Navigation – Plan du site

8 | 1997
Théorie de la littérature

Theorie der Literatur
Theory of Literature

La théorie littéraire en Allemagne reste un domaine mal connu, dissimulé pour ainsi dire par le succès dont a pu jouir la théorie de la réception. Au moment où les études littéraires allemandes opèrent une conversion et se tournent vers leur propre passé, tentant d’en appréhender les continuités et la logique profonde, d’en retracer l’histoire, il importait de combler au moins partiellement cette lacune.

L’une des voies les plus évidentes pour y parvenir consiste à interroger les concepts centraux d’herméneutique et d’interprétation dans leur relation notamment à la philologie et à la philosophie. Car les interprétations sont plurielles dans la théorie littéraire allemande, comme les conceptions de la modernité. De la germanistique établie d’un Walter Rehm ou d’un Emil Staiger aux expérimentations de Walter Benjamin qui marqua profondément la théorie littéraire à partir des années 1960, les perspectives sont multiples. Peut-être un fil directeur tient-il à l’insertion de plus en plus évidente de la littérature dans un contexte où les relations avec les disciplines voisines s’intensifient.

Au-delà de l’herméneutique philosophique, la théorie du système et la théorie de la déconstruction contribuent à ouvrir la théorie littéraire à un champ plus vaste où les limites entre l’écriture critique et la production littéraire première tendent à s’estomper (les créations du poeta doctus Hofmannstahl sont un exemple de cette interaction entre l’écrivain et les germanistes). La réflexion académique ne peut plus ignorer cette première canalisation des attentes et des productions littéraires qui se dessine dans les suppléments littéraires des journaux. En Allemagne comme en Autriche le statut et le devenir de la théorie littéraire sont révélateurs de l’état des sciences humaines.

  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org