Navigation – Plan du site

Quelques réflexions sur la critique littéraire et la théorie du système en Allemagne

Fridrun Rinner
p. 189-200

Résumés

La tradition de la critique littéraire a été fortement perturbée dans les années 70 avec la « théorie de la réception » de Hans Robert Jauss. Si cette théorie figure aujourd’hui dans le canon des « classiques » de la recherche littéraire, c’est surtout parce qu’elle a suscité de vives réactions (positives et négatives) dans la discussion théorique en Allemagne. L’évolution doit être étudiée dans son contexte historique. Si en France la théorie de la réception a un certain impact, en Allemagne on se tourne plutôt vers la déconstruction, le postmodernisme et le poststructuralisme. La théorie des systèmes qui actuellement au niveau mondial joue un rôle central dans la discussion scientifique n’apparaît en Allemagne que relativement tard et y reste toujours beaucoup discutée. Les recherches dans ce domaine se sont surtout axées sur la sociologie (Luhmann, Talcott Parsons) et non pas sur les recherches des formalistes russes (Iouri Tynianov) et l’école de Tel Aviv (Itamar Even-Zohar).

Haut de page

Texte intégral

1La critique littéraire actuelle en Allemagne est étroitement liée à la dynamique des réflexions théoriques outre-Rhin en général. Les théories littéraires modernes (structuralisme, postmodernisme) mais surtout le déconstructivisme ont attaqué très fortement les traditions esthétiques, qui virent le jour au xviiie siècle comme des projets rationalistes et qui aboutirent finalement à la création d’une philologie germaniste.

2Suivant les idées des Lumières et dans l’esprit d’un Baumgarten, d’un Kant ou d’un Hegel on commença à codifier et à systématiser les connaissances sur l’art, l’artiste et le goût. De telles réflexions débouchèrent sur une philosophie de l’art, l’enjeu étant de présenter l’art dans sa spécificité. En même temps on s’interrogeait sur les problèmes de la censure, les droits d’auteurs pour ainsi retrouver les bases de la littérature, et en déterminer les normes.

3Après avoir ainsi fixé le domaine de la recherche et celui du discours sur la vérité, on a commencé à délimiter celui du lecteur et de la lecture. Wilhelm Scherer, chef de file du positivisme dans les lettres allemandes, évoquait dans ce sens le public (Lesepublikum) et sa lecture préférée. Par la suite nous trouvons dès lors en plus du lecteur cultivé et du critique littéraire (son représentant en quelque sorte), le scientifique, le « chercheur en littérature » (Literaturwissenschafter). L’étude approfondie de la littérature s’institutionnalise donc, entraînant le développement de diverses méthodes critiques : la méthode positiviste, l’histoire des idées (Geistesge-schichte), la méthode immanente à l’œuvre (werkimmanente Methode), etc. Jusque dans les années 50 toutes ces méthodes critiques n’ont pas changé les objets institutionnalisés, à savoir : l’œuvre et le poète. On restait très lié à la tradition culturelle, on fixait des normes absolues et on percevait la littérature comme une des valeurs essentielles d’une culture, ainsi par exemple Emil Staiger dans son œuvre Die Kunst der Interpretation. Le statut social des lettres était étroitement lié à une dignité culturelle, on respectait le recul du temps. Jusque dans les années 60 la littérature contemporaine n’est jamais abordée.

4La crise d’identité de la société ouest-allemande dans les années 60 a généré en même temps une crise de la critique littéraire en Allemagne. La science de la littérature traditionnelle (Literaturwissenschaft) est alors considérée comme symbole des structures arriérées d’une société, qui refuse de discuter son passé. On se pose dès lors la question de comprendre pourquoi la germanistique est devenue si aisément l’instrument du fascisme et on se tourne en conséquence vers un changement radical. Parallèlement à une telle évolution nous pouvons constater une baisse d’autorité de la science de la littérature, qui s’explique aussi par la perte générale des valeurs et de la tradition.

5La germanistique s’assigne donc un programme de modernisation. Dans une rétrospective on peut constater que celui-ci s’est produit surtout à trois niveaux : 1 / par une révision interne du statut scientifique de la germanistique ; 2 / par une prise de contact avec d’autres disciplines et 3 / par une politisation, c’est-à-dire une légitimation sociale de la discipline qui sera principalement menée par l’école de Francfort. On s’ouvre donc surtout à la sociologie, mieux perçue, puis à l’économie politique et enfin à l’historiographie. Une impulsion importante vient de l’histoire sociale (Sozialgeschichte), qui fait renaître l’histoire de la littérature, si négligée dans la période précédente.

6La concrétisation de ces trois tendances (à des niveaux très différents) a conduit, dans les années 70, à un changement total du paradigme scientifique. Ce programme de modernisation a pu se réaliser assez facilement, car des changements culturels significatifs se sont produits simultanément : la littérature n’est plus considérée comme l’affaire d’une élite, mais devient un article de consommation. Avec le changement de l’objet de recherche qui est passé de la « littérature » au « texte », on a également donné plus d’importance à l’acte de la lecture.

7Vers la fin des années 60 et le début des années 70 la théorie de l’esthétique de la réception de H. R. Jauss figure dans le canon des « classiques » de la recherche littéraire, et ce n’est pas uniquement une conséquence de son nouveau paradigme, mais résulte surtout du fait qu’il a suscité des réactions positives et négatives qui doivent être examinées dans le contexte historique. Car Jauss a réussi à articuler en théorie l’impératif d’une transformation méthodologique des disciplines philologiques et à développer sur le sujet une conception prometteuse. Son idée de découvrir la fonction sociologique de l’évolution littéraire doit donc être considérée en relation étroite avec le mécontentement général en Allemagne où le contexte politique et social de la littérature avait été si longtemps complètement négligé. Dans une telle perspective, on peut considérer Jauss comme précurseur ou initiateur des nouvelles tendances de l’histoire littéraire qui se sont développées après 1970. C’est grâce à sa conception qu’on a mis l’accent sur la spécificité de l’histoire littéraire face à l’histoire en général. C’est lui qui a insisté sur un dépassement du clivage entre connaissance esthétique et connaissance historique.

8Le débat autour de l’historiographie littéraire fut alimenté par la redécouverte des procédés sociologiques en littérature et en art, qui incluaient des positions marxistes et matérialistes comme celles d’Ernst Bloch ou de Georg Lukács, des positions herméneutiques critiques comme celles d’Herbert Marcuse et d’Adorno, et des conceptions sociologiques comme celles de Karl Mannheim ou de Max Scheler.

9Les tendances principales de la recherche littéraire actuelle en Allemagne se manifestent donc dans une « Histoire sociale de la littérature » qui est loin d’être une conception théorique et méthodologique homogène. On constate une large palette d’accès sociologiques. D’un côté l’histoire de la littérature et celle de la société sont comprises comme une unité, qu’il faut étudier dans leur complexité. D’autre part, il ne suffit plus d’accumuler les résultats de recherches positivistes dans une suite chronologique (c’est cela que Jauss avait critiqué), par contre il faut réfléchir sur la notion de base historique réelle sur laquelle se superposerait l’histoire littéraire. Ensuite la critique du mythe du chef-d’œuvre linguistique autonome implique un élargissement et un changement de la notion traditionnelle de littérature. Cela signifie que l’on inclut comme objet de recherche la littérature de masse, la littérature didactique ou la littérature spécialisée et les littératures médiatiques telles que les « pièces radiophoniques ». L’histoire littéraire devient de plus en plus une affaire interdisciplinaire, englobant la science de la littérature, les sciences humaines, les sciences sociales, la psychologie et la théorie de la science.

  • 1  V. Žmegač, Geschichte der deutschen Literatur vom 18. Jahrhundert bis zur Gegenwart, 1979-1984.
  • 2  Peter Bürger, Jochen Schulte Sasse, Zum Funktionswandel der Literatur, 1983.
  • 3  Siegfried J. Schmidt, Grundriß der Empirischen Literaturwissenschaft, Teilband I : Der gesellschaf (...)

10Dans le cadre de ces nouvelles recherches on peut distinguer trois approches différentes : une approche chronologique et thématique incluant les données politiques, sociales et économiques, sans toutefois porter un regard théorique sur l’histoire littéraire dans sa relation au changement social. Cette approche correspond en quelque sorte au maintien ou à la légère modification de la perspective herméneutique, comme on le note chez Viktor Žmegač par exemple dans son histoire de la littérature allemande du xviiie siècle à nos jours1. Une deuxième approche est caractérisée par l’explication théorique tentant de développer les relations entre le processus littéraire et le processus social à l’aide de thèses sociothéoriques ou sociophilosophiques. Les recherches de ce groupe ont pour but d’expliquer d’un point de vue théorique les relations entre l’évolution littéraire et l’évolution sociale. Ces recherches se réduisent à un espace limité au lieu d’examiner des évolutions larges, englobant plusieurs siècles. C’est ainsi que Peter Bürger, par exemple, se concentre surtout sur la critique de la conception littéraire bourgeoise2. Une troisième approche est concentrée sur la construction purement théorique des relations entre littérature, société et histoire. Le représentant de cette direction de recherche est Siegfried J. Schmidt qui dirige un groupe de recherche empirique sur la littérature à Siegen. L’historiographie littéraire représente chez Schmidt seulement un type possible dans la lignée des formes d’action relatives à la littérature. On est surtout intéressé au discours sur les activités communicatives (Kom-munikationsvorgänge) des textes littéraires. Le modèle de Schmidt tend à une systématisation et une explication de la problématique à laquelle est confrontée la science littéraire historique. Son orientation est donc sociohistorique. Son objectif central n’est pas la pratique historiographique, mais une construction théorique des questions, qu’il faut obligatoirement traiter. Il plaide pour une historiographie rationnelle, fondée sur un point de vue empirique. Il insère son système de l’histoire littéraire dans sa théorie empirique globale de l’action littéraire3.

  • 4  Cet article fut repris en 1979 dans le premier numéro de la revue Poetics Today. L’ensemble des ar (...)
  • 5  Cet article de 1928 a été repris dans Théorie de la littérature, Le Seuil, 1965, p. 138-140.
  • 6  On retrouve, sous une autre formulation, l’intuition du formaliste russe Victor Shklovski formulée (...)

11Pour concilier l’exigence historique et la nécessité d’une description rigoureuse du phénomène littéraire on a emprunté dans la recherche internationale la notion de « système » aux formalistes russes et on l’a appliquée à la littérature, ce qui a constitué depuis les années 70 une avancée méthodologique notable. Elle fait son apparition sous le nom de « théorie du polysystème » proposée par Itamar Even-Zohar dans une communication présentée lors d’un symposium tenu à Tel-Aviv sur la « théorie de l’histoire littéraire »4. Les hypothèses et intuitions qui ont permis de lancer l’idée du « polysystème » reprennent les propositions faites par les formalistes russes Iouri Tynianov et Roman Jakobson dans un article : « Les problèmes des études littéraires et linguistiques »5. Chaque œuvre littéraire est un système, un tout significatif, et l’ensemble des textes dotés de traits communs forment un système de systèmes6.

12Dans son article programmatique publié en 1979, Itamar Even-Zohar fait justement remarquer que l’assimilation des théories formalistes et structuralistes en Europe occidentale fut éclectique, pour ne pas dire sélective, dans la mesure où ces dernières ne furent jamais mises en perspective historique. Texte et système littéraires sont des ensembles hiérarchisés de systèmes qui s’interpénètrent et se situent dans une tension réciproque. Le polysystème littéraire se compose de trois sortes de textes :

1 / les textes littéraires proprement dits (au sens le plus large de la

Littérature) ;

2 / les textes critiques (tout ce qui permet la reconstitution du paysage littéraire, d’où l’importance des « métatextes » et des « paratextes » tels que préfaces, manifestes, polémiques, bilan annuels...) ;

3 / et les textes potentiels ou « modèles » dont l’ensemble appartient au polysystème puisqu’il en constitue même la composition abstraite, théorique.

  • 7  José Lambert a proposé de distinguer trois données essentielles pour décrire le système littéraire (...)

13Un système littéraire se définit donc par l’existence à un moment donné d’un certain nombre de modèles possibles, plus ou moins reproductibles, les modèles dominants étant parmi les plus susceptibles d’être reproduits — et aussi, à terme, d’être contestés7.

14La notion de polysystème installe quelques séries d’oppositions fondamentales qui structurent le système en question ; elles sont à étudier d’un point de vue historique (la dimension historique est toujours revendiquée). Nous distinguons les trois séries principales :

  • 8  La littérature « primaire » révise les conditions, normes, modèles en vigueur, elle introduit de n (...)

1 /Littérature primaire versus littérature secondaire8 ;

  • 9  Il faut voir l’opposition entre littérature officielle ou « reconnue », voire « canonisée », et li (...)
  • 10  Le congrès des comparatistes allemands, qui se tenait en 1996 à Tübingen, avait comme sujet « Cano (...)

2 /Littérature noble versus littérature basse9.
On en vient, pour ce qui concerne la littérature officielle, à introduire la notion de « canon » littéraire ou de « littérature canonisée » qu’on peut définir comme le corpus de textes auxquels sont attachées les valeurs tant dans l’enseignement que dans la critique littéraire. Il y a dans la notion de « canon » l’idée d’un corpus de textes élaboré à partir de sélections qui s’effectuent selon certaines normes. Cette notion de canon fait l’objet des études comparatistes les plus en pointe et en vogue actuellement, et doit être saisie dans l’intéressant mélange de valeurs esthétiques et idéologiques qu’elle véhicule10.
Le canon est donc à étudier au niveau du système littéraire, il est indissociable de ce qu’on appelle le « champ littéraire », puisqu’il tend à imprimer sa marque dans le monde scolaire et universitaire et à réguler les réactions critiques, les relations sociales et culturelles du public. On peut avancer que l’horizon d’attente de certains publics a quelque rapport avec la littérature canonique d’un espace culturel donné. La notion de « canon » est liée à l’idée selon laquelle chaque système littéraire tend à la fois à évoluer mais aussi à se protéger, à protéger « ses » textes.

  • 11  Cette problématique a intéressé les littératures appelées « périphériques » ainsi que les littérat (...)

3 /La troisième série d’oppositions pourrait être baptisée : centre versus périphérie : « centre » doit être compris aussi bien dans le sens géographique et culturel que dans la dimension symbolique : la « tradition » tend à occuper le centre du système, mais elle est constamment repoussée vers sa périphérie (dans la vision conflictuelle, voire antagonique, propre au polysystème)11.

  • 12  José Lambert, Plaidoyer pour un programme des études comparatistes : littérature comparée et théor (...)

15L’étude de toute littérature devrait se faire, d’après José Lambert, à partir d’un questionnaire simple12 : un tel répertoire de questions montre l’utilité de la notion de polysystème comme complément de l’étude historique de la littérature, c’est un instrument pour décrire les phénomènes esthétiques, les composantes poétiques d’un système littéraire.

16Si nous nous tournons de nouveau vers l’Allemagne et que nous nous posons la question de savoir comment se sont présentées les dernières tendances des méthodes critiques, nous constaterons que dans le livre de Klaus Michael Bogdal : New Literaturtheorien [Nouvelles théories littéraires], 1990, se trouve surtout une série d’articles consacrés à l’analyse historique du discours de Michel Foucault, à la psychanalyse structurale de Jacques Lacan, à l’œuvre de Louis Althusser, à l’analyse du discours du point de vue sémiotique, à la sociologie de la culture d’après Pierre Bourdieu, aux conceptions nouvelles de l’herméneutique, aux théories de l’action et de la réception, à la déconstruction, à l’approche féminine de la littérature, à la lecture de Derrida et pour finir à la théorie du système et des lettres.

  • 13  On ne mentionne pas du tout la théorie du polysystème de Itamar Even-Zohar.

17Pour les chercheurs allemands, la base de la théorie de système (Systemtheorie) repose surtout sur les théories empruntées à la sociologie. Avec la presque légendaire controverse sociologique de 1971 entre Jûrgen Habermas et Niklas Luhmann, la notion de théorie du système a pénétré dans la conscience des chercheurs allemands. Depuis ces vingt dernières années, c’est surtout la variante de Niklas Luhmann qui a connu un succès énorme et qui a — avec les positions constructivistes — modifié le discours de la sociologie et de la science de la littérature ces dernières années13.

  • 14  Par exemple : « Ist Kunst codierbar ? », 1976 ; « Das Kunstwerk und die Selbstproduktion der Kunst (...)

18Cette théorie a pour but de décrire la société moderne comme un système dynamique, en constante évolution, utilisant des notions telles que « complexité » et « contingence », « sélection » et « négation », « autopoïétique », « autoréférence », etc. Semblable au constructivisme radical, la théorie du système s’oppose au positivisme contemporain, mais à la différence du constructivisme radical, elle ne recourt pas à la dépendance subjective de chaque conscience humaine. Par contre, c’est la communication qui devient la notion fondamentale de cette théorie. Dans la communication la conscience individuelle se transforme en réalité sociale et devient tangible comme l’information qu’on peut décrire. Bien que Luhmann ait plusieurs fois fait référence au sujet de l’art, cette théorie n’a commencé à pénétrer en Allemagne dans le domaine de l’art et de la littérature que ces dernières années14.

19Les bases fondamentales de cette théorie sont à trouver déjà au xviiie siècle, lorsque la société moderne articula ses idées en « superthéories » qui se voulaient universelles : Schelling, Hegel, Marx... inclurent la société entière, les domaines sociaux, intellectuels et/ou historiques dans leurs systématisations. A cette tradition des « superthéories » est aujourd’hui également associée la théorie du système sociologique en Allemagne. Niklas Luhmann définit la théorie du système comme la plus impressionnante des superthéories, car elle se veut universaliste, c’est-à-dire englobant même ses adversaires. Mais à l’opposé des autres « superthéories », la théorie du système est polycentrique, c’est-à-dire qu’elle ne voit pas un seul centre de perspectives, mais plusieurs. Cela implique aussi qu’elle est polytextuelle. Cette théorie n’exige ni reflet de la réalité entière — son principe est la réduction de la complexité — ni exclusivité de la vérité dans le comportement face à d’autres théories concurrentes. La théorie du système est une construction cyclique, elle s’inclut elle-même dans ses recherches. La théorie de la différenciation est en même temps le résultat de cette théorie. La différenciation la plus importante que la théorie du système met en valeur est celle du système et du milieu et/ou de l’environnement (comme la théorie du polysystème). Les systèmes sociaux ne se composent pas d’hommes, mais de communications, et ils sont caractérisés par une différenciation spécifique face à leur environnement. Ils se constituent uniquement par la différenciation de cet environnement et donc par ce qu’ils ne sont pas. Sans différenciation pas d’environnement, et pas d’environnement sans système. Nous pouvons donc noter une combinaison permanente entre référence à soi-même (Selbst-referenz) et référence à autrui (Fremdreferenz).

20De même qu’on différencie la société comme système de son environnement social, on peut également différencier la littérature à l’intérieur de la société, par exemple : à l’intérieur du système économique, politique, religieux ou juridique. La différenciation de ces systèmes n’est pas autre chose que la répétition de la différence entre le système et son environnement à l’intérieur d’un système. C’est ainsi qu’on peut caractériser le système de l’art qui dépend également du système du droit, de la politique et/ou inversement. Dans le système politique, l’art a une certaine fonction (une idée que les formalistes russes ont déjà évoquée). Ces systèmes partiels sont à la fois indépendants et dépendants d’autres systèmes. Mais un système partiel ne peut jamais être remplacé entièrement par un autre sous-système, il n’existe pas d’équivalence.

21Le système global se constitue donc à partir de systèmes qui se différencient entre eux : ce qui figure une fois comme système peut figurer une autre fois comme environnement. Il n’existe pas un sens immuable, il peut toujours être redéfini. On sélectionne un système à partir d’un tout, sans être conditionné dans son choix, et l’on peut toujours faire un autre choix. On peut en déduire qu’il n’existe plus de hiérarchisation de domaines spécifiques dominant les autres (comme base/superstructure, esprit/monde, être/conscience, général/particulier). Chaque système garde sa relation spécifique à son environnement et inclut les systèmes coexistants. Dans son propre système par exemple, l’économie est présentée comme l’élément le plus important, mais du point de vue de la littérature elle ne joue plus qu’un rôle, qu’il faut prendre en compte pour le fonctionnement d’une société. L’économie, le droit, la politique, l’éducation, la science, la religion et l’art sont donc des systèmes très spécialisés, qui — sans être interchangeables — sont liés à des problèmes tels que l’échange des biens, le règlement des conflits, la prise de décisions définitives, la communication de connaissances, et ils agissent l’un vis-à-vis de l’autre comme environnement. Aucun système ne peut être remplacé par un autre, ni l’art par la politique, ni la politique par l’art. Pour réaliser une communication, il existe des codes spéciaux tels que vrai/faux (pour les sciences), beau/laid (pour les arts) — l’art religieux peut être significatif à la fois du point de vue de l’art (beau/laid) et du point de vue religieux (immanent/transcendant).

22Pour la première fois dans le cadre des « superthéories » on a donc attribué à l’art, et donc aussi à la littérature comme système, une place où elle n’est ni reléguée comme miroir de processus plus importants, ni élevée au grade suprême, qu’elle ne mérite pas. Cela veut dire que les catégories antithétiques « système » — « environnement » figurant comme différenciation élémentaire, il faut nommer et décrire la différenciation qui distingue le système ( = la littérature) de son environnement ( = les problèmes dont la littérature est investie).

23La théorie du système en Allemagne met donc toujours l’accent sur le fait qu’elle considère la littérature comme un phénomène social. Elle revendique une plus grande complexité du système, qu’elle construit. Grâce à sa grande autocomplexité, on peut admettre que cette théorie est capable de décrire l’art d’une façon très pertinente. Elle pose donc des questions extrêmement abstraites à l’art et à la littérature.

  • 15  Dietrich Schwanitz, Systemtheorie und Literatur, 1990 ; ibid. : Selbstreferentielle Systeme, in Ze (...)
  • 16  In Chr. Wagenknecht (éd.), £ur Terminologie der Literaturwissenschaft, Stuttgart, 1989, p. 393-423 (...)

24Cette théorie du système n’a trouvé une application dans les lettres allemandes que depuis quelques années. Dietrich Schwanitz l’a introduite dans son livre Systemtheorie und Literatur [Théorie du système et littérature] comme un nouveau paradigme en sciences de la littérature15. Dans son article, « Gesellschaftliche Modernisierung und Literatur der Moderne [Modernisation sociale et littérature de la modernité] »16, Jörg Schönert met l’accent sur le lien qui existe d’un point de vue théorique entre la différenciation de la littérature et celle de l’évolution socioculturelle, en esquissant le cadre d’un fondement sociohistorique de l’histoire littéraire. Suivant la différenciation principale du système et de son environnement, l’évolution interne du système social « littérature » sera liée aux processus des systèmes coexistants. Les structures et les fonctions de ce système social « littérature » seront donc déterminées par l’environnement social des mouvements modernistes.

  • 17  Édité par Renate Heydebrand, Dieter Pfau et Jörg Schönert à Tübingen en 1988.

25Il existe encore trois publications récentes dont le but est d’établir la théorie du système dans la science de la littérature. C’est d’abord la documentation d’un groupe de recherche munichois, Zur theoretischen Grundlegung einer Sozialgeschichte der Literatur. Ein struktural-funktionaler Entwurf [Le fondement théorique d’une histoire sociale de la littérature. Un projet structuraliste et fonctionnel]17. Ce groupe se réfère surtout à la théorie du système de Talcott Parsons, qui présuppose des systèmes d’action (Handlungssysteme). La littérature semble être un produit et un déclencheur d’actions. Le système d’action « littérature » — selon Parsons — est situé dans la société et se différencie à l’intérieur (binnendifferenziert) de celle-ci. Les auteurs de ce livre font l’inventaire de leurs recherches, tout à fait conscients que ce n’est qu’une première tentative de formulation des résultats théoriques de leur travail. Cet ouvrage préfigure une suite composée de recherches concrètes sur la littérature qui seront une sorte d’application pratique de leur théorie. Dans ce contexte il faut se demander si le schéma de Talcott Parsons n’est pas trop rigide dans son application à la littérature et s’il laisse assez de place à l’attribution des différentes fonctions. Il faut plutôt mettre l’accent sur le code de la littérature : la communication de la littérature est codée et il faut étudier tout ce qui l’englobe.

26En 1993 Siegfried J. Schmidt a offert également une autre perspective avec son livre Literaturwissenschaft und Systemtheorie [Critique littéraire et théorie du système], qui se réfère surtout à la théorie du système de Luhmann. Il voit en Europe, à partir de la deuxième moitié du xviiie siècle, une évolution de systèmes littéraires, qui met l’accent sur les systèmes sociaux auto-organisés, se développant dans le cadre du changement des sociétés- et passant des sociétés stratifiées à des sociétés fonctionnelles. La littérature y figure comme un réseau de systèmes sociaux. D’après l’auteur une analyse du système social « littérature » ne doit pas négliger ce changement de fonction au cours des siècles pour la communication littéraire. C’est donc la fonction du système de la littérature qui l’intéresse en premier lieu. Pour lui la fonction du système de la littérature est caractérisée par sa non-fonction. La littérature constitue une « autoréalisation » et une « création d’identité ». Partant de cette idée, Schmidt en vient à l’impact du système de la littérature sur le système du psychisme. Pour lui la fonction première de la théorie du système est d’abord d’observer la communication et non le psychisme des participants à la communication. La communication littéraire se distingue clairement d’autres codes fonctionnels.

  • 18  Literatur als System, et puis dans la contribution : Codeprobleme des Literatursystems, in Empiris (...)

27Dans son livre Literatur als System. Zur Ausdifferenzierung literarischer Kommunikation [La littérature comme système. La différenciation dans la communication littéraire], 1993, Niels Werber veut surtout appliquer des modèles théoriques au matériau littéraire. Il s’inspire des recherches de Gerhard Plumpe18. Celui-ci propose d’intégrer la notion de « divertissement » comme fonction spécifique dans le sens de l’ « intéressant » versus le « non-intéressant ». Ce n’est pas la substance ontologique qui fait que nous considérons quelque chose comme de l’art, mais la désignation comme intéressant ou non-intéressant par un médium, qui veut tout d’abord amuser, divertir. Tout ce qui divertit comme œuvre est codé de façon intéressante, et fait l’objet d’une communication littéraire et artistique. Cette position diverge assez de celle de Luhmann. Publié également en 1993, le livre de Henk de Berg et de Matthias Prangel, Kommunikation und Differenz- Systemtheoretische Ansätze in der Literatur- und Kunstwissenschaft [Communication et différence. Perspectives de la théorie du système dans la science de la littérature et de l’art], nous présente également cette nouvelle tentative.

28Pour conclure, nous pouvons donc constater qu’il existe actuellement en Allemagne plusieurs tentatives d’apporter une solution aux différents aspects des théories du système. Toutes ces démarches sont liées à la sociologie, on ne recourt jamais directement à la théorie du polysystème, comme on le fait dans les autres pays, bien qu’on puisse y retrouver des points communs.

  • 19  Fischer Wissenschaft, Frankfurt-am-Main, 1995 ; voir aussi :Torsdten Hitz, Angela Stock (ed.), Am (...)
  • 20  Voir Louis Montrose : Professing the Renaissance : The Poetics and Politics of Culture, in H. Aram (...)

29En ce qui concerne le « new historicism », qui a suivi le postmodernisme et la déconstruction aux États-Unis, nous trouvons quelques publications récentes en Allemagne, parmi lesquelles celle de Moritz Bassler, New Historicism. Literaturgeschichte als Beitrag der Kultur [New historicism. L’histoire littéraire comme contribution de la culture]19 semble la plus globale. Le « new historicism » part du point de vue selon lequel tout texte a une historicité qu’il faut prendre en compte lorsqu’on l’analyse. Grâce à leur tradition de pensée, cette perspective devrait être plus évidente pour les Allemands que pour les littéraires américains, qui s’orientent depuis les années 1930 vers le « close reading », une sorte de critique immanente au texte. Mais « l’historicité du texte » et « la textualité de l’histoire »20 ne sont pas seulement une continuation de la tradition allemande, elles répondent aussi à la théorie poststructuraliste. La réception du poststructuralisme français en Allemagne, par contre, est marquée par nombre de vicissitudes et d’oppositions. Il faut être bien conscient du fait que toutes ces recherches à l’état embryonnaire constituent les prémisses d’un courant nouveau. Devant nous s’ouvre une nouvelle voie qu’empruntent des chercheurs de tous bords, de tous horizons.

Haut de page

Notes

1  V. Žmegač, Geschichte der deutschen Literatur vom 18. Jahrhundert bis zur Gegenwart, 1979-1984.

2  Peter Bürger, Jochen Schulte Sasse, Zum Funktionswandel der Literatur, 1983.

3  Siegfried J. Schmidt, Grundriß der Empirischen Literaturwissenschaft, Teilband I : Der gesellschaftliche Handlungsbreich Literatur, Braunschweig-Wiesbaden, 1980 ; Teilband II : Zur Rekonstruktion literaturwissenschaftlicher Fragestellungen in einer Empirischen Theorie der Literatur, Braunschweig-Wiesbaden, 1982. Ces conceptions ont comme base les méthodes structuralistes de la théorie scientifique de J. D. Sneed (Philosophical Problems in the Empirical Science of Science. A Formal Approach, in Erkenntnis 10, 1976, p. 115-146) et de W. Stegmüller (Theorie und Erfahrung. 2. Halbband : Theorienstrukturen und Theoriendynamik (Probleme und Resultate) der Wissenschaftstheorie und Analytischen Philosophie, Berlin-Heidelberg-New York, 1973).

4  Cet article fut repris en 1979 dans le premier numéro de la revue Poetics Today. L’ensemble des articles de ce chercheur est repris dans un numéro spécial de Poetics Today, printemps 1990, n° 119. Entre-temps, Claudio Guillén avait publié un article « Literature as a System » (Princeton University Press, 1971) et José Lambert (Université de Louvain) présentait en 1980, au Congrès de la Société française de littérature générale et comparée de Montpellier, un « Plaidoyer pour un programme des études comparatistes : littérature comparée et théorie du polysystème » et poursuivait la description théorique du système littéraire dans de nombreux articles. Récemment, la notion de « polysystème » est utilisée par des chercheurs canadiens en vue d’une nouvelle histoire littéraire du Canada (E. D. Blodgett et A. G.Purdy, Problems of Literary Reception, University of Alberta, 1988). Au Brésil, Antonio Cândido ouvre son livre Formation de la littérature brésilienne, 1975, par un chapitre intitulé « La littérature comme système ».

5  Cet article de 1928 a été repris dans Théorie de la littérature, Le Seuil, 1965, p. 138-140.

6  On retrouve, sous une autre formulation, l’intuition du formaliste russe Victor Shklovski formulée en 1921 et 1923 sous le nom de « loi de stratification » et qui voit l’œuvre littéraire comme un ensemble de strates en conflit entre elles, selon qu’il s’agit de strates culturelles « officielles » reconnues ou de strates venues d’une culture populaire, non reconnue. On croise aussi la grande idée selon laquelle la culture non officielle, sous différentes formes, part à l’assaut de la littérature officielle pour la conquérir et la transformer. Cette liaison de problèmes esthétiques et socioculturels et l’idée d’une tension entre couches, strates d’origine différente servira aussi de base à la théorie du « dialogue » de Mikhaïl Bakhtine.

7  José Lambert a proposé de distinguer trois données essentielles pour décrire le système littéraire : la production du moment, à savoir : toutes les. activités littéraires d’un moment donné ; la tradition, ou les activités littéraires anciennes qui survivent, certaines avec une actualité particulière ; l’importation, c’est-à-dire les activités ou textes que le système littéraire importe des systèmes littéraires voisins. L’observation des interférences entre production, tradition et importation permet de formuler quelques principes de fonctionnement du système littéraire.

8  La littérature « primaire » révise les conditions, normes, modèles en vigueur, elle introduit de nouvelles procédures d’écriture et de lecture. La littérature dite « secondaire » exploite et conserve les conventions littéraires et esthétiques. Mais aucune œuvre, aucun auteur ne peut être entièrement « primaire » ou « secondaire ». Il faudra voir comment, à un moment donné, un texte est, dans une certaine mesure « primaire » ou novateur et sous d’autres aspects « secondaire » ou traditionnel. Un texte « secondaire » apparemment conservateur du point de vue esthétique (on pense au théâtre de Sartre) peut être un texte de contestation sociale. Le texte, la littérature en général sont donc à étudier en situation de communication, de réception, d’évaluation ou plus exactement de réévaluation permanente. Ces changements se traduisent par des positions différentes à l’intérieur du système et évoluent en fonction de l’évolution de ce système.

9  Il faut voir l’opposition entre littérature officielle ou « reconnue », voire « canonisée », et littératures dite « marginales » (sous-littérature, littérature « populaire » ou encore « de masse » ou même « anti-littérature » ou « contre-littérature »). Cette distinction permet de définir les conventions, normes, modèles en vigueur, ce qui peut être tenu d’une part pour littérature et tradition littéraire et d’autre part ce qui entre en conflit avec ces normes esthétiques, voire idéologiques.

10  Le congrès des comparatistes allemands, qui se tenait en 1996 à Tübingen, avait comme sujet « Canon et Theorie », ce qui marque bien l’actualité de cette discussion.

11  Cette problématique a intéressé les littératures appelées « périphériques » ainsi que les littératures dites « régionales ».

12  José Lambert, Plaidoyer pour un programme des études comparatistes : littérature comparée et théorie du polysystème, Montpellier, 1980 : quelles sont les normes (dominantes/ dominées) ; quels sont les modèles (dominants/dominés) ; quelles hiérarchies de normes et de modèles peuvent être décelées dans le système en question ? ; quels phénomènes (auteurs, œuvres, styles, milieux) occupent une position centrale ou périphérique ? ; quels sont les rapports avec les systèmes environnants (rapports intersystémiques) et les relations à l’intérieur d’un système entre les différents sous-systèmes (relations intrasystémiques, par exemple entre littératures et arts) ? ; quelles sont les relations entre la production, la tradition et l’importation (systèmes étrangers) ? ; quels sont le rôle et l’organisation des métatextes, notamment en relation avec les textes littéraires proprement dits ? ; quels rapports entre les éléments novateurs (primaires) et les éléments (plus) traditionnels (secondaires) ?

13  On ne mentionne pas du tout la théorie du polysystème de Itamar Even-Zohar.

14  Par exemple : « Ist Kunst codierbar ? », 1976 ; « Das Kunstwerk und die Selbstproduktion der Kunst », 1984 ; « Das Medium der Kunst ; » 1986 ; « Das Kunstwerk und die Selbstproduktion von Kunst », 1986.

15  Dietrich Schwanitz, Systemtheorie und Literatur, 1990 ; ibid. : Selbstreferentielle Systeme, in Zeitschrift für Literaturwissenschaft und Linguistik, 1990, Heft 77, S. 100-125. Schwanitz présente une analyse détaillée de textes littéraires. Bien qu’il nous promette un accès systémique, il est parfois difficile d’en tirer une application spéciale de la théorie du système.

16  In Chr. Wagenknecht (éd.), £ur Terminologie der Literaturwissenschaft, Stuttgart, 1989, p. 393-423, p. 398.

17  Édité par Renate Heydebrand, Dieter Pfau et Jörg Schönert à Tübingen en 1988.

18  Literatur als System, et puis dans la contribution : Codeprobleme des Literatursystems, in Empirische Literaturwissenschaft, éd. Achim Barsch, Gebhard Rusch et Reinhold Viehoff, Francfort, 1992.

19  Fischer Wissenschaft, Frankfurt-am-Main, 1995 ; voir aussi :Torsdten Hitz, Angela Stock (ed.), Am Ende der Literaturtheorie ? Neue Beiträge zur Einführung und Diskussion, LIT, Münster, 1995 ; Doris Bachmann-Medick (ed.), Kultur als Text, Fischer Taschenbuch, 1996.

20  Voir Louis Montrose : Professing the Renaissance : The Poetics and Politics of Culture, in H. Aram Veeser (ed.), The Mew Historicism, New York/Londres, 1989, p. 20.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fridrun Rinner, « Quelques réflexions sur la critique littéraire et la théorie du système en Allemagne », Revue germanique internationale [En ligne], 8 | 1997, mis en ligne le 11 janvier 2011, consulté le 22 septembre 2014. URL : http://rgi.revues.org/652

Haut de page

Auteur

Fridrun Rinner

Professeur de littérature comparée à l’Université d’Aix-Marseille

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page