Navigation – Plan du site

Le mémorial des Grecs

Miroir du philhellénisme des années 1820
Maïté Bouyssy
p. 45-59

Résumés

L’article examine les papiers du conventionnel Bertrand Barère et notamment le manuscrit intitulé Notes sur la Grèce et son indépendance. Il analyse les procédés d’une rhétorique politique qui nourrit les revendications contemporaines des allusions à une mémoire intemporelle. Il analyse la relation des mots aux événements. Barère mentionne nombre de manifestations en faveur du soulèvement de la Grèce. Les images qui parcourent son texte comme celle du flot de sang ou comme les développements sur Missolonghi participent d’un système métaphorique européen commun.

Haut de page

Texte intégral

1Pour observer le philhellénisme européen des années 1820 comme moment culturel européen, je me fonde sur un corpus de statut assez incertain qui présente les avantages de ses inconvénients : donner un état de la réception selon une collecte particulière de statut indéterminé. Il s’agit d’un dossier de feuilles volantes consignées et conservées jusqu’à sa mort par Bertrand Barère, l’ancien rapporteur du Comité de salut public. Ces papiers du fonds Barère des Archives Départementales des Hautes-Pyrénées offrent une « rhétorique du Ténare » faite de remémorations et d’enquêtes, où de son nom d’emprunt, M. de Roquefeuille collectait sans fin les faits marquants de son temps. Hors toute possibilité éditoriale, il mimait par ses écrits, une impossible fuite dans l’encre par cette dernière prise de parole qui met en œuvre ses qualités, et sans doute sa méthode d’improvisateur politique, celle qu’il fondait sur la capacité de « pénétrer l’imagination intérieure des sociétés » (F 35.5, 1818), ce pour quoi, il est de rigueur de se maintenir informé. La maîtrise du savoir du temps s’exprime par la collecte d’anecdotes, de souvenirs. Il définissait d’ailleurs ainsi les traits, esquisses, pensées et extraits qu’il a laissés sous l’intitulé de Senilia, d’un néolatinisme de sa création. Il a laissé une quarantaine de carnets et tenait visiblement à ces papiers épars qui peuvent se recomposer en dossiers puisqu’il les a rapportés de Bruxelles à Tarbes et les a conservés jusqu’à sa mort.

  • 1 Dans ma thèse Université de Paris I, 1992, Trente ans après, Bertrand Barère et la rhétorique du Té (...)

2Un corpus entier est consacré au philhellénisme, sous la cote F 103, Notes sur la Grèce et le problème de son indépendance, 212 feuillets, 200 x 212 mm1, pas toujours datés ni datables mais visiblement produits au rythme des textes philhelléniques répertoriés et connus, puisque les dates mentionnées donnent 9 feuillets pour 1820, 2 pour 1823, 7 pour 1824, 28 en 1825 et 56 en 1826 auxquels un cycle Missolonghi, pas toujours explicitement daté mais très identifiable donne un sous-ensemble de 21 textes. Le silence des temps de l’expédition de Morée, interroge : rien pour 1827, 2 textes seulement pour 1828, disent bien que l’écriture de ce Mémorial des Grecs, selon l’intitulé donné par Barère lui-même, récapitule au quotidien les choses majeures et mémorables dont pâtissent les Grecs et souligne le caractère militant de ces écrits. L’écriture reprend lors de la discussion du statut du nouvel État : 6 en 1829, 7 en 1830. Ces textes représentent une pensée moyenne, mais engagée, extrême et intempérante, de nature aussi incertaine que les libelles et textes philhelléniques que la BNF qualifie paradoxalement de « sans objet » dans le nouveau catalogue informatisé, alors que leur caractère polémique ne fait aucun doute. L’indistinction du but paraît surprenante pour un phénomène de campagne d’opinion destinée à infléchir les positions des gouvernements européens qui n’intervenaient pas ou, telle la France, aidaient les Égyptiens.

3À Bruxelles les régicides ralliés aux Cent-Jours exclus de la loi dite d’amnistie de janvier 1816, vivent un exil tranquille sous réserve qu’ils ne se livrent à aucune propagande patente. Ils se bornent à bavarder au café des Mille Colonnes, et à y lire le journal comme ils le feraient dans l’établissement éponyme du Palais-Royal. Pragmatique et généreux, le roi se garde des pressions de Metternich sans renier sa volonté d’apaisement. Cette « Convention de Bruxelles » se trouve moins à un des carrefours de l’Europe, entre la France et le monde germanique qu’elle ne le constitue. Elle tient de la première, sa culture politique et de la seconde l’horizon de ses polémiques tant géopolitiques que philosophiques, puisque l’entier des professeurs de philosophie de ces nouveaux Pays-Bas vient d’Allemagne. Ainsi voulut-on pondérer l’influence des uns par celle des autres, l’équilibre s’établissant entre presse flamingante, plus conservatrice, mais qui livre les résumés des thèses de philosophie en latin, ce qui donne au débat une porosité certaine, et presse francophone qui vit au rythme des nouvelles venues de Paris.

4L’appel à l’opinion, la plainte expressionniste reste un genre, un pendant de l’éloge académique et de l’éloge du roi tel que Corinne Legoy les étudie. Ici, la structure argumentée sous-tend le texte et nous tenterons de démontrer que la contextualisation engendre une approche méthodologique d’historien, ce que je résume sommairement en disant que l’approche sémantique du discours s’efface devant l’identification de la scène d’énonciation – autrement dit que la linguistique doit utilement secourir le simple tableau sémantique qui, comme tel, ne livre qu’un état figé du discours. L’écriture de l’extrême qui se développe du point de vue du sang et des flots de sang sanctionne des paroxysmes et tient du « clou » qui, au théâtre, résume l’acte. Pour ce moment philhellène, « moment » au sens physique du terme, une articulation et simultanément « moment », conjoncture, ce que l’allemand distingue, comme le fait remarquer Jean-Pierre Lefebvre aux deux genres du terme (das Moment, et der Moment), l’écriture mémorielle devient celle du cri.

  • 2 In Françoise Waquet, préface de Marc Fumaroli, Rhétorique et poétique chrétiennes, Bernardino Perfe (...)

5Barère soutient sans faille la légitimité du combat des Grecs, il souligne leurs difficultés, les atrocités qu’ils vivent tout en excusant systématiquement les horreurs qu’ils viennent à commettre comme lors de la prise de Tripolitza. Amplifier la dignité des sujets concernés est une nécessité du monde partisan et engendre une subjectivation politique qui détermine la contemporanéité, la nôtre autant que celle des acteurs de ce moment, lors de la constitution de camps au plan européen, l’Europe reprenant les tâches de la Chrétienté et se construisant en prolongement réfléchi. Ainsi est-ce une écriture mémorielle mais soutenue par l’oralité propre à l’ancien orateur selon son savoir d’une rhétorique désormais interdite, nourrie du goût de la « merveille », le matériau de l’improvisation orale qui se trouve avant que d’avoir été recherché2. Rien n’est aussi monotone qu’une écriture de la dénonciation, mais la plume de l’éternel engagé que reste Trente ans après l’« Anacréon de la guillotine » reste vive de ton, réactive à l’événement, elle cultive le sarcasme brillant ou excessif, pratique l’épigramme et la variété de la conversation, mêle l’amplification à des considérations de salon. Dès lors, deux axes ordonnent une lecture de textes argumentés et partisans jusqu’à rendre chaotique l’écriture du vieil homme, texte et graphie (obérée par les rhumatismes de l’âge).

Le Mémorial européen, sur la Grèce au xixe siècle

  • 3 Des Grecs, 1826 : « Le gouvernement grec se propose, quand ses efforts auront été couronnés par la (...)
  • 4 Voir Maïté Bouyssy, Studies on Voltaire, SVEC, 2002, 02, Voltaire Foundation, University of Oxford, (...)
  • 5 Il fit suffisamment confiance à l’art pour donner son vrai testament politique sous forme de notice (...)

6Cet intitulé de la main même de Barère (f° 97) inscrit le Mémorial entre mémoire et devoir de mémoire pour l’Europe des acteurs. Le présent appelle le passé dans un potlatch de louanges, car la comparaison fait assaut de récapitulations de générosité ou d’héroïsme et de gloire. Ce dont on doit se souvenir avant que la Grèce ne se dote elle-même de ses propres instances de mémoire3, s’inscrit dans le roc les feuilles volantes de M. de Roquefeuille pour consigner les luttes obscures et les faits extraordinaires des Grecs. Seul exilé à devoir vivre sous fausse identité Barère était en quelque sorte l’incarnation de l’homme sans nom de Ballanche, persona, masque, porte-voix, acteur muet dépourvu de personnalité juridique4, car les chancelleries sont plus promptes à délivrer de vrais faux papiers qu’à se laisser interpeller sur un problème de police générale. Dès son premier écrit de 1782, un éloge académique de Louis XII, Barère soulignait le rôle de la propagande chez les Romains (de l’Antiquité). Il se voulut lui-même le témoin et le chroniqueur de son temps, de ses merveilles à célébrer, fondant Le Point du jour dès le début de la Constituante, ce qui lui valut de figurer dans le Serment du jeu de paume de David en posture de saint Jean l’Évangéliste à la plume. Barère, qui vit en lui l’artiste absolu, l’invita à célébrer l’épisode du Vengeur et à organiser la pompe des fêtes du 10 août. Toute sa vie Barère voulut inscrire la politique dans l’airain, mais il crut pouvoir rendre à l’art cette fonction5, jouant de tous les registres simultanément puisque l’ut pictura poesis ouvre sur un élargissement des sens possibles par l’image sacralisée qui fournit un support de mémoire au sein de séquences autonomes venant des images et des références canoniques, et le présent corpus n’abdique en rien des habitudes de son auteur :

      Les anciens Grecs, Léonidas
     Chez un peuple où dès l’enfance on apprenait à sacrifier la vie aussitôt que la patrie en réclamait le sacrifice, on n’avait plus au moment du combat qu’à maintenir le calme des sens et la paix du courage. On couronnait de fleurs des soldats qui d’un œil également serein contemplaient la gloire et la mort qui la procure ; on offrait un sacrifice aux Muses filles de la mémoire, aux Grâces qui le charme de la vie, et enfin, pour qu’au fort de la mêlée la férocité n’égarât point leur ardeur, c’était au son du plus doux et du plus mélodieux des instruments que les guerriers magnanimes marchaient à la victoire. C’est ainsi qu’aux Thermopyles, Léonidas et ses guerriers célébraient eux-mêmes leur immortalité.
    Voilà toute la composition du poème pittoresque de Léonidas par David, le plus sublime et le plus vrai des peintres. (f° 67)

7Le codicille restitue au présent le passé du présent par la fable des écoles de peinture ainsi présentée :

     L’histoire flétrira cet égoïsme sanguinaire et cette hypocrisie domestique. En attendant, les arts et la poésie immortalisent ce dévouement sublime à la liberté et à la foi chrétienne. Les artistes sont entrés en premier dans cette confédération de toutes les âmes généreuses. Ils semblent qu’ils doivent tout à la Grèce que, pendant que nos ancêtres de l’Europe barbare et occidentale menaient dans leurs [illisible] et avec leurs druides une vie de nomades superstitieuse et sauvage, possédait déjà quatre grandes écoles de peinture, Athènes, Sicyone, Rhodes et Corinthe (f° 139)

  • 6 Sergio Luzzatto, Mémoire de la Terreur, [Gênes, 1988], Pul, Lyon, 1991, p. 119 et suivantes.
  • 7 Luc Boltanski, La Souffrance à distance, Morale humanitaire, médias et politique, Métailié, 1993.
  • 8 A. Dupront présentait la problématique de la Grèce du xixe siècle comme « le devoir d’être libre de (...)

8La célébration du présent se nourrit d’un passé intemporel tout comme l’image davidienne renoue dans le drame les fils du temps et ouvre sur un discours qui donne le sens, car seuls les mots rendent compte de ce qui fut aussi des maux. La conjoncture de 1821 semble mettre un terme à tous les espoirs des libéraux, et plus encore de la vieille génération politique, ceux que Sergio Luzzato a dénommé les « vieux sangliers »6, parce que Naples et le Piémont sont écrasés et que Napoléon est mort à Sainte-Hélène, ne voit plus d’autre horizon que celui des Grecs et de la « souffrance à distance » dont fait état Luc Boltanski7. Le Mémorial fait donc renvoi au Mémorial de Sainte-Hélène comme l’Eucharistie fait le mémorial de la passion du Christ. Aussi comprend-on que se rencontrèrent sur cette cause ceux qui virent en Missolonghi le boulevard de l’Europe et ceux qui y virent la dernière Croisade. Cette logique d’entrelacs des forces nationales et libérales aux prises, puis dans la sollicitation et la complémentarité de ce qu’Alphonse Dupront, très attentif aux transferts de sacralité, a bien identifié comme la contemporanéité naissante faite d’expansion (culturelle, territoriale et à terme coloniale) jusque dans la construction d’une identité collective et en regard, subjective, en mouvement8.

  • 9 Reinhardt Koselleck, Le Futur passé, contribution à la sémantique des temps historiques, [Francfort (...)

9C’est alors que l’Antiquité des collèges aide les esprits moins religieux à donner le change dans un concert de louanges qui peut donner corps à l’histoire, le problème fondamental de la démocratie à réinventer dans les mots et ses pratiques. La convergence des regards portés sur le malheur devient aussi le prodrome d’une autre modernité : par-delà ce qui tient aux mouvements libéraux et nationaux, la victimisation obligée du bon objet. Tout se construit donc à rebours du temps linéaire, et même en marge du futur passé de R. Koselleck9 car l’appel du présent revivifie le passé qui émerge, loin de la voie des antiquaires. On ne les cite que de façon contemptrice car faire commerce du malheur grec excite la suspicion des hommes de cœur, plus encore, quand il s’agit des antiquaires anglais :

  • 10 Barère stigmatise d’ailleurs dans son Salon imaginaire les Anglais qui viennent piller les « répugn (...)

      Les Anglais dans la Grèce
     Ils se vantent d’explorer la Grèce, ils l’exploitent et la spolient de ses marbres de Phidias, de ses monuments de Périclès. Cette terre classique de l’art et de l’héroïsme est dépouillée pour enrichir le museum british et pour laisser massacrer les Grecs par les barbares ottomans (f° 152)10.

10Ailleurs, on ne rapporte qu’à la seule dénonciation politique de l’Autriche les malheurs de Rhigas :

  • 11 Le héros des Vêpres siciliennes. C’est donc le moyen âge protonational et italien qui cautionne alo (...)

      Les Autrichiens et la liberté des Grecs
Rhigas, Grec, crut que la vieille et despotique Europe donnerait des secours à la liberté récente des Grecs. Il alla à Vienne dans ce noble but. Là, il fit un journal grec et plusieurs ouvrages estimés jusqu’au-delà de la Grèce…
     Il composa des chants inspirés par les chants d’Harmodius. Les hymnes de la liberté retentissaient déjà dans la Grèce et une jeunesse impétueuse se prépara à reprendre le glaive sur les cendres héroïques des Thermopyles. On voulut en connaître l’auteur. Le gouvernement autrichien livra Rhigas aux musulmans avec huit de ses concitoyens. Rhigas s’échappe et fuit à Trieste. On le saisit, on le frappe d’un poignard, mais son bras trahit son courage, le coup n’est pas mortel, 24 soldats autrichiens, un caporal et un com[missai]re conduisirent sur la frontière turque les huit Grecs [qui] furent précipités par les Autrichiens dans le Danube. La mémoire de Rhigas et sa cause sainte méritent des regrets et les respects du peuple ; les Grecs auront son souvenir présent et ils seront vainqueurs de la tyrannie comme leurs furent leurs héroïques ancêtres (f° 128).
     Et, en doublet, plus fluide, moins encombré de références antiques :
     Un autre Procida11, le Grec Rhigas, né vers l’année 1753 à Vatertinos, petite ville de Thessalie, fut le 1er moteur de ce vertueux soulèvement. Il alla à Bucarest a, après s’être procuré par le commerce une fortune considérable, méditer sur les moyens d’affranchir du joug musulman sa belle et malheureuse patrie. Il donna par des journaux et par ses correspondances une impulsion générale et uniforme à l’insurrection des Grecs. Passavar Oglou entra dans ce plan généreux, les hommes éclairés sont toujours en faveur de la liberté et de la civilisation. Par malheur, il alla se fixer à Vienne où il fit un journal grec et traduisit en grec moderne plusieurs ouvrages français. Le gouvernement autrichien, le plus vil et le plus méchant des esclaves politiques du divan, dénonça Rhigas et le livra à une soldatesque qui le fit périr dans les eaux du Danube en 1798 (il avait fait graver à Vienne une grande carte de la Grèce où tous les lieux célèbres sont désignés par leurs noms anciens et par leurs noms modernes (f° 129).

11On ne sait quel fut l’ordre des rédactions, et ce serait pourtant majeur pour comprendre le sens de la référence antique : scorie de lieux communs et moteur d’écriture qui s’estompe, ou au contraire agrandissement épique, figure persistante de la grandeur. Le collège est-il à la racine ou tel un retour de bienséance pompeuse, un rajout ? Reste que ladénonciation l’emporte largement, tyrannie de l’Autriche ou perfidies de l’Angleterre, ce qui fait pencher pour la première hypothèse.

Savants et acteurs au filtre de l’émotion en politique

12Barère ne fournit qu’une seule et unique notice où les noms antiques viennent amplifier le présent au-delà du stéréotype et de l’automatisme d’écriture, soit avec quelques détails très choisis :

      Mitylène ou Lesbos, aujourd’hui Mélétin. C’est dans cette île où les indigènes végètent aujourd’hui dans un honteux esclavage que naquit le libérateur de la Troade et de l’Eulèbe [sic], le célèbre Pittacus. C’est là aussi que les muses et le dieu du goût vinrent inspirer Alcée, le fameux poète lyrique, Phrynis, le mélodieux Théophraste, dont les caractères sont parvenus jusqu’à nous et la passionnée Sapho aussi fameuse par ses beaux vers que par ses malheureux amours (f° 105).

13Les seules références à proprement parler savantes sont, sur le même feuillet 79, Fauvel (Louis, François, Sébastien, consul de France à Athènes, 1803, Antiquaire et cicerone des voyageurs), M. Raybaud, pour son Mémoire sur la Grèce, 1825, Pouqueville (François, Charles, ancien consul de Ioannina, Voyage dans la Grèce, en 5 vol., 1820) et encore, même feuillet, R. Chandler, Travels in Greece, (1776, il dessina le temple d’Egine). L’affaire n’en est pas moins de l’ordre de l’hapax pour la carte :

      Des Grecs, 1826, carte géographique
Tout ce qui appartient à la Grèce et se rapporte à cette terre de souvenirs, de gloire et de liberté fixe aujourd’hui l’intérêt des âmes nobles et des cœurs généreux d’une extrémité du monde à l’autre. On a publié chez Levrault une carte générale de la Grèce sur une échelle double des cartes existantes. Celle-ci indique les lieux qui sont le théâtre de la guerre tant sur terre que sur mer entre les Grecs et leurs oppresseurs. Les provinces, les villes, fleuves et montagne historiques y sont désignés par leurs noms anciens et modernes » (f° 85).

  • 12 « La révolution grecque est hors de la civilisation ; que cela se passe là-bas ou à Saint-Domingue, (...)

14L’antiquité des collèges donne corps à l’histoire et permet un théâtre de mémoire dans la meilleure tradition des pratiques rhétoriques mais dire et faire image développe des thèmes du présent, et oblige à construire des ponts du présent au passé sans pour autant essentialiser une cause quand le besoin de mémoire traverse la société tout entière puisqu’on assiste simultanément à la publication en rafale de mémoires de Conventionnels, et même de Conventionnels régicides. Villèle est au pouvoir et la formule stigmatisante de Metternich à l’encontre des Grecs qu’il rejette hors de la civilisation sur des périphéries non moins lointaines que Saint-Domingue déchaîne les contre-attaques12. Les libéraux ripostent que les insurrections des esclaves et des opprimés sont également légitimes, et de convoquer alors, dans leur système de défense et illustration de l’aura que confère aux Grecs l’antiquité de leur appartenance au camp de la liberté. L’argumentaire politique répond donc aux décisions du congrès de Laibach : peuple héroïque pour les uns, action dangereuse pour l’équilibre européen de 1815.

  • 13 C’est au plus, bien plus tard, chez un auteur tel que Maurras que l’on trouve des formules proches, (...)
  • 14 Nous utilisons cette notion issue de la linguistique pour faire comprendre que cette locution de «  (...)
  • 15 On retrouve ici la configuration qu’a analysée Luc Boltanski, Actes de la recherche en sciences soc (...)
  • 16 Francis Goyet, Le Sublime du « lieu commun », L’invention rhétorique dans l’Antiquité et à la Renai (...)

15Le sublime classique était proposé et imaginé dans la maîtrise de soi devant les événements. Schiller et le Sturm und Drang, ne firent pas moins appel à l’humanité qui est en l’homme, mais le « flot de sang » dont tout texte sur les Grecs usa et abusa engendra un autre régime de temporalité. Il diffusa l’intime sentiment de l’urgence. Le topos devient chronotope, la caractéristique d’un instant, la raison d’un moment historique, tout juste quelques années, car il ne faut pas confondre ces mots et leur affleurement dans la langue avec les renvois d’usage aux diverses affaires de sang, dotées de tout l’appareil « sanglant », « ensanglanté »13. La déclinaison diffère de la condensation d’usages qui sanctionnent une conjoncture. Par-delà l’effet de mode et l’engouement mondain, propres à redéfinir le noble et le légitime, le devoir et la justice, le « flot de sang » redistribue les temps. Il détermine et configure le champ politique selon une notion venue de la linguistique, l’illocutoire14, soit l’inscription par le discours et en son sein des positions de chacun. Ce biais met en évidence un faisceau de relations, du dénonciateur passionné à celui qu’il dénonce, le persécuteur pour reprendre la terminologie de Luc Boltanski15. L’incrimination est le but politique de l’entreprise. Dans ce dispositif, forgé de subjectivités en cours d’élaboration, l’opinion publique est conçue comme l’allocutaire, subséquemment le juge, mais c’est la simple logique rhétorique qui peu à peu l’immisce dans le débat collectif par la magie du lieu commun dont Francis Goyet a dit la haute utilité démocratique16. On est dans l’argumentaire du « devoir-de-justice » mais on vit ces émotions au mélodrame et plus encore au mélodrame frénétique.

  • 17 Voir Michel Collot, La Matière-Émotion, PUF « écriture », 1997, p. 1-3 ; sa pratique textuelle inté (...)
  • 18 Voir sous la direction de Jean-Claude Bonnet, La Carmagnole des Muses, Armand Colin, 1988, l’articl (...)
  • 19 Mme de Staël, De la littérature, Paris, Flammarion, G.F., 1991, p. 281.
  • 20 Cf mon article dexviiie siècle, p. 27, 199, PUF, 1995, L’Antiquité, « L’Antiquité ténaréenne de Ber (...)

16Pour ne pas rester en retrait sur le niveau de conscience des contemporains avertis, il faut user de la sémantique historique, de ces mots chargés d’histoire et des apports de la linguistique pour nourrir d’intuitions productives lectures et relectures. Ces affinements venus des diverses techniques que les littéraires ont su faire émerger permettent de se déprendre de la vieille conviction qu’il n’y aurait que les sciences camérales capables de gérer le monde et de rendre compte de l’action politique, tout en se posant en surplomb des sciences sociales et humaines. Les métasystèmes s’estompant, le terme de concept s’étant banalisé au point de ne plus rien signifier, l’analyse des sensibilités ne peut que se nourrir de la « matière émotion », dont parle Michel Collot. Il la définit ainsi : « un horizon qui déborde le sujet mais par lequel il s’exprime… elle échappe à la représentation, et ne peut prendre forme qu’en investissant une manière qui est à la fois celle du corps, celle du monde et celle des mots17 ». Germaine de Staël avait déjà reconnu en écrivain un problème que les débats sur la langue révolutionnaire18 avaient abordé : « Dans tous les pays, mais principalement en France, les mots ont chacun, pour ainsi dire leur histoire particulière, telle circonstance frappante a pu les ennoblir, telle autre les dégrader19. » Les mots suivirent ou précédèrent des événements, les enjambant. Il faut donc revenir à l’intelligibilité des faits qui rencontre le problème de la question de l’usage du « modèle » antique dans la Révolution française20, non une affaire de principe, qui s’oppose moins à ce que dit Pierre Vidal-Naquet, mais ce qui en fut dit, en reprenant également des formules synthétiques de Clause Mossé que l’on peut tirer dans tous les sens.

  • 21 Voir Maïté Bouyssy, « 1826 ou les femmes dans le philhellénisme », in Encyclopédie politique et his (...)

17De ce fait, tout acte favorable au mouvement et les manifestations de soutien imprévues sont glorifiées, qu’il s’agisse des femmes, (f° 147, 43 et 44)21, des Hollandais, précurseurs (f° 41) puis de Louis Ier de Bavière (f° 71 et 45), des Suisses (f° 45, et bien plus souvent si on fait mention des actions du banquier des Grecs Eynard) et des Anglais (f° 151) mais aussi de Stockholm (f° 210) Petersbourg (f° 172, lors des courses de Katherinenhof où l’on donne les couleurs grecques aux femmes, aux attelages et aux harnais des chevaux) et du Nord de l’Europe :

      Le Nord et les Grecs
Dans les états qui ne jouissent pas d’un gouvernement représentatif, les plus hauts personnages de l’état assistent et contribuent aux quêtes, aux concerts, aux spectacles dont le produit est destiné à soustraire les chrétiens grecs à la férocité des musulmans » (f°211),
     ou encore, car les notices sont plus précises quand il s’agit de concerts :
     « Dresde
     Là aussi s’est ouverte une souscription pour les Grecs ; un comité s’y est formé des hommes les plus honorables et les plus indépendants. À la tête des neufs personnes qui ont signé cet appel en faveur de la Grèce est M. d’Ammont, le digne successeur du célèbre Reinhard, premier prédicateur de l’ancienne église luthérienne de la cour, place qui donne le principal rang dans l’église de Saxe.
     Le 28 mai, un grand concert spirituel au profit des Grecs a été donné dans l’église de la ville sous la direction du chef M. Morlacchi. 400 musiciens ont exécuté le Requiem de Mozart, pour célébrer la mémoire des héros morts sous le glaive ottoman pour la défense de la croix. On a terminé le concert par un chant joyeux, par le fameux Alleluia de Haendel comme présage et comme action de grâce du triomphe définitif de la religion et de la liberté.
     M. Tiedge a composé sur la prise de Missolonghi un dithyrambe où brille la plus haute poésie. Il a produit dans toute l’Allemagne un enthousiasme électrique et il mérite d’être traduit dans toutes les langues ». (f° 5°)

18Dans cette veine, les œuvres données en faveur des Grecs sont seules à donner lieu à des textes complets. Ce palmarès est bref, qu’il tienne aux exilés ou à l’actualité mondaine et parisienne devenue toute politique. Ce sont la Cantate pour les Grecs, composée à Bruxelles par Ph[hilarète] C[hasle] (f° 181 et musique de Chellard, donné au concert du Vauxhall, dit le f° 103), Ulysse Tencé, f° 48, Le spectre de Missolonghi, vendu au profit des Grecs (f° 184-185 et encore 48), le record des mentions pour ce jeune publiciste libéral bien connu des cercles concernés et, bien évidemment les prestations de Delphine Gay (f° 186 et f° 115).

19D’autres œuvres ne sont que mentionnées : l’Épître à Nicolas, empereur de Russie par le poète J.-P. Viennet, Népomucène Lemercier, Tragédie des martyrs de Souli [i.e. Les Martyrs de Souli ou l’Epire moderne ou encore], l’Ode à l’Europe par « M. Brault, sous-préfet destitué » (sic, 1782-1629, il s’opposa à Corbière, rejoignit l’équipe du Constitutionnel, écrivit une satire Ibrahim Pacha à la contre-opposition, outre un Christine de Suède qui fut jouée en 1829), tous éminemment engagés. Le Chant des Grecs de Joseph Denis Doche, chef d’orchestre au Vaudeville mort en 1825, Chant de la France aux Grecs, dédié au prince Ypsilanti. Enfin Léon Halévy (né en 1802, alors disciple de Saint-Simon) et la Caduta di Missolonghi, ode de M. Angelo Botterio, (Firmin Didot, 8°, 8 p.) terminent cette très courte série où Delavigne (Casimir) se fait plutôt épingler, car son type d’intervention reste apparemment plus proche de quelque politiquement correct que d’un engagement actif. Les diverses créations et manifestations poétiques ne sont néanmoins pas regardées sans suspicion tant par Barère que par Le Globe :

  • 22 F° 84 suite : « Si la cause sainte des Grecs ne triomphe pas, il ne faut en accuser que les cabinet (...)

      « De la Grèce régénérée, de la France restaurée
     Les Grecs triomphent des Turcs par les armes et assurent leur indépendance. Les Français chantent en vers les succès de Grecs et ne s’occupent de leur liberté qu’en poésie. Les muses françaises ne valent pas le Neptune grec, mythologie à part. Les brûlots de Canaris font plus que les Messéniennes de Delavigne. Les poètes de Paris font des livres pour célébrer à prix fixe les malheurs, les exploits et les fortunes diverses des Grecs ; n’aurait-il pas mieux valu que, chantant un peu moins leur beau pays riche de tant de souvenirs glorieux et touchants, et célébrant moins leur courage, les Français eussent porté aux Grecs des secours plus efficaces que des vers alexandrins ?
     On ne peut louer tous ces poètes que sous un seul rapport : c’est que dans la lutte terrible et sanglante qui s’est engagée entre le croissant et la croix, quand se taisent les voix puissantes qui, par un auguste privilège ou par la conformité de leurs croyances religieuses, seraient faites pour ranimer et appuyer la brillante valeur des Grecs indépendants, du moins quelques hommes énergiques, quelques littérateurs célèbres payent un noble tribut à la cause du genre humain qui s’agite depuis six années dans les champs ensanglantés de l’Hellénie » (f° 84, et la suite22 montre bien que la réflexion de Barère reste politique).

  • 23 L’article mérite d’ailleurs une lecture attentive car chaque élément d’analyse s’inverse au final, (...)
  • 24 T., Brioude, porte la notice de la B.N.F., ce qui prouve que l’information circulait, et que le cer (...)

20Quand au Globe, il incrimine plus encore une séance d’improvisation donnée à Paris, salle Cléry par un tenant de cet art de la performance23. En revanche figure le texte de Talabert de Brioude, conseiller de Haute-Loire (f° 87)24.

L’obsession du sang, de la création de l’urgence à la logique des camps

21La glane des stéréotypes et d’informations fragmentaires ne peut aucunement se comparer à la vitupération qui crée la langue constituée en illocutoire quand elle gère le présent politique et invente une émotion, toute de propagande. La géopolitique acculture la contemporanéité en gestation et forge la conscience européenne naissante. La réflexion savante véritablement décontextualisée n’est donc qu’un hapax tandis que le chant des peuples au concert enchaîne sur le cri du sang pur (f° 197, 140). La vraie première grammaire du philhellenisme militant fut donc Wilhelm Müller (de Dessau), décédé en 1827, et traduit en 1828 par H.L. Carnot (Chants helléniens, chez Ambroise Dupont, rue Vivienne, n° 16). Un certain nombre de références à l’Antiquité, celle de tous, le lieu commun comme forme de discours démocratique livre « la chair de l’histoire » que poursuit tout historien. Les feuillets 183 et 191 reprennent des images de W. Müller sur l’interpellation des Grecs « Qu’avons nous fait à l’Europe », qui se délecte du sang des Grecs comme les Romains de la décadence, alors que Barère interpelle – toujours – les ministres « sans entrailles » et imagine que chacun peut et pourra dire « J’aperçois sur ton visage le sang des Grecs » (f° 140) quand le tout ne se transforme pas en « fleuve de sang » :

      Les Grecs de Missolonghi, 1826
     À ce mélancolique et effrayant souvenir, on voit par la pensée un fleuve rouge et fumant qui coule au milieu des dunes et des lagunes. On entend une voix qui crie :tarissez, rois chrétiens, ministres des princes apostoliques, tarissez les flots de sang, dénonciateurs de votre lâche et cruelle politique. Ne le voyez-vous pas ce fleuve de sang accusateur, ce sang qui coule est celui des hommes, des chrétiens comme vous ; c’est le vôtre, rois de l’Europe, indifférents et féroces par diplomatie. Que Dieu préserve vos trônes d’une attaque semblable à celle des Turcs contre les Grecs, mais le sang n’en servira pas moins à écrire votre histoire qui n’est qu’un grand acte d’accusation des peuples contre les rois devant l’inexorable et juste postérité. (f° 199)

  • 25 Michaël Walzer, Raison et passion, pour une critique du libéralisme, [1999, Francfort-sur-le-Main], (...)

22Ce point riche est construit comme l’évocation classique et la peinture qui implique absorbement du spectateur. C’est alors que la langue du temps, le « flots de sang » construit l’extrême et l’urgence, ce que Michaël Walzer dénomme la « haine logique »25. Commentant Yeats, l’auteur signale l’image du « flux sombre de sang » comme venant de lui, sans savoir à quel point elle fut d’usage systématique lors du soutien à l’Indépendance grecque quand il fallait à la fois construire son propre camp à partie de la « souffrance à distance » promise au meilleur avenir, mais il retrouve la formule à partir d’une logique bien connue du discours partisan.

  • 26 Voici comment W. Müller apostrophe l’Europe : « Les Grecs, aux amis de leur Antiquité » « Vous nous (...)

23Si l’on s’en tient au transfert culturel, c’est indéniablement Wilhelm Müller, traduit par Hippolyte Carnot en 1828 (lequel Hippolyte Carnot édita selon les modalités du contrat, les Mémoires de Barère post mortem) qui a donné le plus d’éléments à l’Europe entière, et ce bien avant sa traduction. Le choix sélectif de Barère qui fonctionne sur la décennie en porte trace, tandis que Victor Hugo, toujours partagé, et en posture de jeune ultra plein de désir de reconnaissance ne se laisse griser par ce vent d’innovation politique qu’après Missolonghi, et peut-on dire, à la remorque de son indubitable besoin d’invention poétique. W. Müller est présenté aux Français comme l’auteur d’« une introduction à l’étude d’Homère, qui sert de complément aux travaux de Wolf, [d’]une Vie de Lord Byron dans les Contemporains, [et] il a traduit en vers allemands les Chants grecs publiés par le savant M. Fauriel ». Né en 1795, on comprend qu’il appartint aussi à la jeunesse romantique en passe d’engager les batailles qui autorisèrent sa reconnaissance26.

24Pour le reste, n’ont droit à la consignation tirée de la presse qu’un récit du colonel Fabvier, le juin 1826 (f° 182). Folio 108 Le Courrier français des 3, 8 et 9 novembre est censé parler du capitaine Maillet [1826]. Interviennent ensuite diverses informations folios 150et 145 sorties du Courrier anglais, du Scottman (f° 28), et diverses citations indirectes de 1820 évoquent la constitution d’Epidaure au village de Piada, tel un nouvel épisode de Guillaume Tell et du serment de Grütli (f° 16) quand, une fois encore, les Grecs contemporains attirent la référence troubadour. Tout comme en art, le motif orientalisant n’est jamais exempt de références gothico-vénitiennes. Du parlement anglais, l’ennemi à nul autre pareil, partout présent mais dans l’abstraction de l’absolu politique qui ne livre que des vouloirs sans assignation, on ne trouve de référence précise qu’à lord Palmerston (f° 167), ou encore la séance du 16 février 1830 aux Communes, avec l’imprécation d’Isaïe, 31, f° 81 (tous tomberont). Pour le reste, cette grammaire libérale n’oublie pas les peintres Odevaere et Scheffer (f° 206). On remarque en sus, en 1825, des mentions de la prière de la liberté mise en vers par Dryden, J.-B. Rousseau, Racine [vraisemblablement fils, mais sans savoir quel morceau précisément], ou Lebrun (f° 63), selon un panthéon très sélectif. En folio 37, puis 67, seul lord Byron connaît, du fait de sa mort à Missolonghi, un hommage appuyé et cohérent, une trace sensible de ce qui fut sa réception en terme de poète prophète :

      C’est le barde d’Albion.
     Il ne fut point donné par la nature à Lord Byron d’entendre sonner l’heure de la liberté et de l’indépendance grecque pour laquelle il sacrifia sa vie et sa fortune. Encore trois années, il aurait vu la civilisation armée s’avancer dans l’arène contre la férocité des Ottomans, et de la barbarie égyptienne. S’il eût vécut, il eût chanté comme Homère les hauts faits de la Grèce libre.

      L’Europe donne des regrets à la mort de lord Byron, enlevé à la fleur de l’âge et dans toute la force de son talent poétique. Il fut digne de ce concert universel d’éloges et de regrets ! Quel charme offre sans cesse la lecture de ces poésies. Son style de feu a de l’entraînement, excite l’enthousiasme. On est emporté, en le lisant, dans une nouvelle sphère d’idées et de sentiments ; il a agrandi l’horizon de génie poétique et descriptif ; il parle aux hommes comme un inspiré [rajout illisible] s’exprimait à une élévation extraordinaire.

      Son génie ravive nos sensations, renouvelle nos idées dans les pages sublimes où il a imprimé son noble caractère pour la durée des siècles. Sa poésie est libre et grandiose au milieu même des entraves de la mesure et de la monotonie de la rime.
Sa prose est éloquente et pittoresque. C’est qu’il a été saisi et enrichi par ses propres inspirations. C’est le génie inspiré qui dictait et animait sa production.

  • 27 Voir l’Anonyme de 1825, dithyrambe : écriture de rhéteur et de clerc, très gallican, et supporter d (...)
  • 28 Voir in xviiie siècle, « L’Antiquité », Maïté Bouyssy, « L’Antiquité ténaréenne de Bertrand Barère  (...)
  • 29 Voir Maïté Bouyssy, in Caesarodunum XXVII bis, Colloque Présence de Tite-Live, « Présence de Tite-L (...)

25Décoder la masse d’éléments répétitifs avec renvois permanents à l’Europe entière au filtre d’une posture particulière implique de repérer les mentions explicites ou souterraines d’œuvres qui sortent du domaine français sont rares, a-t-on vu, mais elles ne sont pas décalquées de l’entier de la production. Le choix partisan oublie ce qui sort des cercles quasiment officiels, seraient-ils gallicans et très proches de sensibilité27. En tête du classement, sont les réfutations de la Note de M. de Chateaubriand et ne prennent part au partage de légitimité que la discussion sur les esclaves et les opprimés, reprise à la chambre des députés, le 3 juin 1826, par M. de Cambon (f° 175), outre les mentions faites à l’éloquence de Laîné (f° 174) ou Lally-Tollendal (f°181). À ce titre, le présent n’est qu’apostrophe : « Courage, orateurs généreux, citoyens bienfaisants, femmes compatissants, poètes inspirés ! Un mot peut tout décider comme un mot peut tout finir » (f° 69) et tout comme pour Barère sous la Révolution, le sillage de l’Antiquité « ténaréenne », n’est qu’un miroir sans tain qui ressort du présent et le capte. Sous la Révolution, Barère n’avait que peu fait usage de l’Antiquité, infiniment moins que d’autres ténors28. Elle sembla arriver en 1817 pour aider à méditer le présent, elle n’est donc que secondaire29. Au fil de la lutte qui constitua la contemporanéité de l’Europe, parce qu’elle l’a rassemblée et dotée d’un imaginaire commun en passe de se substituer à la Chrétienté, l’antiquité des collèges n’a pu qu’aider à fédérer par la langue commune qu’elle offrait mais la construction du temps de l’action s’est opérée selon des critères particuliers. Désormais prévaut la manière de faire émerger une représentation des camps et du présent.

  • 30 Voir successivement, 5 avril 1824, Le Drapeau Blanc : « Pour la manière dont ils ont châtié les pre (...)

26La polémique se fait dès lors image, instantanéité tangible où prend racine l’ut pictura poesis, éternel problème des plasticiens et des hommes d’action. Dès lors la pertinence des codes du vieux Barère, toujours rhéteur, mais dépourvu de toute chaire, toujours tribun, mais sans autre imaginaire possible que celui du souffle des mots devient une grille de lecture qualifiée pour un ultime plaidoyer qui vaut moins comme testament politique que comme mise à nu de la charte commune, laquelle s’est redéfinie en 1824, et peut-être très précisément à partir de l’article du 24 décembre 1823 du Drapeau Blanc30.Diffusée en 1825, construite en tragédie en 1826, avant que Navarin ne desserre l’angoisse de la communauté philhellène qui invente à son profit politique la valeur d’humanité, la nouvelle donne structure au miroir de l’Antiquité, son image de « gens de cœur », ceux qui sont opposés à l’Europe « turque » des autorités et des ministères. Mais demeure premier le phénomène de transfert de sacralité auquel Alphonse Dupront et Mona Ozouf nous ont habitué, en un temps et des cercles qui ne parlaient pas encore d’histoire culturelle mais l’inventaient.

Haut de page

Notes

1 Dans ma thèse Université de Paris I, 1992, Trente ans après, Bertrand Barère et la rhétorique du Ténare, microfiches, Presses universitaires de Lille, 1993, p. 565-691

2 In Françoise Waquet, préface de Marc Fumaroli, Rhétorique et poétique chrétiennes, Bernardino Perfetti et la poésie improvisée en Italie au xviiie siècle, Florence, 1992, n.b., p. 7-11.

3 Des Grecs, 1826 : « Le gouvernement grec se propose, quand ses efforts auront été couronnés par la dernière victoire, de faire bâtir aux frais de la nation, un temple en souvenir de la régénération de la Grèce et de son indépendance. Puisse ce temple devenir un jour aussi célèbre que l’église Saint-Pierre de Rome dont les papes ont été les ennemis secrets ou les spectateurs indifférents de l’extermination des Grecs chrétiens » (f° 56).

4 Voir Maïté Bouyssy, Studies on Voltaire, SVEC, 2002, 02, Voltaire Foundation, University of Oxford, « L’éloquence ou l’impossible fuite dans l’encre », Colloque de Sarrebruck, 1998, sous la direction du Pr Jean-Paul Sermain, Une expérience rhétorique, l’éloquence de la Révolution, intervention personnelle, p. 277-296.

5 Il fit suffisamment confiance à l’art pour donner son vrai testament politique sous forme de notices dans l’esprit des Salons de peinture du temps, selon un corpus intitulé Le Salon imaginaire ou le xxe siècle, voir Maïté Bouyssy, Annales Historiques de la Révolution française, 1993, n° 2, « Barère : le Salon imaginaire ou le xxe siècle », p. 213-236,

6 Sergio Luzzatto, Mémoire de la Terreur, [Gênes, 1988], Pul, Lyon, 1991, p. 119 et suivantes.

7 Luc Boltanski, La Souffrance à distance, Morale humanitaire, médias et politique, Métailié, 1993.

8 A. Dupront présentait la problématique de la Grèce du xixe siècle comme « le devoir d’être libre de l’infidèle… libération chrétienne, c’est le langage ancien, traditionnel et pour tous valable ; libération des nationalités, c’est le langage moderne, issu de l’univers révolutionnaire, libéral, langage de la

9 Reinhardt Koselleck, Le Futur passé, contribution à la sémantique des temps historiques, [Francfort-sur-le-Main, 1979], EHESS, 1990.

10 Barère stigmatise d’ailleurs dans son Salon imaginaire les Anglais qui viennent piller les « répugnantes momies », notice 61 : « L’Égypte du xixe siècle trafiquant de ses Arabes, de ses Nubiens, de ses esclaves pour aller exterminer les héros de la Grèce et vendant ses monuments antiques et ses dégouttantes momies à l’Europe entière », ce qui redit le feuillet du Mémorial.

11 Le héros des Vêpres siciliennes. C’est donc le moyen âge protonational et italien qui cautionne alors la Grèce.

12 « La révolution grecque est hors de la civilisation ; que cela se passe là-bas ou à Saint-Domingue, c’est la même chose » et on connaît la résolution finale du Congrès de Laybach, le 12 mai 1821 : « Les souverains regardant comme nulle toute prétendue réforme opérée par la force ouverte, agiront en conséquence dans les événements de Naples, de Piémont et dans ceux-là qui, dans des circonstances bien différentes, viennent de livrer la partie orientale de l’Europe à des convulsions incalculables. »

13 C’est au plus, bien plus tard, chez un auteur tel que Maurras que l’on trouve des formules proches, mais ce n’est sans doute pas un hasard, si l’on pense à sa formation et à sa position nostalgique tant dans l’échiquier littéraire que politique

14 Nous utilisons cette notion issue de la linguistique pour faire comprendre que cette locution de « flots de sang » fonctionne au-delà de ce qu’elle énonce. En cela elle appartient bien à une théorie de l’action telle que O. Ducrot pouvait le poser en 1972 dans Dire et ne pas dire. En élargissant à des formes non verbales, l’illocution qui est à l’intérieur de la formule – en excès – permet de juger cette modalité comme une façon de présenter, qui n’est pas description. Elle connote et s’inscrit parmi les perlocutoires mais réalise de sa seule présence ce que le perlocutoire, qui renvoie d’ailleurs à J. L. Austin, distingue entre illocutionnaire et perlocutionnaire. (Voir aussi Communications,1980, n° 32) « Les

15 On retrouve ici la configuration qu’a analysée Luc Boltanski, Actes de la recherche en sciences sociales, n° 51, mars 1984, « La dénonciation », Luc Boltanski, Yann Darré, Marie-Ange Schiltz, p. 7, le dénonciateur, la victime, le persécuteur et le juge et in Luc Boltanski, La Souffrance à distance, op. cit., p. 64-66, 1993, où se retrouvent le délateur, la victime, le persécuteur et « le spectateur du spectateur » ; il reconstruit alors le passage du particulier à la généralité, dans le sillage de la Théorie des sentiments moraux d’Adam Smith et surtout de l’indication qu’il adjoint lorsqu’il accole à sa seconde édition l’opuscule des Considérations sur l’origine et la formation des langues., lequel, traduit par S. de Grouchy [Mme Condorcet], figure dans l’édition française de 1830 (première édition 1759, réed. Charles Porset, Paris, Ducros, 1970, p. 305-244).

16 Francis Goyet, Le Sublime du « lieu commun », L’invention rhétorique dans l’Antiquité et à la Renaissance, Paris, Honoré Champion, 1996, op. cit., n. b. p. 79.

Notons au passage comment en Afrique du Sud, les commissions qui firent prendre la parole à tous sur les divers crimes ont insisté sur la notion du spectateur attentiste, le stand bay.

17 Voir Michel Collot, La Matière-Émotion, PUF « écriture », 1997, p. 1-3 ; sa pratique textuelle intéresse nécessairement l’historien car loin de « la théorie d’inspiration structuraliste, qui valorisait la clôture du texte, et définissait la fonction poétique comme autoréférence du message linguistique à lui-même, les poètes modernes n’ont cessé de lier l’écriture à un horizon, dont la marque est sensible à la fois dans la thématique et dans l’économie sémantique et formelle de leurs œuvres », et s’attachant à

18 Voir sous la direction de Jean-Claude Bonnet, La Carmagnole des Muses, Armand Colin, 1988, l’article de Philippe Roger, « Le débat sur la langue révolutionnaire », p. 157-184. L’auteur met en exergue la phrase de l’abbé Grégoire : « Il faut qu’on ne puisse apprendre notre langue sans pomper nos principes ».

19 Mme de Staël, De la littérature, Paris, Flammarion, G.F., 1991, p. 281.

20 Cf mon article dexviiie siècle, p. 27, 199, PUF, 1995, L’Antiquité, « L’Antiquité ténaréenne de Bertrand Barère », p. 259-268.

21 Voir Maïté Bouyssy, « 1826 ou les femmes dans le philhellénisme », in Encyclopédie politique et historique des femmes, PUF, 1997, sous la direction de Christine Fauré, p. 299-315.

22 F° 84 suite : « Si la cause sainte des Grecs ne triomphe pas, il ne faut en accuser que les cabinets d’Europe et les manoeuvres perfides et ténébreuses des princes chrétiens qui ont fourni aux Turcs des vaisseaux, des armes, des soldats, des officiers, des plans de campagne, des intrigue et des trahisons contre les Grecs parmi lesquels ils ont fomenté des divisions à prix d’or. Voilà les présents de la diplomatie européenne. C’est à ces signes qu’on reconnaît sa présence partout où il faut combattre contre la liberté et donner des fers au genre humain. »

23 L’article mérite d’ailleurs une lecture attentive car chaque élément d’analyse s’inverse au final, la suspicion devenant l’embryon d’une louange : « Improvisations de M. Sgricci. Comment s’est-il donc fait que quinze ou vingt personnes qui s’étaient réunies à la salle Cléry pour entendre M. Scriggi aient eu la malheureuse idée de proposer pour sujet de son improvisation la chute de Missolonghi ? Comment presque tout l’auditoire a-t-il accueilli ce sujet par des bravos et des trépignements, rejeté tous les autres avec une obstination non moins bruyante, et salué son adoption par une triple salve d’applaudissements ? On eût dit que c’était une découverte sublime, un véritable trait de génie. Comment n’ont-ils pas senti qu’il était odieux de se faire un divertissement d’une calamité qui mettait en deuil tous les amis de l’humanité, qu’il y avait par trop de froideur et même de dureté à vouloir assister à la représentation d’un désastre qui n’était pas certain, et que si par malheur il se confirmait, il ne fallait pas que les Grecs pussent nous dire : Pendant qu’on égorgeait nos frères à Missolonghi, vous les mettiez en scène à Paris ? Une autre considération devait faire rejeter ce sujet. L’auteur est italien ; il ne veut pas se faire fermer les portes de son pays. Or dans tout ce qui se rapporte à la politique, il doit avoir la langue liée. On le mettait donc, ou dans l’alternative de nuire à son talent en passant sous silence des pensées qui, quoique chrétiennes, sont aujourd’hui séditieuses, ou de nuire à ses intérêts en les exprimant avec la chaleur poëtique. Néanmoins, M. Sgricci a cru devoir accepter ce sujet, afin de convaincre le public qu’il n’y a rien de combiné d’avance dans ses improvisations. Jamais l’absence de toute présentation, de tout charlatanisme n’a été plus évidente. Le poëte ne savait aucun des faits nécessaires pour construire son plan : on les lui a donnés, on lui a fourni également le nom des personnages, et pour ainsi dire l’ordre des scènes ; car il a demandé quel acteur il devait faire parler le premier.

Tous ces détails convenus, M. Sgricci s’est mis a parler en vers, et, sans s’arrêter, il a improvisé cinq actes, interrompus par quatre chœurs, dont les deux premiers surtout ont semblé extrêmement poëtiques et distingués. »

24 T., Brioude, porte la notice de la B.N.F., ce qui prouve que l’information circulait, et que le cercle de parole excédait la circulation des brochures.

25 Michaël Walzer, Raison et passion, pour une critique du libéralisme, [1999, Francfort-sur-le-Main], Circé, 2003, p. 69 et 67, où dans le Chapitre trois, « Politique et passion », commentant Yeats, l’auteur signale l’image du « flux sombre de sang » comme venant de lui, sans savoir à quel point l’origine des vocations partisanes en fit commerce.

26 Voici comment W. Müller apostrophe l’Europe : « Les Grecs, aux amis de leur Antiquité » « Vous nous avez admirés et célébrés, vous nous avez plaints et enviés : les noms de nos aïeux sont brillants et sonores, ils conviennent aux chants de tous les peuples. Quiconque nourrissait une noble passion pour la gloire et la liberté allait en réchauffer le germe dans les feux de notre antiquité, dans ces feux endormis sous des monceaux de cendres imprégnées du sang de nos héros. – Peuples, qui vous rend aujourd’hui si timides ? Le génie que vous avez tant de fois évoqué sort du sein de la nuit dans sa grandeur passée… et vous présente la main. Ne reconnaissez-vous plus la Grèce, la Grèce libre ? – N’avez-vous donc joué qu’avec de vains noms ? N’avez-vous lancé vos flèches orgueilleuses que dans le vague des airs ? – Il n’est plus temps d’admirer et de célébrer, d’envier et de plaindre ; il n’est plus temps d’errer dans les siècles passez. Revenez, enthousiastes ! n’allez pas chercher si loin des sujets d’admiration. L’antiquité est présente, les distances sont évanouies ; ce que vous avez rêvé si longtemps se réalise à vos yeux, frappe à votre porte… et vous la fermez, cruels ! La vérité est-elle donc si différente de vos rêves ? » Des feuillets entiers de Barère reprennent ce filon. Un chapitre se place sous les auspices de la chouette, qui ne se lève donc pas que chez Hegel « La Chouette : J’ouvris les yeux. Au bord d’un fleuve était arrêtée une armée innombrable de croisés à pied et à cheval ; en vain, je m’élevais dans les airs, je ne pouvais l’embrasser d’un coup-d’oeil. Ils brandissaient leurs armes, et comme elles, leurs regards semblaient altérés de sang. » Là encore, les appels sont communs et Muller donne la typologie des Grecs : le Phanariote, le Mainotte, le vieillard Hydriote, mais aussi les héros singuliers ou collectifs, Bobolina, Bozzari, le Bataillon sacré, la souliote. Les Thermopyles figurent en sus des « espérances de la Grèce » et d’un « Chant guerrier », outre Byron et de la Sublime Porte. Les deux chants de Missolonghi I et II où la Nouvelle Missolonghi est érigée en boulevard de la Liberté. Là encore, Barère s’inscrit dans ce même mouvement.

27 Voir l’Anonyme de 1825, dithyrambe : écriture de rhéteur et de clerc, très gallican, et supporter de « l’héritier du trône », le duc d’Angoulême.

28 Voir in xviiie siècle, « L’Antiquité », Maïté Bouyssy, « L’Antiquité ténaréenne de Bertrand Barère », p. et dans ma thèse, Trente ans après… p. 574 : « L’exemplarité du drame se rehausse d’intemporalité. Terre d’antiquité classique, la Grèce est lointaine pare qu’immémoriale. Elle offre simultanément une infinie proximité culturelle et affective ». J’écrirai aujourd’hui qu’une proximité construite politiquement et loin des Antiquaires décriés (cf infra, note 8) convoque les noms qui fleurent l’antiquité des collège.

29 Voir Maïté Bouyssy, in Caesarodunum XXVII bis, Colloque Présence de Tite-Live, « Présence de Tite-Live chez Barère en 1817 », sous la direction du Professeur Raymond Chevallier, Tours, 1994, p. 187-197.

30 Voir successivement, 5 avril 1824, Le Drapeau Blanc : « Pour la manière dont ils ont châtié les premiers mouvements des Grecs, [les Turcs] les ont rendus éternels… Avec les temps de Thémistocles, ils ont ressuscité les temps de Godefroy de Bouillon., mais aussi le compte-rendu de l’ouvrage de Pouqueville le 4 juillet dans le Journal des Débats par J. V. Le Clerc et la publication du livre de Malte-Brun Traité de la légitimité considérée comme base publique de l’Europe chrétienne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maïté Bouyssy, « Le mémorial des Grecs  », Revue germanique internationale [En ligne], 1-2 | 2005, mis en ligne le 20 octobre 2008, consulté le 23 mai 2017. URL : http://rgi.revues.org/72

Haut de page

Auteur

Maïté Bouyssy

Maître de conférences à l’Université de Paris I

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page