Navigation – Plan du site

Heymann Steinthal et la psychologie linguistique des peuples

Pierre Pénisson
p. 41-50

Résumés

Steinthal est à l’origine du Zeitschrift Jur Volkerpsychologie. Si ce linguiste passe à l’étude des peuples, c’est parce qu’il fut conduit à penser que le sujet d’une langue n’est pas le locuteur individuel mais une communauté. Il va même jusqu’à penser que toutes les langues n’expriment jamais qu’une même langue commune qui s’auto-différencie dans des formes phonétiques et syntaxiques extrêmement diverses. Sa doctrine prend toujours son fond, et largement son style, dans les théories antérieures, de Humboldt, Heyse, voire Schlegel, mais qu’il infléchit en un sens très particulier. Ainsi pour la notion de développement, qui n’est plus organiciste, mais typologiste. C’est avec l’avènement de la notion grammaticale de sujet que l’on peut voir dans les œuvres de Steinthal une forme, proprement linguiste, de Kulturgeschichte.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir Ingrid Belke, Moritz Lazarus und Heymann Steinthal: die Begründer der Völkerpsychologie in ihr (...)

1En 1859, Heymann Steinthal (1823-1899) et son beau-frère, Moritz Lazarus, fondent à Berlin le Zeitschrift für Völkerpsychologie1. Par cet acte fondateur, Steinthal participe à la Kulturgeshichte, mais d’un point de vue très particulier. C’est en tant que linguiste que Steinthal s’intéresse à l’histoire culturelle, et c’est pourtant en s’opposant tout à la fois aux linguistes, fautifs selon lui de ne pouvoir passer de l’individu au collectif et aux philosophes, coupables de mauvaise abstraction. Cependant, pour scientifique qu’il s’affirme, Steinthal véhicule aussi, et comme par ailleurs semble-t-il parfois, une vision métaphysique de l’histoire culturelle.

  • 2  Heymann – ou Hajim ou Hachim, ou Heinrich – Steinthal est né à Gröbzig en 1823 ; destiné aux étude (...)

2La production de Steinthal ne reste pas identique des premières œuvres aux dernières ; son expression n’est pas la même dans ses livres, qui présentent des thèses et des résultats, éventuellement nuancés dans de nouvelles éditions, et dans de nombreux articles, qui présentent des hypothèses, ou qui formulent des critiques et suscitent des polémiques, ou encore dans ses cours à la Hochschule für Wissenschaft des Judentums, à partir de 1872, ou encore dans sa correspondance familière. Son œuvre n’est nullement exempte de contradictions. La principale réside sans doute dans son refus affiché de la philosophie, hégélienne en premier chef, alors même que sa propre écriture est profondément marquée par cette philosophie. Contradictoire peut aussi sembler son rejet de la religion au nom de la science alors même qu’une bonne part de son œuvre, tardive notamment, est rien moins que dépourvue de religiosité. Malgré les énormes lacunes dans la constitution et le dépouillement des corpus steinthaliens et de la recherche consacrée à cet auteur, on tente ici d’esquisser ce que peut être la Kulturgeschichte d’Hermann Steinthal2.

  • 3  « Seit 15 Jahre werde ich kein Interesse mehr für die Sache haben », lettre à Golgau du 27 mai 188 (...)

3Si Steinthal produit une Völkerpsychologie à côté de sa Sprachwissenschaft, ce n’est nullement par rupture. Et s’il peut déclarer sur le tard que la science du langage ne l’intéresse plus, c’est surtout parce que les querelles internes à la discipline sont précisément trop bornées3. Mais le changement tout à fait déterminant consiste à ne plus considérer désormais la langue du point de vue du locuteur individuel mais d’un ensemble.

  • 4  « Das Individuuum kann also gar nicht begriffen werden ohne Rücksicht aud die geistige Gesamtheit, (...)
  • 5  Knobloch Clemens Geschichte der psychologischen Sprachauffassung in Deutschland von 1850 bis 1920, (...)
  • 6  Mais soigneusement examinées dans leurs formes modernes (depuis le xviiie siècle) dans Der Ursprun (...)
  • 7  « Völkerpsychologie, encor più che psicologia sociale, vera e propria e antropolgia generale », Ma (...)
  • 8  « Der einzige Mangel desselben ist eben der, dass es nur philosophishches, ein nur aprioritstischs (...)
  • 9  « Sie muss in den unendlichen Schmerz der Selbstvernichtung freudig übernehmen », ibid.

4« On ne peut donc pas du tout comprendre l’individu sans prendre en compte l’ensemble spirituel où il est né et où il vit. »4 C’est donc dire que le sujet d’une langue c’est non pas l’individu mais le peuple5. Il s’agit désormais moins de locuteurs que d’interlocuteurs, dans une langue donnée. Et c’est par cette raison que sont abandonnées pour Steinthal les questions de l’origine de la langue6 Toutefois, lorsque Steinthal traite de psychologie des peuples, on a pu remarquer que son objet est davantage anthropologique7 Là se trouve cependant une difficulté rémanente dans son œuvre. Dans sa thèse de 1848 : Die Sprachwissenschaft W. von Humboldt und die Hegel’sehe Philosophie, il avait rejeté comme un carcan empêchant le développement des sciences rigoureuses toute systématicité philosophique. Car s’il est vrai que Hegel construit un système : « Son seul défaut est justement de n’être que philosophique et qu’a priori, ce à quoi s’opposent les sciences expérimentales. »8 Prenant ses grades universitaires dans la jeune université fondée par son maître Humboldt, Steinthal déclare non seulement la séparation entre la discipline philosophique et les sciences, mais bien plus un abandon explicite de la spéculation, en usant parodiquement de formules aussi fortes que celle-ci : « Dans l’infinie souffrance, la philosophie doit joyeusement entreprendre sa propre destruction. »9

  • 10  « Wir glauben hiemit gezeigt zu haben, dass die Wissenschaft auf unserem Standpukte den unendliche (...)
  • 11  « Unsere Wissenschaft stützt sich nicht auf Anschauung und Erfahrung, sondern ist selbst Anschauun (...)

5A maints égards, cependant, ses travaux présupposent et de l’universel et des généralités, ce qui n’est évidemment pas sans conséquence pour la possibilité d’une Kulturgeschichte. Partout il s’agira pour lui de lier le fini et l’infini. Dans cette même thèse, dont la publication fera apparaître en très gros caractère l’expression « Die Sprachwissenschaft Humboldt’s » et en beaucoup plus petit « und die Hegelsche Philosophie », il soutient bien en effet que la science « de son point de vue a la matière infinie et la forme infinie, sans avoir pour autant à exclure le moins du monde la matière fournie par l’expérience, alors que la philosophie ne peut prendre grand chose sans avoir à montrer ses limites »10. Reste que cette science steinthalienne, différente à l’en croire des pratiques empiristes de nombreux de ses contemporains, est bien réflexive. « Notre science ne s’appuie pas sur l’intuition et l’expérience, elle est elle-même intuition, mais pensante ; elle est elle-même expérience, mais pensante. »11

  • 12  . Allgemeine Sprachlehre oder Sprachphilosophie, dont l’objet est ainsi formulé : Wie ist die Spra (...)

6Son grand Abriß de 1871 se présente bien encore comme une théorie générale de la langue ou philosophie de la langue, qui demande : « Qu’est-ce que la langue en général, comme est-elle advenue, qu’elles en sont les éléments constitutifs, que fournit-elle à l’esprit ? »12

  • 13  « Aber ich halte die Überzeugung fest, dass alle Natur und alles Endliche nicht auf eigenem Grunde (...)
  • 14  « Alle Religion ist klein und für einen Geist, der auf der Höhe der heutigen geistigen Entwicklung (...)
  • 15  Über Juden und Judentum, édité par la Gesellschaft zur Förderung der Wissenschaft des Judentums, B (...)
  • 16  Ibid., p. 15.

7Sans doute cette apparente contradiction se réduit-elle en ceci que s’il est vrai qu’il faut présupposer une généralité, et même un absolu, la réalité de la science rigoureuse est de ne traiter que d’éléments distincts. De ce principe découlent chez Steinthal non seulement l’idée régulatrice et religieuse d’un absolu inconnaissable, qui prend souvent sous sa plume le nom de « destin », et qui implique assurément une forme de Kulturgeschichte. « J’ai la conviction que toute nature et tout ce qui est fini ne vient pas de son propre fond mais repose sur l’infini et je ne signifie pas par là qu’on pourrait diviser ces domaines, où dans une création ou événement la nature irait jusqu’à tel point et qu’alors débute le divin, mais bien : partout où advient quelque chose de naturel, cela procède d’un fond divin. »13 On comprend au demeurant qu’il n’y a pas chez Steinthal de contradiction à pratiquer la science rigoureuse, critique éventuellement des religions, et à consacrer une bonne part de son œuvre ultime au sein de la communauté religieuse. « Toute religion est petite et impropre à un esprit qui se situe au sommet du développement spirituel actuel. La science critique et la morale pure n’ont pas besoin de la lubie de Dieu et de l’immortalité et ne peuvent que souffrir de telles hypothèses. »14 Mais lui-même se définit dans Des Juifs et du judaïsme comme un « libre penseur, un philosophe, et en même temps un Juif pieux »15 et ceux qui suscitèrent son enthousiasme furent « à côté des prophètes, Lessing et Herder, Kant, Fichte et Schiller, Goethe et les deux Humboldt »16.

  • 17  « Die Sprachen sind eine, in sich selbst verschiedene, allgemeine menschliche Sprache », Die Sprac (...)
  • 18  Cf. Knobloch Clemens, op. cit., p. 406
  • 19  « Die bunteste Mannigfaltigkeit », écrit H. Steinthal en s’opposant avec virulence à Max Schasler, (...)
  • 20  « Die philosophische Grammatiker haben aus dem Schmelztiegel der Dialektik auch weiter nichts als (...)
  • 21  Voir notamment Charakteristik der hauptsächlichen Typen des menschlichen Sprachbaues, Berlin, 1860 (...)
  • 22  Cf. Heymann Steinthal, Die Mande-Neger-Sprachen, Berlin, 1867.

8De même que les événements empiriques finis et divers reposent sur l’infini, de même pour Steinthal les langues sont d’une certaine manière une seule et même langue. S’inspirant ici de son autre grand maître Karl Wilhelm Ludwig Heyse, Steinthal tient que les langues sont « une seule langue humaine universelle, se différenciant en elle-même »17. Steinthal produit une Allgemeine Sprachelehre, mais ce n’est en aucune façon une grammaire générale ou la description du langage comme tel, ou, comme on a pu l’écrire, une grammaire universelle ; il faut des systèmes immanents à chaque langue18. Le linguiste n’a jamais affaire qu’à des langues et les pires erreurs qu’il commette sont une réduction du divers. Le vrai linguiste reconnaît la « diversité la plus bariolée »19. « Du creuset de la dialectique les grammairiens philosophes n’ont su conjurer que les catégories de la langue grecque, et danser autour de cette forme de langue absolue comme autour du veau d’or. »20 Grand connaisseur du chinois et des difficultés que cela posait à Humboldt, Steinthal en démontre la spécificité et son caractère non exceptionnel21. Ou encore quand Noire semble vouloir écarter .certaines langues parce qu’elles seraient trop primitives, Steinthal les accueille en voyant dans les peuples qui les parlent leur humanité esthétique, attestée par la présence de bijoux22.

  • 23  Heymann Steinthal, Die Sprachphilosophischen Werke Wilhelm von Humboldts, Berlin, 1884.
  • 24  C’est dans l’éloge même à Humboldt qu’il parle de sa Dürftigkeit et de son caractère frühreif ne c (...)
  • 25  Cf. Jürgen Trabant, Ideelle Bezeichnung : Steinthals Humboldt-Kritik, in Eschbach Achim et J. Trab (...)
  • 26  Heymann Steinthal Einleitende Gedanken über Völkerpsychologie als Einladung zu einer Zeitschrift f (...)
  • 27  Ibid., p. 36. Ces formules d’allure volontariste rappellent sans doute celles de Renan, que Steint (...)
  • 28  Ibid., p. 37.

9C’est bien, semble-t-il, à Heyse que Steinthal doit l’idée d’une langue unique et s’autodifférenciant et d’une « idée de la langue ». Cette idée n’est autre que celle d’un développement, c’est-à-dire encore d’un accomplissement par une activité qui a lieu dans l’histoire des peuples. C’est, peut-on dire, une Kulturgeschichte comme activité langagière. D’une certaine manière tout le travail de Steinthal est animé par cette idée de développement. S’il retravaille et reprend sans cesse Humboldt — l’édition de ses œuvres ayant sans doute été sa gloire la plus incontestée23, c’est en voulant redonner aux langues la possibilité d’un développement que selon lui Humboldt a méconnu24, c’est en donnant un sens scientifique au concept de « forme interne »25. A la suite des essais fournis par Johann Friedrich Herbart pour formaliser strictement les processus de l’acquisition du langage, Steinthal développera ses longues théories sur le langage comme activité. Et c’est alors qu’il est conduit à abandonner le point de vue du locuteur individuel pour la communauté parlante qui porte le nom de peuple. Ce concept est clairement défini par Steinthal : « Un peuple est une multitude d’individus qui se voient comme un peuple et qui se comptent parmi ce peuple »26, c’est donc un ensemble actif qui « se crée incessamment »27, indépendamment des données objectives ou de l’histoire de sa langue. Ainsi « le Hongrois ne sait pas s’il est caucasien, mais sait qu’il est hongrois car il devient hongrois tous les jours »28.

  • 29  « Wuchendes Pflanzenleben » über Humboldts Sprachwissenschaft..., op. cit., p. 52.
  • 30  H. Steinthal, Über den Wandet der Laute und des Begriffs, Teubner, Leipzig, 1858, p. 246.

10L’activité langagière, le développement de l’idée de langue se formulent volontiers dans des métaphores végétales chez Steinthal. Parce qu’il voit dans la langue comme une vie végétale proliférante29, parce qu’il parle partout et toujours de développement et dans un style très délibérément emprunté aux générations qui l’ont précédé, Steinthal est souvent renvoyé à une linguistique organiciste et romantique, alors même qu’il tient pour impossible un organicisme appliqué aux langues : « Organisme : système dont les unités interviennent les unes sur les autres et collaborent pour produire un être global ; c’est un tout fermé dont les parties se caractérisent comme appartenant au tout », s’il en est ainsi, poursuit l’auteur, tout changement est impossible, or dans la langue même il y a changement, et très précisément l’équivoque précède la synonymie, de sorte qu’un traitement organiciste des langues s’avère partout en défaut30.

  • 31  Voir notamment Herman Parret, Le débat de la psychologie et de la logique concernant le langage : (...)
  • 32  Ibid., p. 751. Voir aussi Bernd Nauman, Die Aufgabe des Sprachforschers : Heymann Steinthals Posit (...)
  • 33  Einleitende Gedanken..., op. cit., p. 16 à 20.
  • 34  Ibid., p. 2.
  • 35  Cf.Joachim Wach, Das Verstehen in der Historik von Ranke bis zum Positivismus, Tübingen, Mohr, 193 (...)
  • 36  Völkerkunde ist Sprachtypologie, cf. Clemens Knobloch, op. cit., p. 186.

11Très expressément et très longuement, Steinthal tient la logique à l’écart des langues ; tout comme il n’y pas de grammaire générale mais des grammaires immanentes à chaque langue, de même les langues ne sont pas sous-tendues par la logique. Pour classique que soit ce débat sur la logicité des langues, c’est bien semble-t-il autour de ce moment de réflexion que s’engagea la dispute entre Marty et Steinthal, jusque dans ses suites dans la phénoménologie husserlienne et l’anthropologie d’Ernst Cassirer, voire au-delà jusque chez Benvéniste31. Mais c’est justement l’histoire de ce débat crucial qui a confiné Steinthal dans les insuffisances d’un psychologisme obsolète32. Or chez Steinthal le terme même de psychologie, indépendamment des sens que lui prêteront Lazarus et Wundt dans la suite de la Völkerpsychologie, n’est qu’assez peu psychologisant. Manifestement la « psyché » désigne ici l’activité interne par laquelle un peuple se produit lui-même dans ses activités langagières, en somme depuis l’interjection (non comprise dans la langue) jusqu’aux monuments littéraires les plus prestigieux. « Si la psychologie se situe entre la science naturelle et l’histoire, car la science naturelle n’étudie pas l’activité comme telle et l’histoire philosophique se réduit souvent à une représentation raisonneuse de la quintessence »33, elle renvoie bien à l’activité langagière qui détermine le reste. Elle est en ce sens völlig neu34, mais aussi bien Steinthal peut la décrire en employant le terme de Volksgeist, en en donnant une interprétation inverse du sens le plus fréquent. Bien éloigné en effet de dire que l’esprit reflète un peuple, ou qu’entre la langue, ou son « génie », et ses œuvres il y aurait un parallélisme ou une coïncidence, Steinthal pose qu’esprit et langue sont une seule et même chose35. La vraie Völkerkunde est linguistique, elle est même typologie linguistique36.

  • 37  Ce qui ne signifie nullement que le travail de Steinthal se réduit à « revêtir Humboldt des habits (...)
  • 38  « Die Sprache besitzt nichts Geistiges, was sie nicht unmittelbar laut machte », déclare Steinthal (...)

12C’est une tâche qui reste à accomplir que de présenter l’immense chantier du travail de Steinthal dans sa diversité. Sans entrer dans les méandres, dans les registres et les régimes nombreux de son discours, on peut se risquer à accentuer ici certaines de ses positions qui intéressent la Kulturgeschichte : l’esprit d’un peuple n’est autre chose que sa langue même, c’est-à-dire que les manifestations de ses structures phonétiques et grammaticales. Et si Steinthal pense maîtriser le rapport entre phonologie et grammaire, c’est grâce au concept repris de Humboldt de forme interne dont l’activité commanderait les deux37. Un peuple en somme ne pense et ne produit autrement que ce que sa langue lui permet, ou encore ce n’est pas sa langue et ses productions linguistiques, ses récits mythiques, ses documents ou ses œuvres littéraires qui expriment ou reflètent quelque chose comme sa nature, mais c’est bien la structure phonique et grammaticale de la langue qui produit ses récits38.

  • 39  Il retravaille la distinction schlegelienne entre langues avec ou sans flexions tout en dénonçant (...)
  • 40  Par ex. dans le Offenes Sendschreiben an Herr Professor Pott, 1852, p. 23.

13Le terme de Kultur ne peut que difficilement appartenir au vocabulaire steinthalien. Bien plus : loin d’écrire une Kulturgeschichte, Steinthal publie surtout une classification des langues qui s’efforce de dégager les traits linguistiques pertinents pour produire une taxinomie générale. Et l’une des difficultés de ces taxinomies, qui ont varié au cours de l’œuvre, est qu’elles reprennent pour les modifier les catégories de Humboldt ou de Schlegel39. Il peut même reprendre la botanique de Jussieu40. Les tableaux ainsi établis ne recouvrent pas ceux d’une présentation géographique ni historique. Le schéma semble-t-il le plus fréquent pour décrire la formende Thätigkeit est le suivant : langues de Chine, puis Siam et Birmanie, Polynésie, langues altaïques, puis mexicaines, puis Groenland, Caucase avec les langues égyptiennes et sémites, enfin le sanscrit, le grec et l’allemand.

  • 41  Cf. Joachim Wach, Das Verstehen in der Historik von Ranke bis zum Positivismus, Tübingen, Mohr, 19 (...)
  • 42  « Es stirbt ein Volk nur von innen heraus », Kleine sprachtheoretische Schriften, op. cit., p. 67.
  • 43  Sur la position de Steinthal devant la Descendenz Theorie de Darwin, voir la conclusion de Ursprun (...)
  • 44  Cf.J. Wach, op. cit., p. 219 sq.

14Or un des aspects fondamentaux de cette activité formatrice, dans ses éléments allant de la production sonore jusqu’à la construction de la phrase, c’est, ici encore, un développement, qui est évolution et histoire41. Il est ici très clair que cette histoire des peuples dépend beaucoup moins de conjonctures extérieures que de la force interne des peuples. « Un peuple ne meurt que du dedans. »42Il est à cet égard assez étonnant qu’on puisse attribuer à Steinthal une forme de darwinisme43. Le développement d’une langue ou de l’esprit d’un peuple a lieu à l’intérieur de ce peuple déployant les virtualités de sa langue, faisant passer du possible à la réalité44, et si la diversité des langues peut être ordonnée selon des taxinomies, elle ne peut se ranger dans l’ordre chronologique d’une évolution.

  • 45  « Ich möchte behaupten, ein Volk mit einer indogermanischen Sprache, das nicht in der Wüste oder S (...)
  • 46  Cf. Die Entwickelung der Schrift. An Pott, Berlin, 1852.
  • 47  « Die Rosen unter den Sprachen » et pour l’allemand : « Innerer Reichtum... größere sinnliche Fris (...)
  • 48  Cf. Knobloch, op. cit., p. 400 et Steinthal, Geschichte der Sprachwissenschaft bei den Römern und (...)
  • 49  Kleine Sprachtheoretische Schriften, op. cit., p. 55.
  • 50  « Die Sprache ist weder mit dem Denken identisch, noch sind es die Formen der Sprache mit denen de (...)

15C’est plutôt sans doute de moments de fractures qu’il faut parler. Steinthal, indéniablement, privilégie certaines langues, c’est-à-dire des grammaires et des esprits des peuples. Car dans le fondement grammatical d’une langue se lie la possibilité de passer à l’histoire et à un plus grand développement. Ainsi « un peuple à langue indo-germanique, n’habitant pas dans le désert, la steppe ou l’Arctique, est toujours, même s’il n’est pas encore historique, avant l’histoire. Par contre un peuple à langue mongole (altaïque) ne peut jamais vraiment devenir historique »45. Un autre moment est le passage à l’écriture alphabétique46. Mais c’est surtout l’avènement du sujet qui détermine ce qu’on pourrait alors appeler la Kulturgeschichte steinthalienne. C’est-à-dire grammaticalement lorsque la construction syntaxique est telle qu’elle laisse place à l’affirmation d’un sujet s’individualisant parmi le groupe auquel il appartient. Les sources de Steinthal sont non pas des documents d’historiens témoignant de la manifestation d’un sujet historique mais la structure des langues, par excellence les langues à flexions et à déclinaisons, donc avant tout le sanscrit, le grec et l’allemand moderne, le sanscrit, devant lequel il était réticent au cours de ses études, donnant « les roses parmi les langues », l’allemand possédant une « richesse interne... une très grande fraîcheur sensible, qui lui confère justement une meilleure aptitude que les langues romaines pour la spéculation abstraite »47. Et même si Steinthal reste réservé face à l’hégémonie des philologues classiques, il convient que la langue grecque est bien ce qui peut produire la liberté de penser d’un Socrate48. Ce n’est nullement dire que les philosophes grecs forment et infléchissent la langue grecque, ni même qu’ils l’informent de logique : tout autre est l’idéalisme de Steinthal, l’activité du sujet provient de ce que la langue lui fournit la conscience de soi, la prise de conscience, que Steinthal élabore linguistiquement comme acte d’« aperception », fait qu’un individu active des virtualités de sa langue. Mais même à l’âge contemporain où selon Steinthal se réalisent les plus hauts monuments de la culture humaine, Goethe reçoit plus encore du Volksgeist qu’il ne lui donne49. Et si les philosophes peuvent produire de la pensée ou de la logique ce sont là alors des objets dont le contenu est totalement extérieur à la langue. « La langue n’est pas identique à la pensée et les formes de la langue ne sont pas celles de la pensée. La langue crée de manière autonome, indépendamment de la logique, mais non pas illogiquement, pas irrationnellement. Le « sophon » de la langue ne se trouve pas dans les catégories logiques mais en elle-même. »50

  • 51  « Grad der Klarheit des Bewusstsein und Kategorien, die ein Volk bilden vermag und in denen es sic (...)
  • 52  Cf. W. Bumann, op. cit., p. 120.
  • 53  Kleine Sprachtheoretische, op. cit., p. 63
  • 54  Ibid., p. 67 sq.
  • 55  Lettre à Golgau du 17 janvier 1882, où il évoque la Dreck-Philosophie des Unbewussten.
  • 56  Notamment dans Über Juden und Judentum, op. cit., p. 14 sq

16Si histoire culturelle il y a, l’irréversibilité fait loi (sans d’ailleurs que Steinthal traite ici d’une structure première du langage), c’est alors celle, non chronologique, du « degré de clarté de la conscience et des catégories qu’un peuple peut former et dans lesquelles il peut représenter ses intuitions »51. L’aperception, acte par lequel on transforme un son en sens52n’est jamais la même selon les langues. On est dès lors tenté de voir dans l’entreprise steinthalienne une philosophie de l’histoire qui se dirait non plus à partir des monuments de l’histoire mais à partir de la typologie des langues. Le refus de la philosophie par Steinthal lui permettrait d’éviter les « représentations raisonneuses » de l’hégélianisme mais retrouverait par « l’idée de la langue » une téléologie historique, partant du terminus a quo d’une origine du langage inconnaissable jusqu’au terminus ad quem de « l’idée de langage ». Mais tel n’est pas justement l’objet de sa science du langage ni de sa psychologie des peuples. Ce qu’il retient d’une histoire des peuples, c’est non pas un enchaînement chronologique, mais à tout le moins l’impossibilité de retours en arrière. Il peut y avoir progrès et déclin mais non pas retour en arrière53. Et en réalité le déclin même est difficile à penser, cela peut se faire par métaphore végétale « comme fane une fleur », sans que l’on réponde véritablement à la question de savoir comment l’esprit d’un peuple périt54, et pour l’admirateur de Humboldt et de Goethe qu’est Steinthal cette question prend des dimensions dramatiques à la fin de son siècle, face au déclin de la Prusse, à la montée d’un irrationalisme faisant le lit des théories de l’inconscient (Nietzsche et Hartmann)55, à la discrimination proprement incompréhensible des Juifs parmi les Allemands56.

  • 57  « Sprachforscher aus Ehrfurcht vor der Würde des Menschen als solchen, des Menschen schlechthin », (...)
  • 58  Voir notamment Die Mande-Neger-Sprachen, psychologisch und phonetisch betrachtet, Berlin, 1867.
  • 59  « Mein Sozialismus hat gar nichts mit der Beglückungstheorie zu tun, sondern beruht lediglich auf (...)
  • 60  Steinthal, Gedächtnisrede, op. cit., p. 26.

17Sans cesse Steinthal proclame son « idéalisme ». C’est nommer là la présence de l’infini, inconnaissable et absolu, dans le fini, c’est affirmer la puissance de la « force interne » contre les explications externes, conjoncturelles ou matérialistes, c’est désigner enfin une éthique, toute kantienne, de la dignité. Il va même, dans son éloge à Humboldt, jusqu’à définir le linguiste comme celui qui recherche par « respect de la dignité de l’homme comme tel, de l’homme même »57. C’est aussi cela qu’il peut voir dans l’âge de Humboldt, un des plus hauts sommets de la culture, sans exclure jamais aucune culture ou langue à cause d’une infériorité rédhibitoire58. C’est aussi cela même qui lui fait condamner le progrès moderne au nom de l’effort et de la dignité. « Mon socialisme n’a rien à voir avec une théorie eudémoniste, il repose simplement sur la distinction entre prix et valeur. C’est selon moi honteux qu’un homme puisse avoir un prix. »59 Le sanctuaire de la liberté lui importe bien davantage que le bien-être d’esclaves repus60.

  • 61  Cf. W. Bumann, op. cit., p. 114
  • 62  « Volksgeist ist die Produktivität, die sich in bleibenden Objektivationen niedershlägt » (voir su (...)

18Steinthal critique ses prédécesseurs pour avoir d’une certaine manière fait du Volksgeist une « image fantastique » telle qu’elle est présente en effet dans les grands récits mythiques. Mais son projet était bien de rendre de l’activité langagière commune et de la diversité de ses productions suivant une histoire qui est chez lui une typologie des langues. Classer les langues, c’est donner une hisoire, non chronologique, du développement de « l’idée de langue ». Mais, en réalité, aucune langue ne se présente ni au locuteur ni au linguiste comme un objet disponible et définissable, il n’y a pas de langues, dit Steinthal, comme plus tard Arens, mais seulement des « vues grammaticales sur les langues »61. Sans doute le terme de Kultur est-il impropre pour la pensée steinthalienne, s’il est vrai que cette manifestation prétendrait se distinguer des activités langagières d’un peuple. La Kulturgeschichte steinthalienne pourrait être comprise comme une histoire (de grammaire typologique) de l’esprit des peuples, entendus comme communauté se reconnaissant comme telle dans ses productions langagières62.

Haut de page

Notes

1 Voir Ingrid Belke, Moritz Lazarus und Heymann Steinthal: die Begründer der Völkerpsychologie in ihren Briefen, t. II/1, Tübingen, Mohr, 1983. De nombreux manuscrits inconnus de Steinthal seraient disponibles au Léo Baeck Institute de New York et à Jérusalem

2  Heymann – ou Hajim ou Hachim, ou Heinrich – Steinthal est né à Gröbzig en 1823 ; destiné aux études talmudiques, il se rend à Berlin, quittant vite les études de théologie pour les cours de Heyse, de Boeck, de Bopp, de Wilhelm Grimm ; il suit des leçons de vieux slavon, basque, russe, perse, chinois et turc, mongol, mandchou, tibétain, japonais et copte. En 1847, il devient docteur en philosophie et Magister der freien Künste par sa thèse aussitôt publiée de pronomino relativo. Il spécialise son travail dans l’œuvre de Humboldt, l’étude du chinois, et les cours de Herbart. Sa grande thèse anti-hégélienne est soutenue en 1849 sous la direction de Bopp et de Trendelenburg. Son travail sur les Mande-Sprachen lui vaut le prix Volney et un séjour à Paris de 1852 à 1856, où il poursuit l’étude du chinois avec Bazin notamment. Sa demande d’un professorat à Munich lui est refusé, et il est Dozent à Berlin, essentiellement pour le chinois ; c’est en 1862 qu’il devient professeur extraordinaire der vergleichenden Sprachwissenschaft sans obtenir jamais de grade plus élevé. Il épouse en 1863 la sœur de son ami Moritz Lazarus, deux de ses trois filles décéderont jeunes (la troisième a péri à Auschwitz). A partir de 1872, il enseigne à la Hochschule für Wissenschaft des Judentums.

3  « Seit 15 Jahre werde ich kein Interesse mehr für die Sache haben », lettre à Golgau du 27 mai 1889, alors que l’éditeur lui demande une réédition de sa Geschichte der Sprachwissenschaft (nous donnons le plus souvent l’allemand de Steinthal, afin que le lecteur intéressé puisse en apprécier le style)

4  « Das Individuuum kann also gar nicht begriffen werden ohne Rücksicht aud die geistige Gesamtheit, in der es entsanden ist un lebt », in Grammatik, Logik, und Psychologie. Ihre Prinzipen und ihre Verhaltnis zueinander, Berlin, 1855, p. 388.

5  Knobloch Clemens Geschichte der psychologischen Sprachauffassung in Deutschland von 1850 bis 1920, Tübingen, Niemeyer, 1988.

6  Mais soigneusement examinées dans leurs formes modernes (depuis le xviiie siècle) dans Der Ursprung der Sprache im Zusammenhang mit der letzen Fragen alles Wissens, Berlin, 1852.

7  « Völkerpsychologie, encor più che psicologia sociale, vera e propria e antropolgia generale », Mario Barba, Lautform, innere Sprachform, Form der Sprachen. Il problema della comparazione e classificazione delle lingue in Heymann Steinthal, in Tullio de Mauro et Lia Formigari, Leibniz, Humboldt on the origins of comparativism, Studies in the history of the languages sciences, n° 49, Amsterdam, Philadelphie, Benjamin Publishing, 1990, p. 269.

8  « Der einzige Mangel desselben ist eben der, dass es nur philosophishches, ein nur aprioritstischs ist, dem die Erfahrungswissenschaften gegenüberstehen », Die Sprachwissenschaft W. von HumboldtsIund die Hegel’sche Philosophie, Berlin, Dümmler, 1848, p. 6.

9  « Sie muss in den unendlichen Schmerz der Selbstvernichtung freudig übernehmen », ibid.

10  « Wir glauben hiemit gezeigt zu haben, dass die Wissenschaft auf unserem Standpukte den unendlichen Stoff und die unendliche Form wie die Philosophie hat, ohne auch nur das mindeste von dem durch die Erfahrung gegebenen Stoff ausschliessen zu müssen : während die Philosophie gar Vieles nicht aufnehmen kann, ohne daß sie sagen könnte, wo ihre Gränze wäre » (op. cit., p. 24).

11  « Unsere Wissenschaft stützt sich nicht auf Anschauung und Erfahrung, sondern ist selbst Anschauung, aber denkende ; ist selbst Erfahrung, aber denkende » (op. cit., p. 25).

12  . Allgemeine Sprachlehre oder Sprachphilosophie, dont l’objet est ainsi formulé : Wie ist die Sprache überhaupt ? wie ist geworden ? welche sind die constituive Elemente ? was leistet Sie dem Geiste, Abriß der Sprachwissenschaft. Einleitung in die Psychologie und Sprachwissenschaft, Berlin, 1881, p. 29 sq.

13  « Aber ich halte die Überzeugung fest, dass alle Natur und alles Endliche nicht auf eigenem Grunde stehe, sondern auf dem Unendlichen beruhe und dies meine ich nicht so, als könnte man die Gebiete teilen ; so weit geht bei einer Schöpfung oder einem Ereginisse das Natürliche, und hier beginnt das Göttliche ; sondern so weit naturliches Geschehen reicht, überall beruht es auf göttlichem Grunde » (Ursprung der Sprache, op. cit., éd. 1884, p. XI).

14  « Alle Religion ist klein und für einen Geist, der auf der Höhe der heutigen geistigen Entwicklung steht, ungeeignet. Kritische Wissenschaft und reine Sittlichkeit bedürfen nicht der Phantasterei von Gott und Unsterblichkeit und leiden nur unter solchen Hypothesen », lettre à Golgau, 5 juin 1873.

15  Über Juden und Judentum, édité par la Gesellschaft zur Förderung der Wissenschaft des Judentums, Berlin, Poppelauer, 1906, p. VIII.

16  Ibid., p. 15.

17  « Die Sprachen sind eine, in sich selbst verschiedene, allgemeine menschliche Sprache », Die Sprachwissenschaft W. von HumboldtsIund die Hegel’sche Philosophie, Berlin, Dümmler, 1848, p. 41.

18  Cf. Knobloch Clemens, op. cit., p. 406

19  « Die bunteste Mannigfaltigkeit », écrit H. Steinthal en s’opposant avec virulence à Max Schasler, dans Über die Sprachwissenschaft W. von Humboldts, op. cit., p. 84.

20  « Die philosophische Grammatiker haben aus dem Schmelztiegel der Dialektik auch weiter nichts als die Kategorien der griechischen Sprache zu beschwören gewusst ; um dieses goldene Kalb haben Sie herum getantzt als um die absolute Sprachform » (ibid., p. 82).

21  Voir notamment Charakteristik der hauptsächlichen Typen des menschlichen Sprachbaues, Berlin, 1860, p. 360.

22  Cf. Heymann Steinthal, Die Mande-Neger-Sprachen, Berlin, 1867.

23  Heymann Steinthal, Die Sprachphilosophischen Werke Wilhelm von Humboldts, Berlin, 1884.

24  C’est dans l’éloge même à Humboldt qu’il parle de sa Dürftigkeit et de son caractère frühreif ne connaissant pas de véritable développement par manque des véritables catégories de la science linguistique, Gedächtnisrede auf Wilhelm von Humboldt an seinem hundertjährigen Geburstage, en juin 1867, p. 11 sq.

25  Cf. Jürgen Trabant, Ideelle Bezeichnung : Steinthals Humboldt-Kritik, in Eschbach Achim et J. Trabant, History of Semiotics, Amsterdam, Benjamin, 1983.

26  Heymann Steinthal Einleitende Gedanken über Völkerpsychologie als Einladung zu einer Zeitschrift für Völkerpsychologie und Sprachwissenschaft, repris dans Kleine sprachtheoretische Schriften, éd. par Waltraud Baumann, Olms, 1970, p. 305.

27  Ibid., p. 36. Ces formules d’allure volontariste rappellent sans doute celles de Renan, que Steinthal avait fréquenté lors de son séjour parisien, mais la pensée steinthalienne de peuple se définit et se détermine tout autrement que la nation renanienne.

28  Ibid., p. 37.

29  « Wuchendes Pflanzenleben » über Humboldts Sprachwissenschaft..., op. cit., p. 52.

30  H. Steinthal, Über den Wandet der Laute und des Begriffs, Teubner, Leipzig, 1858, p. 246.

31  Voir notamment Herman Parret, Le débat de la psychologie et de la logique concernant le langage : Marty et Husserl, in Herman Parret History of Linguistic through a contemporary linguistics, Berlin, New York, De Gruyter, 1976.

32  Ibid., p. 751. Voir aussi Bernd Nauman, Die Aufgabe des Sprachforschers : Heymann Steinthals Position in der Geschichte der Sprachwissenschaft, in Norbert Oellers, Das Selbstbewusst-sein der Germanistik : aktuelle Diskussion, Tübingen, Niemeyer, 1988 et Graig T. Christy, Steinthaland the development of linguistic sciences : the convergence of psychology and linguistics, in Hans Aars-leff et Louis G. Kelly, Papers in the history of linguistics, Amsterdam, Benjamin, 1987. C’est peut-être surtout Salomon Reinach qui accordait le plus grand rôle à Steinthal, voyant en lui le chef reconnu des Junggrammatiker, dans son Manuel de philologie classique, 1884, t. II, p. 11. L’histoire d’une réception positive de Steinthal semble au reste être rare. Ceci provient le plus souvent de contresens majeurs quant au sens de « psychologie » chez lui et de son attitude « hypercritique » ainsi que l’écrit Hans Arens : Steinthal... der begriffsschärfte Denker unter den Linguisten, der wegen seiner überkritischen Veranlagung auf die Dauer keinen Forscher oder Philolog anerkennen kann, Sprachwissenschaft, Munich, Alber, 1969, p. 242. On notera au reste que la référence à Steinthal est étonnamment indigente ou erronée dans les encyclopédies et ouvrages historiques courants.

33  Einleitende Gedanken..., op. cit., p. 16 à 20.

34  Ibid., p. 2.

35  Cf.Joachim Wach, Das Verstehen in der Historik von Ranke bis zum Positivismus, Tübingen, Mohr, 1933, t. III, p. 231.

36  Völkerkunde ist Sprachtypologie, cf. Clemens Knobloch, op. cit., p. 186.

37  Ce qui ne signifie nullement que le travail de Steinthal se réduit à « revêtir Humboldt des habits d’une prétendue psychologie », voir sur ce point Otto Funke, Studien zur Geschichte der Sprachphilosophie, Berne, Franck, 1928, p. 55.

38  « Die Sprache besitzt nichts Geistiges, was sie nicht unmittelbar laut machte », déclare Steinthal en réfutant les Linguistische Untersuchungen d’August Schleicher, cf. Waltraud Bumann, op. cit., p. 107.

39  Il retravaille la distinction schlegelienne entre langues avec ou sans flexions tout en dénonçant les aspects « mystiques », voir sur ce point W. Bumann, op. cit., p. 104.

40  Par ex. dans le Offenes Sendschreiben an Herr Professor Pott, 1852, p. 23.

41  Cf. Joachim Wach, Das Verstehen in der Historik von Ranke bis zum Positivismus, Tübingen, Mohr, 1933, t. III, p. 243.

42  « Es stirbt ein Volk nur von innen heraus », Kleine sprachtheoretische Schriften, op. cit., p. 67.

43  Sur la position de Steinthal devant la Descendenz Theorie de Darwin, voir la conclusion de Ursprung der Sprache im Zusammenhang mit den letzen Fragen alles Wissens (1852), 4e éd., 1855, p. 355 sq.

44  Cf.J. Wach, op. cit., p. 219 sq.

45  « Ich möchte behaupten, ein Volk mit einer indogermanischen Sprache, das nicht in der Wüste oder Steppe oder am Eismeer wohnt, sei immer, wenn nicht historisch, vorgeschichtlich. Dagegen kann ein Volk mit einer mongolischen (altaischen) Sprache nicht wahrhaft geschichtlich werden » (cf. C. Knobloch, op. cit., p. 194).

46  Cf. Die Entwickelung der Schrift. An Pott, Berlin, 1852.

47  « Die Rosen unter den Sprachen » et pour l’allemand : « Innerer Reichtum... größere sinnliche Frische » « geeigneter für die abstracte Speculation » als die romanischen.

48  Cf. Knobloch, op. cit., p. 400 et Steinthal, Geschichte der Sprachwissenschaft bei den Römern und Griechen, Berlin, 1850.

49  Kleine Sprachtheoretische Schriften, op. cit., p. 55.

50  « Die Sprache ist weder mit dem Denken identisch, noch sind es die Formen der Sprache mit denen des Denkens. Die Sprache schafft autonom, unabhängig von der Logik, aber nicht unlogisch, d.h nicht unvernüntig. Das « sophon » der Sprache liegt nicht in den logischen Kategorien sondern in ihr selbst » (citée Waltraud Bumann, op. cit., p. 139).

51  « Grad der Klarheit des Bewusstsein und Kategorien, die ein Volk bilden vermag und in denen es sich seine Anschauungen zur Vorstellung bringt » (voir J. Wach, op. cit., p. 229).

52  Cf. W. Bumann, op. cit., p. 120.

53  Kleine Sprachtheoretische, op. cit., p. 63

54  Ibid., p. 67 sq.

55  Lettre à Golgau du 17 janvier 1882, où il évoque la Dreck-Philosophie des Unbewussten.

56  Notamment dans Über Juden und Judentum, op. cit., p. 14 sq

57  « Sprachforscher aus Ehrfurcht vor der Würde des Menschen als solchen, des Menschen schlechthin », dans sa Gedächtnisrede.

58  Voir notamment Die Mande-Neger-Sprachen, psychologisch und phonetisch betrachtet, Berlin, 1867.

59  « Mein Sozialismus hat gar nichts mit der Beglückungstheorie zu tun, sondern beruht lediglich auf der Unterschiedung von Preis und Wert. Es ist für mich schauderhaft, daß der Mensch einen Preis haben kann » (lettre à Golgau du 9 octobre 1885).

60  Steinthal, Gedächtnisrede, op. cit., p. 26.

61  Cf. W. Bumann, op. cit., p. 114

62  « Volksgeist ist die Produktivität, die sich in bleibenden Objektivationen niedershlägt » (voir sur ce point J. Wach, op. cit., p. 221).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Pénisson, « Heymann Steinthal et la psychologie linguistique des peuples », Revue germanique internationale, 10 | 1998, 41-50.

Référence électronique

Pierre Pénisson, « Heymann Steinthal et la psychologie linguistique des peuples », Revue germanique internationale [En ligne], 10 | 1998, mis en ligne le 26 septembre 2011, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://rgi.revues.org/685 ; DOI : 10.4000/rgi.685

Haut de page

Auteur

Pierre Pénisson

Maître de conférences à l’Université de Paris VIII, chercheur associé à l’URA 1999 Transferts

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org