Navigation – Plan du site

« Différentes manières de considérer l’histoire ». A propos des réflexions de Heine en matière de philosophie de l’histoire dans les années 1830

Jan-Christoph Hauschild
Traduction de Céline Trautmann-Waller
p. 61-72

Résumés

L’article propose une analyse philologique et historique du fragment « Différentes manières de considérer l’histoire » dans lequel Heine, vers 1833, définit sa propre conception de l’histoire. Entre une vision cyclique, attribuée aux protagonistes de l’école historique, et une vision linéaire téléologique, propre aux théoriciens du progrès, Heine refuse de se décider. Il leur oppose un droit à la vie qui se manifeste, notamment, dans la révolution. Pendant toute son existence, Heine n’a cessé de recomposer les éléments de la question, variant les angles et les accents. Mais il reste fidèle à une réflexion qui met en avant l’interdépendance entre événement et interprétation de l’événement, entre théorie de l’histoire et pratique empirique de l’historien, entre système abstrait des temporalités et transposition poétique du vivant.

Haut de page

Texte intégral

Le texte

  • 1  Voir Düsseldorfer Heine-Ausgabe. Historisch-kritische Gesamtausgabe der Werke, M. Windfuhr (éd.), (...)

1Le texte étudié ici, qui est connu sous le titre « Différentes manières de considérer l’histoire » dû à Adolf Strodtmann, est un fragment en réalité dépourvu de titre qui n’existe que sous la forme d’une copie dactylographiée de Friedrich Hirth et d’une édition faite en 1869 par Strodtmann. On peut le dater de manière relativement exacte d’entre août et septembre 18331. Il était probablement conçu à l’origine comme préface pour une Histoire de l’Allemagne illustrée, qui devait paraître chez le libraire Henn à Stuttgart, et appartient donc au contexte des écrits sur l’Allemagne, auxquels Heine avait commencé à travailler concrètement à l’automne 1832 et parmi lesquels on trouve, comme réalisations les plus importantes : L’École romantique, De l’histoire de la religion et de la philosophie en Allemagne et Les esprits élémentaires. Ce texte reprenait un thème (et parfois même des formulations) qui n’avait cessé d’occuper Heine depuis De la Pologne : la question du sens et de la finalité de l’histoire.

La théorie des cycles

  • 2  DHA X, p. 301.

2« Le livre de l’histoire est interprété de diverses manières. Deux points de vue totalement opposés, surtout, apparaissent de manière particulièrement évidente. Les uns ne voient dans toutes les choses terrestres qu’un cercle désolant ; dans la vie des peuples comme dans celle des individus, dans cette dernière comme dans la nature organique en général ils voient une croissance, une floraison, un dépérissement et une mort : printemps,été, automne et hiver. Rien de nouveau sous le soleil, c’est leur devise et celle-ci elle-même n’est pas nouvelle puisqu’elle fut prononcée, dans un soupir, il y a deux millénaires déjà par le roi de l’Orient. Notre civilisation, qui une fois de plus finira par faire place à la barbarie, leur fait hausser les épaules ; nos combats de libération, qui ne serviraient qu’à la venue de nouveaux tyrans, leur font secouer la tête ; ils sourient de tous les efforts d’un enthousiasme politique qui veut rendre le monde meilleur et plus heureux et qui en fin de compte refroidirait et n’aurait rien produit ; dans la petite chronique des espoirs, des désespoirs, des malheurs, des douleurs et des joies, des erreurs et des déceptions qui composent la vie d’un homme, dans cette histoire d’un homme ils voient aussi l’histoire de l’humanité. »2

  • 3  DHA VII, p. 198.
  • 4  DHA VIII, p. 444 ; voir aussi DHA X, p. 62.

3Heine reprenait ainsi une idée de La ville de Lucques, dans laquelle il avait expliqué qu’il était désolant de devoir suivre « l’épanouissement d’une philosophie » développée par « des philosophes froids et intelligents », « qui ne concède à tout enthousiasme qu’une signification relative et la détruit ainsi en elle-même ou à la rigueur la neutralise en la transformant en une Don Quichotterie consciente d’elle-même ! » Cet enthousiasme, tel que le représenterait Don Quichotte, serait après tout le sens de la vie3. Dans la première version du début de De l’histoire de la religion et de la philosophie en Allemagne, Heine avait esquissé la thèse de la conception cyclique de l’histoire avec des termes semblables : « Toute l’histoire de l’humanité (...) est toujours pareille à elle-même (...), un cycle organique. »4 La valeur négative qu’il accordait à cette vison se trahit dès le début par le choix des adjectifs.

  • 5  Jeu de mot intraduisible sur le nom de l’historien Ranke et le verbe ranken, pousser des vrilles.
  • 6  DHA X, p. 301.
  • 7  Historisch-politische Zeitschrift, Berlin, 1833, vol. 11, cahier I, p. 49 sq.

4Parmi les protagonistes et les porte-parole de cette vision, il comptait d’une part les « sages de l’École historique », titre qui visait, en histoire du droit, Friedrich Karl von Savigny et Karl Friedrich Eichhorn, en histoire, Barthold Georg Niebuhr et Leopold Ranke. Une attaque particulièrement virulente était destinée à ce dernier : « Celui qui ne peut grimper par la force libre de son esprit, poussera ses vrilles5 à même le sol », et « l’avenir apprendra » au gouvernement prussien, qui avait financé un voyage d’étude de Ranke à Vienne et en Italie long de plusieurs années, « combien on est avancé avec les vrilles rampantes (Ranken) et les intrigues (Ranken) »6. Ranke développa une conception cyclique de l’histoire dans son essai sur Les grandes puissances (1833) : « L’histoire universelle ne nous offre pas une tempête désordonnée, des assauts réciproques et une succession hasardeuse des États et des peuples, comme cela en a l’air au premier coup d’œil. Et de plus, favoriser le développement de la culture, ce qui est si souvent douteux, n’est pas son seul contenu. Celui-ci est fait de forces, de forces spirituelles, productrices de vie, des forces créatrices, vie elles-mêmes, ce sont des énergies morales, que nous entrevoyons dans leur évolution. Elles ne peuvent être définies, mises en abstractions ; mais on peut les contempler, les percevoir ; on peut, par sympathie, les sentir exister. Elles s’épanouissent, prennent possession du monde, sortent d’elles-mêmes dans les expressions les plus diverses, se combattent, se limitent, sont victorieuses les unes des autres ; dans les effets qu’elles exercent les unes sur les autres et dans leur succession, dans leur vie et leur disparition, dans leur renaissance, qui implique alors toujours une plus grande plénitude, une signification plus élevée, une étendue plus large, repose le secret de l’histoire universelle. »7

  • 8  Voir les différentes références dans DHA XVI, p. 679.
  • 9  O. Brunner, W. Conze, R. Koselleck (éd.), Geschichtliche Grundbegriffe. Historisches Lexikon der p (...)
  • 10  Ibid., p. 214.
  • 11  Ibid., p. 216.
  • 12  Heidelberg, 1971, p. 73

5Savigny8, qui incarnait « de la manière la plus pure les idéaux de ce qu’on appelle l’historisme »9, concevait l’histoire comme « le domaine d’un épanouissement et d’un dépérissement supra-individuels », sans « but final et (...) sans plan universel »10. Toute évolution se réaliserait d’après lui selon ses propres lois, sur une longue durée et ne suivrait en aucune manière « des plans préformés » et ne pourrait jamais, puisque le but du changement ne pourrait être visé, devenir « l’objet d’une activité consciente »11. Tant que la conception cyclique de l’histoire critiquée par Heine ~ représentée au xviiie siècle plus particulièrement par Johann Gottfried Herder – s’oriente d’après un cours naturel, elle ne peut toutefois pas être disqualifiée comme étant conservatrice. Heine ne parlait d’ailleurs pas dans ce contexte de « conservatisme » mais de « fatalisme ». En ce sens, une polarisation énoncée par August Wilhelm Schlegel ne désigne pas obligatoirement l’antinomie de Heine. Dans ses Discours sur les études académiques tenus à Bonn en 1819, il écrivait : « De manière générale deux principes contraires sont à l’œuvre dans l’histoire des peuples comme dans la vie des individus. L’attachement à l’ancien – la puissance de l’habitude – et la recherche d’un nouveau – le besoin de changement — (...) ici la prédominance du conservatisme, là celle du progressisme. »12

  • 13  DHA X, p. 301.
  • 14  DHA VIII, p. 154.

6D’autre part, étaient visés par là « les poètes de la période artistique goethéenne », qui avec cette « vision fatalement fataliste » avaient l’habitude « d’embellir de la manière la plus doucereuse un indifférentisme sentimental à l’égard de toutes les affaires politiques de la patrie13. En disant cela Heine pensait probablement moins à Goethe lui-même (bien que les œuvres de vieillesse de ce dernier soient empreintes d’une philosophie de l’histoire sceptique) mais plutôt à des auteurs de renom dont la poésie ne changea pas de ton après la Révolution de Juillet, comme par exemple Brentano, Eichendorff, Fouqué, Schlegel, Tieck ou Uhland. Dans L’École romantique Heine s’était écarté de cette explication et avait vu l’origine de l’indifférentisme de Goethe et de ses disciples dans leur vision panthéiste du monde. Ce n’est plus que sous forme d’allusion que l’antipathie de Goethe pour l’ « enthousiasme chrétien » ou « philosophique » était encore évoquée14.

La théorie du progrès

  • 15  DHA X, p. 301.
  • 16  Ibid., p. 302.

7A la conception cyclique de l’histoire, Heine opposait à présent une vision « plus lumineuse », « qui est plus apparentée à l’idée d’une providence, et d’après laquelle toutes choses terrestres évoluent en mûrissant vers un beau perfectionnement et les grands héros et les grands âges héroïques ne sont que des échelons en vue d’un état, supérieur et semblable au divin, de l’espèce humaine, dont les combats éthiques et politiques aboutiront enfin à la paix la plus sacrée, à la fraternité la plus pure et à la félicité la plus éternelle. Il est dit que l’âge d’or ne se trouverait pas derrière nous mais devant nous ; nous n’aurions pas été chassés du paradis avec une épée de flammes mais nous devrions le conquérir par un cœur enflammé, par l’amour ; le fruit de la connaissance ne nous donnerait pas la mort mais la vie éternelle »15. Comme représentant de cette vision Heine nommait l’ « École de l’Humanité » et « celle qu’on appelle l’École philosophique »16.

  • 17  DHA VIII, p. 141, à comparer avec DHA IV, p. 301.

8L’ « École de l’Humanité », cela désignait les « grands esprits » cosmopolites, Lessing, Herder, Schiller, Goethe et Jean Paul, dont Heine avait chanté les louanges dans De la Pologne d’abord, puis de manière plus détaillée dans L’Ecole romantique, parce qu’ils professaient l’ « humanité », la « fraternisation des hommes », le « cosmopolitisme »17. Il faut penser également dans le contexte présent à Kant (Idée d’une histoire universelle d’un point de vue cosmopolite, 1784), Fichte (De la vocation du savant, 1794 ; Caractéristiques de l’époque présente, 1804 ; Discours à la nation allemande, 1808), Schelling (De la révélation et de l’éducation du peuple, 1798) et Wieland (Du prétendu déclin de l’espèce humaine, 1777). Dans un sens plus restreint, la description par Heine de la deuxième conception, « plus lumineuse » de l’histoire correspondait à Lessing (L’Éducation du genre humain, 1780), qui défendait l’idée d’un progrès civilisateur avançant par étapes.

  • 18  DHA X, p. 302.
  • 19  Jean-Pierre Lefebvre, Der gute Trommler. Heines Beziehung zu Hegel, Hambourg, 1986, p. 79.
  • 20  J.-P. Lefebvre, op. cit., p. 76. Pour la connaissance qu’avait Heine de Hegel en général voir égal (...)
  • 21  DHA VIII, p. 160.
  • 22  En ce qui concerne Gans, voir DHA VI, p. 407 et DHA II, p. 507.

9L’ « École qu’on appelle philosophique » qui prêchait une « forme d’État idéelle », « qui, entièrement basée sur des fondements rationnels, est sensée en dernière instance ennoblir et combler l’humanité »18 serait d’après Jean-Pierre Lefebvre « sans aucun doute la philosophie de l’histoire et l’État hégélien comme le dernier moment dans la réalisation de l’esprit, la dernière instance »19. Heine assista, comme on le sait, à Berlin pendant le semestre d’hiver 1822-1823 aux Cours sur la philosophie de l’histoire. C’est surtout dans l’introduction de ceux-ci (« La raison dans l’histoire »), qui formait le sujet principal des Cours, que Hegel avait fait des déclarations nouvelles sur les différentes façons d’écrire l’histoire et développé son concept d’une « historicité de la raison »20. Dans L’École romantique également, Heine évoquait le fait « que la fraternité politique (...) est prêchée par la philosophie »21. Parmi les membres de l’École philosophique dont il est question ici, il faut probablement compter aussi le juriste Édouard Gans, qui défendait le Droit de la raison pratique contre l’École historique de Savigny et étudia le droit de succession et son développement dans l’histoire universelle22 Il faudrait penser également aux juristes progressistes Anton Friedrich Justus Thibaut, Christoph Reinhard Dietrich Martin et Anselm Feuerbach.

Le verdict

  • 23  DHA X, p. 302.

10La conclusion tirée de ces réflexions par Heine durant l’été 1833 est la suivante : « Les deux visions, comme je les ai esquissées, ne veulent pas vraiment s’harmoniser avec notre joie de vivre la plus vivace ; d’un côté nous ne voulons pas être enthousiasmés pour rien et miser le plus sur quelque chose d’inutile et d’éphémère ; d’un autre côté nous voulons aussi que le présent conserve sa valeur et qu’il ne vaille pas seulement comme moyen dont l’avenir serait la fin. Et effectivement nous avons le sentiment d’être trop importants pour ne nous concevoir que comme un moyen en vue d’une fin ; nous avons d’ailleurs l’impression que la fin et les moyens ne sont que des concepts conventionnels, que l’homme, avec ses élucubrations, introduit dans la nature et dans l’histoire mais dont le créateur ne savait rien puisque chaque chose créée est sa propre fin et chaque événement sa propre cause et que tout, comme le monde lui-même, existe et se produit pour lui-même. »23

  • 24  DHA XXI, p. 292.
  • 25  J.-P. Lefebvre, op. cit., p. 80.

11Heine dirigeait ici ses attaques contre une interprétation téléologique de l’histoire, qui dégrade l’individu au rang de fonction d’un principe. La « fin de la vie » est « la vie elle-même », écrit-il dans une lettre à Gutzkow durant l’été 183824. Comme le montrait Lefebvre, cette critique n’est pas dirigée contre les intentions de Hegel. Hegel aurait certes parlé d’une « fin ultime », poursuivie par l’humanité, les individus seraient donc effectivement des « moyens » pour la réalisation de cette dernière, mais il viendrait s’y intercaler cependant « le matériau de la réalisation : l’État, la situation juridique, la religion, la sphère de la vie même du peuple, la constitution »25. Il faudrait ajouter que, tout comme Hegel, Schiller mesurait le progrès historique d’après son utilité pour chaque individu et reconnaissait le droit de l’individu à satisfaire ses besoins. Comme nous l’enseigne l’histoire récente, on a pu légitimer par des objectifs prétendument nobles des structures fondées sur la terreur. Lorsqu’on fixe un but, il faut contrôler les chemins qui y mènent. Des mécanismes voient le jour qui s’autonomisent et dévalorisent le but.

  • 26  DHA VIII, p. 151.

12Dans L’École romantique comme dans la première édition française de cette dernière, Heine avait encore littéralement fait passer l’absence de finalité pour la conception du monde des goethéens : « car dans l’art il n’y aurait pas de fins, comme dans l’architecture du monde elle-même, où l’homme seul introduit, avec ses élucubrations, les concepts de « fin et de moyen » ; l’art comme le monde n’existerait que pour lui-même26. A partir de ce moment Heine adopta cette idée, sans la réserver, en revanche, au programme artistique.

La doctrine de Heine

  • 27  En français dans le texte.
  • 28  DHA X, p. 302.

13Notre texte, relativement court, se termine par l’esquisse du point de vue propre à Heine : « La vie n’est ni fin ni moyen ; la vie est un droit. La vie veut faire valoir ce droit contre la mort engourdissante, contre le passé et ce faire valoir c’est la révolution. L’indifférentisme élégiaque des historiens et des poètes ne doit pas paralyser notre énergie dans ce travail ; et les chimères de ceux qui nous promettent un avenir heureux ne doivent pas nous inciter à mettre en jeu les intérêts du présent et le droit de l’homme à défendre en premier, le droit de vivre. Le pain est le droit du peuple27, dit Saint-Just et ce sont les paroles les plus sublimes de toute la Révolution. »28

  • 29  Voir DHA VIII, p. 486.
  • 30  Dolf Sternberger, Heinrich Heine uni die Abschaffung der Sünde, Hamburg et Düsseldorf, 1972, p. 32 (...)
  • 31  DHA XI, p. 133, 737-739 ; Thiers n’y a pas été reconnu comme source.
  • 32  Vol. V, p. 287.

14 « Le pain est le droit du peuple »... : tout comme la citation qui veut que les révolutionnaires ne trouveraient la paix que dans la tombe, employée par Heine au printemps 1835 dans un projet de « Préface » pour l’édition de De l’Allemagne publiée chez Renduel (utilisé plus tard pour L’École romantique29), cette phrase elle aussi est tirée du discours que tint Saint-Just le 10 octobre 1793 devant la Convention nationale « sur la nécessité de déclarer le gouvernement comme révolutionnaire jusqu’à l’avènement de la paix ». Il s’agit dans ce contexte de questions de politique financière et des sanctions à adopter à l’égard des accapareurs. Mais contrairement au premier bon mot, qui était cité plus fréquemment, les connaissances de Heine remontent dans ce cas précis, comme l’a déjà montré Sternberger30, à une lecture de Thiers plus ancienne que ce qui était supposé jusqu’à présent et datant d’une période antérieure à l’été 1828, comme le prouve sa « Note concernant la paraphrase d’un passage de Tacite »31. Dans l’Histoire de la Révolution française (Paris, 1823-1827) il est écrit mot pour mot : « Car le pain est le droit du peuple. »32.

  • 33  DHA VIII, p. 61 ; auparavant dans « De l’Allemagne depuis Luther. Deuxième Partie », écrit entre l (...)
  • 34  D. Sternberger, op. cit., p. 225.
  • 35  DHA VI, p. 183.
  • 36  Heine-Säkularausgabe. Werke-Briefwechsel-Lebenszeugnisse, Berlin et Paris, 1970 sq. (désormais HSA (...)
  • 37  DHA X, p. 39, repris dans DHA X, p. 41.

15Heine employa la citation de Thiers à nouveau dans De l’histoire de la religion et de la philosophie en Allemagne. Les « paroles les plus sublimes de toute la Révolution » y sont atténuées en « grandes paroles de la Révolution » et même ceci est encore corrigé selon la doctrine saint-simonienne en : « Le pain est le droit divin de l’homme. »33 Contrairement aux révolutionnaires jacobins, qui voulaient faire du Quart État des citoyens égaux, le but de Heine était de rendre l’homme divin ou semblable aux dieux34. On trouve déjà l’élargissement des idéaux humanistes et altruistes par la dimension sociale et matérielle dans Le tambour Legrand35, donc avant même ses contacts avec le Saint- Simonisme. Et pourtant, il semble que des visions d’utopie sociale semblables aient pénétré dans le texte étudié ici. Ce n’est probablement pas par hasard que Heine expliqua dans une lettre à Laube, écrite le 10 juillet 1833, donc presque au même moment, que « les questions plus profondes de la Révolution » concernent « le bien-être matériel du peuple »36. En 1838 le dicton de Saint-Just, transformé légèrement seulement, apparaît dans Les jeunes filles et les femmes chez Shakespeare : « Le pain est cependant le premier droit du peuple. »37 Heine l’utilisa encore une fois, sous une forme plus nettement modifiée, dans la

  • 38  DHA XIII, p. 167, 1907.

16 « Préface » de Lutèce. Bien que le passage soit présenté comme citation, le nom de Saint-Just n’est plus évoqué : « Que les hommes ont tous le droit de manger. »38

Conclusion ouverte

17La position de Heine s’est développée à partir de la dialectique de conceptions contraires ; c’est dans cette mesure qu’elle ne pouvait pas être plus qu’une déclaration momentanée. Une analyse quantifiée montre que Heine exprima la croyance dans le progrès historique environ deux fois plus souvent que la supposition d’un retour du même. Des positions médiatrices, « dialectiques » explicites sont rares, mais on peut partir du principe que Heine les avaient toujours d’une certaine manière en tête. La préférence accordée aux concepts progressistes n’exclut pas chez lui le doute à l’égard d’un optimisme trop grand et il faut surtout noter qu’il a percé à jour, de bonne heure, la fonction consolatrice d’une annonce du salut, dirigée exclusivement vers une fin.

  • 39  DHA II, p. 189.
  • 40  HSA XX, p. 83.
  • 41  Voir J.-P. Lefebvre, Der gute Trommler. Heines Beziehung zu Hegel, Hamburg, 1986, p. 81.
  • 42  DHA VI, p. 70.

18« S’épanouir, devenir poussière, voilà la grande loi de la nature »39: dans ces vers, écrits en 1836 pour l’album d’Amalie Beer, Heine a fait semblant de trancher en quelques mots ce qui, en vérité, allait le préoccuper toute sa vie. En 1822 dans son Mémoire sur la Pologne40, il considérait encore, en bon élève de Hegel41, comme allant tout à fait de soi les grandes « fins » de l’ « histoire », qui veillaient à une progression permanente de cette dernière42. Dans Le voyage dans le Harz (1824) il rendait hommage à Sartorius, son professeur de Göttingen, pour les « consolations historiques » avec lesquelles on pouvait compenser des événements du jour déprimants. Ici la philosophie de l’histoire accédait au rang de religion de remplacement et Heine formulait ainsi exactement le contraire de ce qu’il donnait comme sa devise dans le texte qui nous occupe ici et d’après laquelle justement aucune interprétation téléologique, finaliste de l’histoire n’aurait le droit de nous inciter à mettre en jeu les « intérêts du présent » ou à dégrader l’individu au rang de fonction d’un principe transhistorique.

  • 43  DHA VIII, p. 61.

19En 1826, Heine reconnaissait ensuite dans Le tambour Legrand sa passion, qui ne comprenait pas seulement les exigences de « vérité » et de « liberté », propres aux Lumières, mais aussi « l’amour » et « la soupe aux écrevisses » une anticipation du programme sensualiste de 1834 (« Nectar et ambroisie, manteaux de pourpre, senteurs précieuses, faste et volupté, ballet de nymphes rieuses, musique et comédies »)43.

  • 44  DHA VII, p. 70.
  • 45  Ibid., p. 71.
  • 46  Ibid., p. 197.
  • 47  Ibid., p. 198.

20Encore deux ans plus tard, dans Le voyage de Munich à Gênes, Heine posait pour la première fois le problème du rapport entre histoire individuelle et histoire universelle. Après avoir loué, au chapitre XXIX, les Français pour avoir donné avec la « Révolution (...) un signal de la guerre de libération de l’humanité » et après avoir reconnu de manière tout à fait hégélienne « à chaque époque » sa « tâche » spécifique, dont l’accomplissement ferait « avancer l’humanité »44, il demandait tout de suite après, au chapitre XXX, quel était le prix de cette performance : « Chaque pas en avant que fait l’humanité coûte des flots de sang ; et est-ce que cela n’est pas un peu cher payé ? Est-ce que la vie de l’individu n’a pas peut-être autant de valeur que celle de toute l’espèce ? »45 II donna la réponse par la suite dans La ville de Lucques, sans résignation mais avec la ferme conviction que personne ne peut retenir le cours de l’histoire : « Vains efforts ! Tel un géant flamboyant, le temps poursuit lentement son chemin. »46 Et même si les « philosophes froids et intelligents » ne font que « sourire avec pitié » et regardent de haut les martyrs de cette idée comme les « folies d’un pauvre Don Quichotte et les tortures qu’il s’imposerait à lui-même », il reste établi pour Heine à cette époque que « cette Don Quichotterie-là est ce qu’il y a de plus digne de louange dans la vie, qu’elle est la vie même et que cette Don Quichotterie-ci donne des ailes au monde entier et à tout ce qui y fait de la philosophie ou de la musique, tout ce qui s’y échine ou y bâille, et le pousse à prendre hardiment son essor ! »47.

  • 48  Ibid., p. 79.
  • 49  DHA XI, p. 47.
  • 50  Ibid., p. 50.
  • 51  HSA XX, p. 434.
  • 52  DHA XII, p. 43 sq.

21Dans les lettres de Heligoland, qui, de ce point de vue, font suite au Voyage de Munich à Gênes48, Heine introduisit la conception d’un modèle cyclique de l’histoire : « Le monde demeure, non pas dans une immobilité engourdie mais dans le cycle le plus infructueux. »49 La nouvelle de la Révolution de Juillet lui fit aussitôt rejeter cette vision fataliste : « Je sais à nouveau ce que je veux, ce que je dois faire, ce que je suis obligé de faire. »50 Ici, il se soumettait sans condition à la loi historique, plaçait son destin dans un contexte historique supra-individuel. Même si ces professions de foi antithétiques furent élaborées poétiquement, non pas déjà en 1830 mais seulement des années plus tard pour Ludwig Börne, comme bien des éléments portent à le croire, elles correspondent cependant au scepticisme dont Heine faisait preuve alors à l’égard des théories qui, en philosophie de l’histoire, prétendent à l’exclusivité. Dans la lettre à Varnhagen du 1er avril 1831, il confessait ouvertement ses doutes sur la question du déterminisme en histoire : « Est-ce que les choses se feront toutes seules, sans participation des individus ? C’est la grande question, à laquelle je réponds oui aujourd’hui pour répondre non demain, et c’est cette réponse donnée par moi-même qui influence toujours, et qui détermine même entièrement, mon activité personnelle. »51 Quelques mois plus tard, dans l’écrit sur les « peintres français », Heine expliquait, à l’aide de deux tableaux exposés au Salon de 1831, la dialectique de l’ « histoire universelle » et de F « histoire de l’humanité ». Tandis que d’un côté il soutenait l’idée que « le grand combat du temps » n’était pas encore terminé, témoignant ainsi de sa conviction qu’il existe une histoire humaine qui tend vers un perfectionnement, il attirait en même temps l’attention sur la violence sans limites qui y est liée (« un vacarme dissonant, du sang et de la boue »). Seul le regard porté sur « la chère, l’indestructible, la mélodieuse histoire de l’humanité » et avec lui la connaissance des cycles répétés dans lesquels l’espèce humaine finit par avoir le dessus, peut consoler « notre âme » face à cette horreur52.

  • 53  DHA VIII, p. 153.
  • 54  Ibid., p. 151.
  • 55  Ibid., p. 154.
  • 56  DHA VII, p. 525.

22Dans le deuxième article de État actuel de la littérature en Allemagne, qui date du 8 mars 1833 et qui constitue une étape préparatoire pour L’École romantique écrite environ six mois avant le texte examiné ici, la position consistant à ne pas comprendre la nature et l’histoire comme une fin et un moyen, était définie comme la conception de l’art et de l’histoire propre aux goethéens. Ici, Heine considérait encore qu’elle poussait à se détourner du monde et incitait à « proclamer l’art lui-même comme chose suprême »53. Mais selon Heine le monde ne resterait pas « toujours le même » et n’existerait pas non plus seulement « pour lui-même »54. La grande « loi du progrès dans la nature »55 révélée par les Saint- Simoniens livrerait un contre-argument. Cette « croyance dans le progrès » serait la marque du poète moderne. Dans l’esquisse de la préface du la deuxième édition de Tableaux de voyage IV, écrite en juillet-août 1833, se manifestait cependant déjà le besoin de « tranquillité »56.

  • 57  DHA VIII, p. 445.

23Dans la première version du début de De l’histoire de la religion et de la philosophie en Allemagne, esquissée à la fin de l’été 1833, Heine illustrait dans un dialogue de souris « les trois principaux points de vue » d’une appréhension philosophique de l’histoire : les perspectives cyclique, sceptique et spiritualiste. Il voulait montrer ainsi « que la vision que l’on gagne et que l’on exprime en se plaçant dans l’une de ces trois perspectives, ne peut en aucun cas être rejetée comme pur mensonge ; que chacune de ces trois visions (...) est vraie de manière relative ; mais qu’aucune d’elles ne mène à la vérité positive »57. Sa conclusion était donc semblable à celle tirée dans notre texte, avec cette différence, certes, que l’auteur ne trahissait pas ici son point de vue propre sur la question.

  • 58  Ibid., p. 17.
  • 59  DHA XII, p. 259.
  • 60  DHA IV, p. 17.

24Dans la préface du Salon I, écrite également peu de temps après notre texte, et surtout dans les grands écrits sur l’Allemagne, Heine s’identifiait totalement avec l’idée de progrès et prenait résolument parti pour la croyance en un avenir humain. « Je crois dans le progrès, je crois que l’humanité est destinée à être heureuse », écrit-il dans De l’histoire de la religion et de la philosophie en Allemagne58. Dans la « Sixième Lettre » de De la scène française écrite durant l’été 183759, de même que dans une lettre à Karl Gutzkow (1838), Heine se référait de nouveau à la position d’abord rejetée, puis reprise des goethéens. En définissant l’art comme nécessairement autonome, il voulait créer un espace de liberté artistique et un rempart contre des critiques, motivées politiquement pour certaines, moralement pour les autres. Ne pas tenir compte de ce qu’il y a de tactique dans cette argumentation signifierait une absolutisation de ce point de vue. La réaction de Heine, quant à elle, est entièrement liée au contexte ; elle vit le jour dans le cadre de sa confrontation avec les critiques émises à l’égard de son esthétique anti-bourgeoise par des camps politiques différents : par des critiques littéraires bourgeois, tout comme par certains de ses opposants républicains. C’est contre ces derniers qu’il réagit aussi en 1837 dans l’ « Introduction » à Cervantès et qu’il répondit de façon polémique, en 1838, dans Les jeunes filles et les femmes chez Shakespeare. Ce type de retraite vers des positions esthétiques indépendantes de raisonnements finalisés et placées au-dessus des partis réapparut ensuite dans Atta Troll60.

  • 61  HSA XXI, p. 185 sq.
  • 62  DHA XIV, p. 100 et 112.

25En 1837, Heine expliqua son changement d’opinion de la manière suivante : les « excroissances jacobines et autres redevables au matérialisme français » auraient correspondu autrefois dans son œuvre aux « besoins du jour » mais seraient entre-temps « en contradiction avec son sens très développé de la beauté » tout comme avec « ses conceptions élargies de la vie »61. Mais dès le livre sur Borne et les articles écrits dans les années 1840 sous la forme de chroniques parisiennes, on trouve à nouveau l’antinomie entre des promesses d’avenir (« Dieux de l’avenir », DHA XI, p. 34 ; « révolution sociale » avec « de nouvelles doctrines, de nouveaux dieux » ; DHA XIII, p. 96) et une évolution cyclique, obéissant à des lois naturelles (DHA XIII, p. 103 et 335). Si Heine exprimait dans l’article de Lutèce du 15 juin 1843 à nouveau sa conviction que « la volonté la plus haute du monde » « impose ses décisions effrayantes » à l’aide d’ « esclaves prédestinés », il parlait dans l’article du 20 juillet, comme si de rien n’était, des Français, qui manqueraient de « mémoire » historique, au point de devoir « parcourir tous les jours de nouveau le cycle de leur histoire », qui « recommencent leur vie à zéro, reprennent leurs combats depuis le début »62.

  • 63  DHA XV, p. 170 sq.
  • 64  DHA IV, p. 155.
  • 65  HSA XXII, p. 180.
  • 66  DHA IX, p. 93 ; DHA X, p. 284.

26Jusqu’à la Révolution de Février cependant, il ne remit plus en cause la conception optimiste : en 1844, il cita dans la critique de Mme de Staël sa vision sensualiste de 183463, dans Allemagne. Un conte d’hiver il s’adressait à une « nouvelle génération »64 ; le jeune Lassalle lui apparaissait, en 1846, comme le fils imposant de la nouvelle époque65. Dans le Docteur Faust, comme dans la préface des Nouvelles de villages alsaciennes de Weill, il décrivait, tantôt vaguement, tantôt concrètement, l’avenir qui introniserait « de nouveaux dieux » et engendrerait des « descendants plus sains »66.

  • 67  DHA XV, p. 52.

27Le déroulement de la Révolution bourgeoise en France et la détérioration rapide de sa santé conduisirent Heine à des vues pessimistes et poussèrent l’élève de Hegel devenu sceptique à poser dans l’article de Lutèce du 22 mars 1848 la question suivante : « Est-ce que les affaires de ce monde sont vraiment gouvernées par une idée raisonnable, par la raison pensante ? » En 1854 enfin, confronté à sa propre déchéance physique il finit par citer, dans les Aveux d’un poète, le « Roi de Judée », tout en lui accordant sans réserve son assentiment : « Rien de nouveau sous le soleil. »67

Haut de page

Notes

1  Voir Düsseldorfer Heine-Ausgabe. Historisch-kritische Gesamtausgabe der Werke, M. Windfuhr (éd.), Hambourg, 1973 sq. (désormais DHA), vol. X, p. 795-801.

2  DHA X, p. 301.

3  DHA VII, p. 198.

4  DHA VIII, p. 444 ; voir aussi DHA X, p. 62.

5  Jeu de mot intraduisible sur le nom de l’historien Ranke et le verbe ranken, pousser des vrilles.

6  DHA X, p. 301.

7  Historisch-politische Zeitschrift, Berlin, 1833, vol. 11, cahier I, p. 49 sq.

8  Voir les différentes références dans DHA XVI, p. 679.

9  O. Brunner, W. Conze, R. Koselleck (éd.), Geschichtliche Grundbegriffe. Historisches Lexikon der politisch-sozialen Sprache in Deutschland, Stuttgart, 1972 sq., vol. II, p. 213.

10  Ibid., p. 214.

11  Ibid., p. 216.

12  Heidelberg, 1971, p. 73

13  DHA X, p. 301.

14  DHA VIII, p. 154.

15  DHA X, p. 301.

16  Ibid., p. 302.

17  DHA VIII, p. 141, à comparer avec DHA IV, p. 301.

18  DHA X, p. 302.

19  Jean-Pierre Lefebvre, Der gute Trommler. Heines Beziehung zu Hegel, Hambourg, 1986, p. 79.

20  J.-P. Lefebvre, op. cit., p. 76. Pour la connaissance qu’avait Heine de Hegel en général voir également DHA VIII, p. 523 sq. Sur la signification de la philosophie allemande pour l’élaboration de problématiques politiques voir De l’histoire de la religion et de la philosophie en Allemagne, troisième livre, DHA VIII, p. 113 sq.

21  DHA VIII, p. 160.

22  En ce qui concerne Gans, voir DHA VI, p. 407 et DHA II, p. 507.

23  DHA X, p. 302.

24  DHA XXI, p. 292.

25  J.-P. Lefebvre, op. cit., p. 80.

26  DHA VIII, p. 151.

27  En français dans le texte.

28  DHA X, p. 302.

29  Voir DHA VIII, p. 486.

30  Dolf Sternberger, Heinrich Heine uni die Abschaffung der Sünde, Hamburg et Düsseldorf, 1972, p. 322, n. 10.

31  DHA XI, p. 133, 737-739 ; Thiers n’y a pas été reconnu comme source.

32  Vol. V, p. 287.

33  DHA VIII, p. 61 ; auparavant dans « De l’Allemagne depuis Luther. Deuxième Partie », écrit entre le printemps et l’automne 1834.

34  D. Sternberger, op. cit., p. 225.

35  DHA VI, p. 183.

36  Heine-Säkularausgabe. Werke-Briefwechsel-Lebenszeugnisse, Berlin et Paris, 1970 sq. (désormais HSA), vol. XXI, p. 56.

37  DHA X, p. 39, repris dans DHA X, p. 41.

38  DHA XIII, p. 167, 1907.

39  DHA II, p. 189.

40  HSA XX, p. 83.

41  Voir J.-P. Lefebvre, Der gute Trommler. Heines Beziehung zu Hegel, Hamburg, 1986, p. 81.

42  DHA VI, p. 70.

43  DHA VIII, p. 61.

44  DHA VII, p. 70.

45  Ibid., p. 71.

46  Ibid., p. 197.

47  Ibid., p. 198.

48  Ibid., p. 79.

49  DHA XI, p. 47.

50  Ibid., p. 50.

51  HSA XX, p. 434.

52  DHA XII, p. 43 sq.

53  DHA VIII, p. 153.

54  Ibid., p. 151.

55  Ibid., p. 154.

56  DHA VII, p. 525.

57  DHA VIII, p. 445.

58  Ibid., p. 17.

59  DHA XII, p. 259.

60  DHA IV, p. 17.

61  HSA XXI, p. 185 sq.

62  DHA XIV, p. 100 et 112.

63  DHA XV, p. 170 sq.

64  DHA IV, p. 155.

65  HSA XXII, p. 180.

66  DHA IX, p. 93 ; DHA X, p. 284.

67  DHA XV, p. 52.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jan-Christoph Hauschild, « « Différentes manières de considérer l’histoire ». A propos des réflexions de Heine en matière de philosophie de l’histoire dans les années 1830 », Revue germanique internationale [En ligne], 9 | 1998, mis en ligne le 08 septembre 2011, consulté le 29 avril 2017. URL : http://rgi.revues.org/665

Haut de page

Auteur

Jan-Christoph Hauschild

Chercheur au Heinrich-Heine Institut

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page