Navigation – Plan du site
Le philosophe, le savant, Goethe intime. Goethe et ses masques

Mascarade et mystification dans le « Journal de Tiefurt » 

Günter Oesterle
Traduction de Olivier Mannoni
p. 111-122

Résumés

L’étude part de deux thèses : 1 / Goethe fut l’un des artistes du trompe-l’œil les plus raffinés de son temps, qui sut tirer parti non seulement des avantages de la constitution de la notion d’auteur, mais qui sut aussi exploiter la marge de manœuvre de l’anonymat ; 2 / La poétique goethéenne du « secret évident » correspond à une poétique culturelle des masques qui va de la mascarade ludique et de son jeu de rôles jusqu’à la tactique de la diplomatie et du camouflage lourd de conséquences en termes de politique culturelle. A partir de l’exemple du Journal de Tiefurtfondé à Weimar par la duchesse veuve Anna Amalia et des contributions anonymes qui y furent publiées, différentes formes de mascarade littéraire sont présentées : le camouflage contextuel d’un poème d’amour par Goethe, la mascarade de groupe, à la faveur de laquelle des contributions sont à tort attribuées à Goethe, ce qui, du coup, a des conséquences cosmopolites productives. L’étude s’achève sur un exemple de mascarade euphémisante : au beau milieu du Journal de Tiefurt, qui semblait marqué par un innocent jeu de société, une faille se fait jour brusquement, associée au nom de Johann Reinhold Lenz, le malheureux poète du Sturm und Drang et ancien ami de Goethe en littérature. L’article montre les rapports de cette représentation ambiguë de l’amitié rompue avec le thème « Goethe cosmopolite ».

Haut de page

Texte intégral

I

  • 1 Cf. Günter Oesterle, Goethe und Diderot : Camouflage und Zynismus. Rameaus Neffe als deutsch-franzö (...)
  • 2 Johann Wolfgang Goethe à Friedrich Schiller, 1eroctobre 1794, in Briefwechsel zwischen Schiller und (...)

1Quel rapport entre la mascarade et le cosmopolitisme ? Quel est le lien entre le procédé de la mascarade, utilisé par Goethe, et le thème de « Goethe cosmopolite » ? On peut rapporter le cosmopolitisme à deux centres de problématique. D’un côté, on peut, dans un champ discursif plutôt idéologique, constater les frontières et les différences qui le séparent du nationalisme et du patriotisme. D’un autre côté, le cosmopolitisme se rapporte plus fortement au problème du transfert et de la circulation des idées. On pourrait ainsi écrire deux textes différents sur le sujet « Goethe cosmopolite ». Car, dans les deux cas, Goethe a employé et utilisé le masque et la mascarade. Ainsi, par exemple, il a fait abondamment usage du masque et du déguisement dans sa traduction du Neveu de Rameau de Diderot, et plus encore dans le commentaire qu’il y a ajouté en annexe, « Remarques sur les personnes et les objets mentionnés dans le dialogue Le Neveu de Rameau ». A la parution en langue allemande du Neveu de Rameau, en 1805, beaucoup de contemporains, entre autres le compositeur berlinois Zelter, crurent qu’il s’agissait d’une œuvre de Goethe et que Diderot, décédé depuis longtemps, n’était qu’un masque derrière lequel Goethe pouvait exposer des idées et des thèmes d’ordinaire frappés de tabou. Le premier à lire ce texte comme un écrit doté d’un message politique ésotérique fut le prince Auguste von Gotha, ami de longue date des poètes de Weimar et médiateur généreux de manuscrits provenant du milieu des encyclopédistes, tout particulièrement de Diderot. Ce prince francophile interprète sous un angle extrêmement actuel les « fragments » que Goethe lui a fait parvenir trois semaines avant la publication, sans indication d’auteur, et sous le sceau d’un secret rigoureux : pour lui, Le Neveu de Rameau est le « symbole du peuple français tout entier ». L’exergue de la deuxième satire d’Horace, qui se réfère à l’inconstance et à la faculté protéenne de métamorphose de certains êtres humains, incite le prince à lire « les entretiens eux-mêmes » comme « une peinture plus ou moins détaillée de la transformation de l’État français survenue en 1789 ». Il lui faut attendre le catalogue de la foire de Leipzig pour apprendre que ce texte, qu’il avait considéré comme une analyse pertinente de la période qui suivit 1789, avait déjà été écrit avant la Révolution française. Et pourtant son sentiment ne le trompait pas tout à fait. Car beaucoup d’éléments plaident en faveur de l’idée que Goethe n’a fait que camoufler son commentaire au Neveu de Rameau en annexe destinée à apporter des précisions historiques. En réalité, les « Notes » sur Le Neveu de Rameau sont rédigées pour aborder des sujets de la plus brûlante actualité en cette époque de francophobie, mais aussi frappés de tabou. Il suffit de comparer la leçon « Sur la littérature, l’art et l’esprit de l’époque » publiée par August Wilhelm Schlegel en 1803 dans la revue Europa, dirigée par son frère, aux « Notes » de Goethe : on peut ainsi suivre, point par point, la tentative de réfutation menée par Goethe contre cette dénonciation antifrançaise1. Goethe a fréquemment utilisé après 1789 une écriture dissimulant ce type de formes. Dans la préparation des Horen, la revue que Schiller prévoyait d’éditer, il écrit : « Je réfléchis particulièrement aux moyens et aux masques par lesquels et sous lesquels nous pourrions transmettre certaines choses au public. »2 Dans la période qui précéda la Révolution française domine non seulement chez Goethe, mais aussi dans son entourage, non pas le camouflage, mais la mascarade ludique. Je voudrais cependant montrer comment ce jeu avec différents masques, Anacréon, Rousseau, s’achève finalement dans la brutalité. Le masque comique, facteur d’intégration, se transforme en masque du rejet, illustré par la réécriture d’un texte du poète Jakob Michael Reinhold Lenz, exclu du Cercle de Weimar.

II

  • 3 Adolf Freiherr von Knigge, Über dem Umgang mit Menschen, Max Rychner (éd.), Brême, 1964, p. 429.
  • 4 Heinrich Bosse, Autorschaft ist Werkherrschaft. Über die Entstehung des Urheberrechts aus dem Geist (...)

2Après ce préambule, je débuterai par une anecdote : un jour, je visitais Paris avec le maire d’une petite ville souabe. Cet ami, très digne, très soucieux des titres, des rangs et des noms, s’exclama tout d’un coup, à ma grande surprise, au beau milieu de l’une des places les plus peuplées de Paris : « Ah, comme je suis heureux que personne ne me connaisse ici ! » Dans cette exclamation que l’on pourrait presque qualifier de fabuleuse s’exprime une ambivalence qui se présente, d’une part, comme un désir d’identité et, d’autre part, comme un besoin d’anonymat. Le baron Adolf von Knigge, sismographe et précurseur de la transformation du comportement au XVIIIe siècle, note avec une grande sensibilité le soulagement de l’homme de la petite ville, observé de toute part, dans l’anonymat de la grande ville. Le livre de Knigge sur le comportement s’achève avec un chapitre consacré à l’écrivain3. Et de fait, depuis le dernier tiers du XVIIIe siècle, nous pouvons constater sur sa personne, celle de l’écrivain (et non, notons-le, celle de l’écrivaine), le besoin croissant d’identité, qui va de pair avec son évolution vers le statut d’auteur4, avec tous ses privilèges et ses pourcentages, la protection contre les éditions pirates et la sottise, l’irrésistible ascension de l’état d’écrivaillon à peine capable de faire corporation à celui d’auteur responsable de son écrit, comme le réclament avec emphase l’éditeur Perthes, en théorie, et Hegel, en pratique, pour les collaborateurs de son Jahrbuch für wissenschaftliche Kritik, auxquels il demande de signer tous leurs articles.

3Et pourtant, parallèlement à la codification croissante de l’identité de l’auteur, on voit aussi se dessiner une conscience de la restriction du champ de manœuvre, on comprend les avantages de l’anonymat. Ainsi un journaliste formé à l’époque du Vormärz dénonce la pratique qui s’est imposée après mars 1848 de la signature des articles comme une mesure visant à réprimer la presse d’opinion. Désormais, selon lui, on ne pourrait plus publier que dans un journal attaché à un parti, alors que jadis, dans l’anonymat, on pouvait aussi faire passer discrètement des articles dans des feuilles d’orientation politique différente.

  • 5  On peut citer en exemple les rumeurs de Göttingen. Certaines satires d'actualité anonymes furent a (...)
  • 6  Claudia Schnitzer, Königreiche - Wirtschaften - Bauernhochzeiten. Zeremonielltragende und unterwan (...)
  • 7  On ne prêtera jamais assez d'importance au rôle de la mondanité dans le développement des mascarad (...)

4La transformation du comportement à l’égard de la lecture me paraît tout aussi importante. Il suffit de feuilleter les recueils de lettres du xviie siècle pour mesurer la signification du jeu de devinettes auquel on se livrait pour savoir qui pouvait bien être l’auteur d’un texte paru sous forme anonyme5. Avec la face nocturne, celle des libellistes, ces semeurs de nouvelles infâmes parce que anonymes et insaisissables, se perdit aussi la face diurne ; le jeu infiniment productif de recherche et de devinette sur le producteur originel du texte. Pour étayer ma réflexion, je voudrais juste vous rappeler à quel point les Veilles de Bonaventure ont perdu de leur éclat (et une bonne partie de la curiosité des chercheurs) depuis que nous savons qu’elles sont simplement écrites par Klingemann, et pas par Jean Paul, Schelling ou E. T. A. Hoffmann. On peut cependant aussi développer avec méthode les avantages de l’anonymat de l’auteur, et par là même le jeu de devinettes mondain. Nous sommes alors en pleine mascarade littéraire. Dans les cours européennes, qui gémissaient sous les contraintes du protocole, on multiplia les mascarades à partir du xviie siècle, pour alléger un peu le fardeau. Des cours entières se transformaient ainsi en assemblées de Chinois ou de Tahitiens du jour au lendemain6. Nous étudierons ici un phénomène intermédiaire, entre la mascarade de cour, de cérémonie, et la mascarade littéraire ; on ne pourra souligner assez l’élément mondain, mais aussi l’élément cosmopolite, son rattachement à la culture mondiale7.

  • 8  Cf. 1' « Avertissement » du Tiefurter Journal. Das Journal von Tiefurt, introd. de Bernhard Suphan (...)

5Anna Amalia, la veuve du duc de Weimar, a transposé dans l’élément littéraire la tradition de la mascarade en fondant en 1781 le Journal de Tiefurt, c’est-à-dire une « société d’érudits, d’artistes, de poètes et de serviteurs de l’État des deux sexes » qui pouvaient publier dans une « revue périodique » tout ce qui avait « de la politique, de l’esprit, du talent et de l’entendement », mais avec la stricte obligation de ne pas nommer les auteurs des articles8.

  • 9  Cf. la tradition du courrier des lecteurs, qui se forma de bonne heure en France. Cf. Monique Vinc (...)

6Et nous voici arrivés sans nous en rendre compte à notre sujet, « Goethe cosmopolite ». Car cette « petite plaisanterie », pour reprendre le qualificatif utilisé par Anna Amalia pour désigner le Tiefurter Journal, qui parut pendant quatre ans, avait un double modèle, deux revues parisiennes célèbres à cette époque, le Journal de Paris et la Correspondance littéraire, philosophique et critique dirigée par Grimm. Les Weimariens, relativement « pauvres », connaissaient ces deux revues par le truchement du prince Auguste de Gotha, médiateur essentiel et généreux de la littérature franco-allemande. Le Journal de Paris était une « feuille destinée à l’intelligentsia, publiant des textes littéraires » et qui, à côté de sa rubrique « Belles-lettres et spectacles » et d’articles brefs, au style populaire, sur les sciences, entretenait surtout le dialogue avec son public dans la rubrique « Aux auteurs du journal »9. Contrairement à cette « feuille pour l’intelligentsia » qui paraissait quotidiennement depuis 1777 déjà, était largement diffusée et donc totalement publique, la Correspondance de Grimm se présentait comme un « compte rendu sur la littérature la plus récente », huppé, un journal reproduit sous forme exclusivement manuscrite et uniquement destiné à la haute noblesse internationale. Le Tiefurter Journal tenait à la fois de l’un et de l’autre : avec son tirage manuscrit de vingt exemplaires au maximum, il avait un souci d’exclusivité. Son but, sa volonté étaient de permettre à un petit groupe de nobles et de bourgeois intéressés par les arts et l’écriture de se démarquer d’une société de cour ennuyeuse. Mais il s’agissait aussi de tolérer au sein de ce cercle une urbanité et une libéralité aussi élevée que possible. Cette double stratégie - rester aussi colmaté que possible vers l’extérieur, et faire preuve de la plus grande libéralité possible à l’intérieur - créa une petite utopie éphémère à laquelle Goethe, par la suite, se référera pendant toute sa vie. La condition d’existence de cet espace libre vers l’intérieur et vers l’extérieur était l’exploitation de toutes les possibilités et de toutes les nuances de la mascarade. L’énigme et la charade étaient un genre apprécié et souvent utilisé dans le Journal de Paris ; le mystère et le respect du secret (y compris à l’égard de la censure) étaient inscrits d’emblée au programme de la Correspondance de Grimm. Le Tiefurter Journal a reçu en héritage ces deux formes de la mascarade.

  • 10 Cf. Marlis Helene Mehra, Die Bedeutung der Formet « Offenbares Geheimnis » in Goethes Spätwerk, Stu (...)
  • 11 Cf. Günter Hess, Goethe in München. Literarische Aspekte der Geschichte und Wirkung von Stielers Di (...)

7Je voudrais avancer la thèse selon laquelle, après Diderot et avant Heine, Goethe fut l’un des artistes du trompe-l’œil les plus raffinés de son époque, qui savait fort bien utiliser les avantages de la constitution du statut d’auteur (par exemple en réclamant des à-valoir salés à ses éditeurs), qui savait cependant préserver les champs de manœuvre offerts par l’anonymat, non seulement dans sa vie (en Italie et à Karlsbad), mais aussi en littérature. Je voudrais en deuxième lieu présenter la thèse selon laquelle la poétique du « secret manifeste » de Goethe10 correspond à une poétique culturelle de la dissimulation par le masque qui part de la mascarade ludique et de son jeu de masques et va jusqu’à la tactique de la diplomatie et au camouflage politico-culturel (avec son texte sous-jacent, protégé par le tabou et dissimulé derrière un texte superficiel). Ce que nous savons du langage secret utilisé par Goethe et Mme von Willemer, ses contribution secrètes (et qui le demeurèrent du vivant de Goethe) au Divan occidental-oriental me semblent ne constituer que le sommet d’un iceberg presque inconnu de la recherche. On n’a pratiquement pas étudié, par exemple, les éminentes facultés diplomatiques de Goethe dans le domaine de la politique culturelle, que Sengle ne soupçonne même pas. Je ne citerai ici que l’un des cas les plus frappants : Stieler, le peintre de cour de Louis, ce roi-poète lunatique de la Bavière, Stieler, donc, est envoyé à Weimar pour faire le portrait de Goethe. Cet hommage honorable d’un roi à un poète a toutefois une contrepartie problématique : le roi demande (et cette demande est une commande) que Goethe porte à la main, sur le portrait, un poème du roi. Goethe réagit magistralement à cette instrumentalisation douteuse en abrégeant et en condensant le poème goethisant du roi de telle sorte qu’il soit effectivement devenu, au bout du compte, un poème de Goethe11.

8A l’aide de quelques exemples caractéristiques du Journal de Tiefurt, je voudrais présenter trois aspects d’une poétique culturelle de la mascarade. Je l’articulerai en trois chapitres :

1 / La mascarade érotique : Goethe, Charlotte von Stein et le grec ;

2 / Mascarade de groupe : Rousseau, Anacréon et une projection d’auteur

sur Goethe ;

3 / La mascarade enjolivante : Deux brouilles dans le miroir : Rousseau-Diderot et Goethe-Lenz.

La mascarade érotique : Goethe, Charlotte Von Stein et le grec

9Quelles possibilités a un écrivain du XVIIIe siècle lorsqu’il veut s’exprimer sans gêne et ne pas cacher son désir derrière des notes spirituelles languissantes en écrivant un poème amoureux ? La solution classique, au sens propre du terme, était de prendre le masque du grec, comme le firent Gleim ou Mörike, et comme le fit aussi Goethe. Amoureux fou de Charlotte von Stein, et qui plus est en voyage, Goethe annonce par lettre, depuis Merseburg, à sa lointaine aimée qu’il va laisser un poème particulier lui « faire la cour » « par la voie du Tiefurter Journal » (371). Goethe avait trouvé pour désigner ses excursions à Kochberg, la résidence de campagne de Mme von Stein, entreprises le plus souvent à cheval, une métaphore qui n’avait rien de très original : il allait boire « une gorgée à la coupe de l’amitié féminine ». Il reprend à présent cette métaphore pour composer un erotikon à la manière grecque. Pour que ce camouflage assez banal paraisse un peu plus sûr, consistant et crédible, Goethe glisse ce poème d’amour écrit à et pour Charlotte von Stein entre d’autres poèmes véritablement grecs, qu’il a traduits spécialement, et l’adresse ainsi en camouflage contextuel à la rédaction du Tiefurter Journal. Ainsi, le « neuvième numéro » du Tiefurter Journal commence avec un « véritable » poème anacréontique portant le titre « A la sauterelle, traduit du grec » et glisse ensuite, avec le poème suivant, une mystification intitulée « Traduit du grec » : « Je serrais dans les deux mains / une coupe pleine et bien ciselée / j’y buvais avidement du vin suave. / Amor est entré, m’a trouvé assis / et a souri, l’air entendu / comme s’il avait de la peine de me voir aussi ignorant / "Ami, je connais un plus beau récipient / Qui mérite qu’on y plonge l’âme tout entière / Que me promets-tu si je te l’offre / et te le remplis d’un autre nectar ?" / Oh, cet ami-là a bien tenu parole / puisque de sa douce férule, Lida, / il t’a menée à moi, qui soupirais depuis longtemps. / Lorsque je tiens tes chères hanches / et goûte le baume de l’amour, si longtemps conservé / par tes lèvres plus fidèles que toutes / je dis alors, bienheureux, à mon esprit : / Non, Amor mis à part, jamais un dieu encore / N’a pu former ni posséder pareille coupe / De telles formes ne naissent même pas / Sous le marteau fin et sensuel de Vulcain. / Sur les collines couvertes de vignes, Lyäus / peut bien faire mûrir des raisins bien choisis / et même les faire fermenter de mystérieuse manière / Aucun soin ne lui apportera pareille boisson. »

Mascarade de groupe : Rousseau, Anacréon et une projection d’auteur sur Goethe

10Les élèves studieux du cercle de Tiefurt ont vite appris de lui cette sorte de technique de camouflage. Il a ainsi eu d’autres partenaires de jeu, indispensables à la mascarade. Et une production littéraire de groupe s’est formée sous le masque du statut d’auteur de Goethe. Le n° 23 du Tiefurter Journal débute avec une double charade, une double énigme intitulée « De l’Anacréon ». Des recherches philologiques montrent que c’est forcément le prince Auguste de Gotha qui a lancé ces deux énigmes dans le journal. Le prince de Gotha, rappelons-le brièvement ici, franc-maçon, ami de Wieland, de Herder et de Goethe, a été le principal médiateur de la littérature française auprès des Weimariens. Son frère et lui étaient parmi les destinataires des rares numéros de la Correspondance littéraire qui fut d’abord rédigée par Melchior Grimm, puis par Ernst Meister. Le prince avait ainsi acquis une certaine avance dans ses connaissances, qu’il utilisa en empruntant une énigme de Rousseau parue, précisément, dans cet organe central de l’avant-garde philosophique et littéraire française, en lui donnant un titre anacréontique et, pour approfondir encore la mystification, en ajoutant en pendant une charade adaptée de sa propre production. Sous cette forme, il envoie ces deux énigmes d’origine distincte, sous le titre « Anacréon », à la rédaction du Tiefurter Journal. Les voici :

  • 12  Le texte français est celui de Rousseau, paru dans la Correspondancesous le titre Enigme de J.-J. (...)

« Enfant de l’art, enfant de la nature,
Sans prolonger les jours, j’empêche de mourir.
Plus je suis vrai, plus je fais d’imposture,
Et je deviens trop jeune à force de vieillir » (258)12.

11L’énigme n’est pas trop difficile à résoudre, d’autant plus que Meister, dans la Correspondance, en donne la clef : « Le mot de cette énigme est "portrait". » Et le « portrait » est également l’idée directrice de l’énigme rédigée par le prince lui-même, l’hommage à une belle :

« Si loin de la beauté à qui va mon amour,
Lui seul sait adoucir mes si vives douleurs,
Il est certes plus beau que le dieu d’Amathonte,
Mais il reste pourtant bien moins beau que l’aimée » (258).

  • 13  Cf. Rudolf Steiner, Zu dem "Fragment" über die Natur, in Hellen (cf. n. 4, p. 113), p. 393-394.

12La rédaction du Tiefurter Journal accepta cette double énigme sous cette forme transformée et ajouta au numéro le « fragment » sur la nature, qui deviendra fameux et que Dilthey et Haeckel ont placé au cœur de leur interprétation de Goethe13.

  • 14 Ibid.

13Lorsque l’un des très bons connaisseurs du milieu weimarien, Karl Ludwig Knebel, lut les deux charades et le « Fragment » sur la nature, il fut aussitôt certain que ces trois textes étaient de la plume de Goethe. Knebel, précepteur du prince Konstantin de Weimar (Konstantin est le deuxième fils de la veuve du duc, Amalia), connaisseur très cultivé de l’Antiquité, traducteur de Théocrite et de Virgile, commet donc une triple erreur. Aucun des textes n’est de la plume de Goethe, et aucun, bien entendu, ne date de l’Antiquité. Le fragment, expliquera plus tard Mme von Stein à Knebel, dans une lettre, est de la plume de Tobler, qui était à l’époque, en 1781-1782, un proche ami de Herder, Knebel et Goethe. La paternité de ce texte semble donc ne pas faire de doute pour ce philologue de qualité : les trois textes anonymes du 32e numéro du Tiefurter Journal sont l’œuvre de trois auteurs différents, Rousseau, le prince de Gotha et Tobler. Leur lecteur les attribue tous à un quatrième auteur. Mais si un aussi bon connaisseur du milieu weimarien, et spécialement de Goethe, que l’est Knebel, se trompe sur l’auteur de ces lignes, ce n’est pas sans raison. Car il serait aussi possible d’interpréter l’ensemble de ce trompe-l’œil intertextuel sous cette forme : le prince Auguste de Gotha reprend la technique de camouflage de Goethe et choisit le masque de l’anacréontique pour mener les pisteurs sur la trace de Goethe et de Charlotte von Stein, si bien que l’autre connaisseur intime de Goethe, Knebel (qui se trouve alors, nous reviendrons sur ce point, dans une situation amoureuse comparable), est forcé de tomber dans le panneau. D. en va de même pour le fragment : Goethe, qui avait lui-même informé Knebel, à l’époque, de l’identité des véritables auteurs, ne savait plus qu’il n’en était pas l’auteur quarante-cinq ans plus tard, lorsqu’on lui présenta le manuscrit14.

14La situation pourrait donc être à peu près la suivante : nous nous trouvons face à trois textes parus sous forme anonyme et qui ne sont pas attribués par hasard à un seul auteur, parce qu’ils ont été écrits soit sous le masque, soit en coproduction intellectuelle. Nous avons donc un texte de Rousseau donné pour un texte d’Anacréon pour pouvoir apparaître comme un texte de Goethe, et ainsi de suite... J’espère que mes lecteurs ont suffisamment progressé dans ce labyrinthe aux miroirs textuels pour comprendre à quel point le thème de « Goethe cosmopolite » peut aussi être une salle de projection dans laquelle se forme, d’Anacréon à Rousseau, de Tobler à Knebel, une paternité fictive de ce texte.

15On est d’autre part tenté de penser que ce quiproquo productif dû au fait que l’on assigne la paternité du texte à un auteur nommé « Goethe » fait apparaître un nouveau produit textuel, le quatrième. Pour étudier aussi, autant que possible, ce jeu intertextuel dans son environnement social, installons-nous par l’imagination au bureau de Knebel en Franconie, sachant qu’il a récemment quitté Weimar pour cause de chagrin d’amour. Nous voyons avec ses yeux le portrait, placé sur son bureau, de celle qu’il aime et qu’il ne peut atteindre, Emilie von Werther, issue de la haute noblesse de Weimar, l’une des femmes les plus intelligentes et les plus spirituelles du cercle de Tiefurt. Avec cet horizon d’attente et d’expérience, nous commençons à présent à relire les deux charades attribuées à Anacréon et le « fragment » anonyme ajouté sur la nature. Il est facile de voir que Knebel, avec son amour malheureux, n’a pas eu de mal à déchiffrer rapidement la deuxième partie de cette double énigme :

« Si loin de la beauté à qui va mon amour,
Lui seul [le portrait] sait adoucir mes si vives douleurs. »

  • 15 Cf. Joan Riviere, Womanliness as a Masquarade, in The International Journal of Psychoanalysis 10, 1 (...)

16La force herméneutique de Knebel apparaît cependant dans le fait qu’il a du mal à établir le lien entre la deuxième partie de l’énigme de Rousseau et le fragment de Tobler sur la nature, à le concevoir comme un seul concept d’un auteur (qui, il en est sûr, est Goethe). Comment cela serait-il possible, alors que l’opposition fondée sur le scepticisme envers l’art et pratiquée par Rousseau, entre le naturalisme de la surface et la physionomie interne, dissimulée, s’oppose diamétralement à la conception de la nature du fragment de Tobler ? Car Tobler, dans son texte, tente justement d’abolir la dichotomie entre l’extérieur trompeur et l’intérieur authentique en affirmant que la nature est conçue dans une éternelle métamorphose et qu’elle est donc toujours adéquate à elle-même : « Même le moins naturel est nature » (259). Dans sa tentative pour concilier l’incompatibilité des différents concepts, Knebel se heurte à une aporie de la mascarade qui, dans la recherche actuelle, chez Luce Irigaray et Joan Riviere15, joue encore ou de nouveau un rôle. La mascarade n’est-elle pas, par principe, en proie au dilemme auquel réfléchit Rousseau à propos du portrait d’art : plus elle semble devenir authentique, plus elle devient trompeuse ? Ou bien est-il tout de même plus judicieux de l’orienter vers le caractère inéluctable de mascarade que Tobler attribue à la nature ?

  • 16  La mention de Knebel dans son journal, à la date du 29 janvier 1783, confirme cette inerprétation  (...)

17Knebel ne trouve qu’une seule réponse à ces inconséquences manifestes des deux textes de Rousseau et Tobler : il prend la plume à son tour pour créer à partir de la contradiction immanente des trois textes attribués à un seul auteur la double énigme masquée et le fragment sur la nature, un quatrième produit textuel. Contrairement au prince Auguste de Gotha, il n’intitule pas son poème, qui sera publié dans le numéro suivant du journal, « D’Anacréon » (258) mais « A Anacréon » (264) faisant ainsi savoir que son poème est dédié, d’une part, à Goethe et, d’autre part, à sa bien aimée, Émilie. A la place d’une double énigme apparaît un double hommage caché au poète Goethe, sous le masque d’Anacréon, et à la femme aimée, Émilie von Werther16. Knebel accomplit un travail d’interprétation extrêmement complexe en cherchant à répondre à la thèse de départ de Rousseau dans la première énigme « Enfant de l’art et enfant de la nature » et à la thèse d’Auguste de Gotha dans la seconde énigme ( « Il est certes plus beau que le dieu d’Amathonte, Mais il reste pourtant bien moins beau que l’aimée » ) avec l’essence du « fragment » de Tobler. Il en résulte le poème suivant :

« A Anacréon
Qu’y a-t-il de plus beau que Lui et de moins beau qu’elle N’est-ce pas œuvre de l’esprit, regard de fantaisie.
Rêve animé par l’espoir ? Il doit garder la vie
Qui sans elle devient terne et tend vite à vieillir.
Mais celui qui, comme toi, de la force profonde de son esprit
Reconnaît la nature et s’en nourrit,
Pour lui, la lumière du soleil est présente jusque dans la tromperie,
A celui-là, même à travers les beaux plis du voile Encore transparaît le visage de la déesse. »

18Le poème de Knebel ne tente pas seulement de résoudre les trois énigmes antérieures, mais aussi le dilemme de la mascarade entre la tromperie et la véracité, d’une part, l’inexorable métamorphose, de l’autre. La référence au mythe d’Isis délègue à l’artiste la mission à remplir. C’est lui, et lui seul, que l’on peut croire capable de découvrir « encore la lumière du soleil jusque dans la tromperie » et « à travers les beaux plis du voile » « le visage de la déesse ».

La mascarade enjolivante : deux brouilles dans le miroir : Rousseau-Diderot et Goethe-Lenz

19J’espère que l’attention pour ce type de trompe-l’œil contextuel est à présent suffisamment avivée pour que, après les deux exemples de mystifications productives, nous puissions aborder les aspects problématiques et enjolivants de la mascarade dans l’entourage de Goethe. Nous avons évoqué jusqu’ici Anacréon, Rousseau, Goethe et ses coauteurs ; nous allons parler à présent de Rousseau et des poètes du Sturm und Drang que furent Lenz et Goethe.

20C’est un fait aussi ignoré que surprenant : au sein du Tiefurter Journal, ce jeu littéraire mondain, ce rapport équilibré et harmonieux entre femmes et hommes, nobles et bourgeois, dilettantes de la noblesse et écrivains professionnels bourgeois, s’ouvre subitement un gouffre hé au nom du malheureux poète du Sturm und Drang, ancien ami et collègue de Goethe, Johann Reinhold Lenz. Son destin nous est connu par la relation qu’en a faite Oberlin et le fameux récit de Buchner. La clef des effets de cette sérieuse brouille entre Goethe et Lenz, qui a laissé des traces jusque dans le Tiefurter Journal, avec son humour paisible, nous offre de nouveau un regard sur le contexte des publications. Car le camouflage et le voile, ici le jeu de reflets entre Rousseau, humilié, et Lenz, expulsé de Weimar, jette là encore une nouvelle lumière insoupçonnée sur « Goethe cosmopolite ».

  • 17  Cf. Richard Sennett, Verfall und Ende des öffentlichen Lebens. Die Tyrannei der Intimität, Francfo (...)

21Le diagnostic philologique est d’abord très simple : Goethe et le prince de Gotha ont traduit et commenté, sous la plume de ce dernier, la lettre de justification de Rousseau à Diderot et Malherbe, lettre qui venait de paraître (en 1782) à Genève. Rousseau s’y défend de la manière la plus virulente contre les exigences de ceux qu’il appelle ses faux amis importuns. Ces lettres et leur commentaire sont reproduits dans les numéros 28 à 31 du Tiefurter Journal (p. 221 sq.). Il s’agit manifestement d’un complexe thématique qui touchait de manière centrale le cercle de Tiefurt. On pourrait le décrire par le terme de « terreur de l’intimité »17. Les commentaires de certains passages de Rousseau y réapparaissent en effet, presque comme des leitmotive, avec le thème central suivant : « Il est sans doute possible que la prétendue bienveillance de prétendus amis lui ait ravi sa liberté, et lui ait inspiré de vifs doutes sur le caractère désintéressé de cette bienveillance » (p. 231, cf. aussi p. 238 et 253).

  • 18  Cf. Les propos critiques de Goethe sur son collègue écrivain, Lenz. Johann Wolfgang von Goethe, Di (...)
  • 19  La lecture autobiographique qui identifie le titre Wasserzoll à une auberge de campagne très fréqu (...)

22La pointe de tout cela, c’est le fait que, précisément entre ces révélations de Rousseau, à la fin du 28e et au début du 29e numéro du Tiefurter Journal, on a placé deux poèmes significatifs, d’un point de vue thématique, du poète apatride et désolé qu’était désormais Johann Reinhold Lenz. Ils étaient, on l’a prouvé, entre les mains de Goethe, qui a même fait parvenir à la rédaction du journal trois poèmes de Lenz portant sur le même thème. Était-ce un hasard ? Ne serait-on pas tenté de supposer que la manière dont Goethe et le prince de Gotha se sont préoccupés du phénomène déconcertant de la rupture entre ces deux amis qu’étaient Rousseau et Diderot a rappelé à Goethe un cas comparable survenu à Weimar ? Le fait de placer les poèmes de Lenz entre des lettres de Rousseau sur cette question ne sont pas, cependant, un prétexte et une stimulation pour illustrer cette rupture et y réfléchir. Au contraire. On assiste à un renversement curieux, et même déconcertant. Dans la controverse traduite et commentée de Rousseau contre Diderot, on intègre sans doute une discussion camouflée sur les rapports entre Goethe et Lenz. Mais on le fait de telle manière que si l’on voit bien transparaître une correspondance entre Lenz, malade, et la « triste humeur » de Rousseau (p. 216), il y a aussi une intention d’utiliser la justification de Rousseau contre les interventions arrogantes de prétendus amis, comme justification de l’exclusion infligée par la « bonne société » weima-roise à ce Lenz qui avait justement tendance à marcher sur les plates-bandes des autres18. Les corrections opérées par Goethe sur ce texte (corrections que la recherche n’a pas encore interprétées à ce jour) et celles du rédacteur du Tiefurter Journalparlent d’elles-mêmes19.

Le tribut d’eau (Wasserzoll) Vous, arbres muets, mes témoins, Ah, s’il revenait par hasard Ici où nous étions assis,
Puissiez-vous ne rien lui dire sur mes larmes.
L. à G.

23En éliminant la signature sous ce quatrain, « L. à G. » (ce qui signifie bien entendu « Lenz à Goethe »), en supprimant le titre éloquent « Wasserzoll » pour le remplacer par « Monument à l’amitié », il tente de cacher aussi bien la forme, adressée à un destinataire, que la souffrance emphatique personnelle du moi lyrique, au profit d’un monument intemporel. Le rédacteur du Journal, pour sa part, qui, malgré cette castration décisive, ne juge pas que ce quatrain mérite publication, prend ses distances à l’égard de Lenz. Le poème de Lenz qu’il a accepté, « Soleil », qui exprime la distance nécessaire du poète envers sa « patrie nordique », est la seule contribution, sur les plus de 180 textes que compte le journal, à avoir été caractérisée par une initiale : « L » (p. 226). On semble ainsi avoir voulu marquer, sans le moindre doute possible, le fait que cet auteur n’appartient pas au cercle de Tiefurt. La substance intellectuelle du cercle était ainsi atteinte. Il s’était constitué contre l’étiquette artificielle de la cour, avec l’intention d’associer cœur et courtoisie. La solidarité amicale qu’évoquait Herder dans un poème publié dans le Journal de Tiefurt est un élément porteur du cercle de Tiefurt. Avec la querelle entre Rousseau et Diderot, en France, et entre Goethe et Lenz, cet équilibre précaire est détruit. On signalise ainsi, d’une manière parfaitement visible, que l’on a dépassé le stade de l’excitation de la mascarade ludique. Le besoin d’enjolivement de Goethe et de Einsiedel montre que le nerf le plus profond du Tiefurter Journal avait été touché, et que la mascarade par jeu, encore inspirée par le rococo, était arrivée à son terme.

Haut de page

Notes

1 Cf. Günter Oesterle, Goethe und Diderot : Camouflage und Zynismus. Rameaus Neffe als deutsch-französischer Schlüsseltext, inAlexander von Bormann (éd.), Volk - Nation - Europa. Zur Romantisierung und Entromantisierung politischer Begriffe., Wurtzbourg, 1998, p. 117-135.

2 Johann Wolfgang Goethe à Friedrich Schiller, 1eroctobre 1794, in Briefwechsel zwischen Schiller und Goethe in den Jahren 1794 bis 1805 ; Manfred Beetz (éd.), in Johann Wolfgang Goethe, Sämtliche Werke, édition de Munich, vol. 8.1., Munich, 1990, p. 26.

3 Adolf Freiherr von Knigge, Über dem Umgang mit Menschen, Max Rychner (éd.), Brême, 1964, p. 429.

4 Heinrich Bosse, Autorschaft ist Werkherrschaft. Über die Entstehung des Urheberrechts aus dem Geist der Goethezeit, Paderborn, 1981, p. 65-66.

5  On peut citer en exemple les rumeurs de Göttingen. Certaines satires d'actualité anonymes furent attribuées à Lichtenberg ou à Kästner. Cf. Ulrich Joost, Der Briefschreiber Lichtenberg, 1990.

6  Claudia Schnitzer, Königreiche - Wirtschaften - Bauernhochzeiten. Zeremonielltragende und unterwandernde Spielformen höfischer Maskerade, in Jörg Jochen Berns et Thomas Rahn (éd.), Zeremoniell als höfische Ästhetik in Spätmittelalter und Früher Neuzeit, Tübingen, 1995, p. 280-281.

7  On ne prêtera jamais assez d'importance au rôle de la mondanité dans le développement des mascarades littéraires. Cf. le jugement de Goethe sur la vie mondaine à Karlsbad en 1785 : « Scènes amusantes, taquineries spirituelles, mystifications, tentatives pleines d'esprit pour exercer son droit de représailles réciproques » (Jörn Görres (éd.), « Was ich dort gelebt, genossen... » Goethes Badeaufenhalte 1785-1823, Düsseldorf, 1982, p. 127).

8  Cf. 1' « Avertissement » du Tiefurter Journal. Das Journal von Tiefurt, introd. de Bernhard Suphan, Eduard von der Hellen (éd.), Weimar, 1892 (Schriften der Goethe-Gesellschaft, Bernhard Suphan (éd.), vol. 7, Weimar, 1892). Les pages indiquées dans le texte renvoient à cette édition. Je dois certaines indications et informations à Angela Borchert (Princeton/Iéna) qui a rédigé un mémoire sur le Tiefurter Journal.

9  Cf. la tradition du courrier des lecteurs, qui se forma de bonne heure en France. Cf. Monique Vincent, Le Mercure galant et son public féminin, in RZLG, 3e année, 1979, fasc. 1/2, p. 76-85.

10 Cf. Marlis Helene Mehra, Die Bedeutung der Formet « Offenbares Geheimnis » in Goethes Spätwerk, Stuttgart, 1982.

11 Cf. Günter Hess, Goethe in München. Literarische Aspekte der Geschichte und Wirkung von Stielers Dichter-Portrait, in Karl Richter et Jörg Schönen (éd.), Klassik und Moderne. Die Weimarer Klassik ab historisches Ereignis und Herausforderung im kulturgeschichtlichen Prozeß, Stuttgart, 1983, p. 289-317.

12  Le texte français est celui de Rousseau, paru dans la Correspondancesous le titre Enigme de J.-J. Rousseau. L'énigme allemande en est une très fidèle traduction.

13  Cf. Rudolf Steiner, Zu dem "Fragment" über die Natur, in Hellen (cf. n. 4, p. 113), p. 393-394.

14 Ibid.

15 Cf. Joan Riviere, Womanliness as a Masquarade, in The International Journal of Psychoanalysis 10, 1929. Traduction allemande : J. R., Weiblichkeit als Maskerade, in Liliane Weissberg (éd.), Weiblichkeit als Maskerade, Francfort-sur-le-Main, 1994, p. 34-35.

16  La mention de Knebel dans son journal, à la date du 29 janvier 1783, confirme cette inerprétation : « Tenté d'appréhender le [texte] de G [Goethe] à Anacréon, et la réponse, un portrait d'Emilie avec grand amour », inSuphan (cf. n. 4, p. 113), p. 386.

17  Cf. Richard Sennett, Verfall und Ende des öffentlichen Lebens. Die Tyrannei der Intimität, Francfort, 1985.

18  Cf. Les propos critiques de Goethe sur son collègue écrivain, Lenz. Johann Wolfgang von Goethe, Dichtung und Warheit (3e partie, 11e livre, et 3e partie, 14e livre.), in Goethes Werke, H. A., vol. 9, p. 494-495, et vol. 10, p. 7-12.

19  La lecture autobiographique qui identifie le titre Wasserzoll à une auberge de campagne très fréquentée dans la prairie de Ruprecht, sur l'Ill, près de Strasbourg, où Lenz et Goethe ont séjourné la nuit du 24 au 25 mai 1775, néglige l'ambivalence poétique du poème, qui donne ce titre aussi bien à la tristesse qu'au coût de cette rupture entre deux amis. Le commentaire de l'édition Insel, paru en 1992, ne mentionne ni la première publication des deux poèmes de Lenz, « An die Sonne » et « Trost » dans le Tiefurter Journal, ni les corrections et ajouts de la main de Goethe. Cf. Jakob Michael Reinhold Lenz, Werke uni Briefe, Sigrid Damm (éd.), vol. 3, Francfort, 1992, p. 792, 794 et 804.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Günter Oesterle, « Mascarade et mystification dans le « Journal de Tiefurt »  », Revue germanique internationale, 12 | 1999, 111-122.

Référence électronique

Günter Oesterle, « Mascarade et mystification dans le « Journal de Tiefurt »  », Revue germanique internationale [En ligne], 12 | 1999, mis en ligne le 05 septembre 2011, consulté le 24 août 2017. URL : http://rgi.revues.org/744 ; DOI : 10.4000/rgi.744

Haut de page

Auteur

Günter Oesterle

Professeur de littérature allemande à l’Université de Giessen

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org