Navigation – Plan du site

Présentation

Christoph König
p. 5-7

Texte intégral

1Ce livre voudrait présenter les perspectives théoriques qui ont déterminé la critique littéraire durant ce siècle. Il est né sur l’arrière-plan d’une histoire disciplinaire et par l’ordre des contributions comme par leur contenu vise à exprimer une critique susceptible de modifier les pratiques. La réflexion peut dès lors se concentrer aussi bien sur l’interprétation et sur l’histoire littéraire que sur l’édition et la critique littéraire. L’interprétation, la compréhension philologique des œuvres littéraires est au centre du propos. C’est pourquoi les théories doivent être interrogées sous l’angle de leurs conséquences pour la compréhension.

2La compréhension présuppose des prémisses universelles qui en règle générale concernent l’objet d’une discipline. Dans la mesure où les objets de la critique littéraire sont imprécis et divers — ce qui caractérise la situation actuelle — les difficultés d’interprétation s’accusent. Aussitôt se présentent des questions. Quelle est la relation entre l’universel et la compréhension ? Quelles sont les déterminations de l’objet ? Comment se sont-elles développées historiquement ? Et comment l’herméneutique littéraire doit-elle réagir ?

3La compréhension philologique est une compréhension du particulier. On aimerait savoir ce qui fait la particularité d’une œuvre d’art. La particularité est cette étrangeté qui d’abord se dérobe. On ne peut la concevoir que comme un écart par rapport à des objets familiers, par rapport à l’universel. Chaque processus herméneutique suppose de tels moments universels, eidétiques. Mais le particulier ne peut pas s’expliquer à partir d’un seul principe, d’une unique force, d’une loi individuelle. Ses actions et. ses qualités propres disparaîtraient sinon dans sa propre universalité. Le particulier s’affirme en réagissant spontanément à ses propres présupposés. De la sorte la compréhension n’a pas un quelconque principe de particularité pour objet mais la distance entre l’universel et l’écart. Mais même cette distance n’est accessible que si elle est pensable, c’est-à-dire d’une certaine manière universelle. Pour comprendre l’écart sans le dépouiller de sa spontanéité, il faut avoir recours à des constructions intellectuelles mobiles.

4L’histoire de l’interprétation montre que l’on a souvent perdu de vue cette relation au profit du contexte, de l’universalité d’une « situation reconstruite ». On se demande s’il convient de poser d’abord la question du particulier et l’on se casse la tête à comprendre pourquoi au cours des derniers vingt-cinq ans les prétentions à constituer des paradigmes méthodologiques se sont succédé à un rythme toujours plus effréné et pourquoi la critique littéraire allemande doit accepter une situation hétérogène sur laquelle personne n’ose plus se prononcer. C’est ce qui est clairement apparu au cours du débat du pluralisme mené durant trois ans dans le cadre du Jahrbuch der Deutschen Schillergesellschaft [Annales de la société Schiller] (1991-1993). Derrière l’incertitude intellectuelle il y a le souci de l’unité de la discipline, définie par des objets communs.

  • 1  Le terme d’histoire des idées ne rend que très imparfaitement le sens du terme de Geistesgeschicht (...)

5Mais il est utile de comprendre les diverses attitudes, car aujourd’hui encore existent de vieilles idées sur ce dont traite une œuvre d’art ou — de façon plus moderne — sur ce dont elle se distancie. Au xixe siècle régnait un consensus philologique. Les textes étaient édités et commentés selon des règles et s’il fallait les mettre en relation avec le particulier, c’était avec une particularité biographique. Le concept globalisant qui explicitait et légitimait était celui de la nation : on lui attribuait la force de fonder sa propre action. Mais on pouvait être sûr qu’il n’en résulterait aucune conséquence immédiate dans la relation à la littérature. Cette liberté relative par rapport aux valeurs nationales conduisit cependant à de notables problèmes d’ordre car dans le hiatus entre le matériau et la valeur il n’y avait pas la médiation de constructions théoriques, aptes à systématiser le matériau sans lui opposer immédiatement des normes. L’explosion de la Geistes-geschichte [histoire des idées]1dans la germanistique entre 1910 et 1925 était la réaction à cette crise méthodologique — c’est de là que date pour l’essentiel la discussion sur les méthodes telle qu’on la connaît aujourd’hui. Grâce au terme d’esprit conçu de façon différente on offrait aux textes littéraires un fondement théorique en concevant le matériau textuel comme une émanation de l’esprit. La réaction porte le nom de l’interprétation immanente, qui se complut à supposer qu’on pouvait interpréter le texte par lui-même sans intégrer une conception de l’objet. Ce qui depuis les années 1960 est devenu par la suite une véritable discussion théorique n’était que la tentative de définir, à travers les catégories du « lecteur », de la « société », de la « psychologie des profondeurs », du « système », du « discours », etc., la propriété universelle des textes littéraires. La situation s’accuse dans la déconstruction. Ce n’est pas seulement l’objet qui est défini de façon très différente mais la spécificité du littéraire est remise en cause lorsque tous les phénomènes culturels et artistique sont traités de la même manière. C’est cette spécificité qu’il s’agit de préserver. Le pluralisme méthodologique a finalement conduit à problématiser ce qui maintient la cohésion de la discipline : le sujet commun. On parvient ainsi à une double difficulté dans l’interprétation des œuvres littéraires. L’une plus ancienne et historique tient au fait que le savoir sociologique, psychologique, politique et esthétique concernant les présupposés et la genèse d’un texte sont à mettre en relation avec celui-ci. L’autre difficulté résulte du fait que les conceptions théoriques à propos de l’ordre de ce savoir se sont multipliées et que certaines conception veulent précisément aboutir à un tel résultat. Nous recherchons un point de vue qui permette de les dominer et les rende critiquables.

6Ce livre est né d’un séminaire qui s’est tenu en 1994-1995 à la Maison Suger et a été organisé en collaboration avec le « centre de recherche sur l’histoire de la germanistique » aux archives littéraires allemandes de Marbach. Il souhaite résumer la pluralité de perspectives théoriques d’un point de vue pratique et examiner de quelle façon la méthode considère chaque fois l’interprétation de l’œuvre singulière. Les contributions répondent à des classifications classiques : histoire des idées (Ernst Osterkamp à propos de Walther Rehm), interprétation immanente (Bernhard Böschenstein sur Emil Staiger), théorie critique (Pierre Judet de La Combe), esthétique de la réception (Isabelle Kalinowski) et théorie du système/déconstruction (Jürgen Fohrmann, Fridrun Rinner). Elles cherchent en même temps à développer les principales questions de principes qui se posent lors de l’interprétation des textes littéraires et se sont sans cesse posées dans l’histoire. On s’interroge par exemple sur la distance à laquelle l’interprète doit se situer de son objet (Lutz Danneberg analyse de ce point de vue l’herméneutique de Gadamer), de quelle manière l’interprétation se rapporte à l’autoréflexion dans l’œuvre (Judet de la Combe sur la relation de la théorie critique, de l’herméneutique et de la philologie critique dans l’œuvre de Jean Bollack), quel effet produit le transfert entre la philologie et la poésie (Christoph König à propos d’Hofmannsthal et de ses philologues ; Walter Müller-Seidel sur la critique littéraire des sciences naturelles), on peut se demander dans quelle mesure le style devient une méthode (Chryssoula Kambas à propos de Walter Benjamin). Une question déterminante est aussi celle de savoir jusqu’à quel point le philologue tient compte de ses propres déterminations culturelles. Il faut pour cela au pire que des textes soient détournés et mis au service des cultures nationales (Jacques le Rider sur les « Études autrichiennes après la seconde guerre ») ou puissent aboutir à des débats de politique normative (Rainer Rosenberg à propos de la germanistique de la RDA). Enfin on n’oubliera pas la mission culturelle du supplément littéraire et la manière d’en user (Thomas Steinfeld à propos de la Frankfurter Allgemeine Zeitung).

Haut de page

Notes

1  Le terme d’histoire des idées ne rend que très imparfaitement le sens du terme de Geistesgeschichte qui renvoie à une époque de l’histoire intellectuelle de l’Allemagne et notamment à l’héritage de Wilhelm Dilthey

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christoph König, « Présentation », Revue germanique internationale, 8 | 1997, 5-7.

Référence électronique

Christoph König, « Présentation », Revue germanique internationale [En ligne], 8 | 1997, mis en ligne le 08 septembre 2011, consulté le 23 juin 2017. URL : http://rgi.revues.org/635 ; DOI : 10.4000/rgi.635

Haut de page

Auteur

Christoph König

Responsable du Centre de recherche sur l’histoire de la germanistique aux Archives de la littérature allemande à Marbach

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org