Navigation – Plan du site

Constructions éditoriales d’un mythe

L’élaboration des Winckelmann’s Werke à Weimar (1808-1820)
Élisabeth Décultot
p. 23-34

Résumés

En 1808 commence à paraître le premier volume des Winckelmann’s Werke, une entreprise éditoriale qui marque à plus d’un titre un moment important dans l’histoire de l’hellénisme et, indirectement, du philhellénisme allemands. Tout, en apparence, semble faire de cette édition un monument uni et cohérent du culte grec à Weimar : les deux principaux éditeurs, Johann Heinrich Meyer et Carl Ludwig Fernow, amis de Goethe, s’accordent à célébrer en Winckelmann le découvreur de la beauté grecque, rappellent avec une égale conviction son rôle fondateur en archéologie et en histoire de l’art, font l’éloge de son style d’écrivain. À y regarder de plus près pourtant, il semble que cette unité affichée cache des dissensions profondes, qui touchent fondamentalement à leur conception du rapport à l’antique. Ce sont ces fractures qu’il s’agit ici d’analyser.

Haut de page

Notes de l'auteur

Abréviations utilisées dans cet article :
GK
1 – J. J. Winckelmann, Geschichte der Kunst des Alterthums, Dresde, Georg Conrad Walther Verlag, 1764 (première édition).
GK 2 – J. J. Winckelmann, Geschichte der Kunst des Alterthums, Vienne, Akademischer Verlag, 1776 (deuxième édition, parue après la mort de Winckelmann). Pour une édition synoptique de GK 1 et GK 2, cf. : J. J. Winckelmann, Geschichte der Kunst des Alterthums, éd. par A. H. Borbein, T. W. Gaehtgens, J. Irmscher et M. Kunze, Mayence, Philipp von Zabern Verlag, 2002.
MA – J. W. Goethe, Sämtliche Werke nach Epochen seines Schaffens, éd. par Karl Richter, 20 vol. et 1 vol. d’index, Munich/Vienne, Carl Hanser Verlag, 1985-1998 (« Münchner Ausgabe »).
WA Winckelmann’s Werke, éd. par C. L. Fernow, J. H. Meyer et J. Schulze, 7 vol. , Dresde, Georg Friedrich Walther Verlag, 1808-1817 ; vol. 8 (corrections et index), éd. par Carl Gottfried Siebelis, Dresde, G. F. Walther Verlag, 1820. À cet ensemble s’ajoutent 3 volumes de lettres, éditées par Friedrich Christoph Förster chez Schlesinger à Berlin en 1824-1825 (vol. 9-11).
WB – J. J. Winckelmann, Briefe, éd. par Walther Rehm avec la collaboration de Hans Diepolder, 4 vol. , Berlin, Walter de Gruyter Verlag, 1952-1957.

Texte intégral

  • 1 Giovanni Winckelmann, Storia delle arti del disegno presso gli antichi, tradotta dal tedesco e in q (...)
  • 2 J. J. Winckelmann, Recueil de différentes pièces sur les arts, sans nom de traducteur (Michael Hube (...)
  • 3 J. J. Winckelmann, Histoire de l’art chez les Anciens, trad. de l’allemand par Hendrik Jansen, 3 vo (...)
  • 4 C. L. Fernow, Vorrede, in : WA, vol. 1, p. 3.

1En 1808 paraît à Dresde le premier volume des Winckelmann’s Werke, une entreprise éditoriale qui marque à plus d’un titre un moment important dans l’histoire de l’hellénisme et, indirectement, du philhellénisme allemands. Sur le marché du livre, cette publication quasi complète des œuvres de Winckelmann constitue une nouveauté. Avant elle, pour le public allemand, les ouvrages de Winckelmann n’étaient disponibles que de façon dispersée dans les éditions originales du xviiie siècle, et beaucoup d’entre eux n’étaient plus disponibles. Curieusement, c’est en français et en italien qu’après la mort de Winckelmann s’étaient manifestés les premiers efforts d’édition critique. Ainsi, l’Italien Carlo Fea avait fourni en 1783-1784 sous le titre de Storia delle arti del disegno une édition italienne de la Geschichte der Kunst des Alterthums qui faisait référence parmi les antiquaires européens en ce qu’elle corrigeait les erreurs avérées des deux éditions allemandes du texte (1764 et 1776)1. En 1786 avait paru en français un Recueil de différentes pièces sur les arts par M. Winckelmann, qui regroupait plusieurs essais publiés entre 1756 et 1763, et devenus pour certains difficilement accessibles en langue allemande2. En 1794, le libraire parisien Hendrik Jansen avait commencé à faire paraître les trois premiers volumes des Œuvres complètes de Winkelmann qui, outre une édition internationalement respectée de l’Histoire de l’art, contenaient plusieurs de ses textes sur l’architecture antique3. Dans son projet initial – qui ne fut pas entièrement réalisé –, l’édition Jansen devait compter huit tomes. Les ouvrages de Winckelmann fournissaient donc le « cas étrange d’une œuvre classique de la littérature allemande qui, en Allemagne même, était de préférence étudiée en traduction plutôt que dans la langue originale4 ».

  • 5 Né en Poméranie, C. L. Fernow commença par exercer le métier de pharmacien à Lübeck, ce qui l’amena (...)
  • 6 Né à Zurich, J. H. Meyer se forme tout d’abord aux arts du dessin et de la peinture, notamment aupr (...)
  • 7 Après avoir commencé à étudier la théologie et la philologie à Halle, notamment auprès de F. A. Wol (...)

2C’est ce constat qui semble avoir déterminé trois proches collaborateurs de Goethe à Weimar à entreprendre la publication des Werke de Winckelmann en allemand dans la première décennie du xixe siècle. Le travail fut d’abord réalisé par le seul Carl Ludwig Fernow (1763-1808), un historien de l’art qui s’était installé à Weimar avec la protection de Goethe après avoir passé de longues années en Italie5. Mort prématurément en 1808, Fernow n’eut cependant pas le temps d’aller au-delà du deuxième volume (qu’il n’acheva pas complètement). Il fut relayé à son décès par un proche conseiller de Goethe en matière artistique : le directeur de l’école des beaux-arts de Weimar, Johann Heinrich Meyer (1760-1832)6, aidé pour le travail philologique par Johann Karl Hartwig Schulze (1786-1869), professeur de lycée7. Tous deux achevèrent la publication en 1817, avec un total de 7 volumes – à quoi vint s’ajouter en 1820 un volume d’index.

  • 8 Pour une histoire de la première réception de Winckelmann en Allemagne, cf. notamment : Henry Caraw (...)
  • 9 J. W. Goethe, [Skizzen zu einer Schilderung Winckelmanns I.], in : J. W. Goethe, éd., Winckelmann u (...)

3Cette édition marque un tournant dans l’histoire de la réception de Winckelmann et plus généralement de la référence grecque en Allemagne8. Jusqu’à sa mort en 1768, peu de savants allemands s’étaient aventurés à contester les travaux de Winckelmann sur la Grèce, auxquels il était convenu de reconnaître un caractère pionnier. À partir des années 1770 cependant, au moment où les sciences de l’Antiquité prennent un important essor dans les universités allemandes, des voix de plus en plus nombreuses se font entendre pour critiquer ses œuvres. Certains philologues notamment – parmi lesquels Christian Gottlob Heyne ou plus tard Friedrich August Wolf – n’hésitent pas à dresser le catalogue de ses erreurs. C’est en réaction à ce contexte critique que Goethe fait paraître en 1805 le collectif Winckelmann und sein Jahrhundert, qui s’ouvre sur un élogieux portrait du « Christophe Colomb » de la Grèce9. Winckelmann, dont le lustre scientifique avait quelque peu terni dans les dernières décennies du xviiie siècle, se trouve ainsi érigé en figure tutélaire du retour à la Grèce.

4Les Winckelmann’s Werke, qui commencent à paraître trois années plus tard à Weimar, s’inscrivent dans ce contexte de réhabilitation. Tout, en apparence, semble faire de cette entreprise éditoriale un monument uni et cohérent du philhellénisme weimarien : Meyer et Fernow s’accordent à célébrer en Winckelmann le découvreur de la beauté grecque, rappellent avec une égale conviction son rôle fondateur en archéologie et en histoire de l’art, font l’éloge de son style d’écrivain. À y regarder de plus près pourtant, il semble que cette unité affichée cache des dissensions profondes, qui touchent fondamentalement à leur conception du rapport à l’antique. Ce sont ces fractures qu’il s’agit ici d’analyser.

Éditer un « classique »

  • 10 C. L. Fernow, Vorrede, in : WA, vol. 1, p. 3 ; WA, vol. 3, p. 10. Avec Winckelmann, Goethe est pour (...)

5Mais tout d’abord, pour mieux mesurer ces écarts, il faut évoquer le socle commun. À commencer par la présence muette de Goethe, qui, quoique ne figurant pas parmi les éditeurs des Winckelmann’s Werke, accompagne chacun des volumes. Fernow ne cache pas sa dette à son endroit : dès la préface du premier volume, il mentionne Goethe comme l’inspirateur de l’entreprise. Quant à Meyer, c’est par un éloge de Goethe comme « second Winckelmann » qu’il clôt sa présentation de la Geschichte der Kunst10. Les Winckelmann’s Werke remplissent manifestement dans l’esprit des éditeurs une double fonction : en même temps qu’un monument à la mémoire de Winckelmann, ils sont une célébration de la gloire de Goethe.

  • 11 Christian Gottlob Heyne, Lobschrift auf Winckelmann, in : Die Kasseler Lobschriften auf Winckelmann(...)
  • 12 C. L. Fernow, Editionsplan für die Gesamtausgabe der Winckelmannischen Schriften (manuscrit conserv (...)
  • 13 WA, vol. 3, p. 4-5.
  • 14 Notons d’ailleurs que Friedrich August Wolf avait participé au collectif de Goethe Winckelmann und (...)

6Cette référence indirecte à Goethe permet de mettre en évidence l’une des intentions symboliques communes du projet éditorial. Consacrer aux œuvres winckelmanniennes une édition allemande, c’est, pour Fernow comme pour Meyer, fournir les premiers matériaux d’un chapitre récent de l’histoire littéraire allemande, un chapitre dont Winckelmann marque le premier, et Goethe le second apogée, à savoir le « classicisme allemand ». Le terme « classique » fait partie des épithètes régulièrement accolées à Winckelmann par Fernow et Meyer dans les commentaires de l’édition. Au milieu des multiples significations qu’il revêt au début du xixe siècle, l’une domine tout particulièrement au fil des notes : Winckelmann est « classique » en ce qu’il constitue un modèle identique en force à celui des Anciens. Si cette épithète, courante pour les auteurs antiques, n’a rien d’absolument neuf même pour un auteur aussi moderne que Winckelmann (dès 1778, Heyne qualifie ses écrits de « classiques »11), les principes éditoriaux que Fernow et Meyer tirent de cette désignation méritent attention. Dire que Winckelmann est classique implique en effet à leurs yeux une règle philologique majeure : les écrits de Winckelmann devront, selon les termes de Fernow, « être traités comme les œuvres d’un auteur classique, c’est-à-dire que le texte devra être imprimé, après lecture attentive et élimination de fautes de frappe, avec la plus consciencieuse fidélité et exactitude, qualités qui devront s’étendre jusqu’à l’orthographe de l’auteur »12. À quoi Meyer ajoute en écho dans la préface au premier volume de la Geschichte der Kunst : « Le texte de Winckelmann sur l’histoire de l’art mérite d’être traité exactement avec la même rigueur critique » que celle qu’on s’efforce « d’appliquer aux écrits des Grecs et des Romains »13. Autrement dit, faire de Winckelmann un « classique », c’est exiger pour un auteur quasi contemporain les mêmes règles d’édition que celles qui prévalent pour les auteurs anciens dans l’école allemande de la philologie classique, notamment illustrée par Christian Gottlob Heyne et Friedrich August Wolf14.

  • 15 J. J. Winckelmann, Fragment einer neuen Bearbeitung der Anmerkungen über die Baukunst der Alten. Au (...)
  • 16 Pour ces choix éditoriaux clairement revendiqués, cf. : C. L. Fernow, Editionsplan für die Gesamtau (...)
  • 17 Dans ses commentaires, Fernow insiste sur la dimension novatrice de Winckelmann, qui « ouvre des po (...)

7De ce postulat découlent divers procédés éditoriaux. En premier lieu, pour ne pas déroger aux règles scientifiques de la philologie classique, on assortit les textes winckelmanniens d’un copieux apparat critique, constitué de commentaires introductifs et de notes savantes. On adjoint même au corpus publié des extraits autographes du Nachlaß conservé à Paris15. En second lieu, un auteur « classique » étant destiné à être lu dans les classes, c’est-à-dire abondamment diffusé, on s’efforce de donner à l’édition un format maniable, en l’occurrence des octavos d’épaisseur raisonnable, très éloignés des lourds in-quartos qu’affectionnait la science antiquaire avant Winckelmann16. En troisième lieu et surtout, l’œuvre de Winckelmann étant trop volumineuse et donc trop coûteuse pour être publiée exhaustivement, on opère un tri dans les textes à éditer. Par là, on trace les limites d’un corpus winckelmannien canonique, on fixe la liste des œuvres majeures. Meyer et Fernow s’accordent sur les choix à opérer. Seront éliminés une très grande partie des Monumenti antichi inediti et la totalité de la Description des pierres gravées du feu Baron de Stosch, des soustractions riches de sens. En écartant ces textes, Fernow et Meyer excluent des Werke les publications qui ressortissent le plus directement à la tradition antiquaire, dont il leur importait de distinguer à tout prix Winckelmann. Pour eux en effet, Winckelmann est bien l’auteur d’une révolution dans l’approche de l’antique, l’inventeur d’une herméneutique nouvelle de l’art ancien, fondée sur le principe du contact sensible direct avec les monuments. Tout le sépare de ces « pédants » pour qui les statues ne sont qu’objet de froide érudition. À leurs yeux, Winckelmann est d’abord l’homme du sens naturel du beau, un sens qui passe par une puissance singulière du regard – autant de qualités dont les descriptions érudites des Monumenti ou des médailles de Stosch ne rendent pas suffisamment compte à leur goût17.

  • 18 C. L. Fernow, Editionsplan für die Gesamtausgabe der Winckelmannischen Schriften, op. cit., p. 271.

8Pour parfaire les contours de ce corpus classique, il importe en outre de lui assigner un centre de gravité, de lui conférer une clef de voûte. Cette fonction centrale, Meyer et Fernow s’accordent à l’attribuer à un texte publié par Winckelmann en italien, le Trattato preliminare, dont ils donnent une traduction allemande dans le dernier volume, paru en 1817. Ce texte, publié pour la première fois en 1767 en prélude aux Monumenti antichi inediti, est présenté comme l’exposé plus cohérent et plus « mûr » d’une théorie du beau qui n’était qu’apparue par bribes dans la Geschichte der Kunst. Il est érigé en testament conceptuel de Winckelmann, un testament dans lequel se trouverait rassemblée sa doctrine du beau idéal18. Notons qu’en éliminant les parties des Monumenti qui suivent le Trattato, Meyer et Fernow façonnent un corpus winckelmannien idéal, où l’ordre chronologique des œuvres rencontre l’ordre hiérarchique de leur valeur. Le Trattato, dernier volume des œuvres éditées dans les Winckelmann’s Werke, apparaît comme la quintessence de la pensée winckelmannienne.

Corriger un « classique »

  • 19 J. W. Goethe, [Skizzen zu einer Schilderung Winckelmanns I.], in : J. W. Goethe, éd., Winckelmann u (...)
  • 20 Devant les échecs répétés de ce projet, il décide de faire paraître, sous forme d’un opuscule sépar (...)
  • 21 Cf. É.þDécultot, Johann Joachim Winckelmann. Enquête sur la genèse de l’histoire de l’art, Paris, P (...)

9Seulement voilà : même après ces importants travaux de refonte et d’élimination, les textes de Winckelmann opposent de sérieuses résistances à ce façonnage « classique ». À cela deux raisons essentielles, qui tiennent à leur genèse. Tout d’abord, Winckelmann ne clôt jamais ses textes. Comme l’ont noté après sa mort bien des lecteurs – parmi lesquels Goethe et Fernow eux-mêmes19 – , il n’a pas plus tôt remis un manuscrit à son éditeur qu’il commence à le retravailler. De cet inachèvement témoigne entre autres la Geschichte der Kunst, dont, avant même la première parution en 1764, il prépare une seconde édition considérablement remaniée, qu’il tente par tous les moyens, mais en vain, de publier20. Le recours incessant à ses notes de lecture, vaste bibliothèque manuscrite où il entrepose sa vie durant des informations nouvelles, joue un rôle décisif dans ce perpétuel travail de réécriture21.

  • 22 Dans Laokoon, oder über die Grenzen der Malerei und Poesie qui paraît à Berlin en 1766, G.þE.þLessi (...)
  • 23 C. G. Heyne avait fait paraître plusieurs comptes rendus des œuvres de Winckelmann dans les Götting (...)
  • 24 J. W. Goethe, [Skizzen zu einer Schilderung Winckelmanns I.], in : J. W. Goethe, éd., Winckelmann u (...)

10Mais il y a à l’élaboration éditoriale d’un Winckelmann « classique » un obstacle plus sérieux encore : ses textes fourmillent d’erreurs, tant archéologiques que philologiques. Tous ces défauts sont connus depuis longtemps. De son vivant même, des antiquaires et philologues de renom – þparmi lesquels Gotthold Ephraïm Lessing – ne se sont pas privés de dénoncer ses méprises : mots grecs incorrectement traduits, datations erronées, hypothèses infondées etc.22. À sa mort, les critiques n’ont cessé de se multiplier. Si beaucoup de représentants des sciences allemandes de l’Antiquité célèbrent en Winckelmann l’un de leurs prestigieux prédécesseurs, ils sont aussi contraints, en raison même de leurs ambitions de scientificité, de stigmatiser ses inexactitudes. Christian Gottlob Heyne dresse à partir des années 1770 un bilan sans concession de ses défauts23. Ses admirateurs mêmes ne peuvent taire ces insuffisances. Dans Winckelmann und sein Jahrhundert, Goethe évoque sans fard ses « méprises », tandis que le philologue Friedrich August Wolf énumère ses « conjectures et interprétations manquées sur les Anciens24 ». Ce sont précisément ces manques qui rendent une édition critique des Winckelmann’s Werke indispensable à ses yeux.

  • 25 C. L. Fernow, Vorrede, in : WA, vol. 1, p. 6.
  • 26 C. L. Fernow, Kurzer Abriß von Winckelmanns Leben, in : WA, vol. 1, p. I-XLIV, surtout p. XXIV sq. (...)

11Or Fernow et Meyer jettent sur ces erreurs des regards assez divergents. Le premier, qui réalise presque complètement les deux premiers volumes de l’édition, insiste d’emblée fortement sur les défauts du texte original. « Malgré tous les mérites de Winckelmann envers la science de l’Antiquité en général, malgré la direction plus féconde qu’il imprima à l’étude des monuments anciens […], il faut avouer que l’enthousiasme a propulsé ce grand homme […] dans un monde idéal et qu’il lui est souvent arrivé de ne pas considérer les détails avec l’exactitude nécessaire, de se tromper par précipitation25. » Dans la brève biographie qu’il place en tête du premier volume, Fernow juxtapose – non peut-être sans quelque intention ironique – les honneurs reçus par le « grand homme » et ses confusions les plus grossières26. À la consultation de cette présentation, l’activité intellectuelle de Winckelmann paraît se ramener à de nombreux projets avortés et d’interminables travaux de correction ou de réécriture.

  • 27 C. L. Fernow, Kurzer Abriß von Winckelmanns Leben, in : WA, vol. 1, p. XLI. Winckelmann s’était lui (...)
  • 28 C. L. Fernow, Editionsplan für die Gesamtausgabe der Winckelmannischen Schriften, op. cit., p. 271- (...)

12Dans cet ensemble, la Geschichte der Kunst occupe une place privilégiée : elle totalise un tel nombre d’erreurs qu’elle exige un traitement critique particulier. Pour la publier, Fernow propose le protocole suivant : on prendra pour base l’édition de 1764 – la seule parue du vivant de Winckelmann. Mais cette édition ayant été, en raison de ses nombreuses erreurs, contestée par l’auteur lui-même, on lui adjoindra les importants compléments de la seconde édition, parue après sa mort à Vienne en 1776, que l’on prendra soin de signaler entre guillemets. Or cette seconde édition, qui ne repose pas sur des bases très sûres, a été elle-même « défigurée » par des « négligences de toutes sortes »27. On lui adjoindra donc les corrections apportées par Carlo Fea dans l’édition italienne de 1783-1784. L’édition Fea est cependant elle-même entachée d’erreurs : il faudra en conséquence lui ajouter les rectifications de savants plus récents. De corrections corrigées en compléments complétés, l’édition de la Geschichte der Kunst telle que l’envisage Fernow apparaît comme une fascinante stratification de notes érudites, dans laquelle le texte winckelmannien originel ne constitue qu’une sous-couche profondément enfouie. Soulignons néanmoins que Fernow envisage dans son programme éditorial préliminaire de maintenir clairement séparées ces diverses strates textuelles par un subtil système de notes : les notes de Winckelmann lui-même figureront directement en bas du texte ; celles, rectificatrices, de Fea, apparaîtront en fin de volume ; quant aux corrections apportées par d’autres savants encore, elles seront publiées dans un volume à part28.

  • 29 WA, vol. 3, p. 8-9 (Vorrede der Herausgeber).
  • 30 WA, vol. 3, note 98 (non signée), p. LVI-LIX, ici p. LIX.

13Mort en 1808, Fernow ne put – nous l’avons dit – mener à bien son projet d’édition de la Geschichte der Kunst. C’est à Meyer qu’échut cette tâche. Or Meyer aborde le délicat problème des erreurs de Winckelmann d’une manière sensiblement différente. Certes, il ne cherche pas à cacher ses méprises les plus évidentes. Cependant, beaucoup plus que Fernow, il affiche son souci de penser non pas contre Winckelmann, mais avec lui et même pour lui – ce qui signifie parfois à sa place. Sa préface à l’édition de la Geschichte der Kunst souligne d’emblée ce choix critique. Invoquant le « génie de Winckelmann », il tient à souligner son désaccord avec « la foisonnante engeance » des « ingrats »þqui, « pleine de présomption et d’orgueil,þ[…] s’élève contre ceux-là mêmes qui ont les premiers ouvert ses yeux imbéciles29 ». Et Carlo Fea se trouve accusé de s’être laissé guider dans ses notes par un ressentiment personnel envers Winckelmann30.

  • 31 WA, vol. 3, p. 319-320 (note 290, non signée ; sur l’absence totale de parenté entre Grecs et Égypt (...)

14Au plan de la technique éditoriale, cette position se traduit de diverses manières. Pour l’établissement des notes, qui restent très volumineuses, Meyer se montre très circonspect dans la dénonciation directe des erreurs de Winckelmann. Alors que Fernow aimait à insister sur l’accueil négatif reçu par bon nombre de ses interprétations dans le milieu érudit, Meyer se contente souvent d’introduire des informations nouvelles sans insister sur l’invalidité de ses propos. En outre, il multiplie les notes « empathiques », qui cherchent non pas à corriger, mais à conforter en les reformulant les thèses de Winckelmann. Parmi ces sujets de consensus figurent la réfutation vigoureuse de l’origine égyptienne de l’art grec, erreur que le comte de Caylus avait eu le grand tort de répandre ; le tableau clair des civilisations antiques (égyptienne, grecque, romaine, etc.) dans leur rapport à l’art ; et enfin la chronologie des styles grecs, qui ne souffre aucune objection31. Le texte de la Geschichte der Kunst, s’il paraît certes perfectible sur certains points, reste, dans la présentation de Meyer, globalement valide dans ses fondements.

  • 32 WA, vol. 3, p. 390 (note 657).
  • 33 WA, vol. 3, p. 424-425 (note 740).

15Quant aux sujets de dissension, ils ne sont bien sûr pas absents, mais témoignent moins d’une opposition à Winckelmann que d’un souci de rendre sa doctrine plus claire, c’est-à-dire plus radicale. Le traitement du rapport entre « style grec » et « style étrusque » est à cet égard exemplaire. Dans une première note élogieuse, Meyer reconnaît à l’auteur de la Geschichte der Kunst l’immense mérite d’avoir le premier « commencé à restreindre les préjugés exagérément favorables dont jouissait autrefois l’art étrusque ». C’est grâce à Winckelmann que « d’importants monuments », attribués « par erreur » à la civilisation étrusque, ont pu être restitués aux Grecs32.þAutrement dit, Meyer sait gré à Winckelmann d’avoir rétabli l’art grec dans ses droits en le distinguant fermement de l’art étrusque, aux formes plus rigides. Mais Meyer ajoute à cet éloge des restrictions importantes : Winckelmann n’est pas allé assez loin dans sa critique de l’étrusque ou plutôt de l’engouement pour l’étrusque. Il a certes été le premier à établir l’immense supériorité des formes grecques, mais il fait aux Étrusques un trop grand honneur en leur attribuant un « style » particulier. Pour Meyer en effet, « l’art des Étrusques n’est jamais parvenu à posséder un style propre, produit de façon autonome […]. Tout ce que les Étrusques ont fourni dans le domaine des beaux-arts doit être considéré comme un simple rameau de l’art grec33 ». Autrement dit, Meyer cherche à corriger dans un sens plus favorable aux Grecs encore ce qu’avait esquissé l’instigateur du culte grec en Allemagne.

  • 34 WA, vol. 3, p. 2-3 (Vorrede der Herausgeber).

16Le travail de Meyer sur le texte principal confirme cette orientation. Pour établir le texte de la Geschichte der Kunst, l’éditeur dit s’appuyer sur les trois sources allemandes existantes : la première édition de 1764, les Anmerkungen publiées séparément par Winckelmann en 1767 et l’édition posthume de 1776. Mais, contrairement aux règles strictes énoncées par Fernow, aucun système de guillemets ne vient indiquer qu’à tel moment il choisit telle ou telle version. Autrement dit, Meyer coupe, croise, rassemble à son gré des morceaux issus des trois sources allemandes, et, comme il le dit lui-même, « élabore » à partir d’eux l’ouvrage « que, selon [lui], Winckelmann aurait fait si un cruel destin ne l’avait empêché d’achever son travail »34. En d’autres termes, Meyer, entend livrer cette seconde édition corrigée de la Geschichte der Kunst dont Winckelmann n’avait cessé de rêver, mais qu’il n’était pas parvenu à réaliser.

La fresque de Ganymède

  • 35 WB 397, lettre de Winckelmann à J. J. Volkmann, 27 mars 1761, vol. 2, p. 121 ; WB 377, lettre de Wi (...)
  • 36 WB 766, lettre de Winckelmann à Schlabbrendorf, 12 avril 1766, vol. 3, p. 174 ; J. J. Winckelmann, (...)
  • 37 Dans une biographie du peintre, Giuseppe Niccola d’Azara assure que Mengs aurait demandé sur son li (...)

17Un exemple illustre assez clairement l’attitude spécifique de Meyer envers les failles présumées de la Geschichte der Kunst. En 1760 avait fait surface dans la région de Rome une fresque représentant Zeus embrassant Ganymède. Très vite, Winckelmann s’enthousiasme pour cette œuvre, tout d’abord dans le cadre privé de sa correspondance, puis dans la première édition de la Geschichte der Kunst (1764), où lui est réservée une longue et élogieuse description. Par son sujet – le baiser – , par sa composition comme par son exécution, cette fresque dépasse à ses yeux toutes les œuvres d’Herculanum. Elle est pour lui « la plus belle peinture de l’Antiquité qui ait jamais vu le jour à notre époque35 ». Il faudra quelque temps à Winckelmann pour comprendre que ce joyau de l’antiquité est un faux tout récent, exécuté dans le dessein de le tromper. Comme la première édition allemande de la Geschichte der Kunst est déjà parue, il est trop tard pour empêcher une diffusion de la description erronée en Allemagne, où elle fit grand bruit. Du moins Winckelmann cherche-t-il par tous les moyens à faire modifier sur ce point la traduction française de la Geschichte der Kunst que préparent à Paris Sellius et Robinet de Chateaugiron – ce à quoi il parvient. En avril 1766, bien que fort mécontent de cette traduction française, il se félicite d’avoir « pu ôter encore à temps ce qu’elle contenait de choquant », c’est-à-dire notamment la description de ce faux36. Les éditeurs ultérieurs de la Geschichte der Kunst retiendront la leçon : ni l’édition allemande de Vienne de 1776, ni l’édition italienne de Fea de 1783-1784 ne font mention de cette fresque. Dans les dernières décennies du xviiie siècle, la thèse s’impose qu’il s’agit là en vérité d’un ouvrage d’Anton Raphaël Mengs, l’ami intime de Winckelmann. C’est sous son nom qu’elle est aujourd’hui conservée au Palazzo Corsini à Rome37.

  • 38 WA, vol. 5, ill. VII.
  • 39 WA, vol. 5, note 762 (non signée), p. 483-493, ici p. 485.
  • 40 Ibid., p. 485 et 487-488.

18Meyer rompt avec cette interprétation bien établie : alors même que cette fresque est tenue pour fausse depuis plusieurs années, il décide d’en réintégrer la description dans son édition de la Geschichte der Kunst et souligne fermement ce choix en en publiant une reproduction dans le cinquième volume (cf. ill. 1)38. Une note longue de plus de dix pages vient justifier ce parti pris. Tout d’abord, l’attribution de cette œuvre à Mengs est fortement contestée : elle est selon lui l’invention de quelques amis du peintre – son beau-frère Anton Maron, l’agent d’art Johann Friedrich Reiffenstein ou encore son biographe Guiseppe Nicola d’Azara, tous soucieux d’accroître sa réputation d’habileté. Il est impossible aux yeux de Meyer que Mengs, « auquel on reproche à bon droit une expression faible et des têtes dépourvues de caractère », ait pu produire une œuvre d’une telle beauté39. Par glissements successifs, Meyer en arrive à une conclusion hardie : non seulement la fresque n’est pas de Mengs, mais elle ne peut être que l’authentique ouvrage d’un Ancien, car dans son entier, elle « exhale le sens antique » le plus pur40. Nul doute qu’en sauvant ainsi la fresque controversée, c’est un peu Winckelmann lui-même que Meyer cherche à sauver. L’auteur de la Geschichte der Kunst est un connaisseur trop exemplaire de l’art antique pour avoir commis pareille erreur.

T.H. Meyer et C.A. Schwerdgeburth, Zeus und Ganymed, 1810-1811.

T.H. Meyer et C.A. Schwerdgeburth, Zeus und Ganymed, 1810-1811.

22, 6 x 18,2 cm in: J.J. Weinckelmann’s Werke, vol. 5, Dresde, G.F. Walther Verlag, 1812.

  • 41 C. L. Fernow, Kurzer Abriß von Winckelmanns Leben, in : WA, vol. 1, p. XXXI.
  • 42 WA, vol. 5, note 762 (non signée), p. 492.

19Ce raisonnement met au jour un clivage assez net entre les deux éditeurs de Weimar. De fait, si Meyer penche en faveur de l’authenticité de la fresque, Fernow n’avait quant à lui pas hésité à la présenter comme douteuse et à signaler le rôle trouble de Mengs dans cette affaire dès la préface du premier volume des Winckelmann’s Werke41. Par-delà l’interprétation de cette pièce précise, ce sont deux lectures divergentes de Winckelmann qui s’affrontent ici. Au principe historique hautement revendiqué par Fernow dans le projet éditorial initial, Meyer oppose des impératifs normatifs inhérents à la construction d’un corpus de textes « classiques » – une dissension dont il est d’ailleurs tout à fait conscient. Dans la note accompagnant la description de cette fresque, il s’inscrit explicitement en faux contre l’interprétation de son collègue décédé42.

  • 43 À cela s’ajoutent des divergences connexes, qui toutes touchent au rapport de la norme et de l’hist (...)
  • 44 A. W. Schlegel, Recension de : Winckelmanns Werke, éd. par Carl Ludwig Fernow, Heinrich Meyer et Jo (...)

20Les Winckelmann’s Werke de Weimar tendent donc à donner de Winckelmann deux images assez différentes. Le Winckelmann de Fernow est l’auteur d’une œuvre majeure certes, mais exigeant corrections, et réclamant pour cette raison d’être mise en perspective historiquement. Le Winckelmann de Meyer est le père d’une doctrine artistique cohérente, dont les Weimarer Kunstfreunde entendent faire fructifier l’héritage43. Cette inadéquation n’a pas échappé aux lecteurs de l’époque. En 1812, August Wilhelm Schlegel fait paraître un long et très sévère commentaire de cette édition, qui mentionne ces tensions44. Ce qui fait la faiblesse de l’entreprise au regard de la rigueur éditoriale fonde cependant aussi sa valeur au regard de l’histoire intellectuelle. Les Winckelmann’s Werke présentent de fait l’intérêt de porter au jour les tensions multiples qui divisent les admirateurs de la Grèce à Weimar – et de rendre par là compte des tensions propres à l’œuvre de Winckelmann lui-même. Car si les Winckelmann’s Werke ont pu être guidés par des principes éditoriaux si différents, c’est que l’œuvre de Winckelmann contient des virtualités théoriques multiples. Depuis le premier essai des Gedanken über die Nachahmung jusqu’aux Monumenti antichi inediti en passant par la Geschichte der Kunst, elle ne cesse d’hésiter elle-même entre une vision historique et une conception normative de l’art grec. D’un côté, Winckelmann pose le modèle grec comme exemplaire, c’est-à-dire aussi comme reproductible, indépendamment des contingences historiques singulières qui l’ont fait naître – tendant par là à extraire la Grèce de l’Histoire. D’un autre néanmoins, il énumère les conditions historiques absolument uniques qui ont contribué à cette apothéose singulière : système politique, climat, coutumes vestimentaires, etc. La Grèce de Winckelmann est unique, sa beauté est le résultat de circonstances naturelles et politiques singulières, elle est inimitable – et pourtant il faut l’imiter. Ce n’est pas l’un des moindres paradoxes du groupe de Weimar que d’avoir réussi à mettre en évidence cette tension, au sein même d’une entreprise éditoriale destinée à conforter l’établissement d’une doctrine classique cohérente et lisse.

Haut de page

Notes

1 Giovanni Winckelmann, Storia delle arti del disegno presso gli antichi, tradotta dal tedesco e in questa edizione corretta e aumentata dall’Abate Carlo Fea, 3 vol. , Rome, dalla stamperia Pagliarini, 1783-1784. Notons que la Geschichte der Kunst avait déjà fait l’objet d’une traduction italienne en 1779 : Giovanni Winckelmann, Storia delle arti del disegno presso gli antichi di Giovanni Winckelmann, tradotta dal tedesco con note originali degli editori, éd. par Carlo Amoretti et Angelo Fumagalli, 2 vol. , Milan, Monistero di San Ambrogio maggiore, 1779. Cette première traduction se contentait de reprendre l’édition allemande de Vienne parue en 1776 (GK 2).

2 J. J. Winckelmann, Recueil de différentes pièces sur les arts, sans nom de traducteur (Michael Huber ? Hendrik Jansen ?), Paris, Barrois aîné, 1786.

3 J. J. Winckelmann, Histoire de l’art chez les Anciens, trad. de l’allemand par Hendrik Jansen, 3 vol. , Paris an II (1794)-an XI (1803). Cette traduction française de la Geschichte der Kunst était jugée parfois plus « pure » que celle de Fea (WA, vol. 3, note 98 [non signée], p. LVII), car non seulement elle corrigeait les erreurs du texte original de Winckelmann en s’appuyant sur les notes de Fea ou d’autres antiquaires informés, mais en plus elle respectait le style très admiré de l’auteur. Notons que deux autres traductions françaises de la Geschichte der Kunst avaient précédé celle-ci : J. J. Winckelmann, Histoire de l’art de l’Antiquité, trad. de l’allemand par G. Sellius et J.-B.-R. Robinet de Chateaugiron, 2 vol. , Paris, Saillant, 1766 (traduction fondée sur GK 1) ; J. J. Winckelmann, Histoire de l’art de l’Antiquité, trad. de l’allemand par M. Huber, 3 vol. , Leipzig, J. G. I. Breitkopf, 1781 ; rééditée à Paris en 1789 chez Barrois l’aîné en 3 vol. (traduction fondée sur GK 2).þ

4 C. L. Fernow, Vorrede, in : WA, vol. 1, p. 3.

5 Né en Poméranie, C. L. Fernow commença par exercer le métier de pharmacien à Lübeck, ce qui l’amena à faire la connaissance du peintre Jacob Asmus Carstens. Il rédigea sur celui-ci une grande monographie, la première concernant un artiste moderne en langue allemande (C. L. Fernow, Leben des Künstlers Asmus Jakob Carstens. Ein Beitrag zur Kunstgeschichte des achtzehnten Jahrhunderts, Leipzig, Hatknoch, 1806). Après avoir étudié la philosophie de Kant à l’université d’Iéna comme élève de K. L. Reinhold, Fernow s’installa à Rome en 1794, ce qui lui permit de rentrer en contact avec de nombreux artistes. En 1795-1796, il y donne des leçons d’esthétique d’inspiration kantienne qui eurent un important écho. En 1802, grâce à la protection de Goethe qui s’intéresse à ses travaux, il devient professeur d’esthétique à Iéna, puis en 1804 bibliothécaire de la duchesse Anna Amalia à Weimar, fonctions qu’il occupe jusqu’à sa mort en 1808. La plupart de ses essais ont été réunis dans : C. L. Fernow, Römische Studien, 3 vol. , Zurich, Gessner, 1806-1808. Pour le rapport de Fernow à Winckelmann, cf. notamment : Helmut Pfotenhauer, Fernow als Kunsttheoretiker in Kontinuität und Abgrenzung von Winckelmanns Klassizismus, in : Michael Knoche, Harald Tausch, éd., Von Rom nach Weimar. Carl Ludwig Fernow, Tübingen, Gunter Narr Verlag, 2000, p. 38-51. Signalons également un

6 Né à Zurich, J. H. Meyer se forme tout d’abord aux arts du dessin et de la peinture, notamment auprès de Johann Caspar Füßli qui fut un ami de Winckelmann. En 1784, il entreprend un voyage en Italie. Il y rencontre Goethe en 1786 et devient son guide. En 1789, Karl August von Sachsen-Weimar lui accorde sur les conseils de l’écrivain une pension pour deux ans, période à l’issue de laquelle il s’installe à Weimar. Là, il exerce une influence décisive sur la vie artistique locale. Professeur (à partir de 1791) puis directeur de l’école des beaux-arts de la ville (à partir de 1807), il contribue à former des artistes comme Friedrich Preller. Surtout, il déploie avec l’aide des Weimarer Kunstfreunde une énergie considérable pour former et répandre les idées artistiques de Goethe : il publie de nombreux articles dans des revues importantes (Horen, Kunst und Alterthum, etc.), s’occupe avec Goethe de l’entreprise éditoriale des Propyläen, organise des concours et des expositions, etc. L’une de ses principales œuvres est la Geschichte der bildenden Künste bei den Griechen, qui paraît à Dresde entre 1824 et 1836. Pour une présentation plus détaillée, cf. Jochen Klauß, Der « Kunschtmeyer ». Johann Heinrich Meyer, Freund und Orakel Goethes, Weimar, Hermann Böhlaus Nachf., 2001.

7 Après avoir commencé à étudier la théologie et la philologie à Halle, notamment auprès de F. A. Wolf et de Schleiermacher, J. K. H. Schulze prolongea ses études à Leipzig, où il s’engagea dans les mouvements anti-napoléoniens. Devenu professeur au lycée de Weimar, membre actif d’une loge maçonnique, il participa à l’édition des œuvres de Winckelmann. Bien qu’intense, son travail semble s’être cantonné à l’élucidation de problèmes philologiques. Plus tard, J. K. H. Schulze devint une figure marquante de l’éducation en Prusse, où il dirigea l’enseignement supérieur pendant de longues années.

8 Pour une histoire de la première réception de Winckelmann en Allemagne, cf. notamment : Henry Caraway Hatfield, Winckelmann and his German Critics, 1755-1781. À Prelude to the Classical Age, New York 1943 ; Ingrid Kreuzer, Studien zu Winckelmanns Ästhetik. Normativität und historisches Bewußtsein, Berlin 1959, p. 1-15 ; HinrichþC. Seeba, Johann Joachim Winckelmann. Zur Wirkungsgeschichte eines « unhistorischen » Historikers zwischen Ästhetik und Geschichte, in : Deutsche Vierteljahresschrift, suppl., sept. 1982, p. 168-201.

9 J. W. Goethe, [Skizzen zu einer Schilderung Winckelmanns I.], in : J. W. Goethe, éd., Winckelmann und sein Jahrhundert. In Briefen und Aufsätzen, Tübingen, in der J. G. Cotta’schen Buchhandlung, 1805 ; rééd. in : MA, vol. 6/2, éd. par Victor Lange etc., 1988, p. 195-401, ici p. 362.

10 C. L. Fernow, Vorrede, in : WA, vol. 1, p. 3 ; WA, vol. 3, p. 10. Avec Winckelmann, Goethe est pour Meyer le seul auteur de langue allemande qui ait su égaler la « grandeur » et la « grande simplicité » des Anciens (ibid., p. 4-5).

11 Christian Gottlob Heyne, Lobschrift auf Winckelmann, in : Die Kasseler Lobschriften auf Winckelmann, éd. par Arthur Schulz, Berlin, Akademie Verlag, 1963, p. 17-27 (première parution : Cassel, I. F. Étienne, 1778), p. 24.

12 C. L. Fernow, Editionsplan für die Gesamtausgabe der Winckelmannischen Schriften (manuscrit conservé à Weimar dans le Nachlaß de Johann Heinrich Meyer), in : Harald Tausch, Entfernung der Antike. Karl Ludwig Fernow im Kontext der Kunsttheorie um 1800, Tübingen, Niemeyer Verlag, 2000, p. 271-272, ici p. 271.

13 WA, vol. 3, p. 4-5.

14 Notons d’ailleurs que Friedrich August Wolf avait participé au collectif de Goethe Winckelmann und sein Jahrhundert, dans lequel il avait publié un essai sur la formation intellectuelle de Winckelmann (F.þA. Wolf, [Skizzen zu einer Schilderung Winckelmanns III.], in : J. W. Goethe, éd., Winckelmann und sein Jahrhundert, in : MA, vol. 6/2, p. 389-400).

15 J. J. Winckelmann, Fragment einer neuen Bearbeitung der Anmerkungen über die Baukunst der Alten. Aus Winckelmanns Handschrift, in : WA, vol. 1, p. 511-552.

16 Pour ces choix éditoriaux clairement revendiqués, cf. : C. L. Fernow, Editionsplan für die Gesamtausgabe der Winckelmannischen Schriften, op. cit., p. 272 ; WA, vol. 1, p. 7.

17 Dans ses commentaires, Fernow insiste sur la dimension novatrice de Winckelmann, qui « ouvre des portes », trace des champs « nouveaux », etc. (cf. entre autres WA, vol. 1, p. 6, 215, 311-312).

18 C. L. Fernow, Editionsplan für die Gesamtausgabe der Winckelmannischen Schriften, op. cit., p. 271.

19 J. W. Goethe, [Skizzen zu einer Schilderung Winckelmanns I.], in : J. W. Goethe, éd., Winckelmann und sein Jahrhundert, in : MA, vol. 6/2, p. 370, 373 ; C. L. Fernow, Vorrede, in : WA, vol. 1, p. 5 ; C. L. Fernow, Kurzer Abriß von Winckelmanns Leben, in : WA, vol. 1, p. XXII sq., XXV. Beaucoup d’autres lecteurs de Winckelmann ont signalé cet inachèvement. Citons notamment : F. A. Wolf, [Skizzen zu einer Schilderung Winckelmanns III.], in : J. W. Goethe, éd., Winckelmann und sein Jahrhundert, in : MA, vol. 6/2, p. 396.

20 Devant les échecs répétés de ce projet, il décide de faire paraître, sous forme d’un opuscule séparé, une série notes additives, les Anmerkungen über die Geschichte der Kunst (Dresde, G. C. Walther, 1767).

21 Cf. É.þDécultot, Johann Joachim Winckelmann. Enquête sur la genèse de l’histoire de l’art, Paris, PUF, 2000 (trad. allemande : Untersuchungen zu Winckelmanns Exzerptheften. Ein Beitrag zur Genealogie der Kunstgeschichte im 18. Jahrhundert, trad. par Wolfgang von Wangenheim et René Mathias Hofter, Ruhpolding, Verlag Franz Philipp Rutzen, 2004).

22 Dans Laokoon, oder über die Grenzen der Malerei und Poesie qui paraît à Berlin en 1766, G.þE.þLessing critique à plusieurs reprises les erreurs (notamment philologiques) de la Geschichte der Kunst.

23 C. G. Heyne avait fait paraître plusieurs comptes rendus des œuvres de Winckelmann dans les Göttingische Gelehrte Anzeigen dès les années 1760. Bien qu’assez favorables à Winckelmann, ces textes ne dissimulaient pas ses erreurs. À partir des années 1770, les mentions de Winckelmann dans les Göttingische Gelehrte Anzeigen se singularisent par une sévérité beaucoup plus grande. Dans l’essai « Über die Künstlerepochen beym Plinius » (in : C. G. Heyne, Sammlung antiquarischer Aufsätze, Leipzig 1778-1779, vol. 1, p. 165-235), Heyne dénonce avec fermeté ses méprises.

24 J. W. Goethe, [Skizzen zu einer Schilderung Winckelmanns I.], in : J. W. Goethe, éd., Winckelmann und sein Jahrhundert, in : MA, vol. 6/2, p. 373 ; F. A. Wolf, [Skizzen zu einer Schilderung Winckelmanns III.], ibid., p. 398.

25 C. L. Fernow, Vorrede, in : WA, vol. 1, p. 6.

26 C. L. Fernow, Kurzer Abriß von Winckelmanns Leben, in : WA, vol. 1, p. I-XLIV, surtout p. XXIV sq. Après avoir décrit les excellentes relations de Winckelmann avec les plus riches prélats romains, ses charges de bibliothécaire et de préfet des antiquités de Rome, son affiliation aux plus prestigieuses académies savantes d’Europe, Fernow passe sans transition à l’évocation des fresques de faussaires que Winckelmann avait tenues pour antiques.

27 C. L. Fernow, Kurzer Abriß von Winckelmanns Leben, in : WA, vol. 1, p. XLI. Winckelmann s’était lui-même plusieurs fois déclaré insatisfait de la l’édition de 1764 de la Geschichte der Kunst. Le matériau d’une nouvelle édition, qu’il ne réussit jamais à mener à bien de son vivant, revint à sa mort au cardinal Alessandro Albani, son légataire à Rome. Celui-ci confia ces papiers à Wenzel Anton von Kaunitz-Rietberg qui chargea à son tour le théoricien d’art Friedrich Justus Riedel de faire paraître une seconde édition corrigée et considérablement augmentée de la Geschichte der Kunst à Vienne. Cette seconde édition fut publiée en 1776 sous l’égide de l’Académie impériale des beaux-arts. Mais les manuscrits de Winckelmann qui sont censés lui avoir servi de base ont très tôt disparu, de sorte que la fiabilité du texte est sujette à caution. L’édition suscita d’ailleurs de virulentes critiques dès sa parution, ce qui ne l’empêcha pas d’être diffusée dans l’Europe entière.

28 C. L. Fernow, Editionsplan für die Gesamtausgabe der Winckelmannischen Schriften, op. cit., p. 271-272.

29 WA, vol. 3, p. 8-9 (Vorrede der Herausgeber).

30 WA, vol. 3, note 98 (non signée), p. LVI-LIX, ici p. LIX.

31 WA, vol. 3, p. 319-320 (note 290, non signée ; sur l’absence totale de parenté entre Grecs et Égyptiens et sur la différence fondamentale de leur art, que Winckelmann a eu le mérite d’établir) ; WA, vol. 5, p.þ556-567 (note 915, non signée ; sur les styles grecs). Le court portrait de Winckelmann que Meyer publie dans Winckelmann und sein Jahrhundert à la suite du portrait de Goethe résume ces points de consensus (J. H. Meyer, [Skizzen zu einer Schilderung Winckelmanns II.], in : J. W. Goethe, éd., Winckelmann und sein Jahrhundert, in : MA, vol. 6/2, p. 381-389).

32 WA, vol. 3, p. 390 (note 657).

33 WA, vol. 3, p. 424-425 (note 740).

34 WA, vol. 3, p. 2-3 (Vorrede der Herausgeber).

35 WB 397, lettre de Winckelmann à J. J. Volkmann, 27 mars 1761, vol. 2, p. 121 ; WB 377, lettre de Winckelmann à Johann Wiedewelt, 9 décembre 1760, vol. 2, p. 107 ; GK 1, p. 276. Pour une description de l’histoire de cette fresque, cf. notamment WB, vol. 2, p. 447. On pourra également consulter : Franz-Joachim Verspohl, Carl Ludwig Fernows Winckelmann. Seine Edition der Werke, Stendal, Winckelmann-Gesellschaft, 2004, p. 25 sq.

36 WB 766, lettre de Winckelmann à Schlabbrendorf, 12 avril 1766, vol. 3, p. 174 ; J. J. Winckelmann, Histoire de l’art de l’Antiquité, trad. de l’allemand par G. Sellius et J.-B.-R. Robinet de Chateaugiron, 2 vol. , Paris, Saillant, 1766, vol. 2, p. 102.

37 Dans une biographie du peintre, Giuseppe Niccola d’Azara assure que Mengs aurait demandé sur son lit de mort à sa sœur Thérèse d’indiquer publiquement qu’il était l’auteur de cette supercherie.þCf. G. N. d’Azara et Carlo Fea, éd., Opere di Antonio Raffaello Mengs, Rome, Nella Stamperia Pagliarini, 1787, p. 32 ; A. R. Mengs, Zeus und Ganymed, 1758-59, fresque sur toile, 178,7  137 cm, Rome, Palazzo Corsini, Galleria Nazionale dell’Arte Antica, Inv. n° 1339.

38 WA, vol. 5, ill. VII.

39 WA, vol. 5, note 762 (non signée), p. 483-493, ici p. 485.

40 Ibid., p. 485 et 487-488.

41 C. L. Fernow, Kurzer Abriß von Winckelmanns Leben, in : WA, vol. 1, p. XXXI.

42 WA, vol. 5, note 762 (non signée), p. 492.

43 À cela s’ajoutent des divergences connexes, qui toutes touchent au rapport de la norme et de l’histoire : les académies artistiques, vantées et encouragées par Meyer comme propagatrices du bon goût, sont âprement critiquées par Fernow comme étouffant le libre exercice du génie individuel ; Mengs, fréquemment cité par Meyer comme résumant en une doctrine claire la pensée de Winckelmann, est largement ignoré de Fernow, etc.

44 A. W. Schlegel, Recension de : Winckelmanns Werke, éd. par Carl Ludwig Fernow, Heinrich Meyer et Johann Schulze, Dresde (vol. 1-4, 1808-1811), in : A. W. Schlegel, Sämmtliche Werke, éd. par Eduard Böcking, 12 vol. , Leipzig 1846-1847, ici vol. 12 (1847), p. 321-383 (1re édition de la recension : 1812).

Haut de page

Table des illustrations

Titre T.H. Meyer et C.A. Schwerdgeburth, Zeus und Ganymed, 1810-1811.
Légende 22, 6 x 18,2 cm in: J.J. Weinckelmann’s Werke, vol. 5, Dresde, G.F. Walther Verlag, 1812.
URL http://rgi.revues.org/docannexe/image/68/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 307k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Élisabeth Décultot, « Constructions éditoriales d’un mythe », Revue germanique internationale [En ligne], 1-2 | 2005, mis en ligne le 20 octobre 2008, consulté le 23 mai 2017. URL : http://rgi.revues.org/68

Haut de page

Auteur

Élisabeth Décultot

Directeur de recherche au CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page