Navigation – Plan du site
Introduction

Goethe du Nord au Sud Le « Voyage en Italie » et le paradigme du Sud

Jean Mondot
p. 7-15

Résumés

Dans son Voyage en Italie, Goethe fait l’expérience d’un autre mode du sentir et du voir et plus généralement d’une autre façon de vivre. L’épanouissement des sens qui se confond pour lui avec l’expérience du Sud et tout particulièrement du Sud italien va en fixer l’image pour longtemps et transformer le Sud en une province esthétique vouée aux émotions existentielles et artistiques. Dans l’évolution des stéréotypes européens, ce voyage joue un rôle important. Il bouleverse l’image d’un Sud que les anthropologies du temps avaient plutôt tendance, après l’avoir magnifié durand une première période, à considérer comme condamné au déclin politique, religieux et intellectuel. En même temps l’esthétique goethéenne étend la notion de cosmopolitisme au-delà du politique. L’expérience du beau ignore toutes les frontières.

Haut de page

Texte intégral

1 « Connais-tu le pays... » Le chant de Mignon a retenti longtemps dans la mémoire de ses auditeurs et de ses lecteurs. Il a durablement situé au Sud l’horizon de la nostalgie. Pourtant le Sud, s’il devient dans ce roman objet et sujet de poésie, était déjà bien avant présent dans les consciences et les anthropologies européennes.

2Nous retracerons rapidement cette évolution des stéréotypes avant d’analyser, à partir du voyage italien de Goethe, les caractéristiques du Sud que le voyageur repère et enregistre comme telles.

3Curieusement en effet, alors que le dernier tiers du xviiie siècle a plutôt tendance à accentuer les individualismes culturels en les superposant aux segmentations nationales, Goethe transcende ces barrières. Il ne cherche pas à les ignorer ou à les niveler en invoquant une nature humaine indifférenciée, empruntée à la vulgate des Lumières. Il intègre les polarités géographiques du Nord et du Sud dans un ensemble plus vaste, le monde auquel il appartient, le cosmos qu’il habite. Le cosmopolitisme goethéen s’émancipe des particularismes nationaux non par l’indifférenciation humanitaire de type jusnaturaliste, mais par une anthropologie que polarisent d’autres critères distinctifs, ceux du Nord et du Sud. Il confère au Sud en particulier un contenu qui fera date, paradigmatique en quelque sorte.

4L’opposition Nord-Sud fait indéniablement partie des classiques de l’anthropologie. Elle n’est pas, ou plutôt, elle n’est plus, au moment où Goethe décide de réaliser enfin son rêve de jeunesse, partir pour l’Italie, très favorable au Sud. La fracture Nord-Sud scinde l’Europe à peu près à partir du xviie siècle et tend de plus en plus à recouper un décalage économique important avec d’un côté la montée en puissance considérable du commerce maritime des nations du Nord, Nord-Ouest (l’Angleterre, la Hollande, la France) et de l’autre côté, l’Espagne et l’Italie. Les deux puissances catholiques (trois avec le Portugal) semblent être sur le déclin économique. Et le diagnostic économique de la fracture Nord-Sud va peser sur la théorisation de ce décalage. On sait que la théorie des climats a d’abord été plutôt défavorable aux hommes du Nord. Les Entretiens d’Ariste et d’Eugéne du P. Bouhours soulignaient la plus grande vivacité des hommes du Sud ou, plus précisément, des hommes nés sous un climat tempéré. Et Montesquieu reprenant, lui aussi, de façon systématique la théorie des climats croyait pouvoir corroborer ces hypothèses par des expériences aventurées sur la langue de mouton. En fait, l’évolution globale des stéréotypes qui accompagne cette anthropologie plus amusante que sérieuse et moins scientifique que fumeuse dépend du contexte économique et historique. Ainsi la polarité Nord-Sud, Nord-Midi peut être affectée d’un signe positif ou négatif. Au moment où l’Europe du Nord, Nord-Ouest fait sentir sa suprématie sur le reste de l’Europe, les stéréotypes évoluent et le Nord se charge peu à peu de positivité. Bien entendu, cette positivité alternante mais exclusive trouve un écho amplificateur dans les littératures. La littérature allemande, longtemps ignorée sinon méprisée par la littérature française, va découvrir ou redécouvrir son appartenance nordique et appeler au basculement des stéréotypes positifs du côté du Nord.

5Pendant les années 1760, on avait redécouvert les anciens Germains : le personnage de Hermann/Arminius qui battit les légions romaines avait été repris au théâtre. Une gallophobie insistante mêlée d’antiaristocratisme rampant s’était alors développée. La deuxième rupture date des années 70, elle vient principalement du mouvement du Sturm und Drang et du Gottinger Hain. On procède alors à une réaffirmation résolue de l’identité nationale. Les jeunes étudiants allemands de la sécession strasbourgeoise, Goethe, Herder, Lenz, Jung-Stilling refusent définitivement le modèle français, condamné pour décadence, faiblesse, identifié à un classicisme exsangue, incarné par un Voltaire vieillissant. Ils s’enivrent de Shakespeare, d’Ossian et d’art gothique annexé au seul génie germanique. Goethe s’en prend aux historiens d’art allemands qui qualifient de gothique l’art des cathédrales. Ils auraient dû, selon lui, proclamer :

  • 1 Goethe, Von deutscher Baukunst, in Goethes Werke, Hamburger Ausgabe in 14 Bänden, hrsg. v. Erich Tr (...)

Voilà l’architecture allemande, voila notre architecture, l’Italien ne peut se vanter d’en avoir une originale et le Français encore moins1.

6Mais Herder est encore plus intéressant dans ce contexte. Car il réécrit l’histoire et la philosophie de l’histoire. Et ce faisant, il effectue une réévaluation/réhabilitation du Nordique et du Germanique dans l’histoire. Dans son ouvrage, daté de 1773, Une autre philosophie de l’histoire, il fait l’éloge des invasions nordiques, de la régénération apportée par ses invasions.

  • 2  Herder, Auch eine Philosophie der Geschichte I Une autre philosophie de l’histoire, trad. de Max R (...)

La constitution universelle de Rome, elle aussi, atteignit sa fin, et plus l’édifice était grand, plus il se dressait haut : plus sa chute fut grande ! La moitié du monde ne fut que ruines. [...] Il ne fallait rien de moins qu’un monde nouveau pour remédier à cette cassure. Ce fut le Nord2.
Et lorsque cet océan nordique de peuples avec toutes ses vagues s’ébranla, les vagues poussèrent les vagues, les peuples poussèrent d’autres peuples ! Le mur et la digue entourant Rome étaient crevassés ; les Romains eux-mêmes leur avaient montré les fissures et les avaient appelés à l’aide de promesses pour les boucher – lorsque enfin tout craqua, quelle inondation du Sud par le Nord ! et après tous les bouleversements, toutes les horreurs, quel monde nouveau mêlé de Nord et de Sud ! (PH 197).
Celui qui observe l’état des pays romains (et ils étaient alors l’univers cultivé !) dans les derniers siècles sera rempli d’étonnement et d’admiration devant cette voie choisie par la Providence pour préparer une si étrange relève de forces humaines. Tout était épuisé, énervé, disloqué ; [...] alors naquit dans le Nord un homme nouveau. Sous un ciel frais, dans le désert et la nature sauvage, où personne ne le supposait, se mit à mûrir un printemps de plantes robustes et nourrissantes qui, transplantées dans les pays plus beaux, plus au Midi – alors champs désolés et vides ! –, durent acquérir une nature nouvelle et donner une grande moisson au destin de l’univers ! (PH 197).

7On l’a compris. Avec Herder, l’opposition Nord-Sud se rééquilibrait vigoureusement au profit du Nord. Le Nord, c’était la force, la vie, la nature, la simplicité, mais aussi l’indépendance, la liberté, l’originalité, la singularité. Le Sud, c’était tout le reste ! Et Goethe, ami de Herder et coauteur du manifeste du Sturm und Drang, Von deutscher Art und Kunst, partageait à l’époque cet avis.

8Pour être tout à fait juste, il faut dire que le réexamen des valeurs Nord-Sud au bénéfice du Nord était intervenu auparavant, même au Sud. Déjà, Voltaire et Montesquieu avaient atténué les simplismes climatologiques du P. Bouhours en montrant les effets compensatoires de l’activité des peuples du Nord affrontés aux rigueurs météorologiques de ces latitudes. Montesquieu dans ses Pensées écrivait :

  • 3  Montesquieu, Pensées 789, in Montesquieu, Pensées, Le Spicilège, avec introduction et notes de Lou (...)

Il y a dans l’Europe une espèce de balancement entre les peuples du Nord et ceux du Midi. Ceux-là, avec une abondance de toutes choses qui les met en état de se passer de tout, de vivre de chez eux et de n’avoir que peu de besoins, auraient trop d’avantages sur les autres, si le climat et la nature ne leur donnaient une paresse qui les égalise ; tandis que les autres ne peuvent jouir des commodités de la vie que par leur travail et industrie, que la nature semble ne leur avoir donnés que pour égaliser leur condition et leur fortune : sans quoi, elles ne pourraient subsister que comme barbares. Chacune Partie est défendue par son climat autant que par ses forces3.

9On avait en outre intégré également à ces réflexions d’autres facteurs comme la religion. Anticipant Max Weber, l’auteur des Lettres persanes avait observé :

  • 4  Montesquieu, Lettres persanes, CXVII, in Œuvres complètes, éd. Roger Caillois, Paris, 1949, t. I, (...)

(...) La Religion donne aux Protestants un avantage infini sur les Catholiques. (...) Les Protestants deviendront tous les jours plus riches et plus puissants, et les Catholiques, plus faibles4.

  • 5  Sur la fin du leadership intellectuel italien en Europe, cf. Françoise Waquet, Le modèle fiançais (...)

10Ainsi, lorsque Goethe se met en route pour l’Italie, on peut dire que le Sud, dans l’anthropologie commune, ne bénéficie plus d’un préjugé favorable, même si, dans le cas de l’Italie, le passé antique et artistique continue d’attirer un nombre toujours élevé de voyageurs5. La France par sa position médiane échappe un peu à cette opposition, mais elle est bien souvent classée du côté du Sud. Pour les auteurs du Sturm und Drang, nous l’avons vu, il n’y a en tout cas pas d’hésitation.

  • 6  Cf. K. R. Eissler, Goethe, Eine psychoanalytische Studie, 1775-1786, édition allemande, Munich, 19 (...)

11Goethe a participé à cette exaltation du Nord, mais, lentement, au terme d’une évolution qu’il serait trop long de retracer ici, sa réflexion sur l’art d’une part, peut-être aussi la lecture décisive de Winckelmann l’ont conduit à revenir sur ce tropisme nordique et à se tourner vers l’autre pôle de l’opposition, le Sud. Il y est également amené par les éléments de sa propre biographie. Sans reprendre intégralement à notre compte l’analyse ou la psychanalyse de K. R. Eissler6, il ne fait pas de doute que, souterrainement, son rapport à l’Italie, marqué par son rapport au père et donc aux couches les plus complexes et profondes de sa personnalité, a évolué entre la période de son arrivée à Weimar et celle de son départ. Le voyage que son père, Johann Kaspar, avait effectué en Italie liait en effet d’une manière indissociable dans le conscient et l’inconscient du poète l’image de l’Italie, de Rome à celle de son père. Ce voyage du fils a donc pu correspondre à une appropriation de l’image du père et ensuite, par le prolongement du voyage au-delà de la trace paternelle, à une sorte de dépassement du père. K. R. Eissler, relie d’autre part, comme on sait, cette identification à l’image paternelle ainsi que son dépassement à des expériences sexuelles neuves et décisives. Ce n’est pas toutefois cet aspect-là du séjour en Italie qui nous retiendra, mais bien l’image renouvelée du Sud qui s’en dégage. Se mettent en place en effet dans le récit de voyage des éléments caractéristiques de l’image du Sud qui seront ensuite considérés pour longtemps comme constitutifs de cette imagologie.

  • 7  Goethe, Italienische Reise, éd. par Herbert von Einem, d’après la Hamburger Ausgabe von Goethes We (...)

12Il est à cet égard intéressant de constater que Goethe utilise des catégories géographiques et polarisantes pour désigner les régions d’où il vient et le pays où il va. Il dit le plus souvent le Sud pour l’Italie et le Nord pour l’Allemagne. Le col du Brenner marque pour lui la « frontière entre le Sud et le Nord »7. L’appartenance géocosmique supplante l’appartenance géopolitique. Goethe a recours à des tournures telles que « nous autres Cimmeriens » (IR 47), ou encore « pauvre habitant du Nord que je suis » (IR 220). E se qualifie même de « fugitif nordique » (IR 83). A la fin, il dit qu’il a perdu « ces représentations cimmériennes et modes de pensées nordiques » (IR 430). Il situe donc bien les différences anthropologiques au-delà des différences strictement nationales. Ou plutôt, elles sont regroupées sous des ensembles plus vastes que les seules entités nationales qui ne sont plus finalement pour lui que des métonymies du Nord ou du Sud. Cette absorption du national par le géocosmique est un trait significatif de sa perception du monde. Ici se manifeste sans doute déjà la forme goethéenne du cosmopolitisme. D’ailleurs Rome pour lui est « la capitale du monde » (IR 125). Elle en occupe, dans sa géographie culturelle, le centre (IR 398 et 401).

13On l’a dit, ce voyage italien est pour Goethe la réalisation d’un rêve ancien et lointain (« Tous les rêves de ma jeunesse », IR 126). Il y a inconsciemment sans doute un retour associé à l’image du père, mais consciemment un retour à des images liées à l’enfance et l’attente d’une espèce de conversion. Le protestant Goethe se rend en Italie, à Rome, avec au cœur une espérance vague mais forte, quasi religieuse et comme une attente de guérison miraculeuse. Il dira d’ailleurs à la fin du voyage « avoir été radicalement guéri » (IR 394). L’homo aestheticus atterid des émotions si fortes qu’elles en bouleverseront l’équilibre de son être tout entier, pas seulement ses conceptions esthétiques.

14Il est vrai que la nouvelle esthétique issue du Sturm und Drang se distinguait en effet des précédentes en ce qu’elle ne cherchait plus simplement à se définir par un ensemble de règles codifiant genres et formes littéraires et se référant à des principes de bon goût valables partout et toujours. La nouvelle esthétique refusait la plupart des règles établies, ne fixait plus qu’un but qui justifiait tous les moyens : agir sur le lecteur/spectateur, forcer l’adhésion de la sensibilité. Pour atteindre ce but, l’auteur lui-même devait s’impliquer dans son art, faire passer la plus grande part de ses émotions personnelles. Devenir poète ou dramaturge impliquait dès lors un choix existentiel. L’esthétique n’était plus seulement révélatrice d’orientations intellectuelles fondées sur une réflexion philosophique, elle se voulait manifestation de tout l’être, exigeait un engagement sans réserves ni feintes.

15Étaient pris en considération des éléments jusque-là négligés ou sous-estimés, ceux de la sensibilité, du sentiment, de l’émotion créatrice. Non pas d’ailleurs que l’on rejetât la raison, mais l’individu était désormais saisi dans sa totalité intellectuelle et sensorielle, rationnelle et affective (der ganze Mensch) même si, hiérarchiquement, les émotions et l’affectivité restaient premières.

16Et Goethe, lorsqu’il se rend en Italie, y va certes comme un artiste, mais comme un artiste conscient qu’il y trouvera plus et mieux qu’une nouvelle conception de l’art et de la beauté mais, pour paraphraser Keats, a joy for ever. Avec l’Art, il trouvera aussi une nouvelle morale : « [...] en même temps que le sens artistique, c’est aussi le sens moral qui subit un grand renouvellement » (IR 150)

17On comprend donc l’espèce de ferveur impatiente qui le saisit aux approches de l’Italie : « La hâte et l’agitation qui me talonnent ne me laissent pas de repos » (IR 25). Ferveur qu’accompagne une sensualité fiévreuse mais sublimée : « J’ai hâte de trouver des raisins et des figues » (IR 11). Et dès qu’il a franchi le col du Brenner, la magie opère : « Le soleil est chaud et l’on se remet à croire en un dieu » (IR 25). Ce voyageur mystique et païen, ce pèlerin de la beauté se sent brusquement chez lui. Il est en accord avec le monde : « On se sent vraiment chez soi dans le monde et non comme de passage ou en exil » (IR 26). Il célèbre un retour : « Je me laisse aller à ce sentiment comme si, né puis élevé ici, je venais de rentrer d’un voyage au Groenland, d’une pêche à la baleine » (IR 26). Emphase teintée d’humour, mais révélatrice du bouleversement intérieur, de l’attente aussi qui avait précédé ce voyage. Arrivant à Rome, il souligne encore dans sa première lettre à quel point ce voyage répondait à un désir profond, intime. Il parle d’un « besoin irrésistible » (IR 125) qui l’attirait vers ce centre. Il en éprouvait ces dernières années comme une sorte de maladie. » Le désir de voir ce pays était, écrit-il, plus que mûr » (IR 125).

18Immédiatement, les composantes du « miracle du Sud » sont mentionnées : la lumière tout d’abord. « Le jour est fini, mais ce qu’est le jour, nous le savons à peine, nous autres Cimmériens » (IR 46) ; la splendeur du paysage ensuite. Elle frappe d’impuissance l’écrivain qui rencontre brutalement l’indescriptible, l’indicible. La beauté vue, la beauté nue passent la promesse des descriptions et des récits : « (...) la splendeur de la nouvelle contrée que l’on embrasse du regard à la descente ne peut pas être rendue par des mots » (IR 36 et 209) Un peu plus tard, en Sicile, la beauté du paysage excédera même les possibilités de la représentation picturale :

L’éclairage embrasé des régions supérieures, l’ombre fraîche et bleue des parties basses paraissaient plus splendides que je ne les avais jamais vus dans des peintures à l’huile ou à l’aquarelle ; je ne pouvais me détacher du spectacle (...) (IR 425).

  • 8  Sur la découverte des couleurs par Goethe en Italie, voir l’ouvrage très stimulant de Jacques Le R (...)

19Il y a donc une sorte d’éblouissement presque physique, propre au paysage méridional, une immédiateté du beau qui défie toute transcription8. Il se souvient alors avec une sorte d’amusement un peu goguenard de la difficulté pour l’artiste du Nord à trouver du pittoresque dans la nature nordique (IR 172). Le créateur artistique doit ici rendre les armes à la création naturelle. Au moins pour un temps. La nature est, en elle-même et par elle-même, artiste. Elle peut de son propre mouvement égaler la beauté d’un tableau du Lorrain (IR 174).

20Caractéristique aussi du Sud est la profusion des dons de la nature et notamment des fruits et en général des produits de la terre. Goethe ne se lasse pas de décrire les étalages des marchés et leur abondance encore jamais vue. Il parle de « fertilité exubérante » (IR 233). Le Sud est pour lui synonyme d’abondance et de beauté. Et plus on va vers le Sud, plus la beauté s’accroît. Il s’interroge impatient avant de partir pour Naples : « Combien le pays plus méridional ne me vaudra-t-il pas de joies et de connaissances, (...) » (IR 171).

  • 9  Goethe annonce la métaphore baudelairienne dans un poème des Römische Elegien I Élégies romaines :(...)

21Bien entendu, dans l’énumération des facteurs externes qui concourent à ce bouleversement de l’âme et des sens, on ne saurait oublier le climat lui-même, non plus que la voûte céleste. Goethe oppose souvent le « ciel dégagé » des contrées méridionales au « ciel bas et lourd » qui pèse sur les psychismes nordiques9. Tout cela favorise en tout cas l’instauration d’un nouveau sentiment de l’existence. « C’est tout de même une autre façon d’être » (IR 100), constate-t-il. Ce qui est plus et autre chose que le « supplément » d’existence (IR 430) recherché par ses compatriotes allemands en Italie. Il s’agit pour lui d’une conversion, d’une metanoia et en même temps d’une « renaissance » (Wiedergeburt, IR 147) au sens presque piétiste du terme, du commencement d’une nouvelle époque de sa vie (IR 420). Et à la fin de son séjour, il estimera avoir alors amassé suffisamment de souvenirs, d’expériences, de sensations pour le reste de son existence. Il pourra donc repartir.

22Mais le paysage – les extérieurs — n’est qu’un élément de l’attraction du Sud. Le caractère du peuple entre aussi pour une large part dans l’efficace du charme méridional. Goethe se fait alors anthropologue et par moments ethnologue. Il est frappé par la sensualité contagieuse des peuples du Sud. A Rome, il s’écrie : « Combien il m’est aussi moralement salutaire de vivre parmi un peuple tout à fait sensuel (...) » (IR 126). D. reviendra plusieurs fois sur cette sensualité des peuples méridionaux, et tout particulièrement dans sa description du carnaval romain. Mais plus frappante encore pour lui est la légèreté assumée, revendiquée, recherchée des hommes du Sud, des Italiens. Constamment revient sous sa plume cette notion de « légèreté de l’être » (IR 84), « d’existence légère » (IR 97) qui se transforme ensuite en « insouciance » (IR 120) poussée jusqu’à l’« étourderie » (IR 120).

  • 10  Lors de son deuxième voyage (1790) en Italie Goethe ne retrouvera plus le même enthousiasme ni la (...)

23L’homme du Nord note avec un effarement mêlé de ravissement la sentence d’un Italien croisé en chemin : pensando s’invecchia (IR 120). Mais peu à peu, il parvient par une sorte d’empathie spontanée, d’attention sympathique à comprendre de l’intérieur les hommes du Sud. D. les défend alors par exemple contre les reproches de paresse proférés par les hommes du Nord. En observateur averti des conditions sociales, il conclut qu’il est faux de dire que les Napolitains ne travaillent pas. Selon lui, ils travaillent non pas pour s’enrichir mais pour n’avoir pas de soucis (IR 200). Dans cette compréhension non dénuée d’aveuglement se manifestent implicitement une sorte de Kulturkritik et presque le refus d’un ordre économique et social trop soumis à l’esprit de lucre. Il croit donc observer comme une autre attitude vis-à-vis du problème déjà lancinant à cette époque des oisifs ou, en langage d’aujourd’hui, des chômeurs. Dans cette perspective, l’insouciance méridionale viendrait ainsi à bout de l’inquiétude sociale. Plus que de la naïveté, il y a dans cette considération l’illusion, bienveillante ici, d’une altérité totale, s’étendant aussi au domaine social. L’empathie d’ailleurs va si loin qu’il en vient à considérer avec indulgence — au moins lors de ce premier voyage10 — les conditions d’hygiène misérables dans lesquelles vivent les Italiens. Tout devient accessoire comparé à cette sagesse contagieuse, entraînante du carpe diem qu’il croit déchiffrer aussi dans le carnaval romain :

Nous souhaitons plutôt que (...) chacun soit amené par cette insouciante réunion de masques à se rappeler l’importance de chaque jouissance momentanée, souvent de peu d’apparence, que l’existence peut procurer (IR 515).

24Mais caractéristiques du Sud lui semblent plus encore ce passage incessant de la sphère privée à la sphère publique ou plutôt ces empiétements continuels du privé sur le public et vice versa. Il n’existe pas de frontières nettes entre l’intérieur des maisons et l’extérieur des rues. C’est un échange permanent (IR 490). De même qu’il n’y a pas de coupure entre scène et public au théâtre. La vie théâtrale, sur la scène, n’est pas ressentie comme fondamentalement différente de la vraie vie (IR 95). A la stupéfaction de l’homme du Nord, les spectateurs n’hésitent pas à intervenir dans le déroulement de l’intrigue, allant parfois jusqu’à contraindre les acteurs à la modifier à force de lazzi.

25Mais le temps du carnaval à Rome est aussi le temps d’une confusion générale des milieux et des lieux. Spectacle à la fois saisissant et inquiétant, qui dans l’ensemble fascine le spectateur Goethe. Il y voit comme « une fête de la liberté et de la licence » (IR 514), mais se persuade en même temps, un an avant la Révolution française, que « la liberté et l’égalité ne peuvent être goûtées que dans le vertige de la folie » (IR 515).

  • 11 Cf. W. Benjamin, Neapel — Denkbilder, in Gesammelte Schriften, IV-I, sous la direction de Tillman R (...)

26Goethe sent, perçoit, analyse ce qu’un autre voyageur du xxe siècle, Walter Benjamin, découvrira aussi lors d’un voyage à Naples, la « porosité »11 fondamentale de la société méridionale. C’est-à-dire cet échange permanent entre espace privé et espace public. N’y-a-t-il pas d’ailleurs chez Goethe lui-même comme une extension à l’intersubjectif de cette porosité méridionale, lorsqu’il s’exclame : « Dieu merci, je commence à pouvoir apprendre et recevoir des autres » (IR 370)

  • 12  Cf. Marc Crépon, Les géographie de l’esprit, enquête sur la caractérisation des peuples de Leibniz (...)
  • 13  Cf. IR 167 : « Je ne redoute plus les fantômes, qui se jouèrent si souvent de moi. » 

27En présence du Sud — en l’occurrence de l’Italie — Goethe a élaboré un système global de représentations. A partir d’une véritable écologie du Sud, il a développé sa typologie des hommes et de la nature. Bien sûr, cette représentation de voyageur qui fige assez facilement et systématiquement l’expérience subjective en une vérité objective et immuable est aussi difficilement vérifiable que les autres représentations fondées sur les voyages12. D’autant que, dans le cas de Goethe, elle a un caractère spéculaire évident. Ne confesse-t-il pas pour finir : « A Rome je me suis tout d’abord trouvé moi-même » (IR 530). Expérience existentielle, décisive qui donne sa tension à la narration. Le je au miroir de l’autre s’est rééquilibré, réharmonisé, réaccordé. Il a découvert enfin la vraie ou la bonne distance à soi. Les fantômes de la mélancolie, de la névrose n’ont peut-être pas complètement disparu, mais ils se sont indubitablement éloignés13. Il est en outre persuadé d’avoir ramené d’Italie et de Naples, comme son père, une sorte d’assurance contre le malheur absolu (IR 186). Pourtant, cet égocentrisme omniprésent ne l’a pas empêché de façonner pour longtemps une image du Sud que l’on retrouvera chez Mme de Staël, Nietzsche, Heinrich Mann ou Walter Benjamin avec des variantes, mais avec un fond de caractéristiques communes.

28La modernité de la démarche goethéenne provient ici de cette souveraine appropriation du monde, par et pour les sens, un monde dont il ignore superbement les étroitesses politiques, nationales ou religieuses. Le Nord et le Sud ne sont que les polarités d’un seul cosmos qui renvoient aux tensions profondes de l’âme et aux oppositions intimes du moi. Mais sous l’azur vaporeux du ciel méridional, il semble en tout cas possible d’éprouver pour un temps la plénitude de l’être et sa légèreté dans une proximité fraternelle avec les autres humains. Heureuse et fragile sagesse du cosmopolitisme goethéen !

Haut de page

Notes

1 Goethe, Von deutscher Baukunst, in Goethes Werke, Hamburger Ausgabe in 14 Bänden, hrsg. v. Erich Trunz, München, 1982, vol. XII, p. 12. Il faut se rappeler que le terme de gothique était à l’époque péjoratif et synonyme de barbare. L’évolution artistique de Goethe l’éloignera ensuite radicalement de cet art. Dans le Voyage en Italie, il se félicite d’être débarrassé de l’exubérance gothique, cf. IR 88 (comme n. 3, p. 10).

2  Herder, Auch eine Philosophie der Geschichte I Une autre philosophie de l’histoire, trad. de Max Rouché, Paris, 1964, p. 195. Cité PH+ pagination.

3  Montesquieu, Pensées 789, in Montesquieu, Pensées, Le Spicilège, avec introduction et notes de Louis Desgraves, Paris, 1991.

4  Montesquieu, Lettres persanes, CXVII, in Œuvres complètes, éd. Roger Caillois, Paris, 1949, t. I, p. 306.

5  Sur la fin du leadership intellectuel italien en Europe, cf. Françoise Waquet, Le modèle fiançais et l’Italie savante (1660-1750), École française de Rome, 1989.

6  Cf. K. R. Eissler, Goethe, Eine psychoanalytische Studie, 1775-1786, édition allemande, Munich, 1987, 2 vol.

7  Goethe, Italienische Reise, éd. par Herbert von Einem, d’après la Hamburger Ausgabe von Goethes Werk (éd. par Erich Trunz), Munchen, 1997, p. 17. Désormais cité IR + pagination.

8  Sur la découverte des couleurs par Goethe en Italie, voir l’ouvrage très stimulant de Jacques Le Rider, Les couleurs et les mots, Paris, 1997, chap. III.

9  Goethe annonce la métaphore baudelairienne dans un poème des Römische Elegien I Élégies romaines : O wie fühl ich in Rom mich so froh ! gedenk ich der Zeiten / Da mich ein graulicher Tag hinten im Norden umfing / Trübe der Himmel und schwer auf meine Scheitel sich senkte, (...), n. 1, vol. I, p. 162.

10  Lors de son deuxième voyage (1790) en Italie Goethe ne retrouvera plus le même enthousiasme ni la même indulgence, cf. Venetianische Epigramme, in Goethes Werke, comme n. 1, vol. I, p. 175.

11 Cf. W. Benjamin, Neapel — Denkbilder, in Gesammelte Schriften, IV-I, sous la direction de Tillman Rexroth, Frankfurt am Main, 1972, p. 307-316.

12  Cf. Marc Crépon, Les géographie de l’esprit, enquête sur la caractérisation des peuples de Leibniz à Hegel, Paris, 1996

13  Cf. IR 167 : « Je ne redoute plus les fantômes, qui se jouèrent si souvent de moi. » 

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Mondot, « Goethe du Nord au Sud Le « Voyage en Italie » et le paradigme du Sud », Revue germanique internationale [En ligne], 12 | 1999, mis en ligne le 02 septembre 2011, consulté le 23 mars 2017. URL : http://rgi.revues.org/729

Haut de page

Auteur

Jean Mondot

Professeur de littérature allemande à l’Université Michel de Montaigne, Bordeaux III

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page