Navigation – Plan du site
Les enjeux du paysage

La perception du paysage chez les voyageurs allemands en France

Thomas Grosser
Traduction de Elisabeth Décultot
p. 31-46

Résumés

A la fin du xviiie siècle, le voyage n’est plus un privilège réservé aux aristocrates, aux érudits ou aux négociants. L’évolution sociale et, corollairement, l’amélioration des moyens de communication permettent aux voyageurs de se tourner vers la nature comme espace alternatif au monde urbain. En prenant l’exemple des voyageurs allemands en France, la présente contribution tente de faire ressortir certaines des caractéristiques les plus importantes de la perception paysagère des voyageurs autour de 1800. Le paysage apparaît en effet à la fois comme lieu d’une expérience subjective individuelle, comme lieu libéré des contraintes de la société ou encore, au contraire, comme espace non contaminé par l’accélération insoutenable de l’histoire. Ainsi, si le paysage devient entre autres un lieu de projection d’aspirations politiques et sociales, il n’en peut pas moins revêtir une double signification, notamment à la suite de la Révolution française : conservatoire des idéaux révolutionnaires trahis par le cours des événements réels ou au contraire refuge qui s’oppose aux bouleversements sanglants qui ébranlent la France et sa capitale, le paysage est foncièrement polyvalent, reflet de ces voyageurs à la recherche de nouveaux repères.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Article Reisen in Conversationslexicon für alle Stände, éd. par Otto Wigand, Leipzig, 1845-1852, v (...)
  • 2  Pour les récits de voyages allemands en France, cf. Thomas Grosser, Reiseziel Frankreich. Deutsche (...)

1« On voyage (...) la plupart du temps pour le simple plaisir de s’arracher à un horizon domestique étriqué, de faire l’expérience vivante d’une liberté totale, de jouir sans entrave et en toute plénitude de la splendeur de la nature. (...) D’où viendrait sinon que les fraîches et riantes régions montagneuses, si riches en beautés naturelles, le Tyrol, la Suisse, l’Italie, les régions rhénanes, le midi de la France sont remplis de voyageurs (...) ? »1 Cette constatation ferme, formulée vers le milieu du xixe siècle dans un Dictionnaire de conversation à l’usage de toutes les couches sociales, aurait été à peine pensable un siècle auparavant. Axer la mobilité géographique, qui ne s’était encore nullement démocratisée en tourisme de masse, sur une fuite temporaire dans la nature, hors du quotidien, vouloir découvrir à travers un paysage un nouvel espace de vie — pratique de voyage apparemment répandue à cette époque —, voilà un modèle culturel dont la diffusion était encore récente en ce milieu de siècle. Le tournant du xviiie et du xixe siècle marque ici un seuil, un moment de mutation, un saut dans la modernité. On l’observe bien dans les comptes rendus de voyageurs allemands en France2, confrontés, dans ce pays voisin plus qu’en n’importe quel autre lieu, à des mutations politiques et sociales d’une importance cruciale. Par là, leurs catégories de perception socioculturelles et mentales se trouvèrent aussi modifiées, qui firent du paysage un lieu d’expérience et de projection toujours plus chargé de signification. Nous chercherons dans les pages qui suivent à cerner, avec les moyens qu’offrent l’histoire sociale et l’histoire des mentalités, les présupposés et le cadre des modèles de perception du paysage, les besoins auxquels répondent ces modèles et les fonctions implicites qu’ils remplissent.

  • 3  En français dans le texte (N. d. T.).
  • 4  Cf. à ce sujet par exemple Carl Ludwig Pöllnitz, Nachrichten des Baron Carl Ludwig von Pöllnitz, E (...)
  • 5  Sigmund von Birken, Hochfürstlicher Brandenburgischer Ulysses : oder Verlauf der Länder Reise I we (...)
  • 6  Cf. par exemple Georg von Fürst, Herrn Georgen von Fürst, eines berühmten Cavaliers aus Schlesien, (...)
  • 7  Cf. pour ce point ibid., p. 253 sq.

2Jusqu’à la fin du xviiie siècle, le « tour de l’Europe »3, le coûteux et prestigieux Kavalierstour, fit voyager des nobles allemands dans une grande partie de la France. La fréquentation de prestigieuses académies, de châteaux et bien sûr de la cour de Versailles les amenait, selon des trajets standardisés, à visiter un pays qui les intéressait en premier lieu pour l’exemplaire raffinement de sa culture nobiliaire. Hermétiquement enfermés dans leur calèche ou dans leur chaise à porteurs — utilisée dans des régions montagneuses non-carrossables —, c’est à peine s’ils jetaient un coup d’œil sur le paysage4 qu’ils traversaient sur des routes en partie encore peu praticables. Ce n’est qu’arrivés dans les résidences et châteaux de leurs hôtes qu’ils accordaient une attention — très sélective — à une nature agencée avec art. Alors seulement ils percevaient « jardins, grottes et jets d’eaux »5. Le paradigme central qui orientait ici la perception était celui du jardin paysager à la française6. Là, la nature formait un espace de représentation sociale. Son utilisation, réservée à une classe déterminée, servait avant tout de signe distinctif à un corps social. Jouir de cet espace suffisait à la plupart des voyageurs distingués. Lorsqu’ils entreprenaient de décrypter ce paysage artificiel, le décodage servait en premier lieu à montrer que l’on pouvait sans difficulté reconnaître les symboles gravés dans la nature. Reconstituer l’intention originelle qui avait présidé aux plans du jardin permettait de faire ostensiblement la preuve de sa culture7.

  • 8  Cf. Johann Georg Sulzer, Tagebuch einer von Berlin nach den mittäglichen Ländern von Europa in den (...)
  • 9  En plus du récit de voyage de Sulzer, on pourra par exemple se référer ici à : Anonyme, Briefe ein (...)
  • 10  Sulzer, op. cit., p. 87 ; cf. également ibid., p. 108.

3Les érudits qui exploraient à l’époque des Lumières les provinces françaises partageaient eux aussi ce goût des structures géométriques qui faisaient pour la noblesse le charme du jardin à la française. Ce qui fondait implicitement ce jugement, ce n’était néanmoins pas la référence à un ordre figé, réparti en classes, ni à une suprématie sociale, dont l’expérience du jardin leur aurait rappelé l’existence, comme c’était le cas chez les aristocrates voyageurs. Le charme du jardin à la française résidait bien plutôt pour eux dans l’universalité d’une rationalité planificatrice, ordonnatrice, qu’il s’agissait de répandre partout. Le regard objectif, encyclopédique et parfois scientifique de ces érudits cherchait même, afin de couvrir l’espace dans sa globalité, à inventorier de façon systématique des régions peu accueillantes et dépourvues d’aspects spectaculaires8. Ce qui les intéressait avant tout dans le paysage, c’était en quoi ce dernier pouvait servir au progrès général, à l’économie d’un peuple. L’élargissement de leur regard à un plus vaste espace s’opérait donc à des fins utilitaires. La structure temporelle de cette perception était certes en premier lieu axée sur le moment présent, sur l’enregistrement de données immédiates. L’inventaire exhaustif et régulier des divers modes d’occupation de l’espace, des méthodes agraires, des zones de végétation, de climat, des différentes catégories de sol devait servir à constituer un réservoir de données empiriques, à partir duquel on cherchait de façon inductive à inférer les lois d’une exploitation optimale afin de pouvoir transposer et appliquer ces connaissances à d’autres lieux9. En ce sens donc, ce regard était aussi potentiellement orienté vers l’avenir. Pour évaluer un paysage, on cherchait à savoir quelles richesses un travail zélé et des techniques agraires améliorées pouvaient en tirer. On recherchait à cette fin des hauteurs, qui, surplombant des espaces cultivés et entretenus, permettaient de saisir l’imbrication des données naturelles et de l’implantation humaine ou agricole. Le voyageur érudit reculait néanmoins encore devant les espaces infinis : son regard cherchait sans cesse à s’accrocher à quelque limite optique afin de découvrir au sein d’unités spatiales bien délimitées un ordre harmonieux de composition. « Les montagnes et les collines qui s’étendent le long de la rive gauche du Rhône s’éloignent ici du fleuve vers l’intérieur du pays pour former une sorte de demi-cercle qui rejoint de nouveau le Rhône. Vers midi, je dominais ainsi depuis le village de Roussillon une grande plaine découpée en demi-cercle, dont le diamètre s’étendait le long du fleuve. Depuis les hauteurs qui jouxtent le village, on la voit dans son entier. Et comme cette plaine est couverte de mûriers très drus, elle ressemble ainsi à un grand verger fait d’une seule pièce. Vu de près, le sol est par ailleurs mal cultivé. »10 Le paysage était ainsi perçu comme un espace cultivé, réel ou potentiel. Le regard cherchait des lois, ordonnait, découpait, produisait un agrégat de diverses structures.

  • 11  Cf. pour ce sujet Franz Posselt, Apodemik oder die Kunst zu reisen, 2 vol. , Leipzig, 1795, surtou (...)
  • 12  Franz Posselt, Apodemik oder die Kunst zu reisen, op. cit., vol. 1, p. 357, 360.

4Ce n’est que dans le dernier tiers du xviiie siècle que l’on constate une revalorisation fondamentale de l’expérience paysagère et, dans le même temps, un élargissement évident de l’horizon du voyageur, qui doit être mis en relation avec de nombreux facteurs : progrès des moyens de transports, modifications de la culture individuelle, mutations sociales. Le système de la malle-poste publique et la réduction des coûts de mobilité géographique permirent à des bourgeois de plus en plus nombreux de voyager à l’étranger et de découvrir des régions rurales qui s’ouvraient elles-mêmes toujours plus grâce au développement des infrastructures. Les arrêts plus fréquents et plus longs des malles-postes publiques dans les relais comparativement aux voitures privées, la nécessité de délester et donc de quitter les lourds attelages dans les montées et les descentes, ou encore la possibilité, économiquement avantageuse, d’occuper des places assises moins chères à l’extérieur de la voiture mirent — pour de très pragmatiques raisons — bien des voyageurs moins aisés en étroit contact avec la nature. Le voyage à pied, peu à peu débarrassé de son infamante connotation de déclassement social et porté même par la mode, permit de faire de nécessité technique et financière vertu, et de parcourir certaines distances sans voiture. Cela signalait en même temps que la pratique du voyage tendait, par rapport aux modèles traditionnels, à sortir du domaine des privilèges et d’une stricte fonctionnalité. Se distinguant d’une part d’une pratique aristocratique du voyage, essentiellement fondée sur la représentation sociale, se détournant d’autre part du traditionnel séjour à l’étranger des commerçants et des érudits pour cause professionnelle ou pour raison intellectuelle, les voyageurs, conformément au modèle de la bourgeoisie cultivée (Bildungsbürgertum), se rendaient à l’étranger — c’est du moins ce que prétendaient les théoriciens du voyage de l’époque11 — en leur simple qualité « d’hommes ». Là-bas, ils devaient acquérir, au gré d’un libre épanouissement de leur personnalité, une culture générale qui n’était plus dirigée vers un but immédiat et à court terme. Cette culture générale visait au rétablissement de la totalité potentielle d’un sujet qui, dans son pays d’origine et dans un contexte familier, semblait aliéné par ses activités quotidiennes. Le voyage, ainsi compris comme affranchissement par rapport aux conventions extérieures, devint, selon le modèle littéraire du sentimental journey, l’occasion de faire l’expérience de soi en même temps que de la réflexion, processus qui englobait « l’entendement, le cœur et le goût ». A côté des œuvres d’art qu’ils contemplaient, les voyageurs se trouvaient renvoyés à l’observation de la « libre » nature, dont ils étaient tenus de découvrir les beautés, même dans les régions hostiles. Ils se faisaient un devoir de voir dans la réalité des paysages dont ils avaient lu des descriptions littéraires, afin de constater leur effet réel12.

5Le fait que de plus en plus de voyageurs étrangers en France se livraient à ces activités reposait sur divers facteurs : depuis la fin du xviiie siècle et surtout au début du xixe siècle, on pouvait bénéficier d’une infrastructure touristique qui rendait accessible, en plus des lieux de cure du sud de la France fréquentés jusqu’alors par des touristes anglais, des espaces qui avaient jusqu’alors été peu parcourus par les Allemands. Au moment où s’épanouissait une culture privée des loisirs, clairement distincte de la vie quotidienne, les bourgeois héritaient aussi du privilège aristocratique de l’inactivité sous la forme réduite d’une récréation temporaire. Ils étaient de plus en plus nombreux à entreprendre, parfois pour des raisons médicales plus ou moins impérieuses, des voyages d’agrément dans le Sud afin de découvrir un autre climat, un autre paysage. Dans ces régions touristiques, vivant déjà en partie de l’apport d’étrangers, ils pouvaient aussi espérer se heurter à des barrières sociales moins hautes ou bien être traités, par rapport à leur lieu d’origine, avec des égards particuliers en tant que consommateurs étrangers, et donc se trouver socialement revalorisés tout du moins à leurs yeux.

  • 13  Heinrich August Ottokar Reichard, Aus dem Tagebuche der Rückreise des Herausge-bers von Paris nach (...)
  • 14  Cette réhabilitation a été notamment entreprise par des théoriciens anglais de la fin du XVIIe siè (...)

6Avec mille nuances, la mobilité géographique temporaire était ainsi conçue comme une libération, et parfois même louée avec emphase : « Si je devais choisir un état, ce serait celui du voyageur, et si je devais souhaiter appartenir à un peuple, ce serait celui des étrangers. Est-il, dans toutes les couches sociales, un homme qui connaisse autant que le voyageur honneur, santé, égalité, perpétuelle nouveauté, cette âme du plaisir, et qui soit aussi affranchi que lui des innombrables fléaux de la vie chez soi, des contraintes sociales et des contingences matérielles ? »13Cette conception du voyage laissait des traces dans la perception même du paysage. Grâce à la possibilité nouvelle d’une mobilité géographique accrue, qui se heurtait il est vrai encore dans le quotidien du voyageur à quelques obstacles, de plus en plus de voyageurs, quittant leur auberge, en société ou seul avec un guide expérimenté, escaladaient des montagnes escarpées pour laisser leur regard se perdre dans un horizon infini. La transgression, facile, calculée et provisoire, de la frontière qui sépare le cocon touristique de la nature intacte et sauvage permettait de vivre des moments, prévus et incontournables, de quasi danger et de découvrir d’effrayantes beautés. La réhabilitation du sublime des inhospitalières montagnes — préalablement entreprise par les esthéticiens14 — pouvait dorénavant rencontrer l’expérience quotidienne.

  • 15  Johann Georg Fisch, Reise durch die südlichen Provinzen von Frankreich kurz vor dem Ausbruche der (...)
  • 16  Wilhelm Ludwig Steinbrenner, Bemerkungen auf einer Reise durch einige teutsche, Schweitzer und fra (...)
  • 17  Cf. pour ce point Götz Großklaus, Der Naturraum des Kulturbürgers, in G. Großklaus et Ernst Oldeme (...)
  • 18  Heinrich Storch, Skizzen, Szenen und Bemerkungen auf einer Reise durch Frankreich gesammelt, Heide (...)
  • 19  Heinrich Sander, Beschreibung seiner Reisen durch Frankreich, die Miederlande, Holland, Deutschlan (...)
  • 20  Cf. par exemple, Anonyme, Lustreise von Straßburg nach Markirch im Leberthal, in Der Bürgerfreund. (...)
  • 21  Anonyme, Reise nach der großen Karthause, in der Dauphiné, in Kleine Reisen. Lektüre für Reise-Dil (...)
  • 22  Pour ce sujet, cf. Klaus Laermann, Raumerfahrung und Erfahrungsraum. Einige Überlegungen zu Reiseb (...)

7A côté du charme de l’aventure et de l’inconnu, de ces sentiments mêlés que procure une menace dépourvue de danger, on éprouvait un plaisir de plus en plus grand à l’enchaînement de divers panoramas, à leur succession — rendue tangible par le déplacement dans l’espace —, à leurs surprenants changements. L’imprécision des formes, le fondu des couleurs, le flou des contours étaient au cœur de l’attention des voyageurs, qui, à côté des sommets, goûtaient notamment le vaste spectacle de la mer. Ils cherchaient à restituer avec exactitude le processus hésitant, tâtonnant de perception du paysage, tentaient — souvent en vain — de le rendre par des mots : « Les limites de notre champ de vision s’étendaient à l’est et à l’ouest au-delà des frontières françaises. Vers le sud, elles se perdaient dans la Méditerranée. On reste saisi par un tel spectacle et l’on croit voir se lever le rideau qui dissimule l’incommensurable aux yeux des mortels. Lorsque l’on glisse du regard sur ce panorama pour la première fois, ses composantes se dissolvent. Ce n’est que peu à peu que se forme çà et là un centre, à partir duquel, par paliers, l’œil progresse jusqu’à des formes moins éclairées et parvient ainsi à saisir l’ensemble. C’est en vain que j’essaierais de décrire ce que j’ai vu et ce que j’ai ressenti. »15 Se manifestait par là — porté par une sensibilisation accrue aux phénomènes de perception — le besoin grandissant de concevoir le paysage comme le lieu d’une expérience subjective, comme un « temple de la nature, dans lequel résonne de ses accents les plus limpides et les plus doux la mélodie de notre sensibilité »16. Le paysage, confirmant l’autonomie d’un univers sentimental bourgeois, devenait le modèle d’une contre-culture17 plus ou moins clairement dirigée contre l’aristocratie. Ainsi on se mit à préférer au jardin à la française, « monument d’une splendeur pompeuse et d’un luxe débordant » le paradigme — en réalité tout aussi artificiel — du jardin à l’anglaise. N’y cultivait-on pas le cœur, qui « n’a de sens que pour l’émouvante et simple nature et ne reconnaît de dignité à l’art que lorsque celui-ci se dissimule derrière son modèle original ? »18 Bien qu’ils fussent conscients que leur perception se trouvait là aussi canalisée, ces bourgeois voyageurs se sentaient libres dans les jardins à l’anglaise : « Ce nouveau style de jardin est sans conteste le plus naturel. On n’y trouve plus ces interminables allées couvertes de grands arbres. On ne se sent plus enfermé. On ne se croit plus dans un jardin, et pourtant on a toujours beaucoup à voir. »19 Ce modèle de perception de l’espace fut transposé aussi aux paysages réels20. Les sommets qui s’ouvrent sur des « lointains où se noie le regard » faisaient perdre leur prestige « à l’opéra, à la comédie, au Louvre, à Versailles. Comme tous ces laborieux artifices humains semblaient piteux face à ces panoramas ! »21 Plus que jamais, le paysage devint ainsi un lieu de projection qui satisfaisait un besoin de perception tout à fait spécifique : celui de relativiser et d’abolir limites, barrières et frontières. Le fait que l’on ait recherché, mis en œuvre et cultivé cet éclatement des frontières dans l’espace naturel était intimement lié à l’abolition, entreprise et souhaitée par la bourgeoisie dans l’espace social, de toute barrière liée au rang. Substitut de l’espace social, la nature servait ainsi implicitement de lieu de projection d’un désir d’émancipation du tiers état22.

  • 23  Cf. par exemple, Ernst Moritz Arndt, Bruchstücke einer Reise durch Frankreich im Frühling und Somm (...)
  • 24  Andreas Georg Friedrich Rebmann, Holland und Frankreich in Briefen geschrieben auf einer Reise von (...)
  • 25  Joachim Heinrich Campe, Reise durch England und Frankreich in Briefen an einen jungen Freund in De (...)
  • 26  Anonyme [ = Georg Kerner], Auszüge aus den Briefen eines Deutschen in Paris, in Frankreich im Jahr (...)

8Ce n’est néanmoins pas sur les sommets des montagnes, mais à Paris — dans cette capitale de la Révolution qui, d’un point de vue topographique comme d’un point de vue historique, ne pouvait, étant donné la succession rapide des événements, être embrassée depuis quelque hauteur — que les idéaux de liberté, d’égalité et de fraternité trouvèrent une traduction concrète. Et à mesure que le processus révolutionnaire menaçait de corrompre les idéaux égalitaires et émancipateurs originels, des voyageurs allemands à Paris, adeptes auparavant enthousiastes de la capitale, se mirent à projeter la réalisation de ces idéaux non plus dans l’espace urbain, mais à la campagne et dans la nature. Plus les observateurs abandonnaient leurs espoirs d’édification pacifique et harmonieuse d’une société bourgeoise émancipée, plus s’accroissait la distance entre les lieux où ils pouvaient encore croire entrevoir cet idéal et l’effervescence d’une capitale corrompue et incontrôlable. Les idéaux anciens se trouvèrent projetés soit dans les parcs publics des villes, lieux d’une culture des loisirs socialement perméable et affranchie de toute hiérarchie23, soit dans les faubourgs encore ruraux de la capitale24, soit dans une campagne idyllique quelque part en province25, soit enfin dans une nature libre et intacte, non encore transformée par la civilisation, et donc innocente26. Nature et paysage ne servaient plus uniquement, comme avant la Révolution, de reflet et de cadre implicite à l’espoir d’une société égalitaire, mais bel et bien de lieu concret de réalisation (ou de repli) où se rendaient les sympathisants révolutionnaires, en quête des idylliques prémices d’une Révolution qui n’était pas encore sur son déclin, puisque la population rurale pouvait précisément être comptée parmi les bénéficiaires du changement politico-social.

  • 27  Anonyme, Reisen durch den größten und wichtigsten Theil Frankreichs im dritten und vierten Jahr de (...)
  • 28  Friederike Brun, Reise von Toulouse nach Montpellier. Reise von Montpellier über Nismes nach Marse (...)
  • 29  Cf. sur ce point l’exemple rare d’un récit de voyage rédigé par un compagnon artisan : Johann Davi (...)
  • 30  Friederike Brun, Reise von Genf in das südliche Frankreich und nach Italien, Mannheim/Heidelberg, (...)

9Les observateurs sceptiques de la Révolution quant à eux tendirent très tôt déjà à dissocier totalement la sphère de la nature de celle de la société. Le rapport à la nature et au paysage, sous-tendu par le souci d’édifier une contre-culture initialement antiaristocratique et antihiérarchique, se dota chez eux, face aux bouleversements révolutionnaires, d’une dimension universelle pour servir de fondement à une critique de la civilisation. On opposait « atrocités et meurtres » à la « majesté de la nature » et l’on voyait « ce paradisiaque jardin de France (...) peuplé de démons avides de sang »27. La simple jouissance de la nature procurait à ces observateurs « les plus doux instants de calme et couvrait les atrocités d’un voile charmant ». Ce n’est que loin de la capitale révolutionnaire, « dans les vallées des Pyrénées par exemple », que ces voyageurs trouvaient « une nature d’une beauté immaculée, comparable à une vierge chaste et pure », qui permettait encore « de goûter innocemment le présent » et offrait par sa « solitude » et son « calme troublant » la possibilité de fuir les turbulences et les bouleversements du temps. « Comme le passé et l’avenir disparaissent, comme la réalité elle-même s’efface sous le voile d’une mélancolie profonde au souffle silencieux. »28 L’accélération désormais insoutenable de l’histoire se trouvait ainsi compensée par le spectacle du paysage, qui permettait de satisfaire le besoin d’arrêter le temps. De là à transcender la nature, il n’y avait qu’un pas. L’expérience religieuse naïve de la petite bourgeoisie, qui louait par exemple les Hautes-Alpes françaises comme « l’œuvre du tout-puissant »29, se transforma dans certaines couches de la bourgeoisie cultivée en un processus de resacralisation : dans le spectacle des sommets, on cherchait désormais assez consciemment à déceler, par-delà les contingences de l’espace et du temps, une permanence et une continuité que l’on ne pouvait plus distinguer dans les turbulences contemporaines d’une époque en folie. « Sortons, oh ! sortons de l’univers des hommes ! Réfugions-nous dans le giron de la nature, où l’esprit libre se meut sans entrave et retrouve dans les lois éternelles d’une inaltérable bonté Celui qui régit le monde, Celui-là même qu’il avait perdu, comme l’enfant apeuré la main de sa mère, dans le chaos sanglant d’une humanité qui se détruit elle-même ! »30

  • 31  Carl Ulysses von Salis-Marschlins, Streifereien durch den französischen Jura in den Jahren 1799 un (...)
  • 32  Philipp Joseph von Rehfues, Reise durch die südlichen, westlichen und nördlichen Provinzen von Fra (...)
  • 33  Wilhelm von Humboldt, Die Basken, oder Bemerkungen auf einer Reise durch Biscaya im Frühling des J (...)
  • 34  Carl von Clausewitz, Journal einer Reise von Soisson über Dijon nach Genf (1807), in Karl Schwartz (...)
  • 35  Cf. sur ce sujet Thomas Grosser, Der romantische Rheinmythos. Die Entdeckung einer Landschaft zwis (...)
  • 36  Friedrich Schlegel, Reise nach Frankreich (1803), ¿re F. Schlegel, Kritische Schriften und Fragmen (...)
  • 37  Joseph Görres, Resultate meiner Sendung nach Paris (1800), in J. Görres, Gesammelte Schriften, éd. (...)

10Sous une forme sécularisée, on se retirait dans une nature intacte pour prouver l’autonomie d’un individu coupé de la société, et qui, comme ce voyageur sur un sommet solitaire, pouvait constater : « Sur de sublimes hauteurs, l’âme s’échappe du monde et regarde avec mépris les sombres vallées qui s’étendent au-dessous d’elle. »31 Pour un individu qui cherchait à s’abstraire des influences extérieures, cet isolement face à une nature lavée, par le regard sur l’infini, de toute trace de civilisation — « le lointain dissimule toute marque humaine »32 — apparaissait comme le seul moyen de faire l’expérience et la preuve de son autonomie. Nature et paysage servaient ainsi de rempart et d’analogon à une ultime composante, qui résistait à tout changement : l’individualité, telle qu’elle se manifestait à la même époque dans la pensée néo-humaniste allemande. « Coupé du reste du monde, on se sent comme fermement enraciné (...), on ne peut se lasser de cette charmante solitude dans laquelle les effrayantes masses rocheuses font figure de soldats en corps serré qui veillent à ce que rien ne perturbe la paix céleste de l’univers qu’elles protègent. »33 Le spectacle d’un paysage montagneux atemporel, tel celui des Alpes françaises, suscitait ainsi chez le sujet une identité défensive, qui n’était guère plus réalisable socialement, mais, à l’époque où l’Allemagne se trouvait sous le joug de l’occupation française et voyait s’éveiller chez elle une conscience nationale, avait besoin de se conforter dans une conscience collective, lisible dans le paysage : « Qui n’éprouve pas de la fierté au spectacle de cette grande scène que le monde a dressée pour l’homme. Qui a voulu voir d’autres limites à son action que celles de ses propres forces ? (...) L’homme est le but majeur de la nature, non pas l’individu, mais les milliers de générations qui se succèdent les unes aux autres et progressent en rangs serrés dans le temps et dans l’espace. »34 Cette recherche d’une identité collective transforma le paysage en espace symbolique. Cela se manifeste dans l’exaltation romantique des régions rhénanes35, apologie clairement dirigée contre la France, qui, en quelques années et sous l’effet du nationalisme, faisait d’une contrée jusqu’alors tout à fait négligée ou, dans le meilleur des cas, considérée comme arriérée, la quintessence du paysage allemand : « Nulle part ailleurs que sur les rives du Rhin ne se réveille avec une telle force le souvenir de ce que les Allemands furent jadis et de ce qu’ils pourraient être. Le spectacle de ce fleuve majestueux ne peut que remplir un cœur allemand de mélancolie. Se frayant, titanesque, dans d’énormes cascades un chemin à travers les rochers, roulant ses puissants et larges flots à travers des bassins fertiles pour se perdre ensuite dans des plaines plus douces, il n’est que le portrait trop fidèle de notre patrie, le reflet de notre histoire et de notre caractère. »36 En tant que lieu symbolique, le paysage — chargé d’une nouvelle dimension idéologique — pouvait se trouver investi d’un caractère ontologique : il devenait un substrat, une donnée immédiate de l’expérience, la preuve apparemment tangible de la spécificité ontologique des groupes sociaux qui l’habitent. « Les vignes du Rhin et les orangers du Sud ne croissent pas sous le même soleil. La nature les a séparés, et ce que la nature veut séparer ne se laisse pas aisément réunir. »37 Pour opposer à l’accélération de l’histoire une continuité temporelle, on transformait aussi le paysage en lieu du souvenir. Longtemps encore après la prise de la Bastille et l’exécution de Louis XVI, les voyageurs allemands en France manifestèrent par là leur réaction aux bouleversements de la Révolution. Pourtant, l’importance des événements et la sécularisation qui s’ensuivit empêchèrent de revenir totalement aux modèles d’interprétation classiques. Pour des observateurs conscients des changements historiques contemporains, un retour à une théodicée naturelle n’était plus possible — bien que le besoin s’en soit fait sentir. L’immensité marine et la majesté des lointaines montagnes ne pouvait plus être naïvement conçues comme le « temple du service divin de la nature ». Les circonstances historiques révélaient l’absurdité de cette lecture hiéroglyphique du monde.

  • 38  Willibald Alexis, Wanderungen im Süden, Berlin, 1828, p. 163-165.

Lorsque des centaines de condamnés, à Paris, se rendaient à l’abattoir, lorsque les chariots s’embourbaient dans un magma de sang, lorsque les hyènes rugissaient sous la guillotine : « Dieu n’existe pas ! », où se trouvaient-ils, ces temples, pour éclairer les malheureux ? Leurs prêtres, pour réconforter et encourager les désespérés ? Un brouillard survient, et tu ne vois pas le glacier, un orage, et c’en est fini des majestueuses montagnes, un été sec et la cascade tarit. Où, où donc le malheureux doit-il alors chercher consolation ? Où l’âme doit-elle trouver le baume qui la soulagera du fouet du souvenir ? (...) Au moins (...) ces piliers de la terre, comme les colosses de Memnon au premier rayon du soleil, nous incitent-ils à louer l’inconnaissable. Ce ne sont pas simplement les images de nos rêves d’enfants, mais toute notre mélancolie qui est ici mise en éveil. Nos pressentiments prennent vie, (...) et ceux pour qui l’histoire du monde est une grande épopée se promènent, méditant gravement à l’ombre gigantesque des montagnes qui, dans leur murmure, leur racontent comment les générations de nos ancêtres vécurent jadis à leur pied38.

11Dans une période de bouleversement général, où les normes traditionnelles avaient été détruites, mais les promesses sécularisées n’avaient pas été tenues, le souci de faire du paysage une énigme traduisait la quête de nouveaux repères. La nature devenait un espace ouvert à l’interprétation, souvent réinvesti d’une dimension mythique :

  • 39  Ibid., p. 161.

Le monde ancien (...) revit là-bas dans les palais de l’aurore. Le coup de Duren-dal, lorsqu’elle fendit la brèche, résonne encore à nos oreilles dans le grand cirque du mont Perdu. Les gigantesques fantômes des paladins de Roland font encore leur ronde sur les murailles géantes et contemplent de leur hauteur la vallée de Roncevaux, et le dernier appel de l’olifant retentit encore tout au long des arêtes, depuis la Méditerranée jusqu’au golfe de Gascogne, car les romances chantent encore dans la bouche des bergers, et le souvenir sacré, mort dans tout le reste de l’Europe, vit dans les vallées des Pyrénées39.

  • 40  Pour l’augmentation des récits de voyage concernant le midi de la France, cf. Grosser, Reisen und (...)
  • 41  Johann Friedrich Raupach, Durchflug eines Humoristen durch Deutschland, die Schweiz und das südlic (...)
  • 42  Christian Friedrich Mylius, Malerische Fußreise durch das südliche Frankreich und einen Theil von (...)
  • 43  Hermann Graf von Pückler-Muskau, Jugendwanderungen. Aus meinen Tagebüchern, Stuttgart, 1835, p. 47
  • 44  August Ernst Freiherr von Steigentesch, Mitteilungen aus dem Tagebuch eines Reisenden in den Jahre (...)
  • 45  Ignaz Heinrich von Wessenberg, Reisetagebücher, ed. par Kurt Aland, Fribourg, Bâle, Vienne, 1970, (...)
  • 46  Adelbert von Bornstedt, Reise von London über Paris, Lyon, Avignon, Aix, Nizza, Turin, den Simplon (...)
  • 47  Ibid., p. 72.

12Pour la plupart des voyageurs, la fuite dans le paysage avait pour seule fonction de permettre une évasion temporaire loin des contraintes de la quotidienneté. Délaissé par les touristes anglais à l’époque des guerres révolutionnaires et du blocus continental, le midi de la France attira de plus en plus de voyageurs allemands, comme le prouve le nombre croissant de récits de voyages afférents40. Au fur et à mesure que s’assombrissait le paysage politique de leur patrie (avec le progressif déplacement de la France napoléonienne vers l’est) et que se précisait pour eux une rupture fondamentale — entre autres à cause des modifications territoriales au sein d’un Saint-Empire romain germanique qui était en train de sombrer définitivement —, une sorte de « belle résignation » poussa les voyageurs dans « le pays féerique de l’éternel printemps ». Témoins historiques « de la vanité et de l’effondrement de toute grandeur humaine », ils préféraient se transformer en touristes en quête de repos et faire du « doux farniente le principe premier de leur sagesse ». Aussi se rassuraient-ils : « Le bonheur de la vie rustique n’est pas un simple rêve de poète, l’Arcadie n’est pas seulement un monde idéal. »41 Saisis par la « nostalgie du ciel méridional », ils se perdaient, « délivrés des chaînes et des pesantes obligations de la vie bourgeoise, dans ses paradis les plus charmants, ses bosquets de lauriers, de myrrhes et d’orangers, dans les magnifiques vestiges d’un monde meilleur qui s’était éteint ici ». Ils goûtaient les « paradis situés près de la Saône, près de Montpellier, de Nice, d’Hyères, (...) les paradisiaques vallées où vivent les bergers des Pyrénées, (...) les beautés de la mer »42. Souvent, la lecture du Voyage dans les provinces méridionales de la France de Moritz August von Thümmel avait exacerbé l’impatience des voyageurs. Déçus, ils ne découvraient en Provence qu’une espèce de « lande de Lunebourg, avec une végétation un peu plus noble »43. Mais le contraste avec le climat du Nord, l’éclat des civilisations qui, pendant l’Antiquité et pendant le Moyen Age, avaient fleuri dans ces régions, et la distance qui les séparait des métropoles nerveuses du monde moderne leur conférait la plupart du temps une atmosphère agréable. Les régions méridionales, « sources d’anciennes ressouvenances » étaient plus reposantes que « les villes d’Europe neuves, brillantes et privées d’histoire »44. Les étrangers qui séjournaient en grand nombre dans les villes d’eau du sud-ouest de la France en profitaient « pour partir en excursion dans les vallées les plus charmantes des Pyrénées »45. Puisque les voyageurs percevaient désormais les paysages comme des espaces culturels pétris par l’histoire, ils intégraient et relativisaient les ruptures historiques, guidés en cela par leur propre regard esthétique : « Les ruines anciennes que l’on aperçoit au bord du chemin, les châteaux détruits pendant la première Révolution (...) confèrent au paysage un charme particulier. »46 Ce relativisme permettait de surmonter la perte des utopies et donnait au présent vécu une valeur propre dont on pouvait jouir de façon insouciante : « De nouvelles régions aux charmes méridionaux se présentent bientôt à nous. Voilà pourquoi nous laissons derrière nous les mornes images d’une société déchirée, toutes les espérances perdues de notre jeunesse pleine d’enthousiasme pour ne saisir que les charmes de l’instant. »47

  • 48  Ida von Hahn-Hahn, Reisebriefe, 2 vol. , Francfort/Main, 1846, vol. 1, p. 68, 71.
  • 49  Jacob Venedey, Das südliche Frankreich, 2 vol. , Berlin, 1841, vol. 2, p. 105.
  • 50  Ibid., p. 116-118. Pour la transformation du panorama par le tourisme, cf. aussi ibid., p. 135.
  • 51 Ibid., p. 128.

13« Déchirée », la société ne l’était pas uniquement par l’évolution politique, comme la révolution de Juillet venait à nouveau de le montrer, mais aussi par les mutations économiques désormais de plus en plus rapides et de plus en plus perceptibles qui poussaient les voyageurs à rechercher les régions épargnées, où les transformations qu’ils fuyaient venaient bientôt les rattraper. En effet, sur les hauts lieux du tourisme, sur la côte méditerranéenne par exemple, ils voyaient déjà s’élever « des hôtels garnis semblables à des casernes et uniquement construits en vue du profit », où les étrangers étaient logés « par régiments entiers ». Ainsi, après avoir effectué un confortable voyage grâce au chemin de fer, grâce donc à l’industrialisation du temps et de l’espace, les voyageurs cherchaient le vide : « Et que voit-on à la mer ? rien, à proprement parler rien du tout ! (...) C’est précisément cela ! puisqu’on ne voit rien, on peuple ce rien de ses propres images ! »48 Dans le paisible isolement des vallées pyrénéennes, « un ciel clair, bleu, ouvert, parsemé de petits nuages moutonnants » apparaît comme « un jour de fête pour l’âme humaine, qui vaut bien le sacrifice d’une année de travail, d’une vie de labeur »49. Ici, le plaisir apparemment désintéressé et reposant du panorama que les voyageurs goûtent depuis des sommets péniblement gravis (alors qu’ils avaient rejoint les villes d’eau qui se trouvent à leur pied dans de confortables diligences) est certes opposé au travail quotidien. Cependant, dans une perspective bourgeoise qui privilégie la morale de l’effort, ce plaisir n’en doit pas moins être présenté comme le fruit du travail. Le fait de pouvoir compter à tout moment sur une infrastructure touristique fiable rendait possible la jouissance de la nature, dont le caractère « sauvage » était construit et exacerbé chez le touriste par le vain désir de vivre des aventures. Dans un accès de mauvaise humeur à la vue de paysages trop fréquentés, un voyageur allemand note, réfugié sur le sommet d’une montagne : « Celui qui passerait ici en voiture, celui qui viendrait porté par des hommes ou à dos de cheval ne goûterait pas ces charmes. (...) Oui, la faim, la soif, notre corps fourbu sont indispensables pour pouvoir reconnaître Dieu dans les beautés de la nature. (...) Qu’arriverait-il, pensai-je, si un ours sortait soudain de cette belle forêt de sapins ? Ou même un, voire deux brigands ? Je puis vous assurer que cette possibilité même ne ferait qu’augmenter le plaisir du voyage. (...) La faim, la soif, la fatigue, un peu de peur, et de belles montagnes sauvages, isolées, inquiétantes — que désirer de plus ? »50 Il fallait multiplier le charme de l’étrange, de l’inhabituel, de l’inconnu. Disait-on d’une vallée qu’elle ressemblait à « une espèce de jardin anglais en plus grand », c’est qu’on la jugeait « trop ordonnée pour exprimer la puissance de la nature »51. Simultanément, le sentiment d’avoir relevé un défi sportif, mesurable, concret pouvait satisfaire la nostalgie de liberté et le désir d’un dépassement de toutes les limites, qui se manifestait dans ce regard toujours porté vers le lointain. Savourant le sommet, le regard se portait vers les vallées, et la distance entre ces deux points permettait de mesurer l’effort fourni par le voyageur, qui se soumettait ainsi à l’idée de compétition et de concurrence :

  • 52 Ibid., p. 139 sq. Parti de Bagnères-de-Bigorre, Venedey avait fait l’ascension du Casque de Lhéris (...)

Un dernier effort, et j’atteignis le sommet de la montagne. (...) La vue était magnifique. Depuis cette altitude qui est l’apanage des aigles, le regard ne rencontre aucune limite. (...) Tout cela paraissait fort beau, superbe, mais les panoramas illimités ne m’ont que rarement ému. Tout apparaissait indistinct, flou, brumeux, à la fois trop grand et trop petit. Il m’était bien plus agréable de contempler les montagnes, et cette vue me procura un vif plaisir. Mon regard était posé sur une pente longue de plusieurs centaines de pieds que j’apercevais en regardant en direction de la vallée, entre mon sommet et la montagne située en face. (...) Mon regard glissait ainsi le long des pentes, considérait un à un les petits arbres et l’ombre qu’ils projetaient, lorsque j’aperçus soudain un faucon qui traçait fièrement ses cercles dans les airs, volant à mi-hauteur entre la vallée en contrebas et le sommet sur lequel je me trouvai. Je pris conscience de mon altitude, altitude suffisante pour voir des faucons bien en dessous de moi. Ce sentiment fut le plus agréable, le plus grand sentiment de fierté que j’éprouvai ici52.

  • 53  Sur le débat qui s’est développé parmi les élèves de Joachim Ritter à propos de la thèse de la « f (...)

14Même cette forme de regard paysager — conquis, d’une certaine manière, sur le travail quotidien — est encore traversée de thèmes politiques et sociaux. On pourrait penser que l’engouement pour le paysage vient de ce qu’il permet de compenser les frustrations causées par la réalité sociale, en proposant de les surmonter par une forme de bonheur privé et limité. Le paysage étranger se chargeant de faire disparaître les défauts et les injustices de la vie quotidienne, nul besoin de les combattre chez soi sur le terrain social53. De fait, cette compensation se joue plutôt au niveau même de la perception du paysage qui, tout en apportant une forme de soulagement psychologique au sujet, permet de déplacer temporairement, de conserver et de réactiver pour les combattre la perception des défauts et des injustices de la société.

15Cette ambivalence de la fonction du paysage qui devient soit le lieu de la fuite, soit celui d’une perception divergente, complémentaire par rapport à la réalité sociale, se retrouve dans l’ambivalence du regard paysager. Même dans le regard du touriste, la beauté du paysage lue comme illustration de valeurs socialement conservatrices, telles le « sérieux », la « sérénité » et la « grandeur », pouvait être simultanément interprétée dans un sens contraire : la vue des éléments déchaînés de la nature permettait inversement de prendre conscience, dans un sens anticonservateur, de la nécessité du « combat », de la « révolte » et de l’ « audace ».

  • 54  Venedey, Das südliche Frankreich, op. cit., vol. 2, p. 219, 89 sq. (termes soulignés dans le texte (...)

Plus on s’élève, plus les arbres deviennent rares, si rares que l’on entrevoit de temps à autre le scintillement des neiges par-derrière. (...) Derrière la nature vivante et enjouée qui nous entoure, nous en pressentons une autre qui, vieille et sérieuse, agit dans la silence, enchaîne la vie, ronge les arbres, emprisonne l’eau dans la glace et l’air dans la neige. Mais l’eau et l’air s’insurgent contre cette froide et insensible tyrannie ! Et, dans cette vallée, ils y réussissent fort bien ! (...) Ici seulement je compris le cri des eaux qui se précipitent des montagnes : « Hourrah, nous sommes libres ! » s’exclament-elles, et leur clameur est répétée mille fois dans l’écho. « Libres ! » murmurent-elles dans la moindre poussière. « Là-haut règne l’esclavage, là-haut l’air est enchaîné par une législation froide, là-haut nul cœur ne bat dans le corps blanc. Oh ! Précipitons-nous vers la vallée, vers les profondeurs modestes où il nous est permis de nourrir les arbres, d’aimer les fleurs, de désaltérer les oiseaux ! Hourrah, nous sommes libres ». J’eusse aimé crier avec elles : « Hourrah, nous sommes libres ! ». Le torrent bouillonnant s’exprima cependant de la manière la plus claire, et je l’entendis s’exclamer : « Qu’y a-t-il donc ? au prix même de la vie, précipitons-nous vers la liberté ! Mourir, mais dans l’espérance de la liberté ! »54

16Au tournant du xviiie et du xixe siècle, la perception de la nature était donc confrontée aux signes annonciateurs d’une crise importante, que les contemporains cherchaient à surmonter notamment à travers le regard paysager. Dans une large mesure, la construction du paysage devait permettre au spectateur de réaffirmer et de conforter une identité qui paraissait menacée. L’importance croissante du paysage comme champ de projection subjectif le transforma en un espace ouvert à toute interprétation. Le sentiment de liberté provoqué par la vue du lointain fit progressivement place à un sentiment de fragilité qui provoquait à son tour une recherche de repères stables. Ainsi, de façon ambivalente, le regard paysager répond simultanément à un besoin de fuite vers un ailleurs et à une recherche de repères stables et clairs qui permettent de rassurer des spectateurs en quête de sens.

Haut de page

Notes

1  Article Reisen in Conversationslexicon für alle Stände, éd. par Otto Wigand, Leipzig, 1845-1852, vol. 6, p. 506-512. Ici, p. 506.

2  Pour les récits de voyages allemands en France, cf. Thomas Grosser, Reiseziel Frankreich. Deutsche Reiseliteratur vom Barock bis zur Französischen Revolution, Opladen, 1989 ; du même, Reisen und Kulturtransfer. Deutsche Frankreichreisende 1650-1850, in Transferts. Les relations interculturelles dans l’espace franco-allemand. xviiieet xixe siècles, textes réunis et présentés par Michel Espagne et Michael Werner, Paris, 1988, p. 163-228 ; du même, Der lange Abschied von der Revolution. Wahrnehmung und mentalitätsgeschichtliche Verarbeitung der (post)-revolutionä-ren Entwicklungen in den Reiseberichten deutscher Frankreichbesucher 1789-1814/1815, in Frankreich 1800. Gesellschaft, Kultur, Mentalitäten, éd. par Gudrun Gersmann et Hubertus Kohle, Stuttgart, 1990, p. 161-193 ; du même, Tour de France. Frankreich als Ziel deutscher Reisender, in Reisekultur. Von der Pilgerfahrt zum modernen Tourismus, éd. par Hermann Bausinger, Klaus Beyrer et Gottfried Korff, Munich, 1991, p. 229-236.

3  En français dans le texte (N. d. T.).

4  Cf. à ce sujet par exemple Carl Ludwig Pöllnitz, Nachrichten des Baron Carl Ludwig von Pöllnitz, Enthaltend Was Derselbe Auf seinen Reisen Besonderes anmercket (...), 4 vol. , Francfort/Main, 1735, vol. 3, p. 2 sq.

5  Sigmund von Birken, Hochfürstlicher Brandenburgischer Ulysses : oder Verlauf der Länder Reise I welche Der Durchleuchtigste Fürst und Herr /Herr Christian Ernst Marggraf zu Brandenburg (...) durch Teutschland /Frankreich /Italien und die Niederlande hochlöblichst verrichtet (...), Bayreuth, 1668, 16764, p. 242.

6  Cf. par exemple Georg von Fürst, Herrn Georgen von Fürst, eines berühmten Cavaliers aus Schlesien, Curieuse Reisen durch Europa (...), Sorau, 1739, p. 208 sq., 211 sq., 214 sq., 253 sq., 261 sq., 268 sq., 276 sq.

7  Cf. pour ce point ibid., p. 253 sq.

8  Cf. Johann Georg Sulzer, Tagebuch einer von Berlin nach den mittäglichen Ländern von Europa in den Jahren 1775 und 1776 gethanen Reise und Rückreise, Leipzig, 1780, p. 3 sq., 7, 16, 30, 42, 62, 73, 115 sq., 129, 149-151 et passim.

9  En plus du récit de voyage de Sulzer, on pourra par exemple se référer ici à : Anonyme, Briefe eines durch Elsas Reisenden, in Auswahl kleiner Reisebeschreibung und anderer statistischen und geographischen Nachrichten, vol. 2, Leipzig, 1785, p. 261-306, surtout p. 296 sq.

10  Sulzer, op. cit., p. 87 ; cf. également ibid., p. 108.

11  Cf. pour ce sujet Franz Posselt, Apodemik oder die Kunst zu reisen, 2 vol. , Leipzig, 1795, surtout vol. 1, p. 270.

12  Franz Posselt, Apodemik oder die Kunst zu reisen, op. cit., vol. 1, p. 357, 360.

13  Heinrich August Ottokar Reichard, Aus dem Tagebuche der Rückreise des Herausge-bers von Paris nach Deutschland im Sommer 1786, in Kleine Reisen. Lektüre für Reise-Dilettanten, éd. par H. A. O. Reichard, vol. 5, Berlin, 1788, p. 246-306, ici p. 305.

14  Cette réhabilitation a été notamment entreprise par des théoriciens anglais de la fin du XVIIe siècle, qui se fondaient en cela sur leurs propres expériences de voyage ; cf. Dieter Groh et Ruth Groh, Weltbild und Naturaneignung. Zur Kulturgeschichte der Natur, Francfort/Main, 1991, p. 128 sq.

15  Johann Georg Fisch, Reise durch die südlichen Provinzen von Frankreich kurz vor dem Ausbruche der Revolution, Zürich, 1790, 17952, p. 237.

16  Wilhelm Ludwig Steinbrenner, Bemerkungen auf einer Reise durch einige teutsche, Schweitzer und französische Provinzen in Briefen an einen Freund, 3 vol. , Göttingen, 1791-1792, vol. 3, p. 102 sq. Steinbrenner avait entrepris ce voyage dans les années 1786-1788, c’est-à-dire avant la Révolution.

17  Cf. pour ce point Götz Großklaus, Der Naturraum des Kulturbürgers, in G. Großklaus et Ernst Oldemeyer (éd)., Natur als Gegenwelt. Beiträge zur Kulturgeschichte der Natur, Karlsruhe, 1983, p. 169-196.

18  Heinrich Storch, Skizzen, Szenen und Bemerkungen auf einer Reise durch Frankreich gesammelt, Heidelberg, 1787, p. 122.

19  Heinrich Sander, Beschreibung seiner Reisen durch Frankreich, die Miederlande, Holland, Deutschland und Italien, 2 vol. , Leipzig, 1783-1784, vol. 1, p. 383 sq.

20  Cf. par exemple, Anonyme, Lustreise von Straßburg nach Markirch im Leberthal, in Der Bürgerfreund. Eine Straßburgische Wochenschrift, 1/1776, vol. 2, p. 425-433, 489-501, 521-532, ici p. 527 sq.

21  Anonyme, Reise nach der großen Karthause, in der Dauphiné, in Kleine Reisen. Lektüre für Reise-Dilettanten, éd. par H. A. O. Reichard, vol. 1, Berlin, 1785, p. 106-117, ici p. 106 sq.

22  Pour ce sujet, cf. Klaus Laermann, Raumerfahrung und Erfahrungsraum. Einige Überlegungen zu Reiseberichten aus Deutschland vom Ende des 18. Jahrhunderts, in Hans Joachim Piechotta (éd.), Reise und Utopie. Zur Literatur der Spätaufklärung, Francfort/Main, 1976, p. 57-97.

23  Cf. par exemple, Ernst Moritz Arndt, Bruchstücke einer Reise durch Frankreich im Frühling und Sommer 1799, 3 vol. , Leipzig, 1802-1803, vol. 3, p. 3 sq., 12 sq.

24  Andreas Georg Friedrich Rebmann, Holland und Frankreich in Briefen geschrieben auf einer Reise von der Niederelbe nach Paris im Jahr 1796 (...), 2 vol. , Upsala, [ = Altona], 1797-1798, notamment vol. 2, p. 21 sq., 104, 121 sq., 152 sq.

25  Joachim Heinrich Campe, Reise durch England und Frankreich in Briefen an einen jungen Freund in Deutschland, 2 vol. , Braunschweig, 1803, vol. 2, p. 255 sq.

26  Anonyme [ = Georg Kerner], Auszüge aus den Briefen eines Deutschen in Paris, in Frankreich im Jahre 1802. Aus den Briefen deutscher Männer in Paris. Mit Belegen, éd. par Johann Friedrich Reichardt et Peter Poel, Altona, 8/1802, vol. 1, 2e partie, p. 161-178, 3e partie, p. 243-262, 4e partie, p. 291-308. Ici, p. 161.

27  Anonyme, Reisen durch den größten und wichtigsten Theil Frankreichs im dritten und vierten Jahr der Revolution in Briefen an einen Freund in Deutschland geschrieben. Erster Theil [les autres volumes ne parurent pas], Helmstedt, 1796, p. 320 sq.

28  Friederike Brun, Reise von Toulouse nach Montpellier. Reise von Montpellier über Nismes nach Marseille. Reise von Marseille über Avignon nach Lyon. Vaucluse, in F. Brun, Prosaische Schriften, vol. 1, Zürich, 199, p. 4-142, ici, p. 160, 18, 52, 140.

29  Cf. sur ce point l’exemple rare d’un récit de voyage rédigé par un compagnon artisan : Johann David Scholtz, Meine Reise 1805-1812. Die Aufzeichnungen des Tuchscherermeisters Johann David Scholtz aus seinen Wanderjahren, éd. par Sigrid Scholtz Novak, Brème, 1993, surtout p. 84.

30  Friederike Brun, Reise von Genf in das südliche Frankreich und nach Italien, Mannheim/Heidelberg, 1816, p. 108.

31  Carl Ulysses von Salis-Marschlins, Streifereien durch den französischen Jura in den Jahren 1799 und 1800, 2 vol. , Winterthur, 1805, vol. 1, p. 100 sq.

32  Philipp Joseph von Rehfues, Reise durch die südlichen, westlichen und nördlichen Provinzen von Frankreich während der Jahre 1807-1809 und im Jahre 1815, 2 vol. , Francfort/Main, 1816, vol. 1, p. 346.

33  Wilhelm von Humboldt, Die Basken, oder Bemerkungen auf einer Reise durch Biscaya im Frühling des Jahrs 1801, in W. von Humboldt, Gesammelte Schriften, éd. par la Königliche Preussische Akademie der Wissenschaften, vol. 13, Berlin, 1916, p. 1-196, ici, p. 40. Avant son voyage au Pays basque, Humboldt, en décembre 1797 à Paris, avait établi un lien direct entre les fondements de sa philosophie de la culture et les bouleversements du moment, dont il pouvait faire l’expérience immédiate à Paris : « Lorsque tout vacille autour de nous, le seul refuge que nous puissions trouver, c’est en nous-mêmes. (...) L’homme doit se définir un but ultime auquel il doit tout subordonner et un critère absolu à partir duquel il puisse tout juger. Cela, il ne peut le trouver qu’en lui-même (...). Cela ne peut se trouver que dans la valeur intime de sa personnalité, dans sa perfection supérieure » (W. von Humboldt, Über den Geist der Menschheit, ibid., vol. 2, p. 324-334, ici, p. 324 sq.).

34  Carl von Clausewitz, Journal einer Reise von Soisson über Dijon nach Genf (1807), in Karl Schwartz, Leben des Generals von Clausewitz, Berlin, 1878, vol. 1, p. 88-110, ici, p. 94.

35  Cf. sur ce sujet Thomas Grosser, Der romantische Rheinmythos. Die Entdeckung einer Landschaft zwischen Politik und Tourismus, in Mythos Rhein. Ein Fluß in Kitsch und Kommerz, éd. par Richard W. Gassen et Bernhard Holeczek, Ludwigshafen/Rhein, 1992, p. 11-39.

36  Friedrich Schlegel, Reise nach Frankreich (1803), ¿re F. Schlegel, Kritische Schriften und Fragmente. Studienausgabe, éd. par Ernst Behler et Hans Eichner, 6 vol. , Paderborn, 1989, vol. 3, p. 1-18, ici, p. 6.

37  Joseph Görres, Resultate meiner Sendung nach Paris (1800), in J. Görres, Gesammelte Schriften, éd. par Wilhelm Schellberg, vol. 1, Cologne, 1928, p. 549-602, ici, p. 593.

38  Willibald Alexis, Wanderungen im Süden, Berlin, 1828, p. 163-165.

39  Ibid., p. 161.

40  Pour l’augmentation des récits de voyage concernant le midi de la France, cf. Grosser, Reisen und Kulturtransfer, op. cit., p. 94 sq.

41  Johann Friedrich Raupach, Durchflug eines Humoristen durch Deutschland, die Schweiz und das südliche Frankreich, Breslau, 1811, p. 3 sq., 166 sq., 375.

42  Christian Friedrich Mylius, Malerische Fußreise durch das südliche Frankreich und einen Theil von Oberitalien, 4 vol. , Karlsruhe, 1818-1819, vol. 1, p. 1, 6, 12.

43  Hermann Graf von Pückler-Muskau, Jugendwanderungen. Aus meinen Tagebüchern, Stuttgart, 1835, p. 47.

44  August Ernst Freiherr von Steigentesch, Mitteilungen aus dem Tagebuch eines Reisenden in den Jahren 1821 und 1822, Leipzig, 1824, p. 188.

45  Ignaz Heinrich von Wessenberg, Reisetagebücher, ed. par Kurt Aland, Fribourg, Bâle, Vienne, 1970, p. 377.

46  Adelbert von Bornstedt, Reise von London über Paris, Lyon, Avignon, Aix, Nizza, Turin, den Simplon und einen Theil der Schweiz. Tagebuchblätter aus dem Jahr 1834, Berlin, 1835, p. 99.

47  Ibid., p. 72.

48  Ida von Hahn-Hahn, Reisebriefe, 2 vol. , Francfort/Main, 1846, vol. 1, p. 68, 71.

49  Jacob Venedey, Das südliche Frankreich, 2 vol. , Berlin, 1841, vol. 2, p. 105.

50  Ibid., p. 116-118. Pour la transformation du panorama par le tourisme, cf. aussi ibid., p. 135.

51 Ibid., p. 128.

52 Ibid., p. 139 sq. Parti de Bagnères-de-Bigorre, Venedey avait fait l’ascension du Casque de Lhéris qui culmine à 1 600 m.

53  Sur le débat qui s’est développé parmi les élèves de Joachim Ritter à propos de la thèse de la « fonction compensatrice », cf. Groh/Groh, op. cit., p. 150-169. C’est J. Ritter qui a lancé cette thèse au début des années 60 à propos de la « construction du paysage », cf. Joachim Ritter, Landschaft, Zur Funktion des Ästhetischen in der modernen Gesellschaft, Münster, 1963.

54  Venedey, Das südliche Frankreich, op. cit., vol. 2, p. 219, 89 sq. (termes soulignés dans le texte original).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Grosser, « La perception du paysage chez les voyageurs allemands en France », Revue germanique internationale [En ligne], 7 | 1997, mis en ligne le 21 septembre 2011, consulté le 23 mars 2017. URL : http://rgi.revues.org/603

Haut de page

Auteur

Thomas Grosser

Département d’histoire, Université de Mannheim

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page