Navigation – Plan du site
Les enjeux du paysage

La tension ville/campagne dans les voyages fictifs allemands à la fin du xviiie siècle

Jean-Paul Barbe
p. 59-70

Résumés

Les occurrences de discours paysager à proprement parler sont rares dans les voyages fictifs et plus généralement dans les utopies et contre-utopies de la fin du xviiie siècle. L’auteur de l’article tente avant tout d’analyser l’espace social majoritaire qui ressort des lectures superposées du corpus. Celui-ci est constitué par des textes souvent peu accessibles et peu étudiés : Seybold : Reizenstein ; Salzmann : Carl von Carlsberg ;Stolberg : Die Insel ;Wezel : Robinson Krusoe ;Jung-Stilling : Das Heimweh ; Bahrdt : Ala Lama ; Rebmann : Briefe über Holland, etc. L’analyse part de l’affect et de l’anathème anti-urbains. La ville est l’objet, par ordre croissant, de contrôle, de limitation, d’enfermement, enfin de destruction ou/et de dilution. L’abolition de l’opposition entre ville et campagne se fait par « l’habitat sporadique ». Cet habitat se caractérise par l’accent mis sur la clôture, sous forme végétale : la haie. Corollairement, l’État utopique nouveau se retranche parfois derrière un noman’s land frontalier végétal. L’habitat urbain, de son côté, est « naturalisé » de deux manières : transposé à la campagne ou conservé dans une ville aérée par des parcs, il valorise les matériaux végétaux (par exemple le bois) et la construction individuelle simple : la hutte. L’article analyse également d’autres discours utopiques, ceux qui proposent par exemple une alternance entre l’isolement et l’agglomération ou ceux qui, dans la vision onirique du voyage aérien, permettent de réconcilier dans une perspective globalisante ville et campagne. Et bien sûr, recours ultime : l’univers de la fiction permet de dépasser le dilemme résidence primaire/résidence secondaire, grâce à la « résidence tertiaire » de l’imagination unificatrice.

Haut de page

Texte intégral

1­

Laßt uns wie die Patriarchen wohnen !
(Seybold, Reizenstein.
Die Geschichte eines deutschen Offiziers,
Leipzig, 1778-1779, II, p. 427.)
C’est dommage que le globe ne soit pas divisé en quelques milliers de petites îles, toutes inaccessibles, toutes propres à nourrir leurs habitants. La communication deviendrait alors impossible et même superflue.
(Bricaire de la Dixmérie,
Le Sauvage de Taïti aux Français,
Paris, 1790, p. 145.)

2Étudier de front la thématique du paysage dans le corpus des voyages fictifs allemands, satiriques ou utopiques, à la fin du xviiie siècle, amène vite au constat d’une assez faible fréquence des occurrences, doublée d’un caractère souvent général, abstrait et convenu, des énoncés correspondants. Ce silence relatif nous dit-il que la chose va de soi (quand la société va, le paysage suit) ou qu’elle n’est pas pertinente ? Ce qui reviendrait au même. A moins — telle sera notre hypothèse — qu’il ne soit la marque d’une aporie ou à tout le moins d’une difficulté à mettre en scène un ou des paysage(s) adéquat(s) aux utopies ou contre-utopies évoquées.

  • 1  On se reportera au corpus défini dans ma thèse d’État (3 vol. ; 2 vol. de notes ; l’index, Paris I (...)

3Nous n’avons pas voulu reprendre une réflexion déjà abondante et parfois redondante portant sur les archétypes du paysage utopique, île, vallée, oasis, grotte, etc., et valant peu ou prou pour tous les lieux et les époques ; c’est à travers une question « transversale » qu’il nous a paru opportun d’exploiter les énoncés paysagers des discours fictifs : celle de la tension entre ville et campagne. Il nous a semblé que la dynamique qu’introduisait ce type de questionnement permettait de mieux saisir la spécificité du regard, de l’imagination et de la réflexion sociales dans l’Allemagne de la fin du siècle des Lumières. Nous avons pour ce faire eu recours au corpus des voyages fictifs de langue allemande à tendance utopique ou satirique des années 1770 à 18151, sans nous interdire d’y associer des utopies pures, dénuées d’habillage narratif, comme celle de Ziegenhagen.

  • 2  H. Heidegger, Tagebuch eines unsichtbaren Reisenden, s.l. ( = Zurich), 1793, II, p. 173.
  • 3  Cf. thèse, p. 899-904 et 943-950.

4Au début de tout, il y a bien sûr, s’agissant de ce siècle, l’affect et l’anathème anti-urbains. Comme le dit H. Heidegger dans le Journal d’un Voyageur invisible : « Omne malum ex urbe. »2Comme le pratiquent aussi nombre de voyages satiriques détruisant par des phrases assassines les grandes concentrations urbaines et Paris en premier lieu3. On procédera donc — opine l’utopiste — à un remodelage du paysage.

  • 4  C. F. Bahrdt, Ala Lama, oder der König unter den Schäfern. Auch ein Goldner Spiegel, Francfort/Mai (...)
  • 5  J. F. E. Albrecht, Neueste Reisen ins fabelhafte Thierreich, Germanien ( =Gera), 1796, p. 195 ; D. (...)

5Tout d’abord par la limitation et le contrôle de la croissance de la ville ou, degré suivant, la destruction partielle et sélective du réseau urbain, c’est-à-dire, celle de la ville ou du bâtiment particuliers que sont la résidence où s’étale le luxe princier (Versailles) ou la forteresse symbole de l’arbitraire princier (la Bastille). Ainsi, s’agissant du contrôle, Bahrdt, dans son utopie Ala Lama, projette d’interdire les nouvelles constructions en ville et d’instituer une densité urbaine limite4 ; ainsi, pour les mêmes raisons, Albrecht déplace-t-il dans les campagnes en friche 500 000 Parisiens5. Et l’on sait, en matière de destruction, comment le récit fondateur de Mercier fut sur ce point prémonitoire aussi bien — matériellement — pour la Bastille que — politiquement et socialement — pour Versailles. Nos auteurs légifèrent volontiers dans ce sens, encore qu’il faille préciser que, depuis le futur utopique dont beaucoup d’entre eux, à la suite de S. Mercier, partent et parlent dans leur Zeitutopie, on ne puisse plus distinguer si les ruines versaillaises sont le fait de la destruction ou bien de l’abandon, de la désaffection. C’est ainsi qu’un anonyme bâlois de 1777, auteur de l’anticipation Das Jahr 1850, évoque les ruines de Versailles « abandonnées ».

  • 6  G. F. Rebmann, Holland und Frankreich in Briefen (...), Paris-Cologne, 1796, rééd. Berlin, 1981,p. (...)
  • 7  C. G. Salzmann, Carl von Carlsberg, oder über das menschliche Elend, Leipzig, 1783-1786, 6 vol. , (...)

6Il existe cependant des degrés plus radicaux d’extirpation du mal urbain, de la ville, de toute ville et de son esprit : c’est son enfermement, non d’en haut, comme le fait le prince avec ses barrières d’octroi ou d’accise, simple artifice fiscaliste, mais d’en bas et du dehors par tous les bons citoyens ruraux ligués contre la dépravation citadine. Du coup, à peine jetées bas les murailles médiévales pour y faire des mails et les palissades des Fermiers généraux de tous pays, on remonte des murs : ils sépareront le bien du mal, la sobriété du luxe. Ainsi, chez Rebmann dans l’utopie incluse dans les Lettres sur la Hollande et la France, les villes subsistantes dans sa France imaginée de 1895, placées en situation portuaire, deviennent autant de ghettos dorés imposés par le citoyen rural. Elles sont appelées, en français dans le texte, « Hospital des Messieurs » ; on y retient, marqués d’un signe d’infamie que les intéressés prennent pour un honneur, ceux qui ne sauraient se passer du luxe. Quand par hasard, étant soi-même bon citoyen, on se trouve avoir séjourné temporairement dans une de ces villes résiduelles, il convient au retour de subir une quarantaine morale où l’on est examiné sur le point d’une possible contamination morale par le luxe de la ville6. Et cet enfermement de la ville vaut même pour les métropoles abandonnées, comme en 1788 chez Salzmann, dans un grand succès de librairie de l’époque Carl von Carlsberg, où l’on ménage autour de chaque capitale délaissée par ses habitants un espace interdit de 200 stades complété par une clôture « afin que personne ne s’approchât et ne pût voir les vestiges des folies de la raison humaine »7.

De la réclusion a la séclusion

7Le degré suivant est l’absence totale de toute ville par destruction ou dilution dans l’ensemble du paysage. Ceci est obtenu par la suppression de toute relation commerciale à longue distance, en particulier avec l’étranger, et l’institution — allant de pair — d’une sorte d’autoréclusion, de séclusion : il s’agit de s’ériger en ghetto. Ainsi Reizenstein, le héros du premier roman utopique de Seybold, prévoit-il sur les terres américaines, où cela est plus facile qu’en Europe, de supprimer toutes frontières intérieures entre classes comme entre ville et campagne, en détruisant la ville :

  • 8  D. C. Seybold, Reizenstein. Die Geschichte eines deutschen Offiziers, Leipzig, 1778-1779, 2 vol. , (...)

— Comment, plus de Philadelphie, de Boston ? ces splendides cités qui surpassaient bon nombre de leurs sœurs d’Europe, auraient...
— disparu. Nous les avons rasées jusqu’à la dernière pierre8.

  • 9   C. G. Salzmann, Carlsberg (...), II, p. 226.

8Nombre de textes vont dans le même sens. Citons Salzmann : « Paris et ses sœurs furent transformées en désert et devinrent le séjour des chouettes et des butors. »9 Et pour faire bonne mesure, ce ne sont pas seulement les villes, mais aussi les villages, porteurs potentiels des mêmes maux sociaux, qui sont supprimés. Ainsi chez Seybold :

  • 10  D. C. Seybold, Reizenstein (...), II, p. 408.

Notre habitat est, comme vous le voyez, sporadique. Chaque cabane est entourée d’autant de champs qu’une famille peut à peu près en cultiver. Nous n’avons ni villes ni villages.10

  • 11  H. Jung-Stilling, Das Heimweh, Marburg, 1794-1795, in Johann Heinrich Jung, gennant Stilling, Sämm (...)
  • 12  F. H. Ziegenhagen, Lehre vom richtigen Verhältnis zu den Schöpfungswerken, Hambourg, 1792, p. 99.
  • 13  H. Jung-Stilling, Morgenthau, in Sämmtliche Werke, IX, p. 5.

9Cette même préoccupation se retrouve chez d’autres auteurs. Ainsi Jung-Stilling prescrit-il l’habitat dispersé, l’inverse — la promiscuité (Die Zusammenwohnung) — engendrant tous les vices11. Et même ceux qui conservent une vision communautaire, tel Ziegenhagen dans son utopie Vom richtigen Verhältnis, l’aèrent en conséquence : « Ici, les gens vivent plus séparément et leurs occupations ne se touchent et ne se pressent point comme elles le font dans la cohue de la ville. »12 La forme concrète de la volonté de séclusion est la clôture que l’on veut naturelle. Le mur est remplacé par la haie et le fossé. C’est, adapté à la propriété privée, l’équivalent des fameuses « frontières naturelles ». On verra ainsi Jung-Stilling dans le roman Morgenthau stipuler que chaque colon recevra « une parcelle d’un seul tenant de 30 arpents qu’il entourera d’un fossé de quatre pieds de largeur et quatre de profondeur, d’un talus et d’une haie d’aubépine »13.

10Ces frontières dans le groupe et entre groupes peuvent être analysées comme le correspondant littéraire d’un mouvement d’opinion qui tend à prôner l’amélioration et l’intensification de l’agriculture par division de la grosse propriété foncière (Zerschlagung der Güter) ou remembrement de la propriété existante (Abbau) et, corollairement, l’établissement de nouvelles exploitations individuelles hors village (Vereinödung, ce que dans le très moderne remembrement rural d’après la seconde guerre mondiale, on appelle Aussiedlung). L’idéal serait sans doute les Einödhöfe qui existent alors dans le Sud, ainsi dans la région de Kempten, ou les fermes isolées du Hanovre ou du Schleswig-Holstein, et qui sont l’image même de l’autosuffisance. On a là une rupture par rapport au communautarisme agricole qui avait été une constante du discours utopique classique (et dont la version moderniste était la concentration foncière prônée par les physiocrates). Ici, la meilleure répartition sociale sinon économique, qu’elle se fasse par consensus, persuasion éclairée ou violence révolutionnaire, est fondée sur la petite propriété avec la ferme au centre, la Blockflur. On songera au partage de la France dans l’esprit des Gracques tel que le propage un temps le radicalisme révolutionnaire français.

  • 14  G. F. Rebmann, Kosmopolitische Wanderungen durch einen Theil Deutschlands, Leipzig, 1793, rééd. Fr (...)

11Quant à la prolifération du discours « urbicide », elle nous renvoie à des phénomènes bien réels, tels que l’ampleur au xviiie siècle des opérations d’urbanisme radical entraînant des destructions systématiques dans le tissu urbain ancien, accompagnées d’un discours où la spéculation foncière se cache souvent sous une argumentation éclairée et médicale (au nom de « l’aérisme », on perce et on taille dans la vieille cité, lieu de tous les troubles moraux et physiques). Les utopistes allemands peuvent aussi s’autoriser de la mode élégiaque de la ruine, avec le succès de l’ouvrage de Rebmann qui esquisse une vision de Berlin future Palmyre14. Et dans le domaine pictural, on pense immédiatement à Hubert Robert, avec en 1799 son anticipante Vue imaginaire de la Grande Galerie du Louvre en ruines. Présent dans toute l’Europe, ce discours urbicide est particulièrement renforcé en Allemagne, où la peur et le dégoût des métropoles — par la force des choses le plus souvent étrangères : Paris, Londres, Amsterdam, mais aussi Vienne — s’accompagne souvent d’une argumentation en faveur de la dispersion d’unités de petite taille au sein de l’État, comme il en va des parties souveraines du Saint-Empire.

  • 15  C. F. Bahrdt, Ala Lama, II, p. 242.

12L’État qui prône la séclusion d’État, cet État qui tend à devenir d’ailleurs non-État, à se supprimer, décide cependant de s’entourer auparavant d’un no man’s land fait d’abattis et fourrés infranchissables : une gigantesque « haie d’État ». C’est le cas chez Bahrdt, ce l’est encore plus nettement chez Seybold. Chez le premier, partout où, aux frontières de l’État idéal d’Ala Lama, il n’y a ni montagne infranchissable, ni cours d’eau, ni désert, il convient de réserver « une bande de terrain d’une demie lieue de large, de la vider des sujets qui y habitent, d’y semer des plantes formant fourré et de la jalonner de fosses et chausse-trappes »15. Quant au héros de Seybold, il est confiant :

  • 16  D. C. Seybold, Reizenstein, II, p. 247.

Où un ennemi nous attaquerait-il ? Tous nos ports sont comblés et nos côtes, au demeurant fort basses, ont été par nos soins complantées d’hibiscus (sic), de bambous, d’épineux et autres arbres en rangs si serrés que sur une lieue de profondeur à partir de la côte règne une jungle impénétrable, à laquelle vient s’ajouter un fossé rempli d’eau de cinquante pieds de large. De la même manière nous nous sommes prémunis de toute attaque qui pourrait venir de la terre ferme, c’est-à-dire du Canada et de la Louisiane, par des fossés encore plus larges et une jungle de quatre lieues de large16.

13On voit que l’originalité de rêveurs ultérieurs, tels que Jahn voulant protéger l’Allemagne d’après la victoire du danger français par une impénétrable forêt de sapins germaniques, ou même celle de réalisations interallemandes plus récentes, n’est que toute relative. Ces oukases utopiques ne font en fait que reprendre, pour la transformer à leur avantage, une dimension essentielle de la seconde moitié du xviiie siècle : la clôture ville-campagne. La généralisation du régime de l’accise ou de l’octroi suppose une fermeture hermétique des villes face au plat pays. Si le xviiie siècle, en de nombreux endroits, est l’époque où l’on met bas les remparts, c’est aussi celui où l’on n’a qu’une hâte, c’est d’y dresser la palissade de bois qui impose de passer par le contrôle de la porte de la ville (d’où l’abondance des occurrences am Tor et Torschreiber). Quoi de plus simple que d’en inverser le sens et de gouverner à partir du plat pays, celui où règne la vertu des besoins incompressibles, définis par le pouvoir d’Etat. Ainsi, le décret prussien de 1787 stipulant que seuls peuvent être pratiqués dans les villages les quatre métiers artisanaux fondamentaux : charron, charpentier, forgeron et tailleur. Réduction à fort goût d’utopie. Isolons-nous de la ville et de l’étranger dans un même mouvement.

14Ajoutons trois autres éléments qui peuvent expliquer le succès d’un tel rêve, spécialement en monde allemand :

— La reprise de la vieille opposition qu’on trouve chez Tacite entre les Romains, décadents qui vivent de manière agglomérée, et les vertueux Germains, qui vivent chacun pour soi et chez soi. Rappelons-en les termes :

  • 17  Tacite, De Germania, 16e rééd. Gölzer, Paris, 1904, p. 22.

Nullas Germanorum populis urbes habitari satis notum est, ne pati quidem inter se junctas sedes. Colunt discreti ac diversi, ut fons, ut campus, ut nemus placuit. Vicos locant non in nostrum morem conexis et cohaerentibus aedifïciis : suam quisque domum spatio circumdat, sive adversus casus ignis remedium sive inscitia aedificandi17.

  • 18  D. C. Seybold, Reizenstein, II, p. 427.
  • 19  D’Holbach, Éthocratie, Amsterdam, 1777, p. 265.

— Reprise renforcée d’une image biblique vétérotestamentaire lancinante, celle des patriarches, qu’on se représente volontiers, dans l’ambiguïté du terme de Hütte — à la fois tente et cabane —, comme encore nomades et déjà sédentaires, mais toujours maîtres chez eux, donc sans voisins : « Habitons tels les Patriarches », dit Seybold18, et diront beaucoup d’autres.
— Mais plus fondamentalement peut-être, la recomposition de la réflexion rousseauiste sur l’origine de la société telle qu’on la trouve par exemple chez Seybold. Ce n’est pas en effet tant la clôture du bien individuel qui marque et stigmatise le mal social et la décadence que le rapprochement spatial des biens, leur « confinement ». Il faut du vide entre les individus et entre leurs biens, au moins des clôtures. A défaut du Bien, à chacun son bien, et une clôture entre nos biens. On pourra rapprocher cela du dénigrement de la sociabilité par d’Holbach dans l’Éthocratie : « Il ne faut pas se séparer des hommes, mais il ne faut pas les voir trop souvent. »19 Aussi ne sera-t-on pas étonné de trouver sous la plume de Seybold une phrase qui rappelle, en le modifiant, le jugement célèbre de Rousseau :

  • 20  D. C. Seybold, Reizenstein, II, p. 414.

Le premier qui construisit une cabane près de la cabane de son ami est certes le fondateur des sociétés humaines (...). Mais cela a eu pour conséquence de propager les troubles parmi les hommes et il est par conséquent l’auteur de l’indescriptible misère qui pèse sur l’humanité depuis des siècles20.

15Ce n’est pas la clôture (comme chez Rousseau) qui est le mal en soi, mais le rapprochement ou le contact des biens et la confusion des limites, comme si la mitoyenneté appelait la mixité. L’espacement est là aussi important que l’égalitarisme. D’ailleurs, qui s’espace ainsi se retire en même temps du domaine de la comparaison des pouvoirs et richesses de chacun. Peu importe l’inégalité quand on est incommensurable. En conséquence de quoi, il n’y aura pas de propriété, de travail ou d’habitat en commun dans l’immense majorité de notre corpus, à une exception près, mais entourée de clauses restrictives, celle de Ziegenhagen.

De la ville atomisée a la maison naturalisée

16La ferme isolée qui revient sous toutes les plumes est une Hütte. Ce mot est peut-être celui, hors du domaine de la description des sentiments, qui a la charge la plus forte à l’époque. Hütte est bien plus que la hutte. Ce terme est au croisement de plusieurs traditions et à l’intersection de plusieurs sens. Biblique à un double titre, à la fois comme attribut des patriarches, intermédiaire entre la tente du nomadisme et la maison en dur du sédentaire, mais aussi comme lieu du sacré avec l’arche d’alliance ou Stiftshütte. Exotique à un double sens aussi, à la fois comme « cabane » de Robinson et comme « paillotte », tahitienne ou non, du « bon sauvage ». Social, enfin, quand il désigne l’habitat rural européen idyllisé par la bourgeoisie ou même récupéré par le discours plébéien urbain : le cottage anglais, la « chaumière » française, celle à qui on offrira la paix pour mieux faire la guerre aux palais, dans une tradition bien connue, de Chamfort à Büchner, et après.

  • 21  Wieland, « Die Republik des Diogenes » constitue le chapitre 38 de Sokrates Mainomenos oder die Di (...)
  • 22  H. Jung-Stilling, Das Heimweh, Sämmtliche Werke, V, p. 31-32.

17Le corollaire de la hutte est l’emploi fréquent et valorisé du bois comme matériau de l’habitat. Chez Wieland, dans « Die Republik des Diogenes »21, les cabanes sont construites en bon bois de cèdre (le cèdre étant symbole de force et de durée dans la Bible ; on le trouvait déjà comme matériau de la litière où Bacon transportait ses savants). Chez Stolberg, on utilisera le squelette du bateau qui a amené les colons. Chez Jung-Stilling, « tous les bâtiments furent exécutés en un beau bois particulièrement résistant au temps et presque imputrescible (...) »22. La pierre, à l’inverse, sera dévalorisée, symbole des clôtures non désirées, des prisons, des murailles médiévales. D’ailleurs, les immeubles urbains sont souvent qualifiés de grottes, de cavernes, tandis que le bois rattache à la vie, une vie figée, contrôlée. L’idéal étant peut-être la confusion totale entre la construction et la croissance, la cohésion d’une vannerie naturelle et pourtant provoquée. Écoutons Knigge :

  • 23  A. Freiherr von Knigge, Geschichte Peter Clausens von dem Verfasser des Romans meines Lebens, Riga (...)

Les huttes étaient construites avec une extrême simplicité — mais, que dis-je là, construites — étaient plantées, faites des plus beaux arbres pleins de fleurs, dont les rameaux entrecroisés s’interpénétraient23.

  • 24  Marc-Antoine Laugier, Traité d’architecture, Paris, 1753. Frontispice : « La hutte primitive, orig (...)

18On aura reconnu les rêves et réflexions des architectes et dessinateurs de l’époque sur l’origine de l’art, les cathédrales gothiques nées des forêts, etc.24 — et compris qu’est accordée au végétal l’interpénétration, ce qui est refusé au social. Les maisons sont étonnamment vides à l’intérieur, quelquefois réellement, ainsi le chalet suisse de Geiger ou de Riesbeck. Mais jamais on n’omet de parler du jardin attenant. Et même les futurs guerriers de Dya-na-Sore chez Meyern — ceux-là même qui ont fait dire un peu rapidement, peut-être, à Arno Schmidt qu’il y avait dans leur prytanée l’amorce des Ordensburgen des SS — cultivent chacun leur petit jardin individuel.

  • 25  D. G. Mehring, Das Jahr 2500 oder der Traum Alradi’s, Berlin, 1794-1795, 2 vol. , II, p. 13-19.

19Parallèlement à cette profusion de huttes de toutes sortes, on assiste à une mise en place, dans la ville renouvelée ou diluée, d’espaces publics naturels : le parc ou ses succédanés. La ville paysagère est en effet la représentation idéale de nombre de nos auteurs, qui sont en ceci à l’unisson des grands écrivains et architectes français ou britanniques de la même époque. On citera ici l’œuvre la plus parlante, celle de Mehring, Das Jahr 2500, parue en 179525. On nous y prodigue des détails caractéristiques sur la ville-jardin. Non seulement chaque maison individuelle a son jardin, mais chaque carrefour son square où les enfants jouent et les adultes font la sieste. Des artères, disposées en symétrie radiale, conduisent à une Grand’Place, qui est en fait un parc, lieu de rassemblement des citoyens, le soir, à la fois pour des exercices sportifs et la communication sociale, dirions-nous.

20Ce parc urbain est, on l’imagine pour avoir vu Ledoux ou ses adeptes, parsemé d’édifices, temples, statues, musées et possède même un centre de recherche en arts et sciences installé au milieu d’un jardin d’agrément, reprenant, palmiers en plus, l’idée de Mercier qui, dans son Paris de 2440, réservait déjà aux intellectuels en recherche la butte Montmartre. Dans l’ensemble du corpus, le bâtiment omniprésent est le grenier public, marque de fabrique de l’Utopie. Beaucoup de textes — signe de germanité ? — y ajoutent une bibliothèque. Mais d’une manière générale, et conformément à cette tendance à la dispersion, le nombre des bâtiments est très limité. Chez Seybold, on aura des Bethäuser à une heure de distance les unes des autres, chez Jung-Stilling une église par village, chez Stolberg un cimetière et un terrain de sports se faisant face. Il va aussi de soi que chez la plupart des auteurs, le meilleur temple est celui de la nature et qu’on adorera donc Dieu partout. Les bosquets initiatiques seront tout aussi présents. Il est à peine besoin de rappeler à quel point ce discours est produit en parallèle avec le développement des nouveaux parcs : Wörlitz, son labyrinthe initiatique et son île d’Ermenonville, Seyfersdorf et la cabane de Pythagore, etc.

21L’extension ultime est la ville qui se fond dans la campagne et l’État. Rousseau l’avait déjà décrit pour la Suisse dans la « Septième Promenade » :

  • 26  J.-J. Rousseau, Rêveries du promeneur solitaire, rééd. Paris, 1977, p. 134.

La Suisse entière n’est pour ainsi dire qu’une grande ville dont les rues, larges et longues plus que celle de Saint-Antoine, sont semées de forêts, coupées de montagnes, et dont les maisons éparses et isolées ne communiquent entre elles que par des jardins anglais26.

22A sa suite, Pfeil, dans sa « Nouvelle Felsenburg » de 1787, évoque une ville unique :

  • 27  J. G. B. Pfeil, Die glückliche Insel oder Beytrag zu des Capitain Cooks neuesten Entdeckungen in d (...)

A vrai dire, l’ensemble ne représente qu’une seule et même ville (...). Aucune maison n’est mitoyenne, elles sont séparées les unes des autres par des jardins, des champs, des prairies, et l’on ne peut faire cent pas sans rencontrer une maison. On n’y constaterait presque pas de différences entre villes et villages, si l’on ne voyait à la façon dont ils sont disposés que les derniers sont plutôt voués à l’agriculture, les premières plutôt aux métiers urbains27.

23L’habitat que Seybold appelait « sporadique », l’espacement généralisé trouve ainsi sa traduction à la fois dans la maison naturalisée et dans une nature très faiblement urbanisée. On sait là aussi comment s’est développée au xviiie siècle la popularisation de la « maison autre », proche de la Nature. Ce processus a été à la fois provoqué par l’appropriation foncière des terres et des demeures nobles par la bourgeoisie — suivie, en fin de siècle, par les progrès du faire-valoir direct —, et commandé par l’urbanisation et le désir de loisirs de plein air. Ce sont les quartiers d’été de la noblesse et de la grande bourgeoisie, manoirs, « folies », mais aussi la bergerie de Marie-Antoinette, le Gartenhaus de Goethe ; ce sont les innombrables cabinets de verdure, pergolas, treilles, charmilles qui fleurissent dans la réalité comme dans les décors romanesques. Ces Lauben renvoient, en allemand plus qu’ailleurs, à la Laube biblique avec sa Laubenhüttenfest, le souvenir diffusé partout, en monde protestant et sacralisé, d’un nomadisme ancien, enrichi et laïcisé par l’expérience de l’intimité et de la sociabilité culturelles modernes dans un cadre censé être naturel. S’y conjuguent la confusion du privé et du public, du jeu et du sérieux des passions, la confusion des sexes ainsi que celle de l’amitié et de l’amour.

24Tel est le tableau cent fois peint dans le paysage rêvé, mais au fond, on le voit bien, et quelquefois à l’insu des auteurs, l’alternative proposée : hutte au lieu de la maison citadine fait le plus souvent place à une autre situation, celle de l’alternance. Il y a dans toute la littérature (et les comportements sociaux correspondants) de la fin du xviiie siècle un désir généralisé d’alterner entre site urbain et site rural, d’être soi-même la résolution de la contradiction en la vivant. Prenons le Robinson de Wezel : il découvre loin des côtes de son île une Tempé idéale ; il ne peut longtemps résister « au désir violent de s’y construire une demeure ». Mais les remords commencent bientôt :

Quand il considérait qu’il y serait enserré entre forêt et montagne (...), il ne pouvait se décider à se séparer de son présent séjour. Mais abandonner totalement la jouissance d’un endroit aussi charmant lui était aussi difficile. Après maintes hésitations, il trouva une issue qui satisfit tous ses vœux : il se construisit dans cette agréable plaine une résidence d’été.

  • 28  J. K. Wezel, Robinson, neu bearbeitet, Leipzig, 1779-1780, 2 vol. , rééd. A. Klingenberg, Berlin, (...)

25« Et le roi de Naples, poursuit Wezel, ne peut pas avoir eu plus de plaisir à son nouveau palais de marbre que notre bon aventurier. »28

  • 29  C. I. Geiger, Reise eines Erdbewohners in den Mars, Philadelphia ( = Leipzig), 1790, rééd. J. Herm (...)

26Mais si l’on n’a pas le premier thaler pour se construire deux maisons, même pas pour ces substituts que sont le Gartenhaus ou la promenade dominicale à l’auberge située en banlieue, hors des taxes de l’accise, en pays de libre satisfaction des petits désirs ? On rêve, par exemple d’un nomadisme utopique qui permet la promiscuitas interrupta, la Zeitehe si souhaitée par ailleurs par certains de nos auteurs. Ce seront alors les « maisons mobiles » (bewegliche Häuser) imaginées par C. Geiger dans les Voyages d’un Terrien sur Mars29. Ces mobilhomes de 1790 vont de pair avec un certain « échangisme » : les maisons, mobiles, sont en outre ouvertes à tous. On est là bien loin de la situation utopique classique où l’on est tenu de changer de logement tous les dix ans pour ne pas contracter d’habitudes de propriétaire. Même idée, mais plus contrôlée, chez Meyern dans Dya-Na-Sore avec les « maisons de rencontre » ou chez Zschokke dans Les Frères Noirs avec la « fête de l’humanité », où tous doivent se mêler, en dehors de leurs liens habituels. On trouvera peut-être une dérision de ce nomadisme dans la capitale mobile de Nikolopolis dans La Comète de Jean Paul.

27Mais il y a peut-être encore une autre, une ultime possibilité imaginative de dépasser l’alternative et même l’alternance, c’est le voyage aérien, fort utilisé en Utopie 1800. La vision d’en haut réunit dans un même regard la ville et la campagne dans la globalisation du Weltdorf, si présent chez Jean Paul par exemple. Mais bien entendu la nacelle de l’aéronaute est elle-même Luftschloß, Néphélococcygie. Où l’on rejoint le livre. C’est encore en lui que se résout le mieux la contradiction : on y passera constamment de la ville à la campagne et vice versa.

  • 30  F. Schiller, Das Eleusische Fest, in Schiller, Gedankenlyrik/Poèmes philosophiques, traduits par R (...)

28Revenons sur terre pour conclure. Notre corpus se caractérise par une pulsion patriarcale, ruraliste et égalitaire qui craint les contacts (Berührungsangst) et modèle le paysage en conséquence. Et cette tendance est sans doute plus marquée que dans la France de la même époque, ou plutôt, puisque la France est occupée à la Révolution et n’écrit plus d’utopies, dans la France des décennies précédentes, celle de Morelly, Rétif et Mercier. Mais il ne faudrait pas en conclure que c’est là un discours dominant, même si la tentation est grande de voir dans cet isolement choisi l’équivalent du travail solitaire de l’intellectuel allemand tel que le dépeint Mme de Staël, soit : le cabinet contre le salon. En réalité, le classicisme allemand chante au contraire les liens et la sociabilité et célèbre, avec Schiller dans La Fête d’Eleusis, Cérès « qui associa l’homme à l’homme »30. A côté du discours économique — où l’éloge de la ferme isolée hanovrienne, tel qu’on le rencontre chez J. Möser, est combattu par les tenants du libre-échange et de la division du travail (comme Iselin déclarant que « l’homme ne saurait être heureux sans l’homme ») —, il existe enfin un discours littéraire antiutopique et antirousseauiste bien représenté, comme dans les anonymes Nouvelles Lettres persanes de 1787, dont voici un extrait caractéristique :

  • 31 Abdul Erzerums Neue Persische Briefe, Wien-Leipzig, 1787, p. 150.

Nos nouveaux philosophes sont en tout point contre les sociétés populeuses (...). Il est vrai que l’humanité frémit lorsqu’on considère les grandes villes sous leur aspect négatif. Mais qu’un de ces messieurs qui ont tant à faire avec leurs châteaux en Espagne s’attelle donc à résoudre ce problème : comment rapetisser Paris, Londres ou Vienne sans ébranler tout l’État et sans rendre malheureux une grande partie des véritables habitants de ces villes31.

29Le vrai philosophe, lui, à l’instar de Faustin, héros du roman engagé joséphien de Pezzl, choisit le paysage urbain. Les tribulations du récit se terminent ainsi non dans le jardin de Candide, mais dans l’Augarten à Vienne, cette métropole où

  • 32  J. Pezzl, Faustin oder das philosophische Jahrhundert, s.l., 1783, p. 282.

les deux amis ont décidé de couler le reste de leurs jours. Ils trouvent que Mercier dit vrai lorsqu’il affirme que les grandes villes sont le séjour convenant au vrai philosophe, parce que les scènes qui par milliers s’y succèdent donnent plus de nourriture à son esprit d’observation, parce que, perdu dans la cohue, il y vit dans une moindre contrainte, parce qu’il trouve dans l’infinie confusion de toutes les conditions plus d’égalité, parce qu’il se choisit son propre monde (...)32.

30Au patriarche a succédé l’individu dans les paysages changeants de son quant à soi. D’ailleurs, au fond, les décors fantasmes de l’isolement patriarcal n’étaient sans doute déjà que l’expression de l’individualisme familial moderne, tel que le décrit, pour le regretter, Tocqueville :

  • 33  A. de Tocqueville, De la démocratie en Amérique. Les grands thèmes, éd. J-P. Mayer, Paris, 1968, p (...)

L’individualisme est un sentiment réfléchi et paisible qui dispose chaque citoyen à s’isoler de la masse de ses semblables et à se retirer à l’écart avec sa famille et ses amis, de telle sorte que, après s’être ainsi créé une petite société à son usage, il abandonne volontiers la grande société à elle-même33.

31Les voyages fictifs des Allemands à l’orée du xixe siècle expriment en le spatialisant ce désir fort de différentialisme social.

Haut de page

Notes

1  On se reportera au corpus défini dans ma thèse d’État (3 vol. ; 2 vol. de notes ; l’index, Paris IV-Sorbonne, 1981, éd. microfiches, Lille, 1982) et en particulier au volume d’annexes, p. 15 à 80 : « Essai d’inventaire des voyages fictifs à caractère satirique et utopique de 1770 à 1815. » Ces ouvrages sont pour la plupart d’un accès difficile et souvent conservés en un seul exemplaire. On a cité dans les rééditions chaque fois que possible. Les traductions, sauf indication contraire, ont été effectuées par l’auteur de la contribution.

2  H. Heidegger, Tagebuch eines unsichtbaren Reisenden, s.l. ( = Zurich), 1793, II, p. 173.

3  Cf. thèse, p. 899-904 et 943-950.

4  C. F. Bahrdt, Ala Lama, oder der König unter den Schäfern. Auch ein Goldner Spiegel, Francfort/Main-Leipzig ( = Halle), 1790, II, p. 242.

5  J. F. E. Albrecht, Neueste Reisen ins fabelhafte Thierreich, Germanien ( =Gera), 1796, p. 195 ; D. Seybold, Lucians neueste Reisen, Alethopel ( = Reutlingen), 1791, p. 112-113.

6  G. F. Rebmann, Holland und Frankreich in Briefen (...), Paris-Cologne, 1796, rééd. Berlin, 1981,p. 112-113.

7  C. G. Salzmann, Carl von Carlsberg, oder über das menschliche Elend, Leipzig, 1783-1786, 6 vol. , II, p. 226.

8  D. C. Seybold, Reizenstein. Die Geschichte eines deutschen Offiziers, Leipzig, 1778-1779, 2 vol. , II, p. 408.

9   C. G. Salzmann, Carlsberg (...), II, p. 226.

10  D. C. Seybold, Reizenstein (...), II, p. 408.

11  H. Jung-Stilling, Das Heimweh, Marburg, 1794-1795, in Johann Heinrich Jung, gennant Stilling, Sämmtliche Werke, Stuttgart, 1841-1842, V, p. 24.

12  F. H. Ziegenhagen, Lehre vom richtigen Verhältnis zu den Schöpfungswerken, Hambourg, 1792, p. 99.

13  H. Jung-Stilling, Morgenthau, in Sämmtliche Werke, IX, p. 5.

14  G. F. Rebmann, Kosmopolitische Wanderungen durch einen Theil Deutschlands, Leipzig, 1793, rééd. Francfort/Main, 1968, p. 84.

15  C. F. Bahrdt, Ala Lama, II, p. 242.

16  D. C. Seybold, Reizenstein, II, p. 247.

17  Tacite, De Germania, 16e rééd. Gölzer, Paris, 1904, p. 22.

18  D. C. Seybold, Reizenstein, II, p. 427.

19  D’Holbach, Éthocratie, Amsterdam, 1777, p. 265.

20  D. C. Seybold, Reizenstein, II, p. 414.

21  Wieland, « Die Republik des Diogenes » constitue le chapitre 38 de Sokrates Mainomenos oder die Dialogen des Diogenes von Sinope, Leipzig, 1770. Nous citons d’après la réédition des Werke, Hambourg, 1962, vol. 4, p. 105.

22  H. Jung-Stilling, Das Heimweh, Sämmtliche Werke, V, p. 31-32.

23  A. Freiherr von Knigge, Geschichte Peter Clausens von dem Verfasser des Romans meines Lebens, Riga-Francfort/Main, 1783-1785, 3 vol. , rééd. partielle in Hedwig Voegt, Der Traum des Herrn Brick, Berlin, 1968, p. 59.

24  Marc-Antoine Laugier, Traité d’architecture, Paris, 1753. Frontispice : « La hutte primitive, origine de l’art de bâtir. »

25  D. G. Mehring, Das Jahr 2500 oder der Traum Alradi’s, Berlin, 1794-1795, 2 vol. , II, p. 13-19.

26  J.-J. Rousseau, Rêveries du promeneur solitaire, rééd. Paris, 1977, p. 134.

27  J. G. B. Pfeil, Die glückliche Insel oder Beytrag zu des Capitain Cooks neuesten Entdeckungen in der Südsee (...), Leipzig, 1781, p. 91.

28  J. K. Wezel, Robinson, neu bearbeitet, Leipzig, 1779-1780, 2 vol. , rééd. A. Klingenberg, Berlin, 1980, p. 62-63.

29  C. I. Geiger, Reise eines Erdbewohners in den Mars, Philadelphia ( = Leipzig), 1790, rééd. J. Hermand, 1967, p. 9-11.

30  F. Schiller, Das Eleusische Fest, in Schiller, Gedankenlyrik/Poèmes philosophiques, traduits par R. d’Harcourt, Paris, Aubier, 1954, p. 230 : « (...) elle ( = Cérès) qui adoucit les mœurs sauvages, /Associa l’homme à l’homme/Et en stables et paisibles chaumières/Changea la tente mobile. »

31 Abdul Erzerums Neue Persische Briefe, Wien-Leipzig, 1787, p. 150.

32  J. Pezzl, Faustin oder das philosophische Jahrhundert, s.l., 1783, p. 282.

33  A. de Tocqueville, De la démocratie en Amérique. Les grands thèmes, éd. J-P. Mayer, Paris, 1968, p. 242.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Paul Barbe, « La tension ville/campagne dans les voyages fictifs allemands à la fin du xviiie siècle », Revue germanique internationale [En ligne], 7 | 1997, mis en ligne le 26 septembre 2011, consulté le 23 mars 2017. URL : http://rgi.revues.org/607

Haut de page

Auteur

Jean-Paul Barbe

Professeur à l’Université de Nantes, département d’études germaniques

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page