Navigation – Plan du site

La réception de Heine en France entre 1860 et 1960. Contribution à une histoire croisée des disciplines littéraires

Élisabeth Décultot
p. 167-190

Résumés

S’il subit des variations idéologiques importantes entre 1860 et 1960, le discours critique sur Heine présente, en France, quelques constantes fortes : sa dominante biographique et son orientation politique. Dans un siècle qui englobe trois guerres, l’écrivain est sans cesse convoqué comme interprète quasi actuel des rapports franco-allemands, de la question révolutionnaire dans les sociétés modernes, de la situation des Juifs en Occident. Par-delà ces constantes, la lecture heinéenne française laisse néanmoins apparaître une évolution, dont la première phase va de la mort de Heine à la première guerre mondiale. L’ambition de la critique heinéenne est alors de se démarquer d’une lecture conservatrice allemande qui cherche à exclure le poète du Panthéon littéraire germanique. Durant la seconde phase de cette évolution, entre 1918 et 1945, Heine sert de discriminant interne au discours critique en France : Heine a la faveur de la gauche, mais s’attire les vitupérations (à connotation souvent antisémite) de l’extrême droite. La ligne de partage passe désormais moins entre la France et l’Allemagne qu’à l’intérieur même de la critique française. Enfin, dans une troisième phase qui va de la seconde guerre mondiale au centenaire de sa mort en 1956, Heine est de nouveau utilisé comme discriminant par rapport à l’Allemagne, et notamment par rapport à l’Allemagne de l’Ouest, accusée d’avoir oublié ou renié le poète. Heine apparaît ainsi comme l’objet exemplaire d’une histoire croisée des disciplines littéraires entre l’Allemagne et la France.

Haut de page

Texte intégral

1Étudier la réception critique de Heine en France pendant le siècle qui a suivi sa mort, c’est, en apparence, imposer au thème de ce volume une déviation brusque, un renversement brutal. Ce n’est pas du rapport de Heine à l’Histoire que j’entends en effet traiter ici, mais plutôt, dans une perspective exactement inverse, du rapport de l’Histoire à Heine, c’est-à-dire de ce que l’histoire critique — notamment à travers la réception universitaire — a fait en France de l’écrivain entre 1860 et 1960. D’emblée, cette inversion de la perspective induit un changement de corpus qui semble nous mener plus loin encore du sujet annoncé en prologue à ce numéro. L’étude de la lecture heinéenne française risque de nous renseigner moins sur Heine lui-même que sur le discours qu’il a suscité pendant un siècle, sur l’instrumentalisation de son œuvre par les critiques français, et notamment par les germanistes, c’est-à-dire qu’elle éclairera au fond moins Heine que ses multiples commentateurs. Ce renversement de perspective, en induisant un changement de corpus, entraîne en outre un funeste changement de qualité littéraire. C’est un discours second sur l’œuvre — les Allemands disent même « secondaire » — que nous nous proposons d’étudier, un discours moyen, fidèle au paradigme de la pondération, de la retenue, de l’aurea mediocritas. Pourtant, ces multiples renversements de perspective, loin de nous éloigner de Heine, nous y ramènent au contraire directement, tant il est vrai qu’un auteur n’existe pas par lui-même, mais par ses lecteurs, et donc aussi par cette forme de discours critique que nous allons analyser.

Quelques constantes

  • 1  Philarète Chasles, Études sur l’Allemagne au xixe siècle, Paris, 1861, p. 63-66, 269-279 ; Saint-R (...)
  • 2  On peut noter qu’un certain nombre d’universitaires spécialistes de Heine ont aimé les changements (...)
  • 3  Antonina Vallentin, Henri Heine, Paris, 1934 ; Victor Bernard, Henri Heine, Paris, 1946 ; François (...)

2S’il subit des variations idéologiques importantes au cours du siècle qui suit la mort du poète, le discours critique sur Heine présente, en France, quelques constantes fortes. Du point de vue de l’histoire des disciplines, il faut tout d’abord noter que ce discours — lorsqu’il est tenu par des universitaires — n’appartient pas strictement aux spécialistes des lettres allemandes. Parmi les premiers heinéens, on compte certes Philarète Chasles, titulaire de la chaire de langue et littérature germanique au Collège de France, mais aussi le professeur de littérature française Saint-René Taillandier, ou encore Louis Ducros, agrégé de philosophie, qui, après avoir enseigné l’allemand à Bordeaux, devient rapidement professeur de français à la faculté des lettres de Poitiers1. L’importance des études « extra-germaniques » sur Heine ne tient pas seulement à la position traditionnellement dominante des francisants par rapport aux spécialistes de littérature étrangère. Si Heine intéresse par-delà les frontières des lettres allemandes, c’est que, largement traduit et diffusé en France, il semble appartenir à un patrimoine littéraire supra-germanique2. Antonina Vallentin, Victor Bernard ou François Fejtô, qui publient d’importantes biographies de Heine en 1934 et 1946, n’appartiennent pas, au sens strict, à la « germanistique »3. Dans sa structure disciplinaire, partagée entre germanistes et francisants, la réception de Heine reflète une problématique très souvent développée, nous le verrons, par les critiques eux-mêmes : Heine relève-t-il du panthéon littéraire français ou du patrimoine allemand ?

  • 4  Louis Ducros (1886) ; Jules Legras (1897) J. Legras était alors professeur à l’Université de Dijon (...)

3Si le discours sur Heine n’appartient pas aux germanistes, il appartient encore moins à l’Université. Ce n’est que trente ans après sa mort que paraissent les premiers ouvrages à proprement parler universitaires sur Heine, signés par Louis Ducros en 1886, par Jules Legras, auteur de la première thèse sur Heine en 1897, et par Henri Lichtenberger, professeur à l’université de Nancy, puis à la Sorbonne, en 19054. Durant toute la période, ce discours universitaire s’accompagne, nous le verrons, d’une critique extra universitaire fort développée.

« Vitae » heinéennes

  • 5  Cf. Michael Werner, Imagepflege. Heines Presselenkung zur Propagierung seines Persönlichkeitsbilde (...)

4A ces constantes disciplinaires s’ajoutent quelques invariants méthodologiques. Pendant toute la période, le discours sur Heine se singularise par sa dominante biographique. Il faut voir dans ce constant intérêt pour la vie du poète le prolongement des efforts de Heine lui-même et, surtout, le symptôme d’une évolution du métier et du marché littéraire moderne5. Écrivain exercé à façonner son image, Heine avait entrepris de styliser sa vie par ses écrits, de mêler à son œuvre poétique des bribes de sa biographie. Ces entrelacs sous-tendent très directement la structure même de la création heinéenne : l’écrivain renonce à publier ses mémoires et en disperse les fragments dans divers ouvrages, construisant ainsi une image publique hautement élaborée de lui-même. Par là, il s’inscrit aussi dans le mouvement général du marché littéraire qui, au xixe siècle, voit émerger la figure de l’écrivain comme homme public, de l’intellectuel engagé, rompu aux moyens de diffusion large que lui offrent les journaux. Par son activité de chroniqueur de la vie parisienne, de polémiste, de poète, Heine a volontairement constitué en objets publics ses démêlés personnels avec Borne et les radicaux allemands, certaines de ses amours, ses ennuis pécuniaires. Il a largement participé de ce processus moderne de la production littéraire où œuvre et vie sont indissociables, où la vie même se transforme en œuvre.

  • 6  Cf. H. Blaze de Bury, Écrivains et poètes de l’Allemagne, Paris, 1846, p. 234 sq., 239 ; repris da (...)
  • 7  Charles-Augustin Sainte-Beuve, Henri Heine, De la France, in C.-A. Sainte-Beuve, Premiers Lundis, (...)
  • 8  Caroline Jaubert, Souvenirs de Madame Caroline Jaubert. Lettres et correspondances, Paris, 1881 ; (...)
  • 9  J. Dresch, Heine à Paris (1831-1856), d’après la correspondance et les témoignages de ses contempo (...)

5Dès sa mort, les critiques français n’ont eu en quelque sorte qu’à reprendre en l’amplifiant ce mouvement initié par l’auteur. Les premiers d’entre eux, Blaze de Bury, Philarète Chasles, Saint-René Taillandier, ont tous connu personnellement Heine et livrent moins un jugement sur l’œuvre qu’une série de souvenirs6. Cette veine se nourrit en outre des nombreux récits biographiques qui paraissent en France jusqu’à la fin du xixe siècle : déjà présent — pour sa contribution à la vie littéraire de l’époque — dans les Lundis de Saint-Beuve, dans les écrits de Gérard de Nerval, dans les portraits littéraires de Théophile Gautier ou encore dans le Journal des Goncourt7, Heine fait l’objet des Souvenirs plus intimes de Caroline Jaubert (1881), de Philibert Audebrand (1882), d’Alexandre Weill (1883), de Camille Selden (1884)8. L’origine de cette méthode biographique, présente jusque dans les années 1950 avec les travaux de Joseph Dresch sur Heine à Paris9, est à rechercher dans une double tradition critique, héritée du xixe siècle : celle de Sainte-Beuve, de Taine et de Renan, qui, malgré leurs multiples divergences, s’accordent à postuler l’unité de l’homme et de l’œuvre, l’indissociable continuité de la vie et de l’écriture, et celle, en Allemagne, de Dilthey, qui voit dans l’écrivain l’expression de son époque, dans la littérature le reflet de la psychologie d’un peuple et de son temps. Ainsi rattachée d’une part à l’ensemble clos de son œuvre et d’autre part à l’ensemble plus vaste de son époque, la biographie de Heine se trouve méthodologiquement justifiée.

  • 10  Adolphe Bossert, Histoire de la littérature allemande, Paris, 1901, p. 807-822 ; Arthur Chuquet, L (...)
  • 11  On peut notamment citer le dessin de Charles Gleyre gravé par François, représentant Heine sur son (...)

6Si la méthode biographique ne varie pas dans ses présupposés herméneutiques, elle présente en outre une remarquable stabilité dans son contenu même. Les biographies heinéennes françaises s’organisent habituellement autour d’une série de topoï sentimentaux ou politiques, dont les histoires de la littérature — sortes de miroirs grossissants de la recherche antérieure — livrent en quelque sorte l’épure. Ainsi, Adolphe Bossert et Arthur Chuquet ont contribué à figer en clichés les étapes de l’évolution psychologique du poète : contraste entre un père frivole et une mère cultivée et rationaliste, vie sentimentale contrariée au départ par des amours déçues, nervosité, neurasthénie, pessimisme foncier du poète, souffrances atroces de la Matratzengruft10. Ces notations psychologiques s’accompagnent habituellement de topoï plus politiques, dotés, nous le verrons, d’une signification variable selon les époques : la jeunesse de Heine à Düssseldorf sous l’occupation française, le rapport à Napoléon, la pension obtenue sous la monarchie de Juillet sur les fonds secrets de Guizot, l’entreprise avortée de naturalisation. Accompagnée de gravures montrant le visage émacié du poète sur son lit de souffrance11, la biographie de Heine se voit investie d’une valeur paradigmatique en France. Homme de lettres jeté dans les tribulations du siècle et promis à une mort quasi christique, Heine est sans doute dès les dernières décennies du xixe siècle l’auteur de langue allemande le mieux connu en France.

  • 12  Cf. G. Bianquis, Henri Heine. L’homme et l’œuvre, Paris, 1948, notamment les pages de conclusion, (...)

7A ces topoï psychologiques et politiques s’ajoutent des récurrences structurelles. Avec une étonnante continuité, les biographes français ordonnent la vie de Heine selon trois phases chronologiques : la jeunesse allemande jusqu’en 1831, la première partie de l’exil en France jusqu’en 1848-1849, et enfin les années de maladie jusqu’à sa mort en 1856. La critique heinéenne livre de ce schéma une lecture tantôt littéraire, tantôt politique, qui associe à chaque phase une valeur presque invariable. Ainsi, dans l’ordre poétique, Jules Legras divise la production du poète en trois périodes — les trois parties de sa thèse : le Livre des chants, joyau de la phase allemande, éclosion et couronnement d’une veine réellement lyrique, qui, en développant la tradition ancienne de la poésie amoureuse, place Heine au rang de Goethe ; les poèmes de l’exil parisien (Neuer Frühling, Verschiedene et les Zeitgedichte), dont le tour par trop politique et satirique traduit un égarement et un tarissement de la veine poétique ; et enfin, dans un mouvement de nouveau ascendant, les poèmes de l’agonie (le Romancero et les Dernières poésies)qui constituent un retour à la poésie véritable. Élaborée à la fin du xixe siècle, cette lecture de la production poétique heinéenne se retrouve jusqu’au lendemain de la seconde guerre mondiale, notamment dans la monographie de Geneviève Bianquis en 194812. Dans l’ordre politique, cette tripartition chronologique est interprétée comme la succession de trois phases idéologiques, respectivement placées sous l’influence de Hegel ou de Napoléon, de Saint-Simon ou de Marx et, enfin, de la Bible. C’est Henri Lichtenberger qui, avec son livre sur la « pensée » de Heine en 1905, introduit ce schéma en France, en insistant sur le triomphe final d’un puissant substrat religieux, longtemps recouvert par des activités de tribun. Qu’elle soit littéraire ou politique, cette tripartition chronologique s’accompagne d’une stylisation dialectique qui érige la vie de l’écrivain en reflet symbolique des convulsions de son temps et fait de lui l’incarnation individuelle d’une progression hégélienne de l’histoire.

Heine, historien de l’avenir

  • 13  Dans la Revue germanique de 1906, Charles Andler fait paraître un long article, D’un faux dans l’œ (...)
  • 14  H. Lichtenberger (1905), p. 246 ; E. Vermeil, Henri Heine. Ses vues sur l’Allemagne et les révolut (...)
  • 15  J. Legras (1897), p. 189. L’image d’un Heine fantasque, irrémédiablement poète, esthète incapable (...)

8Si les études heinéennes se singularisent par leur constante biographique, elles sont plus encore marquées par leur substrat éminemment politique. Rares sont les auteurs allemands qui ont été, en France, investis d’une valeur idéologique aussi forte que Heine. Même les questions — apparemment strictement philologiques — d’authentification de textes procèdent d’une interprétation directement politique. C’est parce que la « philosophie » du poème Für die Mouche — en l’occurrence, l’association des « barbares » et des juifs, opposés aux représentants de la beauté, les « hellènes » — lui semble peu compatible avec la pensée heinéenne qu’Andler conteste en 1906 l’authenticité de ce poème13. Entre 1860 et 1960, pendant un siècle qui englobe trois guerres, Heine est sans cesse convoqué comme interprète quasi actuel des rapports franco-allemands, de la question révolutionnaire dans les sociétés modernes, de la situation des juifs en Occident. « Aujourd’hui encore nous pouvons le comprendre et le goûter comme un contemporain », conclut Henri Lichtenberger en 1905, réflexion citée et approuvée par Edmond Vermeil en 193914. Cette actualisation des textes heinéens, si elle parcourt avec une remarquable régularité toute la période, n’en présente pas moins une intensité variable selon les affinités idéologiques et le contexte historique. Dans l’ordre idéologique, un clivage constant se dessine entre une lecture heinéenne militante d’une part, qui, avec Ducros ou Vermeil, met en exergue un corpus littéraire plus strictement politique, et une lecture heinéenne conservatrice d’autre part, qui tend à limiter, voire à dénigrer, la dimension politique de son œuvre. « Le poète savait-il même, au juste, ce qu’il voulait en politique ? », s’interroge Legras en 1897 à propos des relations de Heine avec les saint-simoniens et avec Marx. « En réalité, il ne fit jamais de politique de principe : sa politique fut toujours celle d’un poète, elle fut toute de sentiment. »15

  • 16  Guillaume Alfred Heinrich, Histoire de la littérature allemande, 3 vol., Paris, 1873, vol. 3, p. 4 (...)
  • 17  G. A. Heinrich (1873), p. 447. Heinrich ajoute : « (...) Heine lui-même prévient plaisamment ses l (...)
  • 18  Ernest Combes, Profils et types de la littérature allemande, Paris, 1888, p. 461. E. Combes ajoute (...)
  • 19  Lucien Lévy-Bruhl, L’Allemagne depuis Leibniz. Essai sur le développement de la conscience nationa (...)
  • 20  E. Vermeil (1939), p. 7. Cf. la recension positive de l’ouvrage d’E. Vermeil par Robert Pitrou dan (...)

9Dans l’ordre historique, l’actualisation politique de l’œuvre heinéenne subit les variations des relations franco-allemandes. Une rapide étude statistique montre que le nombre des travaux sur Heine croît considérablement aux abords immédiats des trois guerres, dans les périodes de tension diplomatique extrême, avec un sommet entre 1870 et 1914, puis entre 1945 et 1955. Dans l’histoire de la littérature allemande qu’il publie en 1873, Guillaume Alfred Heinrich fait de Heine le pourfendeur du « teutonisme » prussien qui réclamait « déjà l’Alsace et la Lorraine »16. Les critiques français aiment à camper Heine dans le rôle du prophète clairvoyant, et l’une des poses rhétoriques qu’ils affectionnent le plus est celle de la prosopopée : « Quelle attitude eût prise Heine s’il eût vécu pour voir le triomphe de la Prusse et les humiliations de la France ? », s’interroge Heinrich peu après Sedan17. Pour Ernest Combes, Heine « prévoit que la blonde Allemagne allait se trouver mal dans les bras d’un soudard prussien »18. Pour Lucien Lévy-Bruhl encore, Heine, « avec une clairvoyance singulière, prévoit que l’unité politique de l’Allemagne ne s’accomplira pas sans une expansion militaire, et qu’à ce moment la France devra se tenir sur ses gardes, si l’on veut éviter une collision funeste entre deux peuples »19. Cette lecture prophétique réapparaît avec une force singulière à la veille de la seconde guerre mondiale dans le livre d’Edmond Vermeil sur Heine et les révolutions européennes. Dans cet ouvrage de lutte contre le pangermanisme, Vermeil revendique l’actualisation militante comme principe herméneutique : « Il s’agit ici », annonce-t-il dans la préface datée de juin 1938, « de dire, avant toute chose, ce que Heine a pensé des révolutions occidentales et comment il a, par rapport à elles, essayé de déterminer la ligne que suivrait un jour, procédant de la révolution philosophique, la révolution politique de l’Allemagne. L’envisager tardivement avec ce parti pris, c’est non seulement dire en quoi Heine fut prophète, mais encore le rapprocher de notre époque tragique et tourmentée. »20 Jamais la lecture politique de Heine n’a été poussée si loin. Dans un étonnant va-et-vient entre textes heinéens et interprétations historiques personnelles, Vermeil se livre tantôt à une lecture rétrospective de l’Histoire à la lumière de Heine, tantôt à une lecture prospective de Heine à la lumière de l’Histoire qui suit 1870. Avec hardiesse, il balaie d’un revers les limites historiques que la mort de l’écrivain, en 1856, semble fixer à ses réflexions et n’hésite pas à étayer les analyses des années 1840 par les événements des décennies ultérieures : l’Unité allemande de 1871 ou encore la Révolution de 1917.

  • 21  E. Vermeil (1939), p. 19-20.

Sans doute Heine n’a-t-il connu que la période antérieure à 1856. Mais si, par une anticipation légitime, nous introduisons dans le jeu la Révolution de 1917, il est clair que les trois révolutions anglaise, française et russe prennent appui sur une action de justice qui vise les privilèges de certaines classes ou castes sociales. Il n’en est pas de même en Allemagne. Il s’agit ici uniquement d’un triomphe à remporter sur le morcellement territorial, confessionnel, social, politique et professionnel (...). Le pangermanisme est devenu, au xixe et au xxe siècle, le programme doctrinal de la Révolution allemande (...). D’avoir compris que se préparait en Allemagne (...) une révolution philosophique qui prendrait plus tard un aspect déterminé au point de vue politique, tel est l’insigne mérite de Henri Heine21.

  • 22  C. Andler, La poésie de Heine, éd. par G. Bianquis, Lyon, 1948, p. 143.
  • 23  A. Spaeth, Pour connaître la pensée de Heine, Paris, 1946, p. 171. Spaeth, qui était professeur ag (...)
  • 24  H. von Treitschke, Deutsche Geschichte im 19. Jahrhundert, 5 vol., Leipzig, 1928 (1re éd. : 1885), (...)

10Heine a, en d’autres termes, prévu 1933. Lorsque la guerre se termine, en 1945, il est plus que jamais convoqué par les germanistes français comme interprète de la situation contemporaine. La Société des Études germaniques publie en 1948 les notes de Charles Andler sur la poésie de Heine. Certains passages, pourtant rédigés avant la première guerre mondiale, ont pour le lecteur de la fin des années 1940 une résonance politique très contemporaine. « Il est venu, déclare Andler à propos des prophéties heinéennes de Deutschland, cet avenir de coup de lanières, de corruption et de pourriture violemment balayées. »22 De la même manière, Albert Spaeth, dans son livre de 1946 sur la pensée de Heine, fait de l’écrivain un « visionnaire » qui, malgré quelques erreurs, a montré « que les formules magiques des teutomanes agissaient bien plus profondément sur les foules que les abstractions humanitaires des rêveurs cosmopolites »23. En invoquant ainsi Heine comme « historien de l’avenir », la critique française se distingue nettement de la critique allemande, dont une large composante — surtout conservatrice — dénie à Heine toute capacité d’analyse politique, de projection visionnaire. Dans son Histoire de l’Allemagne au xixe siècle, Heinrich von Treitschke voit dans la fondation du IIe Reich allemand en 1871 un démenti cinglant des prophéties « anti-allemandes » du poète24.

Les deux Allemagnes : Heine et Mme de Staël

  • 25  Avant la guerre de 1870, on trouve certes des allusions à l’opposition d’analyse entre Heine et Mm (...)
  • 26  Elme-Marie Caro, Les deux Allemagnes. Mme de Staël et Henri Heine, in Séances et travaux de l’Acad (...)
  • 27  E.-M. Caro (1872), p. 109, 114.
  • 28  Cf. L. Ducros (1886), p. 168 ; L. Lévy-Bruhl (1907), p. 432 ; Auguste Dupouy, France et Allemagne. (...)
  • 29  E. Vermeil (1939), p. 76 : « ... critique d’ailleurs justifiée car Mme de Staël s’est volontiers a (...)
  • 30  A. Spaeth (1946), p. 171 : « Il [Heine] a montré avec vigueur que l’Allemagne spiritualiste et mys (...)

11L’un des motifs récurrents de cette actualisation politique réside dans l’opposition constante de Heine et de Mme de Staël, topos amplement développé au lendemain de la guerre de 1870 et encore discrètement présent après la seconde guerre mondiale25. C’est l’académicien Elme-Marie Caro qui, dans un article sur « Les deux Allemagnes », celle de Mme de Staël et celle de Henri Heine, introduit ce thème en 1871, à la suite de la récente défaite26. Contre Mme de Staël, accusée d’avoir entretenu les Français dans une vision « chimérique » et « spiritualiste » du peuple allemand — « un nébuleux pays d’esprits où des hommes sans corps et tout vertu (sic) se promènent sur des champs de neige » — Caro invoque la lecture heinéenne de l’Allemagne, moins spéculative et lénifiante. Heine « nous prouve surabondamment que l’on méconnaît cette forte race, douée d’un grand appétit, de muscles solides et d’une complexion moins éthérée ». Il « nous dit aussi assez clairement que nos jours sont comptés »27. Stylisée par le poète lui-même, puis, entre Sedan et Verdun, par la majorité des critiques français28, cette opposition entre la bonne et la mauvaise Allemagne, ou plutôt entre une bonne et une mauvaise lecture de l’Allemagne, réapparaît chez Edmond Vermeil en 193929 ou encore chez Albert Spaeth en 194630.

Poète allemand ou poète français

  • 31  P. Chasles (1861), p. 279 ; L. Ducros (1886), p. vii, 31 sq., 37-38, 42 sq. ; H. Dietz, Angleterre (...)
  • 32  H. Blaze de Bury (1846), p. 235. Repris dans H. Blaze de Bury (1868), p. 176-177.

12A l’intersection des constantes biographiques et politiques de l’exégèse heinéenne figure une question topique, sans cesse débattue par la critique française : Heine est-il resté un poète allemand ? Est-il devenu un écrivain français ? Avec d’infinies nuances, les commentateurs semblent refuser de démêler trop abruptement cette difficile question et choisissent de développer à l’envi les définitions volontairement ambiguës que Heine donnait lui-même de son appartenance nationale: « Un rossignol allemand perché dans la perruque de Voltaire » ou encore « le plus français des poètes allemands »31. Le problème est rendu difficile par la biographie même du poète, partagé entre l’Allemagne et la France, et surtout par ses perpétuels jeux d’esquive. Heine se joue, tout en les reprenant, des topoï familiers de la psychologie des peuples, il les éreinte, tout en y adhérant. Déconcertés par ce maniement oblique des catégories nationales — qui constituaient par ailleurs, notamment depuis Taine et Renan, un arsenal conceptuel essentiel du discours critique français —, les commentateurs semblent se réfugier dans un balancement perplexe, dans une pondération interrogative. Dès avant la mort de Heine, en 1846, Henri Blaze de Bury se dit incapable de lui assigner une identité nationale précise32.

13Ce discours du juste milieu laisse néanmoins apparaître des clivages discrets, mais constants, révélateurs d’oppositions idéologiques fortes, que quelques discours critiques singuliers, surprenants par leur univocité — des hapax — viennent parfois mettre brusquement au jour. De façon générale, une ligne de partage durable se dessine tout au long de la période entre un discours heinéen militant qui tend à annexer Heine à la France, notamment par le détour de la Révolution, et une lecture heinéenne conservatrice qui souligne au contraire l’appartenance de l’écrivain à la culture germanique. Avec son ouvrage de 1886 sur les années allemandes de Heine, Louis Ducros incarne sans nul doute la première de ces tendances :

  • 33  L. Ducros (1886), p. VII-VIII. Les biographies allemandes et anglaises auxquelles Ducros fait allu (...)

Si un écrivain allemand méritait, semble-t-il, d’être étudié par les Français, c’est, à coup sûr, celui que nous avons appelé nous-mêmes « le plus Français des Allemands » : et, cependant, la vie de Heine n’a été écrite jusqu’ici que par des Allemands et des Anglais. N’y a-t-il pas là une lacune à combler et comme une dette de reconnaissance à payer au grand poète qui avait fait de la France sa patrie d’adoption ? (...) Heine n’est pas un Allemand qui s’est lentement et péniblement acclimaté en France : quand il vint chez nous, il était déjà à moitié des nôtres par son éducation première33.

  • 34  L. Ducros (1886), p. 30 sq., 39 sq., p. 87 sq., 92.
  • 35  Ibid., p. 42. On peut lire dans les pages suivantes ce jugement de Ducros : « Dans les premières a (...)
  • 36  Émile Hennequin, Écrivains francisés (Dickens, Heine, Tourguenev, Poe, Dostoïevski, Tolstoï), Pari (...)
  • 37  E. Hennequin a certes recours à quelques paramètres de la méthode tainienne pour analyser Heine : (...)
  • 38  E. Vermeil (1939), p. 75 : « Ce que les Allemands ne pardonnent guère à l’émigré qui les blâme et (...)

14Ducros s’attache à détailler les étapes de cette « éducation à demi française » au lycée jésuite de Düsseldorf occupé, l’admiration de Heine pour Napoléon et pour l’héritage de la Révolution, sa tendresse pour le tambour Legrand, sa reconnaissance pour l’émancipation des juifs34. Et l’auteur de conclure : « On peut dire, sans nulle exagération, que Heine, dès l’enfance, a déjà le cœur français. »35 Quelques années plus tard, en 1889, Emile Hennequin poursuit sur le terrain de l’analyse littéraire cette annexion de Heine à la France en lui consacrant le chapitre central d’un livre au titre éloquent, Écrivains francisés36. Auteur de langue allemande installé à Paris, écrivant parfois en français et très lu de ce côté-ci du Rhin, Heine apparaît à Hennequin comme l’objet exemplaire d’une herméneutique littéraire nouvelle. Né allemand, mais marqué jusque dans sa langue par l’influence française, Heine exige, pour être compris, un renversement de la perspective positiviste de Taine : c’est moins à l’amont de l’œuvre qu’il faut s’intéresser, aux déterminismes nationaux de sa production, qu’à son aval, à transversalité de sa réception, aux lectures qu’elle suscite de part et d’autre des frontières. Contre Taine qui place l’appartenance ethnique au centre d’un système littéraire de l’hérédité intellectuelle, Hennequin postule, en s’appuyant sur l’exemple de Heine, une fondamentale perméabilité de la pensée qui rend chaque œuvre potentiellement universelle37. Rien n’empêche, dès lors, que Heine — si goûté en France — ne soit considéré comme un auteur français. En 1939, Edmond Vermeil fournit de cette théorie herméneutique une version plus strictement politique en soulignant de façon très militante l’extériorité de Heine par rapport à la culture allemande — dont l’exil lui paraît être la traduction géographique38.

  • 39  L’amour viscéral de Heine pour l’Allemagne est déjà souligné par Saint-René Taillandier (1861), p. (...)
  • 40  J. Legras (1897), p. 175-176.

15Au rebours de cette lecture, les critiques plus conservateurs n’hésitent pas à souligner l’extériorité de Heine par rapport à la culture française, sa connaissance superficielle du pays, de la langue et des mœurs françaises39. « Comme presque tous les étrangers qui passent chez nous, il ignora jusqu’à sa mort ce qu’est l’intimité d’une famille française (...). Comment aurait-il pu, dès lors, s’attacher fortement à ces Français qui ne savaient rien de lui ni de son pays ? », s’interroge Jules Legras en 189740. Dans une pensée conservatrice qui place l’enracinement territorial et l’attachement patriotique au cœur de ses valeurs, l’apatride Heine inspire la méfiance et la critique :

  • 41  Ibid., p. 176.

Les seuls camarades que Henri Heine fréquentât avec quelque suite étaient des Allemands, et quels Allemands, pour la plupart ! Des révolutionnaires, des démocrates à tous crins, bruyants, malpropres et sans le sou, des Juifs haineux comme Borne, ou bien insignifiants comme Alexandre Weill. Çà et là, un véritable Allemand d’Allemagne faisait son apparition, mais, qu’il s’appelât Alexandre de Humboldt, Richard Wagner, Liszt ou Puckler Muskau, il ne restait jamais bien longtemps en contact avec l’acerbe moqueur qu’était Henri Heine41.

  • 42  Ibid., p. 202. Cf. également p. 201 : « Un séjour à l’étranger présente de grands avantages pour u (...)
  • 43  Ibid., p. 351-352.
  • 44  Ibid., p. 177, 282-283.
  • 45  H. Lichtenberger (1905), p. 173-174 (sur la question de la pension allouée par Guizot) et p. 224 ( (...)
  • 46  A. Bossert (1901), p. 819, 821 et A. Bossert, Une traduction en vers de Henri Heine, in A. Bossert (...)

16L’exil prolongé de Heine est pour Legras une source majeure d’infécondité intellectuelle, la cause première du tarissement de sa veine poétique. Abandonnant la fraîcheur lyrique du Buch der Lieder, Heine s’enlise dès son arrivée à Paris dans « la poésie de circonstance », la poésie politique42. Et Legras de recenser les signes affligeants d’une contamination lexicale française qui prive la langue heinéenne de sa pureté germanique : les funestes signieret, inkrustieret, kapabel, Mallposten, et autres mankieret qui déparent le Romancero43. Une chose frappe dans cette lecture conservatrice française : son empathie nationale allemande. Malgré un patriotisme souvent revendiqué, dans un entre-deux-guerres déchiré par la question de l’Alsace-Lorraine, Jules Legras semble reproduire par mimétisme les critiques qu’un nationalisme avant tout francophobe inspire aux historiens allemands de la littérature. Sa définition de la langue allemande, de l’Allemand et de la germanité semblent directement empruntée à Treitschke ou à Goedeke. Une différence majeure sépare néanmoins Legras de la tradition conservatrice allemande : le critique français cherche in fine à laver Heine des soupçons qui pèsent sur le monde interlope des exilés en soulignant son attachement viscéral — bien que dissimulé parfois — à « cette terre allemande un peu lourde, mais si tendrement sentimentale ». « Henri Heine, si peu édifié qu’il fût par l’administration allemande, n’en aimait pas moins sa terre natale avec une tendresse touchante. (...). Disons-le bien haut, car peu s’en doutent chez nous, Henri Heine n’a jamais goûté qu’à demi ce doux pays de France qui lui donnait des maîtresses et une pension, mais qui était incapable de comprendre son génie. »44 A la suite de Legras, cette stylisation de Heine en patriote caché traverse toute la critique conservatrice française. Jusque sur le terrain délicat de la pension allouée par Guizot ou encore sur la question du projet avorté de naturalisation, ces commentateurs s’emploient à démentir les accusations allemandes de francophilie excessive et de trahison nationale. Heine est avant tout un écrivain allemand, incapable, au fond, d’empathie française. Le thème apparaît à plusieurs reprises chez Lichtenberger45, devient canonique dans les histoires de la littérature allemande de Bossert, Chuquet et Bianquis, et resurgit avec une virulence particulière, mais cette fois-ci dans un sens négatif, dans le pamphlet anti-heinéen de Pierre-Gauthiez en 191346.

L’évolution de l’interprétation heinéenne en France entre 1860 et 1960

17Si la réception de Heine en France est dominée pendant un siècle par quelques constantes structurelles (orientation biographique et instrumentalisation politique), son contenu idéologique, lui, varie. Se dessine ainsi, dans la lecture heinéenne française, une évolution doublement déterminée par des paramètres externes, d’une part : le rapport à la critique allemande ; et par des paramètres internes, d’autre part : la relation à la tradition critique française.

De la mort de Heine à la première guerre mondiale

  • 47  Wilhelm Dilthey, Heinrich Heine [recension de Adolf Strodtmann (21873)], in W. Dilthey, Gesammelte (...)
  • 48  Cf. Xantippus [= Franz Sandvoß], Was dünket euch um Heine, Ein Bekenntnis, Leipzig, 1888. Pour la (...)
  • 49  H. Lichtenberger (1905), p. 219-246. Cf. également : H. Lichtenberger, Recension de A. Bartels, He (...)
  • 50  J. Legras (1897), p. 17, 45, 47, 84 ; H. Lichtenberger (1905), p. 36-38.
  • 51  H. Lichtenberger (1905), p. 239 sq., 244.

18La première phase de cette évolution se clôt incontestablement avec la première guerre mondiale. Entre 1856 et 1914, les germanistes français ont avant tout le souci de se démarquer d’une lecture allemande de Heine qui, avec Dilthey, Treitschke, Goedeke ou Bartels, cherche à exclure le poète du panthéon littéraire national47. L’originalité de la réception française se situe ici avant tout du côté des conservateurs, qui conçoivent explicitement leurs travaux comme un démenti circonstancié des anathèmes de la droite allemande. En 1905, au cœur des violentes polémiques suscitées en Allemagne par le projet d’un monument en hommage à Heine48, Lichtenberger fait le bilan et le procès de la légende anti-heinéenne allemande, reconstitue sa généalogie antisémite et francophobe, et dénonce nommément Goedeke, Treitschke, Julian Schmidt, Sandvoß, Von Grotthuß, Nietzki ou Bartels49. La critique conservatrice française recourt certes à des motifs familiers aux détracteurs allemands de Heine. Très souvent affleure dans ce discours français une lecture goethéenne de l’œuvre qui, dans un balancement antinomique classique, déplore le triomphe du « morbide » sur le « sain », de la nervosité maladive sur la raison, de l’enfermement « subjectif » sur la perception objective de la « réalité »50. Henri lichtenberger se réfère aux analyses de Lamprecht sur la décadence moderne pour détecter dans Heine les « tares très visibles » d’une « nature hypernerveuse », les signes quasi cliniques d’une dégénérescence51 :

  • 52  Ibid., p. 243.

Cette anarchie des instincts élémentaires surexcités et finalement dissociés, cet affaiblissement du pouvoir central régulateur et modérateur, cette dissolution de la personnalité, cette désagrégation de la synthèse mentale — qu’est-ce autre chose que des symptômes typiques de « décadence »52 ?

  • 53  Le 1er décembre 1901, Maurras fait paraître dans la Gazette de France un dialogue réédité par la s (...)
  • 54  7. Saint-René Taillandier (1861), p. 116-117, 122, 144 ; G. A. Heinrich (1873), p. 419, 449, 458 ; (...)

19De Saint-René Taillandier jusqu’à Jean-Édouard Spenlé en 1910, en passant par Heinrich, Combes, Bossert, Chuquet, Maurras53, les critiques conservateurs de Heine convergent dans la condamnation de ses faiblesses humaines : dépravation du sentiment, déloyauté dans l’amitié, irreligiosité, grossièreté dans l’humour54.

  • 55  H. Lichtenberger (1905), p. 98, 179 sq., 230-235. Cf. par ex. p. 98 : « Il ne peut se dissimuler q (...)

20Pourtant, si elle traduit l’influence de Bartels, cette critique conservatrice française se distingue de la critique allemande sur deux points. Tout d’abord, l’évaluation des positions politiques de Heine. Contre Treitschke, qui voit dans Heine l’importateur d’un « radicalisme abstrait », hostile à l’État dynastique, férocement égalitaire et républicain, Lichtenberger souligne au contraire les réticences de Heine envers tout « républicanisme niveleur », sa répulsion pour le mouvement révolutionnaire et même pour les idées démocratiques55. Même la notion de peuple ne doit pas, chez Heine, être saisie dans sa dimension politique et sociale, mais demande, selon Lichtenberger, à être perçue dans son épaisseur nationale, ethnique et sentimentale :

  • 56  Ibid., p. 233-234 (termes soulignés dans le texte original).

Il aimait le peuple allemand un peu comme il aimait sa patrie. Le marin qui sillonne la mer, le laboureur qui vit et meurt sur son champ, le mineur attaché à la montagne, lui semblaient participer de la vie obscure et mystérieuse des choses. (...). Ne nous dissimulons pas que cet amour un peu romantique des humbles et des opprimés n’a point chez Heine son origine dans un sentiment de respect philosophique de la personnalité humaine, ni dans la foi démocratique en la souveraineté du peuple. Il est très douteux qu’un accroissement de la puissance populaire lui eût causé un réel plaisir. (...). Ses instincts de poète comme ses opinions démocratiques le portaient à s’intéresser au peuple naïf et primitif qui mène une vie encore presque végétative, qui est en quelque sorte un produit de la terre au même titre que les plantes et les animaux. Contre le peuple souverain, en revanche, il avait les plus aristocratiques préjugés (...)56.

21Lichtenberger propose ainsi une lecture aristocratique de la pensée politique de Heine :

  • 57  Ibid., p. 232-233. Cette lecture des positions politiques de Heine se retrouve chez G. Bianquis (1 (...)

Heine se rend compte que dans une société démocratique où tous seraient égaux devant la loi, où chacun aurait droit à une part égale de bonheur, le libre épanouissement de la personne rencontrerait mille obstacles ou deviendrait même complètement impossible ; il croit voir que la morale de l’égalitarisme est, tout comme la morale chrétienne, une morale du troupeau, qui prescrit comme celle-ci l’amour du voisin, l’acceptation paisible d’une commune médiocrité, qui réprouve comme elle les révoltes de l’orgueil, les empiétements hardis de la volonté individuelle puissante (...). De là sa répugnance profonde pour les tendances des radicaux républicains57.

  • 58  La comparaison entre la pensée de Heine et celle de Nietzsche est très fréquente dans l’ouvrage de (...)

22Discrètement, Lichtenberger ébauche ici une comparaison qui deviendra topique dans la critique heinéenne française : l’association de Heine à Nietzsche58.

  • 59  H. Lichtenberger (1905, p. 223) se réfère à Leroy-Beaulieu (A. Leroy-Beaulieu, Le génie juif et l’ (...)
  • 60  J. Legras (1897), p. 132, 352, 387 et J. Legras, Recension de H. Lichtenberger, Henri Heine penseu (...)
  • 61  H. Lichtenberger (1905), p. 222-223.
  • 62  Maurras se réfère à la théorie de la « dégénérescence » de Max Nordau pour expliquer le mélange he (...)
  • 63  J. Legras (1897), p. 310 (n. 1). Ce sont incontestablement les travaux de Legras qui sont le plus (...)

23Entre 1860 et 1914, le clivage entre la lecture conservatrice française et l’interprétation de la droite allemande se fait plus net encore sur le terrain de l’antisémitisme. Le discours heinéen français présente certes la trace d’une psychologie et d’une typologie des peuples inspirée par la lecture de Wundt, de Max Nordau ou de Leroy-Beaulieu59. Legras croit ainsi détecter la judéité de Heine dans son « manque de mesure », son « défaut d’équilibre dans le goût », sa « recherche du clinquant », son « pessimisme amoureux »60, et Lichtenberger, dans sa « sensualité », son « rationalisme abstrait », son « ironie »61. A de rares exceptions près, ces notations restent néanmoins secondaires dans l’analyse. Dans un dialogue de 1901 sur l’ironie heinéenne, Charles Maurras lui-même, malgré des références explicites à la théorie de la « dégénérescence » de Nordau, s’abstient de toute allusion à la judéité de Heine62. De façon symptomatique, c’est à une note de bas de page que Legras réserve ses développements les plus nettement antisémites, essentiellement imprégnés d’antijudaïsme chrétien. A propos de la querelle d’héritage qui oppose Charles et Henri Heine, le critique conclut sentencieusement : « N’oublions pas que le pardon des injures et la magnanimité du plus fort nous ont été enseignés par le christianisme et que ces durs parents n’étaient pas chrétiens. »63

  • 64  H. Lichtenberger (1905), p. 2, cf. également p. 219 sq. Legras lui-même s’insurge contre la critiq (...)
  • 65  L. Ducros (1886), p. 19 sq., 92 sq. ; H. Lichtenberger (1905), p. 51-52.

24Malgré ces allusions, la cible majeure de la critique heinéenne française reste néanmoins, avant la première guerre mondiale, le discours antisémite allemand. D’emblée, Henri Lichtenberger vitupère les historiens allemands qui voient dans Heine « un juif haineux et prétentieux, un sans-patrie »64. Dans la tradition de Louis Ducros, qui avait fortement souligné le rôle émancipateur de la France pour la communauté juive rhénane pendant l’occupation napoléonienne, Lichtenberger développe longuement les aspects spécifiquement allemands des persécutions antisémites65.

  • 66  H. Lichtenberger (1905), p. 77-78, 223 (« Heine fut donc, dans tous les cas, un sémite fortement g (...)
  • 67  J. Legras (1897), p. 97.

25L’ambition déclarée de ce discours français est de réintégrer Heine dans l’histoire littéraire allemande contre la volonté de l’Allemagne elle-même, de défendre en quelque sorte un panthéon français de la littérature allemande qui assigne au poète la place honorable auprès de Schiller et de Goethe que lui dénient Treitschke ou Bartels. Contre l’image d’un « juif rhénan insuffisamment germanisé », Lichtenberger insiste sur l’assimilation germanique du poète66 et Legras lui-même fait de Heine « le premier poète allemand qui ait chanté la mer »67.

  • 68  Ibid., p. 97-98.

L’honneur d’avoir révélé les inspirations que pouvait suggérer la mer a valu au poète bien des attaques. (...). Comment, en effet, pardonner à un Juif d’avoir découvert à l’Allemagne une source d’inspiration que les meilleurs de ses poètes, et Goethe lui-même, avaient oubliée68 ?

  • 69  Cf. L. Ducros (1886), p. 113 (n. 2) : « Nous avons eu beau chercher la chambre qu’habita Heine [à (...)

26De nombreux germanistes français se servent de Heine pour contrebalancer le goethéo-centrisme de la critique allemande69. Même les historiens les plus réticents à son égard — Heinrich, Bossert, Chuquet — lui ménagent une juste place à côté de l’imperium littéraire de Goethe.

  • 70  Au lendemain de la seconde guerre mondiale, Geneviève Bianquis rassembla et publia les cours que C (...)
  • 71  Les renseignements qui suivent sont le résultat d’une enquête réalisée à partir du Bulletin admini (...)
  • 72  Heine figure parmi les six questions au programme de l’agrégation d’allemand en 1878, 1879, 1885, (...)
  • 73  A. Strodtmann (11867-1869, 21873, 31884) ; Hermann Hüffer (1878) ; H. Hüffer, Heinrich Heine. Gesa (...)
  • 74  Cf. F. Baldensperger, Bibliographie de l’agrégation d’allemand de 1900, in Revue universitaire, 18 (...)

27Si Heine occupe une place de choix dans le panthéon littéraire des lettres allemandes en France, il est également largement représenté dans son panthéon universitaire. Entre 1890 et 1914, Heine est très présent dans les programmes de la Sorbonne, notamment à travers les cours d’Andler, rassemblés plus tard par Geneviève Bianquis70. Dès 1878, il figure, avec le Livre des chants, au programme de l’agrégation d’allemand71, où il revient tous les deux ou trois ans à partir de 1890 jusqu’à la fin de la première guerre mondiale72. Par sa fréquence, il égale quasiment Goethe et Schiller. En 1916, au plein cœur de la première guerre mondiale, il figure au programme de l’agrégation féminine. Henri Lichtenberger et Jules Legras, auteurs d’importantes études sur Heine, sont eux-mêmes membres du jury à partir des années 1898-1899. La bibliographie officielle de l’agrégation reproduit les clivages idéologiques précédemment étudiés : à côté de nombreuses références françaises (Saint-René Taillandier, Ducros, Caro, Hennequin, Legras, Lichtenberger, etc.), on recommande, pour les ouvrages allemands, Strodtmann, Hüffer, Karpeles, Proelß, Bölsche73, mais on mentionne Treitschke avec d’infinies précautions74, et l’on ignore tout de Sandvoß.

Entre 1918 et 1945

  • 75  L’ouvrage le plus important est sans doute la biographie d’Antonina Vallentin (1934). On recense a (...)
  • 76  Cf. Henri Heine, Écrits juifs, traduits de l’allemand avec introduction et notes par Louis Laloy, (...)
  • 77  Pierre-Gauthiez (1913), p. 29, 31, 155, 227. Henri Lichtenberger publie en 1914 une recension prud (...)
  • 78  Salluste, Les origines secrètes du bolchevisme. Henri Heine et Karl Marx, in Revue de Paris, 1er j (...)
  • 79  Maurice Liber, Judaïsme et socialisme. Henri Heine, Karl Marx et le judaïsme, in Revue de Paris, a (...)
  • 80  Léon Daudet, La nation juive. Henri Heine et Karl Marx, in Action française, 11 décembre 1938.

28La lecture heinéenne française après la première guerre mondiale diffère sur plusieurs points de la période antérieure. On est tout d’abord frappé par la diminution sensible du nombre et surtout de l’ampleur des ouvrages consacrés à Heine entre 1918 et 1945. Alors que trois monographies importantes avaient paru avant 1914, accompagnées de nombreux articles, on ne compte que peu de travaux de référence dans l’entre-deux-guerres75. Mais, plus encore, c’est l’instrumentalisation de Heine au sein des études allemandes en France qui a changé. Avant la première guerre mondiale, Heine, nous l’avons vu, servait avant tout de discriminant externe à la germanistique française, c’est-à-dire qu’il était utilisé comme objet symbolique d’un discours critique dont l’ambition première était de se distinguer du discours allemand. C’était entre l’Allemagne et la France, et non à l’intérieur de la critique française, que passait la ligne de partage. A partir des années 1920, l’écrivain sert de discrimant interne au discours critique en France : il a la faveur de la gauche, mais s’attire les vitupérations de l’extrême droite. La lecture heinéenne française laisse dorénavant apparaître un clivage qui rappelle singulièrement les polémiques d’outre-Rhin. Le premier symptôme de ce déplacement sensible des enjeux heinéens réside dans l’émergence du thème de la judéité de Heine — un recueil de textes « juifs », traduits en français, paraît en 192676 —, et dans l’apparition concomitante d’une critique antisémite virulente, jusqu’alors réservée à l’Allemagne. C’est Pierre-Gauthiez qui inaugure cette tradition avec la publication, en 1913, d’un long pamphlet anti-heinéen. Usant des topoï rhétoriques propres à ce genre, Pierre-Gauthiez s’attache à reconstituer la généalogie juive de Heine, homme « de race immiscible », « à l’origine équivoque et à la vie fangeuse », atteint d’une « versatilité congénitale et incurable », irrémédiablement attiré « par les bas-fonds de la société »77. Ce brûlot rencontre après la guerre un écho important dans les milieux littéraires d’extrême droite, qui conspuent désormais en Heine la combinaison funeste de la tradition juive et du marxisme. En 1928, un chroniqueur de la Revue de Paris, sous le pseudonyme de Salluste, publie une série de quatre articles sur « Les origines secrètes du bolchevisme »78. L’ambition de cette acrobatique démonstration est de prouver que Heine, ancien membre du Verein für Cultur und Wissenschqft der Juden à Berlin, a fait transiter secrètement les fonds juifs de la société berlinoise — dissoute en 1823 — vers Paris, les a jalousement conservés et finalement employés au soutien occulte de Marx, qu’il rencontre à Paris en 1843 — c’est-à-dire vingt ans plus tard ! Dans une construction qui cristallise la peur de l’Allemagne, du juif errant et du socialisme, Heine est érigé en cheville ouvrière d’une organisation juive internationale travaillant de concert avec les socialistes à la destruction souterraine de la société occidentale. Si certains critiques, tel le rabbin Maurice Liber, s’efforcent de réfuter à l’aide d’arguments scientifiques cette démonstration fantasmatique79, le thème réapparaît néanmoins régulièrement durant toute l’entre-deux-guerres, notamment sous la plume de Léon Daudet dans l’Action française80.

  • 81  Cité par H. Lichtenberger (1905), p. 237.
  • 82  Franz Mehring, Préface à Heines Werke in zehn Bänden, Berlin, 1911 ; rééd. in F. Mehring, Gesammel (...)
  • 83  A l’occasion du 75e anniversaire de la mort de Heine, en 1931, Lounatcharsky présenta un rapport à (...)
  • 84  Georges Cogniot, Henri Heine. Pages choisies, avec introduction et notes explicatives, précédées d (...)

29Face à ce discours très proche des pamphlets allemands de Bartels ou de Sandvoß se dessine une instrumentalisation de gauche de l’œuvre heinéenne en France. Là encore, le discours s’inspire avec retard du paradigme allemand. Initiée par Marx et par Engels, qui citent abondamment Heine dans leurs écrits, cette interprétation devient topique dans la rhétorique social-démocrate allemande dès avant la première guerre mondiale : le 3 février 1893, Bebel termine son allocution au Reichstag en citant les célèbres vers du Conte d’hiver : « Il pousse ici-bas assez de pain pour tous les enfants des hommes. »81 En 1911, Franz Mehring publie, en préface à son édition en dix volumes de Heine, une longue analyse marxiste qui oppose l’écrivain, chantre génial de la révolution, à Ruge et à Borne, honnêtes philistins radicaux et bourgeois82. Relayée par la critique soviétique, qui passe sous silence les incartades « aristocratiques » du poète pour le faire figurer au panthéon des auteurs socialistes83, cette lecture de Heine trouve un écho en France à partir des années 1930. L’ouvrage de Vermeil publié à la veille de la seconde guerre mondiale aux Éditions sociales internationales s’inscrit pour une large part dans cette tradition, prolongée après la guerre dans un sens quelque peu caricatural par l’anthologie communiste de Georges Cogniot en 196484. La lecture heinéenne française de l’entre-deux-guerres apparaît ainsi comme l’écho décalé de polémiques allemandes développées avant la première guerre mondiale.

  • 85  Dans l’entre-deux-guerres, Heine figure au programme de l’agrégation d’allemand en 1920, 1925, 193 (...)
  • 86  Cf. Bibliographies de l’agrégation d’allemand de 1925 et de 1935, in Revue universitaire, 1925, vo (...)
  • 87  Cf. Wolfgang Lutz, Schlß mit Heinrich Heine, in Nationalsozialistische Monatshefte, 7, 1936, p. 79 (...)
  • 88  René Lasne et Georg Rabuse, Anthologie de la poésie allemande, des origines à nos jours, préfacée (...)

30Cette radicalisation politique de la réception heinéenne française explique sans doute que, dans l’ordre universitaire, Heine figure moins souvent au programme de l’agrégation qu’avant la première guerre mondiale85. Lorsqu’il est étudié, ce n’est que dans le cadre plus vaste d’une analyse du lyrisme entre 1820 et 1850, qui l’associe à Lenau, Annette von Droste-Hülshoff ou Mörike. Ainsi, en 1930, les agrégatifs ont à traiter la question du « lyrisme romantique en Allemagne de sa naissance à sa décomposition : Hölderlin, Novalis, Eichendorff, Heine ». L’intitulé de la question suppose d’emblée une conception « organique » de l’histoire littéraire, alternant, en un cycle quasi végétal, les phases de naissance, de croissance, d’épanouissement et de décadence, et la position de Heine à la fin de l’énumération laisse augurer du rôle peu glorieux qu’on lui assigne comme fossoyeur du lyrisme romantique. La bibliographie heinéenne associée à ces sujets se renouvelle peu, mais on a la surprise de voir à plusieurs reprises le pamphlet de Pierre-Gauthiez mentionné aux côtés des prestigieux ouvrages de Ducros, de Legras et de Lichtenberger86. Après 1940, l’alignement sur le discours critique allemand prend évidemment une tournure radicale. En 1943, dans une question d’agrégation sur « la poésie postromantique de 1830 à 1840 », où la tradition aurait voulu que Heine figurât à côté de Lenau, Annette von Droste-Hülshoff et Mörike, le poète est significativement absent. Les auteurs du programme n’ont pas jugé bon d’y faire figurer un écrivain que l’Allemagne, depuis 1933, ne reconnaissait d’ailleurs plus comme allemand87. Le nom de Heine ne figure pas non plus dans l’anthologie de la poésie allemande publiée en français sous les auspices de Karl Epting en 194388.

De la fin de la seconde guerre mondiale jusqu’au centenaire de la mort de Heine

  • 89  A. Spaeth (1946) ; C. Andler (1948) ; Victor Bernard (1946) ; G. Bianquis (1948).
  • 90  C. Andler (1948). Il faut signaler aussi l’article de Joseph Dresch en 1949 dans la revue Études g (...)
  • 91  J. Dresch (1956) ; numéro Heine de la revue Europe, 34, n° 125-126, mai-juin 1956 (art. de Pierre (...)

31Avec la fin de la guerre, on assiste à un brusque réveil de l’intérêt pour Heine en France. Entre 1946 et 1948, paraissent quatre ouvrages sur l’auteur : le livre d’Albert Spaeth, Pour connaître la pensée de Heine, l’édition posthume des cours d’Andler sur La poésie de Heine, ainsi que deux biographies par Victor Bernard et Geneviève Bianquis89. De façon symptomatique, ce sont les notes de Charles Andler sur Heine que la Société des Études germaniques choisit de publier comme ouvrage inaugural de sa collection en 194890. L’année 1956 — date du centenaire de la mort de l’écrivain — amène un nouveau regain de production avec le livre de Joseph Dresch sur Heine à Paris et les numéros spéciaux que lui consacrent les revues Europe et Études germaniques91.

  • 92  P. Abraham, Pourquoi Heine ?, in Europe, mai-juin 1956, p. 3-11.
  • 93  G. Bianquis, L’année Heine à Weimar et en France, in Études germaniques, octobre-décembre 1956, p. (...)
  • 94  Ibid., p. 350. Pour l’exposition organisée en 1957 par la Bibliothèque nationale, cf. le catalogue (...)
  • 95  J. Dresch, conclusion sous le titre de « 17 février 1956 » à son ouvrage Heine à Paris (Paris, 195 (...)

32Une redistribution s’opère dans les enjeux de l’interprétation heinéenne en France. Selon un tropisme hérité de la période 1870-1914, Heine est de nouveau utilisé comme discriminant par rapport à l’Allemagne, et notamment par rapport à l’Allemagne de l’Ouest, accusée d’avoir, depuis le IIP Reich et même après son effondrement, oublié ou renié le poète. Dans l’article introductif de la revue Europe en 1956, Pierre Abraham s’indigne de ce que les jeunes Allemands de l’Ouest, privés de la lecture de Heine sous le nazisme, soient toujours tenus dans la totale ignorance de ses œuvres par les programmes officiels92. Comme lui, Geneviève Bianquis commente en 1956 un sondage de la radio bavaroise, qui montre que les écoliers ignorent jusqu’au nom du poète, et elle s’irrite des réserves que l’Allemagne de l’Ouest semble encore opposer à Heine, dont Bonn ne fête que timidement le centenaire93. Contre les réticences allemandes, la revue Études germaniques souligne l’ampleur de l’hommage rendu par la France à l’écrivain : commémoration sur la tombe de Heine au cimetière Montmartre, exposition à la Bibliothèque nationale, conférences universitaires à la Sorbonne par Boucher, à Bordeaux par Pitrou, à Lille par Moret, David, Pampierren, à l’Union rationaliste, enfin, par Vermeil et Dresch94. Les critiques français s’érigent ainsi en garants d’une mémoire allemande reniée outre-Rhin. « On nous reproche en Allemagne de trop l’estimer », remarque Joseph Dresch en conclusion de son livre de 1956. « Souhaitons que l’Allemagne entière l’exalte plus que nous ne le faisons et lui accorde la grande place qui lui revient dans le mouvement littéraire et culturel du xixe siècle. »95

  • 96  P. Abraham (1956), p. 7-10 ; cf. également G. Bianquis (L’année Heine à Weimar..., 1956), p. 350.
  • 97  Cf. G. Cogniot (1964).

33Mais cette comparaison avec l’Allemagne suppose désormais une distinction politique forte entre l’Est et l’Ouest, et fait donc resurgir par un détour outre-Rhin des clivages idéologiques entre une lecture heinéenne de gauche et une lecture heinéenne de droite, que l’entre-deux-guerres avait déjà fait nettement émerger en France. Pierre Abraham souligne avec insistance que l’hommage rendu à Heine par l’Allemagne de l’Est est infiniment plus chaleureux qu’à l’Ouest96. La stylisation de Heine en écrivain révolutionnaire, en démocrate et en champion de la liberté — en partie contestée par Henri Lichtenberger au début du siècle — semble désormais s’imposer dans la critique heinéenne extra-universitaire, tendance que confirme l’anthologie de Heine aux Éditions Sociales en 196497.

  • 98  J. Dresch (1956), p. 159.
  • 99  A. Spaeth (1946), p. 170-171 ; cf. par ex. p. 170 : « La bataille qu’il a livrée à la caste féodal (...)
  • 100  C. Andler (1948), p. 109-144 (chap. VI et VII, « La poésie saint-simonienne » : I. Neue Gedichte ; (...)
  • 101  G. Bianquis (1948), p. 168-169 : « Il en résulte qu’il s’est montré peu sûr comme compagnon dans l (...)

34Face à cette instrumentalisation politique à l’extérieur de l’Université, le discours universitaire dominant tend à contester à Heine sa qualité « d’historien de l’avenir » et à insister au contraire sur ses erreurs d’analyse. La perspective de l’herméneutique heinéenne traditionnelle, habituellement prospective et téléologique, exercée à pratiquer l’exégèse de Heine à travers le prisme de la situation politique contemporaine, s’inverse. Joseph Dresch souligne en conclusion de son livre de 1956 les liens profonds de Heine avec la pensée du xviiie siècle et avec le romantisme98. Albert Spaeth lui-même s’interroge sur la valeur actuelle des idées politiques du poète et constate pour une large part leur vieillissement99. On est bien loin de l’actualisation radicale pratiquée en 1939 par Edmond Vermeil. Selon un tropisme ancien, la critique universitaire s’accorde à distinguer un Heine publiciste et tribun, dont la qualité littéraire reste soumise aux aléas du temps, et un Heine véritablement poète, qui s’abreuve, avec le Livre des chants, aux sources éternelles du lyrisme. C’est à ce clivage que souscrivait déjà Charles Andler dans ses cours de 1900 lorsqu’il mettait en lumière les faiblesses de la poésie saint-simonienne de Heine, dépourvue d’originalité et de force poétique100. Et ce n’est pas un hasard si Geneviève Bianquis, qui reprend elle-même ce jugement dans sa biographie de 1948, choisit de rééditer ces leçons après la seconde guerre mondiale101.

35Parce qu’il a suscité dans les deux pays des discours souvent décalés, divergents, contradictoires, Heine apparaît comme l’objet exemplaire d’une histoire croisée des disciplines littéraires entre l’Allemagne et la France. La critique heinéenne française illustre avec une rare netteté les mécanismes qui président aux transferts culturels franco-allemands. En elle se reflète l’entrecroisement de modèles herméneutiques et politiques, la superposition de deux traditions nationales, leur généalogie enchevêtrée :

— une tradition française, dont les clivages politiques et critiques internes (Sainte-Beuve, Taine, etc.) constituent l’arrière-plan immédiat de tout discours ;

— une tradition allemande, référent externe permanent, bien que souvent dissimulé, qui sert tantôt de caution positive à l’analyse, tantôt de modèle négatif dont il s’agit de se démarquer pour constituer un discours national original.

36Dans cette lecture croisée de Heine en Allemagne et en France se reflète le rapport que chaque nation entretient à la fois à l’autre et à elle-même.

Haut de page

Notes

1  Philarète Chasles, Études sur l’Allemagne au xixe siècle, Paris, 1861, p. 63-66, 269-279 ; Saint-René Taillandier, De la poésie allemande au xixe siècle. Henri Heine, sa vie et ses écrits, in Saint-René Taillandier, Écrivains et poëtes modernes, Paris 1861, p. 89-153 (la première partie du texte, p. 89-146, a été écrite en mars 1852 ; la seconde, p. 146-153, après la mort de Heine, en mars 1861) ; Louis Ducros, Henri Heine et son temps (1799-1827), Paris, 1886. C’est à Poitiers que L. Ducros écrit son livre sur Heine. Sur L. Ducros, cf. Michel Espagne, Le paradigme de l’étranger. Les chaires de littérature étrangère au xixe siècle, Paris, 1993, p. 167.

2  On peut noter qu’un certain nombre d’universitaires spécialistes de Heine ont aimé les changements de discipline. C’est le cas de Louis Ducros (cf. ci-dessus) et aussi de Jules Legras, auteur de Henri Heine poète (Paris, 1897), passé très tôt de la germanistique à la slavistique. Pour J. Legras, cf. M. Espagne (1993), p. 341.

3  Antonina Vallentin, Henri Heine, Paris, 1934 ; Victor Bernard, Henri Heine, Paris, 1946 ; François Fejtö, Henri Heine, Liège, 1946 (réédité en 1981 à Paris : nous citons d’après cette seconde édition).

4  Louis Ducros (1886) ; Jules Legras (1897) J. Legras était alors professeur à l’Université de Dijon) ; Henri Lichtenberger, Heine penseur, Paris, 1905.

5  Cf. Michael Werner, Imagepflege. Heines Presselenkung zur Propagierung seines Persönlichkeitsbildes, in Wolfgang Kuttenkeuler, Heinrich Heine. Theorie und Kritik der Literatur, Stuttgart, 1972, p. 267-283.

6  Cf. H. Blaze de Bury, Écrivains et poètes de l’Allemagne, Paris, 1846, p. 234 sq., 239 ; repris dans H. Blaze de Bury, Les écrivains modernes de l’Allemagne, Paris, 1868, p. 175-178 ; P. Chasles (1861), p. 63-66, 269-279 ; Saint-René Taillandier (1861), p. 89-153.

7  Charles-Augustin Sainte-Beuve, Henri Heine, De la France, in C.-A. Sainte-Beuve, Premiers Lundis, vol. 2, Paris, 1894, p. 248-259 (1re éd. : Le National, 8 août 1833 ; cf. à la fin de ce texte le portrait de Heine adressé par Sainte-Beuve à Ch. Berthou le 6 janvier 1867) ; Gérard de Nerval, Présentation de la traduction [par lui-même] de La Mer du Nord, in Revue des Deux-Mondes, 15 juillet et 15 septembre 1848 (cf. également un entretien mentionné par Nerval avec Schmitt-Weissenfels au sujet de Heine, in Heinrich Hubert Houben, Henri Heine par ses contemporains, traduit par B. Netter-Gidon, Paris, 1929, p. 145) ; Théophile Gautier, Souvenirs romantiques, introduction et notes par Adolphe Boschot, Paris, 1929, p. 250-261 (lre éd. : Le Moniteur, 25 février 1856, reproduit dans la préface à l’édition française des Reisebilder : H. Heine, Œuvres complètes : Reisebilder. Tableaux de voyage, nouv. éd. (...) précédée d’une étude sur Henri Heine par Théophile Gautier, 2 vol., Paris, 1856, vol. 1, p. I-XII) ; Journal des Goncourt. Mémoires de la vie littéraire, Paris, 1888 (entre autres), vol. 2 (1862-1865), p. 91, 95, 96, 210, 221, et ibid., vol. 9, Paris, 1896 (1892-1895), p. 84-85.

8  Caroline Jaubert, Souvenirs de Madame Caroline Jaubert. Lettres et correspondances, Paris, 1881 ; Philibert Audebrand, Souvenirs de la vie littéraire, Henri Heine, in P. Audebrand, Petits mémoires du xixe siècle, Paris, 1892 (lre éd. : Magasin littéraire hebdomadaire, mars 1882) ; Camille Selden, Les derniers jours de Henri Heine, Paris, 1884 (cf. également C. Selden, L’esprit moderne en Allemagne, 2e éd., Paris, 1872) ; A. Weill, Souvenirs intimes de Henri Heine, Paris, 1883, notamment p. 62, 64 (A. Weill, ancien ami de Heine, livre ici des notations très indiscrètes sur sa vie conjugale, sur sa femme qui « ne savait pas faire d’omelettes », sur les perpétuels soucis d’argent du ménage). Dans son orientation biographique, la critique française ne diffère en rien des travaux allemands : Hermann Hüffer publie une vie de Heine en 1878 (H. Hüffer, Aus dem Leben Heinrich Heines, Berlin, 1878), Adolf Strodtmann une biographie de référence en 1867-1869 (A. Strodtmann, Heinrich Heines Leben und Werke, 2 vol., Berlin, 1867-1869, 21873, 3Hamburg, 1884), tout comme Gustav Karpeles en 1885 (G. Karpeles, Heinrich Heines Biographie, Hamburg, 1885). G. Nassen décrit les rapports de Heine avec sa famille en 1895 (Heines Familienleben, nebst einer Heinelitteratur, Fulda, 1895). Il faudrait aussi citer les traductions françaises d’ouvrages allemands : Baron L. de Embden, Heine intime. Lettres inédites avec notes biographiques et commentaires, trad. franc, par M. S. Gourovitch, Paris, 1893. La plupart de ces ouvrages sont régulièrement cités dans les études françaises sur Heine jusque dans les années 1950.

9  J. Dresch, Heine à Paris (1831-1856), d’après la correspondance et les témoignages de ses contemporains, Paris, 1956.

10  Adolphe Bossert, Histoire de la littérature allemande, Paris, 1901, p. 807-822 ; Arthur Chuquet, Littérature allemande, Paris, 1909, p. 373-379.

11  On peut notamment citer le dessin de Charles Gleyre gravé par François, représentant Heine sur son lit de douleur. Paru dans la Revue des Deux-Mondes du 1er avril 1852, il est très souvent reproduit dans les travaux ultérieurs sur le poète.

12  Cf. G. Bianquis, Henri Heine. L’homme et l’œuvre, Paris, 1948, notamment les pages de conclusion, p. 166-170. G. Bianquis esquisse déjà ce jugement dans les années 1930, avec le chapitre qu’elle consacre à Heine dans son histoire de la littérature allemande : G. Bianquis, Histoire de la littérature allemande, Paris, 1936, p. 127-131.

13  Dans la Revue germanique de 1906, Charles Andler fait paraître un long article, D’un faux dans l’œuvre lyrique de Heine (p. 332-376), où il prétend montrer, en l’absence de tout manuscrit, sur la seule base d’une analyse mi-stylistique, mi- » philosophique », que le long poème Für die Mouche est un faux, en réalité écrit par Alfred Meissner et malhonnêtement attribué à Heine par ce dernier en 1856. Dans le numéro suivant de la revue, Jules Legras se voit obligé d’infirmer cette retentissante nouvelle en s’appuyant sur le manuscrit autographe de Heine, qu’il a lui-même pu consulter (J. Legras, Für die Mouche. Histoire d’un manuscrit de Henri Heine et de quelques strophes qui la complètent, in Revue germanique, 1906, p. 502-521).

14  H. Lichtenberger (1905), p. 246 ; E. Vermeil, Henri Heine. Ses vues sur l’Allemagne et les révolutions européennes, Paris, 1939, p. 17. En 1956, Maurice Boucher fait paraître dans le numéro d’Études germaniques consacré au centenaire de la mort du poète un article intitulé Heine parmi nous, où il est de même question de l’actualité des textes heinéens (cf. Études germaniques, avril-juin 1956, p. 97-104).

15  J. Legras (1897), p. 189. L’image d’un Heine fantasque, irrémédiablement poète, esthète incapable de réflexion politique sérieuse, traverse une grande partie de la critique heinéenne française. On la retrouve notamment chez G. A. Heinrich (cf. ci-dessous), H. Lichtenberger, A. Chuquet et G. Bianquis.

16  Guillaume Alfred Heinrich, Histoire de la littérature allemande, 3 vol., Paris, 1873, vol. 3, p. 415-459, ici p. 446.

17  G. A. Heinrich (1873), p. 447. Heinrich ajoute : « (...) Heine lui-même prévient plaisamment ses lecteurs français qu’il ne faut pas se fier à la générosité allemande et (...) il invente gravement les récriminations d’un jeune teutomane, indigné qu’on n’ait pas encore vengé sur la France le meurtre de Conradin de Hohenstaufen, que le frère de Saint Louis, Charles d’Anjou, fit jadis mettre à mort lors de la conquête du royaume de Naples. C’est la personnification amusante de ces dispositions haineuses de l’Allemagne qu’Henri Heine a connues et signalées mieux que personne » (ibid., p. 447).

18  Ernest Combes, Profils et types de la littérature allemande, Paris, 1888, p. 461. E. Combes ajoute : « Dès 1844, il criait Gare ! à la France (...). Mais quand donc profitèrent les prophéties ? »

19  Lucien Lévy-Bruhl, L’Allemagne depuis Leibniz. Essai sur le développement de la conscience nationale en Allemagne, 1700-1848, Paris, 1907, p. 433.

20  E. Vermeil (1939), p. 7. Cf. la recension positive de l’ouvrage d’E. Vermeil par Robert Pitrou dans la Revue germanique en 1939, p. 294-295 : « Que de fois, en effet, Heine a été prophète ! ». Cf. également, dans l’entre-deux-guerres, Jean d’Elbée, Henri Heine journaliste et prophète, in Revue universelle, 1928, p. 44-61.

21  E. Vermeil (1939), p. 19-20.

22  C. Andler, La poésie de Heine, éd. par G. Bianquis, Lyon, 1948, p. 143.

23  A. Spaeth, Pour connaître la pensée de Heine, Paris, 1946, p. 171. Spaeth, qui était professeur agrégé d’allemand au lycée de Grenoble, ajoute : « Il a prévu enfin que l’unité politique de l’Allemagne ne s’accomplirait peut-être pas sans expansion militaire. (...) Toutes les pages, où il analyse la mentalité et le caractère allemands, sont d’une cruelle et sanglante actualité » (p. 171-172).

24  H. von Treitschke, Deutsche Geschichte im 19. Jahrhundert, 5 vol., Leipzig, 1928 (1re éd. : 1885), vol. 3, p. 693-697 ; vol. 4 (1889), p. 287-289, 405-433 ; vol. 5 (1894), p. 370-375, 506-511, 748-750.

25  Avant la guerre de 1870, on trouve certes des allusions à l’opposition d’analyse entre Heine et Mme de Staël sur les questions allemandes, mais elles sont encore très floues et surtout beaucoup moins belliqueuses. Cf. notamment P. Chasles (1861), p. 273 et Saint-René Taillandier (1861), p. 91.

26  Elme-Marie Caro, Les deux Allemagnes. Mme de Staël et Henri Heine, in Séances et travaux de l’Académie des sciences morales et politiques, 1872, 1er semestre, 31e année, 5e série, vol. 27, Paris, 1872, p. 95-117 (lre éd., in Revue des Deux-Mondes, 1er novembre 1871).

27  E.-M. Caro (1872), p. 109, 114.

28  Cf. L. Ducros (1886), p. 168 ; L. Lévy-Bruhl (1907), p. 432 ; Auguste Dupouy, France et Allemagne. Littératures comparées, Paris, 1913, p. 137-138 (sur Heine en général, p. 130-155) ; José-phin Péladan, La guerre des idées : l’Allemagne de Mme de Staël et celle de Henri Heine, in Revue hebdomadaire, 25, 1916, p. 457-479.

29  E. Vermeil (1939), p. 76 : « ... critique d’ailleurs justifiée car Mme de Staël s’est volontiers abandonnée à une sorte de sentimentalisme luthérien (...). Elle créait ainsi la légende de la loyauté germanique, de la douceur paisible dans le Sud et de la profondeur intellectuelle dans le Nord. »

30  A. Spaeth (1946), p. 171 : « Il [Heine] a montré avec vigueur que l’Allemagne spiritualiste et mystique, telle que l’avait vue Mme de Staël, avait vécu. Il nous a mis en garde contre les sirènes perfides des patriotes démocrates, et contre l’arrogance d’une Prusse sans scrupules. »

31  P. Chasles (1861), p. 279 ; L. Ducros (1886), p. vii, 31 sq., 37-38, 42 sq. ; H. Dietz, Angleterre. Allemagne. Histoire littéraire, Paris, s.d., p. 568 ; J. Legras (1897), p. xxi-xxii ; H. Lichtenberger (1905), p. 77-78 ; L. Lévy-Bruhl (1907), p. 431 ; A. Dupouy (1913), p. sq., 146-147.

32  H. Blaze de Bury (1846), p. 235. Repris dans H. Blaze de Bury (1868), p. 176-177.

33  L. Ducros (1886), p. VII-VIII. Les biographies allemandes et anglaises auxquelles Ducros fait allusion sont celles d’A. Strodtmann (11867-1869, 21873, 31884) et de William Stigand, The Life, Work and Opinions of Heinrich Heine, 2 vol., Londres, 1875.

34  L. Ducros (1886), p. 30 sq., 39 sq., p. 87 sq., 92.

35  Ibid., p. 42. On peut lire dans les pages suivantes ce jugement de Ducros : « Dans les premières années de sa vie, on peut dire qu’il fut nôtre ; c’est la France qui fut sa première patrie (...). Nous devinons dès maintenant ce qu’il doit à la France : quelques-uns des plus grands défauts que lui reprocheront ses compatriotes et qui étaient en effet, à Düsseldorf, d’importation étrangère : l’entrain, la clarté des idées, la vivacité des reparties, cette furie française — en un mot — qu’il apprit alors aux sons du tambour de M. Legrand » (ibid., p. 44).

36  Émile Hennequin, Écrivains francisés (Dickens, Heine, Tourguenev, Poe, Dostoïevski, Tolstoï), Paris, 1889, p. 57-88 (1re édition dans la Revue libérale du 10 octobre 1884).

37  E. Hennequin a certes recours à quelques paramètres de la méthode tainienne pour analyser Heine : opposition entre littérature méridionale et littérature septentrionale (ibid., p. 58, 66, 71), dichotomie entre le génie allemand et le génie français de la langue (p. 64-65), utilisation du concept de « race » appliqué à la littérature (p. 64, 71), thème de l’hérédité juive (p. 86). Néanmoins, il attaque les fondements de cette méthode en préface (ibid., p. I-VI).

38  E. Vermeil (1939), p. 75 : « Ce que les Allemands ne pardonnent guère à l’émigré qui les blâme et au Français qui les étudie, c’est de révéler à l’étranger, par l’examen de textes authentiques, le fond de leur nature et leurs véritables intentions. Ainsi s’explique la haine qu’ils vouent à Heine. »

39  L’amour viscéral de Heine pour l’Allemagne est déjà souligné par Saint-René Taillandier (1861), p. 126-127.

40  J. Legras (1897), p. 175-176.

41  Ibid., p. 176.

42  Ibid., p. 202. Cf. également p. 201 : « Un séjour à l’étranger présente de grands avantages pour un artiste, mais c’est à condition de ne pas se prolonger outre mesure. Ne voyons-nous pas Goethe lui-même subir l’influence de l’Italie au point d’en revenir presque étranger aux préjugés comme aux rêves du sol natal ? »

43  Ibid., p. 351-352.

44  Ibid., p. 177, 282-283.

45  H. Lichtenberger (1905), p. 173-174 (sur la question de la pension allouée par Guizot) et p. 224 (sur la question des démarches de naturalisation interrompues par Heine lui-même). Lichtenberger souligne le scepticisme de Heine quant à l’avenir de la France, qu’il connaissait d’ailleurs très mal selon lui, et, au contraire, « l’amour infiniment plus profond et plus vrai » que le poète nourrissait pour l’Allemagne (p. 225).

46  A. Bossert (1901), p. 819, 821 et A. Bossert, Une traduction en vers de Henri Heine, in A. Bossert, Essais de littérature française et allemande, Paris, 1913, p. 239-251, ici, p. 243 ; A. Chuquet (1909), p. 375 ; G. Bianquis (1936), p. 129 ; Pierre-Gauthiez, Henri Heine, Paris, 1913 (pour cet ouvrage, cf. ci-dessous).

47  Wilhelm Dilthey, Heinrich Heine [recension de Adolf Strodtmann (21873)], in W. Dilthey, Gesammelte Schriften, vol. 15, éd. par Ulrich Herrmann, Gôttingen, 1970, p. 205-244 (lre éd., 1876) ; H. von Treitschke (11885 sq.) ; Karl Goedeke, Grundriß zur Geschichte der deutschen Dichtung, Dresden, 1881, vol. 3, p. 437-465 ; Adolf Bartels, Geschichte der deutschen Literatur, Leipzig, 1902, vol. 2, p. 310-327 ; A. Bartels, Heinrich Heine. Auch ein Denkmal, Dresden & Leipzig, 1906. A propos de la réception de Heine en Allemagne, cf. Eberhard Galley, Heinrich Heine im Widersreit der Meinungen 1825-1965, Düsseldorf, 1967. Pour un aperçu de la recherche sur ce sujet, cf. Jürgen Brum-mack (éd.), Heinrich Heine. Epoche. Werk. Wirkung, München, 1980, p. 294-301.

48  Cf. Xantippus [= Franz Sandvoß], Was dünket euch um Heine, Ein Bekenntnis, Leipzig, 1888. Pour la polémique autour du monument Heine, cf. J. Brummack (éd.) (1980), p. 325-327.

49  H. Lichtenberger (1905), p. 219-246. Cf. également : H. Lichtenberger, Recension de A. Bartels, Heinrich Heine. Auch ein Denkmal, Dresden & Leipzig, 1906, in Revue universitaire, vol. 2, 1906, p. 323-324. Pour les ouvrages incriminés par Lichtenberger, cf. la note 3, p. 179, et, en outre : J. Schmidt, Geschichte der deutschen Literatur seit Lessing’s Tod, Leipzig, 21867, vol. 3 (Die Gegenwart, 1814-1867) ; Jeannot Emil Freiherr von Grotthuß, Heinrich Heine als deutscher Lyriker, in Zeitfragen des christlichen Volkslebens, hrsg. von E. Freiherr von Ungern-Sternberg und H. Dietz, 1894, Nr. 141 ; Nietzki, Heinrich Heine als Dichter und Mensch, Berlin, 1895.

50  J. Legras (1897), p. 17, 45, 47, 84 ; H. Lichtenberger (1905), p. 36-38.

51  H. Lichtenberger (1905), p. 239 sq., 244.

52  Ibid., p. 243.

53  Le 1er décembre 1901, Maurras fait paraître dans la Gazette de France un dialogue réédité par la suite, sur la poésie de Heine. Cf. Charles Maurras, Ironie et poésie, in L’œuvre de Charles Maurras, VI, Barbarie et poésie, Paris, 1925, p. 336-352 (c’est à cette réédition que nous nous référerons).

54  7. Saint-René Taillandier (1861), p. 116-117, 122, 144 ; G. A. Heinrich (1873), p. 419, 449, 458 ; E. Combes (1888), p. 467 ; A. Bossert (1901), p. 808-809, 816, 820 ; A. Chuquet (1909), 376 sq. ; Jean-Édouard Spenlé, Rahel. Madame Varnhagen von Ense. Histoire d’un salon romantique en Allemagne, Paris, 1910, p. 202-212.

55  H. Lichtenberger (1905), p. 98, 179 sq., 230-235. Cf. par ex. p. 98 : « Il ne peut se dissimuler que le poète, en lui, est resté très aristocrate : l’égalitarisme lui répugne fort, et il est plein de défiances à l’égard du peuple souverain, dont il redoute les caprices et les colères. »

56  Ibid., p. 233-234 (termes soulignés dans le texte original).

57  Ibid., p. 232-233. Cette lecture des positions politiques de Heine se retrouve chez G. Bianquis (1948), p. 159.

58  La comparaison entre la pensée de Heine et celle de Nietzsche est très fréquente dans l’ouvrage de Lichtenberger (cf. lichtenberger, 1905, p. 37, 155). On la trouve également chez F. Fejtö (1946), p. 313.

59  H. Lichtenberger (1905, p. 223) se réfère à Leroy-Beaulieu (A. Leroy-Beaulieu, Le génie juif et l’esprit juif, in Revue des Deux-Mondes, 15 décembre 1892).

60  J. Legras (1897), p. 132, 352, 387 et J. Legras, Recension de H. Lichtenberger, Henri Heine penseur, Paris, 1905, in Revue germanique, 1906, p. 669-671, ici p. 670.

61  H. Lichtenberger (1905), p. 222-223.

62  Maurras se réfère à la théorie de la « dégénérescence » de Max Nordau pour expliquer le mélange heinéen d’ironie et de poésie. Cf. Ch. Maurras (1925), p. 351-352 (1re éd., 1901). Ce dialogue, qui met en présence un détracteur et un admirateur de Heine, traduit manifestement la sympathie de Maurras pour le poète.

63  J. Legras (1897), p. 310 (n. 1). Ce sont incontestablement les travaux de Legras qui sont le plus émaillés d’allusions antisémites. Cf. ibid., p. 176 et 352.

64  H. Lichtenberger (1905), p. 2, cf. également p. 219 sq. Legras lui-même s’insurge contre la critique antisémite de Heine en Allemagne. Cf J. Legras (1897), p. 280-281 : « C’est toucher une corde sensible que parler des sentiments patriotiques de Henri Heine. Un Allemand ne croit guère au patriotisme des Juifs, et la critique française peut sembler mal venue à défendre celui de l’auteur de Deutschland. La question, pourtant, est moins simple qu’elle ne paraît aux cerveaux brûlés d’outre-Rhin. »

65  L. Ducros (1886), p. 19 sq., 92 sq. ; H. Lichtenberger (1905), p. 51-52.

66  H. Lichtenberger (1905), p. 77-78, 223 (« Heine fut donc, dans tous les cas, un sémite fortement germanisé », affirme Lichtenberger contre Sandvoß).

67  J. Legras (1897), p. 97.

68  Ibid., p. 97-98.

69  Cf. L. Ducros (1886), p. 113 (n. 2) : « Nous avons eu beau chercher la chambre qu’habita Heine [à Bonn] : personne, pas même dans la Josephstraße, n’a pu nous l’indiquer. Si Goethe avait habité la Josephstaße, il y aurait dans la rue une plaque de marbre sur la maison pour la signaler à la vénération des passants ». Cf. également, ibid., p. 6, 16, 32, 168. La même critique se retrouve chez J. Legras (1897), p. 165 : « Les Allemands ont une tendance bien naturelle à faire de Goethe le centre de leur poésie, mais ils ne se répètent pas assez que Goethe a suivi des courants beaucoup plus qu’il n’en a créé. » Pour une comparaison entre Goethe et Heine favorable à ce dernier, cf. également E. Hennequin (1889), p. 62-63, H. Dietz (s.d.), p. 569.

70  Au lendemain de la seconde guerre mondiale, Geneviève Bianquis rassembla et publia les cours que Charles Andler donna sur Heine entre 1900-1901 et 1930-1931 à la Sorbonne, puis au Collège de France : cf. C. Andler (1948).

71  Les renseignements qui suivent sont le résultat d’une enquête réalisée à partir du Bulletin administratif de l’instruction publique ainsi que de la Revue universitaire, qui, depuis sa création en 1892 jusqu’à sa disparition en 1958, publie la quasi-totalité des programmes d’agrégation, accompagnés d’une bibliographie « officielle » commentée.

72  Heine figure parmi les six questions au programme de l’agrégation d’allemand en 1878, 1879, 1885, 1891, 1892, 1894, 1897, 1898, 1900, 1902, 1904, 1907, 1912, 1914, 1916.

73  A. Strodtmann (11867-1869, 21873, 31884) ; Hermann Hüffer (1878) ; H. Hüffer, Heinrich Heine. Gesammelte Aufsätze, éd. par Ernst Elster, Berlin, 1906 ; Gustav Karpeles (1885) ; G. Karpeles, Heinrich Heine. Aus seinem Leben und seiner Zeit, Leipzig, 1889 ; Johannes Proelß, Heinrich Heine. Sein Lebensgang und seine Schriften. Nach den neuesten Quellen dargestellt, Stuttgart, 1886 ; W. Bölsche, Heinrich Heine. Versuch einer ästhetisch-kritischen Analyse seiner Werke und seiner Weltanschauung, Leipzig, 1888.

74  Cf. F. Baldensperger, Bibliographie de l’agrégation d’allemand de 1900, in Revue universitaire, 1899, vol. 2, p. 490-491.

75  L’ouvrage le plus important est sans doute la biographie d’Antonina Vallentin (1934). On recense aussi les travaux de Margaret Archibald Clarke, Heine et la monarchie de Juillet. Étude critique sur les Französische Zustände, suivie d’une étude sur le saint-simonisme chez Heine, Paris, 1927 ; Barthélémy Ott, La querelle de Börne et de Heine. Contribution à l’étude des idées politiques et sociales en Allemagne de 1830 à 1840 (thèse principale, Lille, 1935), Lyon, 1935 ; Emma Schill, Les traductions françaises de l’Intermezzo de Henri Heine (thèse), Paris, 1928 ; Raymond Schiltz, Préface, in H. Heine, De la France, textes revus par R. Schiltz, Paris, 1930 ; A.-Georges Tournoux, Les mots étrangers dans l’œuvre poétique de Henri Heine, thèse complémentaire, Lille, 1920 ; Véga [= Marguerite-Alice de Wegmann, Mme de Visme], Henri Heine peint par lui-même et par les autres, Paris, 1936. On peut citer aussi, pour l’entre-deux-guerres : H. H. Houben, Henri Heine par ses contemporains, traduit par B. Netter-Gidon, Paris, 1929 (trad. de H. H. Houben (hrsg.), Gespräche mit Heine, Frankfurt-am-Main, 1926, 2e éd., Potsdam, 1948).

76  Cf. Henri Heine, Écrits juifs, traduits de l’allemand avec introduction et notes par Louis Laloy, Paris, 1926.

77  Pierre-Gauthiez (1913), p. 29, 31, 155, 227. Henri Lichtenberger publie en 1914 une recension prudente de cet ouvrage : malgré quelques critiques, il évite d’en éreinter l’auteur. Cf. H. Lichtenberger, Recension de Pierre-Gauthiez, Henri Heine, op. cit., in Revue universitaire, 1914, vol. 1, p. 49-50. Voici la conclusion de cette recension : « Le livre plein de verve de M. Pierre-Gauthiez est peut-être l’une des études les plus brillantes, les plus pittoresques, les plus « artistes » qui aient été écrites sur l’auteur du Livre des chants. Je crains qu’elle ne soit ni humainement vraie ni psychologiquement possible. »

78  Salluste, Les origines secrètes du bolchevisme. Henri Heine et Karl Marx, in Revue de Paris, 1er juin 1928, 3, p. 567-589 ; 15 juin 1928, 4, p. 900-923 ; 1er juillet 1928, 5, 153-175 ; 15 juillet 1928, 6, p. 426-445.

79  Maurice Liber, Judaïsme et socialisme. Henri Heine, Karl Marx et le judaïsme, in Revue de Paris, août 1928, 4, p. 606-628.

80  Léon Daudet, La nation juive. Henri Heine et Karl Marx, in Action française, 11 décembre 1938.

81  Cité par H. Lichtenberger (1905), p. 237.

82  Franz Mehring, Préface à Heines Werke in zehn Bänden, Berlin, 1911 ; rééd. in F. Mehring, Gesammelte Schriften, éd. par Thomas Höhle, etc., Berlin, 1960 sq., vol. 10 (Aufsätze zur deutschen Literatur von Klopstock bis Weerth, éd. par Hans Koch, Berlin, 1961), p. 422-464.

83  A l’occasion du 75e anniversaire de la mort de Heine, en 1931, Lounatcharsky présenta un rapport à l’Académie des sciences de l’URSS qui faisait du poète « un combattant remarquable (...) non seulement de la Révolution de 1848, mais aussi de la nôtre ». Cette réception soviétique était connue en France par l’intermédiaire des organisations communistes françaises. Ce texte de Lounatcharsky est cité par Albert Spaeth (1946), p. 169, n. 1.

84  Georges Cogniot, Henri Heine. Pages choisies, avec introduction et notes explicatives, précédées de « La vie de Henri Heine » par Franz Mehring (traduite par Erna Cogniot), Paris, 1964.

85  Dans l’entre-deux-guerres, Heine figure au programme de l’agrégation d’allemand en 1920, 1925, 1930, 1935, 1938.

86  Cf. Bibliographies de l’agrégation d’allemand de 1925 et de 1935, in Revue universitaire, 1925, vol. 1, p. 182, et 1935, vol. 1, p. 182.

87  Cf. Wolfgang Lutz, Schlß mit Heinrich Heine, in Nationalsozialistische Monatshefte, 7, 1936, p. 792-818.

88  René Lasne et Georg Rabuse, Anthologie de la poésie allemande, des origines à nos jours, préfacée par K. Epting, 2 vol., Paris, 1943.

89  A. Spaeth (1946) ; C. Andler (1948) ; Victor Bernard (1946) ; G. Bianquis (1948).

90  C. Andler (1948). Il faut signaler aussi l’article de Joseph Dresch en 1949 dans la revue Études germaniques fondée en 1946 : J. Dresch, Heine et la révolution de 1848, in Études germaniques, janvier-mars 1949, p. 39-47.

91  J. Dresch (1956) ; numéro Heine de la revue Europe, 34, n° 125-126, mai-juin 1956 (art. de Pierre Abraham, Edmond Vermeil, Stephan Hermlin, Georges Lukacs, Pierre Parf, Walter Victor, Gilbert Badia, Marie Lahy-Hollebecque, Albert Pfrimmer, Frédéric Robert) ; numéro Heine de la revue Études germaniques, 11, avril-juin 1956, n° 2 (art. de Maurice Boucher, Roger Ayrault, Geneviève Bianquis, Joseph Dresch).

92  P. Abraham, Pourquoi Heine ?, in Europe, mai-juin 1956, p. 3-11.

93  G. Bianquis, L’année Heine à Weimar et en France, in Études germaniques, octobre-décembre 1956, p. 349-350. G. Bianquis mentionne notamment un article d’Inter Nationes qui ne cache pas ses réticences envers le poète (ibid., p. 350).

94  Ibid., p. 350. Pour l’exposition organisée en 1957 par la Bibliothèque nationale, cf. le catalogue préfacé par J. Dresch, Henri Heine (1797-1856), Paris, 1957.

95  J. Dresch, conclusion sous le titre de « 17 février 1956 » à son ouvrage Heine à Paris (Paris, 1956), p. 159. Cf. également le rapide commentaire que J. Dresch donne de la biographie de Heine par Victor Bernard en 1946 : « L’Allemagne du national-socialisme aurait voulu rayer le nom et l’œuvre de Heine de la littérature européenne, parce qu’il était d’origine juive et qu’il avait médit de la Prusse. M. Victor Bernard souhaite ramener sur lui l’attention. Il y parviendra sans peine car Heine n’est pas oublié en France » (J. Dresch, Bibliographie, in Revue universitaire, 1946, p. 291).

96  P. Abraham (1956), p. 7-10 ; cf. également G. Bianquis (L’année Heine à Weimar..., 1956), p. 350.

97  Cf. G. Cogniot (1964).

98  J. Dresch (1956), p. 159.

99  A. Spaeth (1946), p. 170-171 ; cf. par ex. p. 170 : « La bataille qu’il a livrée à la caste féodale et cléricale appartient désormais à l’histoire. »

100  C. Andler (1948), p. 109-144 (chap. VI et VII, « La poésie saint-simonienne » : I. Neue Gedichte ; II. « La satire littéraire et social » : Atta Troll, Deutschland). Cf. notamment p. 126 (à propos des Neue Gedichte) : « S’il est vrai qu’il a restitué à la poésie allemande le droit de chanter la chair, il n’a trouvé que rarement des accents nouveaux ; la plupart de ses chants n’innovent pas sur Goethe » et p. 144 (à propos d’Atta Troll et de Deutschland) : « Le danger que recèle cette formule d’art, répétons-le, c’est que la réflexion tend peu à peu à évaporer le lyrisme. »

101  G. Bianquis (1948), p. 168-169 : « Il en résulte qu’il s’est montré peu sûr comme compagnon dans les luttes politiques, esthète que rebutait l’odeur du peuple, sa voix rude, sa main poisseuse, son idéologie courte ; railleur qui saisissait au vol et ne pouvait s’empêcher de signaler les ridicules de ceux-là mêmes dont il partageait les convictions ou les espoirs. (...). Ce qui est incontestablement grand en lui, c’est le poète. » De façon symptomatique, la revue Études germaniques ménage à la dimension lyrique de l’œuvre de Heine une place très importante dans le numéro qu’elle lui consacre en 1956 avec l’article de Roger Ayrault, « Le symbolisme du décor dans le Lyrisches Intermezzo », p. 105-113

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Élisabeth Décultot, « La réception de Heine en France entre 1860 et 1960. Contribution à une histoire croisée des disciplines littéraires », Revue germanique internationale [En ligne], 9 | 1998, mis en ligne le 08 septembre 2011, consulté le 29 avril 2017. URL : http://rgi.revues.org/678

Haut de page

Auteur

Élisabeth Décultot

Chargée de recherche au CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page