Navigation – Plan du site
Goethe au XXe siècle

« Extinction ». . A propos de l’autoréflexion du roman d’éducation au xxe siècle chez Thomas Bernhard

Wilhelm Vosskamp
Traduction de Olivier Mannoni
p. 257-269

Texte intégral

I

  • 1  Thomas Mann, Geist und Wesen der deutshen Republik (1923), in essays, vol. 2: Für das neue Deutsch (...)

1« La plus belle qualité de l’Allemand, sa plus fameuse, celle dont il se flatte sans doute le plus volontiers, c’est son intériorité. Ce n’est pas un hasard s’il a offert au monde ce genre artistique intellectuel et hautement humain qu’est le roman d’éducation, qu’il oppose au type romanesque de la critique sociale occidentale, en le présentant comme sa création la plus intime, et qui est toujours aussi une autobiographie, une confession. L’intériorité, la formation de l’Allemand, c’est : l’immersion en soi ; une conscience culturelle individualiste ; l’esprit orienté vers l’entretien, la mise en forme, l’approfondissement et le perfectionnement de son propre moi ou encore, pour employer un terme religieux, le salut et la justification de sa propre existence ; un subjectivisme de l’esprit, c’est-à-dire une sphère que j’aimerais qualifier de culture piétiste, autobiographique, avide de confession et personnelle, dans laquelle le monde de l’objectif, le monde politique, est considéré comme profane et rejeté avec indifférence, parce que, comme le dit Luther, « cet ordre extérieur n’a aucune importance ». »1

  • 2  Cf. Wilhelm Vosskamp, « Bildungsbücher ». Zur Entstehung und Funktion des deutschen Bildungsromans (...)

2Ce passage de Thomas Mann, emprunté à son discours sur « l’esprit et l’essence de la République allemande » (1923) en mémoire de Walther Rathenau, peut être décrit comme une caractérisation précise de cette forme allemande du roman qui a reçu, dans la théorie et la critique littéraires, tout comme dans la science littéraire, le nom de « roman d’éducation »2. La présentation narrative du face-à-face conflictuel entre l’individu et la réalité sociale, et l’autoperfectionnement de l’individu dans le roman, peuvent être considérés comme des formes spécifiques du roman européen. Agathon de Wieland (1766-1767), Les années d’apprentissage de Wilhelm Meister de Goethe (1795), Henri le Vert de Gottfried Keller (lre éd., 1854-1856), ou L’été de la Saint-Martin de Stifter (1857) sont considérés comme les principaux exemples de cette forme romanesque — Les années d’apprentissage de Goethe ayant ici, sans aucun doute, repris la fonction d’un prototype du genre, fonction que le roman exerce toujours.

  • 3  Cf. à ce propos Wilhelm Vosskamp, Perfectibilité und Bildung. Zu den Besonderheiten des deutschen (...)

3Dans le contexte des modèles européens du roman d’éducation allemand – ce sont essentiellement des formes autobiographiques et biographiques de l’écriture, les romans sensibles et comiques du xviiiesiècle et ces romans d’éducation qui visent à décrire un idéal de comportement et de personnalité éthique et esthétique (L’homme détrompé de Gracian, Télémaque de Fénelon et surtout Émile ou de l’Éducation de Rousseau), c’est la formulation d’un concept éducatif particulier qui joue le rôle principal3. Même dans les variantes du xixeet du xxesiècle consacrées à la désillusion (La Montagne magique de Thomas Mann, L’Homme sans qualités de Robert Musil, Le Tambour de Gunter Grass ou Le jeune homme de Botho Strauss), on peut discerner, de manière implicite ou explicite, l’élément d’autocritique ou d’autonégation qui s’attache à ce concept. Il en va de même chez Thomas Bernhard, qui constituera le centre de cet exposé. Il est donc utile de se rappeler ce qui définit la structure conceptuelle fondamentale du roman d’éducation (c’est-à-dire, précisément, « l’éducation »).

4Il s’agit essentiellement de quatre composantes :

1 / Un concept moderne de l’individualité : l’idée qu’il existe un sujet unique, inachevé, non interchangeable et imprévisible, mais aussi capable d’évolution.

2 / L’opposition de l’éducation et de la formation, l’existence de la conception (néo-humaniste) de l’éducation (Bildung), fondée sur le principe de l’auto-éducation, par opposition à la formation (Ausbildung) orientée sur la possibilité d’employer et de mettre à profit les connaissances.

3 / Progrès et évolution : au caractère unique et inimitable de l’individu correspond sa faculté de se développer et de se parachever, le devoir, qui lui revient en tant qu’être humain, de se « perfectionner ».

4 / La coïncidence entre la formation subjective et la formation de l’espèce : la formation ne demeure pas limitée à l’auto-accomplissement de l’individu. Dans l’accomplissement de l’individu se reflète l’histoire de l’espèce humaine.

  • 4  Cf. à ce propos n. 3, et Wilhelm Vosskamp, Individualität – Biographie – Roman, in Lebensläufe um (...)

5Le concept de perfectionnement et d’auto-perfectionnement est central, dans la mesure où le passage paradigmatique, opéré au xviiiesiècle, entre la « perfection » et la « perfectibilité » marque particulièrement le concept allemand d’éducation, dans sa singularité. Or la réinterprétation, entreprise au xviiiesiècle, du concept rousseauiste de perfectibilité en faveur d’une téléologie naturelle, constitue la condition sans laquelle le concept d’éducation, et avec lui le roman d’éducation, n’auraient pu connaître un tel succès en Allemagne4.

6D’abord au xixe siècle (cf. Le chat Murr d’E. T. A. Hoffmann), puis, et de plus en plus, au xxesiècle, domine la critique d’un modèle optimiste de la progression, de l’auto-perfectionnement dans le roman, qui favorise une remémoration de la duplicité de la perfectibilité et de la corruptibilité dans la formulation originale de Rousseau. Plus encore, le changement décisif mène de la « quête d’identité » à « l’identité de la quête ». Avec la discussion sur le concept de sujet, le concept d’identité individuelle devient problématique dès le premier romantisme ; au cours du xixesiècle, il devient un concept incertain, que l’on remet constamment en débat. Le xxesiècle accentue encore cette critique, et le passage d’un roman d’éducation des caractères à un « roman d’éducation des idées » (Robert Musil) a des conséquences clairement lisibles chez Thomas Mann ou Günter Grass. Dans tous ces exemples, le problème central est le fait que l’on ne pose plus comme condition l’existence d’un concept consistant de l’identité du sujet ; le perfectionnement de soi vire à la perte des illusions sur soi-même et à l’autocritique radicale. La « décristallisation » (cf. L’Éducation sentimentale de Flaubert) devient le fil directeur de cette écriture autobiographique et biographique qui, implicitement ou explicitement, se réfère toujours à la tradition du « roman d’éducation ». Cela vaut aussi pour des textes en prose centraux de Thomas Bernhard.

II

  • 5 Cf. Gerhard vom Hofe / Peter Pfaff, Das Etend des Polyphem. Zum Thema der Subjektivität bei Thomas (...)
  • 6  Cf. sur ce sujet, sur le fond, Renate Lachmann, Gedächtnis und Literatur. Intertextualität in der (...)

7Tous les textes littéraires en prose de Thomas Bernhard qui font allusion par négation à la tradition du roman d’éducation partent de la dissolution de l’identité subjective5. Ils sont caractérisés non seulement par une extrême mesure de réflexion sur soi-même, mais aussi une intensité de l’observation de soi que l’on ne trouve pas auparavant sous cette forme dans la tradition narrative du roman d’éducation. La diffraction de la subjectivité, renvoyée à plusieurs positions d’observateurs, permet à Thomas Bernhard de mener une forme de déconstruction des traditions de l’écriture biographique, forme qui épuise toutes les variantes des procédés intertextuels6.

8On peut distinguer ici trois orientations principales :

— Le fragmentaire et la diversification du sujet mène à des formes d’observation de soi et des autres, qui ont pris la place de l’identité autoréflexive. C’est sur ce procédé que repose le texte Gel (Frost).

— La forme de l’observation de soi et de l’autre est la consignation écrite ; consignation qui prend la forme de l’enregistrement dans un journal intime et d’un commentaire réciproque. Une telle consignation, résultat de l’observation et de la réflexion permanentes, exige des efforts toujours renouvelés ; c’est la raison pour laquelle l’expression de Corrections (Korrektur) formulée par Thomas Bernhard est aussi précise que rassurante : à la fin d’une correction et autocorrection permanentes se trouvent à la fois la destruction de soi et l’annihilation de soi. Ce modèle — qui est aussi un modèle pour l’histoire du roman d’éducation dans son ensemble ! — est présent dans le livre Corrections.

  • 7  Cf. Hans-Ulrich Treichel, Auslöschungsverfahren. Exemplarische Untersuchung zur Literatur und Poet (...)

— Grâce à l’écriture, on peut retenir dans le livre les processus d’autodestruction et d’autonégation. Mais ce que l’on a ainsi consigné peut à son tour être « éteint » grâce à un procédé permanent d’extinction. Cet acte d « impulsion d’extinction », comme l’appelle Hans-Ulrich Treichel, peut cependant être décrit « comme un procédé de constitution du texte »7. Au terme d’un processus d’extinction, le texte demeure toujours conservé comme moyen de cette extinction. C’est ce que montre le roman Extinction. Un effondrement (Ausloschung. Ein Zerfall).

III

Gel

  • 8 Cf. Willi Huntemann, « Treue zum Scheitern ». Bernhard, Beckett und die Postmoderne, in Text & Krit (...)
  • 9 Thomas Bernhard, Drei Tage, in Der Italiener, Salzbourg, 1971, p. 152. Cf. aussi Heinrich Anz, Gesc (...)
  • 10 Cf. Manfred Mittermayer, Strauch im Winter. Thomas Bernhards « Frost » als Inszenie-rung eines Ichz (...)
  • 11 Cf. Anti-autobiographie. Zu Thomas Bernhards «Auslöschung», H. Höller et I. Heidelberger-Leonhard ( (...)

9Menant un travail comparable à celui des textes de Samuel Beckett, Thomas Bernhard remplace aussi bien la forme du modèle narratif biographique que l’identité du sujet8. Bernhard professe la déconstruction du récit biographique : « Je suis un destructeur d’histoires... Je suis le destructeur d’histoires typique. Dans mon travail, à chaque fois que se forment quelque part les premiers signes d’une histoire, ou bien si je vois, au loin, apparaître derrière une colline de prose l’ombre d’une histoire, je la canarde. »9 La forme de la destruction d’histoires chez Bernhard peut toujours être décrite comme un processus en trois étapes. Dans un premier temps, Bernhard cite des formes traditionnelles du récit biographique ou de l’écriture autobiographique, puis il parodie ou caricature ces formes et finit par chercher une nouvelle forme dans une variation de cette parodie. Dans le roman Gel (1963), Bernhard choisit un procédé traditionnel (autobiographique) en numérotant jour après jour les différents chapitres de son roman : Premier jour, Deuxième jour, Troisième jour, etc. Ces vingt-sept « livres du jour » sont uniquement interrompus par six lettres, après le vingt-sixième jour. Le dernier livre (le « vingt-septième jour ») reprend une fois encore le modèle de base et le referme. Ce mode traditionnel de présentation (en ce qu’il rappelle les formes du récit, dans lesquelles l’identité du sujet joue le rôle essentiel), Bernhard le met en contraste avec une présentation radicale de ses personnages principaux, décentrée par rapport au sujet10. Tous deux, le narrateur à la première personne et le peintre Strauch, sont fixés sur leur rôle d’observateur. Dans le film de Bernhard L’Italien (1971), une étude préliminaire à Extinction, un arpenteur « observe, parfaitement immobile, comme tous les arpenteurs lorsqu’ils regardent à travers leur objectif, le corbillard qui monte vers Wolfsegg... »11. Dans le même temps, ces deux observateurs s’exposent à leur tour à l’observation. Le « repli » sur le rôle d’observateur est souligné par un mode narratif conjonctif, essentiellement au discours indirect.

  • 12 Cf. Thomas Bernhard, Frost, Francfort/Main, 1972, p. 226 sq. Pour les autres citations, la paginati (...)

10Le remplacement résolu de la problématique de l’identité par l’observation apparaît essentiellement dans la multiplication des positions de l’observateur. Le narrateur, qui parle à la première personne (un étudiant en médecine qui a accepté la « mission » d’observer le peintre Strauch) constitue la première position d’observateur. Dans cette observation, il réfléchit à son rôle tout en s’observant lui-même. Le peintre Strauch, quant à lui, « observe » des processus qui se déroulent dans un Heu situé dans les montagnes, bien à l’écart du reste du monde. C’est le cas de l’enterrement d’un mort qui a été écrasé par un traîneau12. Ce faisant, il s’observe lui-même, ce qui s’exprime en permanence dans des associations d’idées et des réflexions sur soi-même. Au bout du compte, Strauch observe son observateur (le narrateur), engendrant un jeu d’observation réciproque à partir de différentes positions des observateurs.

11Si l’on ajoute le lecteur comme « observateur » de la disposition d’observateurs mise en place par le narrateur, on trouve un total de six perspectives d’observateurs qui ne convergent sur aucun point fixe et unique. Ainsi naît une trame d’observation qui reprend toute forme d’identité du sujet. Cette toile d’observation est en outre complétée par le fait que les personnages secondaires du roman (par exemple l’équarrisseur) observent eux aussi le peintre Strauch (p. 134).

  • 13 Cf. n. 5.

12On s’interroge sur la fonction de cette disposition extrême des observateurs (du point de vue intertextuel, l’allusion aux romans d’Henry. James attire elle aussi l’attention sur ce détail) ; le narrateur, dans le roman, apporte lui-même la réponse. Le sujet, c’est l’élément de la subjectivité elle-même, cette « dissolution » et destruction du sujet comme identité, motif rémanent de tous les romans de Thomas Bernhard13. Dans le roman Gel, par exemple, dans la deuxième lettre de l’étudiant au médecin Strauch (le frère du peintre Strauch) il est question de la « décomposition glaciaire de l’individu » (p. 299). Dans le processus d’observation, le narrateur est de plus en plus captivé par le peintre et perd ainsi sa propre identité. Dans les citations du peintre Strauch qui nous sont rapportées, on parle de la destruction « sur la voie de l’incapacité d’être soi-même... » (p. 190).

  • 14 Cf. Claudio Magris, Geometrie und Finsternis. Thomas Bernhards « Verstörung », in Études germanique (...)

13Parallèlement à la détermination du sujet comme observateur, on thématise cependant une deuxième variante de la réflexion du sujet, manifestement marquée par L’Homme sans qualités de Robert Musil. Dans l’observation du narrateur sur le peintre, on lit : « Le peintre, je crois, est tellement livré à lui-même que nul ne le comprend jamais. Ce n’est pas un type. Toujours renvoyé à lui-même, renvoyant toujours tout loin de lui, il a fait usage, jusqu’au dégoût, de toutes les possibilités » (p. 231). Avoir « fait usage de toutes les possibilités » et avoir cédé à l’illusion d’être « maître de plusieurs existences simultanées » ne peut avoir qu’une seule signification, dans le contexte de la lecture de Musil ; le « sens de la possibilité » n’est pas compris ici comme un facteur productif et utopique mais comme une expression de la multiplication du moi dans le contexte de l’illusion et du dégoût de jouer des rôles différents ou « d’être maître de plusieurs existences ». La tension (qui remonte à Cervantes et à Goethe) entre le « sens de la réalité » et le « sens de la possibilité », Bernhard la dissout sous le signe d’une perte des illusions sur les possibilités du sujet en général. On nie ainsi un élément au sein de l’histoire du roman d’éducation, constitutif de ce type de roman, sous le signe de l’espoir en des projets de vie différents. La perte de l’illusion du sens de la possibilité dans le modèle narratif biographique doit forcément mener à cette « obscurité » qui, métaphore constante et rémanente, caractérise le roman Gel14.

14Les deux observateurs (le narrateur qui a pour « mission » d’observer le peintre Strauch, et le peintre Strauch, qui observe à son tour) sont des écrivants. Le narrateur (qui, conformément à sa mission, fait son rapport au frère du peintre Strauch, le médecin Strauch, par le biais de son relevé journalier et de ses lettres) fournit fréquemment ces rapports sous la forme de citations du peintre Strauch : « Aujourd’hui, votre frère a dit : "Mon cerveau est parti à la composition." C’est une expression totalement incroyable. Imaginez-vous cela, il a dit : "Tout mon cerveau est à la mise en page" » (3e lettre de l’étudiant, p. 304). Le véritable « écrivain » n’est donc pas celui qui, conformément à sa mission, rédige des rapports, mais celui auquel ces rapports sont consacrés. Le peintre formule des phrases et emploie des métaphores qui renvoient à une existence radicale d’écrivain : « Mon cerveau est parti à la composition » (p. 304). Cette métaphorique, amplifiée jusqu’au pathologique, fait apparaître l’existence précaire du peintre comme écrivain.

15Ce qui est présenté comme une perception de la situation existentielle de l’écrivain Strauch trouve son complément dans l’autocritique sur l’écriture de l’auteur du rapport et celle du narrateur. Pour le narrateur, l’écriture devient justement douteuse du fait qu’il ne peut se remémorer la « vérité » de ce qu’il a vécu et observé : « Je me demande ce que je dois écrire à l’assistant. Mais il n’y a rien de plus difficile. En tout cas, je ne peux m’exprimer comme je l’aimerais, ce qui se trouve sur le papier n’a rien à voir avec ce que j’avais en tête. Sur le papier, tout est comme mort. Je me précipite en haut, dans la chambre, et j’écris ceci ou cela, mais on dirait que je le tue en le consignant. Ensuite, il n’en reste plus rien » (p. 229). Ce qui est formulé ici comme un problème de la consignation par écrit deviendra un problème central dans les romans ultérieurs, Corrections et Extinction. En rédigeant, le sujet découvre que ce qui est rédigé n’atteint pas la réalité, que cela « tue » au contraire ce sur quoi l’on doit écrire.

16Dans le roman Gel, la métaphorique choisie pour désigner la mort renvoie au bout du compte à un tableau qui marque tout le roman. Avec la technique des inversions, on fait allusion à certains topoi du roman d’éducation ; et dans l’allusion, ils sont pratiquement inversés. Mais le motif de la mort est toujours central. On parle de « mettre un terme » (p. 171), on dit qu’il ne faut pas miser sur le futur, ni sur aucune forme du progrès. « Le futur, qu’est-ce que c’est ? » Le progrès est présenté comme une « absurdité », et le temps compris comme une manière d’en finir par la mort (p. 78, 191, 207). La question de la vérité est ainsi associée avec la problématique de la mort, et celle-ci est posée dans le contexte de l’apocalypse.

17On ne peut présenter le problème de la « vérité » que sur l’horizon de la mort, et pas sur celui de la vie. Dans le roman Gel, la dialectique de la vérité et de l’écriture ne peut être résolue que par une « maladie à la mort » (Kierkegaard). Ce roman prend ainsi le contrepied radical de toutes les formes du modèle du roman de formation s’efforçant d’atteindre à une « juste vie ». La réflexion, sur des projets de vie toujours nouveaux, sous la forme de la narration biographique, est contrecarrée par la réflexion sur le problème de la vérité et de l’écriture dans le média d’une consignation écrite non linéaire, discontinue. Lorsque le narrateur prête au peintre la formulation « La vie est une pure, très claire, très sombre, cristalline absence d’espoir » (p. 295), on a le contraire absolu d’une forme narrative qui (par le biais des erreurs nécessaires) permet une progression liée àl’élément d’espoir.

Corrections

  • 15  Les citations faites ici le sont d’après Thomas Bernhard, Korrektur, Francfort/Main, 1975. Cf. glo (...)

18Le roman Corrections15 de Thomas Bernhard, paru en 1975, cite (tout comme le roman Gel) des modèles de roman dans lesquels les processus de pensée et de vie sont actualisés sous forme de récits biographiques. Le point de départ est ici la fiction d’un manuscrit et de son éditeur, dans la tradition du xviiiesiècle. Un narrateur parlant àla première personne et un écrivain sont confrontés avec des milliers de pages écrites et un « volumineux manuscrit » particulièrement consacré au cône (p. 7). L’examen et le classement de ce legs mènent àl’étude de son auteur et de sa biographie. Il s’agit de Roithamer, un scientifique qui a enseigné àCambridge et qui, après trois ans àdessiner des plans et àconstruire, a édifié pour sa sœur le cône qui lui convenait. L’achèvement et la livraison de cet édifice « ne devait [pas seulement] provoquer sa mort », mais aussi bien celle du constructeur, selon, l’écrivain, éditeur et narrateur du roman.

19Le livre Corrections est constitué, d’une part, par la remémoration des objectifs, du processus d’apprentissage et d’existence de Roithamer, et d’autre part, par la réflexion permanente du narrateur sur le travail avec le manuscrit et avec le texte de Roithamer, et sa « correction totale » et permanente (p. 158). L’histoire de Roithamer est présentée (du point de vue de « l’éditeur » qui la cite) comme un processus d’apprentissage, et donc comme une parodie du modèle de perfectibilité du roman d’éducation. Ce qui importe àRoithamer, c’est le « perfectionnement de ses possibilités, tout le reste lui est impossible... » (p. 40). Le perfectionnement de ses possibilités recèle l’intention « d’atteindre la plus haute performance de son caractère » (p. 39). Dans une inversion immédiate du modèle du perfectionnement de soi, le désir de perfectionner toutes ses possibilités mène àla destruction de soi et à« l’extinction ».

  • 16 Cf. Manfred Jurgensen, Thomas Bernhard. Der Kegel im Wald oder die Géométrie der Verneinung, Berne, (...)

20L’élément utopique de la construction architecturale du cône16 (les références à l’architecture utopique et à la tour de Babel sont évidentes) trouve son pendant dans le processus utopique de la correction permanente du « texte » de Roithamer sur la construction de ce bâtiment. Le narrateur et écrivain est entraîné dans le processus de genèse du manuscrit. Il a l’impression qu’il risque d’être anéanti par le « travail sur son legs » (celui de Roithamer, p. 160). Le siphon dans lequel tombe le moi est provoqué par la forme de la « correction totale » (p. 158) du manuscrit de Roithamer. Il existe trois versions du « texte central de Roithamer » (« 800, 300, à présent plus que 80 pages », p. 178) ; ailleurs, on lit que le processus de correction permanente a mené, au bout du compte, à une version « de pas même vingt pages, et même, en dernière conséquence, n’a plus rien laissé de l’ensemble... » (p. 180). Ce sont les différentes versions des corrections qui finissent par constituer le manuscrit. Contre toute forme de narration téléologique et conclusive au regard d’un « produit final », l’inachevé, la correction permanente, est l’unique conclusion.

21Dans ce processus de correction à l’infini réside la véritable inversion du processus de progression vers une conclusion dans le roman d’éducation. On trouve également dans cette forme de correction permanente une référence à des processus d’apprentissage inachevés, qui durent toute une vie. « Nous corrigeons en permanence et nous nous corrigeons nous-mêmes avec le moins d’égards, parce que nous voyons bien, à chaque instant, que nous avons tout fait de travers (écrit, pensé, exécuté), que nous avons mal agi, comment nous avons mal agi, que tout, jusqu’à cet instant, est une falsification ; c’est la raison pour laquelle nous corrigeons cette falsification, puis la correction de cette falsification, et nous corrigeons immédiatement le résultat de cette correction de la correction, selon Roithamer... » (p. 325).

22Le processus d’écriture, comme processus de correction permanente, est mis en parallèle avec le processus de la vie et de la mort. Dès lors, la correction véritable est la correction de l’existence humaine « en tant qu’unique falsification et contrefaçon abyssale de notre nature » (p. 326). Roithamer qualifie donc dans son manuscrit sa propre existence d « existence de l’agonie » (p. 195) qui (en tant que véritable correction) mène forcément au suicide (p. 326).

23Le programme du processus d’apprentissage et d’existence par le biais de la « correction » permanente, cité par Roithamer, est donc d’une part une allusion à ce modèle, et d’autre part une inversion de ce modèle qui, dans le roman d’éducation, se donne pour objectif la « perfection » par la correction. Par le biais de l’inversion, « l’effet du parachèvement » ne donne pas et ne préserve pas la vie : c’est au contraire un effet mortel. Le processus de la perfectibilité est un processus de corruptibilité : « [...] Et en corrigeant tout encore une fois, selon Roithamer, j’ai tout détruit » (p. 356). Dès lors, chaque correction est « destruction, annihilation » (p. 356).

24Au double processus de l’annihilation de soi par la correction permanente (dans l’écriture et dans la vie) correspond une double annihilation dans le livre Corrections, dans la mesure où le suicide de Roithamer, tel qu’on peut le reconstituer à partir du manuscrit, fait aussi peser une menace mortelle sur le narrateur et écrivain qui doit classer et inspecter ce legs.

25Comme Gel, le roman de Thomas Bernhard Corrections adopte des positions d’observateurs, mais les accentue sous l’angle de la procédure de l’écriture, dans la mesure où le travail de correction permanente de la vie est considéré sous l’angle de la nécessité de la mort. En se référant au modèle du roman d’éducation, et en le prolongeant par l’écriture, les processus d’apprentissage de l’être humain trouvent toujours leur conclusion dans la mort. Apprendre à vivre signifie donc (tout à fait dans l’esprit de Montaigne) apprendre à mourir. Le modèle de la « correction » donne en outre une indication sur le modèle du roman d’éducation, en ce qu’il libère des énergies pour la négation narrative des modèles développés de roman d’éducation.

Extinction

  • 17  Le roman est cité d’après la première édition, Francfort/Main, 1986 ; la pagination est indiquée d (...)

26Le titre et l’exergue du roman indiquent l’objectif du dernier grand texte en prose rédigé par Bernhard. « Extinction » et son sous-titre « Un effondrement » sont des caractérisations outrancières de cette attitude de négation qui détermine de manière constitutive, dans sa structure rhétorique, tous les romans de Thomas Bernhard17. L’exergue, une phrase où Montaigne parle de la mort qui le tient constamment dans ses serres, laisse entrevoir l’ultime conséquence de ce processus de négation. En faisant allusion aux traditions théologiques (« Au cœur de la vie, entourés par la mort »), il donne par avance le cadre général du roman. Il est déterminé par une allusion, facilement reconnaissable, au Heinrich von Ofterdingen de Novalis. « Le télégramme » de la première partie correspond au « testament » de la deuxième partie du livre. A la duplicité de l’attente et de la promesse chez Novalis, on oppose ainsi une dichotomie qui, sous le signe du « testament », fait résonner la thématique de la mort. Au concept de rédemption de Novalis, Bernhard confronte un modèle de l’extinction.

27Un tel prolongement par l’écriture, une telle « contre-écriture » (Widerschreiben, l’expression est de Renate Lachmann) caractérise l’ensemble de la structure formelle du roman. De la même manière que dans ses romans Gel ou Corrections, Bernhard utilise aussi dans le roman Extinction des motifs traditionnels (fiction de l’éditeur et du manuscrit, récit biographique et autobiographique). Franz-Josef Murau, qui se trouve au centre du roman, laisse après sa mort un récit écrit à la première personne, présenté par le narrateur, parlant lui aussi à la première personne, et qui est chargé de l’édition du manuscrit. Les dates précises de naissance et de mort de Murau (1934-1983), données à la fin du roman, doivent suggérer une authenticité qui rappelle les traditions du xviiiesiècle. L’élément écrit du roman, comparable au roman Corrections, est le texte d’un manuscrit, c’est-à-dire une longue « citation » autobiographique.

  • 18 Cf. Jens Tismar, Gestörte Idyllen. Eine Studie zur Problematik der idyllischen Wunschvorstellungen (...)

28A côté du mode d’écriture autobiographique, le roman Extinction fait allusion à des traditions et motifs du roman d’éducation. Non seulement on cite une quantité d’auteurs que leurs textes permettent de classer dans l’histoire du roman d’éducation, mais, plus encore, certains leitmotive de l’histoire du roman d’éducation sont des composantes rémanentes du roman de Thomas Bernhard. On trouve par exemple dans cette catégorie l’allusion au locus amoenus, que Bernhard prolonge et contredit, par l’écriture, dans l’unité du locus amoenus et du locus terribilis. C’est aussi le cas dans le lien avec l’allusion immédiate à L’été de la Saint-Martin d’Adalbert Stifter, lorsqu’on se remémore Wolfsegg en le présentant comme l’antimonde de la maison aux roses de Stifter : Wolfsegg n’est pas un séjour pour des gens d’esprit18.

  • 19 Cf. Tobias Heyl, Zeichen und Dinge, Kunst und Natur. Intertextuelle Bezugnahmen in der Prosa Thomas (...)

29On discerne tout particulièrement en étudiant le motif de l’enfance dans quelle mesure la pratique intertextuelle, dans le roman Extinction, reprend des motifs de Goethe et du roman d’éducation, en utilisant fréquemment l’inversion19. L’enfance et le récit sur l’enfance des protagonistes jouent un rôle central pour le roman d’éducation. On le relie souvent à des associations d’idées avec l’Age d’Or. Chez Bernhard, l’enfance montre « le fameux vide du bâillement » (p. 598) et l’on parle de « l’effroi du vide ». L’enfance, considérée comme un refuge utopique pour les autobiographies et les romans d’éducation, devient chez Bernhard, à la suite d’une inversion parodique, un lieu du vide.

30Le fait que le motif de la négation radicale domine, dans le sens de la « décomposition de soi » et de « l’extinction de soi », apparaît particulièrement (rattaché à la déconstruction de l’enfance) si l’on observe le processus d’extinction de l’origine. Il faut éteindre le « complexe de l’origine », et cela signifie avant tout que l’on rejette l’héritage, la confrontation avec l’époque de Wolfsegg, ce qui signifie aussi l’époque du national-socialisme et du complexe politique actuel, le mélange du catholicisme et de l’antisémitisme. Le fait de léguer ses biens à la « communauté israélite de Vienne » est ainsi une sorte de réparation à l’égard de ceux que l’histoire a tenté « d’éteindre ».

  • 20 Hans-Ulrich Treichel, Ausloschungsverfahren. Exemplarische Untersuchung zur Literatur und Poetik de (...)

31La critique du « complexe de l’origine » recèle la critique implicite et explicite de ce récit autobiographique et biographique attaché à la reconstruction de l’origine par des sujets. Bernhard intensifie encore le motif de l’extinction en mentionnant à la fin du roman le fait que le narrateur (autobiographique) Murau est déjà décédé. L’extinction totale explique la longueur démesurée du texte ; l’acte de l’écriture peut être désigné comme un « acte de réparation »20.

32Le plaisir de l’écriture, dit le narrateur Murau, est un élément de la décomposition et de l’extinction de soi-même : « Je n’ai aucun autre projet pour toute ma vie. Et si je ne m’abuse, je vais aussi réussir cette décomposition, cette extinction de moi-même... En réalité, je ne fais rien d’autre que de me décomposer et m’éteindre, lorsque je m’éveille au petit matin, ma première pensée est pour cela : marcher résolument vers ma décomposition et mon extinction » (Extinction, p. 296).

  • 21 Ibid.,p. 52.

33L’obsession de l’extinction ne produit donc pas seulement le texte littéraire : par l’œuvre, Wolfsegg, la famille, sont « une nouvelle fois créés et mis au monde. Le désir narratif de l’extinction [...] réalise dans une certaine mesure son propre contraire par auto-accomplissement »21. Dans l’unité de l’extinction et du rétablissement écrit, de l’annihilation et de la conservation dans l’écrit, réside cette unité paradoxale qui souligne le rôle singulier de l’écrit. L’écrit rétablit l’unité dans la différence.

  • 22 Gernot Weiss, Ausloschung der Philosophie. Philosophiehritik bei Thomas Bernhard,Wurtzbourg, 1995, (...)
  • 23 Ibid.

34Gernot Weiss, en se référant à Rousseau et Derrida, a donc expliqué que « le discours de l’extinction » provient, « d’un point de vue terminologique, de la « grammatologie »22. « Chez Rousseau et Derrida, l’extinction signifie la substitution, et c’est dans ce sens que Murau utilise ce concept. »23

  • 24 Cf. Thomas Bernhard, Verstorung, Francfort/Main, 1967, p. 165. Sur la constitution du « roman d’ant (...)

35La production d’un « substitut » marque un point final dans l’appropriation aussi frappante qu’exagérée de certains motifs du récit autobiographique et biographique par le biais de l’inversion et du renouvellement paradoxal. La figure rhétorique de la répétition est l’expression de ce traitement par la négation d’une tradition qui demeure conservée dans ses structures fondamentales. On le voit particulièrement bien dans la référence faite par Thomas Bernhard au rapport maître-disciple, constitutive chez Rousseau aussi bien que chez Goethe, rapport qui forme une structure centrale du modèle narratif dans « l’extinction ». Le narrateur du roman se trouve, en tant que maître et enseignant, en discussion permanente avec son disciple Gambetti. Dans ce rôle de pédagogue et de mentor, on fait allusion aux romans et textes écrits depuis Fénelon, qui fondent le roman d’éducation. Seule la citation et « l’utilisation » des topoi et motifs traditionnels permettent la « contre-écriture ». Dans « l’extinction », Thomas Bernhard atteint cependant un point d’où, précisément par allusion à « l’anti-autobiographie » (p. 188) et au « roman d’anti-éducation » (dans la tradition de Anton Reiser de Karl Philipp Moritz), la vie (et la littérature) deviennent « une école de la mort »24.

36Chez Thomas Bernhard, les romans d’éducation ne sont pas des pièces didactiques apprenant à bien vivre, mais des pièces apprenant à bien mourir. En cela, Thomas Bernhard est toujours lié à Michel Montaigne (et, indirectement, à Goethe), dans cette communauté d’auteurs qui n’a pas abandonné la prétention à l’auto-éducation. C’est seulement dans le processus même de l’écriture que réside une forme de la survie. L’écrit est la seule chose qui survive aux individus.

Haut de page

Notes

1  Thomas Mann, Geist und Wesen der deutshen Republik (1923), in essays, vol. 2: Für das neue Deutschland 1919-1925, H. Kurkze et S. Stachorski (éd), Francfort/Main, 1993, p. 218-219.

2  Cf. Wilhelm Vosskamp, « Bildungsbücher ». Zur Entstehung und Funktion des deutschen Bildungsromans, in Die Fürstliche Bibliothek Corvey. Ihre Bedeutung für eine neue Sicht der Literatur des frühen 19. Jahrhunderts. Beiträge des 1. Intematianalen Corvey-Symposions 25.-27. Oktober 1990 in Paderbom.R. Schöwerling et H. Steinecke (éd.), Munich, 1992, p. 134-146.

3  Cf. à ce propos Wilhelm Vosskamp, Perfectibilité und Bildung. Zu den Besonderheiten des deutschen Bildungskonzepts im Kontext der europàischen Utopie- und Fortschrittsdiskussion, in Europäische Aujklärung(en). Einheit und nationale Vielfalt, S. Jüttner et J. Schlobach (éd.), Hambourg, 1992, p. 117-126 (Studien zum 18. Jahrhundert, vol. 14).

4  Cf. à ce propos n. 3, et Wilhelm Vosskamp, Individualität – Biographie – Roman, in Lebensläufe um 1800, J. Fohrmann (éd.), Tübingen, 1998, p. 257-261.

5 Cf. Gerhard vom Hofe / Peter Pfaff, Das Etend des Polyphem. Zum Thema der Subjektivität bei Thomas Bernhard, Peter Handke, Wolfang Koeppen und Botho Strauss, Königstein/Tannus, 1980, et Wal-ter Pape, « Mich interessiert nur mein Korper und mein Kopf und sonst gar nichts ». Erzähle-rische und autobiographische Subjektivität bei Thomas Bernhard, in Geschichte und Vorgeschichte der modemen Subjektivität, R. L. Fetz, R. Hagenbüchle et P. Schulz (éd.), Berlin/New York, 1998, p. 1174-1197. Cf. en général sur Thomas Bernhard (avec des indications littéraires importantes) : Manfred Mittermayer, Thomas Bernhard, Stuttgart/Weimar, 1995.

6  Cf. sur ce sujet, sur le fond, Renate Lachmann, Gedächtnis und Literatur. Intertextualität in der russischen Moderne, Francfort/Main, 1990.

7  Cf. Hans-Ulrich Treichel, Auslöschungsverfahren. Exemplarische Untersuchung zur Literatur und Poetik der Moderne, Munich, 1995.

8 Cf. Willi Huntemann, « Treue zum Scheitern ». Bernhard, Beckett und die Postmoderne, in Text & Kritik, n° 43, p. 42-74.

9 Thomas Bernhard, Drei Tage, in Der Italiener, Salzbourg, 1971, p. 152. Cf. aussi Heinrich Anz, Geschichtenerzählen : Geschichtenzerstören – zum poetologischen Modell in Thomas Bern-hards Frûhwerk am Beispiel der Erzählung « Der Kulturer », in Text & Kontext 14 (1986), cahier 2, p. 176-184.

10 Cf. Manfred Mittermayer, Strauch im Winter. Thomas Bernhards « Frost » als Inszenie-rung eines Ichzerfalls, in Modern Austrian Literature21 (1988), cahiers 3/4, p. 1-18.

11 Cf. Anti-autobiographie. Zu Thomas Bernhards «Auslöschung», H. Höller et I. Heidelberger-Leonhard (éd.), Francfort/Main, 1995, p. 29.

12 Cf. Thomas Bernhard, Frost, Francfort/Main, 1972, p. 226 sq. Pour les autres citations, la pagination est indiquée dans le texte.

13 Cf. n. 5.

14 Cf. Claudio Magris, Geometrie und Finsternis. Thomas Bernhards « Verstörung », in Études germaniques 33 (1978), p. 282-297.

15  Les citations faites ici le sont d’après Thomas Bernhard, Korrektur, Francfort/Main, 1975. Cf. globalement Andreas Gössling, Thomas Bernhards frühe Prosakunst. Entfaltung und Zefall seines ästhe-tischen Verfahrens in den Romanen Frost – Verstörung – Korrektur, Berlin/New York, 1987 ; et Gudrun Mauch, Thomas Bernhards Roman « Korrektur ». Die Spannung zwischen dem erzählenden und dem erlebenden Erzàhler, in Österreich in Geschichte und Literatur23 (1979), p. 207-219. La pagination des passages cités deKorrektur est indiquée dans le texte.

16 Cf. Manfred Jurgensen, Thomas Bernhard. Der Kegel im Wald oder die Géométrie der Verneinung, Berne, 1981.

17  Le roman est cité d’après la première édition, Francfort/Main, 1986 ; la pagination est indiquée dans le texte. Cf. à ce propos, en général, Anti-autobiographie, op. cit., en note 11, et Andreas Gössling, Die « Eisenbergrichtung » : Versuch über Thomas Bemhards « Auslöchung », Munster, 1988, et Manfred Mittermayer, Thomas Bernhard, Stuttgart/Weimar, 1995, p. 110-120.

18 Cf. Jens Tismar, Gestörte Idyllen. Eine Studie zur Problematik der idyllischen Wunschvorstellungen am Beispiel von Jean Paul, Adalbert Stifter, Robert Walser et Thomas Bernhard,Munich, 1973 ; August Ober-mayer, Der Locus terribilis in Thomas Bernhards Prosa, in M. Jurgensen, Bemfiard. Annäherungen, 1981, p. 215-230.

19 Cf. Tobias Heyl, Zeichen und Dinge, Kunst und Natur. Intertextuelle Bezugnahmen in der Prosa Thomas Bernhards,Francfort/Main, 1995.

20 Hans-Ulrich Treichel, Ausloschungsverfahren. Exemplarische Untersuchung zur Literatur und Poetik der Moderne,Munich, 1995, p. 58.

21 Ibid.,p. 52.

22 Gernot Weiss, Ausloschung der Philosophie. Philosophiehritik bei Thomas Bernhard,Wurtzbourg, 1995, p. 138.

23 Ibid.

24 Cf. Thomas Bernhard, Verstorung, Francfort/Main, 1967, p. 165. Sur la constitution du « roman d’anti-éducation », cf. Wilhelm Vosskamp, Poetik der Beobachtung. « Karl Philipp Moritz », « Anton Reiser » zwischen Autobiographie und Bildungsroman, in Études germaniques 51 (1996), p. 471-480.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Wilhelm Vosskamp, « « Extinction ». . A propos de l’autoréflexion du roman d’éducation au xxe siècle chez Thomas Bernhard », Revue germanique internationale, 12 | 1999, 257-269.

Référence électronique

Wilhelm Vosskamp, « « Extinction ». . A propos de l’autoréflexion du roman d’éducation au xxe siècle chez Thomas Bernhard », Revue germanique internationale [En ligne], 12 | 1999, mis en ligne le 06 septembre 2011, consulté le 24 août 2017. URL : http://rgi.revues.org/760 ; DOI : 10.4000/rgi.760

Haut de page

Auteur

Wilhelm Vosskamp

Professeur de littérature allemande à l’Université de Cologne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org