Navigation – Plan du site

Les lectures françaises de Winckelmann. Enquête sur une généalogie croisée de l’histoire de l’art

Élisabeth Décultot
p. 49-65

Résumés

Selon une coutume érudite ancienne, Winckelmann avait pris l’habitude de consigner ses lectures dans des « cahiers d’extraits » (excerpta). Dans cette bibliothèque portable et manuscrite émerge un important massif : ses lectures françaises, volumineux ensemble de citations dont le présent article tente l’analyse. De ce corpus d’extraits, qui vont de Montaigne à Voltaire, en passant par Perrault et La Bruyère, Winckelmann semble avoir tiré trois principes majeurs pour la rédaction de son œuvre. Un principe épistémologique, tout d’abord : de la Querelle des Anciens et des Modernes, qu’il lit attentivement, il a retiré une conception ambiguë, à la fois historique et normative, de l’art antique. Un principe stylistique, ensuite : ces lectures françaises ont été pour lui une véritable école d’écriture, notamment dans l’art de l’aphorisme et de l’ellipse. Un principe sociologique, enfin : l’exploration du champ intellectuel français a été pour lui l’occasion de découvrir un paradigme sociologique puissant et encore largement étranger à l’Allemagne, celui de l’homme de lettres. L’étude de cette bibliothèque permet ainsi de réviser l’idée — largement répandue par Winckelmann lui-même avant d’être reprise par de nombreux commentateurs — d’une animosité foncière de l’écrivain envers la culture française.

Haut de page

Notes de l'auteur

Abréviations. — GdK : J. J. Winckelmann, Geschichte der Kunst des Altertums, Darmstadt, 1993 (réimpression de l’édition de Vienne de 1934, d’après la première édition de 1764) ; Gedanken : J. J. Winckelmann, Gedancken über die Nachahmung der Griechischen Wercke in der Mahlereyund Bildhauer-Kunst (d’après le texte de la première édition de 1755), in Fruhklassizismus. Position und Opposition : Winckelmann, Mengs, Heinse, éd. par H. Pfotenhauer, M. Bernauer et N. Miller, Francfort/Main, 1995 (Deutscher Klassiker Verlag, vol. 127), p. 13-50 ; Justi — Cari Justi : Winckelmann und seine Zeitgenossen, 3 vol., Leipzig, 21898 (1re éd. : Winckelmann, sein Leben, seine Werke und seine £eitgenossen, 3 vol., Leipzig, 1866-1872) ; WB — J. J. Winckelmann : Briefe, éd. par Walther Rehm en collaboration avec Hans Diepolder, 4 vol., Berlin, 1952-1957.

Texte intégral

  • 1  J. J. Winckelmann, Gedancken über dm Nachahmung der Griechischen Wercke in der Mahlerey und Bildha (...)
  • 2 J. J. Winckelmann, Geschichte der Kunst des Alterthums, 2 vol., Dresde, 1764. Trad. franc. : J. J. (...)
  • 3  Denis Diderot, Salon de 1765, in D. Diderot, Salons, éd. par Jean Seznec et Jean Adhémar, 4 vol., (...)
  • 4  . GdK, 1993, p. 130.

1La France des Lumières a réservé à Winckelmann un accueil chaleureux. L’année même de leur parution en allemand, les Gedanken über die Nachahmung (Réflexions sur l’imitation), court traité imprimé en cinquante exemplaires à Dresde en 1755, connaissent une traduction française, suivie de plusieurs autres jusqu’à la fin du siècle1. De même, la Geschichte der Kunst des Altertums (Histoire de l’art dans l’Antiquité) paraît par trois fois en français entre 1766 et 17942 — autant de traductions qui ont assuré le rayonnement européen de l’auteur, et ce, jusque dans les cours allemandes. A cette consécration française, deux causes essentielles. Dans l’ordre esthétique, tout d’abord, Winckelmann vient alimenter une mode grecque naissante. Pour ses lecteurs, il est le promoteur d’un principe fondamental, énoncé dès l’exergue des Réflexions : « Vos exemplaria Graeca... » Il faut imiter les Grecs. Dans l’ordre politique, ensuite, il est perçu comme le défenseur d’un axiome central pour la France prérévolutionnaire : la solidarité, voire la consubstantialité de l’art et de la liberté. Dès le Salon de 1765, Diderot fait de Winckelmann le Rousseau de l’histoire de l’art, une interprétation qui, comme l’a montré Edouard Pommier, atteint son apogée à partir de 17893. De l’Histoire de l’art dans l’Antiquité, les révolutionnaires ont en effet retenu cette phrase forte : « Du point de vue de la constitution et du gouvernement, la liberté est la cause privilégiée de l’excellence des arts en Grèce. »4 Pour avoir su porter au jour les bienfaits de la liberté pour l’art, Winckelmann devient un auteur officiel dans la France de 1789.

  • 5  Vgl. GdK, 1993, p. 158, 164, 172 sq.
  • 6  L’analyse de ce corpus constitue le fondement de mon livre sur Winckelmann à paraître aux PUFen 20 (...)

2Cette consécration de Winckelmann par le xviiie siècle français a de quoi surprendre si l’on se place du point de vue de Winckelmann lui-même. L’écrivain, en effet, n’a guère caché son animosité envers la France. Sa correspondance regorge d’invectives contre la culture française, l’hégémonie du français en Europe, l’esprit mondain et le maniérisme baroque importés de Paris. On ne compte plus, dans lHistoire de l’art dans l’Antiquité, ses attaques contre ces éminents antiquaires que sont Watelet, Caylus ou Mariette5. Rien de plus paradoxal, donc, que cette reconnaissance française si l’on en s’en tient aux déclarations de l’auteur lui-même. Rien de plus logique, pourtant, si l’on examine la composition de sa culture. Selon une coutume héritée du Moyen Age, Winckelmann avait, dès ses premières années de formation, pris l’habitude de consigner par écrit des passages entiers de ses lectures dans des « cahiers d’extraits », sorte de bibliothèque privée, portable et manuscrite qui ne le quittait jamais. Dans ces quelque 7 500 pages couvertes d’une écriture serrée6 émerge un massif aussi important qu’inattendu : ses lectures françaises. Aucune règle, en apparence, ne semble présider à l’édification de cette collection de citations, qui va de Montaigne à Voltaire en passant par Perrault et La Bruyère. Pourtant, il semble que Winckelmann y ait puisé trois principes majeurs pour la rédaction de son œuvre : un principe épistémologique, un principe stylistique et un principe sociologique. C’est ce que nous allons essayer d’analyser.

Winckelmann lecteur de la querelle des anciens et des modernes

  • 7  Ms. Winckelmann, BN all., vol. 61, 62, 72.

3Un moment central se dégage de cette bibliothèque winckelmannienne, qui cristallise une période de crise et en même temps de fécondité remarquable du classicisme français : la Querelle des Anciens et des Modernes. Entre 1748 et 1755, Winckelmann, bibliothécaire à Nôthnitz puis résident à Dresde, compile avec une remarquable exhaustivité les textes de cette polémique7. Ses cahiers — trois volumes de notes d’environ 600 pages — attestent une connaissance globale de la Querelle. Non seulement Winckelmann ht avec attention ses auteurs matriciels : Perrault (le Parallèle des Anciens et des Modernes, le Siècle de Louis le Grand), La Bruyère, Huet, Saint-Évremond, etc., mais il prend aussi en note ses débats connexes (les démêlés entre rubenistes et poussinistes, la discussion autour de la tragédie antique et de la tragédie moderne) et compile assidûment les auteurs qui, au xviiie siècle, n’ont cessé de creuser les failles nées de la controverse (Voltaire, Du Bos, Batteux, etc.). Le lecteur Winckelmann présente en la matière un double caractère. Un singulier éclectisme, tout d’abord, qui l’incline à rassembler les arguments des partis contraires, à consigner, dans un même cahier, des points de vue totalement opposés. Les extraits de Perrault, partisan des Modernes, voisinent avec ceux de La Bruyère, tenant des Anciens. Rien dans l’équilibre global de ses compilations ne permet de conclure à la prédominance de l’un ou l’autre camp. Tout se passe comme si, durant les années qui ont précédé la rédaction des Réflexions, Winckelmann avait sans cesse hésité entre l’un et l’autre parti, se renseignant sur les deux, n’en épousant aucun.

  • 8  Cf. Ms. Winckelmann, BNall., vol. 61, fol. 9 v°-II (R. de Piles, Dissertation sur-les ouvrages des (...)
  • 9  Pour les extraits de Perrault, cf. infra.

4Éclectique, donc, le lecteur Winckelmann témoigne en outre d’un esprit singulièrement dialectique. Rien ne retient plus son attention que les opinions contraires à son point de vue et nulle part il ne témoigne autant d’habileté que dans l’art de déceler les failles de l’argumentaire adverse. De façon symptomatique, Félibien, le très classiciste représentant du primat de la ligne — proche par bien des aspects de sa propre sensibilté — est quasiment absent de cette bibliothèque manuscrite, tandis que Roger de Piles, son adversaire, fait partie des auteurs les plus lus8. Un écrivain joue dans cette perspective un rôle paradigmatique : Charles Perrault, cible privilégiée des Réflexions sur l’imitation et figure centrale des cahiers d’extraits9. Ce que Winckelmann retient de Perrault, ce sont moins les certitudes positives que les fractures du discours, les moments incertains où l’éloge moderniste laisse entrevoir quelques fissures. Avec une intuition sûre, il reproduit précisément les passages les plus épineux et les plus polémiques de son œuvre : la conclusion équivoque du Parallèle, par exemple, qui laisse la question de la hiérarchie entre Anciens et Modernes ouverte pour le domaine de l’éloquence et de la poésie. Qui, donc, des Anciens ou des Modernes a finalement atteint le plus haut degré de perfection en littérature ? Douteuse en matière de littérature, la supériorité des Modernes est-elle plus sûre, dans le domaine de la peinture, de la sculpture et de l’architecture ? Avec une minutie de scribe, Winckelmann recense les aspérités de l’argumentaire moderniste. Saisi à travers son prisme, le Parallèle des Anciens et des Modernes apparaît moins comme l’énoncé d’une doctrine lisse, que comme une interrogation inquiète sur les attributs de la modernité.

La querelle et la structure dialogique des Réflexions

  • 10  [J. J. Winckelmann], Sendschreiben uber die Gedanken von der Nachahmung der griechischen Werke..., (...)

5Ce mode de lecture éminemment polémique a eu une incidence forte sur la rédaction même de son premier essai, les Réflexions sur l’imitation. Il a tout d’abord directement présidé à sa structure. Dès la seconde édition des Réflexions en 1756, Winckelmann ajoute au texte initial, c’est-à-dire aux Réflexions elles-mêmes, deux autres essais. Tout d’abord, un plaidoyer en faveur des Modernes, la Réponse aux Réflexions (Sendschreiben uber die Gedanken), réplique anonyme et fictive au premier essai, dont l’auteur réel n’est autre que Winckelmann lui-même. Enfin, dans un troisième temps, une Explication des Réflexions (Erlàuterung der Gedanken), riposte au second texte, qui, cette fois-ci au nom de Winckelmann lui-même, clôt l’ensemble de ces essais par une illustration des Anciens10.

  • 11  Ms. Winckelmann, BNail., vol. 61, fol. 25 v° (Filippo Baldinucci, Vita del Cavalière... Ber-nini)  (...)
  • 12  Pour le modèle du polyhistor, on pourra par exemple consulter : Anthony Grafton, The World of the (...)

6Il faut, bien sûr, voir dans ces échanges factices entre contradicteurs imaginaires une pratique « publicitaire » assez commune à l’époque : il s’agissait d’entourer le texte d’une aura polémique, de donner l’impression d’un débat pour piquer l’intérêt du lecteur. Mais par-delà l’astuce éditoriale, cette structure contradictoire est directement liée à l’activité compilatoire qui a précédé la parution du texte de Winckelmann. Dans la volumineuse somme de ses extraits, l’écrivain avait réuni à peu près autant de notations en faveur des Modernes que de remarques en faveur des Anciens. Après avoir en grande partie épuisé son stock d’arguments favorables aux Anciens dans les Réflexions elles-mêmes, il lui restait de nombreuses références modernistes en réserve. La tentation était grande de chercher à exploiter cet imposant arsenal de citations, sinon promises au sommeil définitif. Il n’en alla pas autrement. La Réponse aux Réflexions, le deuxième texte donc, est presque intégralement composée de propos modernistes empruntés aux cahiers d’extraits : éloge du Bernin par Baldinucci, de Rubens par Roger de Piles, des Hollandais et des Français par d’Argenville11. lExplication des Réflexions, le troisième texte, obéit au même principe de gestion des stocks. On voit ici à quel point Winckelmann, au moment même où il rédige les Réflexions, reste, dans sa gestion de l’écriture, très profondément attaché aux paradigmes polyhistoriques anciens. Malgré la modernité apparente du genre choisi — l’essai, forme brève, en rupture avec la tradition scolastique des compendia, c’est pourtant bien cette culture ancienne de l’exhaustivité qui continue de guider souterrainement sa plume12. Il s’agit d’épuiser ces magasins du savoir que sont les cahiers d’extraits, de gérer au mieux ces précieux butins de lectures. La dialectique des Anciens et des Modernes, qui sous-tend dans sa structure même la trilogie des Réflexions, est, on le voit, directement gouvernée par la méthode de lecture de l’auteur. C’est ici la démonstration d’un principe souvent vérifié par la suite : Winckelmann écrit comme il lit.

  • 13  Pour décrire ce tableau, Winckelmann abandonne la grille imposée de l’ekphrasis académique (invent (...)

7La structure dialogique de cette trilogie ne répond pas seulement à un souci mécanique d’exploitation des stocks. Elle touche plus profondément au rapport complexe et contradictoire que Winckelmann entretient avec chacun des partis de la Querelle. Il est d’usage, dans la recherche winckelmannienne, de tenir la Réponse aux Réflexions — l’essai moderniste, donc pour un texte mineur, mal composé et pour ainsi dire apocryphe. Pourtant, Winckelmann n’en est-il pas, en dernier lieu, l’auteur ? Pur jeu de masques, répondra-t-on. Certes. Mais avec quelle aisance n’a-t-il pas prêté sa plume à ce contradicteur farouche ! On trouve dans la Réponse aux Réflexions l’une des premières et des plus belles descriptions modernes de tableau au xviiie siècle — celle du Roi Séleucos de Gérard de Lairesse13. Plus encore, Winckelmann, Moderne anonyme, oppose au Winckelmann tenant des Anciens des arguments fort solides. Ce déguisement dialectique revêt certes une forte dimension ludique : on y sent le cabotinage d’un écrivain suffisamment maître de son sujet pour se faire à la fois advocatus dei et advocatus diaboli. Mais, par-delà ce jeu sophistique, cette structure traduit l’oscillation profonde de Winckelmann entre les deux partis de la Querelle. Elle reflète au plus profond l’ambiguïté théorique qui préside à la genèse de la doctrine classique allemande.

L’art antique entre historicité et normativité

  • 14  Quelques rares commentateurs l’ont d’ailleurs reconnu, qui ont mis en évidence les contradictions (...)

8Car ce dédoublement permanent ne se limite pas aux textes rajoutés après coup par Winckelmann. Il s’exprime, lorsqu’on y regarde de plus près, dès l’essai matriciel de 1755. Plutôt qu’une doctrine cohérente et unie, comme l’a stylisé le classicisme weimarien et, après lui, une longue tradition historiographique, ce texte fondateur se présente comme une série discontinue de contradictions fortes et d’interrogations profondes. Il est la tentative inaboutie d’apporter aux questions centrales suscitées par ces lectures une réponse singulière, résultant souvent d’une combinatoire étrange entre des argumentaires opposés et tronqués d’une partie de leur substance14.

  • 15  Gedanken, p. 13 : « Der gute Geschmack, welcher sich mehr und mehr durch die Welt ausbreitet, hat (...)
  • 16  Cf., notamment, ms. Winckelmann, BNail., vol. 62, fol. 26 v° (passage du Parallèle de Perrault sur (...)

9La première phrase de l’essai en fournit un éloquent exemple : « Le bon goût, qui se répand de plus en plus à travers le monde, a d’abord commencé à se former sous les cieux de la Grèce. »15 On assiste ici à un véritable télescopage conceptuel. Le premier membre de la phrase (« Le bon goût, qui se répand de plus en plus à travers le monde ») est directement emprunté à Perrault, qui avait fait des progrès du « bon goût » depuis l’Antiquité un argument décisif en faveur de la supériorité des Modernes — thème que Winckelmann avait fréquemment consigné dans ses notes sur le Parallèle et sur le Siècle de Louis le Grand16. Le second, en revanche (« a d’abord commencé à se former sous les cieux de la Grèce »), est directement issu de l’argumentaire des Anciens et reprend les professions de foi, si souvent recopiées par l’écrivain, en l’absolue exemplarité de l’Antique. Dans un remarquable raccourci théorique, Winckelmann réunit en une seule sentence deux points de vue que la Querelle avait donnés comme résolument inconciliables.

  • 17  Pour contrer les arguments du Président en faveur des Anciens, l’Abbé, partisan des Modernes, avai (...)
  • 18  Ch. Perrault, 1964, p. 299 (éd. originale, quatrième dialogue, vol. 3, p. 62). Winckelmann a néces (...)
  • 19  En d’autres termes, la genèse de l’historisme ne se trouve pas du côté où on l’attendrait. Dans la (...)

10Mais, par-delà la hiérarchie des Anciens et des Modernes, c’est un débat plus profond qui s’exprime ici de façon sous-jacente : le conflit, embryonnaire dans le Parallèle, entre l’historicité et la normativité de l’art antique. Winckelmann a très bien saisi les difficultés et les paradoxes de la Querelle dans ce domaine. Dans le Parallèle de Perrault, c’est finalement le parti des Anciens qui revendique une approche historique de l’art contre la vision atemporelle du beau défendue par les Modernes17. « C’est que le goût des Grecs, et des Grecs du temps d’Homère, était bien différent du nôtre », rétorque le Président à l’Abbé qui soutient au contraire que la poésie homérique enfreint les règles éternelles du « bon goût »18. Homère, nous disent les tenants de l’antique, ne doit pas être compris selon les lois immuables du beau absolu, auxquelles il contrevient visiblement, mais selon les règles de sa propre époque. Pour sauver Homère, il faut au parti des Anciens affirmer la singularité historique du goût grec et, par là aussi, son historicité. Ainsi, la genèse de la pensée historique ne se situe pas dans le camp des Modernes, et Winckelmann l’a bien compris. Les partisans des Modernes persistent dans un modèle anhistorique de comparaison terme à terme entre deux blocs monolithiques, Antiquité et Modernité, hors de toute perspective diachronique. C’est dans le parti contradictoire des Anciens qui, tout en maintenant le principe d’une exemplarité grecque, rejette celui d’un face-à-face a –temporel, qu’il faut chercher les prodromes d’une historicisation de l’art antique19.

  • 20  Gedanken, p. 33.

11Dans les Réflexions, Winckelmann n’a cessé de creuser ce paradoxe central de la position des Anciens, que son intuition de lecteur lui avait fait découvrir très tôt au sein de la Querelle. D’un côté, il énonce le principe d’une normativité grecque absolue qui extrait en quelque sorte la Grèce de l’Histoire. En lançant à ses contemporains cette objurgation : il faut imiter la Grèce, il pose en effet le modèle grec comme exemplaire, c’est-à-dire aussi comme reproductible, indépendamment des contingences historiques et culturelles singulières qui entourent l’objet imité comme son imitateur. Les Grecs sont un paradigme toujours actualisable, comme le prouve le moderne Raphaël, qui a su s’approprier leur « noble simplicité et leur sereine grandeur »20. La normativité universelle du modèle grec implique son anhistoricité. D’un autre côté néanmoins, et dans le même texte, Winckelmann énumère les conditions historiques absolument uniques qui ont contribué à cette apothéose singulière. L’art grec de la haute époque doit sa floraison à un concours exceptionnel de circonstances : clémence du climat, équilibre des mœurs, exercices physiques, alimentation, costume et organisation politique de la cité grecque, autant de causes singulières qui rendent cette apogée non reproductible. L’art grec, Winckelmann ne cesse d’y insister, est le produit d’un sol, d’un sang et de cieux particuliers. En résumé donc, la Grèce est unique, sa beauté est le résultat de circonstances naturelles et politiques singulières, elle est inimitable — et pourtant il faut l’imiter. Paradoxe violent que Winckelmann résume dans cette sentence fameuse :

  • 21  Gedanken, p. 14. : « Der eintzige Weg für uns groß, ja wenn es môglich ist, unnachahmlich zu werde (...)

La seule manière pour nous de devenir grands, et même, si cela se peut, inimitables, c’est d’imiter les Anciens21.

12C’est chez La Bruyère qu’il a trouvé la matrice de cette formule consciemment provocatrice. Dans un volume des manuscrits de Paris, il consigne cette maxime, tirée des Caractères :

  • 22  Ms. Winckelmann, BNall., vol. 70, fol. 20 (la formule de La Bruyère est plus précisément tirée du (...)

On ne saurait en écrivant rencontrer le parfait et s’il se peut surpasser les Anciens que par leur imitation22.

13Entre la phrase de La Bruyère et la sentence de Winckelmann se lit toute la distance qui sépare un Ancien éclairé aux premiers temps de la Querelle d’un Ancien éminemment critique, quelque soixante années plus tard. La Bruyère avait limité l’amorce d’une difficulté logique à une incise discrète (« et s’il se peut surpasser les Anciens »). Le sens global de sa formule restait préservé de toute ambiguïté : il faut imiter l’antique. Winckelmann, lui, creuse le paradoxe. Au cœur de sa sentence, il choisit d’entrechoquer deux termes, unnachahmlich (inimitable) et Nachahmung (imitation), qui, formant quasiment oxymore, jettent d’emblée le soupçon sur le compromis proposé. Comment devenir inimitable par l’imitation ? Est-il possible d’imiter un modèle donné comme unique ? D’une lecture attentive de La Bruyère et de Perrault, il tire cette formule quasi aporétique, qui porte à son paroxysme la tension, latente depuis la Querelle, entre l’historicité et la normativité de l’art antique.

14Si cette contradiction entre historicité et normativité gouverne souterrainement les Réflexions, elle préside aussi plus généralement à la progression globale de son œuvre entière. Après avoir conclu, dans les Réflexions, à l’exemplarité des Grecs — au prix d’une démonstration très problématique, nous l’avons vu -, Winckelmann passe avec l’Histoire de l’art dans l’Antiquité à une vision plus résolument historique de l’art grec. Cependant, l’Histoire de l’art elle-même reproduit cette bipolarité. Divisée en deux parties distinctes, l’une consacrée à l’art « selon son essence » et l’autre à l’art selon les « circonstances extérieures de l’époque », c’est-à-dire d’une part à l’idéal, d’autre part au tableau historique de son évolution, elle ne cesse de creuser le conflit entre historicité et normativité exacerbé par la Querelle.

15Par le passage des Réflexions à l’Histoire de l’art, Winckelmann incarne successivement et à lui seul la double potentialité du parti des Anciens au terme de la Querelle : d’une part, l’affirmation d’une exemplarité grecque absolue, pensée dans les termes éminemment anhistoriques du parallèle, d’autre part, l’analyse de la spécificité de l’art grec, pensée sous la forme d’une histoire. Dans l’articulation de ces deux œuvres, séparées de moins de dix années, se lit la tension — encore mal maîtrisée dans chacun des deux ouvrages — entre des virtualités théoriques contraires issues de ces lectures. Moins que l’énoncé apodictique d’un credo classiciste, ces textes constituent une interrogation éminemment inquiète, perplexe et contradictoire sur la possibilité même d’établir un rapport entre Antiquité et Modernité.

La littérature française comme école d’écriture

  • 23  J. M. Francke, Catalogus bibliothecœ Bunavianæ, 3 t. en 7 vol., Leipzig, 1750-1756, vol. I, 3, p. (...)
  • 24  WB 382, lettre à Salomon Geßner, 17 janvier 1761, vol. 2, p. 113-115. Pour les lectures allemandes (...)

16De ses lectures françaises, Winckelmann a non seulement tiré un principe épistémologique, mais aussi et surtout un modèle d’écriture. A Nöthnitz, durant les cinq années qui ont précédé la publication de son premier essai, il entreprend, avec une discipline et une avidité remarquables, de s’initier aux littératures européennes modernes. C’est que, à côté des auteurs anciens et des ouvrages savants qui constituent le commun de ses lectures, il a trouvé dans ces monuments littéraires modernes une école d’un genre singulier : une école de style, où il apprend à former sa propre plume en reproduisant celle des autres. Une chose frappe, dans l’ensemble de cette bibliothèque manuscrite : l’absence totale de la littérature allemande moderne. Ce n’est pourtant pas faute de sources : la bibliothèque du comte de Bünau présente une richesse remarquable en la matière, et Winckelmann le sait, qui assiste à la préparation du troisième volume du catalogue (1752), en partie consacré à la littérature allemande23. Pourtant, ni Bodmer, ni Breitinger, ni Gellert, pour ne citer que quelques-uns des auteurs les plus célèbres de ce fonds, ne figurent dans ses cahiers d’extraits. C’est à peine s’il prend connaissance de Haller, et, lorsqu’il reçoit les Idylles, il envoie à Geßner une lettre de félicitation qui ne dissimule pas la totale ignorance de ses travaux antérieurs24.

  • 25  Justi, vol. 1, p. 221.
  • 26  Cf., surtout, ms. Montpellier, H 356, fol. 122 v° sq.
  • 27 Cf. ms. Winckelmann, BNall., vol. 72, fol. 23, 57 v°, 104, 194 ; ms Montpellier, H 356, fol. 124. P (...)

17Ce n’est donc pas chez les auteurs allemands que Winckelmann va chercher ses leçons d’écriture, mais chez les écrivains anglais, italiens et surtout français du xvie au xviiie siècle. Il faut insister sur ce « surtout », car ce n’est pas là, semble-t-il, une opinion admise. Depuis la monumentale monographie de Carl Justi, qui prêtait à Winckelmann une « aversion pour le ton courtisan » des Français du Grand Siècle et une nette prédilection pour la littérature anglaise, il est généralement admis que Winckelmann nourrissait envers la littérature française un mépris mâtiné d’ignorance25. Or tout, à la fois dans le volume et dans l’économie de son travail compilatoire, interdit de le penser. L’écrasante majorité des extraits « littéraires » de Nöthnitz est consacrée au classicisme français dans son acception la plus large. Lorsque Winckelmann ht les auteurs anglais en langue originale, il s’agit pour une large part d’écrivains de la période de la Restauration et du règne d’Anne — Milton, Pope, Butler -, c’est-à-dire aussi d’une période de forte influence française26. En outre, c’est souvent par le biais d’ouvrages français qu’il accède aux autres littératures étrangères. Winckelmann lit Locke, Gordon, Pope pour partie en traduction française et s’informe sur Addison, Cowley, Dryden à partir du dictionnaire français de Jacques-Georges Chauffepié27. Le français est pour Winckelmann la langue des littératures modernes par excellence.

  • 28  Ms. Winckelmann, BNall., vol. 72, fol. 156-159 v° (Ménage, Dictionnaire étymologique ou Origines d (...)
  • 29  Vaugelas, Remarques sur la langue française, avec des notes de T. Corneille, in Ms. Winckelmann, B (...)

18Une période domine nettement cette bibliothèque française : les années 1660-1740. De Molière à Voltaire, de Boileau à Montesquieu, en passant par la marquise de Sévigné et La Bruyère, pas un auteur n’échappe à son attention. A ce vaste ensemble de citations préside tout d’abord une curiosité culturelle aiguë. Winckelmann se lance dans une enquête frénétique sur les institutions littéraires de la France du Grand Siècle. Ses cahiers fourmillent de notes sur l’histoire de l’Académie française ou sur l’évolution du Journal des savants. Dans la Bibliothèque française, il consigne les minutes de la vie littéraire parisienne et dans le Siècle de Louis XIV de Voltaire, l’un des ouvrages qu’il ht avec le plus d’attention, la chronique de la cour et des écrivains. Cette curiosité culturelle se double d’un intérêt linguistique marqué. L’histoire de la langue française fascine Winckelmann, qui prend minutieusement en note le dictionnaire étymologique de Ménage, reconstitue, avec Henri Etienne et Vaugelas, ses prestigieuses filiations antiques ou encore remonte à ses prodromes médiévaux avec les travaux des Bénédictins de Saint-Maur28. Mais, plus encore qu’à l’histoire du français, c’est à son usage moderne que Winckelmann consacre son énergie de copiste. Si diverses soient-elles, ses lectures françaises sont toutes traversées par une même ambition, visible dans ses manuscrits, bien que reniée publiquement : percer les secrets du français classique. Des Remarques sur la langue française de Vaugelas, qu’il lit avec une rare attention, il tire un arsenal de préceptes et de codes du bel usage. Ainsi, « aller à la rencontre de quelqu’un ne se dit que d’égal à égal », note-t-il. « Lorsque l’on veut marquer de la déférence, on dit "aller au devant de quelqu’un". » De même, on ne dit pas « chez Platon », mais « dans Platon »29. Dans Vaugelas, donc, Winckelmann a appris l’intime imbrication de la langue classique et du code social. Le résultat le plus fascinant de cette enquête linguistique figure dans un cahier étrange, où le copiste a consigné, en une concaténation singulière, une série de phrases françaises sans aucune indication d’origine.

  • 30  Ms. Montpellier, H 356, fol. 109-115 v°, ici fol. 110 v°-111.

Tout roule sur moi, les autres ne songent à rien. Rien n’est plus aisé. Air libre, ouvert, empressé, prévenant, gracieux, l’air par excellence. Je ne songe qu’à vous voir. Cette impitoyable nouvelle n’a pas séché mes yeux. La tendresse doit être un commerce des sentiments, et non pas un trafic de paroles. Vous êtes ici de trop30.

19Sur une quinzaine de pages se dévide ainsi un surprenant échevau, dont les séquences matricielles, prises une à une, paraissent faire sens, mais dont la cohérence globale demeure inextricable. C’est que Winckelmann a mis ici bout à bout quelques extraits des plus grandes œuvres classiques glanés au cours de ses lectures. Dans ce tissu bigarré, on reconnaît pêle-mêle un bon mot de l’Avare, quelques bribes des Lettres persanes, des citations de Madame de Sévigné. Une formule de Voltaire s’enchaîne à un idiomatisme de Boileau dans un continuum digne d’un jeu surréaliste. Ce texte est plus que le simple grimoire d’un apprenti francophone. Il illustre un désir aigu d’appropriation stylistique. En choisissant de n’indiquer ni la source ni l’auteur de ces phrases, Winckelmann les fait siennes en quelque sorte.

  • 31  Ms. Winckelmann, BNall., vol. 72, fol. 57, et ms. Montpellier, H 356, fol. 130 (Boileau, Art poéti (...)

20Dans cette collection personnelle d’expressions précieuses émerge une forme singulière, manifestement caractéristique, à ses yeux, du paradigme français : l’aphorisme. Des œuvres parcourues, il retient en effet surtout les phrases incisives, courtes, marquantes. Des plus fameux aux moins connus, tous les maîtres de la formule brève figurent dans cette bibliothèque manuscrite : La Rochefoucault, La Bruyère, Boileau, Christine de Suède, Bouhours, La Fontaine, ou encore Huet, Pitaval et Ménage. Dans un mouvement tautologique, il recopie même des sentences sur l’art de la sentence : « La perfection du style consiste quelquefois plus à supprimer qu’à exprimer » ou encore : « Qui ne sait se borner, ne sait jamais écrire » (Boileau)31.

  • 32  Ms. Winckelmann, BNall., vol. 71, fol. 44 v° (Abbé Bouhours, Les entretiens d’Ariste et d’Eugène)  (...)
  • 33  Cité d’après Justi, vol. 3, p. 198.

21Butin de ses lectures, ces maximes ont constitué la règle de son écriture. De cet arsenal de citations françaises, Winckelmann a tiré une sorte d’art poétique allemand, qu’il a immédiatement appliqué à ses propres textes. Et cela, de deux manières. Sur le mode direct, tout d’abord, il a puisé dans ces cahiers la substance de ses images poétiques, la matière de ses tropes. C’est à l’abbé Bouhours qu’il emprunte, par exemple, la comparaison, récurrente chez lui, de la beauté et de l’eau pure32. Mais plus encore que la substance même du matériau poétique, il a trouvé dans cet entrepôt la maxime générale de son style : l’art de la brièveté et de l’ellipse. A l’image des auteurs français qu’il compile, Winckelmann écrit par aphorismes. D émaille régulièrement ses textes de phrases lapidaires, de formules marquantes qui n’ont pas manqué de saisir ses lecteurs. « Le style de Winckelmann, écrit Herder, est comme une œuvre d’art antique. Façonnée dans toutes ses parties, chaque pensée se détache et se pose là, noble, simple, sublime, achevée, elle est. Peu importe sa préhistoire, son origine et la manière dont elle est advenue, peu importe que sa naissance ait été laborieuse ou aisée, qu’elle soit d’un Ancien ou de Winckelmann lui-même. E nous suffit qu’elle soit là et qu’elle existe par lui, comme Minerve surgie de la tête de Jupiter. »33 A la règle de l’enchaînement logique, Winckelmann préfère la loi de la juxtaposition gnomique. Le texte des Réflexions, éclaté en une multitude de paragraphes très courts, en porte tout particulièrement la marque. Dans sa structure typographique même, il possède quelque chose de ces listes d’aphorismes patiemment recopiés à Nöthnitz. Winckelmann s’est, d’une certaine manière, voulu le La Rochefoucault de l’esthétique allemande.

Un principe sociologique : le paradigme de l’homme de lettres à la française

  • 34  Pour l’abbé J. A. Pernéty, nommé directeur de la bibliothèque royale de Berlin par le roi de Pruss (...)

22Par-delà ces leçons stylistiques, Winckelmann, enfin, a tiré de ses lectures françaises une contribution centrale à sa propre identité intellectuelle : une réflexion sociologique sur la figure de l’écrivain. Une interrogation constante semble en effet guider toutes ces lectures : quel rapport l’écrivain doit-il entretenir à l’élégance et à l’érudition ? Selon quelle proportion faut-il mêler ces composantes généralement perçues comme antinomiques ? Plus qu’aucun autre, le champ intellectuel français offre de cette problématique un panorama varié. D’un côté, Winckelmann, grand lecteur des mémoires de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, y recense quelques « pédants » (l’abbé Pernéty, Joannan de Saint Laurent, Claude-Henri de Watelet) que les savants allemands sont accusés de prendre pour modèles34. D’un autre, il y distingue aussi une tradition toute différente, fondée sur un paradigme sociologique puissant et encore largement étranger à l’Allemagne : celui de l’homme de lettres. Les lectures françaises de Winckelmann s’annoncent comme la quête sociologique d’un portrait d’intellectuel.

23Formulée avec force par Montaigne au xvie siècle, la critique du pédant structure le champ intellectuel du siècle classique. Dans la France du xviiesiècle, le modèle de l’honnêteté se construit en réaction au paradigme de l’érudit — et Winckelmann le sait qui recopie, par exemple, ce passage de La Bruyère :

  • 35  Ms. Winckelmann, BNall., vol. 70, fol. 20 (extraits des Caractères de La Bruyère, « Des ouvrages d (...)

Il y a des esprits, si je l’ose dire, inférieurs et subalternes qui ne semblent faits que pour être le recueil, le registre ou le magasin de toutes les productions des autres [génies ; ils sont plagiaires, traducteurs, compilateurs ; ils ne pensent point, ils disent ce que les autres ont pensé ; et comme le choix des pensées est invention, ils l’ont mauvais, peu juste, et qui les détermine plutôt à rapporter beaucoup de choses que d’excellentes choses ; ils n’ont rien d’original et qui soit à eux ; ils ne savent que ce qu’ils ont appris ; et ils n’apprennent que ce que tout le monde veut bien ignorer] : une science vaine, aride, dénuée d’agrément et d’utilité, qui ne tombe point dans la conversation, qui est hors de commerce, semblable à une monnaie qui n’a point de cours ; on est tout à la fois étonné de leurs lectures et ennuyé de leur entretien [ou de leurs ouvrages. Ce sont eux que les grands et le vulgaire confondent avec les savants et que les sages renvoient au pédantisme]35.

24Ainsi, c’est en sacrifiant au rite érudit de la compilation que Winckelmann découvre la contestation de ce rite même. Le copiste recopie des extraits hostiles à la copie.

  • 36  D’Alembert, art. « Érudition » (Philosophie & Littéral), in Encyclopédie, vol. 5, p. 916 et Id., « (...)
  • 37  Voltaire, art. « Gens de Lettres » (Philosophie & Littéral), in Encyclopédie, vol. 7, p. 599 sq.
  • 38  Cf. ms. Winckelmann, BNall., vol. 72, fol. 1-5 (Le Siècle de Louis XIV), fol. 38 v° (Kleine Schrif (...)

25Cette offensive de l’honnête homme contre l’érudit a assurément rencontré un large écho dans la France du xviiie siècle, mais elle y a été aussi fortement tempérée. A première vue, le système des connaissances humaines qui ouvre l’Encyclopédie semble certes entériner le clivage issu de la période précédente. En effet, en partageant le champ du savoir humain en trois grands domaines : histoire, philosophie et poésie, Diderot ne s’est pas contenté de reprendre la tripartition de Bacon (mémoire, raison, imagination), mais l’a dotée d’une signification hiérarchique forte. La mémoire est inférieure à la raison et à l’imagination. Par voie de conséquence, l’érudition, qui dépend directement de cette faculté mnémonique, se trouve elle aussi réduite à une fonction ancillaire. Elle ne fait que rassembler et compiler les parcelles d’un savoir inventé par d’autres. Cependant, le xviiie siècle ne s’est pas contenté de reprendre les clivages nés du siècle classique, et Winckelmann le sait. L’un des projets centraux des Lumières françaises est de surmonter la polarité entre conversation et érudition issue du xviie siècle, de tenter de réconcilier l’honnête homme et le pédant dans la figure de l’homme de lettres. Dans le « Discours préliminaire » à l’Encyclopédie comme dans l’article « Érudition », d’Alembert s’applique à corriger la dichotomie abrupte héritée de la Querelle. « L’érudition est à l’esprit ce que le bagage est aux armées ; il est utile dans une armée bien commandée et nuit aux opérations des généraux médiocres. » Le savoir érudit n’est nullement incompatible « avec les grâces de l’imagination »36. D’Alembert rejoint ici Voltaire qui, dans l’article « Gens de lettres », condamne tout autant les excès d’une imagination extravagante que ceux d’une érudition abstruse37. C’est pour une large part dans cette tradition intellectuelle des Lumières françaises que Winckelmann s’inscrit. De tous les philosophes français du xviiie siècle, Voltaire est précisément celui qu’il a le plus lu38.

  • 39  Pour la chronologie détaillée de ces événements, cf. Heinrich Alexander Stoll, Winckelmann, seine (...)

26Rien de plus trompeur, donc, que les fréquentes protestations de Winckelmann contre la France. S’il affiche, certes, un agacement récurrent envers l’hégémonie culturelle française, il perçoit par ailleurs fort bien la parenté profonde qui le relie au modèle intellectuel français. Winckelmann se veut et se sait l’un des premiers « hommes de lettres » allemands, au sens moderne où Voltaire l’entend dans l’Encyclopédie. Avec son Histoire de l’art dans l’Antiquité, il parvient à satisfaire conjointement et pour la première fois deux aspirations traditionnellement perçues comme opposées : l’érudition de l’antiquaire et le beau style de l’écrivain, l’attention à la langue et la préservation des exigences savantes. Winckelmann ne s’y est pas trompé, et il a toujours veillé avec un soin jaloux à la diffusion de ses travaux en France. Dès 1763, avant même que l’ouvrage ne paraisse en allemand, il encourage Walther, son éditeur de Dresde, à faire traduire l’Histoire de l’art en français. Devant les refus répétés de celui-ci, il décide par la suite d’entreprendre lui-même une traduction française, projet qui, en raison des difficultés linguistiques, ne vit pas plus le jour que le précédent39. Ces multiples tentatives permettent de saisir le rapport paradoxal que Winckelmann entretient avec la culture française. Rapport agonal, certes : l’affirmation d’une science allemande de l’Antiquité, pour une large part dirigée contre l’hégémonie française, exigeait une reconnaissance de la France. Pour se développer, cette science naissante devait être reconnue par ceux-là mêmes qu’elle entendait combattre. Mais, plus profondément encore, rapport de connivence.

La réception de l’Histoire de l’art dans l’Antiquité en France et en Allemagne

  • 40  Cf. Chantai Grell, Le xviiie siècle et l’Antiquité en France, 1680-1789, 2 vol., Oxford, 1995 (Stu (...)
  • 41  B. de Montfaucon, L’Antiquité expliquée et représentée en figures, 10 vol., Paris, 1719, rééd. 172 (...)

27La réception différenciée de l’Histoire de l’art dans l’Antiquité en Allemagne et en France illustre un clivage sociologique fort des champs éditoriaux nationaux. En France, l’Histoire de l’art ne manqua pas — Winckelmann l’avait prévu — de rencontrer un vif succès. Entre 1766 et 1794, nous l’avons déjà mentionné, il n’en paraît pas moins de trois traductions. C’est que, par sa double postulation, à la fois élégante et savante, Winckelmann confère à la catégorie de l’homme de lettres, familière au champ littéraire français, une extension inédite : l’exploration de l’art antique. De tous les grands pays européens (Italie, Angleterre, Allemagne), la France est celui où les études antiques en général, et grecques en particulier, connaissent la plus forte régression au xviiie siècle. La connaissance du grec n’est plus le fait que de rares érudits, les éditions en langue originale reculent40. A la fin du xviiie siècle, lHistoire de l’art dans l’Antiquité de Winckelmann, ouvrage synthétique, de style élégant, ouvre en quelque sorte à l’honnête homme français un champ jusqu’alors réservé aux travaux rébarbatifs d’antiquaires prolixes. Alors que L’antiquité expliquée et représentée en figures de Bernard de Montfaucon — œuvre de référence dans le champ éditorial français depuis le début du xviiie siècle — ne comptait pas moins de quinze in-folio, et que le plus récent Recueil d’antiquités du comte de Caylus s’annonçait comme tout aussi volumineux, l’Histoire de l’art de Winckelmann proposait un tableau global de l’art antique en deux ou trois volumes in-octavo ou in-quarto, selon les traductions41. Pour le public français, l’Histoire de l’art est le produit croisé, tout à la fois traditionnel et nouveau, d’un savant et d’un écrivain.

  • 42  WB 49, lettre de Walther à Winckelmann, 30 avril 1759, vol. 4, p. 82-83 : « Dans vos trois lettres (...)
  • 43  WB 194, lettre à Genzmer, 20 novembre 1757, vol. 1, p. 314 ; WB 301, lettre à Hagedorn, 1er septem (...)
  • 44  Cf. H. A. Stoll, 1960, p. 23 (Stoll tire ce renseignement de C. Justi, qui ne cite malheureusement (...)

28L’accueil n’a pas été le même en Allemagne. Proche du paradigme sociologique français, Winckelmann fait inversement l’expérience de sa difficile implantation dans les milieux allemands de l’édition. La chronique de ses démêlés avec les éditeurs le prouve. Lorsqu’il envoie en 1759 la première version de l’Histoire de l’art à Walther, celui-ci ne se montre guère empressé de publier le manuscrit, qu’il lui retourne pour correction et complément. Cette première version est trop courte, fait comprendre l’éditeur à mots couverts42. Selon les critères éditoriaux en vigueur outreRhin, une histoire de l’art ne peut se concevoir à moins d’un nombre conséquent de pages. La connaissance de l’Antiquité est encore le fait du savant, dont l’univers livresque est celui des compendia. Winckelmann, d’ailleurs, aime à souligner sa singularité dans le paysage éditorial allemand en martelant la règle qu’il s’est imposée pour l’Histoire de l’art : « ne rien dire en deux mots qui aurait pu être dit en un seul », écrire un court volume là où, en « batteleurs de foire », des érudits allemands n’auraient pas manqué d’écrire un volumineux in-folio43. Produit insolite sur le marché éditorial allemand, l’Histoire de l’art y rencontra d’ailleurs un médiocre succès. Sur les 1 200 exemplaires imprimés en 1764, on recense encore, semble-t-il, des centaines d’invendus à Dresde en 182444.

  • 45  Cf. WB, vol. 2, notes, p. 523-524.

29Il est d’usage de considérer comme une injuste ironie du sort le destin des manuscrits de Winckelmann, confisqués en 1798 à Rome puis ramenés par les armées révolutionnaires à Paris. Winckelmann, déplore Walther Rehm, a payé cher « sa profonde aversion pour la nation en ong »45. C’est à Paris, ville si souvent vilipendée dans ses lettres, que ses papiers ont finalement échoué. L’étude des manuscrits permet de reconstituer une cohérence secrète derrière ces aléas apparents de l’histoire. Malgré les démonstrations anti-françaises de Winckelmann, le projet de l’Histoire de l’art semble bien avoir eu une généalogie franco-allemande. Au moment même où il introduit en France un champ épistémologique nouveau, l’histoire de l’art, Winckelmann y réimporte aussi un modèle intellectuel qu’il lui avait emprunté. Le transfert, on le voit, s’effectue dans les deux sens, sans que l’on puisse dire lequel des deux a été le plus déterminant. On doit à l’étude de cette bibliothèque privée un enseignement précieux : le schéma agonal du rejet, de la conquête et de l’injuste spoliation, si souvent utilisé pour analyser le rapport de Winckelmann à la France, s’avère quelque peu caduc. Le projet winckelmannien est le fruit de complexes allers-retours qui interdisent toute lecture substantiahste du concept de culture nationale.

Haut de page

Notes

1  J. J. Winckelmann, Gedancken über dm Nachahmung der Griechischen Wercke in der Mahlerey und Bildhauer-Kunst, Friedrichstadt, 1755 (2e éd. augmentée : Gedanken uber die Nachahmung der Griechischen Wercke in der Mahlerey uni Bildhauer-Kunst, Dresde, 1756). Trad. franc. : J. J. Winckelmann, Réflexions sur l’imitation, in Nouvelle bibliothèque germanique (Amsterdam), vol. 17, juillet-septembre 1755, p. 302-329, et vol. 18, janvier-mars 1756, p. 72-100 ; Id., Réflexions sur l’imitation des ouvrages des Grecs, en fait de Peinture et de Sculpture, in Journal étranger (Paris), janvier 1756, p. 104-163 (trad. due à Jakob Emmanuel Wächtler) ; Id., Réflexions sur l’imitation, traduit de l’allemand par J. B. A. Suard, in Gazette de l’Européen, 1765, vol. 4, p. 114-121, 209-231, 365-379 ; vol. 5, p. 105-121 ; Id., Réflexions sur l’imitation, traduit de l’allemand par Hendrik Jansen, in J. J. Winckelmann, Recueil de differentes pièces sur les arts, Paris, 1786.

2 J. J. Winckelmann, Geschichte der Kunst des Alterthums, 2 vol., Dresde, 1764. Trad. franc. : J. J. Winckelmann, Histoire de l’art de l’Antiquité, traduit de l’allemand par Gottfried Sellius et Jean-René Robinet de Chateaugiron, 2 vol., Paris, 1766 (Winckelmann considérait cette traduction comme totalement déficiente) ; Id., Histoire de l’art de l’Antiquité, traduit de l’allemand par Michael Huber, 3 vol., Leipzig, 1781 (trad. rééditée à Paris en 1789) ; Id., Histoire de l’art chez les Anciens, 3 vol., traduit de l’allemand par Hendrik Jansen, Paris, an II (1794) — an XI (1803). Pour la figure de Jansen, on pourra consulter : Pascal Griener, La nécessité de Winckelmann : Hendrik Jansen (1741-1812) et la littérature artistique à la fin du xviiie siècle, in Winckelmann et le retour à l’antique. Entretiens de la Garenne Lemot, actes du colloque du 9 au 12 juin 1994, Nantes, 1995, p. 111-126.

3  Denis Diderot, Salon de 1765, in D. Diderot, Salons, éd. par Jean Seznec et Jean Adhémar, 4 vol., Oxford, 11957-1967, 21979, vol. 2, p. 206-212. Cf., notamment, p. 207. Pour la réception politique de Winckelmann sous la Révolution, cf. Edouard Pommier, L’art de la liberté. Doctrines et débats de la Révolution française, Paris, 1991.

4  . GdK, 1993, p. 130.

5  Vgl. GdK, 1993, p. 158, 164, 172 sq.

6  L’analyse de ce corpus constitue le fondement de mon livre sur Winckelmann à paraître aux PUFen 2000.

7  Ms. Winckelmann, BN all., vol. 61, 62, 72.

8  Cf. Ms. Winckelmann, BNall., vol. 61, fol. 9 v°-II (R. de Piles, Dissertation sur-les ouvrages des plus fameux peintres) ; vol. 61, fol. 61 v°-63 (Id., Abrégé de la vie des peintres) ; vol. 62, fol. 8 v°-9 (Id., Dialogue sur le coloris) ; vol. 62, fol. 22-26 (Id., Cours de peinture par principes) ; vol. 62, fol. 49 (Id., Conversations sur la connaissance de la peinture et sur le jugement qu’on doit faire des tableaux).

9  Pour les extraits de Perrault, cf. infra.

10  [J. J. Winckelmann], Sendschreiben uber die Gedanken von der Nachahmung der griechischen Werke..., in FK, p. 51-86 ; J. J. Winckelmann, Erlàuterung der Gedanken von der Nachahmung der griechischen Werke..., in FK, p. 87-148. Entre ces deux textes figurait en outre un troisième : Nachricht von einer Mumie in dem Königlichen Cabinet der Alterthümer in DreJSden, dont l’objet était de démontrer que la peinture existait certes dans l’Egypte ancienne, c’est-à-dire bien avant l’apogée de la Grèce, mais que le « bon goût », lui, était une invention des Grecs. Ce texte n’a pas d’incidence directe sur notre propos.

11  Ms. Winckelmann, BNail., vol. 61, fol. 25 v° (Filippo Baldinucci, Vita del Cavalière... Ber-nini) ; fol. 9 v°, 11 (R. de Piles, Dissertation sur les ouvrages des plus fameux peintres) ; fol. 29 sq. (A. J. Dézallier d’Argenville, Abrégé de la vie des plus fameux peintres).

12  Pour le modèle du polyhistor, on pourra par exemple consulter : Anthony Grafton, The World of the Polyhistors : Humanism and Encyclopedism, in Central European History, 18, 1985, p. 31-47.

13  Pour décrire ce tableau, Winckelmann abandonne la grille imposée de l’ekphrasis académique (invention, composition, dessin, coloris, etc.), et inaugure une lecture sensible, attentive à l’événement intérieur et aux relations entre personnages — analyse sans précédent à l’époque, car elle repose sur une psychologie esthétique qui n’en était alors qu’à ses balbutiements. L’écrivain se fait ici le précurseur de Diderot.

14  Quelques rares commentateurs l’ont d’ailleurs reconnu, qui ont mis en évidence les contradictions internes de son texte. Cf. le commentaire des Réflexions, in FK, p. 374 sq.

15  Gedanken, p. 13 : « Der gute Geschmack, welcher sich mehr und mehr durch die Welt ausbreitet, hat sich angefangen zuerst unter dem Griechischen Himmel zu bilden. »

16  Cf., notamment, ms. Winckelmann, BNail., vol. 62, fol. 26 v° (passage du Parallèle de Perrault sur les progrès les Modernes en architecture) et fol. 29 v° — 30 v° (Le Siècle de Louis le Grand). Pour la questions du progrès du bon goût en général chez Charles Perrault, cf. Hans Robert Jauß, Asthetische Normen und geschichdiche Reflexion in der « Querelle des Anciens et des Modernes », in Ch. Perrault, Parallèle des Anciens et des Modernes en ce qui regarde les arts et les sciences, fac-similé de l’édition originale de 1688-1697 (Paris, 4 vol.), Munich, 1964, p. 8-64, ici p. 54 sq.

17  Pour contrer les arguments du Président en faveur des Anciens, l’Abbé, partisan des Modernes, avait esquissé une distinction entre deux conceptions du beau : le beau naturel ou positif, c’est-à-dire le beau absolu qui est « de tous les goûts, de tous les pays et de tous les temps » et le beau relatif, « fondé sur la convention des hommes et sur l’accoutumance », c’est-à-dire le beau historique, propre à chaque époque et à chaque nation. L’Abbé s’était servi de ce beau relatif pour précipiter l’Antiquité de son piédestal : la beauté grecque n’était pas cette idéalité intemporelle dont la tradition voulait nous convaincre, mais une beauté passagère et temporelle, dépourvue de toute valeur supra-historique (cf. Ch. Perrault, 1964, p. 135 ; éd. originale, second dialogue, vol. 1, p. 138-139 sq. ; H. R. JauB, 1964, p. 56). De cet argumentaire, il ressort clairement que la notion de « beau relatif », c’est-à-dire de beau historique, est investie par les Modernes d’une charge fortement négative : le beau relatif n’est que mode. C’est, en revanche, à l’aune du beau intemporel que doivent être jugés tous les âges de l’art.

18  Ch. Perrault, 1964, p. 299 (éd. originale, quatrième dialogue, vol. 3, p. 62). Winckelmann a nécessairement lu ce passage puisqu’il consigne des phrases adjacentes (BN ail., vol. 72, fol. 175). De la réplique du Président, il donne non une copie exacte, mais un résumé

19  En d’autres termes, la genèse de l’historisme ne se trouve pas du côté où on l’attendrait. Dans la tradition critique, ce sujet est source de clivages idéologiques forts. Il suffit pour s’en convaincre de relire les commentaires de Werner Krauss et de H. R. JauB sur ces questions. Alors que W. Krauss, philologue de RUA, cherchait à toute force à faire coïncider la genèse d’une pensée progressiste et historiciste avec le parti des Modernes (cf. W. Krauss, Der Streit der Alter-tumsfreunde mit den Anhängern der Moderne und die Entstehung des geschichtlichen Weltbildes, in W. Krauss, Hans Kortum (éd.), Antike und Moderne in der Literaturdiskussion des 18. Jahrhunderts, Berlin, 1966, p. 1X-LX), H. R. JauB soulignait au contraire les potentialités historicistes du parti des Anciens (cf. H. R. JauB, 1964).

20  Gedanken, p. 33.

21  Gedanken, p. 14. : « Der eintzige Weg für uns groß, ja wenn es môglich ist, unnachahmlich zu werden, ist die Nachahmung der Alten. »

22  Ms. Winckelmann, BNall., vol. 70, fol. 20 (la formule de La Bruyère est plus précisément tirée du Discours sur Théophraste).

23  J. M. Francke, Catalogus bibliothecœ Bunavianæ, 3 t. en 7 vol., Leipzig, 1750-1756, vol. I, 3, p. 2082-2094 (« Poeta : germanici »).

24  WB 382, lettre à Salomon Geßner, 17 janvier 1761, vol. 2, p. 113-115. Pour les lectures allemandes de Winckelmann, cf. WB, vol. 2, p. 407-408.

25  Justi, vol. 1, p. 221.

26  Cf., surtout, ms. Montpellier, H 356, fol. 122 v° sq.

27 Cf. ms. Winckelmann, BNall., vol. 72, fol. 23, 57 v°, 104, 194 ; ms Montpellier, H 356, fol. 124. Pour les extraits de Chauffepié, cf. BNall., vol. 72, fol. 73 v°-79 (J.-G. Chauffepié, Nouveau dictionnaire historique et critique pour servir de supplément ou de continuation au dictionnaire historique de Pierre Bayle, 4 vol., Amsterdam/La Haye 1750-1756).

28  Ms. Winckelmann, BNall., vol. 72, fol. 156-159 v° (Ménage, Dictionnaire étymologique ou Origines de la langue française) ; Ibid., vol. 72, fol. 80-80 v° (Henri Etienne, Traicté de la conformité du langage français avec le Grec, Paris, 1569) ; Ibid., vol. 72, fol. 126-127 (Henri Etienne, Introduction au traité de la conformité des merveilles anciennes avec les modernes, ou traité préparatif à l’apologie pour Hérodote, 1566) ; Ibid., vol. 69, fol. 127-135 (Vaugelas, Remarques sur la langue française, avec des notes de T. Corneille) ; ms. Montpellier, H 356, fol. 2-2 v° (Martin Bouquet, de la Congrégation de Saint-Maur, Renan Gallicarum et Franscicarum scriptores ou Recueil des historiens des Gaules et de la France).

29  Vaugelas, Remarques sur la langue française, avec des notes de T. Corneille, in Ms. Winckelmann, BNall., vol. 69, fol. 130, 131.

30  Ms. Montpellier, H 356, fol. 109-115 v°, ici fol. 110 v°-111.

31  Ms. Winckelmann, BNall., vol. 72, fol. 57, et ms. Montpellier, H 356, fol. 130 (Boileau, Art poétique).

32  Ms. Winckelmann, BNall., vol. 71, fol. 44 v° (Abbé Bouhours, Les entretiens d’Ariste et d’Eugène) : « Le beau langage ressemble à une eau pure et nette qui n’a point de goût, qui coule de source, qui va où sa pente naturelle le porte. » Cette comparaison apparaît à plusieurs reprises chez Winckelmann. Cf., par ex., GdK, p. 150 : « Nach diesem Begriff soll die Schônheit sein wie das vollkommenste Wasser aus dem SchoBe der Quelle geschôpft, welches, je weniger Geschmack es hat, desto gesunder geachtet wird, weil es von allen fremden Teilen gelàutert ist. »

33  Cité d’après Justi, vol. 3, p. 198.

34  Pour l’abbé J. A. Pernéty, nommé directeur de la bibliothèque royale de Berlin par le roi de Prusse, cf. WB 851, lettre à Mechel, 12 mai 1767, vol. 3, p. 260 et notes, p. 506 ; pour J. de Saint Laurent, auteur d’une étude érudite (Dissertazione sopra le pietre preziose degli antichi, Rome, 1751), cf. WB 338, lettre à Stosch, 22 décembre 1759, vol. 2, p. 338 et notes, p. 377 ; pour la critique de Watelet, cf. WB 591, lettre à Usteri, 14 septembre 1763, vol. 2, p. 343 sq. Pour cette critique du pédantisme français, cf. M. Disselkamp, 1993, p. 121 sq.

35  Ms. Winckelmann, BNall., vol. 70, fol. 20 (extraits des Caractères de La Bruyère, « Des ouvrages de l’esprit », § 62). La partie entre crochets ne figure pas dans les notes de Winckelmann. Dans le même cahier, ce dernier recopie de semblables attaques anti-érudites dans une traduction française de Pope : « Dois-je charger mon faible sens du poids d’un faux savoir / Étouffer ma raison, m’aveugler pour mieux voir ? » « Tel est devenu fat à force de lecture / Qui n’eût été que sot en suivant la nature » (ibid., fol. 18 v°). Pour cette offensive contre l’érudition au tournant du xviie et du xviiiesiècle, cf. notamment Blandine Barret-Kriegel, La défaite de l’érudition, Paris, 1988.

36  D’Alembert, art. « Érudition » (Philosophie & Littéral), in Encyclopédie, vol. 5, p. 916 et Id., « Discours préliminaire », ibid., vol. 1, p. XX-XI.

37  Voltaire, art. « Gens de Lettres » (Philosophie & Littéral), in Encyclopédie, vol. 7, p. 599 sq.

38  Cf. ms. Winckelmann, BNall., vol. 72, fol. 1-5 (Le Siècle de Louis XIV), fol. 38 v° (Kleine Schriften), fol. 59 v° (Les lettres philosophiques), fol. 63 v° (Essai sur le poème épique), fol. 107 (Lettre de Voltaire à Maupertuts sur les Eléments de la philosophie de Newton) ; ms. Montpellier, H 356, fol. 120-122 v° (Essai sur la poésie épique), fol. 126 v°-127 (Dans le temple du goût).

39  Pour la chronologie détaillée de ces événements, cf. Heinrich Alexander Stoll, Winckelmann, seine Verleger und seine Drucker, Berlin, 1960, p. 92 sq.

40  Cf. Chantai Grell, Le xviiie siècle et l’Antiquité en France, 1680-1789, 2 vol., Oxford, 1995 (Studies on Voltaire, n° 330-331), vol. 1, p. 281 sq., 695 sq. et vol. 2 p. 980 sq.

41  B. de Montfaucon, L’Antiquité expliquée et représentée en figures, 10 vol., Paris, 1719, rééd. 1722, augmentée de 5 vol. en 1724 ; Comte de Caylus, Recueil d’antiquités égyptiennes, étrusques, grecques et romaines, 7 vol., Paris, 1752-1767.

42  WB 49, lettre de Walther à Winckelmann, 30 avril 1759, vol. 4, p. 82-83 : « Dans vos trois lettres, vous m’avez indiqué que vous souhaitiez voir achever l’impression [de la première partie de l’Histoire de l’art] pour la foire de Pâques. Cependant, je n’ai pu faire imprimer cette première partie car, comme vous l’a indiqué Monsieur de Hagedorn, il s’y trouve quelques passages non travaillés qui mériteraient d’être complétés auparavant. Et vous ne m’avez encore donné aucune nouvelle à ce sujet. »

43  WB 194, lettre à Genzmer, 20 novembre 1757, vol. 1, p. 314 ; WB 301, lettre à Hagedorn, 1er septembre 1759, vol. 2, p. 26.

44  Cf. H. A. Stoll, 1960, p. 23 (Stoll tire ce renseignement de C. Justi, qui ne cite malheureusement pas sa source). C’est en vain que Winckelmann tente d’intéresser un éditeur allemand ou suisse à une seconde édition.

45  Cf. WB, vol. 2, notes, p. 523-524.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Élisabeth Décultot, « Les lectures françaises de Winckelmann. Enquête sur une généalogie croisée de l’histoire de l’art », Revue germanique internationale [En ligne], 13 | 2000, mis en ligne le 31 août 2011, consulté le 30 avril 2017. URL : http://rgi.revues.org/769

Haut de page

Auteur

Élisabeth Décultot

Chargée de recherche au CNRS, UMR 8547 Pays germaniques : histoire, culture, philosophie (École normale supérieure, Paris)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page