Navigation – Plan du site
Le philosophe, le savant, Goethe intime. Goethe et ses masques

Goethe et la science anglaise

Jean Lacoste
p. 77-88

Résumés

Sa connaissance approfondie de la langue anglaise et son goût pour la littérature anglaise moderne (Richardson, Goldsmith, Sterne) ont tôt donné à Goethe une certaine idée de l’esprit de cette nation anglaise, à la fois mélancolique et pragmatique, actif et flegmatique, juvénile et assuré. Rapportée à cette image, la méthode mathématique de Newton en optique ne pouvait être considérée par le poète que comme une trahison. Dans sa Théorie des couleurs Goethe oppose à l’abstraction qu’il voit incarnée chez Newton une autre méthode, vraiment empirique, une tradition plus attentive à la diversité des époques, des expériences et des « idiosyncrasies », une approche « sentimentale », presque sociologique et à ses yeux authentiquement anglaise de la science. Ce ne fut pas suffisant pour prévenir en faveur de la Théorie des couleurs ses premiers recenseurs anglais. Parmi ceux-ci, Thomas Young, le grand physicien, qui jugea toutefois opportun de traduire en 1814 quelques passages de l’œuvre hiéroglyphique de Goethe, bien avant la traduction annotée de Charles Lock Eastlake (Goethe’s Theory of Coulours, 1840). Dans quelle mesure ce premier jugement critique a-t-il ouvert la voie à une meilleure compréhension de l’œuvre ?

Haut de page

Texte intégral

1En août 1831, un groupe de « quinze amis anglais » adresse à Goethe un cadeau, un sceau en or, pour souhaiter un bon anniversaire — le quatre-vingt-deuxième — à celui qu’ils considèrent comme un « maître spirituel » dont ils se disent les « disciples ». En tête des signataires figurent l’inspirateur de cet envoi, Thomas Carlyle, qui a traduit Wilhelm Meisteret qui fut le premier à organiser à distance ce culte de Goethe qui nous réunit aujourd’hui, mais aussi le poète Wordsworth et Walter Scott, qui a traduit Götz von Berlichingenen 1799. Goethe répond par un petit poème dont la première strophe dit ceci :

Les paroles que le poète prononce
C’est avec fidélité, dans les provinces familières,
Qu’elles agissent tout de suite, mais il ne sait pas
Si elles agissent au loin.

2Comment le poète peut-il ainsi espérer agir à distance ? « L’action à distance » est, comme on sait, une notion empruntée à Newton. Ce poème de circonstance peut-il nous éclairer sur les relations entre Goethe et la science anglaise ?

3« Goethe et la science anglaise »... Je reconnais le caractère ambigu de ce titre, même s’il peut sembler dans le droit fil de ce colloque. S’agit-il de l’attitude de Goethe vis-à-vis de la science anglaise ou du jugement de la science anglaise sur Goethe et sur son œuvre scientifique ? Les deux, on s’en doute, puisque ce qui nous intéresse ici est l’interaction entre le Goethe « cosmopolite » et ses lecteurs. Mais, qui plus est, « science anglaise » est une expression par elle-même problématique : la science n’a pas de patrie, elle ne se reconnaît pas dans une « nation » particulière, elle ne se cantonne pas à une langue : elle expose des faits universellement reconnus. L’attraction universelle n’est pas anglaise.

L’« anglomanie » de Goethe

4Quelle image Goethe avait-il de la « nation anglaise » ? Sa connaissance relativement approfondie de la langue anglaise date de Francfort. Goethe et sa sœur Cornelia fréquentent le fils d’un drapier de Leeds, un certain Arthur Lupton [né en 1748] « qui (...) possédait fort bien les principes de sa langue », et Goethe dit dans Poésie et véritéavoir « appris en même temps beaucoup de choses sur son pays et ses concitoyens ». Il envoie lui-même à sa sœur, de Leipzig où il est étudiant, des lettres qu’il rédige en anglais avec des poèmes d’une tonalité singulièrement mélancolique – faut-il parler de spleen ? Dans la lettre du 11 mai 1766, non sans humour, il confie à sa sœur : « I make english verses, that a stone would weep » ( « Je compose des vers anglais à faire pleurer les pierres » ).

5En tout cas, Goethe garda toute sa vie une attitude paternelle — je souligne le terme — envers les jeunes Anglais qui viennent à Weimar. Le 12 mars 1828, Goethe, pourtant admirateur impénitent de Napoléon, s’étonne devant Eckermann des qualités de ces jeunes gens : « C’est une chose étrange, que cela dépende de la race, du sol, de la libre constitution ou d’une éducation saine, les Anglais en général semblent avoir l’avantage sur beaucoup d’autres peuples. Ici à Weimar (...) [les jeunes Anglais] ne se sentent nullement étrangers ou embarrassés sur le sol allemand : au contraire, leur façon de se présenter et leur manière de se tenir en société sont si pleines d’assurance et d’aisance qu’ils ont l’air d’être partout les maîtres. » Que leur dit-il ? « Voilà cinquante ans que je m’occupe de la langue et de la littérature anglaise, aussi je connais très bien vos écrivains, la vie et l’organisation de votre pays. Si j’allais en Angleterre, je ne serais pas un étranger... » (10 janvier 1825). Goethe ne connaît pas l’Angleterre (et ne fait d’ailleurs guère de différences entre Écossais, Anglais et Irlandais) : ce pays existe surtout pour lui par l’intermédiaire de sa langue et de sa littérature.

6Goethe donne un conseil à Eckermann : vous qui ne connaissez pas les langues anciennes, apprenez l’anglais, constituez-vous un « capital » (3 décembre 1824), un capital qui permet d’assumer une dette : « D’autant que notre littérature à nous est pour une bonne part issue de la leur. Nos romans, nos tragédies, d’où les tenons-nous, si ce n’est de Goldsmith, de Fielding et de Shakespeare ? Et aujourd’hui encore, où donc trouveriez-vous en Allemagne trois héros littéraires qui pourraient prendre place à côté de lord Byron, de Moore et de Walter Scott ? Ainsi, encore une fois, apprenez l’anglais. » La littérature est le médium privilège pour accéder à une certaine image de l’Angleterre avec Shakespeare, « à n’en plus finir », avec Richardson, dont il recommande vivement à sa sœur de lire les romans par lettres comme Pamela, avec Goldsmith qui a écrit « l’idylle moderne » par excellence (The Vicar of Wakefield), de Byron aussi, l’éternel adolescent qui, sous les traits d’Euphorion, le fils de Faust et d’Hélène, dans le Second Faust, est poussé jusqu’à la mort par son désir de vie intense et active.

  • 1  Goethe, ZurFarbenlehre, Herausgegeben von Peter Schmidt, dans Goethe, Sämtliche Werke nach Epochen (...)

7Un mot semble résumer les rapports de Goethe avec l’Angleterre moderne : l’« anglomanie ». Ce terme se rencontre dans la partie historique de la Théorie des couleurs, au moment où Goethe doit constater que même les Français se rallient à Newton, avec Voltaire : « Les Anglais sont peut-être de toutes les nations les plus aptes à en imposer aux étrangers. Leur flegme, leur assurance, leur activité, leur opiniâtreté et leur aisance matérielle offrent un modèle presque inaccessible de tout ce que les hommes souhaitent avoir pour eux-mêmes. »1 L’admiration de Goethe pour la « nation » anglaise et sa modernité conquérante ne se dément pas. C’est cette image de l’Angleterre qui s’exprime encore en 1832 dans la deuxième strophe du poème de remerciement que j’ai cité : « Un effort continuel, sans hâte » (Stetig Streben, ohne Hast) : idylle et élégie, humour et mélancolie, bourgeoisie et aristocratie, naturel et excentricité, « calme » et goût de l’action, modernité et simplicité : tous ces éléments forment l’arrière-plan d’où va se détacher la « science anglaise ». Mais est-ce l’influence de la mer ? Le Strebenanglais, à la différence de celui de Faust, demeure en tout cas flegmatique.

8Dans cette image complexe peut-être faut-il mettre en évidence une polarité particulière, celle du « sentimental » et du « pratique ».

9Il ne faut pas oublier d’accorder en effet une place particulière à l’Irlandais Laurence Sterne. Il peut paraître surprenant de voir Goethe, poète et penseur de la forme, maître du Bildungsromanet de l’évolution réfléchie, exprimer son admiration pour le livre par excellence de l’« informe », cette autobiographie (La vie et les opinions de Tristram Shandy, publié entre 1759 et 1767) qui semble ne jamais pouvoir parvenir au moment de la naissance du héros, et qui se présente comme une succession de digressions, une histoire absurde avec des « caractères » excentriques comme l’oncle Toby. Pourtant Goethe, sa vie durant, rend hommage à Sterne et le lit à plusieurs reprises. En décembre 1829 il écrit à Zelter : « Il serait difficile de rendre justice à l’influence que Goldsmith et Sterne ont eue sur moi à un moment décisif de mon évolution. » Dans un article de la revue Über Kunst und Altertum, en 1827, il a précisé ce qu’il trouve de précieux chez Sterne : le sens de l’humain chez l’homme, « une connaissance plus pure de l’homme, une noble tolérance, un amour délicat ».

10Goethe ajoute, ce qui est d’une importance décisive pour notre propos : « C’est à cet homme que je songe quand il est question des erreurs et des vérités qui vont et viennent parmi les hommes. On peut ajouter de façon plus délicate un troisième terme : les propriétés, les idiosyncrasies (Eigenheiten). (...) Ils sont erronés vus de l’extérieur, mais véritables de l’intérieur, et à les considérer exactement, extrêmement importants d’un point de vue psychologique. Ce sont eux qui constituent l’individu : le général est ainsi spécifié, et dans les étranges attitudes, brille encore un peu d’entendement, de raison et de bienveillance. » Sterne aurait ainsi découvert le véritable moteur du comportement des hommes, « ces idiosyncra-sies (Eigenheiten) », ces « passions dominantes » (ruling passionsdit Sterne lui-même), qui poussent l’être humain d’un certain côté, le font suivre une voie cohérente et le maintiennent en vie et en mouvement, sans qu’il soit besoin de réflexion, de persuasion, d’intention ou de force de la volonté.

11« Sentimental » (au sens de Sterne dans leVoyage sentimentalde 1768 qui est un des modèles du Voyage en Italie)désigne ainsi une attitude à la fois ironique et bienveillante vis-à-vis de la diversité des caractères, des opinions, des personnalités, des « habitudes », le contraire d’une approche abstraite et générale. Au-delà du vrai et du faux, mais en plein dans la vie active, il existe une énergie vitale, avec de multiples manifestations individuelles.

12En même temps, il existe dans l’image de l’Angleterre un autre pôle : l’esprit pratique, que l’on peut voir incarné par George Batty, un Anglais qui, sur la recommandation de Merck – l’ami de Darmstadt, lui-même excellent angliciste —, est entré au service du duc de Weimar en 1779. Nommé Landkommissaril travaille à Eisenach, la partie occidentale du duché, en lançant des travaux d’assèchement des zones humides et d’irrigation dans l’Oberland, région fort pauvre d’un duché lui-même peu prospère. Le 13 mai 1780, dans son journal Goethe fait cet aveu si révélateur à propos de l’Anglais : « C’est presque le seul de mes enfants qui me donne satisfaction. » Il écrit le 11 octobre de la même année à Merck : « Batty procède depuis six mois à ses travaux et j’ai eu la très grande satisfaction de voir enfin pour une fois quelque chose s’accomplir et les instructions données être suivies plus exactement, plus rapidement et plus complètement que ne le serait le plus auguste des décrets. Ce miracle a suscité une grande joie chez le duc. » Faut-il retrouver un souvenir de ces travaux dans le dernier monologue de Faust ?

13En tout cas Goethe discute avec Batty d’agriculture (lettre du 16 avril 1782 à Charlotte von Stein) et il écrit à Knebel, en avril 1782 : « Je peux t’affirmer que, lorsque je circule à cheval avec Batty, qui n’a pas de théorie[je souligne, J. L], ma théorie [géologique] est toujours en accord avec sa juste pratique. »

14Peu importe en définitive que les fermiers aient résisté à l’innovation, que les propriétaires aient fait obstacle à une timide tentative de réforme agraire. Goethe a entrevu un autre aspect de l’Angleterre : l’esprit pratique, l’esprit d’entreprise, la méfiance envers la théorie, l’empirisme, le pragmatisme.

15L’« anglomanie » de Goethe se fonde sur une même conviction, que l’on retrouve finalement à la fois dans le sentimental « informe » de l’écrivain irlandais et dans le sens pratique de l’agronome George Batty : la conviction que le réel comporte une diversité pour laquelle il faut avoir de la tolérance, mieux encore, de la compréhension.

16Grâce aux Anglais, il est possible d’échapper à la spéculation philosophique, à la théorie, à l’abstraction, à cette spéculation qui est un « obstacle pour les Allemands, car elle introduit souvent dans leur style quelque chose d’abstrait, d’inintelligible, de prolixe et d’ampoulé » (à Eckermann, 14 avril 1824).

17On peut comprendre dans ces conditions que Novalis, dans Über Goethe (1798), ait déploré que Goethe soit devenu trop « orthodoxe » — conformiste, classique, diurne —, qu’il soit devenu un « penseur pratique » : « Ses œuvres sont comme des marchandises de négociant anglais, extrêmement simples, élégantes, confortables, et faites pour durer. »

La trahison de Newton

18Cette image de l’Angleterre — cette « anglomanie » à laquelle Goethe semble céder — est l’arrière-plan qui permet de deviner pourquoi Goethe a sévèrement jugé ce qu’il a considéré comme la trahison de Newton. Goethe reproche au savant anglais de ne pas correspondre à ce qu’il pense être la véritable englishness,et d’avoir justement cédé à cette abstraction, dont les Anglais l’avaient délivré.

19On connaît l’hostilité de Goethe envers Newton. Ce fut un combat donquichottesque de quarante ans, une croisade sans espoir, au terme de laquelle le poète, champion opiniâtre et aveugle de la lumière, refusa de venir à résipiscence. « Ayant reconnu la lumière dans sa pureté et sa vérité, je me suis cru obligé de combattre pour elle », confie-t-il, le 4 janvier 1824, à Eckermann. Ce que Goethe refuse avec la dernière obstination est l’idée selon laquelle la lumière blanche serait composée de sept couleurs et que ces couleurs se manifesteraient grâce à la décomposition ou la division (Spaltung)de celle-ci, c’est-à-dire par un processus d’analyse. L’« aperçu des prismes » le persuade, avec la force d’une illumination religieuse, que le phénomène de la couleur n’est pas lié nécessairement à la réfraction (Brechung),laquelle est un éclatement et une fragmentation, une décomposition abstraite et brutale, pour tout dire révolutionnaire, de la lumière ; pour Goethe, les couleurs, dans leur diversité, naissent au contraire selon des lois harmonieuses et libérales de la médiation (Vermittlung)entre la lumière et de l’ombre. Pour lui, la théorie faussement expérimentale du savant anglais fait violence à la lumière et nie l’existence de l’ombre.

20Tout le système chromatique (le « cercle des six couleurs ») est au contraire engendré par le mélange ordonné de l’ombre et de la lumière au sein des milieux « troubles », ce qui donne le bleu — éclaircissement des ténèbres – et le jaune — assombrissement de la lumière —, puis par un phénomène d’« intensification » (Steigerung), de condensation et d’assombrissement, l’orangé et le violet, pour culminer finalement avec le « pourpre » — le rouge —, tandis que le vert — la sixième couleur — est obtenu par simple mélange du bleu et du jaune.

21Il s’agit, entre Newton et Goethe, d’une opposition de méthode : Goethe s’élève contre la mathématisation du réel, contre l’abstraction unifiante, il défend l’empirisme de la perception, ce qui en fait le précurseur avéré de la phénoménologie. Mais, contre la « trahison » de Newton, Goethe développe une conception « sociologique » et « anglaise » de la science, une conception « sentimentale » et « pratique », qui tient compte de l’individu, de l’institution et de l’époque.

22On trouve en effet dans les « Matériaux pour une histoire de la théorie des couleurs » (la troisième partie de la Farbenlehre)une approche psychologique, voire physiognomonique, de la « personnalité » de Newton, avec son « caractère », ses « idiosyncrasies », son style de pensée : « Newton, écrit Goethe, était un homme bien organisé, sain, bien tempéré, sans passion, sans désirs. Son esprit était de nature constructive et cela au sens le plus abstrait : les mathématiques supérieures furent donc pour lui l’organe particulier par lequel il a cherché à construire son monde et à maîtriser le monde extérieur. » Goethe établit un lien, assurément problématique, entre la personnalité de l’homme Newton et l’usage constructif et abstrait qu’il fait des mathématiques. Il suppose une cohérence entre la science et l’individu, entre la vérité et l’existence, ce qui explique l’importance de la « Confession de l’auteur » qui clôt la partie historique et dans laquelle Goethe explique son propre cheminement de pensée.

23Mais le poète, qui a la responsabilité des établissements d’enseignement et de recherche du duché, n’oublie pas l’aspect institutionnel de la science, et étudie le rôle de la Royal Society de Londres, pour mettre Newton en perspective. S’agissant de la théorie des couleurs, le xviiie siècle — contrairement aux autres – est en effet dominé par une nation, la nation anglaise, car « d’Angleterre se répand une théorie exclusive (ausschlies-send) », celle de la Royal Society, que Newton préside en 1703. Newton est devenu membre de la société en 1672, en présentant son télescope catoptrique, accompagné de son essai, A new Theory about Light and Colours (février 1672) dans lequel il a exposé pour la première fois sa théorie de la lumière blanche et de la diverse réfrangibilité.

24Goethe décrit la naissance de l’académie qui se réunit à partir de 1645 à Londres, puis à Oxford, enfin à partir de 1659, à Londres, un « College Invisible » d’hommes de science qui se consacrent aux « choses naturelles » en écartant les questions religieuses et politiques — car l’époque est troublée. La première réunion solennelle a lieu le 18 novembre 1660 avec l’élection d’un président, d’un secrétaire, d’un trésorier. Le roi s’y intéresse et l’académie devient en 1662 la Royal Society ; elle regroupe des savants, des nobles, mais accueille aussi les rapports des marchands, des techniciens, des voyageurs. D’où, selon Goethe, ses caractéristiques, au premier rang desquelles on trouve un empirisme sans ordre ni méthode : son plus grand défaut est « la crainte de toute autorité », la méfiance vis-à-vis des théories, la peur de tout traitement rationnel. « La fausse maxime de la société qui est de ne s’occuper de rien de théorique » l’a conduite à accorder, dit-il, une confiance excessive aux mathématiques, certes d’utilité pratique incontestable, mais voie « la plus idéelle » — entendre la plus abstraite — pour approcher le réel.

25Goethe établit un lien entre ce milieu intellectuel particulier — qu’il oppose à l’Académie française et à l’Université de Göttingen – et la mauvaise méthode empirique suivie par Newton et son école : « On s’empara d’une expérience complexe et on s’empressa tout de suite de former une théorie qui devait l’expliquer immédiatement. »

26Goethe se méfie de l’histoire, comme Nietzsche l’a noté, mais, pour la théorie des couleurs, il se fait historien des sciences. Sa méthode est cependant celle de l’histoire de l’art avec des périodes, des personnalités, des styles. Pendant le siège de Mayence (21 juillet 1793) il élabore un programme d’étude de l’histoire de la théorie des couleurs qu’il va scrupuleusement remplir : « L’historien rapportera aussi impartialement que possible les opinions des anciens, les hypothèses et les théories du Moyen Age et de l’époque moderne, ainsi que les querelles, il cherchera à dégager les causes morales et politiques qui font que telle ou telle doctrine (Lehre)l’emporte et s’efforcera de suivre l’évolution des théories dominantes jusqu’à l’heure actuelle. » Au heu d’une marche vers la « vérité », séparée de l’erreur par une « coupure épistémologique », Goethe propose une tradition.

27Il définit ainsi de grandes époques, selon une périodisation, qui s’achève par la biographie de l’auteur lui-même : après quelques pages sur l’Urzeit(monde primitif) il distingue en effet six périodes : les Grecs, les Romains, la période intermédiaire (Zwischenzeit), le xvie, le xviie et le xviiie siècle, qu’il divise en deux périodes « de Newton à Dollond » (l’inventeur des verres achromatiques) et de « Dollond à notre époque », ultime période qui se conclut avec la « Confession de l’auteur ». Mais Goethe évite l’historicisme. Comme dans sa vision de la biologie, avec l’opposition de Cuvier et Geoffroy Saint-Hilaire, qui répète celle de Dau-benton et de Buffon, il dégage de grandes tendances épistémologiques récurrentes. Ainsi les particularités nationales sont intégrées dans une perspective à la fois méthodologique et historique. La « science anglaise » est une notion goethéenne, à la fois psychologique, sociale et historique. Elle sert à Goethe à réfuter Newton, à relativiser sa théorie abstraite.

28D’autant plus qu’il existe des contre exemples dans la tradition empiriste anglaise. Goethe les invoque contre Newton, à qui il reproche de se comporter en révolutionnaire qui fait table rase du passé, de céder à l’abstraction et, en même temps, de se conformer à l’empirisme confus de la Royal Society.

29Il veille ainsi à faire un bel éloge de Roger Bacon, le moine anglais du xiiie siècle, contemporain des progrès de la liberté de l’esprit concrétisés par la Magna Charta de 1215, et qui a su « dûment reconnaître le témoignage des sens », mais qui « n’est pas sans savoir que la nature dissimule beaucoup à l’homme simplement sensible ».

30Citons aussi John Dollond (1706-1761) l’artisan ein optischer Künstlerqui commence par défendre les principes de Newton et qui découvre, à sa propre surprise, par la pratique, le contraire de ce qu’il affirmait : il met en évidence les propriétés achromatiques de la combinaison de certains verres (flint et crown), une combinaison grâce à laquelle la réfraction s’effectue sans apparition de couleurs, sans phénomène chromatique — ce qui était contraire à la thèse de Newton. D’où le rôle pivotai de la découverte de l’achromasie par Dollond (1758) dans la périodisation du xviiie siècle, car elle semble être la réfutation enfin trouvée de Newton...

31Cependant même un écrivain romantique comme Achim von Arnim – qui a étudié, il est vrai, la physique à Halle et Göttingen 1798-1801 –exprime son admiration pour Newton quand il écrit en 1822 : « Nous lui [Newton] devons tous les progrès de l’optique, y compris ceux qui ne sont plus en accord avec sa théorie. »

L’action à distance

32Il n’est pas nécessaire de revenir sur le mauvais accueil réservé à la Théorie des couleursen Allemagne. En revanche il est utile d’indiquer quelques étapes importantes de sa réception en Angleterre, avant la magnifique biographie de Lewes, en 1855, lui-même traducteur des écrits d’Auguste Comte.

33En Angleterre la première recension semble être celle de Thomas Young dans la Quarterly Reviewde janvier 1814. Qui était Young ? A la fois Fresnel et Champollion. Un remarquable savant, né en 1773 dans le Somerset, mort en 1829. Enfant prodige, il apprend le latin, le grec, le français, l’italien, l’hébreu, l’arabe et le perse. Après des études de médecine à Édimbourg et Londres, il s’immatricule comme étudiant à l’Université allemande de Göttingen le 29 octobre 1795 – à cette époque (lettre à Schiller du 23 décembre) Goethe lit L’optique des couleursde l’abbé Castel (Paris, 1740). Young étudie auprès de l’ophtalmologiste A. G. Rich-ter, de Lichtenberg et de Blumenbach, spécialiste de physiologie, de botanique, d’anatomie comparée, avec lequel Goethe était en relation. Young a-t-il connaissance des premiers travaux de Goethe ? Peut-être, mais sans doute sous une forme critique. Il obtient sa « promotion » en 1796, revient à Cambridge, puis s’installe comme médecin (physician)à Londres, où il continue ses travaux de physique et de physiologie sur la structure et le fonctionnement de l’œil.

34Il présente en 1800 aux membres de la Royal Society la preuve empirique de la nature ondulatoire de la lumière, cent ans après l’hypothèse de Huygens. Cette démonstration suscite la vive opposition des newtoniens qui en tenaient pour la théorie corpusculaire, l’émission rectiligne de corpuscules. Mais elle sera corroborée par Fresnel en octobre 1815. Young lui-même était donc un dissident, un hérétique, et s’intéressait à la physiologie des couleurs. Dans un essai On the Theory of Light and Coloursdu 12 novembre 1801 il fait l’hypothèse – reprise plus tard par Helmholtz –selon laquelle la sensation de couleur dépend de la fréquence des vibrations excitée par la lumière sur la rétine et introduit la théorie des trois récepteurs (rouge, jaune et bleu).

35Pourtant le jugement de Young dans la Quarterly Reviewde janvier 1814 (vol. X, p. 427 et s.) est sévère, puisqu’il n’avoue, en Usant la Farbenlehreen allemand, que « la curiosité de contempler un exemple frappant de la perversion des facultés humaines » et même « un cas curieux d’hallucination ». Il souligne cependant chez Goethe la recherche de l’unité dans le domaine de la physique – ce qui était après tout la voie que lui-même, Young, avait choisie en rapprochant dans une hypothèse de génie les ondes lumineuses et les ondes sonores : « Les couleurs, dans l’opinion de M. Goethe, sont intimement liées avec l’aimant, la tourmaline, la machine électrique, la pile galvanique et les processus électriques. »

36A propos des couleurs physiologiques, Young mentionne de façon plutôt positive la théorie de Goethe concernant l’« acyanoblepsie », c’est-à-dire l’impossibilité dans laquelle se trouvent certains sujets de percevoir le bleu, impossibilité qu’il [Goethe] explique « d’une manière quelque peu analogue à l’hypothèse de notre compatriote, M. Dalton ». En revanche, la partie polémique suscite ce commentaire de Young, membre de la Royal Society depuis 1794 : « Dans cette discussion il [Goethe] a certainement montré beaucoup de courage, mais bien peu de ce qui fait la meilleure part de la valeur. » Quant à la partie historique, l’auteur y a manifesté « une certaine industrie, mais peu de talent, et encore moins de discernement ».

37Young s’est également rendu célèbre par ses travaux sur le déchiffrement des hiéroglyphes, dans un article célèbre de l’Encyclopedia britannicade 1818, et l’on ne peut manquer d’être sensible à la présence et à la prégnance de la question de la traduction dans son article sur l’œuvre énigmatique de Goethe. De manière critique, sans doute, Young « s’aventure à interpréter les opinions de Goethe dans un langage intelligible ». Mais, partant du texte allemand, il cherche avec soin des équivalents (semitransparentpour trüb, par exemple), et surtout il accompagne son article de trois traductions, la « Confession de l’auteur », la contribution de l’historien de l’art Heinrich Meyer sur l’histoire du coloris et un texte de Thomas Seebeck sur les fosfori,dont il reconnaît la justesse des observations.

38Cependant l’intérêt pour la théorie de Goethe se diffuse dans certains milieux comme l’atteste la lettre de Coleridge à Tieck du 4 juillet 1817, dans laquelle le poète avoue que les théories de Newton « des années avant qu’il n’ait entendu parler de Goethe, lui sont toujours apparues comme des fictions monstrueuses ».

39La traduction annotée par Charles Lock Eastlake, en 1840, est donc un événement.

40Un mot du traducteur, lui-même peintre éminent de l’époque victorienne. Né en 1793, formé à Londres et à Paris, il avait séjourné de 1817 à 1830 en Italie (à Rome et à Ferrare) et il était devenu une sorte d’expert sur la couleur des maîtres italiens. Il écrira Materials for a History of Oil-Painting(1847), une œuvre dont le titre même fait écho aux travaux de Goethe, et mourra à Pise en 1865, après avoir rempli différentes fonctions à la tête d’institutions artistiques comme la National Gallery ou la Royal Academy. Surtout l’histoire de l’art retient son nom comme ami de Turner, avec lequel il a fait des voyages dans le Devon en 1811-1813 et qu’il a accueilli à Rome en 1818 et en 1828, et introduit dans les milieux artistiques de la Ville éternelle.

  • 2  Turner, qui a lu et annoté en marge certains passages de la traduction, a peint, en 1843, deux tab (...)

41Eastlake, dans la préface et les notes qui accompagnent sa traduction (Goethe’s Theory of Colours), relève la pertinence des remarques de Goethe pour les peintres, pour leur pratiquef2, tout en admettant que les attaques contre Newton ont quelque chose d’excessif, et d’inconvenant pour un Anglais. Mais la vérité de la théorie des couleurs est d’abord physiologique, comme le proclame Schopenhauer dans la lettre, extraordinaire d’arrogance, qu’il envoie en 1841 de Francfort à Eastlake. Dans cette lettre le misanthrope allemand se présente comme « l’élève personnel de Goethe et le premier prosélyte public de la théorie des couleurs ». Il le félicite « d’être le propagateur de la vraie théorie des couleurs en Angleterre et le traducteur de l’œuvre qui occupa, bien plus que la poésie, les pensées de son auteur ». Il regrette cependant qu’Eastlake n’ait pas traduit intégralement la partie polémique et qu’il n’en donne que des extraits, « alors que cette partie est essentielle, car elle montre la façon vulgaire dont Newton s’est imposé aux autres par ses expérimentations bancales ». Enfin il joint à sa lettre son propre traité sur les couleurs (De la vision et des couleurs), dans lequel, complétant et corrigeant la théorie de Goethe, il avait développé une théorie purement physiologique fondée sur l’activité de la rétine et les couleurs complémentaires. Schopenhauer, qui, pour finir, demande à Eastlake de traduire en anglais son propre ouvrage, indique dans sa lettre qu’il ne connaît l’existence de cette traduction anglaise que par deux recensions : l’une dans l’Athenaeumet l’autre dans l’Edinburgh Review — « un morceau critique extrêmement insidieux, impertinent et insolent ». Il s’agit en fait de l’importante critique de Brewster (Edinburgh Review, LXXII, octobre 1840, p. 99-131).

42Sir David Brewster (1781-1868) est un spécialiste de l’optique de l’Université d’Édimbourg, presque aussi important qu’un Malus ou un Fresnel, même s’il est resté célèbre comme inventeur d’un jouet d’optique, le kaléidoscope (Treatise on the Kaleidoscope, 1819). En 1816, l’Institut à Paris lui avait décerné un prix conjointement – par une sorte d’ironie de l’histoire — avec Thomas Seebeck. Sir David qui publiera une vie de Newton est en effet un ardent défenseur de la théorie newtonienne, même s’il l’aménage lui-même en ne retenant que trois couleurs pour le spectre et en admettant la théorie ondulatoire comme une hypothèse explicative...

43Sa critique est sévère et passionnée, en particulier à cause de la préface du traducteur qui avait osé déclarer : « Il faut admettre que les observations de Goethe renferment davantage de principes utiles, pour tout ce qui se rattache à l’harmonie des couleurs, que tout ce qui a été déduit de la doctrine établie. » Or pour Sir David la « théorie des couleurs » n’est qu’une « hallucination », un assemblage d’« élucubrations optiques » nées de « l’alambic poétique », voire des « formules cabalistiques ». L’Urphänomen — terme qu’il traduit par universal fact — n’est qu’un « petit bout de connaissance » qui s’explique en fait classiquement par l’absorption et l’opalescence.

44Mais, dans les premières pages de sa recension, on peut percevoir une autre dimension, une problématique différente, qui est bien celle de la « science anglaise » et de la traduction. Sir David ne serait pas senti provoqué par l’irruption de cette théorie « si cette œuvre était restée enveloppée dans l’idiome d’une langue étrangère ». « Nous étions plutôt disposé à accueillir dans notre sombre territoire le troubadour (minstrel)hardi, mais non invité, qui met en musique les abstractions de la science. » « Notre sympathie pour le génie du poète l’aurait emporté sur notre irritation face aux erreurs du philosophe », mais « un gros volume qui s’adresse à nous dans notre langue maternelle... a pris l’allure d’un défi (challenge)qui semblait ne souffrir aucun compromis lorsque nous avons découvert que son auteur avait attaqué les délicats préceptes de Newton avec les traits du sarcasme et du ridicule et qu’il avait rassemblé contre eux tout le mysticisme d’une imagination débridée — toutes les ambiguïtés de l’allégorie et du symbole et tous les sophismes de la métaphysique allemande ». Tel le shérif de Nottingham, Sir David se transforme en défenseur et en champion de la « philosophie inductive » anglaise contre un Goethe transformé en une sorte de Robin des Bois de la métaphysique allemande.

45Sans le vouloir, sir David Brewster, comme Thomas Young dans sa recension, posait le problème du lien entre la connaissance et les mots d’une nation, une culture, et soulignait presque involontairement la difficulté de les séparer. En lisant la Théorie des couleurs,cette œuvre hiéroglyphique, les deux critiques anglais posent la question de la traduction, du rapport entre la vérité objective, factuelle, observable, et la langue qui la formule.

46Ma conclusion prendra la forme d’une question : Qu’est-ce qu’il y a à traduire dans la Farbenlehre ? Comment traduire la Farbenlehre ? Comment seulement traduire ce titre de Farbenlehre,aussi mystérieux que celui de Traumdeutung ? « Doctrine », « théorie » ?

47La traduction est une épreuve qui fait sentir l’inadéquation des mots et des choses. A quoi correspondent les mots, à quelles réalités physiques et/ou perceptibles ? L’irréductible diversité des langues est une réalité « sentimentale », au sens de Sterne. Mais la traduction est aussi une forme de confirmation : dans cette « action à distance » quelque chose passe, et ce n’est pas seulement une « marchandise anglaise » comme disait Novalis ; la traduction prend alors une dimension pratique ou pragmatique. Bien sûr, la Farbenlehreest intraduisible/illisible/inintelligible par principe, parce qu’elle est fausse et comme enchâssée dans la langue allemande. Mais elle est tout de même traduisible/lisible/intelligible : les deux recenseurs anglais en donnent l’exemple.

48Plutôt que de réfuter Goethe au nom de la science positive — l’affaire est entendue depuis 1810 — mieux vaut s’interroger sur un nouveau paradigme de la science qui voit la traduction comme modèle de la science (W. O. Quine), qui conteste la rigide séparation des faits et de la théorie.

49L’action à distance dont parlait le petit remerciement aux amis anglais est une notion de Newton que Goethe transpose ironiquement à la poésie et aux relations entre nations, dans l’horizon de la Weltliteratur,et qui s’exerce ici par le milieu « trouble » de la traduction.

50Mais, comme dit Carlyle, et ce sera ma conclusion, « chaque traducteur est un prophète parmi son peuple ».

Haut de page

Notes

1  Goethe, ZurFarbenlehre, Herausgegeben von Peter Schmidt, dans Goethe, Sämtliche Werke nach Epochen seines Schqffens, Munich, Carl Hanser, 1989, Band 10, p. 813.

2  Turner, qui a lu et annoté en marge certains passages de la traduction, a peint, en 1843, deux tableaux, aujourd’hui à la Tate Gallery, sur le thème d’ailleurs très goethéen du déluge et de la polarité de l’ombre et de la lumière, deux tableaux dont l’un, dans son titre, fait explicitement référence à Goethe ; il s’agit de Ombre et ténèbres le soir du déluge (bleu et noir) et Lumière et couleur (La Théorie de Goethe, Le matin du Déluge, Moïse écrivant la Genèse) (un complexe tourbillon jaune)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Lacoste, « Goethe et la science anglaise », Revue germanique internationale, 12 | 1999, 77-88.

Référence électronique

Jean Lacoste, « Goethe et la science anglaise », Revue germanique internationale [En ligne], 12 | 1999, mis en ligne le 05 septembre 2011, consulté le 26 juin 2017. URL : http://rgi.revues.org/739 ; DOI : 10.4000/rgi.739

Haut de page

Auteur

Jean Lacoste

Philosophe et traducteur, Paris

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org