Navigation – Plan du site
Genèse et sources de la philosophie de l’histoire kantienne

Histoire et politique : Kant et ses prédécesseurs écossais

Norbert Waszek
p. 75-88

Résumés

Ce fut l’avertissement de David Hume, nous informe Kant, qui interrompit d’abord son sommeil dogmatique. L’aveu a trop souvent été limité à la philosophie théorique de Kant. Cet article montre, en s’appuyant sur des exemples concrets, que la filiation de Hume à Kant concerne aussi la philosophie de l’histoire. Parmi les exemples retenus, l’un des plus significatifs pour la pensée de Kant sur l’histoire concerne la relation que l’on peut trouver dans un pays entre, d’une part, le degré de développement de l’industrie et du commerce et, d’autre part, celui de la liberté — de la liberté civile, mais aussi politique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  E. Kant, Prolégomènes à toute métaphysique future qui pourra se présenter comme science, trad. J. (...)

1Tout étudiant en philosophie se souviendra de la célèbre phrase de Kant — la phrase même par laquelle, dans les Prolégomènes, Kant crut éclairer la genèse de sa philosophie critique : « Je l’avoue franchement ; ce fut l’avertissement de David Hume qui interrompit d’abord, voilà bien des années, mon sommeil dogmatique, et qui donna à mes recherches en philosophie spéculative une toute autre direction. »1

  • 2  Cf. ci-dessous, n. 3, p. 79.
  • 3  David Hume, Of the Study of History, publié d’abord dans Essays, Moral and Political, Edinburgh, A (...)
  • 4  The History of Great-Britain, 6 vol., Edinburgh, Hamilton, Balfour et Neill, 1754-1762 ; plusieurs (...)
  • 5  Mentionnons pourtant une heureuse initiative, toute récente : la publication des essais politiques (...)
  • 6  Cette traduction française anonyme fut publiée chez J. H. Schneider à Amsterdam en 1752.
  • 7  Cf. D. Hume, Ma vie (1776) dans Hume : PD, 6. Hamilton, l’éditeur écossais, offrira un honoraire d (...)
  • 8 Cp. T. E. Jessop, A Bibliography of David Hume and of Scottish Philosophy from Francis Hutcheson to (...)

2Par cette phrase, qui suscite bien des questions, et qui donna lieu à des interprétations très diverses2, Kant reconnaît l’impact exercé par Hume sur le développement de sa philosophie « spéculative », ou théorique. Mais si déjà nous admettons, avec lui, cette influence de Hume sur sa philosophie théorique, ne nous faut-il pas poser aussi la question de savoir s’il doit quelque chose à Hume, et ce qu’il lui doit, dans l’élaboration de sa conception de l’histoire ? Car Hume- je me permettrai de le rappeler ici — ne fut pas seulement un philosophe préoccupé par des questions d’épistémologie. Il médita et écrivit aussi sur l’histoire, ainsi qu’en témoigne son essai sur « l’étude de l’histoire »3 — et il fut lui-même un historien : il rédigea un important ouvrage sur l’Histoire d’Angleterre4, et ce fut en premier lieu par cet ouvrage, ainsi que par des Essais politiques, qu’il se fit connaître en son temps. La situation a bien changé aujourd’hui : en France, mais aussi dans la patrie même de Hume, la Grande-Bretagne, on ne connaît souvent que la filiation Locke-Berkeley-Hume, et le rôle joué par Hume en épistémologie. On a presque totalement oublié ses autres travaux5. Au xviiiesiècle, c’était l’inverse qui était le cas : la connaissance de la philosophie propre ment dite de Hume restait très discrète — on pourrait presque dire ésotérique —, limitée, en tout cas, à un petit cercle de spécialistes. Hume, par contre, était fort populaire comme auteur de l’Histoire d’Angleterre ; et on le connaissait surtout comme l’auteur des Essais — d’essais, moraux, politiques et littéraires, qu’il publia dans divers recueils et dont une partie fut publiée en français dès 17526, peu de temps après leur parution en Grande-Bretagne. C’est à ce titre, et non pas comme auteur du Traité de la nature humaine que, très vite, Hume s’acquit une réputation internationale : c’était l’Histoire, c’étaient les Essais — et non pas le Traité — que l’on trouvait dans la bibliothèque de chaque notable de province, et jusque dans le boudoir des dames. Hume s’en flatte dans son esquisse autobiographique, lorsqu’il écrit que, pour ces deux ouvrages, il reçut « des droits d’auteur [dont le mon tant] dépassait de beaucoup tout ce que l’on avait jamais connu jusque-là en Angleterre »7. Et, comme le montre par exemple l’examen des traductions des œuvres de Hume dans les autres langues européennes8, cette situation ne se limitait pas à la Grande-Bretagne.

  • 9  Ainsi, pour ne mentionner ici que les compatriotes de Kant, on trouve d’importantes traces de l’in (...)

3Ces points sont essentiels, lorsqu’on en vient à se demander quelle fut l’influence de Hume sur Kant. Avant même d’avoir examiné les ouvrages consacrés à ce thème, il est bien possible d’affirmer que la question de savoir si le philosophe connaissait ou non les œuvres de Hume sur l’histoire ne se pose pas : même si Kant avait été moins réceptif et moins érudit qu’il ne le fut, il n’aurait pas pu échapper à une connaissance de l’Histoire et des Essais de Hume, parce que toute l’Europe parlait de ces ouvrages9. Et comme nous le verrons encore par la suite, les recherches menées à ce sujet par les spécialistes confirment qu’il connaissait bien ces textes.

  • 10  Kants Briefwechsel : AA, t. X, p. 121 ; lettre du 9 juillet 1771 ; trad. franç, dans Corres pondan (...)
  • 11  Emmanuel Kant, Œuvres philosophiques, édition publiée sous la direction de Ferdinand Alquié, 3 vol (...)
  • 12  Kant : Pléiade, t. III, p. 1027 ; AA, t. VII, p. 209.
  • 13 AA, t. XXIV. 1 : Wiener Logik, 817 (MM. Reinhard Brandt et Heiner F. Klemme, de Marburg, ont attiré (...)
  • 14  Ludwig Ernst Borowski, Darstellung des Lebens und Charakters Immanuel Kant [1804], cité selon Imma (...)
  • 15 G. W. F. Hegel, Vorlesungen über die Geschichte der Philosophie [Theorie Werkausgabe in 20 Bânden. (...)
  • 16  Karl Rosenkranz, Geschichte der Kant’schen Philosophie, Leipzig, Leopold Voss, 1840 — cité selon l (...)

4On trouve dans les œuvres de Kant de nombreuses références non seulement à Hume, mais aussi à d’autres auteurs écossais contemporains de Hume — d’où le titre de mon exposé, dans lequel j’ai préféré au nom de Hume le terme générique de « prédécesseurs écossais » de Kant. Kant mentionne par exemple Adam Smith, son « favori » (sein Liebling) — pour reprendre ici une expression utilisée par Markus Herz dès 177110 : à cette époque, la Richesse des nations n’avait pas encore été publiée (puisque cette œuvre date de 1776) ; et l’estime de Kant pour Adam Smith ne pouvait donc se fonder que sur la philosophie morale de cet auteur et plus particulièrement sur sa Théorie des sentiments moraux (1759). Mais Kant mentionne aussi Adam Smith — et la Richesse des nations — plus tard, par exemple dans les Premiers principes métaphysiques de la doctrine du droit, lors qu’il s’interroge sur l’argent11 — ou dans l’Anthropologie du point de vue pragmatique12 — ou encore dans ses conférences13. Il mentionne aussi Francis Hutcheson, et plusieurs autres encore : Beattie, Ferguson, Oswald, Reid, etc. Il semble bien que, comme d’autres auteurs à son époque, comme Herder, par exemple, ou encore comme Hegel, Kant avait perçu Hume comme faisant partie de toute une école, fort brillante, de philosophes écossais — des philosophes qui attachaient d’ailleurs un intérêt tout particulier à l’histoire. Et les contemporains de Kant, ou encore les générations immédiatement postérieures à lui, n’auraient rien trouvé de sur prenant à la thèse selon laquelle les Écossais eurent pour lui une signification toute particulière. Ludwig Ernst Borowski, un disciple de Kant qui avait déjà participé au premier cours de Kant, en 1755, écrira ainsi dans sa biographie de Kant : « Pendant les années durant lesquelles j’ai compté parmi ses élèves, Hutcheson et Hume [...] lui furent particulière ment précieux (ausnehmend wert). »14 Lorsque peu de temps après Hegel, dans ses Leçons sur l’histoire de la philosophie, explique en quoi consiste la transition à la philosophie allemande, donc juste avant de parler de Jacobi, de Kant, de Fichte et de Schelling, il souligne, dans un esprit bien européen, que David Hume et Jean-Jacques Rousseau constituent « les deux points de départ de la philosophie allemande »15. Et Karl Rosenkranz, le célèbre biographe de Hegel qui fut aussi l’un des successeurs de Kant à la chaire de philosophie de Königsberg, écrira dans son Histoire de la philosophie kantienne de 1840 que Kant était « très content » (sehr zufrieden) des philosophes écossais, nommant Beattie, Ferguson, Hume, Hutcheson, Oswald, Reid et Smith, et disant « qu’il [Kant] les mentionne assez souvent, et toujours avec la plus forte reconnaissance »16.

5Mais ce fait n’est plus aussi évident aujourd’hui — peut-être, entre autres raisons, parce que persistent encore certaines conceptions de la civilisation, et plus particulièrement de la philosophie allemande, que l’on peut bien qualifier de « xénophobes ». Contre ces courants — et, dans ce contexte, le cas de Kant peut être considéré comme exemplaire — il convient de souligner que la civilisation allemande ne se développa pas en repli étroit sur elle-même. Il est, bien au contraire, impossible de la comprendre et d’en concevoir la nature si l’on ne prend pas en considération son interaction avec d’autres courants plus vastes, comme celui des Lumières — un mouvement qui fut sans aucun doute authentiquement européen. Pour exprimer mon point de vue de façon encore plus explicite, je pourrais aussi ajouter que la question qui se pose est celle de savoir jusqu’à quel point il est possible de parler du développement intellectuel de Kant, par exemple, sans faire intervenir l’histoire intellectuelle des autres pays européens : l’histoire intellectuelle de la France, en tout premier lieu, mais aussi celle de l’Ecosse ; et le même point est valable pour Goethe, Schiller, Herder, Fichte, Hegel, Hölderlin, ou encore pour Heine. Rousseau — ce point a souvent été souligné — joua un rôle essentiel dans la formation et le développement de la philosophie de l’histoire de Kant. Si j’insiste ici sur la signification des Écossais pour Kant, c’est pour renforcer, et non pas limiter, cette perspective, et pour mettre en évidence par là une autre conception, non xénophobe, de la civilisation allemande.

  • 17  Michel Malherbe, Kant ou Hume, ou la raison et le sensible, Paris, Vrin, 1980, 2e éd., 1993.
  • 18 Dieter Henrich, Hutcheson und Kant, dans Kant-Studien, t. 49 (1957-1958), p. 49-69 ; « Uber Kants f (...)
  • 19 Günter Gawlick et Lothar Kreimendahl, Hume in der deutschen Aufklärung. Umrisse einer Rezeptionsges (...)
  • 20  Par ex., RR, p. 37, p. 200 s. ; AA, t.VIII, p. 29 ; t. VII, p. 93 s. et t. XV, p. 592.
  • 21 RR, p. 8 : « Kant hat nicht nur Iselin (und den ihm vorangegangenen Voltaire), er hat auch die Hist (...)

6De nombreuses études ont été consacrées à la question, très vaste, de savoir ce que Kant doit aux Écossais. Sans vouloir donner ici une liste exhaustive de ces travaux, je mentionnerai pourtant, en premier lieu, l’étude récente, en français, de Michel Malherbe sur Kant ou Hume17 : elle consiste en une comparaison systématique entre les philosophies des deux auteurs, qui porte essentiellement sur leur épistémologie. Je rappellerai aussi les articles de Dieter Henrich sur les origines de l’éthique kantienne18, dans lesquels une place d’honneur est accordée à la philosophie morale des Écossais ; et les travaux les plus récents, en allemand, de Gawlick et Kreimendahl, ainsi que ceux de Manfred Kühn et de Reinhard Brandt19, dans lesquels on trouvera aussi des références très détaillées aux travaux plus anciens sur le même thème. Mais il est surprenant de constater que, dans ceux d’entre les travaux sur Kant qui se consacrent à sa philosophie de l’histoire, on ne trouve pas beaucoup de discussions de la référence écossaise. Est-ce donc parce que cette référence semble trop évidente aux interprètes, en raison des mentions explicites de Hume et de Smith dans le texte même de Kant20 ? On trouvera, certes, des remarques très générales sur l’influence exercée par les Écossais sur la philosophie de l’histoire de Kant. Dans la présentation qu’il rédigea pour sa propre édition des textes, Manfred Riedel souligne ainsi, par exemple, que « Kant avait lu non pas seulement Herder et Isaak Iselin, mais aussi les historiens de l’école écossaise de la philosophie morale, notamment Hume et Smith, qu’il estimait davantage »21. Mais il n’y a pas assez d’analyses de détail de cette référence, dans la philosophie de l’histoire kantienne, aux Écossais. Je voudrais donc donner ici un exemple de cette référence, afin de rendre explicite et, je l’espère, significative, la présence chez Kant de la pensée écossaise.

7Comme point de départ de mon analyse, je choisirai deux passages de Kant extraits, l’un des Conjectures sur les débuts de l’histoire humaine, l’autre de la 8e proposition de l’Idée d’une histoire universelle du point de vue cosmopolitique (RR, p. 79 s. et p. 33 s.). Dans ces deux passages, nous le verrons encore par la suite, Kant traite de la relation que l’on peut trouver dans un pays entre, d’une part, le degré de développement de l’industrie et du commerce et, d’autre part, celui de la liberté — de la liberté civile, mais aussi politique.

  • 22  AA, t. VIII, p. 119 ; RR, p. 79 ; trad. franc. Kant, Opuscules sur l’histoire [cité par la suite c (...)

8Regardons d’abord de plus près le passage des Conjectures22. Kant part, dans ce passage, de l’éloignement de la vie pastorale suscité par le développement de l’agriculture. Pour travailler le sol, dit-il, les hommes doivent y vivre en sédentaires ; et s’ils veulent le défendre, il leur faut bâtir des agglomérations, fonder des villes. C’est alors, et alors seulement, que la division du travail et l’échange des biens produits deviennent possibles — d’où, écrit Kant, « la naissance de la culture (Kultur) et de l’art (Kunst) ». Dans sa traduction française (OsH, p. 158), Stéphane Piobetta écrit « d’où la naissance de la culture, et les débuts de l’art (aussi bien arts d’agrément que beaux-arts : des Zeitvertreibes sowohl als des Fleisses) — mais si l’on consulte la référence donnée par Kant, c’est-à-dire le livre de la Genèse, chap. IV, versets 21-22, il s’avère que Kant pensait aussi aux arts appliqués ou industriels : les exemples donnés dans la Genèse sont, d’une part, les violonistes et les flûtistes qui descendent de Yuval et, d’autre part, ceux qui descendent de Tuvalkaïn, c’est-à-dire les maîtres du minerai et des produits en fer. Pardonnez-moi ce point de traduction un peu pédant, mais significatif pour mon propos : selon le passage, c’est exactement dans ce contexte, celui des arts industriels (des Fleisses, comme le dit Kant), que naissent également « les premiers rudiments de la constitution civile et de la justice publique [... donc] une sorte de gouverne ment » ( OsH, p. 158 s. ; RR, p. 79 ; AA, VIII, p. 119). Selon Kant, c’est donc dans les villes, lieu de développement de l’industrie et du commerce, que l’on trouve les racines de la liberté politique, de la liberté conçue comme liberté sous la loi et de la justice publique et universelle. En d’autres termes — pour reprendre l’expression des serfs qui s’échappaient vers les villes — Stadtluft macht frei : l’air de la ville rend libre. Sur ces bases, poursuit Kant dans le même texte, « put se développer peu à peu tout l’art humain » et « en particulier la sociabilité et la sécurité civile » ; et il conclut cette partie de sa réflexion par cette célèbre phrase, dans laquelle se manifeste non pas seulement son respect pour Rousseau, mais aussi une certaine distance entre sa conception et celle de cet auteur — un point qui nous occupera encore par la suite : « c’est à cette époque aussi que naquit l’inégalité parmi les hommes, cette abondante source de tant de maux, mais aussi de tant de biens ; et elle s’accentua encore par la suite » ( Mit dieser Epoche fing auch die Ungleichheit unter den Menschen, dièse reiche Quelle so vieles Bösen, aber auch alles Guten, an und nahm fernerhinzu : Kant écrit « alles Guten », « de tout le bien », et non pas « de tant de biens », comme dans la traduction française).

9« L’inégalité, source de tout le bien », il faut reconnaître que Rous seau n’en aurait pas dit autant ! Kant parle ensuite d’ « un état incessant — ou, du moins, d’un danger persistant — de guerre » entre les peuples nomades de pasteurs et les habitants des villes ; et de ce conflit il en arrive presque paradoxalement au « bien inestimable de liberté » dont, « à l’intérieur du moins », les peuples opposés purent jouir dans cette situation. Dans l’explication qui suit, il passe explicitement, de façon fort significative, à sa propre époque : auch noch jetzt — « à présent encore, écrit-il, le danger de guerre est [...] la seule chose qui limite le despotisme ; s’il est vrai que la richesse est de nos jours nécessaire pour faire d’un État une puissance, sans liberté, aucune industrie susceptible de procurer la richesse ne peut se faire jour ».

  • 23  Kant, Idée d’une Histoire universelle au point de vue cosmopolitique [cité par la suite comme : IH (...)
  • 24  Cf. la contribution de Jacques D’Hondt : « La ruse de la raison historique kantienne », dans ce vo (...)

10Avant d’expliciter toutes les implications de cette dernière réflexion, jetons un coup d’œil au second passage, emprunté à l’Idée d’une histoire universelle, 8e proposition23. Dans la proposition précédente, la 7e, Kant avait déjà montré que « le problème de l’établissement d’une constitution civile parfaite dépend du problème de l’établissement d’une législation qui règle les relations extérieures des États » (IHU, p. 18 ; RR, p. 29 s.) ; et il avait souligné que, entre les États, persistait soit la guerre, soit, du moins, un perpétuel danger de guerre. L’ambition pousse les États aux conflits, tout comme elle sème la discorde entre les hommes. C’est dans ce contexte, celui des relations internationales, que Kant passe à nouveau, par un jetzt schon — « aujourd’hui » (IHU, p. 23) —, d’une réflexion générale à la considération de la situation régnant à son époque. Il constate alors que les États ne peuvent plus se permettre de « relâcher » leur « culture intérieure », c’est-à-dire leur niveau de raffinement et de civilisation, sans perdre de leur puissance et de leur influence les uns par rapport aux autres. De quoi il suit, écrit-il, que l’État ne peut plus porter atteinte à la « liberté civile (ou bürgerliche Freiheit), au double sens du terme bürgerlich ou « civil » — car à ses yeux les deux types de liberté, la liberté de l’habitant des villes, c’est-à-dire la liberté économique, et la liberté politique, sont liés), que l’État ne peut plus porter atteinte à la liberté civile, donc, sans que le préjudice s’en fasse sentir dans toute l’activité du pays, surtout dans le commerce ; et cela rend sensible l’affaiblissement des forces de l’État dans ses relations extérieures ». Il ajoute encore : « Or cette liberté s’étend peu à peu. » C’est donc l’ambition des États, ce sont le « égoïste projets d’expansion de ses souverains » eux-mêmes qui les amènent à limiter de moins en moins la liberté des personnes. « La liberté universelle de religion », ce mot clé, précieux fruit des Lumières, et l’Aufklärung elle-même, explicitement mentionnée par Kant dans ce contexte, ne naissent pas de la bonne volonté de souverains éclairés mais, paradoxalement, de leurs projets égoïstes. Nous ne sommes pas loin, ici, de la « ruse de la raison » hégélienne24.

11Ce que je veux retenir de ces deux passages et souligner, c’est la double relation établie par Kant entre, d’une part, la liberté et, d’autre part, la progression des arts industriels et du commerce. Les premiers rudiments de la liberté, la protection accordée aux hommes face à une violence arbitraire, les efforts faits afin d’obtenir une constitution civile et une justice publique ou encore, comme le dit Kant, « une sorte de gouvernement », sont le fruit des progrès réalisés dans l’industrie et le commerce. Ces rudiments de la liberté se consolident et se développent peu à peu. La liberté, qui pourrait sembler limitée au champ économique et à la sécurité des individus, s’étend par degrés et touche des droits comme par exemple le droit à la liberté de mouvement, auquel Kant semble penser dans le texte, ou le droit à la liberté de religion, qu’il mentionne explicitement. Ces droits, cette liberté — et l’on peut conclure ainsi, même si Kant mentionne ce point surtout sous sa forme négative, lorsqu’il dit qu’une diminution de cette liberté a pour corollaire une régression de la vie économique — nourrissent à leur tour l’activité industrielle et commerciale (die Lebhaftigkeit des durchgängigen Betriebes). Pour Kant, en fait, les deux mouvements ne se suivent pas dans le temps. Il faudrait plutôt dire qu’ils se complètent et se renforcent mutuellement à chaque niveau. Et si l’on adopte une perspective suffisamment large, on dira que les résultats de cette interaction don nent à Kant de bonnes raisons de considérer le développement de l’Europe à son époque avec une certaine confiance. Le regard — je cite une phrase de la 9e proposition (IHU, p. 26 ; RR, p. 37 ; AA, t. VIII, p. 29) — « découvrira alors un processus régulier d’amélioration de la constitution civile dans notre partie du monde ». Cette découverte pourra ensuite servir de confirmation à la foi dans la Providence. Mais la perspective kantienne reste quand même très fermement ancrée dans ce monde et dans son histoire.

  • 25  Alexis Philonenko, L’œuvre de Kant, 2 vol., Paris, Vrin, 1969-1972, t. II (3e éd., 1988), p. 43.
  • 26  Cf. aussi, dans la même proposition, la thèse selon laquelle Rousseau aurait préféré l’état des sa (...)
  • 27 A. Philonenko (3e éd., 1988) [n. 2, p. 82], p. 43.
  • 28  Cf. Jean-Michel Muglioni, La philosophie de l’histoire de Kant, Paris, puf, 1993, p. 144 s.
  • 29  Brigitte Geonget : « Le concept kantien d’insociable sociabilité. Éléments pour une étude généalog (...)
  • 30 A. Philonenko (3e éd., 1988) [n. 2, p. 82], p. 36.

12Juste avant les passages des Conjectures et de l’Idée d’une histoire universelle sur lesquels je me suis permis d’attirer votre attention, Kant mentionne explicitement Rousseau ; mais il l’interprète à sa manière, fort peu orthodoxe — si peu orthodoxe, d’ailleurs, qu’Alexis Philonenko alla même jusqu’à affirmer dans son ouvrage sur L’œuvre de Kant25, par exemple, que Kant « déforma systématiquement la doctrine » de Rousseau : dans la 7e proposition de l’Idée (IHU, p. 19), Kant associe Rousseau à l’abbé de Saint-Pierre26 ; et dans les Conjectures (OsH, p. 154 s.), il en fait un « partisan du progrès ». C’est que, dit Philonenko, Kant avait conscience du « péril » représenté par Rousseau : cet auteur « menaçait tous ceux qui croyaient au progrès »27. Il se peut aussi que, comme le dit M. Muglioni, Kant ait été convaincu que le postulat du progrès se trouvait déjà chez Rousseau — parce que, compte tenu des jugements moraux portés par Rousseau, ce postulat ne pouvait pas ne pas s’y trouver28. Consciemment ou inconsciemment, donc, Kant déforme Rousseau : sur ce point, nous sommes tous d’accord29. Mais est-ce seulement contre Rousseau, et unique ment par rapport à Rousseau, que Kant élabora et formula sa propre conception de l’histoire ? Est-il exact de dire, comme le fait M. Philonenko, que « Kant ne lisait que des penseurs pessimistes par un biais ou par un autre »30 ? Ainsi que je l’ai souligné d’entrée de jeu, il en avait pratiqué d’autres, pendant longtemps : il avait lu les Écossais, et tout particulièrement Hume, sur l’histoire. Il n’est peut-être pas interdit de penser que certains échos — conscients ou inconscients — de ces lectures se retrouvent dans les textes qui nous intéressent.

13Il est d’ailleurs intéressant de noter que Kant cite Hume dans ces textes mêmes, un peu après les passages sur lesquels nous avons mis l’accent (RR, p. 37 ; IHU, p. 25) : une note de la 9e proposition de l’Idée mentionne avec approbation la phrase de Hume, selon laquelle « la première page de Thucydide est le seul commencement de toute vraie histoire » — Hegel, on le sait, en dira autant dans son Introduction à ses Leçons sur la philosophie de l’histoire lorsqu’il fera des récits d’historiens « originaux » (ursprünglich) comme Thucydide, donc de l’Historie (historia rerum gestarum), le début de toute « histoire » au sens de Geschichte (resgestae).

  • 31  Pour les spécialistes de Hume il sera évident que je suis ici la célèbre interprétation de l’un de (...)
  • 32  Cf. par ex. AA, XXVII, p. 80 ; V, p. 320 ; XV, p. 200 et 592. Pour plus d’indications sur les pass (...)

14Il est plus intéressant encore de constater que Hume analyse la relation entre, d’une part, le commerce et l’industrie et, d’autre part, la liberté — ou, plus précisément, la relation entre les progrès des uns et ceux des autres, de façon fort proche de celle de Kant dans les passages évoqués plus haut31. Il le fait dans son essai sur le luxe, « Du luxe » (of Luxury) — un essai qu’il intitulera « Du raffinement dans les arts » (« Of Refinement in the Arts ») à partir de l’édition de 1760 des Essais. La même idée se retrouve aussi dans l’Histoire d’Angleterre. Dans l’essai sur le luxe, Hume la présente comme un principe général, alors que dans son Histoire, elle ressort plutôt d’analyses concrètes — et Kant connaissait les deux textes en question, ainsi que le montrent plusieurs passages de ses œuvres et de ses conférences32.

15Dans son essai sur le luxe, Hume entend « corriger les deux extrêmes » qu’il croit courants à son époque au sujet du luxe : celui des « libertins », qui « vont jusqu’à faire l’éloge du luxe vicieux », et celui des « moralistes sévères », qui « blâment le luxe, même le plus innocent ». Hume combat ces deux tendances, étant d’avis « que les époques de raf finement sont à la fois les plus heureuses et les plus vertueuses ». Pour établir son point de vue, il s’engage dans un examen des « effets du raffine ment sur la vie privée » mais aussi — et c’est ici que nous en venons au point qui nous intéresse plus particulièrement — sur la « vie publique » (Hume : DP, p. 24). Déjà lorsqu’il parle des effets du raffinement sur la vie privée, il insiste sur le lien entre les raffinements dans les arts mécaniques et ceux obtenus dans les arts libéraux :

... les uns ne peuvent être perfectionnés sans que, dans une certaine mesure, les autres ne le soient. La même époque qui produit de grands philosophes et de grands hommes d’État, des généraux et des poètes renommés abonde habituelle ment en tisserands et en charpentiers de chantiers navals pleins d’habileté. On ne peut raisonnablement s’attendre qu’une pièce de laine soit confectionnée à la perfection dans une nation qui ignore l’astronomie ou qui néglige l’éthique. L’esprit de l’époque touche tous les arts, et les intelligences une fois sorties de leur léthargie et entrées en effervescence se tournent de tous côtés et apportent des innovations à tous les arts et à toutes les sciences (Hume : DP, p. 25).

16Lorsque ensuite Hume se tourne, très explicitement, vers l’examen de l’influence bénéfique exercée par le raffinement sur la vie publique, c’est pour constater d’abord que les lois d’un pays ne peuvent

être portées à un degré quelconque de perfection avant que la raison humaine se soit affinée elle-même par l’exercice, et par son application aux arts les plus vulgaires, au moins ceux du commerce et de la manufacture. Pouvons-nous nous attendre à ce qu’un gouvernement soit bien formé par un peuple qui ne sait pas fabriquer un rouet, ou tirer parti d’un métier à tisser ? (Hume : DP, p. 27).

17Ensuite, Hume formule sa thèse en termes plus généraux, et il l’explique au moyen d’une réflexion sur l’histoire. Formulée en termes généraux, la thèse est « qu’un progrès des arts est plutôt favorable à la liberté, et tend naturellement à préserver, si ce n’est à produire, un gouvernement libre » (ibid., p. 30). Dans l’explication historique qu’il donne, Hume part de la situation des pays — il les qualifie de « nations primitives » — dans lesquels le sol demeure la principale occupation, si ce n’est la seule. Dans ces pays, dit-il, la population se divise en une classe de propriétaires terriens d’une part, une classe de fermiers d’autre part. Les premiers se transforment en « petits tyrans » envers les fermiers et ils en viendront ou bien à se sou mettre à un « maître absolu », ou bien encore à s’entre- déchirer, dans des luttes intestines avec d’autres barons du même territoire. Il est impossible, écrit alors Hume, que, dans une telle situation, existe une véritable liberté sous des lois universelles, que ce soit pour l’une ou pour l’autre classe de la société. Par contre, là

où le luxe nourrit le commerce et l’industrie, les paysans, grâce à une agriculture adéquate, deviennent riches et indépendants ; tandis que les négociants et les marchands accèdent partiellement à la propriété, attirant autorité et considération sur cette classe de citoyens moyens qui sont les meilleurs et les plus sûrs fondements de la liberté... Ils convoitent des lois égales, qui puissent garantir leur propriété et les préserver de la tyrannie monarchique aussi bien qu’aristocratique » (Hume : DP, p. 31).

  • 33  Pour l’Histoire de Hume, Duncan Forbes est de nouveau le meilleur guide, cf. la présentation à son (...)
  • 34 Cp. E. C. Mossner (1941) [voir note ci-dessus] ; J. B. Stewart, The Moral and Political Philosophy (...)

18Dans son Histoire d’Angleterre, Hume souligne le même point, mais sur la base d’exemples précis, développés dans différentes parties de cette œuvre33. J’irais même jusqu’à dire que c’est précisément ce point qui permet de résoudre la question, si souvent discutée, de savoir si l’Histoire de Hume est une histoire politique, ou au contraire une histoire de la civilisation34 : pour Hume, les deux choses vont forcément ensemble. Mais pour en revenir au point souligné par Hume, si nous voulons comprendre la façon dont il le présente dans son Histoire, il nous faut partir du concept de liberté, que tout l’ouvrage sous- entend. Hume s’efforce de distinguer, tout au long de cet ouvrage, entre, d’une part, la soi-disant « liberté » ou « licence » (licentiousness), pour reprendre ses propres termes, c’est-à-dire l’indépendance sauvage que l’on trouve parmi les peuples germaniques qui envahirent l’Empire romain et, d’autre part, la véritable liberté, la liberté sous des lois, qu’il croit pou voir trouver dans les « monarchies civilisées » de l’Europe moderne. Ici, et contrairement à ce que de nombreux lecteurs et interprètes anglais ont pensé, il identifie la monarchie « constitutionnelle » à l’anglaise et la monarchie absolue à la française : toutes deux sont pour lui des « monarchies civilisées », des « gouvernements réguliers » (regular governments) : en d’autres termes, des gouvernements selon la loi, et non pas des despotismes arbitraires. On ne trouve pas chez Hume d’éloge outrancier de la liberté anglaise. Hume est un Écossais, qui écrit pour un public européen. En ce sens, il est facile de comprendre pourquoi il a pu jouir en France d’une telle popularité — c’était à l’époque, au xviiiesiècle, « le bon David », « le sage Hume ».

19Selon Hume, il n’y a donc pas de liberté sans lois ; et dans son Histoire, Hume cherche à mettre en évidence les conditions qui ont créé ou, du moins, contribué à créer ce règne des lois. C’est dans ce contexte qu’il faut replacer les descriptions qu’il fait, à plusieurs reprises, de ce qu’il caractérise comme la « situation » de la recherche et de l’enseignement : une telle situation constitue, pour chaque époque, un indice du niveau de « raffinement » de la civilisation. Pour formuler cette thèse de façon plus spécifique, disons que si Hume s’intéresse au développement du commerce et de l’industrie, c’est en raison des liens privilégiés de celui-ci avec la véritable liberté des Temps modernes. S’il analyse l’émergence de ce qu’il nomme une « classe moyenne » entre les paysans et l’aristocratie, c’est parce qu’il voit en elle « les meilleurs et les plus sages fondements de la liberté ».

20Cet argument, dira-t-on, n’est pas propre à Hume, mais courant chez bien des penseurs contemporains de Kant — les penseurs mêmes qui, en Allemagne comme dans d’autres pays européens, peuvent être affiliés aux « Lumières ». Je soulignerai pourtant, d’abord, que la thèse de Hume est ici bien plus spécifique que celle proposée par un penseur comme James Harrington, par exemple, qui affirmait, dans une interprétation explicitement économique de la politique, que « le pouvoir découle de la propriété » (power follows property).

21Il faut aussi faire remarquer que lorsque les contemporains allemands de Kant traitaient du commerce et de l’industrie, ils se tournaient tout naturellement, dans leurs recherches empiriques comme dans leurs considérations théoriques, vers la Grande-Bretagne, à l’époque le pays le plus avancé en la matière ; et si l’on évoque des auteurs comme Christian Garve ou Moses Mendelssohn, dont on retrouve des traces dans les écrits de Kant, on montrera sans difficultés qu’ils étaient eux-mêmes imprégnés de philosophie écossaise. Pour ne prendre qu’un exemple, Garve n’avait-il pas consciemment tenté de se rapprocher de ce qui était pour lui un idéal — et de devenir le Hume allemand ? Parmi les penseurs des Lumières, le « sage Hume » occupait sans aucun doute une place d’honneur. Voici l’éloge qu’en fait Adam Smith — un autre Écossais de la même époque que Kant, nous l’avons déjà dit, avait lue et estimait tout particulièrement :

  • 35 Adam Smith, Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations, 2 vol., éd. par D. D (...)

Le commerce et les manufactures introduisirent par degrés un gouvernement régulier et le bon ordre, et avec eux la liberté et la sûreté individuelle [...] De tous les effets du commerce et des manufactures, c’est sans comparaison le plus important, quoiqu’il ait été le moins observé. M. Hume est, autant que je sache, le seul écrivain qui en ait parlé jusqu’ici35.

22Adam Smith, déjà, avait reconnu et souligné l’originalité de Hume dans ce contexte — et, de plus, il l’avait fait dans un ouvrage que Kant connaissait, ainsi que nous l’avons déjà noté. Ceci rend d’autant plus plausible l’affirmation selon laquelle pour Kant lui-même, c’était là un argument humien.

  • 36  « Les frontières de tous les royaumes européens sont aujourd’hui presque les mêmes qu’il y a deux (...)

23Certes, lorsque Kant souligne la relation entre le raffinement des arts et le développement de l’industrie et du commerce d’une part, les progrès de la liberté d’autre part, il le fait dans un contexte précis : celui d’une discussion des relations existant entre différents États, des relations qu’il caractérise comme conflictuelles. L’argument développé par Hume dans l’essai sur le luxe a une portée très générale — même si l’on peut ajouter ici que Hume perçut bien ses implications pour les relations internationales, comme le montre par exemple un passage dans lequel il compare les entreprises militaires de Charles VIII et de Louis XIV, et les interprète comme une conséquence du développement des arts et de l’indus trie36. C’est d’ailleurs sans difficulté aucune que, dans d’autres essais de Hume, on retrouvera une analyse des liens existant entre le raffinement, la liberté et les relations entre États : cf. par ex. De la balance du pouvoir, et, juste avant l’essai Du raffinement dans les arts, Du commerce : un essai dans lequel Hume note que le luxe des particuliers peut « contrecarrer » l’ambition du prince (Hume : DP, p. 13).

24Ces dernières phrases mettent en évidence un point plus important encore, un point qui révèle que Kant est moins éloigné de Hume qu’on ne le pense généralement. Ce que l’ « histoire et l’expérience » montrent à Hume, c’est en effet un progrès vers une plus grande liberté, civile et poli tique. Mais ce qui conduit à ce progrès, ce sont des causes comme le luxe des particuliers, l’ambition des princes, et ainsi de suite. Hume ne rap porte certainement pas le progrès constaté en histoire à la bonne volonté d’hommes éclairés, et il ne voit pas en lui de nécessité. Il n’y a chez Hume ni doctrine du progrès, ni foi au progrès. Pour Hume, un tel progrès s’effectue sur un arrière-fond de passions, de superstitions et de violence ; et il est souvent dû au hasard. Hume le constate d’ailleurs lorsqu’il jette un coup d’œil rétrospectif sur l’histoire : il peut, rétrospectivement, apprécier positivement les résultats auxquels ont conduit les guerres civiles en Angleterre, sans pourtant légitimer par là les acteurs impliqués dans ces guerres. Il est donc possible d’affirmer que, si une « ruse de la raison » au sens hégélien du terme existe déjà chez Kant, elle se retrouve aussi chez Hume lui-même.

25Quelles furent donc les sources d’inspiration de Kant, lorsque, dans la 8e proposition de son Idée, il évoqua les Lumières, ce « grand bien qu’il faut que le genre humain tire encore des égoïstes projets d’expansion de ses souverains, si seulement ils comprennent leur propre intérêt » (IHU, p. 23 s.) ? M. Philonenko, que je citais tout à l’heure, va peut-être un peu loin lorsqu’il affirme que Kant ne lisait que des auteurs pessimistes, car Kant lisait Hume — même s’il est vrai que Hume, s’il n’était pas pessimiste, était tout de même bien loin de l’optimisme naïf généralement attribué aux Lumières.

Haut de page

Notes

1  E. Kant, Prolégomènes à toute métaphysique future qui pourra se présenter comme science, trad. J. Gibelin, Paris, Vrin, 1965, p. 13, AA, t. IV, p. 260.

2  Cf. ci-dessous, n. 3, p. 79.

3  David Hume, Of the Study of History, publié d’abord dans Essays, Moral and Political, Edinburgh, Alexander Kincaid, 1741 ; maintenant disponible dans David Hume, Essays, Moral, Political and Literary, éd. par Eugène F. Miller, édition révisée, Indianapolis, Liberty Classics, 1987, p. 563-568 ; trad. franc, dans Essais politiques, avec une introduction de Raymond Polin, Paris, Vrin, 1972, p. 81-90.

4  The History of Great-Britain, 6 vol., Edinburgh, Hamilton, Balfour et Neill, 1754-1762 ; plusieurs traductions françaises, par exemple Histoire d’Angleterre, 10 vol., nouv. éd. revue et corrigée par M. Campenon, Paris, Rolland, 1830.

5  Mentionnons pourtant une heureuse initiative, toute récente : la publication des essais politiques de Hume dans une édition bilingue [anglais-français] : David Hume, Discours politiques [cités par la suite comme : Hume : DP], traduits par Fabien Grandjean, Mauvezin, Éd. ter, 1993.

6  Cette traduction française anonyme fut publiée chez J. H. Schneider à Amsterdam en 1752.

7  Cf. D. Hume, Ma vie (1776) dans Hume : PD, 6. Hamilton, l’éditeur écossais, offrira un honoraire de 40 livres sterling pour une édition de 2 000 exemplaires du premier livre de l’Histoire de Hume, une somme qui stupéfia les contemporains.

8 Cp. T. E. Jessop, A Bibliography of David Hume and of Scottish Philosophy from Francis Hutcheson to Lord Balfour, Hull & London, A. Brown, 1938 ; (pour l’allemand :) Norbert Waszek, Bibliography of the Scottish Enlightenment in Germany, dans Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, t. 230 (1985), p. 283-303.

9  Ainsi, pour ne mentionner ici que les compatriotes de Kant, on trouve d’importantes traces de l’influence humienne dans les œuvres et la correspondance de Lessing, Mendelssohn, Garve, Herder, Wieland, Hamann, Schiller et bien d’autres encore.

Pour la réception de David Hume en France, cf. les travaux de Laurence L. Bongie, Hume en France au dix-huitième siècle, thèse soutenue à la Sorbonne, Paris, 1952 ; David Hume. Prophet of the Counter-Revolution, Oxford, Clarendon, 1965.

10  Kants Briefwechsel : AA, t. X, p. 121 ; lettre du 9 juillet 1771 ; trad. franç, dans Corres pondance par Emmanuel Kant, traduit de l’allemand par Marie-Christine Challiol et al., Paris, Gal limard, 1991, p. 92.

11  Emmanuel Kant, Œuvres philosophiques, édition publiée sous la direction de Ferdinand Alquié, 3 vol., Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade [cité par la suite comme : Kant : Pléiade], 1980-1986, t. III, p. 550 s. ; AA, t. VI, p. 289.

12  Kant : Pléiade, t. III, p. 1027 ; AA, t. VII, p. 209.

13 AA, t. XXIV. 1 : Wiener Logik, 817 (MM. Reinhard Brandt et Heiner F. Klemme, de Marburg, ont attiré mon attention sur ce passage, ce dont je les remercie). L’éditeur de ces conférences de Kant, Gerhard Lehmann ( ibid., 983), ne cite que la deuxième traduction allemande de La richesse des nations d’Adam Smith (trad. par Chr. Garve et publiée à partir de 1794), mais il y avait déjà eu une autre traduction (faite par J.-F. Schiller et publiée à partir de 1776). Ce que dit M. Lehmann sur les dates de ces conférences devrait donc être remis en question. Sur les éditions allemandes d’Adam Smith, voir N. Waszek (1985) [cp. n. 4, p. 76] ; pour une critique des dates proposées par Lehmann, voir R. Brandt, Philosophisches Jahrbuch, t. 91 (1984), 427.

14  Ludwig Ernst Borowski, Darstellung des Lebens und Charakters Immanuel Kant [1804], cité selon Immanuel Kant. Sein Leben in Darstellungen von Zeitgenossen. Die Biographien von L. E. Borowski, R. B. Jachmann und A. Ch. Wasianski, éd. par Félix Groß [Berlin, Deutsche Bibliothek, 1912] = réimprimé : Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1980, p. 78.

15 G. W. F. Hegel, Vorlesungen über die Geschichte der Philosophie [Theorie Werkausgabe in 20 Bânden. Hrsg. von Eva Moldenhauer und Karl Markus Michel], t. 20 (Frankfurt/Main, Suhrkamp, 1971), p. 311 ; trad. franc. : Leçons sur l’histoire de la philosophie, t. 6 : La philosophie moderne, traduit et édité par Pierre Garniron, Paris, Vrin, 1985, p. 1755.

Pour les détails de la référence écossaise chez Hegel lui-même, cf. notre étude The Scottish Enlightenment and Hegel’s Account of « Civil Society » [Archives internationales d’histoire des idées, t. 120], Dordrecht/Boston/London, Kluwer, 1988.

16  Karl Rosenkranz, Geschichte der Kant’schen Philosophie, Leipzig, Leopold Voss, 1840 — cité selon la nouvelle édition de Steffen Dietzsch, Berlin, Akademie, 1987, p. 22 : « Er [Kant] erwähnt ihrer [der schottischen Philosophen ; N. W.] nicht zu selten und stets mit höchster Anerkennung. »

17  Michel Malherbe, Kant ou Hume, ou la raison et le sensible, Paris, Vrin, 1980, 2e éd., 1993.

18 Dieter Henrich, Hutcheson und Kant, dans Kant-Studien, t. 49 (1957-1958), p. 49-69 ; « Uber Kants früheste Ethik. Versuch einer Rekonstruktion », Kant-Studien, t. 54 (1963), p. 404-431, maintenant disponible dans Zur Kantforschung der Gegenwart, éd. par Peter Heintel et Ludwig Nagl, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1981, p. 149-182.

19 Günter Gawlick et Lothar Kreimendahl, Hume in der deutschen Aufklärung. Umrisse einer Rezeptionsgeschichte, Stuttgart, Frommann-Holzboog, 1987 ; Lothar Kreimendahl, Kant — Der Durchbruch von 1769, Köln, Dinter, 1990 ; Manfred Kuehn, Scottish Common Sensé in Germany, 1768-1800. A contribution to the history of critical philosophy, Kingston/Montréal, McGill-Queen’s University Press, 1987 ; Reinhardt Brandt et Heiner Klemme, David Hume in Deutschland, Mar-burg, Verlag der Universitätsbibliothek, 1989 ; R. Brandt, Rezension : Kreimendahl (1990), Kant-Studien, 83 (1992), p. 100-111.

20  Par ex., RR, p. 37, p. 200 s. ; AA, t.VIII, p. 29 ; t. VII, p. 93 s. et t. XV, p. 592.

21 RR, p. 8 : « Kant hat nicht nur Iselin (und den ihm vorangegangenen Voltaire), er hat auch die Historiker aus der Schule der schottischen Moralphilosophie, unter ihnen Hume und Smith, gelesen, die er beide höher stellt. »

22  AA, t. VIII, p. 119 ; RR, p. 79 ; trad. franc. Kant, Opuscules sur l’histoire [cité par la suite comme : OsH], trad. de Stéphane Piobetta, introduction par Philippe Raynaud, Paris, Flammarion, 1990, p. 158.

23  Kant, Idée d’une Histoire universelle au point de vue cosmopolitique [cité par la suite comme : IHU], traduction et commentaire par Jean-Michel Muglioni, Paris, Bordas, 1988, p. 22 s. ; voir aussi Kant : Pléiade, t. II, p. 200 s. ; RR, p. 33 s. ; voir aussi : AA, t. VIII, p. 27 s.

24  Cf. la contribution de Jacques D’Hondt : « La ruse de la raison historique kantienne », dans ce volume : p. 179-194.

25  Alexis Philonenko, L’œuvre de Kant, 2 vol., Paris, Vrin, 1969-1972, t. II (3e éd., 1988), p. 43.

26  Cf. aussi, dans la même proposition, la thèse selon laquelle Rousseau aurait préféré l’état des sauvages, IHU, p. 21.

27 A. Philonenko (3e éd., 1988) [n. 2, p. 82], p. 43.

28  Cf. Jean-Michel Muglioni, La philosophie de l’histoire de Kant, Paris, puf, 1993, p. 144 s.

29  Brigitte Geonget : « Le concept kantien d’insociable sociabilité. Éléments pour une étude généalogique : Kant entre Hobbes et Rousseau », dans ce volume : p. 35-62.

30 A. Philonenko (3e éd., 1988) [n. 2, p. 82], p. 36.

31  Pour les spécialistes de Hume il sera évident que je suis ici la célèbre interprétation de l’un des maîtres anglo-saxons des études humiennes, Duncan Forbes, Hume’s Philosophical Politics, Cambridge, University Press, 1975 ; Hume and the Scottish Enlightenment, dans Philosophers of the Enlightenment, éd. par S. C. Brown, Brighton, Harvester Press, 1979, p. 94-109.

32  Cf. par ex. AA, XXVII, p. 80 ; V, p. 320 ; XV, p. 200 et 592. Pour plus d’indications sur les passages de Kant qui mettent en évidence sa bonne connaissance des textes de Hume examinés ici, cf. l’ouvrage de Gawlick et Kreimendahl [n. 3, p. 79], p. 178 et 180.

33  Pour l’Histoire de Hume, Duncan Forbes est de nouveau le meilleur guide, cf. la présentation à son édition : David Hume, The History of Great Britain. The reigns of James I and Charles I, éd. par D. Forbes, Harmondsworth, Penguin, 1970. Sur Hume en tant qu’historien, citons aussi les études suivantes : E. C. Mossner, An Apology for David Hume, Historian, dans Proceedings of the Modern Language Association, vol. 66 (1941), p. 657-680 ; Giuseppe Giarrizzo, David Hume, politico e storico, Torino, Einaudi, 1962 ; David Hume : Philosophical Historian, éd. par David Fate Norton et Richard Popkin, New York, Bobbs-Merrill, 1965 ; V. Wexler, David Hume and the His tory of England, Philadelphia, American Philosophical Society, 1979 ; Gerhard Stremminger : David Hume als Historiker, dans Zeitschrift für philosophische Forschung, vol. 40 (1986), 161-180 ; Nicholas Phillipson, Hume, London, Weidenfeld & Nicolson, 1989 ; Liberty in Hume’s History of England, éd. par Nicholas Capaldi et Donald W. Livingston, Dordrecht/Boston/London, Kluwer, 1990.

34 Cp. E. C. Mossner (1941) [voir note ci-dessus] ; J. B. Stewart, The Moral and Political Philosophy of David Hume, New York, Columbia University Press, 1963 ; D. Forbes (1970) [voir note ci-dessus], p. 38 s. ; N. Phillipson (1989) [voir note ci-dessus], p. 139 s.

35 Adam Smith, Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations, 2 vol., éd. par D. Diatkine, Paris, Flammarion, 1991, t. I, p. 502 ; The Glasgow Edition of the Works and Corres pondance of Adam Smith, vol. II. 1, éd. par R. H. Campbell and A. S. Skinner, Oxford, Claren-don, 1976, p. 412.

36  « Les frontières de tous les royaumes européens sont aujourd’hui presque les mêmes qu’il y a deux cents ans. Mais y a-t-il une seule différence dans la puissance et dans la grandeur de ces royaumes qui puisse être attribuée à autre chose qu’aux progrès des arts et de l’industrie ? Quand Charles VIII de France envahit l’Italie, il avait avec lui environ vingt mille hommes ; encore cet armement avait-il si fort épuisé la nation, comme nous l’apprenons de Guichardin, que pendant des années la France ne fut plus capable de fournir un si grand effort. Le dernier roi de France, lui, conservait en temps de guerre plus de quatre cent mille hommes sur ses rôles, bien que, de la mort de Mazarin à la sienne, il ait été entraîné dans une série de guerres qui durèrent près de trente ans » (Hume : DP, p. 27).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Norbert Waszek, « Histoire et politique : Kant et ses prédécesseurs écossais », Revue germanique internationale, 6 | 1996, 75-88.

Référence électronique

Norbert Waszek, « Histoire et politique : Kant et ses prédécesseurs écossais », Revue germanique internationale [En ligne], 6 | 1996, mis en ligne le 09 septembre 2011, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://rgi.revues.org/580 ; DOI : 10.4000/rgi.580

Haut de page

Auteur

Norbert Waszek

Est maître de conférences et codirecteur du département d’études germaniques de l’Université Paris VIII. A publié notamment The Scottish Enlightenment and Hegel’s Account of « Civil Society », Dordrecht/Boston/London, Kluwer, 1988 ; Edouard Gans : Chroniques françaises, Paris, Cerf, 1993 ; ainsi que de nombreux autres travaux consacrés à la philosophie et la civilisation allemande moderne et contemporaine

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org