Navigation – Plan du site

Philologie, histoire culturelle et lexicologie bilingue. Deux études de cas : « ausländische Mitbürger », « Schicksalsgemeinschaft » / « communauté de destin »

René Pérennec
p. 51-71

Résumés

La disponibilité envers les objets auxquels elle se consacre aura été l’un des traits marquants de la philologie (entendue au sens étroit, français, de ce terme), y compris de la philologie allemande pratiquée en France. Ce qui s’est avéré être une source de faiblesse lorsque le processus de sectorisation et de spécialisation de la recherche s’est accéléré mériterait d’être sauvé et cultivé par une germanistique « hors sol » soucieuse de rappeler son utilité sociale. Dès lors que l’on entend assurer aussi des tâches de médiation culturelle, certains objets d’étude s’imposent d’eux-mêmes, à l’oblique du champ disciplinaire de référence. On tentera dans cet esprit, philologique, une analyse bifocale de deux éléments lexicaux correspondant aux deux extrêmes de la gamme des situations couramment rencontrées. Dans un cas (auslàndische Mitbiirger), l’expression allemande semble défier toute tentative de transposition et marquer une spécificité juridique, sociale et culturelle irréductible. En fait, cette particularité tient à la bivalence sémantique de Bürger, mot dont le sens oscille entre celui de « résident » et celui de « citoyen ». Et n’observe-t-on pas un phénomène analogue dans la très récente et spectaculaire adjectivation du substantif « citoyen », dans les appels à une « nouvelle citoyenneté » ? L’analyse porte ensuite sur un exemple du cas de figure inverse. Le mot Schicksalsgemeinschaft, réactivé, semble avoir trouvé une traduction évidente dans l’expression « communauté de destin ». La fortune qu’ont connue récemment le mot allemand et sa transposition homologique en français mérite de retenir l’attention, même si l’on peut douter que leur emploi ait toujours été bien pesé.

Haut de page

Dédicace

A la mémoire d'Alfred Karnein

Texte intégral

  • 1  Dénomination calquée sur le terme « littérature hors sol » (c'est-à-dire produite par des écrivain (...)

1Cet article envisage l'une des façons dont la « germanistique hors sol »1, profitant de l'intérêt suscité actuellement par l'histoire culturelle, pourrait utiliser de façon dynamique une situation d'extériorité en soi plutôt handicapante au départ pour contenir, au -dedans, les dangers d'éclatement qui menacent la discipline (au même titre que des disciplines voisines) et pour manifester vers le dehors son utilité sociale.

  • 2  Sur ce plan, l'œuvre de Jean Fourquet ne semble pas trouver de prolongements. Le dernier travail i (...)

2Le terrain choisi est celui de l'étude du lexique politico-institutionnel et social, le mode d'exposition celui de l'illustration. La démarche adoptée se satisferait d'être qualifiée de « philologique ». Entendons par là : totalement dévouée à l'analyse des aspects « langagiers » des phénomènes considérés, peu préoccupée par l'affirmation d'un statut propre, rétive à l'hyperspécialisation. Il ne s'agit pas en cette affaire de récupérer pour la philologie un territoire qui aurait été perdu au profit d'une autre composante de la discipline — au profit, pourrait-on penser d'abord, de la linguistique. En fait, ce qui a été perdu — ou ce qui ose moins s'affirmer -, c'est une attitude, faite de curiosité intra-disciplinaire et d'intérêt pour la communication frontalière. La linguistique, plus autocentrée, induit des comportements d'un autre type. Il n'y a pas à regretter qu'elle ait pris en charge l'essentiel de ce qui constituait l'enseignement philologique encore au début des années 60 (la grammaire et l'étude historique des états de langue) puisque sa réussite en ce domaine est patente. Mais on peut également observer qu'elle n'a pas vraiment cultivé un domaine où la philologie était extrêmement « fédératrice » : la métrique, qui établissait des passerelles entre l'analyse littéraire, la réflexion sur le langage et la musique. La métrique est ainsi tombée en déshérence2, sans que le développement de la linguistique puisse être tenu en soi pour responsable de cette situation. Il en va de même du blocage que l'on constate dans le domaine commun aux germanistes et aux historiens, l'étude de la signification historique des configurations lexicales et de leur évolution, terrain sur lequel la philologie (notamment la philologie Scandinave) était présente. Tout se passe en effet comme si les droits de recherche en ce domaine étaient tacitement abandonnés d'avance aux linguistes, alors même que ceux-ci ont défini au départ leurs priorités de manière toute différente. C'est ici (à supposer que l'histoire littéraire prenne à son compte l'étude des questions de métrique) que l'esprit philologique - dont on ne voit pas pourquoi il disparaîtrait du fait d'une recomposition du territoire disciplinaire —, esprit de jonction ou esprit d'ingérence, comme l'on voudra, pourrait le plus utilement être mobilisé, ceci à la faveur de deux tendances.

  • 3  Geschichtliche Grundbegriffe. Historisches Lexikon zur politisch-sozialen Sprache in Deutschland, (...)

3Le premier facteur favorable est la constitution de la sémantique historique en secteur de recherche propre. Les Geschichtliche Grundbegriffe, monumental ouvrage collectif qu'il serait superflu de présenter, offrent l'illustration la plus marquante de ce développement3. Certes, ce type d'études a vu le jour sur le territoire de l'historien, et sans doute les historiens sont-ils les mieux placés pour faire sentir les enjeux de la recherche lexicale, mais rien n'empêche les spécialistes de langue de participer à l'élaboration des modalités de cette recherche et d'envisager l'extension de celle-ci vers le présent.

  • 4  Voir par ex. H.-J. Heringer, Das Stasi-Syndrom, dans Tendenzen der deutschen Gegenwartssprache, he (...)

4S' agissant précisément du temps présent, ou de l'histoire très récente, on note — deuxième indice d'une conjoncture favorable — l'apport de linguistes qui s'attachent à mettre en évidence la relation existant entre les lignes de force de débats qui ont marqué la vie publique en Allemagne fédérale au cours des dernières années et les cristallisations lexicales qui ont accompagné ces discussions. On relèvera essentiellement les travaux de Hans-Jürgen Heringer concernant le repérage, l'analyse et l'utilisation didactique de « mots clés » (Schlüsselwörter), symptômes ou condensés de questions de société ou de problèmes d'ordre social ou politique4, ainsi que l'ouvrage de Georg Stötzel et de son équipe consacré aux « mots/notions en débat » (kontroverse Begriffe) et composé d'études richement documentées.

  • 5  Georg Stötzel/Martin Wengeler, Kontroverse Besgriffe. Geschichte des öffentlichen Sprachgebrauchs (...)

5Grâce aux listes de mots ou d'expressions fournies, ce dernier livre constitue aussi un remarquable manuel de travaux pratiques de civilisation allemande pour la période 1945-19905. Nous utiliserons directement ce travail dans le présent article puisque l'expression ausländische Mitbürger y fait l'objet d'un assez long commentaire.

6Cette double référence à la sémantique historique et à une lexicologie « civilisationniste », voire (comme celle pratiquée par H.-J. Heringer) auxiliaire de l'instruction civique, devrait permettre d'obtenir un angle de visée assez large. Le bi-perspectivisme propre aux études de langues et de cultures étrangères pourra conduire un peu plus vers la circonspection philologique. La réflexion, ici, s'exercera à deux niveaux. Elle portera d'abord, pour les besoins de la lexicographie, sur la « traduisibilité » des termes considérés. On distinguera ainsi — pour anticiper sur nos travaux pratiques — le cas de ausländische Mitbürger de celui de Schicksalsgemeinschaft. La première expression ne paraît guère pouvoir être rendue autrement que par une assez longue paraphrase ; la deuxième a été traduite de façon très littérale. « Communauté de destin » est un mot que le discours politique français utilise couramment depuis quelques années, mais ne faudrait-il pas tenir ce mot, et le terme d'origine, davantage à distance ?

7Deuxième interrogation : quel est, au-delà de la confection des dictionnaires bilingues, l'enjeu de la traduction ? Dans le second cas, celui-ci paraît être à la fois important et simple. Il s'agit de trouver un langage commun permettant de formuler un projet franco-allemand ou plus largement européen. Mais ne faut-il pas dès lors scruter d'autant plus soigneusement le mot, se demander s'il possède une histoire et si cette histoire ne présente pas des inflexions susceptibles de provoquer aujourd'hui des difficultés de communication ou même des malentendus ? Idéalement, le personnel politique engagé dans des procédures de concertation internationale devrait disposer d'un « mémo » qui leur permettrait de décider s'ils utiliseront le terme « communauté de destin » dans des discussions politiques ou lors de la rédaction de textes officiels. Dans l'autre cas, on pourrait en revanche être tenté de répondre que l'intraduisible ausländische Mitbürger ne mérite pas de retenir outre mesure l'attention, car la difficulté serait la conséquence d'une différence radicale de configuration sociale et un effet plutôt heureux du fonctionnement du « creuset français ». Une telle réponse serait courte, pour deux raisons, que nous allons tenter d'exposer dans le premier volet de cet article. La première est qu'une politique d'immigration « synchrone » et un rapprochement des codes de la nationalité devraient prendre en compte ce qui se traduit, sur le plan lexical, par une résistance à l'intégration dans la langue de l'autre, la deuxième étant que, si ausländische Mitbürger est intraduisible en français, l'inconvénient est dû en partie à l'histoire de France — histoire qui peut toujours se retourner contre les héritiers de ses protagonistes.

« Ausländische Mitbürger », Un intraduisible

8Qu'entend-on par le terme ausländische Mitbürger ? Il apparaît dans le Grand Dictionnaire de la langue allemande Duden, au tome 7 de la seconde édition (1994), sous l'entrée Mitbürger, comme exemple d'emploi de ce dernier mot (nous traduisons les passages en italiques) :

Mitbürger (Amtsdt.) : (du point de vue de la personne qui parle) qqn qui est ressortissant du même État ou qui habite la même ville : liebe Mitbürgerinen und M. ! ; die ausländischen M. (plus particulièrement les travailleurs étrangers et leurs familles) ; Der Tag der Verfassung ist... ein besonders symbolhafter Zeitpunkt, um mit ausländischen M.- n zu diskutieren ; die ganze Nation stände... auf, wenn jüdische M. verhaftet würden (Hochhuth, Stellvertreter).

  • 6  La production lexicale obtenue à partir de la matrice adjectif + Mitbürger est sélective. L'équité (...)

9Cet article du Duden est moins remarquable par ce qu'il dit que par ce qu'il ne dit qu'à moitié (la présence de ausländische Mitbürger sur le sol allemand est à mettre en relation avec une immigration du travail qui est en même temps une immigration familiale) et par ce qu'il n'explicite pas : il y a deux emplois de Mitbürger qui méritent particulièrement d'être notés, car ils font problème : ausländische Mitbürger et jüdische Mitbürger (ceux-ci sont-ils, aux termes du Duden, des ressortissants de l'État allemand ou des habitants de la même ville ?)6. On utilisera pour obtenir une plus grande précision un texte bref, issu de la Süddeutsche Leitung du 30 juin 1997 et présentant les objectifs de la « 5e Rencontre internationale pour la tolérance » ( « 5. Internationales Treffen für Toleranz » ), ouverte par Klaus Kinkel, ministre des Affaires étrangères d'Allemagne fédérale :

Das Treffen soll helfen, das Zusammenleben der Deutschen mit den ausländischen Bürgern zu verbessern. Kinkel bekräftigte erneut die Forderunt der FDPnach einem Quotensystem für ausländische Zuwanderer.

10Ce texte oppose clairement deux catégories : les « immigrants étrangers », pour lesquels il faut introduire un système de quotas, et les ausländische Bürger, qui partagent avec les Allemands une communauté de vie dont la qualité doit être améliorée, notamment par la tolérance réciproque. Si l'on définit de façon neutre, en employant la terminologie de la géographie de la population, le groupe des ausländische Mitbürger (mot utilisé le plus souvent au pluriel), on dira donc que ce groupe se compose de personnes immigrées de longue date et de leurs descendants (nés sur le sol allemand ou non), étant entendu que les uns et les autres ne possèdent pas la nationalité allemande. L'existence de ce groupe résulte du passage d'une immigration de travail à une immigration de séjour.

11Si cette réalité se perçoit assez aisément, le terme lui-même résiste à la traduction. « Concitoyens étrangers » serait ressenti comme une contradiction in adiecto ; « citoyens étrangers » prêterait à malentendu, comme cette correspondance du journal Liberation publiée le surlendemain de l'attentat de Solingen, qui avait coûté la vie à cinq Turques :

A l'annonce de l'incendie criminel, le président allemand Richard von Weizsaecker a déclaré que « (cet acte) nous remplit d'horreur et de honte ». « Je demande l'aide personnelle de tous les citoyens allemands et étrangers. Nous n'avons pas le droit de laisser des incendiaires isolés et aveugles mettre en danger notre État de droit pacifique et la cohabitation dans notre société », a poursuivi le président allemand (Libération, 31 mai 1993, p. 32).

12En lançant cet appel aux deutsche und ausländische Bürger, le président de la République fédérale allemande ne s'adressait pas réellement aux citoyens allemands et aux citoyens d'autres pays vivant en Allemagne ayant droit, par exemple, à la protection due aux ressortissants étrangers, représentés par des ambassades (il demande plutôt que chacun se représente ses véritables intérêts) ; il ne décerne pas davantage, évidemment, la nationalité allemande aux étrangers domiciliés en Allemagne. S'il l'avait fait, il aurait été aussitôt démenti par le télégramme adressé par le chancelier Kohi au gouvernement turc, comme il ressort de cette relation parue le 1er juin 1993 dans la Süddeutsche Zeitung :

Der Kanzler betonte, die überwiegende Mehrheit des deutschen Volkes verurteile die verabscheuungswürdige Tat.

13La distinction entre « le peuple allemand » et les résidents étrangers est clairement maintenue ici. Le message du président ne différait pas sur le fond et signifiait en gros : « Je demande l'aide personnelle de tous ceux qui vivent sur notre sol, qu'ils soient Allemands ou venus d'ailleurs. »

14Au début de l'article de la Süddeutsche Zeifung mentionné plus haut on pouvait lire ces lignes :

Führende Politiker haben am Montag den Mordanschlag von Solingen verurteilt und ihre Anteilnahme mit den türkischen Mitbürgern ausgedrückt.

  • 7  Ceci peut évidemment changer avec le renouvellement des générations. Interrogés à ce sujet (début (...)

15Dans des circonstances comparables, on dirait sans doute en France que « de hauts responsables politiques ont exprimé leur sympathie à la communauté turque ». Cela signifie -t-il que l'on pourra traduire de façon générale ausländische Mitbürger par « membres de communautés étrangères » ? Non, car Mitbürger est un terme qui a aussi pour fonction de conjurer la tentation du communautarisme. Si l'on ne peut pas traduire ausländische Mitbürger par « concitoyens étrangers », l'idée de citoyenneté n'est pas absente de ce mot, dont la définition n'obéit pas exactement à l'alternative indiquée dans le Duden (citoyenneté ou corésidence), mais oscille entre ces deux pôles — comme le suggère... l'exemple fourni dans le Duden (voir supra). La Journée de la Constitution serait un moment propice pour parler de la chose publique avec les étrangers que sont les ausländische Mitbürger ; c'est donc que l'on estime que ces personnes ne sont pas loin d'avoir atteint le degré d'intégration qui leur permettrait de devenir citoyens allemands. En français, en revanche, si bienveillant envers les immigrés et si integrationniste que puisse être le discours, l'association étroite des termes « concitoyens » et « étrangers » pour désigner des étrangers installés de longue date ou issus de l'immigration ne paraît pas possible7. La « Déclaration de politique générale » prononcée par Lionel Jospin, Premier ministre, le 19 juin 1997 devant l'Assemblée nationale le confirme :

« Une politique d'intégration républicaine, déterminée et généreuse, propre à recueillir l'assentiment de nos concitoyens, sera mise en œuvre. La République accueille ses hôtes selon ses lois, qui doivent être claires et précises. L'immigration irrégulière et le travail clandestin - dont je sais qu'il n'est pas le seul fait des étrangers - seront combattus sans défaillance parce que l'un et l'autre compromettent l'intégration et parce qu'ils sont contraires à la dignité des immigrés » (cité d'après le journal Le Monde du 21 juin 1997).

  • 8  Dans « La marche du siècle », émission de Jean-Marie Cavada, France 3.

16Les « concitoyens » sont ici clairement des nationaux, les « étrangers » en situation régulière sont des « hôtes ». Lors d'une émission télévisée assez récente (12 novembre 1997) dont le thème était : « Immigrés : de quels droits », Simone Veil, présidente du Haut Conseil à l'intégration, s'exprimait de façon voisine : « Les Français et ceux que nous avons accueillis dans notre pays. »8 La distinction est claire, mais on remarquera que, sur le plan lexical, ces formulations sont du même type que le fameux Gastarbeiter, cette expression que certains ont voulu remplacer par ausländische Mitbürger dès le début des années 80 pour mieux faire prendre conscience de la mutation qui se faisait jour dans le processus d'immigration en Europe occidentale.

La double controverse

  • 9  (Comme n. 1, p. 53), chap. 18 : « Multikulturelle Gesellschaß oder Ausländer raus ? Der sprachlich (...)

17Martin Wengeler a bien montré dans les Kontoverse Begriffe9les implications de cette préposition de changement phraséologique (soutenue par les Eglises allemandes) et il en a analysé l'une des conséquences, la protestation suscitée dans des milieux de droite ou d'extrême-droite par la nouvelle appellation, jugée abusivement laxiste, l'expression la plus remarquée de cette levée de bouchers étant cette « sortie » d'Alfred Dregger, alors (1989) président du groupe CDU-CSUau Bundestag : « Ausländer sind Gäste, nicht Bürger und von daher auch nicht Mitbürger. » Une phrase que l'on pourrait rendre de façon parfaite en français en se référant à la « Déclaration de politique générale » de Lionel Jospin, soit : « Les étrangers sont des hôtes, ce ne sont pas des citoyens, et donc ce ne sont pas non plus des concitoyens », si l'on acceptait que la traduction soit aussi réductrice que l'énoncé original par rapport à l'expression incriminée, dont la pertinence ne doit pas être seulement mesurée à l'aune juridique. Or c'est ce que fait le juriste Dregger, pour qui Mitbürger renvoie de façon univoque à la notion de citoyenneté. On retiendra cependant que l'indication diastra-tique du Duden : « langage administratif » (Amtsdeutsch, voir supra) n'est pas totalement exacte, ou alors que le langage administratif n'est pas lui-même adéquat sur ce point, car il n'est pas en consonance avec la législation.

18Il faut cependant compléter le commentaire de Martin Wengeler. L'expression ausländische Mitbürger a fait également l'objet d'attaques venant d'une tout autre direction. Nous utiliserons le témoignage fourni par une annonce de la revue Blätter für deutsche und internationale Politik que l'on pouvait lire dans le Frankfurter Allgemeine Zeitung du 26 mai 1993. Le texte, intitulé : « Ausländische Mitbürger » sind Bürger, nicht « Ausländer », a donc été publié le jour même où le Bundestag devait se prononcer sur la modification de l'article 16 de la Loi fondamentale concernant le droit d'asile, trois jours avant l'attentat de Solingen. Il fait référence à l'attentat de Mölln (Schleswig-Holstein), dans lequel trois Turques avaient trouvé la mort. Il s'agit d'un texte-gigogne qui rappelle les termes d'un appel précédent, une « Lettre ouverte à nous tous » qui avait été publiée le 18 décembre 1992 dans l'hebdomadaire Die Zeit :

(...) Zur Entstehung eines politischen Klimas, in dem Mölln möglich wurde und sich jederzeit wiederholen kann, « hat entscheidend beigetragen, dass Millionen Menschen, die grossenteils seit Jahrzehnten mit uns zusammenleben und arbeiten, die vollen Bürgerrechte verweigert werden ». Dies haben über 2000 Unterzeichner/Innen aus Ost- wie aus Westdeutschland in einem « Offenen Brief an uns alle » festgehalten und gefordert : « Hören wir endlich auf, sie als « ausländische Mitbürger » auszugrenzen. Sie sind Bürger, nicht « Ausländer ». »

19L'annnonce/appel formule ensuite plusieurs revendications, dont la naturalisation immédiate de « tous les « étrangers » vivant en Allemagne depuis un certain temps, s'ils le souhaitent » (alle schon länger hier lebenden « Ausländer », die das wünschen). Il se conclut ainsi :

Sonntagsreden über die Unantastbarkeit der Menschenwürde helfen nicht weiter. Es gilt, der Gewalt gegen Mitbewohner unseres Landes ein Ende zu machen.

20Pour les auteurs de cet appel, l'expression ausländische Mitbürger est tout sauf laxiste : elle est discriminatoire. La revendication de base semble procéder d'une interprétation à la fois extensive et radicale du droit du sol : ceux qui habitent le même heu (Mitbewohner) doivent disposer des mêmes droits, sans restriction.

21Le débat auquel est soumis le terme ausländische Mitbürger confronte en résumé trois positions :

— une position « centriste », qui se traduit par un emploi bienveillant, mais assurément imprécis de l'expression ;

— un refus du terme qui repose sur une proposition de réduction mono-sémique : Bürger serait un strict équivalent de Staatsbürger ( = citoyen) ;

— un refus du terme, de sens opposé, impliquant une fusion sémique par court-circuit sur le mode (notre formulation) : Mitbewohner sind Mitbürger sind Bürger sind Staatsbürger. La fusion des deux significations de Bürger conduit à la postulation : les corésidents sont des concitoyens.

Irisations sémantiques et évolution historique

22La controverse dont les termes viennent d'être exposés a été rendue possible par la bipolarité sémique du mot Mitbürger, qui reproduit partiellement la multipolarité du terme Bürger lui-même, qui désigne - ou évoque simplement — l'appartenance à : 1 / Une communauté politique organisée (pays, ville), ou 2 / A une communauté de vie dont la définition spatiale est claire pour les personnes engagées dans le processus de communication, mais dont la dimension collective n'a rien de politique, car elle résulte de l'addition de situations individuelles, souvent d'ordre privé. Deux exemples parmi beaucoup d'autres : PC und TV im Wettkampf um die Zeit der Bürger (titre d'article dans la Süddeutsche Zeitung du 29 janvier 1997), ou Streik gegen den Bürger. Der Ausstand im Öffentlichen Dienst trifft den Bürger ( = les particuliers) doppelt : einmal wegen des Ausfalb der Versorgung zum andere als Steuerzahler, der die öffentlichen Kassen wieder auffullen muss. Dans cette acception, le groupe des Bürger peut inclure la catégorie des étrangers, au moins implicitement, comme dans l'exemple suivant (Die  3 janvier 1997) :

Details zur statistischen Lage der Nation. Deutsche Tage (...) Was passiert denn eigentlich in diesem unseren Lande, Tag für Tag, zum Beispeil heute ?

Wie jeden Tag werden heute, am 3. Januar 1997, in Deutschland 2090 Menschen geboren (...)

Wie jeden Tag sitzt der Durchschnittsbürger knapp drei Stunden vor dem Fernseher (...)

Wie jeden Tag lassen sich die Bundesbürger ihre 20 Millionen Haustiere (...) insgesamt 12 Millionen Mark kosten.

23Comme il ressort de la première indication (in Deutschland), ces statistiques ne distinguent pas la population allemande et la population étrangère. Bundesbürger désigne ici, de façon indifférenciée, les personnes vivant en Allemagne. C'est l'existence de ce deuxième pôle sémantique qui a permis la formation de l'expression ausländische Mitbürger.

243 / Enfin, Bürger désigne l'appartenance à un groupe défini par sa position sociale. Cette troisième signification est moins exposée à des phénomènes d'« induction sémantique » que les deux autres, encore qu'elle puisse interférer avec l'acception 1 /, comme peuvent le suggérer certains emplois flous de l'un de ses dérivés, bürgerlich (civil/civique ou bourgeois ?). Les partisans résolus de la désambiguïsation ont introduit en allemand les mots Bourgeois, bourgeois et Bourgeoisie, dans la signification sectorielle qu'ils avaient en français, pour faire référence à une domination de ce groupe. Nous ne considérerons cependant pas ce troisième sens, car il n'entre jamais dans le signifié de Mitbürger.

  • 10  On consultera sur ces points le Dictionnaire historique de la langue française d'Alain Rey (s.l.d. (...)
  • 11  Voir le Grand Larousse de la langue française (1972), art. « citoyen ».

25Pour expliquer la bipolarité sémantique de Bürger qui nous occupe, et celle de Mitbürger, pour découvrir les causes profondes des difficultés à rendre tous les emplois de ces deux termes en français, il faut certainement considérer plusieurs facteurs. Mais le premier d'entre eux est sans doute la relative homogénéité du lexique allemand à période haute. Elle a fait qu'un seul mot (burgari, burgaere, puis bürger) a servi à désigner les membres d'une communauté rassemblés dans un heu de résidence qui comprenait aussi un site défensif, et que ce mot a conservé une situation de monopole alors que l'agglomération ainsi constituée était assez fréquemment soumise à une évolution rapide. Ceci a conduit à une complexification sémantique du mot, et non à une diversification onomasiologique. La bisémie, fruit d'un ajout, la référence à une organisation politique venant coiffer la référence à la résidence, a été précoce ; elle semble liée au mouvement communal. Par une extension qualitativement limitée - les sujets étant loin de jouir des mêmes libertés que les citadins -, le mot Bürger a désigné ensuite aussi l'appartenance des individus à une entité étatique. Dans le domaine français, en revanche, le mot burgeis, borjois, bourgeois, issu d'un burgensis médio-latin dérivé lui-même d'un burgus produit du croisement d'un mot latin et d'une racine germanique, s'est trouvé en concurrence avec citeain, citoien et avec citadin10. Malgré cette différence numérique sur le plan des signifiants, les deux système lexicaux étaient assez symétriques. Les grenouilles de la fable « les citoyennes des étangs » peuvent une fois de plus servir d'exemple11. Au temps de La Fontaine, citoyen couvrait la même aire de sens que le Bürger de l'époque.

  • 12  Voir Manfred Riedel, Bürger, Staatsbürger, Bürgertum, dans Geschichtliche Grundbegriffe (comme n. (...)
  • 13  Cité par M. Riedel (comme n. 3, p. 59), p. 696. Le commentaire de Riedel relativise cependant l'im (...)
  • 14  7 éd., Braunschweig, 1813, repr. (sous le titre : Wörterbuch der Deutschen Sprache, Ergänzungsband (...)
  • 15  M. Riedel (comme n. 3, p. 59), p. 701.

26Avec la poussée prérévolutionnaire, puis sous la Révolution, un fossé se creuse entre l'emploi de bourgeois et celui de citoyen du fait de la spécialisation de ce dernier terme dans le domaine politique12. Fait remarquable, les intellectuels allemands, et non des moindres, estiment qu'ils doivent tirer de l'observation du phénomène français des enseignements pour leur propre langue. Kant propose une clarification par spécification de l'emploi de Bürger : « Derjenige, welcher das Stimmrecht in dieser Gesetzgebung hat, heisst ein Bürger(citoyen, d. i. Staatsbürger, nicht Stadtbürger, bourgeois). »13Cette proposition est relayée par le pédagogue et lexicographe Johann Heinrich Campe. Dans son Wörterbuch zur Erklärung und Verdeutschung der unserer Sprache aufgedrungenen fremden Ausdrücke14, cet auteur — l'un des Allemands qui furent le plus à l'écoute de la France jusqu'au moment où la France se déplaça trop décidément vers eux -rapporte une réaction de Sieyès, alors ambassadeur à Berlin, à une lettre dans laquelle il était appelé Bürger par son correspondant : « Ihre Landsleute würden wohl tun, wenn sie Citoyen, wie Don und Lord, ganz unübersetzt Hessen, weil man sich unter dem Deutschen Worte Bürger etwas ganz anderes denkt, als bei Citoyen. » Campe, tout aussi passionné par la collecte des xénismes que par la réduction des entorses à la pureté de la langue que ceux-ci constituent selon lui, n'est pas prêt à suivre Sieyès, mais il admet que l'usage allemand du mot Bürger ne peut plus être totalement indépendant des emplois de « citoyen » et de « bourgeois » : « (...) da, wo es darauf ankommt, den Citoyen vom Bourgeois zu unterscheiden können wir jenen Staatsbürger, diesen Stadtbürger nennen. » De son côté, Feuerbach avait proposé dans son Anti-Hobbes (1798) une différenciation d'ordre onomasiolo-gique, minimale certes (Bürger versus Вш-ger), mais suffisante pour créer une opposition sur le plan du signifiant : « Bürger (citoyen) darf nicht mit Burger (bourgeois, burgensis, burgarius) verwechselt werden. »15

  • 16  Toutefois, la variante helvétique de l'allemand standard utilise l'opposition Burger/Bürger dans u (...)
  • 17  Cf. n. 2 de cette même page.
  • 18  Herbert Bertholmes, Bruder, Bürger, Freund, Genosse und andere Wörter der sozialistischen Terminol (...)

27Ces propositions de clarification ne se sont pas imposées16, peut-être parce que, comme le dit Campe, les Français, après avoir été temporairement des Citoyens, étaient redevenus ce qu'ils étaient auparavant17. La tension s'est maintenue entre les deux pôles sémantiques de Bürger, avivée dans les moments où le débat politique se radicalisait. Herbert Bartholmes a noté que dans des rapports concernant les Congrès de la Irc Internationale les orateurs sont assez souvent appelés Bürger : « Bürger Dr. ( !) Marx », « Bürger Marx ». Mais Marx lui-même poussait-il vraiment à la roue, lui qui aimait apparemment se faire appeler « citoyen Marx » et qui, par ailleurs, dans une lettre écrite en allemand à un socialiste allemand, appelait son correspondant Dear citizen18 ?

28Faut-il plaindre sur ce point le lexique allemand pour son indécision ? Michael Friedmann, membre de la CDUet du bureau central du Zentralrat der Juden in Deutschland, donne en un sens raison à Sieyès, contre Campe, quand il dit, selon l'hebdomadaire Stem (n° 37/97, 4 septembre 1997, p. 196) : « Ich bin ein überzeugter Citoyen. » Mais il faut voir aussi que Bürger, grâce à sa bipolarité sémantique, permet d'exprimer ou de suggérer l'existence de relations complexes entre la résidence et la citoyenneté ou le civisme. La relation entre les deux Allemagnes était une relation complexe. « Bundesbürger » et « DDR-Bürger » permettaient de se sortir d'embarras pour désigner les habitants des deux pays. Traduire Bundesbürger par « citoyens d'Allemagne fédérale » pour rendre la phrase : « Die Bundesbürger sind auch 1987 Weltmeister im Verreisen geblieben » (Sonntag aktuell, supplément hebdomadaire de la Stuttgarter Zeitung du 17 janvier 1988, p. 39) aurait été de la dérision. Traduire DDR-Bürger par « citoyens de RDA » aurait été dans beaucoup de cas d'une ironie cruelle. La transposition qui s'imposait le plus souvent était donc : « les Allemands de l'Ouest » et « les Allemands de l'Est ». En même temps, l'appellation permettait de chaque côté de revendiquer la suprématie en matière d'esprit réellement démocratique. Ou encore : « Bürgerinitiative » peut dans nombre de cas être rendu par « Association de riverains pour la défense, la préservation de, etc. », mais les membres de ces associations, s'ils se définissent au premier chef par leur heu de résidence, entendent aussi assez fréquemment faire savoir à leurs vis-à-vis qu'ils existent également en tant que membres de la cité, et pas seulement en tant qu'administrés, et qu'ils font preuve en fin de compte de résistance civique.

  • 19  Pour ne pas s' ôter la possibilité de rester en prise verbalement sur une situation indécise, on é (...)

29Revenons à ausländische Mitbürger, pour préciser qu'à la fluidité de Bürger, maintenant suffisamment évoquée, s'ajoute l'ambivalence du mit. Mit peut incorporer totalement, comme dans Mitgefangene. Mais il peut limiter la dignité du statut accordé aux éléments adjoints, comme dans Mitarbeiter ; c'est bien l'une des deux raisons pour lesquelles ausländische Mitbürger est jugé discriminatoire dans l'appel mentionné supra. Cette interprétation est toutefois, à l'évidence, partiale : ausländische Mitbürger peut inclure, il n'exclut en aucun cas totalement ; il ne ferme aucune porte. L'expression, du coup, devient précieuse quand on ne sait pas si les personnes concernées veulent être incluses, ou quand elles ne le savent pas elles-mêmes19. Dans cette mesure, si controversée qu'elle soit, l'expression ausländische Mitbürger est une cristallisation lexicale dont la considération pourrait être utile à la réflexion sur la situation française, si l'on veut bien admettre que « le creuset français » est fortement fissuré.

Une formule a importer ?

30On aura beau s'estimer mieux loti en ce domaine que la RFA, confrontée à un problème d'immigration compliqué par l'afflux d'immigrés de souche allemande et de demandeurs d'asile, on aura beau juger la législation française (en dépit de ses fluctuations) plus moderne que le Code de la nationalité allemand (malgré les aménagements apportés à celui-ci en 1990), il faut constater qu'une formule du type ausländische Mitbürger fait cruellement défaut en français, et ceci depuis un certain temps. Le 30 mai 1993 (le hasard a voulu que ce fût le lendemain de l'attentat de Solingen), Jacques Chirac, alors maire de Paris et président du RPR, s'exprimait sur les problèmes du racisme et de l'immigration sur Radio-Shalom. Nous citons selon la relation du journal Libération du 31 mai 1993, intitulée : « Chirac reconnaît une progression du racisme en France » :

Selon le président du RPR, la progression du racisme « tient à l'absence de maîtrise de la politique d'immigration ». « Ce qui provoque chez beaucoup de nos concitoyens des réactions de rejet, et non seulement de la part des Français à l'égard des autres, mais plus encore parmi les autres », a -t-il déclaré hier sur Radio-Shalom.

31L'analyse de la dernière phrase est ardue, mais celle-ci ne peut signifier qu'une seule chose, si elle a été correctement rapportée : les « réactions de rejet » « chez beaucoup de nos concitoyens » sont le fait « non seulement des Français à l'égard des autres » (c'est-à-dire des non-Français, donc des étrangers), mais également, et encore plus, le fait des « autres » (c'est-à-dire de concitoyens autres que Français) qui ont eux aussi « des réactions de rejet à l'égard des autres », ce qui ne peut vouloir dire que : à l'égard des autres « autres », donc d'une autre catégorie d'étrangers. Formulé plus simplement : les réactions de rejet envers l'immigration étrangère se manifestent non seulement chez les Français, mais aussi chez les étrangers établis depuis assez longtemps en France pour qu'on puisse les considérer comme des concitoyens même s'ils ne le sont pas stricto sensu — ce qui correspond exactement à la définition des ausländische Mitbürger.

32M. Chirac était tout prêt de produire la combinaison « concitoyens étrangers ». Un mécanisme de blocage lexical l'en a préservé et a conduit la phrase dans des détours tortueux. La germanistique « hors sol », qui peut remplir des fonctions d'ambassade, ne pourrait-elle pas proposer, comme l'ambassadeur de France à Berlin Sieyès le faisait pour « citoyen », l'insertion de ausländische Mitbürger dans le lexique français ? Ce ne serait pas plus aberrant que la reprise de tel élément de terminologie philosophique, ni peut-être moins utile.

  • 20  Cf. Dictionnaire historique de la langue française (comme n. 1, p. 59), article « cité », rubrique (...)
  • 21  Voir le compte rendu, intitulé « Conversation citoyenne », de Claude Allègre et Denis Jeanbar, Que (...)

33Vers où faudrait-il se tourner si l'on cherchait néanmoins une autre solution ? Le problème lexical de fond est l'état du mot « citoyen », racorni (en français). De cette sclérose, qui épargne pour les raisons déjà dites Bürger, tout le monde est conscient, y compris dans l'équipe de réhabilitation au travail, car seule une telle conscience peut expliquer la naissance (en fait, la renaissance à plusieurs siècles de distance)20 de l'adjectif citoyen et la fortune fulgurante que ce néologisme a connue au cours des dernières années, tout comme « citoyenneté », mot renaturé et « expansé »21. « La démarche », « l'entreprise », « l'agriculture » (dernier Congrès de la FNSEA) « citoyennes », « le rendez-vous » et le « sursaut » « citoyens » : toutes ces créations auront au moins pour vertu de faciliter la traduction de Bürger. On pouvait lire dans le générique de l'émission télévisée « Thema : Sauver le monde » diffusée sur Arte le 24 juillet 1997 ce sous-titre bilingue : « Die Bürgerbewegungen wollen die Welt retten » / « Les mouvements citoyens veulent sauver le monde. » Il s'agissait d'organisations dites « non gouvernementales », que l'on peut hésiter (s' agissant de Greenpeace par exemple) à appeler « mouvements civiques ». « Mouvements citoyens » apparaît ici comme une traduction plutôt heureuse de Bürgerbewegungen. « Citoyenneté », pour sa part, peut aussi posséder la plasticité et la ductilité de Bürger. Est-on en droit d'attendre, pour la traduction de ausländische Mitbürger, du secours de ce côté ?

  • 22  Cf. également les termes : Bildungsinländer, inländische Zugewanderte (produit d'un rejet des mots (...)

34Dans un bilan d'étape diffusé début janvier 1998 et intitulé « Ça change », la députée PSde la deuxième circonscription du département du Val-d'Oise (circonscription où les problèmes liés à l'immigration et à l'intégration des immigrés se posent de façon assez aiguë) déclare rester « engagée dans la réforme et la modernisation de nos institutions pour que notre République retrouve la force et la sérénité du cadre nécessaire à l'épanouissement de la citoyenneté de tous ceux qui constituent notre communauté de vie en France ». Si l'on place leurs activités et leur comportement sous le signe de la « citoyenneté » (entendue au sens large d'intérêt pour la vie collective), « tous ceux qui constituent notre communauté de vie en France » devraient être les homologues des deutsche und ausländische Bürger auxquels le président von Weizsäcker demandait, après l'attentat de Solingen, de cohabiter de façon pacifique. Ces choses peuvent donc se dire en français. Il reste cependant que la composante proprement étrangère devrait être difficile à extraire de cet ensemble sous une dénomination aussi irénique. Le lexique allemand, certes au premier abord déconcertant22, reste plus « performant », car même s'il est jugé trop mou par les uns et faussement bienveillant par les autres, il rappelle beaucoup mieux les données du problème.

« Schicksalsgemelnschaft » / « Communauté de destin » : un grand mot

35Nous poursuivrons ces travaux pratiques de philologie... citoyenne en nous tournant vers le mot Schicksakgemeinschaft et sa traduction apparemment très lisse, « communauté de destin ». Pourquoi ce choix ? Parce qu'il est de bonne discipline de réfléchir sur des cas de figure totalement différents. En disant cela, nous ne parlons pas de contexte : ces deux mots apparaissent eux aussi dans des débats concernant la citoyenneté et l'intégration des étrangers. C'est ainsi que M. François Fillon, alors ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, alarmé par « une crise de l'identité citoyenne », écrivait dans une tribune du Monde (5 janvier 1995) intitulée « La démocratie du citoyen » :

Il est nécessaire de trouver un nouvel équilibre entre bien public et libertés individuelles. La responsabilisation du citoyen sur le plan local ne doit pas se faire au détriment de cette communauté de destin qu'est la République.

36Intervenant à titre d'expert devant le tribunal constitutionnel de Karlsruhe en juin 1990 (il s'agissait de vérifier la légalité de dispositions législatives prises par les États du Schleswig-Holstein et de Hambourg qui accordaient le droit de vote aux étrangers dans le cadre communal), M. Josef Isensee, professeur de droit constitutionnel à l'Université de Bonn, motivait ainsi ses grandes réserves, selon la relation donnée dans Die Zeit du 29 juin 1990 :

« Grundsätzlich unentrinnbar bleibt er (der Deutsche) seinem Heimatstaat auf Lebenszeit verbunden... » Der Ausländer hingegen sei « nicht rechüich in die staatliche Schicksalsgemeinschaft eingebunden, auch wenn er seinen effektiven Interessen- und Lebensschwerpunkt im Inland hat, wenn er in die einheimische Gesellschaft integriert, und seinem Heimatland faktisch entfremdet ist ».

  • 23  Nous avons trouvé des traces d'un débat allemand dans un article de Christian Meier, professeur d' (...)

37Toutefois, contrairement à ce que l'on pouvait observer dans le cas précédent, le mot de débat n'est pas un mot en débat, surtout sur le versant français23, où on le voit servir de support à l'explication d'une notion comme celle de « nation » :

En France, le projet national et le projet républicain se sont confondus autour d'une certaine idée de la citoyenneté. Cette idée (...) exclut l'éclatement de la nation en communautés séparées, indifférentes les unes aux autres, ne considérant que leurs propres règles et leurs propres lois, engagées dans une simple coexistence. La nation n'est pas seulement un ensemble de citoyens détenteurs de droits individuels. Elle est une communauté de destin. (Circulaire adressée par le ministre de l'Education nationale, M. François Bayrou, aux chefs d'établissement le 26 septembre 1994.)

38Fallait-il évoquer une « communauté de destin » pour indiquer aux chefs d'établissement scolaires comment réagir face à des « manifestations spectaculaires d'appartenance religieuse ou communautaire » (dans la même circulaire) ? Indubitablement, toutefois, l'expression pouvait trouver un écho parmi des familles potentiellement concernées par le phénomène en question puisque l'on pouvait lire quelques mois auparavant dans un « Appel » adressé « à la représentation nationale » par le Conseil national des musulmans de France (Le Monde du 5 mai 1994) :

Depuis trente-deux ans, nous recherchons désespérément notre place légitime au sein de notre pays sans y parvenir réellement. S'insérer, s'intégrer, s'assimiler, la sémantique importe peu ; l'essentiel est d'être des acteurs parmi d'autres dans la construction de notre univers économique, social, culturel et politique. (...) Ceux de 1870, ceux de 1914, ceux de 1939-1945, ceux d'Indochine et d'Algérie, ceux qui ont libéré mètre par mètre une grande partie de notre territoire pour que soient restaurées la liberté et la démocratie, vous demandent de mettre fin à leur exclusion et à leur situation paradoxale de Français de droit, mais Étrangers de fait. (...) Réglons ensemble ce problème de dignité, de justice et de Solidarité nationale ! Il en va de l'Honneur de la France, notre unique communauté de destin.

39Si le contexte est différent, la notion de « communauté de destin » semble être ici aussi un concept fait pour emporter l'adhésion. Pour les rédacteurs de l'appel, le mot a en tout cas l'aura d'un « grand mot », pour reprendre une expression employée par Horst Teltschik, ancien directeur des services de la chancellerie de Bonn chargés de suivre les affaires extérieures, dans un article consacré à la « difficile amitié » franco-allemande paru dans Die Zeit au cours de l'été 1990 :

Mit dem grossartigen Wort Schicksalsgemeinschaft hat Präsident François Mitterrand in den vergangenen Jahren immer wieder die Verbundenheit des deutschen mit dem französischen Volk öffentlich beschworen.

  • 24  M. Teltschik était extrêmement bien placé pour savoir que la réalité était autre. En fait, il expr (...)

40Deuxième différence avec le cas traité précédemment (elle est évidente, mais il faut l'expliciter très nettement) : la traduction littérale de Schicksals-gemeinschaft par « communauté de destin » ne provoque apparemment aucune contestation. La convertibilité réciproque est implicitement considérée comme totale. On a même l'impression, à lire M. Teltschik, que Schicksalsgemeinschaft est la magnifique traduction allemande d'une non moins superbe création verbale de François Mitterrand24.

41Bref, Schicksalsgemeinschaft et « communauté de destin » seraient des mots qui disent beaucoup de choses, mais dont la philologie n'aurait rien à dire sinon qu'ils sont grands et beaux.

42La réalité est très différente. Les deux mots donnent en fait l'occasion de traiter sur le vif l'aspect lexical de questions qui sont, espérons-le, de quelque importance : comment s'effectuent la transmission et le réemploi des éléments du discours politique lorsque celui-ci se déploie et dans un contexte national et dans le contexte de relations bilatérales ? De quelle profondeur de mémoire ce discours est-il établissements de formation, des médias, des clubs de discussion, des appareils, des rencontres bilatérales, quel est l'apport des interprètes de liaison qui participent à ces dernières, et qui n'écrivent guère sur ce qui constitue pourtant la spécificité de leur activité ?

43Une telle tâche serait sans doute à mener en équipe. Nous nous contenterons ici de poser des questions, et de faire quelques remarques ou suggestions.

  • 25  Mais le Grand Dictionnaire Langenscheidt, seconde partie allemand-français, donnait dans une versi (...)

441 / La première de ces suggestions s'adressera aux équipes de rédaction de grandes maisons d'édition spécialisées dans la confection de dictionnaires de langue. Le Grand Dictionnaire de la langue allemande Duden donne pour Schicksalsgemeinschaft : « Gemeinschaft von Menschen, die das gleiche schwere Schicksal verbindet » (t. 6, 1994) ; le Handwörterbuch de Langenscheidt, Deutsch-Französisch (1995) : « Communauté de gens logés à la même enseigne »25, le Harrap's Universal, Dictionnaire allemand-français / français-allemand (1996) : « communauté d'infortune ». Dans la partie français-allemand, « communauté de destin » n'apparaît ni à l'entrée « communauté » ni à l'entrée « destin ». Ces dictionnaires ne connaissent donc pas l'emploi de Schicksalsgemeinschaft et de « communauté de destin » qui ressort des citations produites ci-dessus. Il conviendrait en conséquence de reprendre les articles de ces dictionnaires (et d'ajouter un article « communauté de destin » dans la partie français-allemand des deux dictionnaires bilingues) de façon à accueillir « le nouvel emploi ».

45Nous parlons d'un nouvel emploi, au singulier, pour deux mots, puisque la symétrie frappe par sa perfection apparente. En fait, on observe une bifurcation à l'intérieur de cet emploi - mais elle est... commune aux deux termes. On distinguera :

46a / Un emploi « strict », d'ordre politique, applicable avant tout à deux domaines : la définition de la collectivité nationale, l'association de deux (ou plus) de ces collectivités nationales. Un exemple d'application du deuxième type serait le point n° 1 du « Concept commun franco-allemand en matière de sécurité et de défense » adopté le 9 décembre 1996 à Nuremberg par le Conseil franco-allemand de défense et de sécurité présidé par MM. Jacques Chirac et Helmut Kohl (texte publié dans Le Monde du 30 janvier 1997) :

I / La France et l'Allemagne : une communauté de destin et d'intérêts.
La communauté de destin qui unit la France et l'Allemagne repose en particulier sur un consensus concernant les questions fondamentales stratégiques et de société. (...)

47La version allemande de ce document disait bien entendu : Eine Schicksals- und Interessengemeinschaft.

48On pourra toutefois se demander si, sur le plan des signifiés, le parallélisme franco-allemand est vraiment parfait. Un des grands artisans de l'unification allemande, Wolfgang Schäuble (ministre de l'Intérieur au moment crucial) a beaucoup utilisé après coup la notion de Schicksalsgemeinschaft pour fournir un cadre conceptuel au processus d'intégration. Face aux difficultés que rencontrait ce processus, le président Roman Herzog disait en 1994 : « Wir Deutschen sind im Moment wieder darauf angewiesen, uns als Schicksalsgemeinschaft zu verstehen » {Fokus, 9 mai 1994).

  • 26  Quelques années avant l'interview sur Radio-Shalom mentionné plus haut, où il avait failli produir (...)

49Cette Schicksalsgemeinschaft-là est-elle vraiment comparable à la « communauté de destin » invoquée par le Conseil national des musulmans de France (voir supra) ? En tout cas la justice lexicale paraît bien inéquitable lorsqu'elle permet la commutabilité de Schicksalsgemeinschaft en « communauté de destin », mais n'autorise pas la traduction de ausländische Mitbürger par « concitoyens étrangers » pour désigner des personnes qui sont des étrangers de droit, mais peut-être des concitoyens de fait26.

50Ensuite : jusqu'à quel point est-il possible de combiner les « communautés de destin » ? Il arrive que M. Klaus Kinkel, ministre allemand des Affaires étrangères, évoque aussi die europäisch-amerikanische Schicksabgemein-schaft (Die Woche, 18 avril 1995). Si, comme on le verra, l'apparition du terme « communauté de destin » dans le discours politique français est liée au développement de l'idée européenne (ce qui n'est pas vraiment le cas pour le terme allemand), peut-on sans plus de façons ajouter une dimension transcontinentale aux deux mots ?

51Enfin, la compatibilité des notions de « destin » et d'« intérêts » ne relève pas absolument de l'évidence.

52b / Il faut toutefois qualifier cet emploi de « strict », car il y existe un emploi dérivé. En français, il reste encore, à notre connaissance, assez rare, et étroitement associé à la chose politique, mais sur un plan autre que conceptuel. Voici ce qu'on pouvait lire dans le journal Libération du 6 octobre 1997, à propos du « come-back » de M. Edouard Balladur aux journées parlementaires du RPR, tenues à Saint-Jean-de-Luz :

Lui-même s'est bien gardé de citer le nom de Chirac, même s'il a rajouté une phrase à son discours écrit pour affirmer que le président de la République et l'opposition ont des « sorts liés » : « Ce qui l'affaiblit nous affaiblit. Ce qui nous renforce le renforce. Prenons bien conscience de cette communauté de destin. »

53Les dictionnaires pourraient utiliser cette citation : « Avoir une communauté de destin » est une variation néo-française de « avoir des sorts liés ».

54Il n'est pas difficile de trouver des énoncés allemands correspondants. Voici un exemple, datant d'une époque à laquelle la presse spéculait sur l'avenir politique du ministre allemand des Finances, M. Theo Waigel :

Die Summe seiner Patzer machte ihn in den Augen der Medien zum politischen Leichnam. (...) Ist seine « Schicksalsgemeinschaft » mit Helmut Kohl nicht nur auf Waigels Kosten gegangen ? War Kohl der einzige Nutzniesser ? Von Waigel ist darüber nichts zu erfahren (Die Zeit, 21 novembre 1997, p. 6).

55Toutefois, du fait de la plus grande ancienneté du terme allemand, grâce peut-être aussi au support que pouvait procurer le sens « général » consigné par les dictionnaires mentionnés plus haut (support partiel dans ce cas, car si la Schicksabgemeinschafi nouveau régime peut devenir une association pour le pire, elle espère avant tout être une association pour le meilleur), l'emploi dérivé est nettement plus extensible, comme il ressort de cette appréciation que portait M. Alois Glück, Staatssekretär à l'Environnement de l'État de Bavière lors de la 85e session du Bergedorfer Gesprächskreis, selon la relation parue dans le journal Die Welt du7 juin 1988 :

Als einen weiteren Testfall für die Fähigkeit zur ökologischen Wende nannte Glück die Landwirtschaft, die als Schicksalsgemeinschaft mit dem Naturschutz verbunden sei.

  • 27  La question des nationalités et la social-démocratie, introduction de Claudie Weill, traduction de (...)
  • 28  Nous citons d'après la 2e éd., Paris, 1990 (p. 196).
  • 29  Les autres coauteurs sont Gianluca Bocchi et Mauro Ceruti.

562 / Une question se pose ensuite : Le « nouvel emploi » de Schicksals-gemeinschaft est-il si nouveau ? Edgar Morin — que l'on pourrait présenter, si cela était nécessaire, comme un intellectuel appartenant à la catégorie des Zusammendenker -, renvoie, dans un ouvrage intitulé : Penser l'Europe (Paris, 1987) dont la parution a coïncidé grosso modo avec l'apparition en français de l'expression « communauté de destin », à un travail de Otto Bauer paru à Vienne en 1907 : Die Nationalitätenfrage und die Sozialdemokratie. Réfléchissant à la façon dont il conviendrait d'imaginer la transition entre la nation et la confédération postnationale, Edgar Morin, qui, comme les auteurs de la traduction française de l'ouvrage de Otto Bauer parue la même année27, rend Schicksalsgemeinschafl par « communauté de destin », reprend de ce théoricien marxiste « l'idée que c'est une communauté de destin qui donne à une nation son identité, son unité, son vouloir-vivre, en dépit de toutes les diversités humaines et sociales qu'elle contient »28. Dans l'état actuel de notre recherche, nous ne saurions dire quelles références intermédiaires Edgar Morin a éventuellement utilisées, ni quels relais se sont organisés autour de son ouvrage (diffusion de l'idée par la lecture directe, certes, mais aussi par des comptes rendus, par des cours de sociologie politique, par l'intermédiaire de clubs de discussion ?). Il y a eu en tout cas un effet amplificateur important, dont témoigne par exemple un article de Jean-Marie Colombani, écrit en écho à une conférence de presse du président Mitterrand tenue le 12 avril 1992 et consacrée essentiellement au thème européen, article qui mentionne le « paradoxe » développé par E. Morin « d'une communauté de destin construite au nom du futur et non plus du passé » (Le Monde du 12 avril 1992). Les raisons de l'intérêt porté par E. Morin à la pensée d'Otto Bauer sont dites nettement dans un ouvrage plus récent cosigné par le même auteur : Un nouveau commencement (Paris, 1991)29. Si Marx avait « sous-estimé la réalité du mythe matri-patriotique, cru que la mythologie nationale était une simple superstructure idéologique, alors qu'elle constitue au contraire le ciment psychique de la société moderne » (p. 66), « les socialistes autrichiens, les « austro-marxistes », avaient découvert l'importance du problème des nationalités, et ils étaient conscients que seule la solution confédérative pouvait donner une organisation acceptable à cette partie de l'Europe. Les propositions d'Otto Bauer et de Karl Renner visaient à restructurer l'Autriche-Hongrie sur la base d'unités dotées d'une large autonomie, qui respecteraient les réalités non seulement ethniques mais aussi géographiques et régionales » (p. 68).

57La traduction française de l'ouvrage d'Otto Bauer rend régulièrement Schicksalsgemeinschaft par « communauté de destin », Schicksal par « destin », quelquefois par « sort ». Ces traductions ne sont pas en cause. La question est plutôt : pourquoi ce penseur marxiste a-t-il choisi un terme de coloration « romantique » pour vêtir son concept clef ? Otto Bauer utilise le terme Schicksalsgemeinschaft sans faire référence à un emploi déjà existant (première occurrence, p. 24 : « Die Nation ist nie etwas anderes als Schicksalsgemeinschaft »). Le « mythe matri-patriotique » était-il vraiment son fait ? Certes, la « communauté de destin » repose sur le socle de la « communauté naturelle » (Naturgemeinschaft) et de la « communauté culturelle » (Kulturgemeinschaft), mais elle est le produit d'une interaction constante : « Le caractère national n'est pas une explication, il demande à être expliqué » (p. 6). Otto Bauer critique le « spiritualisme national » d'un Fichte (p. 7, n. 2), dénonce la nébulosité de termes comme Volksgeist, « spectre romantique » (p. 9), ou Volksseele. Il raisonne en tennes historiques, et certains passages sont des essais d'histoire culturelle (I, § 5 : « Die ritterliche Kulturgemeinschaft im

58Zeitalter der Grundherrschaft », § 6 : « Die Warenproduktion und die Anfange der bürgerlichen Kulturgemeinschaft », par ex.). Mais, marxiste, il voulait une histoire prospective. Pour désigner la façon dont l'histoire se projette dans le devenir, il a opté pour le mot Schicksal :

Die Geschichte einer Nation ist in keinem Augenblick vollendet. Das sich wandelnde Schicksal unterwirft ihren Charakter, der ja nichts anderes als ein Niederschlag vergangenen Schicksals ist, fortwährenden Wandlungen » (p. 123).

59L'histoire nous apprend que, au moins à moyen terme, ce choix n'a pas été heureux. La phraséologie nazie s'est engouffrée dans cette brèche. Les Deutsche Christen, par exemple, protestants fanatisés par « le Mouvement », ont perverti le terme en l'annexant au vocabulaire « Blubo » :

  • 30  Cité dans Walther Hofer, Der Nationalsozialismus. Dokumente 1933-1945, Frankfurt am Main, 1957, p. (...)

Wir Deutschen Christen (...) sind durch Gottes Schöpfung hineingestellt in die Blut- und Schicksalsgememschaft des deutschen Volkes und sind als Träger dieses Schicksals verantwortlich für seine Zukunft. »
[Richtlinien der Kirchenbewegung Deutsche Christen (nationalkirchliche Bewegung) in Thüringen, 11 décembre 1933.]30

60Ceux qui emploient le mot d'emprunt « communauté de destin » le savent-ils toujours ? Non qu'il faille oublier le terme. Ce serait oublier une victime. Mais il faudrait écrire l'histoire du mot allemand, une histoire dans laquelle, par exemple, pourraient être citées en bonne place ces phrases prononcées au lendemain de la Seconde Guerre mondiale par Jakob Kaiser (1888-1961), grande figure du mouvement ouvrier chrétien, résistant au nazisme, alors président de la CDU-Est :

  • 31  Cité dans Peter Longerich, Was ist des Deutschen Vaterland ?, Dokumente zur Frage der deutschen Ei (...)

Auch ich bekenne micht zur europäischen Schicksalsgemeinschaft, deren Notwendigkeit das Erdbeben des letzten Jahrzehntes mit beispielloser Notwendigkeit bewiesen hat. (...) Und doch empfinde ich immer ein inneres Widerstreben, wenn ich heute von deutschen Politikern den Ruf nach den Vereinigten Staaten von Europa höre.
Was ist unser heutiges Deutschland ? Kein Reich, kein Staat, keine Gemeinschaft, kein Volk. Eine gestaltlose Masse von Heimadosen, Hungernden, Leidenden. Mir will scheinen, als sei dieser Zustand Deutschlands nicht der geeignete Augenblick, nach den Vereinigten Staaten von Europa zu rufen. Es gilt vielmehr zunächst das Schicksal zu meistern, das Deutschland heisst (discours prononcé le 16 juin 1946)31.

61Schicksalsgemeinschaft « reprend donc du service » très tôt après la guerre, une fois redressé, garanti par l'insertion dans un nouveau cadre, dans une application proche de celle qui fera ensuite apparaître intéressante l'introduction du terme correspondant dans le vocabulaire politique français. Jakob Kaiser trouvait prématuré de parler en 1946, dans une Allemagne exsangue, privée de toute cohésion communautaire, d'une « communauté de destin européenne ». Le destin vécu et le destin appelé par la nouvelle utopie ne lui paraissaient pas vraiment commensurables. Mais 0 trouvait le mot noble. Au sortir de la guerre, le mot ne pouvait paraître que tel. Aujourd'hui, il peut paraître quelque peu nébuleux, surtout « en version française ». Edgar Morin, promoteur du terme en France, et Laurent Fabius, l'un des premiers utilisateurs, en sont conscients quand ils disent respectivement :

Le dessein d'une fédération européenne n'est pas encore un dessein commun. Mais un destin commun est en gestation depuis 1945 (Penser l'Europe, p. 195).
Certes, a observé M. Fabius, « le souci du quotidien est important et même décisif », mais « il doit être relié, en même temps, à un projet ambitieux et vaste ». La nation, « communauté de destin », doit être, aussi, « une communauté de dessein » (M. Laurent Fabius, président de l'Assemblée nationale, lors du colloque organisé par le courant Socialisme et République du Parti socialiste sur le thème « Un dessein de progrès », Le Monde du 13 janvier 1988).

62Cette sorte de résistance intérieure opposée à la propre fascination ressentie devant le mot « communauté de destin » nous semble d'autant plus remarquable que nous n'en avons pas rencontré, pour le moment, d'exemples plus récents. Mais nous voudrions faire deux remarques plus précises :

  • S' agissant de la « communauté de destin européenne », le coup de rabot républicain (l'avenir est dans le projet, plus que dans l'intuition d'un devenir) qui amenuise le « destin » pour faire apparaître le « dessein », produit mieux fini, efface aussi « le paradoxe d'une communauté de destin construite au nom du futur et non plus du passé ». Si « nos mémoires historiques européennes n'ont en commun que la division et la guerre », si « notre communauté de destin n'émerge nullement de notre passé qui la contredit » (Penser l'Europe, p. 197), le « dessein » suffit. La référence au concept d'Otto Bauer embrouille la question, à moins que l'on ne sauve la construction d'Edgar Morin en donnant tort à ce dernier sur un autre point, c'est-à-dire en montrant qu'il n'est pas vrai que « nos mémoires historiques » « n'ont d'héritage commun que leurs inimitiés mutuelles » (ibid.).

  • S'agissant de la communauté nationale, on devrait, en s'inspirant du raisonnement d'Otto Bauer (plus que de sa terminologie) et de la réaction de M. Fabius, pouvoir la désigner comme une communauté ancrée dans l'histoire et comme une communauté de projet. Faut-il à tout prix convoquer le destin ? Mais sans doute conviendrait-il, pour mieux cerner la situation culturelle du moment, de scruter d'autres cristallisations lexicales réfractant des formes de néo-romantisme politique.

Haut de page

Notes

1  Dénomination calquée sur le terme « littérature hors sol » (c'est-à-dire produite par des écrivains travaillant, en raison de circonstances diverses, en dehors de leur sphère linguistique natale), qui a été forgé par Danièle Sallenave (information due à Peter Henninger

2  Sur ce plan, l'œuvre de Jean Fourquet ne semble pas trouver de prolongements. Le dernier travail important du côté français est de Jean Fourquet lui-même : Principes de métrique allemande, Paris, 1989.

3  Geschichtliche Grundbegriffe. Historisches Lexikon zur politisch-sozialen Sprache in Deutschland, herausgegeben von Otto Brunner, Werner Conze, Reinhard Kosellek, Stuttgart, 1972-1993. On lira avec profit la recension que Gustav Seibt a composée à l'occasion de la parution du septième et dernier volume {Frankfurter Allgemeine Rettung du 30 mars 1993). Voir également : Handbuch politischsozialer Grundbegriffe in Frankreich 1680-1820, herausgegeben von Rolf Reichardt et al., Heft 1/2, München, 1985 (notamment l'introduction de R. Reichardt, p. 39-148).

4  Voir par ex. H.-J. Heringer, Das Stasi-Syndrom, dans Tendenzen der deutschen Gegenwartssprache, herausgegeben von H.-J. Heringer et al., Tübingen (Niemeyer)/Publications de l'Institut d'allemand d'Asnières, n° 20, 1994, p, 163-176.

5  Georg Stötzel/Martin Wengeler, Kontroverse Besgriffe. Geschichte des öffentlichen Sprachgebrauchs in der Bundesrepublik Deutschland, Berlin-New York, 1995

6  La production lexicale obtenue à partir de la matrice adjectif + Mitbürger est sélective. L'équité qui consisterait à parler de katholische Mitbürger serait, surtout en terre catholique, déstabilisatrice. Nous n'en avons rencontré qu'un seul exemple, dans un billet humoristique de la Süddeutsche Leitung (25 mars 1997) : « Fasten für den Bikini Sicher fastet nur noch eine kleine Minderheit unserer katholischen Mitbürger vom Aschermittwoch bis zur Ostervigil aus religiösen Gründen. Die meisten Leute glauben höchstens noch an die Notwendigkeit, ihren Winterspeck durch eine Diät bis zur Bikinisaison halbwegs wieder abzubauen. »

7  Ceci peut évidemment changer avec le renouvellement des générations. Interrogés à ce sujet (début 1997), les étudiants germanistes de maîtrise de l'Université de Tours ont indiqué dans une proportion de 25 % environ que l'on pourrait parler de « concitoyens étrangers » à propos de ressortissants d'autres pays de l'Union européenne. On notera que, toujours grâce à la plasticité de Bürger, l'allemand dispose d'un terme commode pour désigner cette dernière catégorie de personnes. Ce sont des Unionsbürger.

8  Dans « La marche du siècle », émission de Jean-Marie Cavada, France 3.

9  (Comme n. 1, p. 53), chap. 18 : « Multikulturelle Gesellschaß oder Ausländer raus ? Der sprachliche Umgang mit der Einwanderung seit 1945 », p. 728 s.

10  On consultera sur ces points le Dictionnaire historique de la langue française d'Alain Rey (s.l.d.), Paris, 1992, t. I, art. « bourg » et « cité ».

11  Voir le Grand Larousse de la langue française (1972), art. « citoyen ».

12  Voir Manfred Riedel, Bürger, Staatsbürger, Bürgertum, dans Geschichtliche Grundbegriffe (comme n. 2, p. 52), t. I, p. 692, ainsi que Pierre Rétat, Citoyen-Sujet, Civisme, dans Handbuch politisch-sozialer Grundbegriffe in Frankreich 1680-1820 (cf. n. 2, p. 52), Heft 9, München, 1988, p. 75-105.

13  Cité par M. Riedel (comme n. 3, p. 59), p. 696. Le commentaire de Riedel relativise cependant l'importance de cette distinction dans la réflexion de Kant.

14  7 éd., Braunschweig, 1813, repr. (sous le titre : Wörterbuch der Deutschen Sprache, Ergänzungsband), Hildesheim-New York, 1970 (« Documenta Linguistica », Reihe II), art. « Citoyen ».

15  M. Riedel (comme n. 3, p. 59), p. 701.

16  Toutefois, la variante helvétique de l'allemand standard utilise l'opposition Burger/Bürger dans un sens voisin de la proposition de Feuerbach, voir le Duden, Das grosse Wörterbuch der deutschen Sprache, 2e éd., t. II, 1993, à l'article « Burger ». Feuerbach s'est-il inspiré de l'usage suisse ? Et cet usage est-il en rapport avec le fait qu'en Suisse romande bourgeois, dans l'expression « être bourgeois de » telle ou telle ville, a conservé son sens ancien ? Voir Georges Ares, Parler suisse, parler français, Vevey, 1994. « Barger » et « bourgeois » entendu dans ce sens « préservé » ont des significations très voisines.

17  Cf. n. 2 de cette même page.

18  Herbert Bertholmes, Bruder, Bürger, Freund, Genosse und andere Wörter der sozialistischen Terminologie-Wortgeschichtliche Beitrage, Inauguraldissertation, Göteborg, 1970, p. 99 (sur la base d'une exploitation du Vorbote des années 1868 et 1869).

19  Pour ne pas s' ôter la possibilité de rester en prise verbalement sur une situation indécise, on étire donc le sens de Bürger et on joue sur le double potentiel de mit. On peut jouer un peu, comme en allemand, ou beaucoup, comme en néerlandais, où (me dit un germaniste de Leyde), pour désigner le groupe de population qui s'est formé récemment à la suite de l'immigration massive en provenance des anciennes colonies, un mot est apparu : Medelanders, formé par télescopage de deux éléments : mede (le mit allemand) - Nederlanders (Néerlandais). Les Medelanders sont donc des « Co-Néerlandais », mais le mot est phonétiquement proche, jusqu'à la quasi-confusion, du deuxième élément utilisé ; bien entendu, il n'appartient en aucune façon au « langage administratif ».

20  Cf. Dictionnaire historique de la langue française (comme n. 1, p. 59), article « cité », rubrique « citoyen » : « Son emploi adjectif (1174-1178) a vieilli sous la concurrence de citadin » (t. I, p. 426, col. 3).

21  Voir le compte rendu, intitulé « Conversation citoyenne », de Claude Allègre et Denis Jeanbar, Questions de France, Paris, 1996, Le Monde, 20 septembre 1996 (recension par Gérard Courtois).

22  Cf. également les termes : Bildungsinländer, inländische Zugewanderte (produit d'un rejet des mots ausländisch et Ausländer - sans doute un autre élément de la controverse née autour de l'expression ausländische Mitbürger) ; inländische Ausländer (cf. le titre de l'ouvrage de U. Bielefeld : Inländische Ausländer : zum gesellschaftlichen Bewusstsein türkischer Jugendlicher in der Bundesrepublik, Frank-furt-New York, 1982), création oxymorique à notre avis peu productive ; Deutschländer, autodésignation utilisée par des Turcs vivant en Allemagne, etc.

23  Nous avons trouvé des traces d'un débat allemand dans un article de Christian Meier, professeur d'histoire ancienne à l'Université de Munich, paru dans la Frankfurter Allgemeine -Zeitung du 24 avril 1990 (p. 36) (référence à la critique qu'aurait faite Jürgen Habermas d'une définition « prépolitique » du peuple comme « historische Schicksalsgemeinschaft »).

24  M. Teltschik était extrêmement bien placé pour savoir que la réalité était autre. En fait, il exprime probablement sa satisfaction de constater qu'un mot-fétiche des milieux gouvernementaux de Bonn est repris au sommet de l'État en France.

25  Mais le Grand Dictionnaire Langenscheidt, seconde partie allemand-français, donnait dans une version refondue en 1968 : « communauté de sort, de destin », sans autre définition (2e éd., 1970, Berlin-München-Zürich).

26  Quelques années avant l'interview sur Radio-Shalom mentionné plus haut, où il avait failli produire un oxymorique « concitoyens étrangers », M. Chirac, alors Premier ministre, prenant la parole à Marseille, s'était exprimé en ces termes à propos de l'immigration : « L'important, ce n'est pas d'où l'on vient, c'est où l'on va ensemble, c'est de choisir une communauté de destin » (Le Monde du 11 mars 1988).

27  La question des nationalités et la social-démocratie, introduction de Claudie Weill, traduction de Nicole Brune-Perrin et Johannes Brune, revue par C. Weill, Montréal-Paris, 1987, 2 vol. E. Morin ne fait pas référence à cette traduction.

28  Nous citons d'après la 2e éd., Paris, 1990 (p. 196).

29  Les autres coauteurs sont Gianluca Bocchi et Mauro Ceruti.

30  Cité dans Walther Hofer, Der Nationalsozialismus. Dokumente 1933-1945, Frankfurt am Main, 1957, p. 131.

31  Cité dans Peter Longerich, Was ist des Deutschen Vaterland ?, Dokumente zur Frage der deutschen Einheit 1800-1900, München-Zürich, 1990,. p. 151 s.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

René Pérennec, « Philologie, histoire culturelle et lexicologie bilingue. Deux études de cas : « ausländische Mitbürger », « Schicksalsgemeinschaft » / « communauté de destin » », Revue germanique internationale, 10 | 1998, 51-71.

Référence électronique

René Pérennec, « Philologie, histoire culturelle et lexicologie bilingue. Deux études de cas : « ausländische Mitbürger », « Schicksalsgemeinschaft » / « communauté de destin » », Revue germanique internationale [En ligne], 10 | 1998, mis en ligne le 26 septembre 2011, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://rgi.revues.org/686 ; DOI : 10.4000/rgi.686

Haut de page

Auteur

René Pérennec

Professeur à l’Université de Tours

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org