Navigation – Plan du site
Le philosophe, le savant, Goethe intime. Goethe et ses masques

Existence et représentation dans le journal intime de Goethe et de Thomas Mann

Jochen Golz
Traduction de Nicole Taubes
p. 89-99

Résumés

Les journaux de Goethe et de Thomas Mann participent à la fois du journal « compte rendu » et du journal « confession ». Les deux auteurs, par leurs dispositions tant psychiques que physiques, sont prédisposés à la tenue d’un journal. Tandis que chez Goethe, le journal fait apparaître surtout à partir de 1817 le personnage en représentation emblématique du citoyen du monde établi à Weimar, chez Thomas Mann, c’est dans les années d’exil, à partir de 1933, que se forme un style de journal alliant les notes les plus intimes aux indications sur la genèse de l’œuvre ainsi qu’aux commentaires sur la politique et l’histoire de l’époque ; la sublimation esthétique en caractérise la structure. Chez Goethe, journal et œuvre sont plus fortement différenciés. La comparaison des deux journaux fait apparaître une voie d’accès du genre à la modernité.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Thomas Mann. Tagebücher 1949-1950, éd. par Inge Jens, Francfort-sur-le-Main, 1991, p. 255.

1« Voici, note Thomas Mann à Chicago dans son journal à la date du 25 août 1950, la dernière station du long voyage, le but est encore loin, et incertain. Obscurité de l’avenir. Puisse-t-il me réserver le calme suffisant pour me distraire et me concentrer dans le travail, qui est le lien le plus fort à la vie. Vivement qu’Érika arrive ! Si je pouvais revoir Frido ! Si le garçon du Dolder avait au moins l’idée de m’écrire ! – Regard sur le vaste lac, le rivage, les arbres, les rues où foncent les automobiles. – Trop souffert, trop badaude en y prenant plaisir. Me suis trop laissé embobeliner par les gens. Eût-il été préférable que tout cela n’eût pas été ? Cela a été, et la poignée de main, le « j’ai été absolument ravi »  demeurent un trésor douloureux. — Pourquoi est-ce que j’écris tout cela ? Pour le détruire à temps avant ma mort ? Ou par désir que les gens me connaissent ? Je crois qu’ils savent de toute façon, du moins les connaisseurs parmi eux, plus de choses de moi qu’ils veulent bien me le dire. »1

2Un passage-clef dans le journal du romancier, écrit au retour d’un voyage en Suisse où s’inscrivit une dernière et bouleversante relation amoureuse avec ce « garçon du Dolder », à un moment où il balançait, indécis, entre préserver ou détruire ses carnets intimes. Pour une grande partie de ces notes privées, l’œuvre de destruction était déjà accomplie. Des notes intimes accumulées jusqu’en 1933, seules subsistent celles des années de 1918 à 1921, aide-mémoire indispensable à l’auteur pour la rédaction du Docteur Faustus. Les notes « délicates et indiscrètes », « ultrasecrètes », des premières décennies ont été la proie des flammes en Californie. Ce dont nous disposons aujourd’hui, dans une excellente édition, ce sont des journaux intimes commencés par un homme proche des soixante ans. Pour quelle raison, dans quelle intention Thomas Mann décide-t-il en 1950 que seraient publiés, vingt-cinq ans après sa mort, ces carnets eux aussi par endroits très intimes, ces questions n’ont pas encore de réponse définitive.

  • 2  Goethes Gespräche, éd. par Wolfgang Herwig, vol. 3, deuxième partie 1825-1832, Zurich et Stuttgart (...)
  • 3  Thomas Mann. Tagebücher 1933-1934, éd. par Peter de Mendelssohn, Francfort-sur-le-Main, 1977, p. 3 (...)

3Cette interrogation nous fait reporter notre attention sur la grande figure classique que nous célébrons aujourd’hui, et dont le journal, à n’en pas douter, a eu valeur d’exemple pour Thomas Mann, sans d’ailleurs qu’on en ait de preuve. Agé de près de quatre-vingts ans, Goethe, le 23 août 1827, s’ouvrait en ces termes au chancelier von Müller sur l’utilité des journaux intimes : « Au demeurant, nous faisons trop peu de cas du présent, nous nous acquittons comme d’une corvée de la plupart des choses pour nous en débarrasser. L’examen quotidien de la tâche accomplie, des choses vécues, voilà ce qui permet de prendre acte et de se réjouir de ce qu’on a fait, qui nous rend consciencieux. La vertu qu’est-elle d’autre que l’acte véritablement idoine dans chaque situation ? Les fautes et les erreurs ressortent d’elles-mêmes de cette tenue quotidienne d’un journal, l’éclairage du passé est une escompte sur l’avenir. Nous apprenons à rendre hommage à l’instant en lui accordant d’emblée la dignité historique. »2 Mettons en regard de ces mots une réflexion notée le 11 février 1934 par Thomas Mann : « J’ai repris la tenue du journal intime à Arosa, dans ces jours de maladie due aux fortes émotions et à la perte des repères habituels, il m’a depuis apporté soutien et réconfort, et j’en poursuivrai certainement l’exercice. J’aime à garder la trace du jour qui passe, dans ses moments de vie sensibles et, juste ébauchés, dans ses contenus intellectuels, moins pour le souvenir et la relecture qu’aux fins de rapport devant soi-même, de récapitulation, d’alerte de la conscience, de discipline de contrôle. »3

4Les deux réflexions, celle de Thomas Mann comme celle de Goethe, datent des années tardives. Le grand âge, souvent, correspond à une représentation existentielle de soi. On peut se demander s’il faut attendre la vieillesse pour avoir conscience de sa propre fonction de référence. Dès sa jeunesse Goethe possédait une vive conscience de la propre entéléchie, une solide confiance en soi que nous savons parfaitement fondée, un « ego » très développé, mais ce n’est qu’avec le temps que se développa en lui la conscience de la propre exemplarité. Trop de contrariétés, de déceptions l’ébranlèrent jusqu’à le faire douter. Certes Werther avait d’un coup fait la gloire de son auteur. Pourtant on peut lire dans Poésie et vérité que Goethe ressentait comme profondément ambigu l’effet de sensation produit par le roman, y voyant au bout au compte la marque d’un foncier malentendu. Ce cas devait se reproduire à plusieurs reprises dans sa vie. Il faut écrire pour soi-même, comme il faut vivre pour soi-même, et l’on finit par exister également pour quelques rares âmes affines : telle est la conclusion à laquelle Goethe parvient. Décourageantes également, en grande partie, ses expériences politiques, en particulier celles de la première décennie de l’époque weimarienne, décevant l’impact de La théorie des couleurs, qu’Il tenait pour son œuvre la plus remarquable. Tout cela n’était guère fait pour favoriser une quelconque conscience de la propre stature exemplaire, conscience ancrée beaucoup, entre autres, dans le besoin, le désir d’harmonie entre le moi et le monde.

5Goethe trouve cependant en lui-même assez de ressources pour faire face. S’ajoutent à ces ressources propres l’adhésion, la reconnaissance, la célébration de la part de l’entourage, et cela dans une mesure suffisante pour faire céder le doute et l’incertitude. La forte nature de Goethe lui permet de se bâtir son bastion : dans l’espace physique, la maison du Frauenplan, monument élevé à lui-même, et dans l’espace intellectuel, un réseau de relations et de correspondants à travers lesquels lui-même peut participer à l’édification de l’esprit universel, du Weltgeist. Les honneurs mondains affluent, la gloire littéraire est généreuse, à croire qu’une main providentielle a rapproché dans le temps le triomphe de l’auteur de Faust et sa rencontre avec Napoléon. Pour ce qui est de Goethe, il doit avoir vu dans cette rencontre l’attestation digne de figurer dans le journal du fait que sa personne représente davantage que lui-même. Thomas Mann a dû éprouver un sentiment similaire lorsqu’en 1952, dans son journal, il note avec une joie quasi enfantine sa décoration de la rosette d’Officier de la Légion d’honneur.

6A mesure que Goethe commence, peu après 1800, à se penser comme historique, l’idée d’un bilan autobiographique s’impose de plus en plus à lui. C’est alors qu’il mesure combien est lacunaire la documentation qu’il possède sur lui-même, journaux inclus. Ce n’est pas sans rapport avec cette prise de conscience que Goethe commence, à partir du 21 mars 1817, parallèlement à son travail autobiographique, à porter des notes quotidiennes dans son journal, pratique à laquelle il s’astreint avec une remarquable constance jusqu’au 16 mars 1832. D’autres circonstances favorables à cette tenue quotidienne du journal sont le rétablissement de la paix en Europe, la consolidation du grand-duché de Saxe-Weimar, et le fait que Goethe trouve intérieurement un certain apaisement, une certaine sérénité, une certaine harmonie encore instable et toujours à reconquérir.

7Avec l’âge, Goethe devient une instance emblématique vers laquelle les gens affluent en pèlerinage. Tandis que dans la décennie qui suivit la mort de Schiller, Goethe s’était plus activement ouvert aux influences culturelles de son temps, voyageant, recherchant le contact de ses grands contemporains, à partir du début des années 20, il se retranche dans l’étroite retraite de Weimar, sans toutefois renoncer au contact avec le monde. Désormais, c’est le monde qui vient à lui. On ne peut nier que Goethe prend alors une stature emblématique, un statut obtenu il est vrai au prix de la solitude et qui, par moments, n’est pas à l’abri d’ébranlements douloureux.

  • 4  Cf. en particulier : Hans Wysling, Thomas Manns Goethe-Nachfolge, in Jahrbuch des Freien Deutschen (...)

8La dimension emblématique de Thomas Mann est d’une autre nature : il représente le surgeon tardif d’une bourgeoisie, il incarne à ses propres yeux le dernier représentant d’une époque à son déclin, de la même façon – le parallèle s’impose d’évidence — que Goethe se voyait comme l’un des derniers survivants de la pré-modernité. C’est pour ce type de raisons, également, que Thomas Mann se sentait proche d’un Stifter, dans la filiation de Goethe. Lui aussi se sentait appartenir « à la même famille ». Quant aux conditions socioculturelles dans lesquelles s’inscrit la carrière de Thomas Mann, on peut parfaitement distinguer, sous-jacents, certains traits de similitude avec ceux concernant Goethe. La précoce gloire littéraire de Thomas Mann lui apporta une confortable assise économique lui assurant le confort, lui permettant de vivre dans un cadre stable souvent non dépourvu de luxe. Ce prestige social, intervenu bien plus tôt que chez Goethe, n’était pas sans contribuer à l’autorité, au prestige intellectuel, et au sentiment, chez Thomas Mann, fort de cette reconnaissance générale face aux successives variations politiques, qu’il portait témoignage du vrai génie allemand, celui des valeurs de l’homme. De nombreux documents attestent une intense fréquentation des écrits biographiques de Goethe, principalement des entretiens et lettres, qui conforte Thomas Mann dans ce sentiment. Si l’on croit le témoignage qu’il en donne dans une lettre, c’est sciemment que Thomas Mann a voulu marcher dans les pas de Goethe. Les chercheurs, dans leurs travaux les plus récents, ont mis en évidence les traces de cette imitation4. Le journal de Thomas Mann est redevable, formellement, au genre de la chronique. Il est donc légitime de chercher à déterminer traits communs et différences, dans le contenu et dans la structure des journaux respectifs des deux grands Allemands, et de tenter de les « éclairer l’un par l’autre ».

9Si l’on écarte ici certains types d’écrits précurseurs du genre, tels que nous en ont laissé les civilisations antiques classiques ou de l’Orient, on peut poser que le journal intime est essentiellement une forme d’expression culturelle apparue avec l’ascension de la bourgeoisie. On voit différents types du genre se succéder, d’abord le journal comme compte rendu laconique de l’activité quotidienne (c’est le fait en premier lieu de groupes professionnels tels que médecins, marchands, etc.), puis le journal comme pratique d’introspection, qui en Allemagne doit son impulsion au piétisme et à ses exercices d’examen de conscience, et qui connut sa première grande floraison dans la seconde moitié du xviiie siècle. Citons ici, s’inscrivant par certains traits dans cette tradition, le Journal de mon voyage, de Herder, Journal secret d’un observateur de soi-même, de Lavater, mais aussi les carnets intimes du jeune Goethe. Disons d’entrée que dans leur ensemble les journaux de Goethe, mais aussi ceux de Thomas Mann participent de ces deux types de journaux, par certains traits spécifiques.

  • 5  Goethes Werke, édition patronnée par la grande-duchesse Sophie de Saxe-Weimar (Weimarer Ausgabe = (...)

10Le journal « compte rendu » est pour une bonne part un miroir des vertus bourgeoises. Une vie rangée, établie, l’ardeur au travail, l’ordre, le fait de ne pas gaspiller son temps, telles sont les valeurs que prône ce genre. Du point de vue de la valorisation croissante de ces vertus correspondant aux critères d’une vie bourgeoise cossue et satisfaite, on peut établir des parallèles entre les journaux intimes de Goethe et de Thomas Mann. Pour Goethe, le journal est l’outil d’un bilan quotidien, d’un auto-régentement quotidien, à l’occasion, il se rappelle lui-même à l’ordre par cette injonction : « Ne t’assoupis pas. » Un autre motif latent du journal figure aussi dans ces lignes du Divan : « Mon héritage ô combien vaste et grand, / Le temps m’appartient, le temps est mon sillon. »5 Tandis qu’au début Goethe tient lui-même son journal, de sa main — longtemps d’ailleurs de façon irrégulière —, à partir du milieu des années 90, il dicte le soir ses notes quotidiennes sans doute à ses secrétaires. Les « comptes quotidiens de soi-même » se font de plus en plus précis et à partir de 1817 se fixe leur structure invariable qui nous permet aujourd’hui de reconstituer exactement le déroulement de la journée de Goethe : travail littéraire ou scientifique le matin, une plage de repos après déjeuner, conversations et rencontres l’après-midi, réceptions ou théâtre le soir. Toutes ces notes sont le plus souvent laconiques, jetées sous forme abrégée, n’étant destinées qu’à leur auteur. Goethe n’ayant pris aucune disposition au sujet de ses carnets intimes, l’édition de Weimar a été la première à les publier intégralement.

  • 6  Cf. Heinz Schlaffer, Goethes Versuch, die Neuzeit zu hintergehen, in Bausteine zu einem neuen Goet (...)

11C’est le cours quotidien du temps qui structure la forme de ces écrits de chroniqueur. Ce qui prévaut, c’est l’évaluation du présent, de l’activité, du travail accompli dans la journée. Tandis que le Goethe vieillissant dicte le soir à son secrétaire le bilan de la journée, il sépare l’important du futile, ne retenant que ce qui, pour le cours de sa propre vie, mérite d’être fixé par écrit. Dans de très rares cas seulement, dans des moments de grande tension morale, ou bien lorsqu’il n’a pas d’aide sous la main, Goethe inscrit lui-même ses notes dans le journal. Tout naturellement, la dictée introduit un facteur de sélection, d’objectivisation. Mais le rapport direct au temps présent est toujours à la base tant de la relation des faits que de la réflexion. Lorsque Goethe commence à devenir un personnage historique à ses propres yeux, s’imposent aussi à l’occasion certaines réflexions où le passé, la mémoire sont pris en considération. Mais elles demeurent l’exception. Goethe, dans la rédaction du journal intime, se fait de la relation au présent un devoir rigoureux qui peut aller jusqu’à devenir fastidieux. Tandis que Goethe, dans son œuvre d’écrivain, tente d’échapper à la pression de la modernité6, elle s’impose à lui dans son journal des années tardives. A l’obligation que Goethe s’est faite d’un strict bilan quotidien s’ajoute, plus ou moins perceptible, la volonté de s’exprimer depuis sa position emblématique. Bien qu’il ne se soit jamais directement prononcé sur le sort à réserver à ses carnets intimes — si bien que les chercheurs n’ont eu accès à ces textes que deux générations plus tard – ces notes présentent cependant un trait quasi officiel, en particulier dans les passages de réflexion sur la politique, l’art et la science du temps, elles sont destinées en dernier ressort à témoigner de sa position à la fois devant soi-même et devant la postérité. Ces réflexions se déploient sous le signe de la distance, sur le mode du quant à soi, elles évoluent, formellement, vers des phrases complétées, rédigées sous forme de maximes, de sentences, de « formules définitives ». Ainsi le journal devient-t-il, chez le dernier Goethe, une tribune, un lieu d’observation du monde et de traitement des grands problèmes.

  • 7  WA, troisième section, vol. 10, p. 163.
  • 8  WA, troisième section, vol. 10, p. 273.

12Chez le vieux poète, l’intérêt pour l’histoire et la politique est toujours aussi vif, comme en témoigne le journal en de nombreux endroits. On n’y apprend pas moins que les « nouvelles politiques sont largement commentées, largement tournées à la plaisanterie »7 parmi des visiteurs, que Goethe, par ses interventions, avec la souveraine ironie du penseur politique et de l’artiste, s’efforce de se hausser au-dessus d’un état des affaires du monde que le journal qualifie constamment de « déplorable » ou de « fâcheux » . Le jugement qu’émet Goethe le 26 novembre 1828, s’exprimant sur le sujet de la Réforme, caractérise tout à fait sa vision de l’histoire en général : « Le triste tableau d’une confusion sans bornes, l’erreur combattant l’erreur, l’égoïsme combattant l’égoïsme, la vérité, ici ou là seulement, poussant un soupir de soulagement. »8

  • 9  WA, troisième section, vol. 13, p. 12.
  • 10  WA, troisième section, vol. 11, p. 301.
  • 11  WA, troisième section, vol. 11, p. 109.

13A propos des tendances « fâcheuses » de la littérature de son époque, le jugement de Goethe n’est pas moins désabusé : il condamne sans appel les œuvres des Romantiques allemands (« délire religieux autour l’art »9, « triste fatras »10). Les littératures française, anglaise et américaine, en revanche, y compris les œuvres relevant des courants romantiques nationaux, sont jugées dans l’ensemble avec plus de tolérance et d’ouverture ; il suffit de renvoyer au jugement de Goethe sur Balzac ; Goethe, face à l’actualité politique, ne parvient pas à adopter une position, une vision claires et sereines. Mais sur le terrain littéraire, la forte conscience qu’il a de la propre valeur lui permet d’envisager plus souverainement, d’affronter avec plus de tolérance des courants intellectuels divergeant de ses vues et de les assimiler. Dans sa conception, Goethe voit naître une littérature universelle, objet historique en voie de formation où confluent les différentes littératures nationales : « Considérations sur les littératures nationales par rapport tant à elles-mêmes qu’aux nations voisines. Littératures nationales enlisées, revigorées par les étrangères. »11 Dans ce contexte de la recherche de critères valables, la référence qui est faite aux œuvres littéraires du passé – œuvres allemandes aussi bien qu’étrangères —, à la culture du passé, ajoute aux raisons de l’incursion, dans le journal, des époques antérieures dans le temps présent de la réflexion.

  • 12  WA, première section, vol 3, p 368

14Pour Thomas Mann, l’imitation de Goethe se situe d’emblée sous le signe, en particulier, de l’autorégentement. Elle est allée jusqu’à un point insoupçonné. Chez le vieux Thomas Mann, l’imitation réelle des singularités goethéennes a pris parfois, paraît-il, des formes franchement comiques. C’est ainsi que Thomas Mann déclare à l’une de ses secrétaires américaines qu’il aime se parfumer à la violette et qu’il a pris ce goût chez Goethe. Le fait est également attesté que Thomas Mann, ayant reçu la rosette d’Officier de la Légion d’honneur, se mit à marcher de long en large les bras derrière le dos, ainsi qu’on le rapporte à propos du maître de la maison am Frauenplan. Tout cela seulement pour souligner à quel point marcher dans les traces de Goethe était devenu un principe de vie pour Thomas Mann. Nous ignorons si c’est l’exemple des carnets intimes de Goethe qui l’a directement incité à tenir un journal. Lorsque paraît le dernier volume des carnets du Journal de Goethe dans l’édition de Weimar, Thomas Mann a 28 ans. On ne peut que supposer qu’il a eu connaissance de l’édition de Weimar. Si l’on adhère à la plausible thèse de Wysling, c’est vers 1905, par le truchement de Nietzsche, que Thomas Mann s’est intéressé à Goethe. En tout état de cause, l’état d’esprit de Thomas Mann, quant à la tenue d’un journal, semble avoir quelque parenté avec celui de Goethe. On note chez l’un comme chez l’autre l’aspiration à l’« ordre d’une vie rangée »12, des journées réglées par un plan dont ils ne s’écartent que par nécessité, maladie, voyages et autres contraintes extérieures, et qui prévoit en particulier de réserver les heures de la matinée à leur art. Chez Goethe, l’idée que l’ordre favorise la création, s’exprime surtout par des rangements réguliers et par le besoin de changer de place papiers et objets. Thomas Mann, qui en fait de même, exige en outre un calme absolu, un ordre impeccable sur le bureau, a besoin pour travailler des meubles familiers, du tic-tac de l’horloge — habitudes qui vont jusqu’à la manie et prêtent parfois à rire. Les rituels des deux écrivains se ressemblent jusque dans leurs loisirs. Une soirée au théâtre ou une soirée musicale dans son salon, chez le grand classique, équivaut, chez son cadet de la modernité, à une soirée au cinéma ou passée à écouter des disques. Leurs rythmes internes, somme toute, présentent d’assez grandes similitudes. Leurs journaux à l’un et à l’autre présentent ainsi des structures similaires, Thomas Mann, en vieillissant, se livrant de plus en plus à une imitation directe de Goethe, perceptible dans les maniaques relevés d’ordre météorologique, dans les brèves analyses concernant les interlocuteurs, le résumé du pensum de lectures. La similitude entre les deux journaux réside également dans la fréquence quotidienne des notes, dans les deux cas écrites à la main, ce qui leur confère un caractère d’intimité particulier. Seuls les voyages et les problèmes de santé sont généralement récapitulés après coup.

15Cependant une différence essentielle saute aux yeux. Les carnets intimes du vieux Goethe illustrent ce point de vue confié au chancelier von Müller, à savoir que l’examen quotidien de la tâche accomplie « permet de prendre acte et de se réjouir de ce qu’on a fait ». Cette profonde confiance en la vie, ce contentement joyeux devant ce qu’on a réalisé devaient le plus souvent douloureusement faire défaut à Thomas Mann. La forte conscience de soi, la foncière assurance de Goethe comptaient parmi les traits essentiels que Thomas Mann admirait — une admiration mêlée de vague réprobation — chez le grand classique, l’enfant chéri des dieux et de la Fortune. Avec les années, Thomas Mann se plaint de plus en plus souvent de la fuite du temps, il s’irrite de devoir abandonner son œuvre pour une foule d’occupations quotidiennes ; surtout vers la cinquantaine se fait jour le sentiment que les nombreux honneurs dont on le couvre, ces honneurs censés confirmer le mérite, sont en totale disproportion avec l’œuvre produite — sentiment sans doute ancré dans l’admiration pour la productivité du vieux Goethe.

  • 13  Lettre de Heine du 28 février 1830 à Karl August Varnhagen von Ense (cf. Heinrich Heine. Säkularau (...)

16Les journaux des deux grands hommes diffèrent également sur un autre point : les notes sur la politique et l’histoire du temps. Lorsque le 15 mars 1933, dans la station suisse d’Arosa, Thomas Mann reprend la rédaction d’un journal, il s’agit là d’une décision qui doit autant à une préoccupation littéraire qu’au sens de la responsabilité politique. Thomas Mann ne situe pas sa fonction représentative d’exemplarité uniquement au niveau de l’homme privé, mais aussi et surtout au plan d’une responsabilité historique et politique qui dépasse celle de l’individu. C’est pourquoi il ne tarde pas à voir dans le séjour forcé en Suisse la première étape d’un exil où il aperçoit dans un premier temps la perte de son public, mais qui lui fait bientôt saisir la présence d’un autre enjeu désormais : il s’agit, en vertu de son prestige dans le monde, de son autorité littéraire et politique, de se battre pour une Allemagne meilleure, de faire entendre la voix de valeurs humaines dont celles célébrées par Goethe. De ce « sens douloureux de l’Allemagne », chez Thomas Mann, l’ensemble des carnets livre un témoignage bouleversant. La réflexion politique et sur l’histoire contemporaine constitue l’un des piliers centraux des notes qu’ils contiennent et qui s’inscrivent implicitement en opposition à cet indifférentisme goethéen qui n’a pas échappé à Thomas Mann parmi tant d’autres bons observateurs. D faut remercier Hans Wysling de nous avoir indiqué que c’est à Heinrich Heine que Thomas Mann a emprunté nombre d’aspects essentiels de sa vision de Goethe. Thomas Mann, quant à lui, n’aura pas été ce « génie du refus de son temps »13 que fut Goethe selon l’expression de Heine. L’artiste Thomas Mann se sentait proche de la souveraine supériorité ironique de Goethe ; sans méconnaître les abîmes et les dangers que recélait cette attitude, il l’adopta, mettant ses pas dans les traces de Goethe. Mais il refusa de suivre Goethe dans son indifférentisme, dans son scepticisme historique. Si de plus en plus souvent le très vieux Thomas Mann manifeste lui aussi son dégoût des temps comme ils vont et de la bêtise des gens, jusqu’à la fin il se réserve pourtant le droit de dire son mot, comme artiste, sur les questions graves de l’époque — ce qui ne lui fait pas plus d’amis dans un camp que dans l’autre.

17Mais que nous révèlent les journaux de Goethe et de Thomas Mann – telle est la question qui doit nous importer le plus – sur la personne et sur l’art des deux grands hommes ? Le journal de Goethe, par son style, relève plutôt du genre du journal « compte rendu » que de celui du journal « confession » . Si l’on y trouve, à partir de 1776, des informations essentielles sur la genèse de l’ensemble de l’œuvre, on n’y trouve guère, en revanche, de réflexions qui l’éclairent, la commentent, ménagent une place à l’analyse critique de l’œuvre par l’auteur. Il faut d’autant plus le souligner que le journal, genre intime, aurait pu être pour Goethe le lieu des réflexions les plus privées. Cela n’a pas été le cas, comme en témoigne la dissimulation à laquelle il se livre de surcroît dans ses carnets. Et Goethe ne se comporte guère différemment dans sa correspondance. De même que là, dans ses lettres, il met à l’abri des regards profanes ce qu’il entend en propre, de la même façon il demeure évasif dans d’autres textes autobiographiques, ou mieux, invité à préciser sa pensée, il fourvoie délibérément le lecteur, l’envoyant sur de fausses pistes. C’est à un autre égard que ces carnets nous instruisent. En nous fournissant une foule de données documentaires sur la vie quotidienne, ils nous offrent une large collecte de faits et nous permettent d’établir certains liens entre eux, ce qui peut être d’un grand secours pour l’interprète.

  • 14  WA, troisième section, vol 1, p 119

18Goethe montre la même discrétion, dans le journal, lorsqu’il se penche sur sa propre vie. Dans les notes datant de la première décennie weimarienne, on observe que le poète se livre à l’occasion à une réflexion sur la problématique de sa propre vie – mais le silence aussi peut être éloquent, dans le journal, comme le prouve la réaction de Goethe à la mort de sa sœur. On trouve dans le journal l’évocation de l’opposition entre « apathie » (Dumpfheit) et « catharsis » (Reinheit), entre production jaillissante et travail sur l’épanouissement de la propre entéléchie. Mais ce genre de notes demeurent hermétiques, comme enveloppées d’un voile de mystère. A la date du 13 mai 1780, on Ht par exemple : « Le meilleur est ce profond silence dans lequel je vis et croîs au monde et acquiers ce qu’ils ne peuvent me prendre ni par le feu ni par le glaive. »14 Cette confiance en son entéléchie, cette certitude croissante de la propre « dimension universelle », Goethe les trouva somme toute confirmées dans le cours de sa vie, malgré tous les bouleversements personnels, et cela, entre autres, grâce au fait que ses contemporains le confirmèrent dans cette conception du propre rôle. C’est ainsi que crût son rayonnement naturel, une autorité qui ne se transforma que dans le grand âge — lorsque son siècle, pensait-il, se fut détourné de lui — pour céder la place à la solitude, à la distance du vieillard retiré, intraitable. Désormais, le dernier représentant de la pré-modernité confie à son journal le témoignage des positions sur la littérature et la science qu’il se sent appelé à défendre. Mais ce sont alors des « formules définitives » qui ne s’adressent plus aux contemporains.

  • 15  WA, troisième section, vol.1, p. 98.

19Cet autorégentement, tel qu’il se révèle dans le journal, Goethe l’étend à l’autodiscipline physique. Les maladies ne sont qu’une seule fois jugées dignes de mention dans le journal et sont qualifiées le plus souvent de « petites incommodités physiques ». Goethe est plus facilement accessible à la souffrance d’autrui, comme le montrent les notes, bouleversantes dans leur brièveté laconique, sur l’agonie de sa femme. Il s’efforce de considérer avec ironie et hauteur les propres infirmités de l’âge. A propos de sa belle-fille, beaucoup plus jeune que lui, qui se plaint devant lui de maux plus ou moins imaginaires, il écrit dans son journal : « Nous pique-niquâmes autour de nos maux et infirmités. » A propos de cette attitude, citons le commentaire significatif par lequel Goethe accueille en 1779 la nouvelle de sa nomination au titre de conseiller privé : « Il est inconvenant de noter ces remuements intérieurs. »15 La rigueur morale, la crainte de se livrer servent de corset à un auteur de journal intime qui n’écrit que pour lui-même. Qui comptait approcher Goethe dans son journal est souvent déçu.

  • 16  Sur la référence à Platen, dans ce passage, cf. Inge Jens, Seelenjournal und politische Rechens-ch (...)

20Ses propres notes en partie très intimes n’ont jamais paru « inconvenantes » à Thomas Mann. Lorsque, exilé en Californie, il jeta au feu les carnets des jeunes années, il obéissait plus au besoin de se libérer d’un fardeau trop lourd qu’au souci du jugement de la postérité. Car ce qui apparaît encore, dans les réflexions tardives, des jeunes années « débridées » présente toujours le caractère d’un dévoilement explicite aux propres yeux de l’auteur. Ce que Goethe s’interdisait, l’intérêt porté au propre corps, occupe une place importante dans les notes de Thomas Mann. A l’opposé de l’attitude de Goethe, Thomas Mann a toujours placé la propre figure existentielle d’artiste au centre de ses carnets intimes. Dans la tradition et le sillage de Nietzsche et de Freud, il est parfaitement conscient des dangers psychiques et physiques qui l’assaillent et, tout aussi consciemment, il va au-devant d’eux. Tout autrement que chez Goethe, les questions de confort, d’ordre dans les choses extérieures, l’équilibre entre santé et maladie, le rejet des contraintes de quelque ordre qu’elles soient, la sexualité jouaient à ses yeux un rôle éminent dans sa condition d’artiste et de créateur. Ce que Goethe a rejeté, refoulé dans le journal, et que, tout au plus, on ne retrouve que dans l’œuvre, le désir et le tourment à l’œuvre dans l’activité créatrice, chez Thomas Mann, tout cela s’exprime dans les carnets. Tandis que Goethe, dans son journal, ne s’est livré que de façon détournée sur les problèmes du privé, confiant à l’œuvre leur forme sublimée, cette sublimation esthétique, chez Thomas Mann, est présente dans les carnets intimes mêmes, est au fondement de leur structure. Les confidences les plus intimes, les indications relatives aux œuvres en gestation, les commentaires sur l’actualité politique et l’histoire du présent s’entremêlent dans les notes de la journée pour former un tout. La sublimation esthétique se retrouve dans le journal également à propos de l’un des points les plus délicats concernant l’artiste, l’homme Thomas Mann : ses tendances homosexuelles. Lorsque Thomas Mann, dans son journal, avoue son amour pour Franzl, le serveur du Dolderhof à Zurich, on ne ressent nulle gêne à lire cette confidence, saisi qu’on est par la signification esthétique existentielle que revêt l’expérience pour Thomas Mann : il trouve par ce biais un nouvel accès, douloureux, à l’art, en l’occurrence aux poèmes de Michel-Ange, il prend congé de la vie et du monde, déplore la défection de l’inspiration poétique, présente au rendez-vous, jadis, lors d’expériences similaires. De façon significative, l’une de ces réflexions, je l’ai citée ici d’entrée, débouche sur l’interrogation à propos de l’opportunité de publier (plus tard, un jour) les notes de ces carnets. Thomas Mann ne tarde pas, alors, à se prononcer en faveur d’une publication. Les connaisseurs de son œuvre, argumente-t-il, sauront trouver le bon usage de son journal ; le monde sait qui il est16. C’est ainsi qu’il plaide lui-même l’unité de l’œuvre de l’artiste et de ses écrits privés où se mêlent existence et représentation. Revenant aux journaux intimes de Goethe, on pourrait y trouver des points de comparaison avec ceux de Thomas Mann, mais avec un notable glissement des points cruciaux. Lisant les journaux de Goethe à la lumière de notre expérience, i.e. de celle de Thomas Mann, on peut y discerner la voie qu’ils ouvrent au genre vers la Modernité et le chemin à accomplir.

Haut de page

Notes

1  Thomas Mann. Tagebücher 1949-1950, éd. par Inge Jens, Francfort-sur-le-Main, 1991, p. 255.

2  Goethes Gespräche, éd. par Wolfgang Herwig, vol. 3, deuxième partie 1825-1832, Zurich et Stuttgart, 1972, p. 163.

3  Thomas Mann. Tagebücher 1933-1934, éd. par Peter de Mendelssohn, Francfort-sur-le-Main, 1977, p. 319.

4  Cf. en particulier : Hans Wysling, Thomas Manns Goethe-Nachfolge, in Jahrbuch des Freien Deutschen Hochstifts, 1978, p. 498-551.

5  Goethes Werke, édition patronnée par la grande-duchesse Sophie de Saxe-Weimar (Weimarer Ausgabe = WA), première section, vol. 6, p. 121.

6  Cf. Heinz Schlaffer, Goethes Versuch, die Neuzeit zu hintergehen, in Bausteine zu einem neuen Goethe, éd. par Paolo Chiarini, Francfort-sur-le-Main, 1987, p. 9-21.

7  WA, troisième section, vol. 10, p. 163.

8  WA, troisième section, vol. 10, p. 273.

9  WA, troisième section, vol. 13, p. 12.

10  WA, troisième section, vol. 11, p. 301.

11  WA, troisième section, vol. 11, p. 109.

12  WA, première section, vol 3, p 368

13  Lettre de Heine du 28 février 1830 à Karl August Varnhagen von Ense (cf. Heinrich Heine. Säkularausgabe, vol. 20, Berlin et Paris, 1970, p. 389).

14  WA, troisième section, vol 1, p 119

15  WA, troisième section, vol.1, p. 98.

16  Sur la référence à Platen, dans ce passage, cf. Inge Jens, Seelenjournal und politische Rechens-chaft. Thomas Manns Tagebücher, in editio 9 (1995), p. 1-17

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jochen Golz, « Existence et représentation dans le journal intime de Goethe et de Thomas Mann », Revue germanique internationale, 12 | 1999, 89-99.

Référence électronique

Jochen Golz, « Existence et représentation dans le journal intime de Goethe et de Thomas Mann », Revue germanique internationale [En ligne], 12 | 1999, mis en ligne le 05 septembre 2011, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://rgi.revues.org/740 ; DOI : 10.4000/rgi.740

Haut de page

Auteur

Jochen Golz

Directeur des archives Goethe et Schiller de Weimar

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org