Navigation – Plan du site
Poétiques littéraires et picturales du paysage

« Voyageurs dans un paysage »1 Deux versions du poème « Der Wanderer » de Hölderlin (1797 et 1800)2

Isabelle Kalinowski
p. 231-246

Résumés

Construites sur la double opposition entre les déserts de sable ou de glace du Sud et du Nord extrêmes et les vertes luxuriances de la Souabe, ces deux versions du Wanderer dessinent deux figures du retour de l’errant dans le pays natal : au cercle parfait du retour dans l’immédiat, la deuxième version substitue le parcours d’une scission. La négativité jusque-là inscrite dans les seuls paysages « lointains » contamine à présent le lieu de l’origine allemande, et le Wanderer assume la non-coïncidence, l’aliénation historique qui relègue la fusion organique dans l’ordre perdu de l’élégiaque. Une étude précise des modifications apportées à la première version montre que ce qui pourrait bien manifester une réelle rupture dans la poésie de Hölderlin va de pair avec une radicalisation des figures de la négation et un travail de « démétaphorisation ». Reste alors, du malentendu littéraire de Goethe situant les non-paysages de Hölderlin dans l’ordre de la lacune au refus heideggérien de lire chez Hölderlin le déchirement d’une carte du monde centrée sur la Heimat, l’histoire des dénégations opposées à la construction hölderlinienne d’un paysage paradoxal.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Nous empruntons ce titre à Pierre Jean Jouve, premier poète français à avoir traduit des poèmes de (...)
  • 2  Ces deux versions du poème figurent en annexe, à la fin de cet article. Elles seront désignées ici (...)
  • 3  Une traduction de Lorsque j’étais enfant... figure dans l’Anthologie bilingue de la poésie alleman (...)

1De la figure allemande du Wanderer, figure élégiaque d’un éloignement impossible, qui n’arrache le moi à un paysage que pour mieux en magnifier le souvenir, bien des éléments sont présents dans le premier poème qui porte ce nom chez Hölderlin (1797) : l’errance du Wanderer est habitée par l’image d’un « pays bienheureux », traversé de vents tièdes, aux collines plantées de vignobles et aux arbres chargés de fruits, où les fleurs poussent près des sources, dans la vallée où le village « s’étend, satisfait », où la cloche sonne le retour des champs, où tourne la roue du moulin. Lieu où s’élèvent encore, intacts, la maison de l’enfance, les arbres du jardin qui tendent encore les bras à celui qui revient, comme, dans le poème Lorsque j’étais enfant..., les fleurs tendent les bras à l’enfant et s’entretiennent avec lui dans la langue des dieux3. Poème d’un retour fécond, le premier Wanderer de Hölderlin dessine un cercle parfait : dans la répétition du « comme jadis », « comme autrefois », de l’« encore », l’errant retrouve le pays aimé tel qu’il l’avait laissé, au temps où le soleil fait rougeoyer les sentiers et mûrir les fruits du cerisier, il revient seulement « plus sage » et plus paisible, pour achever sa vie en ce lieu qui est sien.

  • 4  1. Soleil plus doux ! Je reviens à toi plus fidèle et plus sage,

Mildere Sonne! zu dir kehr’ich getreuer und weiser,
Friedlich zu werden und froh unter den Blumen zu ruhen4.

  • 5  Hegel, Grundlinien der Philosophie des Rechts, § 22, Zusatz.
  • 6  Voir l’Anthologie bilingue de la poésie allemande, op. cit., p. 463 (Fantaisie du soir) et p. 473 (...)

2Dans un passage de la Philosophie du droit, Hegel oppose l’image de la ligne droite, figure du mauvais infini, à celle du cercle, figure du « véritable infini », qui est un « retour en soi-même »5. D’autres figures de Wanderer, dans les Lieder de Schubert ou les poèmes de Nietzsche par exemple, arpenteront plutôt cette ligne droite, mauvais infini de l’inéluctable séparation, de l’hiver sans toit, de la nuit. Chez Hölderlin lui-même, certaines images reviennent constamment, inaccessibles au poète qui les regarde avec nostalgie, images de repos satisfaits, de retours fructueux, celle du laboureur comblé de fatigue, du marin ivre des affaires conclues dans les villes lointaines (Fantaisie du soir), du marchand qui compte son gain avec satisfaction (Pain et vin)6 : bonheur du dénombrable, du nombre fini, auquel le poète n’a pas part.

3Mais revenons pour l’instant à la sérénité du premier Wanderer, écrit au début de l’été que Hölderlin passe avec Susette Gontard, en 1797. Le moment de la fusion, du retour même du corps du Wanderer à la terre natale, qui se poursuivra dans la mort, ce moment de fusion qui occupe 48 vers, sans interruption, est précédé par deux strophes qui se détachent, rompent avec ce temps de la présence. Deux strophes au passé, où l’errance du Wanderer est dite brutalement, dans les affres extrêmes du Sud brûlant et du Nord glacé.

  • 7  Seul j’étais et je regardais vers les sèches plaines

Einsam stand ich und sah in die Afrikanischen dürren Ebnen hinaus; vom Olymp regnete Feuer herab7.

4Deux paysages de la stérilité, désignés dans une langue elle-même aride, qui se réduit à quelques notations : les « sèches plaines de l’Afrique », le « feu », la « montagne maigre », l’oiseau « privé de chant », le « fidèle chameau » ; le « pôle glaciaire », la vie « enchaînée », figée dans une « enveloppe de neige ». Éléments épars, décolorés, régis par une unique structure de négations — le seul « nicht » est répété six fois dans les deux strophes – déserts, non-paysage qui ne peut guère se dire, sinon comme l’absence du vrai paysage, la négation des verts luxuriants du pays allemand, alimentés de flots de fertilités, ruisseaux, sources, fleuves « argentés », éclosions de chants et de graines.

  • 8  Hélas ! elle n’élevait pas ici sa verte fraîcheur, la forêt d’ombres,

Ach ! nicht sprang, mit erfrischendem Grün der schattende Wald hier
In die säuselnde Luft üppig und herrlich empor, Bäche stürzten hier nicht in melodischem Fall vom Gebirge,
Durch das blühende Tal schlingend den silbernen Strom, Keiner Herde verging am plätschernden Brunnen der Mittag,
Freundlich aus Bäumen hervor blickte kein wirtliches Dach8.

  • 9  Cité par Jochen Schmidt dans son édition des poèmes de Hölderlin, Francfort/Main, Deutscher Klassi (...)

5Goethe, à qui Schiller avait envoyé ce poème, écrit à ce dernier, le 28 juin 1797, qu’il n’a guère été convaincu par ces paysages désincarnés : « A vrai dire, le désert africain et le pôle Nord ne sont pas dépeints par un regard sensible ou une vision intérieure, ils sont bien plutôt représentés par des négations, et ne contrastent pas suffisamment, puisque tel était l’effet recherché, avec l’aimable image allemande qu’on trouve en arrière-plan. (...) Le poète a un regard serein sur la nature, mais il semble n’en avoir qu’une connaissance de seconde main. Quelques images vives surprennent, bien que je n’aime guère celle de la forêt jaillissante comme négation du désert. »9

  • 10  Stefan Zweig, Der Kampf mit dem Dämon, Francfort/Main, Insel, 1925, p. 96.

6Le même reproche a souvent été adressé à Hölderlin, par exemple à propos de l’Hypérion auquel il travaille à la même époque : Hölderlin n’a jamais vu la Grèce, et constitue le décor de son roman à partir des seuls livres, comme le Travels in Greece de Richard Chandler. Stefan Zweig écrit par exemple : « Voilà quelqu’un qui n’a jamais été proche des hommes, et qui tente, dans son Hypérion, de forger des personnages, qui décrit une sphère inconnue de lui (la guerre), un paysage dans lequel il n’a jamais été (la Grèce), un temps dont il ne s’est jamais soucié (le présent). »10 Le propos de Goethe, qui situait les descriptions négatives du Wanderer dans l’ordre de la faiblesse, de la lacune, trouve ainsi son aboutissement dans les mots virulents de Zweig, dans le topos qui fait de Hölderlin l’habitant en pensée d’une Grèce idéalisée, aveugle au monde qui l’entoure. Hölderlin n’aurait été capable de dire qu’un unique paysage, celui de la Souabe : das deutsch-liebliche Bild, comme le dit Goethe.

7Cette lacune pourtant, Hölderlin l’assume et la radicalise dans la seconde version du Wanderer, trois ans plus tard, en 1800. Il creuse la négation, obstinément, comme le dieu de scission qu’il introduit dans les troisième et quatrième vers déchire les montagnes de son éclair brutal, pour leur donner forme :

  • 11  Déchirant ! à peine plus doux que jadis, lorsque scindant

Reißendes! milder kaum, wie damals, da das Gebirg hier Spaltend mit Strahlen der Gott Höhen und Tiefen gebaut11.

8Une syntaxe plus heurtée apporte la rupture dans certains vers plus fluides de la première version :

  • 12  Nul ruisseau ne dévalait ici la montagne en cascade mélodieuse

Bäche stürzen hier nicht in melodischem Fall vom Gebirge, Durch das blühende Tal schlingend den silbernen Strom12

9devient par exemple :

  • 13  Sans couronne est le front de la montagne et les loquaces ruisseaux

Unbekränzt ist die Stirne des Bergs und beredsame Bäche Kennet er kaum, es erreicht selten die Quelle das Tal13.

10Le douzième vers,

  • 14  Apeurées et rapides passaient des cigognes migrantes (I, v. 12).

Ängstig und eilend flohn wandernde Störche vorbei14

11devient

  • 15  Mais les migrants passaient rapidement, les cigognes (II, v. 12).

Aber die Wanderer flohn eilend, die Störche, vorbei15.

12La tendance qui s’affirme ici porte Hölderlin à interrompre le cours du vers par la ponctuation, à dissocier l’ordre syntaxique de l’ordre des vers, dans le premier cas (par un enjambement), ou, dans le second cas, à casser l’unité du substantif et de son épithète, en introduisant une apposition qui se trouve de surcroît écartelée dans l’espace même du vers (die Wanderer, [...] die Störche).

13Une simple remarque statistique fait apparaître que Hölderlin, loin de chercher à corriger son texte en fonction du reproche qui lui avait été adressé, radicalise ses choix :

14— Le nombre des adjectifs ou adjectifs-adverbes passe, pour l’ensemble des deux premières strophes, de 44 à 32, comme si Hölderlin se refusait à aller dans le sens d’un paysage plus pittoresque, plus vivant, et cherchait au contraire à en épurer encore les lignes. La rupture des longues périodes syntaxiques et la suppression d’un quart des adjectifs produisent un style plus nominal. La disparition de certaines métaphores, comme celle du « squelette » de la première strophe, et allusions mythologiques, comme celle d’Aurore et Tithon dans la troisième strophe, resserrent encore le texte autour de quelques motifs. Un travail de « démétaphorisation » s’opère, par exemple au début de la deuxième strophe :

  • 16  (...) comme un chaos hérissé

wie ein starrendes Chaos Türmte das Meer da schröcklich zum Himmel empor16

15devient

  • 17  Dans le lointain pôle Nord j’arrivai par bateaux (II, v. 20).

Fern zum nördlichen Pol kam ich in Schiffen herauf17.

16De la même façon, dans la troisième partie du texte, la métaphore du vieillard (I, v. 51) est transposée dans le très explicite :

  • 18  Mais souriant et grave il repose là-haut, l’ancien, le Taunus (II, v. 53).

der Alte, der Taunus18.

17Hölderlin ne cherche pas à « dépeindre par un regard sensible ou une vision intérieure », comme l’aurait voulu Goethe. Il n’ajoute pas de couleurs, pas de nuances, il en supprime. Il explicite, affûte le trait. Trace les lignes du paysage telles que les voit l’oiseau qui souvent accompagne le trajet du poète, dans ce poème comme dans d’autres : ici le faucon qui, dans l’« air serein », « regarde autour de lui ».— Le premier reproche de Goethe portait sur les négations. C’est peut-être là, en effet, la marque la plus distinctive de ce texte. Hölderlin ne cherche pas à la gommer. Au contraire : il ajoute de nouvelles négations dans les deux premières strophes, qui en comptent à présent 16 au lieu de 13. Il a même recours à une forme singulière de doubles négations qui ne s’annulent pas, mais se cumulent :

  • 19  Mais là ne jaillit pas de forêt fraîchement verdoyante (I, v. 5).

Aber auf denen springt kein frischaufgrünender Wald nicht..19.

18Ce n’est donc pas par défaut, pourrait-on dire, que Hölderlin a tracé dans Der Wanderer des non-paysages, des lieux négatifs. Dans la première version du poème, on a l’impression que le paysage natal ne peut se dire directement, que la souffrance du lointain est la condition de son surgissement. Le Wanderer s’écrie dans le désert :

  • 20  Le chant des bosquets, les figures et couleurs de la vie,

Um der Haine Gesang, um Gestalten und Farben des Lebens Bat ich, vom lieblichen Glanz heimischer Fluren verwöhnt20.

19Les « figures et les couleurs de la vie » surgissent dans la séparation, dans la prise de conscience solitaire d’un Wanderer ignorant de son privilège, et qui revient comme le fils prodigue sur les lieux dont il sait à présent qu’il tire sa substance. Substance intacte dont il pourra jouir à l’automne de sa vie.

20Le même mouvement semble se reproduire dans la seconde version. Le moment du retour y occupe même un espace plus large, les quatre strophes qui font à présent suite aux deux premières. Le paysage du père est resté fidèle, et accueille avec bonté celui qui a fui :

Treu auch bist du von je, treu auch dem Flüchtlinge blieben,

  • 21  Fidèle toujours tu es resté, fidèle même à celui qui a fui

Freundlich nimmst du, wie einst, Himmel der Heimat, mich auf21.

21Hölderlin conserve les mêmes images du pays natal : le village n’a pas bougé, il est toujours « paisible », le moulin s’affaire ainsi que le paysan. Le Wanderer rejoint les sentiers de ses promenades enfantines, sa maison. Wie sonst, wie einst.

22Pourtant le second Wanderer ne retrouve pas le bonheur que connut le premier, à son retour.

  • 22  Mais à présent je retourne auprès du Rhin, au pays heureux (I, v. 37).

Aber jetzt kehr’ich zurück an den Rhein, in die glückliche Heimat22

23devient

  • 23  Telles furent mes paroles et à présent je retourne auprès du Rhin, au pays (II, v. 37).

Also sagt ich und jetzt kehr’ich an den Rhein, in die Heimat23.

24Le bonheur a disparu, ainsi que le zurück, image d’un paysage resté intact.

  • 24  Et ainsi je suis seul (II, v. 97).

25Dans la première strophe, les vers qui évoquaient « les figures et les couleurs de la vie », l’éclat du pays natal, se sont effacés eux aussi. Le cercle ne se referme plus sur lui-même. La dernière partie est à présent divisée en strophes. Comme si la négation qui, dans le premier texte, trouvait sa raison d’être dans la positivité même du paysage souabe, cette négation que Hölderlin creuse encore au début de la seconde version, contaminait à présent le paysage allemand lui-même, détruisait la coïncidence du Wanderer et de son lieu propre. Assise dans l’herbe, une femme tient dans ses bras un enfant, et chante. Elle chante encore dans le second poème, mais elle chante peut-être pour l’enfant qui ne s’est pas encore séparé d’elle. La figure de la filiation interrompue, qui n’apparaissait dans la première version que pour les neiges stériles de l’extrême Nord, s’installe à présent dans le lieu même qui la niait, dans le paysage de la fertilité. A la solitude du Wanderer dans les déserts brûlants (Einsam stand ich) fait désormais écho celle qui le frappe dans son propre pays (Und so bin ich allein) 24.La cinquième strophe, ajoutée par Hölderlin, est la strophe du deuil, de la mort du père et de la mère dans ce qu’elle a d’indicible. Le fils est devenu l’étranger :

  • 25  Annonce la venue de l’étranger, du fils (II, v. 86).

melde den Fremden, den Sohn25,

26 et les parents sont partis eux aussi dans le lieu de l’étrangeté radicale :

  • 26  (...) là-bas, dans l’étrangeté sacrée

in heilige Fremde dahin sind Nun auch sie mir, und nie kehrt ihr Lieben zurück26.

  • 27  Hegel, Grundlinien, op. cit., § 203 : Hegel rattache l’« état social substantiel » à « la mentalit (...)

27En termes hégéliens, on pourrait dire que la deuxième version du Wanderer introduit la scission dans le moment premier de l’immédiateté, le moment que Hegel appelle « substantiel », et qui correspond à la fois à l’unité de la famille et de la communauté agraire27. Le Wanderer alors n’est plus le reflet passif d’un paysage immuable, mais une figure de la rupture, de la négativité. La deuxième version dit les raisons de son errance, qui n’a plus la gratuité de celle du premier Wanderer : le verbe besuchen, verbe de la promenade, sur lequel s’ouvrait la seconde strophe de la première version, est d’ailleurs supprimé, et remplacé par le verbe treiben, marque d’une impulsion plus essentielle. Ce qui a poussé le fils à partir, ce sont les récits de l’action des héros sur les rives lointaines :

  • 28  (...) descendant au ruisseau

hinab an den Bach, Wo ich lag, und den Mut erfreut’am Ruhme der Männer Ahnender Schiffer: und das konnten die Sagen von euch Daß in die Meer’ich fort, in die Wüsten mußt, ihr Gewaltigen28!

28Et lorsqu’au terme du texte, le Wanderer lève son verre au souvenir des siens, il songe aux « héros », aux « marins », avant même d’évoquer la mémoire des « parents, des amis ».

29Un autre vers associe le départ du Wanderer à l’apparition d’un langage qui le pousse vers l’altérité :

  • 29  Et c’est le discours qui me poussa à chercher autre chose encore (II, v. 19).

Und es trieb die Rede mich an, noch Andres zu suchen29.

30Ce « discours » est le discours héroïque, révolutionnaire peut-être, qui le pousse à prendre la mer ; mais c’est sans doute aussi le discours poétique, qui installe entre le Wanderer et ceux dont il se sépare une frontière de langage, qui l’écarté des « mots des hommes » (Lorsque j’étais enfant...), tandis qu’il peut poursuivre, comme c’est le cas ici, son dialogue avec les éléments, avec les dieux.

31Rupture de langage, la scission qui s’est opérée est indissociablement aussi une rupture dans le temps immobile de la Heimat, une intrusion de la temporalité, c’est-à-dire de l’histoire.

  • 30  Ainsi il lie et sépare Mainte chose, le temps (II, v. 95-96).

So bindet und scheidet Manches die Zeit30.

32Le temps d’ailleurs transforme jusqu’au visage du paysage naturel. Le cerisier de la première version est à présent « noir de fruits » (II, v. 75), son développement a ponctué le temps de l’absence du Wanderer. L’image du vieillissement organique est au demeurant reprise à propos du Wanderer lui-même :

  • 31  J’ai vieilli entre temps, le pôle glacial m’a blanchi

Alt bin ich geworden indes, mich bleichte der Eispol, Und im Feuer des Süds fielen die Locken mir aus31.

33Mais est-on pour autant en droit de situer le temps du Wanderer dans l’ordre de l’organique, comme le fait Heidegger à propos du poème Andenken ?

  • 32  Heidegger, Erläuterungen zu Hölderlins Dichtung (Gesamtausgabe, vol. 4), Francfort/Main, Klosterma (...)

34« Mais l’arbre s’enracine, depuis qu’il a commencé de croître, dans son sol, sans l’abandonner. (...) Tout « créant » doit être chez soi dans le sol de sa naissance. Comment pourrait-il en être autrement, s’il doit croître et atteindre sa « grandeur ». Il semble que l’esprit, en tant qu’esprit « vivant », doive être plus plante que la plante et plus animal que l’animal. »32 Heidegger sait pourtant la nécessité de la Wanderung, il sait que l’esprit « au début n’est pas chez lui dans sa propre demeure ». Citant les fameux vers d’une version tardive de Pain et vin,

  • 33  (...) car l’esprit chez lui n’est

nemlich zu Haus ist der Geist Nicht am Anfang, nicht an der Quell. Ihn zehret die Heimat33,

  • 34  Heiddeger, op. cit., p. 94.
  • 35  Commentaire du poème Heimkunft, ibid., p. 23.

35il les interprète dans le sens d’un nécessaire départ préalable au retour dans le pays natal. Ce dernier ne se donne pas d’emblée : « Le natal le plus proche n’est pas encore la proximité du pays natal. » Cette proximité ne se livre que dans une absence, dans un retour au « propre » qui fait suite à l’« expérience de l’étranger », ou plus exactement à « une expérience de l’étranger en vue de l’appropriation future du propre », « ein Erfahren des Fremden um der künftigen Aneignung des Eigenen willen »34. Cette « appropriation du propre », Heidegger la désigne ailleurs comme un « retour dans la proximité de l’origine »35.

36Le détour par l’« étranger » n’implique pas, pour Heidegger, bien au contraire, une rupture avec le « propre » ; il suppose plutôt un approfondissement du rapport avec l’origine, avec le « mystère » de cette dernière, en tant qu’il se dérobe et se donne dans le détour :

  • 36  Ibid., p. 24.

Le « trésor », le plus propre du pays natal, l’« allemand », est mis de côté (...). Dans l’essence de la proximité a lieu une épargne cachée.36

37En ce sens, l’image heideggérienne de l’arbre immobile en son sol et la figure du détour par l’étranger ne sont pas antithétiques : comme l’arbre développe en secret sa substance en étendant ses branches, le propre s’écarte de lui-même pour mieux déployer son noyau originel.

38Cette interprétation me semble à même de dévoiler les enjeux du passage de la première à la seconde version du Wanderer. La vision du Wanderer et du paysage natal que Heidegger attribue à Hölderlin correspond à la première version du poème, mais non à la seconde. Dans le Wanderer de 1800, F « étranger » n’est plus seulement projection fantasmatique dans la négativité d’un non-paysage, mais s’est introduit au sein même du pays natal. Le paradigme organique a fait place au paradigme historique, historique et non pas « historial ». Le fils est devenu « l’étranger ». C’est bien en ce sens que Friedrich Beißner a interprété l’appartenance du Wanderer de 1800 au genre de l’élégie :

  • 37  F. Beißner, Hölderlins Elegien, in Reden und Aufsätze, Weimar, Böhlaus, 1961.

Dans la première version, le désert et le pôle glaciaire n’étaient qu’un envers conceptuel destiné à mettre en valeur le pays natal et son harmonie. Mais à présent, les oppositions étrangères se doublent d’une antithèse entre le poète et son pays natal, auquel il est devenu étranger ; comme il ne peut pas se réapproprier tout simplement les beautés et les agréments familiers de son pays, et en déplore au contraire la perte et l’aliénation, le regard d’abord joyeux qui est porté sur les choses du pays souabe, simples et émouvantes, fait place à la vision rétrospective et élégiaque d’un bonheur passé37.

  • 38  Mais je te vis autrefois plus divine, plus belle (I, v. 18).

39Et dans le moment même où l’étrangeté, l’aliénation, la négativité s’introduisent dans la Heimat souabe, un renversement s’opère dans l’échelle des paysages. Le paysage étranger ne se résume plus à la seule absence, il acquiert lui-même une positivité. Tandis que dans la première version, la première strophe s’achevait sur un comparatif impliquant un défaut de divinité, de beauté (ich hatte dich einst göttlicher, schöner gesehen)38, la première strophe de la deuxième version s’achève dans la reconnaissance du lien de l’étranger avec le divin :

  • 39  Mais tu t’adressas à moi : ici aussi il y a des dieux, et ils règnent (II, v. 18).

40Und du sprachst zu mir : auch hier sind Götter und walten39.

41Après la période des grands hymnes, en particulier, les poèmes souvent demeurés à l’état de fragments que Hölderlin écrira entre son retour de France, en 1802, et son internement à Tübingen, en 1806, seront de plus en plus investis par des paysages étrangers, multiples, complexes, parfois inexplicables. Cette évolution de la topologie hölderlinienne s’annonce sans doute déjà dans le Wanderer de 1800. Elle va de pair avec la tendance à la « démétaphorisation » que nous avons pu observer dans ce poème. Les noms de lieux, comme ici le Taunus, se multiplient dans les derniers fragments, comme s’ils étaient à eux seuls des paysages. Carte d’un monde dont la Souabe ne serait pas nécessairement le centre, par déplacement géographique d’une Grèce idéale. L’opposition schématique du Sud et du Nord, autour de l’heureuse zone tempérée, fera place à un éclatement de la géographie de Hölderlin : Gênes, Lisbonne, Londres, Palmyre, Bordeaux, l’Euphrate...

42Dans l’histoire de la réception de Hölderlin, cette évolution vers une topologie multiple, cette remise en cause du modèle circulaire d’approfondissement du lien avec le pays natal, a souvent été ignorée. Chez Heidegger, encore. Dans son commentaire du poème Heimkunft (Retour), qui suit le trajet du poète des Alpes à la Souabe, il tient par exemple à un strict ordre des lieux, à une stricte localisation du lieu de l’origine :

  • 40  Heidegger, op. cit., p. 22.

La proximité du plus joyeux (...) n’a pas son lieu « au pied des Alpes ». (...) C’est justement le pays souabe, éloigné des massifs alpins, qui est le lieu de la proximité de l’origine. Oui, c’est ainsi40.

  • 41  Ibid.
  • 42  Jeu de mot sur le titre du poème, Andenken (Souvenir) et la construction du verbe denken (an) (pen (...)
  • 43  Ibid., p. 82-83. Sur ce point, voir Jean-Pierre Lefebvre, Auch die Stege sind Holzwege, in Jacques (...)

43La hiérarchisation des paysages orientée vers la Heimat induit, chez Heidegger, un traitement sélectif des noms de lieux : les noms du pays souabe sont retranscrits comme des noms sacrés (lorsque Hölderlin emploie le vieux mot Suevien pour désigner sa région, Heidegger écrit : « Il nomme ainsi l’essence la plus ancienne, la plus propre du pays natal, encore cachée, mais prête déjà depuis le commencement »)41, tandis que les noms de lieux étrangers sont systématiquement relégués dans l’ordre du métaphorique. Bordeaux et le sud-ouest de la France sont la métaphore de la Grèce : « Le séjour dans l’étrangeté du ciel méridional recèle toujours et par avance une vérité supérieure pour le poète : la « pensée » de ce poète « au » pays des Grecs. Cette « pensée à »42 ne trouve pas son origine essentielle dans le séjour en France dont il fait le récit. »43

  • 44  Hans-Georg Gadamer, Anmerkungen zu Hölderlins Andenken, in Uwe Beyer (éd.), Neue Wege zu Hölderlin (...)

44Dans un autre commentaire de Andenken, Hans-Georg Gadamer renchérit cinquante ans plus tard : « Je ne peux pas comprendre pourquoi on devrait s’intéresser à l’aspect de Bordeaux à cette époque pour comprendre un poème et la force de transfiguration d’un souvenir. (...) Le point qui est en jeu ici n’est pas un point dans le paysage mais le point de l’adieu, quel qu’il ait pu être. »44 Gadamer compare la compréhension du poème à l’appréhension d’un tableau : on ne juge pas un paysage ou un portrait en fonction d’un paysage réel, du visage réel d’une personne.

45Force est de constater cependant que dans l’histoire des interprétations de Hölderlin, cette règle herméneutique élémentaire n’a souvent pas été respectée. Ceux-là mêmes qui l’ont prônée avec le plus de vigueur ont paradoxalement manifesté le désir d’assigner Hölderlin à un territoire bien réel, souabe, allemand.

  • 45  L’opposition du paysage stérile des déserts et de la fertilité verdoyante des zones tempérées – af (...)

46Mais dès lors qu’on tient le paysage réel pour secondaire — le paysage historique et le paysage réel du poème, dans sa stricte topographie, dont les noms de lieux font aussi partie , dès lors qu’on est en droit de voir la Grèce à Bordeaux, on est aussi en droit de voir dans les paysages de Hölderlin non plus des paysages souabes, mais des paysages « sémites »45, comme Pierre Bertaux a choisi de le faire en 1937, dans le temps même où Heidegger commentait Hölderlin :

  • 46  Pierre Bertaux, Hölderlin, in Cahiers du Sud, numéro spécial Le romantisme allemand, 1er semestre (...)

Hölderlin (...) est en Allemagne le poète de la Méditerranée. (...) Ce n’est pas la seule Méditerranée hellénique qui l’attire, mais bien aussi la Méditerranée orientale, celle des Syriens, ancêtres de notre monde, comme celle des Turcs et de Tchesmé, et la Méditerranée occidentale, berceau de Napoléon. (...) Si Hölderlin fréquentait – en esprit – les rives méditerranéennes, ce n’était pas pour fuir le monde moderne, l’empire des brumes. Il y cherchait le milieu originel, vivifiant de l’âme anadyomène, comme le corps se retrempe aux eaux amères d’où est issue toute vie. Comme dans le sang on retrouve la salinité marine, dans sa poésie on reconnaît l’inspiration de Pindare, le souffle des chants hébraïques.
Il est peut-être piquant, aujourd’hui, de constater que le plus allemand des poètes lyriques se rattachait volontiers lui-même à la vieille inspiration méditerranéenne, orientale et sémite.
(...) Volontiers il retourne en pensée vers les lieux de l’Orient hellénique ou sémite d’où s’éleva ce souffle, vers les rues de Palmyre abandonnée, les villes de l’Euphrate, les déserts brûlants46.

47A partir d’un certain moment, qui correspond peut-être au passage du premier au second Wanderer, il n’y a plus d’idylle dans le paysage höl-derlinien, et moins encore dans l’histoire de ses interprétations.

48Dans sa préface aux Erläuterungen zu Hölderlins Dichtung, Heidegger compare le commentaire d’un poème à la chute de flocons de neige sur une cloche, qui en altère légèrement le tintement. A cette vision – là encore — quasi organique du rapport au poème, il est sans doute plus juste de substituer — comme le fait Hölderlin dans son appréhension du paysage — celle d’une relation moins immédiate, travaillée par la violence historique.

  • 47  René Char, Contre une maison sèche, Le nu perdu, in Œuvres complètes, Gallimard, « Pléiade », 1983 (...)

J’aurais pu prendre la nature comme partenaire et danser avec elle à tous les bals. Je l’aimais. Mais deux ne s’épousent pas aux vendanges47.

Haut de page

Annexe

­

Friedrich Hölderlin, Der Wanderer (1797)

Einsam stand ich und sah in die Afrikanischen dürren
Ebnen hinaus; vom Olymp regnete Feuer herab. Fernhin schlich das hagre Gebirg, wie ein wandelnd Gerippe,
Hohl und einsam und kahl blickt’aus der Höhe sein Haupt. Ach ! nicht sprang, mit erfrischendem Grün der schattende Wald hier
In die säuselnde Luft üppig und herrlich empor, Bäche stürzten hier nicht in melodischem Fall vom Gebirge,
Durch das blühende Tal schlingend den silbernen Strom, Keiner Herde verging am plätschernden Brunnen der Mittag,
Freundlich aus Bäumen hervor blickte kein wirtliches Dach. Unter dem Strauche saß ein ernster Vogel gesanglos,
Ängstig und eilend flohn wandernde Störche vorbei. Nicht um Wasser rief ich dich an, Natur ! in der Wüste,
Wasser bewahrte mir treulich das fromme Kamel. Um der Haine Gesang, um Gestalten und Farben des Lebens
Bat ich, vom lieblichen Glanz heimischer Fluren verwöhnt. Aber ich bat umsonst ; du erschienst mir feurig und herrlich,
Aber ich hatte dich einst göttlicher, schöner gesehen
Auch den Eispol hab’ich besucht ; wie ein starrendes Chaos
Türmte das Meer sich da schröcklich zum Himmel empor. Tot in der Hülse von Schnee schlief hier das gefesselte Leben,
Und der eiserne Schlaf harrte des Tages umsonst. Ach ! nicht schlang um die Erde den wärmenden Arm der Olymp hier
Wie Pygmalions Arm um die Geliebte sich schlang. Hier bewegt’er ihr nicht mit dem Sonnenblicke den Busen,
Und in Regen und Tau sprach er nicht freundlich zu ihr. Mutter Erde ! rief ich, du bist zur Witwe geworden,
Dürftig und kinderlos lebst du in langsamer Zeit.
Nichts zu erzeugen und nichts zu pflegen in sorgender Liebe,
Alternd im Kinde sich nicht wiederzusehen, ist der Tod. Aber vielleicht erwarmst du dereinst am Strahle des Himmels,
Aus dem dürftigen Schlaf schmeichelt sein Othem dich auf ; Und, wie ein Samenkorn, durchbrichst du die eherne Hülse,
Und die knospende Welt windet sich schüchtern heraus. Deine gesparte Kraft flammt auf in üppigem Frühling,
Rosen glühen und Wein sprudelt im kärglichen Nord
Aber jetzt kehr’ich zurück an den Rhein, in die glückliche Heimat,
Und es wehen, wie einst, zärtliche Lüfte mich an. Und das strebende Herz besänftigen mir die vertrauten
Friedlichen Bäume, die einst mich in den Armen gewiegt, Und das heilige Grün, der Zeuge des ewigen, schönen
Lebens der Welt, es erfrischt, wandelt zum Jüngling mich um. Alt bin ich geworden indes, mich bleichte der Eispol,
Und im Feuer des Süds fielen die Locken mir aus. Doch, wie Aurora den Tithon, umfängst du in lächelnder Blüte
Warm und fröhlich, wie einst, Vaterlandserde, den Sohn. Seliges Land ! kein Hügel in dir wächst ohne den Weinstock,
Nieder ins schwellende Gras regnet im Herbste das Obst. Fröhlich baden im Strome den Fuß die glühenden Berge,
Kränze von Zweigen und Moos kühlen ihr sonniges Haupt. Und, wie die Kinder hinauf zur Schulter des herrlichen Ahnherrn
Steigen am dunkeln Gebirg Festen und Hütten hinauf. Friedsam geht aus dem Walde der Hirsch ans freundliche Tagslicht ;
Hoch in heiterer Luft siehet der Falke sich um. Aber unten im Tal, wo die Blume sich nährt von der Quelle,
Streckt das Dörfchen vergnügt über die Wiese sich aus. Still ists hier : kaum rauschet von fern die geschäftige Mühle,
Und vom Berge herab knarrt das gefesselte Rad. Lieblich tönt die gehämmerte Sens’und die Stimme des Landmanns,
Der am Pfluge dem Stier lenkend die Schritte gebeut, Lieblich der Mutter Gesang, die im Grase sitzt mit dem Söhnlein,
Das die Sonne des Mais schmeichelt in lächelnden Schlaf. Aber drüben am See, wo die Ulme das alternde Hoftor
Übergrünt und den Zaun wilder Holunder umblüht, Da empfangt mich das Haus und des Gartens heimliches Dunkel,
Wo mit den Pflanzen mich einst liebend mein Vater erzog, Wo ich froh, wie das Eichhorn, spielt’auf den lispelnden Ästen,
Oder in’s duftende Heu träumend die Stirne verbarg. Heimatliche Natur ! wie bist du treu mir geblieben !
Zärtlichpflegend, wie einst, nimmst du den Flüchtling noch auf. Noch gedeihen die Pfirsiche mir, noch wachsen gefällig
Mir an’s Fenster, wie sonst, köstliche Trauben herauf. Lockend röten sich noch die süßen Früchte des Kirschbaums,
Und der pflückenden Hand reichen die Zweige sich selbst. Schmeichelnd zieht mich, wie sonst, in des Walds unendliche Laube
Aus dem Garten der Pfad, oder hinab an den Bach, Und die Pfade rötest du mir, es wärmt mich und spielt mir
Um das Auge, wie sonst, Vaterlandssonne ! dein Licht ;
Feuer trink ich und Geist aus deinem freudigen Kelche,
Schläfrig lässest du nicht werden mein alterndes Haupt.
Die du einst mir die Brust erwecktest vom Schlafe der Kindheit Und mit sanfter Gewalt höher und weiter mich triebst,
Mildere Sonne ! zu dir kehr’ich getreuer und weiser,
Friedlich zu werden und froh unter den Blumen zu ruhen.
Friedrich Hölderlin, Der Wanderer (1800)
Einsam stand ich und sah in die Afrikanischen dürren
Ebnen hinaus ; vom Olymp regnete Feuer herab, Reißendes ! milder kaum, wie damals, da das Gebirg hier
Spaltend mit Strahlen der Gott Höhen und Tiefen gebaut. Aber auf denen springt kein frischaufgrünender Wald nicht
In die tönende Luft üppig und herrlich empor. Unbekränzt ist die Stirne des Bergs und beredsame Bäche
Kennet er kaum, es erreicht selten die Quelle das Tal. Keiner Herde vergeht am plätschernden Brunnen der Mittag,
Freundlich aus Bäumen hervor blickte kein gastliches Dach. Unter dem Strauche saß ein ernster Vogel gesanglos,
Aber die Wanderer flohen eilend, die Störche, vorbei. Da bat ich um Wasser dich nicht, Natur ! in der Wüste,
Wasser bewahrte mir treulich das fromme Kamel. Um der Haine Gesang, ach ! um die Gärten des Vaters
Bat ich vom wandernden Vogel der Heimat gemahnt. Aber du sprachst zu mir : auch hier sind Götter und walten,
Groß ist ihr Maß, doch es mißt gern mit der Spanne der Mensch.
Und es trieb die Rede mich an, noch Andres zu suchen,
Fern zum nördlichen Pol kam ich in Schiffen herauf. Still in der Hülse von Schnee schlief da das gefesselte Leben,
Und der eiserne Schlaf harrte seit Jahren des Tags. Denn zu lang nicht schlang um die Erde den Arm der Olymp hier,
Wie Pygmalions Arm um die Geliebte sich schlang. Hier bewegt’er ihr nicht mit dem Sonnenblicke den Busen,
Und in Regen und Tau sprach er nicht freundlich zu ihr : Und mich wunderte des und törig sprach ich : o Mutter
Erde, verlierst du denn immer, als Witwe, die Zeit ? Nichts zu erzeugen ist ja und nichts zu pflegen in Liebe,
Alternd im Kinde sich nicht wieder zu sehen, wie der Tod. Aber vielleicht erwarmst du dereinst am Strahle des Himmels,
Aus dem dürftigen Schlaf schmeichelt sein Othem dich auf ; Daß, wie ein Samkorn, du die eherne Schale zersprengest,
Los sich reißt und das Licht grüßt die entbundene Welt, All’die gesammelte Kraft aufflammt in üppigem Frühling,
Rosen glühen und Wein sprudelt im kärglichen Nord.
Also sagt’ich und jetzt kehr’ich an den Rhein, in die Heimat,
Zärtlich, wie vormals, weh’n Lüfte der Jugend mich an ; Und das strebende Herz besänftigen mir die vertrauten
Offnen Bäume, die einst mich in den Armen gewiegt, Und das heilige Grün, der Zeuge des seligen, tiefen
Lebens der Welt, es erfrischt, wandelt zum Jüngling mich um. Alt bin ich geworden indes, mich bleichte der Eispol,
Und im Feuer des Süds fielen die Locken mir aus. Aber wenn einer auch am letzten der sterblichen Tage,
Fernher kommend und müd bis in die Seele noch jetzt Wiedersähe dies Land, noch Einmal müßte die Wang’ihm
Blüh’n, und erloschen fast glänzte sein Auge noch auf. Seliges Tal des Rheins ! kein Hügel ist ohne den Weinstock,
Und mit der Traube Laub Mauer und Garten bekränzt, Und des heiligen Tranks sind voll im Strome die Schiffe,
Städt’und Inseln sie sind trunken von Weinen und Obst. Aber lächelnd und ernst ruht droben der Alte, der Taunus,
Und mit Eichen bekränzt neiget der Freie das Haupt.
Und jetzt kommt vom Walde der Hirsch, aus Wolken das Tagslicht,
Hoch in heiterer Luft siehet der Falke sich um. Aber unten im Tal, wo die Blume sich nähret von Quellen,
Streckt das Dörfchen bequem über die Wiese sich aus. Still ists hier. Fern rauscht die immer geschäftige Mühle,
Aber das Neigen des Tags künden die Glocken mir an. Lieblich tönt die gehämmerte Sens’und die Stimme des Landmanns,
Der heimkehrend dem Stier gerne die Schritte gebeut, Lieblich der Mutter Gesang, die im Grase sitzt mit dem Söhnlein ;
Satt vom Sehen entschliefs ; aber die Wolken sind rot, Und am glänzenden See, wo der Hain das offene Hoftor
Übergrünt und das Licht golden die Fenster umspielt, Dort empfangt mich das Haus und des Gartens heimliches Dunkel,
Wo mit den Pflanzen mich einst liebend der Vater erzog ; Wo ich frei, wie Geflügelte, spielt’auf luftigen Ästen,
Oder ins treue Blau blickte vom Gipfel des Hains. Treu bist du auch von je, treu auch dem Flüchtlinge blieben,
Freundlich nimmst du, wie einst, Himmel der Heimat, mich auf.
Noch gedeihen die Pfirsiche mir, mich wundern die Blüten,
Fast, wie die Bäume, steht herrlich mit Rosen der Strauch. Schwer ist worden indes von Früchten dunkel mein Kirschbaum,
Und der pflückenden Hand reichen die Zweige sich selbst. Auch zum Walde zieht mich, wie sonst, in die freiere Laube
Aus dem Garten der Pfad oder hinab an den Bach, Wo ich lag, und den Mut erfreut’am Ruhme der Männer
Ahnender Schiffer ; und das konnten die Sagen von euch, Daß in die Meer’ich fort, in die Wüsten mußt’, ihr Gewaltigen !
Ach ! indes mich umsonst Vater und Mutter gesucht. Aber wo sind sie ? du schweigst ? du zögerst ? Hüter des Hauses !
Hab’ich gezögert doch auch ! habe die Schritte gezählt,
Da ich nahet’, und bin, gleich Pilgern, stille gestanden.
Aber gehe hinein, melde den Fremden, den Sohn, Daß sich öffnen die Arm’und mir ihr Segen begegne,
Daß ich geweiht und gegönnt wieder die Schwelle mir sei ! Aber ich ahn’es schon, in heilige Fremde dahin sind
Nun auch sie mir, und nie kehret ihr Lieben zurück
Vater und Mutter ? und wenn noch Freunde leben, sie haben
Andres gewonnen, sie sind nimmer die Meinigen mehr. Kommen werd’ich, wie sonst, und die alten, die Namen der Liebe
Nennen, beschwören das Herz, ob es noch schlage, wie sonst, Aber stille werden sie sein. So bindet und scheidet
Manches die Zeit. Ich dünk’ihnen gestorben, sie mir. Und so bin ich allein. Du aber, über den Wolken,
Vater des Vaterlands ! mächtiger Äther ! und du Erd’und Licht ! ihr einigen drei, die walten und lieben,
Ewige Götter ! mit euch brechen die Bande mir nie. Ausgegangen von euch, mit euch auch bin ich gewandert,
Euch, ihr Freudigen, euch bring’ich erfahrner zurück. Darum reiche mir nun, bis oben an von des Rheines
Warmen Bergen mit Wein reiche den Becher gefüllt ! Daß ich den Göttern zuerst und das Angedenken der Helden
Trinke, der Schiffer, und dann eures, ihr Trautesten ! auch Eltern und Freund’ ! und der Mühn und aller Leiden vergesse
Heut’und morgen und schnell unter die Heimischen sei.

Haut de page

Notes

1  Nous empruntons ce titre à Pierre Jean Jouve, premier poète français à avoir traduit des poèmes de Hölderlin (Poèmes de la folie de Hölderlin, traduits avec Pierre Klossowski, Paris, 1930). Jouve a repris sous son propre nom un extrait du poème de Hölderlin intitulé Tinian, en le rebaptisant Voyageurs dans un paysage.

2  Ces deux versions du poème figurent en annexe, à la fin de cet article. Elles seront désignées ici par I (version de 1797) et II (1800).

3  Une traduction de Lorsque j’étais enfant... figure dans l’Anthologie bilingue de la poésie allemande de Jean-Pierre Lefebvre, Gallimard, « Pléiade », 1994, p. 461.

4  1. Soleil plus doux ! Je reviens à toi plus fidèle et plus sage,

Pour entrer dans la paix et reposer joyeux parmi les fleurs (I, v. 83-84).

Il existe deux traductions françaises du poème Der Wanderer : celle de Geneviève Bianquis (version de 1796, sous le titre Le promeneur, et extraits de la fin de la version de 1800) et celle de François Fédier dans l’édition de la Pléiade de Hölderlin (Hölderlin. Œuvres, Gallimard, « Pléiade », 1967, p. 799. Version de 1800, sous le titre L’errant).

5  Hegel, Grundlinien der Philosophie des Rechts, § 22, Zusatz.

6  Voir l’Anthologie bilingue de la poésie allemande, op. cit., p. 463 (Fantaisie du soir) et p. 473 (Pain et vin).

7  Seul j’étais et je regardais vers les sèches plaines

De l’Afrique ; de l’Olympe pleuvait du feu... (I, v. 1-2).

8  Hélas ! elle n’élevait pas ici sa verte fraîcheur, la forêt d’ombres,

Dans l’air bruissant, luxuriante et superbe, Nul ruisseau ne dévalait ici la montagne en cascade mélodieuse

Pour enlacer dans la vallée en fleur le fleuve argenté Nul troupeau ne voyait s’écouler le midi près de la source qui murmure

Des arbres ne dépassait, accueillant, nul toit hospitalier (I, v. 5-10).

9  Cité par Jochen Schmidt dans son édition des poèmes de Hölderlin, Francfort/Main, Deutscher Klassiker Verlag, 1992, p. 597.

10  Stefan Zweig, Der Kampf mit dem Dämon, Francfort/Main, Insel, 1925, p. 96.

11  Déchirant ! à peine plus doux que jadis, lorsque scindant

De ses rayons cette montagne, le dieu bâtit hauteurs et profondeurs (II, v. 3-4).

12  Nul ruisseau ne dévalait ici la montagne en cascade mélodieuse

Pour enlacer dans la vallée en fleur le fleuve argenté (I, v. 7-8).

13  Sans couronne est le front de la montagne et les loquaces ruisseaux

Il ne les connaît guère, il est rare qu’elle atteigne la vallée, la source (II, v. 7-8).

14  Apeurées et rapides passaient des cigognes migrantes (I, v. 12).

15  Mais les migrants passaient rapidement, les cigognes (II, v. 12).

16  (...) comme un chaos hérissé

La mer se soulevait vers le ciel dans un élan terrible (I, v. 19-20).

17  Dans le lointain pôle Nord j’arrivai par bateaux (II, v. 20).

18  Mais souriant et grave il repose là-haut, l’ancien, le Taunus (II, v. 53).

19  Mais là ne jaillit pas de forêt fraîchement verdoyante (I, v. 5).

20  Le chant des bosquets, les figures et couleurs de la vie,

Je les appelais de mes vœux, gâté par l’éclat aimable des campagnes du pays (I, v. 15-16).

21  Fidèle toujours tu es resté, fidèle même à celui qui a fui

Aimablement, comme jadis, ciel du pays, tu m’accueilles (II, v. 71-72).

22  Mais à présent je retourne auprès du Rhin, au pays heureux (I, v. 37).

23  Telles furent mes paroles et à présent je retourne auprès du Rhin, au pays (II, v. 37).

24  Et ainsi je suis seul (II, v. 97).

25  Annonce la venue de l’étranger, du fils (II, v. 86).

26  (...) là-bas, dans l’étrangeté sacrée

Eux aussi sont partis pour moi, et jamais leur amour ne reviendra (II, v. 89-90).

27  Hegel, Grundlinien, op. cit., § 203 : Hegel rattache l’« état social substantiel » à « la mentalité substantielle d’une vie éthique immédiate reposant sur le rapport familial et sur la confiance » (La société civile bourgeoise, trad. de Jean-Pierre Lefebvre, Paris, Maspéro, 1975, p. 80).

28  (...) descendant au ruisseau

Où je m’étendais, et m’égayais le cœur en songeant à la gloire des hommes

Marin en rêve : et vos légendes ont eu le pouvoir De m’envoyer sur les mers, dans les déserts, ô puissants ! (II, v. 79-81).

29  Et c’est le discours qui me poussa à chercher autre chose encore (II, v. 19).

30  Ainsi il lie et sépare Mainte chose, le temps (II, v. 95-96).

31  J’ai vieilli entre temps, le pôle glacial m’a blanchi

Et dans le feu du sud mes boucles sont tombées (I et II, v. 43-44).

32  Heidegger, Erläuterungen zu Hölderlins Dichtung (Gesamtausgabe, vol. 4), Francfort/Main, Klostermann, 1981, p. 91.

33  (...) car l’esprit chez lui n’est

Pas au commencement, pas à la source. Le pays natal le dévore.

34  Heiddeger, op. cit., p. 94.

35  Commentaire du poème Heimkunft, ibid., p. 23.

36  Ibid., p. 24.

37  F. Beißner, Hölderlins Elegien, in Reden und Aufsätze, Weimar, Böhlaus, 1961.

38  Mais je te vis autrefois plus divine, plus belle (I, v. 18).

39  Mais tu t’adressas à moi : ici aussi il y a des dieux, et ils règnent (II, v. 18).

40  Heidegger, op. cit., p. 22.

41  Ibid.

42  Jeu de mot sur le titre du poème, Andenken (Souvenir) et la construction du verbe denken (an) (penser à).

43  Ibid., p. 82-83. Sur ce point, voir Jean-Pierre Lefebvre, Auch die Stege sind Holzwege, in Jacques Le Rider /Bernhard Böschenstein, Hölderlin vu de France, Tübingen, 1986.

44  Hans-Georg Gadamer, Anmerkungen zu Hölderlins Andenken, in Uwe Beyer (éd.), Neue Wege zu Hölderlin, Würzburg, Königshausen & Neumann, 1994, p. 145.

45  L’opposition du paysage stérile des déserts et de la fertilité verdoyante des zones tempérées – affirmée dans la première version du Wanderer et contredite dans le second — marque, au xixe siècle, chez Renan par exemple, la géographie mythique du couple des « Sémites » et des « Aryens » : « A un Jésus sauvé du judaïsme, Renan attribue une patrie verdoyante (...) face à la Judée désertique, territoire rocailleux, stérile et dogmatique » (Maurice Olender, Les langues du Paradis, Seuil, 1989, p. 98).

46  Pierre Bertaux, Hölderlin, in Cahiers du Sud, numéro spécial Le romantisme allemand, 1er semestre 1937, p. 232-233.

47  René Char, Contre une maison sèche, Le nu perdu, in Œuvres complètes, Gallimard, « Pléiade », 1983, p. 480.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Kalinowski, « « Voyageurs dans un paysage » Deux versions du poème « Der Wanderer » de Hölderlin (1797 et 1800) », Revue germanique internationale [En ligne], 7 | 1997, mis en ligne le 22 septembre 2011, consulté le 30 avril 2017. URL : http://rgi.revues.org/631

Haut de page

Auteur

Isabelle Kalinowski

Allocataire monitrice normalienne à l’Université de Paris XII, département d’études germaniques

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page