Navigation – Plan du site

Heine, Lutèce et le communisme. Une nouvelle conception de l’histoire après 1848 ?

Ortwin Lämke
p. 89-101

Résumés

L’article défend la thèse selon laquelle Heine avait dans les années 1840 des réserves plus politiques qu’esthétiques vis-à-vis du communisme. Pour Heine le communisme aurait en outre beaucoup perdu de son aspect menaçant en 1855, lorsqu’il travaille à la Préface de Lutèce. Le poète partage vis-à-vis des communistes des années 1840 la même distance critique mais aussi la même solidarité que certains des intellectuels de gauche français de l’époque. On peut alors être opposé à la propriété privée tout en refusant cette fraction du mouvement démocratique baptisé « communisme » depuis 1840. Heine craint que la révolution ne vienne prématurément et que, le verbe devenant chair, la chair saigne, comme durant les journées de juin 1848. En 1855 Heine – plus libre dans la version française que dans la version allemande de Lutèce — voit dans la communisme allemand, nourri de pensée hégélienne, un phénomène presque exclusivement germanique et qualitativement nouveau.

Haut de page

Texte intégral

I

  • 1  Voir la « Préface » de Lutèce, in Säkularausgabe, Werke – Briefwechsel – Lebenszeugnisse, herausge (...)
  • 2  Voir l’article XLV in Lutèce, p. 152-153. Dolf Oehler montre que Cuvilliers-Fleury, dans un articl (...)
  • 3    En 1842, Heine montre une certaine réserve à propos du scénario esquissé par lui-même : « Je ne (...)

1A la lecture de la « Préface » de Lutèce, une impression s’impose : celle qu’en 1855 le communisme a beaucoup perdu de son aspect menaçant pour Henri Heine, tandis qu’il est devenu, pour toute la bourgeoisie, le spectre qui hante l’Europe. C’est pourquoi Heine peut attribuer au « spectre rouge », au « géant » du communisme la position qu’un autre géant, Napoléon, avait toujours occupée dans son scénario historique. Le communisme prend ainsi aussi la relève du brave « Combattant dans la guerre de libération de l’humanité », de « L’Enfant perdu », au moment où « l’épée tombe de la main du moribond »1. Heine peut mourir la conscience tranquille et « consolé » : « Le fatal coup de pied vous écrasera » (Lutèce, p. 17). Notre auteur s’avère un vrai maître de la rhétorique. En faisant semblant de parler uniquement des nationalistes allemands, il fait presque oublier que son Antée communiste devrait d’abord toucher le sol français avant d’affronter l’invasion allemande : « Le communisme, qui les trouvera les premiers sur son chemin, leur donnera le coup de grâce » (Lutèce, p. 16). Heine prédit d’abord le renversement du gouvernement français et ensuite celui du système politique en Allemagne lors d’une guerre franco-allemande, conséquence de la prise du pouvoir communiste en France2 ! Si l’on se réfère en outre à la fin de l’article du 12 juillet 1842, la guerre contre la « grande réaction européenne » (Lutèce, p. 17) finirait par la défaite de l’Angleterre et de la Russie3. Ce serait la révolution mondiale. Fiat justicia, pereat mundus ! Dans la « Préface », Heine a annoncé la victoire de la Commune de Paris et la défaite de Bismarck. Et il a vu dans la victoire du communisme le danger d’une dictature du prolétariat telle qu’elle est devenue réalité avec le stalinisme : « L’avenir a une odeur de cuir de Russie, de sang, d’impiété et de force de coups de bâton » (Lutèce, p. 153).

  • 4  Leo Kreutzer, Heine und der Kommunismus, Göttingen, 1970.
  • 5   Voir Gerhard Höhn, Heine-Handbuch : Zeit Person, Werk, Stuttgart, 1987, p. 395.

2Contrairement à d’autres, je suis persuadé que Heine avait, au début des années 40, surtout des réserves politiques envers le jeune mouvement communiste, et non pas des réserves esthétiques, comme Leo Kreutzer a tenté de le montrer4. Ce que Gerhard Höhn a appelé l’ « anticommunisme esthétique »5 est devenu, en 1855, une dimension négligeable. Heine parle de ses craintes à propos du communisme en les minimisant lui-même par la suite dans un mouvement antithétique de son discours. Sa crainte est remplacée par l’aveu du poète que l’avenir appartient aux communistes. Que l’ « ancien monde romantique », auquel appartient le poète, périsse au nom de la justice, au nom de ceux qui ont faim ! Ceci est devenu possible parce que le communisme a évolué entre-temps.

II

  • 6  Voir la reproduction du manuscrit avec les retouches de Kolb chez Erhard Weidl, Heinrich Heines Ar (...)
  • 7  Heinrich Heine, Säkularausgabe..., op. cit., t. 10 : Pariser Berichte 1840-1843, Berlin et Paris, (...)
  • 8  Voir l’article du 30 avril 1840 : « Le règne républicain ne pourra jamais être de longue durée en (...)
  • 9  Article du 21 mars 1843, HSA 10, p. 194. Cet article, art. LVIII dans Lutezia, ne figure pas dans (...)
  • 10  Lorenz von Stein, Der Socialismus und der Communismus des heutigen Frankreichs. Ein Beitrag zur Ze (...)
  • 11    Ibid., p. 445. Heine qualifia de vortrefflich le livre de von Stein. Voir les variantes de l’art (...)
  • 12  Cf. Ortwin Lämke, Heines Begriff der Geschichte. Der Journalist Heinrich Heine und die Julimonarch (...)
  • 13  Le Journal de l’Eure cité d’après le Moniteur universel du 16 décembre 1841.

3Pourquoi cette hypothèse, alors ? A mon avis, les germanistes ont été trop impressionnés par les retouches que Kolb a faites au texte de l’article du 20 juin 1842, mises en évidence, pour la première fois, par Erhard Weidl6. Heine y avait écrit ce qu’il répétera dans la « Préface » : « Le communisme [...] est [...] le héros auquel est réservé un rôle énorme dans la tragédie moderne. »7 Kolb en avait fait : « Le communisme [...] est [...] le sombre héros à qui est réservé un rôle énorme, quoique passager, dans la tragédie moderne » (Lutèce, p. 152). En réalité, Kolb – qui avait d’ailleurs explicitement la permission de corriger tout ce qui lui semblait nécessaire pour éviter la censure en Bavière – agit en étant sûr du consentement de l’auteur. Car Heine lui-même avait souligné auparavant à plusieurs reprises le caractère passager du mouvement communiste8. Pour Heine, quelque chose de nouveau, un tiers, devait résulter de la revendication justifiée d’égalité sociale. Mais, pour cela, la « paisible action du temps » était nécessaire9. Comme son collègue Lorenz von Stein, l’hégélien Henri Heine voyait dans le communisme la toute dernière « figure du mouvement social français »10 et aurait certainement approuvé la position de Stein qui se demande « si la tâche suprême de notre époque ne consisterait pas à élever le niveau des basses classes en améliorant leur situation morale et matérielle »11. Le « mouvement spontané » de l’histoire devait tôt ou tard engendrer l’égalité sociale. Même si cela demandait quelques décennies ou éventuellement tout un siècle. D’après la doctrine de Heine, le danger d’un échec de la révolution sociale était d’autant plus grand si celle-ci éclatait prématurément. En prenant pour exemple le premier grand procès contre les communistes à Paris, j’ai essayé de montrer à une autre occasion en quoi le ton et la position heinéennes se distinguent de ce qu’on peut trouver dans la presse contemporaine française et parmi ses collègues de la Allgemeine Zeitung12,Il s’agit du procès contre « Quénisset et consorts » en décembre 1841 : procès contre un groupe de prolétaires qui avait tiré sur le fils de Louis-Philippe, le duc d’Aumale, tuant un cheval et blessant quelques personnes de l’entourage du duc. Les rapports (le sous-titre allemand de Lutezia parle de Berichte) que Heine a écrits pour la Allgemeine Zeitung se démarquent clairement de ceux qu’on trouve dans la presse de l’opposition de gauche. Celle-ci parle de « sectaires ignorants »13, de « sottises de cabaret », de « démence de pauvres malheureux » (Le National du 4 décembre 1841) et essaie de ridiculiser la théorie d’une grande conspiration, avancée par le procureur Hébert :

  • 14  Le canon : « Verre de vin que l’on boit sur le comptoir d’un marchand de vin » (Pierre Larousse, G (...)

Or, si l’on s’en rapporte à cet immense factum, nous dansons plus que jamais sur un volcan communiste, démocratique et anarchique. Seulement, [...] on n’avait retrouvé que la queue du monstre. Au lieu d’une bande d’assassins, on ne tenait plus qu’une douzaine de buveurs, avalant le petit verre subversif, et le canon séditieux du cabaretier Colombier (Le Corsaire du 14 décembre 1841)14.

  • 15  Ainsi, Lorenz von Stein voit le Journal du peuple à la tête des journaux « purement démocratiques  (...)

4La presse de l’opposition de gauche réagit ainsi parce qu’elle voit en danger la liberté de presse déjà très réduite par les « lois de septembre » entrées en vigueur en 1835. Parmi les accusés se trouve le rédacteur en chef du Journal du peuple, Dupoty, qui, quelque temps avant l’attentat, avait reçu une lettre de Quénisset, étalant des points de vues communistes. Le procureur déduisit de ce courrier retrouvé à la rédaction du journal lors d’une perquisition une « complicité morale » et fit de Dupoty un « conspirateur de l’intelligence ». La raison principale pour cette accusation visiblement controuvée s’explique apparemment par la couleur du Journal du peuple. Car ses journalistes poursuivaient le but de réconcilier le mouvement prolétaire avec la gauche démocratique et de les unir15.

  • 16  Voir Histoire générale de la presse française, éditée par Claude Bellanger, Jacques Gode-chot, Pie (...)

5Les « rapports » de Heine ont une tendance tout autre que celle qu’on trouve dans la presse de gauche. Il confirme toutes les craintes du juste milieu et dessine l’image d’une révolution sociale certaine, ignorant ainsi toute arrière-pensée du pouvoir qui tente de profiter de la bonne occasion. Le cri d’alarme qui retentit dans toute la France a été poussé par le Journal des débats, considéré à l’époque comme la voix de la cour, donc du roi citoyen16. La Allgemeine Zeitung reprend cette prise de position importante du Journal des débats :

  • 17  Cf. Allgemeine Zeitung du 16 novembre 1841. Il s’agit de l’éditorial du Journal des débats du 10 n (...)

Où est maintenant le problème ? Dans les chambres ou dans la rue ? Qui peut encore s’y tromper ? Ah, il ne s’agit pas maintenant de savoir si le roi règne ou gouverne [...] ; il s’agit de savoir s’il doit y avoir encore un gouvernement, une constitution, un ordre social. La révolution qui menace la France ne s’appellera pas seulement démocratie, république ; elle s’appellera purement et simplement expropriation. Qu’importe aux yeux des communistes que M. Thiers, M. Odilon-Barrot ou M. Ledru-Rollin soient au pouvoir ? La seule république qui leur convient est celle qui leur attribue le pouvoir des riches, les jouissances du luxe, à l’écart duquel ils sont tenus, pauvres et jaloux [...]. Il semble parfois que nous soyons sous le coup d’un funeste maléfice : on parle des chambres, [...] des ministres responsables, de l’inviolabilité du roi [...] ce sont de pures figures du rêve et de l’illusion [...]. Grand dieu, nous souffrons d’un mal politique et non d’un mal social17.

6D’après le Journal des débats, le roi, comme ses enfants, tombait chaque année sous la main des meurtriers, les associations communistes se tenaient toujours aux aguets pour assaillir la société et arriver à l’anarchie par l’expropriation et le régicide. La société, elle, aurait toujours peur de faire scandale,

[...] quand elle se précipite sur son ennemi pour se saisir de lui ou le désarmer ; craignant principalement d’être accusée de violence et de cruauté quand elle ne se laisse pas assassiner – voilà la véritable situation, voilà les dangers que nous courons, voilà les combats que nous menons (ibid.).

  • 18  Voir HSA X/XI K II, p. 176.

7Ces citations montrent très bien où Heine puise ses images et ses formules. Si le Journal des débats semble presque lui prêter son ton, il est certain que ceci n’est pas un hasard. Heine se sert du discours du juste milieu, du langage du pouvoir. Pour Guizot, l’affirmation de la nécessité de sauver la société tout entière du danger communiste (danger dont font partie des alliés présumés du mouvement prolétaire comme Dupoty) remplit une fonction stratégique. Le premier ministre peut ainsi compenser la faiblesse de sa politique extérieure, qu’on lui reproche, il peut se faire passer pour un homme d’ordre conséquent aux yeux du roi et de ses électeurs et, surtout, essayer de sauver la majorité de son gouvernement avant l’ouverture de la Chambre des députés. Cette majorité est mise en cause par le rapprochement d’un groupe de parlementaires du « centre gauche », autour de Dufaure et de Passy, et de la « gauche constitutionnelle » de Thiers18.

8Dans son article, Heine, le « flâneur ordinaire, qui n’est pas grand politique et ne se soucie guère de la nuance Dufaure ou Passy » (Lutèce, p. 126), ne perd pas un mot sur la recomposition du ministère qui domine le débat public. Il préfère confirmer toutes les craintes du juste milieu en parlant de « la mine du peuple dans la rue » (ibid.). Ainsi, il fait semblant d’ignorer toute arrière-pensée du pouvoir qui agite l’épouvantail du communisme. En faisant de Guizot « l’homme dont l’œil perçant plonge le plus profondément dans les nuits horribles de l’avenir » (ibid.), il lui attribue la conviction du flâneur Henri Heine. Le ministre doté des qualités d’un Ulysse est convaincu que le « vaisseau d’État français » va faire naufrage. D’après Heine, « Guizot a très bien compris son impuissance » contre le communisme, « cette calamité fondamentale, beaucoup plus grave que la calamité extérieure » (ibid.). On pourrait qualifier de perfide la façon dont Heine se sert élégamment du premier ministre, faisant de lui un héros antique uniquement pour l’anéantir et pour exposer son propre point de vue. Dans le contexte que j’ai tenté de présenter, il est impossible de vouloir prendre à la lettre le discours heinéen déguisé en discours doctrinaire. L’auteur exprime ainsi dans les colonnes de la Gazette d’Augsbourg sa conviction que les communistes joueront un rôle décisif en France.

  • 19  Leo Kreutzer, op. cit., p. 19.
  • 20  « Heines Äußerungen entsprangen sicherlich dem mehr ästhetischen als politischen Vorbehalt des Kün (...)
  • 21  Cf. ibid., p. 473.

9Mais quelle est, au-delà des exigences de la censure, l’origine du caractère négatif attribué au communisme qui va de pair avec la reconnaissance de son rôle futur ? Leo Kreutzer pense avoir trouvé l’explication dans l’idéologie iconoclaste des néo-babouvistes19. Wolfgang Schieder, qui explique la critique heinéenne du communisme de la même façon20, a pourtant fait observer qu’en 1840 la notion de « communisme » devint déjà collective, utilisée par divers groupes politiques dont les néo- babouvistes ne représentaient qu’une facette21.

  • 22  Jacques Grandjonc, Communisme/Kommunismus/ Communism : Origine et développement international de l (...)
  • 23  Cf. ibid., p. 211 sq.
  • 24  Cf. ibid., p. 213.
  • 25   Wolfgang Schieder, loc. cit., p. 473

10Le travail approfondi de Grand jonc montre que le premier emploi du mot « communiste » se trouve dans les écrits de Cabet, Lahautière, Dezamy, Proudhon et Reybaud publiés entre janvier et juillet 184022, mais s’est imposé définitivement à la suite du premier banquet communiste à Belleville, alors village de la banlieue parisienne, qui trouve un grand écho dans la presse23. D’après Grand jonc, des participants anonymes du banquet ont dû créer en outre le mot « communisme »24. De cette manière, « communisme » devient notion générale au plus tard en 184225 On peut donc supposer que Heine connaît très bien cette notion et ses nuances lorsqu’il s’en sert publiquement, pour la première fois, dans l’article du 11 décembre 1841.

  • 26  Anonyme [Théophile Thoré], La vérité sur le parti démocratique, Paris, 1840.
  • 27  Thoré est l’auteur de l’article Babouvisme, paru le 20 novembre 1839 comme 6e livraison du Diction (...)
  • 28  Cf. ibid., p. 212. Schieder rappelle que Thoré a tenu ce rôle jusqu’en 1842 par ses disputes publi (...)

11Les réserves de Henri Heine à l’égard des groupes communistes et de leurs idées sont en première ligne de nature politique et non pas de nature esthétique. En lisant, par exemple, la brochure La vérité sur le parti démocratique, publiée au mois d’août 1840 par Théophile Thoré, on apprendra qu’un auteur idéologiquement proche du Journal du peuple qui a explicitement dédié son texte « aux prolétaires » peut prendre les mêmes distances envers le communisme26. Grand jonc attribue à Thoré non seulement la popularisation rapide de la notion de « babouvisme », qui apparaît fin 183927, mais aussi un rôle décisif dans la propagation des notions de « communiste » et « communisme » précisément par La vérité sur le parti démocratique28.

  • 29  Op. cit, p. 23.

12Pour Thoré, le communisme est un « légitime sentiment » du peuple mais son « instinct d’organisation » produit des idées exagérées et fausses. « Que les idées doivent se transformer, c’est incontestable. »29

  • 30  Ibid., p. 24.

Qu’on approuve ou qu’on blâme le sentiment communiste, c’est-à-dire le sentiment de l’Egalité ; qu’on interprète d’une façon plus ou moins logique la triple formule : Égalité, Fraternité, Liberté, toujours est-il que la partie plébéienne de l’armée démocratique s’émeut au seul nom de communauté. Ce qu’elle poursuit, c’est l’Égalité sociale30.

  • 31  Ibid., p. 24 sq.

13Mais, d’après Thoré, les communistes ne sont pas d’accord sur l’égalité sociale elle-même. Ils veulent tous introduire la « communauté », en même temps la plupart se contente de l’abolition de la propriété et du capital individuels, « sans pouvoir descendre aux détails d’une organisation fondée sur ces principes »31. Ceux qui interprètent Babeuf à la lettre et demandent l’égalité absolue du travail et de la répartition sont rares aux yeux de Thoré :

  • 32  Ibid., p. 25 sq.

Un grand nombre [...] prend pour règle de la répartition le besoin individuel. « Chacun consommera selon son besoin. » Formule analogue à celle du Contrat social : « Tout homme a naturellement droit à tout ce qui lui est nécessaire. » [...] Les plus intelligents acceptent la diversité des besoins. Ils disent avec les premiers : « Chacun selon son besoin. » Mais ils ajoutent : « Chacun travaillera selon ses forces et ses aptitudes. En faisant tout ce qu’il peut, l’homme a droit à tout ce qui lui est nécessaire. » C’est dans ce sens-là que tous les hommes sont égaux et que les communistes demandent l’égalité de la jouissance et l’égalité de la peine. C’est une doctrine nouvelle, qui nous éloigne beaucoup de Babeuf et qui n’est point trop sauvage. On voit qu’elle repose sur une sorte de hiérarchie selon la moralité [...]. Le communisme, issu d’une foule de philosophes anciens et modernes, depuis les Indiens, depuis Pythagore, Platon et Jésus, jusqu’à Morelli et Babeuf, n’est donc pas très arrêté comme système. Presque toute l’économie sociale qui doit régner sous le gouvernement démocratique reste à faire. On peut contester la plupart des idées et des formules de l’école égalitaire. Mais ce qui demeurera et qu’on ne peut détruire, ce à quoi il faut satisfaction, c’est le sentiment de l’Égalité et de la solidarité humaines [...]32.

14Thoré, comme l’amie de Heine, George Sand, membre de la « Société des gens de lettres », dit appartenir à la « Jeune Démocratie » :

  • 33  Ibid., p. 38.

En opposition avec la plupart des Communistes, qui disent : « Tout ce qui n’est pas communicable doit être sévèrement retranché », et qui se rattachent ainsi indirectement à l’ancienne école Spartiate, la Jeune Démocratie veut élever et développer tous les hommes33.

  • 34  Ibid., p. 35.
  • 35  Ibid.

15Les membres de cette « Jeune Démocratie » sont « Peuple par le cœur, et la plupart aussi par la naissance et les habitudes ; mais grâce à d’heureuses circonstances, ils ont eu le privilège de l’éducation »34. Il s’agit d’intellectuels qui ont l’intention d’unir les divers courants démocratiques (comme Le National, les Communistes, les Égalitaires, les Humanitaires, les Babouvistes, les Socialistes, les Révolutionnaires) et d’élargir la doctrine républicaine « pour la rendre compréhensive et philosophique »35. Tel est le but de la brochure. Le gouvernement Guizot a compris cela et a porté plainte contre Thoré en se référant aux « lois de septembre » pour « l’apologie des faits qualifiés crime par la loi pénale ; 2/la provocation à la haine entre diverses classes de citoyens ; 3 / attaque contre le respect dû aux lois ; 4 / attaque contre la propriété ». Ainsi, on inflige, à la clôture du procès de révision du 8 janvier 1841, une année de détention et 1 000 F d’amende à l’auteur de La vérité sur le parti démocratique (Cf. Moniteur universel du 9 janvier 1841).

  • 36  Cf. Fritz Mende, Heinrich Heine. Chronik seines Lebens und Werkes, zweite, bearbeitete und erweite (...)
  • 37  Alexandre Weill, Louis-Philipp, Thiers und die gegenwärtige Lage der Demokraten in Paris, in Teleg (...)

16Alexandre Weill, en 1840-1841 en étroites relations avec son ami Henri Heine36, confirme, par un article pour le Telegraph für Deutschland, édité par Gutzkow à Hambourg, l’existence d’une fraction du parti démocratique. D’après lui, ce parti aurait la majorité en France, s’il n’était pas divisé en trois courants. Le premier, des républicains de 1793, considère Napoléon comme son idole nationale. « C’est là le parti qui vit dans le National. »37

L’autre nuance, qui sert de médiation entre la classe des citoyens et des ouvriers, est la nouvelle montagne, elle attaque audacieusement le système actuel de la propriété, sans être pour autant communiste, elle est en relation permanente avec les sociétés secrètes et compte des philosophes et des esprits importants. Ce parti a élaboré un système des peuples, il a sa philosophie humaniste et sociale, rejette le catholicisme, croit au perfectionnement de la race humaine, à l’égalité parfaite des droits et à une nouvelle législation. Il ne lui manque malheureusement que l’argent. Barbès appartenait à cette classe (ibid.).

17La troisième fraction est représentée par les communistes, une fraction très active avec un grand nombre d’adeptes :

  • 38  Suite de l’article in ibid., n° 22 (février 1841), p. 87 [traduit par l’auteur].

Sans le savoir ils sont soutenus par le gouvernement, car comme ils font peur et que la grande majorité des gens ne veut pas entendre parler de communauté des biens, ils sont un épouvantail pour toute la république et agissent de telle façon que s’ils n’existaient pas, Louis-Philippe devrait les inventer. Ce sont eux qui suscitent toujours des disputes et du désordre chez les démocrates, ils sont sincères, accepteraient de mourir pour leurs idées [...]. Pourtant le dernier combat n’a pas encore été livré, la démocratie du milieu, qui a comme organe le Journal du peuple, est très active et plus nombreuse que l’on croit. Il ne lui manque que de l’argent et des armes38...

18A l’époque, il était donc tout à fait possible d’être contre la propriété privée et de s’engager pour l’unification du mouvement prolétaire et la démocratie bourgeoise sans être pour autant communiste !

  • 39  Cf. Wolfgang Schieder, Heinrich Heine und der « Kommunismus », in Heinrich Heine 1797-1856 : Inter (...)

19A cause de la censure, Heine se trouvait certes en harmonie avec la première réception du phénomène du communisme en Allemagne. Mais ceci ne signifie pas automatiquement qu’il faisait partie du front du refus qui se faisait une image péjorative du phénomène39. Chez Heine, on retrouve la même distance critique mais aussi la même solidarité à l’égard du jeune mouvement communiste que chez certains intellectuels de gauche français. Sa position vis-à-vis de ce nouveau phénomène est, ceci me semble évident, proche de celle de Thoré et de sa « Jeune démocratie » et de la « démocratie du milieu » définie par Weill. Il faut ranger Heine à côté de ces intellectuels français et non pas dans le front du refus en Allemagne.

20Dans son article du 21 mars 1843 (article supprimé dans Lutèce), Heine précise sa doctrine dans ce sens en soulignant son origine hégélienne :

  • 40   [Traduit par l’auteur.]

Un jour avant Guizot me rappelait encore notre grand maître Hegel, quand avec des accents presque hégéliens il parlait à la chambre de fonder un état des choses bien réglé et paisible, de façon à ce que les acquis de la Révolution soient digérés, que les principes abstraits pénètrent aussi la situation concrète, que la liberté s’incarne dans les masses. Cette incarnation de la liberté [...] n’est certainement pas moins importante que la promulgation des principes, celle-ci étant en tout cas plus facile. Avec des lois libérales on n’est pas encore très avancé [...] Mais c’est précisément la triste illusion de nos tribuns [...] (HSA X, p. 193)40.

  • 41  Cf. DHA XrV/2, p. 971 sq.
  • 42  Lutèce, p. 208. La « nécessité providentielle » est la traduction de dämonische Nothwendigkeit (cf (...)
  • 43  Ainsi s’exprime Jacques Dupré dans la Revue indépendante du 1er décembre 1841, voir son article Du (...)

21Peu de temps après, au mois d’avril 1843, Heine a écrit l’article publié par Laube dans la Zeitschrift für die élégante Welt du 19 juillet sous le titre « Kampf und Kämpfer ». Heine s’y exprime si clairement que Kolb a refusé le texte pour la Allgemeine Zeitung à cause de sa « base communiste » (communistische Grundlagef)41. Les débris du Saint-Simonisme et du Fouriérisme, dit Heine, sont seulement entraînés par la parole, « par la question sociale comme question », ils ne sont pas poussés par « une nécessité providentielle, ils ne sont pas les instruments prédestinés que la volonté suprême de l’univers emploie pour exécuter ses arrêts »42. Et Heine décrit l’unification de la « démocratie populaire » et de la « démocratie bourgeoise »43 ainsi :

Tôt ou tard les débris de la famille dispersée de Saint-Simon et tout l’état-major des fouriéristes passeront à l’armée toujours croissante du communisme, et prêtant au besoin brutal la parole qui donne la forme, ils se chargeront en quelque sorte du rôle de Pères de l’Église. Un pareil rôle est déjà rempli par Pierre Leroux, dont nous avons fait la connaissance, il y a onze ans, dans la salle Taitbout, comme d’un des évêques du saint-simonisme (Lutèce, p. 208).

  • 44  Ibid., p. 211.
  • 45  Cf. ibid., p. 209.
  • 46  Ibid., p. 211. Michel Espagne qui a examiné les manuscrits conclut : « Der Vergleich zwischen Lero (...)

22Mais, selon Heine, Leroux ne maîtrise pas la méthode philosophique44. Leroux veut bâtir un pont colossal dont un pilier est fait « du clair de lune de l’avenir » (ibid., p. 211), chose tout simplement impossible. Ce n’est pas un hasard si dans la description que donne Heine à ses lecteurs cet homme « vertueux d’après les idées du passé » (ibid., p. 208) porte physiquement « les traces du prolétariat » (ibid., p. 212). Il est l’antipode de Victor Cousin, « gonfalonier de la liberté de penser » (ibid., p. 210) qui défend, tout comme Hegel à l’époque, les intérêts de la philosophie contre la religion45. Pour Heine, Victor Cousin est philosophe « dans toute l’acception allemande du mot » « qui s’occupe bien plus de l’esprit humain que des besoins de l’humanité ». Ce qui le distingue des philosophes allemands, malgré tout, c’est que « la pensée est pour lui le dernier but de la pensée » (ibid., p. 210). Une « nature iconoclaste » comme Leroux qui « aime les hommes bien plus que les pensées » « ne possède point le sentiment de l’enthousiasme artistique pour la forme (ibid., p. 210 sq.). « Ce sont des natures qui se repoussent nécessairement. Seulement dans l’impuissance commune ils se rapprochent de nouveau, et la faiblesse égale des fondements prête à leurs doctrines opposées une certaine ressemblance. »46

23L’arrière-pensée de l’article devient évidente. C’est celle de la médiation (Vermittlung) dans le sens hégélien du mot, médiation entre deux courants philosophiques et politiques, entre l’intellectuel bourgeois et l’ « enfant du peuple » (Lutèce, p. 212), donc entre deux classes. Comment devrait être construit le pont « si l’humanité tout entière voulait passer dessus avec son lourd bagage de besoins vitaux et ses coursiers de bataille aux piétinements impétueux » ? Y a-t-il besoin du « granit matérialiste du siècle passé » (le nom de Diderot est cité dans l’article) et de l’ « abstraite idéalité allemande » (ibid., p. 211), donc du « grand Hegel », de l’homme « dont l’esprit était le plus clair et la doctrine la plus libérale » (ibid., p. 209) ? Heine dit avoir poussé des cris contre Hegel à Berlin, « à cette époque, nous étions irréfléchis et impatients » de la même manière dont la gauche en France pousse des cris contre Victor Cousin. Hegel désirait, selon lui, « voir sa philosophie se développer tranquillement à l’ombre de la puissance d’État, et n’entrer en aucune lutte [...] avant d’avoir suffisamment grandi et gagné des forces » (ibid.).

  • 47  Heinrich Heine, Säkularausgabe..., op. cit., t. 16 : De L’Allemagne I, Berlin et Paris, 1978, p. 7 (...)

24Le parallèle est évident : Heine définit sa position. Une révolution sociale a besoin de suffisamment de temps, elle a besoin de la « médiation » entre la philosophie allemande et française, entre la philosophie et la religion, entre les forces de la terre et du ciel (Erd- und Himmelskräfte). La liberté doit s’incarner dans le peuple (Volkwerdung der Freiheit). Ce développement, concrétisé politiquement, a besoin de la « médiation » entre l’intelligence bourgeoise et le peuple, c’est-à-dire les prolétaires. Le « verbe » doit devenir « chair »47.

III

  • 48  Cf. Aveux de l’auteur, in Heinrich Heine, Sàkularausgabe..., op. cit., t. 17, Berlin et Paris, 197 (...)
  • 49  Voir HSA 10, p. 193, et DHA XIV/2, p. 68.
  • 50  Dolf Oehler, op. cit., p. 265.

25Le danger que Heine voit toujours quand il parle de la révolution est celui de son arrivée prématurée et, dans ce cas, de sa défaite prévisible. En juin 1848, cette crainte devient réalité et Heine note, profondément ému, les conséquences de sa doctrine : « Le verbe devient chair et la chair saigne » (DHA XIV/2, p. 68). Tout le « changement [...] intellectuel » de Henri Heine48, toute la « variation » de sa notion de l’histoire se retrouve dans ces deux phrases. Il a rajouté cette phrase en préparant l’édition de Lutezia : il existe donc, après 1848, une continuité. « Le verbe devient chair », c’est-à-dire que la doctrine révolutionnaire s’incarne dans le peuple. Mais ce sont les conséquences de la doctrine qui se trouvent au centre de l’intérêt maintenant : « Et la chair saigne. » En comparant le texte paru dans la Allgemeine Zeitung et la version dans Lutezia (cet article ne paraît pas dans Lutèce), on constate que Heine précise dans ce passage l’expression « masses » en la remplaçant par les « couches les plus basses de la société », les « acquis de la Révolution » deviennent les « biens précieux, aussi précieux que le sang acquis lors de la Révolution ». Et Heine semble en outre constater, en 1854, un lent progrès dans l’histoire, car il ajoute aussi que la liberté est « ici et là devenue homme »49. Dans Lutèce, Heine rappelle discrètement les morts du mois de juin en datant l’article LX du 25 juin, jour de la victoire de Cavaignac sur les insurgés prolétaires. Dolf Oehler a attiré l’attention sur le fait que Heine a ainsi glissé deux fois la date tabou de juin dans ses textes en français — et uniquement dans ceux-ci50.

  • 51  Ceci est le point sur lequel je ne suis pas d’accord avec Dolf Oehler dont l’interprétation de la (...)

26La solidarité heinéenne avec les communistes se manifeste publiquement dans la « Préface », car il ne peut pas « réfuter cette prémisse : « que les hommes ont tous le droit de manger » » (Lutèce, p. 15). Les « démons de la vérité » (ibid., p. 16) représentent ce qui reste de son ancienne conviction hégélienne et qui ne peut pas être détruit. Car dans la Bible est écrit la même chose, le « socialiste » Moïse, « iconoclaste » lui aussi (ibid., p. 178), et Jésus, le « communiste divin » (Lutèce, p. 191), sont proches des communistes « bien plus chrétiens que nos soi-disant patriotes germaniques » (ibid.). Pour notre auteur qui dit être rentré « dans le bercail de la foi » (Aveux, p.  174), cette solidarité exprimée publiquement est une question de logique, qu’elle soit diabolique, donc hégélienne, ou non. (Le serpent dans les Aveux dit la même chose que Hegel.) Mais le lecteur comprend en même temps qu’elle dépend aussi de la forme de religiosité que Heine s’est choisie. Cette religiosité n’est rien d’autre qu’une exégèse révolutionnaire de la Bible51.

  • 52  Cf. Dolf Oehler, Heines Frömmigkeit..., loc. cit., p. 973.

27J’avais avancé, au début, l’hypothèse selon laquelle Heine regarde plus positivement le communisme en 1855 que treize ans plus tôt. La réponse est que Heine voit dans le communisme allemand quelque chose de qualitativement nouveau. Dolf Oehler a été le premier à noter que, dans les Aveux, Heine parle du communisme comme d’un phénomène presque exclusivement allemand et qu’il va très loin dans la version française du texte52. Le nombre des communistes allemands, dit Heine, s’est accru depuis les années quarante « d’une manière formidable » :

Leur parti est sans contredit à cette heure le plus fort de tous au-delà du Rhin. Les ouvriers allemands forment le noyau d’une armée de prolétaires très bien endoctrinée sinon disciplinée. [...] Ces cohortes de la destruction [...] sont de beaucoup supérieures aux chartistes d’Angleterre et aux niveleurs et égalitaires des autres pays. [...] Les chefs plus ou moins occultes des communistes allemands sont de grand logiciens dont les plus forts sont sortis de l’école de Hegel, et ils sont sans nul doute les têtes les plus capables et les caractères les plus énergiques de l’Allemagne. Ces docteurs en révolution et leurs disciples impitoyablement déterminés sont les seuls hommes en Allemagne qui aient vie, et c’est à eux qu’appartient l’avenir [...] Je n’exprime pas ici des vœux ni des regrets ; je relate des faits et je dis la vérité (Aveux, p. 171 sq.).

28Dans la « Préface », Heine répète donc mot à mot ce qu’il a écrit dans les Aveux, et la tournure employée n’a pas été choisie par hasard : Heine répète son « aveu »( !) « que l’avenir appartient aux communistes » (Lutèce, p. 15). L’avenir communiste serait donc un avenir sous l’influence des têtes du communisme allemand ? Ces derniers, les « chefs » dont il parle, ne restent pas « occultes », car Heine nous donne leurs noms un peu plus loin dans le texte de 1854. Il s’agit du « bon Ruge », de son « ami Marx », des « sires Feuerbach, Daumer, Bruno Bauer, Stirner, Hengstenberg, etc. » (Aveux, p. 177). On peut mesurer l’influence de la censure mais aussi la joie de la contourner en comparant le ton des deux passages dans les Aveux et dans Lutèce. Quand il est question du communisme allemand, le public français écoute avec une plus grande indulgence que quand il s’agit de la situation politique en France. Et la censure fait partie de ce public.

  • 53  Voir l’expression de Volkmar Hansen, Bibelton der Spätzeit (DHA XIV/l, p. 629).

29Une tension surprenante caractérise la version des articles après 1848 : tandis que la référence explicite à Hegel a très souvent disparu, les pensées hégéliennes sont répétées avec d’autant plus d’insistance dans le ton biblique du vieux Heine53. La Welterschutterung de 1842 (HSA 10, p. 158), qui devient une Welt-Revoluzion en 1854 (DHA XIV/2, p. 20), se refère donc à la Weltgeschichte de Hegel après 1848.

30Lutèce annonce à la bourgeoisie européenne la révolution sociale comme révolution mondiale.

31Les Aveux sont destinés aux théoriciens et leaders présumés de cette révolution, sortis de la même école hégélienne que notre auteur, parfois anciens camarades et amis.

  • 54  Cf. Friedhelm Schumacher, Der Stillstand der Zeit- Heine nach 1848, Diss., Hambourg, 1989, p. 181.

32Les Aveux sont une mise en garde contre une révolution prématurée et manquée, contre les dangers d’une utopie idéaliste. Heine attire l’attention des « moines de l’impiété » (Aveux, p. 168), docteurs en philosophie hégélienne, sur leur propre « mot » et les prévient en se servant d’un mot de la Bible : « Le verbe devient chair, et la chair saigne. » Mais il ne lutte pas contre l’espoir d’une société libérée de son ami Karl Marx54. Quelle avait été la réaction de Marx après le 25 juin ?

  • 55  Cf. Karl Marx, Die Klassenkämpfe in Frankreich 1848-1850, in Karl Marx und Friedrich Engels, Werke (...)

Seule la défaite de juin a créé toutes les conditions pour que la France puisse prendre l’initiative de la révolution européenne. Ce n’est que trempé dans le sang des insurgés de juin que le drapeau tricolore est devenu celui de la révolution européenne – le drapeau rouge. Et nous nous écrions : La Révolution est morte ! – Vive la Révolution 55!

33Cette réaction devait soulever la protestation du poète qui avait défendu depuis toujours le droit à la vie individuelle contre la mort anonyme dans l’histoire, le « particulier » contre l’ « histoire universelle » de Hegel.

  • 56  Cf. les Aveux, p. 169. Ce passage fut écrit pour Lutezia, au départ.

34Heine demande suffisamment de temps pour l’ « incarnation » de la liberté et il exige surtout un enseignement public en histoire et en poésie et du savon : des mesures concrètes pour améliorer le sort du peuple qui, sinon, resterait ignorant et sale56.

35Dans la « Préface », Heine a annoncé la victoire de la Commune de Paris et la défaite de Bismarck. Mais Heine ne s’est pas complètement trompé : au fond, il savait très bien que les bonnes vieilles de l’avenir allaient encore lire son Livre des Chants.

Haut de page

Notes

1  Voir la « Préface » de Lutèce, in Säkularausgabe, Werke – Briefwechsel – Lebenszeugnisse, herausgegeben von den Nationalen Forschungs- und Gedenkstätten der klassischen deutschen Literatur in Weimar und dem Centre national de la recherche scientifique in Paris, t. 19 : Lutèce, Berlin et Paris, 1977, p. 16. Cité par la suite Lutèce.

2  Voir l’article XLV in Lutèce, p. 152-153. Dolf Oehler montre que Cuvilliers-Fleury, dans un article pour le Journal des débats, a été le seul critique de Lutèce qui dit avoir compris que Heine parle du sort de la société française (cf. Dolf Oehler, Ein Höllensturz der Alten Welt. Zur Selbsterforschung der Moderne nach dem Juni 1848, Frankfurt am Main, 1985, p. 261 sq.).

3    En 1842, Heine montre une certaine réserve à propos du scénario esquissé par lui-même : « Je ne sais, mais il m’est avis qu’on finira par écraser la tête du grand serpent d’eau, et par dépouiller de sa peau velue le colossal ours du Nord » (Lutèce, p. 153). Cette réserve ne semble plus exister quand il écrit la « Préface ».

4  Leo Kreutzer, Heine und der Kommunismus, Göttingen, 1970.

5   Voir Gerhard Höhn, Heine-Handbuch : Zeit Person, Werk, Stuttgart, 1987, p. 395.

6  Voir la reproduction du manuscrit avec les retouches de Kolb chez Erhard Weidl, Heinrich Heines Arbeitsweise. Kreativität der Veränderung, Hambourg, 1974, p. 95.

7  Heinrich Heine, Säkularausgabe..., op. cit., t. 10 : Pariser Berichte 1840-1843, Berlin et Paris, 1979. Cité par la suite HSA 10.

8  Voir l’article du 30 avril 1840 : « Le règne républicain ne pourra jamais être de longue durée en France » (ibid., p. 33), l’article du 7 novembre 1840 : « L’interrègne de la force brutale n’est jamais de longue durée en France » (ibid., p. 94), l’article du 6 janvier 1841 : « Que le triomphe prématuré des prolétaires ne serait que de courte durée » (ibid., p. 98) et l’article du 11 décembre 1841 : « Qu’on jouera ensuite un épilogue intitulé « Le règne des communistes » ! Il est vrai que cet épilogue ne pourra pas durer longtemps » (ibid., p. 126).

9  Article du 21 mars 1843, HSA 10, p. 194. Cet article, art. LVIII dans Lutezia, ne figure pas dans Lutèce.

10  Lorenz von Stein, Der Socialismus und der Communismus des heutigen Frankreichs. Ein Beitrag zur Zeitgeschichte, Leipzig, 1842, p. 349.

11    Ibid., p. 445. Heine qualifia de vortrefflich le livre de von Stein. Voir les variantes de l’article Communismus I, in Heinrich Heine, Sämtliche Werke, Düsseldorfer Ausgabe. In Verbindung mit dem Heinrich-Heine-Institut hrsg. v. Manfred Windfuhr, t. XIV/2 : Lutezia, II, Hamburg, 1991, p. 1008. Cité par la suite DHA 14/2.

12  Cf. Ortwin Lämke, Heines Begriff der Geschichte. Der Journalist Heinrich Heine und die Julimonarchie, Stuttgart et Weimar, 1997, p. 62-74.

13  Le Journal de l’Eure cité d’après le Moniteur universel du 16 décembre 1841.

14  Le canon : « Verre de vin que l’on boit sur le comptoir d’un marchand de vin » (Pierre Larousse, Grand Dictionnaire universel du xixe siècle..., Paris, 1867, t. III, p. 274).

15  Ainsi, Lorenz von Stein voit le Journal du peuple à la tête des journaux « purement démocratiques », c’est-à-dire que, d’après lui, ses rédacteurs défendent « die Demokratie bis in das Gebiet des Proletariats hinüber ». « Gäbe es eine Brücke von der Bourgeoisie zum Peuple, so wäre sie hier gefunden [...] » (op. cit., p. 412).

16  Voir Histoire générale de la presse française, éditée par Claude Bellanger, Jacques Gode-chot, Pierre Guiral et Fernand Terrou, t. II : De 1815 à 1871, Paris, 1969, p. 136. Voir la même constatation chez Seuffert, ami et collègue de Heine, in Beilage zur Allgemeinen Zeitung du 23 décembre 1841.

17  Cf. Allgemeine Zeitung du 16 novembre 1841. Il s’agit de l’éditorial du Journal des débats du 10 novembre 1841 [traduit par l’auteur].

18  Voir HSA X/XI K II, p. 176.

19  Leo Kreutzer, op. cit., p. 19.

20  « Heines Äußerungen entsprangen sicherlich dem mehr ästhetischen als politischen Vorbehalt des Künstlers gegenüber einer radikalen Gleichheitsideologie » (Wolfgang Schieder, art. Kommunismus, in Geschichtliche Grundbegriffe. Historisches Lexikon zur politisch-sozialen Lage in Deutschland, hrsg. v. Otto Brunner, Werner Conze, Reinhart Koselleck, Stuttgart, 1982, t. III, p. 475).

21  Cf. ibid., p. 473.

22  Jacques Grandjonc, Communisme/Kommunismus/ Communism : Origine et développement international de la terminologie communautaire prémarxiste des utopistes aux néo- babouvistes 1785-1842, t. I : Historique, Trier, 1989, p. 211.

23  Cf. ibid., p. 211 sq.

24  Cf. ibid., p. 213.

25   Wolfgang Schieder, loc. cit., p. 473

26  Anonyme [Théophile Thoré], La vérité sur le parti démocratique, Paris, 1840.

27  Thoré est l’auteur de l’article Babouvisme, paru le 20 novembre 1839 comme 6e livraison du Dictionnaire politique de Duclerc/Pagnerre, Paris, 1842. L’article a été reproduit dans le Journal du peuple du 24 novembre 1839 et provoqua, en janvier 1840, une réplique de Lahautière (cf. Grandjonc, op. cit., p. 158 sq.).

28  Cf. ibid., p. 212. Schieder rappelle que Thoré a tenu ce rôle jusqu’en 1842 par ses disputes publiques avec Cabet (cf. Schieder, op. cit., p. 473).

29  Op. cit, p. 23.

30  Ibid., p. 24.

31  Ibid., p. 24 sq.

32  Ibid., p. 25 sq.

33  Ibid., p. 38.

34  Ibid., p. 35.

35  Ibid.

36  Cf. Fritz Mende, Heinrich Heine. Chronik seines Lebens und Werkes, zweite, bearbeitete und erweiterte Auflage, Stuttgart, Berlin, Köln, Mainz, 1981, p. 185 sq., p. 193 sq.

37  Alexandre Weill, Louis-Philipp, Thiers und die gegenwärtige Lage der Demokraten in Paris, in Telegraph für Deutschland, n° 21 (février 1841), p. 83 [traduit par l’auteur].

38  Suite de l’article in ibid., n° 22 (février 1841), p. 87 [traduit par l’auteur].

39  Cf. Wolfgang Schieder, Heinrich Heine und der « Kommunismus », in Heinrich Heine 1797-1856 : Internationaler Veranstaltungszyklus zum 125. Todestag 1981 bei Eröffnung des Studienzentrums Karl-Marx-Haus Trier, Trier, 1981, p. 126.

40   [Traduit par l’auteur.]

41  Cf. DHA XrV/2, p. 971 sq.

42  Lutèce, p. 208. La « nécessité providentielle » est la traduction de dämonische Nothwendigkeit (cf. HSA 10, p. 202) qui cite la Nothwendigkeit hégélienne.

43  Ainsi s’exprime Jacques Dupré dans la Revue indépendante du 1er décembre 1841, voir son article Du communisme, ibid., p. 337-348.

44  Ibid., p. 211.

45  Cf. ibid., p. 209.

46  Ibid., p. 211. Michel Espagne qui a examiné les manuscrits conclut : « Der Vergleich zwischen Leroux und Cousin konnte nur zugunsten des offiziellen Philosophen der Juli-Monarchie ausfallen. Während Leroux sich zu dem Antihegelianer Schelling, zum Helden der staatlichen Reaktion an der Berliner Universität bekannte, blieb Cousin ein Verteidiger der akademischen Freiheit und der philosophischen Spekulation » (Michel Espagne, Federstriche. Die Konstruktion des Pantheismus in Heines Arbeitshandschriften, Hambourg, Lüneburg, 1991, p. 167 sq.).

47  Heinrich Heine, Säkularausgabe..., op. cit., t. 16 : De L’Allemagne I, Berlin et Paris, 1978, p. 74.

48  Cf. Aveux de l’auteur, in Heinrich Heine, Sàkularausgabe..., op. cit., t. 17, Berlin et Paris, 1978, p. 176. Cité par la suite Aveux.

49  Voir HSA 10, p. 193, et DHA XIV/2, p. 68.

50  Dolf Oehler, op. cit., p. 265.

51  Ceci est le point sur lequel je ne suis pas d’accord avec Dolf Oehler dont l’interprétation de la « Préface » et des Aveux qui est tout à fait convaincante devait être passée sous silence par certains interprètes. Cf. Dolf Oehler, Heines Genauigkeit. Und zwei komplementäre Stereotypen über das Wesen der proletarischen Massen, in Diskussion Deutsch, n° 35, 1977, p. 250-271, et le même, Heines Frömmigkeit als List der Vernunft. Die Lektion aus der Matratzengruft, in Merkur, n° 11, 1985, p. 968-979. Je ne pense pas qu’on puisse réduire le discours heinéen sur la résurrection de ses sentiments religieux à une simple ruse pour contourner la censure. Certes, Heine s’en sert à cette fin mais il est très sincère, en même temps, quand il pose la question religieuse. Car cette question vise la question du sens dans l’histoire.

52  Cf. Dolf Oehler, Heines Frömmigkeit..., loc. cit., p. 973.

53  Voir l’expression de Volkmar Hansen, Bibelton der Spätzeit (DHA XIV/l, p. 629).

54  Cf. Friedhelm Schumacher, Der Stillstand der Zeit- Heine nach 1848, Diss., Hambourg, 1989, p. 181.

55  Cf. Karl Marx, Die Klassenkämpfe in Frankreich 1848-1850, in Karl Marx und Friedrich Engels, Werke, herausgegeben vom Institut fur Marxismus-Leninismus beim ZK der SED, Berlin, 1973, t. VII, 34 [traduit par l’auteur],

56  Cf. les Aveux, p. 169. Ce passage fut écrit pour Lutezia, au départ.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ortwin Lämke, « Heine, Lutèce et le communisme. Une nouvelle conception de l’histoire après 1848 ? », Revue germanique internationale, 9 | 1998, 89-101.

Référence électronique

Ortwin Lämke, « Heine, Lutèce et le communisme. Une nouvelle conception de l’histoire après 1848 ? », Revue germanique internationale [En ligne], 9 | 1998, mis en ligne le 08 septembre 2011, consulté le 22 juin 2017. URL : http://rgi.revues.org/669 ; DOI : 10.4000/rgi.669

Haut de page

Auteur

Ortwin Lämke

Germaniste

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org