Navigation – Plan du site

Eugène Renduel, éditeur de Heinrich Heine

Frédéric Barbier
p. 103-114

Résumés

Premier éditeur français de Heine, Eugène Renduel joue un rôle important dans le domaine de l’édition littéraire à Paris entre 1828 et 1840.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  A. Humblot, L’édition littéraire au xixe siècle, conférence prononcée le 3 mars 1911 à l’École des (...)

« Il est étonnant qu’il ne soit pas encore venu à l’esprit d’un auteur de nos jours, jeune ou vieux – plutôt vieux – l’idée d’écrire la psychologie désintéressée de son associé ou, pour mieux dire, du libraire, car il est vraiment l’homme des livres. Il y vit, en vit et en fait vivre. (...) Qui donc, même parmi les auteurs, connaît l’œuvre des éditeurs qui, depuis cent ans, ont travaillé à la gloire de leurs prédécesseurs (...) ? Ils en ignorent jusqu’au nom... 1

1Dans les mois de l’hiver 1871, alors que la Commune s’établit à Paris et que la ville est progressivement abandonnée par nombre de ses habitants les plus aisés, un jeune homme, Adolphe Jullien (1845-1932), qui se fera bientôt un nom comme critique musical en vue, abandonne la capitale pour chercher asile quelques temps en province. Il se retrouve bientôt chez d’anciens amis de sa famille, le vieux ménage des Renduel, lequel est retiré depuis plus de trente ans dans une grande propriété, aux marges d’un village sur le flanc sud des monts du Morvan. A la surprise du jeune homme, qui appréhende de quitter, même pour quelques jours, ses habitudes du « monde  parisien, Adolphe Jullien découvre en son hôte complètement oublié une des plus grandes figures de la librairie des années 1830, et l’éditeur et le familier des noms les plus célèbres de la grande « génération romantique » – dont Heinrich Heine.

2Nous nous proposons d’emboîter les pas du jeune critique, pour découvrir l’action et la personnalité d’un des derniers représentants de la « librairie d’Ancien Régime, en même temps que d’un précurseur de la librairie éditoriale contemporaine, et d’un exceptionnel découvreur de talents. A travers un personnage privilégié, ce sont les pratiques et les modes de communication d’un petit groupe de littérateurs et d’intellectuels influents qui nous sont également dévoilés.

Un homme nouveau, entre librairie d’ancien régime et librairie industrielle

3Eugène Renduel apparaît en effet d’abord, et à un double titre, comme un intermédiaire. Et d’abord, en tant que libraire, il se situe parfaitement à la lisière entre les deux « systèmes-livres  qui se rencontrent et se superposent sous la monarchie de Juillet. « Libraire d’Ancien Régime, Renduel construira sa fortune sur la logique artisanale des tirages à 1 000 ou 2 000 exemplaires, que l’on peut multiplier le cas échéant par stéréotypie pour répondre à la demande. Les prix de ses livres restent relativement élevés, et il se retire des affaires précisément dans les années où Gervais Charpentier invente la logique de la nouvelle « librairie industrielle » – dans laquelle l’augmentation radicale des chiffres de tirage et la réorganisation de la diffusion s’accompagnent de la baisse en proportion du prix moyen de vente.

4Dans le même temps, Eugène Renduel est pourtant également représentatif de nouvelles tendances, par lesquelles la librairie des années 1830 tend à se distinguer radicalement de celle qui la précède. Et, d’abord, il est lui-même un homme nouveau, caractéristique commune à toute cette génération de jeunes talents « montés  à Paris dans l’espoir d’y faire une carrière littéraire — qu’il s’agisse d’auteurs, ou, de plus en plus souvent, de personnages liés au milieu des lettres, et notamment de libraires et d’éditeurs. Le « petit monde » de l’édition parisienne fait alors montre d’une remarquable « fluidité sociale » (Christophe Charle), et l’on connaît la réussite exceptionnelle de certains de ces nouveaux venus, au premier rang desquels s’inscrit naturellement Louis Hachette. Parallèlement, les conditions du marché littéraire ont changé, un public de masse tend progressivement à se constituer, par rapport auquel la situation de l’auteur évolue également : c’est l’émergence du modèle du grand auteur, sensible depuis la seconde moitié du xviiie siècle, de la figure universellement connue (Voltaire, Rousseau, Byron, Goethe, et bien d’autres), dont les livres sont demandés partout, qui peut vivre de sa plume et qui assure le cas échéant la fortune de son éditeur. Lorsque Eugène Renduel, à partir de 1829, réussit à s’imposer dans la librairie parisienne, il le fait en se constituant une « écurie d’auteurs » parfois débauchés des maisons concurrentes et qu’il attire par des conditions matérielles plus intéressantes. Inversement, c’est sans doute en partie une charge financière qu’il juge trop lourde qui lui fait abandonner son activité, en 1841.

  • 2  On est surpris de ne rencontrer aucune figure d’éditeur dans les actes du colloque consacré aux In (...)

5Enfin, Renduel est tout naturellement, comme éditeur, un intermédiaire culturel, qui assure le lien fonctionnel entre les auteurs et littérateurs, et le public2 :non seulement il prend systématiquement connaissance des manuscrits qu’on lui propose, mais il sait repérer et s’attacher les talents encore inconnus, et réussit en peu de temps à se constituer un fonds de titres à la fois cohérent et de grande qualité. Plus encore, c’est lui qui est à l’origine de l’importation en France de certains grands titres de la littérature allemande du temps, dont l’influence sur les romantiques est évidente.

  • 3  Adolphe Jullien, Le romantisme et l’éditeur Renduel, Paris, 1897 (reprend principalement le texte (...)
  • 4  Le colonel Touquet vend également des «  tabatières à la charte  ( «  Tabatières-Touquet  ) — ente (...)
  • 5  Nicole Felkay, Balzac et ses éditeurs..., Paris, Promodis, Éditions du Cercle de la librairie, 198 (...)
  • 6  Célestine Rose Laurens de Pérignac, née à Paris le 21 septembre 1801, décédée à Beuvron le 14 juil (...)

6Le coup d’œil et la réussite de Renduel sont d’autant plus remarquables que rien, a priori, ne pouvait désigner le jeune homme pour s’imposer comme un des plus grands éditeurs littéraires de son temps. Son père est aubergiste à Lormes, et c’est dans ce gros chef-lieu de canton proche de Corbigny, en Morvan, que Pierre Eugène Renduel naît, le 23 novembre 17983. Trop peu fortuné pour poursuivre des études, il est placé comme clerc chez un notaire de son bourg natal, puis il suit ses parents à Clamecy (1816), et passe dans l’étude d’un avoué de la ville. Enfin, le voici à Paris, où il commence une carrière de commis de librairie. Il est en 1821 chez le colonel Touquet, cet ancien militaire établi libraire rue de la Huchette, et qui répandait alors au plus bas prix des brochures et pamphlets hostiles au Gouvernement et à l’Église4. C’est tout naturellement que le jeune homme rencontre, dans son travail, un petit imprimeur libraire, Jean-Joseph Laurens, établi dans l’ancienne rue du Pot-de-fer-Saint-Sulpice (partie de l’actuelle rue Bonaparte). H ne tarde pas à demander en mariage sa fille cadette, Célestine Rose Laurens. Les affaires de Touquet déclinant, Renduel passe chez Hautecœur jeune, ancienne rue de Grenelle-Saint-Honoré. Alors que l’imprimerie et le brevet de Laurens sont cédés à Balzac (1826)5, Renduel épouse Célestine Rose6 et, en 1828, ouvre son « Cabinet de librairie », au 22 de la rue des Grands-Augustins, toujours en plein quartier des libraires. Il fait le commerce de détail, mais se lance également dans l’édition en commençant, très modestement, par un petit code in-32, suivi par les Contes de Berquin.

  • 7  Dans une lettre du 20 octobre 1833, l’auteur se plaint au libraire : «  Depuis longtemps, mon bust (...)
  • 8  Nicole Felkay, Balzac et ses éditeurs, 1822-1837 : essai sur la librairie romantique, Paris, Promo (...)

7Mais Eugène Renduel, d’opinions républicaines, s’impose très rapidement comme l’un des éditeurs attitrés de la « Jeune France » et des nouveaux romantiques, qui se retrouvent volontiers dans sa boutique ou qu’il rencontre dans les soirées, les dîners (chez Victor Hugo, ou encore autour de Buloz, le tout-puissant directeur de la Revue des deux mondes) et les salons. Plusieurs coups de maître assoient la fortune du jeune libraire. Dès 1829, il donne Les soirées de Walter Scott à Paris, de Paul Lacroix, mieux connu sous le pseudonyme du « Bibliophile Jacob  et l’un des auteurs les plus en vue de son temps7 : le succès est immédiat, et permet à Renduel d’étendre le champ de ses affaires en s’attachant, par des contrats avantageux, les représentants du mouvement littéraire en formation – au point que Heine désignera parfois l’école romantique par la formule de Renduel’sche Schule (« École de Renduel »). Sa position est déjà suffisante, en 1830, pour lui permettre non seulement d’éviter la faillite, dont une vague sévit alors dans toute la librairie parisienne, mais même de compter parmi les 42 libraires (sur quelque 400 demandes) dont la pétition est acceptée et qui participent à l’opération du prêt lancée par le régime de Juillet pour relancer le mouvement des affaires8 : il fait déjà partie des grands noms de la librairie parisienne.

  • 9  Contrat du 20 août 1831.

8La figure centrale de 1’ « écurie Renduel » est bientôt celle de Victor Hugo. L’éditeur est entré en rapport avec le jeune Hugo, de quatre ans son cadet mais déjà très célèbre, et dont, profitant notamment des difficultés de ce dernier avec Gosselin, son libraire attitré, il publiera plusieurs recueils poétiques (Les feuilles d’automne, Les chants du crépuscule, Les voix intérieures), ainsi que des pièces de théâtre (Marion de Lormé9, Le roi s’amuse, Lucrèce Borgia, Marie Tudor, Angelo), les deux volumes de Littérature et philosophie mêlés et d’autres ouvrages dont il rachètera progressivement les droits. Les volumes sont présentés de manière moderne, sous une couverture illustrée destinée à attirer le passant – et Renduel s’attachera notamment les services des illustrateurs les plus célèbres de son temps, Tony Johannot ou encore Robert Nanteuil. Ce dernier réalise notamment le frontispice « à la cathédrale » ouvrant l’édition de 1833 de Notre-Dame de Paris, et lance ainsi cette mode du « gothique cathédrale » qui s’étendra sur plusieurs décennies dans les domaines de la décoration du livre et de la reliure.

  • 10  Les Oppenheim, banquiers de Cologne, sont indirectement parents la dynastie des Heine, et en affai (...)
  • 11  Un certain nombre de ces volumes sortent des Presses de l’imprimerie Everat, 16, rue du Cadran.
  • 12  Lettre de G. Planche à George Sand, 23 décembre 1832, dans la Correspondance de George Sand, II, p (...)
  • 13  Voir le commentaire de Heine sur ces épisodes, cité par Adolphe Jullien, art. cité, p. 670, n. 2.

9Le 25 août 1832, Renduel signe avec Victor Hugo un contrat lui garantissant, moyennant 15000 F, les 3 000 premiers exemplaires du prochain roman de ce dernier, prévu en deux volumes (Le fils de la bossue et La Quiquengrogne, ou le Manuscrit de l’évêque). L’affaire traînera jusqu’en 1862, année où l’auteur reprendra la négociation de ce qui était devenu Les Misérables, en six volumes, pour lesquels il obtiendra 240 000 F de Lacroix et Verboeckhoven et Cie. – et alors qu’apparaît un autre « intermédiaire culturel », en la personne du banquier Oppenheim, qui soutient l’éditeur bruxellois10. Dans les premières années de la monarchie de Juillet, l’activité de Renduel paraît inlassable, et il publie, entre bien d’autres, Sainte-Beuve, Petrus Borel, Léon Gozlan, Joseph d’Ortigues, Charles Nodier, Alphonse Royer, Eugène de Monglave, Alfred de Musset, Eugène Sue ou encore Théophile Gautier, avec lequel il se lie d’une réelle amitié11. Il « est, avec Gosselin, le seul éditeur capable de tirer parti d’un livre et de populariser un succès... »12, et Gautier lui confie notamment ses Jeunes France en 1835, ouvrage où il dresse le portrait satyrique du groupe dont lui-même et son éditeur font partie. En 1835, l’éditeur s’entremet entre deux de ses amis, Hugo et Sainte-Beuve, pour éviter un duel provoqué par le jugement de ce dernier sur les Chants du crépuscule, et par l’attitude du premier, pris entre sa femme et sa passion pour Juliette Drouet13.

  • 14  Félicité de Lammenais, Paroles d’un croyant, 1833, Paris, Eugène Renduel, 1834, 238 p., 8.
  • 15 AN F18* III-21.
  • 16 AN F18 56B.

10La fortune de Renduel est définitivement assurée par la publication, en 1834, des Paroles d’un croyant, 1833, de Félicité de Lamennais14. Il s’agit cependant d’un succès d’Ancien Régime, fondé sur l’emploi de la stéréotypie, les tirages sont relativement faibles et le prix de vente reste non négligeable. L’ouvrage, sans doute tiré à 1 500 exemplaires, est imprimé par Cosson, le successeur de Bossange15, et les retirages, numérotés comme des éditions propres, se succèdent à cadence rapprochée au cours de cette même année 1834, en deux formats et à des valeurs variant de 500 à 2 500 exemplaires16.

Les premières éditions des « Paroles d’un croyant » chez Renduel

Les premières éditions des « Paroles d’un croyant » chez Renduel

11Nous sommes en l’occurrence face au dernier grand succès de la librairie d’Ancien Régime, combinant usage de la stéréotypie, rééditions fréquentes à des tirages encore relativement limités et concurrence immédiate de la contrefaçon (une édition genevoise dès 1834). La « seconde révolution du livre » est lancée en 1836, par Gervais Charpentier et sa « Collection Charpentier » à 3 F le volume.

  • 17  Alors même que Théophile Gautier est heureux de céder Melle de Maupin pour 1 500 F.

12En 1837, Renduel s’est transporté au 6, de la rue Christine, où ses affaires se poursuivent. Mais sa santé est sans doute déjà altérée par une activité sans relâche (il fera régulièrement des cures thermales pour soigner son foie), et lui-même hésite à s’engager dans des opérations de plus en plus lourdes financièrement vis-à-vis des auteurs (il verse 43 000 F à Victor Hugo entre 1833 et 183817) et il se retire peu à peu des affaires. L’importance des honoraires et des droits versés à l’auteur rend en effet de plus en plus aléatoire d’équilibrer les budgets :

  • 18  Gazette des tribunaux, 1831, citée par Nicole Felkay, ouvr. cité, p. 193.

13« M. Victor Hugo, dont la renommée est éclatante, a l’habitude d’annoncer aux libraires auxquels il confie la publication de ses ouvrages, des bénéfices prodigieux, mais il n’est pas un seul de ses éditeurs qui n’ait éprouvé des pertes plus ou moins considérables (...). Le chantre des Orientales s’entend merveilleusement à faire pousser sa réputation... »18

  • 19  Heinrich Heine : Sekuldrausgabe, t. 23, Berlin, Paris, Akademie Verlag, Editions du CNRS, 1970, ic (...)
  • 20  «  Eh oui, je savais bien que j’avais dans la Nièvre, aux environs de Clamecy, de vieux amis qui m (...)

14En 1841, après avoir définitivement liquidé ses affaires parisiennes et cédé sa librairie aux deux associés Lecou et Delloye, le libraire achète, dans la Nièvre, le château et la terre de Beuvron. S’il ne peut, d’abord, quitter complètement la capitale, et se contente de se partager chaque année entre Paris et sa nouvelle « campagne », il s’installe peu à peu à Beuvron de manière permanente, et y mènera jusqu’à son décès (1874) la vie d’un propriétaire rural aisé, attentif aux progrès de l’agronomie et à la gestion de sa commune, dont il est maire à plusieurs reprises. La correspondance conservée ne nous le montre plus que venant occasionnellement à Paris, où il descend ordinairement à l’hôtel des Colonies, rue Paul-Lelong, a proximité de la Banque de France19. Son correspondant parisien est Ollendorf. Et c’est à Beuvron, dans le « château » aux marges du village, qu’il accueille, pendant la Commune de Paris, Adolphe Jullien. Celui-ci, s’il goûte a priori médiocrement la vie du « désert » provincial, apprécie en définitive suffisamment son séjour – et son hôte – pour demeurer cinq semaines là où il n’avait prévu de rester que quatre jours20.

De la France, de l’Allemagne, ou Renduel comme intermédiaire culturel

  • 21  Il paraît au demeurant très probable que Renduel ne sait pas l’allemand.

15Ilest impossible de repérer précisément l’origine des rapports entre Renduel et Heinrich Heine. Les figures les plus en vue de la vie littéraire parisienne des années 1830 se retrouvent dans la boutique de la rue des Grands-Augustins, et Renduel lui-même est en relations constantes avec Buloz et la Revue des deux mondes. Nous sommes dans un « petit monde » de personnalités qui se connaissent, qui se fréquentent très régulièrement, et où l’éditeur joue un rôle de pivot. Enfin, l’influence allemande se fait probablement plus sensible, qu’il s’agisse, comme nous l’avons vu, de l’édition littéraire à proprement parler, mais aussi de l’édition scientifique – dans des domaines, notamment, comme la philosophie et l’histoire21.

  • 22  François Adolphe Loève-Weimars (1801-1854), littérateur et diplomate. Renduel est également en rel (...)
  • 23  BIHL/EPTING, IV, 2573 et 2574. Aux enfans : contes de E. T. A. Hoffmann, Paris, Renduel, 1832, 18° (...)
  • 24  Le sabbat des sorcières : chronique de 1459, Paris, Renduel, 1833, 8° (28 feuilles et 1/2, Paris, (...)
  • 25  L’éditeur propose 600 F «  par volume de 25 feuilles, au lieu de 1 250 F réclamés par le traducteu (...)
  • 26  De la France, Paris, Renduel, 1833, 8° (24 feuilles, Paris. Impr. Cosson, Bibliographie de la Fran (...)

16Renduel, attentif à suivre le mouvement « Jeune France », publie de 1830 à 1832 les Œuvres complètes de E. T. A. Hoffmann, en 19 volumes in-12, dans la traduction de Adolphe Loève-Weimars22. Les Contes fantastiques y sont introduits par la Notice historique de Walter Scott sur l’auteur, et l’édition est illustrée d’un portrait de Hoffmann par Henriquel-Dupont, et de deux vignettes de Tony Johannot (Maître Floh et Le chat Murr). Le succès de l’opération permet de donner la seconde édition dès les années 1832-1836, tandis qu’une sélection est également publiée pour les enfants en 183223. L’année suivante, en 1833, l’éditeur fait traduire et donne Le sabbat des sorcières, de Ludwig Tieck24. C’est donc tout naturellement que Renduel, qui sait indiscutablement reconnaître la qualité des auteurs et la valeur des manuscrits qui lui sont proposés, parie sur Heine, jusque-là collaborateur plus ou moins méconnu de la Revue des deux mondes, où il vient de faire paraître plusieurs livraisons de ses Tableaux de voyage (Reisebilder) :Malgré les difficultés de la traduction, pour laquelle il ne peut s’attacher les services d’Adolphe Specht25, Renduel publie De la France en 1833, précédé d’un « Avertissement » consacré à Heine et où il souligne combien « sont rares, les écrivains qui font le bonheur de leur éditeur, avant de poursuivre26 :

« Chacun se demande depuis quelque temps quel est cet Allemand d’un esprit si fin, si délicat, si riche d’imagination et si dépouillé de préjugés, docteur d’érudition toute germanique, se raillant, comme un bel esprit parisien, des docteurs de la Germanie, esprit moqueur et dédaigneux, et défenseur enthousiaste et sincère des droits de l’humanité. On veut savoir surtout quel est cet allié de la France, venu sans être sollicité, fort de sa conviction, aussi peu soucieux des amitiés que des haines, pour jeter dans le bassin de notre force tout le poids de son influence. Cette armée est en effet, par le temps qui court, une puissance de premier ordre, puissance qui n’a à sa disposition ni canons, ni trésors, et qui épargne peut-être au peuple vers lequel l’attire sa sympathie des défenses et des canons. En effet ce n’est probablement pas trop dire que d’assurer que le retentissement d’une telle parole par toute l’Allemagne [allusion à la Gazette d’Augsbourg, à laquelle Heine a donné des séries d’articles sur la France] a dû rendre les Gouvernements circonspects, et les a fait réfléchir plus d’une fois avant de lancer contre la France tout un peuple ému par cette prédication cosmopolite... »

  • 27  Heinrich Heine : Sekulärausgabe, t. 21, Berlin, Paris, Akademie Verlag, Éditions du CNRS, 1970, ic (...)
  • 28  Un additif en date du 24 décembre 1834 stipule qu’une réduction de 500 F sera effectuée sur le mon (...)
  • 29  Ibid, nos 516 et 536.
  • 30  Œuvres complètes de Henri Heine, Paris, Renduel, 1834-1835, 5 vol., 8° (Paris, Impr. Pomme-ret et (...)
  • 31  Ibid., n° 660.
  • 32  Si l’absence d’archives privées interdit probablement de retracer avec précision la conjoncture de (...)

17Même si le succès de ce premier titre est limité, il pousse bientôt Renduel à tenter d’autres opérations. Le jeudi 26 décembre 1833, l’éditeur signe un contrat avec Heine pour la publication de De l’Allemagne27 : la vente du manuscrit se fait moyennant 2000 F « pour les deux premiers volumes, qui vont être mis sous presse de suite, et de 1 250 F pour chaque volume éventuel qui suivra. Le tirage prévu est de mille exemplaires par édition, et l’auteur recevra 600 F supplémentaires par volume pour les deuxième et troisième éditions, après quoi l’éditeur restera seul propriétaire du titre28. Un à-valoir de 500 F est versé à Heine le 26 février 1835, puis un autre de 300 F, le 9 mai suivant29. En fait, De l’Allemagne sera donné par Renduel, en première édition française, dans le cadre des Œuvres complètes de Heine, en cinq volumes, qu’il publie en 1834 et 183530. L’année suivante, en 1837, Renduel se rapproche de Campe, à Hambourg, pour diffuser ses éditions françaises en Allemagne même31. En définitive, tant avec Hoffmann qu’avec Tieck et avec les trois titres de Heine (La France, L’Allemagne et les Tableaux de voyage), Renduel apparaît comme un des acteurs majeurs d’un processus encore relativement nouveau de transfert culturel entre l’Allemagne et la France. Ajoutons que le problème de la réception de ces ouvrages reste entier32.

18Le mérite de l’éditeur est réel dans l’édition de Heine, comme le montrera un extrait de sa correspondance avec Gervais Charpentier en 1841. Renduel liquide alors ses affaires pour se retirer à Beuvron, le restant de l’édition Heine est mis en dépôt chez Louis Hachette, et Heine lui-même se tourne vers Charpentier pour lui proposer ses différents titres. Ce dernier écrit à son ancien confrère, à la fin de 1841 :

  • 33  Deux lettres de Charpentier à Renduel, en date des 14 octobre et 9 décembre 1841. Citation dans Ad (...)

« J’ai parcouru les ouvrages de Heine, que j’avais fait prendre, avec votre petit mot, chez Hachette, et franchement, ça n’est pas bon. C’est du dévergondage politique, philosophique, etc., sur tous les points enfin ; et l’esprit qui s’y trouve quelquefois sent diablement le cruchon de bière. C’est d’un étudiant allemand échauffé. Je suis fâché de ne pouvoir les imprimer, car j’aurais eu du plaisir à vous compter encore quelques piles d’écus de 5 F, mais c’est impossible... »33

  • 34  Heine verse 500 F et recouvre ses droits sur De l’Allemagne. Il reste à devoir 300 F, que l’éditeu (...)

19Parallèlement, Heine est entré en pourparlers avec Delloye, le successeur de Renduel, pour une nouvelle édition de De l’Allemagne, en « format de Charpentier », et il propose à Renduel de lui racheter les droits pour 800 F, dont 500 F par un billet immédiat. Même si le solde des comptes entre l’auteur et son ancien éditeur n’est pas sans entraîner des discussions (qui doit combien ?), l’affaire est conclue en mars 184134, et Heine assure Renduel de son estime et de sa reconnaissance :

  • 35  Heinrich Heine : Sekulärausgabe, t. 21, Berlin, Paris, Akademie Verlag, Éditions du CNRS, 1970, ic (...)

« Cela ne m’empêche pas de vous dire mes remerciements les plus sincères pour le sacrifice que vous faites et qui a toujours une assez grande valeur pour moi. Vous étiez toujours plein de bons procédés à mon égard, et je serai enchanté si jamais je trouverais [sic] l’occasion de vous en prouver ma reconnaissance... »35

  • 36  Heinrich Heine : Sekulärausgabe, t. 21, Berlin, Paris, Akademie Verlag, Éditions du CNRS, 1970, ic (...)
  • 37  Heinrich Heine : Sekulärausgabe, t. 21, Berlin, Paris, Akademie Verlag, Éditions du CNRS, 1970, ic (...)
  • 38  Outre la somme de 250 F que Renduel doit destiner «  aux pauvres d’un village situé près de son ch (...)
  • 39  Heinrich Heine : Sekulärausgabe, t. 21, Berlin, Paris, Akademie Verlag, Éditions du CNRS, 1970, ic (...)
  • 40  Heinrich Heine : Sekulärausgabe, t. 21, Berlin, Paris, Akademie Verlag, Éditions du CNRS, 1970, ic (...)

20Comme on le sait, Heine passera ensuite chez Michel Lévy. Son premier éditeur apparaît cependant encore occasionnellement dans sa correspondance, par exemple à propos de problèmes de contrefaçons, et il le rencontre sans doute personnellement en 1847, à l’occasion d’un séjour de Renduel à Paris36. Celui-ci semble avoir alors des besoins financiers plus pressants, et Heine lui donne l’autorisation de traiter avec un éditeur parisien pour céder ses anciens droits en vue d’une nouvelle édition in-12 des Reisebilder37. En 1852, Renduel est de retour pour quelques jours à Paris, et il cède à Victor Lecou l’autorisation de donner une nouvelle édition des Reisebilder sans avoir une quelconque base juridique pour ce faire (ni ancien contrat, ni autorisation de l’auteur). A la suite d’un échange de lettres et d’une rencontre avec ce dernier, qui est conseillé et soutenu par Buloz, Renduel remet à son ancien auteur une déclaration écrite par laquelle il lui abandonne tous ses droits sur les premières éditions de ses différentes œuvres38. Une note parue dans le Journal des débats du vendredi 7 janvier 1853 donne au fait toute la publicité nécessaire39, tandis que la polémique se poursuit un temps avec Lecou par échange de déclarations à la presse. A cette date, il faut le souligner, tous les exemplaires de la première édition des Reisebilder ne sont pas encore écoulés40.

  • 41  Canton de Brinon- sur- Beuvron, à 12 km au sud de Clamecy. La déclaration de succession dans AdNiè (...)

21Eugène Pierre Renduel est décédé à Beuvron41 le 19 octobre 1875. La déclaration est faite à l’enregistrement par Me Bourguin, le notaire du chef-lieu de canton. Le défunt laisse à sa veuve, par testament en date du 20 octobre 1874, « la jouissance pleine et entière de tous ses immeubles et la toute propriété des meubles meublants, tableaux, dessins, argenterie et bibliothèque et généralement tous objets qui existeront dans les appartements du château au jour de son décès ». D’autres legs sont faits à ses neveux : Alban Désiré Renduel, commissaire adjoint de marine à Roche-fort, Louis Eugène Renduel, directeur des postes à Nevers, et Jean Baptiste Gabriel Dubois, propriétaire à Clamecy.

  • 42  On conserve une lettre à Heine en date du 25 février 1841, qui témoigne indirectement du fait, et (...)
  • 43  Heinrich Heine : Sekulärausgabe, t. 21, Berlin, Paris, Akademie Verlag, Éditions du CNRS, 1970, ic (...)

22L’accumulation capitaliste et le cadre de vie de l’ancien éditeur restent modestes, et la composition de la fortune assez proche du modèle classique de la bourgeoisie rentière du xixe siècle. Dans le portrait qu’en trace Adolphe Jullien, Renduel apparaît en définitive comme assz peu intéressé, et ses relations avec les auteurs le montrent effectivement comme volontiers disposé à leur avancer de l’argent – un choix qui est aussi de bonne politique éditoriale, pour qui cherche à s’attacher des auteurs à succès42. Par ailleurs, des revers financiers ne sont pas exclus, si l’on en croit une lettre de Heine à Ramond de la Croisette, en date du 6 janvier 1853 qui indique que « M. Renduel [l’a] assuré piteusement qu’il venait de perdre sa fortune »43. Le fait expliquerait un certain changement d’attitude alors sensible chez l’ancien éditeur, en même temps que la modestie relative de la mutation par décès.

  • 44  Il est possible que, pour une raison ou pour une autre, la valeur du «  château de Beuvron  ne soi (...)

23En ce qui concerne les biens immobiliers, Eugène Renduel possède le domaine de Beuvron, d’une surface de 52 ha, affermé par un acte passé en 1870, et que l’on peut estimer à 88 000 F (sur la base d’un bail annuel de 4400 F). S’y ajoutent une maison d’habitation et 3 ha. de bois, toujours à Beuvron, le tout estimé 4800 F. Au chapitre du mobilier, les meubles sont évalués globalement 1 700 F, somme à laquelle viennent s’ajouter vingt actions du Crédit mobilier (6 667,50 F au cours de 333,75 F) et neuf obligations du Chemin de fer du Nord (2 736,97 F, au cours de 304,13 F). Enfin, la déclaration de succession mentionne les valeurs de 1 250 F déposés au Crédit mobilier, 445,53 F en argent comptant, et 1 924,72 F représentant le prorata de fermages dus au jour du décès. Au total, une fortune de l’ordre de 108000 F, dont 86% de valeurs immobilières44. Renduel a atteint son objectif, de s’assurer une vie agréable de notable provincial (s’il est maire à plusieurs reprises, il échoue comme candidat à la députation en 1848), et la composition de sa fortune, avant tout constituée de placements « de père de famille », témoigne d’une psychologie que l’on pourrait dire de rentier. Il a alors complètement abandonné toute activité éditoriale, et probablement tout lien avec le monde parisien de la littérature et du journalisme.

24Le séjour à Beuvron est pourtant rendu agréable par le cadre de vie, mais aussi par les collections personnelles de l’ancien libraire : des tableaux, gravures et dessins, dont fait mention la déclaration de succession, et surtout des livres, des archives – et des souvenirs. Laissons encore une fois, pour conclure, la parole à notre jeune mentor, Adolphe Jullien :

« Il y avait quantité de livres. Sitôt que j’eus mis le nez dans la bibliothèque, je n’arrêtais plus de lire, et je fis connaissance avec toutes ces productions types du romantisme, avec Champavert et Madame Putiphar, avec Les Intimes, Une grossesse et Plick et Plock. J’avais la révélation de tout un nouveau monde littéraire, et je m’y plongeais avec délices. Alors Renduel, heureux de me voir captivé par tous les ouvrages qui avaient rempli sa vie, évoquait peu à peu ses souvenirs... »

Haut de page

Notes

1  A. Humblot, L’édition littéraire au xixe siècle, conférence prononcée le 3 mars 1911 à l’École des Hautes études sociales.

2  On est surpris de ne rencontrer aucune figure d’éditeur dans les actes du colloque consacré aux Intermédiaires culturels, Aix-en-Provence, Université de Provence (Paris, Honoré Champion), 1981.

3  Adolphe Jullien, Le romantisme et l’éditeur Renduel, Paris, 1897 (reprend principalement le texte de trois articles de la Revue des deux mondes, 1895, p. 650-672 et 1896, p. 154-182 et p. 601-622). Les papiers d’Adolphe Jullien sont conservés, au moins pour partie, à la Pierpont Morgan Library de New York ; M. Gérin, Renduel, éditeur romantique (1798-1873), Nevers, 1929 ; H. Bachelier, Un éditeur romantique : E. Renduel, dans Mercure de France, juillet 1927, p. 41-65. Voir aussi l’Histoire de l’édition française, dir. Roger Chartier, Henri-Jean Martin, t. III, Paris, Promodis, 1985, 2e éd., Paris, Promodis/Fayard, 1991 ; L. P. Betz, Henri Heine et Eugène Renduel, dans Revue d’histoire littéraire de la France, 1896, III, p. 449-452. Enfin, l’article nécrologique du Bulletin du bibliophile, 1880, p. 127.

4  Le colonel Touquet vend également des «  tabatières à la charte  ( «  Tabatières-Touquet  ) — entendons, sur le couvercle desquelles la charte est reproduite en caractères microscopiques, avec des figures allégoriques, le tout lithographie par Engelmann. Les royalistes cherchent en vain à le contrecarrer avec des tabatières portant le portrait et le testament de Louis XVI.

5  Nicole Felkay, Balzac et ses éditeurs..., Paris, Promodis, Éditions du Cercle de la librairie, 1987, notamment p. 113.

6  Célestine Rose Laurens de Pérignac, née à Paris le 21 septembre 1801, décédée à Beuvron le 14 juillet 1887. Le couple n’aura pas d’enfants, «  ayant perdu une fille en bas âge  (A. Jullien). Une modification du régime matrimonial, enregistrée par Mc Morissat à Paris le 24 février 1840, stipule que les époux adoptent le régime de la communauté avec cette clause, que les acquêts seraient propres au mari.

7  Dans une lettre du 20 octobre 1833, l’auteur se plaint au libraire : «  Depuis longtemps, mon buste est exposé au coin de votre comptoir comme un paquet d’affiches : ce n’est pas un honneur que j’ai sollicité, et je vous assure que le don de ma figure s’adressait plus à l’ami qu’au libraire. Il m’est pénible cependant de subir les camouflets du premier drôle venu (...). On laisse les bornes à la portée des chiens pour qu’ils y pissent (...). Je ne vous demande pas un piédestal, mais un fond d’armoire pour m’y cacher...  (la sculpture avait été intentionnellement brisée).

8  Nicole Felkay, Balzac et ses éditeurs, 1822-1837 : essai sur la librairie romantique, Paris, Promo-dis, Éditions du Cercle de la librairie, 1987, notamment p. 87.

9  Contrat du 20 août 1831.

10  Les Oppenheim, banquiers de Cologne, sont indirectement parents la dynastie des Heine, et en affaire avec eux : voir sur ce point Frédéric Barbier, Finance et politique : la dynastie des Fould..., Paris, Armand Colin, 1991. Lacroix fait le voyage de Beuvron pour racheter les droits de Renduel, mais il ne verse en définitive à celui-ci que 8 000 F.

11  Un certain nombre de ces volumes sortent des Presses de l’imprimerie Everat, 16, rue du Cadran.

12  Lettre de G. Planche à George Sand, 23 décembre 1832, dans la Correspondance de George Sand, II, p. 199.

13  Voir le commentaire de Heine sur ces épisodes, cité par Adolphe Jullien, art. cité, p. 670, n. 2.

14  Félicité de Lammenais, Paroles d’un croyant, 1833, Paris, Eugène Renduel, 1834, 238 p., 8.

15 AN F18* III-21.

16 AN F18 56B.

17  Alors même que Théophile Gautier est heureux de céder Melle de Maupin pour 1 500 F.

18  Gazette des tribunaux, 1831, citée par Nicole Felkay, ouvr. cité, p. 193.

19  Heinrich Heine : Sekuldrausgabe, t. 23, Berlin, Paris, Akademie Verlag, Editions du CNRS, 1970, ici n° 1476.

20  «  Eh oui, je savais bien que j’avais dans la Nièvre, aux environs de Clamecy, de vieux amis qui m’avaient vu naître et qu’on me menait poliment voir quand ils venaient, par hasard, à Paris ; mais ils ne me semblaient pas trop gais, mes vieux amis Renduel ; et le séjour que j’avais fait avec mes parents à Beuvron, vers ma quatorzième année, avait laissé dans mon esprit un souvenir peu récréatif...  (Adolpe Jullien, dans RDM, 1895, p. 650).

21  Il paraît au demeurant très probable que Renduel ne sait pas l’allemand.

22  François Adolphe Loève-Weimars (1801-1854), littérateur et diplomate. Renduel est également en relation avec Adolphe Specht (1798-1874), un autre des traducteurs de Heine.

23  BIHL/EPTING, IV, 2573 et 2574. Aux enfans : contes de E. T. A. Hoffmann, Paris, Renduel, 1832, 18° (contient «  L’enfant étranger  et «  Le casse-noisettes ).

24  Le sabbat des sorcières : chronique de 1459, Paris, Renduel, 1833, 8° (28 feuilles et 1/2, Paris, Impr. de Mme Vve Poussin, Bibliographie de la France, 1833, n° 5595 ; BIHL/EPTING, IV, 3096). Le prix de vente est de 7,50 F.

25  L’éditeur propose 600 F «  par volume de 25 feuilles, au lieu de 1 250 F réclamés par le traducteur (Heinrich Heine : Sekulärausgabe, t 24, Berlin, Paris, Akademie Verlag, Éditions du CNRS, 1974, ici n° 131).

26  De la France, Paris, Renduel, 1833, 8° (24 feuilles, Paris. Impr. Cosson, Bibliographie de la France, 1833, n° 3109 ; B1HL/EPTING, IV, 3198).

27  Heinrich Heine : Sekulärausgabe, t. 21, Berlin, Paris, Akademie Verlag, Éditions du CNRS, 1970, ici n° 463. Loève-Weimars est également en charge de la traduction de De l’Allemagne.

28  Un additif en date du 24 décembre 1834 stipule qu’une réduction de 500 F sera effectuée sur le montant originel du contrat (2 000 F), sauf si 600 exemplaires sont écoulés en moins d’un an (Heinrich Heine : Sekulärausgabe, t. 21, Berlin, Paris, Akademie Verlag, Éditions du CNRS, 1970, ici n° 507a).

29  Ibid, nos 516 et 536.

30  Œuvres complètes de Henri Heine, Paris, Renduel, 1834-1835, 5 vol., 8° (Paris, Impr. Pomme-ret et Gunéot, BIHL/EPTING, IV, 3199). Les cinq volumes (numérotés t. II à VI, le premier volume n’ayant jamais paru) comprennent un volume sur La France, deux sur L’Allemagne, et deux de Reisebilder. Le premier volume (numéroté II) de cette édition constitue donc en fait une deuxième édition fictive de De la France, dont seule la page de titre a changé. Le texte de l’annonce de la Bibliographie de la France, en 1834 (n° 3257), est le suivant : «  Œuvres de Henri Heine, t. II et III. Deux volumes in-8°, ensemble de 50 feuilles, Impr. de Plassan à Paris.  Suit l’adresse de l’éditeur. La correspondance de Heine conserve deux reçus pour des versements de 500 et de 200 F, le 12 juillet 1836, sur lesquels Heine s’engage à en rendre 600 à échéance de un mois, le solde de 100 F lui étant dû pour son De l’Allemagne (ouvr. cité, n° 586). La correspondance de Heine montre également à qui il a adressé des exemplaires de dédicace : par ex., les Reisebilder, à la fin de 1834 (Heinrich Heine : Sekuldrausgabe, t. 21, Berlin, Paris, Akademie Verlag, Éditions du CNRS, 1970, ici n° 509).

31  Ibid., n° 660.

32  Si l’absence d’archives privées interdit probablement de retracer avec précision la conjoncture de la diffusion, l’étude pourrait être conduite par le biais des comptes rendus, etc., ou encore par celui de la localisation et de l’étude des exemplaires conservés.

33  Deux lettres de Charpentier à Renduel, en date des 14 octobre et 9 décembre 1841. Citation dans Adolphe Jullien, art. cité, p. 656.

34  Heine verse 500 F et recouvre ses droits sur De l’Allemagne. Il reste à devoir 300 F, que l’éditeur lui avait prêtés.

35  Heinrich Heine : Sekulärausgabe, t. 21, Berlin, Paris, Akademie Verlag, Éditions du CNRS, 1970, ici n° 845. Cependant, l’affaire de la réédition des Reisebilder poussera Heine à un jugement plus sévère, lorsqu’il qualifie Renduel, dans une lettre de février 1853, de «  rusé ladre  (Heinrich Heine : Sekulärausgabe, t. 21, Berlin, Paris, Akademie Verlag, Éditions du CNRS, 1970, ici n° 1483).

36  Heinrich Heine : Sekulärausgabe, t. 21, Berlin, Paris, Akademie Verlag, Éditions du CNRS, 1970, ici n°s 1468, 1476 et s.

37  Heinrich Heine : Sekulärausgabe, t. 21, Berlin, Paris, Akademie Verlag, Éditions du CNRS, 1970, ici n° 1480.

38  Outre la somme de 250 F que Renduel doit destiner «  aux pauvres d’un village situé près de son château, et dont il (...) avait dépeint la détresse...  (Heinrich Heine : Sekulärausgabe, t. 21, Berlin, Paris, Akademie Verlag, Éditions du CNRS, 1970, ici n° 1480).

39  Heinrich Heine : Sekulärausgabe, t. 21, Berlin, Paris, Akademie Verlag, Éditions du CNRS, 1970, ici n° 1480. La note est également publiée, ibid., t. 27, 1976, n° 1020.

40  Heinrich Heine : Sekulärausgabe, t. 21, Berlin, Paris, Akademie Verlag, Éditions du CNRS, 1970, ici n° 1468.

41  Canton de Brinon- sur- Beuvron, à 12 km au sud de Clamecy. La déclaration de succession dans AdNièvre 3Q2/247.

42  On conserve une lettre à Heine en date du 25 février 1841, qui témoigne indirectement du fait, et de la franchise directe de Renduel : «  Mon cher Heine, je savais d’avance que vous apporteriez la plus grande négligence à ce que nous étions convenu à propos de vos Reisebilder et de Delloye. Comment se fait-il qu’avec votre position dans les lettres, votre talent, vous négligiez de la sorte le soin de votre renommée ; c’est vraiment pousser trop loin cette extrême paresse qui vous distingue et que je vous ai toujours reprochée. Tachez donc, je vous en prie, d’en sortir une fois, et je vous louerai dans les siècles à venir...  (Heinrich Heine : Sekulärausgabe, t. 25, Berlin, Paris, Akademie Verlag, Éditions du CNRS, 1974, ici n° 591). Les 300 F dus par Heine depuis n’avaient toujours pas été payés.

43  Heinrich Heine : Sekulärausgabe, t. 21, Berlin, Paris, Akademie Verlag, Éditions du CNRS, 1970, ici n° 1479.

44  Il est possible que, pour une raison ou pour une autre, la valeur du «  château de Beuvron  ne soit pas reprise dans la déclaration.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Les premières éditions des « Paroles d’un croyant » chez Renduel
URL http://rgi.revues.org/docannexe/image/671/img-1.png
Fichier image/png, 168k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Barbier, « Eugène Renduel, éditeur de Heinrich Heine », Revue germanique internationale [En ligne], 9 | 1998, mis en ligne le 08 septembre 2011, consulté le 24 avril 2017. URL : http://rgi.revues.org/671

Haut de page

Auteur

Frédéric Barbier

Directeur d’études à L’EPHE

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page