Navigation – Plan du site
Le philosophe, le savant, Goethe intime. Goethe et ses masques

La correspondance Goethe-Zelter : de l’écriture privée à l’écrit public

Édith Zehm
Traduction de Nicole Taubes
p. 101-109

Résumés

Cédant à l’instance des lecteurs, Goethe décide de publier les lettres échangées à partir de 1799 avec Carl Friedrich Zelter. On peut admettre que cette décision de Goethe est étroitement liée au projet autobiographique qui l’occupe alors. En 1823, en effet, parallèlement au chantier des Annalen, notes bibliographiques publiées par la suite sous le titre de Tag- und Jahres-Hefte, Goethe entreprend de séparer les lettres de Schiller et de Zelter des cahiers contenant toute la correspondance à lui adressée, en vue d’en exploiter le contenu pour ce projet. Désirant alors relire ses propres lettres écrites en retour, Goethe les demande à Zelter qui les lui envoie aussitôt. Il obtient ainsi une copie complète, chronologique, de toutes les lettres échangées jusqu’en 1825. Vraisemblablement dans l’été 1826, décision est prise d’une publication complète de ces lettres après la mort des deux correspondants. Ainsi, la correspondance avec Zelter — comme celle avec Schiller — doit être comprise dans son lien étroit avec l’œuvre autobiographique, elle constitue un prolongement, un complément aux grands ouvrages autobiographiques publiés après Le Voyage en Italie.

Haut de page

Texte intégral

1Chose insolite qu’un poète, un écrivain, publiant lui-même sa correspondance privée, car même au xviiie siècle, où le genre épistolaire bénéficia d’une immense popularité, le cas fut relativement rare. Lorsqu’il se produisit, ainsi lorsque Ludwig Gleim, à Berlin, fit paraître dès 1768 les lettres échangées de 1766 à 1768 avec Johann Georg Jacobi, il faut comprendre pareille publication comme un gage d’amitié et d’affection donné publiquement, un geste poétique et d’effusion sentimentale, dans ce culte enthousiaste de l’amitié auquel sacrifia l’époque.

2Goethe est peut-être le premier à ne pas obéir à ce genre de motifs d’ordre moral et esthétique lorsqu’il rend publiques ses lettres échangées avec un ami – la correspondance avec Schiller — ou les reprend et les prépare en vue de leur publication comme c’est le cas pour sa correspondance avec Carl Friedrich Zelter. Or, tandis que l’échange intellectuel qui nourrit les relations épistolaires avec Schiller, l’autre géant littéraire de Weimar, rend superflue toute autre légitimation de la publication de ces lettres, acte d’« offrande à l’humanité » selon l’expression de Goethe, les raisons qui l’ont décidé à donner au public accès à la correspondance avec Zelter semblent beaucoup moins évidentes.

3D’abord maître maçon de son état, puis, ayant hérité de l’entreprise de son père, entrepreneur en bâtiment à Berlin, mais dès sa jeunesse passionné de musique, Zelter avait acquis une remarquable pratique musicale (il jouait de plusieurs instruments) et s’était doté de bonnes connaissances théoriques, entre autres, dans le domaine de la composition. La publication de ses premiers travaux musicaux, une biographie de Fasch, son professeur de musique, et son activité à la « Sing-Akademie » lui valent bientôt un certain renom au-delà de Berlin. Il milite en faveur de l’accès de la musique à l’Académie des arts, un engagement couronné de succès tant pour la cause défendue qu’au plan personnel puisqu’il se voit attribuer en 1809 la chaire de musique de l’Académie. Dès avant le début du siècle, Zelter s’était fait connaître à Iéna en faisant donner dans le cercle du Justizrat Hufeland ses compositions sur des textes de lieder, attirant ainsi l’attention de Goethe dès lors désireux de rencontrer le musicien. En 1796, par l’entremise de la femme de l’éditeur berlinois Unger, Friederike Helene Unger, Zelter fait parvenir à Goethe ses dernières compositions publiées en volume. En retour, par l’intermédiaire de l’amie commune, Goethe envoie à Berlin ses compliments, remerciant le compositeur. En août 1799 enfin, Zelter, toujours par le biais des Unger, s’enhardit à adresser une première lettre à Goethe. C’est le point de départ d’une correspondance qui, portant au début sur des thèmes ayant trait à la musique, prend bientôt un tour très personnel et dans laquelle les deux hommes, que les circonstances de leur vie rendaient si foncièrement dissemblables, expriment un véritable intérêt l’un pour la personnalité de l’autre et se communiquent leurs vues sur la littérature, la musique, les arts et le théâtre, leurs opinions sur les gens et les événements, la sphère privée et familière étant très souvent présente dans leurs propos. La forme épistolaire est là au service de la communication privée, de la discussion à bâtons rompus, elle n’est aucunement conçue en vue d’une publication ultérieure. Ainsi, la multiplicité et la richesse des sujets abordés dans cet échange épistolaire ne peuvent à elles seules expliquer l’idée qui prend corps chez Goethe, plus tard, de les publier. Apparemment, l’explication est plus sûrement en relation avec la préoccupation qui se fait jour chez Goethe de son œuvre autobiographique.

4Curieusement, c’est dans la même année, 1823, qu’apparaissent les premiers indices d’un travail de collecte, de classement, de relecture des lettres à la fois de Schiller et de Zelter. On est donc tenté de rechercher une motivation extérieure à ces corpus, de supposer une raison d’ordre biobibliographique, pour expliquer ce nouvel intérêt pour des lettres dont la plupart datent alors de plus de vingt ans. Cette date coïncide sans aucun doute avec la réactualisation d’un projet auquel Goethe a donné à chaque fois une nouvelle appellation, entre autres « Chronique », « Annales », « Journaux et Annales », où le poète se proposait une synthèse alliant sa biographie à une chronologie de ses œuvres. Les prémisses de ce travail se situent bien des années plus tôt et se transforment à plusieurs reprises sous la poussée des événements. Il faut revenir une bonne décennie en arrière, dans les écrits de Goethe, pour retrouver ces premières traces.

  • 1  Johann Wolfgang Goethe, Sämtlwhe Werke nach Epochen seines Schaffens, Münchner Ausgabe, édition pu (...)

5Dans la préface à la première partie de Poésie et vérité, qui paraît en 1811, Goethe, à propos de la nouvelle édition qui se prépare des Œuvres complètes (la deuxième paraissant chez Cotta), cite la « lettre d’un ami », lettre certainement fictive, se faisant l’écho du public qui désirerait disposer d’un classement chronologique des œuvres accompagné d’indications sur les circonstances biographiques de leur genèse. Un tel vœu des lecteurs a-t-il réellement été présenté à Goethe, ou s’agit-il là d’un procédé d’auteur pour annoncer son propre projet, la question doit rester ouverte. Quoi qu’il en soit, cette idée se concrétise dans un article que Goethe publie cinq ans plus tard, le 26 avril 1816, dans le Morgenblatt für gebildete Stände. Considérant qu’on ne peut songer, avant d’avoir terminé la nouvelle édition, à s’engager dans un projet aussi complexe, la rédaction exhaustive de confidences biblio-biographiques pour l’ensemble de son œuvre, Goethe annonce dans cet article une brève esquisse biographique. Malgré plusieurs épisodes d’un travail intense, ce projet lui non plus ne put être réalisé en temps voulu. Goethe se contenta donc d’insérer en 1819 dans le xxe volume de l’édition des Œuvres, sous l’intitulé Chronologie sommaire des écrits de Goethe (Summarische Jahresfolge Goethe’scher Schriften), une « pure table chronologique »1, par année, des ouvrages publiés jusqu’en 1818.

  • 2  Goethes Werke, édition publiée sur la commande de la grande-duchesse Sophie de Saxe Weimar, 1887-1 (...)
  • 3 WA III 8, p. 235.
  • 4 WA III 8, p. 235.

6Dans un premier temps, pourtant, Goethe poursuit le travail sur le projet de « Chronique » pour l’interrompre à nouveau en 1820. En effet, depuis le début de cette année, il s’est engagé dans la préparation d’un autre important ouvrage autobiographique, La Campagne de France (Campagne in Frankreich 1792). Mais dès avant sa parution, en mai 1822, il a arrêté le projet d’une autre édition de ses œuvres : il s’agit de l’édition en 40 volumes plus tard intitulée Dernière édition complète autorisée (Vollständige Ausgabe letzter Hand) publiée de 1827 à 1830. Retombée immédiate du projet, Goethe prend une initiative de portée imprévisible sur le moment : quelques jours après l’ébauche d’un premier plan schématique pour la nouvelle édition, il charge Kräuter, son secrétaire, d’une mission dont la trace figure dans son journal à la date du 7 mai. Il s’agit de « relever tous les papiers et documents concernant moi-même et mon entourage, et de les mettre en ordre »2. Dès le 19 mai, Goethe s’enquiert de l’avancement du travail ; mais ce n’est qu’à son retour de Bohême, fin août, qu’il trouve terminé « le répertoire qu’a dressé Kräuter de la totalité de mes œuvres, écrits et papiers littéraires »3, ainsi qu’il le note au 2 septembre dans son journal. Cet examen et classement de ses papiers et de ses lettres a non seulement permis l’établissement des archives privées du poète, qui sont d’un grand intérêt pour les chercheurs travaillant sur les sources, mais permet également à l’intéressé de retrouver tel et tel document égaré. A cette date du 2 septembre, dans son journal, Goethe note encore : « Les papiers concernant l’esquisse biographique de ma vie se sont retrouvés. »4 Les travaux sur la « Chronique », manifestement abandonnés en 1820, reçoivent ainsi une nouvelle impulsion de deux côtés à la fois : d’une part, se trouvaient à nouveau disponibles les projets, les plans, les recherches préparatoires réalisés jusqu’alors, d’autre part, s’offrait désormais la possibilité de recourir non plus seulement au journal, mais également au contenu des documents et des lettres pour retrouver le souvenir des divers épisodes biographiques et des étapes successives de la création littéraire.

  • 5 WA III 9, p. 53.
  • 6 WA III 9, p. 54.
  • 7 WA III 9, p. 55.

7Le classement systématique de toutes les lettres reçues, qui commence en 1823, conditionne donc de façon déterminante la poursuite et l’aboutissement de l’œuvre biographique, en même temps qu’il joue un rôle externe dans la décision de publier les correspondances avec Schiller et Zelter. Ces lettres, en règle générale, étaient liées en cahiers et classées non pas en fonction de l’expéditeur, mais par ordre chronologique de réception. En mai et juin 1823, Goethe fait extraire de ces liasses les lettres de Schiller et de Zelter pour les grouper en fascicules séparés. De nombreuses mentions font état de ce travail dans le journal, ainsi le 25 mai : « ordonné les lettres de Zelter. [...] Lettres de Zelter de 1805 et 1806 »5, le 27 mai : « passé à mettre en liasses les lettres de Zelter »6 ou encore, le 30 mai : « rassemblé toutes les lettres de Schiller sorties des cahiers, complètes de 1801 à 1805 »7.

  • 8  MA 20 1, p. 774.
  • 9  WA III 10, p. 57.
  • 10  MA 20.1, p. 844.

8A propos de la collection des lettres de Zelter, Goethe écrit le 9 janvier 1824 à leur auteur : « Pour m’éclairer sur la façon dont se présentaient les choses en 1802, j’ai feuilleté mes recueils de lettres de ces jours-là, et j’y ai trouvé de ta main de bien belles et bonnes choses, paroles profondes d’un ami qui n’ont rien perdu de leur validité jusqu’aux temps les plus récents. Ainsi l’examen des semaines mémorables que nous avons passées ensemble ajoutera bien encore quelques bons empans à l’étoffe de tant d’années. »8 L’étude des lettres reçues apparaît donc ici très clairement comme apportant matière aux travaux pour l’œuvre biographique. Après une brève interruption, Goethe reprend ces travaux en mai 1825 tout en poursuivant la lecture des lettres de Zelter, comme en fait foi le journal à la date du 19 mai : « Dans la soirée, dicté l’année 1803 à John. Lu pour moi les lettres de Zelter et noté encore quelques points importants de l’époque. »9 Deux jours plus tard, le 21 mai, Goethe écrit à Zelter ; exprimant son désir de collecter des souvenirs pour les « Journaux et Annales », il lui présente une requête : « Je travaille activement aux annales de ma vie dont j’ai déjà sous la main une grande masse, pour partie prête à la rédaction, pour partie rédigée. Or je m’aperçois que notre relation à partir de 1800 traverse toutes ces choses, c’est pourquoi j’aimerais la faire apparaître pour la durée des temps [...]. Je viens d’examiner tes lettres, qui sont là devant moi proprement agrafées, et je formule un vœu : c’est que, pour un temps limité, tu me fasses parvenir les miennes par fractions de cinq ans. [...] J’aimerais suivre et poursuivre ce noble fil avec un tendre soin ; [...]. Ces lettres ne seront pas copiées sans ton autorisation expresse ; ce que j’en veux extraire sera marqué en marge au crayon. »10 Si ces passages n’indiquent encore nulle intention de publication de la correspondance, ils marquent cependant une étape importante dans cette direction. Goethe demande ici à Zelter de lui renvoyer temporairement, par fractions successives, les lettres qu’il lui a jadis adressées, avec la permission d’en prélever des extraits, d’en faire des copies, et cela toujours en rapport avec ses travaux biographiques, ses « Annales », comme il les intitule ici. La relecture analytique des lettres reçues a logiquement fait naître le désir de relire celles envoyées en réponse. Lorsque Goethe écrit qu’il voudrait « faire apparaître pour la durée des temps » la relation d’amitié qui l’a hé à Zelter et qui « à partir de 1800 traverse toutes ces choses », il faut comprendre qu’il considère son amitié avec Zelter comme faisant essentiellement partie de sa vie, qu’il veut insérer « ce noble fil » dans le tissu de l’ouvrage biographique afin que celui-ci retienne pour la postérité ce que cette amitié a signifié à ses yeux dans sa vie.

  • 11  MA 20.1, p. 845.

9Zelter, plutôt surpris de cette idée, fait savoir dans sa réponse tout le prix qu’il accordait à la possession des lettres de Goethe mais consent aussitôt à la suggestion d’un envoi momentané des documents à Weimar. Il donne sans restriction son accord à ce que « copie soit faite, dans toute leur substance », de ces lettres, puis, « en espérant qu’elles puissent représenter pour le monde ce qu’elles ont représenté pour moi »11, il adhère au projet de Goethe, à savoir que toute une amitié épistolaire, vue comme partie intégrante de la vie de Goethe, puisse entrer dans son ouvrage autobiographique et que le monde la connaisse pour ce qu’elle a été.

  • 12  MA 20.1, p. 850.

10Le 28 mai 1825, Zelter envoie donc à Weimar la première liasse des lettres de Goethe, celles de 1799 à 1806, et Goethe les fait reproduire par son copiste John, en lui indiquant un procédé qui ressort d’une petite remarque de la lettre de Goethe à Zelter du 6 juin : « Les lettres sont bien arrivées et sont déjà en ouvrage : je les fais recopier, intercalées avec les miennes, par une main éprouvée. »12 Ce qui, manifestement, se confectionne alors ainsi est une copie à la fois des lettres de Goethe et de celles de Zelter, préalablement disposées dans l’ordre de la correspondance. C’est là sûrement une étape supplémentaire sur la voie de la publication puisqu’on obtient alors un premier manuscrit de la correspondance. Pourtant, ce choix d’une copie intégrale n’envisage encore nullement une impression ultérieure. « Nous aurons là des codex d’où nous tirerons maintes joies », écrit Goethe dans la même lettre, et « codex » ne désigne là pour lui que les liasses de lettres copiées.

  • 13  MA 20.1, p. 926.

11Dans les mois qui suivent, se succèdent les envois des lettres de Goethe à Zelter, de Berlin à Weimar, lesquelles, copie faite, effectuent le chemin inverse. Le 3 juin 1826, juste un an après le début du travail de copie, Goethe annonce à son ami : « Dans les prochains jours, j’aurai sur ma table notre correspondance, le plus proprement recopiée, en plusieurs volumes ; tu pourrais bien accorder un pèlerinage à la célébration d’un si bel ouvrage. Quand j’aurai quelque soirée tranquille, j’étudierai cela avec la plus grande attention pour me faire mon idée de ce qu’il faut en faire dans la suite. »13 On doit relever deux mots dans ce passage : d’abord, l’utilisation du terme d’« ouvrage » pour désigner la copie de la correspondance entre Goethe et Zelter de 1799 à 1825 ; ensuite, l’indication d’une réflexion sur le sort de ces lettres « dans la suite ». Peut-être ne faut-il pas prendre ici le terme « ouvrage » au sens fort d’ouvrage littéraire, d’« opus » d’un créateur, mais dans son sens banal de travail, de résultat d’une besogne enfin parvenue à son terme, à savoir la copie en elle-même. Plus nettement sensible est l’idée d’une réflexion sur un avenir de ce manuscrit, sur son utilisation ultérieure. Tandis que jusqu’alors les contenus des lettres et de leurs réponses importaient principalement pour ce qu’ils permettaient de raviver le souvenir des événements ayant jalonné une vie sur plusieurs décennies, désormais, ainsi lisible dans sa forme propre, cette correspondance, est perçue comme objet autonome.

  • 14  MA 20.1, p. 938.

12Zelter vint en visite à Weimar du 7 au 19 juillet 1826. Goethe a noté de nombreuses conversations dans son journal et les sujets de leurs entretiens. La correspondance des deux amis est le seul objet à n’être ni mentionné ni même évoqué ici. Il est pourtant légitime de supposer que c’est au cours de ces jours qu’il fut décidé de donner un sort ultérieur au manuscrit de la correspondance. En effet, peu après, le 5 août 1826, Goethe écrit à Zelter : « Notre chère correspondance occupe le plus agréablement qu’on peut le désirer mes soirées avec l’ami Riemer ; nous la lisons de près, rectifions, corrigeons, donnons la ponctuation, et nous avons ainsi un manuscrit propre, paré à toute éventualité. »14 Le commencement de la préparation du manuscrit, ainsi relaté dans ces lignes, est un indice tout à fait concluant de ce que la question d’une publication de la correspondance, à tout le moins, a été soulevée, évoquée lors de la visite de Zelter à Weimar, même si le projet n’en a pas été expressément fixé. On ne trouve ni dans les journaux de Goethe, dans sa correspondance avec Zelter ou avec des tiers, ni dans des comptes rendus de conversations, de témoignage direct d’une décision, voire d’une discussion sur le sujet. Mais la seule durée du travail de rédaction – on peut en suivre le cours sur des mois, dans le journal, jusque loin dans l’année 1827 — nous permet d’imaginer le soin mis à l’œuvre, et nous porte à croire qu’il s’agit bien là d’un manuscrit destiné à être imprimé. Un autre indice conforte notre thèse : c’est dans ce passage que tombe pour la première fois, en relation avec la mention du travail de rédaction, le nom de Riemer. Or c’est lui qui plus tard, après la mort de Goethe et de Zelter, dirigea la publication de la correspondance conformément à la mission confiée par Goethe.

  • 15  MA 20.2, p. 1645.
  • 16  MA 20.2, p. 1647 s.

13Cependant, la confection des « codex » de copies de lettres se poursuit. En juin 1827, Goethe demande ses lettres de 1826 ; en février 1828, il est en possession de celles de 1827. Ainsi le manuscrit de la correspondance augmente-t-il à chaque fois d’une tranche annuelle, soumise alors à la rédaction. Le premier témoignage explicite du projet de publication est fourni par les accords juridiques passés entre Goethe et Zelter, ainsi que par des dispositions testamentaires de Goethe en date de décembre 1830 et janvier 1831. Dans son testament du 6 janvier 1831, Goethe prévoit à la rubrique « Correspondance avec Monsieur le professeur Zelter, de Berlin » : « Tout ce qu’on en peut dire à ce jour, c’est qu’elle devra être proposée intégralement à un éditeur et imprimée après la mort de l’un et de l’autre. La moitié de la somme qu’elle produira revient à mes petits-enfants, et l’autre moitié aux deux filles actuellement non mariées de mon ami Zelter [...], leur père m’ayant cédé à cette condition la propriété exclusive de cette correspondance. »15 Pour finir, un accord écrit est passé en juin 1831 avec Riemer, le futur éditeur moral, lui faisant obligation « de poursuivre dès à présent la révision commencée et de parachever la mise au propre du manuscrit aux fins d’une édition à mettre en œuvre ; charge lui est faite non seulement de corriger toute faute d’orthographe rencontrée, de rectifier les noms et les dates, mais également d’apprécier ce qu’il conviendrait de supprimer, dans tous les cas, d’expressions trop rudes ou trop excentriques »16.

  • 17  MA 20.2, p. 1121.
  • 18  MA 20.2, p. 1212.
  • 19  MA 20.2, p. 1224.
  • 20  MA 20.2, p. 1258.

14On peut se demander si certaines modifications n’apparaissent pas dans le style des deux amis à partir du moment où une future publication de la correspondance est en vue, se poser la question d’une éventuelle influence sur le choix des thèmes dès lors abordés, de savoir si l’écriture des deux correspondants change alors. Surtout chez Zelter, une certaine contrainte n’aurait pas surpris, car bien qu’homme comblé de charges, depuis qu’il s’était définitivement consacré à la musique – directeur de la « Sing-Akademie », fondateur et directeur de la « Liedertafel », professeur de musique à l’Académie des arts, placé à la tête de l’Éducation musicale et chorale pour toute la Prusse — éminent homme public donc, l’idée de l’accès du public aux lettres adressées à Goethe aurait pu le troubler dans un premier temps, infléchir sa façon d’écrire désormais. Il n’en fut rien : toujours le même ton brusque à l’occasion, rafraîchissant, dans ses lettres. Zelter n’est pas plus avare qu’auparavant d’anecdotes drôles, ne se prive pas plus qu’avant de faire le meilleur sort aux potins berlinois, d’user de persiflage et d’ironie, tant à l’encontre de son entourage que de lui-même. En mai 1828, il écrit par exemple : « Hier, deuxième jour de la Pentecôte, tôt le matin, est venu me voir le professeur Hegel ; arriva ensuite le professeur Wolf et on décida de chercher un quatrième pour ce même soir au whist. Celui qu’on trouva était Wilken. On a donc vu quatre professeurs allemands assis pacifiquement ensemble jusqu’à minuit. Cosa rara ! »17 Voici sa description d’une chanteuse qu’il désire recommander à Weimar : « La femme possède une voix d’alto du plus beau volume ; claire, d’une pureté égale, on la prendrait pour une voix italienne. [...] La femme est ensuite bonne musicienne, pianiste, et tout à fait appétissante. Un baiser d’elle n’est pas de la roupie de sansonnet. »18Et s’exprimant à propos de la scène musicale berlinoise : « On a la tête dans les platitudes ressassées et le mousseux de Grünberg. On est comme une poule sur un gros tas d’immondices, grattant et fouissant en quête de quelque grain comestible. »19 Quant à l’écrivain August Tiedge, l’ami d’Elisa von der Recke, voici son impertinent portrait : « Ce vieux radoteur [...] qui m’est profondément antipathique, qui cherche à impressionner les gens comme un douanier sur la chaussée, n’est qu’un raseur borné. »20

  • 21  MA 20.2, p. 1339.

15Le seul petit changement, notable toutefois, qui intervient dans la correspondance, provient du souci qu’exprime Goethe relativement au volume requis par le projet de publication. A chaque occasion il incite à montrer plus d’enthousiasme à écrire, ainsi, dans sa lettre du 27 mars 1830 : « Fais en sorte que l’année en cours, 1830, voie une belle abondance de lettres afin que notre correspondance ne finisse pas un jour comme celle de Schiller, laquelle, pareille au Rhin, s’est perdue dans les sables du quotidien. »21

16Après la mort de Goethe et de Zelter, l’édition de leur correspondance a été publiée en six volumes sur les années 1833 et 1834. On a souvent reproché — de nos jours encore — à Riemer d’en avoir falsifié les textes. Ce reproche est sans doute injuste. Premièrement, le manuscrit de la copie des lettres ne nous étant pas parvenu, on ne peut avec certitude faire le départ entre les modifications intervenues dans la phase où Goethe et Riemer ont travaillé ensemble et ce qui revient, plus tard, à la seule initiative de l’éditeur. Deuxièmement, Riemer a reçu expressément tous pouvoirs pour expurger le texte de tout ce qu’il trouvait incongru. Et c’est ce qu’il a probablement fait sans pourtant nuire en rien au ton direct et vivant de la conversation épistolaire.

  • 22  MA 20.2, p. 1420.

17Mais en quoi la correspondance entre le poète et le musicien et compositeur berlinois peut-elle prétendre s’élever à la dignité d’une « œuvre » ? La multiplicité des thèmes, le ton de plus en plus familier de la conversation privée, la constance presque sans faille de l’échange épistolaire, la profonde empathie des deux correspondants, l’un compatissant aux nombreux coups tragiques affectant l’autre – toutes ces qualités confèrent certainement leur valeur unique aux près de neuf cents lettres conservées dans leur version originale. Mais c’est dans les années de 1825 à 1832 qu’elles prennent vraiment leur qualité d’œuvre, de work in progress, après 1825, lorsque Goethe, dans une démarche autobiographique, travaillant sur les « Journaux et Annales » et relisant ces lettres dans ce contexte, décide d’en faire établir des copies ainsi que de celles écrites en retour, regroupe ces copies en les intercalant, et poursuit ce travail sur plusieurs années. La raison de cette assiduité est que Goethe comprend en fin de compte que cet échange de lettres, par la densité des événements touchant les deux correspondants sur plus de trois décennies de vie, constitue une œuvre autobiographique autonome. Pour Zelter, modestement, il commente ainsi sa part dans cette œuvre : « Mes lettres ont du moins le mérite d’avoir suscité les tiennes. »22

Haut de page

Notes

1  Johann Wolfgang Goethe, Sämtlwhe Werke nach Epochen seines Schaffens, Münchner Ausgabe, édition publiée sous la direction de Karl Richter en collaboration avec Herbert G. Göpfert, Norbert Miller, Gerhard Sauder et Edith Zehm, Munich, Carl Hanser, 1985 et s. (MA), vol. 14, p. 575.

2  Goethes Werke, édition publiée sur la commande de la grande-duchesse Sophie de Saxe Weimar, 1887-1919 (WA), sect. III, vol. 8, p. 193.

3 WA III 8, p. 235.

4 WA III 8, p. 235.

5 WA III 9, p. 53.

6 WA III 9, p. 54.

7 WA III 9, p. 55.

8  MA 20 1, p. 774.

9  WA III 10, p. 57.

10  MA 20.1, p. 844.

11  MA 20.1, p. 845.

12  MA 20.1, p. 850.

13  MA 20.1, p. 926.

14  MA 20.1, p. 938.

15  MA 20.2, p. 1645.

16  MA 20.2, p. 1647 s.

17  MA 20.2, p. 1121.

18  MA 20.2, p. 1212.

19  MA 20.2, p. 1224.

20  MA 20.2, p. 1258.

21  MA 20.2, p. 1339.

22  MA 20.2, p. 1420.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Édith Zehm, « La correspondance Goethe-Zelter : de l’écriture privée à l’écrit public », Revue germanique internationale [En ligne], 12 | 1999, mis en ligne le 05 septembre 2011, consulté le 23 mars 2017. URL : http://rgi.revues.org/742

Haut de page

Auteur

Édith Zehm

Institut de littérature allemande de l’Université de Munich, éditrice de la correspondance Gœthe-Zelter

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page