Navigation – Plan du site
Genèse et sources de la philosophie de l’histoire kantienne

Kant et Herder : « le recul d’effroi de la raison »

Pierre Pénisson
p. 63-74

Résumés

Le différend qui oppose les philosophies de l’histoire de Kant et de Herder semble si important que chacun des deux déclare « reculer d’effroi » devant les thèses de l’autre. Le lien entre les deux auteurs est cependant beaucoup plus serré qu’il n’y paraît. Les deux comptes rendus que rédige Kant sur les Idées de Herder font ressortir un enjeu proprement territorial : celui de la philosophie en tant que domaine, menacé par un style métaphorique. Il ne s’agit donc pas, comme on le pose si souvent, d’une opposition entre philosophie et non-philosophie, ou entre un grand auteur et un auteur secondaire, mais d’un rapport très étroit autour de la question du style philosophique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Lettre de Herder à Hamann du 15 février 1785.

1On peut se demander pourquoi Kant a recensé les Ideen zur Philosophie der Geschichte der Menschheit de Herder. Il l’a fait dans le Jenaïsche allgemeine Literaturzeitung, en 1785, c’est-à-dire à peu près dans le même espace public que la Berlinische Monatsschrift où en 1783 avait paru Was ist Aufklärung ? Jena, c’est-à-dire en somme en territoire herdérien. Dans la lettre qu’il envoie à Hamann aussitôt après avoir pris connaissance de la première recension, Herder s’horrifie, le manuscrit porte d’ailleurs les traces d’une main tremblant d’horreur, reculant d’effroi si l’on ose dire, devant cette publication dans un Journal : « dessen Haupt Entrepreneur in Weimar lebt » (dont l’entrepreneur principal vit à Weimar)1. Il est d’emblée question de territoire. Kant se situerait selon Herder : « In Deutsch-land, so ganz ausser dem Horizont Deutschlands... es ist der große Metaphysicus zu Kdnigsberg in Preussen » (En Allemagne, tellement extérieur à l’horizon de l’Allemagne... c’est le grand metaphysicus à Königsberg en Prusse).

2Les Ideen de Herder sont une somme rassemblant tous les sujets — histoire naturelle, histoire de l’humanité, littérature, philosophie — non pas suivant une classification encyclopédique mais suivant un double processus de progression et de florilège. L’ouvrage, ainsi que Herder le souhaitait, a été énormément lu par les contemporains allemands puis, le plus souvent sous forme d’extraits, il a constitué une référence obligatoire dans la culture d’Europe centrale. On sait par exemple que dans les brouillons de Guerre et paix les combattants avant de partir au feu s’exclament qu’il n’est plus temps de lire Herder, comme si celui-ci avait bien fourni une culture distincte des urgences de la pratique et comme une sorte de « vision du monde ». Et l’on trouve en effet dans les Idées de quoi penser Dieu, l’humanité, la littérature, l’Europe et le monde, l’évolution dans la grande chaîne de l’Être, depuis les êtres les plus grossiers jusqu’à des

3Übermenschen à venir, qui seraient nécessairement d’une organisation plus fine et subtile que les hommes actuels. Le lecteur des Idées y trouve beaucoup moins une philosophie constituée, qu’une énorme synthèse, dans l’acception la plus large, du savoir contemporain.

  • 2  A Knebel, 2 mars 1785.
  • 3  A Johann Goerg Millier le 19 décembre 1782.

4La première partie des Idées parut chez Hartknoch à Pâques 1784 et la deuxième partie chez Schlegel à Erfurt en avril 1785, après que Herder avait lu la première recension de Kant, avec une terrible déception : « Die Lust zum Schreiben, ist mir ziemlich vergangen » (J’ai presque perdu le plaisir d’écrire)2, écrit-il et il en faut vraiment beaucoup pour qu’il le perde ! C’est que la recension de Kant est pour lui un événement considérable : « Denken Sie, der heftigste Feind meiner Ideen ist der mir unerwarteste, mein eigner ehemaliger Lehrer, Kant »3(Pensez ! le plus violent ennemi de mes « Idées » est le plus inattendu pour moi, mon propre professeur d’antan : Kant). Il faudrait une étude spéciale, pour déceler dans quelle mesure la première recension kantienne a infléchi chez Herder l’écriture de la deuxième partie des Idées. Pour sa part Kant écrit au fur et à mesure des livraisons, donc bien évidemment sans connaître sinon le but de l’ouvrage, du moins la fin ; dans la deuxième recension, il reste surtout sensible à tout ce que le texte herdérien comporte de naturalisme, sans guère s’intéresser à ce qui est et avait toujours été le projet herdérien : beaucoup plus une Kulturgeschichte der Menschheit qu’une anthropologie historique ou une histoire politique.

  • 4  A Hamann, mai 1774.
  • 5  A Hamann, 10 mai 84.

5Pourtant en publiant cette somme Herder entendait bien fournir à ses lecteurs une œuvre de référence qui puisse fournir matière à discussion, mais non pas à la critique. Il déclare plusieurs fois à Hamann vouloir se situer « à côté de toute critique » ou vouloir substituer une « simple histoire et sagesse de notre espèce » à la « critique et politique »4. Ce Dichter, cet écrivain, produit des écrits dont il n’a pas à répondre. C’est dire qu’il n’a pas à les défendre et même que les thèses qui s’y trouvent ne doivent point lui être attribuées. Il y a chez lui tout un jeu de signature et de refus de signature hautement intéressant dans la perspective d’une histoire de la notion d’auteur ; par exemple, des Ideen justement, il peut dire « daß wenn meine Frau, die eigentlich Autor autoris meiner Schriften, ist u. Göthe, der durch einen Zuffall das erste Buch zu sehen bekam, mich nicht unabläßig ermuntert u. getrieben hätten, alles im ao*ï)ç der Ungebohrenen geblieben wäre » (si ma femme, qui est véritablement l’autor autoris de mes écrits, et si Goethe, qui se trouva par hasard lire le premier livre, ne m’avaient pas inlassablement encouragé et poussé, tout serait resté dans les limbes)5. Une des conséquences de cette posture est que l’œuvre n’est jamais finie, et que si jamais la critique devait être possible, elle devrait attendre que l’œuvre se présente comme une totalité achevée, donc jamais du vivant de l’auteur. Or Herder reproche bien à Kant « sein Plan eines unvollendeten, kaum ange-fangnen Buchs aus der Vorrede zu nehmen » (de tirer de la préface le plan d’un livre inachevé, à peine commencé).

  • 6  Kant à Hamann, 8 avril 1774.

6Kant en effet rend publiquement son jugement sur l’œuvre non finie et la soumet à une critique méticuleuse. Même s’il s’agit d’une part d’un poète connu d’un « beredten Verfassers » (d’un auteur éloquent) plein de Génie et d’Eigentümlichkeit (originalité) et d’autre part d’un philosophe reconnu comme tel, il y a un enjeu commun, ou à tout le moins un terme commun : Philosophie der Geschichte (la philosophie de l’histoire). Aussi longtemps que l’ancien étudiant de Kant s’occupait d’autres sujets que ceux de son professeur, il restait hors de toute critique publique, même si par exemple la älteste Urkunde des Menschengeschlechts avait suscité ce commentaire suivant lequel Kant ne se sentait pas en état « de connaître avec évidence le thème de l’auteur dans toute sa dignité »6. Il pouvait même sembler que la Eigentümlichkeit herdérienne, loin d’être hostile à la philosophie, pût la servir. On se rappelle que Kant avait apprécié la mise en vers de ses cours par Herder, réussie au point qu’il pouvait la comparer à Haller, son poète préféré — point du tout par lui seulement du reste. Et Herder déclarait à Kant vouloir faire et pratiquer une « menschliche Philosophie ». La fréquentation de Kant en 1762-1764, notamment lors de la publication de l’unique preuve possible de Dieu, est certainement beaucoup plus déterminante que ce que le commentaire herdérien expose le plus souvent. C’est bien ce Kant toujours doté de « Scherz, Witz und Laune », mais qui « cependant reste sérieux » qui a donné à Herder sa formation philosophique, même si les cours lui paraissaient bien arides, et qu’il lui fallût ensuite lire Rousseau pour se délasser des concepts morts. Lorsque Kant dans ses recensions reproche à Herder un anti-philosophisme, retournant, fût-ce à son insu, à la pire métaphysique, on peut dire que Herder pensait ainsi s’opposer à la scolastique, n’était peut-être que son écriture l’a porté à une opposition à la philosophie comme telle. Depuis longtemps d’ailleurs Kant ne plaçait guère d’espoir dans l’avenir philosophique de Herder, trouvant tout au plus qu’il pourrait se rendre utile en tant que maître en « philosophische Dichtung ».

  • 7  Kant, Schriften zur Geschichtsphilosophie, Reclam, p. 60.

7Or les Ideen ne sont nullement une versification de la philosophie et de surcroît la puissance métaphorique s’avère proprement dangereuse. Le style de Herder mérite correction, et l’on voit Kant, ne serait-ce que sous la forme du déni donner des leçons d’écriture : « Wir überlassen es Kritikern der schonen philosophischen Schreibart, oder der letzten Hand des Verfassers selbst, Z-B zu untersuchen, ob’s nicht etwa besser gesagt sei : nicht nur Tag und Nacht und Wechsel der Jahreszeiten veràndern das Klima, als "Nicht nur Tag und Nacht und der Reihentanz abwechselnder Jahreszeiten veràndern das Klima" » (nous laissons aux critiques du beau style philosophique, ou à la plume même de l’auteur d’examiner si l’on ne dirait pas mieux « non seulement le jour et la nuit et le changement des saisons modifient le climat », plutôt que « non seulement le jour et la nuit et la ribambelle des saisons changeantes modifient le climat ») 7.

  • 8  Nicolaï à Herder, 24 août 1772.

8Ce faisant Kant est étonnamment proche des critiques stylistiques formulées par Nicolaï reprochant à Herder ses usages dérivés par exemple de austilgen dans la phrase : « Die Ermunterung Rhingulphs würde bei wenigem Tilgen der Auswüchse ein gutes Stück werden » (l’exhortation de Ringulph pourrait devenir une bonne pièce en coupant un peu les excroissances) : « Vous faites, écrivait Nicolaï, des constructions nouvelles alors qu’on en dispose déjà... vous faites si peu attention à la signification exacte des mots que vous les utilisez toujours dans un sens dérivé, sans nécessité... vous obscurcissez la notion exacte... j’aurais souhaité que vous ne donniez pas aux auteurs médiocres, qui sont bien assez négligents, un exemple sur lequel ils puissent s’appuyer. »8 Et une bonne part de l’Aufklärung reprochera bien à Herder d’appartenir, aux côtés de Lenz, par sa métaphorique surchargée, à une « verdünkelnde Sekte » (une secte obscurantiste), niant la valeur de l’Europe déclarée et en empêchant l’expansion.

  • 9  Kant, op. cit., p. 53.

9Ainsi les métaphores herdériennes mettent en péril l’Europe, les Lumières, la philosophie. Kant et Nicolaï — pour des raisons différentes — partagent le même souci de clarté et de légalité : « Philosophie, deren Besorgung mehr im Beschneiden als Treiben uppiger Schößlinge, besteht, nicht... durch Gefühle, beflügelten Einbildungskraft, sondern durch eine im Entwurfe ausgebreitete, aber in der Ausübung behutsame Vernunft » (La philosophie, dont le souci est davantage d’émonder que de faire proliférer les tiges exubérantes, le guide non par de vagues aperçus mais par des concepts précis ; non par la supputation, mais par l’observation des lois ; non par l’entremise d’une imagination emportée sur les ailes de la métaphysique ou des sentiments, mais par une raison hardie dans le dessein, mais prudente dans l’exécution)9.

  • 10 Ibid., p. 61.
  • 11  A Hamann, 15 février 1785.
  • 12  Kant, op. cit., p. 50.

10Dans les deux recensions des Idées Kant exécute parfaitement sa fonction professorale en vantant les indispensables vertus de la clarté, avec toute l’ironie requise pour l’excellence de l’exercice. La question de l’unité ou de la diversité humaine ramenée au Grundsatz « tout comme chez nous » (en français dans le texte de Kant, ce qui est d’une extrême rareté)10. La susceptibilité de Herder ne manquera pas d’être terriblement avivée : « seine letzten präceptorischen Lehren an mich sind ganz unanständig : ich bin 40. Jahr ait u. sitze nicht mehr auf seinen metaphysischen Schulbänken » (ses derniers cours préceptoraux à mon endroit sont tout à fait inconvenants ; j’ai quarante ans, et je ne suis plus sur ses bancs d’école métaphysiques) 11. Par ailleurs Kant relève les erreurs herdériennes flagrantes, telle celle de prendre le fait singulier de la chrysalide pour un modèle rendant compte du devenir de tout le vivant12.

  • 13 Ibid., p. 60.

11Or pire que les erreurs, pire que l’imagination se fourvoyant dans des analogies improbables, pire encore que l’obscurité métaphorique, le danger que fait courir Herder, c’est une confusion des genres risquant de rendre impossible l’institution du domaine de la philosophie. Ainsi Kant se demande dans la deuxième recension si l’esprit poétique n’est pas « ein-gedrungen in die Philosophie des Verfassers... ob nicht statt nachbarlicher Übergänge aus dem philosophischen in den Bezirk der poetischen Sprache zuweilen die Grenzen und Besitzungen von beiden völlig verrückt seien » (si des incursions, par fait de voisinage du domaine philosophique dans le champ du langage poétique, n’ont pas parfois totalement déplacé leurs frontières mutuelles et donné lieu à des empiétements)13. Cette Verrücktheit, cet égarement, on le voit, se manifeste surtout par un non-respect de frontières, par des empiétements.

  • 14 Ibid., p. 52.

12L’exubérance devient dès lors une réelle menace puisque s’y niche un rejet de toute classification et d’espèces dans la nature : « Nur eine Verwandtschaft unter ihnen, da entweder eine Gattung aus der andern und aile aus einer einzigen Originalgattung oder etwa aus einem einzigen erzeugenden Mutterschofie entsprungen wdren, würde auf Ideen fùhren, die aber so ungeheuer sind, daß die Vernunft vor ihnen zurückbebt, dergleichen mon unserm Verf. ohne ungerecht zu sein, nicht beimessen darf » (seule une parenté entre elles : une espèce étant soit issue d’une autre et toutes d’une espèce originale unique, soit encore d’un sein maternel unique qui les aurait enfantées — nous entraînerait à des idées ; mais celles-ci sont si extraordinaires que la raison recule avec effroi devant elles ; et imputer pareilles d’entre elles à notre auteur serait déloyal)14.

13Zurückbeben est assurément une expression très appuyée, et Herder ne manque pas d’en être vexé : « es soll mir herzlich lieb seyn, wenn ich sein Idol der Vernunft zurückschaudern mache oder verwüste » (il me serait cordialement agréable de faire reculer d’horreur son idole de la raison ou de la ravager).

  • 15  Herder édition Suphan, t. XXI, p. 12.

14Il est vrai que Herder refuse tout « Beschneiden ». La préface à la Metakritik der Kritik de reinen Vernunft porte une grave accusation contre Kant « er hat... eine Menge von Jünglingen ihr edlestes Organ verstümmelt »15(il a mutilé le plus noble organe d’une foule de jeunes gens). Mutilation, émondation, amuïssement, sang de la coupure pure, il est sans doute préférable de ne pas traduire tous les signifiants suggérés ici. Car hormis tout ce que le recul d’effroi évoque de sang et d’inconscient, c’est néanmoins d’idées touchant la philosophie de l’histoire qu’il s’agit.

  • 16  Kant, op. cit., p. 50.
  • 17  Ibid., p. 51.
  • 18  Kant, Œuvres akademische Ausgabe, t. IV, p. 203.
  • 19  Ibid., t. III, p. 494.
  • 20  Ibid.

15Herder reprenant l’idée d’une grande chaîne de l’être, en lui conférant un développement historique, envisage une « Organisation »16(un règne plus parfait). Et son imagination évoque un « unsichtbares Reich » (royaume invisible). Voilà qui est en termes kantiens tout à fait schwärmer et consiste à faire un tour dans le transcendant, dans le überschwengliches. Seulement si cette Schwärmerei conduit à expliquer ce qu’on ne comprend pas par ce que l’on comprend moins encore, il n’y a pas à proprement grand danger. Cela conduit « eben so wohl auf nichts »17(tout aussi bien à rien). Et donc il n’y a rien ici de bien effrayant. Dans la dialectique trans-cendantale de la Critique de la raison pure, le danger des idées transcendantes n’est pas tel qu’on recule d’effroi, il n’est que d’accomplir un travail « nicht so glänzenden, aber doch nicht verdienstlosen nämlich den Boden zu jenem majestätischen sittlichen Gebäuden eben und baufest zu machen, in welchem sich allerlei Maulwürfsgänge einer vergeblich, aber mit guter Zuversicht auf Schätze grabenden Vernunft vorfinden die jenes Bauwerk unsicher machen » (occupons-nous d’un travail moins brillant, mais qui pourtant n’est pas dépourvu de mérite, je veux dire de déblayer et d’affermir, pour y élever le majestueux édifice de la morale, le sol où courent toute espèce de trous de taupe que la raison, en quête de trésors, y a creusés sans profit, malgré ses bonnes intentions, et qui menacent la solidité de cet édifice à construire)18. Les prestiges qu’on oppose à la raison la laissent complètement indifférente19. Rien de sanglant ni d’effrayant ici : « die Schatten, die sie zerhauen, wachsen, wie die Helden in Walhalla in einem Augenblicke wiederum zusammen, um sich aufs neue in unblutigen Kämpfen belustigen zu können » (les ombres qu’ils pourfendent se rassemblent en un clin d’œil, comme les héros du Walhalla, et ils peuvent toujours se donner le plaisir de combats aussi peu sanglants)20. N’est-ce pas dire que si errante que soit l’imagination herdérienne, elle ne devrait faire courir aucun danger à la philosophie kantienne de l’histoire ? Une peur de la raison s’avère finalement une contradiction dans les termes.

  • 21  Kant, op. cit., p. 56.

16Du reste si dans la première formulation Kant parle d’idées si monstrueuses et dévastatrices de concepts que la raison recule d’effroi, dans la seconde recension consacrée à l’article de Reinhold, Kant explique que « Es ist bloß der Horror vacui der allgemeinen Menschenvernunft, nämlich da zurück zu beben, wo man auf eine Idee stößt, bei der sich gar nichts denken läßt » (ce n’est que l’horreur du vide de la raison humaine universelle, à savoir de trembler lorsque l’on tombe sur une idée par laquelle rien ne se pense) 21. Rien, un concept vide sans objet — ens rationis — ou une intuition vide sans objet — ans imaginaire. Ceci n’est pas effrayant.

  • 22  A. Philonenko, La philosophie kantienne de l’histoire, Paris, Vrin, 1986, p. 138.
  • 23  « De tout corps indifféremment pourraient naître toutes les espèces ; à aucune il ne faudrait de s (...)

17Ce qu’il y a d’effrayant dans Herder, suivant Kant, c’est en réalité que sa philosophie de l’histoire est une nature de l’histoire et telle que la légalité naturelle n’y est pas respectée. Car à défendre une force simple originaire et indifférenciée, et à risquer des analogies où les générations nouvelles ne sont pas strictement les produits des individus qui les engendrent22, on doit envisager — même s’il ne faut prêter cette vue à Herder — l’horreur décrite par Lucrèce, et qui n’est pas celle du rien : « Ex omnibus rebus /omne genus nasci posset, nil semine egeret /e mare pri-mum homines, e terra posset oriri /squamigerum genus et volucres erumpere caelo / armenta atque aliae pecudes, genus omne ferarum, / incerto partu culta ac déserta tenerent, /nec fructus idem arboribus constare solerent /sed mutarentur, ferre omnes omnia possent. »23Cette monstruosité, beaucoup moins naïve que les représentations abdéritaines d’une chute du ciel et d’un effondrement de la terre, fait reculer d’effroi puisque alors aucune loi et aucun concept ne sont possibles. Il s’agirait d’un autre monde qui serait un non-monde, un entendement impuissant à penser quoi que ce soit. Voilà précisément qui excède les bornes de la raison, et qui laisserait augurer d’une réalité transcendante.

  • 24  Kant, op. cit., p. 42.
  • 25 Ibid., p. 53.

18Certes il y a chez Kant des limites de la Raison, entraînant ce que l’on a pu appeler une « équivoque ontologique de la pensée ». Mais alors le problème n’est pas celui de bornes objectives placées par un réel qui l’excède, mais bien d’une autolimitation de la Raison, apte à déterminer elle-même son domaine et ses objets. S’il est vrai que Herder aime à s’aventurer dans les régions où la science n’a pas encore légiféré — par exemple l’éventuelle influence des astres sur l’histoire humaine24 —, ces conjectures hors du champ de l’expérience sont obscures ; et l’obscurité de l’objet mal défini se redouble de l’obscurité de son exposition « überdem trägt die geheimnisvolle Dunkelheit, in welche die Natur selbst ihre Geschäfte der Organisation und der Klassenverteilung ihrer Geschöpfe einhüllte, einen Teil der Schuld wegen der Dunkelheit und Ungewißheit, die diesem ersten Teile einer philosophischen Menschengeschichte anhängen » (en outre la mystérieuse obscurité dans laquelle la nature elle-même a enveloppé la formation des systèmes organiques et la classification de ses créatures porte une part de responsabilité pour ce qui est de l’obscurité et de l’incertitude inhérente à cette première partie d’une histoire philosophique de l’humanité)25. C’est là une explication partielle seulement puisque le danger ruineux que Herder fait courir à toute philosophie est de privilégier les relations, les transitions (Ubergänge), la variété (Varietäten), le divers sur la classification, les espèces et les catégories, bref un héraclitisme tel que la raison ne pourrait plus rien saisir.

  • 26 Ibid., p. 63.

19Dans sa lecture des Ideen Kant s’avère surtout attentif à tout ce que l’histoire de Herder comporte de naturalisme, c’est-à-dire ce en quoi ce n’est pas une philosophie de l’histoire, mais une sorte de projet d’anthropologie historique, c’est-à-dire donc non pas une pratique de la liberté mais une théorie de la dépendance. Et si la rédaction des compte rendus a quelque utilité pour Kant, c’est bien sans doute pour marquer l’opposition entre une histoire naturelle de l’homme et une histoire du point de vue de la raison pratique. Si riche de « facta »26que puissent être les Idées de Herder, il ne s’agit encore que d’anthropologie. La géographie, la station verticale, la diversité humaine, la tradition, dit Kant, n’expliquent l’histoire humaine qu’à partir d’autre chose qu’elle-même, c’est-à-dire pense l’homme dans l’histoire comme un être dépendant — de la nature, de son organisation, de ses traditions, des rapports à autrui — et jamais comme un être libre. Autrement dit encore Herder ne proposerait qu’une histoire naturelle de l’homme et nullement une philosophie de l’histoire.

  • 27 Ibid., p. 61.

20Au demeurant Kant ne se montre nullement impressionné par la controverse anthropologique opposant diversité culturelle et universalisme. L’une et l’autre position peuvent se tenir, au gré des sources choisies, ou de l’intérêt polémique. Contre les Lumières de Voltaire il importait à Herder de défendre la diversité humaine, afin de ne pas réduire l’humanité à la seule figure des « Philosophen von Paris », contre l’éclatement sceptique ou les accusations de barbarie, Herder proclame l’unité humaine. Bref culturalisme et universalisme, altérité et identité ne sont pas chez cet auteur de la fin du xviiie des thèses — telles que notre époque aime à les véhiculer — mais bien des positions à usage polémique. Kant n’est manifestement nullement choqué par la description herdérienne d’une diversité humaine, et guère plus attiré par la grisaille du « tout comme chez nous »27. Là n’est pas sans doute l’objet du différend.

21Beaucoup plus important est le statut du présent dans l’histoire suivant Kant et suivant Herder. Si la philosophie kantienne de l’histoire est non pas du tout une théorie mais une pratique, morale donc, elle ne s’occupe nullement de déchiffrer des traditions, mais de construire l’édifice — Gebäude — pour la postérité, donc une rection historique, où l’homme existe librement en étant décentré vers l’avenir. Or toute la pensée de Herder, à vrai dire plus clairement dans le pamphlet de 1774 Auch eine Philosophie der Geschichte que dans les Ideen, consiste bien à centrer chaque peuple et chaque époque sur elle-même. Aux yeux de Herder la philosophie kantienne ferait l’éloge, tout prussien, d’un État autoritaire, contraignant à renoncer à vivre aujourd’hui en vue d’hypothétiques biens à venir : « seinen kindischen Plan daß der Mensch für die Gattung u. die vollkommenste Staatsmaschiene am Ende der Zeiten erschaffen sei » (son plan puéril, que l’homme serait créé pour l’espèce et pour la machine d’État la plus parfaite à la fin des temps). La direction imposée par un maître est aux yeux de Herder la négation même de l’histoire.

  • 28 Ibid, p. 65.
  • 29 Ibid, p. 66.

22Sur ce point l’opposition entre Kant et Herder a toutes les allures d’un débat entre joyeux eudémonisme et triste moralisme, entre un Herder dépeignant une « ruhige Indolenz » de bergers d’Arcadie, c’est-à-dire bientôt la triste passivité d’un troupeau de bovins, et un Kant opposant à une jouissance insensée un sens de l’existence œuvrant pour la postérité par une « wachsende Tätigkeit und Kultur »28opposant à l’égocentrisme des individus des peuples ou des époques : « die Bestimmung des menschlichen Geschlechts im Ganzen ist unaufhörliches Fortschreiten » (la destinée du genre humain considérée dans son ensemble est une ascension continue)29. Si les expressions moralisantes de Kant ne découlaient pas d’une toute autre dimension qui est la pratique de la liberté, on n’aurait ici qu’une variation, peu originale du topos du rigorisme et de l’eudémonisme.

23Mais en réalité le bonheur n’est guère un concept herdérien. Il s’agit moins pour lui d’exposer que tout peuple et toute époque, voire tout individu selon son âge sont également heureux — ce qui d’une certaine manière serait dire qu’il n’y a pas histoire —, mais bien plutôt que l’histoire est faite d’unité, dotée sinon de bonheur accompli, du moins d’un centre, c’est-à-dire où chacun dans des circonstances déterminées, par conséquent évidemment limitées, vise, autant qu’il ait en lui, non pas peut être de jouir de l’instant mais d’organiser son monde aussi heureusement que possible. Et il est peu d’époques suivant Herder qui ressemblent à une Arcadie ou même qui y prétendent. On pourrait presque dire qu’à l’encontre des Lumières et en s’aidant de schèmes, tel que celui des âges d’une vie qu’il reprend pour sa part directement à Winckelmann, Herder invente la notion d’époque comme une structure où chaque élément est relié aux autres, de sorte qu’aucune époque ne comporte d’anomalie par rapport à un modèle. On peut suivant Herder rendre raison du Moyen Age et de l’Egypte, au lieu de les réduire à des étapes inintéressantes ou monstrueuses de l’histoire humaine. Sans doute une des caractéristiques de l’œuvre de Herder est-elle de tenter de renoncer à un modèle, qu’il soit celui-ci de l’époque moderne, des Modernes au sens large, ou d’un modèle grec ou romain, des Anciens en général.

  • 30  Herder, Auch eine Philosophie der Geschichte, Éd. Reclam, p. 110.

24C’est du même coup relativiser et historiciser le développement de l’humanité. C’est, premièrement, relativiser en ceci qu’aucune époque et aucun peuple ne peut prétendre fournir une norme — actuelle ou ancienne — à l’aune de laquelle pourraient s’estimer les autres. L’Aufklärung elle-même n’est pas pour Herder un stade ou un acquis définitif, mais un « moment » historique. C’est, deuxièmement, historiciser en ceci que dès lors l’humanité devient historique, non pas dotée d’une essence anhistorique mais ne se réalisant que dans un déroulement historique, suivant les temps et les lieux, ainsi affectée d’un point de vue singulier et partiel, jamais dans une perspective globale et totale : « Was soll ich zu dem großen Buche Gottes sagen, das über Welten und Zeiten gehet ! von dem ich kaum eine Letter bin, kaum drei Lettern um mich sehe ! » (Que dire du grand livre de Dieu, qui passe sur les mondes et les je ne suis qu’une lettre, et qui voit à peine trois lettres alentour) 30.

25C’est dire qu’il n’y a pas de vue globale sur l’avenir. Kant veut un Gebäude — édifice — pour la postérité, Herder forge l’hapax d’un Fortgebäude : monuments qui s’avancent —, une génération ne participe pas à l’édification d’une humanité finale, mais bien plutôt toute l’humanité à chaque époque se transporte tout entière en une autre époque. Qu’il suffise ici sur ce point de dire que ce développement s’opère par déplacement du centre de gravité, soit par des raisons internes (la grandeur de Rome est cela même qui l’effondre), soit par des raisons externes (invasions, etc.). Fortgang et Entwicklung sont des déplacements de centre de gravité.

26Les Ideen, plus que toute œuvre antérieure ou ultérieure de Herder, rassemblent tout ce que les éléments naturalistes de l’époque peut proposer, mais ce n’est à vrai dire qu’un matériau parmi d’autres auquel Herder peut avoir recours (cela peut être tout aussi bien les documents littéraires, théologiques, diplomatiques). Cette histoire naturelle de l’humanité, où Kant redoute le plus l’affirmation d’une nature de l’homme niant toute liberté pratique, n’est peut être pas le fond de l’histoire her-dérienne.

  • 31  Kant, op. cit., p. 64.

27Kant, comme s’il adoptait le mode narratif herdérien, envisage dans son second compte rendu, une heureuse fin à l’Odyssée historique : « Man muß abwarten wie es ihm (dem Denker gleich Reisenden) gelingt, und ob er, nach-dem er sein Ziel erreicht hat, wohlbehalten wieder zu Hause, d.i. im Sitze der Vernunft, zur rechten Zeit eintreffe und sich also auch Nachfolger versprechen könne » (Dans un désert inexploré il faut laisser au penseur, comme à un voyageur, entière liberté de choisir sa route au gré de ses convenances. On doit attendre de voir comment il s’en sort et si, après qu’il a atteint son but, il rentre sain et sauf en temps voulu au bercail, c’est-à-dire au domicile de la raison, auquel cas escompter qu’il aura des émules) 31.

  • 32  Ibid., p. 166 (über das Ende aller Dirige).

28Voilà un site que l’histoire herdérienne ne saurait rejoindre. Car, s’il est vrai que l’on ne voit que partiellement, l’auteur ne peut donner que des aperçus. Ceci n’est pas de la philosophie, mais un jeu de regard innocent ou sophistique : comment demande Kant « wenn er einmal glaubt, daß er sich hineinschauen könne, kann man ihn verwehren, daß er nicht bisweilen von diesem Vermögen Gebrauch zu machen sucht ? » (mais comment, du moment qu’il lui est loisible de se contempler, comment empêcher qu’il tente de temps à autre d’utiliser ce pouvoir ?). Or ces jeux d’aperçus possibles et interdits sont bien ce qui anime innocemment les religions populaires. La pensée de la mort ou de l’éternité suscite des formes de sublime effrayant, parce que, dit Kant, l’on se trouve comme au bord d’un abîme d’où celui qui s’y trouve ne connaît pas de retour, et cela a pourtant quelque chose d’attirant, car on ne peut cesser d’y porter sans cesse son regard effrayé (zurückgeschrecktes)32. Or par ses descriptions d’une histoire de l’homme Herder n’est pas un croyant subissant, là encore comme chez Lucrèce, les affres d’une vision imaginaire de la mort, mais il la produit, en dangereux sophiste.

  • 33  Ibid., p. 60.

29Le même phénomène de suggestion malhonnête, de séduction sophistique est par deux fois attribué par Kant à Herder. Ainsi dans la seconde recension il est reproché à Herder : « den Körper der Gedanken voie unter eine Vertugade zu verstecken, als ihn wie unter einem durchscheinenden Gewande angenehm hervorschimmern zu lassen » (de recouvrir le corps des pensées comme d’un vertugadin plutôt qu’à le mettre en valeur pour l’agrément des yeux sous des voiles transparents)33. Puis en 1789 : « diesem grössen Künstler von Blendwerken (die wie durch eine Zauberlaterne, Wunderlinge einige Augenblicke lang vorstellig machen bald darauf aber auf immer verschwinden, indessen dafi sie doch bey Unwissenden eine Bewunderung hinterlassen, daß etwas ausserordentliches dahinter stecken müsse, welches sie nur nicht haschen können) », ce grand prestidigitateur (qui comme une lanterne magique fait apparaître quelques instants des prodiges mais qui disparaissent aussitôt pour jamais, cependant qu’ils laissent chez les ignorants l’étonnement qu’il y a bien quelque chose, mais qu’ils ne peuvent saisir)4.

30Cette séduction procède de la « Syncretisterei », c’est-à-dire ici refus des distinctions conceptuelles, désir de divulgation publique, de célébrité et d’illusion et enfin surcharge métaphoriques. Et en effet les Ideen ont bien fourni une vision syncrétique et connut une notoriété portant ombrage à la philosophie pratique kantienne.

31On peut s’étonner de ces recensions kantiennes allant jusqu’au zurück-beben. N’est-ce pas en somme qu’avec les Ideen Kant pense découvrir exactement ce que ne doit pas être une philosophie de l’histoire ? Or les recensions parlent avec un rare bonheur d’ironie d’un Schriftsteller qui serait bien avisé de ne pas faire de philosophie, et elles développent, peut-être plus que nulle part ailleurs, les réflexions kantiennes sur le style philosophique et littéraire.

32Pourtant ce qui demeure absent dans la lecture kantienne, c’est l’historicité, les époques telles que Herder les avait exposées dans Auch eine Geschichte der Philosophie, d’où cet infléchissement qui sera si déterminant pour la suite de la réception de Herder, vers une lecture où le naturalisme l’emporte. On a parfois écrit que Herder rédige en somme les notes oubliées de Kant, ou son refoulé en quelque sorte. Mais c’est là sans doute trop rapprocher deux œuvres si profondément différentes, ou encore on a opposé un nain et un géant. Mais il reste que la confrontation entre la philosophie kantienne et les Ideen — lesquelles ne font pas pour autant une philosophie — établit le champ conflictuel où la philosophie est affrontée à d’autres modes d’écriture, historique, sociales, anthropologique, c’est-à-dire, bien au-delà de la Eigentümlichkeit herdérienne, une histoire de l’homme et une philosophie de l’histoire.

Haut de page

Notes

1  Lettre de Herder à Hamann du 15 février 1785.

2  A Knebel, 2 mars 1785.

3  A Johann Goerg Millier le 19 décembre 1782.

4  A Hamann, mai 1774.

5  A Hamann, 10 mai 84.

6  Kant à Hamann, 8 avril 1774.

7  Kant, Schriften zur Geschichtsphilosophie, Reclam, p. 60.

8  Nicolaï à Herder, 24 août 1772.

9  Kant, op. cit., p. 53.

10 Ibid., p. 61.

11  A Hamann, 15 février 1785.

12  Kant, op. cit., p. 50.

13 Ibid., p. 60.

14 Ibid., p. 52.

15  Herder édition Suphan, t. XXI, p. 12.

16  Kant, op. cit., p. 50.

17  Ibid., p. 51.

18  Kant, Œuvres akademische Ausgabe, t. IV, p. 203.

19  Ibid., t. III, p. 494.

20  Ibid.

21  Kant, op. cit., p. 56.

22  A. Philonenko, La philosophie kantienne de l’histoire, Paris, Vrin, 1986, p. 138.

23  « De tout corps indifféremment pourraient naître toutes les espèces ; à aucune il ne faudrait de semence. Ainsi de la mer pourraient sortir les hommes, de la terre les espèces qui portent écailles ou qui volent ; du ciel s’élanceraient les grands troupeaux, le petit bétail ; les bêtes sauvages, produites du hasard, occuperaient indifféremment régions habitées ou désertes. On ne verrait point constamment les mêmes fruits aux mêmes arbres ; l’ordre des productions changerait, tout pourrait tout produire » (Lucrèce, De rerum natura, I, 159-166, trad. Clouard, 1964, p. 23).

24  Kant, op. cit., p. 42.

25 Ibid., p. 53.

26 Ibid., p. 63.

27 Ibid., p. 61.

28 Ibid, p. 65.

29 Ibid, p. 66.

30  Herder, Auch eine Philosophie der Geschichte, Éd. Reclam, p. 110.

31  Kant, op. cit., p. 64.

32  Ibid., p. 166 (über das Ende aller Dirige).

33  Ibid., p. 60.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Pénisson, « Kant et Herder : « le recul d’effroi de la raison » », Revue germanique internationale, 6 | 1996, 63-74.

Référence électronique

Pierre Pénisson, « Kant et Herder : « le recul d’effroi de la raison » », Revue germanique internationale [En ligne], 6 | 1996, mis en ligne le 09 septembre 2011, consulté le 23 juin 2017. URL : http://rgi.revues.org/579 ; DOI : 10.4000/rgi.579

Haut de page

Auteur

Pierre Pénisson

Est maître de conférences au département d’études germaniques de l’Université Paris VIII. Il a réalisé une édition française du Traité sur l’origine de la langue de Herder, Paris, Aubier, 1977 ; et a publié notamment Johann Gottfried Herder, Paris, Cerf, 1992

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org