Navigation – Plan du site

Le philhellénisme entre philologie et politique. Un transfert franco-allemand

Michel Espagne
p. 61-75

Résumés

La référence à la Grèce est constitutive de l’identité culturelle allemande vers 1800 et aide à créer une distance par rapport au modèle français. Mais la construction de cette référence implique l’utilisation dès le xviiie siècle d’ouvrages français sur la Grèce (de Choiseul-Gouffier à l’Abbé Barthélemy), très vite traduits. Inversement les travaux sur la Grèce du xixe français se nourrissent de sources allemandes. Entre la France et l’Allemagne la question du philhellénisme mêle au xixe siècle les considérations politiques et philologiques. Trois destins particuliers de philhellènes permettent de mesurer ces imbrications : celui de Claude Fauriel qui publia le premier recueil de chants populaires grecs selon un modèle herdérien, celui de Friedrich Thiersch qui fit de la conquête intellectuelle et politique de la Grèce par la Bavière une affaire patriotique allemande, celui du saint-simonien d’origine judéo-allemande Gustave d’Eichthal, qui pensa faire du grec une langue universelle.

Haut de page

Texte intégral

1Le philhellénisme présente dans l’histoire intellectuelle du xixe siècle des caractéristiques spectaculaires. Il ne s’agit au sens strict que de la sympathie européenne éprouvée pour le mouvement de libération du peuple grec, mais cet engouement n’aurait pas de signification particulière s’il ne venait cristalliser tout le néo-humanisme marqué en Allemagne par la fondation de l’Université de Humboldt à peine dix ans avant le début du mouvement. Or ce néo-humanisme se caractérise à la fois par un intérêt philologique et esthétique pour la Grèce, mais aussi par une instrumentalisation politique et identitaire de la culture grecque. Ces deux dimensions, dont l’articulation ne va pas de soi, se retrouveront dans la défense de la Grèce indépendante. Un autre paradoxe tient au fait que le néo-humanisme allemand sert à distinguer la culture allemande en voie de définition d’une référence française dont l’Allemagne cherche à s’émanciper. Or dans le philhellénisme ces distinctions nationales sont à la fois conservées et transcendées dans une sorte de projet européen global. Bien que la référence à la Grèce reste entre la France et l’Allemagne un principe discriminant, les savoirs sur la Grèce s’échangent dans la longue durée, une circulation volontiers dissimulée que l’épisode philhellène met en évidence. Pour aborder la question du philhellénisme franco-allemand nous partirons ici de trois destinées singulières. Celle du premier collecteur français de chants grecs selon un modèle allemand, Claude Fauriel, celle du philologue munichois mêlé à la reconstruction du système d’éducation néo-grec Friedrich Thiersch, celle du saint-simonien germanophile et propagandiste d’un grec universel, Gustave d’Eichthal.

Philhellénisme franco-allemand

  • 1 Voir Clémence Couturier-Heinrich, Aux origines de la poésie allemande. Les théories du rythme des L (...)

2Les études grecques n’ont pas la même fonction selon les contextes dans lesquels elles sont pratiquées. La référence à la Grèce est par exemple plus forte dans l’Allemagne de la fin du xviiie et du début du xixe siècle qu’en France puisque le néo-humanisme est essentiellement fondé sur les études grecques. La vocation nationale des études grecques en Allemagne a eu pour conséquence un refoulement de la dimension étrangère dans l’engouement allemand pour la Grèce. Avant de produire elle-même un savoir sur la Grèce, l’Allemagne en reçoit pourtant un tout particulièrement de France. On peut par exemple observer que les récits de voyages en Grèce, réels ou imaginaires sont d’abord l’œuvre de Français et que ces récits ont bénéficié d’un large écho outre Rhin. Le livre de Jacques Spon Voyage d’Italie de Dalmatie, de Grèce et du Levant, fait dans les années 1675-1676 est publié à Lyon en 1678. Une traduction allemande paraît à Nuremberg en 1681 et les allusions à Jacques Spon sont fort nombreuses dans les ouvrages du xviiie siècle consacrés à la Grèce. Le Voyage pittoresque dans l’Empire ottoman, en Grèce, dans la Troade, les îles de l’Archipel et sur les côtes de l’Asie Mineure par le comte de Choiseul-Gouffier paraît en 1782 et une version allemande suit à Gotha la même année. Le Voyage du jeune Anacharsis de l’Abbé Jean-Jacques Barthélemy date de 1788. Or une version en langue allemande est publiée à Berlin dès 1792. Le Voyage en Morée, à Constantinople, en Albanie et dans plusieurs autres parties de l’Empire Ottoman pendant les années 1798, 1799, 1800 et 1801 de François-Charles-Hugue-Laurent de Pouqueville, qui paraît à Paris en 1805, est publié la même année en traduction allemande tandis que son Histoire de la régénération de la Grèce paraît en 1824 en français et tout juste un an plus tard en allemand à Heidelberg. Il existe donc une très vive curiosité allemande depuis la fin du xviiie siècle sur les publications françaises concernant la Grèce. Encore le critère de la traduction doit-il être fortement relativisé, car le français est autour de 1800 une langue de communication européenne et dans le Voyage de Karamzine de 1789 à travers l’Europe celui-ci a l’occasion de s’entretenir du Voyage d’Anacharsis dont Christian Gottlob Heyne de Göttingen vient de publier le compte rendu, avec divers interlocuteurs allemands alors qu’il n’existe toujours à cette date qu’une version française. L’engouement de l’Allemagne pour la Grèce se nourrit d’informations françaises précoces, de même que la philologie grecque se concevrait difficilement sans les travaux critiques et pionniers de Richard Simon. C’est là une singularité d’autant plus notable que la référence allemande à la Grèce a dès le xviiie siècle une dimension d’affirmation de spécificités allemandes. C’est par exemple pour donner aux vers allemand une légitimation équivalente à celle de l’alexandrin français que Klopstock déploie ses tentatives de reprises des mètres grecs1. Sans doute pourrait-on mettre au compte de cette imbrication des deux références nationales à la Grèce le fait que la consécration de travaux allemands sur la Grèce passe au xviiie siècle par la France et que les étapes de reconnaissance des écrits de Winckelmann sur l’art grec impliquaient qu’il soit lu en France. Les Idées sur l’imitation dont on trouve plus que des traces dans les articles de l’Encyclopédie concernant la Grèce paraissent la même année à Dresde en allemand, et à Paris en français, alors qu’il faudra deux ans pour que soit publiée la première traduction française de l’Histoire de l’art dans l’Antiquité. La gloire française de Winckelmann est un élément essentiel de son succès européen. On serait tenté de considérer comme une sorte d’allégorie de cette relation le fait que Friedrich August Wolf, le maître de Wilhelm von Humboldt et l’auteur des fameux Prolégomènes à Homère, qui déclenchèrent la question homérique, soit mort en France dans la cité grecque de Marseille où il était venu se soigner.

  • 2 Sur l’hellénisme français du xixe siècle, en particulier à partir de la fondation de l’École d’Athè (...)
  • 3 Henri Weil, De l’ordre des mots dans les langues anciennes comparées aux langues modernes (1844), P (...)
  • 4 Louis Benloew, La Grèce avant les Grecs : étude linguistique et ethnographique : Pélages, Lélèges, (...)

3À l’inverse des racines françaises de la référence grecque en Allemagne on observe une évidente participation allemande à l’hellénisme français du xixe siècle2. Ce sont des émigrés allemands Karl Benedikt Hase et Wilhelm Dindorf qui publient chez Firmin Didot une nouvelle version du Thesaurus linguae graecae d’Henri Estienne. Karl Benedikt Hase, élève de l’antiquaire weimarien Böttiger, est en fait une personnalité centrale des études grecques dans la France de la première moitié du xixe siècle, du moins dans leur aspect institutionnel, puisqu’il inaugure aussi l’enseignement du grec moderne. Ce n’est que l’un des nombreux hellénistes allemands émigrés que l’on peut recenser. Certains sont curieusement devenus des germanistes comme Theobald Fix, éditeur d’Euripide qui vit en fait des cours d’allemand donnés au lycée Henri IV. On rencontre parmi eux des linguistes comme Henri Weil, auteur d’une thèse sur l’ordre des mots dans les langues anciennes et dans les langues modernes3, juif de Francfort formé à Heidelberg qui enseigne le grec à l’École normale supérieure et à Besançon. Les philologues émigrés sont, comme lui, souvent des juifs allemands. Parmi eux on peut mentionner Louis Benloew d’Erfurt, éditeur de Sophocle et professeur à Dijon. De façon singulière l’un de ses ouvrages est consacré à La Grèce avant les Grecs4 comme s’il s’agissait pour cet helléniste de couper la culture grecque de l’idée de culture originelle ou autochtone.

  • 5 Le grand-père d’Émile Egger était un artisan autrichien arrivé en France dès le xviiie siècle. Son (...)
  • 6 La traduction est due au Français de Berlin Jean Charles Thibault Laveaux (1749-1827), auteur d’une (...)
  • 7 Karl Otfried Müller, Histoire de la littérature grecque jusqu’à Alexandre le Grand, Paris, Durand, (...)
  • 8 Eduard Zeller, La Philosophie des Grecs considérée dans son développement historique, traduit de l’ (...)

4On négligera ici d’évoquer les descendants d’émigrés comme Émile Egger5 qui fut professeur à la Sorbonne, pour se contenter d’observer que les hellénistes d’origine allemande étaient singulièrement nombreux dans la France du xixe siècle. En outre les questionnements nés outre Rhin étaient aussi repris de façon récurrente. La question homérique initiée par Friedrich August Wolf agite les esprits. Il faut songer aussi au travail de Christoph Meiners sur l’Histoire de l’origine, des progrès et de la décadence des sciences dans la Grèce, qui paraît en Allemagne en 1781 et donne lieu à une traduction française en 1798-17996. C’est à travers l’histoire de la littérature allemande d’Otfried Müller, traduite en 1865 par l’émigré allemand Karl Hillebrand et précédée d’une longue introduction7 que la France du Second empire est enfin initiée à l’état et aux méthodes de la philologie en Allemagne. Lorsque le professeur de philosophie allemande Émile Boutroux entame sa carrière académique, c’est en traduisant La philosophie des Grecs de son maître à Heidelberg, le néo-kantien Eduard Zeller8. Il y a presque un paradoxe à constater ces imbrications, car si, comme nous l’avons dit, l’hellénisme allemand a une dimension de francophobie ou du moins d’affirmation nationale contre les modèles français, l’hellénisme français est totalement indifférent à cette question. Les importations dans un sens comme dans l’autre s’accompagnent d’une manifeste réinterprétation.

  • 9 Pour une vue d’ensemble il faut tout particulièrement citer Suzanne L. Marchand, Down from Olympus. (...)
  • 10 Natalie Klein, « L’humanité, le christianisme et la liberté », Die internationale philhellenische V (...)
  • 11 Christoph Hauser, Anfänge bürgerlicher Organisation. Philhellenismus und Frühliberalismus in Südwes (...)

5Les recherches les plus récentes sur le philhellénisme allemand9 tendent à montrer que ce mouvement, pris cette fois dans son sens le plus étroit, dépasse les limites nationales10. Les associations philhellènes européennes sont interconnectées mais aussi distinctes à l’intérieur d’un même pays. Elles ont peut-être joué un rôle de structuration du libéralisme dans le Sud-Ouest de l’Allemagne où malgré la méfiance de la politique metternichienne se sont constituées des associations, par exemple en août 1821 à Stuttgart mais aussi en Suisse11. Sans doute la coloration politique des associations philhellènes et leur cosmopolitisme sont-ils favorisés par l’appartenance de leurs membres à la bourgeoisie cultivée, à l’exemple du poète Ludwig Uhland dans le Wurtemberg. Ce n’est que quelques années après l’Allemagne et même après l’Angleterre qu’un comité voit le jour à Paris avec pour objectif d’organiser un emprunt en faveur de la Grèce. Lors d’une exposition organisée dans ce cadre de mai à septembre 1826 on pouvait admirer « La Grèce sur les ruines de Missolonghi » de Delacroix. Le comité fait suite à une Société de la morale chrétienne en faveur des Grecs réfugiés en France qui s’occupa notamment de l’éducation d’enfants grecs à Paris. Une des figures clefs de l’association parisienne des philhellènes, le Genevois Jean Gabriel Eynard, était aussi médiateur entre les groupes suisses et français, il tenta même en 1826 d’initier une association en Toscane.

  • 12 Aleksandr S. Sturdza, Griechenland in den Jahren 1821 und 1822. Ein politischer Brief-wechsel hg. v (...)

6De façon générale le départ pour la Grèce des philhellènes allemands impliquait un passage par la France, plus particulièrement par le port de Marseille, et cet itinéraire, que les autorités françaises essayèrent de couper un moment en 1823, supposait une traversée de l’Europe. En 1823 on a traduit sous l’impulsion de Wilhelm Traugott Krug le livre d’Alexandre Stourdza La Grèce en 1821 et 182312. Les brochures de Chateaubriand (Note sur la Grèce de 1825, traduction allemande et grecque la même année chez Didot) et de Benjamin Constant (Appel aux nations chrétiennes en faveur des Grecs, Treuttel et Würtz, 1825) viennent conforter les philhellènes allemands dans l’idée qu’ils sont les véritables initiateurs du mouvement. Les philhellènes anglais, suisses et allemands ont une même commission en Grèce, fondée en 1823 ; et en 1826-1827 les aides financières à la Grèce sont recueillies grâce à un réseau européen global dont les centres sont Paris et Genève tandis que vers la même période les associations philhellènes de Paris Genève, Munich et Londres envisagent de financer ensemble la construction d’une flotte de cinq navires à vapeur pour la Grèce. Qu’ils se soient rencontrés à Coppet chez Madame de Staël ou se soient croisés au congrès de Vienne, les philhellènes sont l’émanation d’une société européenne cosmopolite, cimentée par une même profession de foi en faveur de la chrétienté, de l’humanisme. Cela n’empêche pas que cette sociabilité européenne, plus protestante peut-être que catholique, soit animée par des représentations d’aide au développement qui préfigurent l’idéologie coloniale.

Claude Fauriel : sensualisme, jacobinisme, cosmopolitisme

  • 13 La principale présentation de Claude Fauriel reste le livre de J.-B. Galley, Claude Fauriel, membre (...)
  • 14 Voir R. Baum, « Claude Fauriel und die romanische Philologie », in : Hans-Josef Niederehe und Haral (...)

7Parmi les philhellènes français dont l’engagement peut être qualifié à la fois de politique et de philologique, Claude Fauriel13 est une personnalité d’autant plus notable qu’on peut voir aussi en lui un des grands médiateurs franco-allemands des premières décennies du xixe siècle. Pour saisir la dimension politique de la personnalité de Fauriel il suffit de rappeler que cet élève de la première École Normale de l’an III a été un jacobin engagé avant de devenir secrétaire du ministre de la police sous l’Empire. Ami de Madame de Condorcet et proche de Cabanis il fait partie du groupe des Idéologues. Au-delà du jacobinisme, sensualisme et cosmopolitisme sont les termes qui permettent le mieux de caractériser la personnalité intellectuelle de celui qui fut le pionnier d’une romanistique conçue comme histoire culturelle14 et d’autre part le titulaire de la chaire de littératures étrangères lorsqu’elle fut créée à la Sorbonne en 1830.

  • 15 Miodrag Ibrovac, Claude Fauriel et la fortune européenne des poésies populaires grecques et serbes, (...)
  • 16 Sur cette continuité voir notamment Friedgar Löbker, Antike Topoi in der deutschen Philhellenenlite (...)
  • 17 Claude Fauriel, Chants populaires de la Grèce recueillis et publiés avec une traduction française, (...)
  • 18 Ibid., p. LXXXVIII.
  • 19 Ibid., p. CXI.
  • 20 Ibid., p. XCII.

8La principale contribution de Fauriel au philhellénisme, c’est son recueil Chants populaires de la Grèce moderne qui paraît en 1824 et 1825 chez le grand éditeur des ouvrages philhellènes, Firmin Didot. Premier ouvrage de ce type, le recueil des chants est aussi le résultat d’impulsions croisées et d’échanges15. Il faut signaler le projet de Werner von Haxthausen qui fut, dans la collecte sinon dans l’édition, un précurseur de Fauriel : Fauriel le rencontra sans doute à Paris en 1814. Il y a le Slovène et philologue hellénisant Kopitar, employé de la Bibliothèque de Vienne qui entretient des relations étroites avec Adamantios Korais, Grec réfugié à Paris et collectionneur de chants. Les collections de Korais auraient été copiées par l’épirote Christodoulos Klonaris et le médecin de Corfou Nikolaos Pikkolos. L’impulsion première aurait toutefois été donnée par Andreas Mustoxidi que Fauriel rencontra par l’intermédiaire de Manzoni. C’est donc toute la science d’un réseau de savants grecs émigrés qui entre dans le recueil de Fauriel, dont une introduction d’une centaine de pages vient préciser l’objet. Fauriel se déclare d’abord partisan d’un hellénisme sans discontinuité16, les contemporains étant les héritiers directs d’une passion antique pour la liberté. Les Grecs modernes ont une poésie savante héritée de modèles notamment italiens, mais ce qui intéresse c’est avant tout la « poésie populaire dans tous les sens et toute la force de ce mot, expression directe et vraie du caractère et de l’esprit national, que tout Grec comprend et sent avec amour, par cela seul qu’il est Grec, qu’il habite le sol et respire l’air de la Grèce ; une poésie enfin qui vit, non dans les livres, d’une vie factice et qui n’est souvent qu’apparente, mais dans le peuple lui-même, et de toute la vie du peuple17 ». Le recueil des chants grecs est donc conçu comme « la véritable histoire nationale de la Grèce moderne ». Il est « le fruit d’un talent poétique naturel, spontané, indépendant de toute culture18 », ce qui n’empêche pas que des éléments de mythologie antique attestent de la continuité entre l’Antiquité et le présent. On ignore presque toujours l’identité des auteurs de chants populaires grecs. Mais n’y a-t-il pas des ressemblances troublantes entre le genre moderne des myriologues, ces chansons de deuil, et le passage de l’Iliade où la famille de Priam exhale ses regrets sur le cadavre d’Hector19 ? Même si un sujet favori des auteurs est la geste des klephtes, la suite de leurs faits d’armes et aventures qui constituent un moment essentiel de l’histoire de la Grèce moderne, Fauriel insiste sur une homologie structurelle entre le destin des poètes de la Grèce moderne et celui des rhapsodes homériques : « Ces rhapsodes aveugles sont donc les nouvellistes et les historiens, en même temps que les poètes du peuple, en cela parfaitement semblables aux rhapsodes anciens de la Grèce20. » Au-delà de son propre recueil Fauriel incite les Grecs, lorsqu’ils auront conquis leur indépendance, à poursuivre la collecte de leurs chants populaires qu’ils pourront rapprocher un jour d’une poésie savante.

  • 21 Une recension du livre Du système de conjugaison de la langue sanscrite comparée à celui des langue (...)
  • 22 Fauriel a publié dans la Décade philosophique (10, 20 et 30 prairial de l’an VIII) une recension du (...)
  • 23 La Parthénaïde. Poème de Mr J. Baggesen traduit de l’allemand, Paris, Treuttel et Würtz, 1810.
  • 24 Ms de l’Institut, correspondance Fauriel 2327.
  • 25 Claude Charles Fauriel, Neugriechische Volkslieder 1. Geschichtliche Lieder, Leipzig, Voss, 1825.

9Il serait difficile de ne pas voir dans le projet de Fauriel et dans la réalisation partielle que représente son recueil la mise en pratique de théories allemandes concernant les chants populaires. Non seulement on peut mettre en relation son entreprise avec celle des frères Grimm qu’il connaissait et a rencontrés, mais sa représentation de la poésie anonyme comme histoire du peuple est entièrement démarquée des travaux consacrés par Friedrich August Wolf à la genèse des poèmes homériques. Fauriel a d’ailleurs été en France le principal diffuseur des Prolegomena ad Homerum de 1795 définissant l’Iliade et l’Odyssée comme la production non d’un homme mais d’un peuple. Herder avait tellement approuvé les positions de Wolf qu’il s’était considéré comme victime d’un plagiat. La contribution de Fauriel au philhellénisme apparaît ainsi comme l’héritage immédiat d’un des débats les plus brûlants de la philologie allemande autour de 1800. Les échos de ce débat se rencontrent non seulement dans l’introduction aux chants grecs, mais aussi dans l’enseignement de Fauriel à la Sorbonne, dans ses premiers cours sur l’épopée provençale et sur la poésie populaire des Serbes et des Grecs comme dans ses notes manuscrites. On en trouve bien sûr la trace dans les leçons de 1835-1836 sur l’épopée homérique qu’on pourrait aussi considérer, au-delà du seul Wolf, comme une introduction à la philologie homérique de langue allemande. La compétence en matière de culture allemande du philhellène Fauriel se reconnaît aussi à divers niveaux. On trouve dans ses papiers des résumés de la philosophie de Kant avant que celle-ci soit réellement connue en France, un cours d’histoire de la philosophie allemande du philosophe de Göttingen Friedrich Bouterwek, des notes concernant les épopées allemandes médiévales. Fauriel a échangé des lettres avec Franz Bopp, l’initiateur de la Grammaire comparée des langues indo-européennes dont il a rencensé en France les premiers écrits21. Il a suivi la genèse du De l’Allemagne de Madame de Staël22. Surtout il s’est efforcé de faire connaître en France l’œuvre du poète danois de langue allemande Baggesen en fournissant une traduction française de sa Parthénaïde23. L’introduction fournie à ce poème qui justifie une abondante correspondance en allemand avec l’éditeur Brockhaus24 donne une présentation des tendances de la poésie contemporaine allemande. Elle est en particulier un prétexte à une évocation de l’histoire de l’Idylle en Allemagne de Voss à Hermann et Dorothée de Goethe. Brockhaus parle à Fauriel de la Propédeutique à l’esthétique de Jean Paul, de la Luise de Voss. Au début de son cours sur la poésie populaire des Serbes et des Grecs Fauriel annonce s’être servi de versions allemandes de la poésie serbe. Des relations personnelles avec August Wilhelm Schlegel, avec Alexandre de Humboldt, avec le spécialiste de persan Jules Mohl, avec le germaniste berlinois von der Hagen sont loin d’épuiser la longue liste des relations allemandes de Fauriel, sans doute un des plus denses réseaux franco-allemands pour la période. Il faudrait d’ailleurs y ajouter les liens avec des connaisseurs français de l’Allemagne comme De Villers, le kantien, ou Benjamin Constant. C’est donc par un juste retour des choses que le poète Wilhelm Müller, en 1825, publie une traduction allemande des chants Grecs de Fauriel25.

  • 26 Edizione nazionale ed Europea delle opere di Alessandro Manzoni diretta di Giancarlo Vigorelli, vol (...)
  • 27 Lettre de Trieste du 28 mai 1824, Galley, ibid., p. 298.

10On sait, c’est sans doute la raison qui permet au nom de Fauriel d’échapper à l’oubli, que le professeur parisien fut un ami proche et un correspondant fidèle du romancier et poète italien Manzoni26. Il n’y aurait pas de raison particulière de rappeler cela ici, si l’Italie n’était, au même titre que l’Allemagne, une étape indispensable dans le philhellénisme de Fauriel. Manzoni, petit-fils de Beccaria, et Fauriel s’étaient liés d’amitié vers 1804 et étaient toujours très proches au milieu des années 1820. Manzoni avait fait connaître à Fauriel l’œuvre d’un poète italien Giovanni Berchet qui avait rédigé un poème sur les Grecs de la ville de Parga I Profughi di Parga. Fauriel fit paraître en 1823 chez Firmin Didot une traduction de ce vibrant plaidoyer italien en faveur des Grecs. Vers la fin de 1823 Fauriel, qui vient de traduire deux tragédies de Manzoni Le Comte de Carmagnola et Adelghis, entreprend un voyage en Italie qui le conduit notamment à Venise et à Trieste. Dans ces deux endroits avec l’aide de Mustoxidi il complète sa collecte de chants grecs : « Ici, plus encore qu’à Venise, c’est à des gens qui ne savent rien, à des femmes, à des domestiques que je devrai ce que j’ai obtenu ; c’est assez pour que je n’aie point de regret à mon voyage. Il serait possible de trouver beaucoup plus que je n’ai fait ; mais il faudrait pour cela aller quêter de porte en porte chez tous les Grecs, persuader tous ceux qui savent quelque chose de vouloir bien le dire, leur ôter de la tête que l’on se moque d’eux, en leur demandant des chansons dont se moquent les gens comme il faut de leur nation ; et pour tout cela il faudrait au moins trois ou quatre mois27. » Fauriel se rend ensuite dans la demeure de Manzoni à Brusuglio près de Milan et c’est là qu’il élabore en partie le second volume des Chants grecs, y intégrant sur la demande de Firmin Didot les résultats de son enquête de Venise et de Trieste. Dans le même temps Manzoni travaille à ses Fiancés. C’est encore en Italie que Fauriel, qui ne rentrera en France qu’à l’automne 1825, apprend d’Augustin Thierry le succès de ses Chants grecs. Dans une tension entre ses références allemandes et italiennes Claude Fauriel élabore et situe sa contribution majeure au philhellénisme.

Thiersch : libéralisme et protestantisme

  • 28 Sur le voyage de Thiersch à Paris et ses rencontres voir Friedrich Thiersch’s Leben hrsg. von W.J. (...)
  • 29 Hans-Martin Kirchner, « Die Einstellung zum Philhellenismus von Thierschs philologischen Korrespond (...)

11Plusieurs personnalités allemandes des années 1820-1830 illustrent l’articulation entre philhellénisme politique et philhellénisme philologique, et dans cette articulation même une circulation des représentations entre la France et l’Allemagne. Au premier rang d’entre elles, il convient d’évoquer Friedrich Thiersch, véritable incarnation du philhellénisme bavarois. Friedrich Thiersch est un protestant devenu directeur du séminaire de philologie (1810) et professeur dans cette université de Munich (1826) à laquelle Louis Ier, souverain profondément attaché à l’idée philhellène et fondateur de l’association bavaroise, a donné un nouvel élan. Auparavant il avait étudié la philologie auprès de Gottfried Hermann le grand philologue de Leipzig et auprès de Heyne à Göttingen. Là, il avait découvert les Chants grecs auprès de Werner von Haxthausen qui les collectionnait et s’était engagé dans une entreprise concurrente de celle de Claude Fauriel. Thiersch a voyagé à Vienne où il fit la connaissance de Kapodistria et à Paris, où il rencontra Korais et participa à une mission de rapatriement des œuvres d’art prises à la Bavière28, avant de fonder en 1815 à Munich l’Athenäum, une institution pour les jeunes Grecs29.

  • 30 Friedrich Thiersch, Über die Epochen der bildenden Kunst unter den Griechen, München, Lindauer, 2. (...)
  • 31 Emmanuelle Karagiannis-Moser, Un aspect du philhellénisme allemand. Friedrich Thiersch et la questi (...)
  • 32 Marie-Ange Maillet, Heinrich Heine et Munich, Paris, CNRS-Éditions, 2004.

12Ceux qui fréquentèrent cette école devinrent d’ailleurs les premiers cadres du nouvel État grec. Thiersch, rénovateur de l’université selon un modèle humboldtien, fut le véritable précepteur d’un État bavarois qui s’efforçait d’inscrire son allégeance à l’idée grecque dans les bâtiments de prestige édifiés par l’architecte Leo von Klenze depuis la Place royale jusqu’au grand temple du Walhalla. Ce contexte suffit à montrer à quel point le philhellénisme de Thiersch était inscrit dans le cadre d’une utilisation de l’Antiquité de nature à la fois politique et on dira même patriotique. Le même homme qui faisait paraître dans les années 1820 une Étude sur les époques de l’art chez les Grecs30, publiait en 1820 sa traduction commentée de Pindare (Néméennes et Isthmiques), écrivait aussi dès 1821 dans le grand journal Augsburger allgemeine Zeitung une suite de cinq articles décrivant en détails le soulèvement des Grecs, les exactions des Turcs, la nécessité pour l’Europe de payer une dette historique à la Grèce. Ses appels à une solidarité morale sont étayés par des considérations de géopolitique européenne31. L’écrivain Heinrich Heine qui arrive à Munich en 1827 pour y éditer des Annales politiques et forge dans la capitale bavaroise un certain nombre de leitmotivs de son œuvre ultérieure, comme par exemple l’opposition des Nazaréens et des Hellènes, semble avoir été marqué par la personnalité même de Thiersch qui venait précisément de réformer dans un sens protestant libéral l’université32. La sympathie de Heine pour le philhellénisme de Thiersch ne fit que s’affirmer quand la Bavière de Louis Ier connut un tournant autoritaire et que les milieux catholiques bavarois firent passer au second plan la revendication philhellène.

  • 33 Jakob Fallmerayer, Geschichte der Halbinsel Morea während des Mittelalters, Stuttgart, Cotta, 1830- (...)
  • 34 Georg Ludwig von Maurer, Das griechische Volk in öffentlicher, kirchlicher und privatrechtlicher Be (...)
  • 35 Leopold von Klenze, Aphoristische Bemerkungen gesammelt auf seiner Reise nach Griechenland, Berlin, (...)
  • 36 Denis Kohler, « Naissance de l’historiographie grecque moderne. Autour de l’Histoire du peuple grec (...)

13Aussi bien Thiersch que l’architecte von Klenze ont entretenu Louis Ier de Bavière d’un projet de légion allemande qui a été en partie réalisé puisqu’en 1822 un groupe de cent trente combattants s’embarque pour la Grèce, qu’un capitaine bavarois Karl Wilhelm von Heideck dirige une expédition en 1826-1828 avant de revenir dans le pays après la montée d’Othon sur le trône pour participer à la mise en place d’une armée gréco-bavaroise. Les signes d’une continuité entre le philhellénisme bavarois et l’administration de l’État grec sont nombreux. Heideck, Armansberg, von Maurer sont les trois membres d’un conseil de régence qui entoure Othon jusqu’à sa majorité. On sait toutefois que si la paix d’Andrinople ouvre la voie à l’indépendance d’un État grec et que le souverain de cet État ne devait pas par ses origines compromettre les équilibres européens, il n’était pas évident que celui-ci serait issu de la dynastie des Wittelsbach. Friedrich Thiersch, qui séjourne en Grèce de septembre 1830 à octobre 1832, n’est pas seulement un philhellène en chambre mais parcourt le pays durant la période d’anarchie déclenchée par l’assassinat de Jean Kapodistria, joue l’intermédiaire entre les partis, effectue entre temps quelques explorations archéologiques et s’engage pour la candidature bavaroise au trône. À défaut de se lancer personnellement dans une carrière politique grecque, ce à quoi une partie des députés grecs l’avaient invité, c’est lui qui transmit en Bavière l’approbation du prince Othon par les Grecs. Thiersch fait partie des philhellènes qui considèrent la Grèce comme un pays à régénérer, comme une nation virtuelle que seuls les pays d’Europe occidentale et tout particulièrement l’Allemagne peuvent, dans une sorte de retour de l’histoire vers les origines, reconstituer dans sa dignité classique. Sans doute n’était-il pas très éloigné de l’opinion de l’historien Jakob Fallmerayer qui dans un livre de 1830 et 1836 sur l’histoire de la péninsule de Morée au Moyen Âge33 suggérait que la Grèce totalement métissée n’était qu’un ramassis d’Albanais, de Valaques et de Slaves. L’idée d’une régénérescence par l’Allemagne est en fait un topos des années 1830 qu’on rencontre aussi bien dans l’ouvrage du régent von Maurer Le Peuple grec34 que dans les notes aphoristiques d’un voyage en Grèce35 de l’architecte von Klenze qui a participé à la construction d’édifices officiels à Athènes. Les premiers historiens grecs comme Paparrigopulos vont d’abord avoir affaire à ce mythe de la régénération par réimportation des valeurs néo-humanistes36.

  • 37 Claude Fauriel, De l’État actuel de la Grèce et des moyens d’arriver à sa restauration, Leipzig, Br (...)
  • 38 Ibid., p. 175.
  • 39 Ibid., p. 161.
  • 40 Ibid., p. 67.

14Dans son ouvrage De l’État actuel de la Grèce et des moyens d’arriver à sa restauration (Leipzig, Brockhaus, 1833, 2 volumes) Thiersch commence par une chronique des événements survenus en Grèce entre l’arrivée de Jean Capodistria et celle du roi Othon. Le second volume, lui, est consacré aux moyens de restaurer la Grèce. On doit d’abord observer que le philologue Thiersch s’est transformé en véritable économiste, envisageant la situation de la Grèce sous son angle le plus concret, les problèmes de l’agriculture ou de la navigation. On a affaire à une véritable reconstruction de la société grecque à partir de données statistiques. Toutefois Thiersch accorde une attention particulière aux divers niveaux d’instruction. Et c’est là que le rôle de l’Allemagne est le plus évident. À l’Université d’abord il serait souhaitable de faire payer aux étudiants les cours qu’ils fréquentent comme cela se fait en Allemagne, dans la mesure où le succès des enseignants peut ainsi directement se mesurer. Pour appliquer ce système des privat-docents rien ne vaudrait des enseignants allemands : « Il s’agira donc d’appeler à quelques places vacantes des savants de l’Europe, surtout de jeunes professeurs allemands qui auront déjà fait preuve de la capacité dans la carrière de l’enseignement37. » Le véritable modèle de Thiersch c’est l’université de Göttingen qu’il a fréquentée dans sa jeunesse et dont il verrait bien la devise de son fondateur « Honos et praemium » reprise par l’Université grecque. Comme à Göttingen il y aurait à Athènes une Académie, séparée de l’Université car « elle se vouerait principalement aux recherches et à l’accroissement des sciences, pendant que l’université tâcherait avant tout d’utiliser les hautes études pour l’enseignement de la jeunesse. Elle lui serait cependant unie par les liens d’un commun intérêt et la participation de ses membres aux travaux de l’enseignement38 ». Cette Académie fêterait le jour de la naissance de Platon et décernerait des prix aux savants ou aux écrivains éminents. Aux niveaux inférieurs d’enseignement le modèle resterait toujours allemand, ou plutôt il s’agirait de faire venir des enseignants allemands : « Les professeurs, arrivés en Grèce, apprendront en peu de temps l’idiome de leur nouvelle patrie, et un tel collège royal, établi au milieu d’une jeunesse spirituelle et studieuse, étendra bientôt son influence salutaire sur le pays39. » Les vrais Grecs seront les philologues allemands ayant fait souche en Grèce. D’ailleurs Thiersch imagine encore des paysans soldats bavarois, « des jeunes gens bien faits et honnêtes connaissant un métier et tout disposés à s’établir en Grèce lorsque leur engagement militaire sera expiré40 ».

  • 41 Friedrich Thiersch, Über den gegenwärtigen Zustand des öffentlichen Unterrichts in den westlichen S (...)

15Ce qui rend la perspective de Thiersch d’autant plus intéressante, c’est que son livre est singulièrement publié en langue française et donc destiné à un public international, comme l’est le mouvement philhellène, mais surtout à un public français. En présentant directement au public francophone, sans même passer par une traduction, sa propre analyse de la situation grecque Thiersch revendiquait face à la France une sorte de primauté intellectuelle allemande concernant la Grèce. Sans doute peut-on lire dans cette attitude l’utilisation de la Grèce comme référence identitaire en Allemagne depuis la fin du xviiie siècle. Un autre indice conforterait cette hypothèse : Thiersch est l’auteur d’une enquête sur le système d’enseignement en Allemagne en France, en Belgique et en Hollande41 qui constitue une des premières analyses du système éducatif français du xixe siècle et, le comparant au système allemand, met l’accent sur la supériorité de ce dernier. Thiersch en était venu à proposer de mettre l’École normale en Allemagne pour la purifier de la tradition française purement rhétorique. Seule l’Allemagne qui a subi la réforme humboldtienne ou ce qui revient au même la réforme universitaire de Thiersch à Munich mérite pleinement de régénérer la Grèce, d’en devenir l’héritière.

Gustave d’Eichthal : présocialisme et judaïsme

  • 42 Michel Espagne, « Gustave d’Eichthal et l’Allemagne. Critique biblique ou géopolitique », in : Phil (...)
  • 43 John Stuart Mill, Correspondance inédite avec Gustave d’Eichthal, Paris, Félix Alcan, 1898.
  • 44 Gustave d’Eichthal, La Langue grecque, Paris, Hachette, 1887, p. 26.

16Une troisième figure du philhellénisme franco-allemand pourrait être, après le jacobin Fauriel et le patriote libéral Thiersch, celle du saint-simonien Gustave d’Eichthal. C’est une figure particulièrement complexe que celle de d’Eichthal. Il est issu d’une famille de banquiers juifs de Munich enrichis en gérant les sommes d’argent qui transitent en Europe à la suite de l’effondrement de l’Empire42. Ils ont servi de point de départ à la mise en place de la banque de Bavière et une branche de la famille s’est établie en France. Lui-même baptisé, il est devenu saint-simonien. Lors d’un séjour d’apprentissage commercial à Berlin dans la famille Mendelssohn (chez le fils de Moses et le père de Felix Mendessohn), il a eu l’occasion d’écouter les cours de Hegel et en a été suffisamment marqué pour, de retour à Paris, faire œuvre de médiateur et en répandre des éléments dans le cercle des saint-simoniens enfantiniens en train de rédiger le fameux Livre nouveau. Ce ne sont pas au demeurant ses seuls titres de gloire à une médiation philosophique franco-allemande. Alors qu’il était encore à Berlin sa correspondance avec Auguste Comte qui faisait alors fonction de secrétaire de Saint-Simon et avait été son répétiteur de mathématiques fait apparaître un souci d’informer le fondateur de la doctrine positiviste des tendances de la philosophie allemande et même de mettre en relation Hegel et Auguste Comte. En 1828 d’Eichthal s’était également efforcé de convertir les Anglais au saint-simonisme, et d’un séjour outre-Manche date le début d’une correspondance avec Stuart Mill où est notamment évoquée cette philosophie allemande que d’Eichthal découvre à Berlin43. D’Eichthal fut du petit cercle des familiers d’Enfantin lorsque le saint-simonisme se transforma en une religion et lorsque les apôtres de la doctrine se réfugièrent à Ménilmontant. On connaît l’épilogue de l’entreprise de Ménilmontant et la dispersion de la famille, le départ de plusieurs de ses membres pour l’Égypte. L’Orient de d’Eichthal ne fut pas l’Égypte mais la Grèce où il séjourne, après un passage par Rome, de septembre 1833 à juillet 1835. En Grèce il fonde avec un Grec (Poniropoulo) et un Français (Boujoux) qui avait sans doute aussi des liens avec le saint-simonisme un Bureau d’économie politique. Une lettre au saint-simonien Duveyrier datant de cette époque révèle les attendus du séjour de d’Eichthal : « Les Grecs entendent bien, d’ailleurs, tout ce qui touche aux affaires ; ils comprennent le crédit ; ils sont tout disposés à recevoir d’Europe toutes les améliorations industrielles qui peuvent augmenter la valeur de leur territoire. Je crois qu’ils verront avec plaisir des colonies, surtout des colonies industrielles s’établir dans le pays44. » Si le réseau familial des banquiers bavarois d’Eichthal a pu aider Gustave d’Eichthal à s’implanter dans un contexte où l’allemand est la langue de l’administration et où le seul libraire de Nauplie est un Allemand, elles n’ont pu le protéger contre les soupçons de subversion saint-simonienne. Ses différends avec le régent von Armansberg aboutissent à la promulgation d’un rescrit qui, concernant en principe le saint-simonisme, vise en fait à lui faire quitter la Grèce.

  • 45 Gustave d’Eichthal, Les deux mondes. Servant d’introduction à l’ouvrage de M. Urquhart La Turquie e (...)
  • 46 Gustave d’Eichthal, De l’unité européenne, Paris, Truchy, 1840.

17Peu de temps après son séjour en Grèce d’Eichthal publie un ouvrage Les deux mondes où il oppose l’Orient et l’Occident et qu’il présente comme le résultat direct de son expérience grecque. Il n’éprouve pas beaucoup de sympathie pour l’administration bavaroise de la Grèce mais se console en soulignant que si les Grecs ont attendu des siècles pour se libérer du joug turc, ils peuvent bien attendre aussi un peu l’émancipation de la Bavière incarnée par le comte Armansperg. Dépourvu d’idéalisme philhellène, ce livre souligne que les Albanais et d’autres ethnies de rite byzantin se confondent avec les Grecs et ont également participé à la libération du pays. Mais d’Eichthal développe surtout un schématisme dans sa perception de la Grèce dans l’ensemble européen qui semble hérité des balancements universalistes de Saint-Simon et d’Enfantin : « Il y a deux civilisations distinctes, en Orient et en Occident. Elles peuvent s’entraider, s’associer, mais jamais se confondre. La France est à la tête de l’une, la Turquie est à la tête de l’autre ; l’Autriche est entre ces deux mondes, recevant l’impulsion de l’un et de l’autre, transmettant de l’un à l’autre le mouvement qu’elle reçoit et les ramenant sans cesse à l’équilibre. De ce fait s’il est vrai, découle le système entier de l’intervention européenne ; c’est sur la Turquie que doit s’appliquer avant tout l’action civilisatrice de l’Europe pour influer sur l’Orient et cette action doit résulter des efforts simultanés de toutes les puissances combinées sous la direction de l’Autriche45. » Il faut se souvenir d’un voyage à la cour de Vienne entrepris dans les années 1830 par d’Eichthal dans le but de convaincre l’Autriche de Metternich de sa vocation saint-simonienne pour comprendre le retour de ce bizarre équilibre géopolitique où la Vienne jadis assiégée par les Turcs devient le point d’équilibre entre l’Occident chrétien et l’Orient islamique. Entre la Prusse et la Russie, entre l’Italie et la Grèce, entre la France et la Turquie, l’Autriche incarne dans un « mouvement d’oscillation continue et graduée » une « politique de tolérance et d’appréciation universelle ». L’émancipation de la Grèce devient au même titre que la présence saint-simonienne en Égypte un moment de la régénération de la Turquie, véritable détentrice de l’idée orientale. Alors que l’Occident verrait naître les hommes égaux en droits l’Orient serait attaché aux distinctions de famille de races, de castes. Toujours obsédé par son idée d’une géopolitique européenne d’Eichthal imaginera dans les années 1840 une possible extension du principe autrichien de l’alliance universelle des contraires en direction de la Palestine, autre point d’équilibre de l’Orient et de l’Occident46. On retiendra de ce philhellénisme de d’Eichthal qu’il est lié à des représentations comme celle du métissage, de l’alliance des religions, et s’insère dans une conception anthropogéographique globale.

  • 47 Gustave d’Eichthal, La langue grecque. Paris, Hachette, 1887, p. 112.
  • 48 Dans son livre L’hellénisme en France (Paris, Didier, 1869, 2 vol.) Émile Egger prend la défense du (...)
  • 49 Dübner, Hillebrand, Weil sont aussi des membres fondateurs d’origine allemande. Parmi les membres d (...)
  • 50 Gustave d’Eichthal, Notice sur la fondation et le développement de l’Association pour l’encourageme (...)
  • 51 Gustave d’Eichthal, « Le site de Troie selon M. Lechevalier ou selon M. Schliemann », Extrait de l’(...)

18La centralité de la référence grecque chez d’Eichthal s’affirme à mesure que le séjour en Grèce s’éloigne dans le temps. Elle culmine dans un ouvrage de 1862, De l’usage pratique de la langue grecque, où d’Eichthal après avoir observé, selon sa pratique des vastes panoramas, que le monde moderne a eu trois éducateurs Israël, la Grèce et Rome, propose de faire du grec sous sa forme moderne et avec sa prononciation orientale « une langue générale appropriée à tous les besoins de l’activité et de la pensée humaine47 ». Il voit dans cette mesure utopique mais qui a rencontré un certain écho chez des hellénistes universitaires comme Émile Egger48 une sorte de continuation d’un mouvement culturel débutant à la Renaissance et dont un jalon important était à ses yeux la fondation de l’École d’Athènes. D’Eichthal est en outre l’un des fondateurs en 1867 de l’Association pour l’encouragement des études grecques en France. On note parmi les autres fondateurs son propre fils Eugène d’Eichthal, Charles Ernest Beulé dont les travaux sur l’Acropole ont marqué son époque, le linguiste d’origine allemande Michel Breal et l’historien orientaliste lui aussi immigré Hermann Zotenberg49. D’Eichthal rappelle les étapes de l’hellénisme français jusqu’à la fondation de la société : Choiseul-Gouffier, Villoison, Hase, Koraïs, Egger, et il est frappant d’observer que ces noms ne sont pas en général ceux de purs antiquisants mais ont joué un rôle dans la réhabilitation de la langue grecque moderne. Mais surtout l’intérêt porté par d’Eichthal à la langue grecque conserve une dimension fortement politique. Le saint-simonien en quête de la religion de l’avenir réapparaît en filigrane dans l’attitude du philhellène : « Cette condition nouvelle des sociétés européennes doit nécessairement imprimer à notre enseignement classique, surtout en ce qui concerne la Grèce, un caractère nouveau. Il ne suffit plus d’y chercher, comme du temps de Rollin, des règles de bon goût ou même de morale ; il faut y puiser les éléments d’une éducation civique, d’une éducation humaine, d’une éducation vraiment chrétienne, dans le sens large de ce mot. C’est par son alliance avec l’hellénisme que le christianisme a pu commencer sa mission ; c’est par la même alliance qu’il pourra la terminer. Où trouverait-il ailleurs un plus puissant auxiliaire pour l’établissement du régime de justice, de paix et de travail que sa mission est de réaliser50 ? » Une des contributions de d’Eichthal au bulletin de l’Association pour l’encouragement des études grecques concerne la localisation de Troie51. En 1869 Schliemann, on le sait, a publié un livre localisant le site de Troie sur la butte d’Hissarlik contrairement à une tradition française remontant à Lechevalier et à Choiseul-Gouffier. Eichthal défend cette tradition française qui voit plutôt Troie au village de Bunarbachi. Au-delà de la polémique archéologique dans laquelle d’Eichthal a tort on pourrait voir dans son article l’expression d’un agacement éprouvé par l’immigré judéo-allemand saint-simonien et philhellène vis-à-vis d’un philhellénisme de l’Allemagne impériale figeant la Grèce dans une intemporalité hiératique. Eichthal n’imagine-t-il pas un instant qu’on puisse rendre la plaine du Scamandre à l’agriculture ?

19Quand il collecte les chants grecs l’ancien jacobin Claude Fauriel est à la fois nourri de réflexions de Friedrich August Wolf et de Herder sur l’esprit des peuples et de la pensée des Idéologues qui l’a rapproché de Manzoni. Le libéralisme politique caractérise aussi Friedrich Thiersch mais plus encore sa projection sur la Grèce réelle d’une Allemagne dont la Grèce fantasmée est déjà le modèle culturel. Cette circularité, cette relation privilégiée est encore exaltée par une prise de distance par rapport à la France. Pour Gustave d’Eichthal que sa curiosité pour Hegel doublée d’une participation à la construction du saint-simonisme ont entraîné à une réflexion globale, géopolitique, la Grèce avait incarné dans un premier temps un terrain d’application d’une théorie sociale. Elle est ensuite reléguée au rang de pièce dans une vaste composition opposant l’Orient turc à l’Occident français autour d’un axe germanique. Mais cette relégation ne l’empêche pas de voir dans le grec la langue universelle du futur. Ces trois figures me semblent dans leur complémentarité mettre en lumière un certain nombre de dimensions du philhellénisme. Il favorise d’abord les passages entre des aires culturelles européennes qu’il ne réduit pourtant pas à un commun dénominateur. Il fait fortement apparaître la ou plutôt les dimensions politiques de la référence à l’Antiquité. Il pose l’hypothèse d’une continuité historique dans la très longue durée qui est peut-être un des traits caractéristiques, finalement éphémère, du xixe siècle dans la perception de la Grèce.

Haut de page

Notes

1 Voir Clémence Couturier-Heinrich, Aux origines de la poésie allemande. Les théories du rythme des Lumières au Romantisme, Paris, CNRS-Éditions, 2004.

2 Sur l’hellénisme français du xixe siècle, en particulier à partir de la fondation de l’École d’Athènes, il faut consulter Sophie Basch, Le Mirage grec. La Grèce moderne devant l’opinion française (1846-1946), Athènes, Hatier-librairie Kauffmann, 1995.

3 Henri Weil, De l’ordre des mots dans les langues anciennes comparées aux langues modernes (1844), Paris, Didier Erudition, 1991.

4 Louis Benloew, La Grèce avant les Grecs : étude linguistique et ethnographique : Pélages, Lélèges, Sémites et Ioniens, Paris, Maisonneuve, 1877.

5 Le grand-père d’Émile Egger était un artisan autrichien arrivé en France dès le xviiie siècle. Son père tapissier avait épousé une Française.

6 La traduction est due au Français de Berlin Jean Charles Thibault Laveaux (1749-1827), auteur d’une volumineuse Vie de Frédéric II.

7 Karl Otfried Müller, Histoire de la littérature grecque jusqu’à Alexandre le Grand, Paris, Durand, 1865.

8 Eduard Zeller, La Philosophie des Grecs considérée dans son développement historique, traduit de l’allemand avec l’autorisation de l’auteur par Émile Boutroux, Paris, Hachette, 1877-1884.

9 Pour une vue d’ensemble il faut tout particulièrement citer Suzanne L. Marchand, Down from Olympus. Archaeology and Philhellenism in Germany 1750-1970, Princeton University Press, 1996.

10 Natalie Klein, « L’humanité, le christianisme et la liberté », Die internationale philhellenische Vereinsbewegung der 1820er Jahre, Mainz, Verlag Philipp von Zabern, 2000.

11 Christoph Hauser, Anfänge bürgerlicher Organisation. Philhellenismus und Frühliberalismus in Südwestdeutschland, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1990. Voir aussi Regine Quack-Eustathiades, Der deutsche Philhellenismus während des griechischen Freiheitskampfes 1821-1827, München, Oldenbourg, 1984. – Der Philhellenismus und die Modernisierung in Griechenland und Deutschland, Thessaloniki, Institute for Balkan Studies, 1986. – Ludwig Spaenle, Der Philhellenismus in Bayern 1821-1832, München, Hieronymus, 1990.

12 Aleksandr S. Sturdza, Griechenland in den Jahren 1821 und 1822. Ein politischer Brief-wechsel hg. von einem Griechen. Aus dem Französischen übersetzt mit Anmerkungen und Zusätzen von Prof Krug, Leipzig, Vogel, 1823.

13 La principale présentation de Claude Fauriel reste le livre de J.-B. Galley, Claude Fauriel, membre de l’institut 1772-1843, Saint-Étienne, Imprimerie de la Loire républicaine, 1909.

14 Voir R. Baum, « Claude Fauriel und die romanische Philologie », in : Hans-Josef Niederehe und Harald Haarmann (éds.), Akten des Kolloquiums zur Wissenschaftsgeschichte der Romanistik, Amsterdam, John Benjamin B.V., 1976, p. 275-325.

15 Miodrag Ibrovac, Claude Fauriel et la fortune européenne des poésies populaires grecques et serbes, Paris, Didier, 1966.

16 Sur cette continuité voir notamment Friedgar Löbker, Antike Topoi in der deutschen Philhellenenliteratur, München, Oldenbourg, 2000. Voir aussi Evangelos Konstantinou (éd.), Die Rezeption der Antike und der europäische Philhellenismus, Frankfurt am Main, Peter Lang, 1998.

17 Claude Fauriel, Chants populaires de la Grèce recueillis et publiés avec une traduction française, des éclaircissements et des notes par Claude Fauriel, Paris, Firmin-Didot, 1824-1825, t. I, p. XXV.

18 Ibid., p. LXXXVIII.

19 Ibid., p. CXI.

20 Ibid., p. XCII.

21 Une recension du livre Du système de conjugaison de la langue sanscrite comparée à celui des langues grecque, persane et germanique paraît dans les Archives philosophiques t. IV, p. 290-319 en 1818.

22 Fauriel a publié dans la Décade philosophique (10, 20 et 30 prairial de l’an VIII) une recension du livre de Madame de Staël, De la littérature considérée dans ses rapports avec les institutions sociales.

23 La Parthénaïde. Poème de Mr J. Baggesen traduit de l’allemand, Paris, Treuttel et Würtz, 1810.

24 Ms de l’Institut, correspondance Fauriel 2327.

25 Claude Charles Fauriel, Neugriechische Volkslieder 1. Geschichtliche Lieder, Leipzig, Voss, 1825.

26 Edizione nazionale ed Europea delle opere di Alessandro Manzoni diretta di Giancarlo Vigorelli, vol. 27, Milano, 2000.

27 Lettre de Trieste du 28 mai 1824, Galley, ibid., p. 298.

28 Sur le voyage de Thiersch à Paris et ses rencontres voir Friedrich Thiersch’s Leben hrsg. von W.J. Thiersch. Leipzig und Heidelberg, Carl Wintersche Verlagsbuchhandlung, 1866, Explorant les caves du Louvre, Thiersch s’indigne de l’état de conservation des objets d’origine grecque mais souhaite qu’ils restent rassemblés en un même lieu. Sa condescendance vis-à-vis de Boissonnade est révélatrice de son attitude vis-à-vis de la France : « Boissonade ne vaudrait pas grand chose parmi les philologues allemands, mais il a reçu une formation allemande principalement grâce à Bast, et en France il est le Nestor de la philologie profonde » (I, p. 112).

29 Hans-Martin Kirchner, « Die Einstellung zum Philhellenismus von Thierschs philologischen Korrespondenten », in : Evangelos Konstantinou (éd.), Die Rezeption der Antike und der europäische Philhellenismus, Frankfurt, Peter Lang, 1998, p. 175-187.

30 Friedrich Thiersch, Über die Epochen der bildenden Kunst unter den Griechen, München, Lindauer, 2. Vermehrte Ausgabe, 1829.

31 Emmanuelle Karagiannis-Moser, Un aspect du philhellénisme allemand. Friedrich Thiersch et la question grecque, Faculté des lettres de Nice, s.d.

32 Marie-Ange Maillet, Heinrich Heine et Munich, Paris, CNRS-Éditions, 2004.

33 Jakob Fallmerayer, Geschichte der Halbinsel Morea während des Mittelalters, Stuttgart, Cotta, 1830-1836.

34 Georg Ludwig von Maurer, Das griechische Volk in öffentlicher, kirchlicher und privatrechtlicher Beziehung, Heidelberg, 1835.

35 Leopold von Klenze, Aphoristische Bemerkungen gesammelt auf seiner Reise nach Griechenland, Berlin, Reimer, 1838.

36 Denis Kohler, « Naissance de l’historiographie grecque moderne. Autour de l’Histoire du peuple grec (1861-1875) de Constantin Paparrigopoulos (1815-1891) », in : Philologiques I, éd. par M. Espagne et M. Werner, Paris, Editions de la MSH, p. 279-309.

37 Claude Fauriel, De l’État actuel de la Grèce et des moyens d’arriver à sa restauration, Leipzig, Brockhaus, 1833, 2 volumes, II, p. 171.

38 Ibid., p. 175.

39 Ibid., p. 161.

40 Ibid., p. 67.

41 Friedrich Thiersch, Über den gegenwärtigen Zustand des öffentlichen Unterrichts in den westlichen Staaten von Deutschland, in Holland, Frankreich und Belgien, Stuttgart, Cotta 1838.

42 Michel Espagne, « Gustave d’Eichthal et l’Allemagne. Critique biblique ou géopolitique », in : Philippe Régnier (éd.), Études saint-simoniennes, Lyon, PUL, 2002, p. 111-125.

43 John Stuart Mill, Correspondance inédite avec Gustave d’Eichthal, Paris, Félix Alcan, 1898.

44 Gustave d’Eichthal, La Langue grecque, Paris, Hachette, 1887, p. 26.

45 Gustave d’Eichthal, Les deux mondes. Servant d’introduction à l’ouvrage de M. Urquhart La Turquie et ses ressources, Paris, Arthur Bertrand, 1836, p. 293-294.

46 Gustave d’Eichthal, De l’unité européenne, Paris, Truchy, 1840.

47 Gustave d’Eichthal, La langue grecque. Paris, Hachette, 1887, p. 112.

48 Dans son livre L’hellénisme en France (Paris, Didier, 1869, 2 vol.) Émile Egger prend la défense du « romaïque » : « L’état du romaïque au commencement du dix-neuvième siècle appelait et justifiait mainte correction de détail. On pouvait et l’on peut encore l’améliorer d’une main prudente et ferme ; on peut le réformer en un mot ; mais je supplie qu’on n’aille point jusqu’à le transformer. En général, ces ingénieux héritiers de la Grèce antique me semblent trop préoccupés de retrouver la beauté extérieure de son langage. Je voudrais pour leur intérêt et pour leur honneur qu’ils fussent plus préoccupés des idées que des mots <…> » (I, p. 429). Pour Egger la littérature grecque renaîtra en langue « romaïque » avec les progrès du pays.

49 Dübner, Hillebrand, Weil sont aussi des membres fondateurs d’origine allemande. Parmi les membres donateurs il y a près d’une quarantaine de Grecs dont près de vingt viennent de la ville russe de Taganrog.

50 Gustave d’Eichthal, Notice sur la fondation et le développement de l’Association pour l’encouragement des études grecques en France (Avril 1867-avril 1877), Paris, Maisonneuve, 1867, p. 69.

51 Gustave d’Eichthal, « Le site de Troie selon M. Lechevalier ou selon M. Schliemann », Extrait de l’Annuaire de l’Association pour l’encouragement des études grecques en France. Année 1874 Paris, Durand, Pedrone Lauriel, 1875.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Espagne, « Le philhellénisme entre philologie et politique. Un transfert franco-allemand », Revue germanique internationale, 1-2 | 2005, 61-75.

Référence électronique

Michel Espagne, « Le philhellénisme entre philologie et politique. Un transfert franco-allemand », Revue germanique internationale [En ligne], 1-2 | 2005, mis en ligne le 20 octobre 2008, consulté le 24 août 2017. URL : http://rgi.revues.org/74 ; DOI : 10.4000/rgi.74

Haut de page

Auteur

Michel Espagne

Directeur de recherche au CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org