Navigation – Plan du site
Les enjeux du paysage

La conversion à l’époque carolingienne1

Raffaele Savigni

Résumés

À l’époque carolingienne, la conversion des peuples est surtout un phénomène collectif d’adhésion à un système politique et culturel, lié à l’initiative politique et militaire des souverains francs et des missionnaires envoyés par eux (comme Anschaire), parfois en compétition avec l’Empire byzantin (comme dans l’espace bulgare). Mais on entrevoit aussi quelques expériences personnelles de conversion intérieure, comme la conversion au judaïsme en 838‑830 du diacre Bodo, lié à la cour de Louis le Pieux, ainsi que le martyre volontaire de plusieurs chrétiens espagnols, qui peut être envisagé comme une réponse polémique et un défi au processus d’islamisation culturelle de la société mozarabe.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Je remercie Mme Isabelle Fabre, qui a relu et amélioré mon texte français.
  • 2  C. Ginzburg, « La conversione degli Ebrei di Minorca (417‑418) », Quaderni storici, n. 79, XXVII ( (...)
  • 3  P. Brown, La formazione dell’Europa cristiana, pp. 497‑529 ; Fletcher, La conversione dell’Europa, (...)

1J’analyserai ici, en historien, par rapport à une problématique plus générale, quelques exemples de conversion, volontaire ou forcée (selon une tension qu’on peut déjà relever au Ve siècle, avec la conversion des juifs de Minorque en 417‑418, décrite par l’épître de Sévère)2, dans un contexte de société « totalisante » (comme la société carolingienne ou l’Espagne musulmane). En effet on entrevoit, à l’époque carolingienne, le passage d’une relative fluidité des frontières religieuses et culturelles à un encadrement plus rigide des populations ; et aussi dans l’émirat de Cordoue la tendance au prosélytisme se renforce entre le IXe et le Xe siècle3.

1. Le problème de la conversion : liberté de choix et christianisation politique

  • 4  G. Bardy, La conversion au christianisme durant les premiers siècles, Paris 1947, p. 157 (trad. it (...)
  • 5  A Nock, Conversion, Oxford 1961 ; trad. it., La conversione. Società e religione nel mondo antico, (...)
  • 6  R. Lane Fox, Pagan and Christians, London 1986 (traduction italienne, Pagani e cristiani, Roma‑Bar (...)
  • 7  A. Kreider, « Changing Patterns of Conversion in the West », dans The Origins of Christendom in th (...)
  • 8  Voir N. McLynn, « Seeing and Believing. Aspects of Conversion from Antoninus Pius to Louis the Pio (...)
  • 9  Voir P. Siniscalco, « Sull’evangelizzazione e la cristianizzazione nei primi secoli. Una rassegna (...)
  • 10  Voir, par exemple, V. I. J. Flint, The rise of Magic in Early Medieval Europe, Oxford 1991; James  (...)
  • 11  Voir P. Golinelli, Il Medioevo degli increduli. Miscredenti, beffatori, anticlericali, Milano, Mur (...)
  • 12  Vita Constantini (Cyrilli) XII 9‑23; voir A. E. N. Tachiaos, Cyril and Methodius of Thessalonica. (...)
  • 13  Voir R. Lane Fox, Pagan and Christians, London 1986 (traduction italienne, Pagani e cristiani, Rom (...)
  • 14  Voir B. Luiselli, La formazione della cultura europea occidentale, Roma 2003 ; Id., « Cristianizza (...)
  • 15  L. Musset, « La pénétration chrétienne dans l’Europe du Nord », dans La conversione al cristianesi (...)
  • 16  Voir La christianisation des pays entre Loire et Rhin (4.‑7. siecle) : actes du Colloque de Nanter (...)

2Pour G. Bardy « désir de la vérité, désir de la délivrance et du salut, désir de la sainteté, ce sont là les grands motifs de la conversion chrétienne au cours des premiers siècles »4 ; et dans la perspective d’Arthur Darby Nock (Conversion, Oxford, 1961), critiquée par Ramsay Mac Mullen, on peut parler proprement de « conversion » seulement par rapport au christianisme, qui a hérité de l’ancienne conversion philosophique et qui implique la rupture des liens familiaux et sociaux antérieurs5. Mais plusieurs études ont analysé les causes spirituelles et les motifs différents des conversions (qu’on ne peut pas réduire à un désir de mobilité sociale)6, et souligné la pluralité des modèles de « conversion » et des niveaux spirituels des convertis7 ; le rôle des motivations pratiques, du contexte social et politique, et de la crainte par rapport au divin et au surnaturel8, la distinction entre la première évangélisation (qui n’implique pas l’existence d’une institution ecclésiastique stable et permanente) et la christianisation proprement dite9, la complexité des interactions entre systèmes religieux différents, la « longue durée » d’une culture folklorique et « magique » liée à la culture traditionnelle, tribale10, et une résistance à la christianisation qui parfois se manifeste come « incroyance »11 : la Vie grecque de Cyrille mentionne la lutte contre les vestiges de la religion traditionnelle chez les Khazars, comme l’était l’arbre sacré12. La distinction entre christianisme et paganisme n’est plus conçue come absolue et radicale13 : la conversion est souvent, dans le haut Moyen Âge, un processus complexe d’acculturation et d’inculturation14, dont il faut souligner l’ambiguïté, et les nombreuses nuances. L. Musset a entrevu dans les peuples du Nord, au XIe siècle, quelques formes de syncrétisme (« gens à la foi mêlée »)15. Il s’agit très souvent de l’intégration, forcée ou graduelle, dans un système politique et culturel plutôt que de l’adhésion consciente à un système doctrinal ou à un code éthique déterminé16.

  • 17  W. A. Meeks, The First Urban Christians, New Haven‑London1983 ; p. 191 ; R. Lane Fox, Pagans and C (...)
  • 18  Bède, Historia ecclesiastica gentis Anglorum, II 13, éd. M. Lapidge, P. Chiesa, avec traduction it (...)
  • 19  R. Stark, One True God: Historical Consequences of Monotheism, Princeton 2001; trad. it., Un unico (...)

3Mais l’élément doctrinal n’a pas été toujours le principal facteur de la conversion : dans une perspective sociologique, W.A. Meeks a souligné, s’agissant des premiers chrétiens, le rôle de la mobilité sociale et du désir de « compensation sociale », thèse discutée par R. Lane Fox17. Il convient également de souligner l’influence de la dimension émotive, de l’espoir d’une vie éternelle -le passage de l’Histoire ecclésiastique de Bède consacré à la conversion du roi anglais Edwinen en est un exemple18 - et des aspirations à une vie morale plus élevée. Rodney Stark, en sociologue, perçoit deux modes différents de conversion19 :

  • 20  L. G. Duggan, “For Force Is Noto f God”? Compulsion and Conversion from Yahweh to Charlemagne, dan (...)

41) d’en haut, à l’initiative d’une autorité politique ou religieuse, et souvent avec une forme plus ou moins forte de pression sociale et parfois de contrainte20 ;

  • 21  Sur l’image d’un « supermarché » des religions voir aussi J. North, « The development of Religious (...)
  • 22  Stark, Un unico vero Dio, cit., en particulier pp. 67‑105, 114‑131; voir aussi E. A. Thompson, « C (...)

52) d’en bas, à l’initiative missionnaire de personnes très convaincues, de vrais croyants (et parfois de missionnaires professionnels), dans une sorte de « marché » des religions en compétition entre elles. Il faut, à cet égard, distinguer la prédication destinée à des personnes et populations déjà chrétiennes « de nom », du prosélytisme destiné à des personnes et populations qui professaient ou pratiquaient d’autres religions ou ne revendiquaient aucune religion21. Il souligne le dynamisme des religions monothéistes : la conviction d’avoir connu et de pratiquer la « vraie » religion, celle du Dieu unique, engendre chez les croyants une aspiration plus forte à l’évangélisation et à la conversion des « autres », et parfois une forte intolérance par rapport aux infidèles. Par ailleurs, l’auteur remarque la fécondité d’une situation caractérisée par la compétition religieuse, tandis que le monopole d’une religion officielle ne favoriserait pas l’impulsion missionnaire (la validité de cette hypothèse se vérifie à l’époque contemporaine, mais aussi dans les sociétés traditionnelles : ainsi après la conversion de Constantin et jusqu’à la Réforme du XVIe siècle, l’initiative missionnaire chrétienne est très rare)22. La dernière affirmation de Stark est, en revanche, trop radicale : à l’époque carolingienne, bien que le christianisme apparaisse en situation de monopole, l’activité missionnaire n’est pas absente.

  • 23  T.S. Noonan, « Why Orthodoxy did not Spread among the Bulgars of the Crimea during the Early Medie (...)

6En effet la conversion manquée de quelques populations (comme les Bulgares de Crimée ou les Alans) est parfois la conséquence de l’absence d’une compétition religieuse et politique : dans le cadre du « modèle byzantin de conversion » entrevu par Noonan, Byzance se préoccupe de la conversion des Bulgares et des Russes afin de limiter l’influence de Rome et de l’Empire d’Occident dans ces régions, tandis que dans la région du Caucase, ce type de rivalité n’existe pas23.

  • 24  Voir Augustin, Contra litteras Petiliani, II 83, éd. M. Petschenig, CSEL 52, Vindobonae 1909, p. 1 (...)
  • 25  L. Scaraffia, Rinnegati. Per una storia dell’identità occidentale, Roma‑Bari, Laterza, 1993, pp. 4 (...)
  • 26  Voir Gli Ebrei nell’Alto Medioevo, Atti della XXVI Settimana di studi (1978), Spoleto 1980.
  • 27  Voir Agobard, op. 14, De cavendo convictu et societate Iudaica, éd. L. van Acker, Agobardi episcop (...)
  • 28  Voir M. Goodman, Mission and Conversion: Proselytizing in the Religious History of the Roman Empir (...)
  • 29  Agobard, De insolentia Iudaeorum, éd. Van Acker, p. 194 ; Amulon, Epistola, 41, 170C : « Et cum ei (...)
  • 30  Voir L. Steindler, « ’Mater’ e ‘Pater’ nella polemica antiebraica medievale : i percorsi di esclus (...)

7Les monothéismes chrétien et musulman, tout en accordant une sorte de protection légale plus ou moins étendue aux groupes minoritaires « résiduels » en situation d’infériorité juridique, en particulier aux juifs, considèrent l’apostasie, c’est‑à‑dire le refus explicite de la religion d’origine, comme une faute très grave y compris dans le cas des conversions « forcées ». Selon saint Augustin, le IVe concile de Tolède et la plupart des auteurs chrétiens du Moyen Âge, on ne peut par imposer l’adhésion à la religion chrétienne, mais on peut obliger ceux qui ont reçu le baptême à ne pas abandonner cette religion, car on ne peut pas mépriser le sacrement24. Concernant l’époque moderne, Lucetta Scaraffia a souligné l’écart dans la perception que chrétiens et musulmans ont des frontières qui les séparent : l’intériorisation de la foi chez les chrétiens aurait permis aux prisonniers chrétiens de minimiser les conséquences du passage plus ou moins « forcé » à l’Islam, tandis que pour les musulmans, l’identité religieuse était conçue en termes très concrets, comme un ensemble de « pratiques », et par conséquent l’« apostasie » était jugée comme une faute impardonnable rendant ainsi plus rare les conversions de musulmans au christianisme25. Mais à l’époque médiévale, en particulier carolingienne, on peut entrevoir une préoccupation également très forte de la plupart des chrétiens pour les manifestations visibles de l’identité religieuse : Agobard de Lyon (816‑840)et Amulon estiment, en utilisant le lexique de la contamination et de l’impureté, que les chrétiens ne doivent pas partager de repas avec les juifs - à l’époque carolingienne, « médiateurs » entre Orient et Occident pratiquant souvent le commerce26 -, mais rompre tout rapport avec eux, afin d’ éviter le risque de « judaïser »27. Même si quelques savants modernes ont nié l’existence d’une véritable activité missionnaire des juifs28, le prosélytisme juif est perçu comme une véritable menace pour l’identité chrétienne. Il arrive, d’ailleurs que des chrétiens jugent que les rabbins prêchent mieux que les prêtres chrétiens. On entrevoit des situations d’ambiguïté, de « contamination » partielle entre christianisme et judaïsme : quelques juifs convertis, pressés par leurs anciens coreligionnaires, professent qu’on peut croire en Jésus‑Christ, en le considérant toutefois comme inférieur au Père29 . D’autre part, le christianisme du haut Moyen Âge est surtout une religion du Père, plutôt que du Fils et de la Mère ; par conséquent, et n’est pas encore perçue comme radicalement différente du judaïsme30. Selon Amolon, les juifs font jouer également la pression économique pour acquérir de nouveaux convertis, auxquels les percepteurs juifs remettent les dettes. Dans l’Espagne musulmane, on entrevoit deux attitudes différentes : la plupart des chrétiens « mozarabes » recherchent l’intégration dans la société gouvernée par les musulmans, tandis que d’autres chrétiens recherchent le martyre pour protéger et sauvegarder l’identité chrétienne « latine », menacée par un processus d’assimilation, c'est‑à‑dire d’«  arabisation », dénoncé par Alvare de Cordoue :

  • 31  Alvare de Cordoue, Indiculus luminosus, 35, dans Corpus scriptorum Mozarabicorum, éd. I. Gil, I, M (...)

Nous lisons les théologiens et les philosophes arabes, non point pour les réfuter mais pour acquérir un arabe correct et élégant, et négligeons l’étude de la Bible et des textes chrétiens. Où est le laïc qui lit maintenant les commentaires latins des Saintes Écritures, ou qui étudie les Évangiles, les prophètes ou les apôtres ? Hélas ! Tous les jeunes chrétiens de talent lisent et étudient avec enthousiasme les livres arabes ; ils réunissent d’immenses bibliothèques à grands frais ; ils méprisent la littérature chrétienne, qu’ils jugent indigne d’attention. Ils ont oublié leur langue, la langue latine ; pour un qui sait écrire une lettre en latin à un ami, il en est un millier qui savent s’exprimer en arabe avec élégance et écrire de meilleurs poèmes en cette langue que les Arabes eux‑mêmes31.

  • 32  Comme c’est le cas dans plusieurs sources médiévales pour la plupart des peuples : voir la Vie pre (...)
  • 33  Frédégaire, Chronique des temps mervingiens (livre IV et Continuations),texte latin d’après l’édit (...)
  • 34  Frédégaire, Chronique, IV 9,pp. 70‑72 ; 65, p. 156. Voir M. Rouche, « Les baptêmes forcés de juifs (...)
  • 35  Frédégaire, Continuations, 19, p. 222.
  • 36  M. Rubellin, « Entrée dans la vie, entrée dans la chrétienté, entrée dans la société : autour du b (...)
  • 37  Frédégaire, Continuations, 13, p. 218 ; 17, p. 220 : Charles Martel « abattit l’armée des Frisons, (...)
  • 38  M.McCormick, Eternal Victory: triumphal rulership in late antiquity, Byzantium, and the early medi (...)
  • 39  Voir aussi, infra, la Vita Anskarii (Annexes 13‑15) ; etle Chronicon Livoniae (XIII siècle) : Enri (...)
  • 40  Frédégaire, Chronique, IV 48, pp. 130‑132 ; 68, pp. 160‑162, où Samo, pour sa gentiletas, est assi (...)

8Au Moyen Âge, en particulier, la motivation politique a été souvent déterminante dans les conversions collectives. Par exemple, l’auteur de la « Chronique des temps mérovingiens », dite de Frédégaire, insiste32 sur la christianisation « d’en haut », à l’initiative du souverain, et sur le baptême « en masse », plutôt que sur la conversion personnelle et intérieure des Wisigoths : Récarède, d’abord baptisé en secret, fit brûler les livres ariens et « fit baptiser tous les Goths selon la religion chrétienne »33. Il souligne par ailleurs la conversion de Césara, épouse de l’empereur des Perses Saxanides, qui aurait impliqué la conversion de l’empereur, de l’élite, puis de tous les Perses, ainsi que la conversion forcée des Juifs dans l’Empire byzantin d’Héraclius et le royaume franc de Dagobert34. Le continuateur de Frédégaire rappelle la soumission des Saxons, plusieurs fois rebelles (Saxones paganissimi : « L’énergique Charles… livra au carnage la majeure partie de cette très sauvage région, commanda à cette cruelle nation de la région de payer le tribut »)35, dont ensuite il mentionne la conversion forcée, c'est‑à‑dire le baptême, qui, à l’époque carolingienne, marque l’entrée dans la vie mais aussi dans la société36, comme conséquence de la victoire militaire des Francs. Il souligne, en outre, la victoire de Charles Martel sur le duc Radbod et la très sauvage nation des Frisons et sur la perfide nation des Sarrasins/Ismaëlites (à l’instar des anciens Juifs, le peuple élu de Dieu, qui avaient tué à Jéricho leurs ennemis)37. D’autre part, comme le souligne M. Mc Cormick, la victoire militaire est conçue comme un don de Dieu et une preuve, une manifestation de sa bienveillance38. La conversion est souvent superficielle. Malgré la « conversion » des Francs à l’époque de Clovis, mentionnée par Grégoire de Tours, le franc Samo, qui au début du VIIe siècle -en 623 selon la Chronique de Frédégaire - se rendit chez les Slaves Wendes avec plusieurs marchands, dont il faut souligner la fonction médiatrice entre mondes différents39, semble encore païen : il a en effet douze femmes, et lorsque Frédégaire rappelle le meurtre, sur son ordre et dans le « royaume », des marchands francs -peut‑être « ambassadeurs » politiques et religieux du roi Dagobert -40, il souligne sa gentiletas et superbia.

9Les Vies grecques de Constantin / Cyrille et de Méthode, les apôtres des Slaves, soulignent le lien entre la conversion et le baptême des peuples slaves ainsi que de quelques Khazars et, selon l’expression de D. Obolensky, leur insertion dans le « Commonwealth byzantin »41, tandis que la Conversio Bagoariorum et Carantanorum, rédigée en 870, blâme l’activité missionnaire de Cyrille et Méthode, et que l’épître de l’évêque Théotmar (873‑907) réclame la dépendance politique et ecclésiastique de la terra Slavorum de l’épiscopat de Salisbourg et de l’Empire allemand, qui l’ont soumise et christianisée42. La dimension politique de la conversion qu’elle soit plus ou moins forcée est également théorisée, autour de l’an Mil, dans la Vita Adalberti de Bruno de Querfurt (la rédaction longue rappelle le « Compelle intrare » de Luc 14, 23, le passage souvent rappelé pour justifier le recours à la coercition dans l’évangélisation)43 : pour les saints missionnaires, il faut dépasser une situation d’ambiguïté, de promiscuité religieuse - chez les Slaves, « plerique vero nominetenus christiani, ritu gentilium vivunt, quibus causa periculi fit res salutis »44.

  • 45  Voir Chronicon Livoniae, cit., XII 6, p. 116 ; XIV 11, p. 158 (sur l’intégration des païens conver (...)
  • 46  Voir par exemple Chronicon Livoniae XI 7, éd. cit., p. 102‑104 ; XIV 2, p. 140 ; XVIII 3, p. 218 ; (...)
  • 47  Voir Chronicon Livoniae, XXIII 7, p. 302 : « petebat a nobis bonum deum sibi dari, dicens se malum (...)
  • 48  Voir Chronicon Livoniae,XXIII 8, p. 304 : « contra gentem apostatricem » ; XXVII 1‑2, p. 366.
  • 49  Annales Xantenses, ad a. 873, éd. B. De Simson, dans MGH, Scriptores rerum Germanicarum in usum sc (...)
  • 50  Voir Rimbert, Vita Anskarii (Annexes, 16) ; Chronicon Livoniae, XI 7, p. 102 : « missis tamen priu (...)

10On entrevoit, dans les récits des conversions de plusieurs peuples, la volonté de souligner les conséquences politiques de la conversion, c'est‑à‑dire l’adhésion à un système de règles et l’intégration dans un réseau de rapports politiques et diplomatiques45, et parfois une compétition entre le christianisme latin et le christianisme byzantin, qui cherchent à intégrer les peuples convertis dans leur système46. Très souvent une conversion formelle, provoquée par la recherche d’une alliance politique et par la recherche du dieu le plus puissant et utile47, est suivie, en fonction de conditions politiques différentes, d’un rapide retour au paganisme, défini comme apostasie48, ou de toute façon à une conduite incompatible avec la profession de foi chrétienne49. Le choix de la « vraie » religion, à savoir la plus utile, dépend presque toujours, chez les peuples germaniques et baltiques, du recours aux sortes, à l’interrogation des dieux et à l’interprétation des événements plus ou moins favorables50.

  • 51  Voir par exemple Alcuin, Vita Richarii, 3, éd. C. Veyrard‑Cosme, L’oeuvre hagiographique en prose (...)
  • 52  Raban Maur, Liber de oblatione puerorum, dans PL 107, coll. 419‑440.
  • 53  Voir L. Milis, « La conversion en profondeur : un processus sans fin », dans Saint Géry et la chri (...)
  • 54  Voir C. De Miramon, « Embrasser l’état monastique à l’âge adulte (1050‑1200). Étude sur la convers (...)
  • 55  Voir L’Individu au Moyen Âge : individuation et individualisation avant la modernité, dir. B.M. Be (...)
  • 56  Voir G. Vinay, Alto Medioevo latino : conversazioni e no, Napoli 1978, pp. 280‑293 ; G.L. Potestà, (...)

11La notion de « conversion » (conversio) est utilisée, au Moyen Âge, y compris à l’époque carolingienne, pour définir le passage à une religion différente, avec référence aux aspects doctrinaux, aux rites, aux pratiques religieuses, mais aussi pour qualifier une orientation ascétique et spirituelle51, et surtout le choix du genre de vie monastique, conçu comme irrévocable, même pour les oblats comme le souligne particulièrement Raban Maur52. La conversion n’est donc pas seulement un choix radical, une décision « unique » - comme le cas du diacre Bodo qui, en 838‑839, a choisi le judaïsme), mais souvent aussi un processus graduel, qui implique plusieurs degrés53 : du sympathisant au simple baptisé - ou circoncis - au chrétien « dévot », au moine qui se retire du monde (parfois à l’âge adulte, après une vie dans le « siècle »)54 ou au martyr volontaire, comme les martyrs de Cordoue. Si dans l’Antiquité, surtout avant la paix constantinienne, la foi chrétienne se répandit au moyen d’un réseau de rapport personnels, « de personne à personne », dans le régime de chrétienté ou dans l’Espagne musulmane, l’adhésion à une religion, dont la profondeur est en général peu vérifiable, et surtout la pratique religieuse dépendent le plus souvent de la tradition familiale ou de l’appartenance à une communauté ethnique. On peut, cepenant, parfois entrevoir l’itinéraire spirituel, le choix personnelle d’un individu qui, malgré l’absence de la notion moderne de « personne » et la primauté de l’appartenance communautaire55, arrive à choisir une foi religieuse différente ou à se rallier de manière plus profonde et personnelle à la foi des pères (voir Godescalc d’Orbais)56.

12Dans les sociétés germaniques du haut Moyen Age, on peut entrevoir au moins deux modèles de conversion collective :

131) la conversion « en masse » du peuple franc à l’époque de Clovis, où l’initiative revient au souverain, selon le récit de Grégoire de Tours, et celle du peuple saxon à l’époque carolingienne ;

  • 57  Voir Clovis : histoire & mémoire, dir. M. Rouche, t. I‑II, Paris, 1997 (avec plusieurs essais sur (...)
  • 58  B. Judic, « Le corbeau et la sauterelle. L’application des instructions de Grégoire le Grand pour (...)
  • 59  Nicolas I, ép. 99, Responsa (866), 41, MGH, Epistolae, VI, éd. E. Perels, Berolini 1925, p. 583 ;  (...)

142) la conversion libre et graduelle du peuple anglais, dans la perspective de l’«  Histoire ecclésiastique » de Bède57. Grégoire le Grand soulignait le rôle dynamique du roi mais aussi la désaffection progressive des peuples germaniques à l’égard du paganisme58. L’exégèse du Psaume 53,8 (« Voluntarie sacrificabo tibi ») favorise le principe de la liberté de la conversion, souligné par un passage de Cassiodore et par le pape Nicolas Ier59, mais la conversion est aussi un phénomène social, un choix de groupes familiaux, selon le modèle des Actes des Apôtres, et on peut parler aussi de « baptême des nations ».

2. La conversion au christianisme des Saxons et des peuples du Nord et de l’Europe orientale

  • 60  Voir Einhard, Vita Karoli, 7, éd. G. Waitz, dans MGH, Scriptores rerum Germanicarum in usum schola (...)
  • 61  R. E. Sullivan, « Carolingian Missionary Theories », Catholic Historical Review, 42 (1956‑57), pp. (...)
  • 62  Alcuin, ép. 111 à Magenfrid, MGH, Epistolae, IV, éd. E. Dümmler, Berolini, 1895, pp. 160‑161 ; ép. (...)
  • 63  Amulon, Epistola 45‑46, coll. 172‑174, qui rappelle Augustin, In Johannis evangelium tractatus, XI (...)
  • 64  B. Effros, « De partibus Saxoniae and the Regulation of Mortuary Custom: A Carolingian Campaign of (...)
  • 65  Voir aussi le récit de la Conversio Bagoariorum et Carantanorum, 3, p. 102 ; Epistola Theotmari ep (...)
  • 66  Nithard, Historiae, IV 2, éd. E. Müller, MGH, Script. rer. Germ. in usum scholarum, 44, Hannoverae (...)
  • 67  Voir R. Savigni, « L’immagine dell’ebreo e dell’ebraismo in Agobardo di Lione e nella cultura caro (...)

15La conversion forcée des Saxons au christianisme à l’époque de Charlemagne est un phénomène d’acculturation, d’intégration politique et culturelle qui implique aussi une « déculturation » d’un peuple germanique dans l’Empire chrétien et dans le milieu culturel des Francs. L’hostilité religieuse n’implique pas une haine raciale : dans la perspective d’Einhard, rappelée par Widukind de Corvey, les Saxons vaincus et baptisés sont destinés à devenir una gens avec les Francs60. À propos de la conversion forcée, on peut entrevoir une distinction entre le choix politique de Charlemagne (la répression des rébellions réitérées des « perfides » Saxons, accusés par Einhard de n’avoir pas respecté la parole donnée, et le massacre de plusieurs d’entre eux qui avaient refusé de se convertir), justifié par quelques auteurs contemporains61, et l’insistance d’Alcuin, qui rappelle l’ép. 217 de saint Augustin, sur le principe de la liberté de la conversion, qu’on ne peut pas provoquer par la coercition62, même si l’archevêque Amulon de Lyon (841‑852) utilise, dans sa polémique contre les juifs, d’autres passages d’Augustin qui justifiaient la coercition contre les donatistes, en rappelant le Compelle intrare de Luc 14,2363. Le capitulaire « in partibus Saxoniae » prévoit la condamnation à la peine de mort des Saxons qui pratiquaient la crémation des défunts ou d’autres rites païens - expression de la volonté de sauvegarder une identité culturelle separée64- : l’adhésion au christianisme est conçue comme la manifestation la plus claire de la soumission politique et de l’insertion des Saxons dans le cadre de l’Empire franc qui se veut un Empire chrétien65. Même à l’époque de Lothaire, en 841, dans un mouvement politique de résistance « nationale » des Saxons, appelé Stellinga, on entrevoit une proximité avec des tendances païennes, liées à une culture tribale traditionnelle66. Le réseau de solidarités politiques est fondé sur la solidarité religieuse, sur l’homogénéité religieuse des populations de l’Empire à la seule exceptions des juifs, qui à cette époque sont protégés par l’autorité politique, malgré la plainte de quelques évêques, en particulier Agobard de Lyon67.

  • 68  Alcuin, Vita Willibrordi, 13, éd. Veyrard‑Cosme, L’oeuvre hagiographique en prose d’Alcuin, cit., (...)
  • 69  Alcuin, ép. 111, p. 160 : « Et veluti lac fragili congruit aetate, ita suaviora praecepta rudi pop (...)
  • 70  Alcuin, ép. 111, p. 161 (voir les Annexes, 1) ; ép. 113, à Arnon, p. 164 : « Absque fide quid prof (...)
  • 71  Voir Alcuin, ép. 110, éd. cit., pp. 157‑159 ; J.P. Bouhot, « Alcuin et le “De catechizandis rudibu (...)
  • 72  Bède, Hist. Eccl. I 30, éd. Lapidge, pp. 142‑144.
  • 73  Voir I. Dujcev, « I Responsa di papa Nicolò I ai Bulgari neoconvertiti », Aevum 42 (1968), pp. 403 (...)
  • 74  I. Nicolas, ép. 99, Responsa (866), 18, pp. 577‑578 ; 41, pp. 582‑583 (voir les Annexes, 16) ; 102 (...)

16Toutefois dans ses œuvres hagiographiques, en particulier la Vita Willibrordi, et ses épîtres Alcuin reconnaît, selon une tradition ancienne déjà suivie par Boniface, le rôle de l’empereur chrétien et le caractère positif de la conversion des peuples paiens, favorisée par la pression politique, militaire et économique des Francs, le nouveau « peuple élu » : la conquête militaire offre à Willibrord une plus grande possibilité d’évangélisation des païens (maior evangelizandi occasio)68. Mais Alcuin souligne aussi la difficulté d’une réelle conversion intérieure : le baptême n’est pas suffisant pour garantir une véritable « conversion » ; aussi exhorte‑t‑il l’empereur et les autorités à ne pas imposer tout de suite une taxation excessive des nouveaux convertis, envers lesquels, pour éviter tout risque de réaction hostile à l’égard des sacrements chrétiens, il faut utiliser la persuasion, la douceur, la patience (le « joug doux » de l’évangile) plutôt que la coercition, car ils ne peuvent pas encore se nourrir d’aliments solides, mais seulement boire le « lait », c’est‑à‑dire écouter une prédication élémentaire, graduelle69. Seule la persuasion peut conduire les païens convertis à une adhésion sincère à la foi chrétienne, tandis que la coercition, qui engendre une fausse conversion seulement apparente, ne sert pas au salut. Il faut donc respecter la progression en trois étapes : le choix de foi, le baptême et l’enseignement systématique des vérités de la foi70. Le principe pastoral de la « gradualité » dans l’évangélisation des peuples païens, déjà recommandé par saint Augustin, surtout dans son De catechizandis rudibus, utilisé par Alcuin71 et par Grégoire le Grand à l’égard des Angles - les missionnaires doivent détruire les idoles plutôt que les temples et tolérer les sacrifices d’animaux -72, est confirmé, au IXe siècle, concernant les Bulgares, par le pape Nicolas Ier73, qui refuse les conversions forcées, tout en jugeant inadmissible l’apostasie de la foi chrétienne : à l’égard des païens obstinés, on peut seulement recourir à une sorte de « pression » sociale, en refusant de manger et de communiquer avec eux74.

  • 75  Racconto dei tempi passati : cronaca russa del secolo XII, éd. I. P. Sbriziolo, avec une introduct (...)
  • 76  Frédégaire, Chronique, IV 66, pp. 156‑158. Voir A. R. Anderson, Alexander’s gate, Gog and Magog, a (...)
  • 77  Christianus Stabulensis, Expositio super Librum generationis (Expositio in euangelium Matthaei) 24 (...)
  • 78  Réginon de Prüm, Chronicon, éd. F. Kurze, dans MGH, Scriptores rerum Germanicarum in usum scholaru (...)

17La conversion des Moraves, des Bulgares et d’autres peuples slaves peut être vue surtout comme un phénomène d’inculturation, grâce à l’initiative de Cyrille et Méthode et à l’adoption d’une liturgie particulière dont quelques sources soulignent la force d’attraction75. En 864‑865 (ou peu après), Christian de Stavelot identifie les Khazars et les Bulgares avec les peuples apocalyptiques de Gog et Magog, qu’Alexandre le Grand aurait enfermés dans la région des Portes Caspiennes selon une tradition reçue par la Chronique de Frédégaire76 ; il mentionne aussi, après la circoncision des Khazars, la conversion des Bulgares en 864 comme un signe de la proximité de la fin du monde, qui selon Matthieu 24,14 viendra alors que toutes les gentes auront été évangelisées : selon lui le monde entier a désormais écouté le message chrétien77. Après la conversion, le retour au paganisme n’est pas possible : selon le récit de Réginon de Prüm, le fils du roi bulgare converti (qui avait demandé au pape des prédicateurs pour évangeliser son populum rudem),essaie de rétablir dans le royaume le paganisme, mais son père, qui s’était retiré dans un monastère, « nimio zelo accensus », reprend le pouvoir, crève les yeux à son fils et le met en prison pour sauvagarder le christianisme78.

  • 79  Adam de Brême, Gesta Hammaburgensis ecclesiae, II 50, 57‑58, pp. 111, 117 ; III 19, 23, pp. 162, 1 (...)
  • 80  Adam de Brême, Gesta II 57, p. 118 ; 71, p. 133 : « videtur mihi iam dudum studio sacerdotum chris (...)
  • 81  Adam de Brême, Gesta III 69‑70, pp. 216‑217.

18Dans plusieurs sources par exemple chez Adam de Brême, on perçoit une hésitation entre la tendance à utiliser la force pour favoriser la conversion et la volonté de respecter le principe de la liberté de conversion ainsi que les étapes du processus de conversion. Dans la province ecclésiastique de Hambourg, le prince Godescalc (le « noster Machabeus » qui trouvera la mort par la suite) « omnes paganos ad christianitatem cogere disposui t », en particulier les baptisés qui « relapsi sunt ad paganitatem », en tant qu’apostats, mais un évêque utilise les cadeaux comme moyen pour favoriser les conversion ; l’assemblée des Suédois estime qu’il ne faut contraindre personne à quitter le paganisme, et le roi détourne l’évêque du projet de détruire le temple d’Uppsala, car la très probable réaction païenne provoquerait un retour de la population convertie au paganisme79. Adam entrevoit une distinction entre les populations « necdum conversae » et celles « iam conversae » mais encore rudes, qu’il faut « réconforter » (comme les Normands : le roi envoie des évêques « qui rudem populum Nortmannorum in christianitate confortarent »), instruire et conduire « ad perfectionem » ; il souligne l’opportunité de s’appuyer, dans l’activité missionnaire, sur des personnes qui connaissent la langue et la mentalité des peuples, et évoque le risque que l’avidité de certains ducs compromette la conversion des populations80. Les évêques, eux aussi, doivent se convertir, c’est à dire renoncer à leurs vices, comme l’orgueil, propre des aristocrates : Adalbert, qui avait méprisé ses prédécesseurs en tant qu’ignobiles, se convertit, devient humble à la suite d’une vision, et « multa reliquit signa penitentiae vel conversionis suae »81.

  • 82  Vita Vulframni ep. Senonici, 9, éd. B. Krusch‑W. Levison, dans MGH, Scriptores rer. Merov. 5, Hann (...)
  • 83  Scovazzi, « Paganesimo e cristianesimo nelle saghe nordiche »cit.; O. Vesteinsson The Christianiza (...)

19Le conversion risque de briser le lien de solidarité entre les rois et les nobles des populations germaniques et leurs ancêtres, jugés damnés ; ainsi, le désir de sauvegarder cette solidarité provoque parfois des résistances à l’égard de la conversion comme le démontre la marche arrière du roi frison Radbod dans la Vita Wulframni)82. Il faut donc rétablir la solidarité en termes compatibles avec la christianisation : la conversion collective du peuple islandais en 999‑1000 traduit la volonté de protéger l’unité du peuple et d’éviter la formation de groupes religieux antagonistes ; Marco Scovazzi a souligné aussi la diffusion de certaines formes de syncrétisme, la volonté de sauvegarder l’unité de la nation et les motivations « pratiques », plutôt que doctrinales, de la conversion, destinée à établir des contacts avec les populations limitrophes83.

3. La mission d’Anschaire chez les peuples du Nord et la « conversion » des Normands

20Animé par le désir du martyre, Anschaire († 865) est envoyé chez les Danois et les Suédois, les peuples du Nord (in aquilonis partibus)84. Dans la Vie de ce saint, on entrevoit le rôle de l’empereur chrétien, qui exhorte le roi danois Herold à se convertir au christianisme pour augmenter la familiarité entre eux par le partage de la même religion. Après sa conversion, il l’adopte comme filleul par le baptême et l’envoye avec Anschaire - qui « adhuc rudis et neophitus, ignorabat qualiter servi Dei tractari debuissent » - au royaume de Danemark. Anschaire part spontanément (voluntarius), malgré la perplexité de plusieurs personnes, qui s’étonnent en voyant sa détermination. En effet, après la mort de Louis le Pieux, on entrevoit une crise de la mission, qui connaît un regain de vigueur sous l’impulsion du roi Louis le Germanique85. Aussi les ambassadeurs des Suédois demandent‑ils à Louis le Pieux d’envoyer quelques prédicateurs, et l’empereur cherche à vérifier, en envoyant des missionnaires, « utrum populus ille ad credendum paratus esset » ; il fonde ensuite le siège archiépiscopal d’Hambourg, « ad quam pertineret omnium regionum aquilonalium potestas »86. Mais dans le récit hagiographique ressort aussi la fonction « médiatrice » des marchands chrétiens, qui fréquentent les ports de Dorstadt et de Birca, véritables « points de contact » entre mondes différents, au‑delà des frontières politiques et religieuses) et peuvent établir plus facilement le contact avec le monde des Normands encore païens87. Dans une situation de difficulté militaire, quelques marchands recherchent l’aide du Dieu chrétien en jetant les sorts88 : le succès, limité, de la mission, qui aboutit à l’édification d’une église avec sa cloche, est lié, selon un schéma déjà défini par Grégoire de Tours en regard de Clovis, à la victoire militaire que le Dieu des chrétiens, qui paraît le plus puissant, peut garantir89. Mais le passage de la conversion individuelle de quelques païens ainsi que de quelques enfants achetés par les missionnaires pour être élevés dans le service de Dieu90, à la conversion du peuple entier n’est pas facile : mis à part le cas de Clovis, dans les royaumes du Nord, comme auparavant dans l’Angleterre de Bède,91 le roi seul ne peut pas ordonner la conversion de son peuple ; il doit convoquer l’assemblée du peuple et écouter l’opinion des nobles ; c’est l’assemblée qui accorde la liberté de prédication et de conversion. L’élément décisif qui provoque la décision finale en faveur de l’adhésion au christianisme est l’utilitas, notion déjà utilisée par Grégoire de Tours, de la conversion, c'est‑à‑dire la capacité de la nouvelle religion, qui manifeste la puissance de Dieu, à garantir la prospérité temporelle du royaume. Le meurtre du roi converti Horicus et la défaite militaire provoquée par les pirates provoquent un retour provisoire au paganisme, car le nouveau roi pense que les dieux païens sont en colère contre le peuple à cause de sa conversion dont le succès n’est pas garanti, mais dépend des conditions politiques de la nation92. En outre, la conversion est parfois inachevée sur le plan extérieur, car plusieurs convertis restent dans la condition de catéchumènes (catecumini) et diffèrent jusqu’à la fin de la vie le baptême, pour mourir puri et immaculati et entrer aussitôt dans la vie éternelle93.

  • 94  Widukind, Rerum gestarum Saxonicarum libri tres, III 65, p. 140 : « Dani antiquitus erant christia (...)
  • 95  Paschase Radbert, Commentarius in Matheo, XI 24, éd. B. Paulus, Corpus Christianorum, Continuatio (...)

21On peut retrouver une allusion à la conversion des Danois, qui sera assurée définitivement seulement dans la seconde moitié du Xe siècle, après le dépassement, par l’ordalie du feu, d’une situation ambigüe de syncrétisme94, dans le commentaire sur Matthieu de Paschase Radbert, qui estime en outre que la rudesse, la bestialité (feritas) de quelques peuples des régions du Nord peut représenter un obstacle « culturel » pour leur conversion95.

22La conversion au christianisme par la réception du baptême représente une condition nécessaire à l’intégration dans la société chrétienne franque. Alors que les souverains musulmans contemporains, selon Paschase Radbert, exigent des sujets la soumission et l’obéissance politique plutôt que la conversion religieuse à l’Islam96, les empereurs chrétiens utilisent le baptême comme un moyen et une marque de soumission politique à l’Empire franc, qui cherchait sa propre légitimation dans la volonté divine plutôt que dans la victoire militaire. Les annales carolingiennes et le poème d’Ermold le Noir rappellent la légation du roi danois Harald Klak (Heroldus) et son baptême en 826, qu’il faut situer dans le contexte de la mission danoise d’Anschaire, organisée par l’archevêque Ebbon de Reims97. Réginon rappelle la conversion (882‑83) de Godefroy, salué comme rex Nortmannorum, auquel l’empereur Charles le Gros avait promis de donner pour femme Gisle, la fille de Lothaire II, et de confier le gouvernement de la province frisonne98. Parfois on entrevoit dans les sources, par exemple dans Notker, une prise de conscience du caractère précaire des conversions « politiques » et opportunistes des chefs normands, qui par l’acceptation du baptême deviennent vassaux et fils adoptifs du roi franc et des primores palatii, et reçoivent plusieurs cadeaux, mais qui méprisent les humbles vêtements baptismaux qu’ils ont reçus voire le baptême lui même99. Les annales franques soulignent aussi la versatilité et la duplicité d’Herialdus, un normand converti finalement tué par les gardiens de la frontière danoise100.

  • 101  Annales Bertiniani, ad a. 873, pp. 124‑125 : « Petierunt autem, ut eis in quadam insula Ligeris fl (...)
  • 102  Ibid., ad a. 876, p. 131.
  • 103  Hincmar de Reims, ép. 155, dans MGH, Epistolae VIII, p. 120 : « Rorico Nordmanno ad fidem Christi (...)

23Dans les Annales Bertiniani, qui rappellent le pacte entre les Normands et le roi franc, en 873 avec la conversion et la commendatio des Normands au roi qui leur donne la possibilité d’ouvrir un marché101, la mention du baptême, en 876, de quelques Normands est suivie du rappel à la superficialité de cette « conversion » : « Interea baptizati sunt quidam Nortmanni ab Hugone abbate et marchione ; propter hoc ad imperatorem adducti et munerati, ad suos redierunt. Et ut ante ita et postmodum ut Nortmanni more pagano peregerun t »102. Le mos paganus paraît faire partie intégrante de l’identité et de la culture traditionnelle des Normands, malgré le choix politique de la conversion. Aussi dans l’épître d’Hincmar de Reims adressée au chef normand Rorik (transmise par Flodoard de Reims), on entrevoit la conscience du caractère précaire de la conversion de plusieurs chefs normands : selon Hincmar, la solidarité religieuse implique une solidarité politique avec le royaume franc en tant que chrétien (même si selon Bauduin la correspondance de l’archevêque de Reims « ne révèle en rien une préoccupation missionnaire à l’égard des Normands, ni ne semble envisager la possibilité d’une pacification par leur adhésion à la foi chrétienne »)103.

  • 104  Bauduin, Le monde franc et les Vikings, cit., pp. 142‑149.

24L’intégration dans le système politique franc, pour être durable, implique aussi la réception d’un modèle d’organisation sociale et politique. La naissance du duché de Normandie répresente un exemple d’intégration réussie : l’archevêque de Rouen, Francon, est le vrai promoteur du baptême de Rollon et de l’alliance matrimoniale entre Rollon et le roi franc Charles104.

4. La conversion volontaire du diacre Bodo au judaïsme (838‑839) et les martyrs volontaires de Cordoue

  • 105  Loup de Ferrières, ép. 7, dans MGH, EpistolaeVI (Karolini aevi IV), Berolini 1925, p. 18. Voir A.  (...)
  • 106  H. Löwe, « Die Apostasie des Pfalzdiakons Bodo (838) und das Judentum der Chasaren », dans Person (...)
  • 107  Agobard, op. 6, De baptismo mancipiorum Iudaeorum, éd. van Acker, p. 117.
  • 108  Annales Bertiniani, ad a. 847, p. 34 ; ad a. 852, p. 41 : « Mauri Barcinoniam Iudaeis prodentibus, (...)
  • 109  Riess, « From Aachen to Al‑Andalus », pp. 136‑137, 155‑157

25Dans le cas du converti Bodo/Éléazar, qu’il ne faut probablement pas identifier avec le Bodo, « gentili nostro Bodoni », mentionné dans une lettre de Loup de Ferrières105, on entrevoit peut‑être un « renégat » avant la lettre, qui cherche à ouvrir les frontières culturelles et géopolitiques106. On ne peut pas parler, dans ce cas, d’« opportunisme », mais plutôt d’un exemple d’échec du programme de la renaissance carolingienne : Bodo, lié à l’entourage d’Ilduin de Saint Denis, quitte une position très élevée à la cour de Louis le Pieux qui avait institué la fonction de magister Iudaeorum comme « médiateur » entre juifs et chrétiens107, se détache radicalement du milieu franc et chrétien et exerce un rôle intellectuel et politique très important à la cour de l’émir de Cordoue, où selon les Annales Bertiniani il aurait incité les Arabes d’Espagne à exercer une forte pression sur les chrétiens, les poussant à se convertir au judaïsme ou à l’islam où à les tuer. En 852, les Maures s’emparent de Barcelone grâce à la complicité des juifs et tuent les chrétiens108. Selon l’hypothèse de Frank Riess, Bodo, un Alaman, aurait été lié au « parti » de l’impératrice Judith, à Walafrid Strabon et Godescalc d’Orbais, et serait arrivé peut‑être jusqu’à Babylone109.

  • 110  Alvare de Cordoue, Epistolae, éd. I. Gil, Corpus Scriptorum Muzarabicorum, I, pp. 143‑270, en part (...)
  • 111  F. Parente, « La controversia tra Ebrei e cristiani », pp. 596‑599, 621‑626.
  • 112  Alvar, ép. 14, 4, éd. Gil, p. 230, ép. 16, p. 234, 240 ; ép. 17, 2, p. 244 : « Ais enim quod e con (...)
  • 113  Alvar, ép. 18, éd. Gil, pp. 248‑249 : « Et ideo non nos gentes esse, sed Israel, quia ex ipsa stir (...)
  • 114  Alvar, ép. 18, 14‑15, éd. Gil, p. 257 : « dicis a te in Francorum regis palatio vidisse quatuordec (...)
  • 115  Alvar, ép. 18, éd. Gil, p. 258 : « Si te libido delectat et virginitas floridaque castitas horret, (...)
  • 116  Ibid., pp. 267‑268 : « Et cum Deus conversionem vestram usquequaque non cupiat, quis insipiens est (...)

26Sous prétexte d’effectuer un pèlerinage à Rome, Bodo quitte en 838‑839 le royaume franc pour l'Espagne musulmane, prend le nom juif d'Eléazar, se fait circoncire et se marie avec une Juive. Il entretient, à partir de l’an 840, une relation épistolaire avec Paul Alvare de Cordoue chrétien « ex Israelis stirpe descendens », c’est‑à‑dire un juif converti ou issu d’une famille convertie, et engage une polémique doctrinale avec le converti : nous ne connaissons les idées de Bodo (qui défendait le messianisme juif et proposait peut‑être une sorte d’alliance entre juifs, musulmans et païens) qu’à travers les réponses d’Alvare110. La discussion entre eux, comparée avec le texte d’Amolon (841‑852), atteste la diffusion d’une tension messianique dans les milieux juifs du IXe siècle, où on entrevoit l’idée du double Messie, dont le premier, un Messie « souffrant » et enchainé, dans l’attente de sa manifestation publique, est déjà né111. Alvar, juif converti, refuse le messianisme de Bodo/Eléazar, qui cherchait un roi juif au‑delà de la mer pour justifier l’attente d’un Messie politique (allusion au royaume des Khazars ?), et estimait avoir quitté une foi « lâche » et « vile » (la foi chrétienne) pour embrasser une foi vraie et illustre (le judaïsme), en soulignant la condamnation des juifs, qui avaient tué le Christ, à une servitude perpétuelle112. S’opposant à Bodo qui est « juif » par sa foi, non en vertu de son ascendance, Alvare revendique la vraie identité juive, car le nouveau peuple d’Israël est formé de chrétiens113, tandis que Bodo, peut‑être dans une conception « pluraliste » de la religion et dans une perspective d’alliance entre juifs et païens, refusait la supériorité de la religion chrétienne sur le judaïsme (et aussi sur le paganisme) en ce qui concerne la dignité du culte de Dieu et des lieux sacrés, et affirmait qu’il avait vu dans le palais royal des Francs quatorze hommes de rites différentes114. Alvar estime que la conversion de Bodo lui a été inspiré par le diable et par le désir de la femme ; dans cette perspective, il pourrait logiquement se convertir à l’Islam, pour obtenir le pouvoir et la possibilité d’épouser plusieurs femmes115 ! En outre, rappelant au passage une longue tradition exégétique, il souligne l’«  aveuglement » des juifs, qu’il serait illusoire de chercher à convertir au christianisme, car Dieu, qui a rejeté le peuple juif, ne désire pas cette conversion116.

  • 117  Parente, « La controversia tra Ebrei e cristiani », pp. 585, 595 sgg.
  • 118  L. Verstrepen, « Raban Maur et le judaïsme dans son commentaire sur les quatre livres des Rois », (...)

27Les juifs convertis ont été une source d’information pour Agobard et Amolon et ont contribué à la diffusion d’idées, dont nombre de stéréotypes, sur le judaïsme117. Quant à Raban Maur, il était probablement lui aussi en contact avec des juifs convertis118.

  • 119  Voir W. van Egmond, « Converting Monks: Missionnary Activity in early Medieval Frisia and Saxony »(...)
  • 120  Henriet, « Sainteté martyriale et communauté de salut », en particulier pp. 94‑97, 106‑119, 124‑13 (...)
  • 121  Voir Indiculus luminosus 2, éd. Gil, p. 273, qui polémique contre les chrétiens « froids », « amor (...)
  • 122  Euloge, Memoriale sanctorum, éd. Gil, Corpus scriptorum muzarabicorum, II, Madrid 1973, pp. 363‑45 (...)
  • 123  Sénac, Les Carolingiens et al‑Andalus, pp. 34‑35, 115 ; A. Vanoli, Alle origini della Reconquista. (...)

28À la même époque, quelques chrétiens de Cordoue ont choisi le martyre, en blasphémant le nom du prophète Mahomet, dans une perspective d’attente apocalyptique et d’accentuation de la valeur de la sainteté subjective de l’Église toute entière par rapport au rôle de la hiérarchie. Il s’agit, dans certains cas, d’individus issus de familles « mixtes » qui ont choisi le christianisme et qu’on pouvait donc accuser, selon la législation islamique, d’«  apostasie », en tant que « musulmans » pour la loi : comme Flore, fille d’une chrétienne et d’un musulman, donc juridiquement musulmane, accusée par son frère et martyrisée en 851, ou Marie, fille d’un père chrétien et d’une musulmane convertie, ou encore Adulphus, Alodia, Aurea, Aurelius, Leocritia, Liliosa, Nathalia/Sabigotho, etc. Quelques chrétiens ont blasphémé le nom de Mahomet pour se démarquer d’une communauté en cours d’arabisation et protéger l’identité chrétienne dans un contexte de crise. Tandis que les missionnaires martyrisés en évangélisant les païens, frisons, normands, slaves, sont généralement des moines ou des clercs119, à Cordoue il y a beaucoup de martyrs parmi les laïcs et les femmes. On entrevoit aussi quelques exemples de double conversion : Felix, d’origine chrétienne, avait professé la foi musulmane avant de se rétracter ; Witesindus, issu d’une famille chrétienne, d’abord converti à l’islam, retourne ensuite au christianisme120. Comme Alvar de Cordoue, qui a composé l’Indiculus luminosus en 854, la Vita Eulogii peu après le martyre de son ami en 859 et plusieurs épîtres121, Euloge défend les martyrs volontaires contre leurs détracteurs chrétiens dans le Liber apologeticus sanctorum martyrum, écrit en 857 : il souligne le besoin de protéger, de sauvegarder, y compris par le martyre et la polémique contre Mahomet, l’identité de la minorité chrétienne d’Espagne par rapport à la domination musulmane, qui favorisait l’acculturation arabe des chrétiens espagnols et aussi la conversion de plusieurs d’entre eux à l’Islam122. La Chronique espagnole de 754 avait déjà utilisé la notion d’Europeenses pour définir les populations chrétiennes du nord qui avaient vaincu les Arabes à Poitiers, mais le vocabulaire de la « guerre sainte » sera élaboré plus tard123.

  • 124  Alvare, Indiculus luminosus, 6, éd. Gil, p. 278 ; 9, p. 281 ; 11‑12, pp. 283‑285 ; 16, p. 288 ; 18 (...)
  • 125  C. J. Drees, « Sainthood and Suicide: The Motives of the Martyrs of Cordoba 850‑859 », The Journal (...)
  • 126  Juden und Christen zur Zeit der Kreuzzüge, éd. A. Haverkamp, Sigmaringen, Thorbecke, 1999; J. Cohe (...)
  • 127  Voir Goldin, « Juifs et juifs convertis », cit., p. 863 : dans les récits juifs de la première cro (...)
  • 128  Voir A. Somekh, « Teoderico e gli ebrei di Ravenna », dans Teoderico e i Goti tra Oriente e Occide (...)
  • 129  Chronique de la Livonie de Lettonie, I 9, p. 8 : « baptismum, quem in aqua susceperant, in Duna se (...)
  • 130  Grégoire de Tours, Historia Francorum, V 11, éd. B. Krusch, dans MGH, Scriptores rerum Merovingica (...)

29Paul Alvare condamne maintes fois la « tiédeur » de la plupart des chrétiens espagnols et le recours à la feinte (car la simulatio est justifiée seulement pour la multorum salus), et exalte l’ardeur, le zèle du prophète Elie et des martyrs124. Le clergé officiel mozarabe, qui cherchait à établir des relations cordiales avec les dominateurs en adoptant en particulier la langue arabe pour garantir la continuité de la communauté chrétienne, n’a pas approuvé le choix des « martyrs », qui radicalisait la lutte entre chrétiens et musulmans en provoquant une forte réaction de ceux‑ci. Il s’agit d’une situation partiellement comparable aux tensions qui divisaient les chrétiens à l’époque des anciennes persécutions - on peut rappeler la question des lapsi, les chrétiens qui avaient renié la foi chrétienne en sacrifiant aux idoles pour éviter la mort - ou dans les États communistes après la dernière guerre mondiale : aux groupes disposés à une sorte d’accommodement avec le pouvoir et la culture dominante s’opposaient des groupes radicaux et intransigeants qui refusaient toute compromission et qui étaient accusés par leurs adversaires d’adopter une attitude « suicidaire »125. Le suicide‑homicide des enfants par exemple a été pratiqué par quelques groupes de juifs à l’époque de la première Croisade pour protéger la communauté contre la menace de la conversion forcée des enfants juifs (voir les chroniques citées par S. Schwarzfuchs et A. Toaff)126, tandis qu’on peut retrouver la volonté d’effacer le baptême dont l’eau est jugée « polluée » par les juifs allemands du XIe siècle127 par la plongée dans les eaux d’un fleuve aussi bien chez les juifs de Ravenne à l’époque du roi ostrogoth Théoderic128 que chez les païens de la Livonie, qui refusent l’eau du baptême en tant que signe d’une christianisation imposée129. Grégoire de Tours raconte la conversion, en 576, d’un juif de Clermont, sur la tête duquel un juif de la ville renverse de l’huile nauséabonde en signe de mépris ; par la suite, la plupart des juifs de la ville reçoivent le baptême et les autres quittent la ville130.

  • 131  Agobard, op. 6, éd. van Acker, pp. 115‑117 ; op. 11, p. 194 ; Amulon de Lyon, Epistola 41, 170CD ( (...)
  • 132  Amulon, Epistola, 42, col. 170D : « proditum est nobis a quibusdam, qui ex eorum errore ad Christi (...)
  • 133  Christian de Stavelot, Expositio super Librum generationis, 11, éd. cit., p. 248 : « Non enim invi (...)
  • 134  Paul Alvare, Indiculus luminosus, 33, éd. Gil, p. 311 : « in tantum bella desiderant, ut haec vel (...)
  • 135  Paschase Radbert, Expositio in Matheo, éd. cit., p. 1163 : « Qui dum cupiunt universa suo dominio (...)
  • 136  Chronicon Livoniae, XVI 2, pp. 192‑194 : « Est enim consuetudo regum Ruthenorum, ut quamcunque gen (...)
  • 137  Chronicon Livoniae, XVIII 7, pp. 224‑226 : « Theutonici vero nichil aliud ab eis se requirere, nis (...)

30Si l’abandon du paganisme provoque la crise de la culture traditionnelle tribale des peuples germaniques et une certaine « déculturation », l’attraction exercée par le judaïsme sur les chrétiens est attestée, de même que le prosélytisme chrétien envers eux, par Agobard de Lyon et Amulon, qui cherchent à détourner les fidèles chrétiens des rapports avec les juifs et réclament la liberté de se convertir à la foi chrétienne aussi pour les esclaves des Juifs, car Jésus Christ a commandé aux Apôtres d’évangéliser tous les peuples.131 La conversion de Bodon au judaïsme a favorisé un essor de l’antijudaïsme chrétien, qu’on peut entrevoir surtout dans les œuvres polémiques d’Amulon de Lyon, qui fait allusion aussi à la conversion au christianisme de quelques juifs et à la tentation du syncrétisme132. Christian de Stavelot, tout en soulignant la liberté de conversion, estime que les peuples suivent en général la volonté des princes133. Par ailleurs, dans son commentaire sur Matthieu, Paschase Radbert qui voit dans la religion musulmane une hérésie chrétienne, souligne la dimension politique de l’Islam : les musulmans qui, selon Alvare de Cordoue, aiment à tel point la guerre qu’ils combattent contre tous les peuples comme si Dieu le leur avait commandé134, cherchent à dominer le monde entier et demandent la soumission politique des « autres » à l’Islam plutôt que la conversion et l’adhésion explicite à la foi musulmane135. On peut entrevoir en général dans l’œuvre de Paschase une perception critique du rapport entre le choix religieux et le pouvoir politique. Aussi Henri de Lettonie soulignera‑t‑il au XIIIe siècle, dans le cas des princes russes, le primat d’une logique politique : les princes russes, souvent alliés aux peuples païens de la Baltique pour arrêter l’expansion allemande, cherchent à soumettre les peuples à leur domination politique - et à leur faire payer des contributions - plutôt qu’à la foi chrétienne selon le commandement de Matthieu 28, 19136, tandis que les Allemands accorderaient plus d’importance à la conversion religieuse. Il reconnaît, cependant, le poids des dîmes, dont le joug est parfois lourd137.

  • 138  Raoul le Glabre, Historiae (Cronache dell’anno Mille), III 6, 20, éd. G. Cavallo‑G. Orlandi, Milan (...)
  • 139  Voir S. Sand, Comment le peuple juif fut inventé : de la Bible au sionisme, traduit de l'hébreu pa (...)
  • 140  Will‑Orrieux, Prosélytisme juif ? cit., p. 210.
  • 141  Sur le rapport entre conversion au christianisme, reconnaissance de la préémimence du pouvoir impé (...)
  • 142  Sand, L’invenzione del popolo ebraico, pp. 334‑341, en particulier p. 340 : « l’identità religiosa (...)
  • 143  Vita Constantini X‑XI, dans Cirillo e Metodio, cit., pp. 186‑194.

31La force d’attraction exercée par les juifs, au‑delà des frontières religieuses, est attestée aussi par un passage de Raoul le Glabre, qui condamne la bienveillance du comte de Sens (accusé de « judaïser ») à leur égard138. On mentionnera surtout la conversion (vers 838) des Khazars au judaïsme, qui a contribué à la construction d’une nouvelle identité collective, différente de l’identité religieuse de la chrétienté latine, du « Commonwealth » byzantin comme du monde islamique. Cette conversion, dans laquelle certains spécialistes ont vu un témoignage de l’existence d’un véritable prosélytisme juif139, peut être interprétée comme le choix d’«  une forme de monothéisme politiquement neutre » et comme un « instrument de résistance » politique au christianisme et à l’Islam140, en tant que formes religieuses de « globalisation »141 : selon certains savants, les juifs ne représentaient qu’une minorité dans le royaume, mais d’autres en jugent autrement142. En outre, il semble que les princes khazars ne cherchèrent pas à imposer leur foi : la Vie de Constantin/Cyrille rappelle une longue discussion entre le saint, désigné comme le « Philosophe », les Juifs et les Sarrasins, ainsi que le baptême de deux cent personnes, qui recherchent l’alliance avec l’Empire chrétien de Byzance143.

5. La « conversion » de Pépin d’Aquitaine

  • 144  Annales Bertiniani, pars II auctore Prudentio, ad a. 839, p. 22 : « cum Pippino, Pippini filio, qu (...)
  • 145  Annales Bertiniani, ad a. 869, p. 107 : « Hugo abba et Gauzfridus cum Transsequananis confligentes (...)
  • 146  Réginon, Chronicon, II, a. 870, pp. 101‑102 : « Porro Carlomannus, cum adhuc esset puerulus, iussu (...)
  • 147  Bauduin, Le monde franc et les Vikings, cit., pp. 328‑341, en particulier 335‑336 : « Rien, dans l (...)
  • 148  Raoul le Glabre, Historiae I 19, éd. cit., pp. 40‑42 : « superbiendo abitiens fortunam pauperum pa (...)
  • 149  Annales Bertiniani, pars III, ad a. 861, p. 55 : « Qua occasione Guntfridus et Gozfridus, quorum c (...)
  • 150  Voir les Annexes, 8, et la polémique de Raban Maur, Liber de oblatione puerorum, PL 107, 431B, con (...)

32La conversion de Pépin d’Aquitaine, fils de Pépin et petit‑fils de Louis le Pieux, au paganisme des Normands est probablement politique plutôt que religieuse : après la rébellion contre son oncle Charles le Chauve, il est moine « forcé » en 852, puis s’enfuit, avant d’être élu roi par les Aquitains et de se rallier enfin aux Normands144 ; capturé, il est soumis, en tant que moine apostata, à un procès canonique et à la pénitence. L’utilisation du terme apostata - - également appliqué à un moine qui s’était joint aux Normands et qui finit décapité145 - peut évoquer un véritable abandon et reniement de la foi chrétienne, mais on peut aussi y voir seulement, comme dans la Chronique de Réginon, qui rappelle l’«  apostasie » de Charleman, fils de Charles le Chauve146, le reniement des vœux, l’abandon de la condition monastique, même si celle‑ci avait été imposée plutôt que choisie et la trahison politique contre le royaume franc et la chrétienté147. Il s’agit d’un exemple de rupture par rapport à une identité collective définie, celle de la chrétienté franque, refusée aussi par Astingus, dans le récit légendaire de Raoul le Glabre, tandis que dans les Gesta normannorum de Dudon, Hasting simule une conversion (selon une pratique attestée aussi dans les annales carolingiennes) pour conquérir une ville148. Le passage de Guntfridus et Gozfridus de l’obéissance à Charles le Chauve à l’alliance avec les Bretons, parfois alliés avec les Normands, est définie comme une manifestation de gentilitia mobilitas149 ; et les tendances païennes du mouvement appelé Stellinga (appuyé par Lothaire et réprimé par Louis le Germanique) peuvent être considérées comme un mouvement de résistance politique, sociale et ethnique contre la domination carolingienne150.

  • 151  Raoul le Glabre, Hist. II 12, 23, éd. Cavallo‑Orlandi, cit., pp. 106‑108.
  • 152  G. Vinay, « Peccato che non leggessero Lucrezio », dans Vinay, Peccato che non leggessero Lucrezio (...)

33La force d’attraction exercée par le paganisme sur les intellectuels est attesté par Raoul le Glabre (à Ravenne Vilgard « demonum fallaciis depravatus cepit multa turgide docere fidei sacre contraria, dictaque poetarum per omnia credenda esse asserebat »)151 et quelques textes analysés par Gustavo Vinay152.

Quelques conclusions : questions ouvertes

  • 153  Voir C. Nolte, Conversio und Christianitas : Frauen in der Christianisierung vom 5. bis 8. Jahrhun (...)

34À l’époque considérée, il n’y a pas un modèle unique de conversion, mais plusieurs modèles : de l’acculturation forcée des Saxons à l’inculturation de la foi chrétienne chez les peuples slaves. Au‑delà de la conquête militaire, les médiateurs de la conversion peuvent être les femmes153, les marchands - c’est le cas dans la Vita Anskarii - les voyageurs, les prisonniers, les rois voisins. Il faut souligner que le succès d’une mission dépend souvent de la capacité de recourir à des médiateurs adéquats, susceptibles de connaître la mentalité des populations à convertir. La précarité de la conversion des Danois et des Suédois, après la mission d’Anschaire, dépend de la précarité politique de l’Empire carolingien après la mort de Louis le Pieux. Quant à l’apostasie de Bodo (peut‑être aussi celle du moine Pépin), elle manifeste certaines limites et contradictions de la culture carolingienne, comme le désir de franchir les frontières politiques et religieuses, de sortir d’une condition préétablie -c’est le cas de Pépin - ou d’un système idéologique totalisant pour entrer dans un réseau de relations plus large -c’est le cas de Bodo.

  • 154  Voir R. Savigni, « Israele, la Chiesa e le genti nei due commenti di Beda agli Atti degli Apostoli (...)

35En outre on entrevoit, dans les sources analysées, les implications de la dimension familiale et sociale de la conversion :les Actes des Apôtres évoquent à plusieurs reprises la conversion de familles entières, et l’histoire ecclésiastique du peuple anglais a été proposée par Bède comme une continuation à l’histoire biblique du salut, à partir du modèle des Actes des Apôtres154. Y est également présente la notion de « baptême des nations », qui implique, surtout dans l’Europe orientale slave, un lien très étroit entre identité religieuse et identité politique d’une nation « chrétienne ». La conversion d’un peuple entier, comme les Saxons et les peuples du Baltique, est souvent un moyen privilégié pour assurer la stabilisation politique dans un territoire soumis, ou pour forger l’unité de la nation comme dans le cas de l’Islande.

36La sortie d’une communauté religieuse, souvent identifiée à une communauté politique, est assimilée à une apostasie, à un refus des racines et de l’identité de la nation, plutôt qu’à la libre recherche d’un itinéraire religieux en quête de vérité ; d’où un durcissement des frontières religieuses, dans le cas de la conversion de Bodo et des martyrs de Cordoue qui blasphément contre Mahomet.

  • 155  Voir H. U. von Balthasar, Cordula, ou l'épreuve décisive, Paris, 1968.

37La question du proselytisme juif est ouverte, ainsi que celle du martyre volontaire : s’agit‑il d’une pratique suicidaire ou d’une dimension inhérente à la foi ?155

38À l’époque carolingienne, il n’y a pas encore, probablement, de véritable diabolisation des « autres » (et en particulier des Juifs), car dans le Haut Moyen Âge, la religion chrétienne souligne l’unicité de Dieu et se présente donc comme une « religion du Père » plutôt que comme une religion du Fils et de la Mère : malgré la virulente polémique d’Agobard, d’Amulon et d’Alvare, l’opposition entre les chrétiens et les juifs est donc encore moins radicale qu’à l’époque suivante.

39Christian de Stavelot et Paschase Radbert, soulignent, avec quelques nuances, dans la perspective de Matth. 24,14, la dimension eschatologique de la conversion des peuples païens (Bulgares, Danois et Khazars convertis au judaïsme), mais le lien entre les juifs et l’Antéchrist n’est pas encore mis en évidence.

Haut de page

Annexe

1. Alcuin, ép. 111 (MGH, Epistolae, IV, pp. 160‑161)

Fides quoque, sicut sanctus ait Augustinus, res est voluntaria, non necessaria. Adtrahi poterit homo in fidem, non cogi. Cogi poterit ad baptismum, sed non proficit in fide... Et si fallaciter fidem profitetur, veraciter salutem non habebit. Unde et praedicatores paganorum populum pacificis verbis et prudentibus fidem docere debent. Novit Dominus, qui sunt eius ; et quorum cor vult, aperit, ut intelligant quae a doctore dicantur. Sed et post fidei et baptismi perceptionem molliora praecepta infirmioribus animis sunt praebenda. Nam et apostolus Paulus novellae Galatarum genti scribens ait : ‘Lac vobis dedi potum, non solidum cibum’. Solidus vero cibus virorum est fortium ; id est praecepta maiora illorum sunt, qui multo tempore exercitatos habent sensus in lege Domini. Et veluti lac fragili congruit aetati, ita suaviora praecepta rudi populo in principio fidei tradenda sunt... Si tanta instantia leve Christi iugum et onus suave durissimo Saxonum populo praedicaretur, quanta decimarum redditio vel legalis pro parvissimis quibuslibet culpis edicti necessitas exigebatur, forte baptismatis sacramenta non abhorrerent.

Alcuin, ép. 113, p. 164 

Idcirco misera Saxonum gens toties baptismi perdidit sacramentum, quia numquam habuit in corde fidei fundamentum. Sed et hoc sciendum est, quod fides – secundum quod sanctus Augustinus ait – ex voluntate fit, non ex necessitate. Quomodo potest homo cogi, ut credat quod non credit ? Inpelli potest homo ad baptismum, sed non ad fidem.

2. Einhard, Vita Karoli, 7, éd. G. Waitz, dans MGH, Scriptores rerum Germanicarum in usum scholarum, 25, Hannoverae et Lipsiae 1911, pp. 9‑10.

Post cuius finem Saxonicum, quod quasi intermissum videbatur, repetitum est. Quo nullum neque prolixius neque atrocius Francorumque populo laboriosius susceptum est ; quia Saxones, sicut omnes fere Germaniam incolentes nationes, et natura feroces et cultui daemonum dediti nostraeque religioni contrarii neque divina neque humana iura vel polluere vel transgredi inhonestum arbitrabantur. Suberant et causae, quae cotidie pacem conturbare poterant, termini videlicet nostri et illorum poene ubique in plano contigui, praeter pauca loca, in quibus vel silvae maiores vel montium iuga interiecta utrorumque agros certo limite disterminant, in quibus caedes et rapinae et incendia vicissim fieri non cessabant. Quibus adeo Franci sunt irritati, ut non iam vicissitudinem reddere, sed apertum contra eos bellum suscipere dignum iudicarent. Susceptum est igitur adversus eos bellum, quod magna utrimque animositate, tamen maiore Saxonum quam Francorum damno, per continuos triginta tres annos gerebatur. Poterat siquidem citius finiri, si Saxonum hoc perfidia pateretur. Difficile dictu est, quoties superati ac supplices regi se dediderunt, imperata facturos polliciti sunt, obsides qui imperabantur absque dilatione dederunt, legatos qui mittebantur susceperunt, aliquoties ita domiti et emolliti, ut etiam cultum daemonum dimittere et Christianae religioni se subdere velle promitterent. Sed sicut ad haec facienda aliquoties proni, sic ad eadem pervertenda semper fuere praecipites, non sit ut satis aestimare, ad utrum horum faciliores verius dici possint ; quippe cum post inchoatum cum eis bellum vix ullus annus exactus sit, quo non ab eis huiuscemodi facta sit permutatio. Sed magnanimitas regis ac perpetua tam in adversis quam in prosperis mentis constantia nulla eorum mutabilitate vel vinci poterat vel ab his quae agere coeperat defatigari. Nam numquam eos huiuscemodi aliquid perpetrantes inpune ferre passus est, quin aut ipse per se ducto aut per comites suos misso exercitu perfidiam ulcisceretur et dignam ab eis poenam exigeret, usque dum, omnibus qui resistere solebant profligatis et in suam potestatem redactis, decem milia hominum ex his qui utrasque ripas Albis fluminis incolebant cum uxoribus et parvulis sublatos transtulit et huc atque illuc per Galliam et Germaniam multimoda divisione distribuit. Eaque conditione a rege proposita et ab illis suscepta tractum per tot annos bellum constat esse finitum, ut, abiecto daemonum cultu et relictis patriis caerimoniis, Christianae fidei atque religionis sacramenta susciperent et Francis adunati unus cum eis populus efficerentur.

3. Agobard, op. 6, De baptismo mancipiorum Iudaeorum (ad Adalardum, Walam et Helisacharum), éd. L. van Acker, dans Corpus christianorum, Continuatio mediaevalis, 52, Turnhout 1981, pp. 115‑117

Primum, quod summopere mihi necesse est scire, et, ut existimo, etiam omnibus, ut dare dignemini consilium, quod divino congruat operi, quid faciendum sit de mancipiis Iudaeorum ethnicis, quae illi comparaverunt. Et nutriti apud illos, inter nos discunt linguam nostram, audiunt de fide, vident caelebrationes sollempnitatum, et per haec compunguntur ad amorem christianitatis, et desiderant fieri in corpore Ecclesiae membra Christi ; et confugiunt ad Ecclesiam, baptismum postulantes : utrum uidelicet debeamus illis hoc abnegare, an praebere, ubi possumus. De qua re ego quidem talem teneo rationem : omnem profecto hominem creaturam Dei esse, et in unoquoque homine, quamvis servo, maiorem portionem habere Dominum Deum, qui in utero creavit, ad lucem huius vite produxit, concessam uitam custodiuit, sanitatem servavit, quam illum, qui, uiginti aut triginta solidis datis, fruitur corporis eius servitio. Nec est qui dubitet, quod unusquisque servus, membrorum corporis opera carnali domino debens, mentis religionem soli debeat Creatori.

Propter quod omnes sancti praedicatores, socii apostolorum, docentes omnes gentes et baptizantes, non expectauerunt dominorum carnalium licentiam, ut servos baptizarent, quasi non eos oporteret baptizari, nisi eis permittentibus, sed scientes et praedicantes, quod servi et domini unum habeant Dominum Deum in caelis, omnes baptizaverunt, omnes in uno corpore redigerunt, omnes que fratres et filios Dei esse docuerunt, ita tamen, ut unusquisque in quo vocatus est, in hoc permaneret, non studio, sed necessitate, sed et si qui possent liberi fieri, magis uterentur.

Im promptu est etiam ratione colligere, si qui ethnicorum ad Christum fugiunt, et non recolligimus, sed repudiamus propter carnales dominos, esse impium et crudele, cum humane animae nullus esse possit dominus, nisi conditor. Sed et illud putamus esse considerandum, quia, si religiosus imperator adversus gentes, que a Christi nomine aliene sunt, arma movet, et uictor effectus subicit eos Christo et sociat religioni, opus est pietatis et laude dignum : quomodo neglegendum est, si inter subiectos tales existant, qui desiderent baptismum.

4. Agobard, op. 10, Contra praeceptum impium de baptismo Iudaicorum mancipiorum (ad Hilduinum et Walam), a. 826, éd. L. van Acker, pp. 183‑188

Scripsi sinceritati vestrae singulos breues indiculos, significans vobis quandam feminam, ex iudaismo ad christianismum gratia Christi translatam, graves persecutiones sustinere propter fidem quam suscepit Christi, quas per ipsius femine breviculum potestis cognoscere… Quoddam praeceptum Iudei circumferunt, quod sibi datum ab imperatore gloriantur, in quo continetur, ut mancipium Iudaicum absque voluntate domini sui nemo baptizet. Quod a nobis omnino non creditur, ut a facie christianissimi et piissimi imperatoris tam contraria ecclesiastice regulae sit egressa sententia. Novit enim obtime Deo amabilis prudentia uestra, quomodo ab initio sanctis apostolis super hac re ab ipsa veritate praeceptum sit, quibus absque ulla discretione personarum, absque ulla exceptione conditionum generaliter dictum est : Euntes docete omnes gentes, baptizantes eas in nomine Patris et Filii et Spiritus sancti ; et iterum : Euntes in mundum uniuersum, praedicate Evangelium omni creature ; qui crediderit et baptizatus fuerit, salvus erit. Quod et illi et omnes deinceps ecclesiastici rectores omni fide et constantia observantes, non solum servos quorumlibet hominum, uerum etiam coniuges et soboles imperatorum et consulum, et praedicando ad fidem conuertere, et conuersos nullius expectata licentia baptizare minime dubitarunt… Certe in sacris kanonibus constitutum, ut si qui ex eis ad baptismum venerint, si voluerit episcopus vel quilibet fidelium, redimendi eos habeat potestatem. Quod nos libentissime facere cupimus, hoc tentummodo postulantes, ut eis veniendi ad fidem facultas libera tribuatur. Nec hoc dicimus, quod eis filios vel servos eorum violenter auferendos esse sentiamus, sed ut venientibus ad fidem ab infidelibus licentia non negetur.

5. Agobardi epistolae, ep. 19, éd. E. Dümmler, MGH, Epist. V. Berolini 1899, p. 239

Ex epistola episcopi ad imperatorem de baptizatis Hebraeis. XIX. Postquam divinae gratiae ausilio et vestrae pietatis patrocinio iuxta auctoritatem divinae legis et ecclesiasticorum patrum costituta pro Iudaeorum inluminatione coepimus laborare, adiuvante eadem divina gratia conversi sunt plures ex eis ad Dominum, tam viri quam feminae, maiores natu et iuvenes, adulescentes et pueri, et cum eis etiam seorsum aliqui ex servis et ancillis. Cumque hic numerus coepisset multiplicari, et gaudium matris ecclesiae de salute conversorum in dies augeri, coeperunt universi invitare aversos ad eam quam cognoverant veritatem, maxime pueros et innocentes, eo quod ceteri magis existant duri, utpote inveterati dierum malorum. Coeperunt ergo pueri et adulescentuli quod videbant in istis desiderare fieri in seipsis, et maxime, ut arbitror, quia per singola sabbata a fratribus et sacerdotibus nostris in sinagoga verbum Domini praedicatur. Quod cum impii sensissent parentes, coeperunt eos furtim et maxime noctibus ad inferiores provinciae partes, id est Arelatem urbem, dirigere, quo magna eorum multitudo tam ex Cabilonense quam ex Matisconensi et Viennesi civitatibus translata est. Quod cum mihi ab eisdem qui crediderant Iudaeis dolenter nuntiatum fuisset, iussi eos qui residui erant absque laesione vel damno aliquo in praesentiam meam sub conspectu ecclesiae deduci, ut si qui inter eos essent qui nostra desiderarent, pateret eis ianua matris ecclesiae, ereptis de manibus impiorum. Statim igitur, mirabile dictu, sex pueruli, priusquam ab aliquo exhortari coepissent, sacerdotum nostrorum pedibus provoluti profitebantur se velle baptizari, atque, ut ad me perducerentur, orabant. Cumque perducti essent, similiter supplicantes et rogantes omnium gratulatione suscepti sunt. Post vero et alii numero XLVII qui idem professi sunt, quos omnes sub conspectu Dei et ecclesiae bonis et fidelibus fratribus tradidi instruendos, et in solemnitate paschali generalis lavacri celebritate baptizandos et nutriendos Domino. Reliquos vero in quibus nihil boni desiderii vel petitionis agnovi, restitui intactos parentibus suis.

6. Amulon, Epistola seu liber contra Judaeos ad Carolum regem, 42, PL 116, coll. 170‑171BC

Proditum est nobis a quibusdam, qui ex eorum errore ad Christianitatem veniunt, per quos etiam caetera eorum mala nobis fideliter exponuntur ; quod quidam ipsorum, qui in nonnullis civitatibus telonarii illicite constituuntur, soleant in remotioribus locis Christianos pauperes et ignaros, pro eodem teloneo acriter constringere, deinde ut Christum negent persuadere, et tunc eos quasi remissius agentes dimittere. Nos ipsi veraciter experti sumus, quod illis qui ex eorum perfidia conversi credunt et baptizantur, ita malitiose et callide soleant insidiari, ut dicant : Quid mali est si credis in Christum ? Hoc tantum tene, quia similem sibi et aequalem Deus non habet… Quantum autem eorum nefanda societas, et venenatum colloquium proficiat ad impietatem, dum sermo eorum, dicit Apostolus, sicut cancer serpit (2 Tm 2,17), in uno ab eis miserabiliter et horribiliter decepto omnibus considerare licet. Quod enim nunquam antea gestum meminimus, seductus est ab eis diaconus palatinus, nobiliter natus, nobiliter nutritus et in Ecclesiae officiis exercitatus, et apud principem bene habitus, ita ut eorum diabolicis persuasionibus abstractus et illectus, desereret palatium, desereret patriam et parentes, desereret penitus Christianorum regnum : et nunc apud Hispaniam inter saracenos Judaeis sociatus, persuasus sit ab impiis Christum Dei Filium negare, baptismi gratiam profanare, circumcisionem carnalem accipere, nomen sibi mutare, ut qui antea Bodo, nunc Eliezer appelletur. Ita ut et superstitione et habitu totus Judaeus effectus, quotidie in synagogis Satanae barbatus et conjugatus, cum caeteris blasphemet Christum et Ecclesiam eius.

7. Annales Bertiniani, éd. G. Waitz, MGH, Scriptores rerum Germanicarum in usum schol. 5, Hannoverae 1883

1. pars II, ad a. 839, pp. 17‑18

Interea lacrimabile nimiumque cunctis catholicae aecclesiae filiis ingemescendum, fama perferente, innotuit: Bodonem diaconum, Alamannica gente progenitum et ab ipsis paene cunabulis in christiana religione palatinis eruditionibus divinis humanisque litteris aliquatenus inbutum, qui anno praecedente Romam orationis gratia properandi licentiam ab augustis poposcerat multisque donariis muneratus impetraverat, humani generis hoste pellectum, relicta christianitate ad iudaismum sese converterit. Et primum quidem consilio proditionis atque perditionis suae cum Iudaeis inito, quos secum adduxerat paganis vendendos, callide machinari non timuit; quibus distractis uno tantummodo secum, qui nepos eius ferebatur, retento, abnegata ‑ quod lacrimabiliter dicimus ‑ Christi fide, sese Iudaeum professus est.Sicque circumcisus, capillisque ac barba crescentibus, et mutato potiusque usurpato Eleazari nomine, accinctus etiam cingulo militari, cuiusdam Iudaei filiam sibi in matrimonium copulavit, coacto memorato nepote suo similiter ad iudaismum translato, tandemque cum Iudaeis, miserrimam cupiditate devinctus, Caesaraugustam, urbem Hispaniae, mediante Augusto mense ingressus est. Quod quantum augustis cunctisque christianae fidei gratia redemptis luctuosum extiterit, difficultas, qua imperatori id facile credendum persuaderi non potuit, patenter omnibus indicavit.,

2. ad a. 847, p. 34 

Legati Abdirhaman regis Saracenorum a Corduba Hispaniae ad Karolum pacis petendae foederisque firmandi gratia veniunt.Quos apud Remorum Durocortorum decenter et suscepit et absolvit. Bodo, qui ante annos aliquod christiana veritate derelicta ad Iudeorum perfidiam concesserat, in tantum mali profecit, ut in omnes christianos Hispaniae degentes tam regis quam gentis Saracenorum animos concitare studuerit, quatenus aut relicta christianae fidei religione ad Iudeorum insaniam Saracenorumve dementiam se converterent aut certe omnes interficerentur. Super quo omnium illius regni christianorum petitio ad Karolum regem regnique sui episcopos ceterosque nostrae fidei ordines lacrimabiliter missa est, ut memoratus apostata reposceretur, ne diutius christianis illic versantibus aut inpedimento aut neci foret.

8. Nithard, Historiae, IV 2, éd. E. Müller, MGH, Script. rer. Germ. in usum scholarum, 44, Hannoverae et Lipsiae 1907, pp. 41‑42

Hinc [Lotharius] rem publicam in propriis usibus tribuebat, hinc quibusdam libertatem dabat, quibusdam autem post victoriam se daturum promittebat, hinc etiam in Saxoniam misit frilingis lazzibusque, quorum infinita multitudo est, promittens, si secum sentirent, ut legem, quam antecessores sui tempore, quo idolorum cultores erant, habuerant, eandem illis deinceps habendam concederet. Qua supra modum cupidi nomen novum sibi, id est Stellinga, imposuerunt et in unum conglobati dominis e regno poene pulsis more antiquo qua quisque volebat lege vivebat. Insuper autem Lodharius Nortmannos causa subsidii introduxerat partemque Christianorum illis subdiderat, quibus etiam, ut ceteros Christianos depraedarent, licentiam dabat. Igitur metuens Lodhuvicus, ne idem Nortmanni nec non et Sclavi propter affinitatem Saxonibus, qui se Stellinga nominaverant, coniungerent regnumque sibi vindicaturi invaderent et Christianam religionem his in partibus annullarent : quam ob rem, uti praetulimus, praemaxime .... adiit et, in quantum valuit, simul et cetera regni sui scandala, ne hoc nefandissimum malum sanctae Dei ecclesiae deveniret, precavit

9. Annales Bertiniani, pars III, auctore Hincmaro, a. 864, pp. 67, 72

Pippinus, Pippini filius, ex monacho laicus et apostata factus, se Normannis coniungit et ritum eorum servat… Pippinus apostata a Nortmannorum collegio ab Aquitanis ingenio capitur et in eodem placito praesentatur et primum a regni primoribus ut patriae et christianitatis proditor et demum generaliter ab omnibus ad mortem diiudicatur et in Silvanectis artissima custodia religatur.

10. Hincmar, ép. 170 (juin 864), éd. E. Perels, MGH, Epistolae VIII, Berolini 1939, pp. 163‑165

Quia vero nunc [Pippinus] dicit se poenitere de praeteritis malis, quia habitum et professionem suam deseruit et sacramentum, quo se constrinxit, graviter violavit et quia cum paganis se iunxit, et profitetur se ad suam professionem et habitum velle redire : quoniam illius causa synodali diffinitione atque iudicio decreta fuit, si tempus et locus permitteret, synodali iudicio immutari debuerat… Et quia Pippinus se paganis sociavit, qua societate multa mala in Christianitate profecta sunt, sequendum est de eo Leonis capitulum… Unde… exhortandus est Pippinus, ut puram confessionem de omnibus peccatis suis, quae ab ineunte aetate perpetraverit, secrete faciat, quia forte talia peccata fecit, quae turpe est etiam in publicum dicere. Et de hoc quod suum habitum dimisit et se periuravit et quia cum paganis se iunxit, de qua sua coniunctione multa mala sunt perpetrata, coram ecclesia inter publice poenitentes se lacrimabiliter accuset et poenitentiam et reconciliationem humiliter petat et de omnibus, quae vel secrete confessus fuerit vel publice accusaverit, per manus impositionem episcopalis auctoritatis publice reconcilietur et reconciliatus tonsuram clericalem accipiat et habitum monasticum recipiat et profiteatur se de cetero servare quae expetit et expedit et sic communionem sacri altaris recipiat. Reconciliatus autem benigne tractetur et tali loco sub libera custodia misericorditer custodiatur, ut custodes monachos ac bonos canonicos habeat, qui eum exhortentur et quorum doctrina et exemplo bene de cetero vivere et praeterita peccata plangere discat et quorum providentia et loci convenientia ita custodiatur, ut ad pristinum vomitum redire nequeat, etiamsi diabolo suadente voluerit, et recidivum scandalum per eum in sancta ecclesia et in ista Christianitate oriri non possit.

11. Paschasius Radbertus, Expositio in Matheo, XI, éd‑ B. Paulus, CCCM 56B, Turnhout 1984, pp. 1163‑1165

Nam necdum odio sumus omnibus gentibus ad quas necdum pervenit nomen Christi. Sicut ad Boream quaedam sunt loca et gentes quibus necdum est predicatum Evangelium Christi.Verum tamen nescio si ulla earum sit natio ad quam usque non pervenerit predicatorum aliquis licet eorum feritas non admiserit ex toto fidem Christi recipere. Ceterum relique ad Occiduum etiam insule usque ad oceanum Britannicum iam omnes in toto orbe terrarum credunt. Et ne quis mihi obiciat Sarracenos qui multa regna terrarum nutu Dei suis occuparunt armis et dominantur pene ubique in christianis quasi ad eos Evangelium Christi necdum pervenerit. Pervenit quidem et receperunt Dei notitiam sed male seducti a quibusdam pseudoapostolis ut ita loquar Nicolai discipulis propriam sibi tam ex Veteri Testamento quam et ex Novo condiderunt legem ac si sub unius Dei cultu nec tamen nobis cum nec cum Iudeis quippiam sentire volentes omnia perverterunt. Qui dum cupiunt universa suo dominio subiugari nec querunt quem quisque Deum colat sed ut eis tantummodo serviatur. A quibus forte quia primum iusto Dei iudicio susceperunt spiritum erroris ut multi putant suscipiendus est Antichristus.Quorum assensu ac dominio tanta poterit peragere qualia et quanta in Apocalypsi Iohannis manifeste leguntur. Haec idcirco dixerim ut sciat prudens lector quia mysterium iam operatur iniquitatis sed necdum est finis.... Vnde propheta : Et adorabunt eum unusquisque de loco suo omnes insule gentium. Omnes insule dixit quasi omnes ecclesiae. Hinc ostendit quod nulla relinquantur terrarum spatia ubi non sit futura ecclesia. Quarum quam plurime insularum in Oceano constitutae iam pro certo Evangelium susceperunt.Et quaecumque non perceperunt utique percipient ut perveniat ad omnes utcumque crescendo atque fructificando. Et tunc inquit erit consummatio. Nec sic tamen possumus diffinire cum dicit quia tunc erit quantum post venturus sit finis seculi cum Dominus dicat apostolis : Non est vestrum nosse tempora vel momenta quae Pater posuit in sua potestate. Vnde si iam nobis certissimum esset ad omnes gentes Evangelium pervenisse nec tamen possumus dicere quantum temporis remaneret licet dicere vere potuissemus iam iamque eum adpropinquasse. Nec hoc ita dicimus ut in omnibus gentibus omnes qui ibi fuerint credere debeant sed quod in universo orbe terrarum in quibus gentibus nondum est ecclesia quod oporteat ut sit sicut nuper in quibusdam gentibus Danorum constructas et fabricatas ecclesias quosdam que in eisdem baptizatos novimus. Quia etsi omnes gentes promisse sunt ad fidem venire non omnes homines omnium gentium quia non omnium est fides.

12. Christian de Stavelot, Expositio super Librum generationis (Expositio in evangelium Matthaei) 24, éd. R. B. C. Huygens, Corpus Christianorum, Continuatio Mediaevalis, 224, Turnhout, Brepols, 2008, p. 436

Et praedicabitur hoc evangelium regni in universo orbe. Unum est signum de fine saeculi, quod tunc debeat esse finis saeculi cum omnes gentes audierint evangelium regni in testimonium omnibus gentibus. Nulla gens est sub caelo quae non habeat auditum et domini facta et quod ipse Deus a pluribus credatur, si non per praedicatores, tamen per vicinas gentes. Et tunc erit consummatio. Nescimus iam gentem sub caelo, in qua Christiani non habeantur. Nam et in Goc et Magoc, quae sunt gentes Hunorum quae ab eis Gazari vocantur, iam una gens, quae fortior erat ex his quas Alexander conduxerat, circumcisa est et omne Iudaismum observat, Bulgarii quoque, qui et ipsi ex ipsis VII gentibus sunt, cotidie baptizantur.

13. Rimbert, Vita Anskarii, 24, éd. G. Waitz, MGH, Scriptores rerum Germanicarum in usum scholarum, 55, Hannoverae 1884, pp. 52‑53

Cui post talia vota etiam sanctissimus pater noster suggerere coepit, ut Christo domino hanc concederet benivolentiam, quod ei gratissimum foret, ut in regno suo ecclesiam fieri permitteret, ubi sacerdos omni tempore praesens adesset et verbi divini semina ac baptismi gratiam quibusque suscipere volentibus traderet. Quod ille benignissimo concessit affectu et in portu quodam regni sui ad hoc aptissimo et huic regioni proximo Sliaswich, vocato ubi ex omni parte conventus fiebat negotiatorum, ecclesiam illi fabricare permisit, tribuens locum in quo presbiter maneret ; data pariter licentia, ut quicumque vellet in regno suo fieret christianus. Hac ergo domnus episcopus noster accepta licentia, statim quod diu desideraverat perfecit. Et constituto ibi presbitero, gratia Dei in eodem loco fructuosius crescere coepit. Multi namque ibi antea erant christiani, qui vel in Dorstado vel in Hammaburg baptizati fuerant, quorum quidam primores ipsius vici habebantur, et gaudebant facultatem sibi datam christianitatem suam observandi. Quorum exemplo multi quoque alii et viri et feminae, relicta superstitiosa idolorum cultura, ad fidem domini conversi baptizabantur. Factumque est gaudium magnum in ipso loco, ita ut etiam gentis huius homines absque ullo pavore, quod antea non licebat, et negotiatores tam hinc quam ex Dorstado locum ipsum libere expeterent, et hac occasione facultas totius boni inibi exuberaret. Et cum multi inibi baptizati supervixerint innumerabilis tamen albatorum multitudo exinde ad regna conscendit caelorum. Quia libenter quidem signaculum crucis recipiebant, ut catecumini fierent, quo eis ecclesiam ingredi et sacris officiis interesse liceret, baptismi tamen perceptionem differebant, hoc sibi bonum diiudicantes, ut in fine vitae suae baptizarentur, quatinus purificati lavacro salutari puri et immaculati vitae aeternae ianuas absque aliqua retardatione intrarent. Multi quoque apud eos infirmitatibus detenti, cum se frustra idolis pro salute sua sacrificasse viderent et a propinquis suis desperarentur, ad Domini misericordiam confugientes christianos se fieri devovebant.

14. Vita Anskarii, c. 27, pp. 57‑59

Nam rex, congregatis primo principibus suis, de hac patris nostri legatione cum eis tractare coepit. Qui sortibus quaerendum statuerunt, quae super hoc deorum esset voluntas. Exeuntes igitur more ipsorum in campum, miserunt sortes; ceciditque sors quod Dei voluntate christiana religio ibi fundaretur. Quod factum unus ex primoribus, amicus domni episcopi, statim ei innotuit et, ut consolaretur animo, admonuit, dicens : ‘Confortare et viriliter age, quia Deus voluntati et legationi tuae non abnuit’. Sicque ipse, fiducia sumpta, spiritu interiori laetificatus, exultabat in Domino. Deinde cum dies placiti advenisset, quod in praedicto vico Byrca habitum est, sicut ipsorum est consuetudo, praeconis voce rex, quae esset eorum legatio, intimari fecit populo. Quo illi audito, sicut erant antea errore confusi, diversa sentire et tumultuare coeperunt. Quibus ita perstrepentibus consurgens unus, qui erat senior natu in medio plebis, dixit : ‘Audite me, rex et populi. De cultura istius dei pluribus nostrum bene iam est cognitum, quod in se sperantibus magnum possit praestare subsidium. Nam multi nostrum iam saepius et in marinis periculis et in variis necessitatibus hoc probaverunt. Quare ergo abicimus, quod necessarium nobis et utile scimus ? Aliquando nempe quidam ex nobis Dorstadum adeuntes, huius religionis normam profuturam sibi sentientes, spontanea voluntate suscipiebant. Nunc multae interiacent insidiae, et pyratarum infestatione periculosum valde nobis iter illud factum est. Quod ergo tam longe positum prius sollicite quaerebamus, hic nobis modo oblatum quare non suscipimus ? Et qui eius dei gratiam nobis in multis utilem probavimus, quare servos eius nobis cum manere non libenter assentiamus ? Attendite, populi, consilium vestrum et nolite abicere utilitatem vestram. Nobis enim, quando nostros propitios habere non possumus deos, bonum est huius dei gratiam habere, qui semper in omnibus potest et vult ad se clamantibus auxiliari’. Hoc ergo ita perorante, omnis multitudo populi unanimis effecta, elegit, ut secum et sacerdotes essent, et quae competebant mysteriis Christi apud eos sine contradictione fierent.

 Rex itaque surgens a placito, statim cum misso domni episcopi suum direxit nuncium, mandans populi unanimitatem ad suam voluntatem conversam ; sibique hoc per omnia placere necdum tamen se plenam licentiam ei concedere posse, donec in alio placito, quod erat in altera parte regni sui futurum, id ipsum populis ibi positis nuntiaret. Tunc iterum bonae memoriae pater noster consueta sua requirens subsidia, divinam clementiam intentius exorabat ; cum ecce placiti tempus advenit, et rex praeconis voce legationem domni episcopi atque omnia pariter quae in priori placito dicta et acta fuerant intimari fecit. Divina ergo providentia largiente, omnium corda ita adunata sunt, ut prioris placiti consensum cuncti laudarent et se quoque his assentire velle modis omnibus faterentur.

15. Vita Anskarii, 30, p. 61

Cum ergo [Sueones], quid sibi esset agendum, nimium turbati omnimodis nescirent, quaerendum sortibus statuerunt, utrum dii eorum eis vellent auxiliari, ut vel victoriam caperent vel vivi inde evaderent. Missis itaque sortibus, neminem deorum, qui eis subsidio esse vellet, repperire potuerunt. Quod cum denunciaretur in populo, ululatus et gemitus immensus exortus est in castris, omnisque virtus ab eis recessit. ‘Quid’, inquiunt, ‘infelices acturi sumus ? Dii recesserunt a nobis, et nullus eorum adiutor est nostri. Quo fugiemus ? Ecce naves nostrae longius sunt positae, fugientibusque nobis isti insequentes ad internetionem nos delebunt. Quae ergo nobis erit spes ? Cum itaque in tanta essent angustia positi, quidam negotiatorum, memores doctrinae et institutionis domni episcopi, suggerere eis coeperunt : ‘Deus’, inquiunt, ‘christianorum multotiens ad se clamantibus auxiliatur et potentissimus est in adiuvando. Quaeramus, an ille nobiscum esse velit, et vota ei placita libenti animo spondeamus’. Omnium itaque rogatu supplici missa est sors, et inventum, quod Christus eis vellet auxiliari.

31, p. 63 : Inter haec vero divino contigit iudicio, ut pyratarum infestatione memoratus Horicus rex, quibusdam propinquis eius regnum ipsius invadere conantibus, bello interemptus sit. Cum quo pariter omnes primores terrae illius, qui olim domno episcopo familiares et amici habebantur, gladio interierunt. Deinde post haec constituto in regno ipsius Horico iuniore, quidam eorum quos ille tunc habebat principes, et minus antea domno cogniti fuerant episcopo, persuadere ei coeperunt, ut ecclesia apud eos facta destrueretur, et religio christianitatis ibi coepta annullaretur, dicentes, deos suos sibi iratos esse, et quod ideo tanta eos mala invenerint, quia alterius et ignoti dei apud se culturam receperint.

16. Nicolas I, ép. 99, Responsa, 41, éd. E. Perels, MGH, Epistolae, VI, Berolini 1925, pp. 582‑583

De his autem, qui Christianitatis bonum suscipere rennuunt et idolis immolant vel genua curvant, nihil aliud scribere possumus vobis, nisi ut ad fidem rectam monitis, exhortationibus et ratione illos potius quam vi, quod vane sapiant, convincatis : opera manuum suarum et insensibilia elementa, cum sint homines intellectu habiles, adorantes, immo daemoniis suam cervicem flectentes et immolantes. Nam, ut apostolus docet, ‘scimus, quoniam nihil est idolum, sed quae immolant gentes, daemoniis immolant’. Iam vero si vos non audierint, cum eis nec cibum sumere nec ullam penitus communionem habere, sed eos tamquam alienos atque pollutos a vestris obsequiis et familiaritate removere debetis, ut tali forte confusione compuncti convertantur inspirante Deo ad ipsum, qui est verus et non falsus Deus, creator et non creatus, non factus, sed factor omnium.Nam, ut Dominus praecipit, de domo illius, qui non credit, non solum cibum, verum etiam nec pulverem in pedibus debet educere Christianus, in tantum, ut discipuli nescientes, quod acciderat, moleste tulerint, quod Petrus princeps eorum ad Cornelium ingressus fuerat, quem ipse Deo praecipiente primum ex gentibus fecerat Christianum. Nulla igitur cum his, qui non credunt idolaque adorant, miscenda communio est.Porro illis violentia, ut credant, nullatenus inferenda est. Nam omne, quod ex voto non est, bonum esse non potest ; scriptum est enim : ‘Voluntarie sacrificabo tibi’, et rursus : ‘Voluntaria’, inquit, ‘oris mei beneplacita fac, Domine’, et iterum : ‘Et ex voluntate mea confitebor illi’. Ultronea quippe Deus obsequia et exhiberi tantum ab ultroneis praecipit ; nam si vim inferre voluisset, nullus omnipotentiae illius resistere potuisset.

17. Réginon, Chronicon, II, éd. F. Kurze, MGH, Scriptores rerum Germanicarum in usum scholarum, 50, Hannoverae 1890, ad a. 868, pp. 95‑96

His temporibus gens Vulgarum ferocissima ac bellicosa relictis idolis abrenuntiatisque gentilium superstitionibus in Christum ex permaxima parte credidit ; et abluta salutari baptismatis unda in religionem christianam transiit. Directi sunt autem a sede apostolica in eandem gentem sacerdotes ac viri religiosi, qui populum adhuc rudem divinis informarent preceptis et incultam barbariem sacris dogmatibus excolentes Christo gratum habitaculum prepararent. Ut huius vere sanctae devotionis opus prosperum obtineret effectum, Ludowicus christianissimus rex, qui Germanis imperabat, non mediocre prebuit supplementum. Ferunt autem de huius gentis rege, quod a tanta perfectione post perceptam baptismi gratiam caeperit, ut diebus ornamentis regiis indutus coram populo procederet, noctibus vero sacco vestitus latenter ecclesiam intrans super pavimentum ipsius basilicae substrato sibi tantum cilicio prostratus in oratione iaceret. Non post multum tempus divina inspiratione commonitus regnum terrenum dimisit, ut in caelis aeternaliter regnaret cum Christo ; et ordinato in suo loco regem filium suum maiorem natu, comam capitis deposuit habituque sanctae conversationis suscepto monachus effectus est, elemosinis, vigiliis et orationibus die noctuque intentus. Interea filius eius, quem regem constituerat, longe a paterna intentione et operatione recedens predas caepit exercere, ebrietatibus, comessationibus et libidinibus vacare et omni conamine ad gentilitatis ritum populum noviter baptizatum revocare. Quod cum pater audisset, nimio zelo accensus sacrum habitum deposuit et militiae cingulum resumpsit et cultu regio indutus, adsociatis sibi Deum timentibus, filium persecutus est : quem mox absque difficultate caepit, oculosque eius effodit, et in carcerem misit ; deinde convocato omni regno suo filium iuniorem regem constituit, interminatus coram omnibus, similia fore passurum, si in aliquo a recta christianitate deviaret.

18. Notkerus Balbulus, Gesta Karoli Magni, II 19, éd. H. F. Haefele, MGH, Scriptores rerum Germanicarum, n.s. XII, Berlin 1959, pp. 89‑90 

Et quia de Nordmannis mentio incidit, quanti fidem habeant et baptismum, in temporibus avi vestri gestis paucis evolvam… Quorum legatos religiosissimus imperator tandem aliquando miseratus interrogatos, si christianam religionem suscipere vellent, et responso accepto, quia semper et ubique atque in omnibus essent obaedire parati, iussit eos in eius nomine baptizari… Qui a primoribus palacii quasi in adoptionem filiorum suscepti, de camera quidem caesaris candidatum, a patrinis vero suis habitum Francorum in vestibus preciosis et armis caeterisque ornatibus acceperunt. Quod cum diutius actitaretur et non propter Christum, sed propter commoda terrena ab anno in annum multo plures, iam non ut legati sed ut devotissimi vassalli ad obsequium imperatoris in sabbato sancto paschae festinarent occurrere, contigit, ut quodam tempore usque ad L venissent. Quos imperator interrogatos, si baptizari votum haberent, et confessos iussit aqua sacrata sine mora perfundi. Cumque tot lineae vestes non essent in promptu, iussit incidi camisilia et in modum sepium consui vel in modum vitium pastinari. Quarum cum una cuidam seniorum illorum repentino fuisset imposita et ille eam curiosioribus oculis ex tempore contemplatus fuisset, iamque indignatione non modica mente concepta dixit ad imperatorem : ‘Iam vities hic lotus sum et optimis candidissimisque vestibus indutus ; et ecce talis saccus non milites sed subulcos addecet. Et nisi nuditatem erubescerem, meis privatus nec a te datis contectus, amictum tuum cum Christo tuo tibi relinquerem’. Tanti pendunt hostes Christi, quod ait apostolus Christi : ‘Omnes qui in Christo baptizati estis, Christum induistis’ (Gal 3,27) et illud : ‘Quicumque baptizati sumus in Christo Iesu, in morte ipsius baptizati sumus’ (Rom 6,3), et quod maxime contra contemptores fidei violatoresque sacramentorum vigilat : ‘Rursum crucifigentes sibi filium Dei et ostentatui habentes’ (Héb. 6,6). Quod utinam apud gentiles tantum et non etiam inter eos, qui Christi nomine censentur, sepius inveniretur !

Haut de page

Notes

1  Je remercie Mme Isabelle Fabre, qui a relu et amélioré mon texte français.

2  C. Ginzburg, « La conversione degli Ebrei di Minorca (417‑418) », Quaderni storici, n. 79, XXVII (1992), pp. 277‑289 ; « Conversions religieuses, Histoires et récits », Annales, 54/4 (1999), avec la Présentation de P. A. Fabre, pp. 805‑812. Pour une perspective historique générale, voir La conversione al Cristianesimo nell’Europa dell’Alto Medioevo, Atti della XIV Settimana di studi (1966), Spoleto 1967, avec les notes critiques de S. Boesch‑Gajano, « Missione, cristianizzazione, conversione. In margine a un recente convegno », Rivista di Storia della Chiesa in Italia, 21 (1967), pp. 148‑166 ; R. Fletcher, The Conversion of Europe : from paganism to christianity 371‑1386 AD, London, Harper Collins, 1997 (trad. it La conversione dell'Europa : dal paganesimo al cristianesimo 371‑1386 d. C., Milano 2000) ; P. Brown, The rise of western christendom : triumph and diversity, AD 200‑1000, Oxford 2001² (traduction italienne, La formazione dell’Europa cristiana : universalismo e diversità, Roma‑Bari 2006²) ; J. C. Schmitt, La Conversion d’Hermann le Juif. Autobiographie, histoire et fiction, Paris, Seuil, 2003 (traduction italienne, La conversione di Ermanno l’Ebreo. Autobiografia, storia, finzione, Roma‑Bari, Laterza, 2005, pp. 178‑194) ; B. Dumezil, Les racines chretiennes de l'Europe : conversion et liberté dans les royaumes barbares, 5e.‑8e. siècle, Paris, Fayard, 2005. Sur la répresentation des conversions des juifs (volontaires ou forcées) dans l’hagiographie, voir I. Aulisa, Giudei e cristiani nell’agiografia dell’alto Medioevo, Bari, Edipuglia, 2009, pp. 79‑128.

3  P. Brown, La formazione dell’Europa cristiana, pp. 497‑529 ; Fletcher, La conversione dell’Europa, pp. 350‑399 (sur les « monothéismes rivaux »).

4  G. Bardy, La conversion au christianisme durant les premiers siècles, Paris 1947, p. 157 (trad. it., La conversione al Cristianesimo nei primi secoli, Milano 1975).

5  A Nock, Conversion, Oxford 1961 ; trad. it., La conversione. Società e religione nel mondo antico, avec l’Introduction de Mario Mazza, Roma‑Bari 1974, pp. 7‑8, selon lequel il faut distinguer entre la « conversion » et l’« adhésion ». Voir aussi G. Bardy, La conversion au christianisme durant les premiers siècles, Paris 1947 ; trad. it., La conversione al Cristianesimo nei primi secoli, Milano 1975, p. 17, et la perspective très différente (et parfois discutable) de R. MacMullen, Christianizing the Roman Empire, A.D. 100‑400), New Haven‑London 1984 (traduction italienne, La diffusion del Cristianesimo nell’Impero romano, Roma 1989, en particulier pp. 5‑11 et 142‑143 notes 11, 20).

6  R. Lane Fox, Pagan and Christians, London 1986 (traduction italienne, Pagani e cristiani, Roma‑Bari, Laterza, 1991, 2006², pp. 330‑355, avec référence aux travaux de W.A. Meeks).

7  A. Kreider, « Changing Patterns of Conversion in the West », dans The Origins of Christendom in the West, éd. A. Kreider, Edinburg‑New York 2001, pp. 3‑46; pour l’époque contemporaine voir L. R. Rambo‑C.E. Farhadian, « Converting: stages of religious change », dans Religious conversion. Contemporary Practices and Controversies, éd. C. Lamb, M. Darrol Briant, London‑New York 1999, pp. 23‑34.

8  Voir N. McLynn, « Seeing and Believing. Aspects of Conversion from Antoninus Pius to Louis the Pious », dans Conversion in late Antiquity and the early Middle Ages. Seeing and Believing, éd. K. Mills, A. Grafton, New York 2003, qui analyse les conversions « not as mental events… but as social processes » (p. 225); J. M. H. Smith, « ’Emending Evil Ways and Praising God's Omnipotence’: Einhard and he Uses of Roman Martyrs », ibid., pp. 189‑223.

9  Voir P. Siniscalco, « Sull’evangelizzazione e la cristianizzazione nei primi secoli. Una rassegna bibliografica », dans Saggi di storia della cristianizzazione antica e altomedievale, a cura di B. Luiselli, Roma 2006, pp. 67‑92, en particulier 68‑69 ; La cristianizzazione in Italia tra tardoantico ed altomedioevo : atti del 9. Congresso nazionale di archeologia cristiana : Agrigento 20‑25 novembre 2004, éd. R. M. Bonacasa Carra‑E. Vitale, I‑II, Palermo, Saladino, 2007.

10  Voir, par exemple, V. I. J. Flint, The rise of Magic in Early Medieval Europe, Oxford 1991; James C. Russell, The Germanization of early medieval Christianity: a sociohistorical approach to religious transformation, Oxford 1994, en particulier p. 189: « The magicoreligious reinterpretation of Christianity may be considered the most immediate and salient effect of its Germanization, while the folk‑centered religiopolitical reinterpretation of Christianity may be considered its most enduring effect »; The Cross goes north: processes of conversion in northern Europe, AD 300‑1300, éd. M. Carver, Woodbridge 2005, en particulier P. Urbańczyk, The politics of conversion in North Central Europe, pp. 15‑27 ; Fonti per la storia della cristianizzazione dei Germani, sec. 3.‑8., éd. N. De Mico, S. Marchitelli, S. Rota, dir. B. Luiselli, Roma 2007 .

11  Voir P. Golinelli, Il Medioevo degli increduli. Miscredenti, beffatori, anticlericali, Milano, Mursia, 2009.

12  Vita Constantini (Cyrilli) XII 9‑23; voir A. E. N. Tachiaos, Cyril and Methodius of Thessalonica. The acculturation of the Slavs, Thessaloniki 1989; Crestwood 2001²; trad. it. Cirillo e Metodio. Le radici cristiane della cultura slava, éd. it. par M. Garzaniti, Milano 2005, pp. 194‑195. Sur les Khazars voir D. M. Dunlop, The History of the Jewish Khazars, Princeton 1954 ; V. Kouznetsov, I. Lebedynsky, Les chrétiens disparus du Caucase. Histoire et archéologie du christianisme au Caucase du Nord et en Crimée, Paris 1999 L’empire khazar : 7.‑11. Siècle. L’enigme d’un peuple cavalier, dir. J. Piatigorsky, J. Sapir, Paris 2005 ; La Crimée entre Byzance et le khaganat khazar, éd. C. Zuckerman, Paris 2006.

13  Voir R. Lane Fox, Pagan and Christians, London 1986 (traduction italienne, Pagani e cristiani, Roma‑Bari 1991) ; L. Canetti, Frammenti di eternità : corpi e reliquie tra antichità e medioevo, Roma 2002. Sur la diffusion d’une image négative des « païens » voir Impies et païens entre Antiquité et Moyen Âge, éd. L. Mary, M. Sot, Paris 2002.

14  Voir B. Luiselli, La formazione della cultura europea occidentale, Roma 2003 ; Id., « Cristianizzazione e genesi della cultura europea occidentale », dans Saggi di storia della cristianizzazione cit., pp. 1‑24, en particulier 1‑2 ; J. Muldoon, « Introduction. The Conversion of Europe », dans Varieties of Religious Conversion in the Middle Ages, éd. J. Muldoon, Gainesville 1997, pp. 1‑10, en particulier p. 4: « The processus might better be called the acculturation or perhaps the Christianization of the barbarians rather than their conversion ».

15  L. Musset, « La pénétration chrétienne dans l’Europe du Nord », dans La conversione al cristianesimo nell'Europa dell'alto Medioevo, pp. 263‑325, en particulier 299‑306 et 533‑535 (discussion avec M. Scovazzi) ; sur le syncrétisme et sur la prima signatio, une forme de baptême préliminaire qui permettait les rapports entre les indigènes et les marchands chrétiens, voir M. Scovazzi, Paganesimo e cristianesimo nelle saghe nordiche, pp. 759‑784, en particulier 762‑765.

16  Voir La christianisation des pays entre Loire et Rhin (4.‑7. siecle) : actes du Colloque de Nanterre (3‑4 mai 1974), dir. P. Riché, Paris 1993²; R. Mac Mullen, Christianity and Paganism in the 4th to 8th Century, New Haven 1997; Id., « Christianity shaped through its Mission », dans The Origins of Christendom in the West, éd. A. Kreider, Edinburg‑New York 2001, pp. 97‑117; Christianizing Peoples and converting individuals, éd. G. Armstrong, I. N. Wood, Turnhout 2000; H. Reimitz, « Conversion and Control: the Establishement of Liturgical Frontiers in Carolingian Pannonia », dans The Transformation of frontier from late Antiquity to the Carolingians, éd. W. Pohl, I. Wood, H. Reimitz, Leiden‑Boston‑Köln 2001, pp. 189‑207 (qui entrevoit toutefois, p. 207, une certaine tension entre les stratégies réligieuses et les stratégies politiques : voir aussi I. Wood, Missionaries and the Christian Frontier, ibid., pp. 209‑218) ; V. Peri, « L’ingresso degli Slavi nella cristianità altomedievale europea, in Roma fra Oriente e Occidente », Atti della XLIX Settimana di studi, Spoleto 2002, pp. 401‑453, en particulier p. 428 ; C. La Rocca, « La cristianizzazione dei barbari e la nascita dell’Europa », dans Reti medievali. Rivista, V/2 (2004) (online: url: www.retimedievali.it); Christianization and the rise of christian monarchy: Scandinavia, Central europe and Rus’ c. 900‑1200, éd. N. Berend, Cambridge 2007 ; M. P. Terrien, La christianisation de la région rhénane du 4. au milieu du 8. siècle, Besançon 2007.

17  W. A. Meeks, The First Urban Christians, New Haven‑London1983 ; p. 191 ; R. Lane Fox, Pagans and Christians, London 1986 ; traduction italienne, Pagani e cristiani, Roma‑Bari 2006, pp. 335‑340.

18  Bède, Historia ecclesiastica gentis Anglorum, II 13, éd. M. Lapidge, P. Chiesa, avec traduction italienne, Storia degli inglesi, vol. I, Milano, Mondadori‑Valla, 2008, pp. 242‑246.

19  R. Stark, One True God: Historical Consequences of Monotheism, Princeton 2001; trad. it., Un unico vero Dio. Le conseguenze storiche del monoteismo, Torino 2009.

20  L. G. Duggan, “For Force Is Noto f God”? Compulsion and Conversion from Yahweh to Charlemagne, dans Varieties of Religious Conversion, pp. 49‑62.

21  Sur l’image d’un « supermarché » des religions voir aussi J. North, « The development of Religious Pluralism », dans The Jews among pagans and Christians in the Roman Empire, éd. J. Lieu, J. North, T. Rajak, London‑New York 1992, pp. 174‑193 ; G. G. Stroumsa, La formazione dell’identità cristiana, Brescia, Morcelliana, 1999, 106‑107, 169‑170, 185.

22  Stark, Un unico vero Dio, cit., en particulier pp. 67‑105, 114‑131; voir aussi E. A. Thompson, « Christianity and the Northern Barbarians », dans The conflict between Paganism and Christianity in the Fourth Century, éd. A. Momigliano, Oxford 1963, pp. 56‑78 (traduction italienne, « Il Cristianesimo e i barbari del nord »,dans Il conflitto tra paganesimo e Cristianesimo nel secolo IV, éd. A. Momigliano, Torino 1968, pp. 67‑88). Mais on ne peut pas nier l’existence d’une activité missionnaire : voir R. E. Sullivan, « Carolingian Missionary and the Pagan », Speculum, 28 (1953), pp. 705‑740 ; Id., Christian missionary : activity in the early Middle Ages, Aldershot, Variorum, 1994 ; W. Fritze, « ’Universalis gentium confession’. Formeln, Träger und Wege universalmissionarischen Denken im 7. Jahrhundert », dans Frühmittelalterliche Studien, 3 (1969), pp. 78‑130; L. E. von Padberg, Mission und Christianisierung: Formen und Folgen bei Angelsachsen und Franken im 7. und 8. Jahrhundert, Stuttgart 1995; R. Markus, « The papacy, missions and the gentes », dans Integration und Herrschaft: ethnische Identitäten und soziale Organisation im Frühmittelalter, hrsg. von W. Pohl‑M. Diesenberger, Wien 2002.

23  T.S. Noonan, « Why Orthodoxy did not Spread among the Bulgars of the Crimea during the Early Medieval Era: An early Byzantine Conversion Model », dans Christianizing Peoples cit., pp. 15‑24.Surla conversion manqué ou faillie des Alans voir aussi P. Ognibene, « Wacilla e Wastyrģy. Due santi osseti poco cristiani. Note sulla penetrazione del cristianesimo nell’Alania medievale », dans I prescelti da Dio. I santi e l’esperienza della santità, Rimini, Il cerchio, 2006, pp. 87‑96.

24  Voir Augustin, Contra litteras Petiliani, II 83, éd. M. Petschenig, CSEL 52, Vindobonae 1909, p. 112 : « Ad fidem quidem nullus est cogendus invitus, sed per severitatem, immo et per misericordiam Dei, tribulationum flagellis solet perfidia castigari » (rappelé par Gratien, Decretum, pars II, C. 23, q. 5, c. 33, éd. E. Friedberg, Leipzig 1879, p. 939) ; IV concile de Tolède, c. 55 (rappelé par le Decretum Gratiani, pars I, D 45, c. 5, p. 162) : « Qui autem iampridem ad Christianitatem coacti sunt (sicut factum est temporibus religiosissimi principis Sisebuti), quia iam constat eos sacramentis divinis associatos, et baptismi gratiam suscepisse, et crismate unctos esse, et corporis Domini extitisse participes, oportet, ut fidem, quam vi vel necessitate susceperint, tenere cogantur, ne nomen Domini blasphemetur, et fides, quam susceperunt, vilis ac contemptibilis, habeatur » ; Henri de Lettonie, Chronicon Livoniae, éd. P. Bugiani, Livorno 2005, en particulier I 12, p. 12: « ad observationem fidei, quam sponte promiserant, cogendo decrevit »; II 5, p. 16; XVI 3, p. 200: « ne baptismatis sacramenta contempnerent »; B. Ravid, « The forced Baptism of Jews in Christian Europe: An Introductory Overview », das Christianizing Peoples, pp. 157‑167, en particulier p. 159; P. Quinn, « St Thomas Aquinas’ s Theory of Conversion », ibid., pp. 269‑275; S. Goldin, « Juifs et juifs convertis au Moyen Age. ‘Es‑tu encore mon frère ?’« , Annales, 54/4 (1999), pp. 851‑874, qui souligne la mutation profonde, au XIIe siècle, dans l’attitude des juifs envers leurs coreligionnaires qui abjuraient leur foi : « celui qui a renié sa foi est désormais condamné à l’opprobre » (p. 874) ; M. Caffiero, Battesimi forzati. Storie di ebrei, cristiani e convertiti nella Roma dei papi, Roma, Viella, 2004, pp. 85‑87.

25  L. Scaraffia, Rinnegati. Per una storia dell’identità occidentale, Roma‑Bari, Laterza, 1993, pp. 45‑56, 113‑114, 155‑188.

26  Voir Gli Ebrei nell’Alto Medioevo, Atti della XXVI Settimana di studi (1978), Spoleto 1980.

27  Voir Agobard, op. 14, De cavendo convictu et societate Iudaica, éd. L. van Acker, Agobardi episcopi opera omnia, dans Corpus christianorum, Continuatio mediaevalis LII, Turhout, Brepols, 1981, p. 232 : « noster populus inhibeatur, ne cum Iudeis infidelibus vescendi participium, conmsortium bibendi, habitandi contubernium habere praesumant, ne sub praetextu societatis huius a simplicitate quidem christianae fidei exorbitent » ; Amulon, Epistola seu liber contra Judaeos ad Carolum regem, PL 116, coll. 141‑184, en particulier 1, 141A, 41‑42, 170CD‑171C (et les passages rappelés par le concile de Meaux‑Paris, a. 845, c. 73‑75, dans MGH, Concilia, III, éd. W. Hartmann, Hannover 1984, pp. 120‑124).

28  Voir M. Goodman, Mission and Conversion: Proselytizing in the Religious History of the Roman Empire, Oxford, Clarendon Press, 1994; E‑ Will‑C. Orrieux, Prosélytisme juif? Histoire d’une erreur, Paris, Les Belles Lettres, 1992, en particulier les pp. 171‑192, selon lesquelles « la représentation qui fait d’Israël un peuple missionnaire et convertisseur est une invention de l’Église médiévale » (p. 191), même si « pendant le haut Moyen Âge… le judaïsme, sans avoir été ‘ missionnaire’, fut fortement attirant par la simplicité de sa foi, de ses rites et de sa morale, tant pour des païens que pour des chrétiens » (p. 177) ; et l’opinion très différente de W. Giese, « In Iudaismum lapsus est. Jüfische Proselytenmacherei im frühen und hohen Mittelalter (600‑1300», Historisches Jahrbuch, 88/2 (1968), pp. 407‑418 ; et S. Sand, Comment le peuple juif fut inventé : de la Bible au sionisme, traduit de l’hébreu, Paris, Fayard, 2008, pp. 306‑346 ; traduction italienne, L’invenzione del popolo ebraico, Milano, Rizzoli, 2010, pp. 228‑269, 287‑316.

29  Agobard, De insolentia Iudaeorum, éd. Van Acker, p. 194 ; Amulon, Epistola, 41, 170C : « Et cum eis servos Christianos habere non liceat, habent servientes sibi liberos Christianos ; in quibus tantum proficit eorum impietas… ut dicant melius eos sibi praedicare quam presbyteros nostros, et plerumque mercenarii et mercenariae ipsorum cum eis sabbatiizent » ; 42, 171A : « Nos ipsi veraciter experti sumus, quod illis qui ex eorum perfidia conversi credunt et baptizantur, ita malitiose et callide solent insidiari, ut dicant : Quid mali est si credis in Christum ? Hoc tantum tene, quia similem sibi et aequalem Deus non habet ».

30  Voir L. Steindler, « ’Mater’ e ‘Pater’ nella polemica antiebraica medievale : i percorsi di esclusione del « Pater » dal linguaggio religioso cristiano », Zakhor 3 (1999), pp. 33‑58 ; F. Riess, « From Aachen to Al‑Andalus : the Journey of Deacon Bodo (823–76», Early Medieval Europe 13/2 (2005), pp. 131‑157, en particulier p. 150.

31  Alvare de Cordoue, Indiculus luminosus, 35, dans Corpus scriptorum Mozarabicorum, éd. I. Gil, I, Madrid 1973, pp. 314‑315 ; pour les lettres d’Alvare, pp. 143‑270. J’ai suivi, en y introduisant quelques modifications, la traduction de J.V. Tolan, Les Sarrasins. L’Islam dans l’imagination européenne au Moyen Âge, Paris, Flammarion, 2003, pp. 134‑135. Voir aussi D. Millet‑Girard, Chrétiens mozarabes et culture islamique dans l’Espagne des VIIIe‑IXe siècles, Paris, 1984 ; P. Henriet, « Sainteté martyriale et communauté de salut. Une lecture du dossier des martyrs de Cordoue (milieu IXe siècle) », dans Guerriers et moines. Conversion et sainteté aristocratiques dans l'occident médieval (9.‑12. siecle), éd. M. Lauwers, Nice, APDCA, 2002, pp. 93‑139 ;L. Vones, « Zwischen Kulturaustausch und Religiöses Polemik », dans Wissen uber Grenzen : arabisches Wissen und lateinisches Mittelalter, éd. A. Speer, L. Wegener, Berlin 2006, pp. 217‑237; I. Pochoshajew, Die Märtyrer von Córdoba. Christen im muslimischen Spanien des 9. Jahrhunderts, Frankfurt am Main, Lembeck, 2007; K. Scheel, Die Märtyrer von Córdoba: Der Kampf des Paulus Albarus gegen den Islam, München, GRIN, 2007.

32  Comme c’est le cas dans plusieurs sources médiévales pour la plupart des peuples : voir la Vie première de saint Boniface et les Gesta Normannorum de Dudon de S. Quentin, rédigés en 1015‑1026.

 Willibald, Vita prima Bonifatii, éd. W. Levison, dans MGH, SRG in usum scholarum, 57, Hannoverae et Lipsiae 1905, pp. 1‑58, en particulier 4‑5, pp. 16‑17, 23‑24 (sur la concomitance entre la prédication aux Frisons et la consolidation du royaume franc) ; 6, p. 32 (sur la conversion des « seniores plebis populique principes ») ; 8, p. 52 ; Radbod, Vita altera Bonifatii (a. 899‑917 environ), pp. 62‑78, qui souligne la barbarie des Frisons (9, p. 68 : « Hos remotos a ceteris nationibus ideoque brutos ac barbaros celestis seminiverbius adiit » ; 12, p. 71). Voir aussi Dudon de S. Quentin, Gesta Normannorum seu de moribus et actis primorum Normanniae ducum, 13, PL 141, coll. 609‑758 ; éd. F. Lifshitz, 1996 (dans Bibliotheca Augustanahttp://www.hs‑augsburg.de/~harsch/Chronologia/Lspost11/Dudo/dud_no00.html ; trad. anglais par E. Christiansen, History of the Normans, Woodbridge 1998) : « Anno a Domini nostri Iesu Christi incarnatione nongentesimo duodecimo Franco archiepiscopus catholica fide sacrosanctae trinitatis imbutum Rollonem baptizauit ; duxque francorum Rotbertus de fonte saluatoris eum suscepit. Nomenque suum ei imposuit ; magnisque muneribus et donis honorifice ditauit. Rotbertus autem qui et Rollo comites suos et milites omnemque manum exercitus sui baptizari fecit ; atque christianae religionis fide per praedicationes instrui ».

33  Frédégaire, Chronique des temps mervingiens (livre IV et Continuations),texte latin d’après l’édition de J.M. Wallace‑Hadrill, traduction, introduction et notes par O. Devillers et J. Meyers, Turnhout, Brepols, 2001, en particulier IV 8, p. 70 : « Eo anno Richarid rex Gotorum divino amplectens amore prius secrecius baptizatur. Post haec… omnes Gothos ad christianam legem baptizare fecit ».

34  Frédégaire, Chronique, IV 9,pp. 70‑72 ; 65, p. 156. Voir M. Rouche, « Les baptêmes forcés de juifs en Gaule mérovingienne et dans l'Empire d'Orient », dans De l'antijudaïsme antique à l'antisémitisme contemporain, études réunies par V. Nikiprowetsky, Lille 1979, pp. 105‑124 (aujourd’hui dans M. Rouche, Le choc des cultures : romanité, germanité, chrétienté, durant le haut moyen âge, Villeneuve d’Ascq, 2003, pp. 223‑242).

35  Frédégaire, Continuations, 19, p. 222.

36  M. Rubellin, « Entrée dans la vie, entrée dans la chrétienté, entrée dans la société : autour du baptême à l’époque carolingienne », dans Les entrées dans la vie. Initiations et apprentissages, Nancy, 1982, pp. 31‑51.

37  Frédégaire, Continuations, 13, p. 218 ; 17, p. 220 : Charles Martel « abattit l’armée des Frisons, détruisit les temples de leurs idoles et les livra aux flammes » ; 20, pp. 222‑224 : « In modum Hiericho…urbem munitissimam ingredientes succendunt » ; 27, p. 230 : « un grande nombre d’entre eux, guidés par le Christ, furent consacrés par le sacrement du baptême » ; 31, pp. 232‑234 : « Un grand nombre d’entre eux, voyant qu’ils ne pouvaient s’opposer à l’avancée des Francs, privés qu’ils étaient de ressources propres, demandèrent qu’on leur conférât le sacrement des Chrétiens ».

38  M.McCormick, Eternal Victory: triumphal rulership in late antiquity, Byzantium, and the early medioval West, Cambridge, 1986.

39  Voir aussi, infra, la Vita Anskarii (Annexes 13‑15) ; etle Chronicon Livoniae (XIII siècle) : Enrico di Lettonia, Chronicon Livoniae. La crociata del Nord (1184‑1227), éd. P. Bugiani, Livorno 2005, en particulier I 11, p. 10. Sur cette source, voir E. Christiansen, The Northern crusade, London 1980.

40  Frédégaire, Chronique, IV 48, pp. 130‑132 ; 68, pp. 160‑162, où Samo, pour sa gentiletas, est assimilé aux chiens, c’est à dire aux païens (voir aussi IV 9, p. 72, où Césara dit che la vie des Perses païens « instar ad canis est », c’est à dire qu’ils vivent pareillement à des chiens) ; voir aussi Conversio Bagoariorum et Carantanorum, 3, éd. F. Lošek, Die Conversio Bagoariorum et Carantanorum und der Brief des Erzbischofs Theotmar von Salzburg, MGH, Studien und Texte, XV, Hannover 1997, p. 102 : « negotiatores Dagoberti regis interficere iussit » ; 7, pp. 112‑114 (le dus Ingo exclut de sa table, comme des chiens, les païens, obligés à manger foris domum ut canes). Sur l’imaginaire « bestiale » appliqué aux païens et l’ambivalence de l’image des « chiens » voir G. Bührer‑Thierry, « Étrangers par la foi, étrangers par la langue : les missionnaires du monde germanique à la rencontre des peuples païens », dans L’étranger au Moyen Âge, Actes du XXX congrès de la SHMESP, Paris, Publications de la Sorbonne, 2000, pp. 259‑270 ; Ead., « Les païens comme chiens dans le monde germanique et slave du haut Moyen Âge », dans Impies et païens entre Antiquité et Moyen Âge, éd. L. Mary‑M. Sot, Paris, Picard, 2002, pp. 175‑187, qui rappelle l’épisode de Samo et la représentation, dans les Gesta Karoli de Notker Balbulòus, des Vikings comme des Cynocéphales .

41  Vita Constantini XI 40‑44, dans Tachiaos, Cirillo e Metodio, p. 194 ; Vita Methodii, I 32, p. 211 (les successeurs des apôtres, après le baptême de l’empereur, ont détruit le paganisme par plusieurs conflits et peines) ; IV‑V, pp. 213‑214 ; IX‑XI, pp. 217‑218. Voir D. Obolensky, The Byzantine Commonwealth : Eastern Europe 500‑1453, London 1971 (trad. it., Il Commonwealth bizantino, Roma‑Bari 1974) ; H. Löwe, « Cyrill und Methodius zwischen Byzanz und Rom », dans Gli Slavi nell’Alto Medioevo, Actes de la XXX Semaine, Spoleto 1983, pp. 631‑686 ; Le origini e lo sviluppo della cristianita slavo‑bizantina, éd. S. W. Swierkosz‑Lenart, Roma 1992. Sur le baptême des princes tchèques en 845 voir D. Třeštik, « The baptism of the Czech princes in 845 and the Christianization of the Slavs », Historica. Historical Sciences in the Czech Republic, 2 (1995), pp. 7‑59.

42  Conversio Bagoariorum et Carantanorum, 3, éd. F. Lošek, Die Conversio Bagoariorum et Carantanorum, p. 102 ; 14, p. 134 ; Epistola Theotmari episcopi, p. 140 : « quia exinde primum imbuti et ex paganis christiani sunt facti » ; et, sur le lien entre soumission politique et « conversion », p. 144 (le duc Zwentibald nomma évêque « Wichingum… in quandam neophitam gentem, quam ipse dux bello domuit et ex paganis christianos esse patravit »).

43  Sancti Adalberti episcopi Pragensis et martyris Vita prior, redactio imperialis vel ottoniana, 25, éd. J. Karwasińska, dans Monumenta Poloniae historica, series nova, IV/1, Warszawa 1962, p. 38 : « Erant enim multae nationes per circuitum, per quas aut sibi martyrium, aut eis baptismi gratiam conferre potuit » ; Bruno di Querfurt, Sancti Adalberti Vita altera, redactio longior, 10, éd. J. Karwasinska, Warszawa, 1969, pp. 9‑10. Voir J.S. Kupper, « Compelle intrare. Die Wendenpolitik Bruns von Querfurt in Lichte hochmittelalterlichen Missions‑ und Völkenrechts », Zeitschrift für Ostforschung, 4 (1955), 161‑193 et 360‑401. Voir aussi Amulon, Epistola, 46, 174AC, qui s’appuie sur Luc 14, 23 pour justifier le recours à la coercition à l’époque de la chrétienté, contrairement aux usages du christianisme ancien, qui privilégiait les conversions libres.

44  Sancti Adalberti episcopi Pragensis et martyris Vita prior, redactio imperialis vel ottoniana, 1, éd. J. Karwasińska, dans Monumenta Poloniae historica, series nova, IV/1, Warszawa, 1962, p. 3.

45  Voir Chronicon Livoniae, cit., XII 6, p. 116 ; XIV 11, p. 158 (sur l’intégration des païens convertis dans un réseau d’alliance fondée sur la charité et la vraie paix, c'est‑à‑dire sur l’unité religieuse : « in fraternitatis caritatenobiscum vinculo pacis colligabimus ») ; XV 3, p. 174 ; XVIII 7, pp. 224‑226 ; XXIII 7, p. 300.

46  Voir par exemple Chronicon Livoniae XI 7, éd. cit., p. 102‑104 ; XIV 2, p. 140 ; XVIII 3, p. 218 ; XX 3, p. 256. Parfois les peuples liés à Byzance, comme les Russes, sont assimilés aux païens en tant qu’ennemis de la chrétienté occidentale (ibid., XXVII 2, p. 368).

47  Voir Chronicon Livoniae, XXIII 7, p. 302 : « petebat a nobis bonum deum sibi dari, dicens se malum deum hactenus habuisse ».

48  Voir Chronicon Livoniae,XXIII 8, p. 304 : « contra gentem apostatricem » ; XXVII 1‑2, p. 366.

49  Annales Xantenses, ad a. 873, éd. B. De Simson, dans MGH, Scriptores rerum Germanicarum in usum scholarum, 12, Hannoverae et Lipsiae 1909, pp. 32‑33 : « Ac non post multum temporis Ruodoldus nepos predicti tiranni, qui transmarinas regiones plurimas regnumque Francorum undique atque Galliam horribiliter et pene totam Fresiam vastavit, in eadem regione, in pago Ostrachia ab eadem gente cum quingentis viris agiliter interfectus est et, quamvis baptizatus esset, caninam vitam digna morte finivit ».

50  Voir Rimbert, Vita Anskarii (Annexes, 16) ; Chronicon Livoniae, XI 7, p. 102 : « missis tamen prius sortibus et requisito consensu deorum, an Ruthenorum… an Latinorum debeant subire baptismum ».

51  Voir par exemple Alcuin, Vita Richarii, 3, éd. C. Veyrard‑Cosme, L’oeuvre hagiographique en prose d’Alcuin, Firenze, Sismel, 2003, p. 112 : « ab initio conversionis suae tam dura se castigatione constrinxit ».

52  Raban Maur, Liber de oblatione puerorum, dans PL 107, coll. 419‑440.

53  Voir L. Milis, « La conversion en profondeur : un processus sans fin », dans Saint Géry et la christianisation dans le nord de la Gaule, V‑IX siècles, Revue du Nord, 269 (1986), pp. 487‑498.

54  Voir C. De Miramon, « Embrasser l’état monastique à l’âge adulte (1050‑1200). Étude sur la conversion tardive », Annales, 54/4 (1999), pp. 825‑849 ; Guerriers et moines cit.

55  Voir L’Individu au Moyen Âge : individuation et individualisation avant la modernité, dir. B.M. Bedos‑Rezach‑D. Iogna‑Prat, Paris, Aubier, 2005 ; R. Savigni, « ’Scoperta dell’individuo’, biografia e agiografia nei secoli XI‑XII », Hagiographica XII (2005), pp. 275‑364.

56  Voir G. Vinay, Alto Medioevo latino : conversazioni e no, Napoli 1978, pp. 280‑293 ; G.L. Potestà, « Ordine ed eresia nella controversia sulla predestinazione »,dans Giovanni Scoto nel suo tempo : l'organizzazione del sapere in eta carolingia : atti del 24. Convegno storico (Todi 1987), Spoleto, 1989, pp. 383‑411.

57  Voir Clovis : histoire & mémoire, dir. M. Rouche, t. I‑II, Paris, 1997 (avec plusieurs essais sur les baptêmesdes peuples slaves) ; B. Yorke, The Conversion of Britain. religion, Politics ansd Society in Britain c. 600‑800, Harlow, Pearson Longman, 2006.

58  B. Judic, « Le corbeau et la sauterelle. L’application des instructions de Grégoire le Grand pour la transformation des temples païens en églises. Études de cas », dans Impies et païens cit., pp. 97‑125.

59  Nicolas I, ép. 99, Responsa (866), 41, MGH, Epistolae, VI, éd. E. Perels, Berolini 1925, p. 583 ; M. Pesce, « Cassiodoro e gli ebrei : provvedimenti politici e riflessione teologica. Dalle ‘Variae’ al ‘Commento ai Salmi’« , Annali di storia dell’esegesi 16/2 (1999), pp. 379‑401.

60  Voir Einhard, Vita Karoli, 7, éd. G. Waitz, dans MGH, Scriptores rerum Germanicarum in usum scholarum, 25, Hannoverae et Lipsiae 1911, pp. 9‑10 (voir les Annexes, 2) ; Widukind de Corvey, Rerum gestarum Saxonicarum libri tres, I 15,éd. P. Hirsch‑H.E. Lohmann, MGH, Scriptores rerum Germanicarum in usum scholarum, 60, Hannoverae 1935, p. 25 : « qui olim socii et amici erant Francorum, iam fratres et quasi una gens ex Christiana fide, veluti modo videmus, facta est »

61  R. E. Sullivan, « Carolingian Missionary Theories », Catholic Historical Review, 42 (1956‑57), pp. 273‑295, en particulier 277‑278.

62  Alcuin, ép. 111 à Magenfrid, MGH, Epistolae, IV, éd. E. Dümmler, Berolini, 1895, pp. 160‑161 ; ép. 113, p. 164. Voir les Annexes, 1.

63  Amulon, Epistola 45‑46, coll. 172‑174, qui rappelle Augustin, In Johannis evangelium tractatus, XI 13‑15 ; ép. 173, 2‑3 et 10.

64  B. Effros, « De partibus Saxoniae and the Regulation of Mortuary Custom: A Carolingian Campaign of Chriostianization or the Suppression of Saxon Identity? », Revue belge de philologie et d’histoire, 75 (1997), pp. 367‑286.

65  Voir aussi le récit de la Conversio Bagoariorum et Carantanorum, 3, p. 102 ; Epistola Theotmari episcopi, ibid., p. 140.

66  Nithard, Historiae, IV 2, éd. E. Müller, MGH, Script. rer. Germ. in usum scholarum, 44, Hannoverae et Lipsiae 1907, pp. 41‑42 (voir Annexes, 8); 4, p. 45; 6, pp. 48‑49; Annales Bertiniani, ad a. 841, éd. G. Waitz, MGH, Scriptores rer. Germ. in usum schol. 5, Hannoverae 1883, pp. 25‑26: « Hlotharius terga vertens et Aquasgranii perveniens, Saxones ceterosque confines restaurandi praelii gratia sibi conciliare studet, in tantum ut Saxonibus qui Stellinga appellantur, quorum multiplicior numerus in eorum gente habetur, obtionem cuiuscumque legis vel antiquorum Saxonum consuetudinis, utram earum mallent, concesserit. Qui semper ad mala proclives, magis ritum paganorum imitari quam christianae fidei sacramenta tenere delegerunt ».

67  Voir R. Savigni, « L’immagine dell’ebreo e dell’ebraismo in Agobardo di Lione e nella cultura carolingia », Annali di storia dell’esegesi, 17/2 (2000), pp. 417‑461 ; Id., « A gobardo di Lione tra Impero cristiano e genesi delle ‘nationes’ : un sondaggio sul lessico politico carolingio », sous presse.

68  Alcuin, Vita Willibrordi, 13, éd. Veyrard‑Cosme, L’oeuvre hagiographique en prose d’Alcuin, cit., p. 54 : « Qui maiori evangelizandi occasione accepta, nuper gladio adquisitam gentem, sacro baptismate abluere conatus est » ; ép. 7, MGH, Epist. IV, p. 32 : « Primo sciat dilectio tua, quod miserante Deo sancta eius ecclesia in Europae pacem habet, proficit et crescit. Nam antiqui Saxones et omnes Frisonum populi, instante rege Karolo, alios premiis et alios minis sollicitante, ad fidem Christi conversi sunt ».Voir aussi Eigil, Vita Sturmi 22, éd. G.H. Pertz, dans MGH, Scriptores, II, Hannoverae 1829, p. 376 : « partim bellis, partim suasionibus, partibus etiam muneribus gentem illam ad fidem Christi convertit » ; I Deug‑Su, L' opera agiografica di Alcuino, Spoleto 1983, pp. 31‑71, en particulier p. 63 ; L. Gatto, « Il Monaco Bonifacio e l’evangelizzazione del Nord Europa », dans Saggi di storia della cristianizzazione cit., pp. 285‑322.

69  Alcuin, ép. 111, p. 160 : « Et veluti lac fragili congruit aetate, ita suaviora praecepta rudi populo in principio fidei tradenda sunt ».

70  Alcuin, ép. 111, p. 161 (voir les Annexes, 1) ; ép. 113, à Arnon, p. 164 : « Absque fide quid proficit baptisma ?... Idcirco misera Saxonum gens toties baptismi perdidit sacramentum, quia numquam habuit in corde fidei fundamentum ». Voir C. Veyrard‑Cosme, « Le paganism dans l’oeuvre d’Alcuin », dans Impies et païens cit., pp. 127‑153.

71  Voir Alcuin, ép. 110, éd. cit., pp. 157‑159 ; J.P. Bouhot, « Alcuin et le “De catechizandis rudibus” de saint Augustin », Recherches augustiniennes, 15 (1980), pp. 176‑240. Les sources utilisent souvent l’expression rudes par rapport aux peuples païens nouvellement convertis (voir par exemple Vita Rimberti, 2, éd. G. Waitz, dans MGH, Scriptores rerum Germanicarum in usum scholarum, 55, Hannoverae 1884, p. 82, sur Anschaire « novellae ecclesiae rudibusque adhuc in fide populis rectorem » ; Adam de Brême, Gesta Hammaburgensis ecclesiae pontificum, III 21, éd. B. Scmeidler, dans MGH, Script. rer. Germ. in usum scholarum 2, Hannoverae et Lipsiae 1917, p. 163 ; Nicolas I, ép. 99, Responsa ad Bulgarorum consulta (novembre 66), 4, MGH, Epistolae, VI, éd. E. Perels, Berolini 1925, pp. 570‑571.

72  Bède, Hist. Eccl. I 30, éd. Lapidge, pp. 142‑144.

73  Voir I. Dujcev, « I Responsa di papa Nicolò I ai Bulgari neoconvertiti », Aevum 42 (1968), pp. 403‑428, réimprimé dans Dujcev, Medioevo bizantino‑slavo, III, Roma, Edizioni di Storia e Letteratura, 1971, pp. 143‑173, en particulier pp. 147‑148 pour l’utilisation de l’image paulinienne du passage du lait à la nourriture solide.

74  I. Nicolas, ép. 99, Responsa (866), 18, pp. 577‑578 ; 41, pp. 582‑583 (voir les Annexes, 16) ; 102 p. 599 : on ne peut pas utiliser la violence pour forcer un païen (« non esse inferendam pagano violentiam, ut christianus fiat ») ; Dujcev, I Responsa, cit., pp. 155‑156.

75  Racconto dei tempi passati : cronaca russa del secolo XII, éd. I. P. Sbriziolo, avec une introduction de D. S. Lichacev, Torino, Einaudi, 1971, p. 63 : « nous allâmes chez les Grecs, et vîmes les lieux dans lequels ils honoraient Dieu, et nous ne savions pas si nous étions au ciel ou sur la terre ».

76  Frédégaire, Chronique, IV 66, pp. 156‑158. Voir A. R. Anderson, Alexander’s gate, Gog and Magog, and the inclosed nations, Cambridge, Mass., Mediaeval Academy of America, 1932

77  Christianus Stabulensis, Expositio super Librum generationis (Expositio in euangelium Matthaei) 24, éd. R. B. C. Huygens, Corpus Christianorum, Continuatio Mediaevalis, 224, Turnhout, Brepols, 2008, p. 436 (voir Annexes, 12). La conversion des Bulgares est rappelée aussi par les Annales Xantenses, ad a. 868, p. 25 : « Adhuc visitante Domino plebem suam et circa solis occasum pro denario diurno ociosos vocante operarios ad vineam excolendam, gens Bulgarum, hactenus idola vana colentium, ad fidem catholicam conversa est, mittente eis summo tonanti signa et prodigia fieri in medio plebis ».

78  Réginon de Prüm, Chronicon, éd. F. Kurze, dans MGH, Scriptores rerum Germanicarum in usum scholarum, 50, Hannoverae 1890, ad a. 868, pp. 95‑96 (voir Annexes, 17).

79  Adam de Brême, Gesta Hammaburgensis ecclesiae, II 50, 57‑58, pp. 111, 117 ; III 19, 23, pp. 162, 166 ; IV 30, p. 262.Sur Adam et la christianization de la Suève voir H. Janson, « Adam of Bremen and the Conversion of Scandinavia », dans Christianizing Peoples cit., pp. 83‑88; A. S. Gräslund, « New Perspectives on a Old Problem: Uppsala and the Christianization of Sweden », ibid., pp. 61‑71.

80  Adam de Brême, Gesta II 57, p. 118 ; 71, p. 133 : « videtur mihi iam dudum studio sacerdotum christianam religionem ibidem convaluisse, si conversionem gentis avaricia principum non prepediret » ; III 23, p. 166 (l’avarice des Saxons entrave la conversion des Slaves) ; 72, pp. 219‑220 : « barbaras gentes facilius posse converti per homines suae linguae morumque similium quam per ignotas ritumque nationis abhorrentes personas » ; IV 36, p. 273. Sur la dimension de l’« inculturation », voir aussi Sancti Adalberti Vita altera 26, éd. Karwasińska, pp. 32‑33 : « vestimenta mutemus… similes eorum effecti, familiarius cohabitamus, alloquimur et convivimus ».

81  Adam de Brême, Gesta III 69‑70, pp. 216‑217.

82  Vita Vulframni ep. Senonici, 9, éd. B. Krusch‑W. Levison, dans MGH, Scriptores rer. Merov. 5, Hannoverae et Lipsiae 1910, p. 668 : « Haec audiens dux incredulus ‑ nam ad fontem processerat, ‑ et, ut fertur, pedem a fonte retraxit, dicens, non se carere posse consortio praedecessorum suorum principum Fresionum et cum parvo pauperum numero residere in illo caelesti regno ; quin potius non facile posse novis dictis adsensum praebere, sed potius permansurum se in his, quae multo tempore cum omni Fresionum gente servaverat ».Voir S. Lebecq, « Les Frisons entre Paganisme et Christianisme », dans Christianisation et déchristianisation : actes de la neuvieme rencontre d'histoire religieuse tenue a Fontevraud (3.5 octobre 1985), Angers 1986, pp. 19‑45.

83  Scovazzi, « Paganesimo e cristianesimo nelle saghe nordiche »cit.; O. Vesteinsson The Christianization of Iceland: priests, power, and social change 1000‑1300, Oxford 2000. Sur la religion traditionnelle des Normands, conçue comme culte, sacrifices, pratique sociale, voir R. Boyer, La vie quotidienne des Vikings, 800‑1050, Paris, Hachette, 1992 (trad. it., La vita quotidiana dei Vichinghi, 800‑1050, Milano, Rizzoli, 1994, p. 189). Sur les motivations pratiques de la conversion des Normands voir aussi Boyer, Le Christ des barbares : le monde nordique (9.‑13. s.), Paris 1987.

84  Rimbert, Vita Anskarii, éd. G. Waitz, dans MGH, Script. Rer. Germ. In usum scholarum, LV, Hannoverae 1884, pp. 13‑79, en particulier 12, pp. 33‑35 ; 25, p. 55 (sur la vision d’Anschaire) : « Hanc ergo visionem servus Dei cum ante profectionem illam longe vidisset, certum tenebat animo, Dei se imperio ad partes illas incitari ; et maxime in verbo, quod dictum est : ‘Audite, insulae’ (Is 49,1‑3), quia omnis fere patria illa in insulis est constituta, et quod subiunctum est : ‘Eris illis in salutem usque ad extremum terrae’, quia finis mundi in aquilonis partibus in Sueonum coniacet regionibus ». Sur l’histoire des missions et de la christianisation dans l’Europe du Nord voir Rom und Byzanz im Norden. Mission und Glaubenswechsel im Ostseeraum während des 8.‑14.Jahrhunderts, éd. M. Müller‑Wille, I, Mainz‑Stuttgart 1977, en particulier R. Staats, « Missionsgeschichte Nordeuropas. Eine geistesgeschichtliche Einführung », pp. 9‑33, qui entrevoit le succès d’une « synkretistische Religion » (p. 29).

85  Rimbert, Vita Anskarii, 7, p. 26 : « qui eum se cum detentum tam per se quam per alios ad suscipiendam christianitatem cohortatus, quod scilicet inter eos ita maior familiaritas esse posset populus que christianus ipsi ac suis promptiori voluntate in adiutorium sic veniret, si uterque unum coleret Deum, tandem gratia divina tribuente ad fidem convertit, et sacro baptismate perfusum ipse de sacro fonte suscepit sibique in filium adoptavit », 27 : « coeperunt multi tantam eius admirari immutationem ; quod scilicet, relicta patria et propinquis suis, fratrum quoque, cum quibus educatus fuerat, dulcissima affectione, alienas expetere vellet nationes et cum ignotis ac barbaris conuersari », 29 ; 21, p. 46 : « post cuius obitum cum de regni divisione magna fieret perturbatio, pastoris quoque nostri aliquo modo labefactari coepit legatio » ; c. 25, p. 54.

86  Vita Anskarii, 9‑10, pp. 30‑31 ; 12, p. 33 : les missionnaires racontent à l’empereur « quanta Dominus secum egerit, et quod ostium fidei in illis partibus ad vocationem gentium patefactum fuerit » (voir Act. 14,27) ; 12, p. 34. L’évangelisation des peuples scandinaves actualise le récit des Actes des Apôtres (voir 8, p. 30 : « crescebant cotidie, qui salvi fierent in Domino », qui rappelle act. 2,48).

87  Rimbert, Vita Anskarii, 10, p. 31 ; 19, p. 41 ; 24, pp. 52‑53 ; 27, p. 58 ; 30, p. 62 : « unde a christianis edocti negotiatoribus, qui simul aderant, Christo domino placitum devoverunt ieiunium » ; 33, p. 64.

88  Vita Anskarii, 27, p. 58 (voir les Annexes, 14), et aussi Annales Xantenses, ad a. 845, pp. 14‑15 : « Consilio enim inito miserunt sortes, a quo deorum suorum salutem consequi debuissent ; sed sortes salubriter non ceciderunt. Suadente autem eos quodam captivo Christiano, ut coram Deo Christianorum sortem ponerent, quod et fecerunt, et salubriter sors eorum cecidit. Tunc rex eorum nomine Rorik una cum omni populo gentilium XIIII dies a carne et medone abstinuit, et cessavit plaga, et omnes Christianos captivos, quos habebant, ad patriam propriam dirigunt ».

89  Vita Anskarii,19, p. 40 : « Ubi cum inter alia collocutionum verba illi deos suos laudassent, quorum favore prospera sibi multa provenirent, et illi, quod solus a consortio omnium inani fide aberraret, verbis multiplicibus improperarent, ipse, ut erat fervens spiritu, respondisse illis fertur : ‘Si tanta est de divina maiestate dubietas, quod tamen dubium esse nullo modo deberet, probemus miraculis, quis sit maioris potentiae, vestri multi quos dicitis dii, an meus solus omnipotens dominus Iesus Christus’«  ; 30, p. 61 : « Omnium itaque rogatu supplici missa est sors, et inventum, quod Christus eis vellet auxiliari » ; 32, p. 64 : le roi des Suédois « insuper etiam, quod antea nefandum paganis videbatur, ut clocca in eadem haberetur ecclesia, consensit ». 

90  Vita Anskarii, 8, p. 30 : « Ipsi quoque divino inspirati amore, ad promulgandam devotionis suae religionem coeperunt curiose pueros quaerere, quos emerent et ad Dei servitium educarent. Praefatus quoque Herioldus ex suis aliquos sub eorum cura erudiendos posuit ».

91  Voir Hist. eccl. II 9, éd. Lapidge, p. 220 : le roi Edwin se demandait « quid sibi esset faciendum, quae religio servanda » ; 13, p. 242 : le roi « habito enim cum sapientibus consilio, sciscitabatur singillatim .ab omnibus, qualis sibi doctrina haec eatenus inaudita et novus divinitatis, qui praedicabatur, cultus videretur ».

92  Vita Anskarii, 26, p. 57 : le roi Horic dit au saint : « ‘Antea tamen hic, inquit, fuerunt clerici qui populari hinc seditione, non regio iussu, eiecti sunt. Quapropter et ego hanc legationem vestram confirmare nec possum nec audeo, priusquam sortibus deos nostros consulam et populi quoque super hoc voluntatem interrogem. Sit missus tuus in placito mecum proximo, et ego pro te loquar populo. Et, si quidem diis fautoribus illi tuae consenserint voluntati, quod quaesisti prosperabitur. Sin autem, et hoc tibi notum faciam’. Sic quippe apud eos moris est ut quodcumque negotium publicum magis in populi unanimi voluntate quam in regia constet potestate » ; 27‑32, pp. 57‑64. Voir les Annexes, 14‑15.

93  Vita Anskarii, 24, p. 53. Voir les Annexes, 13.

94  Widukind, Rerum gestarum Saxonicarum libri tres, III 65, p. 140 : « Dani antiquitus erant christiani, sed nichilominus idolis ritu gentili servientes ». 

95  Paschase Radbert, Commentarius in Matheo, XI 24, éd. B. Paulus, Corpus Christianorum, Continuatio Mediaevalis, 56B, Turnhout, 1984, pp. 1163‑1165 (voir Annexes, 11).

96  Ibidem, p. 1163 : « Qui dum cupiunt universa suo dominio subiugari nec querunt quem quisque Deum colat sed ut eis tantummodo serviatur ».

97  Ermoldus Nigellus, Carmen in honorem Hludowici, IV, dans MGH, Poetae latini aevi Karolini, II, éd. E. Dümmler, Hannoverae 1884, pp. 63‑76, en particulier vv. 169‑172, p. 63 : « Ebo redit gaudens, lucrisque propheta futuris/ Aestuat, et regi vota placenda refert,/ Qualiter Heroldus, Denorum rector opimus,/ Sacra lavacra dei suscipienda petat » ; Annales Lobienses, éd. G. Waitz, dans MGH, Scriptores 13, Hannoverae 1881, ad a. 832, p. 232 : « 832 legati Vulgarorum cum muneribus venerunt et Heroldus rex Danorum cum uxore babtizatus est ab imperatore et imperatrice ». Voir P. Bauduin, Le monde franc et les Vikings. VIIIe‑IXe siècle, Paris, Albin Michel, 2009, pp. 123‑149.

98  Réginon, Chronicon, ad a. 882, pp. 119‑120 : « Novissime Godefridus rex Nortmannorum ea conditione christianum se fieri pollicetur, si ei munere regis Fresia provincia concederetur, et Gisla filia Lotharii in uxorem daretur. Quae, ut optavit, adeptus baptizatus est et ex sacro fonte ab imperatore susceptus ».

99  Notkerus Balbulus, Gesta Karoli Magni, II 19, éd. H. F. Haefele, dans MGH, Scriptores rerum Germanmicarum, n.s. XII, Berlin 1959, pp. 89‑90 : « les Danois baptisés recevaient une tunique blanche et quelques vêtements francs, armes et robes de luxe… Les Danois vinrent tous les ans, non pas pour la foi en Christ mais pour les avantages du monde ». Voir les Annexes, 18.

100  Annales Bertiniani, ad a. 841, p. 26 : « (Hlotharius) Herioldo, qui cum ceteris Danorum pyratis per aliquot annos Frisiae aliisque christianorum maritimis incommoda tanta sui causa ad patris iniuriam invexerat, Gualacras aliaque vicina loca huius meriti gratia in beneficium contulit ; dignum sane omni detestatione facinus, ut qui mala christianis intulerant idem christianorum terris et populis Christique ecclesiis praeferrentur, ut persecutores fidei christianae domini christianorum existerent, et demonum cultoribus christiani populi deservirent ! » ; Annales Fuldenses, éd. F. Kurze, SS rer. Germ. 7, 1891, ad a. 852, p. 41 : « DCCCLII. Herialdus Nordmannus, qui superioribus annis iram domini sui Horic Danorum regis fugiens ad regem Hludowicum se contulit et ab eo benigne susceptus baptizatus ac fidei sacramentis imbutus est, cum per plures annos honorifice inter Francos haberetur, tandem principibus borealium partium et custodibus Danici limitis quasi lubricae fidei et molimine proditionis coepit esse suspectus, unde et ab eis occisus est ».

101  Annales Bertiniani, ad a. 873, pp. 124‑125 : « Petierunt autem, ut eis in quadam insula Ligeris fluvii usdque in mense februario residere et mercatum habere liceret, atque in mense februario quicumque iam baptizati essent ex ei set christianitatem de cetero veraciter tenere vellent ad eum venirent, et qui adhuc ex pagani christiani fieri vellent ipsius dispositione baptizarentur, ceteri vero ab illius regno discederent, ulterius, sicut dictum est, ad illud in malum non reversuri ».

102  Ibid., ad a. 876, p. 131.

103  Hincmar de Reims, ép. 155, dans MGH, Epistolae VIII, p. 120 : « Rorico Nordmanno ad fidem Christi converso, ut semper in dei voluntate et mandatorum illius observatione proficiat, sicut et eum velle ac facere per multos audiebat, et ut nemo ei persuadere valeat, quo contra christianos paganisa ut consilium aut adiutorium prestet, quia nichil ei proderit baptismum christianitatis accepisse, si contra christianos aut per se aut per alios quoscumque perversa vel adversa fuerit machinatus » ; Flodoard de Reims, Historia Remensis ecclesiae, III 26, dans MGH, Scriptores, 36, éd. M. Stratmann, Hannover 1998, p. 336 ; et aussi 23, p. 307 ; M. Kaufhold, « Die wilden Männer werden fromm : Probleme der Christianisierung in der Frühzeit der Normandie », Historisches Jahrbuch, 120 (2000), pp. 1‑38, en particulier p. 23 ; Bauduin, Le monde franc et les Vikings, cit., pp. 303‑311, en particulier 308.

104  Bauduin, Le monde franc et les Vikings, cit., pp. 142‑149.

105  Loup de Ferrières, ép. 7, dans MGH, EpistolaeVI (Karolini aevi IV), Berolini 1925, p. 18. Voir A. Ricciardi, L’epistolario di Lupo di Ferrières. Intellettuali, relazioni culturali e politica nell’età di Carlo il Calvo, Spoleto 2005, pp. 232‑234. Mais Selon F. Riess, « From Aachen to Al‑Andalus : the journey of Deacon Bodo (823–76», Early Medieval Europe 13/2 (2005), pp. 131‑157, en particulier 139‑140, il s’agit de la même personne.

106  H. Löwe, « Die Apostasie des Pfalzdiakons Bodo (838) und das Judentum der Chasaren », dans Person und Gemeinschaft im Mittelalter. Karl Schmid zu seinem 65. Geburstag, hrsg. G. Althoff, D.Geuenich, O. G. Oexle, J. Wollasch, Sigmaringen 1988, 157‑169, en particulier p. 168 : « ist Bodos Apostasie zu verstehen als Schritt in geographische, politische und geistige Weiten, die ihm bis dahin verschlossen gewesen waren » ; Riess, « From Aachen to Al‑Andalus » p. 139 : « he has crossed a textual frontier » ; voir aussi A. Cabaniss, « Bodo Eleazar : A Famous Jewish Convert », Jewish Quarterly Review, n. s. 43 (1952‑53), pp. 313‑328 ; D. Blumenkranz, « Du Nouveau sur Bodo‑Eleazar ? », Revue des Etudes Juives, 12 (112) (1953), pp. 35‑42. Sur les renégats de l’époque moderne voir Scaraffia, Rinnegati cit. ; Conversioni nel Mediterraneo, éd. A. Foa, L. Scaraffia, Dimensioni e problemi della ricerca storica, 2 (1996) ; Schiavitu e conversioni nel Mediterraneo, éd. di G. Fiume, Quaderni storici, XLII, 3 (2007), pp. 66‑953 ; G. Fiume, Schiavitù mediterranee. Corsari, rinnegati e santi di età moderna, Milano 2009, en particulier pp. 68‑119.

107  Agobard, op. 6, De baptismo mancipiorum Iudaeorum, éd. van Acker, p. 117.

108  Annales Bertiniani, ad a. 847, p. 34 ; ad a. 852, p. 41 : « Mauri Barcinoniam Iudaeis prodentibus, capiunt, interfectisque pene omnibus christianis et urbe vastata, inpune redeunt ». Voir les Annexes, 7 ; et Ph. Sénac, Les Carolingiens et al‑Andalus (VIIIe‑IXe siècle),Paris, Maisonneuve et Larose, 2002, pp. 106‑107, qui mentionne aussi (p. 114) un autre personnage appelé Bodo, un juif de Saragosse en contact avec Charlemagne.

109  Riess, « From Aachen to Al‑Andalus », pp. 136‑137, 155‑157

110  Alvare de Cordoue, Epistolae, éd. I. Gil, Corpus Scriptorum Muzarabicorum, I, pp. 143‑270, en particulier ép. 14‑20, pp. 227‑270.Voir F. Parente, « La controversia tra Ebrei e cristiani in Francia e in Spagna dal VI al IX secolo », dans Gli Ebrei nell’Alto Medioevo, cit., pp. 529‑639, en particulier 616‑633 sur la correspondance entre Paul Alvare et Bodo/Eléazar et la polémique sur le messianisme juif ; J. C. Lara Olmo, « La Polémica de Álvaro de Córdoba con Bodón‑Eleazar », dans C. Del Valle Rodríguez, La controversia Judeo‑Cristiana en España (desde los orígenes hasta el siglo XIII), Madrid 1998, pp. 131‑159 ; Riess, « From Aachen to Al‑Andalus », pp. 140‑150, selon lequel les lettres, rédigées entre 840 et 854, « show the fluid nature of ethnic and religious identities under pressure from political changes caused by military conquest » (p. 144) et Alvare oppose une identité culturelle « wisigothe » à l’identité « mozarabe » (refusée par les martyrs de Cordoue).

111  F. Parente, « La controversia tra Ebrei e cristiani », pp. 596‑599, 621‑626.

112  Alvar, ép. 14, 4, éd. Gil, p. 230, ép. 16, p. 234, 240 ; ép. 17, 2, p. 244 : « Ais enim quod e contrario fidem reprobam et abiectam, et falsiloquam et maledictam, et orribile et despectivilem et abominavi lem et vilem relinqueris et gloriosam veramque adsumseris » ; ép. 18, p. 268.

113  Alvar, ép. 18, éd. Gil, pp. 248‑249 : « Et ideo non nos gentes esse, sed Israel, quia ex ipsa stirpe Israelitica orti parentes olim fuerunt nostri… Quis magis Israelis nomine censeri est dignius ? Tu qui, ut dicis, ex idolatria ad summi Dei cultum reversus es, et non gente, sed fide Judaeus es ; an ego qui et fiode et gente Hebraeus sum ? sed ideo Judaeus non vocor, quia nomen novum mihi impositum est ».

114  Alvar, ép. 18, 14‑15, éd. Gil, p. 257 : « dicis a te in Francorum regis palatio vidisse quatuordecim viros inter se ipsos cultu diversos… dicamque : Numquid tu deo tuo maiores domos, quam dii homines diis suis fabricare, potes erigere ? ».

115  Alvar, ép. 18, éd. Gil, p. 258 : « Si te libido delectat et virginitas floridaque castitas horret, non Judeos, sed Mamentanos inquire, ubi secundum seculum fulgeas, et non unam uxorem, set plures adsumas et velut equus infrenis passim feminalium aviditate in diversa feraris ».

116  Ibid., pp. 267‑268 : « Et cum Deus conversionem vestram usquequaque non cupiat, quis insipiens est qui vos aliquando convertendos predicat ?... Vides caecitatem tua musque ad finem mundi esse praedictam ».

117  Parente, « La controversia tra Ebrei e cristiani », pp. 585, 595 sgg.

118  L. Verstrepen, « Raban Maur et le judaïsme dans son commentaire sur les quatre livres des Rois », Revue Mabillon 68 (1996), pp. 23‑55.

119  Voir W. van Egmond, « Converting Monks: Missionnary Activity in early Medieval Frisia and Saxony », dans Christianizing Peoples, cit., pp. 37‑45.

120  Henriet, « Sainteté martyriale et communauté de salut », en particulier pp. 94‑97, 106‑119, 124‑131 et la liste des martyrs, une cinquantaine (pp. 132‑139).

121  Voir Indiculus luminosus 2, éd. Gil, p. 273, qui polémique contre les chrétiens « froids », « amore Dei frigidi », qui blâment le martyre de cette époque) ; 9, p. 281 (contre les chrétiens « tièdes », qui condamnent les martyrs volontaires) ; 14‑15, pp. 287‑288 ; 18‑19, pp. 290‑291.

122  Euloge, Memoriale sanctorum, éd. Gil, Corpus scriptorum muzarabicorum, II, Madrid 1973, pp. 363‑459 ; Documentum martyriale, pp. 459‑475 ; Liber apologeticus sanctorum martyrum, pp. 475‑495. Voir Tolan, Les Sarrasins, pp. 133‑149, notamment p. 138 : « Pour les deux apologistes, le rôle privilègié accordé aux évêques de l’émirat est scandaleux » ; et 145 : « les heurts provoqués par les martyrs encouragèrent probablement les chrétiens à se convertir à l’Islam » ; et ausssi R. W. Bulliet, Conversion to Islam in the Medieval Period : An Essay in Quantitative History, Cambridge Mass. 1979 ; Fletcher, La conversione, pp. 375‑383 ; J. Wasilewski, « The ‘Life of Muhammad’ in Eulogius of Córdoba : some evidence for the transmission of Greek polemic to the Latin west », Early Medieval Europe, 16/3 (2008), pp. 333‑353.

123  Sénac, Les Carolingiens et al‑Andalus, pp. 34‑35, 115 ; A. Vanoli, Alle origini della Reconquista. Pratiche e immagini della guerra tra Cristianità e Islam, Torino, Aragno, 2003 ; J.V. Tolan, Les Sarrasins, Paris, Flammarion, 2003, pp. 129‑130.

124  Alvare, Indiculus luminosus, 6, éd. Gil, p. 278 ; 9, p. 281 ; 11‑12, pp. 283‑285 ; 16, p. 288 ; 18, pp. 289‑290 : « Nostra hec, fratres, nostra desidia peperit mala, nostra inpuritas, nostra levitas, nostra morum obscenitas ».

125  C. J. Drees, « Sainthood and Suicide: The Motives of the Martyrs of Cordoba 850‑859 », The Journal of Medieval and Renaissance Studies 20 (1990), pp. 59–90.

126  Juden und Christen zur Zeit der Kreuzzüge, éd. A. Haverkamp, Sigmaringen, Thorbecke, 1999; J. Cohen, Sanctifyng the Name of God: Jewisch Martyrs and Jewisch Memories of the First Crusade, Philadelphia 2004; S. Schwarzfuchs, Les Juifs au temps des Croisades en Occident et en Terre sainte, Paris, A. Michel, 2005; A. Toaff, Pasque di sangue. Ebrei d’Europa e omicidi rituali, Bologna, Il Mulino, 2008², pp. 197‑204.

127  Voir Goldin, « Juifs et juifs convertis », cit., p. 863 : dans les récits juifs de la première croisade ainsi que dans les textes apologétiques juifs du XIIIe siècle l’eau baptismale est considérée comme « un élément sale, puant, répugnant et ignoble ».

128  Voir A. Somekh, « Teoderico e gli ebrei di Ravenna », dans Teoderico e i Goti tra Oriente e Occidente, éd. A. Carile, Ravenna 1995, pp. 137‑149, en particulier 140‑143.

129  Chronique de la Livonie de Lettonie, I 9, p. 8 : « baptismum, quem in aqua susceperant, in Duna se lavando removere putant » ; II 8, p. 20 : « Hic iam baptismatis aquam cum ipsa christianitate removemus aqua fluminis et fidem susceptam exfestucantes post Saxones recedentes transmittimus » ; IX 8, p. 54 ; XXVI 8, p. 360.

130  Grégoire de Tours, Historia Francorum, V 11, éd. B. Krusch, dans MGH, Scriptores rerum Merovingicarum, I/1, Hannoverae 1937, pp. 205‑206.

131  Agobard, op. 6, éd. van Acker, pp. 115‑117 ; op. 11, p. 194 ; Amulon de Lyon, Epistola 41, 170CD (selon quelques chrétiens qui « judaïsent », les juifs prêchent mieux que les prêtres chrétiens). Mais l’ép. 19 publiée sous le nom d’Agobard dans MGH, Epistolae V, éd. E. Dümmler, Berolini 1899, p. 239 a été rédigée probablement par un autre auteur (voir E. Boshof, Erzbischof Agobard von Lyon, Köln‑Wien 1969, pp. 135‑138 ; J. Heil, Agobard, Amolo, das Kirchengut und die Juden von Lyon, Francia 25 (1998), pp. 39‑76, en particulier68‑71). Voir les Annexes, 3‑5.

132  Amulon, Epistola, 42, col. 170D : « proditum est nobis a quibusdam, qui ex eorum errore ad Christianitatem veniunt » ; 171A : « Nos ipsi veraciter experti sumus, quod illis qui ex eorum perfidia conversi credunt et baptizantur, ita malitiose et callide soleant insidiari, ut dicant : Quid mali est si credis in Christum ? Hoc tantum tene, quia similem sibi et aequalem Deus non habe t ».

133  Christian de Stavelot, Expositio super Librum generationis, 11, éd. cit., p. 248 : « Non enim invitus aliquis credere potest nisi voluntarius : propterea vos tollite iugum meum super uos quia iugum ipsa credulitas est, qua quisque Deum elegit credere et sequi » ; 24, pp. 500‑501 (sur Math. 27, 17 : la multitude a choisi Barabbas) : « Tales sunt populi : qui habet potentiam facile convertit inferiores ad voluntatem suam, licet malum sit, non recogitant quis iustior sit, sed quod principem suum intellegunt velle, ad hoc convertuntur, et haec propter dona fiunt, quia scriptum est divitiae addunt amicos plurimos, a paupere autem et hi quos habuit separantur ».

134  Paul Alvare, Indiculus luminosus, 33, éd. Gil, p. 311 : « in tantum bella desiderant, ut haec vel quasi ex iussione Dei in cunctis gentibus agant ».

135  Paschase Radbert, Expositio in Matheo, éd. cit., p. 1163 : « Qui dum cupiunt universa suo dominio subiugari nec querunt quem quisque Deum colat sed ut eis tantummodo serviatur ».

136  Chronicon Livoniae, XVI 2, pp. 192‑194 : « Est enim consuetudo regum Ruthenorum, ut quamcunque gentem expugnaverint, non fidei christiane subicere, sed ad solvendum sibi tributum et pecuniam subiugare ».

137  Chronicon Livoniae, XVIII 7, pp. 224‑226 : « Theutonici vero nichil aliud ab eis se requirere, nisi ut baptizentur affirmant et vero pacifico reconciliati fiant eorum fratres tam in hoc seculo, quam in futuro » ; XXIX 3, p. 396‑400.

138  Raoul le Glabre, Historiae (Cronache dell’anno Mille), III 6, 20, éd. G. Cavallo‑G. Orlandi, Milano, Mondadori‑Fondazione Valla, 1989, p. 146 : « Iudaeorum quoque in tantum prevaricatorias diligebat consuetudines, ut se regem ipsorum suo pre nomine (Rainardus quippe dicebatur) suis omnibus imperaret. Cum enim in ceteris mendacissimus, etiam christianae fidei insidiosus habebatur detractor ».

139  Voir S. Sand, Comment le peuple juif fut inventé : de la Bible au sionisme, traduit de l'hébreu par S. Cohen‑Wiesenfeld et L. Frenk, Paris, Fayard, 2008, en particulier pp. 306‑346 (traduction italienne, L’invenzione del popolo ebraico, Milano 2010, pp. 316‑368).Sur la documentation du Xe siècle voir N. Golb, O. Pritsak, Khazarian Hebrew Documents of the Tenth Century, Ithaca, Cornell Univerity Press, 1982.

140  Will‑Orrieux, Prosélytisme juif ? cit., p. 210.

141  Sur le rapport entre conversion au christianisme, reconnaissance de la préémimence du pouvoir impérial chrétien (d’Orient ou d’Occident) et « globalisation » économique, voir P. Heather, Empires and Barbarians, London, Macmillan, 2009 (trad. it., L’impero e i barbari. Le grandi migrazioni e la nascita dell’Europa, Milano, Garzanti, 2010, pp. 709‑711, 721‑727. Sur les motivations politiques et économiques de la conversion des élites des Khazars, qui auraient cherché un appui extérieur dans une conjoncture économique favorable, voir aussi A. Gieysztor, « Les Juifs et leurs activités économiques en Europe orientale », dans Gli Ebrei nell’Alto Medioevo, cit., t. I, pp. 489‑522.

142  Sand, L’invenzione del popolo ebraico, pp. 334‑341, en particulier p. 340 : « l’identità religiosa fu per le persone ben più rilevante del fragile senso di appartenenza a regni, imperi e principati ».

143  Vita Constantini X‑XI, dans Cirillo e Metodio, cit., pp. 186‑194.

144  Annales Bertiniani, pars II auctore Prudentio, ad a. 839, p. 22 : « cum Pippino, Pippini filio, quidam Aquitanorum nuper ab imperatore defecerant » ; 852, p. 41 : « Sancius comes Vasconiae Pippinum, Pippini filium, capit et usque ad praesentiam Karoli servat.Quem Karolus captum in Franciam ducit ac post conloquium Hlotharii in monasterio Sancti Medardi apud Suessiones tonderi iubet » ; a. 853, p. 42 : « Pippinus Karolo sacramentum fidelitatis iurat et insuper habitum monachi suscipit a regulaequae observationem more monachi solito promittit » ; a. 854, p. 44 : « Pippinus, Pippini filius, qui in monasterio Sancti Medardi tonsus habitum monachi susceperat et iuramentum permansionis fecerat, Aquitaniam ingreditur, parsque maxima populi terrae ad eum convolat » ; ad a. 856, p. 46 : « Aquitani Karlum puerum, quem nuper regem constituerant, spernentes, Pippinum ex monacho, qui de monasterio Sancti Medardi aufugerat, eductum custodia, regem simulant » ; ad a. 857, p. 47 : « Pippinus Danorum pyratis sociatur, Pictavorum civitatem devastat et multa alia Aquitaniae loca depopulat » ; a. 858, p. 50 : « Karolus rex insulam Sequanae vocabulo Oscellum, Danos in ea commorantes obsessurus, mense Iulio adgreditur ; ubi ad eum Karlus puer, filius eius, ab Aquitania pervenit. Cum quo Pippinum iam laicum venientem suscipit et ei comitatus ac monasteria in Aquitania tribuit » ; ad a. 859, p. 52 : « Aquitani ad Karlum puerum omnes pene convertuntur. Pippinus Rotberto comiti et Brittonibus sociatur » ; pars III, auctore Hincmaro, ad a. 864, p. 67, 74 ; Hincmar, ép. 170, MGH, Epistolae, VIII, p. 165 (voir Annexes, 9‑10).

145  Annales Bertiniani, ad a. 869, p. 107 : « Hugo abba et Gauzfridus cum Transsequananis confligentes cum Nortmannis in Ligeri residentibus, 60 circiter inde interfecerunt ; et capientes quendam apostatam monachum, qui relicta christianitate se Nortmannis contulerat et nimis christianis infestissimus erat, decollari fecerunt ».

146  Réginon, Chronicon, II, a. 870, pp. 101‑102 : « Porro Carlomannus, cum adhuc esset puerulus, iussu patris adtonsus clericus effectus est ; dehinc procedente tempore ad diaconatus officium, quamvis invitus atque coactus, in presentia genitoris ordinatus est legitque publice evangelium et pontifici missam celebranti iuxta morem ministravit. Post haec per apostasiam recedens ab ecclesiastica religione, abiciens ac spernens neglegenter gratiam, quae ei data erat per impositionem manus, alter Iulianus efficitur. Collecta quippe predonum non modica turba ecclesias Dei coepit devastare » ; voir aussi, sur Pépin et son père Pépin, lui aussi clerc forcé, ou oblat, ad a. 853, pp. 76‑77 : « Sed non ei in prosperum cessit, quod a Dei cultura et servitio revocatus est ; ebrietatibus enim et comessationibus die noctuque vacans ad extremum mente captus in amaniacam incidit passionem et presentem vitam cum dedecore amisit, successorem relinquens Pippinum filium ».

147  Bauduin, Le monde franc et les Vikings, cit., pp. 328‑341, en particulier 335‑336 : « Rien, dans la lettre de l’archevêque, n’indique que Pépin ait abjuré sa religion pour embrasser celle des Normands, alors que le prince avait reconnu son abandon de l’état monastique. Il semble simplement qu’aux yeux de Hincmar, le seul fait de s’allier aux païens exposait à une accusation d’apostasie a fide : la lettre témoigne plus de cette suspicion que d’une abjuration avérée », 338 : la documentation « reflète, pour au moins une partie de l’élite ecclésiastique, l’idée qu’une collusion avec les Normands était une menace pour la foi de ceux qui s’y prêtaient. Au‑delà, ce que l’on pressent, c’est bien la répulsion que pouvaient inspirer des êtres retournées à un état hybride de “semi‑chrétien” ou prêts à sortir de la société chrétienne ». Sur la repulsion ou attraction pour l’« hybride » voir Dumézil, Les Racines chrétiennes de l’Europe, pp. 368‑372 ; C. Walker Bynum, Metamorphosis and Identity, New York, Zone Books, 2001.

148  Raoul le Glabre, Historiae I 19, éd. cit., pp. 40‑42 : « superbiendo abitiens fortunam pauperum parentum, elegit exul fore, dominandi victus cupidine ; denique, clam egrediens ad predictam Normannorum gentem, illis tantummodo primitus adhesit », où toutefois on ne parle pas de « conversion » au paganisme ; Dudon, Gesta Normannorum 2 ; Annales Bertiniani, ad a. 863, p. 66 : « Duo quoque Nortmanni, qui nuper cum Welando, christianitatem dolo, ut tunc dicebatur et post claruit, postulantes, de navibus exierunt, super eum infidelitatem miserunt ». Sur les guerriers normands déguisés en marchands, voir les Miracula Martini abbatis Vertavensis, 8, éd. B. Krusch, dans MGH, Script. Rer. Merov., III, Hannoverae 1896, p. 573.

149  Annales Bertiniani, pars III, ad a. 861, p. 55 : « Qua occasione Guntfridus et Gozfridus, quorum consilio Karolus praefatum Rodbertum receperat, cum suis complicibus gentilitia mobilitate et inolita consuetudine a Karolo ad Salomonem Brittonum ducem deficiunt » ; ad a. 865, p. 80 : « Interea Nortmanni residentes in Ligeri commixti cum Brittonibus Cinomannis civitatem petunt, et inpune depraedantes eam, ad suas naves revertuntur » ; ad a. 866, p. 84.

150  Voir les Annexes, 8, et la polémique de Raban Maur, Liber de oblatione puerorum, PL 107, 431B, contre le « particularisme » des Saxons, qui réclament « quod super Saxonem nullus… nisi Saxo testis esse possit ». Sur le rapport entre les mouvements de résistance politique et sociale et mouvements réligieuses hetérodoxes voir S.

 Epperlein, Herrschaft und Volk im Karolingischen Imperium: Studien über soziale Konflikte und dogmatisch‑politische Kontroversen im fränkschen Reich, Berlin, Akademie‑Verlag, 1969.

151  Raoul le Glabre, Hist. II 12, 23, éd. Cavallo‑Orlandi, cit., pp. 106‑108.

152  G. Vinay, « Peccato che non leggessero Lucrezio », dans Vinay, Peccato che non leggessero Lucrezio, éd. C. Leonardi, Spoleto 1989, pp. 435‑458, en particulier 454‑458.

153  Voir C. Nolte, Conversio und Christianitas : Frauen in der Christianisierung vom 5. bis 8. Jahrhundert, Stuttgart, 1995 ; Ead., « Gender and Conversion in The Merovingian Era », dans Varieties of Religious Conversion cit., pp. 81‑99 ; J. L. Nelson, « Queens as Converters of kings in the earlier Middle Ages », dans Agire da donna : modelli e pratiche di rappresentazione (secoli 6.‑10.), Atti del Convegno (Padova, 18‑19 febbraio 2005), éd. C. La Rocca, Turnhout, Brepols, 2007, pp. 95‑107.

154  Voir R. Savigni, « Israele, la Chiesa e le genti nei due commenti di Beda agli Atti degli Apostoli », dans Studi di storia del Cristianesimo. Per Alba Maria Orselli, éd. L. Canetti, M. Caroli, E. Morini, R. Savigni, Ravenna, Longo, 2008, pp. 153‑180.

155  Voir H. U. von Balthasar, Cordula, ou l'épreuve décisive, Paris, 1968.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Raffaele Savigni, « La conversion à l’époque carolingienne », Revue germanique internationale [En ligne], 7 | 1997, mis en ligne le 14 septembre 2011, consulté le 30 avril 2017. URL : http://rgi.revues.org/609

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page