Navigation – Plan du site
Paysages traversés

Le paysage allemand revisité : lectures du paysage dans les « Ansichten vom Niederrhein » de Georg Forster (1791)

Marie-Claire Hoock-Demarle
p. 101-111

Résumés

Publier, dans la seconde moitié du xviiie siècle, un récit de voyage n’a rien d’original, surtout si celui-ci, délaissant les contrées lointaines et tout exotisme, s’attache à décrire le paysage le plus proche : la basse vallée rhénane. Pourtant, les Ansichten vom Niederrhein de Georg Forster ont suscité l’admiration des plus grands, Goethe, Lichtenberg ou F. Schlegel. Est-ce dû au regard de l’observateur, habitué à d’autres horizons, qui jette sur le paysage rhénan un regard de scientifique habile à user de toutes les approches possibles pour rendre au mieux compte d’une réalité saisie au filtre de son « point de vue » ? Est-ce le fruit d’une lecture du paysage qui déconstruit un univers familier en ses multiples facettes, les met en miroir et inscrit la contrée rhénane dans l’histoire de la terre, de la nature et des hommes ? Le lieu familier devient étrange, donc étranger, les villes saisies par le regard de l’historien ethnologue subissent la même distorsion qui les met, comme les hommes qui les ont bâties, au cœur des civilisations et du monde et les relie à ce que Forster appelle das Ganze, l’universel, le Cosmos.
La lisibilité du paysage tient, pour Forster, à cette lecture à rebours qui traque jusque dans le quotidien et le familier les traces des origines : le paysage est affleurement de l’histoire – et Kant le confirme avec sa « Physique géographique et morale ». Lire le paysage devient dès lors une extraordinaire leçon de relativité raisonnée dont F. Schlegel a fort bien saisi l’insolite originalité en qualifiant Forster de Polyhistor génial.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Michael Harbsmeier, Wilde Völkerkunde: andere Welten in deutschen Reiseberichten der Frühen Neuzei (...)

1Lorsqu’il publie en 1791 les deux volumes de ses Ansichten vom Niederrhein, von Brabant, Flandern, Holland, England und Frankreich im April, Mai und Junius 1790, fruit d’un voyage fait en compagnie du jeune Alexandre von Humboldt, Georg Forster choisit on ne peut plus mal son moment. L’Allemagne connaît en effet dans cette dernière décennie du xviiie siècle un déferlement étonnant de récits de voyage1. Le phénomène n’est certes pas neuf, il s’est même au cours des siècles établi en véritable genre littéraire, mais les derniers en date ont la particularité de tourner le dos au vaste monde et de produire un flot d’ouvrages ayant pour objet les voisins les plus proches, la Suisse en tête, suivie de la France, de l’Angleterre et de la Hollande, et même tout simplement l’Allemagne dans ses derniers recoins et sous tous ses aspects, statistiques, botaniques, archéologiques, historiques, industriels, etc. Le trajet et l’objet de l’ouvrage de Georg Forster n’ont donc de prime abord rien de bien remarquable en soi et le risque est grand de voir cette parution venir allonger la liste déjà longue et sombrer rapidement dans l’oubli garanti des ouvrages à la mode. Pourtant il n’en est rien, et nombre des contemporains de Forster reconnaissent d’emblée dans ces pages une œuvre singulière, un très grand talent d’écrivain et une démarche d’observateur tout à fait novatrice. Goethe remercie Forster de l’envoi des Ansichten en ces termes :

  • 2  « Sie haben mir dadurch viel Vergnügen gemacht. Man mag wenn man geendigt hat gerne wieder von Vor (...)

Vous m’avez fait grand plaisir en m’envoyant cet ouvrage. On a envie, quand on a terminé, de reprendre au tout début et on souhaiterait voyager en compagnie d’un observateur aussi excellent et compétent2.

2Plus rapide — puisque sa réponse date du 1er juillet 1791 — G. C. Lichtenberg, connu pour son esprit caustique et ses recensions sévères, est aussi plus précis :

  • 3  « Ich sage Ihnen ebenso aufrichtig als gerade heraus, dass ich Ihre Ansichten für eins der ersten (...)

Je vous le dis aussi sincèrement que franchement, je considère vos Ansichten comme l’un des tout premiers ouvrages de notre époque3.

3Quant à Friedrich Schlegel, il consacrera à Forster en 1797 dans sa revue Athenäum un éclatant hommage, où les Ansichten occupent une place de tout premier plan :

Parmi les prosaïstes à proprement parler, qui peuvent prétendre à quelque place dans la liste des classiques allemands, il n’en est pas un qui respire autant l’esprit d’une libre progression que Georg Forster. Il n’est pas une seule de ses œuvres que l’on ne repose après lecture sans se sentir non seulement porté à réfléchir et enrichi mais aussi comme élargi.

4Pourquoi, alors que le périple n’avait en soi rien d’extraordinaire et que le récit du but final du voyage — Paris en pleine Révolution — n’y figure même pas, ce livre a-t-il connu un tel succès et une si grande considération auprès de penseurs et d’écrivains peu enclins par ailleurs à saluer des produits à la mode ?

  • 4  M. C. Hoock-Demarle, Le Rhin romantique, p. 171 et s., in P. Ayçoberry, Marc Ferro, Une histoire d (...)
  • 5  Élisabeth Décultot, Le discours sur la peinture de paysage dans le romantisme allemand, thèse de d (...)
  • 6  J. R. Forster, Reise um die Welt während den Jahren 1772 bis 1775, beschrieben und herausgegeben v (...)

5Si le succès ne tient pas aux paysages eux-mêmes, vallée rhénane déjà fort empruntée par les premières cohortes prébaedekeriennes4, alors tient-il à la façon dont est faite la description de ces paysages et plus encore au regard qu’y pose un certain individu peu ordinaire du nom de Georg Forster ? Si le paysage est au sens moderne du terme « la partie d’un pays que la nature présente à un observateur »5, la présence physique et le rôle de l’observateur pour reprendre ici l’expression de Goethe vis-à-vis de Forster est capitale. Surtout si cet observateur vient de loin, a appris à observer d’autres mondes, a rapporté de ses expéditions un autre regard et a déjà prouvé son talent en publiant en 1778 un Reise um die Welt qui a connu un beau succès6.

6C’est donc à ce regard de l’observateur que nous nous arrêterons dans un premier temps afin de mieux saisir dans leur diversité et dans leur logique intrinsèque les paysages décrits par Forster dans ses Ansichten. Il restera alors — et le problème est vaste — à nous interroger sur les choix, formes et stratégies développés par Forster pour ses lectures non du paysage saisi comme une singularité géographique ou esthétique, mais des paysages, indissociables parties d’un tout déconstruit élément par élément puis reconstitué, lectures à partir desquelles s’esquisse la philosophie d’un Cosmos fusionnant dans une même et longue histoire l’homme et la nature, le monde proche et les mondes lointains.

Le regard de l’observateur

  • 7  Cf. un échantillon de titres dans M. Harbsmeier, op. cit., p. 285-286. Certaines encyclopédies de (...)

7Dès la lecture du titre de l’ouvrage et de ses premières pages, il apparaît clairement que Forster prend un soin très particulier à définir son but et ses perspectives. Récusant les termes habituels de « Reise durch, Beschreibung einer Reise von... nach..., Bemerkungen eines Reisenden, Briefe auf einer Reise »7 et autres titres du même genre, Forster opte pour le terme à la fois peu courant et surtout ambigu de Ansichten recouvrant à la fois le sens concret de vues d’un pays/paysage au sens moderne de « Ansichtskarte » et celui de vues au sens hoffmannien des Ansichten des Katers Murr, entendues donc comme les conceptions exprimées par Forster lui-même sur le paysage, sur la description qu’il entend en faire, sur sa lecture personnelle du paysage.

  • 8  Georg Forster, Ansichten vom Niederrhein, in G. Forster, Werke, 2 vol. , Weimar, Bibliothek Deutsc (...)
  • 9 Ansichten, op. cit., p. 35.

8Le texte lui-même témoigne du souci constant de toujours préciser la position de l’auteur : il n’est pas un « voyageur commun » mais prône d’emblée les charmes des aventures au sens exotique du terme : « En revanche, il est intéressant ! » Il se refuse à être « un voyageur non scientifique »8 qui ne voit de la nature traversée que la surface, le changement superficiel, les apparences, il s’insurge contre la jubilation naïve du « voyageur qui a profité d’une belle journée et de l’air frais en aimable compagnie »9. Bref, Forster se distancie ostensiblement du voyageur moyen, très souvent auteur de récits de voyage sans intérêt. Le point de rupture se situe au niveau d’un autre terme que Forster emploie souvent et de manière parfois contradictoire Wissenschaftlich/Wissenschaftler. D’un côté, le touche-à-tout prétendument scientifique le met en rage, de l’autre le scientifique hermétique, trop spécialisé, qu’il nomme sans aménité mineralogischer Ketzermacher l’irrite au plus haut point. Pour sa part, il opte clairement pour deux définitions de son métier de lecteur de paysage qui sont der Naturforscher, souvent qualifié de « modeste » et der Beobachter der Natur. On constatera que ce sont là des termes qui évitent soigneusement tout recours au terme de paysage, et il est vrai que là encore Forster fait clairement le tri : le Landschaftskenner est aux yeux de Forster quelqu’un qui recherche avant tout le plaisir physique, l’émotion esthétique que peut procurer un paysage. C’est un Geniesser, un consommateur en quelque sorte. Quant au « peintre des paysages » dont il évoque l’existence lors de sa visite à Düsseldorf, il n’a guère de respect pour cette forme de l’expression artistique :

  • 10 Ansichten, p. 91.

Dois- je maintenant me tourner vers les peintres de paysages et les peintres animaliers ? Je n’aime guère m’y arrêter, alors même que des objets autrement plus sublimes m’attirent10.

9A diverses reprises, Forster s’interroge sur la meilleure façon de transmettre l’expérience, ici le paysage vécu. Son propos éclaire à la fois les difficultés du genre (comment décrire ce que l’on a sous les yeux ?) et les doutes qui assaillent l’observateur responsable au premier degré de la transmission de l’expérience vécue :

  • 11  Ansichten, p. 46.
  • 12  Reinhart Koselleck, Le futur passé. Contribution à la sémantique des temps historiques, Paris, EHE (...)

Je ne parviens pas encore à trancher la grande question de savoir s’il est plus satisfaisant de créer des images du réel immédiatement à partir de ce qui nous entoure ou de les laisser nous imprégner après les avoir recueillies au terme d’innombrables observations, de les avoir triées, ordonnées, raccordées, unies en de beaux ensembles et de les laisser se fondre en nous, déjà mieux adaptées à notre nature.11Le débat est d’importance et ce que Forster appelle son point de vue, son Gesichtspunkt, pose en fait tout le problème de la transcription de la réalité. Faut-il la rendre par écrit telle qu’elle se présente à l’état brut et sous le seul œil — par nature subjectif- de l’observateur, ou faut-il l’agencer, la préparer, l’ordonner dans un but qui peut être, selon les âges et les temps, théologique, moral, pédagogique ou encore esthétique ? Dans un article intitulé « Point de vue, perspective et temporalité », publié dans le recueil Le futur passé, R. Koselleck fait de ce « dilemme épistémologique » le début et la marque de l’histoire moderne :
La science historique d’aujourd’hui est placée sous le signe de deux exigences qui s’excluent mutuellement : celle de produire des énoncés vrais et, en même temps, celle d’admettre la relativité de ses propositions et d’en tenir compte12.

10Sans aller jusqu’à poser en termes aussi clairs l’importance de cette reconnaissance du relativisme en histoire, Forster, en affirmant la présence inéluctable du point de vue impliqué dans la perception même du monde, participe de cette vision moderne de l’historiographie. Cette perspective, qu’il transpose directement de ses mondes lointains, Forster l’a acquise en transcrivant les notes prises par son père lors de leur voyage avec Cook autour du monde. C’est à lui, un autodidacte, qu’incombe la tâche de reprendre les notes éparses, de les corriger, de les ordonner, il a donc connu, plutôt contraint et forcé, cette expérience du savant en chambre — qu’il ne fut certes pas — et qui choisit et esthétise pour son public ses expériences vécues. Il en a gardé semble-t-il un fort mauvais souvenir et place ses Ansichten dans une tout autre perspective, celle de la liberté de divaguer en restant au plus près de la vérité/réalité, si sinistre soit-elle :

  • 13 Ansichten, p. 23-24.

Je te demande une fois pour toutes de te montrer indulgente si, à l’avenir, je m’égare et je divague et si je raconte non pas bien joliment à la manière du savant qui voyage dans sa chambre, mais à chaud et encore tout épuisé de la tension causée par l’observation13.

11La prise de position de Forster, préalable à son récit, n’a rien de fortuit. En effet, ayant désormais posé comme acquise la relativité de toute transcription, ayant revendiqué comme légitime la liberté de définir ses perspectives et n’ayant en aucune manière nié l’importance de la science mais seulement dénoncé le mauvais et ennuyeux usage qu’en font les scientifiques, Forster est désormais libre d’adopter les perspectives qui lui semblent les plus appropriées et d’adapter son regard à l’objet dont celui-ci se saisit. C’est ainsi qu’avec un brio étourdissant et les moyens d’expression d’un véritable écrivain, Forster aura tour à tour — mais en s’en expliquant à chaque fois — un regard et un discours de minéralogiste averti, d’ethnologue habile aux comparaisons les plus extrêmes, d’historien érudit, d’économiste ou de politicien curieux des problèmes de son temps. F. Schlegel fait, on le sait, usage pour caractériser Forster du terme de Polyhistor :

  • 14  « Der gesellschaftliche Schrifsteller ist schon von Amts wegen verpflichte, von allen Dingen und n (...)

L’écrivain de la société est tenu déjà par sa fonction de traiter de toutes sortes de choses et de bien d’autres encore. Il ne peut s’empêcher d’être Polyhistor. Celui qui n’est nulle part étranger ne peut nulle part s’enraciner, et le libre citoyen du monde ne se laissera guère enrégimenter dans une trop étroite guilde14.

Paysages lus par Forster

12En transcrivant dans ses Ansichten la multiplicité de ses regards posés sur des paysages familiers mais qu’il décompose pour en mieux exposer la complexité, Forster fait une admirable démonstration de Polyhistor, habile à faire jaillir de l’apparente banalité du paysage une histoire tantôt géologique tantôt humaine insoupçonnée, ou à établir un système de références à première vue inattendues, voire incongrues, comme cette toute première mise en ambiance :

  • 15 Ansichten, p. 17.

Lors de notre traversée du Rheingau, j’ai — que la fierté nationale de mes compatriotes me le pardonne — lu le récit d’un voyage à Bornéo15.

13Même présenté avec une certaine ironie, le propos de Forster est tout à fait significatif d’une démarche qui lui est propre, celle de la mise en miroir de tout paysage qui retient son attention. Cette mise en miroir s’opère sur des plans très divers, élargissement dans l’espace par la comparaison avec des mondes étrangers, approfondissement par- delà la surface visible des choses ou encore décomposition du paysage en ses éléments spécifiques. Ce qui donne au cours de ce voyage dans les contrées du Rhin inférieur, tantôt séparés, tantôt mis en relation, des paysages scientifiques, des paysages travaillés par l’homme, des paysages sociopolitiques et, pour terminer, le tout fusionnant à certains moments particuliers de l’observation et du récit, un paysage universel, cosmos au sein duquel hommes et nature se retrouvent confondus.

14Le paysage scientifique est au premier abord le plus impressionnant des paysages vus par Forster. Il l’est par la description, par la démarche comme par le résultat final de cette approche.

  • 16 Ansichten, p. 31.
  • 17 Ansichten, p. 19 et 32.
  • 18 Ansichten, p. 38-39.

15Décomposé en ses divers matériaux originels, le Siebengebirge, par exemple, prend des aspects de « paysage originel gonflant généreusement en croupes et pics ses masses de granit, de gneiss et de porphyre, au flanc desquelles affleurent des mélanges de gravier, d’argile et de magnésium ainsi que des grès, des silex ou des basaltes, entrecoupés de minéraux aux nuances très diverses dues aux proportions variables de leurs composants »16. L’acuité du regard est bien celle du scientifique et de l’explorateur des pays lointains, soucieux de rapporter les impressions les plus fidèles. Mais la description a ceci de particulier qu’elle prête à un lieu familier une dimension grandiose qui le relie à l’histoire de la terre et des origines. Reprise à propos des couches de basalte affleurant un peu plus en aval, la question des origines finit par être clairement posée par Forster qui inscrit ainsi la vallée rhénane dans le grand débat de l’époque opposant les tenants des origines par l’eau (Neptuniens) à ceux qui prônent l’origine volcanique de la terre (Plutoniens). Forster se garde bien d’exposer le débat sous une forme théorique, il joue plutôt avec les diverses hypothèses, faisant de cette contrée tantôt un grand lac : « Cette supposition faite, il est bien possible que le Rheingau, une partie du Palatinat et la région de Mayence aient jadis formé un lac intérieur », tantôt le lieu d’éruptions volcaniques gigantesques : « Peu de temps avant l’apparition des humains, la nature était ici en géhenne et les montagnes se tordaient en de gigantesques convulsions. »17 La spécificité du regard de Forster tient cependant à sa faculté à mettre en une relation qui soudain paraît logique les paysages les plus contrastés, avec un résultat évident qui est de rendre étrange, donc étranger, ce qui est proche, et familier ce qui est insolite : « Faut-il attribuer la naissance de nos contrées rhénanes au feu ? Y trouve –t-on une lave semblable à celle que l’on trouve en Islande, sur les pentes du Vésuve ou de l’Etna, ou, comme j’en ai trouvé moi-même sur l’île de Pâques, à Tanna et dernièrement sur les îles de l’Ascension ? »18 Peu importe à la limite la réponse scientifique exacte — Forster lui-même ne tranche pas —, le jeu qui consiste à mettre en comparaison des non-comparables atteint son but : la contrée rhénane, devenue objet d’hypothèses et terrain d’expérimentation, entre dans une vision globale du monde et dans la longue durée de l’histoire de la terre. Inutile d’aller chercher au bout du monde ce que l’horizon immédiat recèle, il suffit d’avoir le regard apte à le découvrir.

16Optant pour une autre perspective, Forster porte son regard sur des paysages non plus travaillés par les forces de la nature mais par le travail des hommes. L’approche est ici encore globale, mais d’une autre manière, alternant constamment paysages ruraux et paysages urbains, villes et campagne. Forster ne les juxtapose pas comme le ferait la chronique du récit de voyage classique, mais les traite de manière contrastée comme deux volets d’un même dyptique, tantôt se coulant dans une même harmonie, tantôt s’opposant avec violence. Ainsi Cologne apparaît comme une ville sinistre dans un cadre enchanteur :

  • 19 Ansichten, p. 52.

Quel contraste entre l’intérieur de cette ville, vaste mais à demi dépeuplée, et la vue pleine de promesses que le voyageur en a de la rive du fleuve19.

17Liège offre, par contre, le spectacle inattendu d’une ville dont on découvre, cachée sous des charmes campagnards, l’importance démographique et économique. Campagne et ville apparaissent ainsi en situation de rapport de forces et la description qu’en fait Forster ne s’attarde jamais au seul tableau qui s’offre visuellement à lui. La description d’Amsterdam constitue un exemple étonnant de cette perception du paysage travaillé par l’homme qu’a Forster. Le regard ne suffit plus pour saisir cette conquête incessante de la nature par la civilisation urbaine, il faut aussi la saisir par l’entendement :

  • 20 Ansichten, p. 385.

Ainsi Amsterdam vue du côté maritime apparaît dans tout son éclat non seulement au regard de celui qui la contemple, mais aussi à son entendement. Je me place en pensée au beau milieu du port et je regarde à droite et à gauche les groupes formés par des centaines de bateaux venus de toutes les contrées d’Europe20.

18Avec des moyens tout autres que ceux de l’observation et de la démarche scientifiques, Forster aboutit en fait à un résultat analogue : regard et raison lui livrent un paysage, civilisé cette fois, dont les tenants sont universels. Amsterdam est ancrée dans l’espace géographique, économique et social de l’univers, comme la vallée rhénane l’était dans l’histoire géologique. Chez Forster, le paysage s’ouvre toujours sur quelque chose qu’il appelle das Ganze et qui est la clef de sa lecture du paysage et, par voie de conséquence, du monde.

19Il arrive aussi que le paysage perçu dans un premier temps comme géologique se révèle brusquement être un paysage politique. C’est là sans nul doute une catégorie particulière dans la typologie des paysages vus par Forster, mais elle est d’un intérêt évident. Elle rappelle en effet les préoccupations premières et certains ouvrages d’un auteur dont il ne faut pas oublier qu’il mourra à Paris en 1794 où il s’était rendu en qualité de représentant — jacobin — de la très éphémère République de Mayence. La visite de la forteresse d’Ehrenbreitstein aux portes de Coblence est typique de cette nouvelle démarche. Parti avec son compagnon, Alexander von Humboldt, pour faire l’ascension de l’éperon rocheux dominant le Rhin et couronné par la vieille forteresse-prison des princes- évêques, Forster exécute un véritable travelling bien avant la lettre : rive accueillante du Rhin, douces collines boisées, somptueuse résidence des princes-évêques, et, en arrière-plan la forteresse surplombant le tout, noyée dans le ciel gris. Suit un ample recensement de tout ce que l’on se doit d’admirer : pas moins de cinq vues incontournables balayées cependant chaque fois d’un nicht anéantissant dont l’explication nous est aussitôt donnée :

  • 21 Ansichten, p. 22.

Rien de tout cela ne pouvait me dédommager de l’impression affreuse que firent sur moi les prisonniers qui, faisant cliqueter leurs chaînes, tendaient une cuillère à travers les barreaux de leurs cellules enfumées21.

20Dès lors, le paysage en tant que tel est définitivement aboli, et s’instaure sous la plume inspirée de Forster une superbe réflexion préfigurant certains passages de Fidelio sur la perte de la liberté, l’inutilité cruelle de l’enfermement et l’iniquité de la peine de mort.

21Il serait trop long de citer toutes les variantes de paysages vus par Forster dans les Ansichten. Un exemple cependant mérite qu’on s’y arrête.

22Ne reprenant ni le paysage géologique, ni le paysage agraire façonné par l’homme, tel les vignobles rhénans, ni les sites industriels dont Forster fait du reste des relations plutôt positives, le lecteur se trouve confronté à la cathédrale inachevée de Cologne. Celle-ci, paysage de pierre travaillé par les hommes, relève du paysage mi-minéral, mi-civilisé, et constitue en fait une catégorie particulière qui est celle du paysage d’art. Or celui-ci se saisit au mieux en référence à la nature :

  • 22 Ansichten, p. 45.

Ici, au pied de ces colonnes gothiques qui, prises séparément, oscillaient comme des roseaux sous les voûtes qui semblaient ne reposer sur rien, flotter dans l’air comme les cimes porteuses d’ombre de la forêt — ici, l’esprit se dilate dans le foisonnement des commencements (Beginnen) de l’art22.

De la lisibilité du paysage pour Forster

23Avec ce terme de Beginnen, on retrouve ce que le regard de l’observateur avait décelé dans les paysages géologiques, civilisés ou politiques dont il a été question plus haut : le commencement, la trace des origines. Qu’il soit de pierre brute ou de pierre travaillée par les hommes, le paysage se lit comme une longue histoire à rebours qui n’est pas seulement son histoire propre, mais aussi celle du monde et de l’humanité. Le paysage est affleurement visible de l’histoire. Celui qui le voit doit donc le saisir dans sa double dimension qui l’enracine dans le temps et dans l’espace, dans la durée et dans l’universel.

24Forster connaissait les travaux de Kant dont il ne faut pas oublier qu’il fut aussi un géographe célèbre en son temps et qu’il a tenu à Königsberg pendant des décennies (à partir de 1765) des cours de géographie fort suivis. Kant a publié une introduction programmatique à ces cours, et Forster a sans nul doute retenu la définition proposée par Kant de ce qu’il appelle une physique géographique et morale :

  • 23  E. Kant, Nachricht von der Einrichtung seiner Vorlesungen in dem Winterhalbenjahre von 1765-1766, (...)

Cette discipline sera une géographie physique, morale et politique comportant à la fois le rapport naturel des pays et des mers et la raison de leur relation étroite qui est le fondement même de toute histoire. Puis on considérera l’homme sur l’ensemble de la terre dans la diversité de ses attributs naturels et dans la différence de ce qui, chez lui, est moral23.

25Forster est dans le droit fil de la définition de Kant. Son Voyage autour du monde en était déjà la mise en pratique, mais on peut dire que de diverses manières, il va plus loin dans le maniement de la comparaison raisonnée, et de la tolérance appliquée, méthodes préconisées par le philosophe de Königsberg. On a un exemple de l’usage autrement audacieux que Forster fait de ces approches, par exemple, dans la description du costume des jeunes filles d’Amsterdam :

  • 24  Ansichten, p. 398.

Il faut, avouez-le, être extraordinairement belle pour le rester encore sous ces oripeaux de sauvage ? Un voyageur aurait-il rencontré cette fille dans une contrée des Indes orientales ou occidentales, il aurait considéré sa coiffure barbare comme digne d’un dessin et aurait disserté en long et en large sur les aspects monstrueux et aventureux du goût chez les peuplades non civilisées ; car nous ne songeons jamais à quel point nous sommes semblables aux sauvages et donnons ce nom d’une façon fort inadéquate à tout ce qui, dans un autre continent, n’est pas habillé à la mode parisienne24.

  • 25  Ansichten, p. 63.

26Bel exemple de lecture forsterienne faite d’une part d’une critique jubilatoire de la prétendue supériorité européenne, d’autre part d’un rapprochement systématique des extrêmes, d’une inversion des critères de jugement et d’une relativisation de l’objet par la comparaison la plus incongrue possible. Il y a chez Forster un refus de toute description pure, dont il est fermement persuadé qu’elle n’apportera rien au lecteur : « Car ce que mon œil a reçu directement de l’objet, aucune description ne le transmettra à l’autre qui n’a rien avec quoi il puisse comparer mon objet. »25 Le premier pari de Forster dans la lecture qu’il propose de paysages somme toute connus est de les distancier par l’effet de la comparaison un peu à la manière du « La Bohême est située au bord de la mer » cher à Shakespeare, de les rendre étrangers par l’usage systématique du regard en retour.

  • 26  Hans Blumenberg, Die Lesbarkeit der Welt, Frankfurt/Main, 1986.
  • 27 Ansichten, p. 386.
  • 28 Ansichten, p. 396.

27Une seconde approche est de tout autre nature et a déjà été décelée au sein de certaines lectures de paysage évoquées plus haut. Forster excelle en effet à redonner à ses paysages décomposés en éléments extrêmement divers une unité fondamentale qui rattache chaque morceau de terre, chaque activité humaine à un grand tout, et établit entre toute chose une dynamique qui lui donne sens. Tout paysage ne se saisit jamais chez Forster de manière statique — « landkartenähnlich » pour reprendre une de ses expressions — mais comme élément d’un grand mouvement circulaire décrivant une herméneutique de l’espace qui permet de déchiffrer un pan de ce que H. Blumenberg appelle la lisibilité du monde26 : « Quelle vie indescriptible, quelle absence de limites dans ce spectacle ! C’est pour moi l’impression totale de tous ces objets infiniment variés réunis en un tout et qui, lorsqu’ils sont isolés et démembrés, apparaissent si petits et si insignifiants. »27 Forster ajoute pour bien marquer sa perception du paysage quel qu’il soit : « La trop grande proximité de l’objet particulier sur lequel l’âme de chacun se concentre comme si cela était son seul but lui cache la cohésion et la forme de l’ensemble. »28 Saisir le paysage, c’est donc pour Forster à la fois prendre du recul, dans l’espace et dans le temps, aller au-delà des apparences, de l’esthétique en particulier, pour traquer les Zusammenhänge, ces rapports qui donnent sens à la fois au monde comme objet et à l’homme comme regard.

  • 29  « Wenn in seiner Darstellung gleich die Ordnung oft umgekehrt ist : so war für seinen Geist doch i (...)

28Pour clore une trop brève incursion dans les paysages revisités par le regard de Forster, il faut encore une fois en revenir à l’intelligente analyse que F. Schlegel consacre à son contemporain trop tôt disparu : « Même si dans la description qu’il fait l’ordre des choses est souvent interverti, c’est toujours une perception extérieure qui a été le déclencheur de son esprit, son point élastique. Il part du singulier mais sait aussitôt l’intégrer dans le général et le mettre en relation avec l’infini. Cette façon de se saisir de tous les objets dans leur ensemble confère à ses écrits un je-ne-sais-quoi de grandiose et presque de sublime. »29

Haut de page

Notes

1  Michael Harbsmeier, Wilde Völkerkunde: andere Welten in deutschen Reiseberichten der Frühen Neuzeit, Frankfurt/Main, 1994, p. 279 et s.

2  « Sie haben mir dadurch viel Vergnügen gemacht. Man mag wenn man geendigt hat gerne wieder von Vorne anfangen und man wünscht sich mit einem so guten, so unterrichteten Beobachter zu reisen », Goethe à Georg Forster, 25 juin 1792, in J. W. von Goethe, Briefe, éd. par K. R. Mandelkow, Hamburger Ausgabe, vol. II, p. 144.

3  « Ich sage Ihnen ebenso aufrichtig als gerade heraus, dass ich Ihre Ansichten für eins der ersten Werke in unserer Sprache halte », G. C. Lichtenberg à Georg Forster, in Schriften und Briefe, éd. par F. Mautner, vol. II, p. 581.

4  M. C. Hoock-Demarle, Le Rhin romantique, p. 171 et s., in P. Ayçoberry, Marc Ferro, Une histoire du Rhin, Paris, 1981.

5  Élisabeth Décultot, Le discours sur la peinture de paysage dans le romantisme allemand, thèse de doctorat, 1995, t. II, annexes, p. 528.

6  J. R. Forster, Reise um die Welt während den Jahren 1772 bis 1775, beschrieben und herausgegeben von dessen Sohn und Reisegefährten Georg Forster, 1778-1780. En 1777, une première édition était parue en anglais, A Voyage around the world.

7  Cf. un échantillon de titres dans M. Harbsmeier, op. cit., p. 285-286. Certaines encyclopédies de l’époque établissent des rubriques particulières pour les récits de voyage, par exemple J. S. Ersch, Allgemeines Repertorium der Literatur für die Jahre 1785-1800, 8 vol. , Jena, 1794-1807.

8  Georg Forster, Ansichten vom Niederrhein, in G. Forster, Werke, 2 vol. , Weimar, Bibliothek Deutscher Klassiker, 1983, p. 31.

9 Ansichten, op. cit., p. 35.

10 Ansichten, p. 91.

11  Ansichten, p. 46.

12  Reinhart Koselleck, Le futur passé. Contribution à la sémantique des temps historiques, Paris, EHESS, 1990, p. 168.

13 Ansichten, p. 23-24.

14  « Der gesellschaftliche Schrifsteller ist schon von Amts wegen verpflichte, von allen Dingen und noch einigen anderen, zu handeln. Er kann gar nicht umhin, ein Polyhistor zu sein. Wer nirgends fremd ist, kann nirgends angesiedelt sein — auch wird der freie Weltbürger sich schwerlich in eine enge Gilde einzunften lassen », Friedrich Schlegel, Georg Forster, op. cit., vol. l, p. 203.

15 Ansichten, p. 17.

16 Ansichten, p. 31.

17 Ansichten, p. 19 et 32.

18 Ansichten, p. 38-39.

19 Ansichten, p. 52.

20 Ansichten, p. 385.

21 Ansichten, p. 22.

22 Ansichten, p. 45.

23  E. Kant, Nachricht von der Einrichtung seiner Vorlesungen in dem Winterhalbenjahre von 1765-1766, in Werke in 12 Bänden, éd. par W. Weischedel, Frankfurt/Main, 1960, vol. II, p. 916.

24  Ansichten, p. 398.

25  Ansichten, p. 63.

26  Hans Blumenberg, Die Lesbarkeit der Welt, Frankfurt/Main, 1986.

27 Ansichten, p. 386.

28 Ansichten, p. 396.

29  « Wenn in seiner Darstellung gleich die Ordnung oft umgekehrt ist : so war für seinen Geist doch immer eine äussere Wahrnehmung das Erste, gleichsam der elastische Punkt. Er geht vom Einzelnen aus, weiss es aber bald ins Allgemeine hineinzuspielen, und bezieht es überall aufs Unendliche. Dieses Nehmen aller Gegenstände im grossen und ganzen gibt seinen Schriften etwas Grossartiges und beinah Erhabens » (F. Schlegel, Georg Forster, Schriften, op. cit., p. 195).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Claire Hoock-Demarle, « Le paysage allemand revisité : lectures du paysage dans les « Ansichten vom Niederrhein » de Georg Forster (1791) », Revue germanique internationale [En ligne], 7 | 1997, mis en ligne le 26 septembre 2011, consulté le 23 mars 2017. URL : http://rgi.revues.org/613

Haut de page

Auteur

Marie-Claire Hoock-Demarle

Professeur à l’Université de Paris VII, département d’études germaniques

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page