Navigation – Plan du site

Différentes manières de considérer l’histoire

Henri Heine
Traduction de Céline Trautmann-Waller
p. 191-192

Texte intégral

1Le livre de l’histoire est interprété de diverses manières. Deux conceptions s’opposent tout particulièrement. Les uns ne voient dans toutes les choses terrestres qu’un cercle désolant ; dans la vie des peuples comme dans celle des individus, dans cette dernière comme dans la nature organique en général ils voient une croissance, une floraison, un dépérissement et une mort : printemps, été, automne et hiver. Rien de nouveau sous le soleil, c’est leur devise et celle-ci elle-même n’est pas nouvelle puisqu’elle fut prononcée, dans un soupir, il y a deux millénaires déjà par le roi de l’Orient. Notre civilisation, qui une fois de plus finira par faire place à la barbarie, leur fait hausser les épaules ; nos combats de libération, qui ne serviraient qu’à la venue de nouveaux tyrans, leur font secouer la tête ; ils sourient de tous les efforts d’un enthousiasme politique qui veut rendre le monde meilleur et plus heureux et qui en fin de compte refroidirait et n’aurait rien produit ; dans la petite chronique des espoirs, des désespoirs, des malheurs, des douleurs et des joies, des erreurs et des déceptions qui composent la vie d’un homme, dans cette histoire d’un homme ils voient aussi l’histoire de l’humanité. En Allemagne les grands sages de l’École historique et les poètes de la période artistique goethéenne sont véritablement attachés à ce point de vue, et ces derniers ont l’habitude d’embellir ainsi de la manière la plus doucereuse un indifférentisme sentimental à l’égard de toutes les affaires politiques de la patrie. Un gouvernement d’Allemagne du Nord suffisamment connu sait tout particulièrement apprécier ce point de vue, il fait abondamment voyager des hommes pour cela, qui, parmi les ruines élégiaques de l’Italie, sont censés développer en eux-mêmes les pensées fatalistes qui tranquillement apaisent, pour ensuite, en commun avec ceux qui prêchent, conciliateurs, la soumission chrétienne, assourdir par de froids suppléments journalistiques la fièvre de liberté dont le peuple aura fait preuve pendant trois jours. Après tout, celui qui ne peut grimper par la force libre de son esprit poussera ses vrilles à même le sol ; mais l’avenir apprendra à ce gouvernement combien on est avancé avec les vrilles rampantes et les intrigues.

2Au point de vue fatalement fataliste critiqué plus haut s’oppose un autre plus lumineux, qui est plus apparenté à l’idée d’une providence, et d’après lequel toutes choses terrestres évoluent en mûrissant vers un beau perfectionnement, et les grands héros et les grands âges héroïques ne sont que des échelons en vue d’un état, supérieur et semblable au divin, de l’espèce humaine, dont les combats éthiques et politiques aboutiront enfin à la paix la plus sacrée, à la fraternité la plus pure et à la félicité la plus éternelle. Il est dit que l’âge d’or ne se trouverait pas derrière nous mais devant nous ; nous n’aurions pas été chassés du paradis avec une épée de flammes mais nous devrions le conquérir par un cœur enflammé, par l’amour ; le fruit de la connaissance ne nous donnerait pas la mort mais la vie éternelle. – « Civilisation », telle fut pendant longtemps la devise parmi les disciples de ce point de vue. En Allemagne l’École de l’Humanité surtout en était partisan. Quant à la manière décidée dont l’École qu’on appelle philosophique se dirige vers lui, elle est connue de tout le monde. Elle a surtout favorisé l’examen des questions politiques et, comme efflorescence la plus sublime de ce point de vue, on prêche une forme d’État idéelle, qui, entièrement basée sur des fondements rationnels, est censée en dernière instance ennoblir et combler l’humanité. – Je pense que je n’ai pas besoin de nommer les champions exaltés de ce point de vue. Leur aspiration à s’élever est en tout cas plus réjouissante que les petits replis des vrilles rampantes ; si nous avons à les combattre un jour, que ce soit avec l’épée d’honneur la plus précieuse, tandis que nous ne nous débarrasserons d’un valet rampant qu’avec le knout qui lui ressemble.

3Les deux visions, comme je les ai esquissées, ne veulent pas vraiment s’harmoniser avec notre joie de vivre la plus vivace ; d’un côté nous ne voulons pas être enthousiasmés pour rien et miser le plus sur quelque chose d’inutile et d’éphémère ; d’un autre côté nous voulons aussi que le présent conserve sa valeur et qu’il ne vaille pas seulement comme moyen dont l’avenir serait la fin. Et effectivement nous avons le sentiment d’être trop importants pour ne nous concevoir que comme un moyen en vue d’une fin ; nous avons d’ailleurs l’impression que la fin et les moyens ne sont que des concepts conventionnels, que l’homme, avec ses élucubrations, introduit dans la nature et dans l’histoire mais dont le Créateur ne savait rien puisque chaque chose créée est sa propre fin et chaque événement sa propre cause et que tout, comme le monde lui-même, existe et se produit pour lui-même. – La vie n’est ni fin ni moyen ; la vie est un droit. La vie veut faire valoir ce droit contre la mort engourdissant, contre le passé et sa façon de le faire valoir c’est la révolution. L’indifférentisme élégiaque des historiens et des poètes ne doit pas paralyser notre énergie dans ce travail ; et les chimères de ceux qui nous promettent un avenir heureux ne doivent pas nous inciter à mettre en jeu les intérêts du présent et le droit de l’homme à défendre en premier le droit de vivre. — Le pain est le droit du peuple, dit Saint-Just, et ce sont les paroles les plus sublimes de toute la Révolution.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Henri Heine, « Différentes manières de considérer l’histoire », Revue germanique internationale [En ligne], 9 | 1998, mis en ligne le 08 septembre 2011, consulté le 30 avril 2017. URL : http://rgi.revues.org/679

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page