découvrir aucune autre faculté — ceci est garanti par le modèle, légèrement corrigé, de la Métaphysique de Baumgarten, mais non pas prouvé ou fondé par Kant dans l’anthropologie elle-même. Le modèle, ici, est essentiel : il décharge l’auteur de la tâche de développer empiriquement les structures en les quelles le matériau empirique sera trié et présenté. Ceci signifie que l’expérience ne fonctionne pas comme base inductive de la psychologie empirique dans son ensemble, mais qu’elle fournit un contenu à des titres donnés d’avance, soit pour expliquer et illustrer, soit aussi pour établir des lois relativement générales, ou des règles de comportement. Mais les branches sont assignées a priori à la science empirique. Est valable pour l’anthropologie la même maxime que pour la science qui étudie les différentes races humaines et leur développement (Rassenkunde) : « ... il est de la plus haute importance d’avoir au préalable défini très exactement le concept que l’on veut éclaircir par des observations, avant d’interroger l’expérience à son sujet ; car l’expérience ne peut nous procurer ce dont nous avons besoin que si nous savons d’abord ce que nous devons y chercher. »33. La psychologie empirique, ou anthropologie, n’est jamais, chez Kant, une science expérimentale de l’âme qui entendrait s’enquérir de l’individu dans sa singularité propre, non interchangeable. Elle ne s’intéresse pas au sujet dans son caractère unique, mais aux prédicats généraux, utilisables dans des situations pouvant se répéter.

  • 34  AA, X, p. 145. Correspondance, p. 108.

20Nous avons vu que Kant, lorsqu’il exclut le secteur constitué par la psychologie empirique, ou « connaissance naturelle de l’homme », de la métaphysique, le fait contre Baumgarten. Contre Platner et son Anthropologie pour médecins et philosophes (Anthropologie fur Ärzte und Weltweise) de 1772, il utilise le phénoménalisme, non pas déjà en 1772-1773, mais seulement en 1773-1774. Vers la fin de 1773, il écrit ainsi dans une lettre à Marcus Herz : « Cet hiver, et pour la deuxième fois, je donnerai un séminaire d’anthropologie, dont j’aimerais désormais qu’elle devienne une discipline universitaire normale. Mais mon projet est tout différent [ce qui signifie, pour le destinataire de la lettre : différent de l’anthropologie de Platner, dont il fut question plus haut. Mais nous savons que ceci veut aussi dire : différent de la conception antérieure de Kant lui-même]. Mon intention est de révéler, grâce à l’anthropologie, les sources de toutes les disciplines pratiques, la science des mœurs, celle du savoir-faire, du commerce humain, la méthode qui permet de former des hommes et de les gouverner. Je cherche plutôt des phénomènes et leurs lois que les premières causes d’une possibilité de transformer la nature humaine en général. C’est aussi pourquoi je n’aborde absolument pas la question subtile, mais à tout jamais vaine, selon moi, de la manière dont les organes du corps sont en relation avec la pensée. »34 Dans la copie Philippi, déjà, se trouve une note marginale (ajoutée après 1772-1773 ?) : « Le passage du mouvement du corps à celui de l’esprit ne peut être expliqué davantage,

  • 35  Anthropologie-Philippi, 2 v. Parmi les précurseurs de cette attitude phénoménologique et de la mis (...)

21Bonnet et différents autres se trompent donc beaucoup, lorsqu’ils croient pouvoir conclure sûrement du cerveau à l’âme. »35.

  • 36  Anthropologie-Friedländer (Ms. 400), 7 ; cp. 14.

22La lettre à Marcus Herz ne fait pas directement savoir que Kant abandonne l’idée d’une connaissance naturelle de l’homme comme psychologie empirique, c’est-à-dire comme discipline théorique. L’orientation pratique de l’anthropologie que nous pouvons constater ici, et que Kant aura exposée dans le cours de l’hiver 1773-1774, se tourne résolu ment, comme nous l’avons déjà remarqué, non pas seulement contre l’idée d’une anthropologie médicale, mais contre la conception originelle que s’en faisait l’auteur lui-même. « Donc, appliquer sa connaissance de façon non pas spéculative, mais pragmatique, selon les règles de la prudence (Klugheit), c’est ainsi qu’on étudie l’homme, et c’est l’anthropologie... Toutes les anthropologies que l’on a encore en ce moment n’ont pas encore eu l’idée que nous trouvons ici devant nous. Tout ce qui n’a pas de rapport au comportement prudent de l’homme ne relève pas de l’anthropologie. »36 Ceci touche aussi le cours de 1772-1773, parce que l’anthropologie y était encore conçue comme une discipline purement théorique.

  • 37  Cf. C. Wolff, Vernünfftige Gedancken..., 1740, p. 70 ; le passage est indiqué par Gudrun Kühne-Ber (...)
  • 38  Cf. J. G. Herder, Von der Veränderung des Geschmacks der Nationen durch die Folge der Zeitalter (E (...)
  • 39  Cf. Georg Friedrich Meier, Auszug aus der Vemunftlehre, Halle, 1752, § 432 ; chez Kant, AA, XVI, p (...)
  • 40  Réfl. 3376 (AA, XV, p. 804), cf. aussi dans les Fondements de la métaphysique des mœurs, AA, IV, p (...)
  • 41  AA, VII, p. 119 ; Kant : Œuvres, III, 939.

23Lorsqu’il se tourne vers l’anthropologie pragmatique, Kant se meut, ici encore, sur un terrain connu, familier tant de l’ancienne tradition métaphysique que de tendances plus récentes dans les sciences de la culture. Dans les « Remarques » ajoutées à ses Idées rationnelles de Dieu, du monde et de l’âme de l’homme, Christian Wolff écrit ainsi de sa philosophie qu’elle est « entièrement pragmatique, c’est-à-dire instituée en tout de telle manière qu’elle peut être utilisée aussi bien dans les sciences et les facultés supérieures qu’également dans la vie humaine »37. L’histoire de Hume compte comme pragmatique, même si elle n’est pas caractérisée comme telle par son auteur. Herder note : « ... Hume, un auteur qui comprend le difficile art d’appliquer au goût de notre temps les tours de main pragmatiques d’un Tacite ou d’un Polybe. »38 L’historien de Halle Karl Renatus Hausen publia en 1766 un Essai d’histoire pragmatique du 18 siècle (Versuch einer pragmatischen Geschichte des 18. Jahrhunderts). Dans sa Logique, Georg Friedrich Meier distingue entre la façon chronologique et la façon géographique d’enseigner l’histoire39, ce sur quoi Kant note entre 1776 et 1789 : « Le mode d’enseignement historique est pragmatique, même s’il a encore un autre but que le mode scolastique, d’être non pas seulement pour l’école, mais aussi pour le monde ou l’éthique. »40 Il se pourrait donc bien que l’un des motifs ayant présidé à la nouvelle conception de l’anthropologie kantienne ait été d’ajouter à l’historiographie humienne sa propre œuvre pragmatique. Quoi qu’il en soit de cette hypothèse, il est clair que Kant associe au tournant vers une théorie de l’action l’intention de bannir de son entreprise le danger qu’encourait la psychologie empirique en avançant, sans principes, de la psychologie (d’observation) à la physiologie (explicative) ; en témoigne la lettre à Marcus Herz citée ci-dessus, ainsi que l’Anthropologie de 179841. Le change ment qui conduit à une anthropologie pragmatique résolue ne doit cependant pas être considéré comme le dramatique passage d’une discipline théorique à une discipline pratique. Déjà comme psychologie empirique, l’anthropologie possédait une importance pratique immédiate ; et, inversement, s’il est vrai qu’il est désormais possible de limiter l’examen à ce qui est important du point de vue pragmatique, Kant ne s’en tient que de façon assez lâche à cette orientation. Il en vient souvent à des digressions théoriques, et mêmes psychosomatiques. Le changement de pro gramme se remarque donc plus dans l’étiquette que dans le contenu. Nous reviendrons encore sur ce point.

  • 42  Cf. aussi Anthropologie-Friedländer (Ms. 400), 6-7.

24Kant crée une discipline dans laquelle il prend pour thème le commerce de l’homme avec lui-même et avec les autres dans le monde civil. L’auditeur qui avait entendu le cours parallèle, pendant le semestre d’été, sur la géographie a priori, aura su où il allait et ce qui l’attendait en principe dans son périple futur autour du globe. Il aura pu trier correcte ment ses perceptions, et faire des expériences conséquentes, universelle ment communicables. L’anthropologie et la géographie physique rem placent le couple d’opposés psychologie-physique et constituent des entreprises parallèles, qui rendent empiriquement possibles la prudence et l’expérience du monde42.

  • 43  Réfl. 1482, AA, XV, p. 660.
  • 44  AA, VII, p. 120 ; Kant : Œuvres, III, p. 940.

25« Est pragmatique la connaissance dont il est possible de faire un usage général en société. »43 L’anthropologie pragmatique remplace le miroir des princes et le Cortegiano de Baltassare Castiglione. Elle n’est pas compétente pour le monde de la cour : « Quant à juger de ce qu’on appelle le grand monde, les membres de la classe aristocratique, le point de vue dévolu à l’anthropologue est très défavorable, car ces gens sont à la fois trop proches entre eux et trop éloignés des autres. »44 La société à laquelle il pense est la classe moyenne bourgeoise ; comme destinataires, ceux qui travaillent de leur corps sont bien évidemment exclus.

26Dans la doctrine de la prudence, auditeur et lecteur apprennent à connaître les règles du jeu selon lesquelles on procède, dans la comédie humaine bourgeoise, en ce qui concerne le commerce avec soi-même et avec les autres. Ici, il est fait abstraction de la fondation même des lois morales du droit et de la vertu ainsi que de leurs sanctions propres, et il est montré comment on peut agir prudemment, et réussir dans la vie. Les sanctions qui comptent sont, dans le commerce avec soi-même, de nature psychologique, mais aussi hygiéniques ; et dans le commerce avec d’autres, c’est le succès ou l’échec social qui décide. Dans son anthropologie pragmatique, Kant reprend une bonne partie de la doctrine aristotélicienne de l’eudaimonia et de la prudence, la phronesis ; mais désormais, l’ex position de la façon d’organiser sa vie avec prudence et circonspection est séparée de l’éthique proprement dite.

  • 45  « Tout ce que la nature elle-même ordonne est bon à quelque fin », est-il dit dans la Critique de (...)

27L’une des raisons qui peuvent être données pour expliquer pourquoi le changement, dans la matière traitée elle-même, se fit à peine sentir, et pourquoi la psychologie empirique elle-même était déjà significative du point de vue pratique, est la suivante : selon la conception de Kant, dans un être organisé, et donc également dans l’homme, tout ce qui relève de lois générales est bon à quelque fin45. La disposition de l’âme, celle d’un autre ou la sienne propre, est instituée selon une fin, et l’homme peut, ou, mieux : il doit, lorsqu’il agit prudemment, suivre les fins de la nature, dans la détermination de ses propres fins. Mais cette téléologie va encore plus loin : ce ne sont pas seulement les dispositions humaines, c’est aussi la culture humaine qui est organisée selon une fin. La nature veut la culture, elle veut que l’homme se développe pragmatiquement et moralement dans l’histoire jusqu’à ce qu’il atteigne ce qu’elle a prévu dans ses dispositions. La culture contemporaine en Europe semble, certes, être celle qui s’éloigne le plus de la nature, mais ceci, justement, est prévu dans le plan de la nature. Celui qui agit prudemment suit aussi, parallèlement, les tendances de la nature et de la culture, dévoilées dans l’anthropologie. Le finalisme pris en entier permet de relier ce qui est pragmatique et ce qui est prudent dans l’action, à la doctrine plus particulièrement stoïcienne du naturae convenienter vivere — celui qui agit prudemment n’est pas malin, mais d’une sagesse toute pragmatique.

28Quelques exemples, pour montrer comment l’anthropologie pragmatique réalise la phronesis et le naturae convenienter : la connaissance de soi anthropologique conduit à sous-estimer ses propres dons, si bien que l’on agit adroitement dans le choix d’une profession. La connaissance des affects et des passions procure la mise à distance de soi qui est nécessaire pour effectuer, aux moments décisifs, une supputation de sa propre vie prise en entier et permet donc de s’opposer à un emportement momentané, déjà affaibli. L’anthropologie pragmatique nous aide à analyser l’activité inconsciente de notre entendement et nous permet ainsi de nous soustraire à son influence. Elle nous permet de percer à jour le jeu masqué des autres êtres humains, et d’accepter l’apparence — aussi longtemps que celle-ci ne passe pas de l’illusion innocente à la tromperie — comme un élément nécessaire de ce jeu qu’est la vie. Et nous apprenons enfin que la vie est un ouvrage incomplet. L’individu singulier n’est pas destiné à s’accomplir lui-même, mais à remplir son rôle restreint comme membre de l’humanité en général. L’anthropologie pragmatique entend enseigner comment on peut venir à bout de cette tâche avec urbanité et discerne ment, tout en gardant ses distances, mais avec correction, et du caractère. C’est là le but même que s’étaient assigné les philosophes populaires, avec leur « philosophie pour la vie quotidienne ».

Haut de page

Notes

1  Cet article reprend certains points développés plus en détail dans R. Brandt, Kants pragmatische Anthropologie : Die Vorlesung, Allgemeine Zeitschrift für Philosophie, 1994, 19, 41-49 ; et Ausgewählte Probleme der Kantischen Anthropologie, Der ganze Mensch. Anthropologie und Literatur im 18. Jahrhundert, éd. par H.-J. Schings, Stuttgart, Metzler, 1994, 14-32.
Dans la suite de cet article, les références aux oeuvres de Kant seront données, en allemand, dans l’édition de l’Académie (Gesammelte Schriften, Berlin, G. Reimer puis W. de Gruyter, 1900 s.), sous l’abréviation AA ; et en français, dans l’édition de la Pléiade (Œuvres philosophiques, Paris, Gallimard, 1980 s.) sous l’abréviation Kant : Œuvres.

2  Cf. la lettre de J. W. Goethe à Christian Gottlob Voigt datée du 19 décembre 1798, in Goethes Werke, hg. im Auftrage der Grossherzogin Sophie von Sachsen, IV. Abtheilung, 13. Band, Briefe 1798, Weimar, Böhlau, 1893, p. 347, trad. franc, par A. Fanta in Goethe, Lettres choisies, Paris, Hachette, 1912, p. 113.

3  Cf. Athenaeum. Eine Zeitschrift, hg. von A. W. Schlegel und F. Schlegel, II, 2, Berlin, 1799, rééd. wbg, Darmstadt, 1992, vol. II, p. 300 à 306, ici p. 301 et 303.

4  Cf. le cours de 1772-1773, dit Anthropologie-Philippi, 2 c. Ce texte doit paraître dans le vol. XXV de l’édition de l’Académie (sur ce volume, cf. plus bas, n. 2, p. 23).

5  Jean-Jacques Rousseau, Œuvres complètes, vol. IV, éd. par B. Gagnebin et M. Raymond, Paris, Gallimard (« Pléiade »), 1969, p. 543.

6  John Locke, Some Thoughts concerning Education, London, Awnsham and John Churchill, 1693, lre trad, franc, par P. Coste, De l’éducation des enfants, Amsterdam, A. Schelte, 1695, 1re trad. all. par Sebastian Gottfried Starck, Des Herrn John Locke Gedancken von Erziehung junger Edelleute, Greifswald, Fickweiler, 1708, multiples rééd. et trad, françaises, allemandes, etc., tout au long du xviiie siècle.

7  Des notes prises par un étudiant, publiées en 1831 par J. J. Bergk alias Starke, portent bien, dans la version publiée, le titre d’« anthropologie philosophique » — mais ce terme ne vient pas de Kant. Il doit être considéré comme une addition de J. J. Bergk.

8  Kritik der reinen Vernunft, A 805, Kant : Œuvres, I, p. 1365. Cf. AA, XI, p. 429. Cp. avec la lettre à K. F. Stäudlin datée du 4 mai 1793, in AA, XI, p. 429 (Kant : Correspondance, p. 575). Cf. aussi l’explication historique que j’ai présentée dans D’Artagnan und die Urteilstafel. Über ein Ordnungsprinzip der europäischen Kulturgeschichte (1, 2, 3/4), Stuttgart, 1991, p. 113-115, p. 129.

9  Cf. AA, VII, p. 397 et 398 de l’édition de 1907, ou p. 399 et 400 de l’édition corrigée de 1917 (« Ergänzungen aus H »).

10  Les cours sur l’anthropologie manquèrent longtemps dans l’édition de l’Académie, qui passait du vol. XXIV (Cours de logique) au vol. XXVII (Cours de morale), laissant ainsi la place libre pour l’anthropologie et la géographie physique. Le texte qui doit être publié dans le vol. XXV de l’Académie a été préparé et édité, à partir d’une vingtaine de manuscrits, par la section de l’Académie des sciences de Göttingen située à Marbourg.

11  Tel est le titre de la copie dite Philippi. Dans l’édition de l’Académie, ce manuscrit ne sera pas reproduit séparément, parce que la copie parallèle, dite de Collins, est plus complète, et parce que Philippi s’identifie pratiquement à Collins. La copie Collins a pour titre « Anthropologie ».

12  Anthropologie-Philippi, 1 r.

13  Cf. dans l’éd. de 1733, le § 79 (C. Wolff, Ausführliche Nachricht..., in Gesammelte Werke, hg. u. bearbeitet von J. Ecole et al, I, 9, Hildesheim, Olms, 1973, p. 231-233).

14  AA, II, p. 308 ; Kant : Œuvres, I, p. 517.

15 AA, II, p. 309 ; Kant : Œuvres, I, p. 517 s.

16  AA, II, p. 309 ; Kant : Œuvres, I, p. 516.

17  Anthropologie-Parow, 1.

18  Cf. A, 848 — in Kant : Œuvres, I, p. 1396. Sur l’exclusion de la psychologie empirique hors de la métaphysique, cf. aussi Norbert Hinske, Kants Idee der Anthropologie, in Die Frage nach dem Menschen. Aufriss einer philosophischen Anthropologie, Festschrift für Max Müller zum 60. Geburtstag, hg. von H. Rombach, Freiburg, Alber, 1966, p. 410-427.

19  Baumgarten parle de l’anthropologie non pas dans la « Psychologia empirica », mais seulement dans la « Psychologia rationalis », § 747 : La connaissance philosophique de l’homme est l’anthropologia philosophica (cf. A. G. Baumgarten, Metaphysica, 7e éd., Halle et Magdebourg, 1779.

20  « Il ne suffit pas non plus de savoir bien d’autres sciences, si ce n’est la connaissance de soi de l’entendement et de la raison. Anthropologia transcendentalis » (Refl. 903 ; AA, XV, p. 395). Cette note, rédigée, selon Adickes, vers 1776-1778, se rapporte au plan de la critique de la raison pure — c’est-à-dire humaine (cf. Volker Simmermacher, Kants Kritik der reinen Vernunft als Grundlegung einer Anthropologia transcendentalis, Diss. Heidelberg, 1951, p. 3, cité par Monika Firla, Untersuchungen zum Verhältnis von Anthropologie und Moralphilosophie bei Kant, Frankfurt/Main und Bern, 1981, p. 45, rem. 113), mais non pas à l’anthropologie, ou à une partie de l’anthropo logie empirique ou pragmatique. La thèse développée par Monika Firla dans sa dissertation par ailleurs perspicace est erronée. Kant n’a nulle part, ni dans un cours, ni dans un écrit, élaboré l’anthropologie transcendantale en tant que discipline, ou même évoqué une telle discipline. Mais il reste possible de rassembler et d’exposer, comme le fait Firla, sa représentation des dis positions originelles comme étant, en un sens, le complément matériel de la philosophie morale, laquelle pousse en effet au développement de ces dispositions originelles.

21  La raison pour laquelle elle ne fut pas reçue comme telle est que les « philosophes populaires » (Engel, Garve, Feder) combattirent l’auteur des Critiques et ne purent prendre acte de son anthropologie, pourtant très proche d’eux : jusqu’en 1798, celle-ci ne circula que sous forme de notes de cours (cf. plus haut, p. 22). Ce handicap explique aussi pourquoi, jusqu’à aujourd’hui, il n’a pas été tenu compte de Kant comme « philosophe populaire ». Cf. par ex. l’étude, excellente par ailleurs, de Doris Bachmann-Medick, Die ästhetische Ordnung des Handelns. Moralphilosophie und Ästhetik in der Popularphilosophie des 18. Jahrhunderts, Stuttgart, Metzler, 1989.

22  Cf. W. Dilthey, Die Funktion der Anthropologie in der Kultur des 16. und 17. Jahrhun derts, in Dilthey, Gesammelte Schriften, hrsg. von G. Misch, Stuttgart, 1964, p. 416-492.

23  Cf. sur ce point les indications données dans la troisième partie de notre article, Ausge wählte Probleme der Kantischen Anthropologie, loc. cit.

24  Cf. son traité des Animae brutorum, dans Metaphysica (§ 792 — § 795).

25  Cf. la première phrase du premier paragraphe de l’Anthropologie de 1798 : « Que l’homme puisse disposer du Je dans sa représentation : voilà qui l’élève à l’infini au-dessus de tous les autres êtres vivant sur la terre. Il est par là une personne, et en vertu de l’unité de la conscience maintenue à travers tous les changements qui peuvent lui advenir, une seule et même per sonne, c’est-à-dire un être tout distinct, par le rang et la dignité, de choses, tels les animaux dépourvus de raison, dont on peut disposer à sa guise... » (AA, VII, p. 127 ; Kant : Œuvres, III, p. 945).

26  On se contentera d’attirer l’attention sur le fait que, dans la Critique de la faculté de juger, il n’est pratiquement pas établi de distinction entre les animaux et les plantes. Les animaux sont aussi peu capables que celles-ci de se donner des fins propres et peuvent, pour cette raison, être entièrement subsumés sous la téléologie générale des arbres (§ 64). — Dans les Conférences sur l’anthropologie, Kant développe des arguments tendant à démontrer que l’homme fut créé pour la station droite, qui ne fut pas acquise historiquement. Voici par ex. ce qui est dit dans l’Anthropologie (Menschenkunde) publiée en 1831 : « L’embryon humain a le Callum sur la plante des pieds, comme tous les animaux quadripèdes, ce qui manque complètement aux mains. Il n’est donc pas un animal quadripède. L’homme est-il de la famille de l’orang-outang ? De l’extérieur, il lui ressemble beaucoup. Mais son squelette est tout à fait différent, et tout le reste aussi. On peut donc laisser de telles suppositions complètement de côté » (I. Kant, Menschenkunde. Nach handschriftlichen Vorlesungen hrsg. von F. C. Starke, Leipzig, 1831, p. 365). La nature a séparé l’homme des animaux privés de raison.

27  Sur le rôle qu’aurait pu jouer Rousseau dans ce tournant vers la thématique du Moi effectué par Kant, cf., de l’auteur, Rousseau et le « Je pense » de Kant, Kant-Forschungen, 5 (1994), 1-18.

28  Si, comme on vient de le montrer, Wolff place la psychologie empirique au sommet de son système (dans lequel la psychologie rationnelle suit la cosmologie), il ne résilie pas par là le principe selon lequel le monde est présupposé dans la psychologie, car ceci vaut a fortiori et indubitablement dans l’empirique.

29  Il est présumé ici que dans le cours sur l’anthropologie Kant se conforme au développe ment de ses propres idées selon l’approche philosophique transcendantale et considère les problématiques du Moi des deux disciplines comme compatibles.

30  On sait que, sur ce point, Schopenhauer s’opposera à Kant. Herder, quant à lui, tente d’échapper à l’isolement des âmes en situant l’acquisition du Moi non pas dans la représentation, mais dans un sentiment qui se rapporte à des objets. Cf. sur ce point l’article d’Inka Mül-der-Bach dans Der ganze Mensch (cf. p. 19, n. 1).

31  AA, VII, p. 120-121 ; Kant : Œuvres, III, p. 940 s.

32  Cf. les multiples références littéraires d’Erich Adickes dans le vol. XV de l’édition de l’Académie.

33  AA, VIII, p. 91. Définition du concept de race humaine, in Kant, La philosophie de l’histoire, trad. S. Piobetta, Paris, Montaigne, 1947, p. 88.

34  AA, X, p. 145. Correspondance, p. 108.

35  Anthropologie-Philippi, 2 v. Parmi les précurseurs de cette attitude phénoménologique et de la mise entre parenthèses des problèmes psychophysiques, on peut compter John Locke (An Essay Concerning Human Understanding, éd. par P. Nidditch, Oxford, 1975, p. 43-44) et David Hume (A Treatise of Human Mature : Being an Attempt to introduce the experimental Method of Reasoning into Moral Subjects (1739-1740), éd. par L. A. Selby-Bigge, Oxford, Clarendon, 1896, p. 60-61, 248, 275-276). Kant s’en tient à l’agnosticisme en ce qui concerne la coordination des processus psychiques aux processus physiques (cf. aussi la préface de l’Anthropologie publiée en 1798, AA, VII, p. 119 ; Kant : Œuvres, III, p. 939, et la réponse à Samuel Thomas Sömmering, datée du 10 août 1795 (AA, XII, p. 31-35 ; Kant : Œuvres, III, p. 387-392). Kant a en même temps toujours été d’avis qu’il n’y a pas de processus psychiques — même ceux de la pensée — sans une infrastructure physique. Il est dit dans l’Anthropologie-Brauer que « Notre âme ne pense jamais seule, mais dans l’elaboratorio du corps, et entre les deux il y a toujours une harmonie... de même l’âme pense, elle meut le corps avec elle » (82).

36  Anthropologie-Friedländer (Ms. 400), 7 ; cp. 14.

37  Cf. C. Wolff, Vernünfftige Gedancken..., 1740, p. 70 ; le passage est indiqué par Gudrun Kühne-Bertram, Aspekte der Geschichte und der Bedeutungen des Begriffs « pragmatisch » in den philosophischen Wissenschaften des ausgehenden 18. und des 19. Jahrhunderts, in Archiv fur Begriffsgeschichte, 27, 1983, p. 161.

38  Cf. J. G. Herder, Von der Veränderung des Geschmacks der Nationen durch die Folge der Zeitalter (Ein Fragment), 1766, in Frühe Schriften 1764-1772, éd. par U. Gaier, Frankfurt, 1985, p. 158. Sur cette conception de Herder, selon laquelle l’History de Hume, comme celle de Polybe (cf. ses Historiae, I 2, 8 ; IX 2, 4), serait pragmatique, on pourra par ex. consulter R. Brandt et H. Klemme, David Hume in Deutschland, Marburg, 1989, p. 53-55.

39  Cf. Georg Friedrich Meier, Auszug aus der Vemunftlehre, Halle, 1752, § 432 ; chez Kant, AA, XVI, p. 804-805.

40  Réfl. 3376 (AA, XV, p. 804), cf. aussi dans les Fondements de la métaphysique des mœurs, AA, IV, p. 417, remarque (Kant : Œuvres, II, p. 279, remarque).

41  AA, VII, p. 119 ; Kant : Œuvres, III, 939.

42  Cf. aussi Anthropologie-Friedländer (Ms. 400), 6-7.

43  Réfl. 1482, AA, XV, p. 660.

44  AA, VII, p. 120 ; Kant : Œuvres, III, p. 940.

45  « Tout ce que la nature elle-même ordonne est bon à quelque fin », est-il dit dans la Critique de la raison pure (A 743 ; Kant : Œuvres, I, p. 1320). Ce principe, que Kant maintint pendant toute sa vie, domine l’anthropologie, sans qu’en elle les conditions épistémologiques, telles qu’elles seront formulées dans les Critiques de 1781 et 1790, aient joué un rôle quel qu’il soit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Reinhard Brandt, « Aux origines de la philosophie kantienne de l’histoire : l’anthropologie pragmatique », Revue germanique internationale [En ligne], 6 | 1996, mis en ligne le 09 septembre 2011, consulté le 26 mars 2017. URL : http://rgi.revues.org/575

Haut de page

Auteur

Reinhard Brandt

Est professeur de philosophie à l’Université de Marburg (RFA) et directeur du Centre de recherches sur Kant dans cette même université. Il a publié notamment Rousseaus Philosophie der Gesellschaft, Stuttgart-Bad Cannstatt, Frommann Holzboog, 1973 ; Eigentumstheorien von Grotius bis Kant, Stuttgart-Bad Cannstatt, Frommann Holzboog, 1974 ; Die Urteilstafel, Hamburg, Meiner, 1991 ; D’Artagnan und die Urteilstafel. Über ein Ordnungsprinzip der europäischen Kulturgeschichte, Stuttgart, Franz Steiner, 1991. Il dirige la collection « Kant-Forschungen » chez Meiner (Hamburg)

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page