Navigation – Plan du site

Un révélateur du Philhellénisme sous le Premier Empire : « comment prononcer le grec »

Le cas de Boissonade à l’Université impériale
Vivi Perraky
p. 125-142

Texte intégral

 « Cette nouvelle prononciation,
déjà si peu croyable
par la manière dont elle s’est formée »
Abbé Mablin, (1809)

L’affaire Morin dans la presse : « fragments d’histoire »

  • 1 Jean-François Boissonade (1774-1857), dans le Journal des Débats, devenu Journal de l’Empire, avait (...)
  • 2 J.-B. Morin, Dictionnaire Étymologique des mots françois dérivés du Grec. (…) ouvrage utile aux per (...)
  • 3 Compte rendu publié dans F. Colincamp, op. cit. Cet ouvrage regroupe les principaux textes de Boiss (...)

1En 1809, dans le Journal de l’Empire, avec son tirage légendaire, nous lisons sous la plume même de Boissonade1, le grand helléniste, une forte critique contre le Dictionnaire Étymologique de Morin2. Nous pensons que Boissonade, dans son compte rendu3, fut injuste à l’égard de Morin. Nous pensons qu’il a négligé certaines positions de l’auteur, qui s’esquissent pourtant au fil des dix pages de son bel Avertissement.

  • 4 Abbé Mablin, voyez infra : « Jamais la prononciation réformée n’a su prendre un caractère fixe et p (...)
  • 5 J.-B. Morin, ibid. Telle est la phrase introductive à la Table des Lettres Grecques, qui conclut, t (...)

2Car le Dictionnaire Étymologique de Morin est le seul ouvrage lexicographique de ce temps à proposer sous le titre unique de Lettres Grecques, les deux usages : celui de l’Université de Paris d’une part, c’est-à-dire l’adaptation française4 de l’archétype érasmien, et de l’autre celui des Grecs modernes, la prononciation de la langue byzantine. Morin, en faisant co-figurer ces différences, accrédite l’histoire des deux traditions, « la prononciation des Français et celle des Grecs modernes, qui servent toutes deux à faire connoître l’étymologie de plusieurs termes de notre langue5 ».

  • 6 Voyez les entretiens de Paul Géhin et Jean Irigoin à Paris, ainsi que de Triantafyllos Sklavenitis (...)

3Morin permet par ailleurs de penser l’étymologie en fonction de l’histoire politique du grec, de sa continuité à travers les siècles, sans que la période byzantine, référence qui fonctionne souvent comme une réalité déniée6, soit bannie de ses propos. Il parle ainsi des Croisades qui « donnèrent lieu à un échange considérable de mots entre les Croisés et les Chrétiens d’Orient » et des « relations fréquentes de nos premiers rois avec les empereurs de Constantinople ».

  • 7 Gilles Ménage (1613-1692), Dictionnaire étymologique ou origines de la langue françoise, (…) Nouvel (...)
  • 8 Dans les Femmes Savantes, Molière, qui avait mis en scène Ménage sous le personnage de Vadius, lui (...)
  • 9 À la première édition(1803)Morin fait référence aux auteurs « des étymologies de la langue français (...)

4Son travail sur « l’analogie entre les deux langues » est fortement inspiré dit-il, du Traité de la conformité du langage françois avec le grec, paru en 1566 et dont l’auteur n’est autre qu’Henri Estienne. Pour préciser sa filiation théorique, Morin se réfère aussi à Ménage7, ce grand savant qui a pratiqué la prononciation moderne du grec8. Mais « paradoxalement » cette référence à Ménage est supprimée dans la deuxième édition du Dictionnaire9.

5Morin, directeur puis censeur des études au Lycée de Clermont-Ferrand, pense d’ailleurs opportun dans sa pratique lexicographique d’observer « la prononciation adoptée en France, et qui diffère de celle des Grecs modernes, afin qu’ils puissent être lus de ceux à qui la langue grecque est étrangère ».

6C’est bien ce choix du lexicographe Morin, qui fait l’objet de la critique de Boissonade. Avant de le citer, une remarque : le Dictionnaire Étymologique est défini dans sa page de titre comme « ouvrage utile aux personnes qui ne sont point versées dans les langues anciennes », s’adressant à un public à qui « la langue grecque est étrangère ». Ce n’est donc point aux hellénistes mais aux hellénisants que ce très utile dictionnaire de Morin est effectivement destiné.

7Par ses autres ouvrages, Morin ne se situe point non plus dans le champ des « études grecques » : son livre sur les Principes raisonnés de la langue française, mis dans un ordre clair, simple et méthodique, dont la deuxième édition est publiée chez B. Warée en 1806, est suivi en 1809, chez le même éditeur, de la Géographie élémentaire, ou description des 4 parties du monde d’après les derniers traîtés de paix (…) à l’usage des Écoles secondaires.

8La critique de Boissonade envers Morin est traversée par l’opposition sous-jacente entre les hellénistes d’un côté, les érudits, les philologues qui étudient la langue, et les hellénisants de l’autre, qui s’inspirent de l’Antiquité et de ses Lettres. Cette critique renferme ainsi la logique qui cristallise en quelques lignes la rationalité de cette polémique dite littéraire :

  • 10 J.F. Boissonade, Dictionnaire Étymologique des mots français dérivés du grec, /compte rendu de la d (...)

(…) J’aurais souhaité que M. Morin n’eût adopté la prononciation française. C’était, il est vrai, la prononciation de l’Université de Paris, et, sans doute, on la suit encore dans nos écoles ; mais il est aussi vrai que rien ne la justifie. (…) ici, je crois qu’il était nécessaire de choisir, et si je ne me trompe la méthode des Latins et des Grecs modernes était celle qu’il fallait préférer. La raison, c’est que, dans la composition des mots français empruntés du grec, l’on se conforme presque toujours à cette prononciation. En effet, (…) on n’a jamais dit suncope, duscole, polusullabe. Ainsi le rhythmos grec eût produit notre rythme plus naturellement que le rhuthmos de M. Morin10.

9Pourquoi Boissonade choisit-il de présenter ici un seul exemple ? Une multitude de cas dans ce Dictionnaire illustrent la justesse de ses propos. Si le mot « archives », dont l’équivalent ancien voulait dire « demeure du seigneur ou des magistrats », provenait du grec archê, comme le dit Morin, (et non pas archî comme dit un Grec) on aurait eu en français non pas la formation « archives et archiviste » mais « archèves et archèviste ».

  • 11 É. Egger (1813-1885), L’Hellénisme en France, Leçons sur l’influence des études grecques dans le dé (...)

10La raison de la fidélité à l’orthographe étymologique en français, surtout en ce qui concerne les mots dérivés du grec, serait à chercher dans la conception de la Première Édition du Dictionnaire de l’Académie Française (1694). En effet, elle est en partie faite sur le plan du Thesaurus linguae Graecae d’Henri Estienne11 (1572) : les mots y étant rangés, non pas encore par ordre alphabétique, mais par souche notionnelle, par ordre de racine, l’attention portée à leur étymologie était bien entendu centrale.

Le « Schisme Philologique » à l’époque de l’Université Impériale

  • 12 F. Colincamp, op. cit., t. 2, note de l’éditeur, n° 1, p. 440.

11Qu’est-ce qui fait qu’une « vive opposition »12 s’était élevée contre les remarques philologiques de Boissonade au sujet de Morin ? Pour quelles raisons ce grand helléniste a-t-il dû se rétracter ?

  • 13 J.-F. Boissonade, Journal de l’Empire, le 11 mars 1809, et Colincamp, idem.

12Que se passe-t-il entre le 16 janvier 1809, où le compte rendu sur Morin paraît dans le Journal de l’Empire,et le 11 mars 1809, où dans ce même journal, on voit paraître le texte de la rétractation13 de Boissonade ? En voici un extrait, assez inimaginable et instructif à la fois : « J’ai vu que ma résistance ne mènerait à aucun résultat utile (…). Je rétracte donc toutes mes observations ; je confesse que j’ai eu tort en censurant la prononciation de M. Morin, et dorénavant je me conformerai moi-même, dans l’épellation du grec ancien, à notre méthode vulgaire ; je trouve d’ailleurs qu’en m’écartant seul de la route que suivent mes maîtres je me donnais un certain air novateur qui ne convient ni à mon caractère, ni à ma médiocrité. »

  • 14 Alain Schnapp interrogé, le jour du Colloque (19-3-2005), déclare : « Je ne crois pas qu’il y ait d (...)

13Certes, l’exagération appuyée dans le style de la soumission pourrait conduire à inverser rétrospectivement le contenu du message. Par ailleurs, entre les verbes d’une forte connotation normative, je rétracte, je confesse, je me conforme, Boissonade arrive cependant à faire entendre l’argument, au cœur de la polémique : (à la place des pointillés dans le texte ci-dessous) « dans l’incertitude où nous sommes et serons probablement toujours » sur la façon dont les anciens prononçaient. Car, en réalité, non seulement on ne sait pas comment les Anciens parlaient, mais on ne sait pas non plus comment les premiers voyageurs, les premiers archéologues lisaient, entre le xviie et le xixe siècles, les épigraphes trouvées dans le pays de la Grèce, lieu pour eux de vie et d’échanges quotidiens14.

  • 15 Sur le statut de l’aporie dans la pratique scientifique, voyez, Vivi Perraky, (éd), Sept Journées I (...)

14Accepter de ne pas savoir15 « comment » telle ou telle chose se passait dans l’Antiquité faisait partie, déjà, du dispositif savant, qui s’opposait, on le verra, au noyau théologique que s’était approprié le néo-classicisme dans son modèle atemporel de mimésis,opposé à l’érudition.

  • 16 A. Coray (1748-1833), Prolégomènes à Héliodore, Paris, 1804 (en grec), traduit par V.P.

15Une première injonction pour tenter de replacer la question de la prononciation dans le champ de l’histoire des langues émane de Coray16 en 1804 : « Je ne sais, ni ne m’intéresse à savoir comment Isocrates, Platon ou Démosthènes prononçaient. Et quand je défends la prononciation grecque actuelle, je ne dis pas que nous prononçons de la même façon qu’eux prononçaient (…) »

  • 17 J.-F. Boissonade, Dictionnaire Étymologique des mots français dérivés du grec, /compte rendu à la p (...)

16Que se passe-t-il alors en 1809, pour que cette dispute philologique prenne de telles dimensions ? Quelles sont les forces qui orientent le dire des savants en déterminant ainsi le cours de la transmission de leur savoir aux nouvelles générations ? Ce qui a induit Morin en 1809 à supprimer dans sa seconde édition la référence à Ménage serait-t-il de même nature que ce qui a dicté la même année à Boissonade la nécessité d’une rétractation ? Et pourquoi par exemple Boissonade dans son compte rendu, autrement féroce, de la première édition de Morin17, n’y évoque-t-il pas dès 1803 le problème de la prononciation ? Si les termes d’une polémique, déjà vieille de 200 ans, se trouvent réactualisés en 1809, dans la forme aiguë d’un « schisme philologique », c’est à l’occasion de la création, au sein de l’Université Impériale, de la Faculté des Lettres de Paris. Un moment d’indécidable se serait alors profilé autour d’une répartition virtuellement nouvelle des valeurs dans le rapport de la connaissance à l’œuvre et aux hiérarchies.

17Le fil des dates donne une première intelligibilité : le 16 janvier 1809, Boissonade publie son compte rendu contre Morin. Le 11 mars il se rétracte. Le 21 avril 1809, il reçoit la lettre relative à sa nomination à la Faculté des Lettres de Paris. La rétractation de Boissonade sur la prononciation du grec aurait-elle été le préalable à sa nomination ?

La nomination de Boissonade à la nouvelle Faculté des Lettres

  • 18 AN F/17/20200, Université Impériale : « En conformité de l’article 6 du décret impérial du 7 mars 1 (...)

18La fondation de la Faculté des Lettres de Paris18 a lieu le 6 mai 1809.

19Une semaine auparavant, le 1er mai, Boissonade avait écrit à Fontanes, le Grand-Maître de l’Université, une lettre dont l’intérêt est, pour l’historien, extrême.

  • 19 Lettre inédite de Jean-François Boissonade, Rue Hauteville n° 35, à Monsieur le Comte de Fontanes, (...)

20Première lettre de Boissonade19 à Fontanes, le 1er mai 1809.

(…) M. Noel m’écrivit jeudi dernier (21 avril) que vous m’aviez nommé professeur de Littérature grecque dans la faculté des Lettres. Le lendemain j’allais voir M. Noelpour savoir de lui, avant d’accepter, quelles seraient mes fonctions. Il me les explique. (…) J’acceptai alors verbalement (…) cette chaire de professeur titulaire que vous vouliez bien m’accorder, et je lui dis que je lui remettrais incessamment pour Votre Excellence une acceptation écrite et formelle. Ce matin je suis allé porter à M. Noel la lettre que je vous écrivais, en le priant de vous la transmettre ; lorsque M. Noel me demanda s’il ne me serait pas désagréable de voir sur la liste un nom avant le mien, et ajouta que la place de professeur (cette place que vous m’aviez accordée et que j’avais acceptée) étoit maintenant donnée à M. Larcher, dont je serais le suppléant. Sans le sérieux et surtout sans l’embarras de M. Noel, j’aurais eu quelque peine à le croire. Ce changement, Monsieur Le Comte, doit nécessairement changer mes dispositions. (…) Je prie Votre Excellence de vouloir bien me continuer sa bienveillance et de me pardonner si dans cette circonstance je ne puis profiter de ses bontés.
J’ai l’honneur (…) J.-F. Boissonade.

21Le refus de Boissonade va être transformé en acceptation sous des conditions précises, concernant à la fois la provenance de son traitement, ainsi que la sphère de représentation symbolique de son statut. Regardons le ton des négociations dans cette deuxième lettre, transcrite ici en entier, du fait de l’ouverture qu’elle donne sur les réseaux de sociabilité de cette époque.

  • 20 Lettre inédite de Jean-François Boissonade, Rue Hauteville n° 35, à Monsieur le Comte de Fontanes, (...)

22Seconde lettre de Boissonade20 à Fontanes, le 9 Mai, 1809.

J’ai revu M. Noel ; il m’a dit des choses si honnêtes, si flattantes que je n’ai su comment résister et j’ai accepté cette place de suppléant. Je me suis permis de mettre à mon acceptation cette condition que la très modique portion d’honoraire qui m’est accordée ne me serait point payée par M. Larcher, mais par la caisse de l’Université. M. Noel a bien voulu me le promettre.
J’ajoute aujourd’hui que j’ai bien entendu, en acceptant, que le suppléant d’un professeur de la Faculté des Lettres avait le rang et les prérogatives de professeur titulaire et d’officier de l’Université, le même grade, les mêmes distinctions. S’il en devait être autrement, je prendrais la liberté de rétracter mon acceptation.
J’ai l’honneur d’être (…) J.-F. Boissonade.

  • 21 AN F/17/ 2001 à 21894 : Dossiers des anciens fonctionnaires des Enseignements (xixe). Carton AN F/1 (...)

23Le Grand-Maître Fontanes et le Chancelier Villaret signent le texte officiel21 de la nomination de Boissonade le 6 mai 1809.

  • 22 AN F/17/20200, idem.

24Remarquons ici que cet acte est antérieur de trois jours à la seconde lettre de Boissonade (du 9 mai), par laquelle il accepte finalement la place de suppléant. La lettre élogieuse de Fontanes datée du 12 Mai, vient conclure la négociation, « je me félicite de voir l’Université vous compter parmi ses premiers officiers, etc22. », en lui communiquant, joint à sa nomination, « un exemplaire de l’Arrêté qui organise la Faculté des Lettres de Paris ». On y voit en effet le détail apporté au cérémonial concernant le statut de « suppléant », selon donc la demande explicite faite par Boissonade. Remarquons aussi que dans ces cartons des Archives Nationales, Boissonade est le seul suppléant de toute la Faculté des Lettres de Paris.

25Qu’est-ce qui rendait possible à ce jeune érudit de 35 ans de jouir dans ses négociations avec le Grand-Maître d’une aussi large marge de manœuvre pour préciser ses exigences en matière de statut ? Quel contraste avec l’humilité du texte de la rétractation ! À ceci près que la lettre, ici, n’a qu’un seul destinataire : Fontanes.

Positionnements de Boissonade : l’expression d’un capital social

  • 23 Joseph Naudet (1786-1878), op. cit. Le biographe de Boissonade, Naudet, Secrétaire perpétuel de l’A (...)
  • 24 Lettre inédite du ministre de l’Intérieur /Chaptal/ au Directeur de la Bibliothèque Nationale, rue (...)
  • 25 Louis de Fontanes (1757-1821), chef de file de la polémique antiphilosophique, amorçant à la fin de (...)

26Boissonade, attaché en 1792 au ministère des Relations Extérieures, fut parmi ceux qui, en 1794, par un sage décret de la Convention, ont été retenus, « par réquisition spéciale pour le service de la nation », malgré leur noble naissance. Le jeune Boissonade, qui n’avait alors que 20 ans, fut soupçonné d’avoir pris part à l’insurrection du 13 vendémiaire, dit Joseph Naudet23, et « perdit son emploi ». Et quand au début du Gouvernement Consulaire, Lucien Bonaparte est nommé pour un bref délai, après Laplace, ministre de l’Intérieur (déc.1799-nov.1800), Boissonade va être attaché à l’administration de ce ministère, au grand profit par ailleurs de l’hellénisme en France24. Fontanes, ami personnel d’Elisa Baciocchi, la sœur de Bonaparte, s’y trouve nommé aussi. Inspirateur d’un courant néomonarchiste25, ce qui n’empêcha pas plus tard son élection au Corps législatif, Louis de Fontanes, grand poète, de 14 ans l’aîné de Boissonade, pourrait alors avoir exercé quelque influence sur les positions politiques du jeune homme, qui en outre, était resté très tôt orphelin de père. Toujours est-il que, sous des conditions assez opaques, et malgré l’amour que Chaptal, chimiste, le nouveau ministre de l’Intérieur (nov. 1800-août 1804) portait aux Lettres, Boissonade va devoir présenter sa démission.

27Faut-il aussi rappeler que l’identité politique de Fontanes est scellée par la grande amitié de Chateaubriand, et que Boissonade, Chateaubriand, Geoffroy et Royer-Collard font partie dès 1803 de l’équipe du Journal des Débats dirigé par les frères Bertin, quotidien qui va prendre, on le disait, le titre et l’importance du Journal de l’Empire. En outre, Boissonade rend d’immenses services littéraires à Chateaubriand en étant le lecteur unique de ses épreuves, comme le « grand chrétien » le dit lui-même dans l’Itinéraire de Paris à Jérusalem.

  • 26 J. Naudet, ibid., ne mentionne pas le nom de cet « ami », auquel il fait cependant référence à deux (...)

28Un détail : quand Boissonade, en manque d’emploi, cherche à organiser un cours privé de langue grecque, pratique honorable, inaugurée par les Professeurs du Collège Royal depuis le xvie siècle, « un ami lui dit : “Patience ! Qu’il se fasse connaître, les chaires publiques ne lui manqueront pas”26. »

  • 27 Gustave-Émile Boissonade, le fils de Jean-François, juriste, professeur à l’université de Tokyo à p (...)

29Cet ami serait-il Fontanes ? Et puis, le protecteur explicite de Boissonade n’était-il pas Bertin de Vaux27, le fondateur et directeur (avec son frère Bertin dit l’Aîné) du Journal des Débats nommé par la suite Journal de l’Empire ?

30Si nous prenons en compte le détail de ce parcours, c’est dans la perspective concrète de contextualiser le style étonnant d’une aussi grande précaution, de la part de quelqu’un, qui, aussi peu étranger à la sphère du politique, se trouve forcé d’observer une précaution presque systématique à chaque fois qu’il s’agit d’aborder de près ou de loin la prononciation du grec.

31Il semble par ailleurs quelque peu déplacé, dans une période où de grandes orientations définissaient alternativement le destin de la Nation, qu’une telle insistance puisse persister à propos de ce qui, cantonné dans son champ d’études philologiques, pourrait très bien rester indifférent.

32Si ce style de précaution est constitutif des questions de prononciation, quelle en serait la traduction dans les termes du mouvement général des idées ?

  • 28  F. Colincamp, op. cit., t. 2, note de l’éditeur, p. 441.
  • 29 AN, AJ/16/1 (1) « Pour les trois nouvelles facultés de l’Académie de Paris, Théologies (sic.), Lett (...)
  • 30 J.-F. Boissonade, Journal de l’Empire le 17 décembre 1811, cité dans Colincamp, (op. cit.), t. 2, p (...)

33Et même si Colincamp peut dire en 1863 que « Boissonade continua à développer dans son enseignement l’usage de la prononciation moderne28 », notre interrogation porte sur la façon dont cet usage de prononcer comme les Grecs vivants était dit, énoncé ou annoncé à son époque. Au début de la deuxième année des cours29, à la fin de 1811, Boissonade fait paraître sous sa signature « oméga », toujours la même dans ce journal, l’annonce suivante30 :

Le professeur-adjoint de littérature grecque de l’Académie de Paris a, l’année dernière, introduit dans ses leçons l’aspiration du thêta et celle du chi. Je ne sais pas si cette méthode a été imitée ou le sera ; mais je ne la crois pas de mauvais exemple. Elle a plusieurs avantages dont la démonstration serait ici déplacée : n’eût-elle que celui d’être plus exacte que l’autre, cela suffirait bien, je crois, pour la faire préférer.

34Même si Colincamp commente cet extrait en disant que « cette rétractation ne fut pas le dernier mot de M. Boissonade », ne pouvons-nous pas y percevoir cependant le style toujours présent d’une certaine précaution ?

Du soutien de Mablin à la fondation d’une lignée d’hellénistes

  • 31 Almanach Impérial (1809) : La hiérarchie de l’Université Impériale : Le Comte de Fontanes, Grand-Ma (...)
  • 32 Abbé Giovanni Battista Mabellini, dit Mablin (1774-1834), Moniteur Universel, Paris, 23 octobre 180 (...)

35La même tonalité est aussi constatée chez Mablin, dont la grande connaissance de l’arabe, du grec et de l’hébreu faisait une référence obligée. Professeur à l’École Normale, Mablin est l’ami intime et le secrétaire personnel de Monseigneur de Villaret, Chancelier de l’Université Impériale31.Six mois après la nomination de Boissonade, Mablin va vouloir insérer un mot dans le Moniteur Universel concernant l’appartenance de Boissonade à la liste des opposants à la prononciation érasmienne. Il le fait32, mais regardons avec quelle prudence et seulement en note de bas de page, dans une petite phrase, elle-même conjuguée au conditionnel :

Un nombre considérable des savants* se rangea en Occident, du parti des Grecs, et nous en trouvons dans tous les siècles, qui, par leurs écrits ou par l’exacte observation de l’ancienne tradition, protestèrent en quelque sorte contre la réforme /d’Erasme/.

* Il paraît d’après quelques articles d’un journal accrédité, qu’on pourrait joindre à ces noms celui du savant M. Boissonade.

36Et la spécificité de l’intervention de Mablin à situer le débat dans sa dimension de convention sociale a dû aussi être suivie d’une apologie. Voici l’argument :

  • 33 Idem.

Si la prononciation de la langue grecque s’est corrompue, /comme le disait Erasme/ cette corruption existait déjà aux premiers siècles de l’ère vulgaire. Nous jouissons ainsi du précieux avantage de connaître la prononciation de tant d’illustres Grecs qui vécurent vers cette époque ou dans les siècles postérieurs, et il ne tient que à nous de lire les vers d’Homère comme les lisaient Bessarion, Eustache, Photius, S. Jean-Chrysostome, ou de donner la préférence à une manière de prononcer inventée en Occident, dans le 16e siècle, laquelle, si la bonne prononciation est réellement perdue, pourrait bien en être aussi éloignée que celle des Grecs aujourd’hui33.

37Les termes conclusifs du texte de Mablin, nous sommes en 1809, sont d’une tonalité étonnamment proche de celle de Boissonade. Voici en guise de conclusion, l’apologie de Mablin :

Je ne suis pas moins éloigné de vouloir jeter de la défaveur sur les prononciations usitées dans les différentes écoles de l’Empire. Il est hors de doute que toute prononciation est bonne à suivre par cela même qu’elle est établie, et que s’il était permis aux particuliers, soit écoliers, soit maîtres de s’en écarter, il en naîtrait une confusion préjudiciable à l’étude de la langue.

  • 34 En examinant de près les articles des journaux cités ici, on constate qu’aucune mention ne désigne, (...)

38À qui s’adressent les précautions de ces deux grands hellénistes de l’Université de l’Empire, quand il s’agit de prendre parti pour la prononciation non-érasmienne du grec ? Savants dont l’itinéraire, différent pour chacun, avait fait qu’ils se retrouvaient, en 1809, dans le champ des plus hauts dirigeants de l’Université ? Quelle serait cette instance d’interdiction34, empêchant de parler librement sur l’enseignement de la prononciation du grec ? Une instance alors supérieure à la hiérarchie à la fois universitaire et politique d’un pays en guerre ?

39La polémique pour ou contre l’érasmienne continue, bien après les enjeux académiques du début du siècle. En 1868, dans un des textes d’Egger, nous lisons :

  • 35 É. Egger, « Sur quelques réformes proposées pour l’enseignement du grec dans les établissements sec (...)

Ceux qui parlent ou écrivent aujourd’hui en Orient, une langue grecque plus ou moins rapprochée du grec ancien, tendent, il est vrai, à renouveler ce vieil idiome. (…) surtout si les écoles de l’Occident parvenaient à se défaire de la prononciation introduite chez nous, depuis trois siècles, par les disciples d’Erasme.
Il suffira que, d’abord à l’École Normale, on institue des exercices réguliers de prononciation grecque orientale, qui soient dirigés par un Hellène ; cela préparerait chaque année une vingtaine des professeurs à pratiquer cette prononciation35.

40Les trois suppléants de Boissonade à la faculté se sont situés, quant à la question du grec, dans la même filiation théorique que leur maître : ils accordaient eux aussi une place importante au rôle déterminant de l’usage, de l’élaboration parlée, dans l’histoire d’une langue.

  • 36 M. Espagne, Les Transferts culturels franco-allemands, PUF, Paris, 1999, p. 22.

41Joseph-Daniel Guigniaut, élève de Mablin, professeur à l’École Normale et puis son Directeur, avait traduit l’extrait de la Symbolique de Creuzer (1810-1812) tel que publié, en 1822, par G.-H. Moser. L’introduction de Guigniaut (1825) à l’édition française tente de placer pour la première fois la mythologie dans un cadre historique et philosophique36. C’est en ce sens d’ailleurs, que Guigniaut, secrétaire perpétuel de l’Académie, lira en 1863 la Notice Historique sur la vie et les travaux de G.-F. Creuzer.

42Jules David, le fils du peintre, dont le Parallèle synoptique des langues grecques ancienne et moderne parut en 1820, s’inscrit nettement dans la tradition non-érasmienne de l’érudition française.

43Émile Egger, dont on a déjà vu les positions sur la langue, la figure emblématique de l’Hellénisme, le grand philhellène, l’auteur de l’Hellénisme en France, qui, à partir de 1855, succède à Boissonade à la Faculté des Lettres, puis à l’Institut.

44Le constat se précise : Ce sont les grandes figures de l’hellénisme en France, les grands philologues européens, forts de leurs places dans l’Université, dans l’Académie, dans le monde politique, qui sont les grands défenseurs de la prononciation moderne du grec et qui sont de ce fait les grands philhellènes. Ces hellénistes avaient tenté, tout au long du xixe siècle, de faire accepter les avantages philologiques de la prononciation à la façon des Grecs modernes. Même favorablement accueillies, leurs interventions érudites sont restées sans traduction institutionnelle concrète. Pourquoi ?

Pourquoi Larcher ?

45Mais reprenons le cours des choses : Napoléon – Concordat oblige – va préférer Fontanes, le poète, le partisan du retour aux valeurs ecclésiastiques, à Fourcroy (1755-1809), le chimiste, l’athée, le directeur général pourtant de l’Instruction publique : l’homme qui fut le principal artisan de tous les projets, de toutes les rédactions, l’homme qui, en collaboration étroite avec Napoléon, avait tout mis en place en vue de la création de l’Université Impériale. À la surprise générale, le décret du 17 mars 1808 va nommer, non pas Fourcroy, mais Fontanes au titre de Grand-Maître de l’Université.

46Fourcroy quelques mois donc après sa destitution, à l’âge de 54 ans, va mourir en 1809. Dès lors, Fontanes, à partir de 1810, va entrer en conflit ouvert avec Napoléon sur l’équilibre déjà sensible entre catholicisme et laïcité, en favorisant à l’excès les positions de l’Église dans l’enseignement.

  • 37 Lettre (s.d.) de Larcher à Wyttenbach (référence lacunaire dans Colincamp, p. 456), in Daniel Alber (...)

47En 1809, on l’a vu, Fontanes ayant nommé d’abord Boissonade à une chaire professorale, va devoir opter pour un changement qui, n’excluant pas néanmoins le jeune helléniste, s’opère en faveur de Larcher. Larcher semble n’avoir rien fait pour obtenir cette place. Sa lettre à Wyttenbach est à cet égard explicite : à 84 ans, il n’allait pas pouvoir enseigner37. Et s’il avait accepté, il le dit à Fontanes, c’était du fait d’avoir un suppléant.

  • 38 Lettre de Larcher à Fontanes (s.d.), publiée dans Colincamp, ibid., p. 457.

J’ai été d’autant plus surpris, Monsieur, que vous ayez jeté les yeux sur moi pour remplir une place si importante (…) je suis d’un âge où l’on n’est plus guère en état d’exercer (…) 83 ans sont une excuse bien légitime. Aussi, lorsqu’on me parla de votre part, mon premier mot fut de ne point accepter cet honneur ; mais je fus pleinement rassuré, lorsqu’on ajouta que vous me donneriez un suppléant et que ce serait M. Boissonade. Vous ne pouviez pas faire, Monsieur, un plus digne choix. Ce jeune savant connaît supérieurement la langue grecque ; c’est un excellent critique, et je ne doute qu’il fasse beaucoup d’honneur à l’Université. J’ose même dire que, depuis plus de 60 ans, il n’y a pas eu un professeur plus habile en grec. Il a donné déjà des preuves de son talent. Les Héroïques de Philostrate qu’il publie en grec et en latin, avec un grand nombre des notes critiques, en Hollande on imprime actuellement une édition d’un auteur grec qui lui fera beaucoup d’honneur (…)38.

  • 39 Pierre-Henri Larcher (1726-1812), L’Expédition de Cyrus dans l’Asie Supérieure, et la Retraite des (...)

48Sur quoi le choix de Larcher reposait-il ? Larcher, le traducteur d’Hérodote, proche des milieux ecclésiastiques, était connu pour s’être opposé à Voltaire, en attaquant la Philosophie de l’Histoire que le philosophe avait donnée en 1765, sous le pseudonyme de l’abbé Bazin. En outre, dans le milieu des hellénistes, Larcher était connu pour ses Observations sur la manière dont les Grecs prononçaient quelques lettres de leur Alphabet, texte de douze pages en faveur de l’érasmienne, paru en 1778, à la fin du tome 2 de sa traduction de Xénophon39.

  • 40 Anthony Grafton, Faussaires et critiques : créativité et duplicité chez les érudits occidentaux, Pa (...)
  • 41 Larcher, ibid. : « M. Guys a prétendu qu’on prononçait très mal le grec dans l’Université de Paris, (...)
  • 42 Pierre-Augustin Guys, (1721-1799), de l’Académie de Marseille, Voyage littéraire de la Grèce, ou Le (...)

49Deviner des sons qu’on n’a jamais entendus en postulant leur authenticité40, est, à la suite d’Erasme, la démarche de Larcher. Larcher, au début de son texte, après avoir dit qu’il a « jeté à la hâte sur le papier ces notes en réponse à l’ouvrage de Guys41, Lettres sur la Grèce »42, explique qu’il aurait fallu « étudier et méditer tous les auteurs qui ont écrit sur cette matière, et j’avoue que je n’en ai lu aucun ». Il se place ainsi en dehors des enjeux sociaux du débat sur la langue, postulant que « ces observations sont le résultat des réflexions faites en lisant les Anciens » (p. 295).

  • 43 Cratinus d’Athènes, mort vers 422 av J.-C., poète conservateur, il attaqua les institutions démocra (...)
  • 44 « La question est loin d’être résolue par les Observations de M. Larcher, et le vers de Cratinus po (...)

50Dans une telle communication directe avec l’Antiquité, Larcher pense pouvoir tirer argument d’un vers de Cratinus43 où le bêlement du mouton est représenté par un « bêlong »44. L’argument va incessamment traverser le siècle et l’Europe. Et Larcher va volontiers assumer la paternité d’un type de « preuve » consistant à insérer, dans le débat sur la prononciation, des considérations d’un ordre « naturel » sur l’origine des onomatopées.

  • 45 Dans la phrase, où, Larcher, sans doute à son insu, accrédite la thèse des Coray, Mablin, Boisonnad (...)
  • 46 Larcher, ibid., p. 308.

51Critiquer l’anachronisme de son texte n’est pas ici dans notre propos. Remarquons seulement que Larcher adopte la position subjective consistant à « révéler le vicieux »45, sans s’embarrasser de définir ses critères – puisqu’une seule valeur détermine pour lui l’ordre des choses : l’usage, qu’il ose appeler constant, comme si l’usage pouvait jamais être atemporel. Notons l’emploi du performatif dans sa conclusion : « Toutes ces autorités (venant de Byzance et enseignant en Italie) ne sont donc d’aucune force et doivent céder à l’usage constant des temps anciens46. »

  • 47 Chryssanthi Avlami, L’Antiquité grecque à la française : modes d’appropriation de la Grèce au xixe  (...)

52On y reconnaît le modèle de la langue idéalisée du néo-classicisme47, laquelle, pour être immuable dans sa prononciation devait d’abord être homogène, ce qui excluait d’emblée la réalité les disparités géographiques. Ce thème des localités et des idiomes est très important, parce qu’il s’opposait de facto au mirage de la langue pure.

  • 48 Friedrich Jacob Bast, (décédé en 1811), Gregorii Corinthii et aliorum grammaticorum Libri de dialec (...)

53Le premier livre de Boissonade, Philostrate, dédié à Bertin de Vaux, on le disait, est également dédié à Jacob Bast : l’éditeur d’un ouvrage, classique à la fin du xiiie siècle byzantin, imprimé dans le Thesaurus à la fin du xvie siècle, et qui porte sur les « idiomes des dialectes »48, par Grégoire le Métropolite de Corinthe, publié à Leipzig en 1811.

  • 49 Frédéric Barbier, Histoire du Livre, Paris, Armand Colin, 2000.
  • 50 Sur le rapport logos-Logos, langue-pensée, voyez, Martin Heidegger, « Héraclite, fragment 50 », in (...)

54La dédicace imprimée, tel le fil rouge de Goethe, nous mène dans la sociabilité des milieux de l’Hellénisme, dénominateur commun d’un échange ininterrompu de l’intelligentsia européenne, qui notamment sous l’Empire, reposait entre autres sur la demande pressante d’un marché du livre de plus en plus ample, de plus en plus exigeant, de plus en plus spécialisé49. L’heure et l’ère étaient à la Philologie : le logos50, la langue.

La réponse de l’Académie Française : ne pas conserver une prononciation vieillie

55Sur quelle autorité, sur quel pouvoir s’appuyait donc cette opposition aux positions critiques envers l’érasmienne, si elle ne venait pas des hellénistes de l’Université ? Viendrait-elle de l’Académie Française ? Pas le moins du monde.

56Le « vrai » que l’Académie était censée détenir sur la langue penchait au contraire du côté de Boissonade et de Mablin, le concept d’historicité définissant ses orientations majeures.

  • 51 Le Dictionaire de l’Académie Française compte sept éditions parues aux xviie, xviiie et xixe siècle (...)

57La Préface de chacune des éditions du Dictionnaire de l’Académie est en effet fortement intriquée dans la temporalité dont l’usage de la langue porte les traces. On s’étonnera même du parti pris explicite qui, dans ces Préfaces51, faisait de l’évolution de la langue le sceau d’accréditation de ses formes parlées :

On est obligé de se conformer, en prononçant, à l’usage reçu dans le monde (3e édition, 1740).
Il est comme impossible que dans une langue vivante, la prononciation des mots reste toujours la même. (…) Dès qu’une nouvelle manière de prononcer un mot s’est généralement établie, on est obligé de se conformer à l’usage reçu. On mériteroit des reproches, si l’on s’obstinoit à conserver la prononciation qui a vieilli (4e édition, 1762).

58Pourquoi, dans ce cas, la Grèce ferait-elle exception à cette règle, et pourquoi fallait-il encore, au xixe siècle, s’obstiner dans le mirage d’une prononciation ancienne et révolue ? Laquelle par ailleurs restait par définition opaque et inconnue ?

  • 52 Cratyle, philosophe grec de l’école d’Héraclite, (ve siècle avant J.-C.), fut l’un des maîtres de P (...)

Ce dialogue de Platon, Cratyle, (…) renferme une vérité profonde, qui se trouve dans toutes les langues (…) : cette vérité, c’est que les mots, dans l’origine, ne sont pas imposés arbitrairement mais déterminés par un secret rapport avec la chose qu’elles expriment. C’est pour cela que le peuple fait les langues, sous l’action d’une loi commune (…)52 (6e édition, 1835).

  • 53 Abel-François Villemain, (1790-1870), Lascaris ou les Grecs du xve siècle, (p. 1-143)suivi d’un Ess (...)

59L’auteur de la Préface de la sixième édition, dont Pierre Larousse dit qu’elle « a marqué l’histoire littéraire de notre pays », est Villemain, l’académicien, le philhellène53, l’homme politique, un des premiers savants à reconnaître à la langue grecque ses racines dans le sanscrit.

60Rappelons que Villemain, comme ministre de l’Instruction Publique (1839-1845), réactive la publication des Documents inédits sur l’histoire de France, et met en chantier le Catalogue des manuscrits existants dans toutes les bibliothèques publiques de tous les départements de France.

61En tout cas, la guerre contre « la prononciation artificielle » fait partie des positions de l’Académie, qui a toujours adopté comme principe général de ne pas préciser la prononciation.

62N’est-ce pas dans cette même tradition que 40 ans plus tard s’inscrit le Rapport de l’Académie des Inscriptions au Ministre, sur la question de la prononciation du grec dans l’enseignement en France ?

  • 54 RAPPORT (…) sur la question soumise par le ministre de l’Instruction Publique à l’Académie, relativ (...)

Votre commission, chargée d’examiner la question de la prononciation grecque, soumise à l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres par M. le ministre de l’instruction publique, a été d’avis, à l’unanimité, qu’il serait opportun et avantageux de renoncer dans l’enseignement à la prononciation dite érasmienne, et de prononcer le grec d’après la méthode en usage dans tout l’Orient54.

  • 55 Ibid., p. 333.

63Il est significatif que l’argumentaire de ce Rapport contre « la prononciation d’Erasme » fasse référence au passé à travers les noms de Capperonnier, d’Ansse de Villoison, Thurot, Coray, Boissonnade et Mablin55.

64Mais quel fut le ministre ayant demandé ce Rapport ? C’était Victor Duruy (1811-1894), le fondateur de l’École Pratique des Hautes Études, pour « développer la recherche et former les savants ». Il fut aussi le ministre qui a imposé (loi du 10 avril 1867) à chaque commune la création d’écoles de filles, comme la loi Guizot l’avait fait pour les garçons.

65Sa première décision, huit jours après sa prise de fonction comme ministre de l’Instruction Publique, le 23 juin 1863, fut d’introduire dans les Lycées l’enseignement de l’histoire contemporaine, de rétablir l’enseignement de la philosophie, et de développer l’enseignement des langues vivantes, de la musique et du dessin. Puisque le Rapport des séances de l’Académie sur la prononciation du grec date de l’année 1863 également, cela veut dire que pour Victor Duruy, élève et puis professeur à l’École Normale, spécialiste de l’Histoire de l’Antiquité, la question du « comment prononcer le grec », a dû faire aussi partie de ses premières préoccupations.

  • 56  F. Colincamp, op. cit., t. 2, note de l’éditeur, p. 441.
  • 57 Le Thesaurus linguae graecae d’Henri Estienne, publié à Paris, entre 1831 et 1865, par Ambroise Fir (...)

66Considérons ici le constat de Colincamp : « Boissonade continua à développer dans son enseignement l’usage de la prononciation moderne, (…) adoptée ensuite par ses collègues et par ses meilleurs disciples. Aussi est-on surpris de la force de la routine, quand on voit la prononciation universitaire résister à l’exemple et aux raisons des Coray, des Boissonade, des Hase, des Egger etc56. » Hase, « le grand Grec », fort de la jonction entre philologie allemande et philologie française, responsable des manuscrits grecs à la Bibliothèque Impériale, avait depuis 1810 commencé ses « savantes publications » dans Notices et extraits des manuscrits de la Bibliothèque du Roi, et plus tard au Journal des Savants. Hase, membre de l’Académie et professeur à la Sorbonne, avait pris une part active, conjointement avec les frères Dindorf, Guillaume et Louis, à la nouvelle édition du Thesaurus linguae graecae d’Henri Estienne, publiée à Paris, par Ambroise Firmin Didot57.

  • 58 Karl Benedikt Hase (1780-1864), Sur l’origine de la langue grecque vulgaire, et sur les avantages q (...)

67Pour Hase58, ce qui confère à la prononciation moderne ses lettres de noblesse est la raison philologique première : le rétablissement des textes classiques : « Or il est difficile que l’helléniste qui n’a pas au moins quelques notions de la langue moderne et de sa prononciation puisse jamais se rendre compte des altérations qui existent dans les ouvrages dont il aura à s’occuper. Telle est l’importance de la connoissance du grec moderne pour la critique. » Nous l’avons dit : ceux des philologues français qui étaient pour la prononciation non-érasmienne du grec étaient les philhellènes.

La permanence d’un clivage : hellénistes contre hellénisants

68Nous avons vu que les défenseurs de la prononciation néo-hellénique des textes anciens à cette époque en France n’étaient pas des moindres. Bien au contraire, ils étaient les grands hellénistes français, les grands philologues européens : leur œuvre, l’ampleur de leur correspondance, leur appartenance aux Académies étrangères, la force de leurs positionnements sociaux, les plus hautes distinctions obtenues dans le monde académique, l’insistance, tout au long du xixe siècle, de leur filiation théorique – tout cela l’atteste. Et puis il y avait l’Académie française constitutive de cette filiation ; et puis il y avait la grande famille des imprimeurs-libraires Didot, qui défendait ouvertement la prononciation des grecs modernes.

69Comment expliquer alors que la tradition ainsi formée, cette tradition d’élite, n’ait pas eu d’impact pédagogique dans la logique universitaire ? Comment se fait-il que la pratique de ces professeurs qui faisait l’objet de disputes, de schismes, de polémiques, soit restée sans répercussions dans la mémoire institutionnelle de l’Université ?

70« Comment prononcer le grec » a dû être socialement important à cette époque, car le « schisme » ne devait pas être uniquement philologique. Le récit de la nomination de Boissonade situe le problème dans un débat plus large. Il nous permet de penser l’érasmienne en tant que lieu de doxa dans les milieux concernés, au point que le pouvoir politique ait dû en tenir compte.

71Quels étaient ces milieux concernés ? Des milieux pour lesquels l’usage de la prononciation « officielle » jouait un rôle identitaire ? Pour lesquels lire graphiquement « la langue des Évangiles et de la Philosophie », correspondait à une certaine Weltanschauung ?

72Remarquons que lire une langue de manière purement graphique (pour ne prendre que cet aspect-là de l’érasmienne), sans tenir compte de la prononciation telle qu’elle est effectivement pratiquée par ses locuteurs, revient à déposséder ces locuteurs eux-mêmes de leur langue, et laisser appauvrir celle-ci de la matrice même de son propre ressourcement.

73Si, par hypothèse, on lisait d’une telle manière purement graphique le français, en prononçant, disons, toutes les lettres muettes, les diphtongues et les terminaisons verbales, au bénéfice sans doute d’une meilleure aisance dans l’orthographe, il est sûr que le dynamisme de cette langue ne pourrait jamais se maintenir en l’absence de tout rapport avec ses locuteurs français.

74En l’occurrence, désapproprier la langue grecque de ses locuteurs, les Grecs, dissocier de façon durable la langue textuelle de son registre actuel du grec parlé, revenait à dénier le mouvement de l’histoire des langues en général, et celui de la continuité de la langue grecque en particulier.

75Il y avait sans doute là, une cohérence avec une certaine idée du néo-classicisme, dont les valeurs, tels l’universel, la pureté, l’originaire, la perfection, supposaient l’état immuable de la langue grecque.

  • 59 Pour la complexe notion de continuité investie par ces philologues-philhellènes au xixe siècle, voy (...)

76C’est précisément à cela que Boissonade, Mablin, Egger ont tenté de s’opposer. C’est en cela que, en tant que philologues, ils étaient philhellènes : en s’efforçant de réintégrer le grec dans le mouvement de sa propre généalogie. Le corollaire étant la réhabilitation de la tradition grammairienne, lexicographique et scholiaste de Byzance, qui venait signifier justement la continuité59 de la langue grecque, la condition sine qua non de toute représentation d’une possible renaissance des Lettres dans ce pays.

  • 60 M. Espagne, Le Paradigme de l’étranger, les chaires de littérature étrangère au xixe siècle, Biblio (...)

77La diversité, le changement, les dialectes, autant de perspectives qui nuisent à l’idée de l’universel comme modèle prédominant60, qui se trouverait alors mis en péril, dès lors qu’on parlait prononciation. Surtout si l’on considérait le grec comme « focal à la pensée en Occident », selon la formule de Heidegger.

  • 61 Pensons justement, aux lecteurs du Dictionnaire Étymologique de Morin, dont il est question au débu (...)

78Il y aura donc eu un clivage durant toute cette période : d’un côté, l’hellénisant qui, « aimant les Anciens », tend à les imiter (la mimésis) en optant pour leur prononciation « correcte » selon la terminologie d’Erasme porteuse à la fois d’« universel » et de « facilité » pédagogique61 ; et de l’autre, l’helléniste, « l’érudit versé dans l’étude de la langue grecque », qui est porté au contraire à en examiner l’histoire, le logos actuel qui en dérive, les diverses strates d’énonciation d’un texte, et qu’il les lit comme les Grecs de son époque à Athènes, en Crète ou à Paris.

  • 62 Jean-Baptiste Gail (1755-1829), dans sa préface à Thucydide souligne, précisément en 1807, que ces (...)

79La ligne de clivage devait être là – c’est ce que Michel Espagne avait répondu lors du Colloque (le 19 Mars 2005) : imitation et répétition d’un côté, travail critique et érudition de l’autre62.

80Car le philologue ne peut pas considérer le texte classique en termes de perfection. Il le voit au contraire sous l’angle de ce qui lui fait défaut, les lacunes, les erreurs des copistes, les hasards des substitutions : le philologue, par sa pratique même, contribue à défaire la version sacrée du classicisme.

81C’est tout autre chose, que le texte sorte tout fait de la lumière attique, ou qu’il fasse l’objet d’étude, d’investigation, de comparaison, de « bricolages » dans la société qui est la nôtre.

  • 63 L.D. Reynolds et N.G. Wilson, Scribes and Scholars, Oxford, Oxford University Presse, 1974, ch. 6: (...)

82La restitution des textes, le cœur du travail philologique, déconstruit le modèle classique, en mettant en avant l’individu dans son travail réflexif : la critique des textes implique la correction63. Reconstruire les choix derrière les variantes atteste sans cesse l’absence criante du manuscrit unique, de l’original mythique, de la parole « révélée ».

83Dans toute approche qui pose des catégories comme prédéterminées et universelles, l’histoire réelle disparaît.

  • 64 Gilles Pécout, Séminaires sur le Philhellénisme, Histoire politique et culturelle de l’Europe médit (...)

84C’est en cela que le philologue, l’helléniste est par définition du côté des Grecs. N’est-ce pas Alde Manuce, l’imprimeur des premières éditions princeps des auteurs grecs, qui, le premier, avait signé « philhellène »64 à Venise dans la dernière partie du xve siècle ?

85Pensons, par quelle force d’argumentation, par quel travail acharné d’édition, et dans quelle perspective politique, ces Hellénistes du xixe siècle, depuis D’Ansse de Villoison (mort en 1805) jusqu’à Émile Egger (mort en 1885), ont réussi à rétablir, à restituer, par l’exemple et par le fait, le statut du grec moderne, en conférant aussi aux Grecs de l’époque, leurs contemporains, la dignité perdue d’une identité – qui, allait pouvoir désormais être aussi, celle de leur présent.

86Tel fut le rôle moteur du philhellénisme savant dans l’interprétation de l’Histoire sous le Premier Empire.

Haut de page

Notes

1 Jean-François Boissonade (1774-1857), dans le Journal des Débats, devenu Journal de l’Empire, avait fourni de 1803 à 1813, pas moins de 219 articles. Son entrée à l’Académie des Inscriptions en 1813 marque, pour des questions d’éthique politique, la fin de cette contribution majeure. La Biographie Universelle de Michaud a reçu de Boissonade 144 notices. Le Magasin Encyclopédique, le Mercure de France et le Classical Journal, publiaient régulièrement ses travaux. Boissonade,pour la réédition, par Abraham Valpy en Angleterre, du Thesaurus linguae Graecae (1572)d’Henri Estienne, avait envoyé plus de 12 000 notes. Et pour la réédition du même Thesaurus en France, par Ambroise Firmin Didot, il avait fourni plus de 15 000 notes. Voyez l’excellente Notice Historique sur Boissonade, par Joseph Naudet, in F. Colincamp, J-F Boissonade, Critique littéraire sous le Premier Empire, (2 vols), Paris, Didier et Cie, 1863.

2 J.-B. Morin, Dictionnaire Étymologique des mots françois dérivés du Grec. (…) ouvrage utile aux personnes qui ne sont point versées dans les langues anciennes (…) /Un vol. , Paris, Chez B. Warée, 1803. Seconde édition, corrigée et augmentée (…), 2 vol, Paris, de l’Imprimerie Impériale, 1809. La critique de Boissonade porte sur cette deuxième édition.

3 Compte rendu publié dans F. Colincamp, op. cit. Cet ouvrage regroupe les principaux textes de Boissonade parus dans la presse. Nous allons nous référer conjointement, et aux articles de Boissonade dans

4 Abbé Mablin, voyez infra : « Jamais la prononciation réformée n’a su prendre un caractère fixe et permanent. Chaque nation la régla à sa manière et les écoles de France, d’Allemagne, d’Angleterre et d’Italie, nous offrent aujourd’hui autant de prononciations différentes. » Ce constat déjà général questionnait, au xixe, la prétention de l’érasmienne à la « fidèle reproduction » des sons de l’Antiquité.

5 J.-B. Morin, ibid. Telle est la phrase introductive à la Table des Lettres Grecques, qui conclut, typographiquement, l’Avertissement de l’auteur.

6 Voyez les entretiens de Paul Géhin et Jean Irigoin à Paris, ainsi que de Triantafyllos Sklavenitis à Athènes, in Vivi Perraky, Lexicographie grecque sous le Premier Empire ; à paraître.

7 Gilles Ménage (1613-1692), Dictionnaire étymologique ou origines de la langue françoise, (…) Nouvelle édition revue et augmentée par l’auteur, avec les origines françoises de M. de Caseneuve, un discours sur la science des étymologies, par P. Besnier (…) Paris, J. Anisson, 1694.

8 Dans les Femmes Savantes, Molière, qui avait mis en scène Ménage sous le personnage de Vadius, lui fait dire, à la manière dont il prononçait en effet : « on voit partout chez vous l’ithos et le pathos », l’ithos, et non pas l’êthos comme aurait dit un érasmien. Cité dans Émile Egger, voyez infra, vol. 2, p. 435.

9 À la première édition(1803)Morin fait référence aux auteurs « des étymologies de la langue française » : « Henri Estienne, Trippault, Borel, Guichard, Lancelot, Le P. Labbé, Ménage, Pougens ». À la seconde édition (1809), il se réfère à : « Budée (sic), Baïf, Henri Estienne, Ambassadeur Nicod, Périon, De Sylvius, Picard, le savant Pougens, Trippault, Guichard, Lancelot, P. Labbé. »

10 J.F. Boissonade, Dictionnaire Étymologique des mots français dérivés du grec, /compte rendu de la deuxième édition / Journal de l’Empire, le 16 janvier 1809, et Colincamp, ibid., t. 2, p. 440-441.

11 É. Egger (1813-1885), L’Hellénisme en France, Leçons sur l’influence des études grecques dans le développement de la langue et de la littérature françaises, 2 vol, Paris, Didier et Cie, 1869, t. 2, p. 79.

12 F. Colincamp, op. cit., t. 2, note de l’éditeur, n° 1, p. 440.

13 J.-F. Boissonade, Journal de l’Empire, le 11 mars 1809, et Colincamp, idem.

14 Alain Schnapp interrogé, le jour du Colloque (19-3-2005), déclare : « Je ne crois pas qu’il y ait des témoignages. Je n’ai pas fait attention dans l’exploitation des lettres, mais on peut essayer d’y réfléchir. Il y aurait un autre champ de recherche, concernant la manière dont ces voyageurs lisaient les textes anciens. Il y aurait trois personnages à exploiter : le père Vansleben, Spon et Fourmont. »

15 Sur le statut de l’aporie dans la pratique scientifique, voyez, Vivi Perraky, (éd), Sept Journées Interdisiplinaires à la MSH,(1989-1994), à paraître.

16 A. Coray (1748-1833), Prolégomènes à Héliodore, Paris, 1804 (en grec), traduit par V.P.

17 J.-F. Boissonade, Dictionnaire Étymologique des mots français dérivés du grec, /compte rendu à la première édition/ Journal des Débats 14 ventôse an xi (5 mars 18O3) et Colincamp, ibid., t. 2, p. 432-438.

18 AN F/17/20200, Université Impériale : « En conformité de l’article 6 du décret impérial du 7 mars 1808, il y aura dans cette faculté : 1) un cours d’histoire Littéraire et de Poésie française ; 2) un cours d’éloquence française ; 3) un cours de poésie Latine ; 4) un cours d’éloquence latine ; 5) un cours de littérature grecque ; 6) un cours de Philosophie et un des opinions des philosophes ; 7) un cours d’histoire et de géographie moderne ». Provisoirement installée dans les locaux du collège de Plessis, rue Saint-Jacques, la Faculté des Lettres réintégrera la Sorbonne en 1821. »

19 Lettre inédite de Jean-François Boissonade, Rue Hauteville n° 35, à Monsieur le Comte de Fontanes, Grand Maître de l’Université, le 1 May 1809, BnF/Mss nafr 6772, f. 6.

20 Lettre inédite de Jean-François Boissonade, Rue Hauteville n° 35, à Monsieur le Comte de Fontanes, Président du corps législatif, Grand maître de l’Université, le 9 May 1809, Mss/BnF nafr 6772, f. 8.

21 AN F/17/ 2001 à 21894 : Dossiers des anciens fonctionnaires des Enseignements (xixe). Carton AN F/17/20200 (Dossier Boissonade) : « Professeur adjoint de littérature grecque à la Faculté des Lettres de Paris le 6 mai 1809 et professeur titulaire de la même chaire le 28 Décembre 1812, en remplacement de M. Larcher décédé ».

22 AN F/17/20200, idem.

23 Joseph Naudet (1786-1878), op. cit. Le biographe de Boissonade, Naudet, Secrétaire perpétuel de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres depuis 1852, et le Directeur de la Bibliothèque Royale depuis 1840, il a été supplé à l’Académie par Daniel Guigniaut, dont il sera question plus loin.

24 Lettre inédite du ministre de l’Intérieur /Chaptal/ au Directeur de la Bibliothèque Nationale, rue de la Loi. BnF/Mss AM 551, le 19 Brumaire an X (10 nov. 1801) : « Le citoyen Boissonade, employé dans les bureaux du Ministère de l’Intérieur, m’annonce, citoyen, qu’il a besoin de consulter les mss grecs de Philostrate, que possède la Bibliothèque Nationale ; et demande qu’ils lui soient prêtés successivement, chez lui pour un temps limité. Je vous autorise à les lui confier (…) ». Les Héroïques de Philostrate, le premier ouvrage de Boissonade, « superbement annoté », publié chez Didot en 1806, devient une référence classique en Europe, Philostrate, n’ayant pas été imprimé depuis 1709.

25 Louis de Fontanes (1757-1821), chef de file de la polémique antiphilosophique, amorçant à la fin de sa carrière un rapprochement avec les « ultras », accepte en 1821, l’année de sa mort, la présidence de la Société des Bonnes-Lettres (1821-1830), dont le but était de s’opposer aux idées philosophiques issues du xviiie siècle.

26 J. Naudet, ibid., ne mentionne pas le nom de cet « ami », auquel il fait cependant référence à deux reprises (p. lxix et lxxiv).

27 Gustave-Émile Boissonade, le fils de Jean-François, juriste, professeur à l’université de Tokyo à partir de 1873, est le signataire de la dédicace imprimée à l’ouvrage de Colincamp : « témoignage de gratitude pour les services rendus à mon père au début de sa carrière ». Le premier ouvrage d’auteur grec, que Boissonade publie en 1806, Philostrate, est dédié justement à Bertin de Vaux.

28  F. Colincamp, op. cit., t. 2, note de l’éditeur, p. 441.

29 AN, AJ/16/1 (1) « Pour les trois nouvelles facultés de l’Académie de Paris, Théologies (sic.), Lettres, Sciences, il n’a pas de cours durant l’année classique 1809-1810. Les cours commencent en 1810 à la « rentrée ».

30 J.-F. Boissonade, Journal de l’Empire le 17 décembre 1811, cité dans Colincamp, (op. cit.), t. 2, p. 440-441.

31 Almanach Impérial (1809) : La hiérarchie de l’Université Impériale : Le Comte de Fontanes, Grand-Maître ; M. de Villaret, Chancelier ; M. Delambre Trésorier ; le Conseil de l’Université.

32 Abbé Giovanni Battista Mabellini, dit Mablin (1774-1834), Moniteur Universel, Paris, 23 octobre 1809.

33 Idem.

34 En examinant de près les articles des journaux cités ici, on constate qu’aucune mention ne désigne, ni ne personnifie ce qui constituait « la vive opposition », l’autre pôle, ou bien la place institutionnelle de ces « opposants ».

35 É. Egger, « Sur quelques réformes proposées pour l’enseignement du grec dans les établissements secondaires », in E. Egger, La Tradition et les Réformes dans l’enseignement supérieur, Paris, Masson, 1883, p. 286 et 288, respectivement.

36 M. Espagne, Les Transferts culturels franco-allemands, PUF, Paris, 1999, p. 22.

37 Lettre (s.d.) de Larcher à Wyttenbach (référence lacunaire dans Colincamp, p. 456), in Daniel Albert Wyttenbach, Philomathias (…), Miscellaneae doctrinae liber primus, Amstelodami, apud P. den Hengst, 1809-1811, (lettre n° xvii) : « Vous me demandez comment je me porte et ce que je deviens. Je me porte aussi bien que peut se porter un homme de 84 ans. Apprenez de plus que je viens d’être fait docteur ès arts dans la nouvelle Université Impériale, (…) En même temps j’ai été nommé professeur de littérature grecque, et, comme je ne puis exercer par moi-même, l’on m’a donné un suppléant (…) »

38 Lettre de Larcher à Fontanes (s.d.), publiée dans Colincamp, ibid., p. 457.

39 Pierre-Henri Larcher (1726-1812), L’Expédition de Cyrus dans l’Asie Supérieure, et la Retraite des dix mille, ouvrage traduit du Grec, avec Notes Historiques, Géographiques et Critiques, 2 tomes, à Paris, Chez les Frères De Bure, 1778, (t.2, p. 295-308).

40 Anthony Grafton, Faussaires et critiques : créativité et duplicité chez les érudits occidentaux, Paris, Les Belles Lettres, 1993. Edition originale, 1990.

41 Larcher, ibid. : « M. Guys a prétendu qu’on prononçait très mal le grec dans l’Université de Paris, et que la vraie prononciation de cette langue ne se trouvait qu’en Grèce » (p. 296).

42 Pierre-Augustin Guys, (1721-1799), de l’Académie de Marseille, Voyage littéraire de la Grèce, ou Lettres sur les grecs, anciens et modernes, avec un parallèle de leurs mœurs, 2 vol, à Paris, chez la Vve Duchesne, 1771. Chez le même éditeur, 2e et 3e édition en 1776et1783. Larcher réagit donc à la seconde édition de ce livre, dont le titre, par sa deuxième partie, tend sans doute à renouer avec celui de l’ouvrage resté inachevé d’Ansse de Villoison, mort précocement en 1805.

43 Cratinus d’Athènes, mort vers 422 av J.-C., poète conservateur, il attaqua les institutions démocratiques et railla même Périclès. Nous avons quelques fragments de son œuvre dont Les Richesses et Les Lois.

44 « La question est loin d’être résolue par les Observations de M. Larcher, et le vers de Cratinus pourrait bien n’être pas aussi décisif qu’il paraît le croire », dit son biographe.

45 Dans la phrase, où, Larcher, sans doute à son insu, accrédite la thèse des Coray, Mablin, Boisonnade, selon laquelle la prononciation actuelle des habitants de la Grèce date du Moyen Âge byzantin : « Après la prise de Constantinople, les savants Grecs s’étant réfugiés en Italie, y portèrent leur prononciation vicieuse et elle s’y accrédita d’autant plus aisément que la plupart eurent des chaires et enseignèrent la langue grecque à de nombreux auditoires. » Voyez à ce propos, N.G. Wilson, From Byzantium to Italy, Greek Studies in the Italian Renaissance, The John Hopkins University Press, Baltimore, 1992.

46 Larcher, ibid., p. 308.

47 Chryssanthi Avlami, L’Antiquité grecque à la française : modes d’appropriation de la Grèce au xixe siècle, thèse de doctorat, EHESS, 1998.

48 Friedrich Jacob Bast, (décédé en 1811), Gregorii Corinthii et aliorum grammaticorum Libri de dialectis linguae graecae ; primum editus Manuelis Moschopuli Libellus (…) Lipsiae, Weigel, 1811.

49 Frédéric Barbier, Histoire du Livre, Paris, Armand Colin, 2000.

50 Sur le rapport logos-Logos, langue-pensée, voyez, Martin Heidegger, « Héraclite, fragment 50 », in M. Heidegger, Essais et Conférences, trad. par André Préau, préfacé par Jean Beaufret, Paris, Gallimard, 1958, p. 250-278 ; (édition originale, 1954).

51 Le Dictionaire de l’Académie Française compte sept éditions parues aux xviie, xviiie et xixe siècles : la première en 1694 ; la deuxième en 1718 et la troisième en 1740 ; la quatrième, étape marquante, est publiée en 1762 et la cinquième en 1798. La sixième édition, réputée, est celle de 1835 et la septième de 1878.

52 Cratyle, philosophe grec de l’école d’Héraclite, (ve siècle avant J.-C.), fut l’un des maîtres de Platon, qui donna son nom à l’un de ses « dialogues », traitant de l’origine du langage.

53 Abel-François Villemain, (1790-1870), Lascaris ou les Grecs du xve siècle, (p. 1-143)suivi d’un Essai historique sur l’état des Grecs depuis la conquête musulmane jusqu’à nos jours, (p. 147-402), Paris, chez Ladvocat, Libraire, 1825.

54 RAPPORT (…) sur la question soumise par le ministre de l’Instruction Publique à l’Académie, relativement à l’avantage qu’il y aurait à introduire dans l’enseignement du grec la prononciation nationale. Voyez, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Compte rendu des séances de l’année 1863, t. VII, 1864, p. 332.

55 Ibid., p. 333.

56  F. Colincamp, op. cit., t. 2, note de l’éditeur, p. 441.

57 Le Thesaurus linguae graecae d’Henri Estienne, publié à Paris, entre 1831 et 1865, par Ambroise Firmin Didot, se compose de 8 volumes in-folio. Pour le 1er volume, à la suite du nom de Hase, nous avons ceux de Sinner et Fix. A partir du 2e volume (lettres B-D, (1833), et jusqu’au dernier, sur les pages du titre, l’inscription des trois noms suivants ne connaîtra aucune variation : Corolus Benedictus Hase, Guilielmus Dindorfius et Ludovicus Dindorfius. Le nom de Hase figure toujours en premier. Cet ordre non alphabétique souligne ainsi la préséance symbolique de la contribution de Hase par rapport à celle de deux autres grands collaborateurs.

58 Karl Benedikt Hase (1780-1864), Sur l’origine de la langue grecque vulgaire, et sur les avantages que l’on peut retirer de son étude ; Discours prononcé le 15 Janvier 1816, à l’ouverture d’un Cours de Grec moderne, à l’École Royale des Langues Orientales Vivantes, Paris, de l’imprimerie de J. B. Sajou, 1816, p. 15-16.

59 Pour la complexe notion de continuité investie par ces philologues-philhellènes au xixe siècle, voyez : A. Coray, Mémoire sur l’État Actuel de la civilisation dans la Grèce, lu à la Société des Observateurs de l’Homme, le 16 Nivôse an XI (6 Janvier 1803) par Coray, Docteur en Médecine et membre de la dite Société. Ce mémoire fut l’un des deux textes publiés par la Société des Observateurs. Voyez, J.-L. Chappey, La Société des observateurs de l’homme, 1799-1804 : des anthropologues au temps de Bonaparte, Paris, Société des Études robespierristes, 2002.

60 M. Espagne, Le Paradigme de l’étranger, les chaires de littérature étrangère au xixe siècle, Bibliothèque franco-allemande, Paris, Les Éditions du Cerf, 1993, notamment p. 17-18.

61 Pensons justement, aux lecteurs du Dictionnaire Étymologique de Morin, dont il est question au début de ce texte.

62 Jean-Baptiste Gail (1755-1829), dans sa préface à Thucydide souligne, précisément en 1807, que ces érudits étaient très fortement minoritaires : « Au reste, pour les scholies grecques, je ne prends aucun engagement avec le public. Qui, en France à l’exception de dix à douze Hellénistes, liroit des scholies grecques ? » Citation de Gail en français, dans la Préface de Gottfried Gabriel Bredow, Profess. Histor., Epistolae Parisienses, Lipsiae, 1812, p. ix.

63 L.D. Reynolds et N.G. Wilson, Scribes and Scholars, Oxford, Oxford University Presse, 1974, ch. 6: « Textual criticism ».

64 Gilles Pécout, Séminaires sur le Philhellénisme, Histoire politique et culturelle de l’Europe méditerranéenne (xviiie-xixe), EPHE, 2003-4.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vivi Perraky, « Un révélateur du Philhellénisme sous le Premier Empire : « comment prononcer le grec » », Revue germanique internationale, 1-2 | 2005, 125-142.

Référence électronique

Vivi Perraky, « Un révélateur du Philhellénisme sous le Premier Empire : « comment prononcer le grec » », Revue germanique internationale [En ligne], 1-2 | 2005, mis en ligne le 20 octobre 2008, consulté le 24 août 2017. URL : http://rgi.revues.org/79 ; DOI : 10.4000/rgi.79

Haut de page

Auteur

Vivi Perraky

Chercheur à la MSH

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org