Navigation – Plan du site

Réflexion et révolution. Notes sur le travail de l’histoire dans l’œuvre de Heine

Michael Werner
p. 47-60

Résumés

L’œuvre de Heine peut être comprise comme une réaction à l’historisation générale du champ de savoir inaugurée par l’expérience de la Révolution. Face aux historicistes qui mettent l’accent sur l’autonomie du passé et aux philosophes de l’idéalisme qui analysent le processus historique en fonction de la seule perspective de l’avenir, Heine insiste sur le droit et la logique du présent. Dans ses articles pour la Gazette d’Augsbourg, il se fait historiographe du présent, tout en précisant les conditions subjectives et contingentes qui déterminent sa vision des choses. Parallèlement, il entame une traversée poétique de son époque qui tente une médiation entre le vécu subjectif singulier et une conception de l’histoire réajustée, en permanence, sur l’expérience du processus historique.

Haut de page

Texte intégral

1Heine appartient à la génération d’écrivains qui a vécu la naissance de l’histoire au sens moderne. Ce constat ne vaut pas uniquement pour le champ étroit de la science historique qui se structure au tournant du xviiie et du xixe siècle. Il vise, plus généralement, les bouleversements apparus, à travers l’expérience révolutionnaire, dans les rapports qu’entretiennent les hommes avec le temps historique. En schématisant, on pourra dire qu’avant cette période, les relations entre passé, présent et avenir semblaient réglées par des lois stables. La Révolution signifia l’irruption de l’imprévisible. Du coup, elle a donné lieu à un double développement. D’une part, elle a entraîné des tentatives de rationalisation abstraite, sous la forme de philosophies de l’histoire : il fallait repenser, de fond en comble, l’enchaînement du processus historique, reconstruire une totalité. De l’autre, elle a déclenché, à l’autre bout de la chaîne, le travail empirique et critique sur les sources afin d’essayer de comprendre l’événement par les matériaux concrets qu’il a laissés. Les deux démarches n’étaient d’ailleurs pas exclusives l’une de l’autre, bien qu’obéissant à des logiques différentes.

2Heine s’est aventuré sur les deux versants du massif. Son sens poétique l’a tôt attiré du côté du particulier et du singulier, vers le fait extraordinaire dans lequel se concentre et se manifeste la tendance générale de l’époque. Son goût pour les textes anciens, des Veda à la Bible en passant par les poésies de Walther von der Vogelweide, son intérêt pour les chants et traditions populaires, son attachement à la « couleur » historique appartiennent à cette dimension du rapport à l’histoire. Élève d’August Wilhelm Schlegel à Bonn ainsi que de l’historien Karl Dietrich Hüllmann, l’un des premiers représentants d’une Kulturgeschichte fondée sur l’histoire économique et sociale, il a été familiarisé avec la tradition de l’histoire universelle. On connaît aussi son admiration pour le roman historique d’un Walter Scott, qui a donné une nouvelle profondeur à l’horizon temporel de toute une génération de lecteurs.

  • 1  Sur les études universitaires de Heine, voir Walter Kanowsky, Vernunft und Geschichte. Heinrich He (...)
  • 2  Lettre à Immanual Wohlwill du 7 avril 1823, in Heinrich Heine, Werke, Briefe, Lebenszeugnisse, Säk (...)
  • 3  Heinrich Heine, L’école romantique, trad. Pierre Pénisson, Paris, Cerf, 1997, p. 106.
  • 4  Brouillon non utilisé d’un chapitre du Voyage de Munich à Gênes, 1828 (Heinrich Heine, Sämtliche W (...)

3En même temps, l’effort d’interprétation dont il investit le singulier le tire, immanquablement, vers la philosophie de l’histoire. Avant même de suivre le cours de Hegel à Berlin qui traite le sujet en hiver 1822-1823, il a fait connaissance avec les historiens de l’Aufklärung et les théoriciens de l’État libéral, Karl Friedrich Welcker à Bonn et Georg Sartorius à Göttingen1. Il a vu, dans leur démarche, une théorie de l’histoire fondée sur l’idée de progrès, prise à la fois dans le sens de la civilisation matérielle et du perfectionnement moral de l’individu. Dans la foulée de ces études, il semble s’être intéressé au droit germanique ancien, au point d’avoir rédigé, vers 1822, un manuscrit intitulé « Du droit historique de l’État au Moyen Age germanique ». Dans une lettre à un ami de Hambourg, il dit avoir détruit ce manuscrit, dont l’échafaudage théorique se serait écroulé2. Les raisons invoquées par Heine pour justifier l’autodafé renvoient à Hegel et aux hégéliens de Berlin : la façon dont Eduard Gans était en train de traiter du droit de succession et les suggestions philosophiques de Moses Moser auraient fait apparaître, sous une lumière crue, les insuffisances du travail entrepris. C’est donc la philosophie de l’histoire hégélienne qui, à la fois à travers les élèves berlinois et par l’impact direct du cours de l’hiver 1822-1823, modèle le regard que Heine va porter dorénavant sur l’histoire. L’enquête historique « naïve » – celle qui s’efforce de savoir simplement ce qui a été – ne résiste plus devant les exigences de la théorie. « L’idée » fait non seulement contrebalancer le fait, elle prime sur lui : «  Les faits ne sont que les produits des idées  », écrira Heine dans L’école romantique3. Du coup, pour comprendre l’histoire, la connaissance du fait isolé ne sera plus d’un grand secours. Ce qui importe, c’est de retrouver le principe, l’idée organisatrice du déroulement historique. Avec les amis hégéliens de Berlin, Heine récusera l’histoire qui se limite à enregistrer les faits, les dates et les noms. La vraie culture de la mémoire n’est pas celle qui sait décliner la chronologie, mais celle qui s’attache à la signification interne de l’événement : « Oublier les noms de Heu et l’année exacte des histoires n’est pas grave, à condition de garder en mémoire leur sens interne et leur morale.  »4

4Pour tenir les deux bouts de la question de l’histoire, la reconstitution du fait et la théorie, Heine propose une voie originale. Elle consiste à opérer un va-et-vient permanent entre le fait et l’idée, entre le « corps » et l’ « esprit » ou, si l’on veut, entre le singulier et le général. C’est sous cet aspect que nous voudrions examiner quelques-uns des textes de Heine ainsi que les propos dont il les a accompagnés. Nous aurons à tenir compte de ses manières de faire tout comme des conceptions qui y sont transcrites.

Le judaïsme

  • 5  Voir à ce sujet notamment, dans le présent volume, la contribution de Céline Traut-mann-Waller. Po (...)
  • 6  Sur cette question, voir l’introduction de Sylvie-Anne Goldberg au dossier des Annales consacré à (...)

5Le premier nœud de l’investigation de l’histoire entreprise par Heine touche à la question des origines juives. L’initiation à la philosophie de l’histoire hégélienne correspond, dans la biographie de Heine, à la période de son engagement à l’Association pour la culture et la science du judaïsme (Verein für Kultur und Wissenschaft der Juden)5. A l’intérieur de cette association très originale, on observe que les efforts de compréhension et d’interprétation du judaïsme se déploient dans deux directions. D’un côté, il s’agit de déterminer, selon une logique hégélienne, la spécificité du « moment juif » dans le processus de perfectionnement de l’esprit qui conduit l’humanité vers la liberté. De cette façon, on fait entrer l’histoire juive dans une histoire universelle sécularisée dont elle constitue un simple chapitre. Eduard Gans, Moses Moser ou encore Immanuel Wohlwill œuvrent en ce sens. Ils prônent l’assimilation culturelle, qui trace le chemin, l’assimilation étant elle-même une étape du processus d’ensemble. La judaïté est appelée à se dissoudre dans le mouvement général de la culture vers la libération de l’esprit. De l’autre côté, les philologues et historiens comme Leopold Zunz ou Ludwig Markus s’engagent dans la voie d’une appropriation « scientifique » du passé, au moyen d’une historiographie juive visant à établir une version rationnelle et laïque de l’histoire des Juifs. S’ils pratiquent, eux aussi, une forme d’assimilation culturelle, celle-ci s’avère néanmoins plus limitée. Dans les faits, Zunz et ses successeurs réservent un statut particulier au judaïsme. Ils placent leur activité dans la ligne même de la tradition juive, us restent souvent, au demeurant, attachés à une certaine forme de religiosité juive, fût-elle réformée et modernisée. La science du judaïsme qu’ils pratiquent reste, dans les faits, réservée aux savants juifs. Les non-juifs n’y ont pas d’accès6.

  • 7  On trouvera une liste détaillée de ces lectures dans le commentaire du Rabbi proposé par Manfred W (...)
  • 8  Lettre à Zunz de mai 1826, HSA XX, 249.
  • 9  Voir sa lettre à Gans de mai 1826 dans laquelle il regrette que «  nos livres ne sont plus des sou (...)

6Il est intéressant de constater que, dans les discussions internes au Verein, Heine semble plutôt avoir penché du côté des «  traditionalistes  », de ceux qui voudraient maintenir une certaine forme d’identité juive. La perte de la mémoire judaïque que devait entraîner l’assimilation lui était douloureuse. Les travaux d’histoire juive de Sachs et de Zunz lui inspiraient, en revanche, une grande admiration. Il est vrai qu’à cette époque, son projet de roman sur le Rabbin de Bacharach l’a plongé dans des lectures étendues d’ouvrages d’histoire consacrés au sujet7. Son sens du détail poétique, voire la nature même du travail littéraire envisagé lui inspirèrent de la méfiance vis-à-vis de l’abstraction opérée par l’idéalisme hégélien. Aux rationalistes qui prêchaient la dilution de l’essence religieuse dans une version atténuée de la foi des pères, il reprochait de manquer de « force ». Bien entendu, il savait que le retour au ghetto était impossible, de même que, s’agissant de sa propre personne, l’adhésion à une forme quelconque de religion institutionnalisée. Mais en tant que poète il attendait des travaux d’histoire du genre de ceux de Zunz une « stimulation de la force » (HSA XX), une revigoration du peuple juif. Ces travaux avaient la qualité de « source », de matière première nécessaire à l’établissement de « l’histoire de nous autres juifs »8, et Heine voulait conférer cette qualité de «  source  » à ses propres livres, en particulier au Rabbin de Bacharach. Le type d’historiographie qu’il revendique pour lui-même se rapproche donc, même s’il est tout à fait conscient de la difficulté de l’entreprise9, de ce qualificatif de « source » reconstruite : elle est susceptible de durer, de dépasser son propre passé, précisément parce qu’elle enferme en elle la totalité du moment dont elle est issue. Nous verrons ultérieurement que la question ne s’est pas seulement posée pour le poète ou l’auteur de textes de fiction : elle devient d’égale actualité pour les travaux journalistiques du chroniqueur parisien.

La révolution

  • 10  Les deux premiers recueils de poésies et de pièces de théâtre (Gedichte, 1822 ; Tragödien nebst ei (...)
  • 11  Heinrich Heine, Tableaux de voyage en Italie, trad. Jean-Philippe Mathieu, Paris, Éditions du Cerf (...)
  • 12  Ibid.

7Le deuxième défi pour l’élaboration d’une conception de l’histoire est celui de la gestion intellectuelle de l’énorme choc causé par la Révolution française. Ce thème mûrit chez Heine au cours des années 1820, en même temps que se précise son expérience de la société de la Restauration en Allemagne, avec son lot de déceptions personnelles, de difficultés à trouver un heu d’insertion professionnelle, une place dans le système. A mesure que se confirmaient ses premiers succès littéraires, dont le premier volume des Reisebilder en 1826 avait inauguré la série10, Heine avait commencé à s’exposer politiquement, à prendre des risques. Le second volume des Reisebilder avait fait l’objet de premières mesures d’interdiction. La sacralisation symbolique de la figure de Napoléon, à laquelle Heine avait procédé dans Le tambour : le livre Legrand, constituait une audace. Mais ce sont surtout les propos très critiques consacrés à la noblesse dans la troisième partie de La mer du Nord qui ont provoqué l’irritation des autorités. Le Voyage de Munich à Gênes enfin, publié sous forme de livre en 1829 dans le troisième volume des Reisebilder, se voulait, de façon explicite, une contribution au programme du « parti de la liberté » en Europe. En nuançant, au chapitre XXIX, son enthousiasme pour Napoléon, Heine entra pour la première fois dans l’une des discussions classiques ouvertes sur histoire de la Révolution. « Je ne l’aime sans réserve que jusqu’au Dix-Huit Brumaire – le jour où il a trahi la liberté »11, dit-il du Premier consul, exprimant par là qu’il mettait le principe abstrait au-dessus de l’homme, fût-il un « grand homme » au sens hégélien. C’est là une conséquence à la fois de sa réflexion sur l’enchevêtrement du processus révolutionnaire et de son adhésion à la philosophie de l’histoire. Quelques lignes plus loin, il précise : « Jamais je n’admire l’acte, je n’admire que l’esprit humain, l’acte n’en est que la défroque, et l’histoire n’est rien d’autre que la vieille garde-robe de l’esprit humain.  » Et d’ajouter, avec le grain de sel littéraire adéquat – ces réflexions le traversent en effet alors qu’il se trouve sur le champ de la bataille de Marengo : « Mais l’amour aime parfois les vieilles dépouilles, et moi j’aime le manteau de Marengo. »12

8Ici encore, sa technique consiste à lier la théorie de l’histoire et le fait subjectif, en l’occurrence l’amour, pour faire jaillir l’étincelle poétique. Celle-ci constitue donc une sorte de synthèse de la philosophie et de l’histoire, de la théorie et de la singularité empirique.

  • 13   Adolphe Thiers, Histoire de la Révolution, 10 vol., Paris, 1823-1827.
  • 14  Cf. ses lettres à Varnhagen du 5 avril et du 16 juin 1830 (HSA XX, 393 et 411).
  • 15  Henri Heine, Correspondance inédite, Paris, M. Lévy, 1866, t. II, p. 104.

9Le travail critique sur la Révolution est ensuite largement alimenté par la lecture des premières grandes entreprises historiographiques consacrées au sujet. C’est surtout la grande Histoire de la Révolution d’Adolphe Thiers en dix volumes13 qui retient son attention. Il étudie cette œuvre notamment pendant la première moitié de l’année 1830, en la mettant sur le même plan que la Bible qu’il lit pour ainsi dire en parallèle14. La lecture de cet ouvrage, l’un des grands best-sellers de l’édition du xixe siècle, le bouleverse littéralement. Il a l’impression d’entrer en contact avec un nouveau type d’écritures saintes de l’humanité, qui lui fait assister comme à une seconde genèse du monde. Très logiquement, il va établir un lien entre ce monde d’un passé récent, peint par Thiers, et les événements de juillet 1830. Histoire et réalité s’interpénètrent. Après coup, il résume la situation à Varnhagen : « Comme il y a des oiseaux qui pressentent les révolutions physiques, orages, tremblements de terre, inondations, il y a aussi des hommes dans l’âme desquels les révolutions sociales s’annoncent par avance, et qui, alors, sont comme stupéfiés, paralysés, étrangement inquiets. C’est ainsi que je m’explique mon état cette année jusqu’à la fin de juillet. J’étais frais et dispos, et ne pouvais m’occuper nuit et jour d’autre chose que de l’histoire de la Révolution. Je passai deux mois aux bains de mer de Héligoland, et, quand la nouvelle de la grande semaine y arriva, il me sembla que cela allait de soi et ce n’était rien que la continuation de mes études. »15

10L’histoire acquiert la qualité d’un présent vivant. Elle est à son tour prise par le mouvement d’accélération du temps déclenchée par la Révolution. Du coup, elle est devenue omniprésente et va notamment accompagner l’expérience quotidienne de Heine après son arrivée à Paris en mai 1831. La ville qu’il habite est à la fois un livre d’histoire ouvert et la scène sur laquelle se joue, en temps réel, la suite de la pièce.

  • 16  Il s’agit du final de l’article «  Befreiung  » qui clôt, dans le quatrième volume des Reisebilder (...)
  • 17   François Mignet, Histoire de la révolution française depuis 1789 jusqu’à 1814, Paris, 1823.
  • 18  Article du 25 janvier 1832, non publié dans De la France (cf. DHA XII, 459).

11On connaît les propos par lesquels Heine a, par avance, sacralisé le lieu parisien, présenté comme la «  nouvelle Jérusalem  » de la religion de la liberté, « la religion de notre temps »16. Et les « premiers évangiles » de cette nouvelle religion, rédigés en langue française, renvoient clairement aux entreprises historiographiques françaises, notamment à celles de Thiers et de Mignet17. Il est cependant intéressant de constater que ce rôle d’évangéliste attribué à l’historien de la Révolution confine celui-ci dans un rôle de chroniqueur plutôt passif. Dans la mesure où le message est contenu dans le déroulement même de l’ « histoire sainte », il suffit à l’historien-croyant de rapporter les événements. Ce trait particulier explique pourquoi Heine rattache aussi bien Thiers que Mignet à l’ «  école fataliste  » : le modèle his-toriographique de l’Écriture sainte correspond, sur le plan technique, à une démarche déterministe. L’historien ne raconte que ce qui devait, nécessairement, arriver. Il n’a pas d’effort interprétatif particulier à fournir. Lorsque, dans un texte des années 1830, Heine impute à Thiers une conception « fataliste » de l’État et de l’histoire, il établit une contradiction implicite entre l’historien plutôt conservateur dans sa démarche même, et l’homme politique libéral attaché au parti du mouvement. Parallèlement il distingue l’école fataliste d’une vision « systématique » de l’histoire18, plaçant ainsi Thiers et les historiens de la Révolution en porte-à-faux par rapport à la théorie et la philosophie de l’histoire.

  • 19  Voir à ce sujet, dans le présent volume, la traduction du texte, inédit en France, proposée par Cé (...)

12Cette distinction croise un autre type de partage opéré notamment lorsque Heine vise la situation en Allemagne. La réflexion qu’il consacre, vers la même période, aux différentes manières de considérer l’histoire (Verschiedenartige Geschichtsauffassung)19 consiste en effet à opposer une vision cyclique, rappelant le principe de l’éternel retour du même, à une vision linéaire fondée sur l’idée de développement et de progrès. Cette opposition correspond à la distinction antérieure entre école « fataliste » et école « systématique », sans pour autant coïncider totalement avec elle. La vision cyclique est, effectivement, associée à l’idée de fatalité, mais Heine insiste cette fois-ci sur deux éléments supplémentaires. D’une part, il considère que le fatalisme produit l’indifférentisme. A l’image du poète d’Ancien Régime, symbolisé notamment par la grande figure de Goethe, l’historien « fataliste » ne s’engage donc pas ouvertement dans le combat politique. Mais ceci n’empêche pas que, d’autre part, sa conception de l’histoire soit utilisée par les gouvernements conservateurs pour contenir, dans la population, toute velléité de changement. A cet égard, Heine désigne Ranke comme l’incarnation d’une histoire mise au service de la politique antirévolutionnaire de la Prusse.

  • 20  DHA X, 301 sq.
  • 21   DHA X, 302, trad. Céline Trautmann-Waller, cf. p. 191-192 du présent volume.

13A l’autre bout de la chaîne, la conception d’une histoire linéaire structurée par le progrès et l’idée de perfectionnement est rattachée à « l’école de l’humanité » (Humanitätsschule) ou « l’école philosophique » (philosophische Schule)20. Hegel et sa théorie d’un État fondé sur le principe de la raison représente la forme la plus aboutie de cette conception. Il s’agit d’une histoire entièrement tournée vers l’avenir, alors que l’histoire cyclique était toute fixée aux valeurs du passé. Ajoutons que, dans ce texte, Heine déclare n’adhérer ni à l’une ni à l’autre de ces représentations, mais prône une conception axée sur le présent, respectueuse du vécu concret des hommes et des droits à une existence pleine et entière. Il préfère donc un rapport au temps qui résiste à toute instrumentalisation qu’elle soit l’œuvre des tenants du passé ou de ceux de l’avenir. Car « la vie n’est ni fin ni moyen ; la vie est un droit. La vie veut faire valoir ce droit contre la mort engourdissante, contre le passé, et ce faire valoir c’est la révolution »21. Le respect de la « vie » est donc identifié comme le principe même du processus révolutionnaire. A la différence de celui d’une histoire sainte, dont la fin est toujours prédonnée, il implique que l’histoire reste ouverte vers l’avenir. Le futur, qui est en même temps la fin, ne détermine plus le présent. Celui-ci conserve une autonomie relative, une valeur en lui-même. Il oriente l’avenir, selon les choix qui sont opérés par les hommes.

La démarche de l’historien

  • 22  Voir la note de Heine sous forme de boutade : «  Das Volk von Paris hat die Welt befreit und keinm (...)

14Comme nombre d’intellectuels de son époque, Heine a non seulement tenté d’élaborer, à la suite de la secousse révolutionnaire, une conception de l’histoire, mais il a également tenté de la mettre en pratique. A l’instar de Borne, de Gutzkow et de tant d’autres encore, il avait formé le projet d’entreprendre lui-même des études historiques sur la Révolution : comme si tout un chacun devait mener sa propre enquête, afin de saisir la signification profonde de l’événement et d’en établir une version authentique, « vraie ». La première condition d’une telle entreprise était de séjourner sur le heu même où le fait était survenu. En même temps que l’accès aux sources et documents, cette condition visait l’attraction exercée par l’esprit du heu, l’inspiration puisée dans la connaissance intime du cadre, de l’espace dans lequel s’inscrit le fait historique. Face à la rupture introduite par l’événement extraordinaire, il fallait insister sur la continuité du heu, les contraintes de localisation et de transposition spatiale. La deuxième condition touchait à la connaissance des acteurs. Le mythique « peuple de Paris »22était aussi une réalité empirique dont il convenait d’étudier le comportement, les dispositions psychiques et affectives, voire les traits physiques. A ce niveau aussi, le rapprochement entre l’acteur de jadis et l’acteur d’aujourd’hui supposait la construction d’une continuité symbolique : les personnages historiques se confondent avec l’homme de la rue du présent.

  • 23  Voir les notes qui ont été publiées, à titre posthume, sous le titre «  Studien über Geschichte un (...)
  • 24  Heinrich Heine, De la France, trad. Jean-Louis Besson, Paris, Cerf, 1996, p. 90 sq.

15Alors que Borne s’était lancé dans un vaste programme de lectures23, Heine a préféré la méthode qui consiste à interroger parallèlement le passé et le présent. Dans un article de la Gazette d’Augsbourg du 19 avril 1832, il précise à ce sujet : « Qu’est-ce qui a poussé les Français à se lancer dans une révolution et ont-ils obtenu ce dont ils avaient besoin ? Pour faire avancer la réponse à ces questions, je parlerai dans mes prochains articles des débuts de la Révolution. C’est une entreprise doublement utile car, en cherchant à expliquer le présent par le passé, on se rend compte en même temps à quel point ce dernier, le passé, ne peut être véritablement compris que par le premier, le présent, et que chaque jour qui passe fait paraître sous un éclairage différent. Voilà ce que nos auteurs de manuels n’avaient jamais soupçonné jusqu’ici : ils croyaient que les dossiers de l’histoire de la Révolution étaient clos et qu’ils avaient prononcé leur jugement définitif sur les hommes et les choses ; c’est alors que grondèrent les canons de la grande semaine, la faculté de Gôttingen constata que son collège universitaire avait fait appel de la sentence à une instance supérieure et que, non seulement la révolution spéciale des Français n’était pas encore achevée, mais que la révolution universelle, d’une toute autre ampleur, venait de commencer.  »24

  • 25  Cf. le début de l’article du 12 mai : «  Le présent s’est imposé si rudement qu’il n’était guère p (...)
  • 26  Heinrich Heine, Französische Zustände, ouvrage publié chez Hoffmann & Campe en décembre 1832. La v (...)
  • 27  Ibid., p. 115.

16Le rapport dialectique entre passé et présent – plus exactement : la dialectique temporelle de l’entendement historique – enracine donc l’effort d’interprétation et de compréhension dans l’évolution du présent, dans la dynamique même du point de vue soumis aux effets de contemporanéité. Cette interdépendance est illustrée par les difficultés auxquelles se heurte l’entreprise heinéenne : les articles annoncés sur le début de la Révolution ne seront pas achevés, car l’actualité immédiate prend le dessus. L’épidémie de choléra à Paris, puis la révolte de juin 1832 occupent le devant de la scène25. Pour rendre manifeste l’imbrication du passé et du présent, Heine publie, en complément à son grand reportage sur le choléra à Paris, un « fragment » de l’article promis qui traite effectivement des origines de la Révolution. En liant ainsi, au moment de la publication des articles sous forme de livre26, la possibilité même d’une considération sur le passé et le compte rendu du présent, il voudrait donner un exemple concret de sa position historiographique, qui devient à son tour structure formelle. Un second fragment complémentaire, dans lequel il avait exposé l’antagonisme entre voltairiens et rousseauistes, caractéristique du début de la Révolution, et qui est publié en tant que tel dans le livre même des Französische Zustände, se conclut par une soudaine actualisation sous forme de rapprochement dans le temps : « Le parti de Rousseau, réprimé depuis cette funeste journée de thermidor, vit pauvre, mais sain de corps et d’esprit, dans les faubourgs Saint-Antoine et Saint-Marceau, il vit en la personne d’un Garnier-Pagès, d’un Cavaignac et de tant d’autres nobles républicains qui de temps en temps s’offrent en martyrs de l’évangile de la liberté.  »27

Une historiographie du présent

  • 28  Henri Heine, Lutèce, Paris, 1855, p. 9 sq. ( «  Épître dédicatoire  » ).

17On voit donc comment Heine est progressivement amené, par l’actualité aussi bien que par la nécessité d’en proposer une interprétation qui intègre la dimension historique, à formuler le projet d’une historiographie du présent. Décrire le présent est pour Heine une tâche à deux dimensions. A la différence de l’historien, le chroniqueur note simplement ce qu’il voit. Cette position implique que d’une part, il ne construit pas de nécessité a posteriori. Au regard de la philosophie de l’histoire, il reste pour ainsi dire neutre, se limitant à enregistrer et à noter ce qui se passe. Aussi, Heine peut-il comparer ses correspondances de Paris à des «  daguerréotypes » : « Mes lettres lutéciennes sont un livre d’histoire daguerréotype, dans lequel chaque jour s’est peint lui-même ; et par l’arrangement de ces portraits quotidiens, l’esprit ordonnateur de l’artiste a donné au public une œuvre, où les objets représentés constatent authentiquement leur fidélité par eux-mêmes. Mon livre est donc un produit de la nature et de l’art à la fois, et tandis qu’il suffit peut-être pour le moment aux besoins populaires du lecteur contemporain, il pourra en tout cas servir un jour aux historiographes comme une source historique, qui porte en elle-même la garantie de son authenticité. »28

  • 29  Heinrich Heine, Ludwig Börne, trad. Michel Espagne, Paris, Cerf, 1993, p. 132.
  • 30  Ibid., p. 104.

18Dans cette perspective, l’intervention de l’auteur se limite donc à agencer les images-textes «  authentiques  » et à produire des effets esthétiques par le jeu des contrastes et des variations. D’autre part cependant, ces photographies ont la particularité de ne pas dissimuler le point de vue à partir duquel elles sont élaborées. Heine indique toujours, comme il l’affirme à propos du portrait qu’il dresse de Ludwig Borne, « le lieu et l’époque » de la prise de vue, de l’acte de la rédaction. Et il « ne dissimule pas » dans quel « état d’esprit, favorable ou défavorable » il s’est trouvé lors de la séance. Au contraire, il fait systématiquement ressortir les traits subjectifs de sa propre « personnalité »29. En rendant ainsi compte non seulement de l’objet mais aussi de sa « manière de le voir »30, Heine voudrait donner au lecteur les moyens de former sa propre opinion. Construire une histoire objectivante est illusoire. Mieux vaut reconnaître le caractère réflexif de toute entreprise historiographique : c’est, en tout cas, la seule possibilité pour surmonter les contradictions inhérentes à la démarche historique.

  • 31  Henri Heine, Lutèce, Paris, 1855, p. 355 sq.

19Le perspectivisme qui caractérise les chroniques parisiennes de Heine ne relève donc pas seulement d’une théorie de l’histoire, il se voudrait en même temps une pratique pédagogique. En faisant appel à un lecteur actif, Heine met en place un dispositif susceptible de faire surgir le sens propre du développement historique. Celui-ci n’est pas plaqué sur l’événement, mais il se construit dans un aller et retour permanent entre le fait et le point de vue. Pour ne pas tomber dans les travers de l’ «  école fatahste  », qui ne fait que restituer la logique d’une « nécessité » établie a posteriori, il propose un système d’interprétation ouvert. A cet égard, le livre d’histoire du temps présent qu’il compose s’apparente davantage à la démarche d’un Michelet historien du Moyen Age qu’à celle d’un Thiers annaliste de la Révolution : « Michelet est-il un grand historien ? Mérite-t-il d’être nommé à côté de Thiers, de Mignet, de Guizot et de Thierry, ces étoiles éternelles ? Oui, il le mérite, quoiqu’il écrive l’histoire d’une tout autre manière. Si c’est la tâche de l’historien, après avoir fait ses recherches et réfléchi sur leurs résultats, d’exposer à nos yeux le tableau de la vie de nos ancêtres, leurs actes et leurs gestes, les hommes et l’époque ; d’évoquer de la tombe, par la puissance magique de la parole, le passé mort, de sorte qu’il se dresse vivant devant notre esprit – si telle est sa tâche, nous pouvons affirmer que Michelet la remplit complètement. Mon grand maître, le défunt Hégel, me dit un jour ces mots : « Si l’on avait noté les songes que les hommes ont faits pendant une période déterminée, nous verrions surgir devant nous, à la lecture de ces songes recueillis, une image tout à fait juste de l’esprit de cette période... » L’histoire française de Michelet est une pareille collection de songes, un pareil livre de rêves : tout le Moyen Age rêveur nous y regarde avec ses yeux hagards et souffrants, avec son sourire fantastique, et nous nous effrayons presque de la vérité frappante de la couleur et de la forme. En effet, pour la description de cette époque nocturne et peuplée de songe-creux, il fallait justement un historien somnambule comme Michelet. »31

20La caution du «  grand maître  » de Berlin sert, ici, non seulement à légitimer, de façon surprenante, l’historiographie évocatrice de Michelet, elle éclaire également le procédé choisi par Heine, la confection et la mise en série des «  daguerrotypies  » de l’actualité. La puissance du verbe, même si elle n’est pas explicitement désignée, fait, certes, partie des ingrédients indispensables à l’opération, mais la qualité essentielle est cette faculté de pénétrer les rêves : l’historien moderne a quelque chose de l’augure.

La dimension poétique

  • 32  Heinrich Heine, Lutezio, art. LV : «  Die wahrhaft großen Dichter haben immer die großen Interesse (...)
  • 33  «  Was ist in der Kunst das Höchste ? Das, was auch in allen anderen Manifestazionen des Lebens da (...)
  • 34  Heinrich Heine, L’école romantique, trad. Pierre Pénisson, Paris, Cerf, 1997, p. 106 sq.

21A partir de là, il devient clair que le véritable historien du présent a nécessairement partie liée avec le poète. Les deux registres sont intrinsèquement associés l’un à l’autre, comme dans un système de vases communicants. Ceci vaut à la fois pour l’approche théorique et pour la pratique empirique de Heine. Quand, en raison des difficultés croissantes avec la censure bavaroise, il doit limiter, puis interrompre son activité de journaliste, il réactive, à partir de 1842-1843, le registre poétique. Les produits de ce transfert, les « poésies actuelles » (Zeitgedichte) et les deux épopées satiriques Germania, conte d’hiver (Deutschland. Ein Wintermärchen et Atta Troll, rêve d’une nuit d’été), inaugurent un nouveau type d’intervention poétique. Heine voulait faire le contraire des « articles de journal rimes »32 d’un Hoffmann von Fallersleben ou d’un Georg Herwegh. Mobilisant, ici encore, l’artillerie hégélienne (« la liberté de l’esprit parvenu à la conscience de lui-même  » )33, Heine revendique pour lui-même, comme critère suprême de la démarche poétique, l’indépendance d’esprit et l’autonomie des choix esthétiques. Par là même, il assigne au poète une tâche spécifique dans l’exégèse du présent. En communiquant, à sa manière, avec le monde qui l’entoure, le poète porte en lui-même, telle une source historique, la vérité et l’authenticité de l’histoire : « L’image de son avenir se trouve déjà dans le cœur des écrivains d’un peuple, et un critique qui découperait avec un couteau assez bien affûté le poète nouveau pourrait, comme avec des entrailles augurales, très aisément prophétiser quelle forme l’Allemagne va prendre. »34

  • 35  Voir, à ce sujet, Jean-Pierre Lefebvre, Le syllogisme de l’histoire dans le Romanzero, Cahier Hein (...)
  • 36  Voir, dans le présent volume, la contribution d’Isabelle Kalinowski.
  • 37  Cf. Heinrich Heine, Romancero, trad. Isabelle Kalinowski, Paris, Cerf, 1997, p. 173.
  • 38  Voir ce que Heine précise dans Die Romantische Schule : «  Die Leute haben bestimmte Bedürfnisse, (...)

22Après l’échec de la Révolution de 1848 en Europe, ressenti par Heine, aussi, comme l’échec d’une philosophie de l’histoire fondée sur le concept de progrès, la part de l’exégèse réservée au poète va encore s’élargir. Dorénavant, devant l’arrière-plan d’un horizon historique assombri et face à l’impossibilité de concilier, dans un avenir proche, l’universel et le particulier, le poète s’emploie à chanter la singularité des destins historiques et présents35. Le recueil du Romancero renferme les actes de ce procès. Dans le monde à l’envers de 1848 ne survivent que les parodies de héros. Le bestiaire moderne des « vainqueurs » du moment (Im Oktober 1849) ne laisse plus de place aux hommes victimes. Le poète lui-même est devenu physiquement et moralement malade de son temps (Le livre de Lazare). L’histoire elle-même ne procure plus de réconfort mais se réduit à une succession de faits grotesques. L’unique espace que le poète réussit à préserver est celui de la poésie juive. La figure emblématique de Yehuda ben Halevy, qui tout en succombant devant les ennemis, chante la perte de Jérusalem, reste pur au moment même de la défaite36. Yehuda signifie l’unité du peuple et du poète. La Jérusalem perdue qu’il chante, c’est aussi la liberté que Heine n’a cessé de proclamer et dont il ne voit plus que les ruines. La déchirure du monde traverse son propre cœur et il ne lui reste que la douleur. Mais le chant du poète authentique, les larmes qu’il verse sur la tombe de sa bien-aimée produisent un collier de perles précieuses37. Le public demande de la nourriture terrestre, un sac de lentilles sèches susceptibles de fournir des réponses aux questions brûlantes qu’il se pose. Quand il ne trouve que des perles, il est déçu et se détourne du poète38. Mais celui-ci n’a pas pour mission de fournir des recettes utilitaires. En suivant les seules « sympathies » de son cœur, il préserve la nature même de la démarche poétique.

23En bon hégélien, fût-il converti au déisme, Heine ne saurait faire de distinction entre liberté poétique et liberté politique. « L’enfant perdu » de la guerre d’émancipation et de libération n’a pas abandonné son idéal : il périt sans avoir été vaincu. Son cœur est brisé, mais ses armes sont restées intactes.

  • 39  Henri Heine, préface à la 3e édition des Neue Gedichte (1851), DHA IV, 177.
  • 40  Sur le travail de réécriture de Heine dans Lutezia, voir la présentation exhaustive de Volkmar Han (...)

24Dans les poésies du Romancero, Heine donne corps à cette relation particulière du poète à l’histoire qu’il évoque à l’occasion d’une citation, souvent reprise, de F. Schlegel :« Friedrich Schlegel a dit de l’historien qu’il était un prophète à l’envers, qui regarde en arrière vers le passé ; à plus forte raison on pourrait dire du poète qu’il était un historien dont le regard pointe vers l’avant, vers l’avenir. »39 Même si, après les désillusions de 1848, vers la fin de sa vie, il semble privilégier la position du poète, Heine cherche toujours, en fait, à tenir les deux bouts. En tant que poète, il interroge le passé tout en ayant les yeux rivés sur l’avenir. Et en tant qu’historien, notamment en auteur-rédacteur des correspondances politiques rassemblées sous le titre de Lutèce, il met en scène un présent passé tout en y apportant quelques retouches significatives qui mettent en relief un futur possible, devenu réalité entre le moment de la rédaction pendant les années 1840 et celui de la publication, en 1854, sous forme de livre40.

  • 41  Heinrich Heine, Tableaux de voyage en Italie, trad. Jean-Philippe Mathieu, Paris, Éditions du Cerf (...)
  • 42  Ibid., p. 87, 89.

25L’un des lieux de passage obligés entre les registres poétique et historique est l’écriture autobiographique. On sait que plusieurs projets de Mémoires ont jalonné toute la trajectoire littéraire de Heine, sans que le grand ouvrage, maintes fois annoncé, ait  jamais vu le jour. Les textes autobiographiques réellement rédigés sont en général plutôt courts et ont été, pour une partie, intégrés dans d’autres livres. L’ouvrage consacré à Ludwig Börne, le fragment romanesque des Mémoires de M. de Schabelewopski ou encore certains tableaux de voyage comme Le livre Legrand ont été nourris de pages destinées, à l’origine, à ce complexe. D’autre part, la poésie de Heine possède également une composante autobiographique substantielle. Ceci vaut en particulier pour le Buch der Lieder et pour toute la poésie tardive. C’est que Heine, en fait, a toujours cherché des points de convergence ou de croisement entre l’histoire universelle et sa propre histoire particulière. D’où ce mélange caractéristique d’empirie et de réflexivité, de récit et de commentaire, de satire bouffonne et de mélancolie noire. Comme historien, Heine bute sur la plasticité des destins singuliers, et comme poète, il travaille la mise à distance, la rupture, la pluralité des perspectives temporelles et spatiales. Dès 1828, quand il se définit lui-même comme un « brave soldat dans la guerre de libération de l’humanité »41, il oppose à l’exigence du bonheur collectif le droit à l’accomplissement de la vie individuelle : « Toute époque a sa tâche propre, et c’est en l’accomplissant que l’humanité avance (...) Mais hélas, chaque pas en avant de l’humanité lui coûte des flots de sang ; et n’est-ce pas un prix trop élevé ? La vie d’un individu n’est-elle pas aussi précieuse que la vie de l’espèce tout entière ? Car chaque être humain en particulier est déjà un monde complet qui naît avec lui et meurt avec lui, chaque pierre tombale est posée sur une histoire universelle. »42

26C’est à partir de cette tension entre les « histoires universelles » multiples et la vision du temps historique propre au poète que se construit le projet historiographique de Heine.

Haut de page

Notes

1  Sur les études universitaires de Heine, voir Walter Kanowsky, Vernunft und Geschichte. Heinrich Heines Studium als Grundlegung seiner Welt- und Kunstanschauung, Bonn, Bouvier, 1975.

2  Lettre à Immanual Wohlwill du 7 avril 1823, in Heinrich Heine, Werke, Briefe, Lebenszeugnisse, Säkularausgabe, Berlin, Akademie Verlag, Paris, Éditions du CNRS, 1970 sq., t. XX, p. 74. Dans la suite de l’article nous adoptons pour cette édition le sigle HSA suivi d’un chiffre romain pour le tome et de la pagination en chiffres arabes.

3  Heinrich Heine, L’école romantique, trad. Pierre Pénisson, Paris, Cerf, 1997, p. 106.

4  Brouillon non utilisé d’un chapitre du Voyage de Munich à Gênes, 1828 (Heinrich Heine, Sämtliche Werke, Düsseldorfer Ausgabe, éd. Manfred Windfuhr, Hamburg, Hoffmann & Campe, 1973-1997, ici t. VII, p. 271). Dans la suite de l’article l’édition de Düsseldorf est désignée par le sigle DHA suivi d’un chiffre romain pour le tome et de l’indication de la page en chiffres arabes.

5  Voir à ce sujet notamment, dans le présent volume, la contribution de Céline Traut-mann-Waller. Pour le problème de l’identité juive chez Heine, voir Michael Werner, Heinrich Heine, Über die Interdependenz von jüdischer, deutscher und europäischer Identität in seinem Werk, in Juden im Vormärz und in der Revolution von 1848, éd. Walter Grab et Julius H. Schoeps, Duisburg, Burg-Verlag, 1983, p. 9-28.

6  Sur cette question, voir l’introduction de Sylvie-Anne Goldberg au dossier des Annales consacré à «  Histoire juive, histoire des juifs  », 1994, n° 5, septembre-octobre.

7  On trouvera une liste détaillée de ces lectures dans le commentaire du Rabbi proposé par Manfred Windfuhr, dans DHA V, 274-281 et 709-768.

8  Lettre à Zunz de mai 1826, HSA XX, 249.

9  Voir sa lettre à Gans de mai 1826 dans laquelle il regrette que «  nos livres ne sont plus des sources  », HSA XX, 248.

10  Les deux premiers recueils de poésies et de pièces de théâtre (Gedichte, 1822 ; Tragödien nebst einem lyrischen Intermezzo, 1823) se sont assez mal vendus, cf. Michael Werner, Genius und Geldsack. Zum Problem des Schriftstellerberufs bei Heinrich Heine, Hamburg, Hoffmann & Campe, 1978.

11  Heinrich Heine, Tableaux de voyage en Italie, trad. Jean-Philippe Mathieu, Paris, Éditions du Cerf, 1997, p. 85

12  Ibid.

13   Adolphe Thiers, Histoire de la Révolution, 10 vol., Paris, 1823-1827.

14  Cf. ses lettres à Varnhagen du 5 avril et du 16 juin 1830 (HSA XX, 393 et 411).

15  Henri Heine, Correspondance inédite, Paris, M. Lévy, 1866, t. II, p. 104.

16  Il s’agit du final de l’article «  Befreiung  » qui clôt, dans le quatrième volume des Reisebilder, la série d’articles sur l’Angleterre. Dans la première édition française de 1834, Heine a regroupé ces articles au début du deuxième volume, mais a écarté de la publication le fragment « Befreiung ». Celui-ci ne figurera que dans la seconde édition de 1856, sous l’intitulé « L’émancipation  ».

17   François Mignet, Histoire de la révolution française depuis 1789 jusqu’à 1814, Paris, 1823.

18  Article du 25 janvier 1832, non publié dans De la France (cf. DHA XII, 459).

19  Voir à ce sujet, dans le présent volume, la traduction du texte, inédit en France, proposée par Céline Trautmann-Waller ainsi que la contribution de Jan-Christoph Hauschild.

20  DHA X, 301 sq.

21   DHA X, 302, trad. Céline Trautmann-Waller, cf. p. 191-192 du présent volume.

22  Voir la note de Heine sous forme de boutade : «  Das Volk von Paris hat die Welt befreit und keinmal ein Trinkgeld dafür angenommen  » (DHA XI, 216).

23  Voir les notes qui ont été publiées, à titre posthume, sous le titre «  Studien über Geschichte und Menschen der Französischen Revolution  », reproduites dans Ludwig Börne, Sämtliche Schriften, éd. par Inge et Peter Rippmann, Düsseldorf, Melzer, 1964, t. XX, p. 1053-1155.

24  Heinrich Heine, De la France, trad. Jean-Louis Besson, Paris, Cerf, 1996, p. 90 sq.

25  Cf. le début de l’article du 12 mai : «  Le présent s’est imposé si rudement qu’il n’était guère possible de s’occuper du passé  » (ibid., p. 116).

26  Heinrich Heine, Französische Zustände, ouvrage publié chez Hoffmann & Campe en décembre 1832. La version française sera publiée, aux éditions Renduel, en juin 1833.

27  Ibid., p. 115.

28  Henri Heine, Lutèce, Paris, 1855, p. 9 sq. ( «  Épître dédicatoire  » ).

29  Heinrich Heine, Ludwig Börne, trad. Michel Espagne, Paris, Cerf, 1993, p. 132.

30  Ibid., p. 104.

31  Henri Heine, Lutèce, Paris, 1855, p. 355 sq.

32  Heinrich Heine, Lutezio, art. LV : «  Die wahrhaft großen Dichter haben immer die großen Interessen ihrer Zeit anders aufgefaßt als in gereimten Zeitungsartikeln  » (DHA XIV, 48). Le traducteur de Lutèce propose «  articles politiques rimes  » (Lutèce, p. 310).

33  «  Was ist in der Kunst das Höchste ? Das, was auch in allen anderen Manifestazionen des Lebens das Höchste ist : die selbstbewußte Freyheit des Geistes  » (DHA XIV, 48).

34  Heinrich Heine, L’école romantique, trad. Pierre Pénisson, Paris, Cerf, 1997, p. 106 sq.

35  Voir, à ce sujet, Jean-Pierre Lefebvre, Le syllogisme de l’histoire dans le Romanzero, Cahier Heine [1], Paris, Presses de l’ENS, 1975, p. 116-131 et Der gute Trommler. Heines Beziehung zu Hegel, Hamburg, Hoffmann und Campe, 1986.

36  Voir, dans le présent volume, la contribution d’Isabelle Kalinowski.

37  Cf. Heinrich Heine, Romancero, trad. Isabelle Kalinowski, Paris, Cerf, 1997, p. 173.

38  Voir ce que Heine précise dans Die Romantische Schule : «  Die Leute haben bestimmte Bedürfnisse, deren Befriedigung sie vom Dichter verlangen. Die Produkte des Poeten sollen nicht eben den Sympathien seines eigenen Herzens, sondern viel eher dem Begehr des Publikums entsprechen. Dieses letztere gleicht ganz dem hungrigen Beduinen in der Wüste, der einen Sack mit Erbsen gefunden zu haben glaubt und ihn hastig öffnet ; aber ach ! Es sind nur Perlen  » [DHA VIII, 228).

39  Henri Heine, préface à la 3e édition des Neue Gedichte (1851), DHA IV, 177.

40  Sur le travail de réécriture de Heine dans Lutezia, voir la présentation exhaustive de Volkmar Hansen dans DHA XIII et XIV, passim, ainsi que Michael Werner, Das «  Augsburgische Prokrustesbett ». Heines Berichte aus Paris (1840-1847) (Lutezia) und die Zensur, in Cahier Heine [1], Paris, 1975, p. 42-65. On pourra également consulter, à ce sujet, Jan-Christoph Hauschild et Michael Werner, Der Zweck des Lebens ist das Leben selbst  ». Heinrich Heine. Eine Biographie, Köln, Kiepenheuer & Witsch, 1997, p. 251-272.

41  Heinrich Heine, Tableaux de voyage en Italie, trad. Jean-Philippe Mathieu, Paris, Éditions du Cerf, 1997, p. 94.

42  Ibid., p. 87, 89.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michael Werner, « Réflexion et révolution. Notes sur le travail de l’histoire dans l’œuvre de Heine », Revue germanique internationale, 9 | 1998, 47-60.

Référence électronique

Michael Werner, « Réflexion et révolution. Notes sur le travail de l’histoire dans l’œuvre de Heine », Revue germanique internationale [En ligne], 9 | 1998, mis en ligne le 08 septembre 2011, consulté le 16 août 2017. URL : http://rgi.revues.org/664 ; DOI : 10.4000/rgi.664

Haut de page

Auteur

Michael Werner

Directeur d’études à l’EHESS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org