Navigation – Plan du site

Les Antiquités entre la France et l’Allemagne au xviiie siècle

Alain Schnapp
p. 39-48

Résumés

Au moment où l’humanisme italien met au point une véritable pratique archéologique, la recherche de vestiges anciens enfouis dans le sol commence également à se répandre dans les pays du nord de l’Europe qui n’ont pas ou qui n’ont que partiellement été romanisés. Face aux tumuli, aux mégalithes, aux urnes qu’ils découvrent, les antiquaires du Nord reprennent les catégories de leurs prédécesseurs du Sud en les adaptant à des contextes historiques et géographiques différents. Se mêlent ici l’intérêt patriotique pour l’histoire régionale et la volonté de faire progresser le projet de l’histoire universelle. En revanche, la science antiquaire du Nord se détache plus rapidement du paradigme philologique que dans les pays du Sud : les sources imprimées sont rares, et l’accent est placé sur la description exacte et la reproduction minutieuse des objets et des monuments découverts. Simultanément, les travaux des antiquaires allemands, anglais et Scandinaves revêtent une certaine importance pour l’ensemble des historiens européens. Grâce à eux, au cours du xviie et surtout du xviiie siècle, l’historia obscura, l’histoire antérieure à la conquête romaine, reçoit droit de cité comme objet de conaissance historique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Roberto Weiss, The Renaissance Discovery of Classical Antiquity, Blackwcll Oxford, 1988.
  • 2  Alain Schnapp, La conquête du passé, Paris, Carré, 1993, p. 182-198.

1Les humanistes italiens ont donné à l’Antiquité une patrie, la ville éternelle, et une méthode d’exploration du passé, la science antiquaire1. Cette méthode, lentement les clercs italiens l’ont mise au point, depuis Pétrarque, en créant dans les cours du pape et des princes la figure sociale et intellectuelle de l’antiquaire. L’antiquaire n’est pas obligatoirement un érudit — les humanistes se gausseront du manque de savoir littéraire d’un architecte et ingénieur comme Pirro Ligorio — mais il collectionne les objets, dessine les monuments, reconstitue l’histoire des techniques. Dans les cours de la Renaissance s’impose un nouveau type de curiosité qui associe recherche du passé et histoire naturelle. Ainsi, progressivement, le texte n’est-il plus la seule ressource de l’histoire : monnaies, inscriptions, monuments deviennent des outils indispensables à la connaissance du passé. Des hommes comme Antonio Agostino et Ezechiel Spanheim exalteront la « veritas » et la « fides » des « antiquités » face aux avatars, aux interpolations et même aux faux qui brouillent la tradition textuelle2.

Antiquaires du nord et du sud

  • 3 P. H. Stemmermann, Die Anfange der deutschen Vorgeschichtsforchung, dissertation, Heidelberg, 1934  (...)
  • 4  Aenae Sylviae Piccolomini, Opera quae extant, Bâle, 1551, lettre CXXXI, p. 685. Voir surtout J. Ri (...)

2Ce mouvement antiquaire cependant, s’il naît en Italie, essaime très rapidement dans tous les pays d’Europe. En Espagne, en France, en Angleterre, en Allemagne les érudits entreprennent de collectionner et de décrire les vestiges de l’Antiquité classique en reprenant les modèles et le vocabulaire des Antiquitates romaines. En Angleterre, en Allemagne, en Scandinavie la situation se pose cependant en des termes un peu différents, car une bonne partie, sinon la totalité de ces pays n’a pas été romanisée. Peut-on traiter les antiquités des peuples non classiques comme les antiquités gréco-romaines ? peut-on écrire une histoire sans texte en remplaçant la tradition scripturaire par des antiquités locales ? C’est à ces questions que s’attaquent en Grande-Bretagne Camden, en Allemagne des gens comme N. Marshalk (1460-1525). A Rostock et Wittenberg, dans la partie non romanisée de l’Allemagne, Marshalk fouille des tombes, recueille le matériel, examine les cendres et les techniques de déposition funéraires3. Le succès de ces recherches, qui associent à l’étude des sources romaines sur les Germains la collecte des données sur le terrain, est bien sûr hé à l’intense travail d’adaptation de l’humanisme italien conduit par les érudits de l’Allemagne du Sud : K. Celtis (1459-1508) et W. Pirckheimer (1470-1530) à Nuremberg, Conrad Peutinger (1465-1547) à Augsburg. Mais ce nouveau savoir antiquaire est largement dépendant du contact direct avec la culture italienne. Cette influence est incarnée par le légat du pape en Allemagne, l’érudit siénnois Enea Silvio Piccolomini, le futur pape Pie II (1405-1464). Car le goût des antiquités n’est pas venu aux érudits allemands par une sorte de génération spontanée. Il est le produit d’une prise de conscience historique et ethnique dont Piccolomini s’est fait le chantre après la chute de Byzance, en rappelant les princes allemands à leurs devoirs : « Vous êtes grands, vous êtes belliqueux, vous êtes puissants, vous êtes distingués par la fortune, vous êtes les Germains choisis par Dieu, qui vous a permis d’étendre vos frontières et qui vous a accordé, par-delà tous les hommes mortels, de faire face à la puissance romaine. Courageux héritiers de puissants ancêtres, rappelez-vous, portez sous vos yeux les hauts faits des Anciens... »4

3L’érudit siennois cherche dans l’histoire les raisons d’une nouvelle et nécessaire croisade qui n’aura guère de succès auprès des princes allemands et chrétiens, mais qui va réveiller ceux qui s’appelaient eux-mêmes des Teutons et qu’il honore du nom de Germains. A travers la Germanie de Tacite, redécouverte dans une abbaye allemande par un autre contemporain et ami de Piccolomini, Poggio Bracciolini, la recherche des sources de l’histoire germanique est le départ d’un vaste mouvement d’exaltation du passé auquel Piccolomini apporte sa pierre avec sa Germanie, publiée à Leipzig en 1496. La même année l’empereur Maximilien ne fera-t-il pas fouiller un tumulus à Worms pour retrouver la tombe de Siegfried ? avec la fin du xve siècle les antiquités germaniques acquièrent leur autonomie. Lettrés, collectionneurs et artistes se piquent de germanisme : l’empereur commande pour son tombeau, à Innsbruck, des statues de souverains germaniques dont Théodoric et Arthur (!), il encourage lettrés et érudits à étudier les antiquités et soutient le projet de Celtis d’une Germania Illustrata sur le modèle de l’ltalia de Biondo : le projet ne verra le jour qu’au siècle suivant avec l’œuvre de Philippe Clüver. C’est donc bien à la fin du xve siècle que les érudits allemands s’emparent des techniques des antiquaires italiens pour fonder une science des antiquités germaniques. Les Allemands n’ont pas été les seuls à tenter de construire une histoire nationale. Les Scandinaves – souvent formés au contact des érudits allemands et italiens – devaient faire face à une situation encore plus difficile que leurs voisins, puisqu’ils ne disposaient d’aucune ruine romaine sur leur territoire. Depuis Olaus Magnus, archevêque d’Upsal en Suède et exilé à Rome du fait de la Réforme, en passant par Heinrich Rantzau, gouverneur de Holstein et disciple de Mélanchton jusqu’aux antiquaires royaux de Danemark (Ole Worm) et de Suède (Johan Bure), les érudits Scandinaves tentent à leur tour, durant la seconde moitié du xvie et le début du xviie siècle, de collecter et de décrire les antiquités Scandinaves. Ces travaux passent par le déchiffrement des ruines, la collection et l’édition des inscriptions runiques, la prospection des antiquités médiévales et des mégalithes protohistoriques. Les antiquaires Scandinaves sont ainsi confrontés à une chronologie encore plus obscure que leurs confrères allemands. Cela les conduit à des réflexions sur les rapports entre histoire locale et universelle dont témoigne de façon éclatante la fouille des sépultures des rois de Danemark sur le site de Jelling : non seulement le paysage archéologique est très précisément dessiné, mais les inscriptions runiques à la mémoire des trois souverains danois sont relevées, transcrites et traduites tandis que le gouverneur Rantzau fait élever dans sa propriété personnelle une pyramide votive en la mémoire de cette redécouverte. Une inscription gravée porte les mots suivants :

  • 5 Schnapp, op. cit., n. 2, p. 153.

« Heinrich Rantzau a construit ce monument en l’honneur des trois rois de la maison de Danemark...
 » l’année 5540 de la création du monde
« l’année 3384 depuis le déluge
 » l’année 1578 de la naissance du Christ
« l’année 985 de la naissance de Mahomet. »5

  • 6  Joannes Rosinus, Romanarum Antiquitatum libri decem, Bâle, 1583.
  • 7 John Aubrey, in Monumenta Britannica, cité par Hunter, John Aubreey and the Realm of Leaming, Londr (...)

4En milieu protestant, la recherche des antiquités participe d’une réflexion sur l’histoire universelle qui ouvre la voie à une chronologie d’un type nouveau. Non plus la seule exégèse chrétienne mais le désir de faire place à une histoire comparée de l’homme dans le contexte de la diversité religieuse rendue possible par la Réforme. Un tel climat intellectuel rendra bientôt possible une forme d’archéologie comparée dont le médecin, humaniste et antiquaire danois Ole Worm sera l’incarnation. Érudit universel qui avait voyagé des années durant en Italie, en France, en Hollande et en Allemagne, Worm est l’auteur du premier traité systématique des antiquités du Nord, construit sur le modèle classique du manuel de Rosinus6, Danicorum Monumentorum libri sex, publié à Copenhague en 1643. Avec Worm, la synthèse entre les antiquités romaines et les antiquités septentrionales est enfin réalisée. Les antiquaires du Nord reprennent les catégories de leurs prédécesseurs du Sud, mais ils les adaptent à des contextes et des milieux géographiques différents. En Italie et dans le Sud de l’Europe, l’excavation est considérée comme une tâche subalterne laissée aux architectes et aux entrepreneurs qui « dégagent » les antiquités pour construire des bâtiments nouveaux et qui, à l’occasion de ces fouilles, découvrent des monuments anciens offerts à la sagacité des antiquaires. En Grande-Bretagne, aux Pays-Bas, en Allemagne et en Europe du Nord, les antiquaires parcourent le paysage pour identifier des tumuli, des mégalithes ou de vastes « champs d’urnes » qui ne sont pas recouverts par le site des villes modernes, mais qui apparaissent en rase campagne. Ici, l’antiquaire doit se faire topographe, géographe et fouilleur pour repérer des antiquités « d’un âge si éloigné qu’aucun livre ne les peut atteindre »7. S’émancipant de la tradition urbaine, ces prospecteurs passionnés créent une archéologie du terroir qui est aussi une archéologie pré- et protohistorique avant la lettre. Ole Worm aura d’ailleurs le soupçon de l’existence d’une antiquité beaucoup plus ancienne que le déluge dont l’idée lui sera soufflé par le théologien calviniste Isaac Lapeyrère, réfugié pour un temps à la cour danoise parce qu’il professait de dangereuses théories sur les « préadamites », les hommes antérieurs au déluge...

Cartographes, géographes et antiquaires

  • 8  Sur Ortehus, voir Jan Werner, Abraham Ortelius, Aartsvader van onze atlas, Amsterdam, Uni-versitei (...)

5La fin du xvie siècle marque un tournant parce qu’il est aussi le moment de l’expansion de la géographie. En Allemagne, Braun et Hogenberg lancent leurs célèbres Civitates urbis terrarum, premier atlas urbain des grandes villes européennes, tandis qu’Abraham Ortelius, à Amstersdam8, jette les bases d’une cartographie systématique du monde connu. Autour de ces gigantesques entreprises d’édition gravitent érudits, cartographes et antiquaires qui collectionnent traditions, usages, toponymes et antiquités. Au détour des planches de Braun et Hogenberg apparaissent ainsi constructions romaines et tumuli. Bientôt, la Britannia de Camden (1600) sera illustrée de planches qui feront place aux monuments les plus célèbres de Grande-Bretagne comme Stonehenge. Les mégalithes, les tumuli apparaissent dans les vignettes des cartographes à la place même des amphithéâtres des antiquaires de la génération précédente. On commence à collectionner les « pierres de foudre » (les silex), les vases protohistoriques, les fibules, les monnaies celtiques. Abraham Ortelius publie en 1546 un petit livre, Aurei seculi imago, illustré de 10 planches qui représentent la vie des anciens Germains vêtus de peaux de bêtes, accompagnés d’enfants et de femmes nus. En 1557, l’humaniste viennois Wolfgang Lazius publie un petit livre De migratione gentium qui recense de façon très rigoureuse toutes les sources antiques sur les Germains accompagné d’une série de planches dont certaines sont tirées de reliefs romains. Pour la première fois les documents antiques sont utilisés comme source iconographique.

6L’intérêt pour l’histoire régionale et nationale s’exprime dans les fouilles toujours plus nombreuses. Certains antiquaires de la fin du xvie siècle donnent les plans des édifices qu’ils ont fouillés, d’autres comme Pétau, en France, font représenter des tombes en connection : le squelette est figuré en place avec les objets qui lui sont associés. Le sol apparaît lentement comme un livre d’histoire dont les antiquaires, munis de pioches et de couteaux, doivent dégager les pages. En 1685, un seigneur normand, le sire de Cocherel, découvre à l’occasion de la réfection d’une route un monument mégalithique qu’il fait dégager avec soin ; il confie à un dessinateur le soin d’en dresser le plan et à un notaire celui de le décrire.

7L’œuvre de Philippe Clüver (1580-1623) peut apparaître comme le point d’aboutissement d’une méthode de géographie historique élaborée au milieu du xvie siècle, mais qui peine à se confronter avec le terrain. Son gros volume, Germaniae antiquae libri très est une compilation des sources topographiques concernant la Germanie. L’érudition philologique contraste avec le peu d’intérêt porté aux monuments, voir aux fouilles entreprises dans divers endroits. Clüver est mieux informé, plus savant que ses prédécesseurs, mais il peine à comprendre que le travail de terrain, la fouille des sépultures, le classement des vases, l’observation dans le sol des coutumes funéraires sont des outils essentiels à la synthèse historique. Son livre illustre bien la coupure entre ceux qu’on peut appeler les anatomistes du sol et les périégètes qui se contentent de parcourir les villes et les campagnes, guidés par les auteurs antiques et les premiers recueils d’inscriptions romaines.

8Il revenait à la génération suivante, celle des hommes nés à la fin du xviie siècle, de réconcilier les deux approches et d’élaborer les méthodes nécessaires à l’observation du sol et à l’exploitation du sol. Johan Christoph Olearius (1668-1748) est un pasteur saxon né à Halle et qui exercera les fonctions de superintendant (évêque) à Arnstadt. Il publie en 1702 un petit livre, Spicilegium antiquitatis, qui prend la mesure d’une nouvelle époque.

  • 9  Olearius, Spicilegium Antiquitatis, 1702, p. 1.

« Il semble qu’avec le xviiie siècle qui s’avance bien des choses nouvelles se montrent au jour, dans toutes les sciences et particulièrement dans l’étude des antiquités si négligée jusqu’à nos jours. Car sans aucune discussion possible ces objets constituent les plus belles des antiquités, objets cachés ou complètement oubliés que personne n’a jamais identifiés ou décrits. »9

9Olearius est un numismate, mais son propos, dans ce petit livre, est de publier et d’expliquer les résultats de la fouille d’un monument romain découvert à Canstadt dans le Wurtemberg. Ce qui frappe dans son propos, c’est la volonté minutieuse de décrire le monument et d’expliquer sa fonction. Il ne s’en tient pas à ce que nous appellerions aujourd’hui une simple analyse typologique, mais il tente d’expliquer les raisons de l’enfouissement des ruines qui relèvent de phénomènes d’érosion liés selon lui au ruissellement des eaux, à l’action du vent et des tremblements de terre. Pour illustrer son propos il donne un compte rendu de la fouille d’un autre monument découvert dans le duché de Magdebourg. Pourquoi s’intéresser à de telles traces du paganisme ?

  • 10 Ibid., seconde partie, p. 2.

« Les sépultures païennes nous montrent les différences entre chrétiens et païens, éclairent l’histoire ancienne et nous rappellent la reconnaissance que nous devons au père de la lumière qui nous a donné la raison. »10

  • 11  B. de Montfaucon, L’Antiquité expliquée, t. V.

10A l’aube du xviiiesiècle, la curiosité pour le passé relève toujours d’une dimension théologique. En pays protestant comme en pays catholique, elle ne saurait s’émanciper des leçons du magistère chrétien. Cependant, petit à petit, et sans rupture brusque, l’histoire universelle qui va des Egyptiens aux Romains doit faire une place à tous les peuples dont la tradition gréco-romaine puis judéo-chrétienne n’ont pas fait mention. Dans les travaux des antiquaires du Nord de l’Europe, l’observation des sépultures en pleine terre, des tumuli et des mégalithes devient un outil de connaissance et un moyen de fonder une chronologie relative dont Bernard de Montfaucon, dans son Antiquité expliquée se fera l’écho. L’observation des objets découverts dans le sol permet de répondre à des questions que la tradition néglige : « Il faut avouer que l’usage de cette sorte d’armes [les pierres de foudre ou céraunies] se prouve beaucoup mieux par les monuments qu’on déterre que par les passages des auteurs. »11 A la lecture des auteurs allemands et sous l’influence de son correspondant bâlois, Jean-Christophe Iselin, Montfaucon découvre que les mégalithes et tumuli sont des éléments fondamentaux des antiquités européennes. D s’appuie sur les travaux de ses contemporains allemands pour expliquer des monuments qui ne relèvent ni des auteurs classiques, ni de la tradition gréco-romaine. L’acceptation d’une histoire de l’Europe antérieure à la conquête romaine, la critique de la prétendue trinité religieuse des peuples germains, l’attention portée aux objets mobiliers (kleinfunde) sont des thèmes qui, chez Montfaucon, sont clairement dus à l’influence allemande.

11Ainsi, au fil des suppléments de son œuvre, l’antiquité classique du P. de Montfaucon devient-elle une antiquité qui, dans ses marges, traite des civilisations des temps les plus reculés.

Les fondements d’une nouvelle science antiquaire

  • 12 Cité in Gummel, 1938, p. 87, n. 1.

12A la fin du xviie siècle, en Allemagne, différents savants s’essaient donc à explorer le passé à la pointe de leur truelle. Parmi eux, J. D. Major (1634-1693) auteur d’une monographie (Bevölckertes Kimbrien) qui constitue une des premières études systématiques d’un ensemble d’objet préhistoriques découverts en contexte. Major, un médecin qui avait passé son doctorat à Padoue, se présente comme un rationaliste : « On ne doit croire rien ni personne, serait-ce Platon ou Aristote, avant d’avoir éprouvé soi-même par l’expérience que les choses sont bien telles qu’elles se présentent. »12 Même s’il croit encore à l’existence de géants préhistoriques dont l’existence est attestée par des os d’éléphants, sa synthèse sur les Cimbres ouvre la voie à une série de recherches systématiques sur les nécropoles protohistoriques qui n’a pas d’équivalent ailleurs en Europe. Car ce travail original d’observation, de fouille et de description est loin de rester isolé dans ces premières années du xviiie siècle. En 1711, un pasteur de Massel, près de Breslau, L. D. Hermann (1670-1736), publie une étude sur les urnes qu’il a découvertes dans les champs de sa cité natale [Maslographia oder Beschreibung des Schlesichen Massel, Brieg, 1711). Ce qui frappe dans le travail d’Herman, c’est l’intérêt pour la documentation in situ : les tombes sont figurées anatomiquement comme des ensembles dont la forme et la fonction méritent d’être enregistrées. Un autre clerc contemporain, J. D. Nünningh (1675-1753), prêtre catholique et docteur de l’Université d’Orléans, exerce son ministère en Westphalie et publie en 1713 son Sepul-chretum Westphalico... Gentile dont le frontispice est un plaidoyer pour l’intégration des antiquités germaniques aux côtés des antiquités du monde classique. Nünningh s’intéresse à la fouille, aux moyens de repérer les nécropoles dans le paysage, à la façon de classer les céramiques et les objets métalliques découverts dans les excavations. A la même lignée d’antiquaires de terrains appartiennent C. D. Rhode (1653-1717) et A. A. Rhode (1682-1724) père et fils, l’un et l’autre pasteurs de la région de Hambourg, qui fouillèrent plusieurs milliers de sépultures et furent les premiers à divulguer systématiquement les résultats de leurs travaux. Durant les années 1719-1720, A. A. Rhode alla même jusqu’à publier la première revue spécialisée d’archéologie, un hebdomadaire qui, sur huit pages, présentait chaque semaine le produit des fouilles et des réflexions historiques de l’auteur. Tous ces ouvrages et particulièrement ceux des Rhode frappent par leur ferveur.

13Pour étudier ces antiquités qui n’ont que peu de rapport avec les antiquités romaines et grecques, il faut les accepter comme le produit d’un artisanat humain. Sur les mégalithes, sur les « pierres de foudre » comme sur les vases « surgis spontanément du sol », bien des idées circulaient ; A. A. Rhode s’amuse ainsi à expliquer pourquoi ces vases sont des objets archéologiques :

  • 13  A. Rhode, Cimbrhch-Holsteinische Antiquitäten, 1719, 9e semaine, p. 72.

Or l’opinion me paraît bien ridicule de ceux qui croient que les urnes sont générées par la terre et poussent d’elles-mêmes (comme si elles étaient des champignons terrestres) qui sortiraient de terre au printemps et plus spécialement au mois de mai (il s’agirait donc de pots plein de viande, remplis d’une bonne fricassée de poule ou autre, et de tels pots au demeurant ne sortiraient pas seulement en mai mais pendant tous les douze mois de l’année de sorte qu’on ne manque de rien suivant l’adage « Prends et mange car cela t’est réservé ». Voilà qui ferait le bonheur de chacun et particulièrement de ceux qui aiment manger des alouettes pourvu qu’elles leur tombent toute rôties dans le bec...
Si la nature avait fait ces pots, alors elle aurait également fait, en même temps que les pots, les cendres qui s’y trouvent, les ossements et bien sûr tout le reste, agrafes, boucles, épingles à cheveux, etc. Si elle savait faire tout ceci, elle aurait sans doute fait bien d’autres choses encore13.

  • 14  A. Rhode, ibid., p. 338.
  • 15  Voir A. Schnapp, op. cit., n. 2, p. 362-364.
  • 16  Voir P. Pinon, La Gaule retrouvée, Paris, Gallimard, 1991.

14Rhode, bien sûr, n’est pas le premier à faire justice du rôle des nains, des géants et autres créatures fantastiques qui peuplent l’imaginaire des curieux, mais il s’emploie à ridiculiser ces théories avec une truculence servie par la passion. Car Rhode a en tête un programme scientifique qui vise non seulement à découvrir des objets dans le sol, mais aussi à les extraire pour en tirer des conclusions historiques. Ces objets découverts à foison dans le sol apparaissent comme des outils d’une histoire locale et universelle à la fois, qui trouve sa justification dans les convictions religieuses et le dévouement civique des auteurs. Ce type de publication mêle la rigueur dans l’exposé des données de terrain, l’érudition effrénée, le prosélytisme religieux dans une prose bigarrée et truffée de mots latins, grecs ou français, mais son but est clairement scientifique et national : « De armis romanarum (des armes des Romains) bien des auteurs ont écrit et disserté, mais je me demande bien pourquoi personne ne s’est intéressé « de armis Teutonorum et Cimbrorum » (des armes des Teutons et des Cimbres) de façon claire et systématique. Je n’ai guère d’idée d’où cela vient par ce qu’à la fin l’amor patriae devrait bien l’emporter. Cela tient peut-être au fait que nos vieux Cimbres combattaient volontiers mais n’avaient jamais appris à écrire. »14 Un autre pasteur du Nord de l’Allemagne, Martin Mushard (1699-1770) ira jusqu’à publier en 1760 un petit essai intitulé Informations utiles sur la fouille des urnes et sur l’art de ne pas les chercher pour rien, qui constitue sans doute l’un des tout premiers manuels de fouilles archéologiques jamais publié15. Tout oppose ce type de publication à la prose châtiée et au style guindé de Montfaucon et des mémoires de l’Académie des inscriptions. D’un côté des hommes de terrain avides de tous renseignements, soucieux de communiquer passion et incertitudes à leurs contemporains, de l’autre le savoir-faire curial des bénédictins qui écrivent avec la componction et le détachement de savants plus familiers des cabinets de curiosités, des bibliothèques et des couvents que des dures réalités du terrain. Au moment où Major, Herman et les Rhode s’emploient, avec une infatigable passion, à faire surgir les objets du sol, Roger de Gaignières travaille d’arrache-pied à un projet de recueil des antiquités de la France : ici pas de fouilles, pas de collections d’objets préhistoriques, mais des dessins dans la tradition de Rubens, de Peiresc et du musée de papier de Cassiano del Pozzo. Pourtant, derrière l’idée d’une collection graphique des antiquités de la Gaule pointe une autre sensibilité qui s’exprime au milieu du xviiie siècle avec l’œuvre de Caylus et le soutien de Trudaine, alors directeur des Ponts et Chaussées. On s’intéresse moins aux objets qu’aux sites, on demande aux ingénieurs du roi d’établir les relevés des monuments anciens que les grands travaux du royaume mettent au jour. Bientôt, beaucoup plus tardivement qu’en Allemagne, on commencera, comme l’ingénieur des ponts Legendre ou les maîtres de forges Grignon, des fouilles systématiques des sites gallo-romains16.

15On peut donc distinguer, dans les complexes relations des antiquaires allemands et français, des traditions nationales qui sont progressivement influencées par les relations savantes et les coutumes de la République des lettres. L’archéologie allemande depuis les humanistes jusqu’aux Lumières est fortement marquée par une composante locale et nationale. Le passé germanique, si difficile à saisir au travers des sources gréco-romaines, s’exprime dans le concept des « Antiquitates » latines déclinées comme « Antiquitäten » et « Altertümer ». Ce sont des mots qui jouent un rôle clef dans la fondation d’une discipline à la fois régionale (l’opposition entre l’Allemagne du Sud et du Nord) et nationale : la revendication, par-delà royaumes et principautés, de l’existence d’une « Deutschtum » dont la naissance s’était affirmée dans la forêt de Teutoburg. Cette tendance de la science antiquaire allemande s’exprime avec éclat dans l’ouvrage commun de Leibniz et Eccard publié seulement en 1750 : Introductio ad historiam germaniae seu notitia rerum germanicarum. Ici, de façon définitive, le mythe de la trinité religieuse germanique est répudié. L’historia obscura, l’histoire antérieure à la conquête romaine reçoit droit de cité comme objet de connaissance historique. Pour reconstituer cette histoire par définition impossible à atteindre, les auteurs insistent sur la notion de « mœurs », ils proposent une ethnologie du passé qui permet de suppléer à l’absence d’une histoire événementielle. Le but est d’élucider les mœurs des Anciens d’après les tumuli qu’ils nous ont laissés :

16« Mores majorum vetustissimorum et quae de lis ex tumulis ipsorum sciri possunt. » A compter des années 1720-1730, les deux traditions antiquaires continuent leur route séculaire mais, par-delà les traditions nationales, un débat s’instaure entre histoire nationale au sens de Leibniz et histoire universelle au sens de Montfaucon : on est passé d’un « Sonderweg » allemand à une « Auseinandersetzung » entre l’Europe du Nord et celle du Sud, qui annonce Montesquieu et Winckelmann.

Haut de page

Notes

1 Roberto Weiss, The Renaissance Discovery of Classical Antiquity, Blackwcll Oxford, 1988.

2  Alain Schnapp, La conquête du passé, Paris, Carré, 1993, p. 182-198.

3 P. H. Stemmermann, Die Anfange der deutschen Vorgeschichtsforchung, dissertation, Heidelberg, 1934 ; Hans Gummel, Forschungsgeschichte in Deutschland, Berlin, W. de Gruyter, 1938.

4  Aenae Sylviae Piccolomini, Opera quae extant, Bâle, 1551, lettre CXXXI, p. 685. Voir surtout J. Ridé, L’image du Germain dans la pensée et la littérature allemande de la redécouverte de Tacite à la fin du xvie siècle, Paris, Champion, 1977.

5 Schnapp, op. cit., n. 2, p. 153.

6  Joannes Rosinus, Romanarum Antiquitatum libri decem, Bâle, 1583.

7 John Aubrey, in Monumenta Britannica, cité par Hunter, John Aubreey and the Realm of Leaming, Londres, Duckworth, 1975, p. 171.

8  Sur Ortehus, voir Jan Werner, Abraham Ortelius, Aartsvader van onze atlas, Amsterdam, Uni-versiteitsbibliotheek, 1998.

9  Olearius, Spicilegium Antiquitatis, 1702, p. 1.

10 Ibid., seconde partie, p. 2.

11  B. de Montfaucon, L’Antiquité expliquée, t. V.

12 Cité in Gummel, 1938, p. 87, n. 1.

13  A. Rhode, Cimbrhch-Holsteinische Antiquitäten, 1719, 9e semaine, p. 72.

14  A. Rhode, ibid., p. 338.

15  Voir A. Schnapp, op. cit., n. 2, p. 362-364.

16  Voir P. Pinon, La Gaule retrouvée, Paris, Gallimard, 1991.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Schnapp, « Les Antiquités entre la France et l’Allemagne au xviiie siècle », Revue germanique internationale [En ligne], 13 | 2000, mis en ligne le 31 août 2011, consulté le 28 mars 2017. URL : http://rgi.revues.org/767

Haut de page

Auteur

Alain Schnapp

Professeur à l’Université de Paris I, département d’histoire de l’art et d’archéologie

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page