Navigation – Plan du site
Poétiques littéraires et picturales du paysage

Paysages du moi, nature de la mélancolie chez Karl Philipp Moritz

Jean Mondot
p. 183-191

Résumés

Karl Philipp Moritz, dont les recherches de psychologie empirique ont eu un retentissement considérable, s’est efforcé dans son autobiographie Anton Reiser d’analyser son tempérament de mélancolique. Or, pour lui, le rapport aux lieux, à l’environnement, au paysage, à la nature est un moment privilégié d’observation du rapport à soi. C’est dire que le paysage n’a d’intérêt pour le mélancolique que dans son rapport à l’observateur. Celui-ci le soumet – ou à travers lui est soumis – aux oscillations de ses états d’âme. Cela va du plaisir mêlé de nostalgie à des montées d’angoisse physique ou métaphysique auxquelles succèdent des ravissements et des extases. Mais le paysage n’est pas seulement sensible aux sens de l’observateur mélancolique, il l’est aussi à son intellect. Il se livre alors à une autre activité : déchiffrer le livre ouvert de la nature rempli de signes aussi divers et fascinants que mystérieux.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Sur ce sujet, voir l’étude classique de H.-J. Schings, Melancholie und Aufklärung, Francfort/Main, (...)
  • 2  Cf. aussi L. Müller, Die kranke Seele und das Licht der Erkenntnis, Karl Philipp Moritz’Anton Reis (...)

1La mélancolie est une vieille compagne des poètes et des philosophes. Maladie de l’humeur noire repérée depuis l’Antiquité, mais longtemps restée énigmatique, son diagnostic et sa thérapeutique sont envisagés au xviiie siècle sous un jour nouveau. Plusieurs écoles de pensée s’affrontent : l’une penche pour l’innéité de la « maladie » quand l’autre ne la considère que comme la résultante d’une éducation ou d’un milieu et l’associe volontiers au fanatisme et à la superstition. La deuxième interprétation a la préférence des hommes des Lumières1. On ne naît pas mélancolique, on le devient. Reste à étudier les effets de cette « pathologie » sur la vision du monde, de la nature ou du paysage. Quel paysage affectionne le mélancolique ou quels lieux fuit-il ? Quelle nature convient à l’homme en proie aux angoisses physiques et surtout métaphysiques ? Comment le subjectivisme radical du mélancolique stylise-t-il et structure-t-il l’espace ? Mais de quel œil s’inspire-t-il aussi pour construire sa vision, et quelles lectures orientent sa propre lecture du paysage ? Karl Philipp Moritz, dans ses écrits de mélancolique reconnu et attesté2, apporte de nombreux éléments de réponse aux questions posées.

2On est immédiatement frappé dans Anton Reiser, le récit de sa vie, par l’importance qu’il accorde dès le départ aux lieux. Pour lui, les repères spatiaux sont indispensables à l’anamnèse et aux souvenirs qui sont eux-mêmes indissociables de la personnalité et du développement intérieur. D’où cette constatation significative :

  • 3  K. Ph. Moritz, Anton Reiser, ein psychologischer Roman, éd. par W. Martens, Stuttgart, 1986, p. 91 (...)

Toutes les scènes variées de sa vie pendant cette année et demie à B [runswick] se pressaient les unes contre les autres et les images isolées paraissaient se réduire par rapport à l’extension soudaine de son âme.
Telle est la puissance de la représentation du lieu auquel se rattachent toutes nos autres représentations3.

3Moi et contexte environnemental sont indissolublement liés. Les lieux, supports d’images constitutives de la personnalité, sont donc gages de la pérennité du moi. Ils jouent dans la théorie psychologique de Moritz un rôle irremplaçable :

Dans l’enfance, il est particulièrement nécessaire que toutes les autres idées se rattachent aux idées de lieu parce qu’elles ont en quelque sorte encore trop peu de consistance pour pouvoir se lier entre elles.

4Il associe même la stabilité des repères spatiaux à celle de la raison :

Mais s’il est quelque chose qui puisse nous rendre fou, c’est principalement le dérangement des idées de lieu et de temps auxquelles toutes nos autres notions doivent nécessairement se rattacher.

5Même s’il n’est pas difficile de reconnaître dans cette remarque la présence d’idées sensualistes très en vogue à l’époque, cette insistance sur l’importance du rapport à l’espace pour le psychisme de l’individu explique que chez Karl Philipp Moritz l’environnement spatial, paysager, soit rarement seulement un décor et que le lien soit d’ordre existentiel. Perdre le nord – et plus tard l’orient ! –, c’est non seulement perdre la raison, mais en même temps la vie. La représentation esthétique est sous-tendue par ce rapport vital, personnel, mystérieux aux objets extérieurs. Dans son roman Andréas Hartknopf, il note :

  • 4  K. Ph. Moritz, Andréas Hartknopf. Eine Allégorie, in Werke, éd. par H. Günther, 3 vol. , Francfort (...)

(...) Il existe quelques objets physiques qui nous procurent, lorsque nous les voyons, une vue d’ensemble sur toute notre vie, et peut-être sur toute notre existence4.

6Ce rapport à l’espace est bien sûr soumis aux oscillations de la sensibilité, toujours écartelée entre angoisse et plaisir, à moins que l’une et l’autre ne se combinent et que pour finir l’alchimie de la mélancolie change l’une en l’autre. Un premier paysage lié à la petite enfance est ainsi placé sous le double signe du plaisir et de la nostalgie :

Les images des premières prairies qu’il lui fut donné de voir, images d’un champ de blé s’étendant sur une colline doucement inclinée, couronnée au sommet par un bouquet d’arbres verts, images de la montagne bleue avec à ses pieds des bosquets isolés et des arbres dont les ombres se projetaient sur l’herbe verte et qui allaient s’épaississant plus on montait, ces images sont encore aujourd’hui mêlées à ses pensées les plus agréables et constituent en quelque sorte le fond de toutes les images irréelles que son imagination se peint (AR 13).

7Cette montagne bleue qui borne l’horizon de la petite enfance en même temps qu’elle en assure la protection est associée de façon métonymique au souvenir le plus aigu et le plus heureux de cette période, celui où sa mère l’enveloppe dans son grand manteau pour le protéger de la tempête et de la pluie. Au-delà de la montagne bleue, il n’y aura plus que les souffrances de son adolescence et de sa jeunesse. C’est dire que ce souvenir si marquant de bonheur maternel primordial est accompagné pour finir de la conscience attristée de sa fragilité et donc inséparable d’une certaine mélancolie. Au cours de cette période, il avait eu encore pendant un voyage l’occasion d’apprécier la nature, mais il en avait seulement noté « l’indicible beauté » qui, dit-il, « ravissait son âme et la faisait fondre dans des accès de mélancolie. » L’alliance d’émotions annoncée, véritable oxymore des sensations caractéristiques des mélancoliques et de Moritz, sont présents dès le début de l’ouvrage. Ravissement et tristesse alternent et se succèdent dans toute l’autobiographie, il est vrai, souvent avec des répartitions variables de l’intensité émotionnelle, avec aussi d’autres types d’émotions.

8Plus fréquente chez le mélancolique que le ravissement est en effet l’angoisse. Chez Moritz/Reiser, elle est la menace permanente qui pèse sur son psychisme. Angoisse diffuse, mais oppressante et liée souvent à l’atmosphérique, au météorologique et au paysager. Il en fait la découverte et l’expérience dès sa dixième année :

Souvent lorsque le ciel était couvert de nuages et que l’horizon se rétrécissait, il sentait une sorte d’angoisse (Bangigkeit) à l’idée que l’univers entier était fermé par un plafond comme la pièce où il habitait, et quand ensuite il dépassait par la pensée ce plafond, l’univers lui paraissait trop petit et il lui semblait qu’il devait nécessairement être enfermé dans un autre et ainsi de suite (AR 38-39).

9Cette sensation sert de point de départ à une rêverie métaphysique qui lui fait ajouter un dieu englobant à un autre jusqu’à l’infini, jusqu’au moment où il ne peut plus opposer à ce vertige effrayant des espaces infinis que son moi subjectif, son « égoïsme » ou plutôt son solipsisme, mais qui, en déréalisant l’environnement, le conduit aux portes du délire et de la folie. Ce vertige découvert ou expérimenté dès son jeune âge, il le retrouve plus tard ainsi que ces catégories d’extension et de réduction, d’enfermement et de libération qui modulent, nous aurons l’occasion de le voir, son expérience de l’espace et du paysage.

10Cette angoisse liée à la météorologie est un motif classique de toute poésie mélancolique. On pourrait presque parler à cet égard de topos symptomal tant le lien entre les deux éléments est évident et connu. Songeons au spleen de Baudelaire : « Quand le ciel bas et lourd pèse comme un couvercle... » On pourrait citer chez Moritz bien d’autres exemples de corrélation atmosphère-états d’âme, tous révélateurs d’une hypersensibilité à l’environnement. Les soirs de pluie et de froid accompagnent souvent des moments de dépression, de révélation négative dévastatrice, ainsi de la découverte de la nausée :

Un soir il errait triste et de mauvaise humeur dans les rues – la nuit commençait déjà à tomber, mais il ne faisait pas encore noir au point de ne pouvoir être vu par quelques personnes dont la vue lui était insupportable, parce qu’il était la cible de leurs moqueries et de leur mépris. L’air était froid et humide, la neige et la pluie se mêlaient – tous ses vêtements étaient trempés – ; soudain le sentiment surgit en lui qu’il ne pouvait se fuir... Et cette pensée lui tomba dessus comme une montagne – il chercha de toutes ses forces à sortir de sous cette masse, mais il avait l’impression d’être écrasé par le poids de son existence (AR 264).

11Dans cet exemple, le physique devient métaphore du métaphysique et inversement. Le paysage et l’espace sont structurés par la subjectivité de l’individu et de l’auteur en même temps que celle-ci leur est soumise. D’où la difficulté constante à déterminer l’ordre de la causalité dans la naissance de ces états d’âme tant leur adéquation au paysage semble à la fois concomitante et réversible.

  • 5  Sur la pathologie du rapport à l’espace dans les cas de « mélancolie douce », cf. Harald Schmidt, (...)

12Mais il est des catégories de structuration encore plus constamment utilisées par Moritz/Reiser : il s’agit des alternances de dilatation et de réduction du moi, que prolongent de subites intuitions métaphysiques5. Elles sont à l’œuvre dans un des souvenirs très forts rapportés par Moritz/Reiser. Au cours de sa dix-neuvième année, deux passions le tenaillent : celle du théâtre et celle des voyages. Il est déjà fier d’avoir réussi seul à rallier Brême à pied depuis Hanovre et se prépare à d’autres voyages, mais pour le théâtre, il a moins de succès. Un soir, encore en butte aux moqueries de ses condisciples, il s’éloigne de la ville. Il s’abandonne alors à une errance nocturne au cours de laquelle il frôle à nouveau la folie :

(...) Il poursuivit sa marche à travers champs jusqu’à ce qu’il fît sombre. Alors il déboucha sur un large chemin qui menait à un village qu’il voyait devant lui. Le ciel commençait à se couvrir de nuages sombres et la pluie menaçait – des corbeaux se mirent à croasser et deux d’entre eux qui passaient et repassaient au-dessus de sa tête semblèrent lui faire escorte jusqu’à ce qu’il arrivât au petit cimetière du petit village situé devant lui (...). L’horizon s’était assombri, le ciel paraissait dans ce triste crépuscule tout près de la terre, le regard était limité à ce petit coin de terre que l’on avait près de soi — le caractère minuscule (das Winzige) et petit (Kleine) du village et du cimetière et de l’Église firent à Reiser une étrange impression – la fin de toutes choses paraissait aboutir à cette pointe du clocher — le cercueil sourd (dumpf )et étroit était la dernière chose – au-delà il n’y avait plus rien, ici était clouée la palissade de planches qui interdisait à tout mortel de regarder plus loin (AR 370).

13Comme dans sa petite enfance, Moritz/Reiser est traversé par une intuition liée au paysage. Il aperçoit comme un point de fuite et d’aboutissement qui se confond maintenant avec la mort et le néant. Encore une fois le paysage symptomal de la mélancolie, le locus me lancholichus emblématique avec ses accessoires connus (cimetière, ciel bas, pluie, nuit) est là qui provoque ou reflète le sentiment attendu : la conscience du néant. A la différence de sa première expérience métaphysique, on constatera que cette fois il n’est plus question de Dieu ( ?), l’originalité de l’autobiographie moritzienne étant aussi – mais c’est un autre sujet – dans cet éloignement du dieu personnel au bénéfice d’un panthéisme diffus confondu avec le spinozisme du temps. La première partie du passage s’achève ainsi : « Reiser éprouva dans ce petit cimetière la terreur de l’anéantissement – le passage de l’être au non-être se présentait de façon si concrète à lui et avec une telle force et certitude que toute son existence ne semblait plus tenir qu’à un fil qui menaçait à tout instant de rompre » (AR 373).

14Mais Moritz parvient à dépasser ce moment angoissant d’aporie métaphysique et existentielle. Il revient vers la ville, la nuit est devenue entre-temps une chaude nuit d’été, même la pluie lui est une douce compagnie. Il repart à travers champs et il se sent grand et libre dans la nature qui l’environne. Mouvement de bascule symptomatique : après avoir touché le fond du désespoir, il revient à lui, s’emplit d’une liberté neuve. Il éprouve une véritable jouissance à marcher « dans les hauts champs de blé sans chemins ni sentiers — sans aucun lien, même pas celui d’un but vers lequel diriger ses pas — il se sentait dans le silence de la pleine nuit, libre comme les animaux sauvages dans le désert – la vaste terre était sa couche — toute la nature son domaine » (AR 372).

15Finalement, de cette balade nocturne, portée par une ivresse aux accents quasi rimbaldiens, il gardera aussi un souvenir plaisant. Rétrospectivement, il l’assimile d’ailleurs à un tableau nocturne (Nachtstück), ce qui indique bien la distance esthétique prise ensuite avec le souvenir. Le locus melancholichus s’est changé cette fois en locus amoenus, c’est-à-dire ici aestheticus. Ce qui confirme encore pour le texte mélancolique l’étroite dépendance réciproque du psychisme et du monde extérieur, ainsi que l’incessant glissement des sensations et des états d’âme.

16Toutefois, il est des paysages qui sont d’abord sources d’instants privilégiés, vécus sur le mode de la plénitude et de l’épanouissement. Pendant le printemps et l’été 1775 qui furent pour lui « poétiques », Moritz fait un usage particulièrement intensif de ces lieux d’agrément. La nature qu’il fréquente, c’est celle qu’il présente comme « ouverte et libre » et qu’il oppose à la clôture étouffante de la ville. Il parle d’une nature campagnarde et ouverte. Il affectionne les bosquets, les forêts qui sont à la sortie de Hanovre, non loin d’une chute d’eau. Pendant cet été-là, il s’y rend avant l’aube « en pèlerinage » (c’est son propre terme) avec son compagnon de misère et de jeunesse pour y déjeuner, mais surtout pour y lire des poésies. Et là, écrit-il, « ils se sentaient comme chez eux dans cette grande nature libre qui représentait pour eux une sensation tout particulièrement exaltante. Tout dans ce périmètre appartenait à leurs yeux, leurs oreilles et leur sensation — le vert récent des arbres, le chant des oiseaux et la fraîcheur de l’air matinal » (AR 282).

17Un peu plus loin, il présente un autre endroit comme sa « patrie » (Heimat), qu’il fréquentait seul « au bord d’un ruisseau qui roulait sur du gravier avant de se jeter dans le fleuve ». Il s’y rendait aussi avec un livre, Horace ou Virgile. Et de là il voyait le soleil se coucher et – modèle virgilien oblige – « s’allonger les ombres des arbres ». « Près de ce ruisseau, il passa à rêver bien des moments heureux de sa vie » (AR 283).

18Là, l’inspiration poétique le saisit souvent tandis que les arbres dispersés sur une prairie lui causent une impression mystérieuse et forte, dont le narrateur (le je narrant) donne la clé à son double (le je narré) : « Il ne comprenait pas que ces arbres solitaires lui rendaient pendant qu’il se promenait parmi eux sa propre solitude pour ainsi dire sacrée et respectable » (AR 291). Il confirme que « chaque fois qu’il se promenait sous ces arbres, ses pensées se portaient sur des sujets édifiants, ses pas se ralentissaient, sa tête s’inclinait et tout son être devenait plus sérieux et solennel ». Cette image de la solitude renvoyée par la nature, miroir de l’âme, on la retrouve un peu plus loin. « Ses heures les plus agréables, c’était lorsqu’il se rendait vers un moulin à vent, à une lieue des portes de la ville. Tout autour dans un petit périmètre, il y avait une alternance romantique de collines et de vallées. Il y avait aussi un jardin avec une tonnelle où il se faisait donner une coupe de lait. Là, il lisait ou écrivait » (AR 352).

19On le voit, le rapport à la nature est ici sous le signe de la consolation et du réconfort. Davantage même, la nature est dispensatrice de leçons. Il ne s’agit pas de secrets relevant des sciences naturelles – Moritz n’est pas comme Rousseau un botaniste – mais de secrets qui concernent la création et les créatures. Ainsi écrit-il à la fin de cet été poétique :

Ses lectures associées à l’impression que la belle nature faisait alors sur lui agirent sur son âme de façon miraculeuse ; partout où le conduisaient ses pas, tout lui paraissait dans une lumière romantique et enchantée (AR 289).

20Ailleurs, il constate plus sobrement :

(...) Ses promenades devinrent de plus en plus intéressantes pour lui : il s’en allait avec des idées qu’il avait tirées de ces lectures et revenait avec de nouvelles idées qu’il avait puisées dans la contemplation de la nature (AR 297).

  • 6  Il en fera un temple dans Andreas Hartknopf.

21La nature, constituée ici d’éléments ou de motifs sylvestres, campagnards, fluviaux, agit directement et favorablement sur ses humeurs et sur ses pensées. Elle a un effet apaisant, quasi thérapeutique ; on pourrait parler de « physiâtrie ». Au début de son autobiographie, il avait évoqué une « nature qui guérit tout » (AR 90). Mais là ne s’arrête pas son action. En arrière-plan de ces considérations semble se dessiner en effet le double symbolique du livre de la nature et du livre de la Bible – symbolique présente dans la réflexion occidentale au moins depuis le xvie siècle. De cette idée, il demeure chez Moritz comme une trace religieuse et sacrée. Il parle de pèlerinage, évoque les pensées édifiantes qui lui viennent. Son ami et lui vont dans la nature pour y lire, pour donner à leur méditation toute leur force et pour y recevoir l’inspiration poétique et sacrée. On a l’impression que Moritz suggère ici l’intuition fondamentale de son esthétique : retrouver dans la nature le geste créateur originel pour l’imiter ensuite dans la création artistique. Cet amour livresque et sincère de la nature, ne débouche pas – comment pourrait-il en être autrement ? – sur une « description » mimétique, mais plutôt sur une lecture métaphorique et/ou allégorique, un véritable déchiffrage. D’ailleurs, il fait remarquer de façon symptomatique : « Décrire le détail de la nature dans l’homme et en dehors de lui, il n’en éprouva jamais le penchant. » Ce qui l’intéresse, ce sont les grandes notions (monde, Dieu, vie, existence), greffées « sur ce qu’il y a de grand dans la nature, les nuages, la mer, le soleil, les astres » (AR 299). La nature est un livre6 d’où il tire des paroles plus ou moins confuses. Elle n’est pas constituée en objet esthétique autonome, mais investie par la sensibilité et la raison. Elle est identifiée principalement à des éléments-signes qui renvoient à des émotions ou à des concepts.

  • 7  « Parce que la pente forêt était si proche aux portes de la ville, il avait souvent l’habitude, le (...)

22Le paysage n’est donc pas pittoresque ; il n’est ni peint ni à peindre, mais objet d’évocation romanesque-romantique (les termes sont restés longtemps synonymes) ou objet d’inspiration philosophique ou religieuse. Moritz ne cherche pas à faire concurrence aux autres arts. Sa devise n’est pas ut pictura, poesis, mais ut poesis, poesis. Et d’ailleurs, ses paysages lui viennent surtout d’autres romans. La lecture de Werther a marqué d’une empreinte indélébile sa sensibilité. Il reconnaît lui-même qu’il eut de la peine à retrouver après Werther sa propre langue et son propre style. La « pratique » de la nature et du paysage goethéens se retrouve donc sans surprise dans sa propre pratique de la nature. En accord avec la mode de l’Empfindsamkeit, il ne se défend pas non plus d’avoir, avant le Siegwart de Miller qui eut, comme on le sait, sur ses contemporains, des effets encore plus dévastateurs que Werther, « siegwartisé », c’est-à-dire d’avoir poussé jusqu’aux larmes l’exaltation mélancolique et religieuse suscitée par l’apparition de l’astre nocturne7.

23Que Moritz ne cherche pas à concurrencer les autres arts lorsqu’il décrit, ou plutôt lorsqu’il lit, dans le grand livre de la nature, le voyage à pied qui le conduit de Hanovre à Erfurt à la poursuite d’une troupe de théâtre qui l’engagerait, le montre bien. Les contrées traversées sont rendues de manière très simplifiée et stéréotypée :

Il était encore tôt — le chemin lui faisait traverser une agréable contrée où forêt et plaine alternaient et où le chant des oiseaux venait à sa rencontre pendant que le soleil matinal brillait à la cime verte des arbres (AR 386).

24Lorsqu’il fait le détour – Young oblige – par les ruines d’un château, ce n’est pas pour des descriptions précises ou pittoresques de ces vieilles murailles détruites, c’est seulement pour signaler que cela lui fait penser aux temps anciens. Il en repart en notant les monts du Harz sur sa gauche, mais sans perdre une minute à les décrire. De même, lorsqu’il monte à la Wartburg, c’est pour jouir d’en haut de la région vaste et belle. Mais sans plus. Disons à sa décharge que ce moment du voyage est particulièrement difficile pour lui, puisqu’il vient d’apprendre que la troupe de théâtre dans laquelle il souhaite s’engager s’est dispersée.

  • 8  Lettre de K. Ph. Moritz à Campe, 19 septembre 1786, in K. Ph. Moritz, Werke (comme n. 2, p. 184), (...)

25Ces paysages si peu décrits, mais si intensément éprouvés, ressentis, restent traditionnels et classiques, composés essentiellement de bois, de collines et de plaines. Lorsque Moritz découvre deux autres éléments, la mer et la montagne, il ne fait pas preuve d’une originalité supérieure. Il découvre la mer à l’occasion de son voyage en Angleterre, mais c’est alors pour retrouver la dialectique de la dilatation/contraction et de l’enfermement/libération. Quant aux Alpes qu’il traverse pour se rendre en Italie, elles ne lui inspirent très classiquement que l’horreur de cette nature dramatique : « Ce lieu semble bien fait par la nature pour inspirer la peur et l’angoisse à sa seule vue : des deux côtés du fleuve le rocher s’élève verticalement comme une paroi et à cause du méandre de l’Adige, on se sent enfermé de toute part. »8.

  • 9  Cf. K. Ph. Moritz, Reisen eines Deutschen in Italien in den Jahren 1786 bis 1788, in K. Ph. Moritz (...)
  • 10  Sur la tradition de ce paysage d’idées, voir notamment l’article de J. Adler, Time, Self, Divinity (...)

26Au cours de ce voyage en Italie et en Angleterre sont en revanche présentés au lecteur des paysages qui ne se situent pas dans un rapport passionné à la subjectivité du peintre, mais qui sont décrits pour eux-mêmes. Ils font inévitablement songer à des vedute ou plutôt, dans bien des cas, à des cartes postales convenues. Le voyageur Moritz ne manque pas un point de vue, pas un coucher ou un lever de soleil. Il semble pourtant écarter la « peinture de paysage » des attributions ou des missions de l’écrivain. Lors d’un voyage à Naples et Capri en compagnie d’un peintre de paysage, d’un sculpteur, d’un architecte et d’un écrivain, Moritz répartit ainsi les occupations et les compétences : le peintre tout naturellement s’intéresse aux paysages, le sculpteur aux bas-reliefs, l’architecte aux édifices et l’écrivain aux inscriptions antiques. Sans doute, cette division des tâches est contredite par le récit de voyage lui-même, où figurent malgré tout des vues paysagères. Mais la vocation de l’écrivain n’est pas spontanément pour Moritz concurrente de l’activité picturale9. Symboliquement, c’est bien à déchiffrer des signes qu’il doit s’attacher, que ces signes proviennent de l’Antiquité ou de la nature, étant entendu que ces signes renvoient toujours à sa subjectivité. Le paradoxe miraculeux de la nature continuatrice de la présence divine est alors de pouvoir apporter à la singularité individuelle des réponses exactement adaptées. Elle est la médiatrice entre l’infini divin et la finitude humaine10.

27Karl Philipp Moritz entretient avec le paysage constamment « recouvert » par le vocable de nature une relation si intense que la construction de la vision du spectacle de la nature ne s’effectue presque jamais de façon autonome, mais toujours dans une correspondance spéculaire avec le sujet. L’auteur n’observe la nature que parce qu’il s’observe. Ce n’est pas la nature qui est son objet d’étude mais son moi. Rien d’étonnant à ce que les chemins de cette nature ramènent toujours immanquablement, obsessionnellement à lui. Curieusement, le psychologue empirique Moritz relie dans Anton Reiser le chemin mystérieux qui mène à l’intimité du moi des romantiques au camino interior du quiétiste qu’il avait été. La subjectivisation radicale du paysage, l’appropriation totale vécue et observée ici ouvrent en tout état de cause à la littérature et à la peinture de nouvelles et fécondes perspectives.

Haut de page

Notes

1  Sur ce sujet, voir l’étude classique de H.-J. Schings, Melancholie und Aufklärung, Francfort/Main, 1977.

2  Cf. aussi L. Müller, Die kranke Seele und das Licht der Erkenntnis, Karl Philipp Moritz’Anton Reiser, Francfort/Main, 1987.

3  K. Ph. Moritz, Anton Reiser, ein psychologischer Roman, éd. par W. Martens, Stuttgart, 1986, p. 91 (termes soulignés dans le texte original), cité désormais AR + pagination.

4  K. Ph. Moritz, Andréas Hartknopf. Eine Allégorie, in Werke, éd. par H. Günther, 3 vol. , Francfort/Main, 1981, ici vol. 1, p. 426.

5  Sur la pathologie du rapport à l’espace dans les cas de « mélancolie douce », cf. Harald Schmidt, Melancholie und Landschaft, die Psychologie und ästhetische Struktur der Natursckilderungen in Georg Büchners Lenz, Wiesbaden, 1994.

6  Il en fera un temple dans Andreas Hartknopf.

7  « Parce que la pente forêt était si proche aux portes de la ville, il avait souvent l’habitude, le soir, au clair de lune, de sortir, et parfois aussi un peu de siegwartiser sans avoir encore lu le Siegwart qui ne parut qu’un an après » (AR 353).

8  Lettre de K. Ph. Moritz à Campe, 19 septembre 1786, in K. Ph. Moritz, Werke (comme n. 2, p. 184), vol. 2, p. 856.

9  Cf. K. Ph. Moritz, Reisen eines Deutschen in Italien in den Jahren 1786 bis 1788, in K. Ph. Moritz, Werke (comme n. 2, p. 184), vol. 2, p. 260.

10  Sur la tradition de ce paysage d’idées, voir notamment l’article de J. Adler, Time, Self, Divinity : The Landscape of ideas from Petrarch to Goethe, in H. Wunderlich (éd.), Landschaft und Landschaften im achtzehnten Jahrhundert, Heidelberg, 1995, pp. 25-50.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Mondot, « Paysages du moi, nature de la mélancolie chez Karl Philipp Moritz », Revue germanique internationale [En ligne], 7 | 1997, mis en ligne le 22 septembre 2011, consulté le 23 mars 2017. URL : http://rgi.revues.org/625

Haut de page

Auteur

Jean Mondot

Professeur à l’Université de Bordeaux III, département d’études germaniques

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page